Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Diplomaties culturelles et fabrique des identités

 | 
Juliette Dumont

Préface

Robert Frank

Texte intégral

1Ce livre raconte une belle histoire, et cette histoire est aussi originale qu’instructive.

2La belle histoire, c’est celle de la construction identitaire de trois pays, l’Argentine, le Brésil et le Chili entre 1919 et 1946 à travers la création de leur diplomatie culturelle. Ces trois peuples ont bien arraché leur indépendance au début du xixe siècle à l’Espagne et au Portugal, mais, à bien des égards, il leur restait à fabriquer de véritables consciences nationales. La Première Guerre mondiale transforme leur façon de se voir : elle change leur regard sur l’Europe, leur Madre Europa, qui s’est montrée si barbare pendant ces années de carnage, et elle modifie donc le regard sur eux-mêmes, au point de se considérer, sinon comme des nations orphelines, du moins comme des « nations inachevées ». Juliette Dumont montre comment cette nouvelle quête identitaire s’exprime par la fabrication d’une « identité pour l’extérieur » à partir des années 1920, grâce au développement d’une large action culturelle au-delà des frontières, comme si cette belle affirmation de soi à l’étranger peut consolider, voire renouveler la perception interne des compatriotes de leur propre identité : l’argentinidad, la brasilidade et la chilenidad alors toutes trois en pleine métamorphose. C’est une belle histoire, très vivante, de diplomates, d’écrivains, de musiciens, de revues littéraires et scientifiques, de toute une série d’acteurs et de vecteurs divers au service de cette promotion culturelle et identitaire. Toutes ces circulations foisonnantes décrivent des figures géométriques et géographiques multiples dont la principale est le triangle atlantique formé par l’Amérique latine, les États-Unis et l’Europe, un triangle où les relations Nord-Sud sont de plus en plus importantes par rapport aux relations entre l’Est et l’Ouest de l’océan. Dans cet incessant jeu de miroirs à faces multiples, les altérités contribuent à façonner les identités, elles-mêmes à étages différenciés situés sur un ou deux rivages : sur la même rive, la nationalité s’intègre plus ou moins bien dans l’américanité latine, voire dans l’américanité tout entière, pour toucher parfois, sur l’autre rive, en contrebalancement de cette dernière, une latinité globale.

3Cette histoire est originale, aussi bien l’histoire qui est racontée que l’histoire pratiquée par l’historienne Juliette Dumont qui, dans ce livre, rend compte de ses approches innovantes.

  • 1 Coombs Philip, The Fourth Dimension of Foreign Policy : The Educational and Cultural Affairs, New Y (...)
  • 2 Nye Joseph S., « Soft Power », Foreign Policy, no 80, automne 1990 ; Nye Joseph S., Soft Power. The (...)

4D’un côté, cet ouvrage révèle ce qu’il y a d’inédit dans l’utilisation de la diplomatie culturelle par l’Argentine, le Chili et le Brésil. L’emploi de la culture, cette « quatrième dimension1 » après le politique, l’économique et le militaire, n’est pas neuf. La France est pionnière en la matière dès la fin du xixe siècle, consciente de la force de cet instrument de soft power, même si l’expression est inventée un siècle plus tard2 : c’est en effet le moment où elle est consciente d’un déclassement relatif en matière de hard power, passant du deuxième au quatrième rang dans le domaine industriel et militaire. Mais, l’enjeu est bien plus alors la « puissance » que « l’identité », même si celle-ci ne peut être complètement déconnectée de celle-là. Plus tard, la Grande-Bretagne, l’Allemagne, l’URSS, les États-Unis comprennent également les avantages de la diplomatie culturelle pour affirmer leur rang, leur influence ou leur modèle dans le monde. Pour les Argentins, Chiliens et Brésiliens des années 1919-1946, la recherche est autre : elle est identitaire, existentielle, quasi socratique, conforme au Γνῶθι σεαυτόν (« Connais-toi toi-même »), l’inscription sur le fronton du temple d’Apollon tant prisée par la philosophie grecque antique : mieux se faire connaître des autres pour mieux « se connaître soi-même » dans sa condition à la fois humaine, communautaire et individuelle, tel est le noble objectif visé par cette diplomatie d’affirmation d’existence.

