Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Diplomaties culturelles et fabrique des identités

 | 
Juliette Dumont

Deuxième partie. Logiques internationales et enjeux régionaux

Chapitre IV

L’Amérique latine entre deux rives

Texte intégral

  • 1 D’après le titre de l’ouvrage d’Alfredo G. A. Valladão, Le triangle atlantique : l’émergence de l’A (...)

1L’analyse de l’insertion internationale de l’Amérique latine dans l’entre-deux-guerres, en particulier dans les réseaux et structures dédiés à la coopération intellectuelle, a mis en évidence la configuration triangulaire dans laquelle se trouve le sous-continent. Ce « triangle atlantique1 » n’est pas exempt de tensions et, à plusieurs reprises, il y a eu une certaine rivalité entre, d’une part, les réseaux européens, marqués, pour l’IICI, par l’empreinte de la France, et d’autre part les réseaux panaméricains, largement dominés par les États-Unis. Cette lutte d’influence, entre méfiance et cordialité, se joue à différentes échelles et dans différents domaines, en particulier celui de l’influence culturelle. La montée en puissance de l’Allemagne sur ce terrain, comme sur celui de l’économie, introduit par ailleurs une nouvelle donne et n’est pas étrangère aux efforts déployés tant par la France que par les États-Unis. Face à cette configuration particulière, la manière dont les pays latino-américains – notamment les trois pays objets de notre étude – se sont positionnés constitue l’angle sous lequel nous avons construit ce quatrième chapitre. Loin d’être de simples pions sur un échiquier dont ils ne maîtriseraient pas les règles, les acteurs latino-américains semblent chercher un équilibre qui préserve leurs intérêts. Ainsi peuvent-ils se présenter comme des médiateurs, faire du sous-continent un élément de stabilité et de compromis. On observe également une instrumentalisation de cette rivalité : les Latino-Américains monnayent leur appui, font jouer la concurrence. La période de l’entre-deux-guerres est, pour l’Amérique latine, à la fois le théâtre d’un certain néo-colonialisme de la part des grandes puissances et, ce qui peut sembler contradictoire, une arène qui offre une certaine marge de manœuvre à ceux qui cherchent à faire exister leur pays sur la scène internationale.

L’Amérique latine, enjeu entre l’Europe et les États-Unis

Reconquérir l’Amérique latine : les efforts de la SDN

  • 2 Werhli Yannick, « Créer et maintenir l’intérêt » : la liaison entre le Secrétariat de la Société de (...)

2Ce qui se joue à la SDN dépasse le cadre des relations internationales : ce sont aussi les liens culturels et intellectuels entre l’Ancien et le Nouveau Monde qui sont en jeu. L’influence croissante des États-Unis, le développement des activités de l’Union panaméricaine ne font qu’accentuer l’éloignement entre l’Europe et l’Amérique latine. De cela on avait plus ou moins conscience à la SDN et des efforts sont menés afin d’éviter une rupture avec des pays où les Européens avaient des intérêts économiques, financiers et géopolitiques. C’est en particulier le Secrétariat de l’organisation genevoise qui est actif sur ce plan2.

3Les différents efforts du Secrétariat pour mieux intégrer les Latino-Américains à son fonctionnement ont non seulement visé à collecter des informations susceptibles de servir aux différentes commissions techniques de la SDN mais aussi à améliorer l’image de cette dernière dans le sous-continent afin d’éviter que celui-ci ne se détache complètement d’un organisme jugé trop eurocentré. C’est également dans cette optique qu’ont lieu deux missions du Secrétariat en Amérique latine, l’une en 1930-1931 et l’autre en 1938.

4Lors de la première mission, Sir Eric Drummond, secrétaire général de la SDN, se rend notamment à Rio de Janeiro, à Buenos Aires, à Santiago du Chili et Bogotá. Cette visite passe plutôt inaperçue. Ce relatif désintérêt s’explique par la brièveté du passage des deux représentants de la SDN ; par la prégnance des questions économiques dans un contexte de crise mondiale ; par les divers bouleversements politiques dont plusieurs États latino-américains sont alors le théâtre ; enfin, par l’arrivée au pouvoir de Franklin D. Roosevelt et le changement de cap de la politique américaine des États-Unis.

  • 3 MAE, Correspondance politique et commerciale no 46, dossier 4, Genève, 02-03-1938, sous-direction d (...)

5La manière dont est conçue la mission de 1938, plus longue, reflète le discrédit frappant alors la SDN : tous les points qui ont pu susciter l’incompréhension, la déception et parfois le désengagement vis-à-vis de l’organisme genevois sont consciencieusement évités. L’accent est mis en revanche sur les compétences et organismes techniques dépendants de la SDN susceptibles d’intéresser les pays latino-américains. Redorer le blason de la SDN, sans la mentionner directement, en Amérique latine : tel est le but de la mission du Secrétariat. Il ne s’agit pas tant de convaincre les pays qui s’en sont retirés, ou sont sur le point de le faire, de redevenir membres que de contrer « les efforts incessants de la propagande allemande et italienne3 ».

  • 4 MAE, Correspondance politique et commerciale no 46, dossier 4, Quito, 17-06-1938, lettre de Jean Do (...)

6Dans l’ensemble, la mission ne suscite que peu d’enthousiasme. Si elle est reçue avec « courtoisie4 », elle ne parvient pas réellement à remédier à une certaine indifférence qui prévaut à l’égard de Genève et n’obtient pas de résultats tangibles auprès de gouvernements peu désireux de renforcer la présence de leur pays à la SDN, considérée comme « moribonde ». Comme le pressentaient les organisateurs de la mission, le volet technique des activités de la SDN est celui qui permet le plus d’établir un dialogue, au-delà des déclarations de circonstances ou des critiques qui ne manquent pas d’être énoncées dans la presse à l’égard de l’organisation genevoise.

  • 5 MAE, Correspondance politique et commerciale no 46, dossier 4, Bogotá, 25-06-1938, lettre de M. d’A (...)

7 Si les principes et idéaux ayant conduit à sa création continuent de remporter une certaine adhésion, s’exprime aussi dans la presse latino-américaine une grande désillusion, voire du ressentiment, à l’encontre de la SDN. Les articles de presse varient entre la franche hostilité et l’amertume, mais leur contenu est relativement homogène. Tous regrettent que la vocation universelle de la SDN, dans laquelle aurait dû régner une « égalité parfaite entre les nations, grandes ou petites5 », ait fait long feu. On retrouve donc la problématique autour de la place et du rôle des « petits » États au sein de la Société des Nations. Toujours est-il que le constat du relatif échec de la mission apparaît pertinent : le Chili dépose son préavis de retrait peu après le passage de cette dernière – le 2 juin 1938 – et la Bolivie songe à faire de même.

  • 6 Kott Sandrine, « Les organisations internationales, terrains d’étude de la globalisation. Jalons po (...)
  • 7 Clavin Patricia et Wessels Jens-Wilhelm, « Transnationalism and the League of Nations : Understandi (...)
  • 8 McPherson Alan et Wehrli Yannick (dir.), Beyond Geopolitics. New Histories of Latin America at the (...)
  • 9 Kott Sandrine, art. cité, p. 14.

8L’Amérique latine apparaît donc à la fois nécessaire à la SDN et trop lointaine, tant en termes géographiques que politiques, pour que cette dernière parvienne à réellement reprendre pied dans cette partie du monde dans les années 1930. Ce tour de l’Amérique latine en 90 jours nous en apprend autant sur l’histoire de la SDN que sur le contexte politique et idéologique des pays visités. Si l’ensemble des acteurs que nous avons identifiés à l’occasion de la mission de 1938 s’accordent sur la nécessité d’un organe international, les différents intérêts dont ils sont porteurs révèlent que ce qui se joue derrière l’adjectif « international » est loin d’être univoque. Faut-il en conclure que la SDN a totalement échoué dans son rôle de régulatrice des échanges internationaux, mais aussi dans celui qui consiste à élaborer et diffuser « une normativité internationale qui dépasserait celle des États qui les composent6 » ? À la lumière du bilan très mitigé des deux missions du Secrétariat et des critiques qui ont été exprimées dans la presse des pays visités, cette conclusion semble aller de soi. Néanmoins, l’intérêt suscité par les organismes techniques de la SDN conduit à nuancer ce constat. Il n’est d’ailleurs pas anodin qu’ils soient l’objet d’un nombre croissant de travaux, renouvelant l’étude des organisations internationales en général, l’accent étant mis sur des questions d’ordre social et culturel et le cadre de l’État-nation dépassé ; c’est désormais le langage du transnationalisme qui prévaut7. Les contributions constituant l’ouvrage Beyond Geopoltics. New Histories of Latin America at the League of Nations8, portant notamment sur la manière dont les Latino-Américains se sont investis dans les organismes techniques liés à la SDN, montrent comment « si elles se nourrissent du national, les organisations internationales constituent en retour des lieux ressources pour certains États9 ».

