Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Diplomaties culturelles et fabrique des identités

 | 
Juliette Dumont

Première partie. La scène internationale

Chapitre I

L’Amérique latine sur la scène genevoise

Texte intégral

1Il est indispensable de consacrer un chapitre aux relations entre l’Amérique latine et la SDN. Tout d’abord parce que celle-ci constitue un des principaux cadres du nouvel ordre mondial mis en place au lendemain de la Première Guerre mondiale, mais aussi l’occasion, pour les pays latino-américains, de participer à un concert des nations jusque-là uniquement européen. La tentation est grande de conférer une sorte d’exceptionnalité à l’Amérique latine mais les espoirs suscités par la création de la SDN n’ont pas existé que de l’autre côté de l’Atlantique :

  • 1 Gueslin Julien, La France et les petits États baltes : réalités baltes, perceptions françaises et o (...)

« Établissant l’égalité entre tous les États, elle semble permettre aux petits États de jouer un certain rôle dans l’aréopage international et de se sentir quelque peu en sécurité si, bien sûr, les principes genevois continuent à être approuvés par la majorité des États. L’institution genevoise favorise de même la coopération, la diffusion de normes et l’équilibre économique de ses membres1. »

2Cette analyse peut être dans une grande mesure appliquée aux États latino-américains et éclairer ainsi la manière dont ils percevaient la SDN.

3Néanmoins, les relations particulières qui existent entre l’Europe et le sous-continent, où se mêlent fascination et rejet pour le Vieux Continent, donnent à la participation latino-américaine aux travaux de l’organisme genevois une coloration particulière. C’est l’objet du premier temps de ce chapitre, où nous analyserons aussi bien les attentes que les déceptions nées de la création et du fonctionnement de la SDN. Dans un deuxième temps, nous envisagerons dans le détail le positionnement des trois pays qui constituent l’objet de notre étude pour saisir ce que leur attitude vis-à-vis de cet organisme révèle quant à leur politique extérieure et leur positionnement sur la scène internationale.

L’Amérique latine à la Société des Nations : une voix singulière

4En 1920, 16 pays latino-américains comptent parmi les 42 membres fondateurs de la nouvelle organisation internationale. Plus tard, quatre autres rejoignent ses rangs tandis que d’autres la quittent. Cet engouement pour la SDN, Warren H. Kelchner l’explique en 1930 par le fait qu’

  • 2 Kelchner Warren H., Latin American relations with the League of Nations, Boston, World Peace Founda (...)

« être membre leur conférait le prestige de voir leurs délégués prendre place à côté de ceux des États les plus influents. Et si la nécessité se faisait sentir, elle [la SDN] pouvait être utilisée comme un possible contrepoids à l’influence prépondérante des États-Unis dans l’hémisphère occidental2 ».

5Le contexte américain est donc primordial pour saisir les raisons qui ont poussé la quasi-totalité des pays de l’Amérique latine à vouloir être partie prenante de ce qui se passait sur la scène européenne. Cela ne passe pas inaperçu en Europe, où certains estiment qu’il y a là un moyen de reconquérir le terrain perdu face à l’influence des États-Unis.

  • 3 Voir à ce sujet Compagnon Olivier, « “Si Loin, si proche…” La Première Guerre mondiale dans la pres (...)

6En 1927, dans sa thèse de doctorat consacrée à la place de l’Amérique latine dans l’organisation genevoise, le juriste et diplomate paraguayen Venancio B. Galeano voit également dans la SDN des avantages économiques, qui préfigurent d’une certaine façon la future Organisation mondiale du commerce. Par ailleurs, il insiste sur le fait que les pays latino-américains ont intérêt à renforcer une institution à vocation pacifiste. Non qu’il craigne un conflit en Amérique, mais il perçoit avec acuité les conséquences économiques, politiques et géopolitiques qu’aurait pour la région un nouveau conflit sur le Vieux Continent, tirant notamment les leçons de la Grande Guerre qui a mobilisé les opinions bien au-delà du théâtre des affrontements, et qui a eu par conséquent des retombées dans des pays, comme l’Argentine ou le Brésil par exemple, dont la population comptait de nombreux immigrés européens3.

7C’est donc, au début, avec enthousiasme que la création de la Société des Nations est accueillie par un certain nombre d’intellectuels et de diplomates latino-américains, espérant voir le sous-continent jouer un rôle à Genève et quitter ainsi la place d’éternelle périphérie des relations internationales.

« Jeunes, impétueuses et optimistes » : les nations latino-américaines à la SDN

  • 4 Guillén Jorge, « L’Amérique latine à Genève », Bulletin de l’Amérique latine, décembre 1920-janvier (...)

8Incontournables : ainsi veulent désormais apparaître les pays latino-américains qui ont rejoint la SDN. Celle-ci devient une enceinte dans laquelle leur voix peut désormais compter, où peuvent également être redéfinis les liens qui les unissent à l’Europe. Voilà qui est capital pour comprendre l’attitude des nations américaines à Genève. On y perçoit à la fois une certaine forme d’allégeance, mais aussi le désir d’être prises au sérieux, de montrer que l’Amérique est capable, dans un renversement des tendances antérieures, d’apporter quelque chose au « berceau de la civilisation ». Cela revient aussi à battre en brèche l’idée selon laquelle leur « jeunesse », en comparaison avec des pays européens dont l’histoire compte plusieurs siècles, serait un handicap. « Jeunes, impétueuses, optimistes4 », ces nations sont à même d’apporter à une SDN née de la guerre, affaiblie par l’absence des États-Unis et dominée par le « Vieux Continent », un souffle salutaire.

  • 5 Termes utilisés par Castro Oyanguren Enrique, « Les républiques d’Amérique latine à la Société des (...)
  • 6 Ainsi sont qualifiées, par Jorge Guillén, les interventions des délégués latino-américains à Genève (...)
  • 7 Castro Oyanguren Enrique, art. cité, p. 68.
  • 8 Ibid.

9C’est ainsi que se construit, sur la scène européenne, une certaine image de l’Amérique latine, qui est le fait non seulement des acteurs européens mais aussi, de façon plus inédite, des Latino-Américains eux-mêmes. Elle est autant le reflet de la manière dont ces derniers souhaitent être perçus sur la scène internationale que des représentations traditionnellement associées au sous-continent par les pays de la Vieille Europe. « Généreuse », « idéaliste », « courageuse5 », « fervente6 », partisane du progrès, experte en droit international, telle est l’Amérique latine que ses représentants ont donné à voir à la SDN. Forte d’un tel « patrimoine moral7 », encline, par son histoire, au pacifisme, il semblerait normal qu’elle joue un rôle de premier plan dans la nouvelle organisation. S’élabore ainsi toute une phraséologie visant à montrer que le sous-continent représente l’avenir : « En face du vieux monde, divisé par des hostilités irréductibles, se dresse le nouveau continent, temple de lumière plein d’espoirs et de promesses8. »

  • 9 Ibid.

10L’autre versant de l’image du sous-continent à la SDN renvoie à une certaine utopie européenne du Nouveau Monde, perçu comme une terre de cocagne, un Eldorado. C’est en tout cas ce à quoi l’on songe lorsque le Chilien Enrique Castro Oyanguren parle de « la jeune Amérique […] débordante de ressources matérielles, avec un sol fertile au point de pouvoir alimenter une humanité nouvelle9 ».

