Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Shakespeare au XXe siècle

 | 
Pascale Drouet

Notes sur les auteurs

Texte intégral

1Jean-Michel Déprats

2Maître de Conférences à l’Université de Paris X-Nanterre, Jean-Michel Déprats a traduit pour le théâtre près de trente pièces de Shakespeare (mises en scène notamment par Stéphane Braunschweig, Irina Brook, Philippe Calvario, Hans-Peter Cloos, Cécile Garcia-Vogel, Yannis Kokkos, Laurent Laffargue, Matthias Langhoff, Jacques Lassalle, Georges Lavaudant, Laurent Pelly, Luca Ronconi, Jérôme Savary, Andrzej Seweryn, Bernard Sobel, Hélène Vincent, Jean-Pierre Vincent, Peter Zadek etc.). Il a traduit également Le Baladin du monde occidental de M. Synge, Orlando d’après Virginia Woolf, L’Importance d’être constant d’Oscar Wilde, Édouard II de Christopher Marlowe, Dommage que ce soit une putain de John Ford, La Ménagerie de verre de Tennessee Williams, Tableau d’une exécution de Howard Barker, et d’autres pièces d’auteurs britanniques contemporains. En 1996, il a obtenu le Molière du meilleur adaptateur d’une pièce étrangère pour L’Importance d’être constant. Au cinéma, il a établi la version doublée de Henry V (Kenneth Branagh) et de Hamlet (Franco Zeffirelli). Il dirige la nouvelle édition des Œuvres Complètes de Shakespeare dans la Bibliothèque de la Pléiade dont les deux premiers volumes (Tragédies) ont déjà paru. Il a obtenu en 2002, pour l’ensemble de son œuvre de traducteur, le Prix Osiris de l’Institut de France et le Prix Halpérine-Kaminsky Consécration de la Société des Gens de Lettres.

3Paul Desveaux

4C’est en 1997, après un parcours de comédien qui l’a mené vers des auteurs comme Minyana, Sarraute, Novarina, Koltès ou Goldoni, que Paul Desveaux fonde sa compagnie, l’Héliotrope. Il met alors en scène La Fausse Suivante de Marivaux et Elle est là de Nathalie Sarraute. En 2000, il s’attaque à un projet de recherche autour de théâtre et chorégraphie à partir d’extraits de Sallinger de Koltès. C’est alors qu’il entame sa collaboration avec la chorégraphe Yano Latridès et le compositeur Vincent Artaud pour la création, en 2001, de L’éveil du printemps de Wedekind. En 2002, ils mènent ensemble un second projet de recherche autour du recueil de textes de Jack Kerouac. Paul Desveaux aborde alors un travail sur l’image cinématographique et le théâtre, en compagnie du réalisateur Santiago Otheguy. En 2003, réunissant encore ces différentes formes d’expression sur le plateau, il met en scène Richard II de Shakespeare et devient artiste associé à l’Hippodrome – Scène Nationale de Douai. Au terme d’une nouvelle résidence, aux Scènes du Jura, a lieu en 2004 la création d’une nouvelle version de Vraie blonde et autres. Sa dernière mise en scène, Les Brigands de Schiller, est créée en 2005 au Nouveau Théâtre-CDN de Besançon, puis présentée en tournée nationale. La même année, il monte L’orage d’Alexandre Ostrovski aux Abbesses/Théâtre de la Ville. Il est aussi associé, depuis 2005, au Théâtre des Deux Rives-CDR de Rouen.

5Pascale Drouet

6Pascale Drouet a enseigné dans les Universités de Lyon II, de Reims et de Limoges. Elle est aujourd’hui Maître de Conférences à l’Université de Poitiers. Sa thèse de doctorat, soutenue en 2001 à l’Université de Paris IV-Sorbonne, a donné lieu à une publication : Le vagabond dans l’Angleterre de Shakespeare, ou l’art de contrefaire à la ville et à la scène (L’Harmattan, coll. « L’Aire Anglophone », 2003). Elle est l’auteur d’une douzaine d’articles sur le traitement de la marginalité et de la gueuserie au théâtre, parmi lesquels : « Breaking Boundaries : Tyranny and Roguery in The Winter’s Tale » (Cahiers Élisabéthains, Number 67, Spring 2005), « “I’ll have the knave of trumps” : cartes et arnaques, ou l’art d’attraper les conils selon Robert Greene » (Actes du Congrès de la SFS 2005), « Les rites de passage dans The Belman of London, ou la confrérie des gueux selon Thomas Dekker » (XVII-XVIII, juin 2006).

