Version classiqueVersion mobile

Du baptême à la tombe

 | 
Geneviève Piché

Chapitre I

Le monde des esclaves urbains dans la paroisse de la Nouvelle-Orléans

Texte intégral

  • 1 Tous les noms sont orthographiés tels qu’ils apparaissent dans les documents d’archives.
  • 2 Acte de vente entre Joseph Merault et Charles Picou, 10 février 1804, archives de la paroisse Saint (...)
  • 3 Edward Russell, Journal, 3 et 4 février 1835, p. 43-44, The Historic New Orleans Collection (ci-apr (...)
  • 4 L’historien Walter Johnson, dans l’introduction de son ouvrage Soul by Soul, note que des caisses d (...)
  • 5 Plusieurs historiens ont déjà compilé les archives notariales de la ville. Pour connaître les origi (...)

1Le 10 février 1804, devant le juge de la paroisse Saint-Jean-Baptiste, Joseph Merault1, un marchand de La Nouvelle-Orléans, déclare avoir vendu à Charles Picou, habitant de la paroisse Saint-Jean-Baptiste, un esclave sans nom africain, « natif du Congo », âgé de 16 à 18 ans, amené en Amérique sur la brigantine Sally sous le commandement du capitaine Geraud2. Cet acte de vente est révélateur du contexte qui prévaut en Louisiane au début du xixe siècle. Le contrat souligne d’abord le besoin criant de main-d’œuvre servile dans les industries agricoles louisianaises. De jeunes esclaves Africains, forts et robustes, sont très recherchés par les planteurs de la région. La présence d’un esclave africain rappelle par ailleurs l’importance que prend la traite négrière atlantique en Louisiane, non seulement à La Nouvelle-Orléans – où les marchés d’esclaves sont indispensables pour se trouver des domestiques et des esclaves qualifiés en tous genres –, mais également à l’intérieur même du territoire, à plus de 60 kilomètres en amont de la capitale, pour combler les besoins dans les champs de canne à sucre et de coton. Pour paraphraser le voyageur Edward Russell, aux yeux des planteurs de la Louisiane, rien ne compte davantage que d’acheter des esclaves pour cultiver le coton et de cultiver le coton pour acheter davantage d’esclaves3. Au-delà de ces aspects, l’acte reflète le rôle prépondérant des échanges entre les paroisses. La Nouvelle-Orléans dépend des paroisses avoisinantes pour combler ses besoins en denrées comestibles (maïs, légumes, viandes, grains, lait, etc.), alors que les paroisses dépendent du port de La Nouvelle-Orléans pour recevoir esclaves et marchandises européennes et expédier leurs surplus agricoles4. Les ventes d’esclaves, qui abondent dans les registres des notaires des différentes paroisses, démontrent bien l’ampleur de la circulation des esclaves sur le territoire, du sud vers le nord, et prouvent l’importance que revêt La Nouvelle-Orléans en tant que marché d’esclaves. En tirant partie, d’une part, des recensements, des annuaires, des inventaires après décès, des rapports de police et des journaux de La Nouvelle-Orléans et, d’autre part, des recensements et des inventaires après décès de la paroisse Saint-Jean-Baptiste, le portrait des communautés esclaves de ces deux milieux se dresse aisément5.

Ville et campagne : des paroisses distinctes

  • 6 « Acte supplémentaire à l’acte intitulé “Acte pour que la Cour Supérieure aille en circuit” et pour (...)
  • 7 Trépanier Cécyle, « La Louisiane française au seuil du xxie siècle. La commercialisation de la cult (...)

2Lors de sa réorganisation administrative de 1807, la Louisiane, ou Territoire d’Orléans, est divisée en dix-neuf paroisses par la première Assemblée législative6. Le terme « paroisse » désigne ici non seulement des circonscriptions ecclésiastiques, où exerce un curé nommé par l’évêque, mais également des circonscriptions civiles, issues d’une division administrative, qui correspondent à ce qu’on appelle des « comtés » ailleurs aux États-Unis7. Ce mode de fonctionnement, vestige de l’ancienne administration française, prouve la forte influence qu’avait l’Église catholique sur ce territoire lors de la passation de pouvoir.

Figure 1. – Carte des paroisses de la Louisiane américaine en 1835.

Figure 1. – Carte des paroisses de la Louisiane américaine en 1835.

Bradford Thomas Gamaliel, « Map of Louisiana and part of Arkansas », dans A Comprehensive Atlas Geographical, Historical, and Commercial, Boston, William D. Ticknor, 1835, p. 45.

  • 8 Johnson Jerah, « Colonial New Orleans : A Fragment of the Eighteenth-Century French Ethos », dans A (...)
  • 9 HangerKimberly S., Bounded Lives, Bounded Places : Free Black Society in Colonial New Orleans, 1769 (...)
  • 10 Nolan Charles E., A History of the Archdiocese of New Orleans, Strasbourg, Éditions du Signe, 2000, (...)

3La carte de Thomas G. Bradford, datée de 1835 (fig. 1), représente bien les différentes paroisses de la Louisiane. Parmi elles, deux paroisses se détachent du lot pour offrir un cadre de comparaison. Il y a d’abord celle qui est constituée par la ville de La Nouvelle-Orléans et ses arrondissements. Fondée en 1718, La Nouvelle-Orléans devient le chef-lieu de la paroisse Saint-Louis, dès sa création en 1720, et capitale de la colonie en 17228. Il faut toutefois attendre les années 1780, alors que la colonie est sous domination espagnole, pour que la pression démographique se fasse sentir et que le développement économique s’accélère. La population de la ville de La Nouvelle-Orléans passe alors de 3202 habitants (1736 Blancs, 315 Noirs libres et 1151 esclaves) en 1777 à 5037 (2386 Blancs, 862 Noirs libres et 1789 esclaves) en 17919. Fondée en 1727, l’église Saint-Louis, qui devient cathédrale en 1793, est au cœur de la communauté catholique de La Nouvelle-Orléans depuis les premiers moments de la colonie française et représente un lieu commun entre Blancs, Noirs libres et esclaves10.

  • 11 Les chiffres pour l’année 1803 viennent du récit de voyage de Robin Charles-César, Voyages dans l’i (...)

Tableau 1. – Population en Louisiane, 1803-185011.

Tableau 1. – Population en Louisiane, 1803-185011.

Évolution de la population néo-orléanaise

  • 12 Bourdelais M., op. cit., p. 266.

4Confinés dans les limites de la ville de La Nouvelle-Orléans, les esclaves profitent toutefois d’un cadre géographique mouvant, dont les frontières se déplacent au gré du développement et de l’expansion de la ville et de ses habitants. Au début du xixe siècle, l’expansion démographique de la ville de La Nouvelle-Orléans est telle qu’il faut bientôt songer à sortir des limites du quartier français, aussi appelé le Vieux Carré, et à développer des faubourgs. Si le faubourg Sainte-Marie, situé en amont de La Nouvelle-Orléans, est créé en 1788, on assiste à la création en 1805 du faubourg Marigny, en aval de la ville, un quartier « majoritairement “franco-créole”12 ».

Figure 2. – Vue de la cathédrale Saint-Louis en 1838.

Figure 2. – Vue de la cathédrale Saint-Louis en 1838.

Gibson John, Gibson’s Guide and Directory of the State of Louisiana, and the Cities of New Orleans & Lafayette…, La Nouvelle-Orléans, John Gibson, 1838, p. 305. La cathédrale Saint-Louis est construite en 1794, mais fait l’objet d’ajouts en 1814 et 1824, pour finalement être rénovée en 1849, prenant l’apparence qu’on lui connaît aujourd’hui.

  • 13 Voir Powell L. N., op. cit., p. 349-351; Campanella Richard, Time and Place in New Orleans. Past Ge (...)

5En 1810, le faubourg Tremé est établi, au nord du Quartier français, habité principalement par des esclaves spécialisés, dont les propriétaires louent les services aux habitants de la ville et qui ont la permission d’avoir leur propre logement, et des Noirs libres13.

  • 14 Fussell Elizabeth, « Constructing New Orleans, Constructing Race : a Population History of New Orle (...)
  • 15 Lachance Paul, « The Formation of a Three-Caste Society: Evidence from Wills in Antebellum New Orle (...)
  • 16 Fussell E., op. cit., p. 848.
  • 17 Carte de la ville et des faubourgs de La Nouvelle-Orléans par Jacques Tanesse, arpenteur municipal, (...)
  • 18 Gibson J., op. cit., p. 294-297.

6Avec l’arrivée massive de nouveaux immigrants, tant francophones qu’anglophones, La Nouvelle-Orléans se hisse au neuvième rang des plus grandes villes des États-Unis en 180314. Le tableau 2 rend bien compte de l’évolution démographique de la ville selon les trois catégories raciales des habitants (Blancs, libres de couleur et esclaves)15. En 1810, le recensement indique que la population néo-orléanaise est composée approximativement d’un tiers de Blancs, d’un tiers de personnes de couleur libres et d’un tiers d’esclaves16. Les cartes de Tanesse et de Möllhausen, apparaissant aux pages suivantes, illustrent bien le développement géographique de la ville en l’espace de trente ans, de 1815 à 184517. À partir de 1836, les trois quartiers de 1815 (Sainte-Marie, Quartier français, Marigny) se subdivisent pour laisser place à trois municipalités distinctes, elles-mêmes morcelées en plusieurs quartiers (wards)18.

Tableau 2. – Population de la ville de La Nouvelle-Orléans (1803-1850).

Tableau 2. – Population de la ville de La Nouvelle-Orléans (1803-1850).

a. L’historienne Virginia M. Gould démontre cependant les limites du recensement de 1850 pour l’analyse des familles esclaves : « Unfortunately, since the census taker’s job was simply to record the slaves in each household family information was secondary and it appears that it was not entirely consistent. » Gould Virginia M., « “The House that Was Never a Home” : Slave Family and Household Organization in New Orleans, 1820-1850 », Slavery and Abolition, vol. 18, no 2, août 1997, p. 101.

Figure 3. – La ville et les faubourgs de La Nouvelle-Orléans par Jacques Tanesse, arpenteur municipal, 1815. Bibliothèque du Congrès.

Figure 3. – La ville et les faubourgs de La Nouvelle-Orléans par Jacques Tanesse, arpenteur municipal, 1815. Bibliothèque du Congrès.
  • 19 Ingersoll T. N., Mammon and Manon, op. cit., p. 283-284.
  • 20 Louisiana Federal Census Records, 1810.
  • 21 Louisiana Federal Census Records, 1830 et 1840.
  • 22 Hanger K. S., op. cit., p. 168-169. À la fin du xviiie siècle, plusieurs milliers de réfugiés de l’ (...)
  • 23 Dessens N., op. cit., p. 1 et 100.
  • 24 Ibid., p. 160.

7 Alors que les cultures du coton et du sucre connaissent un essor spectaculaire durant les premières années du xixe siècle, pour atteindre un pic dans les années 1830, l’afflux d’immigrants blancs influence considérablement les proportions Blancs/Noirs à La Nouvelle-Orléans19. En 1810, la population de couleur, libre et esclave, représente 63 % de la population totale de la ville20. En 1830, elle représente toujours une majorité, soit 57 %, avant de connaître un déclin en 1840, alors qu’elle ne compose plus que 42 % de la population21. Pour l’historienne Kimberly S. Hanger, durant les trois premières décennies du xixe siècle, la Louisiane est l’État du sud américain qui compte la plus haute proportion de Noirs libres par rapport à sa population esclave, notamment à cause des nombreux cas d’affranchissements, favorisés sous le régime espagnol, et de l’arrivée des réfugiés de Saint-Domingue, en particulier de la vague cubaine22. Les nombreux réfugiés de Saint-Domingue font ainsi doubler la communauté catholique et francophone de la ville23 et contribuent à renforcer le catholicisme à un moment crucial de son histoire, alors qu’une vague de migrants anglo-protestants submerge la ville de La Nouvelle-Orléans et menace la religion catholique, jusqu’alors majoritaire24. Par ailleurs, l’arrivée de centaines de réfugiés de couleur va permettre une meilleure intégration de la population noire, surtout libre, dans les rangs de la communauté catholique.

8Cette distinction a probablement un impact majeur dans la vie quotidienne des esclaves néo-orléanais, puisque leur communauté partage bien des traits culturels avec la communauté noire libre. Il est possible de croire qu’ils peuvent parfois compter sur un appui, voire une protection, dans leurs revendications culturelles et religieuses, comme le démontre la fondation de l’église Saint-Augustine et des sœurs de la Sainte-Famille. Cette dimension sera d’ailleurs examinée dans le dernier chapitre de l’ouvrage.

Figure 4. – La Nouvelle-Orléans et de ses environs, par Henry Möllhausen, ingénieur civil, 1845. Bibliothèque du Congrès.

Figure 4. – La Nouvelle-Orléans et de ses environs, par Henry Möllhausen, ingénieur civil, 1845. Bibliothèque du Congrès.
  • 25 Bourdelais M., op. cit., p. 111-112.
  • 26 Ibid., p. 112.
  • 27 Powell L. N., op. cit., p. 320.
  • 28 Latrobe Benjamin Henry Boneval, The Journal of Latrobe. Being the Notes and Sketches of an Architec (...)

9 En plus de l’exode des habitants de Saint-Domingue, La Nouvelle-Orléans accueille des vagues régulières de réfugiés politiques français, qui revigorent la langue française, et l’héritage catholique, en Louisiane : « Chaque changement de gouvernement en France provoque l’arrivée d’un nouveau lot d’immigrants dans l’ancienne colonie française. […] La Nouvelle-Orléans devient par conséquent une véritable terre d’asile pour les Français [… ]25. » Si plusieurs historiens avancent que la population anglo-américaine devient majoritaire à partir de la fin des années 1830, Marjorie Bourdelais constate plutôt que, grâce à une immigration française constante tout au long des premières décennies du xixe siècle, la population francophone surpasse en nombre la population anglophone jusqu’au déclenchement de la guerre de Sécession26. Pour l’historien Lawrence Powell, l’immigration française est fort importante à La Nouvelle-Orléans tout au long de la période antebellum, bien qu’elle soit souvent sous-représentée dans l’historiographie, au profit d’autres groupes : « During the antebellum period, the city became a top destination for French immigrants to the United States (a fact that gets obscured by the heavier influx of Irish and Germans during the same time period)27. » Il est vrai que la population anglo-américaine connaît une augmentation croissante dans les premières décennies du xixe siècle, à un point tel que le voyageur anglo-saxon Benjamin Latrobe prévoit, en 1819, une américanisation totale de la ville de La Nouvelle-Orléans : « Americans are pouring in daily, not in families, but in large bodies. In a few years, therefore, this will be an American town28. »

  • 29 Bourdelais M. op. cit., p. 113. L’auteure en vient à ses chiffres en se basant sur l’estimation du (...)
  • 30 Campanella R., Time and Place in New Orleans, op. cit., p. 116.

