Version classiqueVersion mobile

Du baptême à la tombe

 | 
Geneviève Piché

Remerciements

Texte intégral

Les archives nécessaires à l’écriture de ce qui fut à l’origine une thèse étant dispersées dans de nombreux centres d’archives, eux-mêmes répartis dans plusieurs villes et États américains, les recherches que j’y ai menées n’auraient pu être entreprises sans l’aide financière de plusieurs institutions. Mes remerciements vont à l’université de Sherbrooke, à l’université Toulouse-Jean Jaurès, au Fonds de recherche du Québec sur la société et la culture, à l’université Notre Dame et au Cushwa Center for the Study of American Catholicism, au Groupe d’histoire de l’Atlantique français, à l’Association française d’études américaines, à la Société des anglicistes de l’enseignement supérieur, au ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport du Québec et au Grand Projet de recherche concertée « Le français à la mesure d’un continent » de l’université d’Ottawa. Un merci particulier à l’Institut des Amériques de Paris et aux Presses universitaires de Rennes qui, grâce au Prix de thèse 2016, ont donné vie à cette publication.

Plusieurs archivistes m’ont grandement soutenue et aidée dans mes recherches. Merci à Dorenda Dupont, à l’archevêché de La Nouvelle-Orléans, avec qui je partage non seulement un intérêt pour l’histoire louisianaise, mais également pour l’histoire de nos ancêtres communs, les Trépanier. Merci aux religieuses du Mont Carmel, particulièrement sœur Mary Ellen Wheelahan, et à tout le personnel de l’archevêché, qui m’ont accueillie à bras ouverts lors de ces longs mois de recherche. Merci à l’archiviste Kevin Cawley, de l’université Notre Dame, qui m’a guidée à travers les nombreuses collections du centre d’archives. Merci au personnel de la Historic New Orleans Collection, particulièrement au conservateur Howard Margot, qui m’a fait découvrir plus d’une facette de La Nouvelle-Orléans. Aux archives de la Louisiana State University, un merci tout particulier à l’archiviste Germain Bienvenu, pour ses précieux conseils. Merci à Debra McIntosh, du collège Millsaps, ainsi qu’à John Sharp, directeur adjoint de la recherche au Centre d’études louisianaises de l’université de la Louisiane à Lafayette.

En rédigeant cet ouvrage, j’ai pu compter sur les conseils et le soutien de nombreux historiennes et historiens chevronnés. J’espère qu’ils se reconnaîtront dans ces quelques mots. Merci à Benoît Grenier, Jean Hébrard, Ollivier Hubert, Alexandre Dubé, Paul Lachance, Ibrahima Seck, Sophie White, Emilie Leumas. Merci à Marcel Boyer, Jay D. Edwards et Gerald Keller pour les autorisations de reproduction des images. Je remercie aussi mes assistantes personnelles de recherche, ma mère Johanne Trépanier et mon amie Annie Poulin. Enfin, merci à deux formidables directeurs, Jean-Pierre Le Glaunec et Nathalie Dessens. Sans eux, je ne serais jamais partie à la rencontre des esclaves louisianais…

Adresse bibliographique

1© PRESSES UNIVERSITAIRES DE RENNES

2SAIC ÉDITION – UNIVERSITÉ RENNES 2

32 AV. GASTON-BERGER – BÂTIMENT GERMAINE-TILLION

435043 RENNES CEDEX

5www.pur-editions.fr

6ISBN 978-2-7535-7328-4

7ISSN 2265-6537

8Dépôt légal : 1ersemestre 2018

© Presses universitaires de Rennes, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search