Version classiqueVersion mobile

Du baptême à la tombe

 | 
Geneviève Piché

Chapitre II

Le monde des esclaves ruraux dans la paroisse Saint-Jean-Baptiste

Texte intégral

  • 1 L’expression est empruntée à l’historien Christian Hommel dans son introduction à l’ouvrage de LaHO(...)

1Au cours de la première moitié du xixe siècle, entreprendre un voyage dans la paroisse Saint-Jean-Baptiste à partir de la ville de La Nouvelle-Orléans ne requiert que de deux à trois journées de marche, voire une seule journée de navigation. Pourtant, ces deux milieux représentent un véritable antagonisme ; parler de la paroisse Saint-Jean-Baptiste équivaut à parler d’un tout autre monde1. Située à environ 60 kilomètres en amont de La Nouvelle-Orléans, la paroisse Saint-Jean-Baptiste demeure un milieu agricole peu densément peuplé, habité essentiellement par une minorité de planteurs blancs et une majorité d’esclaves noirs. Ceux-ci revendiquent et exploitent alors un tout autre espace que les esclaves urbains, tant au niveau géographique que culturel, qui aura des répercussions sur la formation d’une communauté noire catholique. À l’image de ses voisines, dont le développement repose également sur les cultures agricoles, la paroisse Saint-Jean-Baptiste devient rapidement, au début du xixe siècle, une paroisse noire. Dès lors, comment les esclaves ruraux de cette région parviennent-ils à former une communauté et à tisser des réseaux familiaux et extra-familiaux, en dehors des chaînes de l’esclavage ? Pour répondre à ce questionnement, il faut d’abord relever les traits distinctifs de cette communauté esclave. Cela permettra de mieux comprendre dans quelle mesure l’environnement dans lequel ils évoluent peut influencer leurs pratiques religieuses.

La paroisse Saint-Jean-Baptiste

  • 2 « A History of St. John the Baptist Parish, with Biographical Sketches », dans Rev. Jean M. Eyraud (...)
  • 3 Robin C.-C., op. cit., p. 134. L’abbé Robin est « prêtre du corps français auxiliaire envoyé en Amé (...)
  • 4 Caire Warren F., « Historical Perspective of St. John the Baptist Catholic Parish », dans Directory (...)

2Fondée en 1724, cette paroisse est sise sur la portion de terre communément appelée Seconde Côte des Allemands2. Bordée, au nord, par la paroisse Saint-Jacques et, au sud, par la paroisse Saint-Charles, elle est entourée par trois étendues d’eau – les lacs Maurepas, Pontchartrain et des Allemands – et est traversée en son centre par le fleuve Mississippi – ce « Nil de l’Amérique3 » comme se plaît à le nommer l’abbé Charles-César Robin –, ce qui lui assure un sol fertile et une bonne irrigation. Si la paroisse ne compte que 2990 individus en 1810 (Noirs et Blancs, femmes et hommes confondus), la qualité du sol attire bon nombre d’habitants au fil des années4. Une multitude de plantations sucrières croissent dans ces terres fertiles, transformées par les innovations technologiques du début du xixe siècle, et contribuent à forger l’image agricole de la région.

Figure 5. – Église catholique de la paroisse Saint-Jean-Baptiste à Edgard, 1860.

Figure 5. – Église catholique de la paroisse Saint-Jean-Baptiste à Edgard, 1860.

Keller Gerald J., Keller-Watson Lisa et Watson Darroch, Precious Gems from Faded Memories. A Pictorial History of St. John the Baptist Parish, Dexter (MI), Thomson-Shore Publishing, 2008, p. 152. Bâtie en 1822, cette église brûle en 1918 et est reconstruite en briques rouges, telle qu’on la connaît encore aujourd’hui.

  • 5 Population schedules of the third census of the United States, 1810. En 1820, la population de la p (...)
  • 6 Baudier R., op. cit., p. 287.
  • 7 Par exemple, la paroisse Saint-Charles a vu la majeure partie de ses registres brûler, alors que le (...)
  • 8 Il s’agit du père Augusto de Angelis (de février à mars 1826), du père Savine (1826-1827), du père (...)

3 La paroisse Saint-Jean-Baptiste n’est dotée d’une église et d’un prêtre résident qu’en 17725. Inondée en 1819, l’église est reconstruite sur le même emplacement et terminée en 18226. Malheureusement, l’inondation a probablement détruit certains registres paroissiaux. Bien que les registres de sépultures soient complets pour les Blancs et remontent à 1772, il n’en va pas de même pour les registres d’esclaves, qui manquent à l’appel entre 1772 et 1825. Inversement, si les registres de baptêmes pour les esclaves sont complets de 1792 à 1884, ceux des Blancs ne commencent qu’en 1828. Enfin, les registres des mariages des Blancs sont conservés depuis 1772, alors qu’il n’existe aucune trace de registres de mariages d’esclaves. Malgré tout, la paroisse Saint-Jean-Baptiste se distingue des paroisses avoisinantes, en ce qu’elle a conservé la majeure partie de ses registres paroissiaux et que ceux-ci sont en assez bon état pour en faire l’analyse. Ce n’est pas le cas pour la plupart des autres paroisses7. Les registres de la paroisse Saint-Jean-Baptiste sont donc extrêmement utiles pour connaître sa population esclave catholique. En janvier 1805, le père Urbain Janin est nommé pasteur de la paroisse, remplaçant le capucin Francis Lennan de la vieille garde espagnole. De 1817 à 1864, c’est le père Mina, un oratorien italien membre de l’ordre de Saint-Philippe Neri, qui prend la paroisse en charge. La longue administration des pères Janin et Mina permet une plus grande cohérence et une meilleure régularité dans les registres paroissiaux. Puisqu’il n’y a pas beaucoup de changements au sein du personnel religieux, mis à part la venue d’un ou deux assistants durant quelques années qui consignent leurs activités dans les registres8, ceux-ci sont toujours de la même main et prennent la même forme, ce qui facilite le dépouillement. La paroisse Saint-Jean-Baptiste s’impose donc d’elle-même pour étudier non seulement la vie quotidienne des esclaves des plantations du xixe siècle, mais également leur vie religieuse.

Évolution de la population de la paroisse Saint-Jean-Baptiste

  • 9 Ibid.
  • 10 Pour l’année 1803, les chiffres sont tirés du récit de voyage de Robin, C.-C., op. cit., p. 204. Po (...)
  • 11 Ardoin R. B. L., op. cit., p. 161-180.

4Durant la période étudiée, la population de la paroisse Saint-Jean-Baptiste augmente rapidement, parallèlement au développement agricole de la région. Si la paroisse ne compte qu’un peu plus de 2400 individus, tant blancs que noirs, en 1803, la qualité du sol attire bon nombre d’habitants au fil des années9. Comme le démontre le tableau 7, les esclaves supplantent les Blancs dès le début de la période américaine, représentant entre 50,8 % et 62 % de la population totale10. Notons également la faible proportion de personnes de couleur libres, qui ne forment que de 2 % à 3,5 % de la population totale. Selon le recensement de 1810, compilé par Robert Bruce L. Ardoin, la paroisse Saint-Jean-Baptiste ne compte que 4 chefs de famille de couleur libres, dont 3 ont des esclaves11. En 1820, la tendance se maintient. Il n’y a que 6 chefs de famille de couleur libres, dont 1 seul – Georges Deslandes – possède des esclaves, au nombre de 10. La composition démographique de la paroisse Saint-Jean-Baptiste représente ainsi l’une des différences majeures avec la ville de La Nouvelle-Orléans ; la population esclave est majoritaire, alors que les Blancs ne représentent que 47 % de la population totale en 1810 et 35 % en 1850, et que les personnes de couleur libres composent toujours moins de 4 % de la population totale.

  • 12 Ibid., p. 161-167.
  • 13 Tous les noms sont orthographiés tels qu’ils apparaissent dans les documents d’archives.

5Les recensements fédéraux permettent de faire une analyse plus approfondie de la population de la paroisse et prouvent que la moyenne d’esclaves par habitant est bien supérieure à celle des propriétaires d’esclaves de la ville. En 1810, la rive droite de la paroisse Saint-Jean-Baptiste compte 119 chefs de famille – dont 87 sont des propriétaires d’esclaves – et 801 esclaves12. La moyenne d’esclaves par chef de famille est donc de neuf. Sur la rive gauche, on dénombre 71 chefs de famille – dont 59 propriétaires d’esclaves – et 793 esclaves. La moyenne est donc légèrement supérieure, atteignant treize esclaves par chef de famille. Au total, 146 chefs de famille possèdent des esclaves ; la moyenne individuelle est de onze esclaves. Plus des trois quarts des chefs de famille (76,8 %) sont ainsi propriétaires d’esclaves. Les habitants qui en possèdent le plus sont Manuel Andry (86 esclaves), Jean-Jacques Haidel (56 esclaves), Jean-Baptiste Communy (47 esclaves), George Haydel (47 esclaves) et Achille Trouard (44 esclaves)13.

Tableau 7. – Population de la paroisse Saint-Jean-Baptiste (1803-1850).

Tableau 7. – Population de la paroisse Saint-Jean-Baptiste (1803-1850).
  • 14 Sundberg Sara Brooks, « A Female Planter from West Feliciana Parish : The Letters of Rachel O’Conno (...)
  • 15 Inventaire après décès des veuves Justin et Maximilien Bossié, 25 avril 1836, archives de la parois (...)

6 En 1820, la situation ne change que très peu. D’une part, si Ardoin répertorie 1594 esclaves en 1810, il y en a 2209 en 1820, ce qui représente une augmentation de 615 individus en l’espace d’une décennie. D’autre part, les chefs de famille propriétaires d’esclaves composent toujours 76,5 % du total de la population. Sur les 200 chefs de famille répertoriés en 1820, 153 possèdent des esclaves. La moyenne passe ainsi à quatorze esclaves par propriétaire. Le recensement ne permet cependant pas de connaître l’emplacement exact des plantations de ces propriétaires d’esclaves sur les rives de la paroisse. Par contre, il permet de connaître les grands propriétaires d’esclaves, qui ne sont pas les mêmes qu’à la décennie précédente. Les trois plus grands chefs de famille propriétaires d’esclaves sont dorénavant trois veuves : la veuve Deslondes et ses fils, qui possèdent 90 esclaves, la veuve Becknel et ses fils, qui en ont également 90, et la veuve Maximilien, qui compte 82 esclaves. Ensuite viennent des chefs de famille masculins : Ursin Perret en possède 75, alors qu’Honoré Landreaux et sa compagnie en détiennent 67. Le fait que les plus grandes plantations appartiennent à des veuves vient confirmer la thèse de l’historienne Sara Brooks Sundberg qui, en étudiant le cas de Rachel O’Connor dans la paroisse West Feliciana, en vient à affirmer qu’un bon nombre de femmes prennent en charge des plantations suite au décès de leur époux, réussissant ainsi à s’élever dans un monde d’hommes14. Au total, les inventaires après décès de la période 1803-1820 comptent 18 veuves propriétaires d’une ou de plusieurs habitations et d’esclaves (18,2 % du total). Elles seront 25 (30,5 %) au cours de la période 1835-1845. Notons, entre autres, le cas des veuves Justin et Maximilien Bossié, probablement belles-sœurs, qui possèdent conjointement une plantation de sucre et de maïs sur la rive droite du fleuve, ainsi que 20 esclaves15. En somme, dans les premières décennies du xixe siècle, la paroisse Saint-Jean-Baptiste regroupe principalement des petites et moyennes plantations, majoritairement sucrières, à l’image des paroisses qui l’entourent, comme la paroisse Saint-Charles en aval et la paroisse Saint-Jacques en amont.