10La vision de Latrobe s’avère toutefois exagérée. Bourdelais calcule qu’ils représentent seulement 7 % de la population totale de La Nouvelle-Orléans en 1810, 35 % en 1840 et 41 % en 186029. Pour l’historien Richard Campanella, trois tournants caractérisent cette immigration américaine : la première vague a lieu suite à l’achat de la Louisiane en 1803, et se poursuit durant les années 1810 et 1820, la seconde survient après le krach économique de 1837 et la dernière se manifeste à partir de 184530. Malgré les diverses migrations anglophones, la Louisiane connaît donc une prédominance française tout au long des premières décennies du xixe siècle. Cela permet aux esclaves créoles, nés en Louisiane, de continuer à s’exprimer dans la langue française, apprise de leur maître. Ils devront toutefois constamment revendiquer leur affiliation linguistique et religieuse devant la présence grandissante d’esclaves africains, caribéens et américains, qui parlent l’anglais, l’espagnol, ou toute autre langue africaine. Il y aura donc nécessairement des contacts et des négociations entre les esclaves catholiques, protestants, animistes et musulmans, qui se côtoient de manière régulière au sein des mêmes quartiers.

11La société néo-orléanaise du début du xixe siècle s’avère ainsi être en constante évolution, accueillant en son sein une population bigarrée qui apporte ses propres coutumes, mœurs et religions. L’une des premières remarques du naturaliste anglais William Bullock, qui entreprend un voyage à La Nouvelle-Orléans en 1827, porte d’ailleurs sur la diversité ethnique et linguistique qui règne dans la ville :

  • 31 Bullock William, Sketch of a Journey through the Western States of North America, from New Orleans, (...)

« This city exhibits the greatest variety of costume, and foreigners; French, Spanish, Portuguese, Irish in shoals; in short, samples of the common people of all the European nations, Creoles, all the intermixtures of Negro and Indian blood, the moody and ruminating Indians, the inhabitants of the Spanish provinces […] and more languages are spoken here than in any other town in America. […] The negroes, mulattoes, French, Spanish, Germans, are all crying their several articles in their several tongues31. »

  • 32 La première grande vague d’immigration à La Nouvelle-Orléans a lieu à partir des années 1820. Elle (...)
  • 33 Clapp Theodore, Autobiographical Sketches and Recollections, during a Thirty-Five Years’ Residence (...)

12En plus des Américains, des Espagnols, des Africains et des Afro-Américains, on y retrouve des Français, des Allemands et des Irlandais32, formant l’une des sociétés les plus multiculturelles de l’époque. Comme le souligne le prédicateur protestant Theodore Clapp en 1822, il existe de nombreuses cultures à La Nouvelle-Orléans, mais toutes apprennent à vivre ensemble sous l’œil bienveillant de l’Église catholique, ce qui confère d’ailleurs à la ville un caractère distinct et unique33. Les esclaves africains et afro-américains, qui puisent leurs origines à travers tout le monde atlantique, contribuent d’ailleurs à ce multiculturalisme et l’enrichissent de leurs propres cultures. Mais à quoi ressemble donc cette communauté esclave urbaine qui apparaît, au premier regard, si hétérogène ?

Portrait des esclaves urbains

  • 34 Blassingame J. W., The Slave Community, op. cit., p. 2.
  • 35 Ingersoll T. N., Mammon and Manon, op. cit., p. 315. Voir également p. 317 : « The town’s urban con (...)

13La Nouvelle-Orléans est un espace parfait pour l’observation des communautés esclaves. La ville leur offre divers lieux de sociabilité – comme les marchés, la place publique, le port, les auberges et le parvis de la cathédrale Saint-Louis – qui leur permettent d’entretenir des relations de voisinage et leur offrent la possibilité d’exercer certains métiers. La ville permet également aux esclaves de jouir d’un certain anonymat, fort apprécié, qui leur permet de circuler, non sans limites, de marchander et de se divertir34. Par ailleurs, les communautés de personnes de couleur libres y sont importantes et influentes ; elles représentent 18,5 % de la population totale en 1805, et encore 22,9 % en 1840. Selon Thomas N. Ingersoll, le caractère urbain de la société néo-orléanaise, pourtant esclavagiste, est ce qui confère une spécificité toute particulière à la ville : « The slave society of early national New Orleans was unique because, unlike the rest of the slave South, which remained mostly rural, this singular parish became a populous residential and commercial urban space by 1819, its major plantation neighborhoods beginning to give way to suburban development35. »

14En 1805, selon l’annuaire produit par Matthew Flannery, que l’on retrouve au tableau 3, la ville de La Nouvelle-Orléans compte 1387 chefs de famille, dont 779 (56 %) possèdent des esclaves. L’immense majorité, 711 d’entre eux (91,3 %), comptent 9 esclaves et moins dans leur ménage. 60 (7,7 %) possèdent entre 10 et 19 esclaves. Et seuls 8 habitants (1 %) possèdent plus de 20 esclaves.

15Selon Flannery, la majorité des esclaves se retrouvent ainsi en plein cœur du Quartier français – surtout dans les rues Royale, Bourbon, Saint-Louis et Toulouse –, qui cumule, à lui seul, 2416 esclaves (77,8 % du total), dans le faubourg Sainte-Marie (421 esclaves, 13,6 %), et sur la Levée (222 esclaves, 7,2 %). La grande majorité des propriétaires d’esclaves – qui se révèlent surtout être de petits propriétaires avec moins de 10 esclaves par habitation –, se retrouvent donc au centre du Quartier français, quartier catholique par excellence, comme le prouvent les registres paroissiaux. Ces propriétaires et ces esclaves catholiques, qui résident dans le Quartier et qui apparaissent à plusieurs reprises au fil des pages des registres catholiques, se côtoient et se voisinent donc quotidiennement, dans les rues comme à l’église.

  • 36 Ibid., p. 66 et 102.
  • 37 Whitney Thomas H., Whitney’s New Orleans Directory, and Louisiana & Mississippi Almanac for the yea (...)
  • 38 Actes de baptêmes des esclaves et des personnes de couleur libres de la cathédrale Saint-Louis (ci- (...)
  • 39 Le terme quarteron (ne) (cuarterón en espagnol) désigne toute progéniture issue d’une relation entr (...)
  • 40 Actes funéraires des esclaves et des personnes de couleur libres de la cathédrale Saint-Louis (ci-a (...)
  • 41 Inventaire après décès de Jean Mercier, 16 juin 1832, archives notariales de La Nouvelle-Orléans (c (...)

16En 1805, c’est Antoine Remé, habitant sur la rue du Magasin Sud dans le faubourg Sainte-Marie, qui détient le plus grand nombre d’esclaves : 41 esclaves, dont 32 hommes et 9 femmes. Son voisin, Jacob Winfreé, qui habite sur la même rue, et Jean Mercier, de la rue Levée Sud, en possèdent quant à eux 29 (dont 16 hommes et 13 femmes pour le premier, et 14 hommes et 15 femmes pour le second)36. Ces personnages sont les trois plus importants propriétaires d’esclaves de la ville en ce début de siècle, mais ils ne semblent pas porter une grande attention aux pratiques religieuses de leurs esclaves, puisqu’ils ne se retrouvent presque pas dans les registres paroissiaux. Seul Jean Mercier, cabaretier du faubourg La Course37, apparaît dans les registres de la cathédrale Saint-Louis, pour un baptême et un enterrement d’esclaves. Le 10 mai 1825, le père Borgna baptise Henriette Estelle, jeune esclave de 4 mois, fille d’Adeline, mulâtresse appartenant à Monsieur Jean Mercier38. Et le 22 mars 1830, le père Permoli célèbre l’enterrement d’Adeline, quarteronne39 créole âgée d’environ 25 ans, fille de la mulâtresse Pognon, appartenant toutes deux à Monsieur Jean Mercier40. Tout porte à croire qu’il s’agit de la même Adeline. Dans l’inventaire après décès dudit Mercier, daté de 1832, dix-sept esclaves sont listés, dont Pognon, « mulatresse âgée d’environ cinquante ans », probablement la mère d’Adeline et la grand-mère d’Henriette Estelle41. Aucune trace cependant de cette dernière, qui n’a peut-être pas survécu jusqu’à cette date. Pourquoi le sieur Mercier tient-il absolument à ce qu’Adeline ait un enterrement religieux, et que sa fille soit baptisée ? Cela signifie peut-être qu’Henriette Estelle est le fruit d’une relation entre sa mère et son propriétaire. Et que son père, en l’occurrence son maître, a assez d’affection envers elles pour leur assurer une instruction religieuse. Les autres esclaves de Mercier ne semblent pas avoir eu accès au baptême et à la sépulture religieuse, du moins pour les années étudiées. Il apparaît que c’est souvent le cas des grands propriétaires urbains. Peut-être la majorité de leurs esclaves sont-ils confinés dans des plantations situées à la périphérie de la ville, et ne peuvent faire la route jusqu’à l’église, ou bien que les occupations de ces esclaves – au marché, au port ou à la maison – ne leur laissent pas le temps d’assister aux offices religieux. Les maîtres trouvent sans doute inutile de baptiser un jeune esclave qui ne passera peut-être pas l’année, ou de payer une sépulture à un esclave, somme toute anonyme, qui sera d’ailleurs vite remplacé par de nouveaux bras.

Tableau 3. – Population de la ville de La Nouvelle-Orléans, par rue et par désignation raciale, en 1805. Flannery M., op. cit., p. 106-107.

Tableau 3. – Population de la ville de La Nouvelle-Orléans, par rue et par désignation raciale, en 1805. Flannery M., op. cit., p. 106-107.
  • 42 Clark E. et Gould V. M., op. cit., p. 431.
  • 43 WhitneyT. H., op. cit., p. 40
  • 44 Inventaire après décès d’Eugène Macarty, 13 novembre 1845, ANNO.
  • 45 WhitneyT. H., op. cit., p. 32.
  • 46 Inventaire après décès de la veuve Paul Lanusse, 26 mai 1826, ANNO.

17La majorité des habitants de la ville sont donc de petits propriétaires d’esclaves ; la moyenne est de quatre esclaves par propriétaire. Ce sont d’ailleurs eux qui apparaissent le plus fréquemment dans les registres paroissiaux de la cathédrale Saint-Louis, qui autorisent le baptême et le mariage de leurs esclaves et qui financent leurs sépultures, comme l’analysera le chapitre v. Cela pousse à croire que la proximité entre Blancs et Noirs, entre propriétaires et esclaves, est beaucoup plus étroite et fréquente en milieu urbain qu’en milieu rural, comme l’avaient déjà noté les historiennes Emily Clark et Virginia M. Gould42. Notons à cet égard Eugène Macarty, marchand de bois habitant dans le faubourg Marigny43, qui possède dix esclaves dans son inventaire après décès44. Il fait baptiser sept de ses esclaves en 1805, mais aucun enterrement n’est consigné. Cette réticence aux enterrements est peut-être purement de nature financière. À l’inverse, certains propriétaires, comme Paul Lanusse, négociant résidant sur la rue Toulouse45, mettent tout en œuvre pour faire baptiser et enterrer leurs esclaves. Cinq baptêmes d’esclaves lui appartenant en 1805 et 1810, et trois enterrements en 1810, sont célébrés. Il s’agit d’une proportion importante, considérant que l’inventaire après décès de sa veuve ne dénombre que cinq esclaves de maison46. Il semble donc que chaque esclave lui appartenant puisse compter sur un accès au baptême et à la sépulture. Certains propriétaires, à l’image de Paul Lanusse, reviennent ainsi régulièrement dans les pages des registres de baptêmes et de sépultures. Les esclaves catholiques de ces citoyens feront l’objet d’une analyse plus approfondie dans le dernier chapitre de cet ouvrage. Il faut cependant déjà noter que certains facteurs, propres au milieu urbain, contribuent probablement à faire de La Nouvelle-Orléans un environnement propice au développement d’un afro-catholicisme influent. En dépit des questions de race, la discipline issue du système esclavagiste y est peut-être moins forte. La proximité de l’église favorise peut-être également la pratique religieuse, chez les maîtres comme chez les esclaves.

  • 47 Gould V. M., « « If I Can’t Have My Rights »», op. cit., p. 184-185.
  • 48 Ibid., p. 186.
  • 49 Gould V. M., « The house that was never a home », op. cit., p. 95-96.

18En se basant sur le rapport de l’évaluateur d’impôt de La Nouvelle-Orléans, établi pour l’année 1837, Virginia M. Gould démontre que les propriétaires d’esclaves urbains possèdent beaucoup moins d’esclaves que les planteurs de la campagne47. À cette date, la première municipalité de la ville – qui regroupe principalement le Quartier français – compte 279 propriétaires d’esclaves, qui possèdent ensemble 785 esclaves. La majorité des propriétaires, soit 175 d’entre eux (62,7 %), ne possèdent que 1 ou 2 esclaves. 85 (30,5 %) en ont de 3 à 5. La moyenne est ainsi de 2,8 esclaves par propriétaire. Par ailleurs, si Gould compte 245 Blancs propriétaires d’esclaves, qui possèdent 715 esclaves avec une moyenne de 2,92 esclaves par propriétaire, elle relève également 32 personnes de couleur libres propriétaires d’esclaves, dont 26 sont des femmes, qui possèdent quant à eux 59 esclaves, avec une moyenne de 1,84 esclave par propriétaire48. Le modèle que l’on retrouve dans cette municipalité peut sensiblement être appliqué aux autres quartiers de la ville. Si l’on retrouve davantage d’esclaves à La Nouvelle-Orléans dans les années 1830, il semble également qu’il y ait la même croissance chez les propriétaires d’esclaves. La moyenne d’esclaves par habitant tend ainsi à diminuer au fur et à mesure que l’on avance dans le siècle. Pour Gould, puisque la majorité des propriétaires urbains n’emploient les esclaves que pour leurs travaux domestiques, ils limitent considérablement la taille de leur « atelier » ; en 1820 et en 1850, seulement 3,2 % et 1,9 % des esclavagistes ont plus de 10 esclaves, la grande majorité d’entre eux n’en possédant que 1 ou 2 (51,2 % et 61,5 %)49. De nombreux petits propriétaires se retrouvent d’ailleurs dans les registres paroissiaux, notamment de baptême. Si certains reviennent à quelques reprises, il est cependant difficile d’affirmer qu’il y a récurrence fréquente des mêmes propriétaires. Par ailleurs, pour les esclaves domestiques, qui sont souvent confinés aux appartements de leur maître, l’isolement est peut-être un facteur qui peut nuire à l’accès aux services religieux et au sentiment d’appartenance à une communauté. Les femmes, surtout, doivent probablement lutter davantage pour pouvoir sortir de la maison, assister aux offices religieux et rencontrer d’autres membres de la communauté catholique.

