Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Diplomaties culturelles et fabrique des identités

 | 
Juliette Dumont

Première partie. La scène internationale

Chapitre III

La scène panaméricaine

Texte intégral

1Les relations internationales du sous-continent, de type culturel ou non, ne peuvent être appréhendées sans que l’on analyse le rôle des États-Unis et de l’Union panaméricaine. Il ne sera pas question ici d’étudier les structures et les acteurs de la diplomatie nord-américaine, ni l’ensemble des relations entre États-Unis et Amérique latine, auxquelles est déjà dédiée une abondante littérature. Il s’agit plutôt de voir comment l’Union panaméricaine, souvent considérée comme un instrument de la politique des États-Unis à destination de l’Amérique latine, a contribué à l’émergence de réseaux de coopération intellectuelle sur le continent. Avant d’étudier en détail cet aspect, méconnu, de son activité, nous reviendrons brièvement sur les débats que suscite dans la région un panaméricanisme tout à la fois soupçonné de servir les ambitions hégémoniques de la « grande république du Nord » et considéré par certains acteurs, notamment des spécialistes latino-américains du droit international, comme un cadre susceptible d’offrir au sous-continent la possibilité de promouvoir cette singularité que la SDN n’a pas su reconnaître.

Le panaméricanisme vu depuis l’Amérique latine ou la figure de Janus

Le panaméricanisme comme objet de débats

2De part et d’autre de l’Atlantique, les opinions et analyses du mouvement panaméricain sont loin d’être unanimes : entre critiques virulentes et panégyriques enflammés, l’historien se sent parfois perdu. Une chose est sûre, c’est avec méfiance et appréhension que l’on considère en Europe cette organisation qui apparaît comme une volonté, de la part des États-Unis, de mettre à mal les liens qui l’unissent à l’Amérique latine.

  • 1 Martí José, « El congreso de Washington. Su historia, sus elementos y sus tendencias », Nueva York, (...)
  • 2 Voir à ce sujet Ardao Arturo, « Panamericanismo y latinoamericanismo », in Leopoldo Zea, América la (...)

3Du côté latino-américain, cette inquiétude se manifeste dès les débuts du panaméricanisme, à savoir au moment de la Ire Conférence interaméricaine de 1889 et le Cubain José Martí en est alors le principal porte-voix1. Les termes du débat se posent dès la fin du xixe siècle dans une opposition entre latino-américanisme et panaméricanisme2, bolivarisme et monroisme.

  • 3 Voir Scarfi Juan Pablo, El imperio de la ley. James Brown Scott y la construcción de un orden juríd (...)

4On trouve pourtant aussi, surtout sous la plume de juristes, une défense du panaméricanisme3. C’est en particulier le cas du Chilien Alejandro Álvarez (1868-1960) et du Mexicain Alfonso García Robles (1911-1991). Ainsi lit-on chez Alejandro Álvarez :

  • 4 Souligné par l’auteur.
  • 5 Álvarez Alejandro, La réforme du Pacte de la Société des Nations sur des bases continentales et rég (...)

« Étant donné la situation géographique des États de l’Amérique, et les guerres d’indépendances […], ils ont considéré qu’il existait entre eux une solidarité continentale pour la défense de leur indépendance et de leur liberté. Le continent américain ne devait pas se confondre avec l’Europe mais devait être libre de se développer en conformité de ses antécédents et de ses destinées.
À partir du deuxième tiers du xixe siècle, par suite de la facilité des moyens de communication et de l’absence de toute rivalité entre eux, tous les États du Nouveau Monde, c’est-à-dire non seulement les Républiques latines, mais aussi les États-Unis ont manifesté effectivement cette solidarité continentale en suivant une politique de rapprochement et de coopération constante dans tous les domaines de l’activité internationale : c’est ce qu’on appelle le Panaméricanisme4. Rien de semblable n’a existé et n’existe en Europe5. »

5Il est intéressant de noter que ces deux auteurs proposent une définition du panaméricanisme. Pour Alfonso García Robles,

  • 6 Robles Alfonso García, Le Panaméricanisme et la politique de bon voisinage, préface d’Alejandro Álv (...)

« ce n’est autre chose que la conscience qu’ont toutes les républiques américaines d’appartenir à un même continent ayant sa personnalité, sa psychologie, sa destinée et sa loi d’évolution propres, avec le sentiment de solidarité continentale qui en découle6 ».

6Ces deux définitions, positives, montrent qu’il existe une réelle appropriation du panaméricanisme par certains Latino-Américains, pour lesquels il peut être un idéal, à condition que les États-Unis refrènent leurs prétentions hégémonistes, ainsi que le souligne le Mexicain :

  • 7 Ibid., p. 29.

« C’est sans doute l’attitude des États-Unis envers les autres États du continent américain, le facteur qui doit avoir une importance décisive pour l’avenir du Panaméricanisme. […] Une politique d’hégémonie et de force des États-Unis à l’égard des républiques latino-américaines affaiblirait certainement la solidarité panaméricaine, comme elle l’a fait déjà dans le passé, et finirait même à la longue par la tuer […] surtout si l’on tient compte de l’appréhension naturelle devant l’énorme disproportion entre la puissance des États-Unis […] et celle de n’importe quel État latino-américain7. »

  • 8 Sur les rapports de l’Argentine et du Chili au panaméricanisme, voir Mark Petersen, Argentine and C (...)

7 L’ambivalence domine donc à l’égard d’un panaméricanisme entaché par les différents usages faits par les États-Unis de la doctrine Monroe, mais qui devient aussi, après la Première Guerre mondiale et les espoirs déçus vis-à-vis de la SDN, une alternative dans un concert international où, en dépit de leurs rivalités, les pays latino-américains veulent faire entendre la voix de leur continent et élaborer une entente régionale susceptible de servir leurs intérêts, commerciaux, géopolitiques ou juridiques. Cette ambivalence nous la retrouvons, à des degrés divers, au Brésil, en Argentine et au Chili8.

Trois voies/x latino-américaines : le Brésil, l’Argentine et le Chili

8Les discussions et débats autour du panaméricanisme sont particulièrement intenses pendant les premières décennies de la république brésilienne. En effet, de nombreux intellectuels pèsent les avantages et les inconvénients d’une adhésion au projet américaniste emmené par les États-Unis et d’un rapprochement avec les pays hispano-américains.

9Parmi ces intellectuels, on trouve Joaquim Nabuco (1849-1910) et Oliveira Lima (1867-1928), par ailleurs figures importantes de la diplomatie brésilienne. Leurs postures antagonistes montrent qu’il y avait parfois divergence sur ce sujet au sein du ministère des Relations extérieures. Pour Joaquim Nabuco, nommé ambassadeur du Brésil aux États-Unis en 1905, ce pays représentait un exemple à suivre sur le plan politique et son leadership sur le continent américain était perçu comme naturel. Par ailleurs, il était convaincu que la doctrine Monroe représentait le moyen le plus sûr pour empêcher l’Europe de jouer un trop grand rôle en Amérique. C’est en tout cas en grande partie grâce à l’action de Nabuco que Rio de Janeiro est désignée pour accueillir la IIIe Conférence interaméricaine (1906).

10Oliveira Lima, quant à lui, fait partie de ceux qui voient la doctrine Monroe comme une menace, un instrument au service des intérêts nord-américains. Cette conviction est renforcée par la proclamation du corollaire Roosevelt (1904).

11Ce dernier n’est pourtant pas mal reçu, notamment par le Baron de Rio Branco, à la tête de l’Itamaraty de 1902 à 1912, pour lequel ce discours ne représentait aucunement une menace pour le Brésil ou les autres pays stables de la région, comme l’explique Bradford Burns :

  • 9 Burns Bradford, The Unwritten Alliance : Rio Branco and Brazilian-American Relations, Columbia Univ (...)