Cultures agricoles

  • 16 Merrill E. C., op. cit., p. 45.
  • 17 Follett R. J., op. cit., p. 19. La « ceinture sucrière louisianaise » court tout le long du fleuve, (...)
  • 18 Merrill E. C., op. cit., p. 46. Plusieurs historiens ont relevé le caractère agricole de la paroiss (...)
  • 19 Le Glaunec J.-P., « Un Nègre nommè [sic] Lubin », op. cit., p. 118.
  • 20 Les chiffres sont tirés de l’ouvrage de Ardoin R. B. L., op. cit.

7Au tournant du siècle, on dénombre environ 60 plantations sucrières en Louisiane sur les rives du Mississippi, particulièrement sur les terres situées entre La Nouvelle-Orléans et la paroisse Saint-Charles, voisine de Saint-Jean-Baptiste16. En fait, la paroisse Saint-Jean-Baptiste se situe en plein milieu de la « ceinture sucrière », le long du corridor fluvial du Mississippi17. Au moment de l’achat de la Louisiane par les États-Unis, la Côte des Allemands demeure la région la plus cultivée de tout le territoire18. La culture du sucre s’enracine d’ailleurs rapidement dans la paroisse Saint-Charles, où se concentrent un grand nombre d’esclaves et de planteurs. Cette paroisse semble ainsi avoir connu un développement agricole plus précoce que la paroisse Saint-Jean-Baptiste bien que, comme le souligne l’historien Jean-Pierre Le Glaunec – qui a déjà analysé les inventaires après décès des habitants de cette paroisse –, encore en 1810, la majorité des plantations possèdent moins de 50 esclaves19. Le tableau 8 est, à cet égard, assez révélateur des écarts démographiques entre les trois paroisses qui se juxtaposent le long du fleuve20. La paroisse Saint-Jean-Baptiste compte davantage de Blancs, presque le double, mais beaucoup moins d’esclaves que la paroisse Saint-Charles ; elle compte toutefois moins de Blancs et moins d’esclaves que la paroisse Saint-Jacques. La paroisse Saint-Jean-Baptiste représente donc un monde intermédiaire, qui nécessite une analyse plus approfondie.

Tableau 8. – Comparaison de la population de la Côte des Allemands et de la paroisse Saint-Jacques au début du xixe siècle.

Tableau 8. – Comparaison de la population de la Côte des Allemands et de la paroisse Saint-Jacques au début du xixe siècle.
  • 21 Conrad G. R., The German Coast, op. cit., p. viii.

8Bien que la culture du coton ne soit pas aussi rentable que celle du sucre, elle est toutefois reconnue pour être très profitable sans demander de grands investissements. La culture du sucre, plus fragile et aléatoire – dépendante à la fois des caprices du climat et de l’état de santé des esclaves – exige pour sa part de coûteux investissements, tant en bâtiments (moulins, purgeries, hangars) et en terres qu’en main-d’œuvre servile. Le travail – en labours, sur la plantation, dans la sucrerie et dans la construction et l’entretien de canaux d’écoulement – y est beaucoup plus ardu21. Le planteur Armand Duplantier, qui cultive du coton dans la paroisse de Bâton Rouge, met d’ailleurs son frère en garde et lui déconseille de se lancer dans la nouvelle culture du sucre :

  • 22 Lettre d’Armand Duplantier à son frère, Guy Duplantier, Bâton Rouge, 28 janvier 1802, papiers de la (...)

« grâce à cette culture à la quelle j’ais très biens réussis j’espere faire face à tout, nous n’avons jamais eu un revenus comme celui la, les habitans du bas du fleuve qui actuellement font du sucre, ne font pas des revenus comme nous, ils sont obligés à de grandes dépenses pour leurs sucrerie, et leurs récolte ne sont pas aussi sure que les notres […] et s’est la culture la plus douce et la plus facile pour les nêgres, comme pour le maître [… ]22 ».

9Selon Jean Boze, gérant de la plantation d’Henri de Sainte-Gême à Gentilly, pour qu’une habitation établie en sucrerie prospère et rapporte de grands revenus, il faut effectivement compter sur d’importants investissements en bâtiments et en main-d’œuvre :

  • 23 Lettre de Jean Boze, La Nouvelle-Orléans, à Henri de Sainte-Gême, 6 avril 1830, folio 163, MSS 100, (...)

« Votre atelier est si faible qu’il a de la peine à remplir tous les besoins de l’habitation, qu’elle restera mesquine sucrerie, si vous ne mettez de nouvelles forces dont elle a aujourd’hui la plus grande nécessité, pour pouvoir avec le temps entrer au rang des sucreries à grands revenus, car votre atelier à bien considérer n’est suffisant que pour un journalier comme celui qui l’occupait au temps passé, mais à présent qu’elle est sucrerie il lui faut beaucoup plus de bras à compléter au moins un nombre de 25 à 30 negres ! Autrement elle ne fera que végéter dans ses revenus au dire de tout le monde, après avoir fait des grandes dépenses pour son nouveau établissement de grande valeur, qui augmentera alors celle de cette propriété23 ! »

  • 24 Le Glaunec J.-P., Lire et écrire la fuite, op. cit., p. 196.
  • 25 Inventaire après décès de Marie Madeleine Bozonnier-Marmillion, 7 décembre 1819, APSJB.
  • 26 Follett R. J., op. cit., p. 24.

10Évidemment, de telles commercialisations et spécialisations agricoles vont exiger davantage de main-d’œuvre servile et les petites plantations familiales vont peu à peu disparaître au profit des moyennes et grandes plantations24. On remarque d’ailleurs, dans les inventaires après décès, une nette augmentation d’esclaves « sucriers », spécialisés dans cette agriculture, qui se vendent parfois à fort prix. S’il n’y a que deux esclaves « un peu sucriers » qui apparaissent dans les inventaires après décès analysés avant les années 1820 – appartenant tous deux à Marie Madeleine Bozonnier-Marmillion25 –, il y en a 22 de 1835 à 1845. Pour l’historien Richard Follett, si l’essor de la production sucrière est poussé par les innovations techniques, son succès découle d’abord et avant tout de l’importation massive d’esclaves en Louisiane ; le nombre d’esclaves y cultivant le sucre passe de 21000 en 1827 à 65000 en 184426.

  • 27 Ibid., p. 80.
  • 28 Conrad G. R. et Lucas R. F., op. cit., p. 10.
  • 29 Tout au long du xviiie siècle, l’île de Saint-Domingue est le premier producteur de sucre au monde, (...)
  • 30 Perrin du Lac François Marie, Voyage dans les deux Louisianes, et chez les nations sauvages du Miss (...)
  • 31 Conrad G. R., The German Coast, op. cit., p. viii.
  • 32 Inventaire de François-Daniel Pain, 2 avril 1812, APSJB.

11Les réfugiés de Saint-Domingue sont directement liés à la croissance de l’industrie du sucre en Louisiane au début du xixe siècle. Anciens planteurs de sucre et de café, ces nouveaux immigrants amènent avec eux leur expérience dans le domaine, leurs techniques et leurs esclaves, qui connaissent bien cette culture27. Cette expertise peut, dès lors, être appliquée aux conditions particulières de la Louisiane28. La révolution de Saint-Domingue, en plus d’entraîner une relocalisation de planteurs et d’esclaves spécialisés dans la culture du sucre, crée également un vide dans le marché atlantique, qui sera éventuellement comblé par l’industrie de la Louisiane29. Installé en Louisiane en 1805, l’ancien habitant de Saint-Domingue François Marie Perrin du Lac note d’ailleurs dans son carnet de voyage que la « culture [de l’indigo] a été remplacée dans toute la partie basse de la colonie par celle du sucre […] », soulignant au passage les initiatives des réfugiés pour cultiver le sucre en Louisiane, « [espérant] s’arracher à la misère qui les poursuivoit » et « [pensant] que la basse Louisiane où l’on n’avoit encore fait qu’essayer la culture du sucre, pourroit en produire en abondance30 ». Le réfugié François-Daniel Pain, qui s’installe dans la paroisse Saint-Jean-Baptiste est l’un de ceux qui croient aux mérites de la canne à sucre31. Son inventaire après décès, daté du 2 avril 1812, stipule qu’il possédait 45 esclaves, une sucrerie « toute neuve », un moulin et une presse à coton32. Dans le cas de Pain, même si le sucre prend une place considérable dans son revenu, comme cela était probablement le cas à Saint-Domingue, il n’abandonne pas entièrement les autres cultures, déjà présentes lors de son installation. L’arrivée de réfugiés saint-dominguois et de leurs esclaves dans la paroisse Saint-Jean-Baptiste entraîne également un transfert religieux qu’il est important de mentionner. En effet, la religion catholique, et le vaudou, ne sont pas nouveaux pour les esclaves de Saint-Domingue ; la plupart d’entre eux sont d’ailleurs déjà baptisés à leur arrivée en Louisiane. Il y a donc de fortes chances que ces esclaves aient joué un rôle afin de faciliter l’intégration religieuse des nouveaux esclaves qui arrivent en grand nombre dans la paroisse à partir des années 1820.

  • 33 Par microcosme, il faut entendre un monde en réduction, une société ou un petit univers qui est une (...)