  • 10 MAE, SDN, no 55, Milhaud Darius, « Entre le panaméricanisme et la SDN. Le point de vue argentin », (...)
  • 11 MAE, SDN, no 55 Argentine, Buenos Aires, 12-01-1921, lettre de M. Clausse, ministre de France en Ar (...)

11Cette image de l’Amérique latine connut-elle une postérité au-delà des cercles latino-américains ? Si l’on considère les mots de Darius Milhaud qui, en 1928, parle de « cette admirable Amérique du Sud, si séduisante par son enthousiasme et la fraîcheur de ses sentiments10 », ou ceux de l’ambassadeur français à Buenos Aires, qui qualifie les pays sud-américains de « jeunes, riches et prospères11 », on peut avancer que la rhétorique des promoteurs de l’Amérique latine à la SDN a fait son chemin. Surtout lorsque l’on lit, sous la plume du même diplomate que « l’Amérique du Sud apparaît comme le pays [sic] du monde où la guerre peut être le plus facilement évitée ». Un succès tempéré par la suite des propos dudit diplomate : « Le climat généralement très chaud rend la race passive, indolente : elle n’a pas l’humeur entreprenante et combative des Germains et des Anglo-Saxons. »

12Cette dernière citation montre à quel point les stéréotypes à propos du Nouveau Continent sont encore bien présents en Europe où, malgré les efforts des représentants latino-américains, une certaine condescendance est toujours de mise vis-à-vis de ces États encore « jeunes ». C’est pourquoi l’espoir initial suscité par la création de la SDN céda vite la place aux désillusions et aux critiques.

Critiques et désillusions

  • 12 Sur les rapports entre la SDN et les États-Unis, voir Tournès Ludovic, Les États-Unis et la Société (...)

13Si tous les pays latino-américains n’ont pas quitté la SDN avec autant de fracas que le Brésil en 1926, ils ont été nombreux à s’être retirés : sur les 16 membres fondateurs, seuls 5 d’entre eux vont rester jusqu’au bout. Cette désaffection à l’égard de la SDN peut se lire comme le résultat d’une lassitude devant son eurocentrisme, de l’éloignement géographique et des progrès de l’Union panaméricaine, qui vont de pair avec l’influence croissante des États-Unis dans la région et son attitude ambiguë face à l’organisme genevois12.

14On peut même remonter au tout début de l’existence de la SDN pour saisir les origines du désenchantement latino-américain. La faute originelle de l’organisation genevoise est ainsi résumée par le juriste chilien Alejandro Álvarez :

  • 13 Álvarez Alejandro, La réforme du Pacte de la Société des Nations sur des bases continentales et rég (...)

« Le Pacte de la SDN a été établi d’une façon très hâtive, au lendemain même de la Grande Guerre et seulement par les représentants des puissances victorieuses. Il n’a pas été fondé sur l’expérience ni précédé d’un travail scientifique, qui prenne notamment en considération la vie américaine […]13. »

  • 14 Ibid., p. 29.

15Cette dernière phrase montre bien que le caractère eurocentré de l’organisation genevoise a été dès le départ une évidence pour les pays latino-américains qui refusaient que la singularité du sous-continent, notamment en matière de droit international, soit dissoute dans des principes et des préoccupations purement européens. Outre les reproches d’ordre général, c’est la fausse universalité du pacte qui est dénoncée car elle empêche le continent américain « d’exercer son influence à ce point de vue, et de coopérer librement, notamment au point de vue économique, avec les autres continents, spécialement avec l’Europe14 ».

  • 15 Voir Wehrli Yannick, « A Dangerous League of Nations : The Abyssinian War and Latin American Propos (...)

16Par ailleurs, il y a un malaise des représentants de l’Amérique latine à la SDN vis-à-vis des sujets traités par l’institution genevoise. De fait, les Latino-Américains ne se sentaient pas forcément à même d’intervenir dans des questions qui leur étaient peu familières et pour lesquelles ils redoutaient de paraître s’immiscer dans des débats qui ne les concernaient pas. C’est particulièrement le cas en 1935, lorsque la SDN décide d’appliquer des sanctions contre l’Italie suite à la campagne d’Éthiopie15. Les pays latino-américains membres de l’organisation genevoise se retrouvent en effet parties prenantes d’un conflit lointain et doivent appliquer des sanctions économiques contre un État avec lequel un certain nombre d’entre eux entretiennent des relations commerciales.

  • 16 Voir McPherson Alan, « Anti-Imperialism and the Failure of the League of Nations », in Alan McPhers (...)

17Il y a enfin une dernière raison qui explique la désaffection des pays-latino-américains vis-à-vis de la SDN : avec les années, celle-ci apparaît trop faible, incapable de résoudre les conflits aigus qui pourraient surgir entre les grandes puissances. Par ailleurs, dans le cas de l’Amérique latine, l’espoir que la Société pourrait représenter un contrepoids à la croissante influence des États-Unis s’estompe peu à peu16.

18Si les motifs sont nombreux et importants pour expliquer la désaffection manifestée envers la SDN par les pays d’Amérique latine, il ne faudrait pas conclure à leur éloignement total de la scène genevoise et européenne. En outre, le fait qu’un certain nombre de juristes latino-américains se soient penchés sur la meilleure manière de réformer le pacte de la SDN afin de le débarrasser de ses défauts originels et de garantir une réelle universalité à cette institution révèle leur intérêt pour cette institution.

Le Brésil, le Chili et l’Argentine à la SDN

19Nous n’avons pas l’ambition de retracer dans son intégralité l’histoire des relations de l’Argentine, du Brésil et du Chili avec la SDN. Ce qui nous intéresse ici c’est de voir comment le forum multilatéral qu’est l’institution genevoise leur a permis de divulguer une certaine image d’eux-mêmes en Europe. Cette brève étude de leur place et de leur rôle à Genève nous permettra par ailleurs de saisir les caractéristiques de la politique extérieure de ces trois États. Leur positionnement à la SDN est en effet révélateur d’un certain nombre de choix en la matière, tout comme de leur ambition internationale et régionale.

Le Brésil : de l’engagement total au retrait fracassant17

  • 17 Dans le cadre de ce travail, nous ne reviendrons pas en détail sur l’histoire du Brésil à la SDN, e (...)

20Le Brésil, seul pays d’Amérique latine à avoir participé au conflit, est présent à la conférence de paix de Paris en 1919 et sa délégation fait partie de la Commission chargée d’élaborer le projet d’organisation de la SDN. Durant les travaux de cette commission, il se bat pour faire entendre sa voix, pour que les « puissances mineures » ne soient pas cantonnées à un second rôle et que la future organisation ne se réduise pas à un « club de grandes puissances ». En 1919, le Brésil a gagné en visibilité sur la scène internationale et ses relations avec les grandes puissances sont bonnes. Celles-ci entérinent cette nouvelle position en élevant leurs représentations diplomatiques à Rio de Janeiro au rang d’ambassades : il en est ainsi de la Grande-Bretagne, de l’Italie, de la France. Cette apparente intégration du Brésil dans le monde des nations « civilisées » suscite chez les élites brésiliennes une grande fierté nationale et l’illusion de pouvoir jouer désormais dans la cour des grands.