« Il y avait un consensus sur le fait que le Brésil, pays à la fois grand, fort et sur la voie du progrès, n’avait pas à redouter une intervention extérieure et se devait d’apporter son soutien moral quand il s’agissait de ramener dans le droit chemin les nations turbulentes9. »

  • 10 Soutomaior Luiz A. P., « O Pan-americanismo e o Brasil », Revista do IHGB, no 379, avril-juin 1993, (...)

12Pour Luiz A. P. de Souto Maior, cette attitude s’explique également par « une confiance en soi considérable, sans laquelle notre diplomatie ne se serait sans doute pas sentie suffisamment sûre d’elle pour se montrer aussi tolérante face aux orientations ouvertement interventionnistes de Washington10 ».

  • 11 Voir notamment Cisneros Andrés et Escudé Carlos (dir.), Historia general de las relaciones exterior (...)

13 L’Argentine adopte, pour des raisons similaires, une attitude contraire à celle du Brésil. Ce pays est en effet présenté par l’historiographie11 comme un adversaire du panaméricanisme et ce dès la Ire Conférence interaméricaine de Washington. Les élites argentines de l’époque, pour lesquelles les liens avec l’Europe étaient nécessaires autant au développement économique du pays qu’à son insertion internationale, voyaient en effet d’un fort mauvais œil le mouvement impulsé depuis les États-Unis. Il y avait, de plus, en Argentine, une méfiance envers toute organisation continentale susceptible de réduire son autonomie sur la scène internationale.

  • 12 Roque Sáenz Peña lors de la Conférence interaméricaine de Washington, cité dans Cisneros Andrés et (...)

14À Washington, la délégation argentine, composée notamment de Roque Sáenz Peña et de Manuel Quintana, s’oppose avec virulence au projet d’union douanière proposé par James Blaine, le premier arguant du fait que l’Argentine, comme le reste de l’Amérique latine, n’a aucun intérêt à limiter leurs relations commerciales avec l’Europe. Il ajoute : « L’Amérique a pour inclinaison de maintenir et développer des relations avec tous les États ; si doctrine il y a, elle doit être la suivante : l’Amérique pour l’Humanité12. »

  • 13 Sheinin David, Argentina and the United States at the 6th Panamerican Conference, London, Universit (...)

15L’opposition de Buenos Aires à Washington est souvent retentissante, en particulier lors de la conférence de La Havane en 1928. Deux ouvrages13 y sont d’ailleurs consacrés et l’ambassadeur français en Argentine note alors :

  • 14 MAE, SDN, no 55, Buenos Aires, 05-12-1928, lettre de l’ambassadeur de France en Argentine au minist (...)

« L’Argentine sera donc son ennemie [des États-Unis] : inimitié cachée et sourde, mais certaine et profonde. Comme il ne dépend pas d’elle d’empêcher les interventions du Gouvernement de Washington dans l’Amérique centrale, ni les conséquences de la “politique du dollar”, c’est l’Union panaméricaine, où elle considère qu’il n’y a pour les membres qui la composent, ni égalité, ni justice, ni garanties, et qui n’est à ses yeux qu’un organisme de domination entre les mains des États-Unis, qu’elle entend battre en brèche14. »

16Les rapports de l’Argentine au système interaméricain, et aux États-Unis, ne sont cependant pas dénués d’ambivalence, contrairement à ce que laisse entendre ce qui précède. David Sheinin déconstruit en effet l’image d’une opposition continue, pour mettre en avant celle d’une rivalité où les intérêts bien compris ont leur place et où les États-Unis font figure de modèle pour une nation argentine à la fois fragile et ambitieuse. Cet auteur montre par exemple que la phraséologie antiaméricaine des Argentins masque des liens croissants sur le plan économique, ce qui amène l’Argentine à être plus conciliante avec les projets de traités commerciaux, de simplification et d’unification des tarifs douaniers ou de la législation sur les brevets, soutenus par les États-Unis dans le cadre du système interaméricain. Avant la deuxième décennie du xxe siècle, l’Argentine s’oppose au panaméricanisme nord-américain dans l’espoir de jouer un rôle de premier plan en Amérique latine. Par la suite, les États-Unis étant de plus en plus capables d’imposer leurs vues dans le cadre de leurs relations avec l’Argentine, cette dernière voit s’amenuiser l’espoir de renforcer son autorité dans le concert des nations. Comment, dès lors, expliquer la persistance d’un discours d’opposition de la part de l’Argentine ? Nous avancerons l’hypothèse selon laquelle celui-ci fait désormais partie de l’image internationale d’un pays qui, entre réalisme et rêve de puissance, tente de s’affirmer sur la scène internationale.

  • 15 Voir Sater William F., Chile and the United States. Empires in Conflict, Athens/London, The Univers (...)
  • 16 Fermandois Joaquín, Mundo y fin de mundo. Chile en la política mundial, 1900-2004, Santiago de Chil (...)
  • 17 Diego Portales (1793-1837), homme politique chilien, est à l’origine de la constitution de 1833.

17Tout comme la position argentine face au système interaméricain, celle du Chili se définit en fonction de ses rapports avec les États-Unis et de sa capacité à leur tenir tête. Les historiens s’étant penchés sur les relations entre les deux pays insistent sur le fait que celles-ci commencent mal : les Nord-Américains ne reconnaissent que tardivement l’indépendance du Chili ; le bombardement de Valparaíso en 1866 par l’Espagne semble démontrer l’inutilité de la doctrine Monroe ; et, plus grave encore, les États-Unis adoptent une position favorable au Pérou et à la Bolivie durant la guerre du Pacifique15. C’est pourquoi les conférences interaméricaines ont été de plus en plus associées à l’éventualité d’une intervention en faveur du Pérou au sujet de la controverse portant sur les territoires de Tacna et Arica. Joaquín Fermandois met lui aussi en avant « les potentialités révisionnistes16 » que pouvait avoir le système interaméricain pour les frontières d’un Chili tenté par conséquent d’appliquer les conceptions de Diego Portales17, à savoir

  • 18 Pike Fredrick B., Chile and the United States, 1880-1962. The emergence of Chile’s Social Crisis an (...)

« du ressentiment concernant la doctrine Monroe et le désir d’en finir avec cette dernière ; la conviction que sur le plan commercial, l’Amérique latine devait penser en termes d’échanges avec l’Europe et le reste du monde plutôt que de se limiter aux républiques de l’hémisphère américain ; le désir d’un Chili fort qui pourrait se défendre seul et mener à bien une politique étrangère qui lui soit propre ; et par conséquent, une réticence à coopérer aux entreprises multilatérales au niveau continental, même avec les républiques hispano-américaines d’Amérique du Sud18 ».

18C’est ainsi que la délégation chilienne réussit à faire en sorte qu’aucune résolution consacrant le principe d’arbitrage ne soit adoptée lors de la IIe Conférence interaméricaine (Mexique, 1901) et que le Chili s’oppose au projet de pacte Panaméricain de Wilson (1915). La question des territoires de Tacna et Arica est au cœur de cette opposition. La conviction que le Chili ne devait pas entrer dans un système qui le contraindrait à intervenir dans les pays voisins joue aussi un rôle.

  • 19 Il est au pouvoir de 1920 à 1925.

