Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Diplomaties culturelles et fabrique des identités

 | 
Juliette Dumont

Troisième partie. Perspectives nationales

Chapitre VII

Acteurs et structures de la « machine diplomatique culturelle »

Texte intégral

  • 1 D’après le titre d’un article de Robert Frank, « La machine diplomatique culturelle française après (...)
  • 2 Aguilar Manuela, Cultural Diplomacy and Foreign Policy : German-American Relations, 1955-1968, New (...)

1Le terme de « diplomatie culturelle » implique que l’État, et en particulier le ministère en charge de la politique extérieure, joue un rôle dans la mise en place d’une « machine diplomatique culturelle1 » destinée à promouvoir une certaine image du pays sur la scène internationale. Nous rejoignons donc Manuela Aguilar lorsqu’elle présente la diplomatie culturelle comme « la manière dont un gouvernement présente son pays au peuple d’un autre pays dans le but d’atteindre certains objectifs de politique extérieure2 ». Cette définition relativement large laisse la place à différentes voies, à plusieurs configurations institutionnelles possibles. L’intérêt d’une analyse comparative réside justement dans le fait qu’à travers nos trois études de cas nous pouvons donner à voir la diversité des pratiques et des structures qui se cachent derrière l’expression « diplomatie culturelle ». C’est aussi l’occasion d’observer la genèse de ce type de politique, de mettre en lumière des évolutions et des ruptures, qui sont tributaires autant du contexte national que du contexte régional ou international. Celui-ci, des années 1920 au début de la Deuxième Guerre mondiale, est marqué par l’expérience faite par ces trois États d’institutions dont l’audience est soit mondiale (l’OCI), soit régionale (l’UPA) et offrant, par leur organisation, par les réseaux qui se constituent autour d’eux, par les acteurs qu’ils sollicitent, un champ d’expérimentation en termes de relations culturelles et une « boîte à outils » pour la mise en place de politiques destinées à accroître la visibilité et la légitimité de ces trois nations.

  • 3 Frank Robert, art. cité, p. 326-327.

2Dans ce chapitre, ce sont donc les rouages de la « machine diplomatique culturelle » de chacun des trois pays étudiés que nous souhaitons exposer, en ayant à l’esprit la distinction opérée par Albert Salon entre « politique culturelle » à l’étranger, qui « renvoie en principe exclusivement à l’intervention étatique », et « action culturelle », « notion plus large englobant également les autres acteurs de l’État ». Robert Frank souligne que « la diplomatie culturelle et la “machine” qui est à son service exécutent directement la politique culturelle extérieure et gèrent ou tentent de gérer indirectement la part d’action culturelle qui ne relève pas de l’État3 ». Il s’agira pour nous d’estimer jusqu’à quel point cette différenciation est opérante ou bien si, pour les trois cas analysés, la distinction s’estompe. Auparavant, une brève présentation des appareils diplomatiques argentin, brésilien et chilien s’impose, dans la mesure où leur configuration joue sur la manière dont se met en place la diplomatie culturelle.

3À l’orée de ce chapitre, une considération d’ordre méthodologique est nécessaire ; elle concerne la pratique du comparatisme. De fait, alors qu’une organisation de type thématique pourrait sembler plus pertinente, c’est le choix d’une structuration par pays qui a été fait dans la mesure où c’est à cette seule condition qu’il est possible de mettre en relief ruptures et continuités, autrement dit de ne pas sacrifier la dimension temporelle de l’analyse. Afin que cette option ne restreigne ni la mise en œuvre ni l’apport de la comparaison, nous avons organisé chaque étude de cas de la même manière, de façon à souligner les similitudes et les différences entre Argentine, Brésil et Chili.

Prologue : Histoire et évolutions des ministères argentin, brésilien et chilien des Relations extérieures

  • 4 Les références ci-après constituent de notables exceptions : Rayes Agustina, « El rol de la diploma (...)
  • 5 Bravo Lira Bernardino, Historia de las instituciones políticas de Chile e Hispanoamérica, Santiago, (...)
  • 6 Melo Lecaros Luis, « La trayectoria del MRE y los problemas en la conducción de la diplomacia chile (...)
  • 7 Rouquié Alain, Le Brésil au xxie siècle. Naissance d’un nouveau grand, Paris Fayard, 2006, p. 327. (...)
  • 8 Jaguaribe Helio, « Brasil e mundo na perspectiva do século XXI », Política externa, vol. IX, no 1, (...)

4L’historien est relativement démuni lorsqu’il s’agit de retracer l’évolution du ministère argentin des Relations extérieures4. Juan Archibaldo Lanús comme Beatriz Solveira soulignent la lenteur avec laquelle se sont mises en place les structures de la diplomatie argentine, tant au niveau de l’administration que du personnel. En ce qui concerne le Chili, le ministère chilien de Relations extérieures n’est créé qu’en 1871 et il faut attendre 1883 pour que soit véritablement organisé le service diplomatique5. En 1898, le ministère comptait 20 fonctionnaires et il y avait moins de 20 missions diplomatiques chiliennes à l’étranger et il n’existait pas de diplomates de carrière6. Bien différente est la situation du Brésil, pays qui, selon Alain Rouquié, est « l’un des rares États du sous-continent qui se sont dotés d’une véritable politique étrangère, et non simplement de relations extérieures protocolaires et normatives7 » ; l’action extérieure est d’ailleurs, selon les termes d’Hélio Jaguaribe, destinée à assurer la « viabilité historique du pays8 », ce qui explique sans doute le soin avec lequel sont conservées les archives diplomatiques, mais aussi l’abondante historiographie brésilienne consacrée à la politique extérieure du pays.

5Pour les trois États, le début du xxe siècle constitue, à des degrés divers, un tournant. En Argentine, il faut attendre la présidence de Nicolás Avellaneda (1874-1880) pour que les premières mesures allant dans le sens d’une professionnalisation du corps diplomatique soient prises et l’année 1905 pour que soit adoptée une loi à peu près complète sur le sujet. Plus tard, le premier gouvernement radical, dont l’une des préoccupations est de faire connaître le pays à l’extérieur, s’intéresse de près à l’organisation et au fonctionnement du ministère. Diverses mesures sont ainsi prises, conduisant à la restructuration des services de ce ministère en 1918. Par ailleurs, l’adhésion de l’Argentine à la SDN et aux divers organismes qui en dépendaient génère une production importante de documents qu’il convient de classer.

  • 9 Voir Barros Van Buren Mario, El Ministerio de Relaciones Exteriores, Santiago de Chile, Arquen, 199 (...)
  • 10 Entre 1891 et 1914, il a eu 45 ministres, 29 entre 1914 et 1924.

6Au Chili, c’est sous la présidence de Pedro Montt (1906-1910), qu’Agustín Edwards, à la tête du ministère en 1909, effectue la première réorganisation technique de ce dernier et lance une dynamique de professionnalisation des diplomates. Le ministère lui doit également la première initiative sérieuse visant à faire des questions commerciales et économiques non plus seulement l’objet du travail des consuls mais des éléments de la politique extérieure chilienne9. Malgré ces avancées, le changement constant des ministres des Relations extérieures10 a constitué une entrave à une meilleure organisation et une plus grande efficacité de la diplomatie chilienne. Par ailleurs, suite à la crise du salpêtre au lendemain de la Première Guerre mondiale, le gouvernement chilien est contraint de faire des économies de fonctionnement et coupe dans le budget déjà peu conséquent du ministère. La politique extérieure du pays repose alors sur la qualité de quelques personnalités en poste à l’étranger.

  • 11 Voir l’ouvrage de référence de Castro Flávio Mendes de Oliveira, História da organização do Ministé (...)
  • 12 Il s’agit d’Afrânio de Mello Franco (1870-1943), spécialiste en droit international, qui a été chef (...)

7Si, en 1902, à l’arrivée de Rio Branco à la tête de la diplomatie de la jeune République brésilienne, le ministère en est encore à ses balbutiements en termes d’organisation, il gagne vite en professionnalisme et en prestige. La qualité et l’efficacité de l’appareil diplomatique brésilien manifestent clairement l’importance accordée aux relations extérieures. L’histoire de l’organisation de l’Itamaraty est par ailleurs fort bien documentée11, ce qui montre le rôle central qu’il joue dans la formulation et la réalisation des grands principes de la politique extérieure brésilienne, à tel point que l’on a pu parler d’une « République des diplomates ». Ces derniers forment un groupe relativement homogène socialement parlant, les familles de diplomates n’étant pas rares. Cohésion et esprit de corps caractérisent donc le personnel diplomatique brésilien, ce qui garantit une certaine autonomie aux agents de la politique extérieure par rapport aux gouvernements successifs et à leurs orientations idéologiques. Il n’est pas anodin que Getúlio Vargas, lorsqu’il arrive au pouvoir, choisisse un homme du sérail, ayant servi comme diplomate dans les années 1920, pour diriger la diplomatie brésilienne12. C’est un geste vis-à-vis de la communauté internationale dont le nouveau gouvernement, né d’un coup d’État, attend qu’elle le reconnaisse et une manière de ne pas s’aliéner l’un des fleurons de l’administration brésilienne.

8La relative concordance des temps que ce bref panorama met en relief ne doit pas conduire à mésestimer l’importance de l’écart entre le Brésil, d’une part, où l’appareil diplomatique apparaît rapidement et durablement consolidé, et l’Argentine et le Chili, d’autre part, où il semble plus fragile.

9Qu’en est-il, dans ces trois configurations institutionnelles, de l’émergence de réflexions et d’actions en termes d’image à l’extérieur ?

  • 13 Freyre Gilberto, Ordem e Progresso, São Paulo, Global, 2004 (1re éd. 1957), p. 172.
  • 14 Castro Flávio Mendes de Oliveira, op. cit, p. 262.

10Si dès l’Empire se pose la question de l’image extérieure du Brésil, il faut attendre là aussi le « règne » du Baron de Rio Branco (1902-1912) à l’Itamaraty pour que ce ministère devienne, selon les mots de Gilberto Freyre, l’« organe principal d’affirmation du prestige du Brésil », un système « d’organisation et de définition de valeurs supérieurement nationales13 ». Avec l’émission en 1920 du règlement José Manuel de Azevedo Marques pour le corps diplomatique qui prévoyait « la promotion d’échanges de missions industrielles, intellectuelles et commerciales pour le bénéfice du Brésil14 », l’action culturelle entrait officiellement dans les prérogatives de l’Itamaraty. Il n’y a cependant pas, durant toute la Première République (1889-1930), de politique systématique de diffusion de la culture brésilienne à l’extérieur, mais seulement des initiatives éparses, sans lien entre elles.

  • 15 Lanús Juan Archibaldo, op. cit., p. 24.

11La donne institutionnelle argentine ne doit pas mener à la conclusion que l’on accorde peu d’importance à la politique extérieure ou au peu de cas fait de l’image du pays à l’étranger. Juan Archibaldo Lanús fait en effet le constat suivant : « En termes politiques, l’interaction avec les puissances étrangères est une constante de notre histoire en tant que nation15. » Il détaille ainsi les facteurs de cette « interaction constante » :

  • 16 Ibid.

« Les missions à l’étranger, la reconnaissance de l’Argentine dans le concert des nations, les batailles pour la souveraineté sur les fleuves, les litiges frontaliers, les emprunts étrangers et les premiers accords internationaux forment la matière la plus visible des relations internationales au xixe siècle16. »

12Il faudrait ajouter à cette liste les efforts menés en vue d’attirer en Argentine une immigration européenne. Il s’agissait par ailleurs de capter les investissements étrangers et de développer les opportunités de commerce, en particulier avec l’Europe. Ces objectifs structurent jusqu’au début du xxe siècle la politique extérieure argentine et supposent la construction d’une certaine image à l’extérieur qui valorisait autant les richesses culturelles que les styles de vie ou la production économique du pays. Le rôle des diplomates à cet égard a été essentiel et un certain nombre d’initiatives, aussi bien institutionnelles qu’individuelles, révèle que l’on est alors conscient de la nécessité de promouvoir activement les possibilités offertes par l’Argentine et ce par différents biais (articles dans la presse étrangère, conférences, diffusion d’œuvres scientifiques, participation à des expositions…).

13La recomposition de l’économie mondiale à la fin de la Première Guerre mondiale, les premiers signes révélant la fragilité de l’économie argentine ainsi que les profonds changements qui affectent les relations internationales au sortir de la guerre, les vicissitudes d’une vie politique interne, freinent quelque peu cette dynamique. Il faut d’ailleurs attendre la fin des années 1930 pour que soit mis en place un service dédié à la promotion du pays à l’étranger. Malgré cette coupure, cette première phase de la projection internationale du pays à l’extérieur a profondément marqué la manière dont celle-ci est conçue à l’aube des années 1940. Le potentiel économique du pays, son vaste territoire si riche en ressources, son « européanité », et donc sa modernité, constituent le noyau de l’identité internationale de l’Argentine, avec, en creux, l’angoisse de la décadence. Le coup d’État de 1943, puis l’élection à la présidence de Perón en 1946, ne remettent pas en cause cette donnée fondamentale. En revanche, ces événements sont porteurs de changements, au niveau des institutions et du discours. Véritable rupture ou simple reformulation, c’est là une des interrogations qui guideront notre réflexion.

  • 17 Barros Van Buren Mario, op. cit., p. 71.
  • 18 La création de cette école renvoie à la nécessité de professionnaliser le corps diplomatique.

14Dans le cas du Chili, l’année 1927 marque un tournant. Conrado Ríos Gallardo (1896-1983), alors à la tête du ministère, promulgue, en décembre de cette année, un « Statut Organique du ministère », dont la « rigueur s’explique si l’on prend en considération le fait qu’aucun des services de la République n’a autant de répercussions sur son prestige que celui des Relations extérieures17 ». Ce texte crée deux services importants : l’École du service extérieur18 et le Service d’informations. Dans le même temps, pas moins de trente circulaires sont envoyées au personnel en poste à l’étranger afin que la nouvelle donne voulue par Gallardo soit assimilée par l’ensemble des acteurs de la diplomatie chilienne. Dans la perspective qui est la nôtre, la circulaire no 14, du 25 mars 1927, est particulièrement intéressante ; elle précise en effet ce qui est attendu d’un diplomate en poste à l’étranger, met en avant le caractère professionnel et plus uniquement honorifique de la fonction de représentant à l’extérieur et, surtout, insiste sur le rôle de la culture et de ses acteurs dans la construction d’une image positive sur la scène internationale. Nous en reproduisons ici l’extrait le plus significatif :

  • 19 Reproduit dans Barros Van Buren Mario, op. cit., p. 72-73.

« Le diplomate chilien doit comprendre que son milieu habituel n’est pas seulement le cercle étroit des hautes classes sociales […]. Il est donc indispensable que le diplomate se fasse connaître et apprécier […] de tous les éléments qui exercent une influence dans la formation de l’opinion publique. C’est ainsi que l’on pourra facilement rectifier les idées fausses ou tendancieuses que l’on fait circuler pour discréditer notre pays.
[…] Il me revient aussi de suggérer aux agents diplomatiques qu’ils élargissent leur activité à des cercles toujours plus vastes. Le Chili a besoin que ses représentants pénètrent très profondément dans l’âme des peuples, là où ils sont en fonction, et pour cela, il leur est recommandé, par la présente circulaire, de se familiariser avec les foyers de culture, les cercles artistiques et littéraires, les grandes organisations ouvrières, les institutions scientifiques et sportives. À tous ces organismes, en général ignorés par les diplomates chiliens, nous voulons apporter une connaissance exacte de ce qu’est le Chili, et en retirer des idées utiles qui nourrissent une expérience réciproque et permettent de consolider et comprendre les bonnes relations que notre pays souhaite entretenir avec tous les peuples19. »

15La construction de réseaux et de sociabilités et la bonne connaissance du pays où le diplomate est en poste apparaissent dans ce texte comme le pivot de l’activité diplomatique, le socle à partir duquel peuvent être atteints les objectifs d’une politique extérieure. L’accent mis sur le monde de la culture comme étant le plus à même de véhiculer « la connaissance exacte de ce qu’est le Chili » constitue sans nul doute un changement de paradigme dans la manière de concevoir l’action diplomatique, révélant que certains acteurs chiliens – en l’occurrence Conrado Ríos Gallardo, ancien journaliste – ont pris la mesure de l’émergence d’une nouvelle diplomatie qui ne peut plus se cantonner aux salons des chancelleries mais doit prendre en compte les opinions publiques.

  • 20 Carlos Ibañez del Campo est président du Chili de mai 1927 à juillet 1931.
  • 21 Barros Van Buren Mario, Realismo e idealismo en la política exterior de Chile, Santiago, Cuadernos (...)
  • 22 Ibid.

16Selon l’historien Mario Barros Van Buren, cette réforme entre dans le cadre de la création d’un État chilien moderne ; elle constitue, selon ses termes, « le legs le plus important d’Ibañez20 à la postérité21 ». Pour le Chili, il s’agissait d’adapter ses structures à un monde nouveau et changeant, dans lequel la professionnalisation de la diplomatie était une exigence de premier ordre. Ainsi peut-on dire qu’en 1927, le ministère des Relations extérieures mettait en place une politique extérieure nouvelle qui cherchait à rompre l’isolement du pays et à en finir avec l’improvisation dans le domaine de la diplomatie. Si cette politique extérieure est marquée du sceau de l’internationalisme, c’est un internationalisme « qui a cherché à renforcer l’identité nationale, en créant les conditions d’une paix interne et avec ses voisins, de manière à pouvoir agir sur la scène internationale sans la peur d’être absorbé par les grandes puissances22 ».

17Mais les années 1930-1932, caractérisées par l’impact de la crise économique et par des soubresauts politiques importants sur la scène chilienne, contrecarrent les effets de ces changements et portent atteinte aux ambitions internationales du pays. Le ministère des Relations extérieures ne renonce pas pour autant aux objectifs et aux méthodes préconisées par Gallardo, mais cette conjoncture pèse de manière durable sur les finances de l’État chilien et donc sur le budget alloué à la politique extérieure.

