Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Révolution Mexicaine

 | 
Romain Robinet

Prologue

Les étudiants, de l’ancien régime à la révolution

Texte intégral

1Du 6 au 18 septembre 1910, se tint à Mexico le Premier Congrès national étudiant. Réunissant pour la première fois des étudiants de tout le pays et de tous les types d’écoles, le congrès précéda de quelques jours la fondation de l’Université nationale, joyau culturel du Mexique porfirien. Le projet d’union nationale étudiante, maintes fois évoquée par le passé, prenait soudainement corps. Opposants au régime ou fidèles parmi les fidèles, les étudiants débattirent ensemble des multiples problèmes jalonnant la vie de leurs établissements. Toutefois, le grand congrès étudiant n’était qu’une des manifestations des fêtes du centenaire de l’Indépendance. Il fournissait une preuve éclatante de la modernité du pays de Porfirio Díaz. Le congrès de 1910 fut aussi une rencontre sans lendemains. La spirale révolutionnaire vint brusquement détruire l’ébauche d’une organisation nationale étudiante et confronta la jeunesse des écoles à une réalité nouvelle et crue.

Être étudiant dans le Mexique libéral

  • 1 Velázquez Albo M. de L., « La propuesta estudiantil de reforma en 1910 (Primer Congreso Na (...)
  • 2 Guerra F.-X., op. cit., vol. 1, p. 367.
  • 3 Vázquez de Knaught J. Z., « La República restaurada y la educación : un intento de victori (...)

2En 1910, le Premier Congrès national étudiant rassembla les représentants de 53 écoles différentes1. Les 96 délégués présents venaient de 19 entités fédérales, sur les 29 qui formaient alors la République. Cette centaine d’étudiants prétendait s’exprimer au nom des 16000 inscrits des écoles secondaires, préparatoires, techniques, normales et professionnelles. Embryonnaire et solennelle, cette réunion n’était certes pas une image exacte de la condition étudiante mexicaine, laquelle s’était transformée sous la République restaurée (1867-1876) et sous le Porfiriat. La loi du 2 décembre 1867 avait multiplié les écoles dans la ville de Mexico et enfanté, presque à elle seule, la « classe étudiante2 ». Part infime de la société, le groupe étudiant avait presque doublé numériquement en 30 ans sous le régime de Díaz3. Il semble avoir doublé ou triplé, voire quadruplé durant la Révolution, même si les sources statistiques divergent largement à ce propos.

• Tableau 1. – L’évolution de la répartition des étudiants selon les types d’écoles.
Note *: Ce total aurait atteint 76498 étudiants en incluant les inscrits des écoles privées. Les statistiques historiques de l’INEGI indiquent à l’inverse un total de 32850 étudiants.

Sources : González Navarro M., Estadísticas sociales del Porfiriato : 1877-1910, Mexico, Secretaría de Economía, 1956, p. 49-52. SEP, Noticia estadística sobre la educación pública en México correspondiente al año de 1928, Mexico, TGN, 1930, p. 766-769.

La géographie des écoles

  • 4 González Navarro M., op. cit., p. 49-52.
  • 5 Piccato P., The Tyranny of Opinion : Honor in the Construction of the Mexican Public Spher (...)

3En 1910, la ville de Mexico (le District fédéral, DF) était le lieu de plus grande concentration étudiante. Sur les 96 représentants au congrès de 1910, 44 venaient de la capitale. Cette présence importante des élèves de la capitale renvoyait à une réalité tangible : en 1907, sur les 15766 étudiants mexicains, 5730 étaient inscrits dans les écoles du District fédéral, 10036 dans le reste du pays4. Ce dualisme, fruit de la centralisation, persista par la suite et fut parfois à l’origine d’un antagonisme latent entre les étudiants de la capitale et ceux des États fédérés. Il est cependant nécessaire de nuancer cette inégalité spatiale, productrice d’une inégalité d’accès à la représentation du corps étudiant. La mobilité géographique des étudiants – lesquels commençaient souvent leurs études dans leur État de naissance avant de partir les terminer à Mexico – gommait partiellement ces barrières et pouvait faciliter l’interconnaissance des étudiants à l’échelle nationale5.

  • 6 González Navarro M., op. cit., p. 7.
  • 7 Meyer J., op. cit., p. 17.

4Au-delà du fossé entre la capitale et ses provinces, la condition étudiante était alors un fait très minoritaire et essentiellement urbain. Minoritaires, les 15766 étudiants l’étaient assurément, noyés dans une population de 14222445 d’habitants en 19076. Ce 0,1 % de la population se trouvait parmi les 30 % d’urbains d’un pays vivant surtout aux rythmes de l’agriculture7. Un abîme ne pouvait que la séparer des 11 millions de ruraux et de leur expérience du temps. La culture de l’écrit unissait les étudiants dans un pays à 70 % analphabète. Toutefois cette minorité partageait avec la majorité de la population une chose précieuse : sa jeunesse. Des 15 millions de Mexicains recensés en 1910, plus de 9 millions étaient âgés de moins de 25 ans. À défaut de vivre le quotidien de la paysannerie, les étudiants de 1910 appartenaient à la communauté d’âge dominante, le terreau de la Révolution.

Études, disciplines et identités étudiantes

  • 8 Loyo E., « De la desmovilización a la concientización. La escuela secundaria en México (19 (...)

5Au Mexique, le mot estudiante désignait toute personne inscrite dans un établissement scolaire, dès l’enseignement primaire. En 1910, le Premier Congrès unifiait sous un même vocable – « l’étudiant » – des réalités scolaires très différentes et hiérarchisées socialement. Pour les participants au congrès, cette catégorie renvoyait essentiellement aux étudiants des écoles préparatoires, techniques, normales et professionnelles, privées ou publiques. Tout enseignement qui n’était pas « primaire » était alors qualifié, par les autorités pédagogiques, de « secondaire ». La notion même de cycle secondaire (distinct d’un éventuel cycle supérieur) émergeait à peine à la fin du xixe siècle8. En réalité, l’enseignement équivalent au secondaire était assuré dans les écoles préparatoires. Pour les congressistes, les étudiants étaient donc ceux qui fréquentaient cinq grands types d’établissements.

  • 9 Díaz y de Ovando C., La Escuela Nacional Preparatoria : Los afanes y los días, 1867-1910, (...)
  • 10 Guerra F.-X., op. cit., vol. 1, p. 384.
  • 11 L’enseignement positiviste, fidèle à la loi des trois états de Comte (théologique, métaphy (...)
  • 12 Márquez J., « La educación pública superior en México durante el siglo XIX. Concepto y niv (...)
  • 13 Velázquez Albo M. de L., « La mujer y la academia (de fines de siglo XIX y principios del (...)
  • 14 Piccato P., op. cit., p. 136.
  • 15 Ibid., p. 119.
  • 16 Velázquez Albo M. de L., art. cit., in Alvarado M. de L., op. cit., p. 212.

6Les deux premiers types d’établissements étaient unis par un lien presque organique : les écoles préparatoires devaient conduire leurs diplômés à rejoindre une des écoles professionnelles. Les escuelas preparatorias préparaient aux escuelas profesionales qui formaient des personnes aptes à une profession particulière (avocat, médecin, ingénieur, pour ne citer que les plus prisées). Les statistiques disponibles permettent d’établir que ce sous-groupe représentait, en 1907, 70 % des étudiants. Parmi les écoles préparatoires du pays, une se distinguait très nettement : la prestigieuse École nationale préparatoire (Escuela Nacional Preparatoria, ENP), lieu de formation par excellence des élites mexicaines9. Fondée en 1867, elle fut l’œuvre du disciple d’Auguste Comte, Gabino Barreda. Située au cœur du quartier étudiant du centre de Mexico, l’hégémonique ENP regroupait en 1900 la moitié des preparatorianos de la République10. L’enseignement donné à l’ENP était généraliste et teinté de positivisme, couleur idéologique qui s’affirma tardivement et s’estompa rapidement11. Ce type d’enseignement se retrouvait dans les autres écoles préparatoires et dans les Instituts scientifiques et littéraires des provinces12. Plus qu’aucune autre école, l’ENP fut « l’école mère » dans la mesure où elle permettait de tisser des liens durables entre étudiants, par-delà les futures appartenances professionnelles. L’ENP conduisait ceux qui souhaitaient poursuivre leurs études vers les écoles professionnelles de la capitale : École nationale de médecine, École nationale de jurisprudence (ENJ), École nationale d’ingénieurs, autant d’écoles renommées, matrices d’identités étudiantes disciplinaires fortes. Le cursus de l’ENP durait alors cinq ans comme celui des écoles professionnelles, lesquelles laissaient leurs diplômés libres après une sixième année consacrée à la pratique de la profession enseignée. Dix ans d’études forgeaient des êtres bien différents que ceux qui avaient opté, par nécessité, pour des cycles courts. Les écoles artistiques (Beaux-Arts, Conservatoire de musique) étaient aussi des univers structurants avec leurs propres règles. Les étudiants des écoles préparatoires et surtout des écoles professionnelles étaient presque intégralement des hommes. La démasculinisation de l’enseignement supérieur fut fort tardive13. Les écoles professionnelles fabriquaient une masculinité académique, par essence « civilisée » car opposée à celle de l’armée14. L’enseignement à l’ENP et à l’ENJ comprenait une dimension oratoire importante qui, à défaut de perdurer officiellement dans les programmes, se maintint longtemps dans les pratiques scolaires puis extrascolaires15. Les étudiants en droit ainsi que ceux formés par les écoles préparatoires étaient donc, plus que d’autres, capables de formuler clairement leurs doléances et surtout de les soumettre tout à la fois au jugement de leurs pairs, des autorités et de l’opinion publique. L’éloquence était indissociable de la masculinité, celle d’hommes qui savaient donner leur parole d’honneur (les hombres de palabra). Cette conception explique la construction non neutre, mais bien masculine, de l’espace public mexicain. Dès lors, il n’est guère surprenant de constater que ce furent les élèves des écoles professionnelles et préparatoires qui occupèrent l’écrasante majorité des postes du bureau directeur du Premier Congrès national étudiant. Les étudiants des écoles normales et techniques, établissements inférieurs socialement mais en pleine croissance, durent se contenter des places subalternes16.

  • 17 Guerra F.-X., op. cit., vol. 1, p. 381. Voir aussi Galván L. E., « Del arte de ser maestra (...)