21Cela explique par exemple la volonté du gouvernement brésilien d’envoyer une délégation de quatre personnes à la conférence de 1919, notamment pour des raisons de politique interne. Il s’agissait de montrer à l’opinion publique que le Brésil faisait bel et bien son entrée sur la scène internationale, par la grande porte, aux côtés des grandes puissances. Celles-ci n’acceptent pas la requête du Brésil, jugeant que celui-ci n’avait eu qu’une participation mineure au conflit. Est alors sollicité l’appui de Washington, qui plaide la cause brésilienne, surtout auprès de la Grande-Bretagne. Le Brésil obtient finalement trois sièges.

22L’intervention des États-Unis en faveur du Brésil sur la question du nombre de délégués et, plus généralement, l’appui nord-américain en faveur de ce pays lors de la conférence de 1919 sont décisifs pour la percée menée par le Brésil sur la scène internationale. C’est en effet également sur la proposition du président Wilson que le Brésil est désigné avec l’Espagne, la Belgique et la Grèce, comme l’un des quatre membres non-permanents du Conseil de la SDN. Il est ensuite élu à ce poste, sans interruption, de 1920 à 1925. Outre sa participation au conflit et l’appui des États-Unis, le Brésil doit à son engagement réel dans les travaux de la SDN cette confiance renouvelée.

23Pourtant, en 1926, suite à une Assemblée extraordinaire de la SDN, le Brésil quitte avec fracas l’organisation genevoise alors qu’il en a été un membre actif depuis sa création. Le gouvernement brésilien, encouragé par la bonne position dont jouissait le Brésil à la SDN, postule, en 1923, à un siège permanent au Conseil de la SDN. Cet objectif devient la ligne directrice de la politique extérieure brésilienne à partir de 1922.

  • 18 MAE, Correspondance politique et commerciale no 52, Le Brésil et la Société des Nations, Paris, le  (...)
  • 19 Ibid.
  • 20 Sur ce sujet voir Skidmore Thomas, Preto no branco : raça e nacionalidade no pensamento brasileiro, (...)

24L’argumentaire brésilien pour appuyer cette demande repose sur plusieurs points. Le premier est d’ordre géographique : « Le Brésil est le plus grand pays, en territoire continu, non seulement de l’Amérique, mais aussi du monde. Le Brésil est plus grand, en effet, que les États-Unis sans l’Alaska […]18. » Son immense territoire constitue un des leitmotivs de la diplomatie brésilienne pour justifier la recherche d’une place de choix sur la scène internationale. Ses dimensions lui permettent d’avoir des « intérêts communs » avec tous les autres pays d’Amérique latine par ses frontières. Aussi peut-il se présenter comme étant au cœur de la géopolitique sud-américaine. Corollaire de son imposant territoire, sa population nombreuse au dynamisme démographique notable. On retrouve là aussi un argument régulièrement utilisé. En revanche, le diplomate Federico Castelo Branco Clark, auteur de l’argumentaire, innove dans la mesure où il ajoute que cette croissance démographique est « d’autant plus notable que dans la formation de ce total, le contingent fourni par l’immigration a été seulement de 10 %, tandis que celui des États-Unis a été de 35 % et celui de l’Argentine de 50 %. Le Brésil, donc, forme le bloc national le plus compact, le plus homogène de l’Amérique19 ». En mettant en avant non seulement l’importance numérique de la population brésilienne, mais également sa composition, ce membre de la délégation permanente du Brésil à la SDN offre de son pays une image peu conventionnelle, en rupture avec les intellectuels brésiliens du début du siècle qui rêvaient de « blanchir la race » grâce à l’apport migratoire20. La suite de son plaidoyer est plus conforme à l’image que les milieux diplomatiques et politiques brésiliens souhaitent imposer à l’extérieur, celle d’un Brésil terre de cocagne, civilisé et actif sur le plan international. Toujours dans cette perspective, Federico Castelo Branco Clark évoque « son histoire, ses traditions diplomatiques, sa culture, sa Constitution d’un libéralisme inégalé »… et « son rôle très actif et très influent dans les questions panaméricaines ». Voilà le cœur de la seconde partie de l’argumentaire du diplomate brésilien. En effet, il s’agit pour le Brésil d’apparaître, en l’absence des États-Unis, comme le représentant légitime de l’Amérique au Conseil de la SDN. Il en va, selon ses termes, de l’universalité de cette institution.

25Cette ambition doit être également considérée à l’aune du contexte politique brésilien : Artur Bernardes vient d’être difficilement élu président et cherche à asseoir son autorité à l’intérieur du pays en consolidant son rayonnement extérieur. Dès lors, les événements internationaux ne sont plus considérés que dans une perspective nationale. En faisant du siège permanent son cheval de bataille, Artur Bernardes tente de montrer sur la scène internationale une cohésion interne qui n’existe pas et qu’il essaie ainsi de créer. Cette ambition se heurte à deux obstacles : l’absence de soutien de la part des pays latino-américains que le Brésil compte représenter au Conseil, et, malgré ses efforts, sa condition subalterne sur la scène internationale. À cela s’ajoute le poids du contexte européen. La signature des accords de Locarno, en 1925, change en effet la donne en réintégrant l’Allemagne dans le concert des nations. Celle-ci, dans la voie ouverte par ces accords, postule également à un siège permanent. D’autres pays s’engouffrent dans cette brèche et les candidatures se multiplient – la Chine, la Belgique ou la Pologne par exemple – rendant de plus en plus improbable la réussite du Brésil. C’est à ce moment-là que le président brésilien formule la ligne de conduite à suivre lors de l’Assemblée extraordinaire de mars 1926 : « vaincre ou ne pas perdre », faisant de l’obtention d’un siège permanent une question de dignité nationale. Cette intransigeance aboutit à une décision extrême, qui est le veto brésilien à l’adhésion de l’Allemagne à la SDN. Devant le tollé suscité par la décision brésilienne et la certitude que ses prétentions ne seraient pas satisfaites, Artur Bernardes décide du retrait du Brésil d’une « Ligue des grandes puissances, quasi-exclusivement européennes ».

26Stanley Hilton résume ainsi ce que furent les rapports entre le Brésil et la SDN :

  • 21 Hilton Stanley, « Latin America and Western Europe, 1880-1945 : the political dimension », in Wolf (...)

« Le fort intérêt du Brésil pour la SDN avant 1926, et son retrait abrupt après avoir échoué à s’assurer un siège permanent au Conseil […], semblent justifier les conclusions d’un analyste du Foreign Office qui affirmait que “[…] ce n’était pas tant le fait d’être représenté au Conseil qui était recherché que le prestige que lui conférait sa place dans le cercle des Grandes puissances, auquel il ne pouvait légitimement appartenir”21. »

Le Chili : une trajectoire exemplaire en Amérique latine

  • 22 Fermandois Joaquín, Mundo y fin de mundo. Chile en la política mundial 1900-2004, op. cit, p. 85. L (...)

27Le Chili est le troisième pays latino-américain à exprimer son désir d’adhérer à la SDN. Ce pays devient membre le 10 janvier 1920. Pourtant, si l’on suit les analyses de Joaquín Fermandois, la création de la SDN constitue en premier lieu une menace pour le Chili. En effet, elle ouvrait la voie à des demandes de révision des traités conclus entre ce pays d’une part, la Bolivie et le Pérou d’autre part22. De fait, lors des deux premières années d’existence de l’organisme genevois, les représentants chiliens mettent tout en œuvre pour que la question de Tacna et Arica ne figure pas à l’ordre du jour, et qu’il ne soit pas question de la révision du traité d’Ancón (1883) ou de celui conclu avec la Bolivie en 1904. Cette situation amène les Chiliens à être très présents au sein de la SDN, alors même que l’importance du pays sur la scène internationale ne semblait pas devoir justifier une telle activité.