L’Argentine

Structuration et évolution de la machine diplomatique culturelle argentine

  • 23 Bureau de diffusion de la culture et de la propagande argentines à l’extérieur.
  • 24 República Argentina, Ministerio de Relaciones exteriores y Culto, Dirección de Investigaciones, Arc (...)

18L’Oficina de difusión de la cultura y propaganda argentina en el exterior23, créée par un décret de février 1937 au sein du ministère des Relations extérieures, est chargée de « montrer à l’extérieur la réalité actuelle de [l’Argentine], afin que soient connues et appréciées les valeurs de la culture, de l’économie et de l’esprit de travail progressiste [du] peuple [argentin]24 ». Ce nouvel organisme poursuit deux objectifs : promouvoir une certaine image de l’Argentine et corriger les visions erronées qui peuvent exister à son sujet.

  • 25 MRE Argentine, Memorias, 1939-1940, tomo I, p. 571.
  • 26 Ibid.

19Le travail au sein du Bureau correspond à deux pôles bien distincts : le « secrétariat de propagande », qui produit le matériel nécessaire, et le « bureau administratif » en charge de la correspondance et de la diffusion. Arturo M. Mañé, à la tête du Bureau, met en avant le fait que « le volume de l’information produite […] suppose la mécanique d’un organisme publicitaire, avec sa technique, ses orientations et les méthodes adaptées25 » ; le but est « d’atteindre sans cesse les sources d’informations authentiques » et de « refléter dans ses travaux la vérité de la vie argentine26 ». Cette préoccupation est réaffirmée au-delà des bouleversements politiques que connaît le pays, notamment après le coup d’État de 1943.

20Si l’existence d’un service consacré à la promotion d’une image positive de l’Argentine à l’extérieur est une première au sein du ministère des Relations extérieures, on ne saurait passer sous silence l’héritage des actions menées au cours de la première décennie du xxe siècle. Celui-ci est capital pour comprendre la manière dont l’Oficina de difusión de la cultura y propaganda argentina en el exterior envisageait son activité.

21La croissance de l’économie argentine durant la période dite d’« expansion agro-exportatrice » au début du xxe siècle a eu des répercussions sur la diplomatie argentine, dont le rôle a été déterminant dans la promotion du pays au sein des relations économiques internationales, tant en termes de partenaires commerciaux qu’en termes de diversité des produits exportés (blé, maïs, lin, viande bovine congelée, viande ovine congelée, laine, cuirs…).

22Cette préoccupation est centrale dans les objectifs fixés par le décret de 1937 à l’origine de l’Oficina de difusión de la cultura y propaganda argentina en el exterior. Si les sciences et les arts sont mentionnés dans ce texte, ce n’est qu’à la toute fin ; les débuts de l’Oficina sont donc marqués par l’importance accordée à la dimension économique de l’Argentine, dont l’insertion internationale se fait en grande partie au travers de ses relations commerciales. Ce n’est que peu à peu que la culture apparaît comme un vecteur précieux des intérêts argentins, comme faisant pleinement partie de ce que l’on souhaite montrer du pays sur la scène internationale.

23L’Oficina connaît un grand changement avec l’élection de Juan Domingo Perón à la présidence en juin 1946. Celui-ci, dans une volonté de marquer la rupture avec le régime précédent, semble en effet faire comme si rien n’avait été accompli dans le domaine de la promotion de l’Argentine à l’extérieur. Cette posture est réaffirmée l’année suivante, d’où la création d’un Departamento de Cultura au sein du ministère des Relations extérieures ; ce changement de dénomination ne signifie pas que l’on fait entièrement table rase du passé : on reprend ce qui a été fait jusque-là en y incorporant d’autres pistes de travail. Il y a néanmoins une réorganisation totale des services. En outre, sont créés des postes d’attachés culturels et d’attachés de presse, ainsi que des postes d’attachés techniques.

24Le rapport concernant le nouveau Departamento de Cultura se clôt sur les actions envisagées dans le futur :

  • 27 MRE Argentine, Memorias, 1946-1947, p. 497.

« Ont été conçus des projets liés au Plan Quinquennal du Gouvernement, incluant livres et revues, films et disques, services d’informations et expositions culturelles, les bibliothèques et institutions argentines à l’extérieur, la diffusion des journaux et agences d’information, les troupes artistiques, théâtrales et folkloriques, les échanges de professeurs et d’élèves, la création de bourses à l’étranger et pour l’étranger, enfin tout ce qui peut contribuer à resserrer les liens d’affinité et de connaissance entre les peuples, en partant du principe que rien n’a dans ce domaine plus d’influence que les fruits de l’intelligence et de l’esprit27. »

25C’est donc un répertoire d’action très complet qui est envisagé et qui accroît considérablement le champ de la diplomatie culturelle argentine. Cette diversité des supports envisagés (films, disques, troupes de théâtre et de folklore) montre une volonté d’adaptation à la circulation démultipliée des objets culturels permise par un certain nombre d’innovations techniques. Elle est en outre le signe que l’on souhaite élargir le public auquel est destinée la politique de diffusion de la culture argentine.

26Enfin, et c’est une première dans les Memorias que nous avons consultées, un paragraphe est consacré à l’intérêt de mener une telle politique :

  • 28 Ibid., p. 498.

« Les relations culturelles constituent un des axes fondamentaux de la diplomatie et toutes les nations qui ont développé leur image internationale ont la préoccupation de la diffusion et de l’influence morale, en cherchant à renforcer leur prestige grâce à la connaissance et à la diffusion de ces formes de vie collective qui touchent aux valeurs éternelles de l’âme universelle28. »

27« Prestige », « influence », « image »… en utilisant ces termes, l’auteur de ces lignes montre que l’on a tout à fait conscience, dans les cercles diplomatiques argentins, que l’objectif est d’agir sur des représentations et donc que ces dernières ont un caractère fondamental dans les relations internationales et la mise en œuvre d’une politique extérieure. Cette citation nous éclaire également sur l’entreprise de sélection des éléments qui doivent constituer l’« image internationale » de l’Argentine : les « formes de la vie collective » ne sont intéressantes dans cette perspective que si elles « touchent aux valeurs éternelles de l’âme universelle ». Il s’agit autrement dit de présenter ce qui fait la singularité de l’identité argentine en des termes susceptibles d’être appréhendés facilement, de proposer au regard de l’Autre une image dans laquelle il peut trouver à se projeter. On est là au cœur du défi posé par la construction d’une identité pour l’extérieur : promouvoir une image particulière, qui distingue, et dans le même temps, veiller à ce qu’elle ne véhicule pas une altérité trop radicale.

L’information, nerf de la guerre

Des instruments diversifiés

28Pour mener à bien la tâche qui a été assignée à l’Oficina de difusión de la cultura y propaganda argentina en el exterior, l’accent est mis sur l’information, sa production, sa diffusion, son contrôle, avec pour corollaire des moyens alloués à la traduction. Cette priorité donnée à l’information, à la publicité de la réalité argentine, était de fait clairement définie comme une priorité dans le décret de 1937.

29Quels sont les supports de cette diffusion d’informations ? Il est question, dans les Memorias de 1936-1937, de 480 000 « feuilles » ronéotypées contenant des « informations argentines » et ayant été distribuées en espagnol et dans des « langues étrangères ». Elles ont, selon l’auteur du rapport, suscité un grand intérêt, prouvé par une demande croissante de la part d’organismes officiels ou de particuliers. À cela il faut ajouter l’envoi de nombreuses publications

  • 29 MRE Argentine, Memorias, 1936-1937, p. 510-511.

« qui donnent à l’extérieur une appréciation exacte du travail intellectuel et matériel de notre pays ; de la situation réelle de nos finances ; de l’économie ; du commerce ; de l’instruction publique ; des arts et des activités générales de notre pays29 ».

  • 30 MRE Argentine, Memorias, 1941-1942, tomo I, p. 579.

30Enfin, dans son rapport correspondant aux années 1941-1942, Arturo Mañé évoque la réception de diplomates, de journalistes, d’écrivains, de professeurs et de touristes étrangers, « qui ont besoin, de diverses manières et pour des fins diverses, toujours utiles au pays, des services de la Division de Publicité et de Propagande30 ». Ce dernier aspect est révélateur de la diversification des destinataires de l’action menée par le ministère pour promouvoir une image positive de l’Argentine à l’extérieur. Il reflète bien l’importance accordée à l’opinion publique : si les journalistes et les diplomates – argentins à l’extérieur et étrangers en poste en Argentine – sont considérés dès 1937 comme des médiateurs de choix, il est intéressant de voir apparaître les écrivains, les professeurs, dont la parole et les écrits influencent les imaginaires, mais aussi les touristes, nouveaux-venus dans la constellation des passeurs d’images.

  • 31 MRE Argentine, Memorias, 1936-1937, p. 509 : Texte du décret 100.823 créant la « Oficina de Difusió (...)
  • 32 Ibid.

31Par ailleurs, le décret de 1937 fait d’emblée de la radio l’un des outils de la promotion de l’Argentine à l’étranger, en diffusant, d’une part, des bulletins d’informations grâce à la Estación de Radiodifusión del Estado, en espagnol et dans plusieurs autres langues, et d’autre part « des conférences visant à la diffusion de [la] culture et des valeurs générales [de l’Argentine] et à la connaissance de la culture et des valeurs étrangères [en Argentine]31 ». Ces conférences, réalisées dans des lieux publics, sont à la charge des diplomates argentins, mais peuvent également être données à l’occasion par des diplomates étrangers en poste en Argentine, des fonctionnaires de l’État, des professeurs, des hommes de science, des écrivains, « des représentants des forces vives et tous ceux qui, par leur œuvre, représentent un atout sérieux et appréciable du point de vue de la reconnaissance publique32 ». Ces transmissions font parfois l’objet de transcriptions écrites qui sont ensuite distribuées et parfois reprises telles quelles comme articles dans la revue Informaciones Argentinas.

  • 33 Voir ClaxtonRobert H., From Parsifal to Perón : early radio in Argentina, 1920-1944, Gainesville, U (...)

32L’usage de la radio dans le cadre du ministère des Relations extérieurs doit être replacé dans un contexte argentin où cette technologie est en pleine expansion depuis les années 1920. Au début des années 1940, l’Argentine compte un tiers des stations de radio latino-américaines, détient le second plus important réseau commercial du monde et figure juste après les États-Unis et la Grande Bretagne en termes de nombre d’auditeurs33. La radio est donc un média de plus en plus présent dans la vie quotidienne de l’ensemble des Argentins à partir du milieu des années 1930. Elle devient en outre un outil politique de première importance à partir de 1943, et encore plus en 1946 lorsque Perón accède à la présidence.

33L’organisation de conférences radiotéléphoniques comme instrument de promotion de l’Argentine à l’extérieur est donc ancrée dans une réalité technique, sociale et politique qui est celle du pays pendant la période concernée.

  • 34 Nous ne disposons pas d’éléments pour la période postérieure.

34Autre outil d’importance au service de la diplomatie culturelle argentine, la revue Informaciones Argentinas, dont nous savons qu’elle a été publiée entre 1938 et 194734 ; les exemplaires que nous avons pu consulter ne nous permettent cependant d’avoir un aperçu que de la période 1938-1940.

  • 35 Nous n’avons pas trouvé de trace des éditions en allemand et en italien.
  • 36 MRE Argentine, Memorias, 1943-1944, p. 89. Sur les 621 500 exemplaires distribués, 450 000 étaient (...)

35 Informaciones Argentinas est une publication bimensuelle, dont il y a des éditions parallèles en espagnol, en français, en anglais, en allemand et en italien35, du moins en 1938. Dans les Memorias de 1943-1944, il est ainsi fait état d’éditions en espagnol, en anglais et en portugais36. Il en est de même les deux années suivantes. L’allemand, le français et l’italien ont donc disparu tandis que le portugais faisait son apparition. Les difficultés de communication avec l’Europe, liées à la guerre, constituent un facteur d’explication. Le ministère argentin des Relations extérieures se voit contraint de revoir ses priorités en termes de destinataires et de se tourner plus vers le reste du continent, en particulier le Brésil. Ces éditions en langue étrangère ont une périodicité moindre par rapport à l’édition espagnole et sont des compilations d’articles de cette dernière.

  • 37 MRE Argentine, Memorias, 1946-1947, p. 487. N’ayant pu consulter de numéros postérieurs à l’année 1 (...)

36La revue représente, d’après les Memorias, un outil précieux, ce qui explique que sa publication ne soit pas remise en question en 1943 ou en 1946, même s’il est précisé qu’à partir de cette date « on a insufflé à la revue Informaciones Argentinas un nouvel esprit et on y a introduit des réformes radicales quant à sa présentation technique et son format37 ». Il semble donc que cette publication ait rencontré un certain succès.

  • 38 MRE Argentine, Memorias, 1941-1942, p. 577.

37 La réalisation de cette revue mobilise un personnel relativement conséquent, si l’on en croit Arturo Mañé qui dresse, en 1942, un inventaire des tâches que cela implique38. À cette date la revue a déjà changé sur le plan matériel, que ce soit au niveau de la mise en page et de la typographie, des illustrations ou du papier utilisé.

38Pour ce qui est du contenu, on sait qu’entre le 1er mai 1939 et le 30 avril 1940, 1856 articles ont été rédigés sur l’actualité argentine, la plupart d’entre eux ayant été publiés dans Informaciones Argentinas. Ces articles étaient accompagnés de 1 093 photographies de l’Argentine « dans ses aspects multiples », ainsi que de 302 graphiques, cartes et dessins. Plus tard, dans les Memorias de 1941-1942, on apprend que la Division a reçu 6550 lettres et communications diverses de type informatif ou statistique, en provenance de départements publics, de banques, de bibliothèques, d’organismes d’enseignement, de bureaux de tourisme, de chambres de commerce, à partir desquelles ont été rédigés les articles parus dans la revue.

39Dans le numéro 8 de septembre 1938, sont précisés les objectifs de cette publication, les raisons pour lesquelles elle a été jugée nécessaire :

  • 39 Informaciones Argentinas, no 8, 15 septembre 1938, « Objeto de las “Informaciones Argentinas” ».

« La réalité argentine n’arrive pas toujours à l’extérieur avec clarté, et, surtout, dans sa vérité. Parfois, c’est à cause du manque de nouvelles de notre pays, ce qui induit en erreur sur ce qu’elle représente dans la culture et l’économie mondiales ; d’autres fois, c’est la déformation de la réalité, qui éloigne d’une juste compréhension le jugement que l’on forme sur nous, à distance.
L’objectif des Informations Argentines est, pour remédier autant que possible au manque de nouvelles et à la déformation de la vérité, d’apporter à l’extérieur, périodiquement, un reflet de l’actualité du pays. Le corps vigoureux, l’âme élevée de cet organisme social qui travaille et progresse seront dépeints dans les Informations Argentines, pour que l’on puisse connaître, en termes justes, la vérité nationale39. »

40Nous retrouvons toujours les mêmes termes, les mêmes préoccupations : pallier l’absence d’informations concernant l’Argentine à l’étranger, montrer toutes les facettes de la nation, en respectant sa « vérité ».

41Les conférences radiotéléphoniques comme les articles de la revue Informaciones Argentinas sont les instruments qui doivent permettre au ministère des Relations extérieures de dévoiler au monde la réalité d’un pays méconnu ou mal connu afin de servir les buts de la politique extérieure argentine et d’expliciter le positionnement de l’Argentine sur la scène internationale, positionnement qui doit se lire à l’aune d’un des aspects fondamentaux de l’être-au-monde de ce pays, à savoir son économie et ses relations commerciales.

L’après-1943 : évolutions et permanences

42À partir de 1943, ce ne sont pas tant les moyens mis en œuvre pour diffuser l’information qui changent que le contenu de celles-ci. Il faut dire que le contexte international est très particulier. L’Argentine, en maintenant sa neutralité dans le conflit mondial, défie ouvertement les États-Unis, qui adoptent en retour une série de mesures de rétorsion. Menacée de se voir exclue de la future organisation mondiale, soumise à une grande pression lors de la conférence de Chapultepec (21 février au 8 mars 1945), l’Argentine déclare finalement la guerre aux pays de l’Axe le 27 mars 1945. En contrepartie, le gouvernement d’Edelmiro Julián Farrell, arrivé au pouvoir en février 1944, est reconnu. Mais le mal est fait, notamment aux États-Unis, où l’Argentine est considérée par beaucoup comme étant gouvernée par un régime néo-fasciste.

43La tâche est donc immense en ce qui concerne la promotion d’une image positive de l’Argentine à l’extérieur. On assiste alors à une véritable entreprise de légitimation et de promotion du nouveau pouvoir, incarné par Juan Domingo Perón. Cela se traduit notamment au travers des publications qui sont envoyées à l’extérieur l’année qui suit son accession à la présidence. Parmi les textes faisant l’objet d’une diffusion à l’extérieur en 1946-1947, citons « Droits du Travailleur », en cinq langues (du sous-secrétariat d’Informations) en 149 000 exemplaires ; « La politique internationale de la Nation Argentine » de Carlos Alberto Silva (du sous-secrétariat d’Informations du ministère de l’Intérieur) en 180 exemplaires ; « Principes doctrinaires de la politique sociale du Général Juan D. Perón » (du sous-secrétariat d’Informations), 1000 exemplaires…

44Il semble donc que l’on n’ait plus à faire qu’à une stratégie de propagande politique d’un régime décrié sur la scène internationale. La dimension culturelle n’est pourtant pas abandonnée. Des dossiers spécifiques ont ainsi été créés pour chaque pays,

  • 40 MRE Argentine, Memorias, 1946-1947, p. 490.

« dans lesquels on rassemble tout le matériel qui peut contribuer à apprécier, pour chaque nation, les tendances intellectuelles et les valeurs artistiques du moment, afin de pouvoir déterminer facilement l’orientation à donner aux échanges avec chacune d’entre elles40 ».

