Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Diplomaties culturelles et fabrique des identités

 | 
Juliette Dumont

Troisième partie. Perspectives nationales

Conclusion générale

L’Amérique latine n’est pas une périphérie

Texte intégral

1En février 1945, alors que la Seconde Guerre mondiale touche à sa fin et que s’annonce une nouvelle ère des relations internationales, le Brésilien Osório Dutra, alors à la tête de la Division de coopération intellectuelle, fait l’éloge en ces termes de la coopération intellectuelle :

  • 1 AHI, Divisão de cooperação Intelectual, 135/5/7, Rio de Janeiro, 22-02-1945, « Relatório sobre as a (...)

« Puissant instrument de compréhension et de rapprochement entre les nations – compréhension et rapprochement qui ne peuvent résulter que d’une connaissance réciproque –, [la coopération intellectuelle] revêt encore plus de sens quand elle implique un pays jeune, encore grandement méconnu, comme c’est le cas du Brésil. La coopération intellectuelle apparaît alors comme un auxiliaire puissant de la politique, dont elle aplanit et illumine le chemin, ouvrant de véritables espaces d’intérêt et de sympathie parmi les peuples1. »

2Cette citation éclaire comment l’idéal de « Société des Esprits » formulé par Paul Valéry au lendemain de la guerre de 1914-1918 a pu devenir, pour le Brésil, mais aussi pour l’Argentine et le Chili, une voie vers l’accomplissement des objectifs de leur politique extérieure. Si, au cours de la période étudiée, la coopération intellectuelle se joue pour ces trois pays de plus en plus hors du cadre de l’Institut international de coopération intellectuelle, il n’en reste pas moins que cet organisme – conçu au départ par une France désireuse d’affermir son rayonnement international – a offert à des pays souffrant d’être considérés comme périphériques une opportunité de valoriser leurs productions intellectuelles, contribuant ainsi à mieux les intégrer au concert des nations. Les diplomaties culturelles argentine, brésilienne et chilienne prennent donc corps en étroite relation avec les dynamiques impulsées par une organisation internationale, œuvrant de la sorte à renforcer le rôle de la culture dans les relations internationales.

  • 2 Pedersen Susan, « Review Essay : Back to the League of Nations », The American Historical Review, v (...)
  • 3 Ce renouveau a été marqué par la tenue d’un colloque, intitulé « Towards a New History of the Leagu (...)

3Notre travail va par conséquent à l’encontre des analyses développées par Susan Pedersen, qui affirme que l’Organisation de coopération intellectuelle a eu une importance plus symbolique que réelle2. Nous avons montré qu’elle a permis, en lien et parfois en concurrence avec le Bureau de coopération intellectuelle de l’Union panaméricaine, de générer et de consolider des réseaux et des pratiques qui donnent aux acteurs latino-américains la possibilité d’agir aussi bien à l’échelle régionale que nationale. Nos recherches s’inscrivent par conséquent dans le renouveau historiographique3 autour de la Société des Nations et des différents organismes qui en dépendaient. L’Amérique latine représente pour cela un champ d’études fécond, permettant de décentrer le regard par rapport à une bibliographie jusqu’à présent dominée par les enjeux européens. Étudier la SDN depuis le sous-continent produit des enseignements qui documentent autant l’insertion internationale de ce dernier que l’histoire de cette organisation. Le prisme de la SDN est un moyen non seulement d’analyser le positionnement de la région vis-à-vis de l’Europe, mais aussi d’interroger ses rapports à un système interaméricain largement dominé par les États-Unis. Les débats que crée la cohabitation, parfois peu évidente, de la SDN et du système interaméricain, autour des notions d’universalisme et de régionalisme, représentent pour le chercheur une entrée intéressante à la fois pour étudier le système international de l’entre-deux-guerres et pour comprendre les interrogations qui parcourent le sous-continent quant à sa place et à son rôle sur la scène internationale. La mise en regard des expériences argentine, brésilienne et chilienne à la SDN, au sein de l’OCI et dans le système interaméricain, dévoile la diversité de modalités selon lesquelles on a, en Amérique latine, appréhendé les possibilités et les limites de ces organisations. Enfin, en observant depuis le sous-continent les enjeux soulevés par ces dernières, nous avons pu aborder la question des rapports entre l’Europe et les États-Unis, oscillant entre méfiance et collaboration.

