Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Diplomaties culturelles et fabrique des identités

 | 
Juliette Dumont

Mise en contexte

De la signification des bornes chronologiques

Texte intégral

L’Amérique latine

  • 1 Compagnon Olivier, L’adieu à l’Europe. L’Amérique latine et la Grande Guerre, Paris, Fayard, 2013.

1L’affirmation des États-nations et la définition de leur place sur l’échiquier mondial se font largement en fonction de considérations qui valorisent la puissance militaire et économique. Néanmoins, la reconnaissance de leur souveraineté, de leur capacité à être des acteurs de la scène internationale est aussi très liée à leur distinction comme identité culturelle singulière. La création de la Société des Nations et de l’Organisation de coopération intellectuelle, et plus généralement le fait que le système interaméricain intègre toujours davantage la dimension culturelle dans ses objectifs, contribuent à rendre encore plus prégnante la nécessité d’établir clairement les contours d’une culture nationale désormais prise dans la maille d’organisations qui dépassent les frontières des États. En outre, la Première Guerre mondiale, présentée par les belligérants comme un combat opposant deux acceptions différentes de la civilisation, a fait de la culture une arme au service de leur cause, renforçant ainsi son rôle dans le jeu des relations internationales. Peu étudié pour l’Amérique latine, l’impact du conflit est pourtant très fort, notamment en termes culturels et identitaires1. Si la guerre européenne ne provoque pas à elle seule l’essor des débats identitaires qui parcourent le sous-continent, le « suicide de l’Europe » entraîne chez de nombreux Latino-Américains la cristallisation d’un certain nombre de réflexions et d’expressions autour de la définition de la nation comme groupe social et culturel.

2La guerre de 1914-1918 est aussi synonyme, pour les nations latino-américaines, de changements non négligeables pour leurs économies. Elle est tout d’abord à l’origine d’une stimulation des exportations et de l’industrialisation. L’élan se poursuit après la guerre pendant les années 1920, même si la fin du conflit marque un arrêt brutal de la progression des exportations. Ainsi les exportations chiliennes, qui ont progressé de 9,8 % par an entre 1915 et 1919, n’augmentent que de 0,6 % par an entre 1920 et 1924. Partout ces années de récession furent génératrices d’agitation sociale. Dès 1924, la croissance est de retour, mais cette période met en évidence la vulnérabilité d’une Amérique latine tout entière dépendante de ses exportations avec des cours chroniquement instables. La crise de 1929 en apporte une confirmation dont les conséquences sont autant économiques que sociales et politiques.

3 La guerre consacre en outre les États-Unis comme un partenaire économique désormais incontournable, ce qui n’est pas sans conséquences sur la formulation des objectifs diplomatiques des États latino-américains – et de nos trois pays en particulier – et sur le fonctionnement du système interaméricain.

  • 2 Sur cette question voir Yannick Wehrli, États latino-américains, organismes multilatéraux et défens (...)
  • 3 Par « Nord-Américains » nous désignerons, tout au long de ce travail, les habitants des États-Unis.

4Enfin, la Grande Guerre débouche sur l’avènement d’un nouvel ordre mondial symbolisé par la naissance de la SDN en 1919 lors de la conférence de Paris. Davantage que l’année 1918 marquant la fin de la guerre, la date de 1919 apparaît significative pour analyser les modalités d’une plus grande insertion internationale des pays d’Amérique latine. L’importance de la SDN ne doit cependant pas occulter le fait que ces derniers sont amenés à agir à la fois sur la scène genevoise et sur celle du panaméricanisme, dans un registre où cohabitent, plus ou moins facilement, universalisme et régionalisme2. À bien des égards, le positionnement des nations latino-américaines doit en effet se lire à l’aune des rivalités, des relations tantôt cordiales, tantôt méfiantes, entre des Européens sortis affaiblis de la guerre et des Nord-Américains3 dont la puissance ne cesse de croître mais qui ne franchissent cependant pas encore le pas vers l’assomption d’un leadership au niveau mondial.

5L’accent mis sur les rapports du sous-continent d’une part avec une Europe qui va rapidement se diviser entre démocraties et régimes autoritaires, et d’autre part avec le « Grand Voisin » du Nord, ne saurait occulter le fait que l’étude des relations internationales de l’Argentine, du Brésil et du Chili doit également prendre en considération les relations que ces pays entretiennent entre eux trois et avec le reste de l’Amérique latine.