7Futurs instituteurs et institutrices, les normaliens (normalistas) augmentèrent considérablement sous le Porfiriat, passant de quelques dizaines en 1878 à presque 2552 en 1907. Les écoles normales, séparant hommes et femmes, se multiplièrent dans les provinces avant d’apparaître dans la capitale17. Ces écoles dispensaient par ailleurs un enseignement généraliste, permettant d’aborder les problèmes du temps. Sur la centaine de délégués au Congrès étudiant de 1910, 13 étaient normalistas. Ces 13 % reflétaient correctement les 2552 normaliens (16 % du corps étudiant). Toutefois, sur ces 13 représentants, neuf étaient des hommes alors que l’immense majorité des normaliens étaient des normaliennes.

  • 18 Guerra F.-X., op. cit., vol. 1, p. 385. Rodríguez M. de l. Á., « Historia de la educación (...)

8Comme les écoles normales, les écoles techniques n’étaient pas considérées comme des écoles supérieures, dans le sens où le diplôme d’une école préparatoire n’était pas nécessaire pour y entrer18. À l’instar de l’enseignement normal, l’enseignement technique connut une expansion importante, mais tardive : les quelques centaines d’étudiants des écoles techniques à la fin du xixe siècle étaient près de 2000 en 1907. Comme dans l’enseignement normal, certaines écoles techniques étaient réservées aux jeunes femmes. L’enseignement technique était très hétérogène. De nombreuses écoles enseignant les « arts et métiers » (Artes y Oficios), s’inspirant du Conservatoire des arts et métiers de l’abbé Grégoire, s’épanouirent sous le Porfiriat. Les écoles de commerce, à l’instar de l’École supérieure de commerce et d’administration (ESCA), appartenaient aussi à l’enseignement technique. L’école d’agriculture entrait également dans cette classification. Qu’ils fussent de futurs comptables, électriciens ou chefs d’ateliers, les étudiants des écoles techniques formaient 13 % du corps étudiant. Au congrès de 1910, ils comptaient pour 20 % des délégués.

  • 19 Torres Septién V., « La educación privada en México », in Galván L. E. (dir.), op. cit.
  • 20 Velázquez Albo M. de L., art. cit., in Alvarado M. de L., op. cit., p. 210.
  • 21 Guerra F.-X., op. cit., vol. 1, p. 386.
  • 22 Ibid., p. 386.

9Restait un groupe pluriel d’étudiants pour lesquels les statistiques font défaut : les élèves des écoles privées, confessionnelles ou non. Nombreuses, ces écoles dites « non officielles » ou « particulières » formaient une part importante de la jeunesse studieuse mexicaine. Partisan de la conciliation religieuse, le régime de Díaz ne mettait pas à l’écart les étudiants des écoles catholiques, groupe en pleine augmentation19. Ces derniers furent d’ailleurs appelés à participer au Congrès national de 191020. Toutefois, une seule école privée fut représentée lors de ce congrès et il s’agissait d’une école protestante. De manière générale, les établissements confessionnels, notamment catholiques, n’étaient pas en odeur de sainteté pour les libéraux qui espéraient leur disparition progressive. Cela demeura un vœu pieux tant l’essor des écoles catholiques était vigoureux, tout comme la volonté de christianisation qui l’accompagnait. Au sein de l’enseignement privé confessionnel, les établissements tenus par les jésuites restaient parmi les plus réputés21. Une part notable de l’élite avait aussi recours aux écoles liées à des puissances étrangères, tel le lycée français ou le lycée allemand22. Si les étudiants du privé se trouvaient temporairement en marge des sociabilités des écoles officielles, ils n’étaient pas pour autant exclus de ce groupe social privilégié et réduit, grâce à l’interconnaissance de leurs semblables via les sociabilités extrascolaires (urbaines, politiques, familiales).

Contestataires et héritiers

  • 23 Alvarado M. de L., « La universidad libre : primer movimiento estudiantil del México indep (...)
  • 24 El Monitor republicano, 04-12-1884, in Díaz y de Ovando C., op. cit., vol. 2, p. 202-205.

10Le Premier Congrès national étudiant de 1910 ne fut pas la première manifestation des étudiants dans l’espace public. Promesse incarnée de rédemption politique, les étudiants furent les agitateurs de la République restaurée. Les mouvements étudiants furent nombreux durant toute cette période, à l’instar de celui de 1875 pour « l’université libre » ou de celui de 1884 contre la « dette anglaise23 ». Le projet d’union nationale étudiante apparut à cette époque. En décembre 1884, fut ainsi évoquée l’idée d’un Congrès étudiant avec les représentants des écoles des États24. Par la suite, le régime de Díaz ne fut pas épargné par les étudiants. Toutefois, l’opposition frontale fut très tardive. Le fait le plus marquant fut l’organisation croissante des étudiants durant les dernières années de la pax porfiriana.

L’inégale opposition politique

  • 25 Garciadiego J., « Movimientos estudiantiles durante la Revolución mexicana (estudio de cas (...)
  • 26 El Imparcial, 10-02-1901, 13-02-1901, Díaz y de Ovando C., op. cit., vol. 2, p. 412.

11Le long règne du caudillo fut régulièrement remis en cause par la jeunesse des écoles : en mai 1889, à l’occasion des funérailles de Lerdo de Tejada, comme en avril 1892, après la première réélection consécutive de Díaz25. Cette contestation ne pouvait cependant qu’être modérée, du fait de la symbiose entre ces jeunes élites et le pouvoir porfirien, en particulier dans la capitale. En février 1901, les étudiants de Mexico purent ainsi organiser une veillée musicale et littéraire à la Chambre des députés, présidée par le général de division Bernardo Reyes, ministre de la Guerre et de la Marine. Le jeune Luis Cabrera, révolutionnaire dix ans plus tard, prononça alors un discours célébrant le siècle finissant. La veillée avait été organisée par le « comité des étudiants » (comité de estudiantes), organisation métropolitaine qui peinait à s’inscrire dans la durée26.

  • 27 Guerra F.-X., op. cit., vol. 1, p. 399.
  • 28 Ibid., p. 400. Le Parti libéral mexicain (PLM), fondé par les frères Flores Magón, fut la (...)
  • 29 Le milieu étudiant était majoritairement reyiste à Mexico, Puebla, Culiacán et Guadalajara (...)
  • 30 Prieto Laurens J., Cincuenta Años de Política Mexicana : Memorias políticas, Mexico, Edito (...)
  • 31 Guerra F.-X., op. cit., vol. 1, p. 387, 400. Garciadiego J., art. cit., in Luna L., Pavón (...)
  • 32 ÀSan Luis Potosí, l’Institut scientifique et littéraire fut le théâtre d’une grève anti-Dí (...)

12Seule une partie de ces étudiants libéraux en vint à s’opposer avec virulence à Díaz. Géographiquement, ce fut à San Luis Potosí que les étudiants devinrent « la première opposition organisée au régime27 ». À l’instigation du directeur de l’École normale de San Luis, Librado Rivera, se répandirent les Clubs libéraux où les étudiants étaient surreprésentés. La répression qui s’abattit en 1903 sur ces militants, mit largement fin à cet engagement28. Après cette première phase de politisation subversive qui ne concerna qu’une minorité d’étudiants (dont de futurs révolutionnaires comme Roque Estrada ou Antonio Díaz Soto y Gama), la jeunesse des écoles revint sur le devant de la scène politique en 1909, à l’occasion de la campagne de soutien à Bernardo Reyes, candidat à la vice-présidence de la République. Le contexte politique était alors profondément différent : en 1908, le quasi-octogénaire Porfirio Díaz, répondant aux questions de James Creelman pour Pearson’s Magazine, avait annoncé qu’il ne serait pas candidat à sa réélection en 1910. Le champ des possibles s’ouvrit soudain, dès lors que le crucial problème de la succession présidentielle fût explicitement posé. Le général Bernardo Reyes apparut comme un candidat légitime à la présidence puis, quand Díaz décida finalement de se représenter, à la vice-présidence. Sa candidature souleva l’enthousiasme des milieux étudiants en 190929. Âgé alors de 14 ans et inscrit en première année à l’ENP, Jorge Prieto Laurens, futur leader étudiant, souligna dans ses mémoires que le reyisme avait été sa première expérience politique30. Une fois Reyes évincé par un Díaz passé maître dans l’art de diviser pour mieux régner, de nombreux étudiants reyistes, déçus, s’engagèrent contre la réélection annoncée du caudillo31. Certains soutinrent même le théoricien de La Succession Présidentielle en 1910 (ouvrage publié en 1908), le jeune démocrate, spirite et végétarien, Francisco Madero32. Ce dernier, candidat du Parti antiréélectionniste, fut finalement emprisonné et Díaz réélu pour la septième fois en juillet 1910. Dans ce contexte postélectoral électrique, se tint le Premier Congrès national étudiant de septembre 1910.

Vers l’organisation autonome des étudiants (1906-1910)

  • 33 Díaz y de Ovando C., op. cit., vol. 2, p. 520. La SDA de l’École nationale de médecine fut (...)
  • 34 Velázquez Albo M. de L., art. cit., in Alvarado M. de L., op. cit., p. 208.
  • 35 El Imparcial, 11-04-1909, Díaz y de Ovando C., op. cit., vol. 2, p. 568-569.
  • 36 Ibid., p. 569. Les científicos étaient, à l’origine, un groupe d’intellectuels ayant soute (...)
  • 37 El Imparcial, 25-05-1909, Díaz y de Ovando C., op. cit., vol. 2, p. 569.
  • 38 El Imparcial, 28-10-1908, ibid., p. 565.
  • 39 El Tiempo, 21-03-1910.
  • 40 El Imparcial, 16-04-1910.
  • 41 El Tiempo, 14-04-1910.