  • 50 Comme les données concernant les esclaves féminins et masculins sont impossibles à chiffrer avec pr (...)
  • 51 Gould V. M., « « If I Can’t Have My Rights »», op. cit., p. 189.
  • 52 Reinders Robert C., End of an Era. New Orleans, 1850-1860, La Nouvelle-Orléans, Pelican, 1999, p. 2 (...)
  • 53 Les chiffres sont tirés d’Ardoin Robert Bruce L. (dir.), Louisiana Census Records. Volume III : Asc (...)
  • 54 Gould V. M., « The house that was never a home », op. cit., p. 92.
  • 55 Ibid., p. 93.

19En 1805, la communauté esclave de la ville, qui se chiffre à 3105 individus, est composée de 1343 hommes (43,3 %) – dont 821 (61,1 %) sont âgés de 16 ans et plus et 522 (38,9 %) âgés de 16 ans et moins – et de 1762 femmes (56,7 %), dont 1224 (69,5 %) sont âgées de 16 ans et plus et 538 (30,5 %) âgées de 16 ans et moins. En 1820, selon les chiffres de Robert Ardoin, on en retrouve déjà près du triple (soit 8958), dont 3846 hommes (42,9 %) et 5112 femmes (57,1 %). Ce sera encore le cas en 1840, alors que le recensement fédéral comptabilise 8438 hommes (43,9 %) et 10788 femmes (56,1 %), pour un total de 19226 esclaves50. La majorité féminine au sein de la population esclave urbaine néo-orléanaise concorde avec les statistiques de Virginia M. Gould51 pour la fin du xviiie siècle et de Robert C. Reinders pour les années 1850 : « As in the free Negro population, [slave] women outnumbered men at a ratio of approximately eight to five52. » En 1820, les proportions relatives aux âges, que l’on retrouve au tableau 4, sont très semblables à celles de 180553. Notons toutefois la forte concentration d’hommes âgés de 26 à 44 ans (29,2 % des hommes) et de femmes âgées de 14 ans et moins (49,4 % des femmes). Par ailleurs, si l’on enlève les femmes et les enfants, il ne reste que très peu d’hommes adultes, soit 23,4 % du nombre total des esclaves. Gould en vient ainsi à calculer les ratios sexuels de La Nouvelle-Orléans : en 1805, elle compte 76 hommes pour 100 femmes, en 1820, 58 hommes pour 100 femmes, et en 1850, 67 hommes pour 100 femmes54. La prépondérance des femmes à La Nouvelle-Orléans s’explique notamment par le fait que les hommes esclaves, surtout ceux sans métiers ou qualifications, sont vendus rapidement aux planteurs ruraux, pour être aussitôt remplacés par des dizaines de centaines de nouveaux arrivants ; seuls les hommes qualifiés, qui sont beaucoup moins nombreux, demeurent en ville55.

Tableau 4. – Âge et sexe des esclaves de la ville de La Nouvelle-Orléans en 1820.

Tableau 4. – Âge et sexe des esclaves de la ville de La Nouvelle-Orléans en 1820.

20 La Nouvelle-Orléans des deux premières décennies du xixe siècle comporte donc une forte majorité de femmes esclaves, très utiles pour remplir les rôles de domestiques et de ménagères. Non seulement les femmes esclaves sont-elles plus nombreuses que leurs congénères masculins, mais elles occupent aussi davantage les emplois liés à la domesticité. Ainsi, dans ce monde urbain majoritairement féminin, l’écart entre les sexes et les différentes catégories d’emplois peuvent influencer les pratiques religieuses des esclaves ; ils ont du moins un impact sur l’accès à l’église et aux offices religieux, sur le temps consacré aux loisirs et sur le sentiment d’appartenance à une communauté distincte.

Une population servile hétérogène

  • 56 Notons à cet égard l’ouvrage de Hall G. M., op. cit.
  • 57 Powell L. N., op. cit., p. 256-263.
  • 58 Ibid., p. 260-261. Selon Ingersoll T. N., Mammon and Manon, op. cit., p. 133 : « The local black po (...)
  • 59 Ingersoll T. N., Mammon and Manon, op. cit., p. 149.

21Afin de suivre le boom économique qui se produit au début du xixe siècle, une demande croissante en main-d’œuvre servile se fait sentir en Louisiane. La Nouvelle-Orléans s’illustre rapidement comme un marché d’esclaves fort réputé. Des milliers d’hommes et de femmes y sont amenés de force tout au long de la période antebellum, provenant d’Afrique, du monde caribéen et des autres États américains. La première décennie du xixe siècle est donc marquée par une forte augmentation du nombre d’esclaves sur le territoire. Certes, établir l’origine ethnique des esclaves de La Nouvelle-Orléans pendant la période coloniale française et espagnole a déjà été fait, et bien fait, par plusieurs historiens56. Après 1803, alors que souffle un vent de changements et que le besoin en esclaves s’amplifie, l’image devient plus floue. Les esclaves importés entre 1771 et 1796 et ceux issus des derniers soubresauts de la traite négrière atlantique de 1800 à 1808 se caractérisent par leur grande diversité ethnique57. Ces nouveaux esclaves, originaires de diverses régions africaines, viennent ainsi contrebalancer le poids de la population esclave créole, constituée sous le régime français, au sein de la population de La Nouvelle-Orléans58. En 1796, apeurées par les événements de Saint-Domingue et par les révoltes d’esclaves en Louisiane (notamment celle de la Pointe Coupée en 1795), les autorités suspendent la traite négrière atlantique. Si l’interdiction ne pose pas de problèmes immédiats aux planteurs et marchands – La Nouvelle-Orléans ayant reçu, au cours des dernières décennies, une grande quantité d’esclaves à écouler –, les planteurs commencent à se plaindre et à réclamer davantage d’esclaves dès 1800, et particulièrement dans les années 1810, alors que la culture du sucre est en plein essor59.

  • 60 Le terme « bozal », d’origine espagnole, est communément utilisé pour désigner un individu noir né (...)
  • 61 L’expression « nègre brut » renvoie aux esclaves nouvellement importés d’Afrique ; ils le demeurent (...)
  • 62 Selon Ingersoll, de 1787 à 1795 et de 1800 à 1803, 66 voyages ont été effectués entre l’Afrique et (...)
  • 63 Le Glaunec J.-P., « Slave Migrations and Slave Control », op. cit., p. 214. Pour Thomas N. Ingersol (...)
  • 64 Ingersoll Thomas N., « The Slave Trade and the Ethnic Diversity of Louisiana’s Slave Community », L (...)
  • 65 Le Glaunec J.-P., « Slave Migrations and Slave Control », op. cit., p. 214.
  • 66 Aux États-Unis, un esclave créole désigne tout esclave né au pays, par opposition aux esclaves brut (...)
  • 67 Le Glaunec J.-P., « Slave Migrations and Slave Control », op. cit., p. 214.

22 En 1800, sous la pression des planteurs, la Louisiane ouvre finalement ses portes aux esclaves importés directement d’Afrique, surnommés « bozals60 » ou « bruts61 », mais refuse toutefois les esclaves de la Caraïbe, corrompus par les idées révolutionnaires et jugés dangereux62 ; seuls ceux qui accompagnent leurs maîtres dans leur exil de Saint-Domingue pourront pénétrer en Louisiane. En fait, l’importation d’esclaves explose littéralement entre 1804 et 1812, période pendant laquelle environ 12000 esclaves africains, caribéens et américains sont introduits en Louisiane, sans compter les esclaves des réfugiés de Saint-Domingue et de Cuba63. Pour Ingersoll, l’importation de milliers d’esclaves africains, l’arrivée de plus de 4000 esclaves réfugiés de la Caraïbe et l’apport des nouveaux esclaves américains font qu’il y a autant de nouveaux esclaves qui arrivent à La Nouvelle-Orléans entre 1803 et 1810 qu’il y en a eu durant toute la période précédant 180364. Durant la première décennie du xixe siècle, environ la moitié ou les deux tiers des nouveaux esclaves sont d’origine africaine et apportent avec eux leurs langues et leur bagage culturel, probablement inconnus d’un nombre important d’esclaves louisianais65. Ces derniers, vraisemblablement créoles, parlent le français, l’espagnol ou le créole, alors que les nouveaux esclaves africains ne parlent aucune des langues européennes pratiquées en Louisiane66. Le reste des esclaves, introduits après 1803, provient essentiellement de la côte atlantique américaine ou de la Caraïbe britannique et paraissent être, comme leurs maîtres, anglophones67.

  • 68 Ingersoll T. N., Mammon and Manon, op. cit., p. 325. Notons toutefois que plusieurs critiques s’élè (...)
  • 69 Le Glaunec J.-P., « Un Nègre nommè [sic] Lubin », op. cit., p. 111.
  • 70 Ibid., p. 107.
  • 71 Ibid., p. 117.
  • 72 Rothman A., op. cit., p. 89.
  • 73 Powell L. N., op. cit., p. 261. Les nouveaux esclaves étaient probablement tous africains sous la p (...)

23En ce qui concerne la première décennie du xixe siècle, les historiens, dont Thomas N. Ingersoll, parlent généralement d’une « ré-africanisation » des communautés esclaves de la Louisiane68. Jean-Pierre Le Glaunec nuance toutefois le modèle proposé. Selon lui, les esclaves africains ne se sont jamais répandus massivement en Basse-Louisiane, comme ils l’ont fait à Saint-Domingue, en Jamaïque, à Cuba ou en Caroline du Sud69. D’une part, la traite négrière en Louisiane, limitée et erratique, n’aurait pas été suffisante pour créer les conditions propices à un mouvement d’africanisation des communautés esclaves. Si les inventaires des plantations de la paroisse Saint-Charles entre 1780 et 1818, analysés par Le Glaunec, dénotent une forte présence d’esclaves africains, ces derniers demeurent toutefois répartis en petits lots sur de modestes plantations, entourés par une majorité d’esclaves créoles ou américains70. D’autre part, le besoin en nouveaux esclaves est plutôt modéré en regard des principales cultures exploitées dans cette paroisse à la fin du xviiie siècle, soit le riz, l’indigo et le tabac. Ces facteurs réduisent donc les possibilités des esclaves de maintenir des pratiques culturelles africaines : « There may have been a strong, absolute numerical presence of Africans — one signaled by a plethora of “nations” — but this presence, when contextualized, tends to legitimize a more careful approach to how slave cultures and communities would have been shaped71. » La Louisiane demeure donc, au début du xixe siècle, une destination marginale dans le commerce d’esclaves transatlantique72. Ce n’est qu’à partir des années 1810, alors que la Louisiane s’ouvre au commerce régional américain et que les industries de sucre et de coton s’accroissent rapidement, que la population esclave et ses origines se trouvent multipliées. S’il est difficile de chiffrer avec précision le nombre d’esclaves, toute origine confondue, importés à La Nouvelle-Orléans entre 1763 et 1808, les spécialistes l’estiment toutefois entre 15000 et 2000073.

  • 74 Johnson W., Soul by Soul, op. cit., p. 48.
  • 75 Frey S. R., op. cit., p. 221.
  • 76 Rothman A., op. cit., p. 199.
  • 77 Hirsch A. R. et Logsdon J., op. cit., p. 118.

24 Lorsque la traite transatlantique prend fin, en 1808, le commerce interrégional contribue à renforcer la diversité de la communauté esclave. En effet, la traite domestique entraîne une relocalisation de milliers d’esclaves créoles de l’Upper South vers le Lower South et vers les nouveaux territoires qu’il faut peupler et exploiter74. Selon Sylvia R. Frey, entre 1780 et 1810, environ 15000 esclaves sont transportés de la région de la Chesapeake (Virginie, Maryland, Caroline du Nord) vers la Georgie, la Caroline du Sud et la vallée du Mississippi. Entre 1810 et 1820, une fois la traite négrière atlantique interdite, c’est environ 137000 esclaves de la Chesapeake qui sont expédiés dans les territoires et États à l’ouest du Mississippi75. L’historien Adam Rothman calcule qu’entre les années 1819 et 1821, près de 90 % des esclaves transportés à La Nouvelle-Orléans par voie maritime proviennent de la région de la Chesapeake, où les planteurs peuvent maintenant compter sur la fécondité de la population servile pour assurer leur main-d’œuvre76. Pour les historiens Arnold R. Hirsch et Joseph Logsdon, toutefois, l’importation d’esclaves américains ne commence véritablement à prendre de l’ampleur qu’à la fin des années 182077. Lors de son voyage en 1823, le marchand anglican Adam Hodgson, qui arrive de Liverpool, comprend très tôt l’ampleur que revêt ce commerce en Louisiane :

  • 78 Hodgson Adam, Remarks during a Journey through North America in the Years 1819, 1820, and 1821, in (...)

« An extensive Slave-trade is carried on between these regions [Mississippi Valley] and those western parts of the States of Virginia, Maryland, the Carolinas, and Georgia, in which they find it more profitable to breed slaves for the market, than to raise the appropriate produce of the soil. […] I have understood that from Maryland and Virginia alone, from 4000 to 5000 per annum are occasionally sent down to New Orleans; a place, the very name of which seems to strike terror into the slaves and free Negroes of the Middle States78. »

  • 79 Johnson W., Soul by Soul, op. cit., p. 1.

25À l’aube du xixe siècle, La Nouvelle-Orléans apparaît donc comme un marché d’esclaves très important, un port clé dans le commerce transatlantique, où les navires marchands d’Europe côtoient ceux de New York, de Philadelphie, de Baltimore et de Charleston, en plus des bateaux à vapeur et des barges de la vallée du Mississippi79. Les balles de coton s’empilent au côté des barriques de sucre qui attendent d’être expédiées dans le reste des États-Unis, dans la Caraïbe et en Europe. Comme l’indique l’auteur américain Timothy Flint en 1826, La Nouvelle-Orléans devient la capitale commerciale de la vallée du Mississippi et l’une des régions agricoles les plus florissantes des États-Unis :

  • 80 Flint T., op. cit., p. 301.