45On est là dans une démarche que l’on retrouve dans les cas du Brésil et du Chili, à savoir l’adaptation des actions menées sur le terrain de la culture aux destinataires visés.

46Malgré les bouleversements induits par le coup d’État de 1943 et l’arrivée au pouvoir de Perón en 1946, la dynamique mise en place en 1937 par la création de l’Oficina de difusión de la cultura y propaganda argentina en el exterior se poursuit et les outils utilisés avant 1943 continuent de l’être au-delà de cette date. L’étude des structures élaborées pour bâtir une diplomatie culturelle argentine révèle donc une continuité surprenante entre les années de la década infame et l’avènement du péronisme, qui se présente pourtant comme une rupture totale par rapport à la période précédente. En outre, cela signifie que, malgré la guerre, on ne remet pas en cause la manière dont est menée une telle politique. Plus qu’une faiblesse de la diplomatie argentine, nous y lisons la preuve que le système, tel qu’il existe, remplit un objectif qui dépasse les conjonctures politique et internationale – celui de promouvoir une image positive de l’Argentine à l’extérieur – et que les instruments utilisés sont considérés comme efficaces. Le ministère des Relations extérieures le souligne d’ailleurs dès 1939 :

  • 41 MRE Argentine, Memorias, 1938-1939, tomo I, p. 458.

« L’efficacité de ces moyens de la propagande argentine, par-delà nos frontières, se vérifie de différentes manières. Elle se reflète dans la demande importante d’envoi d’Informaciones Argentinas qui arrive tous les jours, depuis les lieux les plus reculés et dans la correspondance qui a trait à nos publications et transmissions radiophoniques41. »

47Ces lignes doivent être lues à la fois comme un constat et une manière d’inciter les décideurs à maintenir, voire à augmenter les crédits dédiés à cette activité. C’est aussi en mettant l’accent sur l’importance du discours comme moyen de façonner la réalité que nous citerons le titre d’une transmission radiotéléphonique de 1941 : « Chaque jour on connaît mieux l’Argentine à l’extérieur ».

Entre politique culturelle et action culturelle : le livre et le cinéma

Le livre, « véhicule de propagande nationale et pacifiste »

48Nous n’avons que très peu d’éléments sur la collaboration entre les services du ministère argentin des Relations extérieures et la Commission argentine de coopération intellectuelle, créée en 1936,

  • 42 Ibarguren Carlos, La vida que he vivido, Buenos Aires, Peuser, 1955, p. 472.

« par le gouvernement de la Nation […] afin d’établir et de maintenir, avec la collaboration de la Société des Nations, les relations culturelles extérieures et de réunir tous les éléments qui font partie de la production intellectuelle d’un pays, en leur donnant cohérence et unité, pour mieux agréger cet apport national à la culture universelle42 ».

49Les termes employés par Carlos Ibarguren, son président, en font néanmoins une actrice de choix pour la promotion de la culture argentine à l’extérieur. Ministère et Commission se rejoignent d’ailleurs sur l’importance donnée au livre dans la perspective de diffusion de la culture argentine. Cet extrait d’un ouvrage publié par la Commission en 1941 ne saurait, à cet égard, être plus clair :

  • 43 Comisión argentina de cooperación intelectual, El libro argentino en América, Buenos Aires, 1941, p (...)

« La Commission argentine […] a mis en œuvre une action efficace de diffusion des valeurs culturelles argentines, par le biais de la distribution de livres édités par elle et d’autres qui présentent un intérêt, dont la connaissance et la diffusion à l’étranger ne peuvent qu’être bénéfiques pour une compréhension précise de notre réalité nationale43. »

50Quant au texte du décret de 1937 créant l’Oficina de Difusión de la Cultura y Propaganda Argentina en el Exterior, il fait de la distribution du livre argentin l’un de ses moyens d’action privilégiés.

  • 44 Ibid.

51Tout livre argentin, « véhicule de propagande nationale et pacifiste à l’étranger », n’est cependant pas destiné à être lu par des yeux étrangers et il incombe au ministère et à la Commission de sélectionner les ouvrages « qui ont le plus d’affinités avec l’âme argentine », qui dévoilent « l’expression la plus authentique de la pensée argentine44 ». Ce qui suppose que l’on sache précisément en quoi celle-ci consiste et que les échanges de livres soient encadrés afin d’être réellement bénéfiques à l’Argentine, selon une logique qui laisse peu de place à des acteurs qui ne seraient pas, directement ou indirectement, liés à l’État :

  • 45 Ibid.

« On ne laisse donc plus à l’initiative populaire, souvent négligente ou égoïste, le soin de choisir le matériel bibliographique destiné à faire connaître le mieux possible notre pays. […] C’est en indiquant les livres, les revues et même les journaux qui ont le plus d’affinités avec l’âme argentine que nous comptons faire la propagande de notre culture. […] On évitera ainsi le danger que l’on court lorsqu’on laisse ce soin à la fantaisie privée45. »

  • 46 Cette publication semestrielle tirée à 10 000 exemplaires, depuis 1937, était envoyée à toutes les (...)

52La politique de distribution du livre argentin est complétée et secondée par la publication et l’envoi du Boletín Bibliográfico Argentino46, édité par la Commission.

  • 47 Sur ces expositions, voir notre chapitre « L’Amérique latine et l’Organisation de coopération intel (...)

53Si les échanges de livres apparaissent comme un outil précieux, ce sont les expositions organisées par la Commission argentine de coopération intellectuelle qui constituent sans doute le plus grand succès de cette projection du livre argentin à l’étranger47. Dans ses mémoires, Carlos Ibarguren revient sur ces dernières en ces termes :

  • 48 Ibarguren Carlos, op. cit., p. 473.

« Nous avons cru avec raison, en prenant cette initiative, que les livres constituent l’image intellectuelle d’un peuple, parce qu’ils révèlent ses inquiétudes spirituelles et reflètent sa vie. Ces expositions furent une véritable révélation de nos productions intellectuelles et du perfectionnement de nos arts graphiques48. »

  • 49 À Rio de Janeiro, Santiago et Lima à l’automne 1940 et à La Paz en juillet 1944.

54Les expositions ont lieu d’abord en Europe (Rome et Paris), puis en Amérique du Sud49. Les articles de La Nación rendant compte des expositions européennes insistent sur leur contribution au prestige national, par le nombre important de figures intellectuelles présentes lors des inaugurations, que ce soit à Rome ou à Paris. Ce premier succès d’affluence est complété les commentaires suscités par ces expositions, qui font découvrir au public européen qu’il existe une production livresque en Argentine.

55Les retombées de ces deux expositions ne peuvent dès lors qu’être positives. D’abord parce que ceux qui les ont visitées peuvent devenir des lecteurs attentifs à la production intellectuelle argentine. Ensuite parce qu’elles font de l’Argentine un interlocuteur crédible dans les relations culturelles mondiales et renforcent les liens avec les pays concernés, la France et l’Italie étant symboliquement considérés comme des berceaux de la culture occidentale. Enfin, elles contribuent à véhiculer une image positive du pays, celle que le ministère des Relations extérieures et la Commission de coopération intellectuelle s’efforcent de promouvoir :

  • 50 MRE Argentine, División de Publicidad y Propaganda, año 1938, caja 4168, article du journal La Naci (...)

« L’exposition constitue, sans aucun doute, un succès, de par la manière dont elle a été organisée et par l’intérêt qu’elle a suscité dès le premier jour. Tout porte à croire qu’elle sera très visitée dans les jours suivants, corroborant ainsi, de la meilleure façon possible, ce que l’ambassadeur Cárcano n’a cessé de répéter avec insistance aux journalistes français, à savoir que l’Argentine n’est pas seulement un pays producteur de blé et de viande50. »

Cinéma : l’exception argentine ?

  • 51 MRE Argentine, Memorias, 1936-1937, p. 512, texte du décret 100.823…

56Parmi les tâches qu’assignait le texte du décret de 1937 à l’Oficina de Difusión de la Cultura y Propaganda Argentina en el Exterior figurait celle qui consistait à diffuser à l’extérieur des films argentins « quand ces derniers relèvent d’une expression artistique élevée ou lorsqu’ils servent à la propagande de [la] culture, de la science, de la banque, de l’industrie, du commerce et de la production [de l’Argentine]51 ». Nous n’avons cependant trouvé qu’une mention de cette activité avant la création du Departamento de Cultura.

  • 52 MRE Argentine, Memorias, 1945-1946, p. 126.
  • 53 Ibid.

57Il faut attendre les Memorias de 1945-1946 pour qu’il soit à nouveau question de cinéma. Il s’agit alors de la distribution dans les représentations diplomatiques argentines d’un film documentaire sur l’Argentine « dans ses aspects les plus significatifs52 ». C’est la première fois que le département distribue un tel film, dont le commentaire audio a été réalisé en plusieurs langues afin de toucher un large public à l’étranger. Ce film doit être suivi par d’autres du même type et répond à la demande formulée par des diplomates argentins depuis plusieurs années car ils voyaient dans le cinéma « un vecteur efficace pour montrer la grande variété des richesses naturelles qui existent [en Argentine]53 ». Cet intérêt pour le film documentaire est réaffirmé l’année suivante. Plusieurs documentaires, propriété du ministère des Relations extérieures, ont ainsi fait l’objet d’une distribution dans les missions diplomatiques argentines.

  • 54 Mario Soffici (1900-1977), acteur, réalisateur et scénariste, a également fait partie de FORJA. Il (...)
  • 55 Artistas Argentinos Asociados est une entreprise de production cinématographique créée en 1941.
  • 56 Argentina Sono Film est un studio de cinéma fondé en 1933. Dès 1934, l’Argentina Sono Film voit ses (...)
  • 57 MRE Argentine, Memorias, 1946-1947, p. 487.
  • 58 Ibid.

58Les Memorias de 1946-1947 font en outre mention de la présentation de films argentins lors de festivals internationaux : Festival international du film et des beaux-arts de Bruxelles et le IIe Festival international du film de Locarno. Un jury est désigné afin de procéder à la sélection des films ; il est composé du directeur du Departamento de Cultura du ministère ; du directeur des Spectacles publics du sous-secrétariat des Informations ; et du réalisateur Mario Soffici54. Les films choisis sont produits par les sociétés Artistas Argentinos Asociados55 et Argentina Sono Film56. Il est également prévu que l’Argentine participe au concours d’arts cinématographiques qui doit avoir lieu à Venise, et éventuellement au festival de Cannes. Trois films produits par Artistas Argentinos Asociados sont par ailleurs remis à l’ambassade argentine de Madrid, « dans le but de faire connaître, en Espagne, le haut degré artistique et technique atteint par le cinéma national57 », et ont été projetés devant le corps diplomatique, des critiques de cinéma, des intellectuels et des représentants du milieu cinématographique espagnol. Sur cette initiative, l’auteur du rapport consigné dans les Memorias fait le commentaire suivant : « Le seul objectif poursuivi était de faire connaître les grandes réalisations du cinéma national, et cet objectif a été amplement atteint58. »

  • 59 Voir chapitre « L’Amérique latine entre deux rives ».
  • 60 Voir Falicov Tamara L., « Hollywood’s Rogue Neighbor : The Argentine Film Industry during the Good (...)
  • 61 Voir à ce sujet Kriger Clara, Cine y Peronismo. El estado en escena, Buenos Aires, Siglo Veintiuno, (...)

59La promotion du film argentin à l’étranger doit être mise en relation avec l’histoire du cinéma argentin, elle-même très marquée par le contexte international et notamment par les relations entre l’Argentine et les États-Unis pendant la Seconde Guerre mondiale. De fait, jusqu’en 1942, l’industrie cinématographique argentine est l’une des plus productives et des plus avancées technologiquement parlant en Amérique latine. Elle entrait donc directement en concurrence avec la production hollywoodienne, en particulier dans les pays de langue espagnole. La mise en place, en 1940, de l’Office of the Coordinator of Inter-American Affairs (OCIAA) dirigé par Nelson Rockefeller59, le partenariat noué entre cette agence et les studios de cinéma des États-Unis, l’entrée en guerre de ces derniers et la neutralité argentine vont transformer cette concurrence en obstacle aux objectifs de la politique étrangère nord-américaine60. Par ailleurs, le gouvernement argentin met en place une politique de censure qui touche un certain nombre de films états-uniens, répondant ainsi aux pressions exercées par les ambassades de l’Allemagne, du Japon ou de l’Espagne. L’ensemble de ces facteurs conduit les États-Unis à restreindre considérablement, à partir de 1941, les possibilités d’achat de pellicule par les Argentins, ce qui entraîne une baisse des films produits dans ce pays. Cela joue sur le fait qu’après le coup d’État de 1943, et encore plus après l’élection de Perón, l’industrie cinématographique fasse l’objet de mesures protectionnistes. La promotion par le ministère des Relations extérieures du film argentin à l’étranger, en particulier en Espagne, mais aussi dans des festivals internationaux apparaît donc non seulement comme une volonté de montrer la production culturelle argentine, mais aussi comme une riposte aux restrictions imposées par les États-Unis. Il convient par ailleurs de rappeler que le cinéma a été un outil médiatique au service du péronisme61.

60Ce qui précède révèle, de la part des acteurs au cœur de la machine diplomatique culturelle argentine, une volonté de faire en sorte que leur pays soit le plus présent possible dans les manifestations qui scandent la vie culturelle internationale, compensant de la sorte les suspicions dont le régime de Perón est l’objet dans le nouvel ordre mondial de l’après-1945. C’est aussi le signe que ces acteurs ont saisi l’intérêt du cinéma comme vecteur majeur de diffusion culturelle et que le Departamento de Cultura a su nouer, si ce n’est un partenariat institutionnalisé – comme celui mis en place entre l’OCIAA et Hollywood – du moins des liens étroits en impliquant des personnalités du monde du cinéma.

61 Les années 1936-1937 marquent donc l’avènement de la diplomatie culturelle argentine, avec la création de la Commission de coopération intellectuelle et celle de l’Oficina de difusión de la cultura y propaganda argentina en el exterior, montrant ainsi combien la dynamique internationale d’échanges culturels et la promotion d’une image positive à l’extérieur sont liées. Cette double création est aussi la traduction des efforts du gouvernement d’Agustín P. Justo et des intellectuels proches du pouvoir pour rendre à l’Argentine une superbe que les vicissitudes de sa vie politique et les difficultés économiques ont largement ternie. L’avènement du péronisme, s’il constitue un partage des eaux aussi bien en termes de politique interne qu’externe, ne fait pas table rase du passé et l’on assiste à une réappropriation des structures et outils développés auparavant par le ministère des Relations extérieures. La Commission argentine de coopération intellectuelle, trop liée au régime précédent, semble disparaître de la scène. Son effacement n’entraîne sans doute pas l’interruption de la diplomatie par le livre, mais a pu consacrer le fait que ce soit dès lors à égalité avec le cinéma qu’elle figure parmi les instruments privilégiés de la machine diplomatique culturelle argentine.

Le Brésil

Structuration et évolution de la machine diplomatique culturelle brésilienne

62Les premières initiatives visant à créer, au ministère des Relations extérieures, un service spécial chargé des affaires ayant trait à la coopération intellectuelle, ne datent que de 1934. Quant à l’établissement d’un service permanent, il n’a lieu qu’en 1937. Pourtant, dès 1932, Elyseu Montarroyos, délégué brésilien auprès de l’IICI, en souligne la nécessité pour coordonner et centraliser les initiatives dans le domaine de la coopération intellectuelle. En 1934, le consul Rui Ribeiro Couto envoie au ministre un rapport préconisant la création de cet outil et suggère un plan d’organisation. Ce rapport montre l’implication directe du ministère dans la coopération intellectuelle depuis au moins 1928, mais sans règles bien établies.

  • 62 AHI, 542,6, 995/16141, 02-02-1936, article du Diario de Noticias, « O Serviço de Cooperação Intelle (...)
  • 63 AHI, 542,6, 995/16141, 01-03-1934, Informação, de Ribeiro Couto au secrétaire général du ministère (...)

63Quel est l’intérêt d’un tel organisme ? Selon les mots d’Ildefonso Falcão, en charge du service en 1935-1936, « c’est un service qui veut présenter le Brésil dans tous ses aspects culturels, le rapprochant, par l’esprit, des milieux cultivés du monde moderne62 ». D’après Ribeiro Couto, ce qu’il nomme alors le « Service d’expansion intellectuelle » a pour but de « faire discrètement la propagande des valeurs littéraires du Brésil à l’étranger, en enlevant, autant que possible, tout caractère ostentatoire de “propagande officielle” à ces travaux63 ». En une phrase, Ribeiro Couto a saisi l’esprit qui doit présider à l’élaboration d’une diplomatie culturelle.

  • 64 Ibid.

64Il s’agit d’une entreprise de communication visant à faire connaître le Brésil sous un jour favorable. Pour cela, il faut « fournir des informations et des traductions d’œuvres littéraires, historiques, scientifiques, etc. du Brésil à tous ceux qui les solliciteraient ou que cela pourrait intéresser », « fournir des livres » et la « matière nécessaire à l’organisation de numéros spéciaux de revues ou de journaux étrangers sur le Brésil ». Au-delà d’articles de presse, ce sont les parutions scientifiques qu’il faut encourager (« stimuler, par tous les moyens, les études et écrits d’écrivains étrangers au sujet du Brésil64 »).

65Les suggestions de Ribeiro Couto sont reprises dans deux circulaires envoyées respectivement en août 1934 et en février 1936, aux missions diplomatiques et consulats du Brésil à l’étranger, mais également en 1937 lorsque le service est officiellement créé.

  • 65 Gustavo Capanema (1900-1985) est resté onze ans (1934-1945) ministre de l’Éducation et de la Santé. (...)
  • 66 Suppo Hugo Rogélio, « Gilberto Freyre e a imagem do Brasil no mundo », Cena internacional, Ano 5, n(...)