28Ainsi, dès septembre 1920, est créée une mission diplomatique spéciale chargée des relations avec la SDN au sein du ministère chilien des Relations extérieures. Outre le fait que le Chili obtient dès 1922 la présidence de l’Assemblée, ses délégués participent à quasiment toutes les commissions de 1923 à 1926.

  • 23 Manuel Rivas Vicuña fait partie de la délégation permanente du Chili à Genève et y demeure jusqu’en (...)
  • 24 MRE Chili, SDN, 1935, dossier 1484, Genève, 18-04-1935, lettre de Manuel Rivas Vicuña au ministre d (...)

29L’empressement du Chili à prendre une part active aux travaux de la SDN doit aussi être interprété à l’aune de ses relations ambivalentes avec les États-Unis. S’il n’est pas question, au lendemain d’une Première Guerre mondiale qui a bouleversé les équilibres internationaux, en particulier en termes économiques, de tourner le dos au grand voisin du nord, il s’agit pour le Chili de trouver un équilibre qui lui permette de conserver une certaine autonomie. À l’instar d’autres républiques latino-américaines, le Chili considère donc la SDN comme un rempart contre l’influence grandissante des États-Unis et une source de prestige sur une scène internationale que ces derniers, malgré leur isolationnisme, dominent en partie. Comme l’écrit Manuel Rivas Vicuña23, la SDN constitue « l’équilibre des puissants et le rempart des faibles24 ».

  • 25 MRE Chili Memorias, 1923-1926, p. 459, extrait du discours de M. Yánez, représentant du Chili à l’A (...)
  • 26 MRE Chili, SDN, 1935, dossier 1484, Genève, 18-04-1935, lettre de Manuel Rivas Vicuña au ministre d (...)

30L’engagement du Chili dans cet organisme est en effet lié à la perception qu’a ce pays de son poids sur la scène internationale. Si ses gouvernants aspirent à lui faire jouer un rôle dans le concert des nations, ils sont conscients de ses faiblesses. La position géographique du Chili, entre cordillère des Andes et Pacifique, en fait un finis terrae et confère à son insertion dans les relations internationales une spécificité certaine. Petit en ce qui concerne sa population, son armée et sa « force matérielle », mais « grand pour sa valeur, ses traditions glorieuses et son ardeur au travail et qui a, comme tous les peuples latins ici représentés, la même façon de comprendre la vie, le droit et la justice25 ». On voit là se dessiner en creux la manière dont les représentants du Chili bâtissent l’identité internationale de leur pays : un pays démocratique, pacifiste, « ami constant de la paix et qui n’a ni ambitions territoriales ni aspirations hégémoniques sur le Continent ou le Pacifique26 ».

31Aussi, lorsqu’est finalement signé un traité entre le Chili et le Pérou et que celui-ci est enregistré par la SDN en septembre 1920, les représentants chiliens y voient la consécration de leurs efforts pour donner de leur pays une image positive. Le Secrétariat général insiste notamment pour que la cérémonie d’enregistrement du traité égale en solennité celle qui a eu lieu pour la signature du pacte de Locarno. Cette manifestation, parmi d’autres, ressemblait à l’adoubement que le Chili espérait recevoir au regard de son implication dans l’organisme genevois.

32Il ne faudrait cependant pas en déduire qu’il régnait au Chili une ambiance entièrement propice à ce dernier et qu’il y existait une opinion publique aussi curieuse que favorable à la SDN.

33Les années 1930, qui voient l’institution genevoise confrontée au conflit italo-éthiopien et à la guerre civile espagnole, ainsi qu’au retrait de l’Allemagne puis de la Chine, ne lui permettent pas d’effacer les doutes persistants quant à son utilité, notamment en Amérique latine, et en particulier au Chili.

34Le conflit italo-éthiopien, et les sanctions prises contre l’Italie, pèsent très lourd dans les incertitudes chiliennes vis-à-vis d’un organisme censé garantir l’équilibre des relations internationales du Chili. La crainte de se voir compromis dans un conflit européen va ainsi grandissant et aboutit finalement à l’annonce du retrait de ce pays lors d’une réunion du Conseil le 9 mai 1938. Lors de son discours, le représentant chilien, Agustín Edwards, prend cependant bien soin de ne pas faire de ce retrait une manifestation de rejet vis-à-vis de l’Europe ; ses paroles reflètent la difficulté pour un pays comme le Chili de choisir le camp des démocraties contre celui de l’Allemagne ou de l’Italie. À l’image du Brésil ou de l’Argentine, le Chili ne souhaite pas renoncer aux liens, notamment commerciaux, qu’il entretient avec les deux camps. C’est donc l’échec de la réforme du pacte qui est mis en avant pour expliquer la décision chilienne, notamment pour contrer les rumeurs selon lesquelles celle-ci serait due aux pressions allemandes et italiennes. Il est en tout cas certain que le contexte européen et la « montée des périls » ont pesé lourd pour un pays tel que le Chili ; ainsi Agustín Edwards clôt-il son discours par un aveu d’impuissance :

  • 27 MRE Chili, Memorias, 1938, p. 417.

« Que peut faire pour la paix européenne un État désarmé comme le Chili, sinon s’abstenir de contribuer aux querelles et différends, et se tenir éloigné des discussions et des résolutions à l’origine de ces mésententes ? Rester neutre est à tout le moins un outil d’apaisement par défaut27. »

35 La SDN est donc passée, pour les petits pays peu armés, du statut de refuge à celui de menace.

  • 28 MAE, Correspondance politique et commerciale, no 44, dossier 4, Bogotá, 25-06-1938, lettre de M. d’ (...)

36Selon certains observateurs, notamment M. Podestá Costa, argentin, l’attitude du Chili est en réalité à lire à l’aune de sa situation intérieure et de ses difficultés économiques, et il attribue son départ de Genève à « son désir de faire des manifestations de grande puissance et de détourner ainsi l’attention de l’opinion publique des problèmes intérieurs28 ».

L’Argentine et la SDN, entre ambitions internationales et politique intérieure

37L’Argentine est invitée à adhérer au pacte de la Société des Nations dès janvier 1920 et le président argentin, Yrigoyen, accuse réception de l’invitation et transmet la ratification du gouvernement argentin… mais pas celle de la Chambre des députés et du Sénat, pourtant indispensable. Or il faut attendre 1933 pour que ces deux institutions ratifient l’adhésion argentine. La situation de ce pays vis-à-vis de l’organisation genevoise demeure donc jusqu’à cette date confuse et est l’objet de débats intérieurs comme de spéculations dans les cercles diplomatiques étrangers. L’ambiguïté est d’autant plus forte que l’Argentine s’est fait représenter dans plusieurs commissions importantes, notamment le comité du Conseil chargé d’élaborer le règlement des élections au Conseil, la Commission préparatoire de la conférence du Désarmement, le Comité d’arbitrage et de sécurité.

  • 29 Voir Llairo Maria Montserrat, Siepe Raimundo, Argentina en Europa. Yrigoyen y la Sociedad de las Na (...)