  • 4 Frank Robert, La hantise du déclin. La France, 1920-1960 : finances, défense et identité nationale, (...)

4Le choix de traiter de trois pays différents, la manière dont nous avons conçu le déroulement de ce travail, de même que la mobilisation de notions et de concepts relevant de l’histoire des relations internationales, de l’histoire culturelle, de l’histoire des intellectuels et de l’histoire des sciences, s’est imposé pour répondre à l’injonction de Robert Frank selon laquelle « l’historien doit s’efforcer de faire de l’histoire totale », ajoutant que « l’histoire des relations internationales se prête particulièrement bien à cet exercice4 ». Plus qu’une ambition qui relèverait de l’illusion de l’exhaustivité, cette démarche avait pour objectif de reconstituer le jeu d’échelles, la toile, dans laquelle s’insèrent les problématiques propres à l’Argentine, au Brésil et au Chili. Il s’agissait ainsi d’éclairer les tenants et les aboutissants de ces problématiques nationales, d’en élucider la genèse et les évolutions, mais également de les dépasser pour mettre en lumière le processus qui mène à l’élaboration d’une image destinée à être présentée au monde.

5Par le biais du jeu d’échelles, nous avons pu montrer que la naissance et les développements des diplomaties culturelles argentine, brésilienne et chilienne ne pouvaient être appréhendés qu’en prenant en considération la structuration d’un système international. Ce dernier signifiait pour l’Amérique latine le maintien d’un équilibre entre l’Europe, à travers la SDN et l’OCI, et le continent américain où le système interaméricain était perçu tout à la fois comme un instrument au service de l’hégémonie des États-Unis et la possibilité de résoudre un certain nombre de questions propres à la région. À l’instar des travaux d’Anne-Marie Thiesse et de Patricia Funes, nous avons replacé les questionnements identitaires spécifiquement argentins, brésiliens et chiliens dans une perspective plus large qui prenait en considération ce qui se jouait, dans ce domaine, au niveau latino-américain. Ainsi avons-nous pu montrer le rôle des circulations internationales et régionales dans l’élaboration d’une image se voulant le reflet de la singularité de chaque nation. On voit donc marcher de concert des idéaux de coopération à l’échelle du monde et l’affirmation de plus en plus marquée des nationalismes. La « connaissance réciproque », base de « la compréhension et du rapprochement des peuples », dont Osório Dutra vante les mérites en 1945, n’exclut donc nullement la persistance d’un imaginaire et de représentations qui, pour définir les contours de l’identité nationale, créent de la différence autant que de l’indifférence, incluent autant qu’ils excluent. Nous rejoignons en cela les analyses de Pierre Bourdieu :

  • 5 Bourdieu Pierre, « Les conditions sociales de la circulation internationale des idées », Actes de l (...)

« On croit souvent que la vie intellectuelle est spontanément internationale. Rien n’est plus faux. La vie intellectuelle est le lieu, comme tous les autres espaces sociaux, de nationalismes et d’impérialismes, et les intellectuels véhiculent, presque autant que les autres, des préjugés, des stéréotypes, des idées reçues, des représentations très sommaires, très élémentaires, qui se nourrissent des accidents de la vie quotidienne, des incompréhensions, des malentendus, des blessures (celles par exemple que peut infliger au narcissisme le fait d’être inconnu dans un pays étranger)5. »

6La blessure narcissique évoquée par Bourdieu est capitale pour comprendre les motivations des acteurs – qu’ils soient ou non diplomates – des diplomaties culturelles argentine, brésilienne et chilienne. L’image qu’ils construisent de leur pays pour l’extérieur est en grande partie fonction de la frustration maintes fois exprimée d’être trop peu visibles dans le concert des nations, ou alors, quand ils le sont, par le biais de représentations réductrices qui déforment leur « véritable » identité.

