Version classiqueVersion mobile

Du baptême à la tombe

 | 
Geneviève Piché

Chapitre VI

Parenté de sang, parenté spirituelle : les réseaux familiaux et extra-familiaux des esclaves

Texte intégral

  • 1 Voir le chapitre « The Family » de Fogel Robert W. et Engerman Stanley L., Time on the Cross : The (...)
  • 2 Gutman Herbert G., The Black Family in Slavery and Freedom, 1750-1925, New York, Pantheon Books, 19 (...)
  • 3 Elkins Stanley, Slavery : A Problem in American Institutional and Intellectual Life, Chicago, Unive (...)
  • 4 Lawrence W. Levine est l’un des premiers à émettre l’idée d’une culture noire, spécifique aux Afro- (...)
  • 5 Blassingame J. W., The Slave Community, op. cit., p. 25-32.

1En 1974, Robert W. Fogel et Stanley L. Engerman affirmaient que les familles d’esclaves étaient protégées par les maîtres, qui évitaient de vendre et de séparer les membres d’une même famille1. Deux ans plus tard, en 1976, Herbert G. Gutman contestait cette thèse et répliquait que les esclaves, en réponse à l’oppression du système esclavagiste, avaient plutôt développé une structure familiale très forte afin de supporter leur condition ; une structure qui a nécessairement influencé leur culture et qui l’a distinguée de celle des Blancs2. En ce sens, il s’opposait aussi à Stanley Elkins, qui soutenait que les familles étaient soumises, voire écrasées, par les institutions sociales et la culture de l’élite blanche, et à Eugene D. Genovese, qui mettait l’accent sur l’influence et l’hégémonie des Blancs sur la culture des esclaves3. La question de la culture est d’ailleurs primordiale dans l’ouvrage clé de Lawrence W. Levine, qui analyse, entre autres, des sources orales afin de démontrer que la culture noire est riche, dynamique et diversifiée et qu’elle naît d’un désir de s’opposer aux réalités brutales de l’esclavage4. Selon lui, la culture afro-américaine repose à la fois sur les pratiques culturelles africaines, des éléments de la culture blanche et sur les conditions de vie des esclaves. Il rejoint ainsi son collègue John W. Blassingame, qui affirmait en 1972 que la culture, particulièrement les chants et la musique, et la religion des esclaves étaient fortement influencées par des origines africaines ancestrales5. L’analyse des registres paroissiaux de la cathédrale Saint-Louis et de l’église de la paroisse Saint-Jean-Baptiste permet de mettre à jour la culture religieuse des esclaves de la Louisiane, leurs réseaux familiaux et extra-familiaux et de voir de quelle manière leur structure familiale transcende les frontières de genre, de race et de statut. En effet, au-delà des contraintes raciales mises en place par les autorités, les esclaves de la Louisiane sont parvenus à tisser tout un réseau de connexions et de relations avec des personnes de couleur libres, des Blancs et d’autres esclaves, hommes et femmes confondus. Ce jeu d’alliances leur a permis de se constituer des liens familiaux et extra-familiaux qui dépassent les limites associées à leur statut d’esclave et qui leur procurent sécurité et solidarité au sein d’une communauté bien définie.

Les familles d’esclaves

  • 6 AFSL, 22 septembre 1805, AANO. À moins d’indication contraire, toutes les citations sont présentées (...)
  • 7 AFSL, 25 septembre 1810, AANO.
  • 8 Le terme mestiza ou mestizo désigne la progéniture d’un(e) Blanc (he) et d’un(e) Amérindien (ne). H(...)
  • 9 AFSL, 19 février 1815, AANO.
  • 10 AFSL, 22 septembre 1820, AANO.

2Peu de chose est dit sur les mères des jeunes baptisés ou des défunts esclaves qui apparaissent dans les registres paroissiaux de baptêmes et de sépultures de la cathédrale Saint-Louis et de l’église de la paroisse Saint-Jean-Baptiste, si ce n’est qu’elles appartiennent le plus souvent aux mêmes propriétaires. Avec un échantillon de neuf années sur une période de quarante ans, les taux de fécondité et les âges de maternité sont fort difficiles à estimer. Par ailleurs, les prêtres n’ont pas toujours consigné le lieu de naissance des mères, ni leur âge. Les registres funéraires de la cathédrale Saint-Louis ne permettent de connaître l’origine que de quatre mères, sur un total de 761. Le 22 septembre 1805 est enterrée Elena, jeune esclave d’un an et demi appartenant à Monsieur Noël Jourdan ; elle est la fille naturelle de Juana, une esclave créole dite anglaise6. Le 25 septembre 1810, le père Antonio de Sedella met en terre l’esclave saint-dominguoise Susana, âgée de 20 ans, appartenant au mulâtre libre Juan Capet ; sa mère est l’esclave africaine Theresa, de « nation conga7 ». Le 19 février 1815, la jeune Josepha, âgée de 3 ans, est enterrée ; appartenant à la mestiza8 libre Fanie Parisette, elle est la fille naturelle de Reine, esclave créole de Port-au-Prince9. Enfin, le 22 septembre 1820 est enterrée l’esclave Rosalie, âgée de 16 ans, appartenant à Monsieur Dantilly ; sa mère est Marie-Louise, une esclave créole de la Louisiane10. Aucune origine n’est donnée pour les mères des esclaves des registres de baptêmes et des registres funéraires de la paroisse Saint-Jean-Baptiste. Il faut donc s’en tenir aux inventaires après décès, analysés dans le chapitre ii, pour connaître l’origine des esclaves de cette paroisse.

  • 11 ABSL, 17 mars 1805, AANO.
  • 12 ABSL, 25 mars 1805, AANO.
  • 13 ABSL, 29 juillet 1805, AANO.
  • 14 ABSL, 24 mai 1810, AANO. Le terme fait référence au royaume Sosso, fondé à la fin du viiie siècle e (...)
  • 15 ABSL, 26 septembre 1810, AANO.

3Les prêtres sont plus loquaces dans les registres de baptêmes de la cathédrale Saint-Louis. Ainsi, en 1805, trois mères sont d’origine africaine. Le 17 mars, l’esclave Paty, une « négresse conga bozal » appartenant à Pedro Cullion, fait baptiser sa fille Maria, âgée d’un peu plus de 1 mois11. Le 25 mars, c’est au tour de Luessan, une esclave « bozal » de Madame Prefet, de faire baptiser sa fille Celesta, âgée de 4 mois12. Enfin, le 29 juillet, Saly, « négresse brute » de Jean Puiche, présente au prêtre sa fille Maria Eloisa, âgée d’un peu plus de 5 mois13. En 1810, deux mères d’origine africaine sont mentionnées. Le 24 mai, la jeune Jeanne-Joséphine, âgée de 7 mois, appartenant à la mulâtresse libre Catherine Lucas, ancienne habitante des Cayes Saint-Louis à Saint-Domingue et réfugiée à La Nouvelle-Orléans, est baptisée ; sa mère se prénomme Françoise, « négresse de nation Sosso14 ». Son parrain et sa marraine sont également des régugiés de Saint-Domingue ; il s’agit du Sieur Jean Boze, ancien habitant de la paroisse de Jacmel, et de Mlle Joséphine Riotte, ancienne habitante du Cap. Il est possible que Françoise ait également vécu à Saint-Domingue, et qu’elle y ait été baptisée. Enfin, le 26 septembre, le jeune Francisco Xavier, âgé de 6 mois, fils naturel de Betsy, de « nation conga », appartenant tous deux à la quarteronne libre Maria Luisa Bremand, reçoit le baptême15. Aucune autre mère d’origine africaine n’apparaît dans les années suivantes.

4Ces cinq femmes africaines sont extrêmement intéressantes. Venant tout juste d’arriver en Louisiane, puisqu’elles sont « brutes » ou « bozales », de différentes « nations » africaines (« congo », « sosso » et « conga »), elles donnent naissance à cinq enfants, qui reçoivent tous le baptême dans leurs premiers mois de vie. Certaines d’entre elles étaient peut-être même enceintes à bord du navire négrier qui les a transportées. Le baptême de leurs enfants suit probablement de très près le traumatisant « baptême » de l’eau que représente la traversée de l’océan Atlantique. Que la conversion soit imposée ou non, ressentie ou non, le baptême catholique devient dès lors, très probablement, un lien de construction, un symbole d’une communauté retrouvée après la destruction de leurs liens familiaux. L’Église joue sans aucun doute un rôle important pour ces cinq femmes dans leur processus de reconstruction spirituelle et familiale.

  • 16 ABSL, 5 février 1810, AANO.
  • 17 ABSL, 24 avril 1815, AANO.
  • 18 ABSL, 14 juin 1825, AANO.
  • 19 ABSL, 9 mai 1830, AANO.

5En tenant pour acquis que le prêtre n’inscrit pas l’origine d’une mère lorsque celle-ci est créole, il faut supposer que les mères nées en Louisiane occupent la très grande majorité des pages des registres, aux côtés des mères d’origine américaine et dites anglaises, quoique dans une proportion bien plus modeste. En 1810, 1815 et 1820, hormis les 2 mères africaines déjà mentionnées, seules 4 mères ont une origine connue : 3 sont « anglaises », probablement originaires des Antilles britanniques, et 1 provient des Antilles françaises. En effet, le 5 février 1810, le père Claude Thomas célèbre le baptême de Jacques, âgé de près de 1 an et demi, esclave de Madame Flore Bivel Faugas, ancienne habitante du Cap à Saint-Domingue, dont la mère, Marcelle, est elle-même créole de Saint-Domingue16. Encore une fois, il est possible que Marcelle se soit convertie au catholicisme dans son île natale, avant de suivre sa maîtresse dans son périple. Le 24 avril 1815, Marie Magdeleine, jeune mulâtresse de 1 an et 7 mois, fille de Bénia, « négresse anglaise », toutes deux esclaves de l’« anglaise » Madame Périé, est baptisée17. Nul ne sait si la dame Périé a elle-même admis son origine, ou si le prêtre la lui a assignée, mais il est permis de croire qu’étant toutes deux « anglaises », elles sont venues en Louisiane ensemble. En 1825, 1830 et 1835, dix mères ont une origine connue ; elles proviennent toutes des États américains voisins. Le 14 juin 1825, l’esclave Marie Françoise, âgée de 30 ans, se présente devant le prêtre pour recevoir le baptême18. Esclave de Monsieur David Melouny, elle fait inscrire au registre le nom de sa mère, Nancy, précisant que celle-ci est née en Caroline du Nord. Le 9 mai 1830, Marie Françoise, jeune enfant de 10 ans, esclave de Madame Noubiesse et fille naturelle de Roseline, « négresse américaine », est baptisée19. Le prêtre ne mentionne pas si Roseline est également esclave de ladite maîtresse. Il est donc impossible de savoir si elles sont arrivées ensemble en Louisiane ou si Marie-Françoise est née en Louisiane. Ces exemples retracent bien les aléas du destin auxquels sont confrontées les familles d’esclaves. En quittant son lieu d’origine, ou l’un de ses lieux d’accueil, un esclave perd tous ses liens et ses réseaux familiaux. Il se retrouve, démuni, dans une nouvelle contrée, où il doit reconstruire son univers. La difficulté s’amplifie lorsque l’esclave provient d’un milieu où la culture y est totalement différente, comme les Antilles britanniques ou d’autres États américains. L’acte de baptême représente ainsi le lieu où se dit et s’écrit la dislocation des familles. On y lit également les traces de nouveaux liens, représentés par les parrains et les marraines qui acceptent, théoriquement du moins, d’aider et de soutenir leur protégé.

  • 20 ABSL, 8 mai 1810, AANO.

6Par ailleurs, les mères créoles de la Louisiane ont probablement été baptisées avant leur enfant, ouvrant ainsi à leur progéniture une porte vers une communauté catholique noire déjà bien implantée. Dans quelques cas, peu nombreux il est vrai, les mères sont baptisées en même temps que leur enfant. Par exemple, le 8 mai 1810, le père Claude Thomas baptise Adélaïde, esclave de 20 ans appartenant à Monsieur Henry Bry ; son parrain et sa marraine sont Pierre Marly et Adélaïde, tous deux des personnes de couleur libres de La Nouvelle-Orléans20. Son fils, Pierre, âgé de 1 mois, est baptisé le même jour ; son parrain est le même que celui de sa mère et sa marraine est Félicité Marly, également une personne de couleur libre résidant dans la ville. En recevant le baptême à l’âge adulte, avec un jeune nourrisson dans les bras, Adélaïde est probablement une esclave étrangère, provenant d’un État américain voisin, arrivée récemment en Louisiane avec son fils, d’où la raison d’un double baptême. Une mère créole aurait sûrement été baptisée bien avant, dans son enfance, à l’âge même du poupon d’Adélaïde. Pour Adélaïde comme pour la plupart des nouveaux esclaves qui transitent par La Nouvelle-Orléans, la cérémonie du baptême marque un moment fort de transition et d’adaptation. Le baptême lui apporte probablement une forme de confort et/ou de sécurité, dans la mesure où il vient consacrer un lien entre le nouveau membre et sa communauté d’adoption. L’acte de baptême est ainsi un geste d’intégration dans un nouveau monde.

  • 21 Mills E. S. et Mills G. B., op. cit., p. 41.
  • 22 Lettre de J. Dulu, Vic-Bigorre (France), à Mde Duffard, 23 février 1857, documents divers, AANO.

7Si les prêtres consignent certains détails sur les mères des esclaves baptisés, notamment leur provenance, leur âge et le nom de leur propriétaire, il est plus difficile de se renseigner sur les pères. En Louisiane, la reconnaissance publique des unions d’esclaves a été plutôt rare ; la plupart des enfants issus de ces unions sont inscrits dans les registres de baptêmes comme étant de « père inconnu21 ». La mention « père inconnu » est d’ailleurs une formalité obligatoire pour les prêtres, lorsque le père n’a pu se présenter à la cérémonie ou lorsqu’il s’agit d’un enfant illégitime. C’est du moins ce que laisse entendre la lettre du prêtre français J. Dulu : « il est d’usage strict que le curé n’inscrit le nom du père dans l’acte de baptême d’un enfant naturel qu’autant que le père comparait devant le curé et reconnait l’enfant pour le sien22 ». Même si la mère connaît le nom du père, et même si celui-ci reconnaît sa paternité et prendra soin de l’enfant, s’il n’est pas présent à la cérémonie du baptême, le prêtre officiant ajoutera la mention « père inconnu » dans l’acte de baptême.

  • 23 ABSL, 28 avril 1805, AANO.
  • 24 ABSL, 7 juin 1840, AANO.
  • 25 ABSL, 7 octobre 1805, AANO.
  • 26 ABSL, 18 mai 1845, AANO.
  • 27 ABSL, 13 août 1830, AANO.

8Les registres de baptêmes et de sépultures de la cathédrale Saint-Louis mentionnent respectivement 53 et 26 pères pour les années étudiées. 17 pères appartiennent au même propriétaire que la mère et l’enfant baptisé, et 7 pères ont le même maître que le défunt. C’est notamment le cas dans le baptême d’Evaristo Florentino, un jeune mulâtre de 1 mois et demi, fils naturel de Judith, mulâtresse esclave de Monsieur Joseph Sognac Duffossat, qui a lieu le 28 avril 180523. Son père, Gabriel, est un mulâtre esclave du même maître. Ou encore le baptême de Julienne, une jeune esclave âgée d’un peu plus de 1 mois, née à La Nouvelle-Orléans, célébré par le père Armand le 7 juin 184024. Julienne est la fille naturelle de Charlotte et de Victor, appartenant tous deux à Monsieur Louis Dufilho, apothicaire et pharmacien à La Nouvelle-Orléans. Dans deux cas, le propriétaire s’avère être aussi le père de l’esclave baptisé, et le reconnaît devant le prêtre. Le 7 octobre 1805, le père Domingo Solano baptise la quarteronne prénommée Maria, esclave de Juan Borderot, un natif de France, et fille naturelle de Francisca, mulâtresse du même maître, et dudit Juan Borderot25. Le 18 mai 1845, c’est au tour de Charles, âgé de 5 ans et esclave de Monsieur Joseph Laurent, d’être baptisé26. Sa mère, Hélène, est également esclave de Monsieur Laurent et son père n’est nul autre que ledit Joseph Laurent. Il est aussi parfois possible de déduire que le père est le maître. Ainsi, le 13 août 1830, le jeune Jean, enfant de couleur âgé de 8 ans, est le fils illégitime de Mélly, esclave de Monsieur Pierre Martel27. Le prêtre officiant note que le maître a donné la liberté à l’enfant. Puisqu’il s’agit d’un enfant illégitime et que le maître lui accorde une émancipation, il est possible de supposer que Jean est le fils de Monsieur Martel, d’autant plus que ce dernier revêt le rôle de parrain.

  • 28 ABSL, 9 octobre 1815, AANO.
  • 29 ABSL, 27 août 1840, AANO.

9Cinq couples de parents ont des propriétaires différents dans les registres de baptêmes. Il en est ainsi pour quatre couples dans les actes funéraires. Ainsi, le 9 octobre 1815, Jeanne-Marie-Rose, jeune griffonne de 8 mois, est baptisée28. Esclave de la demoiselle Laurence Charbonnau, demeurant à La Nouvelle-Orléans, elle est la fille naturelle de Calite, esclave de la susdite demoiselle, et de Pierrot, mulâtre esclave de Monsieur Lafonta, également résident de La Nouvelle-Orléans. Le 27 août 1840, Monsieur Pierre Rousseau fait baptiser deux esclaves par le père Anduze : Marie-Louise, âgée de près de 2 ans, et Célestin, âgé de 2 mois29. Tous deux sont les enfants naturels de Marie, également esclave de Monsieur Rousseau, et de Germain, homme de couleur esclave de Monsieur Merle. Il semble qu’il soit plus facile de former des unions entre les esclaves de différents propriétaires à la ville, plutôt qu’à la campagne. L’espace urbain, avec la promixité géographique qu’il sous-tend, permet une relative liberté de mouvement pour les esclaves, ce qui facilite les relations et les mariages entre individus appartenant à différents propriétaires. Ces caractéristiques du milieu urbain permettent également aux pères de reconnaître plus facilement leur progéniture dans les actes de baptêmes, véritable consécration de la légitimité de la famille et de l’enfant.