« One hundred miles from the mouth of the Mississippi, and something more than a thousand from the mouth of the Ohio, just below a sharp point of the river, is situated on its east bank, the city of New Orleans, the great commercial capital of the Mississippi valley. The position for a commercial city is unrivalled, I believe, by any one in the world. At a proper distance from the Gulf of Mexico—on the banks of a stream which may be said almost to water a world—but a little distance from Lake Ponchartrain, and connected with it by a navigable canal—the immense alluvion contiguous to it—penetrated in all directions either by Bayous formed by nature, or canals which cost little more trouble in the making than ditches—steamboats visiting it from fifty different shores—, possessing the immediate agriculture of its own state, the richest in America, and as rich as any in the world, with the continually increasing agriculture of the upper country, its position far surpasses that of New York itself80. »

  • 81 Evans Estwick, A Pedestrious Tour, of Four Thousand Miles, Through the Western States and Territori (...)
  • 82 Paxton John Adams, The New Orleans Directory and Register ; containing the Names, Professions, & Re (...)
  • 83 Johnson W., Soul by Soul, op. cit., p. 1. Entre 1803 et 1808, Jean-Pierre Le Glaunec répertorie ain (...)

26Sa notoriété est confirmée par le nombre de navires et de barges que l’on peut voir dans son port ; le journaliste du New Hampshire Estwick Evans le remarque en 1819 en calculant qu’environ 500 ou 600 vaisseaux, dont plusieurs de très larges dimensions, peuvent être vus amarrés à la levée81. Le nombre paraît élevé, mais l’annuaire de la ville en 1822 tend à le confirmer. Pour l’année 1821, le port de La Nouvelle-Orléans aurait accueilli 287 bateaux à vapeur, 174 barges et 441 bateaux à fond plat provenant de l’Upper Country, sans compter les bateaux provenant d’Europe et des Antilles82. L’historien Walter Johnson parle, quant à lui, de plusieurs milliers de navires : « along the city’s waterfont, ships from Europe and around the coast, steamers from the Mississippi River valley, and thousands of flatboats were packed so tightly that one could walk deck to deck from one end of the city to the other83 ». Entreposés parmi des ballots de toile, des assortiments de livres et des caisses de thé, les esclaves constituent une large portion des marchandises transportées à fond de cale. Durant les premières décennies du xixe siècle, le marché de La Nouvelle-Orléans reçoit donc une grande quantité d’esclaves aux origines multiples, qui ont (ré) emprunté, avec ou sans escales, les routes du monde atlantique pour finalement rejoindre les communautés esclaves de la Louisiane.

  • 84 Voir la base de données Afro-Louisiana History and Genealogy 1719-1820, disponible sur http://www.i (...)
  • 85 Plusieurs historiens ont déjà soulevé le dilemme que représentent ces « nations » africaines. Après (...)
  • 86 Les chiffres sont tirés de la base de données de Gwendolyn Midlo Hall pour la jeune période américa (...)

27 Une analyse de la base de données des actes notariés de ventes d’esclaves de la paroisse d’Orléans, constituée par Gwendolyn M. Hall, permet d’offrir certaines statistiques concernant la population servile néo-orléanaise pour la jeune période américaine, de 1804 à 1820, ou du moins des esclaves qui ont transité par le marché de la ville84. Durant cette période, 5373 esclaves ont une origine connue. Bien que ce chiffre ne représente que 39 % de tous les esclaves répertoriés par la base de données (13763 esclaves au total pour la période étudiée), certains traits ressortent clairement. Les esclaves d’origine africaine, surtout de nation « congo85 » (35,5 % du total des esclaves africains), comptent pour 44,8 % de la population servile de la paroisse, alors que les esclaves créoles de la Louisiane en représentent près du tiers, soit 29,8 %. Les esclaves provenant des Antilles se chiffrent à 16,4 %, et les esclaves américains représentent seulement 8,7 % du total. Le tableau 5 répertorie les esclaves qui apparaissent au fil des pages des registres des notaires pour la jeune période américaine (1804-1820), selon leurs différentes provenances86. Le tableau récapitulatif démontre pour sa part que la proportion d’esclaves africains ne cesse de diminuer au fil des années. S’ils représentent 76 % des esclaves répertoriés en 1805, dont l’origine est connue, ils ne comptent plus que pour 6,7 % du total en 1820.

Origines Nombre d’esclaves
Africain(e) 2409
Africain(e) 165
Brut 242
Aja/Fon/Arada 29
Bamana 44
Calabar 23
Congo 854
Coromanti 5
Guinée 84
Hausa 28
Ibibio/Moko 32
Igbo 189
Kanga 73
Kisi 6
Konkomba 60
Makwa 7
Mandingue 190
Mandongo 13
Mina 97
Mozambique 7
Nago/Yoruba 37
Poulard/Fulbe 35
Wolof 133
Autres 56
Créole [louisianais(e)] 1599
Créole de la Louisiane 1536
Créole de La Nouvelle-Orléans 29
Créole de Mobile 13
Créole de Natchez 21
Américain(e) 470
Créole britannique continental 234
Carolines 44
Floride 7
Georgie 10
Illinois 6
Kentucky 11
Maryland 46
Origines Nombre d’esclaves
Missouri 4
New England 5
New York 9
Tenessee 5
Virginie 87
Autres 2
Créole des Antilles 879
Anglais(e)/Créole anglais(e) 59
Antilles 7
Créole de Saint-Domingue 651
Cuba 35
Guadeloupe 2
Îles françaises 5
Jamaïque 93
Martinique 21
Santo Domingo 6
Amérindiens 6
Amérique portugaise 1
Amérique du Sud 1
Mexico 2
Espagnol 3
France 3
Total 5373

Tableau 5. – Origines des esclaves de la paroisse d’Orléans, 1804-1820. Récapitulatif pour les années de l’échantillon

Tableau 5. – Origines des esclaves de la paroisse d’Orléans, 1804-1820. Récapitulatif pour les années de l’échantillon

28 Les esclaves provenant des autres États américains et de la Caraïbe demeurent sensiblement au même niveau, passant de 2,7 % à 3,8 % pour les premiers, et de 4,9 % à 1,1 % pour les seconds. L’évolution du nombre des esclaves créoles suscite quant à elle quelques interrogations. S’ils représentent 16,5 % des esclaves des actes notariés en 1805, ils ne comptent plus que pour 5,3 % en 1820, alors qu’il est prouvé que leur proportion au sein de la population servile de la ville ne cesse de croître au cours de la période antebellum. Il faut toutefois noter que les esclaves dont l’origine est inconnue représentent la majeure partie des individus (ils comptent pour 48,2 % en 1805, 83,2 % en 1820). Il faut en conclure que les notaires n’ont peut-être pas pris la peine de consigner l’origine des esclaves nés en Louisiane, considérant que cela allait de soi.

29Les proportions auxquelles parvient Hall sont de bons indicateurs de ce que devait être la population servile néo-orléanaise de l’époque. Une analyse approfondie des registres paroissiaux de la ville de La Nouvelle-Orléans, au dernier chapitre, permettra d’affiner ces analyses et éclairera davantage sur les origines de la communauté esclave néo-orléanaise durant les quatre premières décennies du xixe siècle.

Artisans, ouvriers et domestiques

30Avant d’analyser les pratiques religieuses des esclaves urbains et ruraux, il est essentiel de bien cerner les caractéristiques qui définissent leurs communautés. En effet, de nombreuses données, comme l’origine, les groupes d’âges et les ratios sexuels, tels que démontrés dans la partie précédente, sont à prendre en considération lorsque l’on étudie la culture et la spiritualité d’une population donnée, puisqu’elles peuvent déterminer le sens et la place que les individus accordent au catholicisme. Les esclaves n’y échappent pas, mais dans leur cas, bien d’autres facteurs entrent en jeu. Bien que cela sorte quelque peu du cadre de cette étude, il est ainsi utile de définir les activités et les fonctions des esclaves urbains. D’une part, une telle analyse n’a pas encore été entreprise en profondeur par les historiens, laissant ainsi des zones d’ombre sur la composition de la population servile urbaine. D’autre part, cela permet de mieux connaître les populations esclaves étudiées dans les chapitres subséquents, selon les milieux auxquelles elles appartiennent, et de cerner les facteurs qui peuvent influencer leurs pratiques religieuses.

  • 87 Gould V. M., « If I Can’t Have My Rights », op. cit., p. 179.
  • 88 Ibid., p. 181.

31Le cas des femmes esclaves urbaines est révélateur. Si la prépondérance féminine dans la ville de La Nouvelle-Orléans est généralement reconnue dans l’historiographie, l’historienne Virginia M. Gould note que l’expérience des femmes esclaves en milieu urbain a souvent été négligée au bénéfice de leurs consœurs rurales ; les conditions de vie entre ces deux milieux étant radicalement différentes, elles ne peuvent être transposées de l’une à l’autre87. Contrairement à la situation rencontrée dans les plantations, les femmes esclaves de La Nouvelle-Orléans sont fortement estimées pour leurs compétences domestiques, et sont davantage prisées que les hommes88 :

  • 89 Ibid., p. 188.

« The urban environment provided a variety of skilled and unskilled occupations traditionally defined as women’s work, which is the primary reason that most urban slaves were women. The sexual division of labor that was less obvious on the sugar plantations was rarely ignored in the city. A few men worked as domestics. But most household chores were performed by women89. »

32La plupart des femmes esclaves de La Nouvelle-Orléans ont ainsi des occupations qui leur permettent de se promener dans les rues et les commerces de la ville, en tant que marchandes ou domestiques. Ces femmes attirent d’ailleurs l’attention de l’architecte Benjamin H. B. Latrobe en 1819 :

  • 90 Latrobe Benjamin H. B., Impressions Respecting New Orleans. Diary and Sketches 1818-1820, New York, (...)

« In every street during the whole day women, chiefly black women, are met, carrying baskets upon their heads calling at the doors of houses. These baskets contain assortments of dry goods, sometimes to appearance to a considerable amount […] These female pedlars are slaves belonging either to persons who keep dry good stores, or who are too poor to furnish a store with goods, but who buy as many at auction as will fill a couple of baskets, which baskets are their shop90. »

  • 91 Latrobe John Hazelhurst Boneval, Southern Travels. Journal of John H. B. Latrobe 1834, La Nouvelle- (...)
  • 92 Evans F. W., op. cit., p. 109-110.
  • 93 Ibid., p. 109, et Ingersoll T. N., Mammon and Manon, op. cit., p. 320-321. La section 6 du Code noi (...)
  • 94 Hanger K. S., op. cit., p. 23.

33Son fils, l’avocat John H. B. Latrobe porte un jugement semblable en 1834 : « Numbers of old colored women in Angola shawls were seated on the pavement with vegetables for sale before them91. » Au marché, près de la place Congo, elles sont les principales acheteuses92 ; elles y rencontrent ainsi les femmes esclaves des plantations péri-urbaines, notamment celles situées dans Gentilly et près du Bayou Saint-Jean, qui viennent y vendre leurs produits (volailles, œufs, légumes, fruits, tissus, lait, etc.) le dimanche après-midi, fournissant la ville en diverses denrées93. Cette mobilité permet aux femmes esclaves de se forger des réseaux sociaux et familiaux. La division sexuelle du travail semble donc se faire sentir à la ville comme à la campagne, du moins est-ce l’un des arguments avancés plus haut par Virginia M. Gould et par l’historienne Kimberly S. Hanger : « In most urban centers like New Orleans, there were more slave females — mainly domestics — than males, in contrast to the countryside, where planters preferred men slaves to work the fields and perform skilled and managerial tasks94. »

  • 95 Nuttall Thomas, Journal of Travels into the Arkansa Territory, during the year 1819 ; with occasion (...)
  • 96 Latrobe J. H. B., Southern Travels, op. cit., p. 177.

34Tout au long du xixe siècle, les références aux jours de marché dans les récits des voyageurs sont très fréquentes, ce qui laisse penser que le marché occupe une place importante dans le quotidien des esclaves de la ville. Le naturaliste anglais Thomas Nutall, en 1821, exprime d’ailleurs sa surprise devant le nombre important d’esclaves autour des étals : « The market […] appeared to be tolerably well supplied, though singularly managed, and that entirely by negro slaves, who spread out the different articles in petty quantities [… ]95. » À la même époque, Benjamin H.B. Latrobe semble convaincu que la ville ne peut survivre sans l’apport des esclaves ruraux au marché : « In the neighborhood of New Orleans the land is valuable for the cultivation of sugar, and there is so little of it that were is not for the vegetables and fowls and small marketing of all sorts, raised by the negro slaves, the city would starve. To the negroes, it is not labor, but frolic and recreation, to come to market96. » Cette perception se retrouve dans les observations d’un voyageur, parues dans le journal The Bee en 1835, qui résument bien à quel point les esclaves sont essentiels à l’économie urbaine :

  • 97 The Bee, vol. IX, no 22, 13 octobre 1835, p. 2. La citation se retrouve également dans le livre de (...)

« In visiting the provision markets of New Orleans, an intelligent traveler must be surprised at seeing almost the whole of the purchasing and selling the edible articles for domestic consumption, transacted by colored persons. Our butchers are negroes ; our fishmongers negroes ; our venders of vegetables, fruit and flowers are all negroes—but what is worse, with very few exceptions the only purchasers that frequent the markets are negroes ; and generally slaves. It is true that a few white women who keep boarding houses are occasionally seen; but it is too true that the responsible duty of purchasing every species of market provision for the use of families is confided to the slaves, who are at liberty to purchase what they please, without the personal inspection of any member of the family97. »

  • 98 Berlin I., Generations of Captivity, op. cit., p. 91.

35Les Noirs semblent ainsi s’approprier la ville : les bouchers, les poissonniers, les vendeurs de légumes et la quasi-totalité des marchands et des acheteurs font partie de la communauté afro-américaine libre et esclave. Loin des champs et des contremaîtres, les esclaves de La Nouvelle-Orléans et, dans une plus large mesure, ceux des plantations avoisinantes, parviennent ainsi à se créer quelques espaces de liberté et réussissent à construire une économie informelle, parallèle, voire même indépendante98.

  • 99 Ibid.
  • 100 Section 1 du Code noir de 1806 : « Slaves shall have free enjoyment of Sundays, and shall be paid f (...)
  • 101 Ingersoll T. N., Mammon and Manon, op. cit., p. 295.

36Alors que les femmes esclaves endossent surtout des rôles de domestiques et de marchandes, les hommes ont, quant à eux, un plus large éventail d’occupations, en tant qu’ouvriers ou artisans99. Ils peuvent également louer leurs services le dimanche afin d’entreprendre des travaux temporaires ou saisonniers100. Pour Thomas N. Ingersoll, cette dépendance des habitants de la ville aux marchés de denrées que mettent en place les esclaves et l’autonomie que ces derniers gagnent en se louant et en trouvant un travail par eux-mêmes sont cependant dangereuses et subversives pour le système101 :

  • 102 Ibid.

