Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Francisco Morazan : Le bolivar de l’Amérique Centrale ?

 | 
Catherine Lacaze

Préface

Michel Bertrand

Texte intégral

1L’ouvrage qui suit est la première concrétisation d’une orientation professionnelle et d’un choix de spécialisation effectués très tôt, fruits des hasards d’une rencontre familiale avec un chercheur centraméricain invité pour un séjour de plusieurs mois à l’université de Toulouse… Ce n’est pas le rêve pré-adolescent qui mérite de retenir l’attention mais plutôt sa concrétisation quelques lustres plus tard, tant il dit beaucoup de la personnalité de Catherine Lacaze : au printemps 2008, alors étudiante en deuxième année de licence de cette même université, elle n’a pas hésité à faire le siège du coordinateur, au sein du département d’histoire, des échanges Erasmus avec l’Espagne pour le convaincre de la pertinence et de la justesse de son projet de mobilité vers l’université de Valladolid alors que la priorité était plutôt accordée à des étudiants plus avancés dans leur cursus… Volontaire, active, efficace, intrépide parfois : voici quelques-uns des traits de personnalité d’une jeune chercheuse qui est aussi une travailleuse ne rechignant jamais à l’effort pour surmonter les difficultés rencontrées sur son chemin.

2Aujourd’hui, la thèse soutenue en 2016 est devenue livre, bénéficiant pour ce faire du soutien financier attribué annuellement par l’Institut des Amériques. Expurgé de ses « passages obligés » imposés dans le cadre de l’exercice doctoral, le texte garde toute sa force et ses grandes qualités, à commencer par le soin avec lequel il est rédigé. Le recours à une langue simple, claire et précise ou encore le soin apporté aux introductions, conclusions ou encore transitions permettent de suivre aisément les progressions d’une analyse portant sur un objet historique dont la complexité avait jusqu’alors découragé les historiens. Dans ce domaine il est vrai que le plan choisi accompagne parfaitement le propos : en retenant trois moments décisifs au service du processus d’héroïsation de Francisco Morazán, la démarche permet de décrypter sur un siècle, au sens propre du terme, la « fabrique d’un héros ».

3Le xixe siècle se caractérise, notamment en Amérique latine, par la vitalité des processus de fabrication des héros nationaux conçus comme autant de modèles proposés aux citoyens des jeunes États nés de la décolonisation ibérique soucieux de se transformer en véritables nations. Leurs citoyens de base les reçoivent d’abord, par le biais de l’école bien que pas exclusivement, comme autant de références incontestables qui font l’objet de véritables narrations – écrites via les manuels scolaires quand ils existent mais aussi décoratives, illustratives ou artistiques habilement distribuées dans l’espace urbain, notamment celui des nouvelles capitales. Nul ne saurait les remettre en cause, au risque de s’exclure de la communauté nationale en gestation, ses membres s’attachant plutôt à en mémoriser les moments-clés des parcours individuels présentés comme héroïques. En ce sens le héros « national » du xixe siècle n’a pas vocation à expliquer l’histoire mais plutôt à susciter l’adhésion fondée sur une croyance. Pour l’historien, l’étude de ces processus discursifs permet de découvrir la part prise par les responsables politiques du moment, mais aussi les intellectuels, – qu’il s’agisse d’historiens attachés à élaborer le « roman national » ou d’écrivains très actifs dans la presse qui connaît précisément au cours de ce siècle un premier âge d’or – et plus largement les divers groupes sociaux contribuant à la définition de cette héroïcité en étroite relation avec une identité nationale en gestation.

4Dans ces processus partout à l’œuvre à l’échelle latino-américaine, l’historiographie s’est efforcée d’identifier ces héros, en s’enfermant trop souvent cependant à l’intérieur des frontières nationales, simplifiant ce qui fut le plus souvent un processus complexe et postulant en général l’identification d’un héros à une nation conçue comme un tout. Cette manière d’appréhender l’objet héroïque a permis de reconstituer l’élaboration de véritables « panthéons » fondés sur une hiérarchie des héros parmi lesquels un héros central promu au rang de « Père de la Patrie », se retrouve entouré d’une pléiade de héros secondaires ou próceres. Inévitablement, cette élaboration du passé national au service de la construction d’une « communauté imaginée » n’échappe pas au débat structurant du xixe siècle latino-américain, à savoir l’opposition entre deux visions de l’avenir collectif en devenir, c’est-à-dire l’affrontement entre projets libéral et conservateur.