  • 30 ABSL, 13 mai 1815, AANO.
  • 31 ABSL, 18 mai 1845, AANO.
  • 32 AFSL, (sans date) 1840, AANO.

10La majorité des couples, soit 29 dans les actes de baptêmes et onze dans les actes de sépultures, sont composés d’une mère esclave et d’un père libre, de couleur ou blanc. Le 13 mai 1815, le père Claude Thomas baptise Geneviève Phanie, une jeune griffonne de 1 an et 4 mois, esclave de Monsieur Joseph Chaperon, résident de cette ville30. Elle est la fille naturelle d’Adélaïde, esclave du même maître, et de Joseph-Philippe, mulâtre libre natif de cette paroisse, résidant en cette ville et charpentier de son métier. Le 18 mai 1845, Célestine, jeune esclave de 5 mois appartenant à Alexandre Grant Jr., reçoit le baptême31. Sa mère, Hortance, appartient au même propriétaire. Le prêtre officiant, Joseph Richard Bôle, note que le père, Manuel Grant, a reconnu Célestine pour son enfant et a signé le registre. Alexandre est-il le fils de Manuel ? S’ils sont de la même famille, et s’ils résident au même endroit, Manuel pouvait facilement croiser Hortance et profiter d’un moment pour être avec elle. La nature de la relation, imposée ou volontaire, demeure toutefois inconnue. Dans les actes funéraires, il faut noter l’enterrement en 1840 de Noël, âgé de quatre ans et demi, esclave de la veuve Bonaventure Martin, née Duvernay32. Noël est le fils naturel d’Antoinette, esclave de ladite dame, et de Louis Antoine, alias Noël Antoine, un griffe libre. Dans le cas de ces familles légitimes, où l’enfant est reconnu par son père, il faut supposer que les actes de baptêmes sont un bon indicateur de la pratique et de l’attachement aux rites catholiques.

  • 33 ABSL, 8 mai 1825, AANO.
  • 34 AFSL, 29 juin 1840, AANO.

11Les registres de baptêmes et de sépultures permettent également de noter la fréquence des mariages chez les esclaves, grâce à l’inscription de la notice « enfant légitime », issu d’un mariage, et des noms des époux. Pour les années étudiées, en ce qui concerne la cathédrale Saint-Louis, 9 mariages sont enregistrés dans les registres de baptêmes et 4 dans les registres funéraires. Dans 5 cas sur 13, les époux possèdent un statut différent : la mère étant esclave et le père, libre. C’est le cas le 8 mai 1825, alors que le père Eugène Michaud baptise Pierre, jeune griffe âgé de 1 an, esclave de Madame Celeste Duplessis, et fils légitime de Lady, esclave du même maître, et du « nègre » libre nommé James33. Ou le 29 juin 1840, alors qu’est enterrée Marie Magdeleine Thuet, griffonne née à La Nouvelle-Orléans et âgée d’environ 24 ans, appartenant au mulâtre libre Fortuné Thuet ; « Marie Magdeleine Thuet s’est mariée le 22 août 1839 avec François Daspit, nègre libre et natif aussi de cette même ville34 ». L’époux, François Daspit, a probablement connu Marie Magdeleine grâce à ses contacts avec Fortuné Thuet, en faisant partie de la même communauté de gens de couleur libres. Pour ces familles plus éloignées de l’esclavage, dont l’un des membres est libre, le mariage reflète l’importance des sacrements dans leur vie religieuse et est le signe d’une pratique plus régulière de la religion.

Tableau 30. – Enfants esclaves de couples mariés, cathédrale Saint-Louis.

Tableau 30. – Enfants esclaves de couples mariés, cathédrale Saint-Louis.
  • 35 ABSL, 18 juillet 1830, AANO.
  • 36 ABSL, 25 octobre 1835, AANO.
  • 37 ABSL, 19 mai 1845, AANO.
  • 38 ABSL, 8 juin 1845, AANO.
  • 39 ABSL, 26 avril 1845, AANO.

12Dans bien des cas, toutefois, il est difficile de savoir si le père est libre, puisque le prêtre n’a pas pris la peine d’inscrire un statut. Tout porte à croire, cependant, que si le père était esclave, le prêtre l’aurait consigné. Le 18 juillet 1830, Monsieur Eustis autorise le baptême de son esclave Marie-Louise Adelaïde, âgée de 7 mois35. Elle est l’enfant légitime de Marie Françoise, mulâtresse aussi esclave de Monsieur Eustis, et de François Pilié, dont le statut n’est pas noté par l’abbé Moni. Le 25 octobre 1835, le père Bonniot baptise Guillaume, âgé de 4 mois, esclave de Monsieur Mellicou Bienvenu36. Sa mère, Annette, esclave du même maître, est mariée au père de l’enfant, un dénommé Randale, dont le statut est inconnu. Le 19 mai 1845, Adèle, née sept mois plus tôt, esclave de E. Boisleblanc, est baptisée37. Sa mère, Clerinda, également esclave dudit Boisleblanc, et son père, Serm, sans statut, sont mariés. Enfin, le 8 juin 1845, le père Bôle baptise Marie Apoline, âgé de quelques jours38. Esclave de Monsieur Mazureau, elle est la fille de Marie Louise, esclave du même maître, et de Joseph Augustin, son époux, probablement libre. Cinq autres couples mariés sont formés d’esclaves appartenant au même propriétaire ; ils se retrouvent dans le tableau 30. Enfin, dans un cas, les époux appartiennent à des propriétaires différents. Le 26 avril 1845, le père Chartier, vicaire de la cathédrale Saint-Louis, baptise Françoise, une esclave adulte appartenant à Charles DeBlanc39. Du même coup, le prêtre la marie à Julien, esclave de la dame Rosette Fortier. Le même schéma s’applique-t-il pour la paroisse Saint-Jean-Baptiste ? Retrouve-t-on autant, sinon davantage de familles en milieu rural ?

  • 40 ABSJB, 2 avril 1820, AANO.
  • 41 ABSJB, 20 mai 1825, AANO.
  • 42 ABSJB, 7 juin 1835, AANO.
  • 43 ABSJB, 18 octobre 1845, AANO.
  • 44 Blassingame J. W., The Slave Community, op. cit., p. 86 ; Genovese E. D., op. cit., p. 452.
  • 45 Suchard P., op. cit., p. 172.

13Selon ce que les registres paroissiaux de la paroisse Saint-Jean-Baptiste révèlent, peu de pères sont connus. Est-ce dû à la négligence des prêtres, qui n’ont pas inscrit cette information ? Ou est-ce vraiment le reflet de la réalité ? Pour les années étudiées, seuls trois pères apparaissent dans les registres de baptêmes, et un seul dans les registres funéraires. Le 2 avril 1820, Noël, esclave de Monsieur Jean-Baptiste Froisil, reçoit le baptême40. Il est le fils naturel de Victoire, esclave du même propriétaire, et de Noël, esclave de Monsieur Jean Borne. Le 20 mai 1825, c’est au tour de Marie Eve de recevoir le sacrement41. Née dix mois plus tôt, elle est esclave de Monsieur Norbert Trépagnier et fille de Séraphine, esclave du même propriétaire, et de Casymir, un homme de couleur libre de la paroisse. Le 7 juin 1835, Marguerite est inscrite dans les registres ; âgée de 9 mois, elle est esclave de Pierre Bozonnier-Marmillion et fille de Shibie, esclave du même sieur, et de L. Laugel42. En marge, le prêtre note que le propriétaire a vendu ladite Marguerite à L. Laugel, qui s’est déclaré être le père de l’enfant. Malheureusement, ce Laugel n’apparaît pas dans les recensements de la paroisse. Il est peut-être un homme de couleur libre dont la partenaire est une esclave, à l’image de bon nombre de couples de couleur à cette époque, notamment de Casymir et Séraphine. Ou il est peut-être aussi un homme blanc, d’une paroisse voisine, qui entretient une relation interraciale avec une femme esclave appartenant à un autre que lui. Le fait qu’il rachète sa fille démontre toutefois un vif intérêt envers elle, et prouve qu’il a les moyens financiers de le faire. Par ailleurs, la marraine étant une femme de couleur libre, Elene Alexis, il est probable que le père fasse également partie de la communauté libre de couleur de la paroisse. Enfin, le 18 octobre 1845, le père Mina enterre Franck, âgé de 20 mois, esclave de Monsieur Antoine Boudousquié, fils de Rose et de Henry, tous deux esclaves du même Boudousquié43. Les actes de baptêmes et les actes funéraires de la paroisse Saint-Jean-Baptiste ne permettent donc pas d’affirmer que les esclaves, en milieu rural, forment davantage de familles qu’en milieu urbain, même si l’on reconnaît généralement, comme l’ont démontré John Blassingame et Eugene D. Genovese, que la majorité des planteurs en milieu rural considère la formation de familles comme un avantage économique important, contribuant à la reproduction de la main-d’œuvre servile, et comme un moyen de contrôler leurs esclaves, en menaçant la cellule familiale d’une possible vente44. Le voyageur Philippe Suchard, en route vers la Louisiane, résume bien les bénéfices d’avoir des familles d’esclaves lorsqu’il passe devant des plantations du Kentucky : « Les planteurs favorisent ces mariages. Les nègres mariés, parce qu’ils ont un attachement réel l’un pour l’autre, travaillent plus régulièrement et se conduisent mieux, de peur d’être vendus par leurs maîtres, et par-là séparés de leurs bien-aimés45. »

  • 46 Vente publique d’esclaves par les héritiers Duralde, 6 mai 1816, APSJB.
  • 47 L’étude de Malone démontre le même schéma ; les partenaires esclaves ont une différence d’âge moyen (...)
  • 48 Raboteau A. J., Slave Religion, op. cit., p. 228-229.

14Certes, il est possible d’émettre l’hypothèse selon laquelle les esclaves, en vivant dans des plantations éloignées les unes des autres et en n’ayant pas toujours la possibilité de sortir de leur enceinte, n’ont pas eu d’autres choix que de former des familles avec les esclaves de la même plantation, comme en témoignent certains actes de ventes de familles d’esclaves. Par exemple, le 6 mai 1816, le notaire de la paroisse Saint-Jean-Baptiste enregistre la vente de plusieurs esclaves appartenant à la dame Marie Josephe Perrault, dont « un nègre nommé Denyo africain agé de quarante-cinq ans bon negre des champs laboureur et charretier, afflige d’une hernie adjugé avec sa femme Magdelaine africaine agée d’environ vingt ans bonne négresse des champs, avec quatre enfants nommés Celestin agé de six ans, Agathe de quatre ans, Noel de deux ans, et Joachin d’un an, à M. Joseph V. Duralde pour deux mille cent cinq piastres », ainsi qu’un « nègre nommé Goliath agé d’environ quarante cinq ans, affricain, bon bucheur [bûcheron], et nègre des champs, adjugé avec sa femme Rosete affricaine agée de vingt six ans bonne négrésse des champs avec sa fille Marie agée de huit ans, adjugée a M. Michel Leche pour la somme de quinze cent cinquante piastres46 ». Étant donné le déséquilibre sexuel qui règne dans la paroisse Saint-Jean-Baptiste, il est fréquent de rencontrer des couples dont les partenaires ont une grande différence d’âge47. Le faible nombre de familles en milieu rural peut certainement être causé par ce déséquilibre. Entre 1803 et 1820, le ratio est de 7 femmes pour 10 hommes ; entre 1835 et 1845, il se creuse à 6 femmes pour 10 hommes. Mais cet état peut également être expliqué par la distance – physique et morale – de l’église, des rites et des sacrements catholiques. La constitution de familles légitimes, mariées devant l’autel, entre en concurrence directe avec les « rites » et les « sacrements » propres aux plantations. L’historien Albert Raboteau rapporte d’ailleurs que la méthode la plus fréquente pour célébrer un mariage d’esclaves sur une plantation consiste à ce que les époux sautent par-dessus un balai48 ; cette pratique revient à plusieurs reprises dans les récits d’anciens esclaves, notamment dans les réminiscences d’Elizabeth Ross Hite, ancienne esclave de Pierre Landreau de la paroisse d’Iberville :

  • 49 Clayton R. W., op. cit., p. 108. Elizabeth Ross Hite est née avant 1860 sur la plantation Trinity, (...)

« Sometime de slaves would have marriages like de people do today wid all de same trimmings—de veil, gown, and everything. Dey married ‘fore de preacher and had big affairs in dere quarters. Den sometime dey would go to de master to get his permission and blessings. He would say, “C’mon darky, jump over dis broom and call yourself man and wife”. […] Shucks, some of dem darkies didn’t care about master, preacher, or nobody. Dey just went and got married, married demselves [… ]49. »

15 Plus l’on s’enfonce dans le monde des plantations, moins la pratique religieuse semble proche des sacrements de l’Église et s’apparente à quelque chose de clandestin, hors du contrôle des prêtres et missionnaires. Cela vient confirmer les inquiétudes des prêtres au sujet des mariages « à la mode des esclaves », dont il avait été question dans le chapitre iv.

  • 50 Malone A. P., op. cit., p. 16.
  • 51 Ibid., p. 17. Selon l’auteure, les esclaves louisianais appartenant à de grandes plantations ont so (...)
  • 52 Gould V. M., « The house that was never a home », op. cit., p. 96-97.
  • 53 Ibid., p. 101.
  • 54 Malone A. P., op. cit., p. 224.

16Si les registres paroissiaux laissent penser que les familles matriarcales sont très nombreuses et que les familles nucléaires sont rares, voire absentes, Malone émet cependant quelques réticences face à ce « mythe du matriarcat50 ». En Louisiane, selon l’échantillon analysé par Malone, les familles mariées avec enfants représentent 48,7 % de toutes les familles. Les femmes seules avec enfants représentent quant à elles 14,5 % de l’échantillon51. En milieu urbain, l’historienne Virginia M. Gould a plutôt démontré que le nombre restreint d’esclaves par habitant, l’isolement des esclaves chez leur propriétaire et le déséquilibre des ratios sexuels ont interféré avec leur capacité à former des familles52. La forme la plus courante a donc été la famille matriarcale, et les couples d’esclaves ont rarement habité ensemble : « slaves in New Orleans created more complex families outside the purview of their masters and mistresses, without official approval or even recognition53. » Les inventaires après décès, tels qu’analysés dans le chapitre ii, dévoilent peut-être davantage la réelle constitution des familles, bien qu’il s’y retrouve également beaucoup de mères seules, avec un ou plusieurs enfants. Les prêtres ont peut-être jugé préférable de cacher les couples non mariés, d’où le nombre impressionnant d’enfants illégitimes dans les registres. Selon Malone, « les esclaves ont davantage accepté les familles non mariées que leurs contemporains blancs, bien qu’ils aient préféré, eux-aussi, une famille constituée de deux parents et d’enfants54 ».

Les mariages d’esclaves

  • 55 Clark E. et GouldV. M., op. cit., p. 423 : « Sacramental marriage between enslaved people enjoyed s (...)
  • 56 Clark E., « Atlantic Alliances », op. cit., p. 168.

17L’historienne Emily Clark a déjà démontré que les mariages d’esclaves à La Nouvelle-Orléans n’étaient pas rares sous la période française et espagnole ; les registres de mariages de la cathédrale Saint-Louis font état de 65 mariages d’esclaves entre 1759 et 177055. Toutefois, pour la période 1800-1845, les registres paroissiaux de la cathédrale Saint-Louis ne comportent que huit mariages d’esclaves. Peut-on vraiment croire à une soudaine diminution du nombre des mariages au sein de la communauté catholique servile ? Il est fort probable que les registres n’aient pas tous été conservés. Aucun mariage d’esclaves n’est d’ailleurs répertorié entre 1815 et 1834. Si le premier registre des mariages des esclaves et des personnes de couleur libres, couvrant la période 1800-1821, ne contient que huit mariages d’esclaves, ceux de la période suivante, entre 1821 et 1845, ne font référence qu’à des mariages de Noirs libres. Pour établir une comparaison, Clark recense 400 mariages entre personnes de couleur libres pour la période 1801 à 183056.

  • 57 St. Augustine Church, New Orleans, Marriage, PC, vol. 2, 13 février 1843-2 janvier 1869, AANO.

18Selon les autorisations de mariages rédigées par les propriétaires d’esclaves et analysées dans cet ouvrage, qui se retrouvent dans les fonds d’archives de l’archevêché de La Nouvelle-Orléans et de l’université Notre Dame, tout porte à croire qu’il y a eu de nombreux mariages d’esclaves à la cathédrale. Malheureusement, il semble que les registres aient été soit perdus soit détruits, bien que les registres des Blancs et des Noirs libres aient été préservés. Tout indique que les registres de l’église Saint-Augustine, pourtant réputée être l’église des Noirs libres et des esclaves, aient connu le même sort. Le registre des mariages des personnes de couleur ne contient aucun acte de mariage d’esclaves57. Enfin, il en va de même pour l’église de la paroisse Saint-Jean-Baptiste. Il n’existe aucun registre de mariages d’esclaves ou de personnes de couleur libres pour cette paroisse. Avec dépit, mais sans autre choix, les actes de mariages d’esclaves n’ont pu servir à former un échantillonnage adéquat pour être en mesure de faire une comparaison entre la ville de La Nouvelle-Orléans et la paroisse Saint-Jean-Baptiste. Les actes trouvés seront toutefois utilisés de manière complémentaire, afin d’illustrer davantage la vie maritale des esclaves.