5D’un autre côté, pour mettre en valeur cette quête inédite, Juliette Dumont a recours à des méthodes originales. Croisant intelligemment histoire des relations internationales, histoire culturelle et intellectuelle et histoire politique, elle fait appel à l’histoire comparée, tout en élargissant ce champ traditionnel. Selon une approche transnationale, elle incorpore l’histoire des circulations d’idées, de pratiques, de modèles, ainsi que l’histoire des transferts culturels. Ce qui lui permet de ne pas se cantonner à des comparaisons entre les entités nationales, l’Argentine, le Brésil et le Chili, comme si elles étaient des blocs étanches, comme si elles n’étaient pas elles-mêmes le fruit de ces circulations, le produit de ces processus d’internationalisation. Ce en quoi elle prolonge la réflexion d’Anne-Marie Thiesse qui a bien souligné ce qu’il y a d’« international » dans le mode de fabrication des nations. Précisément, dans le présent ouvrage, les identités collectives ne sont pas réifiées. Elles ne sont pas vues comme des essences gravées dans le marbre, mais bien comme des sentiments existentiels, en changement permanent, qui renvoient à des subjectivités sociales et qui, comme tout système de représentations, finissent par influencer les réalités objectives. Juliette Dumont connaît bien l’historiographie autour de ces imaginaires sociaux et sait mettre en valeur leurs ambivalences et leurs temporalités constitutives. La première ambivalence s’articule entre un « Soi » collectif et l’Autre, celui-ci pouvant être aussi bien le voisin très proche, que l’Amérique du Nord ou l’Europe. La seconde ambivalence entre le « positif » et le « négatif » se greffe sur celle entre l’identité et l’altérité. L’Autre, qu’il soit européen ou nord-américain, est à la fois bon et mauvais, attractif et répulsif, car le processus d’identification a besoin de cette capacité d’imiter et de rejeter. Ces deux ambivalences s’inscrivent elles-mêmes dans la perception de cette triple temporalité que constituent le passé, le présent et l’avenir. À bien des égards, l’Europe représente le passé et les États-Unis l’avenir. Aussi le futur envisagé est-il important dans cette construction identitaire et les Américains du Nord y ont manifestement plus de place dans l’imaginaire des Brésiliens que dans celui des Argentins, plus sourcilleux de leur indépendance par rapport aux Yankees. L’intérêt de la thèse est de montrer aussi l’articulation entre les identités (nationales, latino-américaine, etc.) : d’où la pertinence du jeu d’échelles pratiqué pour analyser les échelons locaux, nationaux et régionaux de ces multiples consciences identitaires. Plus originale encore est l’étude du lien entre identité et action, entre identité et politique culturelle extérieure, c’est-à-dire entre l’image qu’on a de soi, le sentiment d’appartenance à telle collectivité (la nation ou l’ensemble latino-américain) et l’action culturelle pour projeter dans l’arène internationale telle ou telle image que l’on veut montrer de cette collectivité. Ici, l’histoire culturelle n’est donc pas seulement descriptive, comme elle tend à l’être dans une dérive récente de la discipline : connectée avec l’histoire de l’action politique, elle se veut au contraire explicative. Ainsi se dessine dans cette approche heureusement politico-culturelle, un écheveau d’identités de types différents et dont le caractère opératoire est variable selon les positions et les postures des individus et des groupes. Il y a « l’identité vécue » de l’intérieur de la nation, qui se confronte parfois à « l’identité assignée » par les autres, de l’extérieur, avec son lot de stéréotypes, souvent utiles, parfois irritants, tantôt agréables, tantôt dévalorisants, ce qui suscite la réponse d’une « identité revendiquée », celle que les Argentins, Brésiliens et Chiliens veulent vendre à l’étranger grâce à leur politique culturelle au-delà des frontières. Oui, « faire de la culture » c’est aussi « faire de la politique », au bon sens du terme, en tenant les deux fils principaux qui caractérisent « le politique » : la prise en compte des enjeux de pouvoir et la construction d’une communauté de destin. Montrer sa culture aux autres, c’est se faire connaître pour se faire reconnaître, c’est donc chercher à les influencer tout en préparant le « vivre ensemble » avec eux dans de meilleures conditions.