  • 10 Ibid., p. 15.
  • 11 Clavin Patricia et Wessels Jens-Wilhelm, art. cité, p. 466.

9Parmi les activités techniques de la SDN figure aussi ce qui est au centre de notre travail, à savoir la coopération intellectuelle et nous nous situons donc dans la même lignée que les auteurs que nous venons d’évoquer. Il s’agit effectivement pour nous de mettre en avant le « caractère processuel et souvent conflictuel de la fabrique de l’international10 », étape nécessaire « pour évaluer de manière effective la contribution des organisations internationales à l’histoire des relations entre et à l’intérieur des États-nations11 ».

10Nous nous intéresserons désormais au sous-continent comme objet de considérations stratégiques, en termes d’influence culturelle, de la part de la France et des États-Unis. L’entre-deux-guerres voit en effet ces deux pays, selon des modalités et des chronologies propres à chacun d’eux, développer une diplomatie culturelle à destination de l’Amérique latine. Au-delà de leurs différences, les politiques culturelles française et nord-américaine ont pour point commun de constituer une réaction à un contexte international particulier, celui d’une forte compétition politique et idéologique. Les actions menées dans ce domaine par l’Espagne et l’Allemagne seront également évoquées, ce qui nous permettra d’évaluer dans quelle mesure les pays latino-américains ont pu tirer parti de l’attention dont ils étaient l’objet.

L’Amérique latine pour la France et la France pour l’Amérique latine dans l’entre-deux-guerres

  • 12 Rolland Denis, La crise du modèle français. Marianne et l’Amérique latine : culture, politique et i (...)

11Un certain nombre d’intellectuels latino-américains, mais également d’historiens, à l’instar de Denis Rolland dans son ouvrage La crise du modèle français. Marianne et l’Amérique latine : culture, politique et identité12, soulignent le déclin de l’influence française dans cette partie du continent. Rendre plus tangible la présence culturelle française, faire face aux offensives culturelles et économiques d’autres pays (Angleterre, Allemagne, Italie, et surtout États-Unis) devenaient donc des urgences si la France ne voulait pas perdre totalement pied en Amérique latine.

12À l’issue de la Grande Guerre, le rayonnement de la France est encore une réalité mais est de plus en plus menacé par la compétition internationale et par l’évolution propre des sociétés latino-américaines. L’influence française, malgré son ancienneté, est en effet vulnérable et connaît un certain déclin durant l’entre-deux-guerres.

  • 13 Suppo Hugo Rogélio, La politique culturelle française au Brésil entre les années 1920 et 1950, Pari (...)
  • 14 Sur cette politique, voir aussi Chonchol Jacques et Martinière Guy, L’Amérique latine et le latino- (...)

13Pour répondre à ce défi de taille, la France se lance dans une véritable politique culturelle, qui se cristallise en 1920 avec la création, à l’intérieur du ministère des Affaires étrangères, du Service des œuvres françaises à l’étranger (SOFE). Pendant la période étudiée, la France applique à l’Amérique latine une « politique de puissance, dans le sens donné par Raymond Aron, c’est-à-dire “la capacité d’une unité politique d’imposer sa volonté aux autres unités”13 ». Cette politique relève surtout de la persuasion et ses acteurs sont les diplomates et les intellectuels. Hugo Suppo montre comment, dans un contexte où la France perd peu à peu son statut de grande puissance, la IIIe République met en place les structures qui doivent permettre aux activités culturelles et à la propagande politique française de se développer à l’étranger et en particulier en Amérique latine14. Il s’attache notamment à la manière dont les intellectuels sont appelés à la rescousse pour permettre à la France de préserver le rayonnement culturel qui est le sien. Cette entreprise est rendue difficile compte tenu de la faible colonie française présente dans la région et d’une présence économique décroissante.

  • 15 Voir Rolland Denis, « Entre mépris et désintérêt : les œillères de la propagande d’État française e (...)
  • 16 Sur ces missions, voir Lefèvre Jean-Paul, « Les missions universitaires françaises dans les années  (...)

14Néanmoins, concernant l’ensemble de l’Amérique latine, il apparaît que la France n’a pas su se saisir de l’opportunité offerte par les nouveaux moyens de communication, en particulier la radio, contrairement à l’Allemagne ou aux États-Unis15. Selon Denis Rolland, se reposant sur le « vieux terreau volontiers francophile » que constituait l’Amérique latine, la France de la Troisième République semble ne pas avoir pris la mesure des enjeux soulevés par la concurrence d’autres modèles. La France demeure cependant active en termes de diplomatie culturelle à destination de l’Amérique latine. Les missions universitaires françaises au Brésil menées à partir de 1934 en sont l’exemple le plus éclatant16.

15Toutefois, il ne nous semble pas que la politique culturelle française à l’attention de l’Amérique latine, et du Brésil en particulier, se limite aux entreprises du SOFE : le rôle joué par le Quai d’Orsay dans la création de l’IICI montre bien que cette politique a pris des visages multiples et qu’au-delà des perspectives bilatérales classiques, la France a tenté d’insérer son action dans le cadre multilatéral qui était désormais celui des relations internationales d’après-guerre.

16Dans son ouvrage intitulé La Coopération intellectuelle sous la Société des Nations, Pham Thi-Tu écrit :

  • 17 Thi-Tu Pham, La coopération intellectuelle sous la SDN, Genève, Droz, 1962.

« À notre époque où toute action internationale comporte presque inévitablement une signification politique, il nous est difficile de concevoir qu’une organisation d’une certaine ampleur, comme l’OCI, ait pu ne pas être orientée par ses membres à des fins politiques précises17. »

17Cette analyse peut être appliquée aux motivations de pays qui, à l’instar de l’Argentine, du Brésil et du Chili, participèrent activement à ses travaux. Encore faut-il apporter ici une nuance : c’est surtout vrai pour l’Argentine et le Brésil, dont les commissions nationales, nous l’avons vu, étaient liées à leur gouvernement. Nous cherchons ici à montrer comment le prestige culturel de la France, et sa volonté de le conserver dans le sous-continent, est instrumentalisé par ces deux pays dans le cadre de l’OCI.

  • 18 AUN, AIII 37, Buenos Aires, 31-01-1938, lettre d’Antonio Aita à Henri Bonnet ; Buenos Aires, 03-03- (...)

18Ainsi, la Commission argentine de coopération intellectuelle, créée en 1936, organise des publications et des expositions de livres, utilisant la France comme une instance légitimante. En publiant à deux reprises des ouvrages en français, la Commission fait de la langue de Molière une ambassadrice de la culture argentine. Par ailleurs, pour s’assurer du soutien de l’Institut dans l’organisation d’une exposition de livres argentins à Paris, et ainsi sans doute de la publicité que celui-ci pourrait donner à l’événement, Antonio Aita, secrétaire de la Commission, insiste à plusieurs reprises sur le bénéfice que pourrait en retirer cet organisme… et les relations culturelles entre la France et l’Argentine18. Cet événement est l’occasion de rassembler, autour de livres argentins, un certain nombre de personnalités du monde français de la culture. Étaient notamment présents Jean Zay, ministre français de l’Instruction publique, Julien Cian, directeur de la Bibliothèque nationale, Émile Sergent, Georges Duhamel, Paul Morand, André Maurois, Benjamin Crémieux, André Siegfried et Paul Valéry.

19Nous sommes dans un système d’intérêts bien compris, où la France n’est plus la seule à faire de la culture un outil d’influence. En cela le cadre multilatéral de l’IICI offre une configuration nouvelle à des relations culturelles jusque-là asymétriques et largement dominées par l’initiative française. Cette dynamique est encore plus visible et exemplaire pour le Brésil, pays pour lequel nous disposons par ailleurs de sources plus nombreuses que pour l’Argentine.

20L’Itamaraty essaie en effet, malgré les ambiguïtés de la politique extérieure de Getúlio Vargas, de se concilier les bonnes grâces de la France et joue pour cela sur l’ancienneté des liens entre les deux pays.

  • 19 « La collaboration scientifique entre la France et le Brésil », in Cahiers de politique étrangère, (...)

