Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Diplomaties culturelles et fabrique des identités

 | 
Juliette Dumont

Troisième partie. Perspectives nationales

Conclusion

« Il n’y a rien de plus international que la construction d’une identité pour l’extérieur »

Texte intégral

1En 1935, un diplomate brésilien faisait le constat suivant :

  • 1 AHI, 542,6, 464/7042, 02-12-1935, lettre de A. Borges da Fonseca à Mario de Saint-Brisson, consul g (...)

« Personne n’ignore que, à notre époque, les relations internationales relèvent plus d’impératifs économiques et financiers que précisément d’obligations spirituelles ; la coopération intellectuelle, cependant, est parfois un meilleur intermédiaire entre les pays qui vendent et ceux qui achètent. Si en plus d’être les plus grands producteurs de café et de grands fournisseurs de matières premières nous étions aussi plus connus comme peuple cultivé, alors je pense que nous aurions cheminé vers la richesse plus facilement. Le problème de la coopération intellectuelle se transforme ainsi en problème de convenance mercantile, et il n’est pas osé d’affirmer que les triomphes économiques doivent avoir comme pendants les triomphes de la culture intellectuelle1. »

2Le pragmatisme que révèlent ces lignes et la lucidité dont elles témoignent sont une preuve supplémentaire du fait que l’émergence des diplomaties culturelles argentine, brésilienne et chilienne est étroitement liée à la nécessité de reconstruire, après la crise de 1929, les fondements de l’économie de ces trois pays. Exister sur la scène internationale, y être reconnu, apprécié, valorisé est de fait un atout de taille pour attirer et rassurer importateurs et investisseurs. Les pages de la revue Chile, et plus encore celles d’Informaciones Argentinas, sont à cet égard particulièrement révélatrices. Le choix du maintien des relations avec l’Allemagne nazie jusque pendant la guerre en est une autre illustration : il s’agit en effet de renforcer un partenariat économique précieux dans un contexte difficile et utile pour contrebalancer le poids croissant des États-Unis.

3Il serait cependant tout à fait réducteur d’y voir le seul facteur ayant conduit ces trois pays à forger les outils nécessaires à l’élaboration d’une diplomatie culturelle. Des considérations géopolitiques autant qu’identitaires ont en effet présidé à ce processus. De fait, par le biais de la dimension culturelle, chacun construit un certain positionnement sur une scène internationale caractérisée par l’incertitude et tente de mieux faire entendre sa voix dans le concert des nations. L’insistance avec laquelle les acteurs argentins, brésiliens et chiliens rappellent l’urgence de combattre l’ignorance et les préjugés dont ils sont victimes est certes le résultat de la nécessité de « vendre du café », pour reprendre les termes utilisés par l’auteur de la citation qui ouvre notre propos. Mais, pour le Chili par exemple, il s’agit aussi, par ce biais, de rétablir des relations sereines avec ses voisins, de mettre fin au sentiment d’insécurité que des tensions frontalières ne cessent d’alimenter. Dans le cas du Brésil, la coopération intellectuelle est un moyen de mener à bien une politique extérieure d’équidistance pragmatique devant lui permettre de favoriser le développement et la modernisation du pays. Enfin, en ce qui concerne l’Argentine, expositions de livres, échanges universitaires, traités et conventions sont autant d’instruments au service d’une volonté de maintenir avec l’Europe des relations privilégiées et de s’assurer une place centrale sur l’échiquier américain, tout en préservant le plus d’autonomie possible vis-à-vis des États-Unis.

4Enfin, exister sur la scène internationale en élaborant et en projetant une image de soi à l’extérieur représente la possibilité d’affermir une identité nationale dont les contours restent parfois flous. Exposer ce qui semble être l’essence de l’être national, construire un ensemble cohérent de représentations susceptibles d’être appréhendées de manière positive par le regard de l’Autre demande un effort de clarification et de définition des éléments dont l’irréductible singularité devra permettre d’être immédiatement identifié et distingué par rapport aux autres nations. Se placer sous le regard étranger est tout sauf anodin car ce dernier est forcément porteur de jugement. Cette dimension peut conduire à occulter certains aspects d’une réalité que l’on estime irrecevables ou susceptibles d’être mal perçus. Dans ce jeu de miroirs parfois déformant, l’Europe continue d’occuper une place prépondérante.

  • 2 Frank Robert, « Histoire des relations internationales et images », in Maria M. Benzoni, Robert Fra (...)