  • 58 Actes de mariages des esclaves et des personnes de couleur libres de la cathédrale Saint-Louis (ci- (...)
  • 59 AMSL, 21 juin 1812, AANO.

19Sur les 8 mariages que l’on retrouve dans le premier registre, 2 concernent des esclaves du même propriétaire, 4 unissent des esclaves de différents propriétaires, et 2 unissent des hommes esclaves et des femmes de couleur libres. Aucun mariage n’unit des femmes esclaves et des hommes de couleur libres, pourtant bien présents dans les actes de baptêmes et de sépultures. Parmi les mariages d’esclaves, il y a l’acte du 20 décembre 1800, où le père Antonio de Sedella scelle l’alliance de Luis, appelé aussi Neptuno, esclave de « nation chamba » appartenant à Monsieur Luis Govellina, médecin de cette ville, et de Maria, esclave de « nation chamba » au service dudit père Sedella58. Ils ont un fils, âgé de 7 à 8 ans, qui sera dès lors légitime. Le fait de partager la même origine a peut-être poussé ces esclaves à se rapprocher et à fonder une famille. Et le fait qu’un des deux esclaves appartienne à un ecclésiastique a sans doute influencé la célébration du mariage ; le prêtre a peut-être lui-même exercé des pressions pour légitimer l’enfant. Le 21 juin 1812, c’est au tour de Gabriel, esclave des Ursulines, fils naturel et légitime de feue Maria Juana et de feu Simon, tous deux aussi esclaves, de leur vivant, des Ursulines, de se marier avec Marta, esclave de la « négresse » libre Marton Berducat, fille légitime des défunts « nègres » libres Luis et Maria Luisa59. Il semble que les Ursulines aient tenu à ce que leurs esclaves soient mariés. Ce mariage découle peut-être d’un choix personnel, ou bien d’un ordre venant des propriétaires ; les religieuses ayant dicté leurs volontés à Gabriel. Les sources ne permettent pas de l’affirmer avec certitude.

20Lors du mariage de Luis et de Maria, les témoins ont été les mulâtres libres Carlos Mauricio Populus, Zelestino et Phelipe, ainsi que la griffe libre nommée Rosa. Trois témoins, tous des personnes de couleur libres, assistent ainsi au mariage de ces esclaves. En fait, des témoins de couleur libres sont présents dans sept des huit mariages du registre. Cela fait ressortir l’implication de la communauté libre de couleur dans la vie religieuse des esclaves. Des témoins de couleur libres peuvent aussi donner aux esclaves une sensation de prestige et d’honneur, grâce à leurs réseaux au sein de la communauté noire libre de la ville. Par ailleurs, le fait de choisir des témoins libres renvoie à l’idée d’obtenir une certaine protection, comme c’est le cas des parrains et des marraines dans la prochaine section. La menace de la vente éventuelle d’un des partenaires pourrait ainsi être négociée par un individu libre ayant une certaine position sociale. Le partenaire libre peut également espérer que ses témoins lui viennent en aide pour acheter, et libérer, le partenaire esclave.

  • 60 AMSL, 11 novembre 1801, AANO.

21Des témoins de couleur libres apparaissent aussi dans le mariage du 11 novembre 1801, alors que l’esclave de Monsieur Robert Avart nommé Narciso, Créole de La Nouvelle-Orléans, prend pour épouse Francisca Midre, originaire de Guinée et esclave de Monsieur Midre60. Le couple a quatre enfants : Theodoro, Luis, Narciso et Genoveba. Les témoins ont été Enrique Lalande, Simon Ardy et Bernardo Mayeux, tous des gens de couleur libres. Pour avoir quatre enfants, Narciso et Francisca doivent se connaître et se fréquenter depuis plusieurs années, sans être mariés. Le fait d’appartenir à des propriétaires différents explique peut-être la difficulté qu’ils ont eue à le faire. Le mariage du Créole Narciso avec l’Africaine Francisca reflète également l’ouverture de la communauté catholique et son niveau d’intégration. Pour Emily Clark, qui s’est longuement penchée sur les unions de personnes de couleur libres néo-orléanaises, les mariages lient les libres aux esclaves, les créoles aux Africains, les Noirs aux mulâtres ; la communauté catholique ne semble pas avoir de frontières fixes et transcende les différences ethniques, linguistiques et sociales, créant une grande variété d’alliances matrimoniales :

  • 61 Clark E., « Atlantic Alliances », op. cit., p. 167.

« Marriage joined the free to the enslaved, the Louisiana-born to the African-born, the skilled and the propertied to the newly freed, and those labeled dark to those labeled light. The nuptials celebrated at St. Louis Cathedral bridged the Atlantic, knitted together the circum-Caribbean, and traversed linguistic divides. The conception of the New Orleans free black community as a self-conscious monolithic “third caste” with a specific social and racial function in the city is shattered by the variety of the alliances made by hundreds of men and women who ignored the markers of rank and race that are presumed to have bound them61. »

  • 62 AMSL, 1er décembre 1805, AANO.

22Le catholicisme, par le biais du mariage, va aussi permettre d’incorporer des esclaves étrangers, provenant d’Amérique, d’Afrique ou de la Caraïbe, à des réseaux locaux bien établis. Par exemple, le 1er décembre 1805, le père Antonio de Sedella célèbre le mariage de Francisco, esclave de « nation bambara » appartenant à Monsieur Cadet Labatut, et d’Agnes, « négresse » libre, voisine de cette ville, et originaire de Guinée62. Comment une femme de couleur libre, résidant à l’extérieur de la ville de La Nouvelle-Orléans, peut-elle contracter un mariage avec un esclave néo-orléanais ? Il faut qu’il y ait une grande mobilité au sein de la communauté noire louisianaise. Agnes a dû venir très fréquemment en ville pour rencontrer Francisco, peut-être pour vendre ses produits au marché ou pour assister à la messe. Étant africaine de naissance, elle s’est très bien accoutumée à son nouvel environnement et a rejoint la communauté catholique libre, ce qui lui a sans doute permis de raffiner ses réseaux d’entraide.

  • 63 Étonnamment, alors que le registre des mariages de personnes de couleur est daté du 14 mai 1805 au (...)
  • 64 Actes de mariages des esclaves et des personnes de couleur libres de l’église Sainte-Marie (ci-aprè (...)
  • 65 Notons toutefois qu’à l’époque, bien des Blancs, issus des classes inférieures de la société ou hab (...)
  • 66 AMSM, 5 mars 1840, AANO.
  • 67 Gabriel Villeré apparaît dans l’annuaire de Gibson comme l’un des directeurs de la société agricole (...)
  • 68 AMSM, 13 février 1842, AANO.

23Pour trouver davantage de mariages, il faut se tourner vers les registres de l’église Sainte-Marie. Il semble en effet que les esclaves se soient principalement mariés dans l’ancienne chapelle du couvent des Ursulines. Pour la période 1805-1845, il s’y retrouve 13 mariages d’esclaves qui ont lieu en 1834, 1838, 1840, 1841, 1842 et 184463. 5 mariages unissent des esclaves appartenant au même propriétaire. 7 lient des esclaves de différents propriétaires. Enfin, 1 seul joint un homme de couleur libre avec une femme esclave. Il s’agit du mariage du « nègre » libre Jean Gabriel avec Loize, esclave de Monsieur Latour, daté du 21 janvier 183864. L’un des témoins n’est nul autre qu’Henriette Delille, une femme de couleur libre, fondatrice des Sœurs de la Sainte-Famille, qui signe le registre avec les époux. Les signatures sont à cet égard fort révélatrices du niveau d’éducation des esclaves. La très grande majorité d’entre eux ne savent pas écrire et ne peuvent qu’apposer leur marque65. Le 5 mars 1840, le père jésuite Joseph Soller indique que « ne sachant pas écrire, [les témoins] ont fait avec l’époux et l’épouse leur marque66 ». Si l’un des témoins est un esclave, l’autre est néanmoins un homme libre, Charles Joseph Bosel. Cet acte est particulièrement intéressant dans la mesure où les deux époux, Michel et Rosalie, et l’un des témoins, Noël, sont esclaves de Monsieur Gabriel Villeré. Deux mois plus tard, le 3 mai 1840, c’est au tour de Denis et de Charlotte, eux aussi esclaves de Monsieur Gabriel Villeré, de se présenter devant l’autel. Il apparaît que le sieur Villeré est le fils de l’ancien gouverneur de la Louisiane, Jacques-Philippe Villeré (en poste de 1816 à 1820), et qu’il possède une grande plantation en aval de La Nouvelle-Orléans, près du Bayou Bienvenu67. Il juge donc nécessaire de marier, et sans doute de faire baptiser ses esclaves à la cathédrale, quitte à entreprendre un voyage avec eux, à pied ou en barge, de près de treize kilomètres. Enfin, parmi les unions d’esclaves appartenant à différents propriétaires, il faut noter celle de Jean, esclave d’Antoine Angelain, et de Marie Jeanne Adéline, esclave de Mlle Daina, datée du 13 février 184268. Selon le registre, Mlle Daina est en fait la mère de la fiancée. Si elle ne peut émanciper sa fille des chaînes de l’esclavage, elle peut à tout le moins lui accorder un mariage avec l’homme de son choix. Marie Jeanne Adéline semble vraisemblablement avoir choisi son époux, puisque tout porte à croire que sa mère, côtoyant la communauté noire libre de la ville, aurait pu lui trouver un époux également libre et, de ce fait, plus influent.

24Les 21 mariages présentés ci-dessus rassemblent donc majoritairement des époux appartenant à différents propriétaires (onze mariages), unions favorisées par l’espace urbain. Cet état de fait laisse penser qu’il s’agit d’un choix effectué par les esclaves eux-mêmes, libre de toutes contraintes, du moins pour les esclaves qui n’appartiennent pas au clergé ou à des communautés religieuses. Sept mariages unissent quant à eux des esclaves appartenant aux mêmes propriétaires. Dans ces cas, le choix du partenaire est peut-être influencé par la volonté du propriétaire. Les relations matrimoniales entre des individus de la communauté esclave et de la communauté noire libre sont par ailleurs peu nombreux ; seuls trois cas se présentent. Les personnes de couleur libres sont donc peu enclines à choisir un époux ou une épouse esclave, pour des raisons logistiques, certes, mais également pour préserver un rang social durement acquis.

  • 69 Autorisation de mariage, CANO, AUND.
  • 70 Autorisation de mariage, CANO, AUND.
  • 71 Étienne Rousselon, missionnaire de Lyon, débarque à La Nouvelle-Orléans en 1837 pour occuper à la f (...)
  • 72 Autorisation de mariage, CANO, AUND.
  • 73 Autorisation de mariage, CANO, AUND. L’expression exacte est : « To whom it may concern my boy Ben (...)
  • 74 Autorisation de mariage, CANO, AUND. Le 16 mars 1860, une mention semblable est rédigée, alors qu’E (...)

25Selon les 43 autorisations de mariage d’esclaves émises par leurs propriétaires, trouvées dans les archives de l’Université Notre Dame et de l’archevêché de La Nouvelle-Orléans, des mariages d’esclaves ont fréquemment été célébrés à La Nouvelle-Orléans, bien plus que ne le laissent croire les registres paroissiaux. Comme eux, la plupart des mariages auxquels les maîtres consentent unissent des esclaves appartenant à différents propriétaires (quatorze cas). C’est le cas pour la domestique Marie Philomène, esclave de Madame Mossy, qui épouse, le 19 février 1837, Henry Smith, esclave de Monsieur Toussaint69. Ou encore pour Henry, esclave de Monsieur de la Rosa, qui épouse le 26 juillet 1841, Marie, esclave de Monsieur Joseph Kerr70. Ce dernier cas est d’ailleurs fort intéressant, puisque le célébrant, en l’occurrence le père Rousselon, l’a signé, tout comme Monsieur et Madame Kerr, en tant que témoins71. Ce mariage a donc pris une signification particulière pour la famille Kerr, ce qui laisse supposer que l’esclave Marie occupait une place importante au cœur de la vie familiale. Des exceptions apparaissent néanmoins. Parmi l’échantillon analysé, plusieurs mariages permettent d’unir des esclaves appartenant aux mêmes propriétaires (quatre cas). Ainsi, Monsieur Johnson accorde sa permission pour que ses esclaves Henry et Elizabeth soient mariés le 12 mai 184272. Enfin, deux mentions attirent particulièrement l’attention. Le 22 août 1843, l’esclave Ben reçoit une autorisation de son propriétaire, dont le nom est illisible, pour épouser « la femme qu’il désire marier73 ». De même, le 27 janvier 1844, la famille DeBlanc, représentée par Charles, Coralie et Elmina, autorise leur esclave Cyrus à se marier « avec celle qu’il a choisi74 ». Ces autorisations prouvent que le mariage découle souvent d’un choix personnel, laissé à la discrétion des esclaves, sans aucune ingérence des maîtres ou des prêtres.

  • 75 Autorisation de mariage, CANO, AUND.
  • 76 Autorisation de mariage, CANO, AUND.
  • 77 Hanger K. S., op. cit., p. 94. L’auteure parle essentiellement de la période 1777-1803. Il faut don (...)

26Parmi les billets d’autorisation analysés, quelques mariages unissent des personnes de couleur libres et des esclaves (six cas). C’est le cas pour Marie Françoise Lewis, une femme de couleur libre, qui épouse le 16 février 1836 Charles Allegre, esclave de Monsieur Charles Maurian75. Ou encore de François Daspi, homme de couleur libre, qui épouse le 22 août 1839 Marie Magdeleine, domestique de la veuve Virgile76. Selon l’acte funéraire vu précédemment, et daté de 1840, la veuve Virgile a vendu ladite Marie Magdeleine au mulâtre libre Fortuné Thuet peu après son mariage. Est-ce l’époux qui s’est servi de ses contacts pour améliorer le sort de son épouse ? Daspi connaît-il bien le nouveau propriétaire, Fortuné Thuet ? Quoi qu’il en soit, ces mariages ont tous lieu à la cathédrale Saint-Louis, et les curés Moni et Amand signent les billets. Ces unions sont tolérées, voire encouragées par le clergé, puisque, comme le rappelle l’historienne Kimberly S. Hanger, elles contrebalancent le ratio hommes/femmes déficient au sein de la communauté noire libre : « uneven sex ratios in the free black population prompted free women of color to seek mates among slaves […] both freed men and freed women of color who had wed while in slavery continued their relationships with still-enslaved partners77 ».

  • 78 Malone A. P., op. cit., p. 226.
  • 79 Ibid., p. 227.
  • 80 W.P.A. Ex-Slave Narratives, Texas, I, p. 198.

27La paroisse Saint-Jean-Baptiste ne détient quant à elle aucun registre de mariages pour les personnes de couleur libres et les esclaves. Où sont alors les actes de mariages des esclaves de la paroisse ? Y en a-t-il seulement eu ? Pour Ann Patton Malone, la grande majorité des mariages d’esclaves ont eu lieu sur les plantations, bien que certains d’entre eux aient été célébrés à l’église, présidés par un prêtre78. Plusieurs historiens ont d’ailleurs relevé la difficulté de déterminer la fréquence des mariages d’esclaves, surtout ceux appartenant à différents propriétaires. En milieu rural, Malone n’a trouvé que peu d’exemples de ce genre de mariages, excepté dans les milieux où les plantations de petite taille dominent, et où le choix des partenaires est limité79. Les mariages ou les unions entre esclaves de différentes plantations demeurent toutefois dangereux et risqués, vu les politiques et les contraintes mises en place pour éviter des révoltes d’esclaves. Pour l’ancien esclave Victor Duhon, né au début des années 1840 dans la paroisse de Lafayette et interrogé dans les années 1930, les mariages entre esclaves de différentes plantations sont pourtant fréquents : « When my mama had 22 years she married a Polite Landry slave. Then she went to the Landry plantation. There was often marrying between the two plantations. When they married the wife went to her man’s plantation. That made no difference. It wouldn’t be long before a girl from the other place marry into the man’s plantation. That kept things in balance80. »

  • 81 Ingersoll T. N., Mammon and Manon, op. cit., p. 135. Les mariages entre esclaves de différentes pla (...)

28Les mariages d’esclaves appartenant à différents propriétaires, pour des raisons logistiques, semblent toutefois beaucoup plus faciles à célébrer en milieu urbain. La ville permet aux esclaves d’entretenir plus facilement des relations. En milieu rural, les plantations, et les esclaves qui y vivent, sont souvent éloignées les unes des autres ; les relations entre ces esclaves évoluent donc au gré des saisons et au rythme du travail imposé sur les plantations. Les maîtres exercent également de fortes pressions pour qu’un esclave choisisse une épouse parmi celles disponibles dans la même plantation. Et même ainsi, les couples ne reçoivent aucune protection face à une possible séparation. Pour les esclaves des plantations, le mariage semble donc demeurer un rite plus ou moins informel81. L’église leur est donc moins familière ; elle peut même leur être complètement méconnue. Au plan de la vie religieuse, il semble donc que les esclaves urbains connaissent une plus grande proximité avec l’église, à la fois en tant qu’institution et lieu de culte. Cette recherche amène ainsi une importante contribution, en révélant les principales différences qui subsistent entre les pratiques religieuses des esclaves urbains et ruraux.

Les parrains et les marraines

  • 82 Voir notamment Raboteau A. J., Slave Religion, op. cit., p. 113.
  • 83 Mills E. S. et Mills G. B., op. cit., p. 36.
  • 84 Davis C., op. cit., p. 73.