21L’élection de Miguel Osório de Almeida, francophile très actif, à la présidence de la Commission brésilienne de coopération intellectuelle en 1935 confirme le poids des relations entre la France et le Brésil dans la participation de ce dernier aux travaux de l’Institut. Cette élection constitue une manifestation de la loyauté brésilienne à l’égard de la France, en même temps qu’un habile calcul pour s’attirer ses bonnes grâces. Osório de Almeida plaide pour le maintien de relations privilégiées entre le Brésil et la France, tout en avertissant cette dernière qu’elle ne peut plus adopter une attitude trop paternaliste, car « le Brésil a développé ses institutions de culture et a fini par prendre conscience de ses caractères propres ». Il ajoute : « Quoique très jeune encore, il arrive à l’âge de sa majorité intellectuelle […]19. » C’est donc à une relation sur un pied d’égalité qu’appelle le scientifique brésilien. Si Miguel Osório de Almeida est très actif pour ménager les intérêts de son pays au sein de la coopération intellectuelle, il faut ajouter qu’il a aussi été un ardent porte-parole de la francophilie.

22L’ancienneté des relations du Brésil avec la France, pays moteur de l’IICI, lui garantit en outre une place de choix dans les réseaux de la coopération intellectuelle européenne. Renforcée par la création, en 1911, d’une chaire d’études brésiliennes, puis en 1922 par celle de l’Institut de haute culture franco-brésilien à la Sorbonne, la coopération entre les deux pays permet en effet au Brésil de figurer dans le circuit des conférences prononcées par des scientifiques reconnus sur le plan international, à l’instar d’Einstein, de Marie Curie, de Lévy-Bruhl ou de Paul Rivet. Cette coopération intellectuelle auréolait les institutions nationales d’une reconnaissance internationale en même temps qu’elle permettait à leurs membres les plus actifs d’être plus facilement reçus par les instituts et universités étrangers.

  • 20 La moitié des membres est renouvelée, la sélection de ceux qui doivent quitter leur place se faisan (...)
  • 21 AHI, 78/3/13, 12-01-1931, mémorandum transmis à Afrânio de Melo Franco.
  • 22 En 1930, Aloísio de Castro est le seul membre latino-américain de la CICI.

23La France comme le Brésil utilise cette « relation spéciale » pour défendre ses intérêts, en faisant jouer le principe de réciprocité. L’exemple le plus flagrant est donné lorsqu’Aloísio de Castro, membre brésilien de la CICI depuis sa création, doit laisser sa place20 en 1930. Le délégué brésilien auprès de l’IICI, Elyseu Montarroyos, fait parvenir au Quai d’Orsay un mémorandum confidentiel21 pour que la France appuie la candidature de Miguel Osório de Almeida, dont le choix n’est pas anodin, compte tenu de ses liens avec ce pays. Dans ce mémorandum, Montarroyos renvoie aux difficultés de la SDN et à l’intérêt qu’a la France de voir participer des pays amis à l’OCI, sans cesse critiquée par les Anglo-Saxons. Au moment où le continent américain tend à se détacher de la sphère d’influence européenne, il serait en effet dommageable de mécontenter un pays qui, malgré son retrait de la SDN, a continué à participer – notamment financièrement comme le fait remarquer le délégué brésilien – aux travaux de l’Institut et de donner l’impression que l’Amérique latine ne compte pas22.

24Le candidat brésilien n’obtient sa nomination qu’en 1939, le contexte européen ayant pris le pas sur toute autre considération. Il a pourtant bénéficié de l’appui d’Henri Bonnet, devenu directeur de l’IICI en 1931, et d’Edouard Herriot. Le gouvernement brésilien est tout de même reconnaissant à la France, et en particulier à Henri Bonnet, d’avoir soutenu Miguel Osório de Almeida.

  • 23 À ce sujet, voir notre article « La défaite de 1940 : une étape dans la redéfinition des relations (...)

25Les relations entre la France et le Brésil, au sein de l’OCI, se construisent sur l’échange de services, sur l’utilisation des liens constitués par la présence française, dans une dynamique où les deux pays apparaissent sur un pied d’égalité, dans un contexte international où la France ne dispose plus de tous les attributs d’une grande puissance et doit lutter pour maintenir sa sphère d’influence. La défaite de 1940 vient mettre à l’épreuve ce processus et porter un coup majeur au rayonnement de la France. La rhétorique de la « France éternelle » ne cesse pourtant pas d’être présente, en particulier chez des intellectuels qui sont des acteurs importants des réseaux tissés par le biais de l’IICI23.

Au commencement était l’Amérique latine : naissance de la diplomatie culturelle des États-Unis

  • 24 Pour une mise au point sur ce sujet, voir Tournès Ludovic, « La philanthropie américaine, la sociét (...)

26Il n’est pas aisé de distinguer clairement ce qui, aux États-Unis, relève de la sphère privée – des grandes Fondations comme la Carnegie ou la Rockefeller par exemple – et ce qui dépend de l’action du gouvernement fédéral24. En outre, parler de diplomatie culturelle nord-américaine – comme on a parlé précédemment de diplomatie culturelle pour la France – relève souvent d’une traduction commode en français, de réalités, de pratiques et d’enjeux fort différents.

27La période de l’entre-deux-guerres marque les débuts de l’intervention du gouvernement américain dans le champ des relations culturelles internationales. Nous nous attacherons ici à suivre ce processus, dans la mesure où il est très largement le résultat de l’évolution des relations entre les États-Unis et l’Amérique latine.

  • 25 Cette citation, de 1915, figure dans Ninkovich Frank, The Wilsonian Century : U.S. Foreign Policy S (...)
  • 26 Arndt Richard T., The First Resort of Kings, American Cultural Diplomacy in the 20th Century, Washi (...)

28Avant même que n’éclate la Première Guerre mondiale, Woodrow Wilson encourage l’expansion des réseaux de communication nord-américains, persuadé que « l’opinion gouverne le monde25 » et qu’il est par conséquent nécessaire qu’un pays comme les États-Unis soit à même de divulguer largement sa vision du monde. Cela allait à l’encontre d’une conception traditionnelle de la diplomatie, particulièrement prégnante dans ce pays, où celle-ci était réduite aux relations formelles entre gouvernements. La guerre totale et la bataille des esprits mettent à mal cette perspective. Afin de divulguer les objectifs de guerre, de contrebalancer la propagande allemande, notamment dans les pays latino-américains demeurés neutres, et de s’assurer ainsi du soutien des opinions, le gouvernement crée très vite après l’entrée en guerre des États-Unis le Committee on Public Information (CPI), à la tête duquel est nommé George Creel, journaliste progressiste. Cette commission n’existe que pendant 28 mois, du 13 avril 1917 au 21 août 1919, utilisant toutes les techniques modernes d’information et ayant recours le cas échéant à la propagande et à la censure. Comme l’écrit Richard T. Arndt, le CPI met en place « un mélange créant une diplomatie relevant tout à la fois de la culture, de l’information et de la propagande et concernant tous les éléments de la vie nord-américaine26 ».

  • 27 Voir Katz Friedrich, The Secret War in Mexico : Europe, the United States and the Mexican revolutio (...)

29L’Amérique latine est la cible naturelle et privilégiée du CPI, même si l’Europe et l’Asie sont aussi visées par son action. Il s’agit de préserver la sécurité de l’hémisphère et pour cela de contrer la très forte propagande menée par les puissances centrales, en particulier par l’Allemagne, dans un sous-continent où, depuis l’annexion du Texas et la guerre hispano-américaine, l’antiaméricanisme était prompt à se manifester. Le Mexique est à cet égard un cas emblématique27 et donc l’objet d’un effort particulier de la part de la CPI. Dans le reste de l’Amérique latine, le travail de la CPI consiste principalement à concurrencer les agences de presse européennes et à favoriser les contacts entre ses fonctionnaires et les intellectuels sud-américains.

30Malgré les efforts considérables entrepris par le CPI, le Congrès, très méfiant à l’égard de la collusion entre George Creel et le président Wilson, démantèle en 1919 ce que l’on appelait désormais le Creel Comittee. Les relations interaméricaines sont alors à nouveau considérées sous les seuls angles du commerce et de la politique.

  • 28 Voir Rietzler Katharina, « Before the Cultural Cold Wars : American philanthropy and cultural diplo (...)

31Les années 1920 sont en effet marquées par le rôle prédominant des Fondations privées, mais aussi des universités, comme nous l’avons vu dans le chapitre précédent. Cela ne veut cependant pas dire qu’il y a une déconnection complète entre ce secteur et le monde diplomatique nord-américain, entre les objectifs philanthropiques et ceux de la politique extérieure28.

32Parallèlement, le déploiement des diplomaties culturelles européennes est un vecteur d’influence dans les milieux diplomatiques et internationalistes américains. Ainsi, en 1923, à l’occasion d’un discours prononcé à l’Institute of Politics de Williamstown, Leo S. Rowe, alors directeur général de l’UPA, déplore l’absence d’efforts visant à donner une meilleure image des États-Unis en Amérique latine, à faire connaître les idéaux et la culture nord-américains. Pour appuyer ses propos, il cite l’exemple des politiques menées par l’Europe dans le domaine des relations intellectuelles.