66Il nous faut revenir sur cette année 1937 : modification des statuts de la Commission brésilienne de coopération intellectuelle (CBCI), officialisation du Service de coopération intellectuelle… et proclamation de l’Estado Novo, qui marque un pas supplémentaire vers le contrôle par l’État de toutes les sphères de la vie nationale, en particulier de la sphère culturelle. Il y a donc une transposition, dans le domaine diplomatique, de la volonté du nouveau régime d’élaborer un nouvel imaginaire national. La concomitance des politiques menées à l’intérieur et à l’extérieur des frontières dans le domaine de la culture est la manifestation d’un changement que l’on souhaite immédiat et d’une légitimité que l’on construit autant sur le plan national qu’international, les deux se renforçant mutuellement. Par ailleurs c’est le moment le plus fort de la politique extérieure d’« équidistance pragmatique ». Les changements opérés au sein de la CBCI et du service permettent à la fois d’apporter des gages de bonne volonté auprès de l’IICI, donc des démocraties, tout en renforçant l’appareil de propagande par une organisation plus efficace. Pour ce qui est du Service de coopération intellectuelle de l’Itamaraty, on sait que Gustavo Capanema65, alors ministre de l’Éducation et de la Santé, est à l’origine de sa réforme, jugeant que le projet initial était « insuffisant pour répondre à la nécessité impérieuse de montrer la véritable image du Brésil66 ». Il propose donc en 1936 un « Programme moderne et pratique de propagande culturelle du Brésil à l’étranger ». Celui-ci reprend les idées de Ribeiro Couto et rajoute la révision des livres d’histoire et de géographie des principaux pays du monde afin d’y introduire une image complète et exacte du Brésil ; la création de bourses pour les étudiants brésiliens souhaitant partir à l’étranger ; l’octroi de subventions aux revues étrangères pour qu’elles publient des travaux sur le Brésil et l’organisation de congrès scientifiques internationaux. Parallèlement, Gustavo Capanema suggère de subventionner, en fonction de considérations purement géopolitiques l’Institut franco-brésilien de haute culture scientifique et littéraire, l’Institut luso-brésilien de haute culture, l’Institut italo-brésilien de haute culture et l’Institut germano-brésilien de haute culture.

  • 67 Oswaldo Aranha (1894-1960), proche de Getúlio Vargas, est à la tête de l’Itamaraty de 1938 à 1944. (...)

67Devenu « Division de coopération intellectuelle » (DCI) en 1938 suite à la réforme par Oswaldo Aranha67 des services de l’Itamaraty, désormais subordonné au département Politique et Diplomatique du ministère – et non plus à la Direction des archives –, le Service bénéficie d’une visibilité accrue. Cela n’empêche pas que Bueno do Prado, qui le dirige alors, doive demander en 1939 à ce qu’il bénéficie dorénavant d’une dotation à caractère permanent au sein du budget du ministère. S’appuyant sur le bilan de l’année écoulée, il montre les effets du décalage entre moyens alloués et ambitions affichées. Les archives consultées révèlent que le manque de moyens constitue un leitmotiv de la part des divers chefs du service.

  • 68 AHI, 542,6, 994/16124, Conselho Nacional de Cultura, 1938, Rio de Janeiro, 18-07-1938, lettre d’Osw (...)

68L’activité de la Division souffre, par ailleurs, de la concurrence d’autres institutions gouvernementales. Lorsqu’en juillet 1938 est créé le Conselho Nacional de Cultura au sein du ministère de l’Éducation et de la Santé, cet organisme étant chargé, entre autres, des échanges intellectuels, le ministre des Relations extérieures, Oswaldo Aranha écrit rapidement à Getúlio Vargas pour lui rappeler l’existence et l’activité déployée par la DCI68. Il déclare d’emblée sa volonté de voir coopérer cette dernière avec le Conselho Nacional de Cultura, en insistant sur son expertise en termes de relations internationales. Getúlio Vargas accède à la demande de son ministre par un décret promulgué en octobre de cette même année.

69En outre, en 1931, avait été créé le Departamento Oficial de Publicidade ; il est remplacé, en 1934, par le Departamento de Propaganda e Difusão Cultural qui, non seulement contrôlait l’information transmise par la radio et la presse, mais devait aussi s’occuper de l’image du régime à l’extérieur. En 1938, il devient Departamento Nacional de Propaganda et voit ses attributions augmenter. Le Departamento de Imprensa e Propaganda (DIP) lui succède en 1939, jouit d’une plus grande autonomie et ne dépend plus du ministère de la Justice, mais directement du cabinet de la Présidence de la République. Lourival Fontes, homme clé du DIP, n’a jamais caché s’être inspiré du ministère de la Propagande du Troisième Reich. Le DIP représente une nouvelle menace pour les prérogatives de la DCI. Organe de censure et acteur majeur de l’élaboration et de la diffusion du discours officiel, il est composé de cinq divisions (propagande, cinéma et théâtre, radio, tourisme et presse). La Division de divulgation du DIP doit promouvoir la doctrine d’État et les réalisations du gouvernement, ce qui, pour l’international, signifiait l’interdiction de livres ou de publications portant atteinte au pays et à ses institutions ; favoriser une perception positive des événements sociaux, culturels et artistiques au Brésil ; stimuler l’organisation de cours et de conférences, de congrès et d’expositions.

70La diplomatie culturelle brésilienne apparaît donc dispersée entre plusieurs ministères, confuse quant aux attributions de chacun des organismes qui en avaient la charge, souvent soumise aux inimitiés que la composition très hétéroclite du gouvernement ne manquait pas de créer. Ainsi peut-on évoquer les difficultés de communication entre la DCI, qui dépendait d’Oswaldo Aranha, américaniste notoire, et le DIP, dirigé par Lourival Fontes, qui ne cachait pas ses sympathies pour les régimes fascistes. Si le DIP a bénéficié d’un budget et d’un personnel plus conséquent que la DCI, cette dernière connaît une postérité que n’a pas eue son rival, pur produit de l’Estado Novo, qui ne survit pas à sa chute en 1945.

71 DIP et DCI se rejoignent néanmoins sur les buts et les contenus de la diplomatie culturelle brésilienne, politique hybride où il est difficile de distinguer ce qui relève de la coopération intellectuelle et ce qui s’apparente à de la propagande culturelle : entre le modèle autoritaire et la stratégie à la française, le Brésil semble hésiter. De fait, les références étrangères en la matière utilisées par nos acteurs sont aussi bien l’Allemagne, l’IICI, l’Italie ou l’Argentine.

Une activité protéiforme

La Division de Coopération intellectuelle 69, organe centralisateur

  • 69 Nous emploierons ici cette dénomination consacrée en 1938 pour plus de clarté.
  • 70 AHI, 542,6, 995/16141, 08-06-1939.

72D’après le projet de dépenses présenté par Bueno do Prado pour l’année 194070, on peut établir le tableau suivant des domaines d’activité de la DCI :

Tableau 1. – Dépenses prévisionnelles de la Division de coopération intellectuelle en 1940.

Tableau 1. – Dépenses prévisionnelles de la Division de coopération intellectuelle en 1940.

73On y retrouve les grandes lignes développées par Ribeiro Couto ou par Capanema, même si n’apparaissent pas dans ce tableau les subventions aux revues étrangères ou aux Instituts culturels, peut-être prises en charge par d’autres services, notamment le DIP.

  • 71 « La musique et la chanson populaires au Brésil » de Mário de Andrade a été diffusé dans certains p (...)

74Par ailleurs, la DCI constitue une sorte de base de données sur les différents aspects du Brésil, à partir de contributions, désignées par le terme de « résumés ». On observe la prédominance des sujets relatifs à la langue et à la littérature brésiliennes, sources de fierté nationale et preuve évidente que l’on avait à faire à une « nation lettrée ». La divulgation dont fait l’objet la monographie de Mário de Andrade sur la musique et la chanson populaires71 constitue une relative exception : en effet, de manière générale, l’Itamaraty privilégiait la culture érudite dans sa politique culturelle visant à élever le Brésil au rang de « nation civilisée ».

75Au fur et à mesure, le champ d’action de la DCI s’élargit, notamment au domaine des échanges universitaires dans la mesure où elle est chargée de la gestion des bourses allouées par le gouvernement brésilien aux étudiants étrangers pour venir étudier au Brésil et aux étudiants brésiliens qui vont poursuivre des formations dans d’autres pays. Jusqu’en 1937, ces échanges ne font pas l’objet d’une attention particulière au Brésil. Néanmoins, la multiplication des accords visant à les développer au sein de l’Amérique, et plus particulièrement, entre pays d’Amérique du Sud, change la donne, comme le révèlent ces propos tenus en 1941 par Themistocles Graça Aranha alors à la tête de la DCI :

  • 72 AHI, AHI, 542,6, 2040/36998, Cooperação Intelectual, Brasil (1940-1943), Rio de Janeiro, 09-05-1941 (...)

« Afin de faire connaître notre culture à l’étranger – un des moyens les plus efficaces de nous affirmer face aux autres nations –, il devient nécessaire d’organiser avec le plus grand soin l’échange intellectuel entre le Brésil et les autres nations et pour cela, il faut faciliter les visites de professeurs et d’étudiants dans notre pays72. »

76Il s’agit de faire en sorte que les hôtes étrangers, en particulier les professeurs, ne restent pas cantonnés aux sphères universitaires mais que leur voyage soit l’occasion de découvrir vraiment le Brésil et se transforment, une fois de retour dans leur pays, en agents de la propagande du grand voisin lusophone. De telles visites permettraient en retour que les étudiants et les professeurs brésiliens soient eux-mêmes invités dans d’autres pays.

  • 73 Affiliée depuis janvier 1937 à la Confédération internationale des étudiants, dont le siège est à B (...)
  • 74 AHI, 542,6, 2040/36998, Coopération Intellectuelle, Brésil (1940-1943), 02-11-1941, Projeto de orga (...)

77La même année l’intérêt pour les échanges universitaires et pour ce qu’ils peuvent apporter au rayonnement du Brésil est l’objet d’un projet formulé et transmis à la DCI par la Casa do Estudante du Brésil (CEB)73. Le but est de constituer « de véritables ambassades diplomatiques d’étudiants, grâce auxquelles le nom du Brésil sortirait grandi dans les milieux universitaires du continent74 » : plus qu’à de « simples » échanges universitaires, on aurait dès lors affaire à de véritables missions culturelles. Nous ne savons pas si ce projet a connu une suite, mais il montre que l’action de l’Itamaraty en termes de promotion du Brésil à l’extérieur rencontre un écho dans le milieu universitaire brésilien.

78L’importance toujours plus grande accordée aux échanges universitaires se lit lorsqu’on observe l’évolution des dépenses de la DCI : si en 1939, le budget alloué aux bourses représente le triple de celui qui est consacré à l’achat et à la distribution de livres, cette proportion s’élève à 15 en 1945. L’explosion des dépenses liées aux bourses devient même un problème, Osório Dutra soulignant qu’en 1944 elles ont absorbé près des trois quarts du budget total de la DCI, mettant en péril ses autres activités.

79Le tableau des dépenses qui suit, correspondant à 1946, offre un aperçu tout à la fois de ce fonctionnement et de l’évolution des activités de la Division :

Tableau 2. – Dépenses de la Division de coopération intellectuelle en 1946.

De l’utilité des réseaux

80Dès 1927, dans une lettre adressée au ministre des Relations extérieures, Elyseu Montarroyos, délégué du Brésil auprès de l’IICI, dit sa certitude que la coopération intellectuelle peut servir les ambitions brésiliennes, tant diplomatiques qu’économiques.

  • 75 La détermination du montant de la subvention se fait, pour chaque pays, en fonction des coefficient (...)

81Selon lui l’Institut constitue dans cette perspective un des meilleurs relais de la propagande brésilienne en direction de l’extérieur et tente par conséquent de convaincre son ministre de tutelle de répondre favorablement à la demande de subventions formulée par Julien Luchaire, qui dirige alors cet organisme. La subvention brésilienne s’élèverait à 15000 francs-or75.

  • 76 AHI, 276/2/4, 05-09-1927, lettre de Montarroyos à Otavio Mangabeira.

« Tel est le concours financier par l’intermédiaire duquel, si modeste soit-il, le Brésil pourra, grâce à l’Institut, posséder, en plein cœur de Paris, un service de propagande nationale que, dans d’autres conditions, il n’aurait pas les moyens de maintenir avec une efficacité égale […]. Fournies en effet sous l’égide de cette institution, dont le caractère international constitue, aux yeux du public, une garantie d’impartialité, les informations sur le Brésil seront à l’abri de la méfiance avec laquelle sont fréquemment reçues celles qui portent à peine une marque de propagande nationale […].
Autre considération en faveur dudit projet est celle que, judicieusement menée, la propagande intellectuelle d’un pays lui ouvre de nouveaux chemins pour sa propagande économique. Elles sont nombreuses en effet les industries directement liées à l’activité intellectuelle d’un peuple ; et l’on peut dire que, de manière générale, aux informations sur ses recours et tendances d’ordre intellectuel et moral il n’est pas difficile d’associer les démonstrations de ses recours et de ses possibilités d’ordre matériel […]76. »

82Montarroyos plaide également en faveur d’une dotation de 20 000 francs-or pour le Centre d’informations dont chaque pays pourrait disposer dans la galerie des Nations que Julien Luchaire prévoit de constituer dans la galerie d’Orléans du Palais Royal ; selon lui, un tel Centre serait un excellent vecteur de la propagande économique brésilienne :

  • 77 Ibid.

« Les différents attraits dont elle sera dotée feront de cette galerie un point habituel de réunion, un centre intellectuel très fréquenté, à la fois mondain et populaire, où ne manqueront pas les opportunités que nous pourrions saisir pour la présentation de produits brésiliens, par les moyens les plus adéquats, artistiques et persuasifs, notamment celui des dégustations, système de propagande qui est, comme chacun le sait, particulièrement agréable au public et à l’aide duquel nos produits, devenus connus, trouveraient facilement en Europe des marchés rémunérateurs77. »

83Nous avons cité longuement les propos de Montarroyos tant ils sont révélateurs de la conscience aiguë que l’on a, du côté brésilien, des avantages que présente la diplomatie culturelle et, pour celle-ci, une institution internationale. Il montre aussi à quel point la préoccupation économique constitue un des principaux moteurs de la politique extérieure brésilienne, cette « politique extérieure pour le développement » telle que l’a définie Amado Cervo.

  • 78 AHI, 542,6, 1045/18392, Cooperação Intelectual, tomo II, 1939-1940, Jornal do Brasil, 26-03-1939, « (...)
  • 79 Peregrino Júnior (1898-1983) est journaliste, médecin et essayiste. Il collabore à plusieurs journa (...)

84Dans un article paru dans le Jornal do Brasil en 193978, le journaliste Peregrino Júnior79 réaffirme l’utilité de l’IICI pour la diplomatie culturelle brésilienne car, selon lui, c’est l’organisme qui est le plus à même de relayer auprès du plus grand nombre de personnalités et de pays la propagande brésilienne et a déjà prouvé à quel point il constituait, à peu de frais pour l’État brésilien, une caisse de résonance de premier ordre :

  • 80 Ibid. L’auteur cite notamment la traduction en français de Dom Casmurro de Machado de Assis, et de (...)

« De tous ces instituts [ceux que le Brésil subventionne : l’IICI, celui de l’Union panaméricaine et l’Institut d’études argentino-brésilien], il convient de dire que celui qui nous a réellement prêté les plus grands services est l’IICI de la Société des Nations. Recevant de l’Itamaraty une subvention qui n’a pas toujours été payée avec ponctualité, l’Institut […] n’a pas ménagé ses efforts pour divulguer, en plusieurs langues, par le biais de ses publications officielles, les sujets qui intéressent le Brésil80. »

  • 81 AHI, 542,6, 39277, Coopération Intellectuelle. Relations culturelles et artistiques (1940-1950).

85La constitution et la mobilisation de réseaux se traduisent par ailleurs par la constitution, dès 1934, d’un répertoire des intellectuels brésiliens et étrangers tel que l’avait préconisé Ribeiro Couto. Cette entreprise de fichage, pour laquelle on compte sur la collaboration « patriotique » des intellectuels brésiliens, se poursuit au-delà de notre période : on trouve en effet une liste de douze pages d’intellectuels latino-américains datant de 194881.

Livre et musique, instruments privilégiés de la diplomatie culturelle brésilienne

Lire le Brésil

86La diffusion de livres brésiliens est vue comme le meilleur vecteur de la propagande du Brésil à l’extérieur et occupe donc une place de choix parmi les modes d’action de la DCI. Plusieurs agents diplomatiques en poste à l’étranger insistent d’ailleurs régulièrement sur les retombées positives d’un tel parti pris. L’envoi de livres, en portugais, représente en outre une dimension de ce que l’on pourrait qualifier de « diplomatie de la langue » : ils permettent en effet d’encourager l’enseignement du portugais ainsi que les études brésilianistes.

87Cette priorité donnée au livre comme instrument de la diplomatie culturelle brésilienne doit être replacée dans le contexte culturel et politique national. Comme le souligne Eliana de Freitas Dutra,

  • 82 Dutra Eliana de Freitas, « Le Brésil au-delà des frontières : la “collection brésilienne” et l’Inst (...)

« au Brésil, dans les années 1930, on observe des mutations internes à la politique des imprimés et des débats et stratégies concernant l’actualité politique. La presse, les initiatives venues du monde de l’édition vont être en effet à l’origine d’une large transformation du tissu de la communication sociale, caractérisée par l’avènement d’une nouvelle culture de masse82 ».

  • 83 L’instigateur de la création de cet Institut est Gustavo Capanema.
  • 84 Voir Dutra Eliana de Freitas, « A nação nos livros : a biblioteca ideal na coleção Brasiliana », in(...)
  • 85 AHI, 542,6, 2040/36998, Cooperação Intelectual, Brasil (1940-1943), 15-10-1943, article du journal (...)