5C’est cette complexe problématique dont C. Lacaze se saisit afin de la revisiter en la renouvelant amplement pour le cas centraméricain. Son premier mérite est en effet d’avoir accepté de se mesurer à un objet d’étude appréhendé à l’échelle du sous-continent. Ce choix suppose de confronter divers contextes politiques qui ne coïncident pas. Il exige aussi de prendre en compte les rivalités historiques des diverses composantes de l’Amérique centrale, reflets contemporains d’intérêts opposés nés dès le xvie siècle, et ce malgré l’aspiration au regroupement fédéral revendiqué à compter du xixe siècle et les crises d’indépendance. Un deuxième enjeu de cette recherche porte sur la réflexion relative à la « fabrique » d’un héros, objet central de cette enquête. Y répondre exige de mener la réflexion en termes de confrontation entre histoire et mémoire, entre discours historiographiques et engagements politiques des acteurs, entre choix politiques des élites nationales et adhésion des citoyens des divers États. Un troisième apport de l’ouvrage renvoie à la réflexion sur la construction de la nation au xixe siècle en Amérique centrale et sur la diversité des processus à l’œuvre dans l’isthme. Il exige la prise en compte de cinq projets nationaux construits certes simultanément mais selon des modalités diverses. Il impose une reconstruction des représentations fabriquées au sein de ces sociétés centre-américaines qui, en permanence, inventent des nations sans écarter définitivement pour autant le projet plus large, celui de la Fédération comme un autre lieu possible du national. C’est dire l’ambiguïté constante des constructions nationales en Amérique centrale qui se confrontent en permanence à ce double niveau de réalisation. Un dernier aspect renvoie enfin à la prise en compte des évolutions et des transformations politiques dans la région étudiée tout au long du xixe siècle et au début du siècle suivant. S’y succèdent en effet une première étape caractérisée par le poids de divers projets politiques caudillistes tout au long du xixe siècle, les avancées démocratiques de la fin de ce même siècle et du début du xxe siècle suivies enfin du retour des régimes autoritaires au cours de la première moitié du xxe siècle, processus accéléré par la crise économique des années 1930.

6C’est dire la réelle ambition intellectuelle de la recherche mise en œuvre par C. Lacaze. Le souligner permet d’abord de dégager l’originalité du propos par rapport au contexte historiographique dans lequel elle inscrit sa recherche. Très rares sont en effet, à ce jour, les travaux qui prennent le risque de sortir des frontières des États-nations afin d’en confronter les processus de construction héroïque. D’autant plus que pèse encore lourdement le poids d’une instrumentalisation de l’histoire dans le cadre de celle qualifiée de « patria » et construite au service de projets politiques nationaux, inévitablement contradictoires et multiples. Le choix de C. Lacaze permet la reconstruction du processus d’élaboration continu mis en œuvre depuis le milieu du xixe siècle qui débouche, avec Francisco Morazán, sur l’émergence d’un héros « kaléidoscopique ». Un tel mécanisme se prolonge d’ailleurs encore aujourd’hui comme le montre la conclusion en ouvrant sur la période plus contemporaine. Inévitablement, un tel processus ne peut qu’être source de contradictions voire de conflits d’interprétations, traduits en termes d’affirmations mais aussi de relectures, au gré des aléas politiques.

7Des apports de cette « thèse », au plein sens du terme, défendue par C. Lacaze dans son livre, nous aimerions en détacher deux aspects. Le premier concerne le double fondement de l’héroïcité de Morazán. Elle renvoie autant à l’aspiration fédérale qu’à l’engagement libéral du héros. Il est clair que le premier trait est toujours celui qui est mis en avant par ses héritiers tout au long de la période, et même ultérieurement, tant il renvoie à ses engagements au service du projet fédéral et aux conditions même de sa mort. Mais ne doit-on pas pour autant s’interroger sur son contenu réel ? Cette exaltation ne remplit-elle pas une mission plus rituelle que réellement opératoire ? Si son fédéralisme est systématiquement rappelé par ceux qui s’en revendiquent au cours des décennies suivantes, ils l’inscrivent systématiquement dans des contextes politiques très étroitement, et de plus en plus avec le temps, nationaux. Ne s’agit-il alors pas d’un rappel incantatoire, en quelque sorte obligatoire mais de moins en moins opérationnel ?