33Si La France est citée en exemple, le fait que le régime nazi porte à son paroxysme l’utilisation de la culture comme arme de persuasion, non seulement auprès des élites mais aussi auprès des masses, à l’intérieur comme à l’extérieur du pays, constitue un élément déclencheur dans le processus menant à l’élaboration d’une diplomatie culturelle nord-américaine. Néanmoins, le gouvernement des États-Unis, fidèle à l’habitude de laisser aux fondations privées le soin d’organiser échanges intellectuels et éducatifs et à Hollywood celui de propager les valeurs américaines, attend 1938 pour créer son propre organe de diplomatie culturelle. La propagande croissante de l’Allemagne, de l’Italie et du Japon à destination des pays d’Amérique latine attaquant de plus en plus explicitement les États-Unis amène toutefois les milieux diplomatiques à considérer chaque jour plus sérieusement l’idée que la culture doit désormais faire partie intégrante de la politique extérieure. On peut donc dire, à la suite de Richard T. Arndt et de Juan Manuel Espinosa, que la diplomatie culturelle nord-américaine est conçue en fonction des enjeux latino-américains.

34La conférence interaméricaine de Buenos Aires (1936) est considérée par un certain nombre d’auteurs comme la première manifestation d’un leadership assumé des États-Unis concernant les questions d’ordre culturel. Ainsi, c’est à travers des résolutions visant à stimuler les échanges universitaires que se dessine l’action des États-Unis. Cette option doit se lire à l’aune du rejet de la propagande, telle qu’elle avait été mise en place par la CPI. Le premier pas vers la diplomatie culturelle se situe donc essentiellement dans le domaine éducatif.

  • 29 Voir Gellman Irwin, Good Neighbor Diplomacy : United States Policies in Latin America 1933-1945, Ba (...)

35Devant la montée des périls en Europe, un pas décisif est franchi avec, dans un premier temps, la création de l’Interdepartmental Committee on Scientific and Cultural Cooperation, le 26 mai 1938. Dirigée par Sumner Welles et placée sous les auspices du State Department, cette commission est un think-tank destiné à coordonner les diverses suggestions visant à contrer la propagande nazie. L’un de ses objectifs est l’envoi d’experts nord-américains dans les domaines jugés utiles par les pays latino-américains29.

36Par ailleurs, en juillet, est mise en place, au sein du State Department, une Division of Cultural Relations en charge de toutes les activités officielles de nature culturelle à l’international. La Division est notamment conçue pour remplir les engagements pris à Buenos Aires. Son action est jugée « décevante » dans un premier temps. Les incertitudes autour de la nouvelle division proviennent du fait que ses concepteurs n’en ont pas la même vision : certains, comme Cordell Hull, la pensent comme une agence de propagande, alors que d’autres, à l’instar de Sumner Welles, la voient comme le prolongement naturel de la dynamique interaméricaine. Le Congrès américain, quant à lui, ne semble pas convaincu de la nécessité d’un tel organisme, ce qui se reflète dans la faible dotation – 25 000 dollars – qui lui est tout d’abord allouée.

37Si la Division est dans un premier temps pensée dans le cadre de la Convention de Buenos Aires, elle ne tarde pas à le déborder. Une fois que la guerre a éclaté en Europe, l’attention de l’administration Roosevelt se porte sur l’imprimé, partant du constat que la littérature du Vieux Continent est bien plus présente en Amérique latine que celle des États-Unis. Un vaste programme de traduction en espagnol et en portugais d’ouvrages nord-américains est alors mis en place. En outre, la Division commence à établir des librairies, accueillant non seulement des livres, mais aussi des conférences et des expositions d’art.

38Cependant, face aux réticences du Congrès, et donc au manque de moyens, l’action de la Division se limite à coordonner les initiatives du secteur privé. C’est d’ailleurs du privé que provient la création d’un nouvel organisme qui va être le catalyseur d’une diplomatie culturelle nord-américaine plus ambitieuse.

39À l’origine de ce qui va devenir l’Office of the Coordinator of Inter-American Affairs (OCIAA), se trouve Nelson Rockefeller. Ce dernier, à l’issue d’un voyage en Amérique latine où il est marqué par la prégnance de la propagande nazie, propose au président Roosevelt, en juin 1940, la création d’une agence chargée de mettre en œuvre une plus grande coopération économique et de renforcer les liens culturels, scientifiques et éducatifs avec le sous-continent. La nouvelle agence est créée en août 1940 et placée sous la supervision du Council of National Defense. Le champ d’action de l’OCIAA inclut les activités menées par la Division of Cultural Relations et s’étend également à d’autres domaines, notamment les relations commerciales et les communications, la presse et le cinéma de divertissement. Se pose dès lors la question de la répartition des tâches entre la Division et l’OCIAA. Celle-ci doit mener une action adaptée au contexte de crise de la guerre, à la défense nationale, et donc rechercher des effets immédiats, tandis que la première se voit chargée de bâtir une politique sur le long terme. Dans l’esprit de Rockefeller l’OCIAA doit être avant tout une agence distribuant des moyens, souscrivant des contrats avec des groupes privés et fonctionnant sur le modèle des fondations philanthropiques. L’autre différence entre les deux organismes est que le programme de l’OCIAA n’est pas seulement conçu comme un moyen de combattre les sentiments pro-Axe pouvant exister en Amérique latine ; il contient aussi des éléments visant explicitement à contrer l’influence européenne en général.

40L’un des aspects les mieux connus de l’action de l’OCIAA est le partenariat noué avec l’industrie cinématographique nord-américaine. Le cinéma est en effet perçu, par les acteurs de l’OCIAA, comme un outil particulièrement efficace de promotion de la politique de bon voisinage, à condition que les films nord-américains distribués en Amérique latine ne véhiculent pas une image erronée des États-Unis et une vision stéréotypée des Latino-Américains. C’est pourquoi le directeur de la Division cinéma, John Hay Whitney, décide de réunir les principaux membres de l’industrie cinématographique nord-américaine afin de leur proposer la création d’une corporation, sans but lucratif, agissant en faveur de la Good Neighbor Policy. C’est ainsi que naît la Motion Picture Society for the America, le 21 mars 1941.

41Les programmes lancés durant la politique dite « de bon voisinage » de l’Administration Roosevelt portent en germe l’ensemble des efforts mis en œuvre bien plus tard en matière d’information et de relations culturelles. Ces programmes ont été avant tout créés pour contrer de manière pacifique la propagation d’une propagande devenue hostile aux États-Unis. Le gouvernement américain est ainsi la dernière grande puissance à entrer dans le jeu des relations culturelles intergouvernementales, dévolues jusqu’alors au secteur privé.

L’attrait pour d’autres « modèles » : l’Espagne et l’Allemagne

  • 30 Selon l’expression employée par Pierre Milza dans « Cultures et relations internationales », Relati (...)
  • 31 Voir pour l’Espagne, l’article d’Antonio Niño Rodríguez, « L’expansion culturelle espagnole en Amér (...)

42La compétition à laquelle se livrent la France et les États-Unis en termes d’influence en Amérique latine donne à cette dernière une certaine marge de manœuvre. Par ailleurs, face à ce qui est perçu comme une « américanisation » de la culture et dans une conjoncture post-Première Guerre mondiale où un certain nombre d’intellectuels latino-américains rejette l’omniprésence de l’Europe – et en particulier de la France – comme référence culturelle, l’attrait pour d’autres « modèles », aptes à servir la construction d’identités proprement nationales, n’est pas absent. Ainsi, l’Allemagne et l’Espagne, deux pays qui développent également des politiques culturelles à destination du sous-continent, sont mises dans la balance. Dans les deux cas, il s’agit de faire jouer des « impérialismes faibles » face à « l’action conquérante des puissances dominantes30 ». De fait, c’est suite à une défaite – celle de 1898 face aux États-Unis pour l’Espagne, celle de 1918 pour l’Allemagne – que ces deux nations entreprennent de regagner leur prestige perdu en utilisant la culture comme arme diplomatique31.

  • 32 Voir Salisbury Richard V., « Hispanismo versus Pan Americanism : Spanish Efforts to Counter U. S. I (...)
  • 33 Goebel Michael, « Decentering the German Spirit : The Weimar’s Republic’s Cultural Relations with L (...)