19 L’attitude de ce pays change avec la Première Guerre mondiale : demeuré neutre durant le conflit, le Chili connaît une position délicate à la SDN, face à un Pérou qui met en avant son état de belligérance pour réclamer la révision du traité d’Ancón (1883). Le gouvernement chilien met en place, en septembre 1919, une campagne de presse à Washington, destinée à assurer les États-Unis de l’amitié chilienne. Par ailleurs, comme le reste de l’Amérique latine, le Chili voit les intérêts économiques nord-américains prendre une place de plus en plus importante. Entre nationalisme économique et désir de se concilier les faveurs de Washington face au Pérou et à la Bolivie, l’attitude chilienne est ambivalente, ce qui explique que l’on trouve dans les années 1920 des analyses radicalement opposées du panaméricanisme. Ainsi, en 1926, l’ex-président Arturo Alessandri19 exprime toute son amertume :

  • 20 Arturo Alessandri dans un article de El Mercurio, 11-06-1926, cité par Muñoz Heraldo et Portales Ca (...)

« Durant mes cinq ans de présidence, j’ai travaillé à donner vie au panaméricanisme. Mais, aujourd’hui, je consacrerai toute l’énergie qui me reste à prôner que nous [les pays latino-américains] nous dressions ensemble, unis afin de proclamer : l’Amérique latine pour les Latino-Américains20. »

  • 21 Cité par Fermandois Joaquín, op. cit., p. 90.
  • 22 Mark J. Petersen, « The “Vanguard of Pan-Americanism. Chile and Inter-American Multilateralism in t (...)

20Fragilisé économiquement par la guerre de 1914-1918 et politiquement instable, le gouvernement du Chili n’a pas beaucoup de marge de manœuvre. Dans une circulaire confidentielle datée d’avril 1921, le ministre chilien des Relations extérieures, Ernesto Barros Jarpa, souligne que, s’il faut accorder de l’importance à la SDN, il est par ailleurs indispensable de prendre en compte la réalité continentale qui « nous oblige à considérer s’il ne serait pas pertinent de développer une politique de rapprochement américaine, qui soit pour nous une garantie un peu plus effective que celle que peut nous apporter l’actuelle Société des Nations21 ». Cette citation montre bien que le rôle désormais incontournable des États-Unis sur la scène internationale a été intériorisé par les acteurs de la politique extérieure chilienne. Mark Petersen a en outre récemment montré comment, dès les années 1910, le Chili est devenu un membre actif du panaméricanisme dans ses dimensions techniques (droit international, hygiène, congrès scientifiques, etc.), soulignant ainsi l’importance de considérer ce mouvement à partir de la dialectique coopération/hégémonie22.

« The glory of American civilization23 » : panaméricanisme et coopération intellectuelle

  • 23 Ricardo Dolz, en 1928, lors de l’Inter-American Congress of Rectors, Deans, and Educators in Genera (...)
  • 24 Pour une approche du panaméricanisme d’un point de vue culturel, voir Richard Cándida Smith, Improv (...)

21L’histoire du panaméricanisme du point de vue de la coopération intellectuelle offre une perspective si ce n’est totalement différente, du moins autre des relations interaméricaines24. Elles sont également placées sous le signe de la croissante influence des États-Unis, mais par le biais de modalités qui diffèrent de celles que l’histoire politique du système panaméricain donne à voir. C’est à l’émergence d’un « empire informel », pour reprendre l’expression de Ricardo D. Salvatore, que nous assistons. Le rôle des acteurs y est décisif et les dynamiques qui s’y jouent bien moins unilatérales et simples que le terme d’empire ne le laisse suggérer.

22La coopération intellectuelle à l’échelle panaméricaine ne naît pas en 1917 avec la création d’un service dédié à ce domaine au sein de l’Union panaméricaine ; elle s’inscrit dans un cadre plus large, celui des échanges entre les États-Unis et l’Amérique latine et ce dès les indépendances latino-américaines. Ces échanges sont le fruit d’initiatives souvent privées. L’Union panaméricaine s’appuie donc sur des réseaux existants pour bâtir les siens, construit ses objectifs en fonction de ce qui a déjà été mis en place et semble susciter un intérêt tant aux États-Unis qu’en Amérique latine.

La coopération intellectuelle entre les États-Unis et l’Amérique latine

  • 25 Espinosa Juan Manuel, Inter-American Beginnings of U.S. Cultural Diplomacy, 1936-1948, Washington, (...)

23Dans son ouvrage Inter-American Beginnings of U.S. cultural Diplomacy25, Juan Manuel Espinosa offre un très utile panorama historique des différents moments, acteurs et champs d’action de cette coopération intellectuelle non-gouvernementale depuis la période 1780-1820. Seul un petit nombre d’intellectuels et de leaders politiques est alors concerné ; les relations personnelles, qui se traduisent souvent par des échanges de livres, sont la règle.

24Si la guerre hispano-américaine et la vague anti-américaniste qu’elle provoque entraîne un ralentissement de ces échanges intellectuels et culturels, entre cet événement et 1914, l’expansion de l’enseignement supérieur aux États-Unis commence à attirer des étudiants latino-américains, en particulier dans les domaines de l’éducation, du commerce, de l’ingénierie, de la médecine et de l’agriculture. Parallèlement, le mouvement pacifiste de la première décennie du xxe siècle, qui se traduit aux États-Unis par la création de la Carnegie Endowment for International Peace (1909), de l’American School Peace League (1907) et de la World Peace Foundation (1910), a un impact sur le développement des échanges culturels et universitaires. Ces fondations commencent à s’intéresser à l’Amérique latine, encouragées en cela par les recommandations des conférences interaméricaines. De manière générale, les échanges se font dans des domaines qui apparaissent prioritaires pour les jeunes États latino-américains désireux de se moderniser.

  • 26 Cité par Robertson William Spence, Hispanic-American Relations with the United States, New York, Ox (...)

25La Première Guerre mondiale, en bouleversant la donne des échanges économiques entre les États-Unis et l’Amérique latine, ainsi que les communications entre l’Europe et l’Amérique, marque un tournant pour les relations intellectuelles entre les deux parties du continent. L’administration Wilson est d’ailleurs clairement consciente de l’opportunité qu’offre ce contexte. Ainsi Wilson déclare-t-il, à l’occasion d’un message au Congrès, le 7 décembre 1915, que la commune politique de neutralité adoptée par les nations américaines devant le conflit européen leur faisait prendre conscience « d’une nouvelle communauté d’intérêts et de partenariats moraux indispensables sur le plan politique », rendant plus perceptibles « les nombreux intérêts et devoirs, mais aussi les points communs qui les liaient les uns aux autres26 ».

  • 27 À ce sujet, voir le chapitre « L’Amérique latine entre deux rives ».
  • 28 Cette dynamique est étudiée par Ricardo D. Salvatore, « Library accumulation and the emergence of L (...)
  • 29 Bruno Paula, « Estados Unidos como caleidoscopio. Ensayo sobre las observaciones de viajeros y dipl (...)

26Wilson est d’ailleurs à l’origine de la création, en 1917, du Committe on Public Information chargé de faire connaître le plus largement possible les intentions des États-Unis dans le conflit en utilisant les techniques modernes d’information. L’Amérique latine a constitué une cible privilégiée de l’action de cette commission27. En dehors de cette initiative gouvernementale, on observe, au sein du monde éducatif nord-américain, un intérêt croissant pour l’Amérique latine. Cette dynamique contribue aussi à renforcer un processus à l’œuvre depuis les années 1890, celui de la croissance des études latino-américanistes dans les universités nord-américaines28. Ce mouvement est consacré par la publication, à partir de 1918, de l’Hispanic American Historical Review et par la Fondation Carnegie qui, une année plus tôt, lance la revue Inter-America. Notons la prépondérance des articles d’origine argentine dans cette revue, ce qui va dans le sens du constat fait par David Sheinin ou Paula Bruno29, à savoir que, derrière l’opposition affichée par l’Argentine aux États-Unis, les liens entre ces deux pays sont bien réels.

  • 30 Arndt Richard T., The First Resort of Kings, American Cultural Diplomacy in the 20th Century, Washi (...)
  • 31 Notamment dans From Nationalism to Internationalism : U.S. Foreign Policy to 1914, Londres, Routled (...)