6Avec la fin de la Deuxième Guerre mondiale, la consécration des États-Unis comme superpuissance et la rapide bipolarisation du monde, c’est en d’autres termes, selon d’autres modalités que se joue la partition des États latino-américains sur la scène internationale. L’année 1946 a été choisie dans ce travail comme deuxième borne chronologique en fonction de ces considérations et parce qu’elle marque la fin de la coopération intellectuelle telle qu’elle a été conçue et pratiquée tout au long de notre période. C’est en effet à cette date-là que l’IICI cède la place à l’UNESCO.

Entre-deux-guerres et diplomatie culturelle

7La période de l’entre-deux-guerres marque, pour les relations internationales, de profondes transformations, décisives du point de vue de la diplomatie culturelle. D’une part parce que les gouvernements se sont rendu compte des possibilités offertes par les organes chargés de la propagande et décident souvent de les conserver une fois le conflit terminé, même s’il est nécessaire de les adapter au temps de paix. D’autre part, l’application des principes wilsoniens introduit une nouvelle donne par la proclamation, au moins formelle, d’une « diplomatie ouverte », caractérisée par la création d’organes supranationaux et par le rôle donné à l’opinion publique internationale.

  • 4 Il convient ici de revenir sur le terme « propagande ». De fait, depuis le Troisième Reich le mot « (...)

8 Cela entraîne la réorganisation des organismes centraux chargés de la politique extérieure : les services de propagande politique à l’étranger sont transformés en services d’information et d’expansion culturelle. La guerre avait montré que la propagande ouvertement politique provoquait des réactions de défiance, alors que les efforts menés dans le domaine culturel permettaient de créer des courants de sympathie durables ainsi qu’un sentiment de solidarité basé sur la parenté intellectuelle. La « propagande intellectuelle4 » était ainsi entendue par la France comme l’exportation d’une culture d’élite, destinée à un public cultivé dont le but est d’améliorer l’image du pays et de capter la sympathie des classes dirigeantes.

9L’élaboration et le développement d’une diplomatie culturelle française, mais aussi allemande, espagnole, et plus tardivement nord-américaine et anglaise, interviennent alors même que surgit un nouvel acteur des relations culturelles internationales, l’IICI, organisme multilatéral qui par son fonctionnement redistribue, d’une certaine manière, les cartes d’un jeu où dominaient les grandes puissances.

La création de l’IICI et l’institutionnalisation des relations culturelles internationales

10Bien que le pacte de la SDN n’ait pas prévu la création d’un organisme technique chargé de la coopération intellectuelle, la Commission internationale de coopération intellectuelle (CICI) est créée par la SDN en 1921 et se réunit pour la première fois à Genève en août 1922. Ses débuts modestes sont marqués par l’influence de la France et la méfiance, en retour, de la Grande-Bretagne. Proposé par la France en 1924 pour conforter son influence et pour permettre à la CICI de poursuivre ses travaux, l’Institut international de coopération intellectuelle (IICI) est inauguré à Paris en 1926.

11La CICI fonctionne d’abord, conformément à la résolution de l’Assemblée de la SDN, comme une commission consultative à caractère provisoire. La fondation par le gouvernement français de l’IICI offre à la Commission un organe exécutif efficace, rendant de la sorte son existence moins précaire. Par ailleurs, suivant l’exemple français, le gouvernement italien offre, en 1928, de créer et d’entretenir à Rome l’Institut international du cinématographe éducatif (IICE). Enfin, suite aux recommandations de la CICI, des commissions nationales de coopération intellectuelle se sont constituées dans la plupart des pays pour servir d’intermédiaires entre les organes de la vie intellectuelle de chaque État et la Commission. Ce n’est qu’en 1931 que cette nouvelle branche d’activité reçoit sa constitution définitive et qu’est proposée une définition de la coopération intellectuelle.