43L’autre point commun entre l’Allemagne et l’Espagne, c’est que ces deux États peuvent compter sur la présence de communautés nationales importantes, en particulier dans le Cône sud pour le premier. Enfin, si les promoteurs des politiques culturelles allemandes à destination du sous-continent identifient la France comme leur principale concurrente, l’Espagne comme l’Allemagne voient dans les États-Unis, et le panaméricanisme que ces derniers promeuvent, un obstacle à leur influence32. Ces divers points communs amènent l’Allemagne à considérer l’Espagne comme une alliée dans son entreprise33.

  • 34 Pour l’Allemagne, voir l’article déjà cité de Michael Goebel, ainsi que Mitchell Nancy, The Danger (...)
  • 35 Goebel Michael, art. cité, p. 224.

44Nous ne reviendrons pas ici sur les dispositifs mis en place par ces deux pays dans le champ des politiques culturelles à destination de l’Amérique latine34, mais plutôt sur l’intérêt qu’ils ont pu représenter dans un sous-continent à la recherche de son identité. Michael Goebel souligne ainsi que les « idées qui provenaient de la tradition romantique allemande étaient séduisantes dans le sens où elles offraient un modèle alternatif de modernité car elles se distinguaient des traditions du libéralisme et de la nationalité citoyenne qui prévalaient jusque là35 ». De même l’hispanisme devient-il une alternative au panaméricanisme. Si, tout au long du xixe siècle, on assiste à une vague de rejet relatif ou absolu de l’Espagne, à partir du début du xxe siècle, à l’image négative d’une Espagne affaiblie, décadente, compromise par les abus et les errements de la colonisation, se superpose l’image d’une « Espagne éternelle », expression employée par le Chilien Pablo Neruda dans une conférence de 1938.

45Les politiques culturelles espagnole et allemande à destination de l’Amérique latine peuvent-elles pour autant être considérées comme des succès ? Ont-elles réellement concurrencé ce qui était mis en place par la France et les États-Unis ?

  • 36 Ibid., p. 243.
  • 37 Ibid., p. 245.
  • 38 Niño Rodríguez Antonio, art. cité, p. 212.

46En ce qui concerne l’Allemagne, « l’absence d’une réelle tradition de relations culturelles entre les deux a rendu plus difficile la réussite d’un programme centralisé, et ce notamment parce qu’une grande diversité d’acteurs, étatiques ou non, ont voulu labourer un champ qui n’avait pas été cultivé auparavant36 », même si « la pensée latino-américaine était alors “germanisée”, si l’on entend par là l’appropriation croissante d’idées allemandes dans une perspective purement latino-américaine et non la simple transposition, unidirectionnelle, d’un certain nombre d’idées considérées comme exportables, officiellement, par l’État37 ». Pour ce qui est de l’Espagne, où là aussi initiatives privées et publiques cohabitent jusqu’en 1936, on peut dire que les efforts menés ont contribué à renforcer son prestige dans les républiques hispano-américaines. Mais, comme l’écrit Antonio Niño, « tout cela devint une rhétorique insupportable, quand la guerre civile éclata38 ».

47Périphérique, l’Amérique latine ? À part pour les États-Unis et l’Espagne, qui ne sut pas toujours se donner les moyens de son ambition, le sous-continent n’est en effet une priorité ni pour la SDN, ni pour la France, ni pour l’Allemagne. Et pourtant des moyens tant matériels qu’humains sont consacrés au développement de leur influence en Amérique latine. Celle-ci n’est peut-être pas au centre de la scène internationale, mais bien au cœur de ce qui s’y joue dans la période de l’entre-deux-guerres. Dans un contexte de multilatéralisation de l’ordre mondial, elle a un rôle : celui que lui confère l’intérêt dont elle est l’objet ; une voix : celle qu’elle se construit dans le « triangle atlantique » qui caractérise sa position sur l’échiquier international ; et une place, pas toujours confortable et définitive, entre universalisme et américanisme. Cette dernière se joue surtout au sein des deux institutions que nous avons étudiées, la Société des Nations – et à travers elle l’Organisation de coopération intellectuelle – et l’Union panaméricaine.

L’Amérique latine entre universalisme et américanisme

  • 39 Álvarez Alejandro, La réforme du Pacte de la Société des Nations sur des bases continentales et rég (...)

48Nous avons vu que les relations entre les pays d’Amérique latine et la SDN avaient été marquées par de grands espoirs et de non moins grandes désillusions. Si ces dernières se sont soldées par le retrait d’un certain nombre de ces pays, elles ont été tout d’abord l’occasion de formuler des propositions visant à rendre l’organisation genevoise conforme à ce qui était attendu d’elle de ce côté de l’Atlantique. Le principal reproche résidait dans le fait que le pacte créant la SDN avait été élaboré uniquement par les vainqueurs de la guerre et selon des considérations ayant trait à la réalité européenne. Or, comme l’écrit le juriste chilien Alejandro Álvarez, « le problème de la paix se pose en Amérique d’une façon tout autre qu’en Europe, car il ne s’agit pas dans le Nouveau Monde d’établir la paix qui n’a jamais été sérieusement troublée mais de la consolider39 ».

49Cette spécificité américaine est également soulignée par le délégué chilien M. Yánez lors de la VIe Assemblée de la SDN, en 1925. Il n’en tire cependant pas la conclusion d’une inutilité de la SDN pour l’Amérique, le principe même d’une organisation internationale étant selon lui fondamental.

Réformer la SDN ou créer une Ligue des Nations américaines ?

50Conscients de cela, un certain nombre de Latino-Américains, juristes ou diplomates, proposent des pistes de réforme du pacte, notamment de bâtir le système international sur des bases régionales afin que la spécificité de chaque partie du monde ne soit pas oubliée. Les Latino-Américains doivent résoudre un défi de taille : celui de faire reconnaître à Genève la particularité du continent américain face au système européen, dans une logique qui rappelle l’idée d’hémisphère occidental telle qu’elle a été développée par les États-Unis depuis Monroe, tout en contenant l’influence croissante de la grande république du Nord.

51Ce défi va s’articuler autour de l’interprétation de la doctrine Monroe et de l’article 21 du pacte qui la reconnaît comme « entente régionale ». L’article 21 traite de la compatibilité du pacte avec les ententes régionales préexistantes et mentionne spécifiquement la doctrine Monroe. Son inclusion est due au désir de Wilson de satisfaire et de rassurer les sénateurs américains. Cet article est reçu avec méfiance dans plusieurs pays d’Amérique latine et un certain nombre d’entre eux – le Costa Rica, Haïti, le Honduras – demandent à la SDN des éclaircissements quant à la signification et à la portée de cet article. Il est aussi un obstacle à l’adhésion plus rapide du Mexique. Or à la SDN on ne souhaite pas froisser les États-Unis, dont on espère toujours qu’ils vont revenir sur leur refus d’adhérer à l’organisation. Comment dès lors expliquer que certains Latino-Américains défendent la doctrine Monroe, au même titre qu’une régionalisation de la SDN ? N’est-ce pas ouvrir la voie à l’hégémonie des États-Unis ?

  • 40 Ces projets ont été l’objet d’un article de Wehrli Yannick, « Los proyectos de “Sociedad de Nacione (...)

52On peut être à première vue surpris de trouver sous la plume d’auteurs latino-américains de fervents panégyriques du panaméricanisme, toujours suspect d’être un instrument aux mains des Nord-Américains. L’historien Gordon Connell-Smith nous offre une clé de compréhension : il s’agissait pour les Latino-Américains de créer des garde-fous juridiques à l’encontre du pouvoir grandissant des États-Unis. L’histoire du système interaméricain est celle d’un combat mené pour que le principe d’égalité des États soit respecté et celui de non-intervention proclamé. En posant, à Genève, l’existence d’un droit international américain, les Latino-Américains veulent non seulement faire reconnaître leurs conceptions du droit international dans un organisme dominé par les puissances européennes, mais aussi faire pression sur les États-Unis pour que ceux-ci les acceptent. Ainsi peut-on voir, dans les projets de Ligue des Nations américaines40, formulés en 1922 par le président uruguayen Baltasar Brum, en 1933 par le Salvador, et en 1936 par la Colombie et la République dominicaine, aussi bien une réponse aux désillusions provoquées par la SDN qu’une manière de multilatéraliser la doctrine Monroe et donc de consacrer l’égalité entre les États américains. Est-ce à dire que l’on prône le retrait de la SDN ? Non. Chacun de ces projets est calqué sur le pacte de 1919 et appelle à une étroite collaboration entre la future ligue américaine et une SDN de plus en plus fragilisée. De la sorte se trouveraient réconciliés américanisme et universalisme, le lien avec l’Europe serait maintenu, mais redéfini.