27Après la Première Guerre mondiale et l’expérience de la CPI, le privé est le principal acteur des relations intellectuelles avec l’Amérique latine, le gouvernement nord-américain n’intervenant qu’à la marge dans ce domaine. Richard T. Arndt30 et Akira Iriye31 présentent cette dynamique comme le résultat d’un rejet de l’isolationnisme nord-américain de l’après Première Guerre mondiale. Dans une forme de protestation contre le refus d’adhérer à la SDN, le monde intellectuel nord-américain, convaincu du caractère inéluctable de l’interdépendance internationale, se révèle très actif pour tout ce qui relève de la coopération internationale. Ainsi, la CICI compte, tout au long de son histoire, un représentant nord-américain, dont Robert Andrews Millikan (1868-1953) qui est à l’origine de la création de l’American Committee on Intellectual Cooperation, en 1926.

  • 32 Cité par Espinosa Juan Manuel, op. cit., p. 70.

28Parallèlement à ce mouvement internationaliste, tout un mouvement nord-américain à destination de l’Amérique latine se développe. Ainsi, suite à la conférence de Montevideo (1933), est établie une Commission nationale nord-américaine de coopération intellectuelle interaméricaine. Elle doit coopérer avec l’Union panaméricaine pour promouvoir « les échanges scientifiques transnationaux au sein des Amériques dans le but d’améliorer le niveau culturel de l’hémisphère occidental32 ». Cette Commission était composée de 18 membres choisis parmi les institutions privées les plus actives dans ce domaine. En outre, entre 1933 et 1935, l’Institute of International Education, créé en 1919, est à l’origine d’une nouvelle vague de programmes d’échanges. Avec l’aide financière de la Carnegie, six universitaires chiliens travaillant sur les questions éducatives – parmi eux Juvenal Hernández et Amanda Labarca – sont reçus en 1934 dans diverses universités nord-américaines.

  • 33 Castro Ossandón Hernán, Cooperación intelectual americana, Memoria de prueba para optar al grado de (...)

29Si un bilan devait être dressé de ces échanges intellectuels entre les États-Unis et l’Amérique latine du xixe siècle à la fin des années 1920, c’est sur l’importance des échanges universitaires – que ceux-ci concernent des étudiants ou des professeurs – qu’il faudrait sans doute mettre l’accent, comme le suggèrent l’ouvrage de Juan Manuel Espinosa et l’inventaire dressé, dès 1944, par le Chilien Hernán Castro Ossandon33. Les questions d’enseignement et d’éducation apparaissent donc comme étant au cœur de la dynamique interaméricaine de coopération intellectuelle, les États-Unis concurrençant chaque fois plus l’Europe sur ce terrain.

Nature et formes de la coopération intellectuelle au sein du système panaméricain

30Avant même que l’Union panaméricaine ne se dote de structures spécifiques quant à la coopération intellectuelle, un certain nombre d’initiatives relevait déjà de ce champ d’action. Lors de la Ire Conférence internationale panaméricaine de Washington (1889), est en effet adoptée une résolution qui avait pour objectif la fondation d’une bibliothèque américaine à Washington. Il faut cependant attendre la IIe Conférence panaméricaine (Mexico, 1902) pour que ce projet soit concrétisé et que naisse la bibliothèque Colombus.

31La IIIe Conférence interaméricaine (Rio de Janeiro, 1906) marque une nouvelle avancée dans la prise en compte de la coopération intellectuelle dans les prérogatives de ce qui était alors encore le Bureau des républiques américaines. En effet, une recommandation stipule que ce dernier se penche sur les questions d’éducation, en particulier les échanges d’étudiants.

32 Cette tendance se confirme à Buenos Aires, en 1910, à l’occasion de la IVe Conférence : parmi les délégués, nombreux sont ceux issus des milieux intellectuels et éducatifs. Par ailleurs, à l’occasion de la réorganisation du Bureau, qui devient Union panaméricaine, les relations intellectuelles sont clairement identifiées comme faisant partie de son champ d’action. Enfin, est adoptée une résolution visant à encourager les échanges de professeurs et d’étudiants entre universités américaines. Cette dernière, même peu suivie d’effets, peut être considérée comme le premier pas vers la Convention adoptée à la Conférence extraordinaire de Buenos Aires, en 1936, sur laquelle nous allons revenir. La nécessité de multiplier les échanges universitaires est par la suite réaffirmée lors du IIe congrès scientifique panaméricain en 1915.

  • 34 Nous reviendrons sur ces dernières dans notre chapitre « Comment être (latino)-américain ».

33Si la conférence de La Havane (1928) s’est déroulée dans une ambiance tendue, notamment sur les questions politiques et juridiques, elle a pourtant débouché sur un certain nombre d’avancées en matière de coopération intellectuelle. Neuf thèmes relevant de ce domaine étaient au programme. Cette conférence débouche ainsi sur la création de l’Institut panaméricain de géographie et d’histoire et sur une résolution proposant la création d’un Institut interaméricain de coopération intellectuelle. Si le projet d’Institut interaméricain de coopération intellectuelle reste lettre morte, les années 1930 sont malgré tout riches en initiatives de toutes sortes dans ce domaine, au niveau panaméricain comme latino-américain34. La conférence de Buenos Aires en 1936 peut être considérée l’acmé de ce mouvement.

  • 35 Gellman Irwin, Good Neighbor Diplomacy : United States in Latin America 1933-1945, Baltimore, John (...)

34L’important dispositif adopté à cette occasion en termes de coopération intellectuelle est à mettre en relation avec l’implication inédite du gouvernement des États-Unis. On est en effet à un moment où le State Department envisage de jouer un rôle sur le terrain des relations culturelles, jusque-là surtout occupé par les initiatives privées. Lors de la Conférence interaméricaine de Montevideo (1933) la délégation nord-américaine avait déjà mis l’accent sur la nécessité de renforcer les programmes d’échanges universitaires. L’idée, développée ensuite à Buenos Aires, était que ces échanges ne devaient pas être uniquement financés par les États-Unis : les pays latino-américains devaient également être partie prenante de la dynamique de coopération que le gouvernement nord-américain appelait de ses vœux. C’est ainsi que la délégation des États-Unis à Buenos Aires propose une résolution concernant les échanges universitaires. Celle-ci débouche sur la « Convention pour la promotion des relations culturelles interaméricaines », approuvée à l’unanimité. Comme le note Irwin Gellman, « la convention de Buenos Aires fit bien plus, en vérité, que de générer simplement des débouchés panaméricains sur le plan éducatif35 ». Outre un renforcement des échanges universitaires, cette convention préconise un service d’échange de publications entre les bibliothèques des États contractants ; contient une résolution sur l’orientation pacifique de l’instruction publique ; une autre sur la circulation des films ayant un caractère éducatif ; et enfin une dernière concernant les expositions artistiques. Enfin, est créée l’Asociación de escritores y artistas americanos, dont le siège est à La Havane.

  • 36 Cet institut est créé en 1926 suite au IVe congrès panaméricain de l’enfant, qui a lieu à Santiago (...)
  • 37 Sur cet Institut et sur James Brown Scott, voir Scarfi Juan Pablo, El imperio de la ley, op. cit.
  • 38 Voir Pablo Palomino, « Nationalist, Hemispheric, and Global : “Latin American Music” and the Music (...)