6Ce livre est instructif à bien des égards. Grâce au dépouillement d’une masse impressionnante de sources imprimées et d’archives dans de nombreux pays, Juliette Dumont renouvelle fondamentalement nos connaissances dans des domaines multiples et variés. Parce que « le politique » est au centre des interrogations de cet ouvrage, il était important de le commencer en décrivant comment ces trois États d’Amérique latine, dans leur besoin de reconnaissance dans le concert international, ont dès le lendemain de la Première Guerre mondiale tenu à jouer un rôle dans la nouvelle Société des Nations. Ce livre contribue au renouvellement de l’historiographie de la SDN et des organismes qui lui sont liés. Certes, les désillusions sont grandes, puisque l’Argentine, présente à la première Assemblée de la SDN, retire sa délégation pour la faire revenir en 1933 ; le Brésil opère son retrait en 1926, dépité de n’avoir pu obtenir un siège permanent au Conseil ; le Chili y est présent dans la durée, jusqu’en 1938 du moins, date à laquelle il préfère quitter l’organisation de peur d’être mêlé aux conflits européens et d’avoir à choisir le camp des démocraties contre l’Allemagne nazie et l’Italie fasciste. Il n’en reste pas moins vrai que l’Amérique latine a ainsi pu faire entendre sa voix dans cette première grande organisation internationale politique. Ce sont les déceptions face à celle-ci qui poussent les trois pays à s’investir davantage dans l’Organisation de coopération intellectuelle, en particulier dans l’Institut international de coopération intellectuelle créé à Paris en 1926, véritable ancêtre de l’UNESCO. En lien étroit avec la SDN, cet organisme n’en fait pas organiquement partie, ce qui permet au Brésil de s’y maintenir après 1926. Grands sont les efforts des trois États pour tenter d’atténuer le caractère euro-centré, voire franco-centré, de l’IICI. À l’égard de la France qui domine cet institut, les sentiments sont ambivalents. Il existe une méfiance à l’égard de cette puissance qui instrumentalise cet organisme à son profit et qui, de surcroît, est jugée en déclin, comme les autres pays d’Europe. Mais, en même temps, si la France n’est plus un modèle, elle demeure une référence culturelle : en ce sens, Juliette Dumont nuance certains travaux qui insistent sur la perte d’influence de la culture française. L’Argentine, le Brésil et le Chili déploient aussi une vaste diplomatie culturelle au sein de l’Union panaméricaine, où on retrouve le même type d’ambivalence, cette fois par rapport à la grande république du Nord : une certaine distance face à ses tentatives d’hégémonie, mais aussi la volonté de saisir les opportunités d’affirmation de la latino-américanité au sein de ce panaméricanisme. Après ce premier mouvement, allègrement mené, de cette sorte de symphonie d’un nouveau monde qui cherche sa place dans le concert des nations, vient le second mouvement de la symphonie : plus centré, plus concentré sur l’Amérique latine, il adopte le tempo plus lent et grave de l’adagio pour démontrer que cette région n’est plus à la périphérie du monde, que les circulations de ses intellectuels entraînent de véritables dynamiques de coopération et font émerger à la face de tous une authentique identité latino-américaine. Avec les trois derniers chapitres, on passe de la symphonie au concerto où les solistes sont tour à tour les Argentins, les Chiliens et les Brésiliens, mettant leurs diplomaties culturelles nationales en accord avec l’orchestre des autres nations. On y apprend beaucoup sur la création de leurs machines diplomatiques, sur l’adaptation de leur action culturelle selon qu’ils s’adressent à la Grande-Bretagne, la France, l’Allemagne, les États-Unis ou leurs voisins directs, ainsi que sur la minutieuse fabrication de leur « identité pour l’extérieur », pour reprendre cette expression suggestive, forgée par Juliette Dumont. Il s’agit de déconstruire les stéréotypes qui risquent de les figer dans une image convenue et condescendante de pays « exotiques », c’est-à-dire de contrées à la fois lointaines, étranges, étrangères, mais néanmoins sympathiques. Paradoxalement, ils n’ont pas peur d’utiliser les héritages indiens et africains qu’ils intègrent désormais partiellement à leur culture nationale décidément en pleine métamorphose, de faire appel aux « artistes du peuple » (selon l’expression employée par les Chiliens Pablo Neruda et Ricardo Latcham en 1938), à leurs folklores, à leurs musiques, en particulier le tango argentin ou la samba brésilienne, pour promouvoir leur image, alors que cette promotion aurait pu faire durer ce regard traditionnel sur eux. Le succès au contraire est total : l’Europe et l’Amérique du Nord se réapproprient ces rythmes qui perdent ainsi leur caractère périphérique en s’intégrant dans les pratiques culturelles des pays du « centre ». Bien plus, en mettant en avant la culture populaire, ces trois États comprennent très tôt qu’il faut rompre avec les conceptions élitistes et intellectualistes françaises qui prévalaient au sein de l’IICI du temps de la SDN. Ils ont donc une part importante, à l’issue de la Seconde Guerre mondiale, dans le passage de la coopération intellectuelle à la diplomatie culturelle : ce changement de vocables, cet élargissement des objectifs à « l’éducation, la science et la culture » est précisément la marque de la nouvelle organisation au sein de l’ONU : l’UNESCO. Néanmoins, même en 1945-1946, la France reste la France, la culture française est encore prestigieuse aux yeux de ces acteurs d’Amérique latine au point qu’ils donnent leur plein appui pour que Paris soit le siège de cette nouvelle institution.