53Ces projets sont loin de faire l’unanimité en Amérique latine. S’y opposent notamment le Mexique, l’Argentine, le Brésil et le Chili, autrement dit les « puissances régionales » du sous-continent. Une ligne de fracture se crée ainsi entre ces dernières et les petits pays d’Amérique centrale et des Caraïbes, rejoints par la Colombie, l’Équateur, la Bolivie et l’Uruguay.

  • 41 MRE Chili, SDN 1935, dossier 1484, Genève, 18-04-1935, lettre de Rivas Vicuña au ministre des Relat (...)

54Pour le Mexique et le Chili, l’efficacité d’une organisation internationale repose sur son universalité. C’est le propos d’une lettre adressée en 1935 par Manuel Rivas Vicuña, diplomate chilien en poste à Genève, à son ministère de tutelle, dans laquelle il présente la SDN comme un véritable contrepoids à une Union panaméricaine perçue comme étant au service des intérêts nord-américains. Il conclut : « C’est un mirage fatal que celui de croire qu’en Amérique nous pourrions trouver une aide plus puissante et plus efficace que celle que nous offre Genève41. »

  • 42 MAE, Correspondance politique et commerciale, no 44, dossier 4, Bogotá, 25-06-1938, lettre de M. d’ (...)
  • 43 MRE Chili SDN 1927, 1114B, Berne, 20-12-1927, lettre d’un membre de la délégation chilienne auprès (...)

55Notons que le désir d’hégémonie prêté aux États-Unis par le Chilien l’est aussi aux « grandes nations de l’Atlantique » ; on peut y voir une allusion à peine voilée au Brésil et à l’Argentine. Cela renvoie d’une part aux relations toujours ambiguës entre Brésiliens, Chiliens et Argentins. D’autre part, une telle affirmation vient conforter les analyses de Yannick Wehrli sur les raisons qui ont amené le Brésil à rejeter tout projet de Ligue américaine. Selon cet auteur, dans une telle organisation, Brésil et États-Unis pourraient craindre de se retrouver en minorité face aux républiques hispano-américaines. Quant à l’Argentine, elle continue de défendre des relations privilégiées avec l’Europe, refusant de considérer que les nations américaines, par leur culture et leur tradition pacifique, forment d’emblée une association. Selon M. D’Aumale, représentant de la France à Bogotá au moment du passage de la mission de la SDN dans cette ville en 1938, au-delà de ces principes de politique internationale, il y a en Argentine une réticence à être mise sur le même plan que les « petits » États latino-américains42. Sans aller aussi loin, certains diplomates chiliens pensent que de toute manière « c’est une utopie de croire que les gouvernements américains aient des orientations similaires en ce qui concerne les questions de politique continentale de première importance43 ».

56Mexique, Argentine, Chili et Brésil se rejoignent donc dans la mesure où chacun, pour des raisons parfois différentes, veut éviter qu’une organisation continentale, que ce soit l’Union panaméricaine ou une Ligue des Nations américaines, ne dispose de pouvoirs politiques, car

  • 44 Ibid.

« en matière de politique, l’hégémonie des États-Unis représente un immense danger, auquel on ne peut opposer que des discours d’amitié dans la mesure où le seul écart de puissance [entre les États-Unis et les États latino-américains], par son importance, rend totalement improbable la fiction d’une égalité entre les États44 ».

  • 45 Voir le chapitre « Comment être (latino)-américain ? ».

57Entre régionalisme et universalisme, il n’est pas toujours facile, pour les pays latino-américains, de se frayer une voie susceptible de préserver leurs intérêts et de faire entendre leur voix dans un concert international où l’Europe de la SDN et les États-Unis sont souvent en concurrence. Les projets avortés de Ligue des Nations américaines en sont un exemple, tout comme celui d’Institut interaméricain de coopération intellectuelle45. Ce dernier ne voit finalement pas le jour, notamment en raison des craintes de certains intellectuels et diplomates latino-américains qui perçoivent ce projet comme la traduction d’une volonté d’éloignement par rapport à l’Europe.

58En 1928, à l’issue de la conférence de La Havane au cours de laquelle cet Institut est formellement créé, Eugène Pépin, ancien jurisconsulte auprès du Quai d’Orsay et chargé de mission aux conférences panaméricaines, oscille entre pessimisme et espoir quant à la possibilité, pour les pays latino-américains, de maintenir une certaine équidistance entre les États-Unis et l’Europe :

  • 46 MAE, Correspondance politique et commerciale no 199, 28-02-1928, Eugène Pépin au ministre des Affai (...)

« Toutes les Républiques latino-américaines ont trop besoin de l’aide financière des États-Unis pour faire preuve d’une large indépendance […]. On comprend pourquoi les États-Unis s’efforcent par la création d’organismes purement américains, d’attirer et de maintenir dans leur orbite les autres pays du continent, en cherchant à les détacher de l’emprise européenne et à réduire leurs liens avec le reste du monde. Telle est la raison de la création d’un Institut d’histoire et de géographie américaines, d’un Institut de coopération intellectuelle américaine, […], etc. Mais les Républiques américaines se sont aperçues du danger ; elles ne peuvent oublier que l’Europe est également un de leurs clients46. »

59Cette analyse est valable pour la fin des années 1920, mais l’est-elle encore à la fin de la décennie suivante ? La SDN fait de moins en moins figure de contrepoids à l’influence croissante des États-Unis et la politique de bon voisinage mise en œuvre par Roosevelt change la donne. Les relations avec l’IICI sont donc moins stratégiques. Néanmoins, l’intérêt dont il bénéficie encore dans les années 1930 révèle d’une part que les liens intellectuels avec la France et l’Europe, même redéfinis, continuent de faire sens pour un certain nombre d’intellectuels, et d’autre part que les réseaux mis en place sous son égide sont suffisamment solides et intéressants pour qu’on veuille les maintenir. L’hypothèse que nous défendrons est que ces réseaux ont été réinvestis par les intellectuels latino-américains qui en faisaient partie, selon des considérations et des thématiques propres au sous-continent, ce qui expliquerait que, malgré son eurocentrisme et le caractère parfois trop élitiste de son activité, l’IICI ait conservé des appuis dans le sous-continent.

Quand l’Amérique latine prône le rapprochement entre l’UPA et la SDN

60Assez rapidement donc s’est posée la question des relations entre la SDN d’une part et le panaméricanisme d’autre part : entre régionalisme et universalisme il était parfois difficile de choisir pour les pays latino-américains. C’est pourquoi l’on trouve un certain nombre d’appels ou de propositions visant à faire en sorte que l’Union panaméricaine et l’organisme genevois collaborent afin d’harmoniser un certain nombre de questions traitées par les deux institutions. Le Chilien Alejandro Álvarez est l’un de ceux qui mettent le plus l’accent sur ce thème, soulignant les problèmes que l’existence de deux organismes internationaux sans lien entre eux peut engendrer pour les pays latino-américains qui sont membres des deux.

  • 47 Álvarez Alejandro, op. cit., p. 439.

61Ainsi, lors de la IVe Assemblée de la SDN, le 11 septembre 1923, Alejandro Álvarez soulève cette question et termine son discours par un vibrant plaidoyer en faveur d’une telle coopération, insistant une fois de plus sur ce que le continent américain peut apporter à la SDN47. Lors de la VIe assemblée de 1925, c’est le président de la délégation chilienne, Emilio Bello, qui intervient dans le même sens, cette fois-ci en lien avec la question de l’arbitrage et de la solution pacifique aux différends entre États.

  • 48 MRE Chili, Memorias, 1934, p. 291.

62On voit ressurgir le thème de la coopération entre SDN et système interaméricain à l’occasion de la XVe Assemblée de la SDN, en septembre 1934. La délégation colombienne adresse alors une lettre au secrétaire général pour soumettre à la considération de l’Assemblée un projet visant à inscrire cette question dans le programme de l’Assemblée de 1935. L’argument avancé par les Colombiens repose sur l’idée que « l’établissement de liens réguliers et permanents entre la Société des Nations et l’Union panaméricaine contribuerait efficacement à la consolidation de la paix et au renforcement de l’empire du droit dans les relations internationales48 ».

63Ce rapprochement est également souhaité dans le domaine de la coopération intellectuelle. On a ici l’exemple du Brésil qui, à travers Elyseu Montarroyos, délégué d’État auprès de l’IICI, se pose en intermédiaire privilégié entre l’Europe et l’Amérique, selon des considérations qui ne sont pas dénuées d’arrière-pensée. Faire endosser ce rôle au Brésil aurait en effet pour conséquence de renforcer son « autorité morale » auprès des autres pays latino-américains, de susciter leur confiance, et de le poser par conséquent comme un acteur de premier plan aux yeux des dirigeants de l’OCI.