35 Les activités de coopération intellectuelle au niveau panaméricain – qu’elles soient ou non directement impulsées par l’Union panaméricaine – mériteraient un ouvrage à part. Qu’il s’agisse de l’étude détaillée des discussions et résolutions ayant lieu lors des conférences interaméricaines ; de la constitution de la bibliothèque Colombus ; des congrès scientifiques ; de l’Institut international américain d’assistance et de protection de l’enfance36 ; de l’Institut américain de droit international37 ; ou des initiatives concernant la musique38. Nous nous arrêterons ici sur quelques aspects de cette coopération intellectuelle, en fonction des sources dont nous disposons et de l’intérêt qu’ils présentent pour notre démonstration.

  • 39 Álvarez Alejandro, La réforme du Pacte de la Société des Nations sur des bases continentales et rég (...)

36Parallèlement aux conférences interaméricaines, des congrès scientifiques panaméricains, « s’occupant de toutes les matières qui relèvent de la science mais en les étudiant spécialement du point de vue américain39 », se réunissent périodiquement.

  • 40 Voir notre chapitre « “Construyendo Nuestra América”. Dynamiques de coopération intellectuelle en A (...)
  • 41 Leo S. Rowe (1871-1946) est un acteur clé de la dynamique panaméricaine de coopération intellectuel (...)

37Le premier d’entre eux se tient à Santiago du Chili du 25 décembre 1908 au 5 janvier 1909. Auparavant, trois congrès scientifiques avaient eu lieu, mais sans les États-Unis40. Mathématiques, sciences physiques, sociales et juridiques, pédagogie et philosophie sont les matières à l’honneur. Parmi les communications et sujets abordés, on relève l’importance accordée à la lutte contre les maladies tropicales et la présence de questions juridiques récurrentes dans l’histoire du panaméricanisme. Le congrès se clôt sur une série de recommandations et de résolutions. Pour Leo S. Rowe41, qui préside la délégation nord-américaine, le congrès qui vient de se dérouler marque l’avènement d’une nouvelle ère de coopération intellectuelle. C’est de son point de vue l’occasion, pour les nations sud-américaines, et en particulier pour les membres de la communauté scientifique, de modifier leur vision du progrès, qui jusque-là s’appuyait sur l’expérience européenne.

  • 42 Inman Samuel Guy, « Backgrounds and Problems in Intellectual Exchange », in Inter American Intellec (...)
  • 43 Voir Whitaker Arthur P., The Western Hemisphere Idea : its Rise and Decline, New York, Cornell Univ (...)

38Le IIe congrès scientifique panaméricain (Washington, 1915) peut être considéré comme la plus importante manifestation réunissant des intellectuels des deux parties du continent ainsi que plusieurs centaines de délégués et abordant des questions d’ordre commercial, éducatif et scientifique. Le congrès a pour but, selon la formule rapportée par Samuel Guy Inman, « d’accroître les connaissances sur l’Amérique, de diffuser et de faire de la culture de chaque nation des Amériques l’héritage de toutes les Républiques américaines42 ». Ce congrès correspond à la période où Woodrow Wilson tente d’améliorer les relations entre les États-Unis et l’Amérique latine, notamment par le biais d’un projet de pacte panaméricain qui consacrerait la création d’un véritable système de sécurité collective à l’échelle du continent43.

  • 44 Castro Ossandón Hernán, op. cit., p. 39.

39Après le congrès de Washington, trois autres ont lieu : l’un à Lima en décembre 1924, le deuxième à Mexico en septembre 1935 et le dernier de nouveau à Washington du 10 au 18 mai 1940. Ces réunions scientifiques sont devenues de plus en plus conséquentes, au fur et à mesure que de nouveaux domaines y étaient incorporés. Par ailleurs, les résolutions prises lors des congrès sont soumises à l’Union panaméricaine qui se charge de les inclure dans le programme des conférences interaméricaines suivantes. Selon les mots d’Hernán Castro Ossandón, ces dernières représentent le « panaméricanisme politique » tandis que les congrès scientifiques réalisent le « panaméricanisme pratique44 ».

Le Bureau de coopération intellectuelle

40L’UPA se dote en 1917 d’une section dévolue au domaine de l’éducation. Cette section a pour origine une résolution prise lors du IIe congrès scientifique panaméricain, qui a lieu à Washington en 1915. Quels sont exactement les buts et les activités de la section ? Comme l’écrit en 1939 la Mexicaine Concha Romero James, qui en est alors la directrice, dans un mémorandum intitulé « Programme de coopération intellectuelle de l’Union panaméricaine », il s’agit de

  • 45 AUN, A XI 11, Mémorandum joint à un courrier adressé à Daniel Secrétan, 27-09-1939 : « Programa de (...)

« collecter des informations sur le mouvement éducatif dans les différents pays d’Amérique ; publier une série de brochures sur des thèmes pédagogiques ; coopérer avec les éducateurs latino-américains intéressés par l’un des aspects de l’enseignement aux États-Unis ; faciliter l’étude, pour les étudiants et les éducateurs nord-américains, de tout ce qui est relatif à l’éducation en Amérique latine ; orienter les étudiants latino-américains aux États-Unis. Pour ces derniers, dans le but d’aplanir les difficultés qu’ils rencontraient lorsqu’ils essayaient de faire valider leurs études aux États-Unis, la Section d’Éducation a publié ces derniers jours une série de rapports sur l’enseignement secondaire, normal et universitaire dans chaque pays latino-américain45 ».

  • 46 Ibid.

41 Comme on le voit, favoriser les échanges universitaires entre les États-Unis et les pays d’Amérique latine apparaît comme le cœur de la mission de la Section. Concha Romero James note en effet qu’« il est rapidement apparu combien il serait bénéfique, pour les relations interaméricaines, d’incorporer le plus grand nombre de jeunes Latino-Américains aux universités des États-Unis46 ». Plus loin elle ajoute :

  • 47 Ibid. Afin de favoriser cette action et d’encourager les universités nord-américaines à intégrer à (...)

« Parmi les activités auxquelles s’est consacrée l’Union panaméricaine depuis les débuts de son action culturelle figure celle qui a pour fin de faire en sorte que les institutions d’enseignement supérieur des États-Unis établissent des cours spécifiques pour l’étude de l’histoire, de l’organisation politico-sociale et de la culture d’Amérique latine47. »

  • 48 Berger Mark T., « A Greater America ? Pan Americanism and the Professional Study of Latin America, (...)
  • 49 Castro Ossandón Hernán, op. cit., p. 36.

42Le travail et les finalités de la section s’inscrivent donc dans une perspective plus large qui a vu le monde universitaire nord-américain s’intéresser de plus en plus aux études latino-américaines. Selon Mark T. Berger, ce mouvement s’étend des années 1890 aux années 1940 et doit être perçu à l’aune des liens étroits entre les sphères diplomatiques et universitaires des États-Unis dès qu’il s’agissait de l’Amérique latine48. Dans cette optique, les premières réalisations de la section sont marquées par la « diffusion de la littérature, de l’histoire et des langues de l’Amérique latine dans les principaux centres d’éducation nord-américains49 ».

43Par la suite, est mis en place un programme de bourses pour les étudiants latino-américains désireux d’étudier aux États-Unis. Pour ce faire, un partenariat est créé entre l’Union panaméricaine et plus de 50 établissements d’enseignement supérieur nord-américains, mais aussi avec des organisations philanthropiques, telles les Fondations Carnegie, Rockefeller et Guggenheim. À l’aune de ce qui précède, la section apparaît clairement comme l’un des rouages de l’« empire informel » élaboré par les États-Unis.