« If a self-hired slave was from a plantation in the outer limits of the parish, naturally she or he would want to live at the town center where economic opportunities were greatest, that is, where the market for specialized labor was the strongest. A slave hired to herself basically lived free of all the normal restraints and yet was not thereby cured of the natural, dangerously resentful attitude all slaves were assumed to harbor toward the system. This parallel economy where slaves might enjoy semi-autonomy was becoming a particularly acute problem (from the point of view of masters) because of the size of the city and its booming economy102. »

37Lorsque Benjamin H. B. Latrobe arrive à La Nouvelle-Orléans, il est lui-même surpris de voir à quel point les esclaves de la ville semblent avoir acquis une certaine forme d’indépendance, et de constater que Blancs et Noirs travaillent souvent ensemble sur un pied d’égalité :

  • 103 Latrobe B. H. B., Impressions Respecting New Orleans, op. cit., p. 130.

« In Bourbon street, passed a cooper who was at work with some mulatto boys. He was scolding them in very good English. A little further along, passed a shoemaker’s. The house had a door, & a wide window on each side of it. All were all open. Opposite to one window sat a broad faced dark mulatto on his bench […] & facing him on another shoemaker’s bench, sat a good looking well dressed white man […] who was playing at drafts with him. They seemed to be arguing, on terms of perfect equality, some knotty point of the game [… ]103. »

  • 104 Les travaux domestiques et ménagers incluent les blanchisseuses, boulangères, coiffeuses, couturièr (...)
  • 105 Gould V. M., « If I Can’t Have My Rights », op. cit., p. 91.

38La fenêtre qu’ouvre Latrobe sur une parcelle de la vie de ce tonnelier et de ces cordonniers reflète bien le déroulement du quotidien des esclaves urbains. La base de données qu’a réalisée l’historien Paul Lachance, à partir des inventaires après décès des habitants de La Nouvelle-Orléans, prouve quant à elle que la grande majorité des esclaves urbains sont des domestiques (tableau 6104), comme le démontre aussi l’analyse de Gould : « The majority of slaveholders in New Orleans utilized their slaves for the production of goods and services for consumption within the household. […] Domestic slaves, as a tally of the descriptions of slaves appearing in the city’s inventory records indicates, comprised approximately seventy-five per cent of the total number of slaves listed105. » Cela est particulièrement vrai pour les femmes esclaves ; celles participant aux travaux domestiques et ménagers représentent en effet 74,5 % de toutes les femmes esclaves qui ont une occupation.

Tableau 6. – Métiers et occupations des esclaves de La Nouvelle-Orléans selon la base de données des inventaires après décès de Paul Lachance.

Tableau 6. – Métiers et occupations des esclaves de La Nouvelle-Orléans selon la base de données des inventaires après décès de Paul Lachance.
  • 106 Inventaire après décès de Louis Rillieux, 14 juillet 1829, ANNO.
  • 107 À La Nouvelle-Orléans, un(e) griffe désigne toute personne qui est la progéniture d’un(e) mulâtre ( (...)
  • 108 Inventaire après décès de Louis Foucher, 6 octobre 1834, ANNO.
  • 109 Inventaire après décès de Michel Andry, 29 décembre 1839, ANNO.

39Les inventaires après décès de Messieurs Louis Rillieux et Louis Foucher représentent bien le ménage des petits et moyens propriétaires d’esclaves de La Nouvelle-Orléans, tout en fournissant l’occupation de leurs esclaves. Le 14 juillet 1829, le notaire Christoval de Armas consigne l’inventaire après décès de Louis Rillieux106. Parmi les quatre esclaves répertoriés se trouvent Antoine, un mulâtre créole cordonnier et domestique âgé de 22 ans ; Caroline, une mulâtresse couturière et domestique de maison âgée d’environ 16 ans ; et Manette, une mulâtresse domestique de maison âgée de 11 ans. Dans l’inventaire de Louis Foucher, que rédige le notaire Félix de Armas le 6 octobre 1834, treize esclaves sont comptabilisés, dont le Créole Celestin (21 ans), cocher et un peu jardinier ; Narcisse, Créole de 55 ans, bon charpentier ; Auguste, Créole de 26 ans, bon cocher ; Victor (16 ans), esclave américain domestique de maison ; Victoire (40 ans), domestique créole de maison ; Josephine, griffe107 créole de 15 ans, couturière et domestique de maison ; Anna (40 ans), esclave américaine couturière ; Ellick, esclave américain de 24 ans, bon laboureur ; et Zélime, esclave africaine de 50 ans, blanchisseuse108. L’inventaire après décès de Michel Andry, quant à lui, propose davantage un modèle qui s’applique aux grands propriétaires de la ville. Son inventaire après décès, en date du 29 décembre 1839, établit une liste de 23 esclaves, dont plusieurs ont des occupations précises109. Notons entre autres Louise, Fine et Sophie, deux mulâtresses et une griffonne de 16 ans, 40 ans et 28 ans, toutes trois domestiques de maison et couturières ; Marie et Annette, griffonne et mulâtresse de 29 ans et 24 ans, domestiques, blanchisseuses et repasseuses ; Ouvrika (13 ans), Cécile (50 ans) et Catherine (50 ans), l’une domestique, les autres blanchisseuses et repasseuses ; Léandre, esclave âgé de 40 ans, cuisinier, cocher et domestique ; Antoine, esclave de 68 ans, un peu charpentier ; Figaro, esclave de 45 ans, Jean Baptiste, Créole de 20 ans, et Jean, mulâtre de 20 ans, tous trois « nègres de champs » ; et André, esclave de 35 ans, « propre à tout ». Si la taille de ces ménages varie beaucoup de l’un à l’autre, dans les trois cas, la majorité des esclaves occupent des positions reliées à la domesticité. Ce modèle peut probablement s’appliquer à la majorité des ménages esclavagistes de la ville.

Loisirs et divertissements à la place Congo

40Si la ville offre aux esclaves une grande diversité d’occupations et de métiers, elle leur propose également de nombreuses occasions de se divertir ; là réside peut-être la plus grande différence avec une communauté esclave issue d’un milieu rural. En effectuant un sondage dans les rapports des patrouilles de police de La Nouvelle-Orléans – et en prenant 1817 comme année d’enquête – il est possible d’apercevoir que les esclaves urbains profitent du degré d’indépendance et d’anonymat qui leur est accordé pour entreprendre bon nombre d’activités, légales ou non, avec la compagnie, permanente ou temporaire, de plusieurs hommes et femmes de couleur libres. L’année 1817 revêt une importance primordiale, puisqu’à la fin de l’année, devant les très nombreuses arrestations d’esclaves, une place est spécifiquement désignée pour leurs assemblées – la place Congo – et des ordonnances sont adoptées au conseil de ville pour encadrer leurs divertissements :

  • 110 Ordonnance concernant les esclaves de la ville, des faubourgs et lieux circonvoisins de La Nouvelle (...)

« Les réunions d’esclaves à l’effet de danser ou de se divertir de toute autre manière ne pourront avoir lieu que le Dimanche jusqu’au soleil couchant, et seulement sur les places publiques qui seront désignées par le Maire. Et les esclaves qui seront trouvés ainsi rassemblés tout autre jour que le Dimanche, ou qui, ce jour là même, continueront leurs danses ou autres divertissemens après le soleil couché, seront arrêtés par les commissaires de police, constables, gardes de ville ou toute autre personne blanche et conduits à la geole, où ils recevront depuis dix jusqu’à vingt-cinq coups de fouet, sur l’ordre du Maire ou de tout autre magistrat, sans préjudice des clauses pénales portées en l’article précédent contre tout propriétaire, locataire ou gardien qui formerait ou tolérerait chez lui de tels rassemblemens110. »

  • 111 Ibid., articles 4, 7 et 9, p. 134 et 136.

41D’autres articles régissent quant à eux les rassemblements d’esclaves (« Hormis les cas où les esclaves assisteront à l’office divin dans les églises ou temples et aux heures consacrées à cet effet, ou suivront quelques funérailles, ou se réuniront pour leurs jeux et danses dont il sera parlé ci-après, il leur est défendu de former des rassemblemens soit dans les rues ou places publiques, soit dans la halle des boucheries ou dans quelque maison, cabaret ou terrain de la ville, des faubourgs et lieux circonvoisins »), les bals (« Tout particulier donnant des bals publics aux gens de couleur libres, ne pourra, sous aucun prétexte, y admettre ou souffrir qu’il y soit admis aucun esclave ») et les jeux (« Il est défendu aux esclaves […] de jouer dans les rues, sur les levées, chemins et autres lieux, au palet, dez et autres jeux quelconques »)111. Ce règlement municipal est particulièrement intéressant pour cette étude. Il stipule clairement que les esclaves ont un droit, qui est inscrit dans la loi municipale, d’assister aux offices religieux et de pouvoir célébrer leurs propres funérailles, bien que cela soit strictement contrôlé et limité par les autorités municipales. En accordant ce droit aux esclaves, il est permis de croire que ceux-ci vont en réclamer davantage, notamment en contrevenant aux articles de la loi.

  • 112 Rapport de la patrouille, daté du 26 janvier 1817, NOPL. Le terme « bamboula » désigne les danses d (...)
  • 113 Rapport de la patrouille, daté du 2 mars 1817, NOPL. Selon Charles Ridoré, une calinda est une « da (...)
  • 114 Rapport de la patrouille, daté du 27 avril 1817, NOPL.
  • 115 Rapport de la patrouille, daté du 10 mars 1817, NOPL.
  • 116 Rapport de la patrouille, daté du 17 mai 1817, NOPL. L’esclave, nommé Jacob George, est arrêté dans (...)
  • 117 Rapport de la patrouille, daté du 31 mai 1817, NOPL. L’esclave Auguste, appartenant à M. Préval, es (...)
  • 118 Rapport de la patrouille, daté du 13 juillet 1817, NOPL. Un groupe de 18 esclaves, de différents pr (...)
  • 119 Rapport de la patrouille, daté du 14 juin 1817, NOPL. George, esclave de Dame Rousseau, est arrêté (...)
  • 120 Rapport de la patrouille, daté du 8 juillet 1817, NOPL. Paillasse, esclave de M. Luissart, est arrê (...)
  • 121 Rapport de la patrouille, daté du 25 août 1817, NOPL : « le dit commissaire accompagné de celui de (...)
  • 122 L’historien Jean-Pierre Le Glaunec a analysé les registres de police de La Nouvelle-Orléans afin de (...)

42Dans la nuit du 25 au 26 janvier 1817, par exemple, Sam, André, Coffy, Antoine, Figaro et Jacques, tous esclaves de différents propriétaires, sont arrêtés par la patrouille à une heure du matin chez la Dame Delorme pour avoir fait une « bamboula de nègres » ; « un banza et les ustensils nécessaires à leur musique [ont été] déposés au poste112 ». Le 2 mars 1817, à une heure et demie du matin, le commissaire de garde arrête une « calinda de nègres », où participait un groupe de six esclaves, composé de cinq hommes et d’une femme, dans le Faubourg Marigny, chez le Sieur Torégano113. Le 27 avril 1817, à minuit, la patrouille interpelle un groupe de treize « nègres qui dansai[ent] » chez le Sieur Cayolle, rue Bourbon et Bienville114. Le 9 mars 1817, Dominique, Auguste, Bernard et Charles, esclaves de Messieurs Lavigne, Rillieux et Guillot, sont arrêtés par la patrouille derrière l’hôpital de charité à quatre heures de l’après-midi, « pris à jouer aux dés » ; il a été « pris sur les lieux neufs escalins, déposés au poste115 ». D’autres sont arrêtés « ayant un violon avec lequel il jouait la gigue116 », « pris de boisson117 », « étant à un bal118 », « avec un casse-tête » [arme]119, « avec un sac de tabac en poudre120 », ou « dansant au son du tambour121 ». Des espaces indépendants, spatiaux et temporels, sont donc créés et revendiqués par les esclaves de la ville pour s’assembler et se distraire122. La religion prend certainement place au sein de ces divertissements, au cœur même de ces espaces réservés aux esclaves. De manière plus générale, il est permis de croire que la spiritualité s’invite dans toutes les activités décrites plus haut, telles que la danse et la musique – véritables exutoires hebdomadaires des esclaves –, voire même les cérémonies vaudou qui ont probablement lieu dans les environs de la place Congo ou au bord du lac Pontchartrain, bien que cela soit plus difficile à confirmer. En effet, bien que le vaudou n’apparaisse pas clairement dans les rapports de police, il semble évident qu’il se profile constamment à l’horizon, en arrière-plan. Malheureusement, si plusieurs récits d’anciens esclaves confirment sa présence et ses nombreux adeptes, l’absence de sources écrites ne peut que pousser à imaginer ses manifestations.

  • 123 Latrobe B. H. B., Impressions Respecting New Orleans, op. cit., p. 51.
  • 124 Paxton J. A., op. cit., p. 40.

43La place Congo apparaît alors comme le seul lieu où peut s’exprimer la culture noire des esclaves, c’est-à-dire l’ensemble de leurs danses, de leurs chants, de leur musique, de leurs croyances et de leur spiritualité. Pour un étranger comme l’est Latrobe en 1819, ce lieu et les esclaves qui s’y retrouvent chaque dimanche après-midi peuvent paraître sauvages et futiles : « The allowed amusements of Sunday have, it seems, perpetuated here those of Africa among its inhabitants. I have never seen anything more brutally savage, and at the same time dull & stupid, than this whole exhibition123. » Dans son annuaire daté de 1822, John Adams Paxton porte également un jugement peu flatteur sur la place Congo : « The Circus public Square, is planted with trees and enclosed, and is very noted on account of its being the place where the Congo and other negroes dance, carouse and debauch on the Sabbath, to the great injury of the morals of the rising generation : it is a foolish custom, that elicits the ridicule of most respectable persons who visit the city124. » Aux yeux des esclaves de la ville, toutefois, cette place qui leur est attribuée représente probablement un gain inestimable, qui contribue à solidifier leur communauté. Il y a fort à parier que c’est en ce lieu que les esclaves s’assemblent, conversent, échangent et partagent leurs expériences et leur quotidien. La communauté noire catholique, à la sortie de l’église le dimanche matin, s’y retrouve probablement pour socialiser et former alliances et réseaux de tous genres. La place Congo représente donc un espace de socialisation important qui va grandement influer sur la constitution, le maintien et l’évolution d’une communauté afro-catholique à La Nouvelle-Orléans.