7Michael Earley

8Michael Earley est Professeur de littérature et de théâtre anglais à l’Université de Lincoln, en Angleterre. Il a été Directeur éditorial de la maison d’édition Methuen Drama, contribuant ainsi à faire éditer des dramaturges contemporains comme Edward Bond, Arthur Miller, Sarah Kane, Caryl Churchill, Harold Pinter, Peter Brook et Robert Lepage. Auparavant, il a été responsable de la production de pièces de théâtre radiophoniques pour la BBC – dont le théâtre complet de Christopher Marlowe et les pièces de Shakespeare. Avant de s’installer en Angleterre, il a été Directeur du programme d’Études Théâtrales et Professeur assistant en littérature à l’Université de Yale, et dramaturge pour le Theatre Centre à la Juilliard School ; il a également donné des cours de troisième cyle dans le cadre du programme d’Études Théâtrales à l’Université de New York. Il a publié deux volumes consacrés à l’œuvre de Shakespeare : Soliloquy : The Shakespeare Monologues. Invité à la Folger Shakespeare Library à Washington D.C., il a travaillé sur des projets de mises en scène avec d’autres universitaires et avec la troupe shakespearienne en résidence. Actuellement, il rédige la biographie critique du dramaturge innovateur Edward Gordon Craig et il écrit un livre sur les textes majeurs d’Arthur Miller. À l’Université de Lincoln, il met en place une nouvelle École d’Art Dramatique ainsi qu’un programme original faisant se rejoindre théorie du théâtre et scénographie.

9Cécile Falcon

10Cécile Falcon est agrégée de lettres modernes, ancienne élève de l’École Normale Supérieure. Après avoir travaillé plusieurs années comme assistante à la mise en scène auprès de Jacques Lassalle, elle enseigne au département d’Arts du spectacle de l’Université Rennes 2-Haute Bretagne et exerce ses activités de recherche au sein du laboratoire « La présence et l’image ». Elle prépare actuellement une thèse sur les tournées internationales de la Comédie-Française, du TNP et de la Compagnie Renaud-Barrault/Théâtre de France, entre 1945 et 1969, sous la direction de Didier Plassard. Elle est une collaboratrice régulière du Journal des trois théâtres de la Comédie-Française et a réalisé de nombreux entretiens avec des personnalités aussi diverses que Jacques Lassalle, André Wilms, Arthur Nauzyciel, Andrzej Seweryn, Muriel Mayette, Anne Kessler, Ferruccio Soleri et François Regnault.

11Carole Guidicelli

12ATER à l’Université de Caen Basse Normandie, Carole Guidicelli a soutenu, en 2003, un doctorat d’études théâtrales sur Daniel Mesguich, dirigé par Georges Banu (Paris III). Elle collabore régulièrement à la revue ThéâtreS (Presses Universitaires de Rennes) et a notamment coordonné la rubrique « Carnets de création » consacrée aux Histrions de Marion Aubert, mis en scène par Richard Mitou (ThéâtreS n° 24, décembre 2006). Auteur de plusieurs articles et communications, principalement sur la mise en scène contemporaine, elle prépare, en collaboration avec Estelle Rivier, un ouvrage consacré aux représentations de Shakespeare à la Comédie Française au xxe siècle.

13Wilhelmina L. Hotchkiss

14W. L. Hotckiss est Maître de Conférences en littérature à California State University, Long Beach. Son diplôme de doctorat en littérature (Ph. D) lui a été délivré par UCLA (University of California, Los Angeles) en 1988. Dans sa thèse, intitulée Wordsworth, Constable, and the Claim of Personal Geography, elle s’est intéressée au thème du « self-fashioning » comme artefact artistique, en suivant une approche croisée entre le poète William Wordsworth et le peintre John Constable. Bien que spécialiste du Romantisme britannique, elle donne aussi des cours sur le théâtre de Shakespeare et participe régulièrement à l’Annual California State University Shakespeare Symposium, où elle a fait plusieurs communications sur la façon de faire connaître et comprendre Shakespeare par le biais de la mise en scène. Elle a publié, entre autres : « ’O this learning, what a thing it is !’ : Forging Links through Shakespeare Studies » (Co-auteur : Linda Merlo. California K-16 Partnerships and Student Success Conference. Long Beach, California, 2002) et « “Out of Honesty, Into English” : Anne Plumptre’s Translations from Kotzebue » (British Women Playwrights, 1780-1830. Chapman University, Orange, California, 2004).

15François Laroque

16François Laroque est Professeur de littérature anglaise à l’Université de la Sorbonne Nouvelle-Paris III. Il est co-responsable d’une anthologie en deux volumes de pièces du théâtre anglais de la Renaissance à paraître dans la collection La Pléiade. Il a par ailleurs créé, en 1996, l’Équipe de Recherche IRIS (Imaginaire, Représentations, Idéologies, Société dans l’Angleterre des xvie et xviie siècles) qu’il dirige actuellement à l’Institut du Monde Anglophone. Il a notamment publié Shakespeare et la fête (PUF, 1988) et de Shakespeare comme il vous plaira (Gallimard, Découvertes, 1991), ouvrages traduits en anglais et régulièrement réédités. Il a également publié des actes de colloques et de nombreux articles sur Shakespeare et ses contemporains.