5La mise en regard des expériences argentine, brésilienne et chilienne révèle aussi que, bien qu’on ne s’en vante pas, ce qui se passe dans les nations voisines est de plus en plus l’objet d’observations intéressées. La diplomatie culturelle de ces trois pays ne saurait en effet être comprise sans tenir compte des circulations qui les lient les uns aux autres d’une part et au reste du continent d’autre part. L’identification d’un répertoire commun d’éléments à valoriser, les emprunts identifiés et les similitudes observées quant aux outils employés sont autant de preuves que l’élaboration conjointe d’une identité nationale et d’une identité pour l’extérieur est un processus clairement transnational et que « l’Autre sert à se construire soi-même2 ».

6Les origines de la diplomatie culturelle de l’Argentine, du Brésil et du Chili se trouvent en effet dans des dynamiques qui dépassent leurs frontières. C’est en s’appuyant sur des réseaux et des pratiques élaborées aux niveaux mondial, continental et régional que les acteurs argentins, brésiliens et chiliens ont forgé les instruments de leur projection internationale, en s’inspirant des expériences d’autres pays qu’ils ont développé les structures chargées de contribuer à leur rayonnement dans le concert des nations. Ce faisant, ils s’inscrivent pleinement dans un mouvement qui voit la culture devenir un enjeu majeur des relations internationales. À ce titre, nous pouvons une fois de plus nuancer le caractère périphérique de ces États-nations sur l’échiquier mondial. Le rôle de la SDN et de l’OCI, mais aussi celui de l’Union panaméricaine, apparaît comme central dans ce processus. C’est d’ailleurs le constat dressé par le Brésilien Bueno do Prado en 1938 à l’occasion d’une sollicitation, de la part de la Bolivie, de renforcer les échanges culturels avec le Brésil :

  • 3 AHI, Divisão Cultural, 135/5/5, 1936-1944, février 1938, Rapport de Bueno do Prado, chef du Service (...)

« La proposition bolivienne de conclure un accord culturel entre le Brésil et la Bolivie est un résultat de plus des tendances actuelles de la politique internationale, toute favorable à la conclusion d’ajustements bilatéraux, d’un grand rayon d’action en matière de coopération intellectuelle. Dans les dernières années, surtout grâce aux efforts de la Société des Nations, cette tendance s’est accentuée dans tous les pays, et principalement en Amérique, comme expression naturelle des sentiments de bon voisinage en cours dans l’actualité des relations entre les principaux pays du continent3. »

7À rebours d’une vision encore largement partagée aujourd’hui par les Latino-Américains, nous avons montré l’importance des circulations et des échanges effectués dans l’espace américain et l’inflexion majeure que cela représente pour l’Argentine, le Brésil et le Chili en termes de politique extérieure. La Seconde Guerre mondiale constitue un dernier facteur de rapprochement. Véritable catastrophe, elle est aussi l’élément qui permet aux intellectuels du sous-continent d’entrevoir un futur dans lequel ils seraient les nouveaux dépositaires de la civilisation et de la culture. Le Brésil a à offrir au monde la promesse d’une démocratie raciale ; l’Argentine celle d’avoir su préserver l’héritage européen tout en lui conférant l’énergie qui venait à lui manquer ; et le Chili se propose de réaliser la synthèse des ressources intellectuelles et culturelles de l’Amérique.

8Si les moyens ne sont pas toujours à la hauteur des ambitions proclamées et s’il y a des déphasages certains entre l’image offerte au monde et la réalité de ces pays, les diplomaties culturelles argentine, brésilienne et chilienne offrent au chercheur la possibilité d’envisager sous un angle peu exploré l’histoire de ces trois pays, en même temps que celle de l’Amérique latine et des relations internationales des années 1930 à la fin de la Seconde Guerre mondiale.

Notes

1 AHI, 542,6, 464/7042, 02-12-1935, lettre de A. Borges da Fonseca à Mario de Saint-Brisson, consul général du Brésil à Hambourg.

2 Frank Robert, « Histoire des relations internationales et images », in Maria M. Benzoni, Robert Frank et Silvia M. Pizetti (dir.), Images des peuples et histoire des relations internationales du xviiie siècle à nos jours, Milan/ Paris, UNICOPLI/Publications de la Sorbonne, 2008, p. xvi.

3 AHI, Divisão Cultural, 135/5/5, 1936-1944, février 1938, Rapport de Bueno do Prado, chef du Service de coopération intellectuelle, au ministre des Relations extérieures.

© Presses universitaires de Rennes, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540