29Plusieurs historiens ont déjà cité les centaines d’esclaves baptisés à la cathédrale Saint-Louis lors du Samedi saint ou lors du jour de la Pentecôte comme la preuve évidente du succès de l’Église catholique et de ses missionnaires auprès de cette population82. L’affirmation serait, selon Elizabeth S. Mills et Gary B. Mills, à tempérer, puisqu’il existe de nombreuses plaintes de prêtres qui déplorent le fait que les propriétaires d’esclaves reportent les baptêmes de plusieurs années, ou envoient leurs esclaves à la cérémonie sans spécifier leur date de naissance ou le nom de leurs parents, altérant du coup les registres de baptêmes83. Tous s’entendent néanmoins pour dire que le baptême apparaît comme l’un des sacrements qui a été le plus célébré au sein des communautés esclaves84. En Louisiane, les prêtres l’ont largement accordé aux esclaves, autant dans la ville de La Nouvelle-Orléans que dans les paroisses avoisinantes. Cela dit, bien que le baptême prouve une certaine participation des esclaves à un rite catholique, faut-il le rappeler, il ne révèle pas leur degré de réceptivité à la foi chrétienne. Comme le font remarquer Emily Clark et Virginia M. Gould, pour connaître la réelle signification du baptême dans la vie familiale et sociale des esclaves, il faut se tourner vers les modèles de parrainage :

  • 85 Clark E. et GouldV. M., op. cit., p. 424.

« Godparenting is a more reliable indication of these developments because priests required godparents to demonstrate more than a superficial commitment to the faith and because the bonds created by religious sponsorship could be turned to social purposes [… ]85. »

  • 86 Ibid., p. 433.
  • 87 Ibid., p. 410.
  • 88 Hanger K. S., op. cit., p. 90.

30Les parrains/marraines apparaissent être des acteurs clés au sein de la communauté afro-catholique, esclave et libre, et les conditions de vie, souvent précaires, obligent les parents à bien les choisir. Parce que l’enfant est esclave, les parents choisissent souvent des Noirs libres, ou encore, lorsque cela est possible, leur maître ou d’autres Blancs influents, espérant ainsi probablement faire pencher la balance en faveur de leur progéniture et assurer sa protection. Bien sûr, inversement, lorsqu’un maître, ou l’un des membres de sa famille, parraine son esclave, cela peut signifier qu’il lui a imposé le sacrement, afin d’accroître son pouvoir et son contrôle, et qu’il est présent seulement pour s’assurer que la cérémonie a bien lieu86. Enfin, un prêtre peut parfois occuper deux rôles à la fois, celui d’officiant et celui de parrain. Le fait d’avoir un parrain blanc, voire même un révérend ecclésiastique, n’est pas sans contribuer à établir une certaine égalité spirituelle entre le baptisé et le parrain87. La parenté issue du parrainage, véritable réseau qui s’entrecroise à travers la communauté catholique esclave et libre de La Nouvelle-Orléans, permet donc de consolider les relations interpersonnelles, de renforcer l’amitié et les liens familiaux, et de construire une solidarité communautaire qui fait effet de bouclier contre l’ordre racial établi88. Ces nouveaux liens, tissés auprès du baptisé, conduisent donc à une meilleure cohésion du groupe.

Des parrains et des marraines esclaves

  • 89 À partir des années 1750, les Blancs participent beaucoup moins aux baptêmes d’esclaves, en tant qu (...)
  • 90 Ibid.
  • 91 Clark E., Masterless Mistresses, op. cit., p. 184.
  • 92 ABSJB, 8 juillet 1810, AANO.

31Il est courant de retrouver dans les registres paroissiaux des esclaves qui font office de parrains et de marraines pour d’autres esclaves. L’historien Thomas Ingersoll a déjà démontré leur implication sous le régime colonial89. Pour Kimberly S. Hanger, les parents se tournent alors vers des membres de leur famille pour assurer la sécurité future de leurs enfants90. Cet engagement découle donc d’une participation volontaire aux rites catholiques. Par ailleurs, cela prouve qu’ils ont suffisamment compris la doctrine catholique et qu’ils sont assez pratiquants pour être approuvés dans cette fonction91. Il faut cependant nuancer cette conjecture. Un propriétaire peut aussi probablement imposer ses esclaves comme parrains et marraines pour d’autres esclaves. Ce peut être un moyen de créer des parents putatifs en cas de vente des parents réels. Ainsi, le 8 juillet 1810, le curé Janin baptise neuf esclaves, de mères inconnues, appartenant à Monsieur Desfontaines, habitant de la paroisse Saint-Jean-Baptiste : Salimon, Jaques, Henriette, Marie, Jeanne, Charlotte, Caroline, Marie et André92. Ils ont tous les mêmes parrains et marraines : Jean et Sophie, eux-aussi esclaves de Monsieur Desfontaines. Il faut s’interroger sur le consentement réel de Jean et de Sophie à cette célébration, bien qu’il ne soit pas exclu qu’ils aient joué un rôle important en tant que guides spirituels sur la plantation de Monsieur Desfontaines. Il n’en demeure pas moins qu’un lien symbolique est dorénavant établi entre tous ces esclaves. Or, tout lien, dans une société esclavagiste, devient une forme de résistance, un refus devant la suprématie des maîtres.

  • 93 ABSL, 2 juin 1805, AANO. Pour les informations sur Paul Lanusse, voir Whitney T. H., op. cit., p. 3 (...)
  • 94 ABSL, 16 novembre 1810, AANO. Toledano Roulhac et Christovich Mary Louise (dir.), New Orleans Archi (...)
  • 95 Inventaire après décès de Claude Trémé, 19 mai 1828, ANNO.
  • 96 Clark E., « Atlantic Alliances », op. cit., p. 167.

32Il est ainsi fréquent, dans les registres de baptêmes de la cathédrale Saint-Louis, de voir des parrains et des marraines qui appartiennent au même propriétaire que le baptisé. Par exemple, le 2 juin 1805, le père Antonio de Sedella baptise Félicité, esclave africaine de « nation carabaly » appartenant à Monsieur Paul Lanusse, négociant résidant rue Toulouse93. Son parrain et sa marraine sont Thomas et Louise, tous deux esclaves du même propriétaire. Le 16 novembre 1810, c’est au tour du père Koüne de baptiser le jeune mulâtre Antoine, âgé de quelques jours, appartenant au chapelier Claude Tremé, qui réside rue Bourbon et qui possède une plantation à un peu plus de trois kilomètres de La Nouvelle-Orléans94. Son parrain et sa marraine sont Antoine et Marguerite, esclaves du même maître. Selon l’inventaire après décès dudit Tremé, qui possède alors 43 esclaves, le parrain, Antoine, est un griffe créole âgé d’environ 30 ans, briquetier et mouleur, alors que la marraine, Marguerite, est une esclave africaine de 40 ans95. Cet acte illustre bien l’enchevêtrement des relations entre les différents groupes d’individus de la société néo-orléanaise. Un parrain créole, spécialisé, se joint à une marraine africaine pour protéger et guider un jeune mulâtre créole esclave. Il s’agit de l’un des aspects de la transcendance telle que perçue par l’historienne Emily Clark dans le cas des mariages de la communauté noire libre, repris ici dans le cas des baptêmes d’esclaves96.

  • 97 ABSJB, 15 avril 1835, AANO.
  • 98 Inventaire après décès de Jean-Jacques Haydel, 4 mai 1840, APSJB.
  • 99 Marguerite est présente le 5 avril 1835 pour le baptême de Pierre, esclave de Monsieur Marcelin Hay (...)

33Le fait d’associer des parrains et marraines esclaves aux baptisés semble être également une pratique courante dans la paroisse Saint-Jean-Baptiste, bien que les prêtres aient souvent omis de préciser le statut et le nom du propriétaire des parrains et des marraines. Notons le cas du 15 avril 1835, alors que le père Brasseur baptise la jeune Arthemise, âgée de 7 mois, fille de Marie, toutes deux esclaves de Monsieur Jean-Jacques Haydel, qui possède une habitation établie en sucrerie sur la rive droite du fleuve Mississippi97. Son parrain et sa marraine sont Georges et Marguerite, aussi esclaves du même Sieur Haydel. Ces esclaves sont retraçables dans l’inventaire après décès de Jean-Jacques Haydel, daté du 4 mai 1840, qui possède alors 104 esclaves98. Si Arthemise et Marie n’apparaissent pas dans l’inventaire, quatre ans après ce baptême, c’est peut-être parce qu’elles sont décédées ou ont été vendues. Par contre, la marraine Marguerite y est inventoriée comme une esclave « américaine » de 35 ans. Encore une fois, cet acte de baptême outrepasse les barrières d’ordre ethnique pour rassembler lors d’une même cérémonie des esclaves créoles et américains. Quatre Georges (Georges Boon, Georges Hook, Georges Sheldon et Georges Cooper) s’y retrouvent également, tous esclaves américains âgés entre 25 et 30 ans, qui pourraient correspondre au profil du parrain. Il est intéressant de noter que le prénom « Georges » est peut-être délibérément apposé au second prénom anglophone ; il peut s’agir ainsi d’un moyen de catholiciser les esclaves provenant des États-Unis. Georges et Marguerite serviront d’ailleurs à plusieurs reprises en tant que parrain et marraine pour différents esclaves, véritables relais de transmission culturels99. Cette pratique en soi est révélatrice de leur volonté de vouloir évangéliser leurs parents et amis, de vouloir les intégrer dans une seule et même communauté, qui partage la même culture. Puisque Monsieur Haydel possède un grand nombre d’esclaves, il peut aisément choisir des parrains et des marraines différents pour chaque nouveau baptisé, mais il s’avère que Georges et Marguerite sont souvent choisis ou, croit-on, choisissent délibérément d’occuper ces fonctions.

  • 100 ABSJB, 29 mai 1825, AANO.
  • 101 Inventaire après décès d’Antoine Vicner, 14 février 1817, APSJB.
  • 102 Lettre de Mina, curé de Saint-Jean-Baptiste, à Mgr Blanc, 27 juin 1841, CANO, AUND.
  • 103 Trustee Minute and Account Books, 1er mai 1833, APSJB.

34Lorsque le baptême se déroule sur la plantation du propriétaire, et non à l’église de la paroisse Saint-Jean-Baptiste, il semble beaucoup plus simple que les parrains et les marraines soient eux-mêmes des esclaves du même propriétaire. Par exemple, le 29 mai 1825, le père Mina baptise sept esclaves, appartenant à différents propriétaires (Messieurs Antoine Wicnaire [Vicner], Étienne Trepagnier, Étienne Girodeaux, Ursin Jacob et veuve Bernoudy) dans la maison de Monsieur Justin Wicnaire (Vicner), sur la rive gauche du fleuve. Puisque l’église se trouve sur la rive droite, le prêtre a donc dû se déplacer et traverser le fleuve pour aller baptiser ces esclaves. Les parrains et les marraines ont tous un seul prénom, ce qui laisse penser qu’ils sont aussi esclaves100. Afin de savoir qui ils sont exactement, il faut puiser des éléments importants dans l’inventaire après décès d’Antoine Vicner, frère aîné de Justin Vicner, trouvé dans les archives de la paroisse Saint-Jean-Baptiste. À la lumière de ce document, il apparaît que François, Magdelaine, David, Céleste et Catherine – qui occupent tous les fonctions de parrains et de marraines pour les sept esclaves baptisés – sont tous des esclaves créoles, âgés entre 19 et 50 ans, qui appartiennent à Antoine Vicner101. Il semble que la famille Vicner soit assez importante dans la paroisse, au point où la maison familiale devient un lieu de rassemblement pour des baptêmes de groupes d’esclaves. De nombreux Vicner ont leur propre terre, sur la rive gauche du fleuve. Il peut être difficile pour les esclaves de ces plantations d’avoir accès à l’église et au prêtre. Le fleuve est un puissant obstacle à la traversée d’une rive à l’autre. Qui plus est, l’église de la paroisse voisine de Saint-Charles, bien que située sur la même rive, est à une bonne distance de marche (environ 30 kilomètres) et n’est pas toujours pourvue de prêtre résidant. C’est pourquoi la famille Vicner fait souvent venir le prêtre, plutôt que de faire traverser tous les esclaves. Le 27 juin 1841, le curé Mina écrit ainsi à Mgr Blanc qu’il y a « 2 ou 3 [cérémonies] annuelles et solennelles sur l’habitation de Laurent Vicner vis-à-vis de l’église du côté opposé du fleuve102 ». D’ailleurs, pour résoudre le problème de l’accès à l’église pour les habitants de l’autre rive, les administrateurs de la paroisse ont mis en place un traversier dans les années 1830 : « une somme de cent cinquante piastres est et demeure allouée à M. Charles Cicet, à la charge par lui, de remplir les conditions d’un contrat […] pour tenir un fery à la disposition des habitants de la rive gauche qui auront besoin de se rendre à l’Église, soit pour l’office divin, soit pour un enterrement, soit pour un service, bien entendu que dans ces deux derniers cas, il sera tenu qu’à fournir le chalan seulement [… ]103 ».

  • 104 ABSL, 2 juin 1805, AANO. WhitneyT. H., op. cit., p. 4 ; CampanellaR., Time and Place in New Orleans(...)
  • 105 Jean Castanedo, habitant sur la rue Saint-Louis à La Nouvelle-Orléans, possède, selon l’annuaire de (...)
  • 106 Paxton J. A., op. cit.
  • 107 ABSL, 14 février 1810, AANO.

35Les parrains et les marraines peuvent toutefois être des esclaves appartenant à un propriétaire différent de celui du baptisé. C’est le cas à La Nouvelle-Orléans comme dans la paroisse Saint-Jean-Baptiste. Le 2 juin 1805, par exemple, le père Antonio de Sedella baptise Françoise, esclave « congolaise » de 15 ans, appartenant à Monsieur Robert Avart, résidant au coin des rues Toulouse et Chartres et possédant une large plantation dans ce qui deviendra en 1834 le faubourg Bouligny104. Son parrain est Félix, esclave de Monsieur Jean Castanedo, échevin de La Nouvelle-Orléans105, et sa marraine est Pélagie, esclave de Monsieur Leblanc. Le 14 février 1810, le jeune esclave Louis, fils de Geneviève, tous deux esclaves de Monsieur Antoine Bienvenu, résidant au-dessous du moulin à scie sur la rue Condé106, reçoit pour parrain Rémond, esclave du même Bienvenu, et pour marraine Marie-Anne, esclave de Monsieur Séguin107. L’annuaire de La Nouvelle-Orléans pour l’année 1811 ne compte qu’un seul Séguin, nommé Philippe, qui est constructeur de navires et qui réside dans le faubourg Marigny, sur la rue de la Levée, non loin de la rue Condé (maintenant Chartres). Les relations de voisinage peuvent ainsi être utilisées à des fins religieuses. Cela peut également enrichir et développer, dans ce cas, les réseaux commerciaux et les relations d’affaires entre les différents propriétaires. À l’inverse, cela signifie peut-être que les esclaves ont beaucoup plus de contrôle dans leurs choix. Une fois rendus devant l’autel – si seulement ils assistent à la cérémonie – les maîtres n’ont guère de raison de choisir des esclaves qui ne leur appartiennent pas, à moins qu’ils ne possèdent que les esclaves qui reçoivent le baptême ou qu’ils n’aient pas amené d’autres esclaves pour jouer ce rôle. Dans ces cas, ils peuvent prendre les esclaves qui sont simplement présents à la cérémonie, peu importe à qui ils appartiennent. Dans la majorité des cas, toutefois, puisque les maîtres ne sont pas toujours présents, il semble raisonnable de penser que ce sont les esclaves qui choisissent leurs parrains et leurs marraines, ou les parrains et les marraines de leurs enfants.

  • 108 ABSJB, 31 mai 1835, AANO.
  • 109 Inventaire après décès de Catherine Wèbre, veuve de feu Pierre Roussel, 5 décembre 1840, APSJB. L’i (...)

36Le même modèle se reproduit dans la paroisse Saint-Jean-Baptiste, où il n’est pas rare que les esclaves d’un planteur servent de parrains et de marraines pour les esclaves de son voisin. Dans bien des cas, les planteurs sollicités font d’ailleurs partie de la famille élargie du propriétaire de l’esclave baptisé, grâce aux alliances matrimoniales qui relient bien des familles de la paroisse. Par exemple, le 31 mai 1835, la petite Marie Catherine, âgée de six semaines, est baptisée par le père Brasseur ; elle est la fille de Babé, esclave de Monsieur Sylvestre Wèbre108. Son parrain est Célestin, esclave de Madame Louis Ory, et sa marraine est Thérèse, esclave de Pierre Roussel. L’inventaire de la veuve Pierre Roussel, Catherine Wèbre, laisse savoir que Thérèse est une esclave de champs créole de 24 ans109. Le Sieur Wèbre peut ainsi compter sur la participation de l’esclave de sa sœur, Catherine Wèbre, pour le baptême de sa propre esclave. L’acte révèle également que les esclaves catholiques ne sont pas tous des esclaves privilégiés, c’est-à-dire des esclaves domestiques chargés d’entretenir la maison des maîtres. Les esclaves de champs, comme Thérèse, sont aussi attirés par les sacrements catholiques et occupent une place dans la communauté catholique, au même titre que les ménagères, les cuisiniers (ères) et les cochers.

  • 110 Gudeman S. et S. B. Schwartz, op. cit., p. 53.
  • 111 Ibid., p. 152.
  • 112 ABSJB, 3 janvier 1830, AANO.
  • 113 Schwartz S. B., op. cit., p. 149.