12La proposition française de créer l’Institut se situe dans un contexte politique particulier – celui de l’arrivée au pouvoir du Cartel des gauches – et représente une rupture dans l’attitude française envers la SDN et la CICI. Le but poursuivi est d’imprimer un autre visage à la diplomatie française, loin de celui, militariste et impérialiste, donné par l’occupation de la Ruhr en 1923. Il s’agit d’attirer à Paris une bonne partie des activités de la CICI : la capitale française, et avec elle le reste du pays, en retireraient un prestige moral incontestable. D’autant que le gouvernement français mettrait gracieusement un local à la disposition du nouvel organisme et subviendrait à la quasi-totalité de ses dépenses. On est dans le cadre de la diplomatie culturelle, mais dans une formulation inédite, comme le montre Carl Doka :

  • 5 Doka Carl, Les relations culturelles sur le plan international, Neufchâtel-Suisse, Éditions de La B (...)

« Dans l’histoire de cette “politique étrangère culturelle” – où allaient de pair la propagande culturelle des États, une authentique internationalisation de la vie scientifique et culturelle et par voie de conséquence, une connaissance plus largement diffusée de la culture des différents peuples – ce fut un instant mémorable que celui où l’Institut International de coopération intellectuelle ouvrit ses portes à Paris, au mois de janvier 1926. […] L’événement était important surtout parce que c’était la première fois que l’on tentait, en s’appuyant sur une organisation d’États – la SDN – de régler et coordonner la collaboration internationale dans les différents domaines des sciences naturelles, philosophiques, psychologiques et sociales, ainsi que de la littérature, du théâtre, de la muséographie, etc.5. »

13Si le projet suscite la méfiance de certains pays, dont l’Angleterre, il est accepté par l’Assemblée de la SDN lors de sa session de septembre 1924. L’accord qui établit la création de l’Institut lui laisse une grande autonomie : mis à la disposition de la SDN, il n’en fait pas formellement partie ; il fonctionne simplement sous ses auspices.

  • 6 Renoliet Jean-Jacques, L’UNESCO oubliée. La Société des Nations et la coopération intellectuelle (1 (...)
  • 7 Voir notamment Pita gonzález Alexandra, Educar para la Paz : México y la Cooperación Intelectual In (...)

14S’il commence à y avoir des travaux sur l’Organisation de coopération intellectuelle, dont l’ouvrage de référence de Jean-Jacques Renoliet6, il s’agit souvent d’études ponctuelles, concernant la participation de tel pays ou tel aspect de la coopération intellectuelle7.

15Une fois posé ce cadre général, il convient de présenter brièvement ce qu’ont signifié, politiquement, socialement et économiquement, pour l’Argentine, le Brésil et le Chili les années qui séparent l’avènement de la SDN de l’issue de la guerre de 1939-1945, en restituant pour chacun les continuités et les ruptures qui marquent leur histoire à ce moment-là. Plutôt qu’une contextualisation globale qui entremêlerait les éléments propres à chaque pays, nous avons opté ici pour une démarche qui analyse successivement leurs grandes évolutions pendant la période étudiée.

L’Argentine

  • 8 Expression employée par Luis Alberto Romero, Breve historia contemporánea de la Argentina, Buenos A (...)
  • 9 Ibid.
  • 10 Voir Fausto Boris et Devoto Fernando J., Brasil e Argentina. Um ensaio de história comparada (1850- (...)

16Le 12 octobre 1916, Hipólito Yrigoyen, candidat du Parti radical, devient président de l’Argentine. Son élection apparaît comme le triomphe des classes moyennes, le résultat de 40 années de transformation de la société et de l’économie, et comme le succès d’une « réforme politique pacifique8 », celle du suffrage universel masculin instauré par la loi Sáenz Peña de 1912. Selon les termes de Luis Alberto Romero, cet événement montre que l’on a affaire à un régime électoral démocratique, « qui plaçait l’Argentine à l’avant-garde des expériences politiques de ce type dans le monde9 ». L’idée d’une exemplarité argentine dans une Amérique latine encore très souvent secouée par des crises politiques, dont la révolution mexicaine représente le paroxysme, s’appuie non seulement sur cette consécration d’une volonté citoyenne majoritaire, mais aussi sur une indéniable réussite économique. À la veille de la guerre de 1914-1918, le PIB par habitant de l’Argentine dépasse largement celui des autres pays du sous-continent et atteint des niveaux similaires à celui de l’Allemagne ou des Pays-Bas, se trouvant ainsi devant des pays comme l’Italie, l’Espagne ou la Suède10. Cette prospérité économique et la relative stabilité du régime politique libéral mis en place dans la seconde moitié du xixe siècle conduisent l’Argentine à se percevoir comme radicalement différente du reste de l’Amérique latine et à lui donner suffisamment d’assurance pour contrer, dès la Ire Conférence interaméricaine (Washington, 1889-1890), les prétentions hégémoniques des États-Unis, en réaffirmant à l’occasion ses rapports privilégiés avec l’Europe. Si les années 1930-1940 marquent un certain infléchissement de ce positionnement, il reste néanmoins la matrice de la politique extérieure argentine durant la période étudiée.