13Les dernières années du Porfiriat furent marquées par l’organisation croissante des étudiants. Maintes fois évoquée, l’union des écoles, qu’elle fût nationale ou réduite à Mexico, ne prenait pas encore une forme pérenne. Toutefois, les fondements du premier mouvement national étudiant furent bien posés sous Díaz, en 1906. À partir de cette date, les « sociétés d’élèves » (sociedades de alumnos, SDA) se multiplièrent. La première société créée semble avoir été celle de l’ENP en 1906, suivie par Médecine en 190733. Cellules premières de la démocratie étudiante, les SDA représentaient les élèves d’un établissement, niveau par niveau, regroupés en bureau permanent. Les autorités éducatives cherchèrent évidemment à mettre en place une structure parallèle pour contrôler les étudiants : dès 1908, les étudiants furent invités à choisir, plus ou moins librement, des « chefs d’élèves34 ». Ceux qui adhéraient aux vues du régime étaient ainsi favorisés. En avril 1909, les ambitieux fondateurs de l’éphémère Union universelle des étudiants (Unión Universal de Estudiantes, UUE) purent compter sur le soutien des élites porfiriennes. Les étudiants de l’UUE souhaitaient prêcher « l’évangile de la concorde mondiale » parmi leurs congénères35. Ils envoyèrent en conséquence des messages à leurs camarades du monde entier. À peine organisée, l’UUE avait déjà le soutien d’Ignacio Mariscal (secrétaire des Relations extérieures), du chef des científicos José Yves Limantour (secrétaire des Finances) et du vice-président Ramón Corral. Díaz avait lu les statuts de l’association, et plusieurs gouverneurs souhaitaient la financer36. Une association rivale (la Asociación Internacional de Estudiantes) fut immédiatement mise en place par d’autres étudiants de l’ENP et de l’école de commerce, soucieux de leur autonomie et critiquant la vénalité de l’UUE, laquelle cherchait à tirer profit du magazine qu’elle projetait d’éditer37. Le président de l’UUE en 1909, Ignacio Ocampo, était aussi un des « chefs d’élèves » de l’ENP38. Choyée par les autorités, l’UUE devait être amenée à représenter le Mexique au congrès américain étudiant de Buenos Aires39. Une autre manière de lier les étudiants aux destins des élites porfiriennes fut la fondation, quelques mois avant le congrès, de la « Maison de l’étudiant40 ». Miroir de la France, le Mexique s’enorgueillissait que cette nouvelle institution « conforme aux règles de l’hygiène moderne » fût fondée au même moment que la Maison de l’étudiant de Paris41.

  • 42 Velázquez Albo M. de L., art. cit., in Alvarado M. de L., op. cit., p. 226.
  • 43 Guerra F.-X., op. cit., vol. 2, p. 208. Garciadiego J., art. cit., p. 780.

14Soucieux de se démarquer d’une initiative jugée mercantile et par trop liée aux élites porfiriennes, plusieurs élus étudiants exprimèrent publiquement leur rejet de l’UUE, quelques jours avant l’ouverture du Premier Congrès national42. Le congrès de septembre 1910 fut une affirmation de l’organisation autonome des étudiants. Certes, Díaz y avait été convié. Toutefois, des agitateurs antiréélectionnistes venus de Puebla, comme Luis Sánchez Pontón et Alfonso Alarcón, furent élus au bureau directeur du congrès (respectivement vice-président et secrétaire). Ces deux maderistas avaient été emprisonnés en raison de leur opposition à Díaz au début de l’été, puis relâchés43. Le congrès étudiant n’était donc pas une marque explicite d’allégeance envers l’homme fort du Mexique. Le gouvernement versa certes une importante somme d’argent pour le congrès mais les étudiants essayèrent de le financer de manière autonome.

  • 44 Velázquez Albo M. de L., art. cit., in Alvarado M. de L., op. cit., p. 220.
  • 45 Ibid., p. 224-228.

15Le Premier Congrès national étudiant réunit la jeunesse intellectuelle autour de questions presque exclusivement scolaires. Néanmoins, ces questions étaient d’importance nationale car elles concernaient la « classe étudiante », future élite du pays. Plusieurs points du congrès préfiguraient la « Réforme universitaire » : contre l’Exécutif fédéral ou les États qui avaient la faculté de révoquer les professeurs des écoles supérieures, les étudiants voulaient avoir le droit de choisir leurs enseignants et que les chaires fussent d’une périodicité de dix ans44. Les étudiants demandèrent aussi au ministère de l’Instruction d’accepter leur participation, à titre informatif, pour la formulation des lois et règlements scolaires. Concernant l’organisation des étudiants à différentes échelles, les jeunes représentants se prononcèrent pour la généralisation des sociétés d’élèves dans les établissements et réexaminèrent le projet d’union nationale étudiante. Dans l’acte final, adressé au ministère, les congressistes proclamaient la nécessité de créer la « Fédération mexicaine des étudiants45 ». La dynamique était enclenchée : un Second Congrès national devait se tenir à Puebla, haut lieu de l’opposition étudiante à Díaz. Il n’eut pas lieu à la date prévue, mais la mémoire de cette initiative se transmit par la suite.

  • 46 En mars 1909, la direction de l’ENP fit distribuer gratuitement Ariel à tous ses étudiants (...)
  • 47 Velázquez Albo M. de L., art. cit., in Alvarado M. de L., op. cit., p. 214.
  • 48 Ce célèbre poème s’adressait ainsi au président Theodore Roosevelt (1901-1909) : « tu es l (...)
  • 49 Mabry D., op. cit., p. 23. Parmi les arrestations : les deux étudiants de Puebla, A. Alarc (...)

16Au-delà des questions scolaires et d’organisation, le congrès fut aussi l’occasion pour plusieurs étudiants de manifester leur désaccord envers les hésitations de la politique étrangère de Díaz. Lecteurs d’Ariel, le livre emblématique de l’Uruguayen José Enrique Rodó dénonçant l’utilitarisme de la civilisation nord-américaine, les étudiants formaient déjà un milieu très sensible au latino-américanisme racial46. « L’impérialisme yankee », qui se manifestait à Cuba et au Nicaragua, fut sévèrement critiqué lors du congrès. Les congressistes avaient d’ailleurs formé une commission chargée d’accueillir une voix critique de l’impérialisme nord-américain : le poète nicaraguayen Rubén Darío, délégué du gouvernement de José Madriz47. Díaz décida de ne pas recevoir Darío à Mexico, tout en le déclarant invité d’honneur de la nation. Cette double posture déplut aux étudiants, lesquels attendaient beaucoup de la visite de l’envoyé nicaraguayen : Darío, à l’égal de Rodó, était, avant d’être un émissaire diplomatique, l’auteur du célèbre poème « Ode à Roosevelt » (1902)48. En marge du congrès, le 13 septembre 1910, les étudiants protestèrent contre le revirement de Díaz. La gendarmerie montée interrompit violemment leur manifestation, procédant à plusieurs arrestations49. Les 14, 15 et 16 septembre furent les jours d’apothéose du centenaire de la nation mexicaine. Plusieurs étudiants les passèrent en prison. L’Université nationale, emblème de modernité, fut inaugurée dans la foulée.

  • 50 Mabry D., op. cit., p. 4. Garciadiego J., « De Justo Sierra a Vasconcelos. La Universidad (...)
  • 51 Lempérière A., « Los dos centenarios de la independencia mexicana (1910-1921) : de la hist (...)
  • 52 « Discurso en el acto de la inauguración de la Universidad Nacional de México, el 22 de se (...)
  • 53 Fell C., op. cit., p. 277.

17Incarnation de l’Ancien Régime, l’institution héritière de l’Université royale et pontificale, fondée en 1551, avait été définitivement abolie en 186550. L’Université nationale du Mexique, créée en 1910, fut à l’inverse conçue comme une institution moderne, se référant uniquement aux universités d’Europe et des États-Unis et non à la corporation coloniale qui l’avait précédé. L’inauguration de cette université sans bâtiments fut un des mille amusements du Centenaire51. Des deux mots « université nationale », le second était le plus important : l’institution devait « nationaliser la science, mexicaniser le savoir52 ». Ouverte sur la vie sociale, elle ne devait pas être la tour d’ivoire qu’était l’université coloniale. Les statuts de l’Université prévoyaient même la création d’un « département d’Extension universitaire53 ». Elle ne suivrait aucun credo, pas même le positivisme. Là encore, le langage préfigurait celui de la « Réforme universitaire ».

  • 54 Garciadiego J., art. cit., p. 776-780.
  • 55 Mabry D., op. cit., p. 5-6.
  • 56 Fell C., op. cit., p. 275.

18L’université du centenaire était pourtant en décalage avec les attentes des étudiants. Lors du congrès, ces derniers s’étaient prononcés pour une multiplication des écoles, à l’échelle du pays et dans toutes les branches de l’enseignement. Or, la création d’une « Université nationale » à Mexico relevait d’une logique à la fois centraliste et élitiste54. L’Université du ministre Justo Sierra ne regroupait en effet que six écoles : la toute nouvelle Écoles des hautes études, la prestigieuse ENP et les Écoles d’ingénierie, de jurisprudence, de médecine et d’architecture. L’Université séparait donc 2000 étudiants du reste du groupe, lesquels pouvaient dès lors être qualifiés d’« étudiants universitaires ». Seule l’École des hautes études justifiait l’ambition proprement universitaire de Sierra : conçue comme le temple de la philosophie, elle devait synthétiser les nouveaux savoirs. L’Université de 1910 n’en restait pas moins une simple association d’écoles, aux programmes et aux professeurs inchangés. Il fallut surtout concilier les partisans du dogme positiviste, les catholiques et les tenants des nouvelles écoles spiritualistes. Éléphant blanc du Mexique porfirien, l’Université répondait à peine aux demandes étudiantes en termes de participation. Projet né en 1875 d’une volonté de séparer les écoles et l’État, l’université porfirienne fut tout sauf autonome. Le recteur était nommé par le président de la République. Le recteur présidait le Conseil universitaire, où siégeaient certes des représentants étudiants, mais sans droit de vote55. Justo Sierra avait d’ailleurs rappelé aux députés que le manque naturel de jugement des étudiants pouvait les convertir, au sein du Conseil, en « élément subversif » contraire aux « fins de l’Université56 ».

19Tigre de papier visant à impressionner les dirigeants étrangers, l’existence de l’Université se justifia surtout par la cérémonie d’inauguration dont elle fut le prétexte. Sa création engendra néanmoins une vive polémique opposant le positiviste Agustín Aragón, lequel craignait un retour de l’Université catholique, à l’idéaliste Antonio Caso, qui défendait la nouvelle institution et la désirait indépendante. Le pays qui l’abritait, fier de son centième anniversaire, se préparait lui à une nouvelle vie sous de terribles cieux.

« Le tragique spectacle d’un régime qui meurt » (1910-1915)

  • 57 Les protestations étudiantes eurent lieu les 8 et 9 novembre et déplurent à l’ambassadeur (...)
  • 58 La participation des étudiants aux insurrections de 1911 fut réduite, mais relative à leur (...)