37Si les unions conjugales entre esclaves de différentes plantations ont souvent été découragées et limitées par les propriétaires, la multitude de petites et moyennes habitations dans la paroisse Saint-Jean-Baptiste nuit probablement à la tentative des maîtres d’isoler leurs esclaves110. Il est donc probablement assez facile pour les esclaves de servir de parrains et de marraines pour leurs voisins et pour leurs parents éloignés, même si ceux-ci appartiennent à des propriétaires différents. Cela met en lumière la capacité des esclaves de se forger des liens au-delà des limites de leur plantation, et ce malgré les tentatives mises en œuvre afin de limiter, ou de contrôler ces liens. Pour les historiens Stephen Gudeman et Stuart B. Schwartz, dans leur étude sur le parrainage des esclaves au Brésil, le fait d’avoir peu de parrains et de marraines libres indique à la fois un sens beaucoup plus développé de communauté parmi la population esclave et une diminution du sentiment de dépendance de la part des esclaves, ou de paternalisme de la part des libres111. En milieu rural, le fait que le nombre de Noirs libres soit restreint pousse d’ailleurs à une meilleure cohésion de la communauté esclave ; la paroisse Saint-Jean-Baptiste compte toujours moins de 3,5 % de personnes de couleur libres au sein de sa population totale de 1810 à 1840. La communauté noire catholique de la ville de La Nouvelle-Orléans peut quant à elle compter sur une population de couleur libre beaucoup plus imposante. Malheureusement, il est difficile d’établir des statistiques sur les propriétaires des parrains et des marraines esclaves de la paroisse Saint-Jean-Baptiste, puisque les prêtres de la paroisse ne donnent presque jamais leur statut et le nom de leur maître. Il faut supposer que les parrains et les marraines qui n’ont qu’un seul prénom dans les registres sont des esclaves quoique, dans certains cas – bien que très rares – cela renvoie à des personnes de couleur libres. Par exemple, le 3 janvier 1830, le père Mina baptise Marie-Louise, jeune esclave de 4 mois appartenant à Madame la veuve Louis Ory112. Son parrain et sa marraine sont Paul, sans statut, et Catherine, une femme de couleur libre. Dans le cas de la paroisse Saint-Jean-Baptiste, les cas analysés, vus plus haut, suggèrent une participation considérable des esclaves dans cette fonction113.

  • 114 Gudeman S. et Schwartz S. B., op. cit., p. 51.

38Dans leur étude sur les esclaves de Bahia, Gudeman et Schwartz ont démontré que les esclaves africains adultes ont davantage de parrains et de marraines esclaves ; ils sont trois fois plus fréquents que dans les baptêmes d’enfants, tant créoles qu’africains114. Rien ne permet d’affirmer, toutefois, que les parrains/marraines sont de même « nation » africaine. Les auteurs suggèrent que les maîtres ont davantage choisi des esclaves acculturés pour leur habileté à assister les nouveaux arrivants et les aider à s’intégrer au travail et à comprendre leur rôle. À la cathédrale Saint-Louis, comme le démontre le tableau 31, les adultes africains ont également eu davantage de parrains et marraines esclaves que les enfants africains, mais il est toutefois difficile de proposer une comparaison parfaite avec tous les autres esclaves, puisque les statuts des parrains et des marraines ne sont pas souvent consignés.

39Bien sûr, le modèle de parrainage le plus souhaitable pour des enfants esclaves est de choisir des parrains et des marraines libres. Mais en analysant les registres paroissiaux, il a été noté qu’une importante proportion des baptisés reçoit des parrains et des marraines esclaves. Dans la paroisse Saint-Jean-Baptiste, il semble même que cela ait été la norme pour la très grande majorité des baptêmes. Cependant, puisque les prêtres ont très rarement noté les statuts des parrains et des marraines, il est très difficile d’offrir des statistiques précises. Notons par contre qu’ils ne possèdent la plupart du temps qu’un seul prénom, signe certain d’un statut servile. À la cathédrale Saint-Louis, le choix de parrains et de marraines libres, notamment pour les enfants, semble avoir été assez fréquent, comme le démontre le tableau 32 ; on y dénombre deux fois plus de parrains et de marraines libres pour les enfants que pour les adultes.

Tableau 31. – Statuts des parrains et des marraines des esclaves africains baptisés à la cathédrale Saint-Louis, 1805-1825.

Tableau 31. – Statuts des parrains et des marraines des esclaves africains baptisés à la cathédrale Saint-Louis, 1805-1825.

Tableau 32. — Statuts des parrains et des marraines selon le sexe et l’âge des baptisés esclaves de la cathédrale Saint-Louis en 1805 et 1810.

Tableau 32. — Statuts des parrains et des marraines selon le sexe et l’âge des baptisés esclaves de la cathédrale Saint-Louis en 1805 et 1810.

40Les années 1805 et 1810, qui donnent davantage de détails sur les statuts des parrains et des marraines, en offrent un bon exemple. En 1805, 35,6 % des baptisés (207 baptêmes) ont des parrains et marraines esclaves ; 23,6 % des baptisés ont un modèle mixte libre-esclave (137) et 16,5 % d’entre eux ont des parrains et des marraines libres (96). En 1810, les pourcentages se modifient quelque peu. Si celui des parrains et des marraines esclaves demeure sensiblement le même, quoique légèrement inférieur (32,3 %, 159 baptêmes), celui des parrains et des marraines libres augmente significativement (30,9 %, 152 baptêmes), alors que le pourcentage du modèle mixte diminue (12,4 %, 61 baptêmes). Le choix des parrains et des marraines ne semble pas différent selon le sexe et l’âge du baptisé.

  • 115 Schwartz S. B., op. cit., p. 149.
  • 116 AFSL, 14 mars 1840, AANO.
  • 117 Schwartz S. B., op. cit., p. 149.

41Lorsque le statut des parrains et des marraines n’est pas le même, il semble qu’il y ait une préférence pour le parrain libre et la marraine esclave. Pour Schwartz, cela découle peut-être du fait que l’on reconnaît l’importance sociale d’avoir un homme libre en tant que parrain, qui peut servir de protecteur ou intercéder en la faveur du baptisé dans le futur115. Aucune donnée ne prouve cependant dans quelle mesure les parrains libres de couleur ont contribué à l’émancipation des baptisés esclaves. En fait, un seul acte expose clairement une relation entre une esclave et son parrain. Marie-Louise, jeune esclave d’environ un an, appartenant à Monsieur Clerville Bernoudy, périt le 14 mars 1840 « au domicile d’Arnaud, homme de couleur libre son parrain, situé rue du Quartier, entre les rues Royale et Bourbon, dans la 1re municipalité116 ». Dans ce cas particulier, le choix du parrain apparaît fort important. La jeune Marie-Louise, qui n’est pourtant pas assez âgée pour connaître son parrain, peut compter sur lui pour s’occuper d’elle la veille de son décès. Elle n’a peut-être plus de parents pour remplir cette fonction, ou ceux-ci ne peuvent peut-être pas lui fournir un toit décent pour ses dernières heures. Dans ce cas-ci, le parrain peut apporter une contribution pour améliorer le sort de sa filleule. Le choix d’une marraine esclave découle peut-être quant à elle d’une stratégie familiale ; advenant que la mère du baptisé meure, la marraine doit assumer ses fonctions auprès de l’enfant, ce qui est plus facile à faire si la marraine est également esclave du même propriétaire117.

  • 118 À partir de 1830, les prêtres n’écrivent que rarement les statuts des parrains et des marraines. Il (...)

42À partir de 1820, les prêtres de la cathédrale Saint-Louis prennent de moins en moins le temps d’inscrire la désignation raciale, le statut et le propriétaire des parrains et des marraines de couleur. Les tableaux 33 et 34 indiquent le nombre élevé de parrains et de marraines qui n’ont qu’un prénom, sans nom de famille118. Beaucoup d’entre eux possèdent un patronyme, sans qu’il soit pour autant possible de déterminer avec précision leur statut, s’ils sont des personnes de couleur libres ou des Blancs.

Tableau 33. – Statuts des marraines de la cathédrale Saint-Louis.

Tableau 33. – Statuts des marraines de la cathédrale Saint-Louis.

a. Pour qu’une marraine ait un statut qui soit défini comme étant « blanc », il fallait retrouver les préfixes « Dame », « Mlle », « Donna » ou avoir le statut « blanc » inscrit au registre.

43 Les données des années 1805, 1810 et 1815 sont donc extrêmement utiles pour juger de l’importance de la participation des Noirs dans les baptêmes des esclaves de La Nouvelle-Orléans. Les parrains esclaves représentent entre 35,4 % et 45,6 % de tous les parrains, alors que les parrains libres de couleurs comptent pour 25,8 % à 28,1 %. Les marraines esclaves représentent pour leur part entre 44,3 % et 55,8 % de toutes les marraines, alors que les marraines libres de couleur composent de 30,1 % à 33,9 % du total. La participation des Blancs, qu’ils soient les propriétaires ou des membres de la famille, représente quant à elle une très faible proportion des baptêmes, qui ne dépasse jamais 8 % du total des parrains et des marraines.

Tableau 34. – Statuts des parrains de la cathédrale Saint-Louis.

Tableau 34. – Statuts des parrains de la cathédrale Saint-Louis.

a. Pour qu’un parrain ait un statut qui soit défini comme étant « blanc », il fallait retrouver les préfixes « Sieur », « Monsieur », « Don », avoir le statut « blanc » inscrit au registre ou revêtir une fonction réservée aux Blancs (comme les prêtres, les notaires, les médecins, etc.).

44Notons enfin que la différence entre le nombre de parrains esclaves et libres de couleur est bien moindre que celle entre le nombre de marraines esclaves et libres de couleur. Les femmes esclaves ont davantage servi dans la parenté spirituelle que leurs confrères masculins ; cela concorde avec l’analyse de Schwartz pour le Brésil et avec l’analyse de Clark pour la population noire de La Nouvelle-Orléans.

Des parrains et des marraines libres de couleur

  • 119 Clark E. et GouldV. M., op. cit., p. 410.

45Les registres paroissiaux étudiés indiquent que bien des hommes et des femmes de couleur libres ont servi de parrains et de marraines pour des baptisés esclaves. Pour Emily Clark et Virginia M. Gould, il s’agirait même du groupe le plus important à revêtir ces fonctions à La Nouvelle-Orléans. La communauté noire libre de la ville, notamment à travers leurs agentes féminines, aurait réussi à s’approprier le catholicisme, à un point tel que le clergé les reconnaît comme des partenaires pour évangéliser les Afro-Américains, libres ou esclaves119. Pour les auteurs, c’est de plus en plus le cas après 1803, alors que le protestantisme est en hausse et qu’il manque de prêtres et de religieuses pour christianiser les esclaves. Il est vrai que les personnes de couleur libres assistent régulièrement aux baptêmes d’esclaves, mais selon les registres étudiés, ils ne sont pas majoritaires au sein du cercle des parrains et des marraines. Il s’agit là d’une conclusion importante de cette recherche. Comme l’illustrent les tableaux 33 et 34, les parrains et les marraines de couleur libres sont toujours moins nombreux que les parrains et marraines esclaves, du moins dans les années 1805, 1810, 1815, 1820 et 1825. Il est toutefois difficile de quantifier avec précision leur participation aux baptêmes d’esclaves, puisque les prêtres ont très souvent négligé d’inscrire le statut des parrains et des marraines de couleur. Il est difficile de déduire avec exactitude que les parrains et marraines n’ayant qu’un seul prénom sont esclaves ou libres de couleur. Toutefois, la forte proportion de personnes de couleur libres dans les baptêmes d’esclaves durant les premières années étudiées démontrent clairement qu’ils ont été très actifs dans les réseaux de parrainage. C’est pourquoi il faut croire que les chiffres donnés pour les années 1820, 1825, 1830, 1835, 1840 et 1845 sont bien au-dessous de leur réelle participation. Cela vaut également pour les parrains et marraines esclaves. S’il ne faut malheureusement que supposer pour les dernières années, il s’avère toutefois certain que les esclaves et les Noirs libres ont supplanté les Blancs dans les fonctions de parrains et de marraines tout au long de la période étudiée.

  • 120 ABSL, 6 février 1825, AANO.
  • 121 ABSL, 5 novembre 1810, 23 avril 1810, 27 août 1815, AANO.
  • 122 ABSL, 17 juin 1810, AANO.

46Certains modèles de parrainage, impliquant des personnes de couleur libres, ressortent du lot. Ainsi, le 6 février 1825, le père Borgna baptise Hélène, esclave de 10 mois appartenant à Monsieur Barthelemy Macarty120. Son parrain et sa marraine sont Valentin Saulé et Marie Saulé, tous deux « nègres » libres, qui sont probablement parents, voire peut-être un couple marié. Quelques familles de personnes de couleur libres apparaissent aussi fréquemment dans les registres de baptêmes, notamment les Populusse (11 baptêmes) et les Dupart (6 baptêmes). Par exemple, le 5 novembre 1810, le 23 avril 1810 et le 27 août 1815, le père Thomas baptise Norbert, Charles (esclave africain de 30 ans) et Louise, esclaves appartenant à la demoiselle Geneviève Dussoulle, à Monsieur Bassemin et à Monsieur Magnon121. Les parrains et les marraines sont Norbert Populusse et Marie Populusse, Charles Populusse et Adélaide Lablon, et Noël Gakot et Louise Populusse, tous mulâtres et mulâtresses libres. La majorité des parrains libres de couleur s’engagent ainsi aux côtés de marraines également libres de couleur, et vice-versa, comme l’a démontré le tableau 32 pour le début du xixe siècle, mais plusieurs baptisés reçoivent un parrain et une marraine aux statuts opposés. À cet égard, le baptême de l’esclave « sénégalais » Carlos, appartenant à Monsieur Olivier, qui a lieu le 17 juin 1810, est caractéristique ; son parrain est Theodoro, mulâtre esclave de Madame Castillon, et sa marraine est Theresa, une « négresse » libre, épouse du parrain122. Ainsi, des couples mariés servent parfois de parrains/marraines, bien que ce soit le plus souvent des personnes libres, reliées ou non entre elles.

47 Sur la totalité des baptêmes d’esclaves qui ont lieu à la cathédrale Saint-Louis en 1805, qui sont au nombre de 581, 76,1 % des parrains et 89,5 % des marraines sont des personnes de couleur, dont 45,6 % et 55,8 % sont esclaves. Puisque les statuts de tous les parrains et de toutes les marraines ne sont pas connus avec exactitude, il faut supposer que ces chiffres sous-représentent la proportion réelle de parrains et de marraines de couleur. En 1820, sur les 431 baptêmes qui ont lieu à la cathédrale Saint-Louis, 53,6 % des parrains et 65,7 % des marraines sont de couleur, dont 19,3 % et 24,4 % sont des esclaves. Encore une fois, il faut préciser que ces chiffres ne représentent que la pointe de l’iceberg. Mais même en prenant ces données, qui sont réduites à leur seuil minimal, cela demeure toutefois une large proportion. Si les parrains et marraines n’ayant qu’un seul prénom sont des esclaves ou des personnes de couleur libres, ce qui est vraisemblable, la très grande majorité des parrains/marraines que l’on retrouve dans les registres analysés sont donc des personnes de couleur, libres ou esclaves. En ajoutant à cela le fait que certains prêtres ont omis d’inscrire le statut des parrains/marraines, il faut supposer qu’ils ont été beaucoup plus nombreux que ce que laissent entendre a priori les registres paroissiaux de baptêmes.

48Dans la paroisse Saint-Jean-Baptiste, le nombre de personnes de couleur libres est sensiblement moins élevé qu’à la ville de La Nouvelle-Orléans. Selon les recensements de 1810 et 1820, la paroisse compte seulement 4 (Louise la Cour, Etienne, Polite, Charles Montreuil) et 6 (Catherine, Jean B. Fleming, Georges Deslandes, Augustin Zider, Étienne Villeré, Joseph Eugene) personnes de couleur libres. Il est donc normal de les retrouver beaucoup moins souvent en tant que parrains et marraines dans les baptêmes d’esclaves. Par ailleurs, les registres de baptêmes de la paroisse comportent encore moins de précision que ceux de la cathédrale Saint-Louis quant aux statuts des parrains et des marraines, comme l’illustre le tableau 35. En 1805, 1810 et 1815, aucune personne de couleur libre n’occupe officiellement le rôle de parrain ou de marraine. En 1825, 1830, 1835, 1840 et 1845, 39 baptêmes où le parrain et/ou la marraine sont des personnes de couleur libres ont été dénombrés. Comme l’indique le tableau, il peut être trompeur de se fier uniquement aux registres, puisque dans la très grande majorité des cas, les prêtres n’ont pas écrit les statuts des parrains et marraines.

  • 123 ABSJB, 22 mai 1825, AANO.
  • 124 ABSJB, 1er novembre 1835, AANO.
  • 125 ABSJB, 22 mars 1845, AANO.

49Il faut cependant noter la participation de certaines personnes de couleur libres, qui reviennent souvent dans les actes de baptêmes des esclaves de la paroisse, prouvant ainsi leur attachement à la foi catholique. Par exemple, le 22 mai 1825, pour le baptême de la jeune Françoise, âgée de 3 mois, esclave de Monsieur Hubert D’Arensbourg, c’est Étienne Villeré, homme de couleur libre de la paroisse Saint-Jean-Baptiste, qui endosse le rôle de parrain, aux côtés de la marraine Claire, dont le statut est inconnu123. Ledit Étienne Villeré se retrouve le 1er novembre 1835 lors du baptême de Hortence Adèle, esclave de la veuve Célestin Ferrand, alors qu’il est nommé parrain avec Sylvanie pour marraine124. Et il réapparaît le 22 mars 1845 dans le baptême de Valsin (12 ans), esclave de la veuve Chrisosthôme Borne, accompagné de la marraine Adélaïde125.

Tableau 35. – Statuts des parrains/marraines de couleur de la paroisse Saint-Jean-Baptiste.

Tableau 35. – Statuts des parrains/marraines de couleur de la paroisse Saint-Jean-Baptiste.