  • 6 Voir Ribeiro Edgard Telles, Diplomacia cultural : seu papel na política exterior brasileira, Brasíl (...)
  • 7 Kandel Isaac Leon, International cooperation : national and international, National Committee of th (...)

7Cette identité demeure problématique car, comme le fait remarquer Edgard Telles Ribeiro, quelle histoire, quelle culture et quelles valeurs peuvent recevoir la caractéristique de « nationale » ? Celles de la nation prise dans son ensemble, ou seulement celles de ses élites, de ses groupes dominants, des vainqueurs de son histoire6 ? Les critiques adressées à l’IICI au moment de sa réouverture en 1945 et la création consécutive de l’UNESCO font écho, dans le domaine des relations culturelles internationales, à ces interrogations. L’OCI pâtit en effet de l’accent mis sur des pratiques et des réseaux restreints à une minorité. Les Anglo-Saxons sont les détracteurs les plus virulents d’une telle conception de la coopération internationale. Le Nord-Américain Isaac Leon Kandel, membre de la Commission nord-américaine de coopération intellectuelle, souligne ainsi le caractère artificiel des commissions nationales qui ne représentent qu’une infime partie des cultures nationales qu’elles sont censées valoriser7. En dénonçant une compréhension de la culture réduite aux sciences, aux arts et aux lettres, Isaac Leon Kandel nous renvoie aux débats autour des notions de culture savante, de culture populaire et de folklore, à la légitimité d’expressions culturelles qui ne sont pas produites par des artistes et des intellectuels reconnus comme tels. La question du rôle d’un organisme international dont le champ d’action est la promotion de la culture et la valorisation d’un certain type de production culturelle se trouve ainsi posée. L’affirmation progressive, dans les trois pays que nous avons étudiés, et au-delà dans le reste du continent américain, de la valeur de la culture populaire et du folklore, participe selon nous pleinement au processus qui mène à l’avènement de l’UNESCO, censée rompre avec une conception élitiste de la culture. Alors que l’IICI a contribué, d’une certaine façon, à faire émerger, en Amérique latine, des réseaux et des pratiques structurant et remodelant les champs intellectuels et culturels, ce sont pour partie les Latino-Américains qui vont imprimer leur marque à l’UNESCO et en définir les priorités.

  • 8 Ibid.

8Les propos de Kandel offrent matière à l’analyse sur un autre point, lorsqu’il affirme que « l’idée d’une communauté culturelle internationale ne peut être promue qu’à partir du moment où l’idée de communauté culturelle nationale et sa source internationale sont établies8 ». Est-ce à dire que seuls les pays ayant clôturé l’espace de leur identité nationale et clairement défini les expressions culturelles qui en relèvent peuvent s’aventurer sur le terrain de la coopération internationale ? Cette assertion questionne non seulement la définition toujours difficile et hasardeuse de l’identité nationale, mais également, lorsqu’il est question de relations internationales, la possibilité de préserver cette identité. Nous citerons une fois de plus Edgard Telles Ribeiro, dont l’ouvrage est un plaidoyer pour une diplomatie culturelle renforcée :

  • 9 Ribeiro Edgard Telles, op. cit., p. 88.

« Qu’est-ce qui est réellement en jeu dans cette discussion ? Ne serait-ce qu’une question de consolidation du processus d’insertion dans les relations internationales […] ? Ou ne serions-nous pas, d’une certaine manière, [à travers notre politique culturelle] en train de contribuer à préserver notre propre identité culturelle ? La projection à l’extérieur d’une culture ne serait-elle pas un moyen supplémentaire de préserver et de consolider, de l’intérieur, les valeurs professées par cette culture9 ? »

9Cette problématique concerne toute nation soucieuse de ne pas perdre ce qui est considéré comme son essence. Les débats autour de l’« exception culturelle » française nous montrent bien que cette question se pose aussi pour une puissance comme la France. Faire le pari de la diplomatie culturelle relève donc tout autant d’une stratégie visant à conforter des objectifs diplomatiques qu’à préserver ce qu’une nation tient pour constitutif de sa singularité. La vocation d’une telle entreprise est par conséquent double : elle vise à opérer une distinction entre « nous » et « les autres » aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur des frontières d’un État. Dans cette perspective, la canonisation d’un patrimoine culturel national est à la fois le fruit du processus de définition identitaire qui se joue dans le cadre national et le résultat d’exigences qui proviennent de la scène internationale.