38Comment en est-on arrivé à cette situation ? Comment expliquer la volte-face de ce pays, et en particulier celle du président Yrigoyen ? Les réticences argentines devant la manière dont les vainqueurs de la guerre monopolisèrent les débats sur la création du nouvel organisme et donc la défense d’une certaine vision des relations internationales peuvent être considérées comme le point de départ des relations complexes entre ce pays et la SDN. Le déroulement de la première Assemblée de la SDN, qui est marqué par une intervention de la délégation argentine… et par le retrait de celle-ci, signe le début d’un processus qui verrait l’Argentine s’éloigner de Genève jusqu’en 1933. Durant cette première session de l’Assemblée, la délégation argentine, présidée par Honorio Pueyrredón, propose divers amendements au pacte et défend une plus ample démocratisation de la Société. Or l’Assemblée décide d’ajourner les discussions de toutes les propositions d’amendements. Blessé par cette décision, Yrigoyen ordonne le retrait de la délégation argentine29.

39L’attitude argentine est diversement perçue et abondamment commentée. En Europe comme ailleurs, on oscille entre admiration et agacement devant l’intransigeance argentine. Celle-ci devient un des éléments de l’image de ce pays à l’extérieur. Ainsi Darius Milhaud écrit-il, à propos de cet épisode :

  • 30 MAE, SDN, no 55, article de Darius Milhaud, « Entre le panaméricanisme et la SDN. Le point de vue a (...)

« L’Argentine est logicienne, raisonneuse, dialecticienne. Elle aime les discussions doctrinales. […] Ces Argentins idéalistes et raisonneurs, comme tant d’Européens de péninsules méditerranéennes d’où partirent la plupart de leurs ancêtres, considèrent que, si, un jour, les vieilles démocraties d’Europe “flanchaient”, ce serait à leur pays de ramasser à terre le flambeau gisant et menaçant de s’éteindre30. »

40Les éléments de cette description sont parfaitement assumés, voire revendiqués, en Argentine, dont la prise de position à Genève devient un motif de fierté nationale, que renforcent les critiques et les interrogations suscitées par l’absence du pays aux assemblées suivantes de la SDN.

41Au-delà de la volonté d’imposer une certaine image de l’Argentine sur la scène internationale, et de justifier de la sorte l’ambivalence du pays vis-à-vis de la SDN, il faut lire cet épisode et ses conséquences au prisme de la politique intérieure argentine.

  • 31 MAE, SDN, no 55, article du 09-10-1928, retranscrit en français dans une revue de presse du Quai d’ (...)

42En 1922, Marcelo T. de Alvear, partisan résolu de l’entrée de l’Argentine à la SDN, succède à Hipólito Yrigoyen et la question genevoise devient un argument de politique intérieure, brandi par les partisans et les adversaires d’Yrigoyen. En 1928, à la veille de sa réélection à la présidence, deux journaux d’opposition, Libertad et La Fronda, publient ainsi des articles qui catalysent autour de l’attitude d’Yrigoyen vis-à-vis de la SDN les griefs à son encontre. Pour l’auteur d’un article de Libertad, journal d’obédience socialiste, Yrigoyen a agi dans cette affaire de façon « incohérente, illogique, confuse et inconstitutionnelle31 ». À ce moment-là, qui plus est, l’Assemblée de la SDN a appelé solennellement l’Argentine à clarifier sa situation et à participer pleinement aux travaux de l’organisation. Mais la Chambre des députés, hostile à Alvear, refuse de reconsidérer la position argentine. C’est l’occasion pour le journal La Fronda de publier un article dont le but est de montrer que la réélection d’Yrigoyen serait une catastrophe pour l’image du pays sur la scène internationale. Les journaux pro-Yrigoyen ne sont pas en reste et l’appel de la SDN suscite aussi de violentes diatribes à l’encontre de cette institution.

  • 32 MAE, SDN, no 55, Buenos Aires, 01-10-1928, lettre de l’ambassadeur français à Buenos Aires à Aristi (...)
  • 33 Ibid.

43Ces articles peuvent être lus comme le résultat de la lutte partisane qui se joue à l’approche des élections présidentielles, mais ils sont aussi révélateurs de la manière dont on perçoit en Argentine les relations internationales. D’un côté les partisans d’une Argentine impliquée dans un concert des nations qui se joue principalement en Europe, et ce pour des raisons à la fois commerciales et intellectuelles. De l’autre, l’Argentine d’Yrigoyen qui « n’est avec personne contre personne, sinon avec tous, pour le bien de tous32 », selon ses propres mots. Pour l’ambassadeur français en Argentine, une telle attitude relève du « nationalisme le plus ardent » ; il ajoute : « il sera l’adversaire déterminé de tout ce qui peut porter ombrage à l’indépendance et à l’orgueil de l’Argentine33 ». Lorsqu’on lit l’ouvrage que le juriste César Díaz Cisneros consacre aux relations entre l’Argentine et la SDN, véritable plaidoyer en faveur de la politique yrigoyeniste, on y voit en effet à quel point la volonté de « montrer au monde » une Argentine jusqu’alors périphérique sur la scène internationale conditionne la manière dont est envisagée cette dernière. L’auteur n’écrit-il pas, à propos de l’attitude argentine lors de la première assemblée :

  • 34 Díaz Cisneros César, La Liga de las Naciones y la actitud argentina, Buenos Aires, Imprenta Mercata (...)

« La République née lors de la Révolution de Mai, cette petite sœur de la Révolution française, ne pouvait s’incliner devant l’orgueil des nouveaux dictateurs de la Terre. Elle se devait de porter devant le congrès des nations les principes, fondateurs de son existence, de sa révolution émancipatrice afin de les rappeler à la face de tous les peuples34 » ?

  • 35 Ferrari Gustavo, Esquema de la política exterior argentina, Buenos Aires, Editorial Universidad de (...)

44Cette attitude doit se lire à l’aune des constantes de la politique étrangère argentine mises en lumière par l’historien Gustavo Ferrari : pacifisme, isolationnisme, moralisme, affrontement avec les États-Unis et un certain européisme en sont les principales. Il mentionne également la tendance à accorder le primat au droit au détriment de la réalité historico-politique35.

  • 36 MAE, SDN, no 55, article du Bulletin quotidien de la presse étrangère du ministère des Affaires étr (...)

45La crise économique mondiale de 1929 et la « révolution » de 1930 en Argentine vont à la fois mettre fin à la présidence d’Yrigoyen et rendre l’isolationnisme argentin de moins en moins tenable. Le nouveau gouvernement, mené par le général Uriburu, a en effet tout intérêt à donner une image positive de son pays sur la scène internationale car « le gouvernement actuel de l’Argentine est un gouvernement de facto, et il s’en rend compte36 ». Les années suivantes voient l’Argentine regagner sa place au sein de l’organisation genevoise : le 28 septembre 1932, la Chambre des députés ratifie enfin le pacte. Le 25 septembre 1933, c’est au tour du Sénat. Enfin, en juillet 1935, est établie une délégation permanente auprès de la SDN. Auparavant, dès octobre 1933, l’Argentine est élue au Conseil de la SDN, par 49 voix sur 53. L’Argentine ne se contente donc pas de normaliser ses relations avec la SDN : elle y occupe désormais une place de choix, sans renoncer pour autant aux principes de droit international sur lesquelles était basée l’identité extérieure de ce pays.