12 Bien qu’elle ne produise pas autant de sucre que sa voisine Saint-Charles et que les plantations y soient de plus petites dimensions, la paroisse Saint-Jean-Baptiste demeure toutefois un cas intéressant à analyser. Il s’agit d’un véritable microcosme du monde des esclaves de la Basse-Louisiane ; un monde qu’il est possible de cerner dans le cadre d’un travail en micro-histoire et qui produit un effet de contraste saisissant avec le milieu urbain de La Nouvelle-Orléans33. La paroisse Saint-Jean-Baptiste représente également les autres paroisses de la Louisiane ; elle correspond, par extension, à l’image que l’on se fait du milieu rural louisianais moyen de cette époque ; les dimensions des parcelles de terre concédées à des propriétaires terriens sont assez réduites. Une analyse détaillée des inventaires après décès des planteurs permet de se faire une idée de l’environnement quotidien dans lequel évoluent les esclaves de la paroisse. L’analyse est primordiale, puisque cet environnement, par ses contraintes et ses limites, influence incontestablement les pratiques religieuses des esclaves.

  • 34 Inventaires après décès de la veuve Michel Fortier, 15 janvier 1805 et de Georges Haydel, 2 août 18 (...)

13Sur les 99 inventaires après décès de la période 1803-1820 qui ont été étudiés pour cette étude, les cultures agricoles sont connues pour 53 planteurs. Si bien des données manquent malheureusement à l’appel – le notaire n’ayant pas toujours pris la peine d’indiquer la rive où se situent la plantation et les cultures qui y sont exploitées –, il semble toutefois possible de tirer quelques conclusions. D’abord, le riz prédomine encore durant cette période. Il se retrouve dans 39 inventaires (73,6 %). La majorité des plantations (26 d’entre elles, soit 49 %) cultivent également du maïs, bien souvent en complément. L’indigo, quant à lui, se fait plus rare ; seuls six inventaires en contiennent (11,3 %). Le coton (qui se retrouve dans 16 inventaires, soit 30,2 %) et le sucre (onze inventaires, 20,8 %) commencent pour leur part à faire leur apparition sur les terres de la paroisse. Pour cette période, les plantations, qui se partagent les deux rives (21 planteurs sont établis sur la rive droite, 27 sur la rive gauche), demeurent très semblables. Les deux rives possèdent approximativement le même nombre de plantations, petites et grandes, et partagent les mêmes cultures. Par exemple, la veuve Michel Fortier – qui possède 55 esclaves et cultive le sucre –, s’est établie sur la rive gauche, alors que Georges Haydel – qui possède 51 esclaves et cultive le sucre, le maïs et le riz – s’est établi sur la rive droite34. Le même schéma s’applique pour les plus petites plantations, et les autres cultures agricoles.

  • 35 Inventaire après décès de Léon Dauphin, homme de couleur libre, 14 juillet 1818, APSJB.
  • 36 Inventaire après décès de Jean Trègre, 31 janvier 1820, APSJB.

14Tout porte à croire qu’en avançant dans le siècle, les cultures se concentrent davantage, sur des habitations beaucoup plus vastes. La plupart des inventaires après décès analysés vont dans ce sens. Le 14 juillet 1818, l’habitation de feu Leon Dauphin, homme de couleur libre, est mise en vente35. Ayant un peu plus de dix-sept arpents de large, située sur la rive droite du fleuve, l’habitation est établie en sucrerie et est vendue avec tous les bœufs et chevaux, esclaves, instruments aratoires, dépendances et récoltes de cannes à sucre et de maïs. Le 31 janvier 1820, l’inventaire de Jean Trègre rapporte des récoltes de plusieurs barils de maïs, de trois gerbiers de riz, et de dix-sept balles de coton36. L’habitation, de six arpents de largeur sur 80 arpents de profondeur, est située sur la rive gauche du fleuve et est composée d’une maison principale, d’un moulin à coton, d’un magasin à vivres, d’un moulin à riz, d’une cuisine, d’un jardin, et de cases à esclaves. Les inventaires de Dauphin et de Trègre sont de bons exemples de concentration et de spécialisation agricoles. Le premier semble se consacrer presque exclusivement à la culture du sucre, tandis que le deuxième semble se spécialiser dans la culture commerciale de coton. Le maïs et le riz ne semblent être cultivés que pour leur propre consommation personnelle.

15L’analyse des 82 inventaires après décès de la période 1835-1845, également étudiés aux fins de cette étude, permet également de mieux se représenter l’évolution des plantations de la paroisse. Sur 58 habitations inventoriées, 27 se trouvent sur la rive gauche et 31 sur la rive droite. Les cultures agricoles sont connues pour 41 d’entre elles. 29 cultivent désormais du sucre (soit 70,7 %), 20 récoltent du riz (48,8 %), 15 sèment du maïs (36,6 %) et, étonnamment, 1 seule exploite le coton. Le sucre et le riz, les deux plus importantes cultures, sont autant cultivés sur la rive gauche (14 plantations de sucre, 8 de riz) que sur la rive droite (16 plantations de sucre, 11 de riz). 19 habitations (soit 46 %) récoltent également plus d’une culture à la fois. La machine à vapeur devient également plus populaire. Elle se retrouve sur 15 habitations, qui cultivent toutes le sucre. L’inventaire de Jean Baptiste Séraphin Hymel, par ses nombreux détails, est à cet égard fort éclairant. Il possédait

  • 37 Inventaire après décès de Jean Baptiste Séraphin Hymel, 27 mai 1839, APSJB.

« une habitation établie en sucrerie située dans cette paroisse sur la rive droite du Mississippi ayant onze arpens de face ou environ au dit fleuve sur quarante arpens de profondeur. […] Il y a sur cette habitation […] une maison principale, une cuisine, un hopital, une chambre à domestique, deux magasins à vivre, une boutique de charpenterie, un moulin à riz, deux écuries, quelques cases à nègres, cinq poulaillers, une sucrerie en briques de quatre vingt pieds de longueur sur trente deux de largeur dans laquelle sont montées deux équipages de quatre chaudières chaque, une machine à vapeur de Cincinnati de la force de seize chevaux, laquelle fait mouvoir un moulin à cannes et un moulin à grüe ; une purgerie séparée de la dite sucrerie, ayant quatre citernes et pouvant contenir deux cents boucauds [… ]37 ».

  • 38 Le moulin à bêtes est présent dans les inventaires après décès de George Bossié (11 février 1836), (...)
  • 39 Follett R. J., op. cit., p. 24.

16Comme la plupart de ses voisines, la plantation d’Hymel est autarcique, se suffisant à elle-même grâce à ses moulins, à sa boutique de charpenterie et à sa machine à vapeur. Une fois les récoltes engrangées, il ne lui reste plus qu’à expédier par navire sa production au plus proche marché. Si cette plantation représente l’un des modèles les plus innovants, notons toutefois que sept planteurs utilisent encore un « moulin à bêtes » pour moudre les cannes à sucre durant cette période38. En fait, la nouvelle technologie s’avère fort dispendieuse et ne se répand que lentement à travers la Louisiane. Selon l’historien Richard Follett, en 1828, l’industrie sucrière est toujours massivement alimentée par la force des chevaux ; seulement 82 des 308 plantations qu’il dénombre utilisent la vapeur pour faire fonctionner leurs moulins39. À la fin de la période antebellum, près de 80 % des plantations sucrières possèdent cependant des machines à vapeur.

Portrait des esclaves ruraux

17Afin d’être en mesure de peindre le portrait des communautés esclaves rurales, les inventaires après décès sont des sources inestimables. Ceux de la paroisse Saint-Jean-Baptiste n’ont d’ailleurs jamais été explorés par les historiens et regorgent de détails sur la vie quotidienne dans cette paroisse. Pour la période 1803-1820, les 99 inventaires après décès analysés dénombrent un total de 1347 esclaves. Comme le démontre le tableau 9, si la grande majorité des plantations (56 %) demeurent assez modestes, avec moins de dix esclaves, quelques plantations de très grande taille ressortent du lot. La plus grande plantation, celle de François Daniel, compte 62 esclaves. Notons également les plantations de Michel Cambre (60 esclaves), François Daniel Pain (58 esclaves), Antoine Borne (56 esclaves), Jean-Jacques Haydel (56 esclaves), Michel Fortier (55 esclaves), Georges Haydel (51 esclaves) et Adam Vicner (48 esclaves). Ces propriétaires et leur famille reviennent d’ailleurs à maintes reprises dans les registres paroissiaux d’esclaves (voir les derniers chapitres). Durant les deux premières décennies du xixe siècle, un propriétaire possède en moyenne 13,6 esclaves.

Tableau 9. – Taille des 99 plantations inventoriées de la paroisse Saint-Jean-Baptiste, 1803-1820.

Esclaves Plantations
De 1 à 9 55
De 10 à 19 25
De 20 à 29 7
De 30 à 39 4
De 40 à 49 1
De 50 à 59 5
De 60 à 69 2
De 70 à 79
De 80 à 89
De 90 à 99
100 et +
Total 99

18 Entre 1835 et 1845, la taille des 82 plantations inventoriées s’est légèrement modifiée (tableau 10). Si 69,5 % des plantations (soit 57 au total) possèdent moins de vingt esclaves, 30,5 % d’entre elles (25) en ont plus de vingt ; treize en détiennent plus de 50. Les plus grandes plantations sont celles de Jean Jacques Haydel (104 esclaves), de la veuve Gilbert Thomassin Andry (90 esclaves), de Pierre Bozonnier-Marmillion (85 esclaves), de Jeanne Antoinette Bozonnier-Marmillion (83 esclaves), de Marie Thérèse Éloïse Houriac (74 esclaves), de Zéphyrin Barré (73 esclaves), de Jean Chanel (65 esclaves) et de Jean Eleanor Arnauld (61 esclaves). Un propriétaire possède en moyenne 21,6 esclaves, ce qui est une nette augmentation par rapport à la période précédente.

Tableau 10. – Taille des 82 plantations inventoriées de la paroisse Saint-Jean-Baptiste, 1835-1845.

Esclaves Plantations
De 1 à 9 38
De 10 à 19 19
De 20 à 29 4
De 30 à 39 0
De 40 à 49 8
De 50 à 59 5
De 60 à 69 2
De 70 à 79 2
De 80 à 89 2
De 90 à 99 1
100 et + 1
Total 82
  • 40 Lettre d’Auvignac Dorville, Gentilly, à Henri de Sainte-Gême, 5 février 1821, folio 48, MSS 100, pa (...)