  • 125 Blassingame J. W., Black New Orleans, op. cit., p. 2.
  • 126 Ibid.
  • 127 Ibid., p. 3.

44Au cours des premières décennies du xixe siècle, le nombre accru d’esclaves et de personnes de couleur libres à La Nouvelle-Orléans, combiné à la faible moyenne d’esclaves par propriétaire, pousse l’historien John Blassingame à affirmer que les esclaves néo-orléanais de cette période ont généralement eu de bien meilleures conditions de vie que les esclaves des plantations louisianaises125. Selon lui, les esclaves ont su profiter du degré d’autonomie et d’anonymat que procure un milieu urbain et, de ce fait, le contrôle de la population servile de la ville a été beaucoup moins rigide qu’en milieu rural : « The anonymity available in a large seaport and the sizeable number of free Negroes made it impossible for New Orleans slaveholders to maintain the same kind of rigid control over their 14, 484 bondsmen as did planters who had a readily identifiable and largery immobile labor force126. » Pour Blassingame, le fait d’accéder à cette mobilité et à cet anonymat a permis aux esclaves de la ville de La Nouvelle-Orléans d’avoir une vie sociale beaucoup plus riche127. Dans chaque rue de la ville, dans chaque lieu qui la compose, les esclaves de La Nouvelle-Orléans vivent aux côtés des Blancs et des libres de couleur – les uns ayant besoin des autres pour survivre – dans un quotidien où les occasions d’élever son statut ou de raffiner son réseau social sont nombreuses.

  • 128 Clark John G., New Orleans, 1718-1812: An Economic History, Gretna (LA), Pelican Publishing, 1970, (...)

45L’analyse a permis de brosser un tableau assez précis des communautés d’esclaves urbains et de leur quotidien, ce qui permettra d’entreprendre une comparaison avec la population esclave en milieu rural. Comme le remarque l’économiste John G. Clark, le développement d’une ville continentale, fondée à des fins d’abord commerciales, requiert avant tout l’utilisation et l’exploitation d’un hinterland agricole, incarné entre autres par la paroisse Saint-Jean-Baptiste128. Une comparaison entre le centre et sa périphérie devra donc permettre de mieux comprendre les disparités régionales propres à l’esclavage louisianais et de mieux saisir les facteurs qui influencent les pratiques religieuses des esclaves en milieu urbain et en milieu rural, pratiques qui seront analysées dans les derniers chapitres de cet ouvrage.

Notes

1 Tous les noms sont orthographiés tels qu’ils apparaissent dans les documents d’archives.

2 Acte de vente entre Joseph Merault et Charles Picou, 10 février 1804, archives de la paroisse Saint-Jean-Baptiste (ci-après ASJB). L’acte de vente est retranscrit dans l’ouvrage de Conrad Glenn R., The German Coast. Abstracts of the Civil Records of St. Charles and St. John the Baptist Parishes, 1804-1812, Lafayette, Center for Louisiana Studies/University of Southwestern Louisiana, 1981, p. 121.

3 Edward Russell, Journal, 3 et 4 février 1835, p. 43-44, The Historic New Orleans Collection (ci-après HNOC), cité dans JohnsonWalter, Soul by Soul. Life Inside the Antebellum Slave Market (Cambridge, Presses de l’université Harvard, 2001, p. 79). Johnson situe toutefois par erreur le journal en 1854. L’expression exacte est : « Planters care for nothing but to buy Negroes to raise cotton & raise cotton to buy Negroes. » Russell, né en 1782 dans le Maine, visite La Nouvelle-Orléans en 1835. Au début du mois de février, il remonte le Mississippi et est à la hauteur de Baton Rouge, en direction d’Alexandria et des Natchitoches.

4 L’historien Walter Johnson, dans l’introduction de son ouvrage Soul by Soul, note que des caisses de vêtements et de textiles, des souliers, des boutons, des fusils, des livres et du vin français sont échangés contre du bétail, des cochons, du maïs et du whiskey (p. 1-3).

5 Plusieurs historiens ont déjà compilé les archives notariales de la ville. Pour connaître les origines des esclaves néo-orléanais, Gwendolyn M. Hall a recensé 33988 esclaves entre les années 1803 et 1820. Afin de connaître les esclaves vendus au marché d’esclaves de La Nouvelle-Orléans durant la période antebellum, les historiens et économistes Robert W. Fogel et Stanley L. Engerman ont compilé 5009 actes de ventes d’esclaves. Enfin, l’historien Paul Lachance a réalisé une base de données sur les esclaves et les propriétaires de La Nouvelle-Orléans entre 1809 et 1860, à partir de 1158 inventaires après décès ; il y recense 3354 esclaves. En joignant ces informations à celles qu’offrent les recensements officiels et les annuaires, il y a suffisamment de données sur les esclaves et les propriétaires d’esclaves de la ville de La Nouvelle-Orléans pour en dresser un portrait précis. Voir la base de données Afro-Louisiana History and Genealogy 1719-1820, disponible sur http://www.ibiblio.org/laslave/ (page consultée le 9 mars 2017) ; Fogel Robert W. et Engerman Stanley L., New Orleans Slave Sale Sample, 1804-1862, Ann Arbor, University of Rochester/Inter-University Consortium for Political and Social Reasearch, 1976, p. 4-15.

6 « Acte supplémentaire à l’acte intitulé “Acte pour que la Cour Supérieure aille en circuit” et pour établir des Cours de Juridiction inférieure », dans Acts Passed at the Second Session of the First Legislature of the Territory of Orleans, La Nouvelle-Orléans, Bradford et Anderson, 1807, chapitre i, section IX, p. 11-15. Il s’agit des paroisses de la ville de La Nouvelle-Orléans (et de ses arrondissements), de Saint-Bernard (Terreaux-Bœufs), de Plaquemines, de Saint-Charles, de Saint-Jean-Baptiste, de Saint-Jacques, de l’Ascension, de l’Assomption, de Lafourche, d’Iberville, de Bâton Rouge, de la Pointe-Coupée, de Concordia, de Ouachita, des Rapides, des Avoyelles, des Natchitoches, de Saint-Landry (Opelousas) et des Attakapas (Saint-Martin). Voir Lislet L. Moreau, Digeste général des actes de la législature de la Louisiane, passés depuis l’année 1804 jusqu’en 1827, inclusivement, vol. II, La Nouvelle-Orléans, Benjamin Levy, 1828, p. 280-335.

7 Trépanier Cécyle, « La Louisiane française au seuil du xxie siècle. La commercialisation de la culture », dans Gérard Bouchard (dir.), La construction d’une culture. Le Québec et l’Amérique française, Québec, Presses de l’université Laval, 1993, p. 370.

8 Johnson Jerah, « Colonial New Orleans : A Fragment of the Eighteenth-Century French Ethos », dans A. R. Hirsch et J. Logsdon, op. cit., p. 36.

9 HangerKimberly S., Bounded Lives, Bounded Places : Free Black Society in Colonial New Orleans, 1769-1803, Durham/Londres, Duke University Press, 1997, p. 22. Les chiffres proviennent du « Padron general de todos los individuos de la provincia de Luisiana » du 12 mai 1777 et du recensement de La Nouvelle-Orléans du 6 novembre 1791.

10 Nolan Charles E., A History of the Archdiocese of New Orleans, Strasbourg, Éditions du Signe, 2000, p. 1-2.

11 Les chiffres pour l’année 1803 viennent du récit de voyage de Robin Charles-César, Voyages dans l’intérieur de la Louisiane, de la Floride occidentale, et dans les isles de la Martinique et de Saint-Domingue, Paris, F. Buisson, 1807, vol. II, p. 204-206. Cependant, l’auteur lui-même doute de l’exactitude des chiffres, « évidemment erronés et en dessous de la réalité. La population a d’ailleurs sensiblement augmenté, même depuis un an ». Pour les années suivantes, voir les Louisiana Federal Census Records, 1810, 1820, 1830, 1840. Enfin, pour l’année 1850, les chiffres sont tirés de DeBow J. D. B., Statistical View of the United States, Embracing Its Territory, Population, White, Free Colored, And Slave…, Washington, Beverley Tucker, 1854, p. 248.

12 Bourdelais M., op. cit., p. 266.

13 Voir Powell L. N., op. cit., p. 349-351; Campanella Richard, Time and Place in New Orleans. Past Geographies in the Present Day, Gretna, Pelican Publishing, 2002, p. 47 et 182.

14 Fussell Elizabeth, « Constructing New Orleans, Constructing Race : a Population History of New Orleans », The Journal of American History, vol. 94, no 3, décembre 2007, p. 848.

15 Lachance Paul, « The Formation of a Three-Caste Society: Evidence from Wills in Antebellum New Orleans », Social Science History, vol. 18, no 2, été 1994, p. 211-242. Les faubourgs de La Nouvelle-Orléans sont inclus dans le tableau. Les chiffres pour l’année 1803 viennent du récit de voyage de Robin C.-C., op. cit., p. 204. Ceux de 1805 sont tirés de l’inventaire de Flannery Matthew, New Orleans in 1805. A Directory and A Census Together With Resolutions Authorizing Same Now Printed for the First Time From the Original Manuscript, La Nouvelle-Orléans, The Pelican Gallery Inc., 1936. Flannery ajoute toutefois 253 « autres personnes », ce qui lui donne un total de 8475 habitants. Pour l’année 1810, les proportions hommes/femmes chez les Blancs viennent de Warden D. B., Description statistique, historique et politique des États-Unis de l’Amérique septentrionale, tome IV, Paris, Rey et Gravier, 1820, p. 245. Pour les années subséquentes, voir les Louisiana Federal Census Records, 1810, 1820, 1830, 1840. Plusieurs sous-totaux sont malheureusement indisponibles, illisibles ou inexistants. Pour l’année 1850, voir Wade Richard C., Slavery in the Cities: The South, 1820-1860, New York, Oxford University Press, 1967, p. 328-330.

16 Fussell E., op. cit., p. 848.

17 Carte de la ville et des faubourgs de La Nouvelle-Orléans par Jacques Tanesse, arpenteur municipal, 1815, Bibliothèque du Congrès (ci-après BC) ; carte de La Nouvelle-Orléans et de ses environs, par Henry Möllhausen, ingénieur civil, 1845, édité par B. M. Norman, BC.

18 Gibson J., op. cit., p. 294-297.

19 Ingersoll T. N., Mammon and Manon, op. cit., p. 283-284.

20 Louisiana Federal Census Records, 1810.

21 Louisiana Federal Census Records, 1830 et 1840.

22 Hanger K. S., op. cit., p. 168-169. À la fin du xviiie siècle, plusieurs milliers de réfugiés de l’île de Saint-Domingue, catholiques et francophones, prennent la mer pour trouver asile en Louisiane, conséquence directe de la Révolution qui secoue l’île de 1791 à 1804. Des milliers d’entre eux trouveront d’abord refuge à la Jamaïque, avant d’être expulsés par les autorités britanniques. D’autres émigreront à Santiago de Cuba, mais l’invasion française en Espagne en 1809 les forcera à quitter Cuba. En 1809, 3226 esclaves seraient ainsi arrivés de Cuba à La Nouvelle-Orléans, accompagnant leur maître (au nombre de 2731). Les exilés, blancs et noirs, arrivent de Saint-Domingue dès les années 1790, puis de la Jamaïque dès 1804 et de Cuba et Santo Domingo dès 1809. Des milliers d’entre eux quitteront Saint-Domingue pour des ports de la côte atlantique américaine, comme New York, Philadelphie, Baltimore, Norfolk, Charleston ou Savannah, pour ensuite se rediriger vers La Nouvelle-Orléans. De 1791 à 1815, entre 15000 et 20 000 réfugiés quittent ainsi Saint-Domingue, avec ou sans escale, et plus des trois quarts d’entre eux s’installent à La Nouvelle-Orléans ou à proximité. Voir Long C. M., op. cit., p. 28-29 ; Lachance Paul, « The Louisiana Purchase in the Demographic Perspective of its Time », dans Peter J. Kastor et François Weil (dir.), Empires of the Imagination. Transatlantic Histories of the Louisiana Purchase, Charlottesville/Londres, University of Virginia Press, 2009, p. 153 ; Lachance Paul, « The 1809 Immigration of Saint-Domingue Refugees to New Orleans : Reception, Integration and Impact », Louisiana History : The Journal of the Louisiana Historical Association, vol. 29, no 2, printemps 1988, p. 111 ; Dessens Nathalie, From Saint-Domingue to New Orleans. Migration and Influences, Gainesville, University Press of Florida, 2007, p. 1 et 100.

23 Dessens N., op. cit., p. 1 et 100.

24 Ibid., p. 160.

25 Bourdelais M., op. cit., p. 111-112.

26 Ibid., p. 112.

27 Powell L. N., op. cit., p. 320.

28 Latrobe Benjamin Henry Boneval, The Journal of Latrobe. Being the Notes and Sketches of an Architect, Naturalist and Traveler in the United States from 1796 to 1820, New York, D. Appleton and Company, 1905 (1820), p. 173. À moins d’indication contraire, toutes les citations sont présentées dans leur graphie originale.

29 Bourdelais M. op. cit., p. 113. L’auteure en vient à ses chiffres en se basant sur l’estimation du nombre de chefs de famille de chacune des origines linguistiques relevées dans les recensements de 1810 à 1860. Richard Campanella propose toutefois une analyse semblable pour l’année 1850, en se fiant au recensement de la ville, et arrive à des proportions différentes. Il recense pour sa part 9461 habitants nés dans les États du Nord et 6616 natifs des États du Sud, autre que la Louisiane, sur une population totale de 116000, ce qui donne une proportion de 13,9 %. Voir Campanella R., Time and Place in New Orleans, op. cit., p. 116.

30 Campanella R., Time and Place in New Orleans, op. cit., p. 116.

31 Bullock William, Sketch of a Journey through the Western States of North America, from New Orleans, by the Mississippi, Ohio, City of Cincinnati and Falls of Niagara, to New York, in 1827, Londres, 1827, p. x.

32 La première grande vague d’immigration à La Nouvelle-Orléans a lieu à partir des années 1820. Elle concerne principalement des familles d’ouvriers irlandais et allemands, qui s’installent dans la zone périurbaine, encore rurale. Ils vont peu à peu remplacer les esclaves urbains, ce qui va contribuer au déclin de la population noire à La Nouvelle-Orléans à partir des années 1840. Voir Campanella Richard, « An Ethnic Geographic of New Orleans », The Journal of American History, vol. 94, no 3, décembre 2007, p. 707. En ce qui concerne l’immigration irlandaise, voir Niehaus Earl F., « The Old Irish, 1803-1830 », dans Carl A. Brasseaux (dir.), A Refuge for All Ages : Immigration in Louisiana History, The Louisiana Purchase Bicentennial Series in Louisiana History, volume X, Lafayette, Center for Louisiana Studies, University of Southwestern Louisiana, 1996, p. 357-377. Pour l’immigration allemande, voir LeConteRené, « The Germans in Louisiana in the Eighteenth Century », dans C. A. Brasseaux, op. cit., p. 31-43.