88Elle s’intéresse en particulier à la Coleção Brasiliana, considérée comme le plus important projet éditorial de l’époque destiné à réunir une connaissance systématique sur le Brésil, et à l’Institut national du livre, créé par l’État en 193783 afin de définir une politique du livre, tant sur le plan national qu’international. De fait, des subventions étaient accordées pour la diffusion du livre brésilien, en Amérique latine, en Europe et aux États-Unis, les livres de la Coleção Brasiliana figurant en bonne place dans cette entreprise de promotion de la production écrite brésilienne. Cette politique brésilienne du livre rend visible, de manière paradigmatique, l’articulation entre un processus de nationalisation de la culture84 à l’intérieur des frontières et la projection de celle-ci à l’extérieur. Vis-à-vis des autres nations latino-américaines, cet aspect est valorisé dans la mesure où elles sont elles-mêmes en quête de solutions similaires. Nous avons d’ailleurs trouvé, dans les archives de l’Itamaraty, un article du journal guatémaltèque El Imparcial faisant l’éloge de l’Institut national du livre, « entité culturelle de haute importance qui remplit une grande fonction nationale85 ». L’auteur revient sur les missions de l’Institut, pour comparer ensuite son action, nationale et internationale, avec celle d’autres pays, comparaison à l’issue de laquelle le Brésil devient un modèle à suivre.

  • 86 AHI, 542,6, 995/16141, Algumas sugestões para o plano do Serviço de Cooperação Intelectual, pelo Co (...)

89Comme en Argentine, il n’est donc pas question d’envoyer à l’étranger n’importe quel ouvrage, point sur lequel insiste Ribeiro Couto dès 1934 en précisant le contenu des livres concernés : des œuvres historiques (« celles d’un maniement facile, peu volumineuses, et qui ne contiennent pas de récits pessimistes ou déprimants de l’histoire de notre peuple »), œuvres diplomatiques (« celles qui divulguent surtout l’action pacificatrice du Brésil en Amérique »), œuvres économiques (« celles qui peuvent éveiller un intérêt immédiat pour l’implantation d’industries, la culture de la terre et le développement du commerce »), etc.86. On a là tous les ingrédients d’une promotion efficace du pays.

90« Diffusion de la culture » va donc de pair avec la promotion des « valeurs de la patrie » et le livre, objet culturel par excellence, est à cet égard un vecteur de choix.

La musique, vocation brésilienne ?

  • 87 AHI, 542,6, 464/7042, Serviço de Cooperação intelectual (1934-1937), Rio de Janeiro, 20-09-1934, le (...)

« Rien de mieux, pour montrer la sensibilité, la poésie et l’éducation de notre peuple, que de faire une propagande qui prenne en compte la musique nationale, dans sa forme scientifique, populaire et régionale87. »

  • 88 Fléchet Anaïs, « As partituras da identidade. O Itamaraty e a música brasileira no século XX », in (...)

91Malgré la conviction exprimée en 1934 par l’auteur de cette phrase, ce n’est qu’à partir de 1945 que la musique est considérée comme un des meilleurs atouts de la diplomatie culturelle brésilienne et que la DCI met réellement en œuvre des mesures destinées à assurer la « propagande de la musique brésilienne à l’extérieur ». Pourtant, ainsi que le démontre Anaïs Fléchet, les « diplomates musiciens » existent dès l’époque de l’Empire88 et l’idée que la musique peut servir les intérêts du Brésil à l’étranger est exprimée de la sorte par l’écrivain Lima Barreto en 1921 :

  • 89 Lima Barreto, « Importância da Dança no Intercâmbio Comercial », article du journal ABC, Rio de Jan (...)

« L’Argentine mène une propagande très importante, diffusant son tango, qui a provoqué débats et excommunications en Europe. Et nous ? Nous restons à la traîne. Certains, comme le vénérable Duque […] ont tenté d’opposer au “tango argentin”, notre maxixe […]. Le gouvernement, cependant, ne nous a pas aidés et nous avons perdu une occasion magnifique d’être mieux connus en Europe et de développer nos échanges commerciaux avec cette dernière89. »

  • 90 AHI, Divisão Cultural, 135/5/5, Rio de Janeiro, 08-01-1937, Rapport de (?) à Mauricio Nabuco.
  • 91 Lettre du 04-02-1937, citée par Fléchet Anaïs, art. cité, p. 149.

92Outre la comparaison intéressante avec l’Argentine, ces lignes révèlent que l’Itamaraty ne s’engage pas véritablement dans la promotion de la musique brésilienne qui est, jusque dans les années 1930, le fait de l’engagement personnel de certains diplomates et il faut attendre 1937 pour que soient prises les premières initiatives relatives à la musique. Dans un rapport daté de janvier de cette année90, il est question des demandes croissantes, émanant des missions diplomatiques brésiliennes à l’étranger, d’envois par l’Itamaraty de disques. Elles sont en effet de plus en plus sollicitées par différentes sociétés de radiodiffusion souhaitant disposer de musique brésilienne. Pour l’auteur de ce rapport, il conviendrait donc d’allouer une partie du budget du ministère à l’acquisition de disques. Un peu plus tard, ce qui est encore le Service de coopération intellectuelle entre en contact avec l’Institut national de musique afin de procéder à la réalisation de « disques de musique nationale qui seraient distribués au titre de la propagande à l’étranger91 ». Malgré cette première expérience, la musique ne figure alors toujours pas parmi les priorités de l’Itamaraty.

  • 92 Vinicius de Moraes (1913-1980), considéré comme l’un des pères de la Bossa Nova, rejoint le corps d (...)

93Un des documents les plus intéressants concernant la mise en place de mesures destinées à promouvoir la musique brésilienne à l’étranger est un rapport adressé en octobre 1945 au chef de la DCI par le musicien et diplomate Vinicius de Moraes92. Ce dernier y démontre la nécessité de

  • 93 AHI, 135/5/7, Divisão Cultural, Rio de Janeiro, 12-10-1945, Rapport de Vinicius de Moraes au chef d (...)

« mettre en œuvre, de manière plus ample, la divulgation de la musique brésilienne à l’extérieur, musique dont le prestige s’accroît de jour en jour, et qui constitue […] un excellent vecteur de la propagande de la culture brésilienne, dans un de ses aspects les plus authentiques et les plus susceptibles d’être accueillis par les autres peuples93 ».

94 Pour appuyer son propos, il met en avant des « expériences personnelles » qui lui ont montré que les étrangers venant au Brésil s’intéressaient vivement à la musique « typique ». Selon lui, la musique figure parmi les aspects les plus « illustratifs » du « tempérament » et de la « sensibilité » du peuple brésilien. Fort de ce constat, Vinicius de Moraes plaide pour que la DCI se saisisse de ce qu’il considère comme une véritable aubaine pour la diplomatie culturelle brésilienne, mais aussi pour la légitimité de ce service. Il suggère deux types de procédure : l’envoi de disques, ce qui reviendrait moins cher, et l’établissement, par la Division, de compilations. Il penche en faveur de la deuxième solution car elle permettrait de présenter à l’extérieur d’une part « une véritable concrétion de nos quatre siècles de formation musicale » et d’autre part, les deux visages de la musique brésilienne, l’érudit et le populaire. Il propose par ailleurs que chaque album ainsi constitué soit accompagné d’une petite étude sur les origines, l’évolution et les caractéristiques des morceaux sélectionnés, travail qui serait confié à un critique musical ou à un musicologue de renom. Il suggère enfin de créer une commission, au sein de l’Itamaraty, qui serait chargée de procéder au choix des titres devant figurer dans ces compilations. Elle serait composée de critiques, de musicologues, de compositeurs, qui aient une expertise à la fois dans le domaine de la musique « érudite » et dans celui de la musique « populaire ».

  • 94 Fléchet Anaïs, art. cité, p. 143.

95L’argumentaire de Vinicius de Moraes semble avoir porté ses fruits puisque, en décembre 1945, le ministre des Relations extérieures, Pedro Leão Velloso, annonce une série de mesures qui va constituer, selon les mots d’Anaïs Fléchet la « pierre angulaire pour l’élaboration de la diplomatie musicale brésilienne dans la seconde moitié du xxe siècle94 ».

  • 95 AHI, Divisão de cooperação Intelectual, 135/5/7, Rio de Janeiro, 22-02-1945, « Relatório sobre as a (...)

« La fin prochaine de la guerre va ouvrir au Brésil de nouvelles possibilités d’expansion culturelle. Il est urgent que la DCI se dote des moyens nécessaires pour ne pas perdre les opportunités qui ne manqueront pas de surgir. Il ne sera pas nécessaire de démontrer l’importance qu’a la coopération intellectuelle dans la politique internationale d’un peuple95. »

96Anticipant la fin de l’IICI et l’avènement de l’UNESCO, conscient qu’avec la fin de la Seconde Guerre mondiale s’ouvre une nouvelle ère dans les relations internationales, Osório Dutra, l’auteur de ces lignes, montre que l’on est conscient, au Brésil, qu’une diplomatie culturelle ne peut être efficace qu’en ajustant son action selon la configuration de la scène mondiale. Il semble qu’il ne soit pas le seul puisque, dès 1945, la Division de coopération intellectuelle (DCI) est remaniée à la faveur de la réforme structurelle menée par les ministres Pedro Leão Veloso et José Linhares : le décret-loi no 8.324 institue un Département politique économique et culturel (DPEC) au sein du Secrétariat d’État, composé de quatre divisions dont la DCI, qui devient Division culturelle d’Itamaraty en avril 1946, suite à l’adoption du décret-loi no 9.121. En dépit d’une continuité apparente, liée au maintien du sigle DCI, le passage de la « coopération intellectuelle » à « l’action culturelle » signifie une amplification des attributions de la division, dont les compétences comprennent désormais, outre les accords de coopération technique et scientifique, la diffusion de la langue, des arts, des lettres et de la musique brésilienne dans le monde.

Le Chili

Structuration et évolution de la machine diplomatique culturelle chilienne

97Avant la mise en place d’une Section d’informations par la réforme de 1927, des initiatives ont été menées, de manière ponctuelle, afin de véhiculer une image positive du Chili, ou à tout le moins de pallier l’ignorance dont le pays est l’objet. C’est dans cette optique qu’est créé, en décembre 1922, par un décret du président Alessandri, un service d’informations télégraphique destiné aux ambassades, légations et consulats qui doit permettre l’envoi hebdomadaire d’éléments que le personnel diplomatique est chargé de diffuser auprès des organes de presse du pays où il est en poste.

  • 96 MRE Chili, Memorias, 1928, p. 883.

98À partir de 1927, le ministère chilien des Relations extérieures tente de mettre en place une politique systématique de diffusion d’informations concernant le Chili. La Section d’informations en est la cheville ouvrière et sa mission est guidée par le souci de « commercialiser différents produits chiliens sur les principaux marchés du monde96 ». Pour cela, elle doit faire parvenir aux missions diplomatiques

  • 97 MRE Chili, Circulares ordinarias, 1929-1935, Santiago, 13-07-1929, Circulaire no 21, « Publicidad d (...)

« le plus grand nombre de publications contenant des informations sur la marche générale du pays et principalement sur sa situation financière et économique, lesquelles font apparaître un progrès solide et fort qu’il convient de faire connaître sans retard dans les termes les plus favorables97 ».

99Un passage des Memorias de 1929 nous en apprend plus sur ce que l’on veut mettre en valeur à l’étranger :

  • 98 MRE Chili, Memorias, 1929, p. 634.

« La politique générale du gouvernement chilien, l’état des finances publiques, les ressources naturelles du pays, les possibilités offertes par le Chili aux capitaux, aux industries et au commerce étrangers et les avantages dont peuvent bénéficier les immigrants et habitants dans notre pays98. »

100On retrouve, à peu près dans les mêmes termes, ce que l’Argentine cherche également à faire valoir sur la scène internationale, même si cette dernière, à la fin des années 1920, n’a plus comme perspective d’attirer des immigrés.

101Les objectifs du Service font l’objet d’une explicitation dans les pages de la revue Chile, éditée par le ministère :

  • 99 Chile. Boletín consular del Ministerio de Relaciones Exteriores, año III, vol. 3, no 43, septembre  (...)

« [Le Service] va à la recherche d’une respectabilité juste, légitime, qui correspond au Chili, de par ses richesses naturelles et son développement industriel ; il contribue à porter très haut, en des termes définitifs et sûrs, le nom et l’idée de la nation, en détruisant d’un seul coup les jugements erronés et tendancieux qui se sont maintenus à la faveur d’une vieille inertie liée à l’indifférence, laquelle, heureusement, n’a plus cours99. »

102C’est donc en termes de rupture qu’est pensée la réforme du système d’informations, avec l’image que le Chili avait jusque-là sur la scène internationale et avec l’« inertie » des administrations précédentes. Sont ainsi formulés les « commandements » auxquels doivent obéir ceux qui participent à la projection de leur pays sur la scène internationale.

103La dynamique qui se met en place à partir de 1927 connaît néanmoins un coup d’arrêt suite aux répercussions de la crise de 1929, particulièrement dures pour le Chili. Ainsi, le service d’informations connaît d’importantes restrictions de personnel et est menacé de disparition. Il n’en est d’ailleurs pas fait mention dans les Memorias de 1932 et de manière très succincte dans celles de 1933 et 1934, si ce n’est pour évoquer le manque de moyens. Il faut attendre 1936 pour que la question des informations sur le Chili soit à nouveau évoquée et 1937 pour que réapparaisse, dans les pages des Memorias, la Section d’information, qui est entre-temps devenue Section informations et propagande (SIP). Enfin, il faut mentionner la création, en 1944, du poste d’attaché aux relations culturelles dans les ambassades chiliennes.

104Les Memorias de 1943 font état de l’amplification progressive du champ d’action de la Section informations et propagande. D’agence fournissant aux missions diplomatiques chiliennes le matériel nécessaire à assurer la publicité du Chili à l’extérieur, la Section devient un organisme dont le nombre d’interlocuteurs ne cesse d’augmenter, dépassant ainsi le cadre qui était le sien au départ. Cette évolution se fait au gré des demandes adressées à la Section et non en fonction d’une action qui serait planifiée. Il en va de même pour les activités liées à la coopération intellectuelle, qui disposent quasi systématiquement, à partir de 1943, d’un rapport spécifique dans les pages des Memorias consacrées à l’action de la Section. Ainsi apparaît-il que le ministère a dû s’adapter à la présence toujours plus grande de la coopération intellectuelle au sein des relations internationales.

  • 100 MRE Chili, Memorias, 1941, p. 368.

105Est-ce à dire qu’avant 1943 le ministère chilien des Relations extérieures ne s’occupait pas du tout des questions de coopération intellectuelle ? Dans la mesure où, dès la création de la Commission chilienne de coopération intellectuelle en 1930, le sous-secrétaire du ministère des Relations extérieures fait partie des membres de la Commission, on peut supposer que ce domaine intéressait la diplomatie chilienne. Néanmoins, compte tenu du contexte politique et économique, ni la Commission ni le ministère n’ont pu réellement mener à bien des travaux relevant de la coopération intellectuelle. L’idée d’un partenariat n’est cependant pas abandonnée puisque, lorsque la Commission est refondée en 1935, il est décidé qu’un fonctionnaire du ministère ferait partie de son comité exécutif. Par ailleurs, cette dernière dépend en grande partie, pour son financement, des subsides versés par le ministère. Par la suite, dans les Memorias de 1941, il est fait état de l’intérêt du ministère pour cet aspect des relations internationales, qui constitue « l’un des moyens les plus efficaces pour atteindre une meilleure connaissance réciproque100 », et de la collaboration sur ce thème du ministère et de la Commission. Cette dernière est décrite comme un organisme qui « conseille » le ministère pour les questions relatives à la coopération intellectuelle.

  • 101 Sur le rôle de la Commission et du Bureau de coopération intellectuelle, voir notre chapitre « L’Am (...)

106Au fil des ans, la Commission devient, à l’égal du ministère des Relations extérieures, un acteur central pour tout ce qui relève de la coopération intellectuelle. La création, au sein de la Commission, dès décembre 1935, d’un Bureau de coopération intellectuelle n’y est pas étranger101. Les fonctions et les activités de ce Bureau sont décrites en ces termes :

  • 102 Castro Ossandon Hernán, Cooperación intelectual americana, Memoria de prueba para optar al grado de (...)

« Le Bureau de la commission est un centre d’informations culturelles auquel font constamment appel le ministère des Relations extérieures, l’université du Chili et le public ; il entretient un échange d’informations avec des universités et des organismes étrangers afin de faciliter l’accès à des données sur les conditions de vie au Chili pour les personnes qui seraient intéressées à suivre des cours dans nos universités ; il leur remet en outre des programmes d’étude, etc.102 »

  • 103 Voir Jaksic Ivan et Serrano Sol, « In the service of the nation : the establishment and consolidati (...)

107Il y a donc une véritable complémentarité entre le ministère d’une part et la Commission, très liée à l’université du Chili, d’autre part. Cet état de fait peut être mis en lien avec le rôle de Francisco Walker Linares, trait d’union entre la sphère diplomatique et la sphère universitaire, mais également au rôle tant intellectuel, que culturel et politique joué par l’université du Chili qui, fondée en 1842, a pleinement participé à la construction du Chili comme État-nation103.

  • 104 MRE Chili, Información y Propaganda, Conferencias de divulgación, no 1, « La Universidad de Chile »

108L’université du Chili, sous les rectorats d’Andrés Bello (1843-1865) et d’Ignacio Domeyko (1867-1883), est en effet devenue l’une des plus importantes institutions éducatives du Chili, voire d’Amérique du Sud. Il n’est donc pas étonnant qu’une des premières brochures éditées pour divulgation par la Section informations et propagande soit consacrée à cette institution et en dresse un véritable panégyrique104, destiné à présenter le Chili aux yeux du monde comme un État-nation qui s’est bâti à l’aide du savoir, grâce à une institution éminemment symbolique sur les plans intellectuel et culturel. À travers elle, on met en scène la rupture avec le passé colonial et l’avènement de la modernité. Outre cette fonction représentative, l’université du Chili remplit aussi un rôle de premier plan dans le champ culturel chilien et, en tant que telle, elle est une actrice à part entière de la promotion du Chili à l’international.