  • 11 Sánchez Román José Antonio, « Discovering Underdevelopment : Argentina and Double Taxation at the L (...)

17Malgré les conséquences négatives de la Première Guerre mondiale (inflation, chômage et conflits sociaux), l’économie argentine se remet rapidement, ce qui permet à cette nation de se présenter avec assurance comme une valeur sûre, notamment sur les plans monétaire et financier, aux réunions et conférences économiques organisées à partir de 1920 par la SDN. Elle s’y découvre pourtant, face aux représentants européens, sous-industrialisées et, pour employer un anachronisme, « sous-développée11 ».

  • 12 Romero Luis Alberto, « L’Argentine au miroir des deux centenaires de la fondation de la République  (...)

18En dépit d’une indéniable modernisation politique, économique et sociale, l’Argentine apparaît à bien des égards, et ce dès avant le début de la guerre, comme un colosse aux pieds d’argile. La célébration du Centenaire de l’indépendance en 1910 est sur ce point révélatrice : c’est un moment de satisfaction, d’optimisme et en même temps de doute et de pessimisme, les termes d’État, de république et de nation faisant l’objet d’intenses débats. La nation, surtout, est l’objet d’inquiétudes : comment donner forme et contenu à une nation argentine « sur la scène babélienne de l’immigration massive où les racines d’une partie importante des habitants se trouvent à Naples, Milan, La Corogne ou Damas et non pas dans le pays de la Révolution de mai 181012 » ? Si intellectuels et hommes politiques s’accordent sur la nécessité de faire exister l’Argentine en tant que nation, il n’y a pas de consensus autour des caractéristiques de ce qui constitue l’argentinidad.

19La « question sociale » est une autre source de préoccupations : de nombreux conflits, impliquant en particulier des ouvriers anarchistes, viennent fissurer l’image d’une Argentine prospère et stable. La Semana trágica qui oppose violemment, à Buenos Aires, du 7 au 19 janvier 1919, des manifestants anarchistes à des membres, civils et militaires, des secteurs nationalistes, souligne que l’arrivée au pouvoir d’Yrigoyen ne suffit pas à apaiser les tensions qui minent la société argentine. Bien au contraire, elle avive les crispations identitaires et politiques d’un certain nombre d’intellectuels et de militaires, celles-ci aboutissant, à la faveur de la crise économique de 1929 qui sape les fondements de l’économie argentine, au coup d’État de 1930. S’ouvre alors ce qui reste connu comme la década infame, marquée par une fraude électorale systématique, la répression des opposants et une corruption généralisée. Alors que la situation internationale est celle d’une guerre mondiale à l’ampleur inégalée, un nouveau coup d’État, en 1943, sonne, en Argentine, le glas d’une époque et voit émerger une nouvelle figure, celle du général Perón, dont l’empreinte sur la vie du pays dépasse largement le cadre de ce travail.

Le Brésil

  • 13 Bennassar Bartolomé et Marin Richard, Histoire du Brésil, 1500-2000, Paris, Fayard, 2000, p. 277.

20L’insertion du Brésil dans les relations internationales se fait au moment où celles-ci connaissent une reconfiguration majeure, mais aussi dans un contexte national profondément perturbé, où se mêlent difficultés économiques, disputes politiques et dissensions internes. Les années 1920 sont marquées par la montée en puissance des contestations de ce que Bartolomé Bennassar et Richard Marin ont nommé la « République des fazendeiros13 ». Ces contestations aboutissent à la « révolution » de 1930 qui porte Getúlio Vargas au pouvoir. C’est également une période où les questions sociales prennent de plus en plus d’importance, où un mouvement ouvrier prend forme et aboutit à la création du Parti communiste brésilien (1992). Enfin, on assiste à une intervention croissante de l’armée dans la vie politique brésilienne.