33 Clapp Theodore, Autobiographical Sketches and Recollections, during a Thirty-Five Years’ Residence in New Orleans, Boston, Phillips, Sampson & Company, 1858, dans John Duffy (dir.), Parson Clapp of the Strangers’ Church of New Orleans, Baton Rouge, Louisiana State University Press, 1957, p. 31. L’expression exacte est « under the urbane and easy-going hand of the Catholic Church ».

34 Blassingame J. W., The Slave Community, op. cit., p. 2.

35 Ingersoll T. N., Mammon and Manon, op. cit., p. 315. Voir également p. 317 : « The town’s urban condition became the single most important determinant of its character. »

36 Ibid., p. 66 et 102.

37 Whitney Thomas H., Whitney’s New Orleans Directory, and Louisiana & Mississippi Almanac for the year 1811. Repertoire general des adresses de la Nlle-Orleans et calendrier de la Louisiane et du Mississippi pour l’année 1811, La Nouvelle-Orléans, 1810, p. 36.

38 Actes de baptêmes des esclaves et des personnes de couleur libres de la cathédrale Saint-Louis (ci-après ABSL), 10 mai 1825, AANO.

39 Le terme quarteron (ne) (cuarterón en espagnol) désigne toute progéniture issue d’une relation entre un(e) Blanc (he) et un(e) mulâtre (sse). Voir Hanger K. S., op. cit., p. 16.

40 Actes funéraires des esclaves et des personnes de couleur libres de la cathédrale Saint-Louis (ci-après AFSL), 22 mars 1830, AANO

41 Inventaire après décès de Jean Mercier, 16 juin 1832, archives notariales de La Nouvelle-Orléans (ci-après ANNO).

42 Clark E. et Gould V. M., op. cit., p. 431.

43 WhitneyT. H., op. cit., p. 40

44 Inventaire après décès d’Eugène Macarty, 13 novembre 1845, ANNO.

45 WhitneyT. H., op. cit., p. 32.

46 Inventaire après décès de la veuve Paul Lanusse, 26 mai 1826, ANNO.

47 Gould V. M., « « If I Can’t Have My Rights »», op. cit., p. 184-185.

48 Ibid., p. 186.

49 Gould V. M., « The house that was never a home », op. cit., p. 95-96.

50 Comme les données concernant les esclaves féminins et masculins sont impossibles à chiffrer avec précision dans les recensements fédéraux de 1810 et 1830, seuls ceux de 1820 et 1840 seront utilisés, en plus des recensements que publient Matthew Flannery en 1805 et Robert Bruce L. Ardoin en 1820.

51 Gould V. M., « « If I Can’t Have My Rights »», op. cit., p. 189.

52 Reinders Robert C., End of an Era. New Orleans, 1850-1860, La Nouvelle-Orléans, Pelican, 1999, p. 28-29.

53 Les chiffres sont tirés d’Ardoin Robert Bruce L. (dir.), Louisiana Census Records. Volume III : Ascension, Assumption, West Baton Rouge, East Baton Rouge, St. Bernard, St. Charles, St. James, and St. John the Baptist Parishes, 1810 & 1820, La Nouvelle-Orléans, Polyanthos, 1977, p. xvii-xxiv. Notons toutefois que le nombre total d’esclaves, 8958, varie du chiffre obtenu par le recensement fédéral de 1820 (7355), cité dans le tableau 3. Ardouin comptabilise 13584 Blancs, 4797 personnes de couleur libres et 8958 esclaves, pour un total de 27339 habitants (alors qu’il inscrit 27176). Tout porte à croire que ses calculs sont erronés, qu’il a gonflé la population esclave et diminué celle des personnes de couleur libres. Les données obtenues à partir des recensements officiels varient énormément d’une source à l’autre. Comme le laisse entendre l’historienne Marjorie Bourdelais, « de nombreux chercheurs, accusant le manque chronique de fiabilité des recensements officiels de La Nouvelle-Orléans, ont éprouvé la nécessité de réévaluer les données démographiques de la ville par décennie ». Selon ces réévaluations, la population de la ville, en 1810, se situe entre 17242 et 24552 (les esclaves se chiffrant entre 5 99 et 7585), et entre 27176 et 41350 pour l’année 1820. Voir Bourdelais M., op. cit., p. 295-297. Dans le cadre de cet ouvrage, il a été convenu de s’en tenir aux chiffres des recensements officiels du gouvernement des États-Unis.

54 Gould V. M., « The house that was never a home », op. cit., p. 92.

55 Ibid., p. 93.

56 Notons à cet égard l’ouvrage de Hall G. M., op. cit.

57 Powell L. N., op. cit., p. 256-263.

58 Ibid., p. 260-261. Selon Ingersoll T. N., Mammon and Manon, op. cit., p. 133 : « The local black population reached a high degree of creolization by the middle of the eighteenth century, but during the Spanish regime this increasing Creole stability of the black community was ended by the successful effort of the Spanish crown to augment the slave trade to Louisiana and other colonies. »

59 Ingersoll T. N., Mammon and Manon, op. cit., p. 149.

60 Le terme « bozal », d’origine espagnole, est communément utilisé pour désigner un individu noir né en Afrique, ou d’origine africaine récemment déporté de son pays natal, incapable de s’exprimer en espagnol. Les esclaves introduits en Amérique directement d’Afrique sont donc automatiquement inscrits comme étant bozales. L’origine des esclaves africains est par la suite précisée par des références géographiques, plutôt qu’ethniques, appliquées de manière arbitraire par des Blancs qui ne connaissent que trop peu le continent africain et les nations africaines. Voir Rodriguez Junius P., The Historical Encyclopedia of World Slavery, volume I, Santa Barbara, ABC-CLIO, 1997, p. 97.

61 L’expression « nègre brut » renvoie aux esclaves nouvellement importés d’Afrique ; ils le demeurent pendant environ un à deux ans. Voir Warden D. B., op. cit., p. 289.

62 Selon Ingersoll, de 1787 à 1795 et de 1800 à 1803, 66 voyages ont été effectués entre l’Afrique et La Nouvelle-Orléans, touchant environ 2700 esclaves. Voir p. 141 et 150. Pour toute la période coloniale, Ingersoll estime à 12905 le nombre d’Africains introduits à La Nouvelle-Orléans. Voir Ingersoll T. N., Mammon and Manon, op. cit., p. 152.

63 Le Glaunec J.-P., « Slave Migrations and Slave Control », op. cit., p. 214. Pour Thomas N. Ingersoll, cette diversité de nations, de langues et de cultes aurait d’ailleurs empêché les esclaves de se rassembler en une communauté unie et homogène. Voir Ingersoll T. N., Mammon and Manon, op. cit., p. 288.

64 Ingersoll Thomas N., « The Slave Trade and the Ethnic Diversity of Louisiana’s Slave Community », Louisiana History : The Journal of the Louisiana Historical Association, vol. 37, no 2, été 1996, p. 159.

65 Le Glaunec J.-P., « Slave Migrations and Slave Control », op. cit., p. 214.

66 Aux États-Unis, un esclave créole désigne tout esclave né au pays, par opposition aux esclaves bruts, provenant d’Afrique, ou aux esclaves importés de la Caraïbe : « Utilisé d’abord en Amérique pour désigner un enfant né de parents européens, le terme s’élargit pour désigner toute personne de race blanche née dans les colonies européennes de l’Amérique intertropicale. Par extension encore le terme désigne de façon générale “la descendance locale d’une espèce importée”. Ainsi, de même que sont distingués les Blancs métropolitains des Blancs créoles, le terme créole est appliqué aux esclaves nés en Amérique pour les distinguer des esclaves de traite nés en Afrique, les “bossales” ou “nègres de Guinée”. » Le fait qu’un esclave soit créole n’implique cependant pas qu’il parle le créole, système linguistique provenant du contact entre une langue européenne et une langue indigène que l’on retrouve notamment dans les Antilles. Voir Yacou Alain (dir.), Créoles de la Caraïbe, actes du colloque universitaire en hommage à Guy Hazaël-Massieux, Pointe-à-Pitre, le 27 mars 1995, Paris, Karthaka, 1996, p. 148.

67 Le Glaunec J.-P., « Slave Migrations and Slave Control », op. cit., p. 214.

68 Ingersoll T. N., Mammon and Manon, op. cit., p. 325. Notons toutefois que plusieurs critiques s’élèvent contre l’ouvrage de Thomas N. Ingersoll. Du fait qu’il analyse des sources somme toute limitées (qui se restreignent surtout aux archives impériales, aux archives judiciaires, aux registres paroissiaux et aux récits de voyage), plusieurs historiens lui reprochent d’émettre des faits non fondés qui relèvent davantage de la spéculation. Sa principale prémisse est que La Nouvelle-Orléans coloniale est semblable aux autres colonies anglo-américaines de l’époque et se rattache, dès sa fondation, au continent nord-américain plutôt qu’au monde atlantique. Il sous-estime ainsi les différences entre les régimes français et espagnol du xviiie siècle et le régime américain du xixe siècle. Voir les comptes rendus de David C. Rankin dans The Journal of Southern History, vol. 66, no 4, novembre 2000, p. 859-860 ; et de Virginia M. Gould sur le site web Humanities & Social Sciences Online, avril 2000 http://h-net.msu.edu/cgi-bin/logbrowse.pl?trx=vx&list=hurban&month=0004 & week=c & msg=Fmndd0cAznQ2K9lQMtEj1g & user= & pw=.

69 Le Glaunec J.-P., « Un Nègre nommè [sic] Lubin », op. cit., p. 111.

70 Ibid., p. 107.

71 Ibid., p. 117.

72 Rothman A., op. cit., p. 89.

73 Powell L. N., op. cit., p. 261. Les nouveaux esclaves étaient probablement tous africains sous la période espagnole, et près des trois quarts devaient l’être entre 1803 et 1812. Voir Le Glaunec J.-P., « Slave Migrations in Spanish and Early American Louisiana », op. cit., p. 209.

74 Johnson W., Soul by Soul, op. cit., p. 48.

75 Frey S. R., op. cit., p. 221.

76 Rothman A., op. cit., p. 199.

77 Hirsch A. R. et Logsdon J., op. cit., p. 118.

78 Hodgson Adam, Remarks during a Journey through North America in the Years 1819, 1820, and 1821, in a Series of Letters…, New York, 1823, p. 178.

79 Johnson W., Soul by Soul, op. cit., p. 1.

80 Flint T., op. cit., p. 301.

81 Evans Estwick, A Pedestrious Tour, of Four Thousand Miles, Through the Western States and Territories, During the Winter and Spring of 1818, Interspersed with Brief Reflections upon a Great Variety of Topics : Religious, Moral, Political, Sentimental, Concord (NH), Joseph C. Spear, 1819, p. 339. Stoddard Amos, Sketches, Historical and Descriptive, of Louisiana, Philadelphie, Mathew Carey, 1812, p. 333.

82 Paxton John Adams, The New Orleans Directory and Register ; containing the Names, Professions, & Residences, of all the Heads of Families, and Persons in Business, of the city and suburbs ; Notes on New Orleans ; with other useful information, La Nouvelle-Orléans, Benj. Levy & Co., 1822, p. 27. Par Upper Country, Paxton désigne les États du Kentucky, du Tennessee, du Missouri, de l’Ohio, du Missouri, du Mississippi, de la Pennsylvanie et de New York.

83 Johnson W., Soul by Soul, op. cit., p. 1. Entre 1803 et 1808, Jean-Pierre Le Glaunec répertorie ainsi 119 navires négriers qui entrent en Louisiane, avec un total de plus de 5 245 esclaves à leur bord. 37 % d’entre eux (1941 individus) proviennent directement d’Afrique, avec ou sans transit à Charleston et à Cuba ; 30,6 % (1604 individus) arrivent des États-Unis, principalement de Charleston (1531) ; et 19,2 % (1009 individus) proviennent de la Jamaïque (496 esclaves), de Cuba (406 esclaves) et des autres îles des Antilles (107 esclaves). Voir Le Glaunec Jean-Pierre, « A Directory of Ships with Slave Cargoes, Louisiana, 1772-1808 », Louisiana History. The Journal of the Louisiana Historical Association, vol. 46, no 2, été 2005, p. 223-230. Malheureusement, aucun manifeste d’entrée de navires à La Nouvelle-Orléans entre 1808 et 1818 n’a survécu. Il est donc difficile de faire la même analyse pour cette décennie. De janvier 1819 à décembre 1821, Adam Rothman dénombre quant à lui plus de 70 navires qui arrivent au port de La Nouvelle-Orléans, transportant plus de 3000 esclaves originaires des ports de la côte est américaine. Voir RothmanA., op. cit., p. 198. Rothman précise également que plus de 60 % des esclaves adultes sont des hommes, ce qui reflète la préférence des planteurs sucriers de la Louisiane.

84 Voir la base de données Afro-Louisiana History and Genealogy 1719-1820, disponible sur http://www.ibiblio.org/laslave/ (consulté le 21 août 2015). L’auteure se base sur les actes notariés de la paroisse d’Orléans. Si Hall admet dans son introduction que des erreurs sont possibles, elle n’émet cependant aucune marge d’erreur concrète et n’indique pas la méthodologie qui a été utilisée pour éviter de telles erreurs. Il est inévitable qu’une si imposante base de données contienne des erreurs ; des duplicatas s’y retrouvent certainement.