  • 37 Lanús Juan Archibaldo, Aquel apogeo. Política internacional argentina (1910-1939), Buenos Aires, Em (...)
  • 38 Cette guerre oppose, entre 1932 et 1935, la Bolivie et le Paraguay et fait quelque 80 000 morts et  (...)

46Ainsi l’Argentine se distingue-t-elle lors du conflit entre l’Italie et l’Éthiopie, tentant de faire prévaloir les règles du pacte sur les tergiversations des autres nations européennes. Suivant les dispositions du pacte, l’Argentine vote en effet les sanctions contre l’Italie, alors même que cette décision pouvait être préjudiciable à un pays où l’immigration italienne était notable. Enfin, lorsque l’Italie officialise l’annexion de l’Éthiopie, la délégation argentine fait tout pour que l’Assemblée, et non le seul Conseil, fasse une déclaration pour condamner cet état de fait. Cette démarche révèle, selon Juan Archibaldo Lanús, une volonté, de la part de l’Argentine, de renforcer l’autorité de la SDN dans un contexte européen plus que troublé37. À la tête de la XVIIe Assemblée, à laquelle il est élu le 21 septembre 1936, le chancelier Carlos Saavedra Lamas poursuit ce but. Il insiste notamment, lors de son discours, sur le fait que les principes du droit international américain pouvaient être un apport pour le caractère universel de la SDN qui, en les faisant siens, augmenterait son prestige moral. L’attitude argentine à cette occasion n’est cependant pas dénuée d’ambivalence. De fait, l’Argentine a tout fait pour ne pas appliquer les sanctions qui entravaient ses intérêts, en particulier celle sur l’embargo des produits italiens. Pour Yannick Wehrli, il s’agissait surtout de renforcer le principe juridique de non reconnaissance des gains territoriaux obtenus par la force, principe énoncé dans la déclaration des pays américains du 3 août 1932 adressée au Paraguay et à la Bolivie, alors en plein conflit du Chaco38. Or Carlos Saavedra Lamas affirmait être à l’origine de cette déclaration, dont on retrouve les principaux éléments dans le pacte antiguerre qu’il soumet à l’approbation des nations en 1934.

47Si la part prise par l’Argentine aux travaux de la SDN est, jusqu’en 1933, quasi nulle, elle est donc par la suite loin d’être anecdotique. Le rôle joué par certains acteurs, notamment Saavedra Lamas, est à cet égard déterminant et les intérêts argentins, que ce soit en termes commerciaux ou de rayonnement international, constituent la clé de compréhension de l’action de cette nation sur la scène genevoise.

L’Argentine, le Brésil et le Chili à la SDN : quel bilan ?

  • 39 Cité par Fermandois Joaquín, Mundo y fin de mundo. Chile en la política mundial 1900-2004, op. cit, (...)

48La participation de l’Argentine, du Brésil et du Chili à la SDN peut apparaître secondaire au regard des débats qui ont occupé cette organisation, essentiellement centrée sur les problèmes européens de l’entre-deux-guerres. Secondaire parce que, en ce qui concerne le Brésil et l’Argentine, elle ne fut que provisoire. Si le Chili est celui des trois pays qui reste membre le plus longtemps de l’organisation genevoise, son action semble se résumer à faire en sorte que l’épineuse question des territoires de Tacna et Arica ne soit pas portée devant celle-ci. Par ailleurs, les difficultés financières et économiques que connaît le Chili à partir de la crise de 1929 amènent le ministère des Relations extérieures à mettre de côté les ambitions internationales du pays car, comme l’écrit en 1934 Miguel Cruchaga Tocornal, alors à la tête de ce ministère, « ce dont nous avons besoin pour le moment, dans cette période de crise, c’est d’exporter des haricots, des oignons et de l’ail39 ».

  • 40 Kott Sandrine, « Les organisations internationales, terrains d’étude de la globalisation. Jalons po (...)
  • 41 « L’Amérique latine et la Genève Internationale durant l’entre-deux-guerres : les débuts d’une inté (...)
  • 42 Fischer Thomas, Die Souveränität der Schwachen. Lateinamerika und der Völkerbund, 1920-1936, Stuttg (...)

49Doit-on pour autant conclure que les expériences argentine, brésilienne et chilienne à la SDN ne furent que des occasions ratées ? Des phénomènes à la marge de l’histoire de cette organisation ? L’implication de ces trois pays, les débats qu’elle provoque sur la scène nationale ainsi que l’intérêt qu’elle suscite dans certaines chancelleries européennes – dans le cas de notre étude, celui du ministère des Affaires étrangères français – montrent au contraire que ces expériences ne sont pas anodines. Si le constat de la faillite de la SDN à réaliser les espoirs qu’elle avait fait naître est difficilement contestable, il apparaît, à travers les exemples de ces trois États, que l’on assiste bel et bien à l’apprentissage du multilatéralisme, à la construction d’un ordre global « au croisement de communautés et de réseaux, dans une dialectique complexe entre scènes locales, nationales et internationales40 ». Le titre choisi par les organisateurs du colloque qui s’est tenu en 2011 à Genève sur l’Amérique latine et la SDN41 – « L’Amérique latine et la Genève internationale : les débuts d’une intégration régionale et internationale » – va également dans le sens d’un renouvellement historiographique tant des études sur la SDN que de celles qui portent sur l’insertion de l’Amérique latine sur la scène internationale. Pas moins de vingt communicants montrèrent alors combien l’étude de la participation des pays latino-américains permettait une meilleure compréhension de ce que fut la SDN. La parution de l’ouvrage de Thomas Fischer, La Souveraineté des faibles. L’Amérique latine et la Société des Nations (1920-1936)42, va dans le même sens. Dans les trois cas que nous avons analysés, il existe une volonté d’affirmer que les États considérés comme secondaires d’un point de vue géopolitique jouent un rôle indispensable dans le système international. Ce qui nous renvoie à la place des « petits » États dans un système international donné et aux analyses développées par Annette Baker Fox :

  • 43 Fox Annette Baker, « The Small States in the International System », International Journal, vol. 24 (...)

« On ignore souvent la manière dont certains petits États affectent le système international, même si évidemment ils le font à un degré moindre que les grandes puissances. […] Un petit État n’est peut-être pas un “acteur essentiel” dans le système, mais ce dernier ne serait pas le même sans cette catégorie d’État43. »

50Quand bien même nos trois pays ne sont pas des acteurs de premier plan de la SDN, ils participent de sa dynamique, de ses évolutions, et si leurs voix ne sont pas toujours audibles, du moins font-ils partie intégrante du nouveau concert des nations qui se met en place, tant bien que mal. Ainsi, au-delà de leurs différences, en dépit d’une chronologie qui ne les rassemble pas toujours, Argentine, Brésil et Chili ne peuvent être considérés uniquement au prisme de leur poids sur la scène internationale – ou autrement dit, en termes de puissance – mais dans une logique qui voit la SDN comme le laboratoire d’un nouvel ordre mondial. L’attitude du Brésil et de l’Argentine, si elle ne donne pas lieu à une action conjointe, est à cet égard révélatrice dans la mesure où, dans les deux cas, l’accent est mis sur le principe d’égalité des États.