19Sur les 1347 esclaves répertoriés pour la première période, le sexe de 1303 d’entre eux est connu : 528 femmes (40,5 %) et 775 hommes (59,5 %). La majorité masculine s’explique fort bien. En milieu rural, comme le souligne Richard Follett, les planteurs ont davantage besoin de jeunes hommes pour effectuer les travaux manuels des champs, qui requièrent force et vigueur, alors que les jeunes femmes servent surtout à assurer la reproduction. L’administrateur de la plantation d’Henri de Sainte-Gême, située à Gentilly, exprime fort bien la fonction économique des femmes esclaves lorsqu’il écrit au propriétaire que son esclave Clarisse l’« enrichira encore d’un autre petit esclave40 ».

20Selon Follett, la supériorité masculine en campagne crée ainsi un déséquilibre à la fois entre les sexes et entre les âges :

  • 41 Follett R. J., op. cit., p. 49.

« By acquiring young men for the sugar field and teenage women with their reproductive lives ahead of them, planters demographically engineered their slave forces through gender-selective and age-discriminatory purchasing. Perhaps more so than their less gender-focused neighbors in Mississippi, Louisiana’s slaveholders entered the New Orleans slave market with a set of overlapping prejudices41. »

21La majorité masculine rend aussi peut-être plus difficile la transmission des valeurs et des pratiques religieuses. En ville, comme l’ont démontré les historiennes Clark et Gould, ce sont les femmes qui se chargent de ce travail. En campagne, cela devient plus ardu, puisqu’elles sont moins nombreuses. Elles peuvent toutefois compter sur la communauté de la plantation pour les aider dans cette tâche.

  • 42 Après 9 ans, un esclave peut être séparé de sa mère et n’est donc plus considéré comme un enfant. V (...)

22Des 1252 esclaves dont l’âge est connu, il s’y retrouve 391 enfants et jeunes adultes âgés de 0 à 14 ans (31,2 % du total)42, 648 adultes âgés de 15 à 40 ans (51,8 %) et 213 adultes de plus de 41 ans (17 %). Le tableau 11 résume bien les proportions obtenues selon les différentes catégories d’âge. Les adultes dans la fleur de l’âge – entre 15 et 40 ans –, qui sont les plus aptes au travail, sont donc les plus nombreux, et la grande majorité d’entre eux sont des hommes (406, soit 62,7 %). L’âge moyen des femmes est de 24,6 ans, alors qu’il est de 27,9 ans chez les hommes. Le fait que l’on retrouve beaucoup plus d’adultes signifie probablement qu’il y a une arrivée importante de nouveaux esclaves, que la communauté esclave de la paroisse devra intégrer et, peut-être, convertir.

Tableau 11. – Âge et sexe des esclaves de la paroisse Saint-Jean-Baptiste, 1803-1820.

Tableau 11. – Âge et sexe des esclaves de la paroisse Saint-Jean-Baptiste, 1803-1820.
  • 43 Inventaire après décès d’Agnès Sechenèdre, femme de Nicolas Keller, 23 octobre 1804, APSJB.
  • 44 Inventaire après décès de Marie Madelaine Bozonnier Marmillion, épouse de Jean Jacques Haydel père, (...)

23 Des familles d’esclaves se forment tout de même au sein des plantations. Les inventaires après décès de la paroisse Saint-Jean-Baptiste mentionnent onze ventes de familles d’esclaves au cours des deux périodes étudiées (1803-1820, 1835-1845). C’est le cas le 23 octobre 1804, dans l’inventaire d’Agnès Sechenèdre, où se retrouve Pierro, esclave borgne de « nation nagot » âgé de 60 ans, vendu avec sa femme, Charlotte, âgée de 38 ans, de « nation poular », avec leurs deux enfants Celestte et Heléne, âgées de 4 et 2 ans, pour un montant de 1000$43. Un seul inventaire, toutefois, fait mention d’un mariage. Le 7 décembre 1819, Marie Madelaine Bozonnier Marmillion lègue son esclave créole Marguerite, âgée de 66 ans, avec son mari Sam, esclave de « nation Sozo » de 60 ans pour la somme de 0 $44. Puisque les archives paroissiales ne disposent d’aucun registre de mariages d’esclaves, il est difficile de savoir si ces couples se sont mariés à l’église, ou sur la plantation.

  • 45 Bullard Henry A. et Curry Thomas (dir.), A New Digest of the Statute Laws of the State of Louisiana (...)

24213 esclaves (140 hommes et 73 femmes) sont âgés de plus de 40 ans. Après une vie de durs labeurs, le cap des 40 ans apparaît comme un âge assez avancé, où la fatigue, la condition physique, les maladies et les infirmités peuvent nuire au travail. Selon le Code noir alors en vigueur, un propriétaire se doit de nourrir et d’entretenir ses esclaves âgés et malades45. L’application réelle de ce principe reste cependant à confirmer. Certains propriétaires affranchissent ainsi leurs esclaves âgés, pour bons et loyaux services ; ces nouveaux affranchis se retrouvent cependant bien seuls, laissés à eux-mêmes par leurs anciens propriétaires, qui, ayant eu la bonté de les émanciper, ont la conscience bien tranquille. Il apparaît toutefois, devant le danger que représente l’émancipation, que les autorités de la paroisse Saint-Jean-Baptiste aient restreint l’accès à de telles demandes. En 1834, le journal des séances du jury de police de la paroisse Saint-Jean-Baptiste stipule ainsi que toute demande d’affranchissement requiert désormais quatre témoins attestant des bons comportements des esclaves :

  • 46 Journal des séances du jury de police de la paroisse Saint-Jean-Baptiste, 16 juin 1834, APSJB.

« Sur motion de M. Antoine Boudousquié, résolu qu’à l’avenir aucune pétition présentée au jury de police demandant sur consentement à l’affranchissement d’un ou plusieurs esclaves ne sera prise en considération si elle n’est accompagnée de la déclaration de quatre habitants respectables de cette paroisse, constatant la vérité des allégations contenues dans la dite pétition46. »

  • 47 Ibid., 29 juin 1835, APSJB.
  • 48 Ibid., 28 septembre 1835, APSJB.

25Plusieurs propriétaires ont néanmoins pris la peine de satisfaire à ces nouvelles exigences. Ainsi, le 29 juin 1835, George Lagrange demande à être autorisé à émanciper « son esclave Charlotte, négresse africaine de soixante ans », et Joseph, « nègre » libre, demande à être autorisé à affranchir « le nègre Francis, âgé de 51 ans, son père et son esclave47 ». Si le jury de police déclare être satisfait des certificats et consent aux affranchissements, les pétitions doivent toutefois aller en seconde lecture, lors d’une séance qui a lieu le 28 septembre 1835. À cette date, « d’après les certificats annexés aux pétitions », les esclaves s’avèrent être « de bons et fidèles sujets exempts de vices dangereux qui ne se sont pas rendus coupables de délits et crimes », et le jury consent enfin à les affranchir définitivement48. Si l’ancien esclave Francis peut être sûr que son propriétaire, en l’occurrence son fils, s’occupe de lui pendant ses vieux jours, rien n’est certain pour l’ancienne esclave Charlotte, déjà très âgée.

26Les mêmes schémas d’analyse semblent se reproduire pour la seconde période étudiée (1835-1845). Sur les 82 inventaires après décès analysés, il s’y retrouve 1772 esclaves, dont 689 femmes (38,9 %) et 1080 hommes (60,9 %). Encore une fois, comme l’illustre le tableau 12, les hommes sont largement majoritaires. Le même déséquilibre sexuel persiste donc. Les esclaves adultes dans la fleur de l’âge (âgés de 15 à 40 ans) sont aussi les plus nombreux. Ils représentent 983 individus, soit 55,5 % du total. Parmi eux se retrouvent 632 hommes et 351 femmes. Suivent les enfants et jeunes adultes âgés de 0 à 14 ans, qui comptent pour 28,4 % du total (503 individus). L’âge moyen des hommes est de 27,8 ans, alors qu’il est de 22,2 ans chez les femmes.

Tableau 12. – Âge et sexe des esclaves de la paroisse Saint-Jean-Baptiste, 1835-1845.

Tableau 12. – Âge et sexe des esclaves de la paroisse Saint-Jean-Baptiste, 1835-1845.

Vers une population servile américaine

27Certains inventaires, plus détaillés, permettent de connaître l’origine ethnique des esclaves. Cette dimension est essentielle lorsque l’on étudie les pratiques religieuses des esclaves. Leur milieu d’origine leur offre parfois un atout pour intégrer la communauté afro-catholique dans laquelle ils arrivent. Après tout, la religion catholique est partie prenante du processus de créolisation des esclaves de la paroisse, qui s’est enclenché au siècle précédent. Les esclaves étrangers, qui ont des cultes différents, doivent quant à eux décider s’ils veulent adopter cette nouvelle culture à laquelle ils sont confrontés. Des 1347 individus répertoriés pour la période 1803-1820, 862 (64 %) ont une étiquette ethnique. En ce début de siècle, il faut noter une forte présence d’esclaves africains : 411 esclaves (47,7 %) sont caractérisés de « nation » africaine. Le tableau 13 fait état des différentes provenances africaines. Dans cette catégorie, tout un amalgame de « nations » et de régions africaines, inscrites sous différentes orthographes, est utilisé.

Tableau 13. – Origine des esclaves de la paroisse Saint-Jean-Baptiste, 1803-1820.

Origines Hommes Femmes Total
Africain(e) 317 94 411
Africain(e) 6 1 7
Guinée 25 6 31
Fond/Fon 2 4 6
Sénégalais(e) 13 3 16
Canga/Kanga/Quanga 14 9 23
Congo 79 17 96
Chamba/Tchamba/Shamba/Tiamba/Tsamba/Thienba 16 7 23
Poulard/Poular 6 4 10
Minan/Mina 22 7 29
Mandingue/Mandiga/Mandinga 19 8 27
Ybo/Ibo/Hibau/Hibou 9 3 12
Caraba 5 2 7
Nago 7 4 11
Angola 1 1 2
Bambara 22 2 24
Kiamba/Quiamba 14 2 16
Macoya/Macoua/Macoy/Magoua/Maquoix 3 2 5
Maniga/Manega/Manigo 16 7 23
Aoussa/Hausa 12 12
Moco 3 1 4
Soso/Sozo 4 4
Nar/Nard 2 2
Autresa 17 4 21
Créole [louisianais(e)] 190 186 376
Créole 190 183 373
Origines Hommes Femmes Total
Créole des Nachitoches 1 1
Créole du pays 1 1
Créole acadienne 1 1
Américain(e) 31 19 50
Américain(e)/Créole américain(e)/Créole d’Amérique 22 14 36
Charleston/Charlestown 2 2 4
Virginie 1 2 3
Tenessee 3 1 4
Baltimore 1 1
New York 1 1
Georgie 1 1
Créole des Antilles 15 10 25
Anglais(e)/Créole anglais(e) 6 2 8
Créole de Saint-Domingue 1 4 5
Créole des Antilles 1 1 2
Créoles des isles 3 2 5
Jamaïque 4 1 5
Total 553 309 862

a. Notons également les groupes ethniques bobo (de la Côte du Vent), nago (du Golfe du Bénin), timiny (ou
théminy, du Sierra Leone), mondongue (de l’Afrique centrale), maracayé, atoÿo, babogue, gouarie, kang,
tanga, yola, ado, penda, quiny.