La Section informations et propagande105 au premier plan

La distribution et la production d’informations, activité principale de la SIP

109Dans les Memorias de 1929 il est question des activités que l’on souhaite voir accomplies par la Section d’informations :

  • 106 MRE Chili, Memorias, 1929, p. 631.

« a/ Recherche des informations nécessaires à la connaissance du Chili à l’étranger et moyens les plus adéquats pour diffuser au mieux ces informations ;
b/ Confection de brochures et autres éléments de propagande, dans différentes langues ; c/ Réalisation de films sur les aspects généraux du pays, et sur certains traits particuliers, caractéristiques du commerce, de l’industrie, et de la prospérité nationale, lesquels seront distribués dans les principales ambassades et consulats ;
d/ Enquête sur les services similaires de divers pays étrangers, réalisée pour partie par nos agents diplomatiques et consulaires ;
e/ Étude en vue de la concentration générale des informations de tous les ministères et départements publics du Chili pour réaliser un travail plus complet, moins coûteux et mieux contrôlé ;
f/ Préparation d’éléments graphiques de propagande : photographies, portraits d’hommes publics, de femmes, etc. ;
g/ Lancement du service postal d’informations, en complément des informations par câbles, quotidiennes et hebdomadaires, envoyées aux pays d’Amérique ;
h/ Développement de relations directes entre entités nationales et étrangères similaires106. »

110Cette liste révèle des objectifs ambitieux, montre (cf. point d/) que l’on prête attention à ce qui se fait ailleurs en matière de diplomatie culturelle et révèle l’importance accordée à l’information. Dans ce domaine, on peut identifier deux types de matériel dont fait usage la Section d’informations : le matériel existant et le matériel qu’elle produit directement.

  • 107 Outre des articles concernant le Chili, on envoie aussi des « des photographies d’événements qui co (...)

111En ce qui concerne le premier type de matériel, la SIP fait parvenir à ses représentants diplomatiques un certain nombre de journaux et de revues jugés utiles pour la propagande du Chili. Pour ce qui est des quotidiens, une coopération a été mise en place avec les « grands journaux de Santiago », permettant une diffusion rapide de leur contenu à la presse étrangère107.

  • 108 MRE Chili, Memorias, 1929, p. 189.

112La liste des revues met quant à elle en lumière la diversité des sujets devant faire l’objet d’une publicité à l’extérieur. On trouve en effet autant des revues officielles, que des publications universitaires et scientifiques ou des revues plus spécialisées. Par ailleurs, les bulletins faisant état des activités des divers ministères ou organismes publics font également l’objet d’un envoi, en particulier ceux qui contiennent « des commentaires et des chiffres particulièrement importants sur l’état général de l’économie chilienne108 ». Il revient aux agents diplomatiques de sélectionner les informations les plus intéressantes, de les traduire et de faire en sorte qu’elles soient publiées dans les organes de presse du pays où ils sont en poste.

  • 109 Chile. Boletín consular del Ministerio de Relaciones Exteriores, año III, vol. III, no 43, septembr (...)
  • 110 Ibid.

113La deuxième catégorie de matériel utilisé par la Section est celle qui est produite par les diplomates chiliens. « 50 abécédaires sur tous les aspects économiques, culturels et sociaux du pays109 », édités en espagnol, en anglais, en français et en allemand, sont ainsi distribués. Pour l’auteur d’un article sur « la propagande du Chili à l’étranger », « ces sobres monographies, basées sur des chiffres parfaitement exacts, sont la meilleure propagande qui ait jamais été faite au Chili110 ».

  • 111 Ibid.
  • 112 Ibid.

114En outre, dans la lignée du service d’informations cablographiées mis en place en 1922, des « bulletins d’informations », distribués deux fois par semaine, « dans le monde entier », donnent « les nouvelles les plus intéressantes concernant la vie nationale »111. Toujours selon l’auteur cité précédemment, ces bulletins, « élaborés selon des critères strictement journalistiques et sur la base de faits concrets et de chiffres on ne peut plus exacts », ont été un succès pour la SIP dans la mesure où ils « ont été accueillis avec enthousiasme même par les journaux les plus stricts et les plus réfractaires à toute propagande étrangère112 ».

115Enfin, nous savons, grâce aux Memorias de 1936, qu’ont été envoyées des collections de disques ainsi que des partitions de la « Canción Nacional » et du « folklore populaire ». Le ministère a par ailleurs acquis des films concernant le tourisme qui ont été expédiés aux États-Unis, en Amérique et en Europe. Un article de la revue Chile mettait en avant, dès 1928, « la confection de nombreux films courts qui résument les activités et les perspectives du pays » et qui doivent être envoyées à différents pays, « selon leurs caractéristiques », expression qui dénote le souci d’une adaptation aux publics visés.

  • 113 MRE Chili, Memorias, 1927, p. 628.
  • 114 Ibid.
  • 115 Chile. Boletín consular del Ministerio de Relaciones Exteriores, « La propaganda del país en el ext (...)

116La revue Chile, présentée comme un « organe national d’expansion économique » et comme le « bulletin consulaire du ministère des Relations extérieures », relève du deuxième type de matériel envoyé à l’étranger. Elle a commencé à être publiée en 1925 et repose sur des « informations officielles ». Elle est donc antérieure à la réforme du Service d’informations qui, dès 1927, lui prête « un ferme appui moral ». D’après les Memorias de 1927, cette revue est devenue, en deux ans, « le plus important organe d’expansion économique et de propagande [du Chili] à l’étranger113 ». Les pages de la revue Chile sont le « témoignage vivant114 » des activités des consuls chiliens à l’étranger, mais aussi un moyen de montrer « tous les aspects les plus intéressants de la vie commerciale, culturelle et artistique du Chili115 ».

117Le contenu de la revue repose en partie sur le matériel envoyé par les diplomates chiliens en poste à l’extérieur. Ces informations sont résumées et publiées dans la revue, qui circule non seulement à l’étranger mais aussi au Chili. Cette précision est d’importance : cette publication semble être autant à destination d’un public chilien qu’étranger.

118L’année 1928 marque un tournant, si l’on en croit la page introductive du numéro de janvier :

  • 116 Chile. Boletín consular del Ministerio de Relaciones Exteriores, año III, vol. III, no 35, janvier  (...)

« Avec le présent numéro, la revue Chile franchit l’étape la plus intéressante de son existence.
Sans se laisser influencer par des sympathies ou des intérêts particuliers ; sans concessions à l’égard du Département Consulaire du Ministère des Relations Extérieures dont elle dépend exclusivement, notre revue pourra accomplir de façon efficace le vaste plan de propagande nationale et internationale qui a été tracé et qui consiste pour l’essentiel à faire connaître jusqu’aux derniers confins de la terre, par l’intermédiaire des 300 consuls chiliens qui sont en même temps les correspondants de cet organe d’expansion économique, et qui mettront à jour pour nos commerciaux et industriels, tout ce qui concerne les possibilités d’importation et exportation, la capacité productrice de ce pays, à savoir la richesse minière de la Région du Nord, la fertilité agricole de la région Sud et les activités industrielles de la Région Centrale. Elle fera connaître sous tous ses aspects notre capacité économique et sociale ; elle favorisera les échanges commerciaux ; [elle] servir[a], en bref, de la meilleure façon possible, les intérêts du Chili […]116. »

119Si la revue constitue, dans le cadre de notre travail, une source de première importance, c’est qu’elle est conçue comme un moyen de dresser régulièrement un panorama complet de ce qu’est le Chili ; ou tout au moins du Chili que le ministère des Relations extérieures, selon des critères essentiellement économiques et commerciaux, souhaite valoriser sur la scène internationale. En cela elle se rapproche d’Informaciones Argentinas. Mais elle s’en distingue par son caractère hybride, le ministère des Relations extérieures n’en étant pas l’unique auteur et ses destinataires étant autant chiliens qu’étrangers, ce qui montre bien que la construction d’une image de la nation à l’étranger remplit aussi une fonction dans la définition de cette dernière à l’intérieur des frontières.

120Ce panorama des diverses initiatives du ministère chilien des Relations extérieures appelle deux remarques. La première concerne l’accent mis sur la diffusion d’informations sur le Chili. Dans le cas de l’Argentine, il s’agissait de corriger des jugements erronés, des connaissances approximatives. Pour le Chili, il s’agit tout simplement de rappeler au monde son existence, en s’insérant dans le flux des informations, de faire en sorte que l’actualité mondiale n’ignore pas ce qui se passe au-delà de la cordillère des Andes. Notre deuxième remarque a trait à l’insistance sur le caractère véridique des éléments fournis, comme s’il fallait se prémunir d’une méfiance envers tout ce qui est véhiculé par des instances officielles. Ce faisant, les acteurs de la diplomatie chilienne écartent tout soupçon de propagande idéologique. Dans le jeu qui consiste à se faire valoir dans le concert des nations, le Chili se présente comme un pays qui ne se met pas en scène, qui joue la carte de la transparence, construisant ainsi une certaine image de lui-même pour l’extérieur, mais aussi, comme le révèle la revue Chile avec ses destinataires multiples, pour ses propres citoyens.

Le livre ou la complémentarité entre politique et action culturelle

121L’importance du livre comme outil de diplomatie culturelle est mise en avant par une circulaire datant d’avril 1929 et destinée à l’ensemble du corps diplomatique chilien. En voici l’extrait le plus significatif :

  • 117 MRE Chili, Memorias, 1929, p. 178-179, Circulaire no 11 (11-04-1929), « Libros de autores nacionale (...)

« Le ministère a décidé de favoriser la connaissance à l’étranger de la littérature nationale, en adoptant un dispositif analogue à celui en usage dans les autres pays et que ce département a eu l’opportunité de pratiquer occasionnellement. Ceci sera mis en œuvre par une action discrète de nos agents diplomatiques visant à éveiller de l’intérêt pour la connaissance des meilleures œuvres de notre littérature dans les cercles intellectuels, éditoriaux et parmi les personnalités littéraires dont l’opinion contribuera à asseoir leur prestige117. »

122Le ministère sollicite pour cela les auteurs chiliens : ils doivent lui remettre des exemplaires des œuvres qu’ils jugeront les plus appropriées à être envoyées aux missions diplomatiques chiliennes. Comme dans les cas argentin et brésilien, il y a donc une sélection mais sans que des critères précis soient formulés et selon une logique plus encyclopédique qu’idéologique. De fait, les bibliothèques des missions diplomatiques ont par ailleurs reçu des annuaires statistiques portant sur un certain nombre de domaines (commerces intérieur et extérieur ; démographie ; mines et métallurgie ; administration, justice et éducation ; agriculture…) et obéissent à un classement devant faciliter une consultation de base : histoire du Chili, annuaires statistiques, mémoires des ministères, cartes, photographies, etc.

123La Commission de coopération intellectuelle participe pleinement de l’effort visant à la diffusion de livres chiliens. Elle est ainsi entrée en contact avec les compagnies maritimes desservant le pays afin que soient inclus dans les bibliothèques présentes sur les bateaux des livres écrits par des auteurs chiliens. Elle s’est par ailleurs chargée de nombreux envois de livres à l’extérieur et de la fondation de salles « Chili » dans un certain nombre de bibliothèques d’autres pays, et ce grâce à la mise à disposition d’ouvrages par la Section d’échanges et de publications de l’université du Chili. Enfin, elle a organisé des expositions de livres chiliens à Buenos Aires, Lima, La Paz, Rio de Janeiro et Bogotá et a envoyé des sélections d’ouvrages chiliens pour l’organisation d’expositions de livres à l’étranger.

124Si l’on en croit ce passage écrit par Concha Romero James, alors à la tête du Bureau de coopération intellectuelle de l’Union panaméricaine, cette politique a porté ses fruits :

  • 118 Romero James Concha, La cooperación intelectual en América, 1933-1936, Oficina de Cooperación intel (...)

« C’est une portée semblable qu’ont les livres qui par milliers sortent chaque semaine des imprimeries chiliennes, pour être diffusés dans le plus petit village d’Amérique. Pour les enfants de cette génération, le Chili ne sera pas un simple paysage, composé de la mer, d’une cordillère, d’un désert. Ce sera bien mieux : le foyer d’éditeurs résolus qui sauvent de l’oubli les écrivains mis de côté par l’indifférence ou l’ingratitude […]118. »

L’université du Chili au service du rayonnement international du pays

Les Instituts binationaux

  • 119 AUN, A III 46, sans date, « La comisión chilena de cooperación intelectual », Informe colectivo del (...)
  • 120 AUN, A III 46, 1939, « Los Institutos de Cultura y la Comisión Nacional de Cooperación Intelectual  (...)

125Un rapport d’activité de la Commission chilienne de coopération intellectuelle dit des Instituts binationaux qu’ils sont nés du désir de « susciter intérêt et sympathie pour chacun des pays du Continent119 ». Le premier d’entre eux est l’Institut Chili-Argentine, fondé en 1934, sur le modèle de l’Institut argentin-chilien qui existait déjà à Buenos Aires. Si chaque Institut organise son activité à sa guise et élabore ses propres statuts, c’est la Commission qui en désigne le premier directoire. Ces instituts binationaux réunissent des Chiliens qui avaient des liens avec le pays concerné et des ressortissants de ce dernier, résidant à Santiago. Chaque institut se doit de faire connaître, au Chili, « la culture, les coutumes, l’histoire et tout ce qui faisait la particularité de la nation à laquelle il était lié », et pour ce faire son personnel devait collecter « livres nationaux, informations, matériel folklorique, données bibliographiques » et fournir en retour le même genre de matériel au pays concerné. Par ailleurs, il se charge d’établir des correspondances scolaires, de fournir des bourses d’études aux étudiants désirant faire des études au Chili, et de manière générale, de créer « par tous les moyens à sa disposition, une atmosphère de sympathie binationale, faite d’intérêt et de curiosité120 ».

  • 121 Sur ces 14 Instituts bi-nationaux placés sous l’égide de la Commission chilienne, deux sont en lien (...)

126Le nombre d’Instituts va croissant, favorisant la création d’organismes semblables notamment en Bolivie, au Costa Rica, à Cuba ou en Équateur. En 1943, on compte quatorze Instituts binationaux121. On peut donc parler de succès. Pour les principaux acteurs de la Commission chilienne, l’action de ces instituts a permis la formation, en Amérique, d’une « attitude favorable à l’échange, d’une volonté partagée de mieux se connaître », et devait permettre que les nationalismes retrouvent leurs « proportions normales ». Ces organismes étaient enfin conçus comme des instruments au service du « progrès interaméricain ».

Les échanges universitaires et les cours d’été

  • 122 Boletín Bimestral, no 33, janvier-mars 1943, p. 29.

127Émanant de l’université du Chili, la Commission consacre aux échanges universitaires une large part de son action : la moitié de son budget sert ainsi à offrir des bourses d’études aux étudiants latino-américains qui désirent venir au Chili. Petit à petit la Commission devient l’organe central pour la gestion des échanges universitaires et de la distribution de bourses. L’empressement mis par la Commission à attirer au Chili, dans de bonnes conditions, des étudiants étrangers, mais aussi des professeurs, vient de la conviction que ces derniers sont « les meilleurs agents de la collaboration internationale et de la diffusion de la culture chilienne122 », que les échanges universitaires et scolaires sont un indéniable atout pour la renommée du Chili en tant qu’expert dans le domaine de l’éducation.

  • 123 MRE Chili, Ministerios Chile, 1938, dossier 1700, Santiago, 06-09-1938, lettre de Gallardo (?) au m (...)

128Cependant, il faut que ces échanges soient « bien financés et bien organisés ». On trouve dans les archives diplomatiques chiliennes des lettres entre la Commission chilienne et le ministère des Relations extérieures, entre ce dernier et le ministère de l’Instruction publique, fort éclairantes sur cet aspect, dans le sens où y sont énumérées les conditions selon lesquelles de telles initiatives peuvent être véritablement profitables au Chili. La première de ces lettres revient sur le relatif échec d’une mission pédagogique chilienne au Venezuela et en tire les enseignements123. Par ses remarques, l’auteur de cette lettre souligne deux aspects importants de la diplomatie culturelle : ceux qui font figure de représentants de la culture chilienne, en l’occurrence des enseignants, doivent être soigneusement sélectionnés afin de ne pas écorner l’image de leur pays, mais aussi connaître le public auquel ils s’adressent pour ne pas le froisser.

  • 124 Il occupe ce poste du 2 avril au 20 octobre 1942.
  • 125 MRE Chili, Ministerios Chile, 1942, Santiago, 29-08-1942, lettre d’Ernesto Barros Jarpa à Juvenal H (...)

129Ernesto Barros Jarpa, ministre des Relations extérieures124, soulève une autre question, qui est celle de la concurrence à laquelle est confronté le Chili dans le domaine des échanges universitaires et qui mérite selon lui que l’on prenne des dispositions. S’adressant à Juvenal Hernández, il note qu’il y a un intérêt croissant des étudiants chiliens pour les pays américains, « spécialement ceux de l’Atlantique ». Or, d’après les rapports de l’ambassade chilienne en Argentine, « l’intérêt avéré des [étudiants chiliens] pour visiter l’Argentine et ses centres d’études ne trouve pas son équivalent chez les jeunes Argentins, ce qui fait que [le Chili] apparaît dans une attitude de “vassalité intellectuelle” face à cette république125 ».