  • 14 Vargas Garcia Eugênio, O Brasil e a Liga das Nações (1919-1926) : vencer ou nâo perder, Porto Alegr (...)

21Quant à la politique étrangère brésilienne de ces années 1920, Eugênio Vargas Garcia en rappelle les grands traits, dans son ouvrage OBrasil e a Liga das Nações (1919- 1926) : alignement sur les États-Unis et tentative d’établir avec eux une relation spéciale ; recherche d’une reconnaissance internationale ; utilisation de la diplomatie multilatérale comme instrument pour affirmer le prestige du pays sur la scène internationale ; continuité du modèle économique de valorisation du café et de stimulation à l’exportation ; et résistance aux propositions de désarmement, thème récurrent dans l’agenda mondial de ces années 192014. Cette résistance s’explique par un sentiment de vulnérabilité du Brésil dû à son isolement diplomatique au sein de l’Amérique du Sud. Cette donnée est essentielle pour comprendre l’empressement du Brésil à participer aux travaux de la SDN, puis, suite à son retrait de l’organisation, à ceux de l’IICI.

  • 15 Moura Gerson, « A Revolução de 1930 e a política exterior brasileira : ruptura ou continuidade ? », (...)

22La révolution de 1930 n’altère pas en profondeur ces grandes orientations. Gerson Moura préfère parler de « redéfinition15 ». Le gouvernement provisoire de 1930 a été très vite reconnu à l’extérieur ; il a en effet rempli tous ses engagements internationaux. Le seul changement réside dans la place croissante occupée par les relations commerciales.

  • 16 Ibid., p. 580.

23Si l’on suit les analyses de Gerson Moura, c’est un « État de compromis » qui se met en place avec Getúlio Vargas. Compromis entre les anciens acteurs politiques – les oligarchies régionales qui dominaient la République des Fazendeiros – et les nouveaux – les groupes d’intérêt liés à l’industrialisation et les bénéficiaires de l’urbanisation et de la croissance de l’État. Compromis également entre les deux pôles de la politique extérieure brésilienne : l’Amérique et l’Europe. Ces deux pôles font eux-mêmes l’objet d’une subdivision : l’Amérique compte d’un côté les États-Unis, de l’autre le reste de l’Amérique latine ; l’Europe se divisant quant à elle, à partir de 1933, entre le camp des démocraties et celui de l’Allemagne nazie et de l’Italie fasciste. En résumé, « le gouvernement Vargas explorait les possibilités offertes par chacun des centres, sans s’aligner sur aucun d’eux16 ».

24L’« ère nationale », ouverte par la révolution de 1930 et confirmée par la proclamation de l’Estado Novo en 1937, introduit selon Paulo Roberto de Almeida un « changement de paradigme ». Si, comme l’avait affirmé Gerson Moura, il n’y a pas de rupture brutale en 1930, on observe néanmoins le passage d’une « posture plus ou moins passive en relation au système international » à une tentative d’insertion active dans les cadres de l’ordre mondial en construction.

Le Chili

  • 17 Sarget Marie-Noëlle, Histoire du Chili de la Conquête à nos jours, Paris, L’Harmattan, 1996, p. 119
  • 18 Le 21 décembre 1907, le gouvernement noie ainsi dans le sang, dans la ville d’Iquique, une grève qu (...)
  • 19 Près de 89 cabinets ministériels différents se succèdent entre 1891 et 1925.