  • 49 Afrânio de Melo Franco (1870-1943), ancien ambassadeur du Brésil auprès de la SDN, est ministre des (...)
  • 50 José Carlos de Macedo Soares (1883-1968) est ministre des Relations extérieures de 1934 à 1936.
  • 51 AHI, 78/3/13, 13-05-1933.
  • 52 AHI, 78/3/13, 03-10-1934.

64C’est dans cette perspective qu’Elyseu Montarroyos propose à Afrânio de Melo Franco49 en 1933, puis à José Carlos de Macedo Soares50 en 1934, de participer à la collection « Correspondance » de l’Institut. À Afrânio de Melo Franco il suggère de traiter les thèmes suivants : « la collaboration entre les nations d’Amérique et celles d’Europe pour l’organisation de la paix », ou encore « concours entre le Panaméricanisme et la SDN51 ». À Macedo Soares il propose un sujet qui concerne « les relations entre les pays américains et ceux des autres continents ou la contribution que le panaméricanisme peut apporter à l’organisation de la paix universelle52 ». Ainsi le Brésil se présenterait à la fois comme le chantre du panaméricanisme et comme un allié précieux de la SDN, alors même qu’il n’en est plus membre. On peut d’ailleurs y voir une sorte de revanche : l’organisation genevoise se rendrait alors compte de ce qu’elle a perdu en n’accordant pas de siège permanent à un pays aussi zélé dans le travail de maintien de la paix. Ce serait aussi une manière de lui faire comprendre que son européocentrisme n’est plus tenable et qu’il est temps de regarder vers le Nouveau Monde, susceptible de lui apporter le souffle qui lui fait cruellement défaut.

L’Amérique latine à la croisée des chemins

65La mise en parallèle de l’IICI et de l’Union panaméricaine est tout à la fois une manière de saisir par un biais particulier la rivalité entre l’Europe et les États-Unis en Amérique latine et un prisme qui nous permet de mettre à jour les différentes conceptions de l’internationalisme qui ont pu cohabiter – plus ou moins cordialement – entre les deux guerres mondiales. Le constat en forme de jugement qu’émet Juan Manuel Espinosa quant à l’efficience de l’une et l’autre organisations de coopération intellectuelle est à cet égard révélateur :

  • 53 Espinosa Juan Manuel, Inter-American Beginnings of U.S. Cultural Diplomacy, 1936-1948, Washington, (...)

« Malgré sa vocation idéaliste la Commission de coopération intellectuelle n’a pas réalisé grand chose. Elle semblait partir du principe que la paix pouvait être obtenue en prêchant la paix. De tous les programmes multilatéraux, l’Union panaméricaine, sous la houlette de son directeur général, le professeur Leo S. Rowe, fut la seule organisation multilatérale à effectivement partir en campagne en jouant le rôle du bailleur de fonds, et en recherchant les possibilités d’échanges interaméricains d’étudiants et de professeurs, de livres, ou d’autres formes d’information et de supports éducatifs53. »

  • 54 Rolland Denis, op. cit.
  • 55 Voir le chapitre « Comment être (latino)-américain ? ».

66Le pragmatisme anglo-saxon contre l’idéalisme élitiste de l’Europe – ou plutôt faudrait-il dire, de la France – : c’est bien ce qui fut en jeu lorsqu’il s’est agi de liquider l’IICI et de créer l’UNESCO en 1946. Loin de nous l’idée de surévaluer le rôle de l’Institut et de sous-évaluer les réalisations de l’Union panaméricaine. Néanmoins, le matériel que nous avons rassemblé sur les relations des pays latino-américains avec l’IICI nous montre qu’il est à l’origine de dynamiques réelles et fécondes, engageant des acteurs multiples. Il nous conduit aussi à nuancer « l’effacement du modèle français », mis en avant par un certain nombre d’historiens, dont Denis Rolland dans son ouvrage La crise du modèle français. Marianne et l’Amérique latine…54, dans cette partie du monde. De fait, un certain nombre d’acteurs latino-américains de l’IICI, mis en sommeil avec l’occupation de Paris par les Allemands, continua de lui être fidèle. Le projet de délocalisation de l’Institut à La Havane, formulé en 194155, mais aussi l’appui que la France trouva, en 1945-1946, auprès des pays latino-américains, afin que Paris fût le siège de l’UNESCO, peuvent être interprétés comme les signes de liens encore vivaces. Plus que d’effacement, nous avançons l’hypothèse d’une redéfinition des liens entre la France et les intellectuels latino-américains, du moins ceux qui sont parties prenantes de l’Organisation de coopération intellectuelle.

67D’un point de vue plus général, ce chapitre avait pour but de montrer que le sous-continent se situe à la croisée d’un grand nombre d’intérêts, souvent antagonistes, et de donner une idée des termes dans lesquels se pose la question de la place et du rôle de l’Amérique latine dans le concert des nations de l’entre-deux-guerres. La position de l’Amérique latine est loin d’être évidente, partagée qu’elle est entre deux organismes internationaux à bien des égards concurrents et dépourvue de la puissance militaire qui lui permettrait de faire valoir son point de vue avec plus de force. En outre, la voix latino-américaine à la SDN, comme au sein de l’IICI, n’est pas exempte de dissonances. La manière dont furent reçus les projets de Ligue américaine, défendus par les nations d’Amérique centrale et de la région andine, révèle un clivage entre ces « petits pays » et des puissances comme le Mexique, l’Argentine, le Chili ou le Brésil qui les rejetèrent.

  • 56 García Robles Alfonso, Le Panaméricanisme et la politique de bon voisinage, Préface d’Alejandro Álv (...)
  • 57 Ingenieros José, Por la Unión Latino Americana. Discurso pronunciado el 11 de octubre de 1922 ofrec (...)

68Si l’on en croit le diplomate mexicain Alfonso García Robles, l’Amérique latine a néanmoins toutes les cartes en main pour jouer sa propre partition internationale, à condition que soit établie une réelle solidarité entre les nations qui la constituent56. Son compatriote José Ingenieros pose les enjeux du débat en d’autres termes, désignant l’impérialisme nord-américain comme le principal obstacle à la construction identitaire du sous-continent et appelant de ses vœux la création d’une « Union latino-américaine57 ». Silvio Julio, historien brésilien, n’insiste pas tant sur l’impérialisme véhiculé par l’Union panaméricaine, que sur le caractère trop abstrait de cette dernière :

  • 58 Lima Silvio Julio de Albuquerque, Cérebro e coração de Bolívar (3e éd.), Salvador, Livraria Progres (...)

« Le panaméricanisme est l’œuvre de diplomates, de toasts et de banquets. L’Ibéro-américanisme, au contraire, provient du cœur des foules, du sang des populations ibériques d’Amérique, de la structure mentale, ethnographique et sociologique propre au Nouveau Monde58. »

69À travers ces prises de position sont posées les interrogations qui parcourent l’Amérique latine dans la période de l’entre-deux-guerres. Son insertion dans l’ordre mondial né de la guerre de 1914-1918 dépend tout autant de ses relations avec l’Europe et les États-Unis que de sa capacité à faire émerger ce qui fait sa particularité par rapport aux autres régions du monde et à faire face aux défis sociaux, politiques et culturels qui sont les siens. L’étude des acteurs et des pratiques de la coopération intellectuelle latino-américaine dans la première moitié du xxe siècle, objet de notre chapitre suivant, permet de voir comment perspectives régionales et préoccupations nationales se sont trouvées inextricablement liées.

Notes

1 D’après le titre de l’ouvrage d’Alfredo G. A. Valladão, Le triangle atlantique : l’émergence de l’Amérique latine dans les relations Europe-États-Unis, Paris, Institut français de relations internationales, 1999.

2 Werhli Yannick, « Créer et maintenir l’intérêt » : la liaison entre le Secrétariat de la Société des Nations et l’Amérique latine (1919-1929), mémoire de licence ès lettres, sous la direction de M. Cerutti, université de Genève, département d’histoire générale, juillet 2003.

3 MAE, Correspondance politique et commerciale no 46, dossier 4, Genève, 02-03-1938, sous-direction de la SDN.

4 MAE, Correspondance politique et commerciale no 46, dossier 4, Quito, 17-06-1938, lettre de Jean Dobler, ministre de France en Équateur, au ministre des Affaires étrangères.

5 MAE, Correspondance politique et commerciale no 46, dossier 4, Bogotá, 25-06-1938, lettre de M. d’Aumale, ministre plénipotentiaire de France à Bogotá, au ministre des Affaires étrangères.

6 Kott Sandrine, « Les organisations internationales, terrains d’étude de la globalisation. Jalons pour une approche socio-historique », Critique internationale, no 52, mars 2011, p. 11.