  • 44 Frank Robert, « Penser historiquement les relations internationales », Annuaire Français de Relatio (...)
  • 45 Duroselle Jean-Baptiste et Renouvin Pierre, Introduction à l’histoire des relations internationales(...)
  • 46 Ibid., p. 318.

51L’autre enseignement que nous pouvons tirer de nos trois études de cas pourrait être résumé par cette phrase de Robert Frank : « Tout n’est pas international dans le politique, mais bien des phénomènes politiques intérieurs peuvent s’internationaliser44. » Ce qui revient à interroger le concept d’intérêt national, dont Jean-Baptiste Duroselle souligne la profonde ambiguïté45. Quels sont les objectifs visés par les acteurs argentins, brésiliens ou chiliens en lien avec la SDN ? L’existence de cette dernière renvoie à cette interrogation fondamentale de « savoir si la morale privée et l’intérêt national le mieux conçu peuvent coïncider avec l’intérêt de l’humanité entière46 », au savant dosage à trouver pour avoir à la fois la sécurité – élément premier dans la définition de ce qu’est l’intérêt national – et la paix – objectif majeur au lendemain de l’hécatombe de 1914-1918. Autrement dit, il s’agit de concilier sécurité collective et sécurité traditionnelle. Les choix qui sont faits dans ce cadre dépendent de la puissance de l’État considéré, tout autant que de la perception de cette puissance. Or celle-ci ne se résume pas aux seuls facteurs économiques et militaires :

  • 47 Frank Robert, art. cité, p. 53.

« La cohésion sociale, la volonté politique d’avoir ou de ne pas avoir une influence à l’extérieur de ses frontières, pèsent lourd dans la balance de la puissance, de même que la représentation de sa propre puissance et de celles des autres47. »

  • 48 Cité par Renouvin Pierre, op. cit., p. 15.

52Ces analyses, plutôt développées pour le contexte européen ou les États-Unis, peuvent s’appliquer aux trois pays que nous étudions et à leur positionnement au sein de l’organisme genevois. Une fois de plus, il est question de l’image qu’un pays se fait de lui-même et de son environnement international. Pour le Chili, rappelons la phrase de Friedrich Ratzel selon laquelle « il existe des positions qui ont une valeur politique48 » : sa situation géographique de « fin de monde », ses différends frontaliers avec le Pérou et la Bolivie, les soubresauts de sa vie politique et sociale, en font un État éminemment préoccupé par sa sécurité, ne prétendant pas à une quelconque hégémonie régionale, au contraire de ses deux imposants voisins. Son implication dans la SDN dessine le portrait d’un pays à la recherche de stabilité, conscient de ses faiblesses, aspirant à devenir une « nation moderne » participant, à la hauteur de ses moyens, à un certain équilibre international. Le contraste est fort entre ces aspirations et les ambitions manifestées par l’Argentine et le Brésil. Dans ces deux derniers cas, il semble y avoir eu un net décalage entre, d’une part, l’image que les gouvernants se faisaient de leur pays et de leur capacité à infléchir dans un sens qui leur soit favorable les dynamiques internationales de l’après-guerre, et la réalité d’autre part. Comme l’écrit Robert Frank,

  • 49 Frank Robert, art. cité, p. 54.

« il arrive fréquemment que la Realpolitik confonde réalité et rapport du sujet collectif à cette réalité : elle fait en effet un tri dans les réalités objectives qu’elle est supposée appréhender, et cette sélection subjective produit des décisions plus conformes au confort de l’identité collective du moment qu’à une juste appréciation de l’environnement international réel49 ».

53L’étude des relations entre les pays latino-américains et la SDN montre que, face au Vieux Continent qui s’était suicidé dans les tranchées, l’Amérique, à travers la voix des délégués latino-américains à Genève et de juristes spécialistes du droit international, apparaît comme l’incarnation d’un idéal de paix dont les Européens auraient beaucoup à apprendre. Pourtant, la promesse d’un nouvel ordre mondial plus égalitaire semble avoir été déçue dès la conférence de 1919, au cours de laquelle la voix latino-américaine fut à peine audible. L’expérience genevoise est pourtant cruciale pour comprendre la manière dont se fait l’insertion internationale du sous-continent dans l’entre-deux-guerres, tout comme elle est révélatrice des enjeux identitaires qui le parcourent alors. Autant d’éléments que nous retrouvons lorsque nous analysons la participation latino-américaine aux travaux de l’Organisation de coopération intellectuelle. Cette expérience nous offre un autre enseignement, à première vue évident : par commodité, nous avons souvent parlé « des pays latino-américains », de « l’Amérique latine », reproduisant de la sorte la vision qu’avaient les acteurs européens du sous-continent, celle d’un ensemble indifférencié. Or, s’il a pu exister parfois une voix latino-américaine à Genève, les voies prises par chacun des États latino-américains sont loin d’être uniformes. Enfin, il faut faire la différence entre la parole et les opinions émises par les représentants latino-américains présents en Europe, fort éloignés des réalités de leur pays et plutôt favorables à la SDN, et celles des acteurs des gouvernements, étrangers pour la plupart au théâtre genevois. Un Alejandro Álvarez n’est pas forcément représentatif du Chili, tout comme un Marcelo T. Alvear de l’Argentine. La politique internationale de ces États se joue donc tout autant sur la scène intérieure que dans l’arène constituée par la SDN. Il nous faut garder cela à l’esprit à l’heure de se pencher sur les questions de coopération intellectuelle : Gabriela Mistral, représentante du Chili auprès de l’IICI, ne passe finalement que très peu de temps dans son pays dans la période qui nous occupe. Quant à Elyseu Montarroyos, délégué du Brésil auprès de l’IICI, il ne revient jamais au Brésil entre 1919 et 1942, date de sa mort. Ils en sont pourtant la voix dans cette organisation internationale qui, comme nous allons le voir, est à l’origine de réseaux dans chaque État qui en devient membre. Il existe donc des voix sinon dissonantes, du moins diverses, chargées d’incarner la culture de chaque nation que nous étudierons. C’est ce qui fait de la coopération intellectuelle un objet d’étude à la fois passionnant et complexe.

Notes

1 Gueslin Julien, La France et les petits États baltes : réalités baltes, perceptions françaises et ordre européen (1920-1932), thèse de doctorat, sous la direction de R. Frank, université Paris I/Panthéon Sorbonne, décembre 2004, p. 377.

2 Kelchner Warren H., Latin American relations with the League of Nations, Boston, World Peace Foundation, 1930, p. 8.

3 Voir à ce sujet Compagnon Olivier, « “Si Loin, si proche…” La Première Guerre mondiale dans la presse argentine et brésilienne », art. cité.

4 Guillén Jorge, « L’Amérique latine à Genève », Bulletin de l’Amérique latine, décembre 1920-janvier 1921, p. 70.

5 Termes utilisés par Castro Oyanguren Enrique, « Les républiques d’Amérique latine à la Société des Nations », Bulletin de l’Amérique latine, décembre 1920-janvier 1921, p. 68.

6 Ainsi sont qualifiées, par Jorge Guillén, les interventions des délégués latino-américains à Genève. Voir art. cité, p. 70.

7 Castro Oyanguren Enrique, art. cité, p. 68.

8 Ibid.

9 Ibid.

10 MAE, SDN, no 55, Milhaud Darius, « Entre le panaméricanisme et la SDN. Le point de vue argentin », 1928. Il n’est pas fait mention du titre du journal où a été publié cet article.