7 Il n’est pas possible de rendre compte de toute la richesse de cet ouvrage. Il faudrait souligner aussi les différents tournants, dont celle de la crise de 1929-1930, qui ont marqué l’évolution des trois diplomaties culturelles. Mais, l’unité et l’originalité de l’époque étudiée – 1919-1946 – sont bien mises en valeur par Juliette Dumont. Si pendant ces années les trois pays ont réussi à lancer et à construire une action culturelle qui leur a valu une reconnaissance internationale, qui les a fait jouer un rôle sur la scène mondiale, la période suivante est moins propice à un tel succès : avec la guerre froide et la bipolarisation du monde, il est plus difficile de trouver des marges de manœuvre et de résister à l’alignement sur les États-Unis. En tout cas, il est un événement qui semble montrer que cette partie de la planète a obtenu de ne plus être considérée comme périphérique ou exotique pendant ces années 1919-1946. En 1945, pour la première fois dans l’histoire du prix Nobel de littérature, celui-ci est décerné à un écrivain d’Amérique latine : à la poétesse chilienne, Gabriela Mistral, ancienne déléguée de son pays à l’IICI.

Notes

1 Coombs Philip, The Fourth Dimension of Foreign Policy : The Educational and Cultural Affairs, New York, Harper and Row, 1964.

2 Nye Joseph S., « Soft Power », Foreign Policy, no 80, automne 1990 ; Nye Joseph S., Soft Power. The Means to Success in World Politics, New York, Public Affairs Books, 2004.

© Presses universitaires de Rennes, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540