Version classiqueVersion mobile

Du baptême à la tombe

 | 
Geneviève Piché

Préface

Paul Lachance

Texte intégral

1Ayant reçu le Prix de thèse de l’Institut des Amériques qui comporte sa publication par les Presses universitaires de Rennes, Geneviève Piché m’a demandé de rédiger une préface à son ouvrage. En tant que spécialiste de l’histoire de l’esclavage aux États-Unis, et spécialiste de l’histoire de la Louisiane, je suis en effet une « personne toute désignée pour cela » ! J’ai d’ailleurs rencontré l’auteure pendant ses recherches et l’ai fortement encouragée dans un projet qui me semblait particulièrement bien conçu.

2C’est un grand honneur de recommander maintenant l’ouvrage achevé. L’auteure fait une contribution importante à l’historiographie louisianaise par son choix de sujet, la religion des esclaves, par sa façon de le délimiter dans le temps et dans l’espace, par les différents types de sources qu’elle examine, en particulier la correspondance ecclésiastique et les registres paroissiaux, et par ses méthodes d’analyse. Elle exprime ses idées avec une clarté et une élégance de style qui rend le livre un plaisir à lire ! Elle arrive à une conclusion plus optimiste que j’admettrais sur la capacité des esclaves de « façonner leur propre afro-catholicisme » et de rejoindre ainsi « une communauté qui leur permet de se rebâtir des liens spirituels et familiaux, détruits par le système esclavagiste ». Dire que le catholicisme offrait aux esclaves « une forme de liberté spirituelle qui a pu être au cœur de leur vie quotidienne et familiale » implique une caractérisation de leur vraie expérience et de ce qu’ils croyaient réellement qu’il est impossible de vérifier.

3Mais, cher lecteur, c’est à vous de juger. Le grand mérite du livre est de rassembler les données qui permettent une évaluation objective à savoir jusqu’à quel point le catholicisme reste la religion dominante des esclaves en Louisiane quarante ans après son déplacement comme religion officielle par la vente du territoire aux États-Unis et à la fin d’une période de changement important dans le système esclavagiste, en ville et en campagne, en conséquence des révolutions du coton, du sucre, et des transports.

Auteur

Ph.D., Wisconsin University, département d’histoire, université d’Ottawa

© Presses universitaires de Rennes, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search