50Selon le recensement de la paroisse de 1820, Étienne Villeré ne possède aucun esclave. En 1850, toutefois, le recensement indique cette fois qu’il détient 5 esclaves ; 2 hommes (80 et 3 ans) et 3 femmes (45 ans, 25 ans et 4 mois). Son statut d’esclavagiste le rend peut-être acceptable aux yeux des autres propriétaires pour qu’ils acceptent qu’il soit le parrain de leurs esclaves. Adhérant ainsi pleinement au catholicisme, il semble probable que ses esclaves aient été eux-mêmes baptisés.

51L’analyse des parrains et des marraines esclaves et libres de couleur n’a pas été des plus simples, puisque les prêtres n’ont pas toujours inscrit le statut des parrains et des marraines. Leur présence et leur rôle au sein de la communauté noire catholique ne peuvent toutefois être contestés, notamment à la cathédrale Saint-Louis et probablement dans la paroisse Saint-Jean-Baptiste. Mais ils ne sont pas les seuls à être présents dans les pages des registres de baptêmes d’esclaves. La présence des propriétaires, ou des membres de leur famille, au baptême de leurs esclaves révèle quant à elle une volonté de contrôler, ou du moins d’influencer leur vie religieuse.

Des maîtres pour parrains et marraines

  • 126 Gudeman S. et S. B. Schwartz, op. cit., p. 41.

52Pour les historiens Gudeman et Schwartz, le baptême chez les esclaves est un phénomène très contradictoire. Alors que l’esclavage désigne une relation de servitude, le baptême signifie plutôt une relation spirituelle de protection et renvoie à tout ce que l’esclavage dénie : une égalité, une humanité, une liberté126. Au Brésil, il semble que les maîtres aient refusé de servir de parrain et de marraine pour leurs propres esclaves ; l’ayant fait, ils auraient alors indiqué leur volonté d’abroger certains de leurs pouvoirs et de leurs droits. Dans leur échantillon de baptêmes, Gudeman et Schwartz n’ont retrouvé aucun cas où le maître sert de parrain ou de marraine à son esclave. Les auteurs relèvent cependant quelques cas où des parents du propriétaire occupent la fonction de parrain/marraine.

Tableau 36. – Proportion des propriétaires d’esclaves qui sont les parrains et marraines.

Tableau 36. – Proportion des propriétaires d’esclaves qui sont les parrains et marraines.

53Si les maîtres et leur famille ne sont que très rarement des parrains et des marraines d’esclaves au Brésil, c’est au contraire souvent le cas en Louisiane, autant à la cathédrale Saint-Louis que dans l’église de la paroisse Saint-Jean-Baptiste. Au cœur des pratiques religieuses des esclaves, il semble que plusieurs maîtres aient tenu à être le parrain ou la marraine de leurs propriétés serviles, comme l’exigent les principes paternalistes du système esclavagiste louisianais. Dans tous les cas, cependant, les proportions demeurent faibles par rapport au nombre total de baptêmes. À la cathédrale Saint-Louis, les parrains et marraines des esclaves qui sont leurs propriétaires ou des membres de la famille du propriétaire représentent entre 5 % et 15,6 % de tous les parrains et marraines. À l’église de la paroisse Saint-Jean-Baptiste, la proportion se situe entre 3,2 % et 13,3 %. Le tableau 36 illustre bien les proportions respectives des deux églises. Il y a cependant une marge d’erreur à prendre en considération. En effet, il arrive fréquemment qu’un esclave puisse porter le nom de famille de son propriétaire ; un maître peut également exiger de l’esclave et du prêtre qu’ils inscrivent son patronyme aux côtés des prénoms des parrains et des marraines esclaves. Si le statut du parrain ou de la marraine n’est pas inscrit, il devient alors difficile de déterminer s’il s’agit d’un esclave ou d’un membre de la famille du propriétaire. Malgré tout, ces chiffres donnent un bon aperçu de la répartition réelle des parrains et des marraines. Et il est facile de s’apercevoir que la coutume devient plus fréquente plus l’on avance dans le siècle.

  • 127 ABSL, 21 mai 1810, AANO. Selon l’annuaire de Whitney de 1811, aucun Joseph Forcell ne réside alors (...)
  • 128 ABSL, 3 mars 1786 et 13 février 1797.
  • 129 Il est raisonnable de penser que l’esclave Maria Marta se destine à la profession de gouvernante, d (...)
  • 130 Dans la France du xixe siècle, l’âge idéal d’une nourrice se situe entre 20 et 35 ans. Voir Faÿ-Sal (...)
  • 131 Lettre d’Armand Duplantier à Mlle Éduvige Allard, 21 juin 1804, collection des papiers de la famill (...)

54L’un des meilleurs exemples de la participation des propriétaires au baptême de leurs esclaves a lieu le 21 mai 1810, alors que le père Antonio de Sedella baptise Maria Marta, une esclave anglo-américaine provenant de New York, âgée de 22 ans, appartenant au jeune Joseph Forcell, fils de Joseph Forcell père127. Le jeune Forcell, âgé à ce moment de 24 ans, revêt le rôle de parrain, alors que sa sœur, la jeune Maria Marta Delphina Forcell, alors âgée de treize ans, devient marraine128. Bien que le moment précis où les Forcell acquièrent l’esclave Maria Marta demeure inconnu, celle-ci peut être – ou a pu être – la gouvernante129 des enfants Forcell, notamment pour la jeune Maria Marta Delphina, ce qui expliquerait pourquoi ils s’empressent alors d’être son parrain et sa marraine. On lui donne d’ailleurs le prénom de sa marraine. En effet, il est courant, en Louisiane, que les enfants blancs aient une nourrice130 ou une gouvernante noire, comme l’explique en 1804 le planteur Armand Duplantier, habitant de la paroisse de Bâton Rouge, dans une lettre adressée à sa sœur au sujet de sa nièce : « je lui parle souvent de toi, elle dit qu’elle aimeras bien sa tatan, et quelle coudrat avec elle, parce que sa maman blanc, et sa maman noir (la negrêsse qui la élevée) la font souvent enragés, en ce qu’elle ne veulent pas lui laisser faire toutes ces petites volontées [… ]131 ». La jeune Augustine Eulalie Duplantier a perdu sa mère naturelle l’année de sa naissance, durant une épidémie de fièvre jaune ; c’est une nourrice noire qui s’est alors occupée d’elle. En 1804, alors âgée de cinq ans, elle se retrouve avec une nouvelle belle-mère, mais sa « maman noir », comme elle l’appelle, sans nul doute une esclave, continue à jouer un rôle important dans sa vie.

  • 132 Inventaire après décès de Dominique Bouligny, 2 avril 1833, ANNO. Bouligny réside rue Royale, entre (...)
  • 133 ABSL, 6 novembre 1825, AANO.
  • 134 ABSL, 23 juillet 1830, AANO.
  • 135 Inventaire après décès de Dominique Bouligny, 2 avril 1833, ANNO.

55Il faut également citer l’exemple du 6 novembre 1825, alors que le père Eugène Michaud baptise deux esclaves appartenant à Monsieur Dominique Bouligny, sénateur républicain-démocrate de la Louisiane en poste de 1824 à 1829, qui habite rue Royale132 ; Prosper, jeune griffe de 4 ans, et William, griffe de 1 an et demi, tous deux fils naturels de la mulâtresse Marie-Louise133. Les parrains sont Messieurs Dominique et Gustave Bouligny, fils du propriétaire, et les marraines sont Madame Arthemise Bouligny, épouse du sieur Bouligny, et Mademoiselle Modeste Bouligny, jeune enfant du couple Bouligny. Le 23 juillet 1830, l’esclave Antoine Eugene se retrouve également dans les registres de baptêmes ; âgé de 3 ans, fils de Marie, appartenant aussi à Monsieur Bouligny134. Cette fois, le parrain est le propriétaire lui-même, alors que la marraine est la jeune Modeste Bouligny. Ces jeunes esclaves n’apparaissent toutefois pas dans l’inventaire après décès de Monsieur Dominique Bouligny, daté du 2 avril 1833135. À cet âge, il est possible qu’ils n’aient pas survécu, victimes d’épidémie ou d’accidents. Il se peut également qu’ils aient été vendus, notamment Prosper, qui est alors âgé d’une dizaine d’années et qui vaut certainement un bon prix.

  • 136 Paxton J. A., op. cit. Plus précisément au numéro 126.
  • 137 ABSL, 2 février 1840, AANO. Ledit Manuel Garcia possède également une plantation dans la paroisse S (...)

56Notons encore le cas du 2 février 1840, alors que Monsieur Manuel Garcia, marchand domicilié rue de la Levée136, demande à l’abbé Louis Moni de baptiser cinq de ses esclaves ; Martin, jeune griffe de 6 ans, Joséphine, griffonne de 5 ans, Henri, griffe de 3 ans, et les jumeaux Joseph Osborne et Marcel, griffes de 1 an et demi, tous enfants naturels de l’esclave Lucille, appartenant elle aussi à Monsieur Garcia137. Pour le premier baptisé, le parrain et la marraine sont Monsieur Eugène Félix Garcia, le fils aîné du propriétaire, alors âgé de 17 ans, et Mademoiselle Marie Octavie Garcia, une possible parente des Messieurs Garcia. Le second a pour parrain Monsieur Edouard Garcia, autre fils dudit Garcia, âgé de 5 ans, et pour marraine Mademoiselle Elizabeth Garcia, également fille du Sieur Garcia, âgée de 6 ans. Le troisième acte contient les noms de Monsieur Étienne Manuel Garcia, un parent de la famille, comme parrain et de Mademoiselle Elizabeth Estelle Garcia, l’une des filles de Garcia, âgée alors de 16 ans, comme marraine. Le quatrième baptisé reçoit Monsieur Arthur Garcia, fils du propriétaire, âgé de 2 ans, et Mademoiselle Garcia pour parrain et marraine. Enfin, le dernier prend comme parrain Pepe et comme marraine Maria, qui n’ont pas de nom de famille ni de statut. Il est vraisemblable de penser qu’ils sont des esclaves, appartenant probablement à Monsieur Garcia père. Le Sieur Garcia met donc sa parenté et ses cinq enfants, parfois très jeunes, à contribution dans les baptêmes des enfants de son esclave Lucille. Il désire peut-être ainsi inculquer à ses enfants l’importance de l’implication du maître dans la vie religieuse de ses esclaves. Lucille a toutefois dû attendre six ans avant que son fils aîné reçoive le sacrement. Le maître Garcia a longtemps tardé avant de présenter ses jeunes esclaves au prêtre. Puisque Lucille semble être constamment enceinte – il n’y a qu’un à deux ans d’écart entre chaque naissance – il a peut-être voulu attendre d’avoir plusieurs enfants afin de faire une seule cérémonie.

57Tous ces actes se révèlent très intéressants, puisque plusieurs membres des familles Forcell, Bouligny et Garcia vont prendre place aux célébrations, aux côtés d’esclaves, s’associant ensemble afin d’offrir des liens spirituels et familiaux aux nouveaux baptisés. Le fait de demander à un parent d’assister et de jouer un rôle dans le baptême d’un esclave reflète bien l’importance que revêt le catholicisme aux yeux des habitants néo-orléanais de l’époque. Qu’il soit libre ou esclave, noir ou blanc, un baptisé a besoin de guides et de parents spirituels, aptes à l’aider en cas de besoin. Pour un esclave, qui peut mieux jouer ce rôle que son maître ou l’un de ses proches parents. Une marraine blanche, et surtout un parrain blanc, est synonyme de protection, de richesse et de pouvoir. Il faut penser qu’une telle parenté spirituelle peut glorifier le baptisé. À l’inverse toutefois, un maître peut exiger d’être le parrain ou décider qu’un des membres de sa famille le soit pour asseoir sa relation de pouvoir et son contrôle sur ses propriétés serviles. Dans un cas comme dans l’autre, cela implique néanmoins une participation des maîtres, et/ou de leur famille, dans la cérémonie religieuse et un rôle accru dans la vie du filleul. Désormais, leurs vies sont interconnectées par les liens sacrés du baptême. Il faut cependant garder à l’esprit que dans bien des cas, le baptême n’apparaît que comme une simple formalité aux yeux du maître, une cérémonie à la signification tronquée, où le filleul demeure un esclave parmi tant d’autres. La présence du maître, ou de l’un de ses parents, n’est essentielle que dans la mesure où il peut témoigner de la célébration du sacrement, en bonne et due forme, comme le requièrent les principes catholiques.

Des parrains et des marraines sacrés

  • 138 Gousset M., Instructions sur le rituel par Mgr L. A. Joly de Choin, Paris, Chez Gauthier Frères, 18 (...)
  • 139 ABSL, 15 août 1825, AANO.
  • 140 Gibson J., op. cit., p. 139. Un échevin est un magistrat municipal qui assiste le maire dans ses fo (...)
  • 141 ABSL, 14 juillet 1835, AANO. Selon le recensement fédéral de 1820, Bernard Marigny possède, dans sa (...)
  • 142 ABSL, 29 mars 1815, AANO.

58Les prêtres vont aussi parfois endosser la fonction de parrain, allant ainsi à l’encontre des préceptes de l’Église. En effet, selon Mgr Louis-Albert de Choin, évêque de Toulon entre 1738 et 1759, « les religieux, les religieuses et autres personnes qui ont renoncé au siècle, ne peuvent être parrains et marraines, ni faire tenir en leur nom des enfants sur les fonts du Baptême : les saints canons le défendent138 ». Pourtant, à la cathédrale Saint-Louis, pour les années étudiées, c’est le cas pour dix-neuf baptêmes. Les pères Antonio de Sedella, Louis Moni, Philippe Borgna, Paul Armand, Mathieu Anduze, Jacques-Marie-Auguste Bonniot et Bernard Permoli endossent tous ce rôle, à plusieurs reprises. En parcourant les actes où ils remplissent cette fonction, il faut cependant convenir qu’ils ne sont jamais associés à une marraine esclave, mais plutôt à la propriétaire ou à une parente proche du propriétaire. Ainsi, le 15 août 1825, l’abbé Moni baptise Elizabeth Babbée, une esclave créole d’Amérique âgée de 13 ans, appartenant à Monsieur et Madame Henderson, qui demeurent dans la paroisse d’Orléans139. Moni se nomme parrain, et nomme Madame Henderson Destrehan comme marraine. Notons aussi le 14 juillet 1835, où Monsieur Bernard Marigny, échevin de La Nouvelle-Orléans, résidant rue Levée au coin de la rue Marigny140, fait baptiser 21 de ses esclaves141. Pour l’une d’entre eux, Pauline, âgée de sept ans, le père Bernard Permoli accepte d’être parrain, aux côtés de la demoiselle Matilde Marigny, la plus jeune fille de Bernard Marigny. À une seule occasion, le prêtre est nommé seul, sans marraine. Le 29 mars 1815, le père Claude Thomas baptise Maria Antonia, âgée de 2 ans, esclave de Margarita Lamoureaux142. Le parrain est le frère capucin Antonio de Sedella et aucune mention n’est faite de la marraine. La situation est très différente dans la paroisse Saint-Jean-Baptiste, où les prêtres ne sont jamais nommés en tant que parrain. La fonction est plutôt systématiquement accordée aux esclaves d’abord, aux personnes libres de couleur et aux propriétaires ensuite. Il était peut-être plus mal vu pour un prêtre d’être le parrain d’un esclave de plantation, du moins aux yeux des habitants esclavagistes de la paroisse. En évitant de leur octroyer ce privilège, les planteurs espèrent peut-être contrôler davantage les esclaves de la région.

  • 143 Schwartz S. B., op. cit., p. 139.
  • 144 ABSL, 28 mai 1840, AANO.

59Bien que certaines pratiques populaires, comme le fait d’avoir le prêtre officiant ou un patron masculin comme parrain ou de choisir la vierge Marie ou toute autre sainte comme marraine, aient été interdites par le concile de Trente, elles demeurent encore présentes en Louisiane, comme au Brésil, au xixe siècle143. Ainsi, les registres de la cathédrale Saint-Louis qui ont été analysés dévoilent seize cas où la parenté spirituelle provient du ciel. Le 28 mai 1840, Marcial, jeune esclave de 8 mois appartenant à Mlle Adélaïde Beaulieu, femme de couleur libre de La Nouvelle-Orléans, est baptisé par le vicaire Asensio : « Le susdit enfant au lieu d’avoir un parrain, a été placé sous la protection de la Très Sainte Vierge et St. Joseph144. » Les prêtres de La Nouvelle-Orléans font ainsi appel à Saint Jacques, Saint Jean, Saint François, Saint Louis, Sainte Martine et Sainte Catherine. À l’inverse, l’utilisation des Saints et de la Vierge Marie est absente des registres de baptêmes de la paroisse Saint-Jean-Baptiste. Il est peut-être plus difficile de désigner un parrain et une marraine pour tous les esclaves catholiques de la ville ; devant les esclaves qui ne peuvent en trouver en temps et lieu, qui sont sans famille et sans réseaux, les prêtres peuvent parfois, en dernier recours, recourir aux Saints. En milieu rural, un prêtre peut, semble-t-il, toujours compter sur les esclaves de la même plantation, ou ceux des propriétaires voisins, pour trouver des parrains et des marraines.

Des parrains et des marraines absents

  • 145 Gudeman S. et Schwartz S. B., op. cit., p. 45 et 49.