130Si les échanges universitaires peuvent constituer un outil pour la diplomatie culturelle chilienne, ils deviennent un handicap si les flux ne se font que du Chili vers les pays voisins ; ils risquent alors de donner l’impression que les jeunes Chiliens ne trouvent pas chez eux l’enrichissement intellectuel et les plaisirs du voyage. Pour répondre à ce défi, le ministère des Relations extérieures et le Conseil de l’université du Chili ont délégué à la Commission de coopération intellectuelle le pouvoir de contrôler et réglementer ces échanges. Aussi est-il demandé que le ministère de l’Éducation apporte sa collaboration, « à ces objectifs élevés de prestige national », en présentant à la Commission tout projet de voyage de groupes d’étudiants. Celle-ci soulignant, par la voix de Juvenal Hernández, l’impossibilité pour elle de tout contrôler et surtout d’empêcher de tels voyages, Ernesto Barros Jarpa réplique qu’il est néanmoins nécessaire de faire en sorte que ceux qui n’ont pas été validés par la Commission n’aient pas de « caractère officiel ».

  • 126 D’après les chiffres donnés dans les Memorias de 1940 (p. 459-460).

131L’autre moyen dont disposent le ministère des Relations extérieures et la Commission de coopération intellectuelle pour faire en sorte que les flux d’étudiants se dirigent vers le Chili est l’octroi de bourses. Les Memorias permettent de dresser un tableau des étudiants étrangers à l’université du Chili pour l’année 1940126 :

En nombre En pourcentage
Europe 141 22,85 %
Amérique latine 455 73,74 %
États-Unis 12 1,94 %
Autres 9 1,45 %
Total 617 100 %

Tableau 3. – Étudiants étrangers à l’université du Chili en 1940.

  • 127 MRE Chili, Ministerios Chile, 1942, Santiago, 21-12-1942, lettre de Francisco Walker Linares au min (...)

132Que les États-Unis soient peu concernés et que le reste du sous-continent fournisse la majorité des effectifs, voilà qui ne saurait surprendre. On peut en revanche être surpris par le nombre d’Européens. Les Allemands (35) et les Espagnols (26) sont les plus nombreux à venir du Vieux Continent, révélant des relations privilégiées avec ces deux pays. En ce qui concerne les Latino-Américains, le nombre de Boliviens (104), de Péruviens (107) et de Colombiens (83) dessine la sphère d’influence chilienne en Amérique du Sud. Enfin, le fait que 50 étudiants argentins figurent dans ce total semble montrer que les divers accords de coopération intellectuelle qui ont été signés entre les deux pays à partir du milieu des années 1930 ont porté leurs fruits. En revanche, un seul Brésilien apparaît dans cette liste. Ce qui est déploré, en 1942, par Francisco Walker Linares, qui répond à un courrier du ministère faisant état de l’offre de bourses, par le gouvernement brésilien, à des étudiants chiliens. Il juge cette initiative particulièrement opportune « compte tenu de la puissance industrielle et commerciale de ce pays et des relations qui devraient selon toute probabilité se renforcer [avec le Chili]127 ». Il dresse la liste des domaines qu’il serait intéressant pour les boursiers chiliens d’étudier au Brésil : la médecine tropicale, la médecine rurale ; les « industries modernes » et le commerce. Afin que cet échange soit profitable, la Commission de coopération intellectuelle estime qu’il faut mettre en place un cours de portugais à l’université du Chili, « car la croissance industrielle brésilienne et l’actuelle situation internationale de ce pays, ainsi que le contexte de post-guerre, exigeront une plus grande entente culturelle et commerciale avec ce pays ». Ces considérations sont une preuve que les échanges universitaires, et plus largement la diplomatie culturelle, permettent d’appuyer les objectifs de la diplomatie « classique » et que les intérêts de type économique sont loin d’être absents de la manière dont on appréhende la coopération intellectuelle.

  • 128 MRE Chili, Memorias, 1935, circulaire no 28 (22-10-1935), signée par Miguel Cruchaga Tocornal, p. 4 (...)

133Nous évoquerons enfin brièvement l’organisation par l’université du Chili de cours d’été. En janvier 1936, doit avoir lieu la première école d’été de l’université du Chili, qui va notamment permettre de « faire connaître l’histoire du Chili et le pays en général à des étudiants et professionnels étrangers128 ». Miguel Cruchaga Tocornal, alors à la tête du ministère des Relations extérieures, insiste, dans une circulaire adressée aux représentants diplomatiques chiliens, sur les retombées positives de cette initiative :

  • 129 Ibid.

« L’École d’été joue dans tous les pays un rôle considérable pour resserrer les liens internationaux. Il est fait appel à la collaboration de professeurs étrangers et, en même temps, toutes sortes de facilités sont offertes pour attirer professionnels et étudiants des autres pays129. »

134Il ajoute :

  • 130 Ibid.

« Cette École donnera une heureuse opportunité d’intensifier le flux de tourisme vers le Chili durant les mois d’été, en même temps qu’elle stimulera les relations culturelles et la compréhension entre les pays d’Amérique130. »

135De l’activité de l’université du Chili dans le domaine des échanges universitaires, le ministère des Relations extérieures retient un chiffre : 7 000 étudiants, dont de nombreux étrangers, en provenance en particulier des pays hispano-américains, ont, au début des années 1940, fréquenté ce qui est sans conteste un organisme-clé de la diplomatie culturelle chilienne et plus largement de l’ouverture au monde – en tout cas dans sa dimension continentale – du pays. L’auteur de ce panorama termine son texte par une anecdote qu’il juge particulièrement éclairante pour montrer la centralité de l’université du Chili en Amérique :

  • 131 MRE Chili, Información y Propaganda, Conferencias de divulgación, no 1, « La Universidad de Chile »

« Sur 25 étudiants groupés autour d’un microscope dans un laboratoire médical, 14 étaient étrangers, ce qui amena le distingué éducateur nord-américain M. Waldo Leland, témoin de cela, à s’exclamer “L’université du Chili peut se donner comme nom : université Américaine par excellence”. C’est là l’orgueil de l’institution131. »

136Juvenal Hernández, dressant le bilan des cours d’été, ne dit pas autre chose :

  • 132 Hernández Juvenal, « La luminosa trayectoria de Amanda Labarca », Publicación del Museo Pedagógico (...)

« Bientôt ces cours, dont le niveau s’élève, finissent par emplir une plus haute mission nationale et internationale pour une meilleure connaissance du Chili. Des bourses sont créées, on pousse les gouvernements américains à envoyer des diplômés se perfectionner. Et voilà que Santiago s’emplit d’Américains pour qui le Chili devient une destination, et notre université se nomme “Université d’Amérique”. Le pays est mieux connu grâce à cet élément attractif, cultivé et influent qui s’avère l’agent le plus efficace pour nos intérêts culturels132. »

137La structuration de la diplomatie culturelle chilienne se fait clairement en deux temps. Le premier, à la fin des années 1920, est placé sous le signe exclusif du ministère des Relations extérieures et apparaît comme en avance par rapport à ses voisins argentin et brésilien. La nécessité de résoudre sans dommage les différends avec la Bolivie et le Pérou, la volonté de jouer un rôle qui ne soit pas figuratif à la SDN ne sont sans doute pas étrangères à cet état de fait.

138Mais surtout, plus encore que la conquérante Argentine et le gigantesque Brésil, le Chili a besoin d’affirmer son existence et sa singularité afin de trouver sa place dans le concert des nations et de veiller à ses intérêts, notamment économiques. Or c’est justement sa faiblesse dans ce domaine qui le rend, plus encore que l’Argentine ou le Brésil, vulnérable à la crise de 1929. Cette dernière rend précaire l’action mise en place par le ministère. Celle-ci reprend, mais sous une forme différente : désormais c’est un partenariat entre les sphères diplomatique et universitaire qui préside à la mise en œuvre de la promotion du Chili à l’extérieur, dans une configuration où l’action culturelle de l’université du Chili semble prendre le pas sur l’activité déployée par une machine diplomatique culturelle plus réactive qu’entreprenante.

Conclusion

  • 133 Paradiso José, « El poder de la norma y la política del poder », in Silvia Ruth Jalabe, La política (...)

« L’un des traits saillants de la vie publique argentine, c’est la fréquence des jugements défavorables émis sur la trajectoire de sa politique extérieure, qualifiée d’erratique et incohérente. En général, ces commentaires furent accompagnés de références aux succès obtenus par les chancelleries du Brésil et du Chili, les pays voisins avec lesquels l’Argentine a entretenu, tout au long de son histoire, les différends les plus vifs133. »

139Cette citation, mais aussi les nombreuses références que nous avons pu trouver dans les archives argentines, brésiliennes et chiliennes à ce qui se passe dans les pays voisins, montrent bien qu’au-delà des spécificités propres à chacune des trois nations, l’élaboration de leur diplomatie culturelle ne peut se comprendre que si l’on met à jour les circulations constantes qui s’effectuent entre elles et que si l’on prend en compte l’image que chacune se fait des autres. Le fait que l’Argentine et le Brésil créent, la même année (1937), une structure destinée à façonner leur identité internationale n’est qu’un élément parmi d’autres venant corroborer l’hypothèse selon laquelle on a affaire à un processus qui dépasse les frontières nationales. Aussi n’est-il pas étonnant que l’on trouve, dans les trois cas étudiés, des convergences quant aux moyens utilisés.

140Le livre apparaît ainsi comme un outil commun, dans la mesure où il permet de se rapprocher des autres pays grâce à une connaissance et une mise en valeur de leur culture réciproque, par le biais d’une double circulation :

  • 134 Hauser Claude et Valloton François, « Introduction », in Claude Hauser, Thomas Loué, Jean-Yves Moll (...)

« Circulation “physique” des livres bien sûr, au travers d’échanges éditoriaux empruntant souvent des canaux diplomatiques, au carrefour de réseaux où collaborent les milieux intellectuels privés et les institutions publiques qui prennent de plus en plus d’importance dans le champ culturel au cours du xxe siècle. Circulation “idéelle” du livre également, au travers des messages qu’il véhicule, et qui contribuent très souvent à développer des phénomènes de transferts culturels134. »

  • 135 McMurry Ruth, The cultural approach : another way in international relations, Kingsport, University (...)

141La promotion du livre est porteuse d’une mise en scène de la nation en tant que berceau d’une vie intellectuelle importante. On peut dire que dans cet exercice, l’Argentine fait figure de pionnière, elle qui initie la formule des expositions de livres. D’ailleurs, lorsque Ruth Mc Murry fait le point sur les initiatives américaines en termes de diplomatie culturelle, elle intitule la partie consacrée à ce pays « L’Argentine : une approche à travers les livres135 ».

  • 136 McMurry Ruth, op. cit., p. 182.

142En ce qui concerne les échanges universitaires, notre chapitre pourrait laisser croire que l’Argentine ne s’est pas saisie de cet instrument. Cette absence tient plus au silence relatif des archives argentines que nous avons consultées qu’à la réalité. Nous verrons dans notre chapitre sur les buts et destinataires de la diplomatie culturelle qu’elle a été particulièrement active lorsqu’il s’agissait de conclure des accords à ce sujet avec les pays voisins. Par ailleurs, le fait que l’on s’inquiète au Chili du trop grand nombre d’étudiants choisissant l’Argentine comme destination laisse à penser qu’elle devait figurer en bonne place sur la carte des flux universitaires. Dans le cas brésilien, cette politique semble émaner principalement de l’Itamaraty, les acteurs du monde universitaire n’intervenant qu’à la marge, alors que l’université du Chili fait figure de motrice. Si l’on tient compte de la dissymétrie entre une Amérique espagnole où les universités apparaissent dès le lendemain de la conquête et un Brésil qui n’a compté aucune université jusqu’au début du xxe siècle, cette différence entre les deux pays devient beaucoup plus claire. Par ailleurs, le rôle de l’université du Chili dans l’affirmation de l’État-nation chilien lui confère une aura et une mission sans doute inédites dans le reste de l’Amérique espagnole, de même qu’une stabilité et une autorité qui tranchent avec le caractère mouvementé de la vie politique chilienne et la valse des ministres des Relations extérieures qui en est le corollaire. Aussi, bien que le Service d’informations apparaisse pionnier en Amérique du Sud par sa politique visant à faire connaître le Chili sur la scène internationale, c’est surtout le versant éducatif de la diplomatie culturelle chilienne qui est mis en avant, en 1947, par Ruth Mc Murry : « Le Chili : une approche par les écoles et les universités136 ». Ce qui est un moyen de constater que ce pays a d’une certaine façon réussi son pari d’apparaître comme un expert dans ce domaine aux yeux du reste de l’Amérique.

143Dans cette perspective, l’université du Chili a su exploiter les instruments et les réseaux nés de l’action de l’IICI et, dans une moindre mesure, du Bureau de Coopération intellectuelle de l’Union panaméricaine. De même, en Argentine, la complémentarité entre le ministère des Relations extérieures et la Commission argentine de coopération intellectuelle dans la promotion du livre argentin révèle à quel point la dynamique lancée par la création de l’Organisation de coopération intellectuelle a été féconde pour la formulation et l’organisation des diplomaties culturelles étudiées. Paradigmatique est à cet égard l’exemple brésilien : davantage que chez ses voisins, où l’on développe d’abord la diffusion d’informations, le Brésil utilise dès le départ cet organisme international pour bâtir et concevoir les instruments de son rayonnement. S’il convient de mettre en valeur cette différence, il n’en est pas moins clair que la constitution de commissions nationales en lien avec l’IICI dans les trois pays a représenté une étape non négligeable dans leur processus d’élaboration d’une diplomatie culturelle.

144Plus qu’une coïncidence, nous avons bien affaire ici à une corrélation entre l’émergence d’une institution à l’audience mondiale et la mise en place, par des pays considérés comme périphériques, de structures destinées à faire entendre leur voix dans le concert des nations et à faire connaître leur nom auprès des opinions publiques des autres pays. Les principes désintéressés qui sont censés guider l’action de l’OCI couvrent par ailleurs d’un manteau de respectabilité des initiatives qui visent à servir des intérêts nationaux.

  • 137 C. Wasburn Philo C., Broadcasting Propaganda. International Radio Broadcasting and the Construction (...)

145Propagande, diffusion, information, expansion… autant de mots, présents dans les sources, pour autant de pratiques ? Nous ne le pensons pas. Ces différentes dénominations, utilisées tout à tour, sont symptomatiques du fait que l’on se trouve face aux premiers développements d’une entreprise systématique de projection à l’international. Nos acteurs cherchent, tâtonnent, essaient, testent. Ils ne sont pas les seuls : les États-Unis et la Grande-Bretagne sont aussi en train de chercher la formule la plus adéquate pour renforcer ou créer des liens en utilisant la culture comme arme diplomatique. Enfin, si, comme le souligne Philo C. Wasburn, « toute distinction entre informations et propagande est problématique137 », la « vérité » que les Argentins, les Brésiliens ou les Chiliens cherchent à faire accepter n’est pas destinée à imposer une vision idéologique du monde : il s’agit de convaincre, de modifier les imaginaires mais sans que cela suppose une conversion à leur modèle politique. L’ambiguïté surgit avec l’avènement du Département d’information et de propagande au Brésil et celui du péronisme en Argentine.

  • 138 La diplomatie culturelle comme « la manière dont un gouvernement présente son pays au peuple d’un a (...)

146Si nous reprenons la définition proposée par Manuela Aguilar reproduite au début de ce chapitre138, nous arrivons à la conclusion qu’il existe bel et bien une diplomatie culturelle argentine, brésilienne et chilienne dans la mesure où des structures et des acteurs sont mobilisés pour présenter une certaine image de leur pays en fonction des objectifs de leur politique extérieure à un « étranger » qui ne forme pas un tout monolithique. Analyser dans quelle mesure nos trois pays adaptent, révisent ou même construisent leur diplomatie culturelle en fonction des différents destinataires de celle-ci, constitue l’objectif de notre prochain chapitre.

Notes

1 D’après le titre d’un article de Robert Frank, « La machine diplomatique culturelle française après 1945 », Relations internationales, no 115, 2003, p. 325-348.

2 Aguilar Manuela, Cultural Diplomacy and Foreign Policy : German-American Relations, 1955-1968, New York, Peter Lang, 1996, p. 9.

3 Frank Robert, art. cité, p. 326-327.

4 Les références ci-après constituent de notables exceptions : Rayes Agustina, « El rol de la diplomacia argentina en la promoción de las exportaciones durante la expansión agroexportadora, 1900-1913 », Temas de política exterior, comercio y relaciones internacionales, no 4, déc. 2011, p. 77-98 ; Lanús Juan Archibaldo, Aquel apogeo. Política internacional argentina (1910-1939), 2001 ; Solveira Beatriz R., La evolución del Servicio Exterior Argentino entre 1852 y 1930, Córdoba, Centro de Estudios Históricos, 1997 ; Jalabe Silvia Ruth (dir.), La política exterior argentina y sus protagonistas : 1880-1995, Buenos Aires, NuevoHacer, 1996.

5 Bravo Lira Bernardino, Historia de las instituciones políticas de Chile e Hispanoamérica, Santiago, Editorial Andrés Bello, 1986, p. 281.

6 Melo Lecaros Luis, « La trayectoria del MRE y los problemas en la conducción de la diplomacia chilena », in Walter G. Sánchez et Teresa L. Pereira (dir.), 150 años de política exterior chilena, Santiago de Chile, Ed. Universitaria, 1977, p. 120.

7 Rouquié Alain, Le Brésil au xxie siècle. Naissance d’un nouveau grand, Paris Fayard, 2006, p. 327. Cet état de fait explique aussi l’abondance de la bibliographie concernant la politique étrangère brésilienne.

8 Jaguaribe Helio, « Brasil e mundo na perspectiva do século XXI », Política externa, vol. IX, no 1, juin-août 2000, p. 16.

9 Voir Barros Van Buren Mario, El Ministerio de Relaciones Exteriores, Santiago de Chile, Arquen, 1991, p. 69.

10 Entre 1891 et 1914, il a eu 45 ministres, 29 entre 1914 et 1924.

11 Voir l’ouvrage de référence de Castro Flávio Mendes de Oliveira, História da organização do Ministério das Relações Exteriores, Brasília, Editora Universidade de Brasília, 1983. Cet ouvrage est réédité en 2009, sous le titre Dois séculos de história da organização do Itamaraty (1808-2008), 2 vol., Brasília, Fundação Alexandre de Gusmão.