  • 49 Curtin Philip D., The Atlantic Slave Trade. A Census, Madison, University of Wisconsin Press, 1972, (...)
  • 50 Tall Emmanuell Kadya, « Comment se construit et s’invente une tradition religieuse. L’exemple des n (...)

28Si l’on se fie aux travaux de l’historien Philip Curtin, la plupart des esclaves proviennent de la Sénégambie (sénégal, bambara, poulard, mandingue, manega, nar) – dans une proportion de 24,8 % (102 individus) – et de l’Afrique centrale de l’ouest (congo, mondongue) – dans une proportion de 23,6 % (97 individus) ; 81 (19,7 %) viennent du Golfe du Bénin (mina, thiamba, nago, hausa, fon), 31 (7,5 %) de Guinée, 24 (5,8 %) de la Côte du Vent (canga, bobo), 12 (2,9 %) du Golfe du Biafra (Ibo) et 5 (1,2 %) du Sierra Leone (théminy, soso)49. L’usage de cette géographie requiert toutefois une grande prudence. Pour l’historienne Emmanuelle Kadya Tall, puisque l’« ethnicisation des esclaves africains » est effectuée par les négociants et les trafiquants, les « attributions catégorielles ethniques [demeurent] assez vagues, car fondées sur une provenance qui n’était pas toujours le territoire d’origine de l’esclave capturé. Celle-ci pouvait être, en effet, le port d’embarcation, l’ethnie “ennemie” vaincue par les groupes locaux qui participaient à la Traite, ou encore des “inventions” européennes50 ». Il faut également noter un accroissement graduel d’esclaves dits « créoles », probablement nés en Louisiane. Si 376 esclaves adultes sont qualifiés de créoles (ce qui représente 43,6 % du total), on peut supposer que les 274 enfants de moins de 10 ans qui n’ont pas d’origine précisée partagent également ce statut, étant susceptibles d’être nés en Louisiane. Mis ensemble, les esclaves créoles de la Louisiane sont au nombre de 650 et représentent donc 48,3 % du total des 1347 esclaves.

  • 51 Inventaire des biens dépendant de la communauté établie entre Jean Trègre et feue Dame Joseph Picou (...)
  • 52 Inventaire des biens dépendant des successions de la veuve Michel Fortier (15 janvier 1805), Jean-B (...)
  • 53 Inventaire des biens dépendant des successions de Alceste Reine (27 juillet 1835), Zéphyrin Barré ( (...)

29Puisque la Louisiane ouvre ses portes aux migrants américains dès le début du xixe siècle, il serait normal de retrouver, dans les inventaires, un grand nombre d’esclaves dits « américains ». Toutefois, seulement 50 esclaves sont « créoles américains » ou « créoles d’Amérique », représentant un maigre 5,8 % du total. La même remarque peut aussi s’appliquer aux esclaves provenant des Antilles. Si, parmi les milliers de réfugiés qui fuient la Révolution de Saint-Domingue, la majorité d’entre eux choisissent de s’installer à La Nouvelle-Orléans, nombreux sont aussi ceux qui mettent le cap sur les paroisses environnantes dans l’espoir de reconstituer leurs plantations et d’y refaire fortune. Les esclaves de Saint-Domingue, avec ou sans leur propriétaire d’origine, apparaissent donc un peu partout dans la Basse-Louisiane. Il est alors facile de croire que, vu l’installation de certains planteurs saint-dominguois dans la paroisse Saint-Jean-Baptiste, un bon nombre d’esclaves provenant des Antilles pourrait se retrouver dans les inventaires. Pourtant, seulement 5 esclaves sont qualifiés de « créoles de Saint-Domingue », 7 sont des « créoles des Isles » ou « créoles des Antilles », 5 sont des « créoles de la Jamaïque » et 8 sont des « créoles anglais » (provenant probablement de la Caraïbe anglaise). Très peu d’esclaves sont donc originaires des Antilles (25 au total, représentant 2,9 %). Bien que ce pourcentage soit très faible en regard des 1347 esclaves répertoriés durant la période, il prouve tout de même que l’immigration saint-dominguoise et antillaise s’est bel et bien répandue dans les paroisses sucrières de la Louisiane. Notons surtout Philipe et Arsene, deux esclaves âgés respectivement de 50 et de 23 ans, l’un Créole des « isles », l’autre Créole de Saint-Domingue, qui appartiennent à Léon Dauphin et Marie Manon Barnabé, tous deux des personnes de couleur libres, probablement elles-mêmes originaires de Saint-Domingue. Ou encore La Grande Rose, Créole de Saint-Domingue, âgée de 55 ans, cuisinière et « propre aux travaux d’une habitation », qui se retrouve dans l’inventaire des biens de la communauté établie entre Jean Trègre et son épouse feue Dame Joseph Picou51. Le tableau 14 répertorie les esclaves de la Caraïbe52. Après 1835, seules Ketty, une esclave de 45 ans, cuisinière, pâtissière et blanchisseuse appartenant à feu Alceste Reine (1835), et Juliette, esclave de 50 ans, de champs, appartenant à feu Zéphyrin Barré (1843), sont des créoles de Saint-Domingue ; et seuls Antoine, esclave de 42 ans, de champs, appartenant à feu Pierre Bozonnier-Marmillion (1839), et Francisco, esclave de 35 ans, bon cocher, appartenant à feu Manuel Garcia (1843), sont originaires des « isles » espagnoles53.

Tableau 14. – Esclaves provenant de la Caraïbe dans les inventaires après décès de la paroisse Saint-Jean- Baptiste (1803-1820).

Tableau 14. – Esclaves provenant de la Caraïbe dans les inventaires après décès de la paroisse Saint-Jean- Baptiste (1803-1820).

30La paroisse Saint-Jean-Baptiste apparaît donc comme un territoire qui ne reçoit que peu d’esclaves américains et antillais. Une nette préférence pour les esclaves africains et créoles de la Louisiane semble au contraire caractériser les planteurs de cette paroisse. Est-il plus facile pour eux d’obtenir au marché des esclaves africains et louisianais ? Y a-t-il des préjugés envers les esclaves américains ou antillais ? Sont-ils reconnus comme étant moins qualifiés ou moins travailleurs ? Fuient-ils ou se révoltent-ils davantage ? Il semble difficile de connaître précisément la réponse à ces questions. Il reste à voir si le même schéma se maintient dans la décennie 1835-1845.

31Pour cette décennie, sur les 1772 esclaves répertoriés, l’origine de 1307 d’entre eux est connue (tableau 15). Contrairement à la période 1803-1820, les esclaves d’origine africaine sont beaucoup moins nombreux, en raison de l’interdiction de la traite négrière atlantique à partir de 1808. Ils représentent seulement 12,1 % (158 individus) du total. Notons toutefois que les esclaves provenant de l’Afrique centrale de l’ouest, dont la « nation » est congo et mondongue, composent plus du quart (29 %) des esclaves africains. Suivent les esclaves de la Sénégambie (11, soit 7 %), du golfe du Bénin (11, soit 7 %), du golfe du Biafra (8, soit 5 %) et de la Côte du Vent (3, soit 2 %). Le nombre de créoles louisianais demeure quant à lui constant. S’il était de 43,6 % pour la période 1803-1820, il passe à 40,2 % pour la période 1835-1845. C’est le nombre de créoles américains, provenant des autres États américains, qui étonne le plus. S’il ne représentait que 5,8 % au début du siècle, il passe à 47,2 % pour la décennie 1835-1845. Ils sont mêmes plus nombreux (617 individus) que les esclaves créoles de la Louisiane (526 individus). Le groupe est d’ailleurs majoritairement constitué d’hommes (à 72 %). Leur présence influe certainement sur les pratiques religieuses de la population servile de la paroisse, puisqu’ils introduisent avec eux une culture aux racines protestantes.

  • 54 Malone A. P., op. cit., p. 53.

32Le faible taux de natalité ou le fort taux de mortalité explique peut-être pourquoi les planteurs de la paroisse acquièrent autant d’esclaves provenant des autres États américains. Ils ont aussi probablement besoin de plus de main-d’œuvre avec l’expansion économique de la paroisse, due à l’essor de l’industrie sucrière. Selon l’historienne Ann Patton Malone, la Louisiane est l’État le plus meurtrier de l’Union durant la période antebellum ; les paroisses sucrières de la Basse-Louisiane, au climat semi-tropical, demeurent les plus sujettes aux maladies54. Les esclaves nés en Louisiane ne paraissent donc pas être assez nombreux pour suffire à la tâche. Enfin, le nombre d’esclaves venus des Antilles est quasi-inexistant ; seuls six esclaves en proviennent (0,5 %).

33Le commerce d’esclaves régional, qui se met en branle dès 1808, a donc un fort impact sur la population servile de la Louisiane. L’afflux d’esclaves américains, dont la langue courante est probablement l’anglais et dont la culture religieuse est surtout à dominante protestante, a certainement un impact sur les pratiques religieuses des esclaves catholiques de la paroisse Saint-Jean-Baptiste. Par le biais de ces nouveaux esclaves, il est possible que les catholiques noirs de la paroisse s’initient à de nouvelles croyances et à de nouveaux rites, et que les prédicateurs protestants – ou qui se disent prédicateurs –, dont certains sont eux-mêmes esclaves, réussissent à faire de nouvelles recrues sur les plantations. À l’inverse, puisque la grande majorité des propriétaires de la paroisse sont encore franco-catholiques dans les années 1830 et 1840, il est également possible que les nouveaux esclaves, tant africains qu’américains, se soient convertis à la religion catholique ou qu’ils aient été baptisés, avec ou sans leur accord. Dans un cas comme dans l’autre, l’apport d’individus protestants à la population noire de la paroisse Saint-Jean-Baptiste a sans aucun doute influencé la vie culturelle des esclaves, bien qu’il soit impossible de préciser, pour le moment, les impacts de cet apport.

Tableau 15. – Origine des esclaves de la paroisse Saint-Jean-Baptiste, 1835-1845.