  • 50 Boletín de la Unión Panamericana, octubre 1929, p. 1076

44La section connaît par la suite une évolution : en 1924, elle est plus autonome vis-à-vis de la direction générale. Enfin, en 1929, elle change de dénomination et devient « Bureau de coopération intellectuelle ». Ce dernier a désormais des attributions plus larges puisqu’il s’occupe non seulement des questions relatives à l’éducation, mais aussi de tout ce qui concerne « le développement culturel du Continent50 ». Afin de mieux faire saisir l’étendue de son champ d’action, Concha Romero James s’appuie sur la documentation conservée dans ses archives, dont le classement révèle les sujets traités :

  • 51 AUN, A XI 11, Mémorandum joint à un courrier adressé à Daniel Secrétan, 27-09-1939…

« archéologie (principalement la législation sur la conservation des monuments et des sites archéologiques), art et artistes, bibliographie, congrès et conférences, éducation, littérature, exercice de professions, sociétés, échange de professeurs et d’étudiants, de sociétés, de traités de coopération intellectuelle51 ».

45 Ces archives permettent au Bureau de coopération intellectuelle de fonctionner comme un centre d’informations pour l’ensemble du continent. Il est intéressant de remarquer que les échanges sont toujours pensés dans le sens États-Unis/Amérique latine et vice-versa, mais rarement entre pays latino-américains. Il semble cependant que les Latino-Américains soient demandeurs à la fois d’échanges avec les États-Unis, mais aussi avec le reste de l’Amérique, comme le montre cette typologie, dressée par Concha Romero James, des demandes adressées à la section et émanant du sous-continent :

  • 52 AUN, A III 63, Primera conferencia Americana de comisiones nacionales de Cooperación intellectual, (...)

« Le Bureau reçoit de toute l’Amérique latine d’innombrables demandes émanant d’éducateurs, de fonctionnaires, d’administrateurs, d’étudiants qui ont le projet de passer quelque temps aux États-Unis ou d’étudier dans l’un des autres pays d’Amérique ; d’auteurs qui ont besoin d’informations sur les thèmes les plus variés ou qui veulent faire parvenir leurs livres aux personnes intéressées dans les mêmes spécialités ; d’enfants en âge d’aller à l’école qui ont hâte de correspondre avec de petits camarades inconnus des États-Unis et des autres Républiques sœurs [… ]52. »

  • 53 AUN, A XI 11, Mémorandum joint à un courrier adressé à Daniel Secrétan…

46Afin de remplir cette mission, le Bureau, outre la centralisation d’un certain nombre de données, « maintient des relations personnelles avec un grand nombre de personnes dans les domaines les plus divers de la vie intellectuelle53 ». La mise en place de réseaux constitue de fait une des bases de la coopération intellectuelle et l’Union panaméricaine fait ainsi sien le principe ayant présidé à la structuration de l’Organisation de coopération intellectuelle dont les commissions nationales assurent l’implantation dans chaque pays membre. Celles-ci sont d’ailleurs intégrées à la dynamique panaméricaine.

  • 54 Ibid.
  • 55 Ibid.
  • 56 AUN, A III 63, Primera conferencia Americana…, op. cit., p. 115.
  • 57 Ibid.

47Fort de ces réseaux, le Bureau est par ailleurs sollicité par certains gouvernements latino-américains pour des questions d’ordre éducatif principalement. Celles-ci restent en effet au cœur de l’activité du Bureau, comme le prouve également une série de publications. Il s’agit tout d’abord de « brochures sur la théorie et la méthodologie de l’éducation au titre de la contribution à l’échange d’idées et d’expériences dans un domaine si important54 ». Par ailleurs, il existe une publication intitulée Lectura para maestros qui, diffusée en espagnol et en portugais, « contient des informations sur le mouvement éducatif dans les Amériques et discute sans prétentions majeures ces questions techniques qui de nos jours préoccupent la corporation55 » et « contribue à mettre en relation entre eux les maîtres qui se distinguent par leur travail novateur56 ». En langue anglaise et destinée aux « lecteurs nord-américains qu’intéressent les questions d’éducation comparée », paraît en outre chaque semestre Educational trends in Latin America ; y est présenté « le mouvement scolaire et pédagogique dans chacune des républiques57 ».

  • 58 Inman Samuel Guy, « Backgrounds and Problems in Intellectual Exchange », art. cité, p. 9.
  • 59 Ibid.

48 À ces titres consacrés à l’éducation il faut ajouter la parution d’un périodique consacré à la vie intellectuelle du continent, en espagnol (Correo), en portugais (Correio) et en anglais (Panorama). Samuel Guy Inman, dans une brève synthèse des réalisations de l’UPA en matière de coopération intellectuelle, loue ces publications « destinées à fournir de manière sobre et informelle des informations sur le mouvement des intellectuels dans les républiques américaines58 ». Il regrette néanmoins le peu de moyens alloués à cette activité et la faible diffusion qui en dérive. De manière générale, il déplore que la section de coopération intellectuelle de l’UPA, qu’il considère comme « la plus active de tout le système59 », ne dispose que d’un personnel réduit et sous-payé. En 1938, le personnel du Bureau est constitué de deux Mexicains, un Brésilien, deux Nord-Américains et un Chilien.

49Malgré le dévouement et la compétence de ces membres, il est clair que leur faible nombre ne leur permettait pas de répondre aux ambitions qui étaient régulièrement exprimées lors des conférences interaméricaines ou des différents congrès panaméricains. Si l’Union panaméricaine et son Bureau de coopération intellectuelle avaient le mérite de mettre l’accent sur les questions éducatives et de favoriser les échanges universitaires, elle se heurtait aussi, d’une certaine manière, à la concurrence de l’OCI, ou plutôt, à la loyauté d’un certain nombre d’acteurs latino-américains envers la coopération intellectuelle impulsée depuis l’Europe. Par ailleurs, les réseaux que le Bureau contribuait à mettre en place ont parfois gagné en autonomie, donné lieu à des initiatives proprement latino-américaines, rendant son travail moins visible. Ce qui peut être interprété comme un succès et relativise quelque peu l’idée que ce Bureau, en tant qu’organe de l’Union panaméricaine, ne serait qu’une création au service des États-Unis.

Panaméricanisme et coopération intellectuelle : entre constitution de l’« empire informel » et affirmation de l’Amérique latine

50Le risque était grand, dans un chapitre consacré au panaméricanisme, de tomber dans le piège qui consistait à n’en faire qu’un instrument au service des intérêts nord-américains et de l’analyser uniquement à l’aune de ces derniers. Nous n’y avons pas totalement échappé, tant l’histoire de l’influence croissante des États-Unis en Amérique latine, que ce soit en termes politiques, économiques ou intellectuels, se confond avec l’histoire du système interaméricain. Nous avons néanmoins tenté de faire entendre la voix du sous-continent et tenté d’éclairer la question de l’hégémonie telle qu’elle a été retravaillée par un certain nombre de chercheurs, parmi lesquels l’Argentin Ricardo D. Salvatore qui la définit de la façon suivante :

  • 60 Salvatore Ricardo D., « The Making of a Hemispheric Intellectual-Statesman : Leo S. Rowe in Argenti (...)

« Hégémonie ne signifie pas nécessairement la reproduction ou l’acceptation du même. Il s’agit plutôt d’adapter de manière sélective un ensemble de principes, de valeurs et d’idées émises depuis l’épicentre de l’Empire. Plus qu’un ensemble compacte et homogène d’idées immuables, l’hégémonie fonctionne grâce à un certain nombre de variations, d’adaptations et de nuances qui permettent d’élargir les prétendues vérités et normes proposées par le grand frère de l’hémisphère voisin60. »

  • 61 L’ouvrage suivant peut être considéré comme le « coup d’envoi » de ce renouveau : Sheinin David (ed (...)

51Résistances, adaptations, rejets, réappropriations, coopération et hégémonie, font partie de la dynamique panaméricaine, qui est bien plus que la confrontation entre Bolívar et Monroe. Sans nier le poids des États-Unis, nous avons essayé d’en restituer la complexité, au-delà des interprétations partisanes qui en ont dominé l’étude dans un contexte de Guerre froide et en tenant compte du renouveau historiographique dont elle est l’objet61.