8À l’inverse, la dimension libérale du héros constitue un marqueur plus fort et surtout plus constant. Les premiers pas de son héroïsation sont rendus possibles par la coïncidence des situations politiques – arrivée au pouvoir de gouvernements libéraux – au Costa Rica, au Salvador et surtout au Guatemala, tout spécialement dans ce dernier pays qui reste sans doute le plus hostile au morazanisme. De fait, l’adhésion définitive et tardive du Guatemala au héros coïncide avec l’arrivée au pouvoir de J. R. Barrios et des libéraux à compter de 1870. Cette affirmation libérale du héros au détriment de sa dimension fédérale facilite sa « nationalisation », aux dépens de sa vocation initiale centraméricaine. Si l’on résume le modèle élaboré par C. Lacaze, on obtient les représentations suivantes de Francisco Morazán : un héros proprement national au Honduras, un héros centraméricain au Salvador au service du projet national salvadorien, un héros de plus difficile acclimatation au Costa Rica, au Nicaragua et au Guatemala où l’intégration s’opère par superposition ou association avec d’autres héros locaux que l’on impose au gré des contextes politiques particuliers. Ce faisant et même si les contemporains revendiquent, du nord au sud de l’Amérique centrale, sa dimension centraméricaine, le héros fabriqué correspond d’abord à ce qui constitue bien un « héros national ». En ce sens le cas du Salvador est particulièrement remarquable, voire paradigmatique : il montre l’habile combinaison des deux aspects tout en n’empêchant pas la dimension nationale d’être l’élément moteur du processus. L’apport particulièrement significatif de cette recherche est donc de montrer que, contrairement à une certaine tradition historiographique, Francisco Morazán n’a pas été un obstacle à l’affirmation des identités nationales dans le sous-continent. Il participe plutôt d’une habile construction où la dimension centraméricaine est au service des affirmations nationales rivales. Cela se traduit dans le constat d’un Francisco Morazán jamais mobilisé comme un héros solitaire. Il se retrouve associé à d’autres héros locaux que l’on promeut afin de leur donner une dimension plus ample, en les faisant bénéficier de son prestige et de sa dimension internationale tout en justifiant la survivance du discours d’adhésion à la Fédération centraméricaine. Mais à l’arrière-plan, c’est bien toujours une approche nationale qui est en jeu, quel que soit le pays. Et c’est ce double caractère qui est clairement distingué par l’auteur, comme le souligne la conclusion générale de la recherche qui discute efficacement ce double aspect.

9Une seconde dimension importante de la construction héroïque de Francisco Morazán mise en évidence par l’étude de C. Lacaze renvoie à son caractère sacré. Si l’on s’arrête quelques instants sur les divers traits qui sont progressivement mis en avant dans la narration de son exécution, le parallélisme avec le Christ est de toute évidence saisissant. Dans cette mort offerte au nom d’un idéal, le héros commence par être la victime d’un Judas qui, par intérêt, fait le choix de la trahison. Le héros choisit alors de « donner sa vie » au service de son idéal unioniste centraméricain. En ce sens, c’est bien lui qui choisit de mourir, même si la sentence de mort est prise par d’autres. Maître de sa mort et de son choix jusqu’à l’ultime instant, autrement dit sans faiblesse devant le peloton d’exécution, c’est lui qui leur donne le signe du « feu », déchargeant d’une certaine manière ses meurtriers de toute responsabilité dans son assassinat et mettant en scène son sacrifice. Ce parallélisme christique est systématiquement enrichi et approfondi par ses héritiers qui octroient à leurs discours mémoriels la forme prophétique de la parabole afin que cette mort sacrificielle prenne sens. Le temps aidant, cette base discursive offre à ceux qui n’adhéraient pas à ses idées la possibilité de reconnaître son héroïsme comme on le voit avec l’adhésion progressive, en Amérique centrale, des États restés rétifs, voire hostiles, à son projet unioniste. Le Costa Rica se transforme alors en coupable de son exécution dont le Salvador veut expier la faute en accueillant les restes du héros. Si cet État choisit de lui donner une sépulture en rapport avec l’héroïsme dont il a fait preuve, c’est aussi la victime innocente et, d’une certaine manière aussi, le martyr de la cause fédéraliste qu’il honore. Sa mort et le culte auquel elle donne lieu servent alors à fixer un idéal lointain non pas tant parce qu’il était inatteignable en vertu de son contenu – dont finalement, tous les États centraméricains finissent par se revendiquer peu ou prou – mais plutôt par l’impossibilité de le mener à son terme en raison de l’affirmation des intérêts nationaux. Francisco Morazán se transforme ainsi en une sorte de prophète de la cause fédéraliste qui, de son vivant, annonce l’avenir sans pour autant parvenir à le concrétiser autrement que symboliquement. C’est précisément l’optique qu’assument la plupart de ses biographes en se transformant en hagiographes bien plus qu’en historiens, la reconnaissance dont il est l’objet prenant alors toutes les formes d’une vénération religieuse alimentant un véritable culte civique.

10C’est ce complexe objet d’histoire élaboré au cours des xixe et xxe siècles que C. Lacaze choisit de déconstruire, confirmant à la fois la pertinence de ses hypothèses, la solidité de ses raisonnements et la richesse de ses conclusions dont nous invitons maintenant le lecteur à prendre connaissance.

© Presses universitaires de Rennes, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540