Origines Hommes Femmes Total
Africain(e) 114 44 158
Africain(e) 56 23 79
Fon/Fond 2 2
Sénégal 1 2 3
Canga/conga 2 1 3
Congo 36 9 45
Chamba/Chiamba/Thiamba 3 3
Poulard 1 1
Minan/Mina 5 1 6
Mandingue 5 1 6
Ibo/Hibo/Hibou/Hiboo 1 7 8
Karabas 1 1
Mondongue 1 1
Créole (louisianais) 284 242 526
Américain(e) 444 173 617
Créole de Saint-Domingue 2 2
Isles espagnoles 2 2
Havane 1 1
Espagne 1 1
Total 844 463 1307

Bilan de la paroisse en 1850

  • 55 « Slave Inhabitants in Parish of St. John Baptist State of Louisiana, enumareted by me, on the 8th (...)

34Si le nombre d’esclaves dans la paroisse ne cesse d’augmenter tout au long des premières décennies du xixe siècle, de même que le nombre de propriétaires terriens esclavagistes, il serait logique de croire que les plantations en viennent à occuper un espace beaucoup plus large et à rassembler un nombre beaucoup plus important d’esclaves. Le 14 octobre 1850, l’assistant marshal de la paroisse Saint-Jean-Baptiste, Émile Doumeing, dresse un inventaire de tous les habitants propriétaires d’esclaves de la paroisse, qui sont au nombre de 29055. L’inventaire fournit un lot d’informations fort utiles pour mieux juger les décennies précédentes. Il permet de bien saisir l’évolution de la paroisse, de ses habitants et de ses plantations. Des 290 propriétaires qui sont inventoriés par Doumeing, il est toutefois difficile de préciser leur nationalité respective. Certes, une majorité de francophones (Berthelot, Deslondes, Dufresne, Gravois, Faucheux, Laurent, Millet, Perret, Trépagnier, Villeré, etc.) et plusieurs familles d’origine allemande (Cambre, Folse, Hymel, Haydel, Tregre, Triche, Schexnayder, Vicknair, etc.) s’y retrouvent, qui sont tous dans la paroisse Saint-Jean-Baptiste depuis plusieurs générations. Mais il faut supposer que les Adams, Donaldson, Gossett, Helt, Humphreys et May, par exemple, sont d’origine anglo-américaine et se sont installés sur la Côte des Allemands au cours de la première moitié du xixe siècle. Ils sont toutefois largement minoritaires, ce qui indique qu’encore en 1850, les esclaves ont davantage de chance de se retrouver chez un propriétaire franco-catholique.

Tableau 16. – Répartition des habitations de la paroisse Saint-Jean-Baptiste selon le nombre d’esclaves, 1850.

Nombre d’esclaves Nombre d’habitations
Moins de 9 esclaves 179
De 10 à 19 esclaves 57
De 20 à 29 esclaves 16
De 30 à 39 esclaves 12
De 40 à 49 esclaves 1
De 50 à 59 esclaves 7
De 60 à 69 esclaves 4
De 70 à 79 esclaves 2
De 80 à 89 esclaves 1
De 90 à 99 esclaves 4
100 esclaves et + 7
Total 290

35Sur les 290 propriétaires d’esclaves répertoriés, la grande majorité d’entre eux, soit 252 individus (86,9 %), possèdent encore de petites et moyennes habitations qui comptent moins de 29 esclaves. 179 (61,7 %) en comptent moins de 9. Ainsi, encore en 1850, ce sont en majorité de petites habitations avec moins de 10 esclaves qui dominent le paysage. Il existe en effet une grande différence entre le nombre de plantations qui possèdent moins de 9 esclaves et celles qui ont de 10 à 19 esclaves, ce qui tend à prouver que la norme est encore aux modestes habitations. Les grandes habitations comptent cependant beaucoup plus d’esclaves que celles du début du siècle. Les innovations techniques et l’essor économique du sucre ont ainsi favorisé quelques planteurs au détriment des autres. Le tableau 16 rend bien compte de la répartition des habitations selon le nombre d’esclaves que l’on y trouve. Parmi les grands propriétaires d’esclaves, notons André Deslondes (160 esclaves), Valsin Bozonnier-Marmillon (156 esclaves), Belfort Haydel (146 esclaves), Antoine Boudousquié (137 esclaves), Similien Labranche (136 esclaves), Jean-Jacques Haydel (124 esclaves) et Lezin Becnel (101 esclaves). En moyenne, un habitant de la paroisse Saint-Jean-Baptiste possède, en 1850, 15,7 esclaves, ce qui est une faible diminution par rapport à la moyenne des années 1835-1845 (22 esclaves). S’il y a davantage d’esclaves en 1850 (le nombre augmente de plus de 1000 individus entre 1840 et 1850), il y a aussi probablement beaucoup plus de planteurs qui s’activent sur les berges du fleuve, dont plusieurs petits propriétaires qui tentent leur chance avec une poignée d’esclaves (tableau 16).

  • 56 Interview de Mrs. Webb publié dans Clayton Ronnie W. (dir.), Mother Wit. The Ex-Slave Narratives of (...)

36Alors que le recensement fédéral de 1850 fait état de 4636 esclaves – dont 2680 hommes et 1856 femmes –, le juge Doumeing en compte pour sa part 4540 – dont 2625 hommes et 1915 femmes. Le tableau 17 résume la répartition sexuelle des esclaves selon les différentes tranches d’âge. Comme pour les périodes 1803-1820 et 1835-1845, il en ressort que l’on dénombre beaucoup plus d’hommes que de femmes et davantage d’esclaves dans la tranche d’âge de 15 à 40 ans (53,5 % des hommes et 53,6 % des femmes), aptes à de durs labeurs. L’âge moyen des hommes est de 27,6 ans, alors qu’il est de 23,8 ans chez les femmes. Interrogée sur sa vie d’esclave, Mrs. Webb rapporte que M. Valsin Marmillion, reconnu comme étant le maître le plus cruel de la paroisse Saint-Jean-Baptiste, est très fier d’avoir uniquement de beaux esclaves, préférant les jeunes hommes au physique avantageux : « The most cruel master in St. John Baptist during slavery time was a M. Valsin Mermillion. […] M. Mermillion, who prided himself in having only handsome slaves, hearing of the fine physique of that young man, decided to have that slave at any price [… ]56. »

Tableau 17. – Âge et sexe des esclaves de la paroisse Saint-Jean- Baptiste en 1850.

Âge Hommes Femmes Total
0 à 9 ans 448 417 865
10 à 14 ans 221 201 422
15 à 20 ans 363 349 712
21 à 30 ans 577 383 960
31 à 40 ans 463 295 758
41 à 50 ans 295 161 456
51 à 60 ans 182 78 260
61 à 70 ans 63 23 86
71 ans et + 13 8 21
Total 2625 1915 4540
  • 57 En Georgie, par exemple, les plantations de coton comptent un ratio d’esclaves semblable pour les p (...)
  • 58 La situation des plantations de la Louisiane contraste fortement avec celle que l’on retrouve dans (...)

37 Le monde des esclaves de la paroisse Saint-Jean-Baptiste durant la première moitié du xixe siècle est donc, avant tout, un milieu masculin et les esclaves connaissent, de ce fait, une double division du travail ; d’une part, entre les esclaves aux champs et les esclaves domestiques et, d’autre part, entre les travaux réservés spécifiquement aux hommes et ceux réservés exclusivement aux femmes. Au cours de cette période, la paroisse compte par ailleurs une majorité de petites plantations, qui possèdent moins de vingt esclaves. La moyenne pour les années 1835-1845 est de 21,6 esclaves par habitant, et diminue même à 15,7 en 1850. La paroisse Saint-Jean-Baptiste ressemble ainsi aux autres sociétés esclavagistes du Sud états-unien, où la majorité des esclaves vivent sur des plantations de moins de 50 esclaves57. Si les paroisses de la Basse-Louisiane sont incontestablement de bonnes productrices de sucre et de coton, suffisamment du moins pour faire compétition dans le marché atlantique, elles n’atteindront jamais le niveau que l’on rencontre dans les Antilles58 ; et ce contexte aura une grande influence sur la formation et l’évolution des communautés esclaves rurales.

  • 59 Inventaire après décès de Jean Millet, 19 juillet 1845, APSJB.

38Le 19 juillet 1845, dans la paroisse Saint-Jean-Baptiste, Catherine, vieille esclave africaine d’environ 70 ans, se retrouve mise en vente suite au décès de son propriétaire59. Étant estimée à cinq piastres, elle est probablement inapte au travail au champ ou à la maison. Il y a donc de fortes chances que les héritiers de la famille de feu Jean Millet l’aient prise en charge jusqu’à sa mort. Rien ne permet cependant de conclure son histoire ; elle disparaît simplement des registres. Son parcours à lui seul est cependant le miroir des expériences de milliers d’autres esclaves. Née en Afrique, Catherine a subi la capture et la traversée de l’océan, l’arrivée en terre étrangère et la vente au marché d’esclaves. Elle a probablement vu évoluer le monde de la paroisse Saint-Jean-Baptiste, ou du moins le monde de la Basse-Louisiane, pendant plusieurs décennies ; un milieu où l’esprit de communauté est puissant, où chaque individu a besoin de son voisin, diktat de la vie dans une petite paroisse du début du xixe siècle. Elle a vu l’arrivée de nouveaux habitants et esclaves, provenant des quatre coins du monde atlantique. Elle a été témoin de l’évolution des cultures agricoles, de l’apparition des nouvelles techniques et du développement des plantations. Elle a aussi sûrement assisté au développement de l’Église catholique en Louisiane, et aux efforts des prédicateurs protestants de s’y installer. Elle a probablement donné naissance à plusieurs enfants créoles qui ont à leur tour travaillé la terre et servi leurs maîtres. Son destin a néanmoins été fort différent de celui des esclaves urbains de La Nouvelle-Orléans.