20Le mois de novembre 1910 fut l’occasion de nouvelles protestations étudiantes, contre le lynchage d’un Mexicain au Texas, puis contre le journal El Imparcial et contre Díaz, accusés de n’être pas assez patriotes57. Toutefois, l’appel à l’insurrection lancé par Madero et prévue pour le 20 du même mois, n’affecta guère les milieux étudiants, notamment ceux de la capitale, fort occupés à organiser un concours de poésie. Madero pensa d’ailleurs abandonner ce projet hasardeux en décembre, au moment où les relations entre Díaz le gouvernement américain se détériorèrent notablement. Seule une poignée d’étudiants, comme Jorge Prieto Laurens, sortit des cloîtres pour participer à la Révolution, laquelle n’était alors qu’une aventure58. La vie des écoles et les mouvements de l’esprit les mobilisèrent davantage que le cours, bien incertain, des événements. En février 1911, les étudiants inauguraient la dernière réalisation porfirienne, le « Casino de l’étudiant », nouveau point de rencontre du groupe.

21La Révolution vint de la frontière nord : les madéristes prirent Ciudad Juárez en avril 1911, après que les États-Unis eussent fait de multiples pressions pour que Díaz démissionnât. Le 25 mai 1911, Díaz partit pour la France. Une nouvelle ère s’ouvrit soudain. La brève expérience démocratique voulue par Madero (mai 1911-février 1913), dans un contexte marqué par les guerres intestines et l’angoisse d’une guerre étrangère, fut interrompue par l’éphémère restauration prétorienne de Huerta (février 1913-juillet 1914). Le discours révolutionnaire a caricaturé ces deux épisodes, en opposant radicalement la pureté irénique de l’apostolat madériste à la trahison et à « l’usurpation » huertiste. L’image collective des étudiants comme classe « réactionnaire », anti-Madero et pro-Huerta, fut forgée durant ces années-là. Elle ne correspondait guère à la réalité d’une société qui avait eu pour seule expérience politique le pouvoir d’un seul homme et se trouvait démunie face aux violences des guerres. Elle ne correspondait pas au groupe étudiant qui poursuivait essentiellement ses combats de 1910, prônant la liberté des écoles et l’organisation collective, défendant la Patrie et la « Race » latino-américaine contre les « yanquis ». Madero laissa toute liberté aux étudiants pour s’exprimer et Huerta, qui sut satisfaire leurs demandes, imposa une dictature pour conjurer les maux de la guerre civile et de la guerre étrangère. C’est en restituant cette profonde incertitude sur le cours des événements qu’il faut analyser cette période déterminante pour les engagements étudiants futurs.

La « classe étudiante », ennemie de la révolution madériste ?

  • 59 El País, 30-04-1911, texte daté du 21-04-1911. Parmi les 1000 signataires, les premiers no (...)
  • 60 El País, 06-05-1911.
  • 61 Parmi les signataires, se trouvaient en effet E. Soto Peimbert (futur président du CLEDF), (...)
  • 62 El País, 09-06-1911.
  • 63 El País, 22-06-1911. Appel signé par cinq représentants étudiants (E. Soto Peimbert pour i (...)
  • 64 Les étudiants effectuèrent des cérémonies en l’honneur de Madero en septembre et octobre 1 (...)
  • 65 Les anciens madéristes proclamaient leur fidélité à la Révolution de 1910 tout en disant q (...)

22Fin avril 1911, au moment où les troupes de Pascual Orozco et de Francisco Villa s’affrontaient à l’armée fédérale à Ciudad Juárez, un collectif d’environ 1000 étudiants signa une lettre ouverte au président Díaz, demandant publiquement sa démission. Exégètes de la volonté populaire, ils livraient au caudillo « l’interprétation fidèle de la volonté quasi unanime d’un peuple qui se [lamentait] profondément des grands maux causés par une guerre fratricide, laquelle [menaçait] d’être chaque jour plus terrible59 ». Les étudiants lui reprochaient sa septième réélection et surtout l’imposition du vice-président Corral, ce qui traduisait leur préférence implicite pour Reyes ou Madero et leur détestation des científicos. Cette pétition fit date et déclencha un mouvement similaire chez les ouvriers60. Plusieurs futurs dirigeants étudiants de la fin de la décennie 1910 la signèrent et purent ensuite revendiquer cette prise de position décisive61. Díaz démissionna peu de temps après et Madero entra triomphalement à Mexico le 7 juin 1911. L’étudiant en droit Luis Jasso, congressiste en 1910, signataire de la pétition, prétendant parler au nom des étudiants de la capitale, fit son éloge : Madero, tel un « jardinier », avait coupé les « racines dictatoriales » qui s’attaquaient à « l’édifice républicain ». Il avait mis fin au précédent « gouvernement néfaste » et à la « trahison » des científicos62. Le gouvernement du porfirien Francisco León de la Barra (26 mai-6 novembre 1911) assurait la transition pour garantir des élections démocratiques. En juin, plusieurs étudiants appelèrent leurs camarades à former un parti politique pour « la conservation et le soutien des institutions républicaines63 ». Les étudiants célébraient désormais unanimement Madero, le pacificateur, et s’engageaient parallèlement en politique pour soutenir les différents candidats à la vice-présidence de la République64. Madero fut élu triomphalement président en octobre 1911 et Pino Suárez obtint la vice-présidence. Les rébellions commençaient déjà65.

23La « classe étudiante » était-elle alors mue par un esprit réactionnaire comme l’affirma l’intellectuel madériste José Vasconcelos ? La réalité échappe à ces concepts antagoniques et mythiques que sont la « Révolution » et la « Réaction ». Divisés politiquement, les étudiants étaient unis par leur latino-américanisme, leur patriotisme et leur quête de liberté scolaire. En 1912, survint le scandale : l’homme par qui il arriva, était l’intellectuel argentin Manuel Ugarte.

  • 66 Yankelevich P., « Una mirada argentina de la Revolución mexicana. La gesta de Manuel Ugart (...)
  • 67 Garciadiego J., art. cit., in Luna et al., op. cit., p. 158-159.
  • 68 El País, 27-01-1912. La manifestation fut organisée par l’étudiant en droit L. Jasso (sign (...)
  • 69 Parmi les orateurs de la manifestation : E. Soto Peimbert (madériste, signataire de la pét (...)

24Infatigable promoteur de l’union latino-américaine, Ugarte débarqua fin 1911 à Veracruz. L’auteur de L’avenir de l’Amérique latine effectuait une tournée américaine pour défendre son projet unioniste66. Invité par l’Athénée de la Jeunesse, une association de jeunes intellectuels anti-positivistes, Ugarte devait exposer ses conceptions littéraires : il décida de parler politique, ce que le gouvernement de Madero refusa, tout comme l’Athénée, présidé par Vasconcelos, lequel était aussi président du parti pro-Madero (le Parti constitutionnel progressiste)67. Les étudiants, désireux d’entendre Ugarte, manifestèrent leur désaccord, ce qui exaspéra Vasconcelos qui bafoua l’honneur de la jeunesse des écoles, en écrivant que la « classe étudiante » était une « classe dégénérée ». Une manifestation fut organisée le 26 janvier 1912, par les mêmes étudiants qui avaient demandé la démission de Díaz et encensé Madero quelques mois auparavant68. Après avoir écouté La Marseillaise, les étudiants allèrent publiquement crier leur haine de Vasconcelos, du journal pro-Madero La Nueva Era, puis leur soutien à Ugarte et à l’union latino-américaine. Une nouvelle manifestation eut lieu le lendemain69. Ugarte y prêcha devant des étudiants convaincus la défense des « nobles idéaux » de la « race latino-américaine ». D’autres orateurs s’adressèrent aux étudiants dans des termes plus angoissants : « nous ne voulons pas la tutelle des yanquis, nous ne voulons pas que leur civilisation nous envahisse, car nous savons bien que c’est une civilisation de commerçants », clama l’étudiant en médecine Francisco Castillo Nájera, qui avait été congressiste en 1910. L’ingénieur Guillermo Castillo y Tapia insinua que si Madero avait obtenu la protection des États-Unis, c’était peut-être en échange de la signature de nouveaux contrats léonins. Ces discours semèrent le trouble. La charge était d’autant plus alarmante que la Révolution venait du Nord.

  • 70 Garciadiego J., art. cit., in Luna et al., op. cit., p. 159-160. Des manifestations étudia (...)
  • 71 El País, 31-01-1912.
  • 72 Argumentaire de l’étudiant agronome Juan de Dios Bojórquez. El País, 07-02-1912.
  • 73 Meyer J., op. cit., p. 46.
  • 74 El País, 07-03-1912.
  • 75 El País, 25-04-1912.
  • 76 El País, 25-05-1912.

25Partisans d’Ugarte, les étudiants obtinrent la démission du secrétaire des Relations extérieures, Manuel Calero70. Les jeunes protestataires furent aussi bien soutenus par des partisans du gouvernement passé que par des déçus du madérisme. Pour défendre l’honneur du groupe, les étudiants durent rappeler à Vasconcelos qu’ils avaient bien demandé la démission de Díaz l’année passée71. Quant à la yankeephobie des étudiants, elle se trouva vite confirmée : l’angoisse de la guerre étrangère s’alimentait de la réalité des guerres intestines, prétexte à une intervention états-unienne. Zapata s’était soulevé en novembre 1911 contre Madero, au nom des revendications du Plan de Ayala. Face aux rébellions multiples, les étudiants devaient travailler pour la paix publique, puis à l’union de l’Amérique latine, afin de renforcer leur nation face aux États-Unis72. En février 1912, Taft mobilisa 34000 hommes sur la frontière et 60000 volontaires73. En mars, les étudiants de plusieurs écoles de la capitale demandèrent à Madero une instruction militaire immédiate pour défendre le sol mexicain contre une intervention nord-américaine74. Le 25 mars 1912, le révolutionnaire Pascual Orozco se soulevait contre Madero. L’étudiant Benjamín Arroyo lança alors un appel désespéré à ses camarades : « Une guerre étrangère est à nos portes, face au danger commun nous devons tous nous unir75. » Un mois plus tard, des étudiants de la capitale formèrent l’Union étudiante de Défense nationale (UEDN)76. L’UEDN, présidée par le madériste (et pro-Ugarte) Enrique Estrada, demandait une « instruction militaire obligatoire » pour créer dans les Écoles des éléments « de réserve ». Madero ne donna pas suite à cette initiative.

  • 77 Mabry D., op. cit., p. 25-26.
  • 78 Garciadiego J., art. cit., in Luna et al., op. cit., p. 160.
  • 79 Les principaux leaders de la grève n’avaient pas pour dénominateur commun l’anti-madérisme (...)
  • 80 Mabry D., op. cit., p. 27-28.
  • 81 El País, 30-09-1912.