60L’absence de parrains et de marraines peut également être significative de l’importance du sacrement. Dans les registres de baptêmes de la cathédrale Saint-Louis qui ont été étudiés, les parrains sont absents dans seulement 75 cas (sur un total de 4259 actes). La présence de la marraine semble même compter davantage. Elle n’est absente que dans 23 cas. Un jeune esclave doit pouvoir compter sur une seconde mère au cas où la première est vendue ou décède, particulièrement lorsqu’il n’y a pas de père reconnu. Il est plus difficile pour un parrain de prendre à sa charge un jeune enfant, surtout s’il est lui-même esclave et doit accomplir son travail quotidien, comme c’est souvent le cas en Louisiane. À l’inverse, au Brésil, les marraines sont beaucoup plus absentes que les parrains ; pour Gudeman et Schwartz, la présence du parrain, souvent libre, semble avoir été plus importante, puisque les esclaves ont d’abord utilisé le parrainage pour se procurer un possible allié ou un protecteur145. Il en va de même chez les Blancs, où la présence du parrain prime sur celle de la marraine.

61Dans onze baptêmes, le parrain et la marraine sont tous deux absents. L’absence de parenté spirituelle – ou la négligence de l’officiant qui n’a pas noté les noms – demeure toutefois un cas négligeable (elle représente moins de 3 % de tous les baptêmes), mais elle témoigne cependant d’une certaine indifférence face au baptême des esclaves. Après tout, dans les registres de baptêmes des Blancs, rares sont ceux qui n’ont pas de parrains et de marraines. Il semble qu’en milieu rural, l’absence de parrains et de marraines soit très rare, voire quasi inexistante. Pour la période étudiée, en ce qui concerne la paroisse Saint-Jean-Baptiste, seulement deux cas (sur 1356 actes) ont été relevés où le parrain est absent et neuf cas où le parrain et la marraine sont tous deux absents. Cela représente un très faible pourcentage des actes de baptêmes (moins de 1 %). Les cas s’avèrent plus nombreux en ville, où les esclaves font partie de petits ménages et où leurs réseaux sociaux et familiaux sont parfois beaucoup moins développés. Ils ne peuvent compter sur une large communauté – comme un atelier d’esclaves le permet sur une plantation – pour obtenir sans délai un parrain et une marraine.

  • 146 Clark E. et Gould, V. M., op. cit., p. 428.
  • 147 Gudeman S. et Schwartz S. B., op. cit., p. 40.

62Il est difficile de savoir avec exactitude qui choisit les parrains et les marraines des esclaves baptisés. Le choix peut revenir au prêtre officiant, aux parents du baptisé, au propriétaire, au contremaître, à des amis ou même aux parrains et aux marraines eux-mêmes. L’Église peut aussi assigner de facto un parrain et une marraine à chaque esclave. Le choix des parrains et des marraines peut alors être indépendant et autonome, ou contrôlé et ordonné. Dans bien des cas, comme l’ont avancé Emily Clark et Virginia M. Gould, il s’agirait d’un choix qui découle davantage de stratégies que d’une simple décision individuelle146. Pour Gudeman et Schwartz, qui ont posé leur regard sur les modèles de parrainage du Brésil, il demeure toutefois plus intéressant de connaître le pourquoi que le qui147. Le fait que de nombreux esclaves aient accepté le rôle de parrain ou de marraine signifie, dans la majeure partie des cas, un véritable engagement envers la foi catholique ; le baptisé obtient ainsi la certitude d’appartenir à une communauté et de posséder un réseau social qui lui sera certainement utile dans les années à venir.

La signification des prénoms

  • 148 Ibid., p. 42.
  • 149 Gousset M., op. cit., p. 49-50.
  • 150 Ibid.

63Les réseaux familiaux et extra-familiaux des communautés esclaves de La Nouvelle-Orléans et de la paroisse Saint-Jean-Baptiste peuvent enfin être révélés par l’octroi d’un prénom aux baptisés esclaves. En effet, les baptisés reçoivent très souvent le même prénom que leur parrain ou leur marraine. Il s’agit de la pratique la plus courante. Et ce prénom est presque toujours un nom chrétien ou un nom de Saint, comme parmi la population libre. Les Joseph (ou Jose), les Jean (ou Juan), les Baptiste (ou Bautista), les Marie (ou Maria), les Joséphine/Josèphe (ou Josephina/Josepha) et les Magdelaine (ou Magdalena) sont ainsi très nombreux. Sur les 2250 femmes et les 2008 hommes qui apparaissent dans les registres de baptêmes des esclaves de la cathédrale Saint-Louis, il y a 1037 Marie/Maria (46,1 %), 376 Jean/Juan (18,7 %) et 237 Joseph/ Jose (11,8 %). Sur les 689 femmes et les 664 hommes des registres de baptêmes des esclaves de la paroisse Saint-Jean-Baptiste, il y a cette fois 195 Marie/Maria (28,3 %) et 120 Jean (18,1 %). Cela contraste avec les Antilles, notamment la Jamaïque, ou avec la Caroline du Sud, où les propriétaires font souvent appel aux divinités grecques, au mois de naissance, à des caractéristiques physiques ou à des noms ironiques pour nommer leurs esclaves148. En comptant les actes funéraires et les actes de baptêmes des deux paroisses étudiées, seuls quelques noms réfèrent à des divinités grecques et romaines (quatre Jupiter, trois Apollon, trois Neptune, un Cupidon), à des jours de la semaine (un Lundi, deux Dimanche) et à des caractéristiques physiques (un Petit, un Contant, un Rustre). Il est toutefois surprenant que de tels prénoms aient été acceptés par le prêtre officiant, puisque selon les instructions diocésaines, « les curés et les prêtres qui baptisent ne doivent point absolument souffrir qu’on donne, aux enfants qui doivent être baptisés, des noms profanes, indécents, fabuleux, poétiques et ridicules » ; au contraire, « ils auront soin qu’on impose, à chacun selon son sexe, le nom d’un saint ou d’une sainte reconnus par l’Église149 ». Ces règles ne semblent pas avoir été appliquées intégralement en Louisiane. Par exemple, alors qu’il est stipulé qu’« il n’est point à propos de donner le nom des mystères de Jésus-Christ, comme celui de Noël, d’Esprit, ni celui de Toussaint150 », ces prénoms apparaissent souvent dans les registres de baptêmes (34 Noël[le] et trois Toussaint dans la paroisse Saint-Louis, dix Noël et quatre Toussaint dans la paroisse Saint-Jean-Baptiste).

  • 151 Higman B. W., « Terms for Kin in the British West Indian Slave Community : Differing Perceptions of (...)
  • 152 Ibid., p. 61.
  • 153 Malone A. P., op. cit., p. 231.
  • 154 AFSL, 26 juin 1840, AANO.
  • 155 AFSL, 18 décembre 1835, AANO.
  • 156 ABSL, 8 avril 1810, AANO.
  • 157 ABSL, 31 janvier 1810, AANO.

64L’attribution d’un prénom à un esclave demeure toutefois problématique, comme le démontre l’historien B. W. Higman dans son étude sur les esclaves des Antilles britanniques151. Dans quelle mesure ces prénoms sont-ils choisis par les esclaves eux-mêmes ou imposés par les maîtres ? Comment savoir si les prénoms que l’on retrouve dans les registres de plantations ou dans les inventaires après décès concordent avec ceux utilisés au sein de la communauté esclave catholique152? De nombreux historiens, comme Herbert Gutman, John Boles et Ann Patton Malone, ont démontré que le choix du prénom d’un enfant représente l’un des moyens qu’ont les esclaves de prouver leur respect envers des membres de leur famille et de leur communauté153. Toutefois, le système esclavagiste permet à d’autres personnes de nommer les esclaves, jeunes ou adultes. Les propriétaires et les contremaîtres ont souvent pris un intérêt tout personnel à nommer leurs nouveaux esclaves selon leurs propres réseaux familiaux et communautaires, quitte à outrepasser les prérogatives parentales de leurs esclaves. C’est peut-être pourquoi de nombreux esclaves ont un prénom officiel, et un second prénom. Par exemple, le 26 juin 1840, le père Asensio met en terre Jean Baptiste, alias Cacambo, esclave « congolais » de 28 ans appartenant à Marie Jeanne Léaumont, une femme de couleur libre de La Nouvelle-Orléans154. Jean Baptiste a ainsi conservé son patronyme africain, et sa maîtresse a autorisé le prêtre à l’inscrire au registre. D’autres se sont plutôt vus octroyer un surnom qui illustre leur tempérament. Ainsi, le 18 décembre 1835, le frère Asensio enterre Pierre, alias Silence, un esclave créole de 22 ans, né à La Nouvelle-Orléans et appartenant à Chonne Duval, une femme de couleur libre155. Pierre, bien que Créole, parlait probablement couramment le français. Était-il plus silencieux que ses confrères ? Était-il muet ? Enfin, d’autres ont pu conserver leur ancien prénom, alors qu’un nouveau leur est imposé à la suite d’une vente. C’est probablement le cas pour Joseph, surnommé Nat, un esclave dit anglais de 25 ans appartenant à Magdeleine Billet, une mestize libre de La Nouvelle-Orléans, qui est baptisé le 8 avril 1810156. Joseph est sûrement une nouvelle acquisition de ladite dame Billet, qui s’empresse de le faire baptiser, sans pour autant lui faire renier son ancien nom anglophone. Bien qu’il soit très difficile de savoir dans quelle mesure les prénoms sont choisis par les esclaves eux-mêmes, ou dans quelle mesure ils sont imposés par les maîtres, le croisement entre les noms des baptisés et les noms des parents, des parrains, des marraines et des propriétaires dans les registres de baptêmes permet d’échafauder quelques hypothèses. La plupart des propriétaires qui permettent à leurs esclaves de conserver un second prénom non chrétien sont des personnes de couleur libres, qui comprennent peut-être davantage le pouvoir et l’importance d’avoir son propre nom. Par ailleurs, les prénoms d’origine africaine demeurent peu fréquents dans les registres de baptêmes et les registres funéraires, à moins d’être accompagné par un second prénom chrétien. Par exemple, le 31 janvier 1810, le père Sedella baptise Maria, ou Mano, une esclave « congolaise » de vingt ans appartenant à Jorge Risner157. Mano accepte donc le préfixe de Marie pour entrer dans la communauté catholique néo-orléanaise. Son prénom est-il le fruit d’une négociation ? À voir le nombre élevé de baptêmes d’esclaves africains à la cathédrale, et le peu de prénoms d’origine africaine qui en ressortent, elle a pu exiger de maintenir son nom et sa mémoire.

  • 158 Johnson W., Soul by Soul, op. cit., p. 40.

65Les prêtres et missionnaires catholiques de la Louisiane semblent s’être efforcés d’évangéliser les esclaves non seulement dans la ville de La Nouvelle-Orléans, mais également hors de ses frontières. Les baptêmes sont fréquents en milieu urbain comme en milieu rural et les mariages, bien qu’ils soient plus difficiles à mettre en œuvre, prouvent qu’un certain nombre d’esclaves ont reçu plus d’un sacrement et ont ainsi pleinement consenti à rejoindre les rangs d’une communauté catholique. Certes, au cœur du monde des marchés d’esclaves et des plantations, dont La Nouvelle-Orléans et la paroisse Saint-Jean-Baptiste sont toutes deux des emblèmes, les mariages d’esclaves peuvent être fréquemment brisés – les familles étant souvent divisées – et les liens communautaires demeurent précaires158. L’éventualité d’une vente demeure donc omniprésente et menace le fragile univers que se sont construit les esclaves. Une vente leur enlève les lieux et les gens qui constituaient jusque-là leur communauté et qui donnaient une signification à leur vie. La religion catholique peut ainsi devenir une forme de refuge, ou du moins un outil pour se rebâtir des réseaux non seulement familiaux, mais également communautaires.

66Le catholicisme a d’ailleurs permis à des milliers d’esclaves louisianais de se constituer des réseaux familiaux et extra-familiaux, en liant esclaves, Noirs libres et Blancs, en faisant fi, d’une certaine manière, des barrières sociales, raciales et même sexuelles qui leur sont imposées. Le fait de transcender ces frontières, de les transgresser, apparaît à la lecture des registres paroissiaux. Des mères, des pères, des parrains, des marraines, des propriétaires et des témoins de toutes origines et de tous statuts prennent place côte à côte devant les prêtres catholiques, le temps d’une cérémonie ou le temps d’une vie. Des familles et des couples, légitimes ou non, se forgent à travers ces réseaux. Les esclaves étrangers sont intégrés grâce à des parrains et des marraines créoles, eux-mêmes esclaves, appartenant ou non au même propriétaire. Afin de protéger leurs enfants, certaines mères esclaves ciblent quant à elles des personnes de couleur libres, voire des Blancs, aptes à les aider en cas de besoin. Des jeux d’alliances se mettent progressivement en place, aussi bien dans les rues de La Nouvelle-Orléans que dans les plantations de la paroisse Saint-Jean-Baptiste. En filigrane des actes de baptêmes, de mariages et de sépultures, il faut constater que les esclaves – malgré leur statut servile et le joug de leur maître – détiennent une marge de manœuvre importante, voire une certaine liberté quant à leurs pratiques religieuses, qui transparaît notamment dans leur volonté de se marier et dans leur choix de parrains et de marraines.

Notes

1 Voir le chapitre « The Family » de Fogel Robert W. et Engerman Stanley L., Time on the Cross : The Economics of American Negro Slavery, Boston, Little, Brown, 1974, p. 126-144.

2 Gutman Herbert G., The Black Family in Slavery and Freedom, 1750-1925, New York, Pantheon Books, 1976.

3 Elkins Stanley, Slavery : A Problem in American Institutional and Intellectual Life, Chicago, University of Chicago Press, 1959 ; Genovese E. D., op. cit.

4 Lawrence W. Levine est l’un des premiers à émettre l’idée d’une culture noire, spécifique aux Afro-Américains et résistante à l’esclavage. Ses travaux révolutionneront l’historiographie afro-américaine qui, jusqu’alors, ne concevait pas que les esclaves pouvaient posséder une histoire et une culture. Voir LevineL. W., op. cit., p. xxv.

5 Blassingame J. W., The Slave Community, op. cit., p. 25-32.

6 AFSL, 22 septembre 1805, AANO. À moins d’indication contraire, toutes les citations sont présentées dans leur graphie originale.

7 AFSL, 25 septembre 1810, AANO.

8 Le terme mestiza ou mestizo désigne la progéniture d’un(e) Blanc (he) et d’un(e) Amérindien (ne). Hanger K. S., op. cit., p. 16.

9 AFSL, 19 février 1815, AANO.

10 AFSL, 22 septembre 1820, AANO.

11 ABSL, 17 mars 1805, AANO.

12 ABSL, 25 mars 1805, AANO.

13 ABSL, 29 juillet 1805, AANO.

14 ABSL, 24 mai 1810, AANO. Le terme fait référence au royaume Sosso, fondé à la fin du viiie siècle et situé au sud du Ghana, en Afrique de l’Ouest. Il sera intégré dans l’Empire du Mali dès 1235. Voir Devey Muriel, La Guinée, Paris, Karthala, 2009, p. 75-76.

15 ABSL, 26 septembre 1810, AANO.

16 ABSL, 5 février 1810, AANO.

17 ABSL, 24 avril 1815, AANO.

18 ABSL, 14 juin 1825, AANO.

19 ABSL, 9 mai 1830, AANO.

20 ABSL, 8 mai 1810, AANO.

21 Mills E. S. et Mills G. B., op. cit., p. 41.

22 Lettre de J. Dulu, Vic-Bigorre (France), à Mde Duffard, 23 février 1857, documents divers, AANO.

23 ABSL, 28 avril 1805, AANO.

24 ABSL, 7 juin 1840, AANO.

25 ABSL, 7 octobre 1805, AANO.

26 ABSL, 18 mai 1845, AANO.

27 ABSL, 13 août 1830, AANO.

28 ABSL, 9 octobre 1815, AANO.

29 ABSL, 27 août 1840, AANO.

30 ABSL, 13 mai 1815, AANO.

31 ABSL, 18 mai 1845, AANO.

32 AFSL, (sans date) 1840, AANO.

33 ABSL, 8 mai 1825, AANO.

34 AFSL, 29 juin 1840, AANO.

35 ABSL, 18 juillet 1830, AANO.

36 ABSL, 25 octobre 1835, AANO.

37 ABSL, 19 mai 1845, AANO.

38 ABSL, 8 juin 1845, AANO.

39 ABSL, 26 avril 1845, AANO.

40 ABSJB, 2 avril 1820, AANO.

41 ABSJB, 20 mai 1825, AANO.

42 ABSJB, 7 juin 1835, AANO.

43 ABSJB, 18 octobre 1845, AANO.

44 Blassingame J. W., The Slave Community, op. cit., p. 86 ; Genovese E. D., op. cit., p. 452.

45 Suchard P., op. cit., p. 172.

46 Vente publique d’esclaves par les héritiers Duralde, 6 mai 1816, APSJB.

47 L’étude de Malone démontre le même schéma ; les partenaires esclaves ont une différence d’âge moyenne de 7 ans. Voir Malone A. P., op. cit., p. 230.

48 Raboteau A. J., Slave Religion, op. cit., p. 228-229.

49 Clayton R. W., op. cit., p. 108. Elizabeth Ross Hite est née avant 1860 sur la plantation Trinity, dans la paroisse Saint-Charles. Son maître était Pierre Landreau. La mention du « saut du balai » apparaît également dans le récit de Fred Brown, né dans les années 1850 dans la paroisse de Baton Rouge : « Den sometimes a couple am ‘lowed to git married and dere am extry fixed for supper. De couple steps over de broom laid en de floor, dey’s married den » (W. P. A. Ex-Slave Narratives, Texas, I, p. 101). Ou encore dans le récit de La San Mire, aussi né dans les années 1850, dans la paroisse de Vermilion : « Before the witnesses they’d “sauter le balais” — the two — and they were married. No celebration, but always the little cakes » (W. P. A. Ex-Slave Narratives, Texas III, p. 103). L’expression se retrouve également dans les récits de Mary Reynolds (Texas, III, p. 253), Aaron Russel (Texas, III, p. 287) et Rosa Washington (Texas, IV, p. 159).