11 MAE, SDN, no 55 Argentine, Buenos Aires, 12-01-1921, lettre de M. Clausse, ministre de France en Argentine à M. le ministre des Affaires étrangères.

12 Sur les rapports entre la SDN et les États-Unis, voir Tournès Ludovic, Les États-Unis et la Société des Nations (1914-1946). Le système international face à l’émergence d’une superpuissance, Bern, Peter Lang, 2016.

13 Álvarez Alejandro, La réforme du Pacte de la Société des Nations sur des bases continentales et régionales, Rapport présenté à la Ve session de l’Union juridique internationale, juin 1926, p. 24.

14 Ibid., p. 29.

15 Voir Wehrli Yannick, « A Dangerous League of Nations : The Abyssinian War and Latin American Proposals for the Regionalization of Collective Security », p. 33-48 et Herrera León Fabián, « Mexico and its “Defense” of Ethiopia at the League of Nations », p. 49-62, in Alan McPherson et Yannick Wehrli (éd.), Beyond Geopolitics. New Histories of Latin America at the League of Nations, Albuquerque, University of New Mexico Press, 2015.

16 Voir McPherson Alan, « Anti-Imperialism and the Failure of the League of Nations », in Alan McPherson et Yannick Wehrli (éd.), op. cit., p. 21-32.

17 Dans le cadre de ce travail, nous ne reviendrons pas en détail sur l’histoire du Brésil à la SDN, et ce d’autant plus que le sujet a déjà été traité, notamment par l’historiographie brésilienne. Voir, entre autres, Vargas Garcia Eugênio, OBrasil e a Liga das Nações (1919-1926) : vencer ou não perder, op. cit. et Breda dos Santos Norma, « Diplomacia e fiasco. Repensando a participação brasileira na Liga das Nações : elementos para uma nova interpretação », Revista brasileira de política internacional, 2003, vol. 46, no 2, p. 87-112.

18 MAE, Correspondance politique et commerciale no 52, Le Brésil et la Société des Nations, Paris, le 25-02-1926, Câble de l’Agencia Americana, « La Société des Nations. Déclarations de M. Clark. Genève, le 24-02-1926 ».

19 Ibid.

20 Sur ce sujet voir Skidmore Thomas, Preto no branco : raça e nacionalidade no pensamento brasileiro, Rio de Janeiro, Paz e Terra, 1976 et Moritz Schwarcz Lilia, O espetáculo das raças. Cientistas, instituições e questão racial no Brasil 1870-1930, São Paulo, Companhia das Letras, 1993.

21 Hilton Stanley, « Latin America and Western Europe, 1880-1945 : the political dimension », in Wolf Grabendorff et Riordan Roett (org.), Latin America, Western Europe and the United States, Reevaluating the Atlantic Triangle, New York, Hoover Institution Press, Praeger Publishers, 1985, p. 25.

22 Fermandois Joaquín, Mundo y fin de mundo. Chile en la política mundial 1900-2004, op. cit, p. 85. La Bolivie porte en effet devant la SDN, dès 1921, une demande de révision du traité d’Ancón dans le but d’obtenir un port sur le Pacifique, demande qui a été jugée irrecevable par le Comité des Juristes consulté par la 2e Assemblée. Si le Chili obtient gain de cause, ce n’est pas sans conséquences. En effet, à partir de 1922, les délégués péruviens et boliviens ne reparaissent plus aux assemblées de Genève, le gouvernement du Pérou cesse même de payer ses cotisations.

23 Manuel Rivas Vicuña fait partie de la délégation permanente du Chili à Genève et y demeure jusqu’en 1938.

24 MRE Chili, SDN, 1935, dossier 1484, Genève, 18-04-1935, lettre de Manuel Rivas Vicuña au ministre des Relations extérieures.

25 MRE Chili Memorias, 1923-1926, p. 459, extrait du discours de M. Yánez, représentant du Chili à l’Assemblée de la SDN de 1926.

26 MRE Chili, SDN, 1935, dossier 1484, Genève, 18-04-1935, lettre de Manuel Rivas Vicuña au ministre des Relations extérieures.

27 MRE Chili, Memorias, 1938, p. 417.

28 MAE, Correspondance politique et commerciale, no 44, dossier 4, Bogotá, 25-06-1938, lettre de M. d’Aumale, ministre plénipotentiaire de France à Bogotá, au ministre des Affaires étrangères.

29 Voir Llairo Maria Montserrat, Siepe Raimundo, Argentina en Europa. Yrigoyen y la Sociedad de las Naciones (1918-1920), Buenos Aires, Macchi, 1997.

30 MAE, SDN, no 55, article de Darius Milhaud, « Entre le panaméricanisme et la SDN. Le point de vue argentin », 1928. Le titre du journal est illisible.

31 MAE, SDN, no 55, article du 09-10-1928, retranscrit en français dans une revue de presse du Quai d’Orsay de novembre 1928 intitulée « L’Argentine et la Société des Nations ».

32 MAE, SDN, no 55, Buenos Aires, 01-10-1928, lettre de l’ambassadeur français à Buenos Aires à Aristide Briand, ministre des Affaires étrangères.

33 Ibid.

34 Díaz Cisneros César, La Liga de las Naciones y la actitud argentina, Buenos Aires, Imprenta Mercatali, 1921, p. 160.

35 Ferrari Gustavo, Esquema de la política exterior argentina, Buenos Aires, Editorial Universidad de Buenos Aires, 1981, p. 6 et 13.

36 MAE, SDN, no 55, article du Bulletin quotidien de la presse étrangère du ministère des Affaires étrangères, « L’Argentine et la Société », 20-02-1931.

37 Lanús Juan Archibaldo, Aquel apogeo. Política internacional argentina (1910-1939), Buenos Aires, Emecé, 2001, p. 165.

38 Cette guerre oppose, entre 1932 et 1935, la Bolivie et le Paraguay et fait quelque 80 000 morts et 150 000 blessés.

39 Cité par Fermandois Joaquín, Mundo y fin de mundo. Chile en la política mundial 1900-2004, op. cit, p. 129.

40 Kott Sandrine, « Les organisations internationales, terrains d’étude de la globalisation. Jalons pour une approche socio-historique », Critique internationale, no 52, juillet-septembre 2011, p. 16.

41 « L’Amérique latine et la Genève Internationale durant l’entre-deux-guerres : les débuts d’une intégration régionale et internationale » organisé par Yannick Wehrli et Aline Helg à l’université de Genève les 28 et 29 octobre 2011.

42 Fischer Thomas, Die Souveränität der Schwachen. Lateinamerika und der Völkerbund, 1920-1936, Stuttgart, Steiner, 2012.

43 Fox Annette Baker, « The Small States in the International System », International Journal, vol. 24, no 4, Automne 1969, p. 752.

44 Frank Robert, « Penser historiquement les relations internationales », Annuaire Français de Relations internationales, no 4, 2003, p. 63.

45 Duroselle Jean-Baptiste et Renouvin Pierre, Introduction à l’histoire des relations internationales, Armand Colin, Paris, 1991, p. 315-324.

46 Ibid., p. 318.

47 Frank Robert, art. cité, p. 53.

48 Cité par Renouvin Pierre, op. cit., p. 15.

49 Frank Robert, art. cité, p. 54.

© Presses universitaires de Rennes, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540