26L’autre volant du combat étudiant fut la lutte contre les intromissions du pouvoir politique dans les écoles. Convaincu, depuis l’affaire Ugarte, que les étudiants étaient instrumentalisés par des partisans de l’Ancien Régime, Madero plaça son vice-président Suárez à la tête du secrétariat à l’Instruction publique. Ce dernier commit l’erreur de confier la direction de l’ENJ à Luis Cabrera le 20 avril 191277. Les méthodes de Cabrera, l’intellectuel de la Révolution, suscitèrent de nombreuses réticences parmi les étudiants78. Cabrera souhaitait imposer deux examens écrits par an à des étudiants pourtant inscrits dans un bastion de l’éloquence. Les étudiants en droit firent grève en juin et juillet 191279. Les grévistes s’adressèrent à Suárez puis Madero, qui maintint son soutien à Cabrera. La sortie de crise fut radicale : les étudiants, aidés par une constellation d’opposants à Madero, fondèrent une nouvelle école, l’« École libre de droit » (ELD)80. Il ne faut pas voir, dans cette scission de l’ENJ, un combat anti-madériste : les étudiants se réjouirent surtout d’avoir obtenu la création d’une école autonome vis-à-vis de l’Exécutif. Un des étudiants de l’ELD rappelait l’importance de la nouvelle institution, véritable « coup de clairon précurseur de l’émancipation des futures consciences étudiantes des influences engourdissantes du pouvoir public81 ».

  • 82 El País, 22-02, 08-09, 14-09-1912.
  • 83 El País, 30-09-1912.

27En septembre 1912, la victoire des apprentis juristes conduisit les dirigeants étudiants à débattre à nouveau des modalités de l’union de leur classe. Les travaux pour financer le futur Second Congrès national étudiant se poursuivirent durant toute l’année 1912, grâce à la bonne volonté des élèves des provinces82. À la capitale, les étudiants discutaient de l’union nationale et du rôle particulier des « étudiants universitaires ». Le nouveau directeur de l’École des hautes études, le docteur Alfonso Pruneda, avait récemment tenu un discours enthousiaste devant la SDA de médecine, annonçant « aux étudiants du Mexique une vie nouvelle : la vie de constante amélioration et de progrès continu que [vivaient] les étudiants des pays européens et de la voisine République du Nord83 ». Pruneda était alors, comme l’avait été Émile Durkheim en France, un fervent promoteur des associations étudiantes. Pruneda, qui réfléchissait en se fondant sur des références internationales, soutenait un projet d’« association des étudiants universitaires ». L’unique université étant celle de Mexico, le projet se réduisait, de fait, à la capitale. Le docteur Pruneda voulait faire de la « classe étudiante de la capitale »

  • 84 Ibid.

« une collectivité plus uniforme, plus compacte, plus vigoureuse et plus forte, capable de répondre de manière satisfaisante aux hautes destinées de civilisation et de progrès que la République attend d’elle, et capable, dans le même temps, de maintenir en constante et indéclinable tension la force et le prestige de son pouvoir moral, pour défendre, avec probabilités de triomphe, en cas d’outrage et devant qui cela serait nécessaire, l’empire de ses propres droits84 ».

28Les jeunes intellectuels jugeaient d’un très bon œil cette volonté de fortifier la « classe étudiante ». Toutefois, la réalité nationale étant davantage fondée sur des écoles que sur des universités, ils souhaitaient conserver l’idée d’un projet interscolaire, tel qu’acté en 1910. Ezequiel Padilla, héros du mouvement de libération de l’ENJ et président du Casino National des Étudiants, jugeait :

  • 85 Ibid.

« Je crois que le projet de M. le docteur Pruneda est noble et doit être réalisé pour le bien de la classe étudiante ; le centre peut être établi facilement, mais pas sous le nom d’“Association des Étudiants Universitaires”, mais sous un nom distinct, par exemple, celui d’Association Nationale des Étudiants85. »

  • 86 El País, 29-09-1912.
  • 87 Les trois organisateurs du meeting : E. Padilla (étudiant de l’ELD), L. Jasso (congressist (...)

29Pruneda décida d’ajourner sa participation86. Par ailleurs, les dirigeants étudiants, conscients des ravages de la guerre civile, n’entendaient pas limiter leur organisation à la défense corporative. Ils projetaient, en effet, d’organiser un grand meeting pour demander à Madero d’engager des « négociations formelles de paix avec les chefs révolutionnaires qui [opéraient] dans la République87 ». En cas d’échec, le cabinet d’alors devait démissionner. L’appel des étudiants ne put être entendu. La « décade tragique » (9-18 février 1913) commençait. À l’issue du coup d’État, Huerta fut nommé président intérimaire du pays. Madero, qui devait prendre le chemin de l’exil, fut abattu avec Suárez le 22 février 1913. L’apôtre de la Révolution était devenu son martyr.

La classe étudiante, soutien unanime de Victoriano Huerta ?

  • 88 El País, 28-03-1913. Padilla obtint alors une bourse grâce à Emilio Rabasa. Garciadiego J. (...)
  • 89 Michael Meyer a déconstruit le mythe du huertisme réactionnaire. Meyer M. C., Huerta : a P (...)
  • 90 Fait capital : le complot de février 1913 avait été préparé avec le professeur de l’ENJ Ro (...)

30À maints égards, le nouvel homme providentiel, un Indien huichol fasciné par l’Allemagne et le Japon, fut accueilli avec crainte par les étudiants. Pour la première fois, la violence avait touché la capitale. Certains dirigeants le reçurent à bras ouverts afin de faire progresser la cause étudiante, à l’instar d’Ezequiel Padilla qui, le 27 mars, rendit visite à Huerta, lequel promit alors à la jeunesse des bourses pour aller étudier en Europe. Padilla, ancien madériste, souligna que le gouvernement précédent n’avait pas su comprendre le « noble esprit » des étudiants88. Toutefois, la majorité resta silencieuse, et il serait malaisé de faire de ce silence un soutien explicite à un régime autoritaire mais non « réactionnaire », né des guerres intestines et des pressions étrangères et qui mourut ensuite des mêmes maux89. Plusieurs professeurs sympathisaient d’ailleurs avec le nouveau régime90. La « militarisation » de certaines écoles, turbulentes, fut très contestée par les étudiants, civils par excellence. À l’inverse, la réforme anti-positiviste de l’ENP fut appréciée par la jeunesse intellectuelle. Le fait le plus notable en matière d’organisation étudiante fut l’essor du Centre des étudiants catholiques mexicains (CECM).

  • 91 El País, 15-03-1913.
  • 92 Ibid. Le même journal avait pourtant relayé l’annonce de la réunion, organisée par la Soci (...)
  • 93 El País, 15-03-1913. Rappelons que Prieto Laurens avait rejoint une première fois les zapa (...)
  • 94 Le journal avait relayé à plusieurs reprises les conférences de la Société philosophico-ca (...)
  • 95 El País, 19-03-1913.
  • 96 M. Torner, futur dirigeant du CLEDF, fut vraisemblablement un huertiste convaincu : il sou (...)
  • 97 El País, 15-03-1913.
  • 98 El País, 19-03-1913.

31De nombreux étudiants savaient que le nouveau régime était contesté et certains osaient afficher leur scepticisme. Le 15 mars 1913, de jeunes étudiants furent publiquement accusés de « zapatisme aigu91 » par El País. Les accusations infamantes du journal catholique portaient sur une réunion de preparatorianos organisée le 13 mars par une petite association étudiante, la « Société scientifique », dont « l’exquise stupidité » fut dénoncée92. L’étudiant Jorge Prieto Laurens, « à l’aspect déguenillé », y aurait lancé des attaques « contre la presse indépendante » et aurait été alors « applaudi par le groupe d’ignorants qui [communiaient] avec son credo incendiaire93 ». L’intention du journal était probablement de rappeler à l’ordre le jeune Prieto, étudiant catholique bien connu d’El País94. Les accusés exercèrent néanmoins leur droit de réponse le 17 mars 1913, dans une lettre adressée au directeur du journal95. Leur version était apparemment tout autre : des étudiants membres de la Société scientifique, Eligio Ortega et Miguel Torner, avaient soutenu, le 24 février, une initiative visant à organiser un grand emprunt national de 100 millions de pesos pour le gouvernement96. Torner et Ortega voulaient faire appel à « l’influence morale du corps étudiant » pour encourager les autres groupes sociaux à verser une obole. Ne s’agissait-il pas d’un projet éminemment patriotique en ces temps de guerre civile ? Prieto et ses camarades ne l’entendaient pas ainsi : il s’agissait bien d’une initiative politique, visant à conforter un gouvernement qui n’était pas entièrement légitime. À quoi allait servir l’argent, si ce n’est à acheter des armes pour écraser les chefs révolutionnaires97 ? Les étudiants soulignaient : « nous ne pouvons que reconnaître le mécontentement général qui règne dans toute la nation, mécontentement qui se traduit par la menaçante rébellion de toute la frontière nord du pays98 ».

  • 99 Ibid.
  • 100 El País, 01-04-1913.
  • 101 Prieto Laurens J., op. cit., p. 20. Pineda Gómez F., op. cit., p. 274-275.
  • 102 El País, 25-04-1913.
  • 103 El País, 20-05, 10-07, 29-11-1913.
  • 104 Meyer M. C., « The Militarization ofMexico, 1913-1914 », The Americas, 1971, vol. 27, no 3 (...)
  • 105 El País, 02-07-1913.
  • 106 El País, 04-07-1913.
  • 107 El País, 12-07-1913.

32La Société scientifique rejeta à la majorité le projet de Torner et d’Ortega99. L’ENP paraissait hostile à Huerta100. Un mois plus tard, le 23 avril 1913, Jorge Prieto Laurens, complotant avec dix camarades contre le régime de Huerta, était appréhendé à San Lucas Xochimancas101. Journaux et étudiants demandèrent à Huerta de faire preuve de clémence102. Le feuilleton du complot étudiant rythma l’année 1913, car plusieurs étudiants récidivèrent, preuve du magnétisme qu’exerçait sur eux la Révolution103. Ce fut dans ce contexte que Huerta, dans sa stratégie de militarisation nationale, décida de transformer l’École d’agriculture et l’ENP en casernes militaires, provoquant l’ire des étudiants « civilistes104 ». Huerta passa en force, générant en juillet 1913 un important mouvement de protestation à l’ENP, dont le cri de ralliement était « À bas le régime militaire105 ! »« À bas le militarisme » fut ensuite scandé dans une nouvelle manifestation de 700 étudiants le 3 juillet 1913, devant la caserne du XXe bataillon d’infanterie106. Huit jours plus tard, l’angoisse d’une intervention des États-Unis transforma toutefois ce refus d’obtempérer en ferveur patriotique107. Le régime du « cafard », né au temps des troubles, ne fut donc pas unanimement soutenu par les étudiants comme certains l’écrivirent par la suite. Pour ceux qui vécurent ces années-là, l’autre aspect crucial fut la mise à mort du positivisme et le renouveau catholique.