39En ville, comme l’a démontré le chapitre précédent, les esclaves disposent d’une plus grande mobilité, d’une plus grande indépendance et d’un certain anonymat, même s’ils sont constamment entourés par des Blancs. Que ce soit en fréquentant des endroits où se rassemblent par centaines d’autres esclaves et libres de couleur – dans les bals, les cabarets et les auberges –, en louant leurs services ou en vendant des marchandises sur les étals des marchés, les communautés esclaves urbaines ont réussi à se créer une culture et une économie parallèles au système esclavagiste. De prime abord, le quotidien des esclaves urbains et ruraux semble donc complètement divergent. Il est vrai qu’en milieu urbain, les esclaves doivent accomplir des tâches très différentes et peuvent parfois compter sur une certaine autonomie pour les accomplir. Pourtant, les deux communautés esclaves étudiées dans cet ouvrage proposent des caractéristiques qui les rassemblent et les unissent. Dans les tâches et occupations qui les distinguent, il faut noter une persistance de la division sexuelle du travail entre le domaine ouvrier/agricole et domestique. Si les proportions relatives aux âges et aux origines sont partagées, les esclaves urbains et ruraux subissent les conséquences d’un ratio sexuel déséquilibré, bien qu’inversé. Les femmes esclaves demeurent en supériorité numérique à La Nouvelle-Orléans, tandis que les hommes esclaves dominent dans la paroisse Saint-Jean-Baptiste. Par ailleurs, à la ville comme à la campagne, les familles esclaves risquent continuellement d’être disloquées et dispersées. La vente demeure une crainte constante et les motifs qui la sous-tendent semblent être les mêmes : l’âge, l’infirmité, le marronnage.

40Bien que séparées géographiquement, les communautés esclaves de La Nouvelle-Orléans et de la paroisse Saint-Jean-Baptiste semblent toutefois avoir partagé une culture commune, qui s’est propagée d’une plantation à une autre, d’un quartier à un autre, au même rythme que les ventes et les achats d’esclaves. Confrontées très tôt à l’Église catholique – qui a tenté, non sans oppositions, de convertir les esclaves au catholicisme dès leur arrivée en Basse-Louisiane, comme le démontrera le chapitre iv –, les communautés esclaves urbaines et rurales ont ainsi pu partager une culture religieuse collective. Une analyse complète des registres paroissiaux, aux chapitres v et vi, pourra révéler les traits caractéristiques des communautés esclaves catholiques urbaines et rurales et contribuera ainsi à parfaire nos connaissances sur la population servile de la Basse-Louisiane. Avant de plonger au cœur de la vie religieuse des esclaves, il est toutefois nécessaire d’explorer le monde religieux de la Louisiane, afin d’appréhender la façon dont l’Église catholique s’est organisée sur le territoire, comment elle s’est positionnée en regard de l’esclavage, comment ses représentants ont interagi avec les esclaves et avec les églises protestantes.

Notes

1 L’expression est empruntée à l’historien Christian Hommel dans son introduction à l’ouvrage de LaHOussaye Sidonie de, Les Quarteronnes de La Nouvelle-Orléans. Volume I : Octavia la quarteronne & Violetta la quarteronne, Shreveport, Éditions Tintamarre, 2006, p. 15 : « Il est important de faire la différence entre les mentalités de la ville et de la campagne. De La Houssaye habite à une bonne journée de route de La Nouvelle-Orléans, et représente deux mondes antagonistes comme, chez Balzac, le Paris du Père Goriot et la province d’Eugénie Grandet. Écrire sur La Nouvelle-Orléans, c’est parler d’un autre monde. »

2 « A History of St. John the Baptist Parish, with Biographical Sketches », dans Rev. Jean M. Eyraud et Donald J. Millet (dir.), St. Peter’s Diamond Jubilee, Marrero (LA), The Hope Haven Press, 1939, p. 11. Le nom de « Côte des Allemands » vient de la première vague d’immigration allemande du xviiie siècle. En 1718-1719, on recrute des Allemands, réputés être d’excellents fermiers, honnêtes et travailleurs, pour coloniser la Louisiane. La situation en Allemagne est alors précaire. La guerre de Trente Ans (1618-1648) a causé la ruine économique du pays et les paysans sont nombreux à penser qu’il y a peu d’espoir pour eux dans leur patrie. En 1722, les migrants s’installent sur les terres de ce que l’on va surnommer la « Côte des Allemands », principalement sur la bande de terre qui longe le fleuve, appelée « Bonnet Carré ». En 1775, la Côte des Allemands est divisée en deux districts, la paroisse Saint-Charles (Première Côte des Allemands) et la paroisse Saint-Jean-Baptiste (Seconde Côte des Allemands), toutes les deux dénommées selon les églises qui y ont été bâties. Voir Merrill Ellen C., Germans of Louisiana, Gretna (LA), Pelican Publishing, 2005, p. 38. EakinSue et Manie Culbertson, Louisiana. The Land and Its People, Gretna (LA), Pelican Publishing, 1998, p. 458.

3 Robin C.-C., op. cit., p. 134. L’abbé Robin est « prêtre du corps français auxiliaire envoyé en Amérique sous les ordres du comte de Rochambeau ». Voir Quérard Joseph Marie, La France littéraire, ou Dictionnaire bibliographique des savants, historiens et gens de lettres de la France, ainsi que des littérateurs étrangers qui ont écrit en français, plus particulièrement pendant les xviiie et xixe siècles, Paris, Firmin Didot père et fils, 1864, p. 566.

4 Caire Warren F., « Historical Perspective of St. John the Baptist Catholic Parish », dans Directory of St. John the Baptist Church, Edgard, Louisiana, 1979, p. 2.

5 Population schedules of the third census of the United States, 1810. En 1820, la population de la paroisse Saint-Jean-Baptiste se chiffre à 3938 habitants. En 1840, elle passe à 5776 habitants.

6 Baudier R., op. cit., p. 287.

7 Par exemple, la paroisse Saint-Charles a vu la majeure partie de ses registres brûler, alors que les registres d’esclaves de l’église Saint-Thomas, de la paroisse Plaquemines, ne commencent qu’en 1834. La paroisse Saint-Bernard, elle, ne dispose que d’un nombre très limité d’actes concernant des esclaves, bien que ses registres débutent en 1787.

8 Il s’agit du père Augusto de Angelis (de février à mars 1826), du père Savine (1826-1827), du père Brasseur (1834-1835), du père Moulard (1844-1845), du père Mignard (1846-1847), du père Mittelbronn (1850- 1851), du père Legendre (1852-1853) et du père Lacour (1853-1854). Voir Caire W. F., op. cit., p. 2.

9 Ibid.

10 Pour l’année 1803, les chiffres sont tirés du récit de voyage de Robin, C.-C., op. cit., p. 204. Pour les années subséquentes, voir les Louisiana Federal Census Records, 1810, 1820, 1830, 1840 et 1850.

11 Ardoin R. B. L., op. cit., p. 161-180.

12 Ibid., p. 161-167.

13 Tous les noms sont orthographiés tels qu’ils apparaissent dans les documents d’archives.

14 Sundberg Sara Brooks, « A Female Planter from West Feliciana Parish : The Letters of Rachel O’Connor », Louisiana History : The Journal of the Louisiana Historical Association, vol. 47, no 1, hiver 2006, p. 40. Pour Sundberg, le cas de Rachel O’Connor est typique dans le Sud américain antebellum, où les épouses assument souvent, de façon temporaire, l’administration de la plantation en l’absence de leurs maris. Lorsqu’elles deviennent veuves, leur gestion devient un projet à long terme, voire permanent. À la fin de la période antebellum, dans la paroisse West Feliciana, les femmes comptent pour 17 % des chefs de famille qui possèdent vingt esclaves et plus, et elles sont toutes veuves. Sous le Code civil de 1825, les femmes en Louisiane peuvent légalement être propriétaires et administrer leurs propres propriétés paraphernales, contrairement aux autres États américains, où la « common law » dénie aux femmes une identité légale et place leurs propriétés sous le contrôle de leurs époux. Pour une étude sur la situation des femmes planteurs en Virginie, dans les Carolines et en Georgie, voir Wood Kirsten W., « Broken Reeds and Competent Farmers : Slaveholding Widows in the Southeastern United States, 1783-1861 », Journal of Women’s History, vol. 13, no 2, été 2001, p. 34-57.

15 Inventaire après décès des veuves Justin et Maximilien Bossié, 25 avril 1836, archives de la paroisse Saint-Jean-Baptiste (ci-après APSJB).

16 Merrill E. C., op. cit., p. 45.

17 Follett R. J., op. cit., p. 19. La « ceinture sucrière louisianaise » court tout le long du fleuve, de La Nouvelle-Orléans à Baton Rouge. Avant la guerre de Sécession, presque toutes les plantations se situent en face d’un cours d’eau navigable, faciliant ainsi le commerce et le transport des marchandises. Voir Conrad Glenn R. et LucasRay F., White Gold. ABrief History of the Louisiana Sugar Industry, 1795-1995, no 8, Lafayette, Center for Louisiana Studies/University of Southwestern Louisiana, 1995, p. 14.

18 Merrill E. C., op. cit., p. 46. Plusieurs historiens ont relevé le caractère agricole de la paroisse Saint-Jean-Baptiste, notamment Follett, R. J., op. cit., p. 91 et Conrad G. R. et Lucas R. F. , op. cit. Durant les deux premières décennies du xixe siècle, les plantations qui longent le cours du Mississippi produisent essentiellement du coton et du sucre, quelques-unes cultivant le riz et l’indigo. C’est vers la fin des années 1820 et au début des années 1830 que la production de sucre va s’intensifier et devenir la principale culture. L’apparition de la machine à vapeur en 1822 va d’ailleurs contribuer à accélérer la production. Voir Gray Lewis Cecil, History of Agriculture in the Southern United States to 1860, vol. II, Gloucester, Peter Smith, 1958, p. 896.

19 Le Glaunec J.-P., « Un Nègre nommè [sic] Lubin », op. cit., p. 118.

20 Les chiffres sont tirés de l’ouvrage de Ardoin R. B. L., op. cit.

21 Conrad G. R., The German Coast, op. cit., p. viii.

22 Lettre d’Armand Duplantier à son frère, Guy Duplantier, Bâton Rouge, 28 janvier 1802, papiers de la Famille Armand Duplantier, MSS 5060, ALSU. À moins d’indication contraire, toutes les citations sont présentées dans leur graphie originale. Je tiens à remercier l’archiviste Germain Bienvenu qui m’a généreusement donné accès à la collection Armand Duplantier qu’il venait tout juste de recevoir.

23 Lettre de Jean Boze, La Nouvelle-Orléans, à Henri de Sainte-Gême, 6 avril 1830, folio 163, MSS 100, papiers de la famille Sainte-Gême, HNOC.

