Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Engins et machines

 | 
Fabienne Pomel

Épigraphe

Texte intégral

Pour se délasser de ses immenses responsabilités à la fois politiques et spirituelles, il s’était choisi deux étranges passe-temps : il aimait à dessiner des machines de guerre en tous genres, entassant d’improbables maquettes de trébuchets, beffrois, béliers et autre mangonneaux dans l’une des salles de l’archevêché, et il raffolait des débuts de vies de saints.

Du domaine des Murmures, Carole Martinez, Folio, 2011, p. 95.

Dans les premières lueurs du jour, le lieu était désert et, comme tous les croisés, mon père a ressenti une vive émotion en s’approchant du plus incroyable de tous ces engins, ce formidable trébuchet auprès duquel les autres mécaniques étaient reléguées au rang de vulgaires jouets d’enfants. Acre capitulerait à la seule vue du monstre, nul n’en doutait.

« Tu viens admirer mon chef-d’œuvre ? lui a demandé l’archevêque ravi de surprendre l’ahurissement de son vassal face à l’énorme masse sombre presque irréelle dont le bras de géant s’élevait vers le ciel. Non, je viens parler à un ami. »

Du domaine des Murmures, Carole Martinez, Folio, 2011, p. 164.

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540