  • 10 Voir notamment Espagne Michel, « Sur les limites du comparatisme en histoire culturelle », Genèse, (...)

10Si l’on a pu reprocher à la démarche comparatiste de figer dans le temps les phénomènes observés, de réifier les réalités analysées10, nous espérons au contraire avoir montré que nous n’avions pas affaire à un temps plat. Plus qu’une négation de la dimension temporelle, le comparatisme, associé à l’étude de dynamiques transnationales, dévoile en fait la pluralité des temporalités et leur enchevêtrement. Il offre à l’historien la possibilité d’identifier des points de contact et de rupture entre le temps de la scène internationale, celui du contexte continental, celui qui caractérise le théâtre régional et enfin celui qui relève du cadre national. Pour nos trois pays, cela a pour vertu de montrer à quel point la politique extérieure est une traduction de nécessités internes en possibilités externes afin d’accentuer le contrôle d’une société sur son destin. Les positions adoptées par l’Argentine, le Brésil et le Chili tant à la SDN qu’au sein du système interaméricain en sont une bonne illustration. Le décalage entre le Brésil, très impliqué dans l’organisation genevoise jusqu’en 1926, l’Argentine, qui ne s’engage vraiment que dans les années 1930, et le Chili, qui essaie, jusqu’à son retrait en 1938, de maintenir une présence constante à Genève, renvoie aux évolutions politiques internes de ces trois nations, aux priorités fixées par leurs dirigeants et aux contraintes – économiques, sociales, géopolitiques – qui sont les leurs.

  • 11 Romero Luis Alberto, « L’Argentine au miroir des deux centenaires de la fondation de la République  (...)

11De fait, si les années 1920 représentent, pour l’Argentine et le Brésil, une certaine stabilité institutionnelle et politique, 1925 constitue une première rupture au Chili avec la proclamation d’une nouvelle constitution et l’avènement d’une nouvelle ère notamment en termes de participation politique. En revanche, pour les trois pays cette fois-ci, 1930 constitue un tournant. La crise de 1929 ébranle les piliers économiques, sociaux et politiques de pays dès lors sommés de penser et de mettre en œuvre une alternative capable d’éviter le délitement des sociétés nationales. Le fait que Getúlio Vargas, arrivé au pouvoir en novembre 1930, reste à la tête du pays jusqu’en 1945, donne à cette période une cohérence politique et idéologique qui se traduit au niveau de la politique extérieure brésilienne et de sa diplomatie culturelle. Cette dernière apparaît comme le prolongement de la vaste entreprise de redéfinition de l’imaginaire national, au cœur du programme de l’Estado Novo instauré en 1937. Cette donne est au fondement de la différenciation entre l’expérience brésilienne de diplomatie culturelle d’une part et celles que connaissent l’Argentine et le Chili d’autre part. Pour l’Argentine, 1930 est également une date charnière. Cependant, elle ouvre une phase caractérisée par un État qui, certes, intervient chaque jour davantage dans la vie économique, sociale et culturelle, mais dont la capacité d’action se trouve progressivement « colonisée par des intérêts catégoriels11 ». Dans ce cadre, il est impossible de réunir des intellectuels d’horizons divers et d’opérer une synthèse entre les différents courants du nationalisme autour d’un projet culturel commun. L’affirmation du péronisme à partir de 1943 ne change pas cet état des choses en raison du discours profondément clivant de son leader. En ce qui concerne le Chili, nous avons vu que le contexte tant économique que politique et social était peu favorable à l’émergence d’une action menée tant par l’État que par le monde intellectuel. Le « plan de chilenidad » de Pedro Aguirre Cerda paraît singulièrement pauvre en contenu lorsqu’on le met en regard avec la construction du mythe de la « démocratie raciale » au Brésil. Celui-ci bénéficie en outre d’un foisonnement en termes d’institutions culturelles nationales que l’on ne retrouve ni en Argentine, ni au Chili.