12 Il s’agit d’Afrânio de Mello Franco (1870-1943), spécialiste en droit international, qui a été chef de la Délégation permanente du Brésil auprès de la SDN et membre de la Cour permanente d’arbitrage de La Haye entre 1923 et 1929.

13 Freyre Gilberto, Ordem e Progresso, São Paulo, Global, 2004 (1re éd. 1957), p. 172.

14 Castro Flávio Mendes de Oliveira, op. cit, p. 262.

15 Lanús Juan Archibaldo, op. cit., p. 24.

16 Ibid.

17 Barros Van Buren Mario, op. cit., p. 71.

18 La création de cette école renvoie à la nécessité de professionnaliser le corps diplomatique.

19 Reproduit dans Barros Van Buren Mario, op. cit., p. 72-73.

20 Carlos Ibañez del Campo est président du Chili de mai 1927 à juillet 1931.

21 Barros Van Buren Mario, Realismo e idealismo en la política exterior de Chile, Santiago, Cuadernos de Ciencia política, Universidad de Chile, 1984, p. 41.

22 Ibid.

23 Bureau de diffusion de la culture et de la propagande argentines à l’extérieur.

24 República Argentina, Ministerio de Relaciones exteriores y Culto, Dirección de Investigaciones, Archivo y Propaganda, Informaciones Argentinas, División de Publicidad y Propaganda, Arenales 761, Buenos Aires, Año 1938, junio 1o, no 1.

25 MRE Argentine, Memorias, 1939-1940, tomo I, p. 571.

26 Ibid.

27 MRE Argentine, Memorias, 1946-1947, p. 497.

28 Ibid., p. 498.

29 MRE Argentine, Memorias, 1936-1937, p. 510-511.

30 MRE Argentine, Memorias, 1941-1942, tomo I, p. 579.

31 MRE Argentine, Memorias, 1936-1937, p. 509 : Texte du décret 100.823 créant la « Oficina de Difusión de la Cultura y Propaganda Argentina en el Exterior.

32 Ibid.

33 Voir ClaxtonRobert H., From Parsifal to Perón : early radio in Argentina, 1920-1944, Gainesville, University Press of Florida, 2007.

34 Nous ne disposons pas d’éléments pour la période postérieure.

35 Nous n’avons pas trouvé de trace des éditions en allemand et en italien.

36 MRE Argentine, Memorias, 1943-1944, p. 89. Sur les 621 500 exemplaires distribués, 450 000 étaient en espagnol, 142 500 en anglais et 30 000 en portugais. En 1946, sont dénombrés 85 280 exemplaires en espagnol ; 29 610 en anglais et 17 976 en portugais. (Memorias, 1946-1947, p. 487).

37 MRE Argentine, Memorias, 1946-1947, p. 487. N’ayant pu consulter de numéros postérieurs à l’année 1940, nous ne pouvons évaluer l’importance de ces changements.

38 MRE Argentine, Memorias, 1941-1942, p. 577.

39 Informaciones Argentinas, no 8, 15 septembre 1938, « Objeto de las “Informaciones Argentinas” ».

40 MRE Argentine, Memorias, 1946-1947, p. 490.

41 MRE Argentine, Memorias, 1938-1939, tomo I, p. 458.

42 Ibarguren Carlos, La vida que he vivido, Buenos Aires, Peuser, 1955, p. 472.

43 Comisión argentina de cooperación intelectual, El libro argentino en América, Buenos Aires, 1941, p. 13, introduction d’Antonio Aita.

44 Ibid.

45 Ibid.

46 Cette publication semestrielle tirée à 10 000 exemplaires, depuis 1937, était envoyée à toutes les commissions nationales existantes, mais aussi aux principales bibliothèques, privées et publiques, d’Amérique et d’Europe.

47 Sur ces expositions, voir notre chapitre « L’Amérique latine et l’Organisation de coopération intellectuelle : présence et expérience ».

48 Ibarguren Carlos, op. cit., p. 473.

49 À Rio de Janeiro, Santiago et Lima à l’automne 1940 et à La Paz en juillet 1944.

50 MRE Argentine, División de Publicidad y Propaganda, año 1938, caja 4168, article du journal La Nación, 22-11-1938, « Paul Valéry habló en el acto inaugural de la exposición del libro argentino abierta en París ».

51 MRE Argentine, Memorias, 1936-1937, p. 512, texte du décret 100.823…

52 MRE Argentine, Memorias, 1945-1946, p. 126.

53 Ibid.

54 Mario Soffici (1900-1977), acteur, réalisateur et scénariste, a également fait partie de FORJA. Il réalise une vingtaine de films entre 1932 et 1946, dont Prisioneros de la tierra (1939), considéré comme un film majeur dans l’histoire du cinéma argentin.

55 Artistas Argentinos Asociados est une entreprise de production cinématographique créée en 1941.

56 Argentina Sono Film est un studio de cinéma fondé en 1933. Dès 1934, l’Argentina Sono Film voit ses productions devenir des produits d’exportation en direction de l’Espagne.

57 MRE Argentine, Memorias, 1946-1947, p. 487.

58 Ibid.

59 Voir chapitre « L’Amérique latine entre deux rives ».

60 Voir Falicov Tamara L., « Hollywood’s Rogue Neighbor : The Argentine Film Industry during the Good Neighbor Policy, 1939-1945 », The Americas, vol. 63, no 2, octobre 2006, p. 245-260.

61 Voir à ce sujet Kriger Clara, Cine y Peronismo. El estado en escena, Buenos Aires, Siglo Veintiuno, 2009.

62 AHI, 542,6, 995/16141, 02-02-1936, article du Diario de Noticias, « O Serviço de Cooperação Intellectual do Itamaraty. A sua organização, o seu programa e a sua utilidade », interview d’Ildefonso Falcão.

63 AHI, 542,6, 995/16141, 01-03-1934, Informação, de Ribeiro Couto au secrétaire général du ministère des Relations extérieures.

64 Ibid.

65 Gustavo Capanema (1900-1985) est resté onze ans (1934-1945) ministre de l’Éducation et de la Santé. Idéologue et mécène, il transforme, la culture nationale en « negocio oficial ».

66 Suppo Hugo Rogélio, « Gilberto Freyre e a imagem do Brasil no mundo », Cena internacional, Ano 5, no 2, déc. 2003, p. 43.

67 Oswaldo Aranha (1894-1960), proche de Getúlio Vargas, est à la tête de l’Itamaraty de 1938 à 1944. Auparavant ambassadeur du Brésil aux États-Unis, il plaide dans le sens d’un rapprochement de son pays avec ces derniers et se place résolument dans le camp des alliadophiles au moment de la Seconde Guerre mondiale.

68 AHI, 542,6, 994/16124, Conselho Nacional de Cultura, 1938, Rio de Janeiro, 18-07-1938, lettre d’Oswaldo Aranha à Getúlio Vargas.

69 Nous emploierons ici cette dénomination consacrée en 1938 pour plus de clarté.

70 AHI, 542,6, 995/16141, 08-06-1939.

71 « La musique et la chanson populaires au Brésil » de Mário de Andrade a été diffusé dans certains pays d’Amérique du Sud, en France – via l’IICI – et en Angleterre.

72 AHI, AHI, 542,6, 2040/36998, Cooperação Intelectual, Brasil (1940-1943), Rio de Janeiro, 09-05-1941, Memorandum de Themistocles Graça Aranha au secrétaire général de l’Itamaraty.

73 Affiliée depuis janvier 1937 à la Confédération internationale des étudiants, dont le siège est à Bruxelles. En 1938, elle est désignée, lors du XXe congrès de la CIE, « secrétaire pour l’Amérique », ce qui signifie qu’il lui incombe de coordonner les activités internationales des pays américains affiliés à cet organisme et d’encourager dans les autres le mouvement d’échange et de coopération internationale.

74 AHI, 542,6, 2040/36998, Coopération Intellectuelle, Brésil (1940-1943), 02-11-1941, Projeto de organisação de delegações culturais universitárias do Brasil aos países americanos.

75 La détermination du montant de la subvention se fait, pour chaque pays, en fonction des coefficients utilisés pour calculer la cotisation des États membres de la SDN.

76 AHI, 276/2/4, 05-09-1927, lettre de Montarroyos à Otavio Mangabeira.

77 Ibid.

78 AHI, 542,6, 1045/18392, Cooperação Intelectual, tomo II, 1939-1940, Jornal do Brasil, 26-03-1939, « O problema da ccoperação intelectual », par Peregrino Júnior.

79 Peregrino Júnior (1898-1983) est journaliste, médecin et essayiste. Il collabore à plusieurs journaux, mais aussi à des revues littéraires et scientifiques en-dehors du Brésil. C’est un proche de Ronald de Carvalho.

80 Ibid. L’auteur cite notamment la traduction en français de Dom Casmurro de Machado de Assis, et de l’ouvrage Le diamant au Brésil de J.M. Felicio dos Santos.

81 AHI, 542,6, 39277, Coopération Intellectuelle. Relations culturelles et artistiques (1940-1950).

82 Dutra Eliana de Freitas, « Le Brésil au-delà des frontières : la “collection brésilienne” et l’Institut national du livre dans les circuits diplomatiques du livre brésilien », in Claude Hauser, Thomas Loué, Jean-Yves Mollier et François Valloton (dir.), La diplomatie par le livre. Réseaux et circulation internationale de l’imprimé de 1880 à nos jours, Paris, Nouveau Monde éditions, 2011, p. 393.

83 L’instigateur de la création de cet Institut est Gustavo Capanema.

84 Voir Dutra Eliana de Freitas, « A nação nos livros : a biblioteca ideal na coleção Brasiliana », in Eliana de Freitas Dutra et Jean-Yves Mollier (org.), Política, Nação e edição. O lugar dos impressos na construcção da vida política. Brasil, Europa e Américas, séculos XVIII-XX, São Paulo, Annablume, 2006, p. 299-314.

85 AHI, 542,6, 2040/36998, Cooperação Intelectual, Brasil (1940-1943), 15-10-1943, article du journal El Imparcial (Guatemala), « Instituto del Libro en el Brasil. Cultura de América ».

86 AHI, 542,6, 995/16141, Algumas sugestões para o plano do Serviço de Cooperação Intelectual, pelo Consul de 3a classe R. Ribeiro Couto.

87 AHI, 542,6, 464/7042, Serviço de Cooperação intelectual (1934-1937), Rio de Janeiro, 20-09-1934, lettre de ? à José Carlos de Macedo Soares.

88 Fléchet Anaïs, « As partituras da identidade. O Itamaraty e a música brasileira no século XX », in Hugo Rogélio Suppo et Mônica Leite Lessa (dir.), A quarta dimensão das relações internacionais : as relações culturais, Rio de Janeiro, ContraCapa, 2013, p. 144-146.

89 Lima Barreto, « Importância da Dança no Intercâmbio Comercial », article du journal ABC, Rio de Janeiro, 08-01-1921, cité par Fléchet Anaïs, art. cité, p. 155-156.

90 AHI, Divisão Cultural, 135/5/5, Rio de Janeiro, 08-01-1937, Rapport de (?) à Mauricio Nabuco.

91 Lettre du 04-02-1937, citée par Fléchet Anaïs, art. cité, p. 149.

92 Vinicius de Moraes (1913-1980), considéré comme l’un des pères de la Bossa Nova, rejoint le corps diplomatique brésilien en 1943.

93 AHI, 135/5/7, Divisão Cultural, Rio de Janeiro, 12-10-1945, Rapport de Vinicius de Moraes au chef de la Division de Coopération intellectuelle.

94 Fléchet Anaïs, art. cité, p. 143.

95 AHI, Divisão de cooperação Intelectual, 135/5/7, Rio de Janeiro, 22-02-1945, « Relatório sobre as atividades da Divisão de Cooperação Intelectual no ano 1944 », par Osório Dutra, chef de la Division.

96 MRE Chili, Memorias, 1928, p. 883.

97 MRE Chili, Circulares ordinarias, 1929-1935, Santiago, 13-07-1929, Circulaire no 21, « Publicidad de Informaciones », signée par le ministre des Relations extérieures, Conrado Ríos Gallardo.

98 MRE Chili, Memorias, 1929, p. 634.

99 Chile. Boletín consular del Ministerio de Relaciones Exteriores, año III, vol. 3, no 43, septembre 1928, p. 31 : « Chile se está dando a conocer universalmente por medios activos y profusos. »

100 MRE Chili, Memorias, 1941, p. 368.

101 Sur le rôle de la Commission et du Bureau de coopération intellectuelle, voir notre chapitre « L’Amérique latine et l’Organisation de coopération intellectuelle ».

102 Castro Ossandon Hernán, Cooperación intelectual americana, Memoria de prueba para optar al grado de licenciado en la Facultad de Ciencias Jurídicas y Sociales de la Universidad de Chile, Santiago, 1944, p. 29.

103 Voir Jaksic Ivan et Serrano Sol, « In the service of the nation : the establishment and consolidation of the Universidad de Chile, 1842-1879 », The Hispanic American Historical Review, vol. 70, no 1, fév. 1990, p. 139-171.

104 MRE Chili, Información y Propaganda, Conferencias de divulgación, no 1, « La Universidad de Chile ».

105 Nous utiliserons cette dénomination, qui n’apparaît qu’en 1937, pour plus de clarté.

106 MRE Chili, Memorias, 1929, p. 631.

107 Outre des articles concernant le Chili, on envoie aussi des « des photographies d’événements qui concernent immédiatement les pays où ils viennent de se produire », montrant ainsi que la presse chilienne est au fait de l’actualité mondiale (ibid.).

108 MRE Chili, Memorias, 1929, p. 189.

109 Chile. Boletín consular del Ministerio de Relaciones Exteriores, año III, vol. III, no 43, septembre 1928, p. 12, « La propaganda del país en el extranjero ».

110 Ibid.

111 Ibid.

112 Ibid.

113 MRE Chili, Memorias, 1927, p. 628.

114 Ibid.

115 Chile. Boletín consular del Ministerio de Relaciones Exteriores, « La propaganda del país en el extranjero », op. cit., p. 12.

116 Chile. Boletín consular del Ministerio de Relaciones Exteriores, año III, vol. III, no 35, janvier 1928.

117 MRE Chili, Memorias, 1929, p. 178-179, Circulaire no 11 (11-04-1929), « Libros de autores nacionales ».

118 Romero James Concha, La cooperación intelectual en América, 1933-1936, Oficina de Cooperación intelectual, Unión Panamericana, Washington DC, alcance al Correo no 10, p. 6.

119 AUN, A III 46, sans date, « La comisión chilena de cooperación intelectual », Informe colectivo del Comité ejecutivo de la comisión de cooperación intelectual.

120 AUN, A III 46, 1939, « Los Institutos de Cultura y la Comisión Nacional de Cooperación Intelectual », par Amanda Labarca.

121 Sur ces 14 Instituts bi-nationaux placés sous l’égide de la Commission chilienne, deux sont en lien avec des pays européens (la France et la Grande-Bretagne), 1 avec les États-Unis, et 11 avec les autres pays latino-américains (Argentine, Brésil, Bolivie, Cuba, Costa Rica, Colombie, Équateur, Mexique, Panama, Uruguay et Venezuela).

122 Boletín Bimestral, no 33, janvier-mars 1943, p. 29.

123 MRE Chili, Ministerios Chile, 1938, dossier 1700, Santiago, 06-09-1938, lettre de Gallardo (?) au ministre chilien de l’Éducation.

124 Il occupe ce poste du 2 avril au 20 octobre 1942.

125 MRE Chili, Ministerios Chile, 1942, Santiago, 29-08-1942, lettre d’Ernesto Barros Jarpa à Juvenal Hernández.

126 D’après les chiffres donnés dans les Memorias de 1940 (p. 459-460).

127 MRE Chili, Ministerios Chile, 1942, Santiago, 21-12-1942, lettre de Francisco Walker Linares au ministre des Relations extérieures.

128 MRE Chili, Memorias, 1935, circulaire no 28 (22-10-1935), signée par Miguel Cruchaga Tocornal, p. 408.

129 Ibid.

130 Ibid.

131 MRE Chili, Información y Propaganda, Conferencias de divulgación, no 1, « La Universidad de Chile ».

132 Hernández Juvenal, « La luminosa trayectoria de Amanda Labarca », Publicación del Museo Pedagógico de Chile, Santiago, Ministerio de Educación Pública, 1993, p. 9.

133 Paradiso José, « El poder de la norma y la política del poder », in Silvia Ruth Jalabe, La política exterior argentina y sus protagonistas 1880-1995, Buenos Aires, Grupo editor Latinoamericano, 1996, p. 13.

134 Hauser Claude et Valloton François, « Introduction », in Claude Hauser, Thomas Loué, Jean-Yves Mollier et François Valloton (dir.), La diplomatie par le livre. Réseaux et circulation internationale de l’imprimé de 1880 à nos jours, Paris, Nouveau Monde éditions, 2011, p. 9-10.

135 McMurry Ruth, The cultural approach : another way in international relations, Kingsport, University of North Carolina press, 1947, p. 187.

136 McMurry Ruth, op. cit., p. 182.

137 C. Wasburn Philo C., Broadcasting Propaganda. International Radio Broadcasting and the Construction of Political Reality, Wesport/London, Praeger Publishers, 1992, p. 54.

138 La diplomatie culturelle comme « la manière dont un gouvernement présente son pays au peuple d’un autre pays dans le but d’atteindre certains objectifs de politique extérieure ».

Table des illustrations

Titre Tableau 1. – Dépenses prévisionnelles de la Division de coopération intellectuelle en 1940.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/137842/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende Tableau 2. – Dépenses de la Division de coopération intellectuelle en 1946.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/137842/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 68k

© Presses universitaires de Rennes, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540