  • 108 « La Liga Nacional de Estudiantes Católicos en México », El Estudiante, sept. 1913, vol. 1 (...)

33Le régime militaire de Huerta vit en effet triompher la réaction anti-positiviste, qui avait germé durant les dernières années du Porfiriat, et se consolider l’organisation des étudiants catholiques, laquelle avait commencé sous Madero. La Ligue nationale des étudiants catholiques (LNEC) avait été fondée en juin 1911, afin de soutenir le jeune Parti catholique national (PCN), lequel avait été organisé avant le départ de Díaz108. La LNEC, du fait de la guerre civile, se réduisait à certaines villes. Mexico abritait, elle, le Centre des étudiants catholiques mexicains (CECM), créé le 2 février 1913 et dont la devise était « Pour Dieu et la Patrie ». Sous le régime de Huerta, partisan de la conciliation religieuse, le CECM put se renforcer et éditer un bulletin mensuel, El Estudiante.

  • 109 Ibid., p. 24-25.
  • 110 Gardet M., Jeunesse d’Église, Jeunesse d’État au Mexique 1929-1945. Action des catholiques (...)
  • 111 Personnage clé du renouveau catholique mexicain, Bergoënd, né à Annecy en 1871, intégra la (...)

34Dédié à la « christianisation de la jeunesse », le combat principal du CECM était la lutte contre l’école laïque et contre « la fange des erreurs inculquées dans nos écoles officielles » : le positivisme109. À défaut d’obtenir la fin immédiate de l’école laïque, le CECM assurait la contre-formation des élites catholiques. Le modèle du centre était très clairement l’Association catholique de la jeunesse française (ACJF). Le centre fut d’ailleurs le noyau dur de l’Association catholique de la jeunesse mexicaine (ACJM), fondée le 12 août 1913110. Jorge Prieto Laurens se rachetait désormais une conduite, après son complot avorté, en traduisant l’organe de l’ACJF, La Vie Nouvelle. L’assistant ecclésiastique du Centre était le jésuite savoyard Bernard Bergoënd111. Embryon de l’ACJM, le CECM concentrait néanmoins son attention sur les étudiants, comme le rappelait l’article 3 de ses statuts, définissant les buts de l’organisation :

  • 112 « Estatutos », El Estudiante, mai 1914, vol. 1, no 9, p. 313-314.

« L’amélioration morale, intellectuelle, physique et économique de la classe étudiante ; la formation d’apôtres qui travaillent pour la restauration de l’ordre social chrétien ; et le développement des œuvres catholico-sociales112. »

35Comme son référent français, le catholicisme intransigeant du CECM fut aussi la matrice d’un catholicisme social. Toute traduction, même littérale, des écrits français, était appréhendée dans l’angoissante réalité mexicaine :

  • 113 « La acción de los jóvenes » (traduit de La Vie Nouvelle de l’ACJF), El Estudiante, sept. (...)

« Dans le moment historique actuel on ne se contente ni se satisfait des vertus qui brillent dans l’intimité du foyer, alors qu’à l’extérieur le monde de la réalité continue à évoluer ou bien se voit enveloppé par le chaos de la révolution113. »

  • 114 Ibid., p. 15.
  • 115 « Estatutos », El Estudiante, mai 1914, vol. 1, no 9, p. 313.

36Ces mots de septembre 1913, traduits par Prieto Laurens, alors sympathisant de la Révolution constitutionnaliste, n’étaient-ils pas une résistance de plus au régime de Huerta ? Ils appelaient, dans tous les cas, à l’engagement intransigeant, fondé sur le triptyque « piété, étude, action » et projetant le « triomphe de Dieu sur terre114 ». La réponse à la question sociale devait passer par l’action des étudiants catholiques, qui examinaient les solutions possibles aux problèmes signalés par l’encyclique Rerum Novarum (1891)115.

  • 116 « Nuestra Misión », El Estudiante, sept. 1913, vol. 1, no 1, p. 4.
  • 117 « Por la Raza », El Estudiante, oct. 1913, vol. 1, no 2, p. 35.

37Bien qu’ils lussent avec intérêt les évolutions du catholicisme en France et en Belgique, l’horizon des étudiants du CECM était explicitement latino-américain116. La rédaction de El Estudiante saluait tout particulièrement l’initiative de l’Union ibéro-américaine de Madrid (UIA) qui promouvait alors, auprès des républiques latino-américaines, la fête du 12 octobre, « anniversaire de la découverte de l’Amérique », « fête de la langue, de la tradition, du sang, enfin de la Race117 ». Cette célébration était la fête de l’Amérique, fille d’une Espagne passée qui avait été « le bras droit de la religion du Christ ». Défenseurs de Dieu et de la Patrie, les étudiants du CECM furent, en 1913, les précurseurs de la « fête de la Race » au Mexique.

  • 118 El Estudiante, nov. 1913, vol. 1, no 3, p. 96-97.
  • 119 « Cristo Rey », El Estudiante, janv. 1914, vol. 1, no 5, p. 139.
  • 120 El País, 12-01-1914.

38La terrible situation du pays ne cessait d’angoisser les étudiants catholiques. Si certains membres du centre étaient sceptiques vis-à-vis du régime huertiste, ce ne fut pas la ligne officielle du CECM, lequel s’abstenait de prendre position et profitait du climat de conciliation religieuse. Signe clair de soutien à la militarisation huertiste, son bulletin reproduisait des photographies d’élèves de l’ENP marchant au pas cadencé118. Le 6 janvier 1914, le Mexique fut finalement consacré au « Christ-Roi119 ». Le 11, une grande manifestation catholique, organisée par le CECM, parcourut Mexico120. Le Mexique huertiste communiait pour son salut. Les libéraux virent dans ces événements une nouvelle preuve de son cléricalisme réactionnaire.

  • 121 « El Plan de Estudios », El Estudiante, janv. 1914, vol. 1, no 5, p. 188-189.

39Huerta donna une autre satisfaction aux étudiants catholiques et, plus généralement, à la jeunesse des écoles. Le « système positiviste » qui régnait à l’ENP fut aboli à la fin de l’année 1913. Cette réforme était le couronnement de l’offensive anti-positiviste, menée de longue date sous le Porfiriat, aussi bien par les libéraux à l’ancienne que par les catholiques. L’Athénée de la Jeunesse, fondé en 1909, avait fait de l’anti-positivisme le cœur de son combat. Un des membres de cette association de jeunes intellectuels, l’écrivain dominicain Pedro Henríquez Ureña signala l’importance de la réforme du programme de l’ENP dans une lettre au CECM : comparant la réforme à celle de 1902 menée par Gustave Lanson en France, cette révolution pédagogique redonnait son importance aux humanités, notamment à la philosophie121. Le huertisme avait du bon.

  • 122 Une commission étudiante se rendit dans le Morelos, fief de Zapata, pour obtenir « l’union (...)
  • 123 María y Campos A., « Por la Patria », El Estudiante, mai 1914, vol. 1, no 9, p. 287-288.
  • 124 El País, 25-04-1914.
  • 125 El País, 11-05-1914.

40Le triomphe de la philosophie de l’évolution créatrice fut néanmoins très vite rélegué au second plan. L’intervention des États-Unis, « l’éternel ennemi de notre race », en avril 1914, transforma l’angoisse de la guerre étrangère en cruelle réalité. Le débarquement des marines à Tampico (le 19 avril) puis à Veracruz (le 21) provoqua un véritable traumatisme et poussa de nombreux étudiants, catholiques et libéraux, à chercher l’union de tous les Mexicains face à l’envahisseur. Les anciens étudiants accusés de zapatisme partirent à la recherche des « révolutionnaires du Sud » pour fomenter l’union nationale, en vain122. L’agression du « Colosse d’Or » conforta le projet d’union latino-américaine des étudiants, lesquels concevaient le Mexique, à l’instar d’Ugarte, comme le rempart des républiques sœurs contre « l’impérialisme » yankee123. L’ENP devait se transformer en « grand centre de préparation militaire124 ». Toutefois, l’union sacrée ne put se faire. Les étudiants du CECM, rêvant d’une Cité catholique, organisèrent en mai une pénitence avec 20000 enfants de Mexico qui allèrent implorer l’« Auguste Patronne et Bienfaitrice la Vierge du Tepeyac125 ». La Vierge de Guadalupe devait intercéder auprès de Dieu pour obtenir la paix. Face à l’avancée des constitutionnalistes, Huerta quitta le pays en juillet 1914 à bord d’un bateau de guerre allemand. Mexico fut occupé en août par l’homme-lige de Carranza, Obregón, puis, après la convention d’Aguascalientes d’octobre, par Villa et Zapata en décembre 1914, au moment où Carranza se replia sur Veracruz.

  • 126 La ville de Mexico fut occupée de janvier à mars 1915 par les constitutionnalistes et repr (...)
  • 127 « ¡Adelante hacia el porvenir ! », El Estudiante, juin 1914, vol. 1, no 10, p. 316.

41Les révolutionnaires se scindèrent alors en deux factions rivales qui s’affrontèrent, les « constitutionnalistes », fidèles à Carranza, et les « conventionnistes » (regroupant les partisans de Zapata et Villa). 1915 fut l’année terrible de cette nouvelle guerre intestine, à l’issue de laquelle les carrancistes réussirent à s’imposer126. 1915, plus qu’une autre année, marqua les étudiants. Toutefois, dès juin 1914, les étudiants eurent le sentiment d’appartenir à une nouvelle génération. Cette « génération qui [s’ouvrait] à la vie » n’avait contemplé que « le tragique spectacle d’un régime qui meurt127 ». L’expression faisait davantage référence à l’ère porfirienne qu’au huertisme et permettait d’accepter le nouvel horizon qui s’imposait : la Révolution. Tournée vers l’avenir, la jeunesse intellectuelle était nécessairement appelée à reconstruire le pays. L’organisation nationale des étudiants devait ainsi donner chair au mythe de la « classe étudiante » et défendre l’honneur d’un groupe associé, à tort, à la « Réaction ».