85 Plusieurs historiens ont déjà soulevé le dilemme que représentent ces « nations » africaines. Après tout, ces catégories nationales et ethniques ont été formulées par des Européens, très peu au courant du contexte géopolitique et des groupes ethniques africains de l’époque. Comme le démontre Peter Caron avec l’exemple de la Louisiane, un mot utilisé pour identifier la « nation » ou le « pays » d’un captif ne correspond pas toujours à sa véritable ethnicité : « “Guinea”, “Sénégalais”, “Mina” and other generic labels cast large nets, even though the meanings of such words varied between regions and over time. For example, “Guinea” could mean a slave from almost anywhere on the West African Coast ; “Sénégalais” was a catch-all geographical phrase ; and “Mina” was used to describe any slave from the region extending from Elmina on the Gold Coast to the Bight of Benin. […] “Congo” referred to the large geographical area along the central African coast. » Voir Caron Peter, « “Of a nation which the others do not Understand” : Bambara Slaves and African Ethnicity in Colonial Louisiana, 1718-60 », dans David Eltis et David Richardson (dir.), Routes to Slavery. Direction, Ethnicity and Mortality in the Transatlantic Slave Trade, Londres, Routledge, 1997, p. 100-101. De plus, certains négriers qui capturaient les Africains pénétraient très loin à l’intérieur du continent pour en ramener des captifs qui étaient par la suite vendus sur la côte. Leur origine, point de capture ou point d’embarquement fut parfois très nébuleux, déterminé par le négrier plutôt que par l’esclave lui-même. Notons toutefois que l’historiographie assiste actuellement à une nouvelle interprétation de ces « nations ». Deborah Jenson considère ainsi que l’origine d’un esclave a souvent été décidée par l’esclave lui-même. Voir son article « Jean-Jacques Dessalines and the African Character of the Haitian Revolution », The William and Mary Quarterly, vol. 69, no 3, juillet 2012, p. 618. Pour Jean-Pierre Le Glaunec, la catégorisation en « nations » n’est pas seulement une identification sociale imposée. Pour connaître l’origine de leurs esclaves, les propriétaires et les marchands tendent souvent à la leur demander. L’esclave construit ainsi sa propre ethnicité : « African “nations” also served as personal and desired forms of self-representation, though always fluctuating ones — across the Atlantic world. » Voir Le Glaunec J.-P., « Un Nègre nommè [sic] Lubin », op. cit., p. 105.

86 Les chiffres sont tirés de la base de données de Gwendolyn Midlo Hall pour la jeune période américaine (1804- 1820), Afro-Louisiana History and Genealogy, 1719-1820, disponible sur http://www.ibiblio.org/laslave/.

87 Gould V. M., « If I Can’t Have My Rights », op. cit., p. 179.

88 Ibid., p. 181.

89 Ibid., p. 188.

90 Latrobe Benjamin H. B., Impressions Respecting New Orleans. Diary and Sketches 1818-1820, New York, Columbia University Press, 1951, p. 101. Une note de l’éditeur, en bas de page, précise : « According to the “Black Code”, it was only in New Orleans that slaves were permitted to act as peddlers, the law prescribing that goods sold by them must be carried in baskets on their heads. » Voir l’ordonnance concernant les marchands étaliers et colporteurs dans les limites de la cité et pour d’autres objets, dans Augustin D., A General Digest of the Ordinances and Resolutions of the Corporation of New Orleans, La Nouvelle-Orléans, Jerome Bayon, 1831, article 3 et 4, p. 150 et 152.

91 Latrobe John Hazelhurst Boneval, Southern Travels. Journal of John H. B. Latrobe 1834, La Nouvelle-Orléans, The Historic New Orleans Collection, 1986, p. 47.

92 Evans F. W., op. cit., p. 109-110.

93 Ibid., p. 109, et Ingersoll T. N., Mammon and Manon, op. cit., p. 320-321. La section 6 du Code noir de 1806 accorde ainsi à l’esclave le droit de travailler certains jours à son propre compte, notamment dans son jardin : « No master shall be discharged from the obligation of feeding his slaves, by allowing them, instead of feeding them, to work certain days in the week for their own account, under a penalty of twenty-five dollars for every offence against this provision. »

94 Hanger K. S., op. cit., p. 23.

95 Nuttall Thomas, Journal of Travels into the Arkansa Territory, during the year 1819 ; with occasional observations on the manners of the aborigines, illustrated by a map and other engravings, Philadelphie, Thos. H. Palmer, 1821, p. 245.

96 Latrobe J. H. B., Southern Travels, op. cit., p. 177.

97 The Bee, vol. IX, no 22, 13 octobre 1835, p. 2. La citation se retrouve également dans le livre de Evans F. W., op. cit., p. 109.

98 Berlin I., Generations of Captivity, op. cit., p. 91.

99 Ibid.

100 Section 1 du Code noir de 1806 : « Slaves shall have free enjoyment of Sundays, and shall be paid fifty cents a day, or its customary equivalent, for their labor when employed by the free inhabitants — provided this privilege shall not be extended to slaves employed as servants, carriage drivers, hospital waiters, or in carrying provisions to market. »

101 Ingersoll T. N., Mammon and Manon, op. cit., p. 295.

102 Ibid.

103 Latrobe B. H. B., Impressions Respecting New Orleans, op. cit., p. 130.

104 Les travaux domestiques et ménagers incluent les blanchisseuses, boulangères, coiffeuses, couturières, cuisinières, domestiques, femmes de chambre, gardiennes d’enfants, repasseuses et les femmes sachant tenir un ménage. La catégorie « Autres », chez les femmes, désigne les gardiennes d’animaux (1) et les femmes « sachant faire un peu de tout » (3). Les travaux manuels qualifiés, chez les hommes, désignent les barbiers, bouchers, boulangers, briquetiers, bûcherons, charpentiers, charretiers, charrons, chocolatiers, cigariers, cochers, commandeurs, cordonniers/bottiers, corroyeurs, couvreurs, démonteurs de meubles, équarrisseurs, fabricants de chandelles, fabricants de chaux, fabricants de mortier, fabricants de voiles, forgerons, ingénieurs, jardiniers, jockeys, maçons, maîtres de pelle, manœuvres de presse à coton, laboureurs, menuisiers, pâtissiers, confiseurs, peintres, potiers, raffineurs, scieurs de long, scieurs, serveurs, sucriers, tailleurs, tanneurs, tonneliers et valets d’écurie. La catégorie « Autres » comprend les hommes travaillant au moulin (48), les gardiens d’animaux (3), les hommes travaillant sur la levée (1), les journaliers (8), les hommes « sachant faire de tout » (1), les prédicateurs (1), les vachers (4) et les chasseurs (1).

105 Gould V. M., « If I Can’t Have My Rights », op. cit., p. 91.

106 Inventaire après décès de Louis Rillieux, 14 juillet 1829, ANNO.

107 À La Nouvelle-Orléans, un(e) griffe désigne toute personne qui est la progéniture d’un(e) mulâtre (sse) (mulato [mulata] ou pardo en espagnol) et d’un(e) Noir(e) (negro [negra] en espagnol). En campagne, le terme renvoie plutôt à un descendant d’une relation entre un(e) Noir(e) et un(e) Amérindien (ne). Voir Hanger, K. S., op. cit., p. 16. La désignation raciale d’une personne à La Nouvelle-Orléans dépend beaucoup de la personne qui l’inscrit ; elle est donc malléable et subjective. Durant la période espagnole, la hiérarchie raciale de la population louisianaise s’est déclinée dans une palette de termes et de couleurs, tradition qui s’est poursuivie au cours du xixe siècle : « People were not simply black or white by virtue of biology but rather fit into the racial hierarchy according to a complex formula that combined physical features, clothing style, language, religion, family reputation, occupation, and other factors and that differed depending on locality and time period. » Hanger K. S., op. cit., p. 15.

108 Inventaire après décès de Louis Foucher, 6 octobre 1834, ANNO.

109 Inventaire après décès de Michel Andry, 29 décembre 1839, ANNO.

110 Ordonnance concernant les esclaves de la ville, des faubourgs et lieux circonvoisins de La Nouvelle-Orléans, et autres personnes y mentionnées, approuvé le 15 octobre 1817, article 6, New Orleans Public Library (ci-après NOPL). Il semble toutefois que de tels règlements existent également en milieu rural. Le règlement de police de la paroisse Saint-Jean-Baptiste statue entres autres que « tout habitant qui laissera battre du tambour ou danser dans son camp après le coucher du soleil sera condamné à une amende de cinquante piastres », et qu’« il est expressément défendu à tout homme ou femme de couleur, nègre ou négresse, libres, de recevoir des esclaves dans leurs assemblées, ou bals, soit de jour, soit de nuit, sous peine d’une amende de vingt cinq piastres ». Voir le Projet d’un règlement de police pour la paroisse de St. Jean-Baptiste, 16 juin 1828, section 15, articles 1 et 5, archives de la paroisse Saint-Jean-Baptiste (MSS 965), folio 2, archives de la Louisiana State University (ci-après ALSU).

111 Ibid., articles 4, 7 et 9, p. 134 et 136.

112 Rapport de la patrouille, daté du 26 janvier 1817, NOPL. Le terme « bamboula » désigne les danses des esclaves les dimanches après-midi. Selon Jacqueline Rosemain, deux interprétations permettent de situer l’origine du nom : « Les historiens disent que les esclaves ont donné le nom du tambour avec lequel ils rythmaient les danses, c’est-à-dire un tambour fait à partir d’un ou plusieurs nœuds de bambou. Cette version pourrait aussi être retenue, quand on sait qu’ils désignaient par le même nom leurs danses et l’instrument principal qui les accompagnait. […] Une autre version peut être encore retenue : dans la langue banyou parlée au Sénégal et en Guinée Bissao, le mot bamboula signifie tambour […]. » Il se pourrait donc que le tambour ait donné le nom à ces après-midi de danses. Voir Rosemain Jacqueline, La musique dans la société antillaise, 1635-1902, Martinique, Guadeloupe, Paris, L’Harmattan, 1986, p. 22-23.

113 Rapport de la patrouille, daté du 2 mars 1817, NOPL. Selon Charles Ridoré, une calinda est une « danse lascive des esclaves antillais lors des rares moments de fête ». Voir l’ouvrage, Une aube neuve pour Haïti. Poèmes, Fribourg, Éditions La Sarine, 2004, p. 81.

114 Rapport de la patrouille, daté du 27 avril 1817, NOPL.

115 Rapport de la patrouille, daté du 10 mars 1817, NOPL.

116 Rapport de la patrouille, daté du 17 mai 1817, NOPL. L’esclave, nommé Jacob George, est arrêté dans le cabaret de John Smith, à l’encoignure des rues Bienville et Rampart, avec un autre esclave et quatre matelots blancs. Il est étonnant de voir avec quelle facilité les barrières raciales sont transgressées lorsqu’ont lieu des activités illicites. En effet, il semble fréquent, au xixe siècle, que les matelots blancs fréquentent des esclaves et des libres de couleur pour boire, danser et jouer jusqu’aux petites heures du matin.

117 Rapport de la patrouille, daté du 31 mai 1817, NOPL. L’esclave Auguste, appartenant à M. Préval, est arrêté sur la levée vis-à-vis la douane.

118 Rapport de la patrouille, daté du 13 juillet 1817, NOPL. Un groupe de 18 esclaves, de différents propriétaires, qui étaient dans un bal en compagnie de 4 « nègres se disant libres », sont arrêtés à minuit au Faubourg Marigny, d’après l’ordre de M. Le Maire, par une forte patrouille.

119 Rapport de la patrouille, daté du 14 juin 1817, NOPL. George, esclave de Dame Rousseau, est arrêté par la patrouille à 10 heures du soir et « avait sur lui un casse-tête et un couteau déposés au poste ».

120 Rapport de la patrouille, daté du 8 juillet 1817, NOPL. Paillasse, esclave de M. Luissart, est arrêté sur ordre du Sieur Jacques Dessales, « le dit nègre arrêté avec un sac de tabac en poudre ».

121 Rapport de la patrouille, daté du 25 août 1817, NOPL : « le dit commissaire accompagné de celui de sa même clace M. Louis Nicolas ayant entendu battre du tambour dans la cour de la négresse libre nommée Marie Ado, ont trouvé plus de 30 nègres tant hommes que femmes et les ayant réprimandés, et avoir coupé leur tambour un moment appres ils se sont encore réunis, et continués de nouveaux leur dance, se qui obligea les dits commissaires de prendre cinq hommes de la garde [et] d’arrêter la négresse Helene qui se dit libre […] », ainsi que quatre autres esclaves.

122 L’historien Jean-Pierre Le Glaunec a analysé les registres de police de La Nouvelle-Orléans afin de mieux cerner les résistances des esclaves. Voir son chapitre, « Ébauches d’une “géographie rivale” des résistances d’esclaves à La Nouvelle-Orléans », dans l’ouvrage collectif dirigé par Cécile Vidal, Emily Clark et Ibrahima Thioub, Saint-Louis du Sénégal et La Nouvelle-Orléans : deux villes en miroir, xviie-xxie, actes du colloque organisé par l’EHESS du 22 au 25 avril 2013, La Nouvelle-Orléans, université Tulane, à paraître.

123 Latrobe B. H. B., Impressions Respecting New Orleans, op. cit., p. 51.

124 Paxton J. A., op. cit., p. 40.

125 Blassingame J. W., Black New Orleans, op. cit., p. 2.

126 Ibid.

127 Ibid., p. 3.

128 Clark John G., New Orleans, 1718-1812: An Economic History, Gretna (LA), Pelican Publishing, 1970, p. 11.

Table des illustrations

Titre Figure 1. – Carte des paroisses de la Louisiane américaine en 1835.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/137892/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Tableau 1. – Population en Louisiane, 1803-185011.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/137892/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
Titre Figure 2. – Vue de la cathédrale Saint-Louis en 1838.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/137892/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
Titre Tableau 2. – Population de la ville de La Nouvelle-Orléans (1803-1850).
Légende a. L’historienne Virginia M. Gould démontre cependant les limites du recensement de 1850 pour l’analyse des familles esclaves : « Unfortunately, since the census taker’s job was simply to record the slaves in each household family information was secondary and it appears that it was not entirely consistent. » Gould Virginia M., « “The House that Was Never a Home” : Slave Family and Household Organization in New Orleans, 1820-1850 », Slavery and Abolition, vol. 18, no 2, août 1997, p. 101.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/137892/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 61k
Titre Figure 3. – La ville et les faubourgs de La Nouvelle-Orléans par Jacques Tanesse, arpenteur municipal, 1815. Bibliothèque du Congrès.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/137892/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 149k
Titre Figure 4. – La Nouvelle-Orléans et de ses environs, par Henry Möllhausen, ingénieur civil, 1845. Bibliothèque du Congrès.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/137892/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 141k
Titre Tableau 3. – Population de la ville de La Nouvelle-Orléans, par rue et par désignation raciale, en 1805. Flannery M., op. cit., p. 106-107.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/137892/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 87k
Titre Tableau 4. – Âge et sexe des esclaves de la ville de La Nouvelle-Orléans en 1820.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/137892/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 15k
Titre Tableau 5. – Origines des esclaves de la paroisse d’Orléans, 1804-1820. Récapitulatif pour les années de l’échantillon
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/137892/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Tableau 6. – Métiers et occupations des esclaves de La Nouvelle-Orléans selon la base de données des inventaires après décès de Paul Lachance.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/137892/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 24k

© Presses universitaires de Rennes, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search