25En 1919, la vie politique chilienne est marquée à la fois par la primauté du Congrès sur l’Exécutif et par le contrôle du pouvoir par l’oligarchie qui « gère l’État avec dilettantisme pour son profit exclusif17 ». La Belle époque chilienne est profondément ambivalente, tout à la fois période de croissance économique basée sur l’industrialisation naissante et l’exploitation des ressources du sol, et de contestations sociales parfois sanglantes18. La ville de Santiago voit son centre à l’européenne cohabiter avec des faubourgs marqués par la misère, la mortalité infantile et le développement de la tuberculose. La société chilienne connaît au tournant des deux siècles de profondes mutations démographiques et socio-économiques dont les élites économiques et politiques sont incapables de prendre la mesure. Cette inaction est renforcée par la fluctuation des combinaisons politiques et une instabilité ministérielle chronique19, dont la principale conséquence est d’empêcher toute politique d’envergure pouvant répondre aux défis qui sont alors ceux du Chili. Cette situation n’est pas sans conséquence sur la politique étrangère chilienne, dont la continuité est mise à mal par les changements incessants à la tête du ministère des Relations extérieures. Il est néanmoins possible de dégager quelques grands principes et évolutions guidant la diplomatie chilienne.

26On peut, d’une part, mettre en avant le triangle Londres-Paris-Berlin comme « garantie de sécurité » pour la position internationale du Chili. Le fait de maintenir de bonnes relations avec les puissances européennes, de manière équilibrée et égalitaire, peut être considéré comme l’un des principes structurants de la politique extérieure chilienne de la fin du xixe siècle au début de la Seconde Guerre mondiale. D’autre part, alors que jusqu’à la fin des années 1920, les relations du Chili avec le reste de l’Amérique du Sud se conçoivent au prisme du différend qui l’oppose, depuis la fin de la deuxième Guerre du Pacifique (1879-1884), à la Bolivie et au Pérou, on observe une volonté très nette, à partir des années 1930, de faire figure de pôle intégrateur dans le sous-continent, notamment par le biais de la coopération intellectuelle.

  • 20 Fermandois Joaquín, Mundo y fin de mundo. Chile en la política mundial 1900-2004, Santiago de Chile (...)

27L’image du Chili à l’extérieur telle que la perçoit la majorité de ses élites dirigeantes, c’est-à-dire celle d’un pays qui, « quand il se le proposait, affrontait les défis extérieurs et se montrait nettement supérieur à la majorité des autres pays de la région, voire à tous les autres20 », se trouve par conséquent de plus en plus en décalage avec la situation interne de la nation. Les deux premières décennies du xxe siècle sont à cet égard caractérisées par un malaise croissant chez les intellectuels, certains hommes politiques, mais aussi les leaders de mouvements sociaux, voire chez les militaires, tous étant de plus en plus hantés par l’idée d’une décadence nationale. Cette inquiétude signe l’émergence d’un fort mouvement d’autocritique au Chili qui est présent tout au long de la période étudiée et qui va déterminer sa manière d’être-au-monde. Celle-ci se caractérise notamment par la référence constante à d’autres pays, en particulier l’Argentine et le Brésil, par rapport auxquels est appréhendée et jugée la réalité chilienne.

  • 21 Sarget Marie-Noëlle, op. cit., p. 123.
  • 22 Ibid., p. 138.

28Cette dernière connaît, du point de vue politique, une première rupture avec l’arrivée au pouvoir en 1920 d’Arturo Alessandri car elle signifie l’entrée sur la scène politique de nouveaux acteurs politiques et sociaux. Pour Marie-Noëlle Sarget, le gouvernement d’Alessandri « se situe entre deux mondes, à la charnière de deux époques21 », dans la mesure où il constitue la phase finale de la république oligarchique et parlementaire et annonce l’avènement d’une nouvelle période de l’histoire du pays. La Constitution de 1925 représente dans cette perspective l’espoir d’une nouvelle ère, l’idée qu’une marche vers le progrès reste possible, pourvu que les mesures adéquates soient prises et que de nouvelles institutions politiques soient mises en place. Le système politique qui émerge alors, même s’il connaît encore de nombreux soubresauts, est profondément transformé par le fait que le nombre des acteurs politiques augmente, lui transmettant des demandes en provenance désormais de toutes les classes sociales. Cette dynamique n’est pas sans conséquences sur le rôle de l’appareil d’État, par lequel continue de transiter la principale source de richesses du pays – les revenus des exportations minières – : il « demeure de ce fait, comme depuis 1891, plus qu’ailleurs l’enjeu essentiel des luttes politiques et économiques22 ».