12Sur le plan des structures de la diplomatie culturelle, bien que Conrado Ríos Gallardo ait impulsé une dynamique qui précède les initiatives argentines et brésiliennes en la matière, les ambitions du ministère des Relations extérieures se trouvent freinées par le manque de moyens financiers, tandis qu’Argentine et Brésil se trouvent en mesure de mettre en place et de développer les services et les instruments nécessaires à leur projection sur la scène internationale. L’action chilienne n’est cependant pas nulle dans les années 1930 mais c’est l’université du Chili, et non plus le ministère des Relations extérieures, qui en est le moteur. Cela peut expliquer que, de plus en plus, les initiatives chiliennes privilégient le reste du continent. Dans la mesure où l’Argentine, le Brésil, comme le Chili, affrontent la même situation économique et géopolitique, ce n’est pas là que réside le seul facteur d’explication. En revanche, l’hypothèse selon laquelle, devenue le fer de lance de la diplomatie culturelle chilienne, l’université, malgré son prestige, ne dispose pas de réseaux lui permettant d’atteindre les deux rives de l’Atlantique et opte par conséquent pour des efforts la consacrant comme un pôle important de la vie intellectuelle de la région, nous semble faire sens.

13De manière générale, l’axe des politiques extérieures des trois pays se déplace sensiblement vers le reste de l’Amérique latine dans les années 1930, sous le double effet de la crise économique et de la montée des périls en Europe. La politique de bon voisinage impulsée par Franklin D. Roosevelt n’est bien évidemment pas étrangère à cet état de fait. Dans ce processus, la coopération intellectuelle, panaméricaine et latino-américaine, joue un rôle non négligeable. Quand bien même elle ne met pas fin aux tensions et aux rivalités qui existent entre pays du sous-continent et entre ces derniers et les États-Unis, elle contribue à donner sens à l’idée d’« hémisphère occidental » et vient contrebalancer la conviction, encore très présente aujourd’hui, qu’il n’y avait pas de contact et d’échange dans la région. Celle-ci apparaît en effet traversée de multiples circulations et si le Brésil reste encore relativement à part, il semble, à ce moment, sortir de son isolement.

14Le rapprochement des pays latino-américains, et plus particulièrement de l’Argentine, du Brésil et du Chili, est cependant compromis lorsque l’attaque de Pearl Harbor conduit les États-Unis à entrer en guerre. Le maintien de la neutralité argentine jusqu’en 1944 et chilienne jusqu’en 1943, alors que le Brésil déclare la guerre aux forces de l’Axe en août 1942 permet à celui-ci d’être, comme en 1918, du côté des vainqueurs en 1945. En revanche, le Chili, et surtout l’Argentine, voient leur crédibilité internationale sérieusement affectée par le fait de ne pas s’être engagés dans la bataille menant à la défaite de l’hydre totalitaire. Allié privilégié des Nord-Américains dans le sous-continent, les Brésiliens bénéficient en revanche d’une aura dont leur diplomatie culturelle peut profiter. En sachant abandonner à temps l’« équidistance pragmatique » qui était la sienne jusqu’en 1941, le Brésil garantissait sa place dans le système international qui surgirait de la guerre : lors de la Ire Assemblée générale de l’ONU de janvier 1946, il est ainsi élu membre provisoire du Conseil de sécurité. Il participe en outre, du 29 juillet au 15 octobre 1946, à la conférence de Paris sur les problèmes d’après-guerre.