Notes

1 Velázquez Albo M. de L., « La propuesta estudiantil de reforma en 1910 (Primer Congreso Nacional de Estudiantes) », in Alvarado M. de L., Tradición y reforma en la Universidad de México. Trabajos de historia y sociología, Mexico, Porrúa, 1994, p. 204.

2 Guerra F.-X., op. cit., vol. 1, p. 367.

3 Vázquez de Knaught J. Z., « La República restaurada y la educación : un intento de victoria definitiva », HM, oct.-déc. 1967, vol. 17, no 2, p. 200-211.

4 González Navarro M., op. cit., p. 49-52.

5 Piccato P., The Tyranny of Opinion : Honor in the Construction of the Mexican Public Sphere, Durham, DUP, 2010, p. 134.

6 González Navarro M., op. cit., p. 7.

7 Meyer J., op. cit., p. 17.

8 Loyo E., « De la desmovilización a la concientización. La escuela secundaria en México (1925-1940) », in Galván L. E. (dir.), Diccionario de historia de la educación en México, Mexico, Conacyt-CIESAS-DGSCA, UNAM, 2002.

9 Díaz y de Ovando C., La Escuela Nacional Preparatoria : Los afanes y los días, 1867-1910, Mexico, UNAM, 1972. 2 vol.

10 Guerra F.-X., op. cit., vol. 1, p. 384.

11 L’enseignement positiviste, fidèle à la loi des trois états de Comte (théologique, métaphysique puis positif), impliquait la suppression des enseignements religieux ou spéculatifs, et l’accent sur les sciences. Ibid., p. 344-345.

12 Márquez J., « La educación pública superior en México durante el siglo XIX. Concepto y niveles de la misma », in Galván L. E. (dir.), op. cit.

13 Velázquez Albo M. de L., « La mujer y la academia (de fines de siglo XIX y principios del XX) », in Galeana de Valadés P. (dir.), Universitarias latinoamericanas : liderazgo y desarrollo, Mexico, UNAM, 1990, p. 219-227. À la fin de l’année 1910, les écoles professionnelles de Mexico délivrèrent 116 diplômes, huit seulement furent attribués à des femmes. Sur la centaine de participants au congrès de 1910, on comptait, fait non négligeable, une dizaine de jeunes femmes.

14 Piccato P., op. cit., p. 136.

15 Ibid., p. 119.

16 Velázquez Albo M. de L., art. cit., in Alvarado M. de L., op. cit., p. 212.

17 Guerra F.-X., op. cit., vol. 1, p. 381. Voir aussi Galván L. E., « Del arte de ser maestra y maestro a su profesionalización », in Galván L. E. (dir.)., op. cit. Bazant M., Historia de la educación durante el porfiriato, Mexico, Colmex, 1993.

18 Guerra F.-X., op. cit., vol. 1, p. 385. Rodríguez M. de l. Á., « Historia de la educación técnica », in Galván L. E. (dir.), op. cit.

19 Torres Septién V., « La educación privada en México », in Galván L. E. (dir.), op. cit.

20 Velázquez Albo M. de L., art. cit., in Alvarado M. de L., op. cit., p. 210.

21 Guerra F.-X., op. cit., vol. 1, p. 386.

22 Ibid., p. 386.

23 Alvarado M. de L., « La universidad libre : primer movimiento estudiantil del México independiente (1875) », in Marsisker. (dir.), Movimientos estudiantiles en la historia de América Latina, Mexico, UNAM, 1999, vol. 1, p. 61-62. Sur 1884 voir Guerra F.-X., op. cit., vol. 1, p. 396.

24 El Monitor republicano, 04-12-1884, in Díaz y de Ovando C., op. cit., vol. 2, p. 202-205.

25 Garciadiego J., « Movimientos estudiantiles durante la Revolución mexicana (estudio de caso de la participación de un grupo de clase media urbana) », in Luna L., Pavón A., Ramírez C. I. et al., Los estudiantes : trabajos de historia y sociología, Mexico, UNAM, 1989, p. 141.

26 El Imparcial, 10-02-1901, 13-02-1901, Díaz y de Ovando C., op. cit., vol. 2, p. 412.

27 Guerra F.-X., op. cit., vol. 1, p. 399.

28 Ibid., p. 400. Le Parti libéral mexicain (PLM), fondé par les frères Flores Magón, fut la continuation radicale des Clubs libéraux. Le PLM se vit contraint de fuir à San Antonio (Texas) puis à Saint Louis (Missouri), d’où l’anarchiste Ricardo Flores Magón appela à la révolution en 1906.

29 Le milieu étudiant était majoritairement reyiste à Mexico, Puebla, Culiacán et Guadalajara. Guerra F.-X., op. cit., vol. 2, p. 140-141.

30 Prieto Laurens J., Cincuenta Años de Política Mexicana : Memorias políticas, Mexico, Editorial mexicana de periódicos, libros y revistas, 1968, p. 9.

31 Guerra F.-X., op. cit., vol. 1, p. 387, 400. Garciadiego J., art. cit., in Luna L., Pavón A., Ramírez C. I. et al., op. cit., p. 150.

32 ÀSan Luis Potosí, l’Institut scientifique et littéraire fut le théâtre d’une grève anti-Díaz en mars 1910, dirigée par J. Barragán, secrétaire du Club étudiant madériste, qui devint par la suite un général révolutionnaire.

33 Díaz y de Ovando C., op. cit., vol. 2, p. 520. La SDA de l’École nationale de médecine fut créée par des opposants à Porfirio et joua un rôle important dans l’organisation du congrès de 1910. Mabry D., op. cit., p. 19-20.

34 Velázquez Albo M. de L., art. cit., in Alvarado M. de L., op. cit., p. 208.

35 El Imparcial, 11-04-1909, Díaz y de Ovando C., op. cit., vol. 2, p. 568-569.

36 Ibid., p. 569. Les científicos étaient, à l’origine, un groupe d’intellectuels ayant soutenu la candidature présidentielle de Porfirio en 1892. Organisateurs de l’Union libérale, ils signèrent un manifeste préconisant l’analyse « scientifique » des problèmes sociaux du pays. Dirk Raat W., « Leopoldo Zea and Mexican Positivism : A Reappraisal », HAHR, 1968, vol. 48, no 1, p. 8.

37 El Imparcial, 25-05-1909, Díaz y de Ovando C., op. cit., vol. 2, p. 569.

38 El Imparcial, 28-10-1908, ibid., p. 565.

39 El Tiempo, 21-03-1910.

40 El Imparcial, 16-04-1910.

41 El Tiempo, 14-04-1910.

42 Velázquez Albo M. de L., art. cit., in Alvarado M. de L., op. cit., p. 226.

43 Guerra F.-X., op. cit., vol. 2, p. 208. Garciadiego J., art. cit., p. 780.

44 Velázquez Albo M. de L., art. cit., in Alvarado M. de L., op. cit., p. 220.

45 Ibid., p. 224-228.

46 En mars 1909, la direction de l’ENP fit distribuer gratuitement Ariel à tous ses étudiants. Díaz y de Ovando C., op. cit., vol. 2, p. 567.

47 Velázquez Albo M. de L., art. cit., in Alvarado M. de L., op. cit., p. 214.

48 Ce célèbre poème s’adressait ainsi au président Theodore Roosevelt (1901-1909) : « tu es les États-Unis, tu es le futur envahisseur, de l’Amérique ingénue qui a du sang indigène, qui prie encore Jésus-Christ et parle encore espagnol ».

49 Mabry D., op. cit., p. 23. Parmi les arrestations : les deux étudiants de Puebla, A. Alarcón et L. Sánchez Pontón. Velázquez Albo M. de L., art. cit., in Alvarado M. de L., op. cit., p. 231. Les étudiants protestèrent dans El País le 14 septembre et obtinrent la libération des détenus.

50 Mabry D., op. cit., p. 4. Garciadiego J., « De Justo Sierra a Vasconcelos. La Universidad Nacional durante la Revolución mexicana », HM, 1997, vol. XLVI, no 184, p. 770.

51 Lempérière A., « Los dos centenarios de la independencia mexicana (1910-1921) : de la historia patria a la antropología cultural », HM, 1995, vol. 45, no 2, p. 317-352.

52 « Discurso en el acto de la inauguración de la Universidad Nacional de México, el 22 de septiembre de 1910 », in Sierra J., Obras completas. Discursos, Mexico, UNAM, 1991, p. 448.

53 Fell C., op. cit., p. 277.

54 Garciadiego J., art. cit., p. 776-780.

55 Mabry D., op. cit., p. 5-6.

56 Fell C., op. cit., p. 275.

57 Les protestations étudiantes eurent lieu les 8 et 9 novembre et déplurent à l’ambassadeur H. Lane Wilson : le drapeau américain y fut brûlé. Garciadiego J., « Movimientos estudiantiles… », in Luna et al., op. cit., p. 147-151.

58 La participation des étudiants aux insurrections de 1911 fut réduite, mais relative à leur part dans la société : 15 % des congressistes de 1910 rejoignirent les files révolutionnaires durant la décennie. Parmi les coups d’éclat, le principal fut le « complot de Tacubaya » en mars, auquel prirent part plusieurs étudiants (J. Domingo Ramírez Garrido, J. Siurob, L. Gual, tous ayant participé aux manifestations antiyankees de novembre 1910). Jorge Prieto Laurens, futur dirigeant étudiant, rallia en janvier 1911 un groupe armé dirigé par M. Vicario dans l’État de Puebla. Son père, qui travaillait pour une entreprise dirigée par le neveu de Díaz, fut très inquiet de sa disparition soudaine, d’autant plus que Jorge lui avait emprunté son revolver Smith & Weson. Prieto et ses camarades furent arrêtés dans le Morelos, avant de s’échapper pour rallier Zapata. Prieto reprit ensuite ses études en deuxième année d’ENP. Prieto Laurens J., op. cit., p. 10-11. Pineda Gómez F., La revolución del sur : 1912-1914, Mexico, Era, 2005, p. 275.

59 El País, 30-04-1911, texte daté du 21-04-1911. Parmi les 1000 signataires, les premiers noms de la liste (E. Estrada, L. Jasso, G. Zúñiga) semblent avoir été ceux qui ont impulsé le mouvement. E. Estrada, élève ingénieur, frère du madériste R. Estrada, animait ce groupe d’étudiants anti-réélectionnistes. La bataille décisive de Ciudad Juárez ne se terminant que début mai, le texte regroupait à la fois des madéristes convaincus et de nombreux étudiants inquiets du cours des événements.