24 Le Glaunec J.-P., Lire et écrire la fuite, op. cit., p. 196.

25 Inventaire après décès de Marie Madeleine Bozonnier-Marmillion, 7 décembre 1819, APSJB.

26 Follett R. J., op. cit., p. 24.

27 Ibid., p. 80.

28 Conrad G. R. et Lucas R. F., op. cit., p. 10.

29 Tout au long du xviiie siècle, l’île de Saint-Domingue est le premier producteur de sucre au monde, et rapporte à la France des richesses inestimables ; elle est, aux yeux des historiens Munford et Zeuske, ce que l’Inde est à la Grande-Bretagne. Voir Munford Clarence J. et Zeuske Michael, « Black Slavery, Class Struggle, Fear and Revolution in St. Domingue and Cuba, 1785-1795 », The Journal of Negro History, vol. 73, no 1/4, hiver-automne 1988, p. 13. Au terme de la révolution, son marché s’est écroulé, et d’autres colonies, comme la Jamaïque, le Brésil et Cuba, se sont empressées de reprendre le flambeau. Les prix élevés du sucre, les conflits européens, à la fin des années 1790 et au début des années 1800, et l’expulsion des réfugiés de Saint-Domingue en 1809-1810 offrent toutefois de nouvelles possibilités à d’autres régions, qui se lancent à leur tour dans la profitable culture du sucre. Voir également Bethell Leslie (dir.), Cuba, a Short History, Cambridge, Cambridge University Press, 1993, p. 9.

30 Perrin du Lac François Marie, Voyage dans les deux Louisianes, et chez les nations sauvages du Missouri, par les États-Unis, l’Ohio et les Provinces qui le bordent, en 1801, 1802 et 1803…, Paris, Capelle et Renand, 1805, p. 381-382.

31 Conrad G. R., The German Coast, op. cit., p. viii.

32 Inventaire de François-Daniel Pain, 2 avril 1812, APSJB.

33 Par microcosme, il faut entendre un monde en réduction, une société ou un petit univers qui est une image réduite du macrocosme auquel il correspond.

34 Inventaires après décès de la veuve Michel Fortier, 15 janvier 1805 et de Georges Haydel, 2 août 1814, APSJB.

35 Inventaire après décès de Léon Dauphin, homme de couleur libre, 14 juillet 1818, APSJB.

36 Inventaire après décès de Jean Trègre, 31 janvier 1820, APSJB.

37 Inventaire après décès de Jean Baptiste Séraphin Hymel, 27 mai 1839, APSJB.

38 Le moulin à bêtes est présent dans les inventaires après décès de George Bossié (11 février 1836), Prudent Becnel (11 avril 1837), Veuve Catherine Wèbre Roussel (5 décembre 1840), Joseph Haydel (12 avril 1841), Victoire Deslondes, femme de couleur libre (23 décembre 1841), Norbert Rodrigue (24 janvier 1842), et François Olivier Forcelle (13 août 1842), APSJB.

39 Follett R. J., op. cit., p. 24.

40 Lettre d’Auvignac Dorville, Gentilly, à Henri de Sainte-Gême, 5 février 1821, folio 48, MSS 100, papiers de la famille Sainte-Gême, HNOC.

41 Follett R. J., op. cit., p. 49.

42 Après 9 ans, un esclave peut être séparé de sa mère et n’est donc plus considéré comme un enfant. Voir la section 9 des Acts Passed at the Second Session of the First Legislature of the Territory of Orleans, La Nouvelle-Orléans, Bradford et Anderson, 1807 : « Et il est de plus décrété ; Qu’il est absolument défendu à tout particulier de vendre, séparément de leur mère, les enfans qui n’auront pas dix ans révolus. » Jusqu’en 1807, les enfants ne pouvaient donc être séparés de leur mère avant l’âge de 14 ans. Après 1807, les individus âgés de 10 à 14 ans sont plutôt considérés comme de jeunes adultes, qui peuvent être vendus séparément, d’où l’importance de bien faire la distinction entre les deux premiers groupes d’âge. Voir le Code noir de 1724, repris en 1803 par les États-Unis, article XLIII : « Husbands and wives shall not be seized and sold separately when belonging to the same master : and their children, when under fourteen years of age, shall not be separated from their parents, and such seizures and sales shall be null and void […]. » Notons toutefois que la version française parle d’enfants impubères, sans préciser un âge spécifique.

43 Inventaire après décès d’Agnès Sechenèdre, femme de Nicolas Keller, 23 octobre 1804, APSJB.

44 Inventaire après décès de Marie Madelaine Bozonnier Marmillion, épouse de Jean Jacques Haydel père, 7 décembre 1819, APSJB.

45 Bullard Henry A. et Curry Thomas (dir.), A New Digest of the Statute Laws of the State of Louisiana, from the change of government to the year 1841, inclusive, La Nouvelle-Orléans, E. Johns & Co., 1842, vol. 1, section IV, p. 48 : « The slaves disabled through old age, sickness, or any other cause, whether their disease be incurable or not, shall be fed and maintained by their owners, in the manner prescribed by the second and third sections of this act, under the penalty of a fine of five and twenty dollars for every offence. »

46 Journal des séances du jury de police de la paroisse Saint-Jean-Baptiste, 16 juin 1834, APSJB.

47 Ibid., 29 juin 1835, APSJB.

48 Ibid., 28 septembre 1835, APSJB.

49 Curtin Philip D., The Atlantic Slave Trade. A Census, Madison, University of Wisconsin Press, 1972, p. 196-197.

50 Tall Emmanuell Kadya, « Comment se construit et s’invente une tradition religieuse. L’exemple des nations du candomblé de Bahia », Cahiers d’études africaines, 167, XLII-3, 2002, p. 443.

51 Inventaire des biens dépendant de la communauté établie entre Jean Trègre et feue Dame Joseph Picou, 31 janvier 1820, APSJB.

52 Inventaire des biens dépendant des successions de la veuve Michel Fortier (15 janvier 1805), Jean-Baptiste Labatut (12 mars 1806), François Louis Mechin Saint Martin (30 septembre 1813), François Eustache Rieure Bouché (5 mai 1814), Christian Jacob (20 octobre 1814), Jean Folse (6 mars 1815), François Daniel (8 avril 1817), Pierre Libeau (17 juin 1817), Léon Dauphin (6 octobre 1817), Marie Manon Barnabé (20 novembre 1819), Thomas Alexandre (27 novembre 1819), Marie Madeleine Bozonnier-Marmillion (7 décembre 1819) et de la communauté établie entre Jean Trègre et feue Dame Joseph Picou (31 janvier 1820), APSJB.

53 Inventaire des biens dépendant des successions de Alceste Reine (27 juillet 1835), Zéphyrin Barré (7 novembre 1843), Pierre Bozonnier-Marmillion (17 décembre 1839), Manuel Garcia (26 décembre 1843), APSJB.

54 Malone A. P., op. cit., p. 53.

55 « Slave Inhabitants in Parish of St. John Baptist State of Louisiana, enumareted by me, on the 8th day of August, 1850, Doumeing Ass’t Marshal », signé le 14 octobre 1850, APSJB.

56 Interview de Mrs. Webb publié dans Clayton Ronnie W. (dir.), Mother Wit. The Ex-Slave Narratives of the Louisiana Writers’Project, New York, University of Kansas Humanistic Studies, Peter Lang, 1990, p. 209.

57 En Georgie, par exemple, les plantations de coton comptent un ratio d’esclaves semblable pour les premières décennies du xixe siècle. Voir Reidy Joseph P., From Slavery to Agrarian Capitalism in the Cotton Plantation South. Central Georgia, 1800-1880, Chapel Hill, University of North Carolina Press, 1995, p. 257. Les 2200 esclaves du comté de Houston, en 1830, sont ainsi principalement répartis sur des plantations de moins de 20 esclaves, comme c’est le cas dans la paroisse Saint-Jean-Baptiste. Il faut attendre les années 1850 pour que la proportion d’esclaves par habitation devienne beaucoup plus élevée : « Amidst rising cotton prices over the antebellum period, plantations grew like mushrooms, and increasing proportions of slaves lived in quarters. In 1830, for instance, one in three Houston County slaves lived on plantation-sized units of twenty or more slaves, the largest of which contained fifty slaves. Twenty years later, the proportion of slaves on plantations had doubled to two in three ; five plantations contained over 100 slaves each. And in 1860, three of every four slaves in the county lived on plantations ; the largest holding consisted of 343 slaves » (p. 62-63). Dans le Low Country, qui regroupe la Caroline du Sud et la Georgie, la moyenne d’esclaves par habitation est de 21. Voir Weiner Marli Frances, Mistresses and Slaves. Plantation Women in South Carolina, 1830-1880, Champaign, University of Illinois Press, 1997, p. 250.

58 La situation des plantations de la Louisiane contraste fortement avec celle que l’on retrouve dans les Antilles. L’historien Roderick A. McDonald calcule qu’en 1808, la population esclave de la Jamaïque atteint déjà le pic de 354000 individus ; en comparaison, en 1810, la Louisiane ne compte que 34660 esclaves et n’atteindra pas les 300000 avant le début de la guerre de Sécession. Voir MCDonald R. A., The Economy and Material Culture, op. cit., p. 2-3. Dès la première décennie du xixe siècle, la moitié des esclaves jamaïcains travaillent sur des plantations de sucre, et 75 % de tous les esclaves vivent sur des plantations de 50 esclaves et plus : « labor on large sugar plantations was clearly the modal slave occupation on the island » (p. 2-3). La situation qui prévaut dans la paroisse Saint-Jean-Baptiste, et certainement dans les autres paroisses des alentours, est bien loin de cette répartition.

59 Inventaire après décès de Jean Millet, 19 juillet 1845, APSJB.

Table des illustrations

Titre Figure 5. – Église catholique de la paroisse Saint-Jean-Baptiste à Edgard, 1860.
Légende Keller Gerald J., Keller-Watson Lisa et Watson Darroch, Precious Gems from Faded Memories. A Pictorial History of St. John the Baptist Parish, Dexter (MI), Thomson-Shore Publishing, 2008, p. 152. Bâtie en 1822, cette église brûle en 1918 et est reconstruite en briques rouges, telle qu’on la connaît encore aujourd’hui.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/137894/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
Titre Tableau 7. – Population de la paroisse Saint-Jean-Baptiste (1803-1850).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/137894/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 53k
Titre Tableau 8. – Comparaison de la population de la Côte des Allemands et de la paroisse Saint-Jacques au début du xixe siècle.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/137894/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Tableau 11. – Âge et sexe des esclaves de la paroisse Saint-Jean-Baptiste, 1803-1820.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/137894/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Titre Tableau 12. – Âge et sexe des esclaves de la paroisse Saint-Jean-Baptiste, 1835-1845.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/137894/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
Titre Tableau 14. – Esclaves provenant de la Caraïbe dans les inventaires après décès de la paroisse Saint-Jean- Baptiste (1803-1820).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/137894/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 89k

© Presses universitaires de Rennes, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search