Version classiqueVersion mobile

Le lien social et la personne

 | 
Jean-Michel Le Bot

Chapitre II. L’établissement des frontières

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Tenter de comprendre comment les formes sociales sont instituées par les personnes, c’est se placer dans une perspective sociologique qui considère que la société n’existe pas indépendamment de sa construction par les acteurs sociaux. De ce point de vue, nous pourrions accepter d’être inclus parmi les sociologues constructivistes (Corcuff, 1995).

Dans une certaine mesure, nous rejoignons aussi Bruno Latour quand il affirme que la société n’existe pas, mais que le social est « un mouvement qui se produit au cours d’un processus d’assemblage » (Latour, 2006, p. 7). Le social, dit encore Latour, est fait d’« associations entre éléments hétérogènes » et la sociologie, c’est le « suivi d’associations » (ibid., p. 13). Nous le suivons encore lorsqu’il affirme qu’il n’y a pas de groupe mais des regroupements : « appartenir à un groupe, c’est se trouver mobilisé par des liens incertains, fragiles, controversés et constamment fluctuants » (ibid., p. 42). Et nous pourrions reprendre à notre co...

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search