60 El País, 06-05-1911.

61 Parmi les signataires, se trouvaient en effet E. Soto Peimbert (futur président du CLEDF), A. Vásquez del Mercado (futur membre du groupe des « sept sages ») et J. Espejel (futur fondateur du CLEDF). Le frère de Jorge Prieto Laurens (futur président du CLEDF), Antonio, la signa aussi. Cette pétition peut être considérée comme le passage du témoin entre une partie du groupe déjà expérimentée (comme les congressistes étudiants de 1910 A. Alarcón et E. Ahumada) et de nouvelles recrues.

62 El País, 09-06-1911.

63 El País, 22-06-1911. Appel signé par cinq représentants étudiants (E. Soto Peimbert pour ingénierie, O. Paz senior pour l’ENJ, G. Méndez pour commerce, I. González pour l’ENP, M. Ramos pour odontologie).

64 Les étudiants effectuèrent des cérémonies en l’honneur de Madero en septembre et octobre 1911. Ils soutinrent notamment sa politique pacificatrice et le désarmement des zapatistes. Garciadiego J., « Movimientos estudiantiles… », in Luna et al., op. cit., p. 156-157.

65 Les anciens madéristes proclamaient leur fidélité à la Révolution de 1910 tout en disant qu’elle n’était pas achevée. Les frères Vázquez Gómez (Emilio et Francisco), anciens membres du Parti national antiréélectionniste, se soulevèrent en octobre 1911 (Plan de Tacubaya), Zapata en novembre de la même année (Plan de Ayala). Bernardo Reyes se souleva aussi en novembre 1911 (Plan de la Soledad).

66 Yankelevich P., « Una mirada argentina de la Revolución mexicana. La gesta de Manuel Ugarte », HM, 1995, vol. XLIV, no 4, p. 647-650.

67 Garciadiego J., art. cit., in Luna et al., op. cit., p. 158-159.

68 El País, 27-01-1912. La manifestation fut organisée par l’étudiant en droit L. Jasso (signataire de la pétition contre Díaz, auteur de l’éloge à Madero) avec ses camarades de jurisprudence. E. Estrada (madériste et signataire de la pétition de 1911) fut un des orateurs.

69 Parmi les orateurs de la manifestation : E. Soto Peimbert (madériste, signataire de la pétition anti-Díaz) et B. Vadillo (congressiste en 1910). El País, 28-01-1912.

70 Garciadiego J., art. cit., in Luna et al., op. cit., p. 159-160. Des manifestations étudiantes eurent lieu à Guadalajara, Puebla, San Luis Potosí, Aguascalientes, Toluca et Guanajuato.

71 El País, 31-01-1912.

72 Argumentaire de l’étudiant agronome Juan de Dios Bojórquez. El País, 07-02-1912.

73 Meyer J., op. cit., p. 46.

74 El País, 07-03-1912.

75 El País, 25-04-1912.

76 El País, 25-05-1912.

77 Mabry D., op. cit., p. 25-26.

78 Garciadiego J., art. cit., in Luna et al., op. cit., p. 160.

79 Les principaux leaders de la grève n’avaient pas pour dénominateur commun l’anti-madérisme mais la libération de leur école du contrôle de l’Exécutif. Il y avait, parmi eux, aussi bien des madéristes (E. Padilla) que des étudiants plus critiques (M. Herrera y Lasso). Les deux frères MacGregor (Luis et Vicente, congressistes en 1910) et E. Portes Gil (nommé délégué du Tamaulipas pour le congrès de 1910) se distinguèrent aussi, preuve de la continuité du combat étudiant pour la liberté des écoles. Garciadiego J., art. cit., in Luna et al., op. cit., p. 162.

80 Mabry D., op. cit., p. 27-28.

81 El País, 30-09-1912.

82 El País, 22-02, 08-09, 14-09-1912.

83 El País, 30-09-1912.

84 Ibid.

85 Ibid.

86 El País, 29-09-1912.

87 Les trois organisateurs du meeting : E. Padilla (étudiant de l’ELD), L. Jasso (congressiste en 1910, étudiant à l’ELD) et E. Valdés (étudiant catholique, inscrit en Médecine). El País, 08-02-1913.

88 El País, 28-03-1913. Padilla obtint alors une bourse grâce à Emilio Rabasa. Garciadiego J., art. cit. in Luna et al., op. cit., p. 167.

89 Michael Meyer a déconstruit le mythe du huertisme réactionnaire. Meyer M. C., Huerta : a Political Portrait, Lincoln, University of Nebraska Press, 1972, p. 156-177. Les dépenses sociales du régime furent plus élevées que celles de Madero (et que celles de Carranza après lui). Le Premier ministre de Huerta instaura le repos dominical obligatoire. Face aux États-Unis, Huerta brandit la menace de l’expropriation pétrolière. Il se défit enfin du clan Díaz. Huertisme ne signifiait pas non plus cléricalisme : le télégramme de soutien à Huerta envoyé par le Vatican et publié par El País fut en réalité un des prétextes des constitutionnalistes pour la persécution de l’Église. Meyer J., op. cit., p. 48.

90 Fait capital : le complot de février 1913 avait été préparé avec le professeur de l’ENJ Rodolfo Reyes (fils de Bernardo), lequel fut membre du premier cabinet Huerta. Plusieurs professeurs des écoles prestigieuses furent des collaborateurs de Huerta. Garciadiego J., art. cit., in Luna et al., op. cit., p. 165-166.

91 El País, 15-03-1913.

92 Ibid. Le même journal avait pourtant relayé l’annonce de la réunion, organisée par la Sociedad Científica de Estudiantes « Francisco Díaz Covarrubias ». Il y avait parmi les membres de cette société plusieurs futurs membres importants du CLEDF (A. Desentis, M. Torner, J. Jiménez Rueda). Prieto Laurens J., op. cit., p. 13.

93 El País, 15-03-1913. Rappelons que Prieto Laurens avait rejoint une première fois les zapatistes en 1911.

94 Le journal avait relayé à plusieurs reprises les conférences de la Société philosophico-catholique « Jaime Balmes » des étudiants, dont le secrétaire était J. Prieto Laurens. El País, 05-10, 12-10, 19-10-1912.

95 El País, 19-03-1913.

96 M. Torner, futur dirigeant du CLEDF, fut vraisemblablement un huertiste convaincu : il soutint ce grand emprunt deux jours après l’assassinat de Madero.

97 El País, 15-03-1913.

98 El País, 19-03-1913.

99 Ibid.

100 El País, 01-04-1913.

101 Prieto Laurens J., op. cit., p. 20. Pineda Gómez F., op. cit., p. 274-275.

102 El País, 25-04-1913.

103 El País, 20-05, 10-07, 29-11-1913.

104 Meyer M. C., « The Militarization ofMexico, 1913-1914 », The Americas, 1971, vol. 27, no 3, p. 293-306.

105 El País, 02-07-1913.

106 El País, 04-07-1913.

107 El País, 12-07-1913.

108 « La Liga Nacional de Estudiantes Católicos en México », El Estudiante, sept. 1913, vol. 1, no 1, p. 24.

109 Ibid., p. 24-25.

110 Gardet M., Jeunesse d’Église, Jeunesse d’État au Mexique 1929-1945. Action des catholiques et fastes révolutionnaires, Paris, L’Harmattan, 2003, p. 44.

111 Personnage clé du renouveau catholique mexicain, Bergoënd, né à Annecy en 1871, intégra la Compagnie de Jésus en 1889. Âgé de 20 ans, il se rendit au Mexique en 1891 et étudia dans les collèges de San Luis Potosí et de Saltillo. En 1900-1902, il poursuivit ses études au collège d’Oña (à Burgos, en Espagne) et à Saint Louis (Missouri). De 1903 à 1908, il enseigna dans plusieurs collèges jésuites au Mexique (El Llano, Puebla, Mexico, Guadalajara). Il contribua à l’organisation de l’Union politique et sociale des catholiques mexicains en 1909, antécédent du PCN.

112 « Estatutos », El Estudiante, mai 1914, vol. 1, no 9, p. 313-314.

113 « La acción de los jóvenes » (traduit de La Vie Nouvelle de l’ACJF), El Estudiante, sept. 1913, vol. 1, no 1, p. 16.

114 Ibid., p. 15.

115 « Estatutos », El Estudiante, mai 1914, vol. 1, no 9, p. 313.

116 « Nuestra Misión », El Estudiante, sept. 1913, vol. 1, no 1, p. 4.

117 « Por la Raza », El Estudiante, oct. 1913, vol. 1, no 2, p. 35.

118 El Estudiante, nov. 1913, vol. 1, no 3, p. 96-97.

119 « Cristo Rey », El Estudiante, janv. 1914, vol. 1, no 5, p. 139.

120 El País, 12-01-1914.

121 « El Plan de Estudios », El Estudiante, janv. 1914, vol. 1, no 5, p. 188-189.

122 Une commission étudiante se rendit dans le Morelos, fief de Zapata, pour obtenir « l’union patriotique entre révolutionnaires et fédéraux pour combattre l’envahisseur ». Trasloheros F., « Valor y confianza », El Estudiante, mai 1914, vol. 1, no 9, p. 286.

123 María y Campos A., « Por la Patria », El Estudiante, mai 1914, vol. 1, no 9, p. 287-288.

124 El País, 25-04-1914.

125 El País, 11-05-1914.

126 La ville de Mexico fut occupée de janvier à mars 1915 par les constitutionnalistes et reprises par eux en juillet 1915. 1915 fut l’année des batailles les plus sanglantes : les deux batailles de Celaya (7 et 13 avril 1915) où Obregón perdit 9000 hommes et Villa vit 25000 de ses compagnons d’armes mourir, celle de Trinidad (29 avril-5 juin) puis d’Aguascalientes (juillet).

127 « ¡Adelante hacia el porvenir ! », El Estudiante, juin 1914, vol. 1, no 10, p. 316.

Table des illustrations

Légende • Tableau 1. – L’évolution de la répartition des étudiants selon les types d’écoles.Note *: Ce total aurait atteint 76498 étudiants en incluant les inscrits des écoles privées. Les statistiques historiques de l’INEGI indiquent à l’inverse un total de 32850 étudiants.
Crédits Sources : González Navarro M., Estadísticas sociales del Porfiriato : 1877-1910, Mexico, Secretaría de Economía, 1956, p. 49-52. SEP, Noticia estadística sobre la educación pública en México correspondiente al año de 1928, Mexico, TGN, 1930, p. 766-769.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/138682/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 17k

© Presses universitaires de Rennes, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540