52Il y a plusieurs panaméricanismes – politique, économique, diplomatique, culturel – dont les buts et les orientations peuvent différer, d’autant plus si l’on considère la diversité des acteurs impliqués. La « machine » diplomatique panaméricaine n’a pas exclu des initiatives et des dynamiques plus spontanées et plus informelles. Enfin, on ne doit pas oublier que les Latino-Américains se sont, à diverses occasions, saisis du panaméricanisme, en tant que concept politique et idéologique, mais aussi en tant que pratique, sociabilité et promesse d’échanges fructueux entre les deux parties du continent.

  • 62 Corinne Pernet analyse par exemple le réseau qui se crée autour de Francisco Curt Lange, musicologu (...)

53La toile des échanges panaméricains a enfin généré ou contribué à produire un répertoire identitaire dans lequel ont été puisés, au niveau des nations latino-américaines, des éléments leur permettant de construire la singularité nationale. De fait, malgré des objectifs parfois divergents, les spécialistes du folklore du Nord et du Sud de l’Amérique ont constitué une communauté transnationale62, profitant de l’élaboration de diplomaties culturelles. L’Union panaméricaine, conjointement avec la Division culturelle du State Department et l’Office of Inter-American Affairs (OCIAA), ont largement contribué, par des fonds, par la collecte de matériel et le recensement des institutions dédiées au folklore et à la culture populaire à travers le continent, à la reconnaissance de ces expressions culturelles comme patrimoine de l’hémisphère occidental. Ce faisant, elles nourrissaient également l’affirmation des identités nationales latino-américaines, souvent pensées par les intellectuels de la région comme une autre manière de résister à l’emprise des États-Unis.

  • 63 Boletín de la Unión Panamericana, avril 1933, « El viajero a través de las Américas », Edición espe (...)

54Cette dialectique entre acception et rejet de ce que représentent les États-Unis et le panaméricanisme se joue également sur le terrain de la valorisation du territoire comme écrin de la nation, recélant des richesses qui sont peu à peu transformées en patrimoine et en opportunité pour un tourisme que l’on aspire à développer, notamment en Argentine et au Chili. L’Union panaméricaine a en effet participé, notamment par ses publications, à la constitution des pays d’Amérique comme destinations touristiques. Un numéro du Boletín de la Unión Panamericana, daté d’avril 1933, est ainsi entièrement consacré à vanter les atouts de chaque nation du continent dans ce domaine63. On rejoint là une tendance observable à l’échelle du continent, celle de la valorisation de la nature comme dimension constitutive de l’identité nationale. L’adoption, lors de la VIIIe Conférence internationale américaine (Lima, 1938), d’une « recommandation concernant la conservation des régions naturelles et des sites historiques » vient consacrer et alimenter cette dynamique.

55Ainsi, quand bien même l’évolution du système panaméricain à partir des années 1920 peut être lue comme le résultat de la volonté, aux États-Unis, de régionaliser la coopération intellectuelle et d’entrer en concurrence avec l’OCI et l’IICI, elle ne saurait être analysée comme un phénomène unidirectionnel renforçant l’influence de la grande république du Nord. L’Amérique latine dans son ensemble, et chacun des trois pays au cœur de notre étude, se sont saisis des opportunités et des ressources qu’un tel système offrait dans un sens parfois très éloigné des objectifs de ce dernier.

Notes

1 Martí José, « El congreso de Washington. Su historia, sus elementos y sus tendencias », Nueva York, 02-11-1889, in Política de Nuestra América, México, Siglo Veintiuno, 1987, p. 152.

2 Voir à ce sujet Ardao Arturo, « Panamericanismo y latinoamericanismo », in Leopoldo Zea, América latina en sus ideas, México, FCE, 1986, p. 157-172.

3 Voir Scarfi Juan Pablo, El imperio de la ley. James Brown Scott y la construcción de un orden jurídico interamericano, Buenos Aires, Fondo de Cultura Económica, 2014, p. 115-136.

4 Souligné par l’auteur.

5 Álvarez Alejandro, La réforme du Pacte de la Société des Nations sur des bases continentales et régionales, rapport présenté à la Ve session de l’Union juridique internationale, juin 1926, p. 12-13.

6 Robles Alfonso García, Le Panaméricanisme et la politique de bon voisinage, préface d’Alejandro Álvarez, Paris, Les Éditions internationales, 1938, p. 11.

7 Ibid., p. 29.

8 Sur les rapports de l’Argentine et du Chili au panaméricanisme, voir Mark Petersen, Argentine and Chilean Approaches to Modern Pan-Americanism, 1888-1930, Ph. D. Dissertation, University of Oxford, 2014.

9 Burns Bradford, The Unwritten Alliance : Rio Branco and Brazilian-American Relations, Columbia University Press, 1966, p. 151.

10 Soutomaior Luiz A. P., « O Pan-americanismo e o Brasil », Revista do IHGB, no 379, avril-juin 1993, p. 341.

11 Voir notamment Cisneros Andrés et Escudé Carlos (dir.), Historia general de las relaciones exteriores de la República Argentina, tomo VIII : Las relaciones con Europa y los Estados Unidos, 1881-1930, Buenos Aires, Grupo Editor Latinoamericano, Centro de Estudios de política exterior/Consejo argentino para las relaciones internacionales, 1999 et Tulchin Joseph S., Argentina and the United States : a conflicted relationship, Boston, Twayne, 1990.

12 Roque Sáenz Peña lors de la Conférence interaméricaine de Washington, cité dans Cisneros Andrés et Escudé Carlos (dir.), op. cit., disponible sur : http://www.argentina-rree.com/8/8-016.htm.

13 Sheinin David, Argentina and the United States at the 6th Panamerican Conference, London, University of London Press, Institute of Latin American Studies, 1991 ; Conil Paz Alberto A., La Argentina y los Estados Unidos en la Sexta Conferencia Panamericana (La Habana, 1928), Buenos Aires, Ed. Huemul, 1965.

14 MAE, SDN, no 55, Buenos Aires, 05-12-1928, lettre de l’ambassadeur de France en Argentine au ministre des Affaires étrangères.

15 Voir Sater William F., Chile and the United States. Empires in Conflict, Athens/London, The University of Georgia Press, 1990, p. 31-50.

16 Fermandois Joaquín, Mundo y fin de mundo. Chile en la política mundial, 1900-2004, Santiago de Chile, Pontífica Universidad Católica de Chile, 2004, p. 46.

17 Diego Portales (1793-1837), homme politique chilien, est à l’origine de la constitution de 1833.

18 Pike Fredrick B., Chile and the United States, 1880-1962. The emergence of Chile’s Social Crisis and the Challenge to United States Diplomacy, Notre Dame, University of Notre Dame Press, 1963, p. 25.

19 Il est au pouvoir de 1920 à 1925.

20 Arturo Alessandri dans un article de El Mercurio, 11-06-1926, cité par Muñoz Heraldo et Portales Carlos, Una amistad esquiva. Las relaciones de Estados Unidos y Chile, Santiago, Pehuén, 1987, p. 39-40.

21 Cité par Fermandois Joaquín, op. cit., p. 90.

22 Mark J. Petersen, « The “Vanguard of Pan-Americanism. Chile and Inter-American Multilateralism in the Early Twentieth Century », in Juan Pablo Scarfi et Andrew Tillman (ed.), Cooperation and Hegemony in US-Latin American Relations. Revisiting the Western Hemisphere Idea, New York, Palgrave Macmillan, 2016, p. 111-137.

23 Ricardo Dolz, en 1928, lors de l’Inter-American Congress of Rectors, Deans, and Educators in General. (Habana, Cuba, February 20-23, 1930. Report of the Chairman of the Delegation of the United States of America, Publication of the Department of State. Conference Series, no 8, Washington, Government Printing Office, 1931).