7 Clavin Patricia et Wessels Jens-Wilhelm, « Transnationalism and the League of Nations : Understanding the Work of its Economic and Financial Organisation », Contemporary European History, vol. XIV, no 4, nov. 2005, p. 466.

8 McPherson Alan et Wehrli Yannick (dir.), Beyond Geopolitics. New Histories of Latin America at the League of Nations, Albuquerque, University of New Mexico Press, 2015.

9 Kott Sandrine, art. cité, p. 14.

10 Ibid., p. 15.

11 Clavin Patricia et Wessels Jens-Wilhelm, art. cité, p. 466.

12 Rolland Denis, La crise du modèle français. Marianne et l’Amérique latine : culture, politique et identité, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2000.

13 Suppo Hugo Rogélio, La politique culturelle française au Brésil entre les années 1920 et 1950, Paris, IHEAL, 2002, p. 19-20

14 Sur cette politique, voir aussi Chonchol Jacques et Martinière Guy, L’Amérique latine et le latino-américanisme en France, Paris, L’Harmattan, 1985, p. 57-90.

15 Voir Rolland Denis, « Entre mépris et désintérêt : les œillères de la propagande d’État française en direction de l’Amérique latine (1914-1940) », in Denis Rolland, Yves Deloye et Didier Georgakakis (coord.), Les Républiques en propagande : pluralisme politique et propagande, entre déni et institutionnalisation, xixe-xxie siècles, Paris, L’Harmattan, 2006, p. 269-278.

16 Sur ces missions, voir Lefèvre Jean-Paul, « Les missions universitaires françaises dans les années 1930 », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, no 38, avril-juin 1993, p. 24-33 et Capelato Maria Helena, Coelho Prado Maria Lygia, « À l’origine de la collaboration franco-brésilienne : une mission française à la faculté de philosophie de São Paulo », Préfaces, no 14, sept. 1989, p. 100-105.

17 Thi-Tu Pham, La coopération intellectuelle sous la SDN, Genève, Droz, 1962.

18 AUN, AIII 37, Buenos Aires, 31-01-1938, lettre d’Antonio Aita à Henri Bonnet ; Buenos Aires, 03-03-1938, lettre d’Antonio Aita à Henri Bonnet.

19 « La collaboration scientifique entre la France et le Brésil », in Cahiers de politique étrangère, no 27, Paris, Institut des études américaines, 1938.

20 La moitié des membres est renouvelée, la sélection de ceux qui doivent quitter leur place se faisant en fonction du classement alphabétique.

21 AHI, 78/3/13, 12-01-1931, mémorandum transmis à Afrânio de Melo Franco.

22 En 1930, Aloísio de Castro est le seul membre latino-américain de la CICI.

23 À ce sujet, voir notre article « La défaite de 1940 : une étape dans la redéfinition des relations culturelles entre la France et les intellectuels latino-américains », in Maurice Vaïsse (dir.), De Gaulle et l’Amérique latine, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2014, p. 17-35.

24 Pour une mise au point sur ce sujet, voir Tournès Ludovic, « La philanthropie américaine, la société des Nations et la coproduction d’un ordre international (1919-1946) », Relations internationales, 2012/3, no 151, p. 26-27.

25 Cette citation, de 1915, figure dans Ninkovich Frank, The Wilsonian Century : U.S. Foreign Policy Since 1900, Chicago, University of Chicago Press, 1999, p. 67-68.

26 Arndt Richard T., The First Resort of Kings, American Cultural Diplomacy in the 20th Century, Washington D. C., Potomac Books, 2005, p. 27.

27 Voir Katz Friedrich, The Secret War in Mexico : Europe, the United States and the Mexican revolution, Chicago, University of Chicago Press, 1981.

28 Voir Rietzler Katharina, « Before the Cultural Cold Wars : American philanthropy and cultural diplomacy in the inter-war years », Historical Research, vol. 84, no 223, février 2011, p. 148-164.

29 Voir Gellman Irwin, Good Neighbor Diplomacy : United States Policies in Latin America 1933-1945, Baltimore, John Hopkins University Press, 1979, p. 145.

30 Selon l’expression employée par Pierre Milza dans « Cultures et relations internationales », Relations internationales, no 24, Paris, 1980, p. 365.

31 Voir pour l’Espagne, l’article d’Antonio Niño Rodríguez, « L’expansion culturelle espagnole en Amérique hispanique », Relations internationales, no 50, été 1987, p. 202.

32 Voir Salisbury Richard V., « Hispanismo versus Pan Americanism : Spanish Efforts to Counter U. S. Influence in Latin America before 1930 », in David Sheinin, (ed.), Beyond the Ideal. Pan Americanism in Inter-American affairs, Westport, Greenwood Press, 2000, p. 67-77.

33 Goebel Michael, « Decentering the German Spirit : The Weimar’s Republic’s Cultural Relations with Latin America », Journal of Contemporary History, vol. 44, no 221, 2009, p. 222.

34 Pour l’Allemagne, voir l’article déjà cité de Michael Goebel, ainsi que Mitchell Nancy, The Danger of Dreams. German and American imperialism in Latin America, Chapel Hill, University of North Carolina Press, 1999. Pour l’Espagne, voir Rolland Denis, Delgado Lorenzo, González Eduardo et alii, L’Espagne, la France et l’Amérique latine. Politiques culturelles, propagandes et relations internationales, xxe siècle/España, Francia y América latina : políticas culturales, propagandas y relaciones internacionales, siglo xx, Paris, L’Harmattan, 2001.

35 Goebel Michael, art. cité, p. 224.

36 Ibid., p. 243.

37 Ibid., p. 245.

38 Niño Rodríguez Antonio, art. cité, p. 212.

39 Álvarez Alejandro, La réforme du Pacte de la Société des Nations sur des bases continentales et régionales, rapport présenté à la Ve Session de l’Union juridique internationale, juin 1926, p. 41.

40 Ces projets ont été l’objet d’un article de Wehrli Yannick, « Los proyectos de “Sociedad de Naciones americanas” : intentos de integración políticas en las Américas durante el periodo de entre-guerras », in Los procesos de integración en el ámbito regional y global. Una mirada desde la perspectiva de los tres continentes (América, Asia y Europa), CD-ROM, María de Monserrat Llairo et Proscila Palacio (ed.), Buenos Aires, CEINLADI/FCE/UBA, 2009.

41 MRE Chili, SDN 1935, dossier 1484, Genève, 18-04-1935, lettre de Rivas Vicuña au ministre des Relations extérieures.

42 MAE, Correspondance politique et commerciale, no 44, dossier 4, Bogotá, 25-06-1938, lettre de M. d’Aumale, ministre plénipotentiaire de France à Bogotá, au ministre des Affaires étrangères.

43 MRE Chili SDN 1927, 1114B, Berne, 20-12-1927, lettre d’un membre de la délégation chilienne auprès de la SDN à l’amiral José Toribio Merino.

44 Ibid.

45 Voir le chapitre « Comment être (latino)-américain ? ».

46 MAE, Correspondance politique et commerciale no 199, 28-02-1928, Eugène Pépin au ministre des Affaires étrangères.

47 Álvarez Alejandro, op. cit., p. 439.

48 MRE Chili, Memorias, 1934, p. 291.

49 Afrânio de Melo Franco (1870-1943), ancien ambassadeur du Brésil auprès de la SDN, est ministre des Relations extérieures de 1930 à 1934.

50 José Carlos de Macedo Soares (1883-1968) est ministre des Relations extérieures de 1934 à 1936.

51 AHI, 78/3/13, 13-05-1933.

52 AHI, 78/3/13, 03-10-1934.

53 Espinosa Juan Manuel, Inter-American Beginnings of U.S. Cultural Diplomacy, 1936-1948, Washington, U. S. Government Printing Office, 1977, p. 50.

54 Rolland Denis, op. cit.

55 Voir le chapitre « Comment être (latino)-américain ? ».

56 García Robles Alfonso, Le Panaméricanisme et la politique de bon voisinage, Préface d’Alejandro Álvarez, Paris, Les Éditions internationales, 1938, p. 47

57 Ingenieros José, Por la Unión Latino Americana. Discurso pronunciado el 11 de octubre de 1922 ofreciendo el banquete de los Escritores Argentinos en honor de José Vasconcelos, Buenos Aires, L. J. Rosso y Cia Impresores, 1922, p. 10-11.

58 Lima Silvio Julio de Albuquerque, Cérebro e coração de Bolívar (3e éd.), Salvador, Livraria Progresso, 1957 (1931), p. 307.

© Presses universitaires de Rennes, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540