50 Malone A. P., op. cit., p. 16.

51 Ibid., p. 17. Selon l’auteure, les esclaves louisianais appartenant à de grandes plantations ont souvent vécu dans une unité composée de deux parents. Plus la taille de la plantation diminue, plus la probabilité de vivre avec deux parents diminue.

52 Gould V. M., « The house that was never a home », op. cit., p. 96-97.

53 Ibid., p. 101.

54 Malone A. P., op. cit., p. 224.

55 Clark E. et GouldV. M., op. cit., p. 423 : « Sacramental marriage between enslaved people enjoyed significant growth in the I750’s : nearly a fifth of enslaved infants born in I760 were born to married parents, compared to 12 percent in 1744. » Selon Emily Clark, il s’ensuit toutefois une diminution durant la période espagnole : « Slave-to-slave marriage became rare in Spanish colonial New Orleans, and although there is evidence that marriage between enslaved people was not uncommon during the French colonial period, the absence of marriage registers between 1730 and 1759 makes it difficult to develop a full portrait of the institution among enslaved people of African descent. » Clark a analysé les registres de mariages de la cathédrale Saint-Louis pour les années 1759 à 1830. Elle dénombre 503 mariages de personnes de couleur libres (490 unissant des époux libres et treize unissant un époux libre et l’autre esclave) et 98 mariages d’esclaves. Seulement 9 mariages, où au moins 1 des partenaires est esclave, ont lieu durant la période 1801-1830. Pour consulter l’analyse complète de ce corpus, voir Clark Emily, « Atlantic Alliances : Marriage among People of African Descent in New Orleans », dans C. Vidal, Louisiana. Crossroards, op. cit., p. 168.

56 Clark E., « Atlantic Alliances », op. cit., p. 168.

57 St. Augustine Church, New Orleans, Marriage, PC, vol. 2, 13 février 1843-2 janvier 1869, AANO.

58 Actes de mariages des esclaves et des personnes de couleur libres de la cathédrale Saint-Louis (ci-après AMSL), 20 décembre 1800, AANO.

59 AMSL, 21 juin 1812, AANO.

60 AMSL, 11 novembre 1801, AANO.

61 Clark E., « Atlantic Alliances », op. cit., p. 167.

62 AMSL, 1er décembre 1805, AANO.

63 Étonnamment, alors que le registre des mariages de personnes de couleur est daté du 14 mai 1805 au 4 novembre 1880, aucun mariage d’esclaves n’est consigné entre 1803 et 1833.

64 Actes de mariages des esclaves et des personnes de couleur libres de l’église Sainte-Marie (ci-après AMSM), 21 janvier 1838, AANO.

65 Notons toutefois qu’à l’époque, bien des Blancs, issus des classes inférieures de la société ou habitant en milieu rural, sont également illettrés. Pour les historiens Jean-Pierre Pélissier et Danièle Rébaudo, « la capacité à signer est un indicateur intermédiaire entre la maîtrise de la lecture et celle de l’écriture, d’autant plus que l’enseignement de la lecture était antérieur à celui de l’écriture durant l’Ancien Régime et une bonne partie du xixe siècle » (p. 161). Entre 1803 et 1822, les auteurs ont calculé que 46,08 % des hommes et 63,15 % des femmes en France ne savaient pas signer leur acte de mariage (p. 175). Voir Pélissier Jean-Pierre et Rébaudo Danièle, « Une approche de l’illettrisme en France. La signature des actes de mariages au xixe siècle dans « l’enquête 3000 familles »», Histoire & Mesure, vol. 19, 1/2, 2004, p. 161-202.

66 AMSM, 5 mars 1840, AANO.

67 Gabriel Villeré apparaît dans l’annuaire de Gibson comme l’un des directeurs de la société agricole de Louisiane. Gibson J., op. cit., p. 259.

68 AMSM, 13 février 1842, AANO.

69 Autorisation de mariage, CANO, AUND.

70 Autorisation de mariage, CANO, AUND.

71 Étienne Rousselon, missionnaire de Lyon, débarque à La Nouvelle-Orléans en 1837 pour occuper à la fois le poste de chapelain au couvent et à la chapelle des Ursulines et le poste de vicaire-général du diocèse de La Nouvelle-Orléans. Il devient curé de la cathédrale Saint-Louis en 1842 et est l’un des fondateurs de la communauté des Sœurs de la Sainte-Famille. Voir l’ouvrage de Deggs M. B., op. cit., p. xxxiv.

72 Autorisation de mariage, CANO, AUND.

73 Autorisation de mariage, CANO, AUND. L’expression exacte est : « To whom it may concern my boy Ben has requested my permission to get married. I have no objection, so that he has the permission of the master or mistress of the women he wishes to marry. »

74 Autorisation de mariage, CANO, AUND. Le 16 mars 1860, une mention semblable est rédigée, alors qu’Edmond Forstall autorise son esclave Phil, barbier de profession, à se marier « avec qui bon lui semblera ».

75 Autorisation de mariage, CANO, AUND.

76 Autorisation de mariage, CANO, AUND.

77 Hanger K. S., op. cit., p. 94. L’auteure parle essentiellement de la période 1777-1803. Il faut donc supposer que c’est encore le cas au début de la période étudiée. Il est toutefois difficile de savoir si, et quand, le ratio a été renversé.

78 Malone A. P., op. cit., p. 226.

79 Ibid., p. 227.

80 W.P.A. Ex-Slave Narratives, Texas, I, p. 198.

81 Ingersoll T. N., Mammon and Manon, op. cit., p. 135. Les mariages entre esclaves de différentes plantations sont cependant possibles. Voir à ce sujet l’éclairant article de West Emily, « The Debate on the Strength of Slave Families : South Carolina and the Importance of Cross-Plantation Marriages », Journal of American Studies, vol. 33, no 2, août 1999, p. 221-241.

82 Voir notamment Raboteau A. J., Slave Religion, op. cit., p. 113.

83 Mills E. S. et Mills G. B., op. cit., p. 36.

84 Davis C., op. cit., p. 73.

85 Clark E. et GouldV. M., op. cit., p. 424.

86 Ibid., p. 433.

87 Ibid., p. 410.

88 Hanger K. S., op. cit., p. 90.

89 À partir des années 1750, les Blancs participent beaucoup moins aux baptêmes d’esclaves, en tant que parrains et marraines, alors qu’ils étaient majoritaires dans ces fonctions au cours des décennies précédentes. En effet, encore dans les années 1740, 93 % des esclaves baptisés ont des marraines et des parrains blancs. En 1759, 186 esclaves reçoivent le baptême et 68 % d’entre eux ont un parrain et une marraine esclaves : « Clearly, most whites had decided that it was socially acceptable to avoid this annoyance, and blacks were permitted to turn to their own community for godparents. » Voir Ingersoll T. N., Mammon and Manon, op. cit., p. 113.

90 Ibid.

91 Clark E., Masterless Mistresses, op. cit., p. 184.

92 ABSJB, 8 juillet 1810, AANO.

93 ABSL, 2 juin 1805, AANO. Pour les informations sur Paul Lanusse, voir Whitney T. H., op. cit., p. 32. L’inventaire après décès de sa veuve, décédée le 26 mai 1826, ne contient aucune mention de ces esclaves. Toutefois, selon l’annuaire de la ville de Flannery daté de 1805, Paul Lanusse possédait dix esclaves. L’inventaire ne comptabilise pour sa part que cinq esclaves. La veuve peut donc avoir vendu entre-temps les esclaves Félicité, Thomas et Louise.

94 ABSL, 16 novembre 1810, AANO. Toledano Roulhac et Christovich Mary Louise (dir.), New Orleans Architecture. Volume VI : Faubourg Tremé and the Bayou Road. North Rampart Street to North Broad Street. Canal Street to St. Bernard Avenue, Gretna, Pelican Publishing Company, 2003, p. 13. Claude Trémé apparaît dans l’annuaire de Whitney T. H., op. cit., p. 52.

95 Inventaire après décès de Claude Trémé, 19 mai 1828, ANNO.

96 Clark E., « Atlantic Alliances », op. cit., p. 167.

97 ABSJB, 15 avril 1835, AANO.

98 Inventaire après décès de Jean-Jacques Haydel, 4 mai 1840, APSJB.

99 Marguerite est présente le 5 avril 1835 pour le baptême de Pierre, esclave de Monsieur Marcelin Haydel, et le 19 avril 1840 pour les baptêmes d’Edouard, de Sylvain et de Jean Baptiste, tous esclaves de Monsieur Jean-Jacques Haydel. Georges est présent le 15 avril 1835 pour le baptême de Felicien, esclave de Jean-Jacques Haydel. ABSJB.

100 ABSJB, 29 mai 1825, AANO.

101 Inventaire après décès d’Antoine Vicner, 14 février 1817, APSJB.

102 Lettre de Mina, curé de Saint-Jean-Baptiste, à Mgr Blanc, 27 juin 1841, CANO, AUND.

103 Trustee Minute and Account Books, 1er mai 1833, APSJB.

104 ABSL, 2 juin 1805, AANO. WhitneyT. H., op. cit., p. 4 ; CampanellaR., Time and Place in New Orleans, op. cit., p. 94.

105 Jean Castanedo, habitant sur la rue Saint-Louis à La Nouvelle-Orléans, possède, selon l’annuaire de Flannery M., op. cit., daté de 1805, onze esclaves.

106 Paxton J. A., op. cit.

107 ABSL, 14 février 1810, AANO.

108 ABSJB, 31 mai 1835, AANO.

109 Inventaire après décès de Catherine Wèbre, veuve de feu Pierre Roussel, 5 décembre 1840, APSJB. L’inventaire compte 24 esclaves.

110 Gudeman S. et S. B. Schwartz, op. cit., p. 53.

111 Ibid., p. 152.

112 ABSJB, 3 janvier 1830, AANO.

113 Schwartz S. B., op. cit., p. 149.

114 Gudeman S. et Schwartz S. B., op. cit., p. 51.

115 Schwartz S. B., op. cit., p. 149.

116 AFSL, 14 mars 1840, AANO.

117 Schwartz S. B., op. cit., p. 149.

118 À partir de 1830, les prêtres n’écrivent que rarement les statuts des parrains et des marraines. Il est donc difficile de cerner avec exactitude le nombre de parrains et de marraines blancs. Le nombre de parrains et de marraines dont le statut est inconnu prend donc une place grandissante. Les statistiques pour les années 1830, 1835, 1840 et 1845 n’ont donc pas été prélevées. Tout porte à croire cependant que leur nombre demeure semblable à celui des années antérieures.

119 Clark E. et GouldV. M., op. cit., p. 410.

120 ABSL, 6 février 1825, AANO.

121 ABSL, 5 novembre 1810, 23 avril 1810, 27 août 1815, AANO.

122 ABSL, 17 juin 1810, AANO.

123 ABSJB, 22 mai 1825, AANO.

124 ABSJB, 1er novembre 1835, AANO.

125 ABSJB, 22 mars 1845, AANO.

126 Gudeman S. et S. B. Schwartz, op. cit., p. 41.

127 ABSL, 21 mai 1810, AANO. Selon l’annuaire de Whitney de 1811, aucun Joseph Forcell ne réside alors à La Nouvelle-Orléans. Il existe toutefois un Joseph Forstall, qui est tailleur sur la rue Bourbon. Il s’agit peut-être d’une mauvaise transcription de la part du recenseur, une forme anglicisée d’un nom de famille francophone. Voir WhitneyT. H., op. cit., p. 22.

128 ABSL, 3 mars 1786 et 13 février 1797.

129 Il est raisonnable de penser que l’esclave Maria Marta se destine à la profession de gouvernante, de « nurse », auprès de la famille Forcell. Selon l’historienne Hilary Beckles, il est très courant à l’époque pour les ménages blancs de posséder une nourrice ou une gouvernante noire pour s’occuper des enfants blancs : « Probably the most perplexing duties of female slave domestics were breastfeeding, weaning, and caring for their owner’s white children. […] Elite white women in Barbados commonly preferred black nannies to nurse their children, and nannies were also responsible for the children until they became adults. » Voir Beckles Hilary, « Black Female Slaves and White Households in Barbados », dans David Barry Gaspar et Hine Darlene Clark (dir.), More than Chattel. Black Women and Slavery in the Americas, Bloomington, Indiana University Press, 1996, p. 121. Il semble que ce soit également le cas dans le sud des États-Unis au xixe siècle, comme partout ailleurs dans le monde atlantique esclavagiste.

130 Dans la France du xixe siècle, l’âge idéal d’une nourrice se situe entre 20 et 35 ans. Voir Faÿ-Sallois Fanny, Les nourrices à Paris au xixe siècle, Paris, Payot, 1997 (1980), p. 171.

131 Lettre d’Armand Duplantier à Mlle Éduvige Allard, 21 juin 1804, collection des papiers de la famille Armand Duplantier, MSS 5060, ALSU. En 1801, le planteur Armand Duplantier écrivait d’ailleurs à son frère pour le rassurer au sujet de sa nièce. Ayant tout juste quelques semaines, et ayant perdu sa mère, il explique qu’elle est nourrie par une « négresse ». Lettre d’Armand Duplantier à son frère, La Nouvelle-Orléans, 5 mars 1801, MSS 5060, ALSU.

132 Inventaire après décès de Dominique Bouligny, 2 avril 1833, ANNO. Bouligny réside rue Royale, entre les rues de l’Hôpital et du Quartier.

133 ABSL, 6 novembre 1825, AANO.

134 ABSL, 23 juillet 1830, AANO.

135 Inventaire après décès de Dominique Bouligny, 2 avril 1833, ANNO.

136 Paxton J. A., op. cit. Plus précisément au numéro 126.

137 ABSL, 2 février 1840, AANO. Ledit Manuel Garcia possède également une plantation dans la paroisse Saint-Jean-Baptiste. Son inventaire après décès, daté du 26 décembre 1843, fait état de 54 esclaves.

138 Gousset M., Instructions sur le rituel par Mgr L. A. Joly de Choin, Paris, Chez Gauthier Frères, 1829 (1748), p. 49.

139 ABSL, 15 août 1825, AANO.

140 Gibson J., op. cit., p. 139. Un échevin est un magistrat municipal qui assiste le maire dans ses fonctions.

141 ABSL, 14 juillet 1835, AANO. Selon le recensement fédéral de 1820, Bernard Marigny possède, dans sa résidence du faubourg Marigny, 11 esclaves, dont 3 hommes et 8 femmes. Mais il en possède plus d’une centaine dans ses plantations situées dans les paroisses Saint-Tammany et Plaquemines. En 1852, il vend aux Messieurs William et Haywood Stackhouse une plantation dans la paroisse Plaquemines, située à 39 kilomètres en aval de La Nouvelle-Orléans, qu’il avait achetée en 1836 de la veuve Casimir Lacoste. On y dénombre 108 esclaves. Pour plus d’informations, voir Stampp Kenneth M. (dir.), A Guide to the Microfilm Edition of Records of Ante-Bellum Southern Plantations from the Revolution through the Civil War. Series H. Selections from the Howard-Tilton Library, Tulane University, and the Louisiana State Museum Archives, Frederick (MD), University Publications of America, 1988, p. 7.

142 ABSL, 29 mars 1815, AANO.

143 Schwartz S. B., op. cit., p. 139.

144 ABSL, 28 mai 1840, AANO.

145 Gudeman S. et Schwartz S. B., op. cit., p. 45 et 49.

146 Clark E. et Gould, V. M., op. cit., p. 428.

147 Gudeman S. et Schwartz S. B., op. cit., p. 40.

148 Ibid., p. 42.

149 Gousset M., op. cit., p. 49-50.

150 Ibid.

151 Higman B. W., « Terms for Kin in the British West Indian Slave Community : Differing Perceptions of Masters and Slaves », dans R. T. Smith, op. cit., p. 59-81.

152 Ibid., p. 61.

153 Malone A. P., op. cit., p. 231.

154 AFSL, 26 juin 1840, AANO.

155 AFSL, 18 décembre 1835, AANO.

156 ABSL, 8 avril 1810, AANO.

157 ABSL, 31 janvier 1810, AANO.

158 Johnson W., Soul by Soul, op. cit., p. 40.

Table des illustrations

Titre Tableau 30. – Enfants esclaves de couples mariés, cathédrale Saint-Louis.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/137904/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 39k
Titre Tableau 31. – Statuts des parrains et des marraines des esclaves africains baptisés à la cathédrale Saint-Louis, 1805-1825.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/137904/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
Titre Tableau 32. — Statuts des parrains et des marraines selon le sexe et l’âge des baptisés esclaves de la cathédrale Saint-Louis en 1805 et 1810.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/137904/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/137904/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Tableau 33. – Statuts des marraines de la cathédrale Saint-Louis.
Légende a. Pour qu’une marraine ait un statut qui soit défini comme étant « blanc », il fallait retrouver les préfixes « Dame », « Mlle », « Donna » ou avoir le statut « blanc » inscrit au registre.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/137904/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Titre Tableau 34. – Statuts des parrains de la cathédrale Saint-Louis.
Légende a. Pour qu’un parrain ait un statut qui soit défini comme étant « blanc », il fallait retrouver les préfixes « Sieur », « Monsieur », « Don », avoir le statut « blanc » inscrit au registre ou revêtir une fonction réservée aux Blancs (comme les prêtres, les notaires, les médecins, etc.).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/137904/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
Titre Tableau 35. – Statuts des parrains/marraines de couleur de la paroisse Saint-Jean-Baptiste.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/137904/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 75k
Titre Tableau 36. – Proportion des propriétaires d’esclaves qui sont les parrains et marraines.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/137904/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 40k

© Presses universitaires de Rennes, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search