15On pourrait donc croire à une configuration assez similaire à celle de 1919 : le Brésil ayant réussi à apparaître comme légitime dans une nouvelle organisation internationale, l’Argentine et le Chili devant montrer des gages de bonne volonté en raison de leur neutralité. La situation est pourtant radicalement différente. L’Europe sort du conflit encore plus affaiblie qu’en 1918 et la puissance des États-Unis est plus importante que jamais. Les pays latino-américains, beaucoup plus dépendants économiquement de la grande république du Nord, ne disposent plus à son égard de la marge de manœuvre qui était la leur avant la guerre. Les positions du Brésil et du Chili à l’ONU sont désormais celles d’un alignement systématique sur celle du voisin nord-américain. Alors que jusqu’en 1943 on peut parler d’une résistance de l’Argentine aux États-Unis, à partir de cette date c’est d’une opposition frontale qu’il s’agit, celle-ci devenant non seulement l’un des axiomes de sa politique extérieure, mais également l’un des piliers discursifs du péronisme à l’intérieur des frontières. Sommés de choisir leur camp, les pays latino-américains ne peuvent plus jouer la carte européenne pour se donner une marge de manœuvre qui leur permette de garantir leurs intérêts.

16Si l’Europe ne s’efface pas totalement de la scène latino-américaine au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, sa voix s’y fait désormais beaucoup plus assourdie. Car, bien qu’elle ait été rendue moins claire, moins forte, moins à même de guider l’Amérique latine sur la voie d’une modernité âprement désirée, après le cataclysme de la Première Guerre mondiale, la voix de l’Europe ne cesse pas pour autant d’être présente pendant la période que nous étudions. Notre étude est de fait traversée par les questionnements latino-américains au sujet des liens entre la Madre Europa et le sous-continent. L’idole tant admirée est tombée de son piédestal et suscite bien des tentations iconoclastes. Celles-ci sont néanmoins tempérées par une quête de reconnaissance et par la conviction de beaucoup d’intellectuels latino-américains que l’identité de la région et des nations qui la composent ne saurait exclure l’héritage européen, au risque d’y perdre une partie de leur âme. Il s’agit néanmoins de briser le miroir déformant tendu par l’Europe, que ce soit par le biais de l’anthropophagie d’Oswald de Andrade, par la promotion d’un folklore ne répondant pas aux canons européens, ou par la mise en scène d’une nature devenue corps de la patrie et débarrassée des projections fantasmatiques d’un Ancien Monde qui enfermait le Nouveau dans son exotisme.

Notes

1 AHI, Divisão de cooperação Intelectual, 135/5/7, Rio de Janeiro, 22-02-1945, « Relatório sobre as atividades da Divisão de Cooperação Intelectual no ano 1944 », par Osório Dutra, chef de la Division.

2 Pedersen Susan, « Review Essay : Back to the League of Nations », The American Historical Review, vol. 112, no 4, 2007, p. 1091-1117.

3 Ce renouveau a été marqué par la tenue d’un colloque, intitulé « Towards a New History of the League of Nations » organisé par Patricia Clavin et Susan Pedersen à Genève les 25 et 26 août 2011. Ces deux chercheuses sont également à l’origine de la création d’un réseau d’historiens travaillant sur des sujets touchant à la SDN, matérialisé par un site internet : http://www.leagueofnationshistory.org/homepage.shtml.

4 Frank Robert, La hantise du déclin. La France, 1920-1960 : finances, défense et identité nationale, Paris, Belin, 1994, p. 134.

5 Bourdieu Pierre, « Les conditions sociales de la circulation internationale des idées », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. V, no 145, 2002, p. 3-4.

6 Voir Ribeiro Edgard Telles, Diplomacia cultural : seu papel na política exterior brasileira, Brasília, Fundação Alexandre Gusmão, IPRI, 1989, p. 84.

7 Kandel Isaac Leon, International cooperation : national and international, National Committee of the United States of America on International Cooperation, New York, Columbia University, Bureau of publications Teachers College, Columbia University, 1944, p. 43.

8 Ibid.

9 Ribeiro Edgard Telles, op. cit., p. 88.

10 Voir notamment Espagne Michel, « Sur les limites du comparatisme en histoire culturelle », Genèse, no 17, 1994, p. 112-121.

11 Romero Luis Alberto, « L’Argentine au miroir des deux centenaires de la fondation de la République », Problèmes d’Amérique latine, no 77, mars 2010, p. 51.

© Presses universitaires de Rennes, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540