Notes

1 Compagnon Olivier, L’adieu à l’Europe. L’Amérique latine et la Grande Guerre, Paris, Fayard, 2013.

2 Sur cette question voir Yannick Wehrli, États latino-américains, organismes multilatéraux et défense de la souveraineté. Entre Société des Nations et espace continental panaméricain (1919-1939), thèse de doctorat en histoire, sous la direction d’A. Helg, université de Genève, août 2016.

3 Par « Nord-Américains » nous désignerons, tout au long de ce travail, les habitants des États-Unis.

4 Il convient ici de revenir sur le terme « propagande ». De fait, depuis le Troisième Reich le mot « propagande » est associé à une arme qui doit servir à influencer les peuples jusqu’au nivellement et à la sujétion. Dans la mesure où il n’y a pas abus de moyens légitimes pour des buts contestables, la propagande se transforme en une action d’influence. Si le terme est fréquemment employé par les acteurs argentins, brésiliens ou chiliens dans notre étude, on remarque qu’il l’est beaucoup moins du côté européen, et en particulier français.

5 Doka Carl, Les relations culturelles sur le plan international, Neufchâtel-Suisse, Éditions de La Baconnière, 1959, p. 11.

6 Renoliet Jean-Jacques, L’UNESCO oubliée. La Société des Nations et la coopération intellectuelle (1919-1946), Paris, Publications de la Sorbonne, 1999.

7 Voir notamment Pita gonzález Alexandra, Educar para la Paz : México y la Cooperación Intelectual Internacional 1922-1948, México, SRE/DGAHD/Universidad de Colima, 2014 ; Saikawa Takashi, « From Intellectual Cooperation to International Cultural Exchange. Japan and China in the International Committee on Intellectual Cooperation », Asian Regional Integration Review, vol. 1, 2009, p. 83-91 et Herrera León Fabian, « México y el Instituto Internacional de Cooperación Intelectual 1926-1939 », Tzintzun, Revista de Estudios Históricos, no 49, janvier-juin 2009, p. 169-200.

8 Expression employée par Luis Alberto Romero, Breve historia contemporánea de la Argentina, Buenos Aires, Fondo de Cultura Económica, 2007 (1re éd. 1994), p. 15.

9 Ibid.

10 Voir Fausto Boris et Devoto Fernando J., Brasil e Argentina. Um ensaio de história comparada (1850-2002), São Paulo, Editora 34, p. 152.

11 Sánchez Román José Antonio, « Discovering Underdevelopment : Argentina and Double Taxation at the League of Nations », in Alan Mcpherson et Yannick Wehrli (éd.), Beyond Geopolitics. New Histories of Latin America at the League of Nations, Albuquerque, University of New Mexico Press, p. 205-222.

12 Romero Luis Alberto, « L’Argentine au miroir des deux centenaires de la fondation de la République », Problèmes d’Amérique latine, no 77, mars 2010, p. 49.

13 Bennassar Bartolomé et Marin Richard, Histoire du Brésil, 1500-2000, Paris, Fayard, 2000, p. 277.

14 Vargas Garcia Eugênio, O Brasil e a Liga das Nações (1919-1926) : vencer ou nâo perder, Porto Alegre/Brasilia, Editora da Universidade (UFRGS)/Fundação Alexandre de Gusmão, 2000, p. 50.

15 Moura Gerson, « A Revolução de 1930 e a política exterior brasileira : ruptura ou continuidade ? », in A Revolução de 1930, Seminário internacional, Brasilia, Ed. Universidade de Brasília, 1983, p. 576.

16 Ibid., p. 580.

17 Sarget Marie-Noëlle, Histoire du Chili de la Conquête à nos jours, Paris, L’Harmattan, 1996, p. 119.

18 Le 21 décembre 1907, le gouvernement noie ainsi dans le sang, dans la ville d’Iquique, une grève qui s’était étendue à toute la province de Tarapacá, à l’extrême nord du Chili.

19 Près de 89 cabinets ministériels différents se succèdent entre 1891 et 1925.

20 Fermandois Joaquín, Mundo y fin de mundo. Chile en la política mundial 1900-2004, Santiago de Chile, Ediciones Universidad Católica de Chile, 2005, p. 45.

21 Sarget Marie-Noëlle, op. cit., p. 123.

22 Ibid., p. 138.

© Presses universitaires de Rennes, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540