24 Pour une approche du panaméricanisme d’un point de vue culturel, voir Richard Cándida Smith, Improvised Continent. Pan-Americanism and Cultural Exchange, Philadelphia, University of Pennsylvania Press, 2017.

25 Espinosa Juan Manuel, Inter-American Beginnings of U.S. Cultural Diplomacy, 1936-1948, Washington, U.S. Government Printing Office, 1977.

26 Cité par Robertson William Spence, Hispanic-American Relations with the United States, New York, Oxford University Press, 1923, p. 409.

27 À ce sujet, voir le chapitre « L’Amérique latine entre deux rives ».

28 Cette dynamique est étudiée par Ricardo D. Salvatore, « Library accumulation and the emergence of Latin American Studies », Comparative American Studies. An International Journal, vol. 3, no 4, 2005, p. 415-436 et dans Delpar Helen, Looking South : the Evolution of Latin Americanist Scholarship in the United States, 1850-1975, Tuscaloosa, The University of Alabama Press, 2008.

29 Bruno Paula, « Estados Unidos como caleidoscopio. Ensayo sobre las observaciones de viajeros y diplomáticos argentinos del fin de siglo », Revista Complutense de Historia de América, vol. 39, 2013, p. 23-38.

30 Arndt Richard T., The First Resort of Kings, American Cultural Diplomacy in the 20th Century, Washington D.C., Potomac Books, 2005.

31 Notamment dans From Nationalism to Internationalism : U.S. Foreign Policy to 1914, Londres, Routledge, 2002 et dans The Cambridge History of American Foreign Relations. Volume III. The Globalization of America, 1913-1945, Cambridge, Cambridge University Press, 1993.

32 Cité par Espinosa Juan Manuel, op. cit., p. 70.

33 Castro Ossandón Hernán, Cooperación intelectual americana, Memoria de prueba para optar al grado de licenciado en la Facultad de Ciencias Jurídicas y Sociales de la Universidad de Chile, Santiago, 1944, p. 16.

34 Nous reviendrons sur ces dernières dans notre chapitre « Comment être (latino)-américain ».

35 Gellman Irwin, Good Neighbor Diplomacy : United States in Latin America 1933-1945, Baltimore, John Hopkins University Press, 1979, p. 145.

36 Cet institut est créé en 1926 suite au IVe congrès panaméricain de l’enfant, qui a lieu à Santiago du Chili en 1924. Voir notamment Eduardo Silveira Netto Nunes, « Redes científicos-intelectuais na América Latina : o papel do Boletín del Instituto Interamericano del Niño, na década de 1930-1940 », Anais Eletrônicos do VIII Encontro Internacional da ANPHLAC, Vitória, 2008, disponible sur : http://anphlac.org/upload/anais/encontro8/eduardo_silveira_netto_nunes.pdf.

37 Sur cet Institut et sur James Brown Scott, voir Scarfi Juan Pablo, El imperio de la ley, op. cit.

38 Voir Pablo Palomino, « Nationalist, Hemispheric, and Global : “Latin American Music” and the Music Division of the Pan American Union, 1939-1947 », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [en ligne], Images, mémoires et sons, disponible sur : http://nuevomundo.revues.org/68062 (mis en ligne le 11 juin 2015, consulté le 29 juin 2015).

39 Álvarez Alejandro, La réforme du Pacte de la Société des Nations sur des bases continentales et régionales, rapport présenté à la Ve Session de l’union juridique internationale, juin 1926, p. 15.

40 Voir notre chapitre « “Construyendo Nuestra América”. Dynamiques de coopération intellectuelle en Amérique latine ».

41 Leo S. Rowe (1871-1946) est un acteur clé de la dynamique panaméricaine de coopération intellectuelle, par son rôle comme directeur de l’Union panaméricaine de 1920 à 1946 et par les liens qu’il établit en Amérique latine – en particulier en Argentine et au Chili – dès le début du xxe siècle. Voir Muñoz-Asenjo Miguel Antonio, « Las visitas de Leo Stanton Rowe a Chile y sus ideas en torno a la Cooperación Intelectual entre Sudamérica y Estados Unidos, 1907-1915 », Latin American Journal of International Affairs, vol. 3, no 1, 2011, p. 52-71 et Salvatore Ricardo D., « The Making of a Hemispheric Intellectual-Statesman : Leo S. Rowe in Argentina (1906-1919) », The Journal of Transnational American Studies, vol. 2, no 1, 2010, 36 p.

42 Inman Samuel Guy, « Backgrounds and Problems in Intellectual Exchange », in Inter American Intellectual Interchange, Institute of Latin American Studies of the University of Texas, 1943, p. 7.

43 Voir Whitaker Arthur P., The Western Hemisphere Idea : its Rise and Decline, New York, Cornell University Press, 1954, p. 123-124.

44 Castro Ossandón Hernán, op. cit., p. 39.

45 AUN, A XI 11, Mémorandum joint à un courrier adressé à Daniel Secrétan, 27-09-1939 : « Programa de cooperación intelectual de la Unión Panamericana », par Concha Romero James.

46 Ibid.

47 Ibid. Afin de favoriser cette action et d’encourager les universités nord-américaines à intégrer à leurs cursus de telles matières, la section publie, en 1931 et en 1936, des rapports sur les cours existants.

48 Berger Mark T., « A Greater America ? Pan Americanism and the Professional Study of Latin America, 1890-1990 », in David Sheinin (ed.), Beyond the ideal : Pan Americanism in Inter-American affairs, Westport, Greenwood Press, 2000, p. 46.

49 Castro Ossandón Hernán, op. cit., p. 36.

50 Boletín de la Unión Panamericana, octubre 1929, p. 1076

51 AUN, A XI 11, Mémorandum joint à un courrier adressé à Daniel Secrétan, 27-09-1939…

52 AUN, A III 63, Primera conferencia Americana de comisiones nacionales de Cooperación intellectual, Actas e informes, Imprenta Universitaria, Santiago, 1939, rapport de Concha Romero James, « Programa de cooperación intelectual de la Unión Panamericana », p. 113, nous soulignons.

53 AUN, A XI 11, Mémorandum joint à un courrier adressé à Daniel Secrétan…

54 Ibid.

55 Ibid.

56 AUN, A III 63, Primera conferencia Americana…, op. cit., p. 115.

57 Ibid.

58 Inman Samuel Guy, « Backgrounds and Problems in Intellectual Exchange », art. cité, p. 9.

59 Ibid.

60 Salvatore Ricardo D., « The Making of a Hemispheric Intellectual-Statesman : Leo S. Rowe in Argentina (1906-1919) », art. cité, p. 4.

61 L’ouvrage suivant peut être considéré comme le « coup d’envoi » de ce renouveau : Sheinin David (ed.), Beyond the ideal : Pan Americanism in Inter-American affairs, Westport, Greenwood Press, 2000.

62 Corinne Pernet analyse par exemple le réseau qui se crée autour de Francisco Curt Lange, musicologue allemand qui s’installe à Montevideo en 1930. Ce dernier crée en 1935 le Boletín Latinoamericano de Música, grâce auquel il établit des contacts avec des spécialistes de musique dans de nombreux pays du sous-continent (de Corinne Pernet, « “For the Genuine Culture of the Americas”. Musical Folklore and the Cultural Politics of Pan-Americanism », in Jessica Gienow-Hecht [ed.], De-centering America, New York, Berghahn Books, 2008, p. 141-142).

63 Boletín de la Unión Panamericana, avril 1933, « El viajero a través de las Américas », Edición especial dedicada al día de las Américas.

© Presses universitaires de Rennes, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540