17Édouard Lekston

18Édouard Lekston est diplômé de l’École Nationale Supérieure des Arts Décoratifs de Paris (2001), où il a présenté, pour son diplôme de dernière année, un recueil de sérigraphies intitulé Mon Ami William et consacré à trois tragédies majeures de Shakespeare : Hamlet, Macbeth et Le Roi Lear. Il a depuis travaillé pour les éditions l’Avant-scène Théâtre et avec le Centre Pompidou pour l’exposition Enchantez-vous dans l’Ateliers des Enfants (2000). En collaboration avec François Laroque, il a réalisé l’affiche du colloque IRIS Race, Genre et Marges dans l’Angleterre moderne, 1580-1680 (juin 2004). Il a aussi conçu la première de couverture pour les Actes du Congrès de la Société Française Shakespeare, Shakespeare et l’Europe de la Renaissance (2004). Il a présenté une exposition à l’Université de Poitiers, en décembre 2004, dans le cadre d’une manifestation culturelle autour de l’Angleterre Tudor. Pour le Congrès 2005 de la Société Française Shakespeare, « Shakespeare et le Jeu », il a fait une nouvelle exposition : « Shakespeare : jeux de mots/jeux de dessins ». Aujourd’hui, il travaille pour les éditions L’Harmattan ; il illustre essentiellement des contes bilingues venant des quatre coins du monde.

19Marie-Madeleine Martinet

20Marie-Madeleine Martinet fait des recherches sur les rapports du texte et de l’image. Après son ouvrage Le miroir de l’esprit dans le théâtre élisabéthain (1982, tiré de sa thèse soutenue en 1978), elle a publié de nombreux articles sur l’iconographie et les artifices d’optique de la Renaissance. Elle a travaillé sur l’interprétation de l’espace et du paysage – de son anthologie Art et nature en Grande-Bretagne au xviiie siècle (1980) à Jardin et paysage en Grande-Bretagne au xviiie siècle (2001) –, et sur la mise en texte des œuvres d’art pour son livre Le Voyage d’Italie dans les littératures européennes (1996). Elle poursuit ces questions jusqu’à la théorie et la pratique de l’hypermédia sur support électronique ; elle a fait la programmation du cdrom Georgian Cities (2000) qui recrée l’univers urbain du xviiie siècle, et elle crée des pages du site de son centre de recherches sur l’histoire des espaces imaginaires (2003-2004), tout en publiant des articles commentant ces supports. Professeur à l’Université de Paris IV-Sorbonne, elle y dirige avec le Professeur Liliane Gallet-Blanchard le centre de recherches « Cultures Anglophones et Technologies de l’Information » ; elle dirige aussi l’École Doctorale « Civilisations, Cultures, Littératures et Sociétés ».

21Nathalie Rivère de Carles

22Nathalie Rivère de Carles est Maître de Conférences à l’Université de Toulouse 2 le Mirail en littérature de la Renaissance anglaise. Agrégée d’anglais, elle a soutenu une thèse sur la scénographie du théâtre renaissant à travers l’utilisation des tentures, en décembre 2005, à l’Université de Montpellier. Elle est membre de l’Équipe d’accueil « Cultures anglo-saxonnes » (Toulouse 2). Elle a participé à diverses conférences, telles que celles de la SAES et de la British Shakespeare Association, et aux Tables Rondes Tudor à l’Université de Tours. Elle s’intéresse aux mises en scène renaissantes et contemporaines des pièces de Shakespeare et de ses contemporains, ainsi qu’à l’intertexte médiéval et mythologique. Elle a publié plusieurs articles dont « De Minerve à Thespis : tenture et théâtralité » (Anglophonia, French Journal of English Studies, N° 13, PU du Mirail, 2003), « The curtained stage : inside and outside the Elizabethan playing space » (actes du colloque de The IXth Tudor Round Table, Peter Lang, 2006). Elle contribue au recueil d’articles New Critical Perspectives on Twelfth Night (Routledge 2007) et au Dictionary of Shakespeare Classical Mythology sous la direction du Professeur Yves Peyré (IRCL/CNRS 2008).

23Estelle Rivier

24Professeur agrégée d’anglais, Maître de Conférences à l’Université du Maine. Sa thèse, L’Espace scénographique dans les mises en scène des pièces de Shakespeare au vingtième siècle, dirigée par Thomas Pughe, est publiée par Peter Lang (2006). Ses recherches s’orientent majoritairement vers la mise en scène et son interprétation. Ses principales publications sont : « La scénographie de Hamlet dans une mise en scène de Peter Brook » et « Essai d’interprétation : la mise en scène de trois genres shakespeariens » (Revue d’histoire du théâtre), « Words are swords : le jeu avec les mots sur la scène et dans le texte de Richard II » (PUC), une explication de texte de Richard II, V.5 (Capes/Agrégation. Key Scenes, Vol. II), « Jeu de pleins et de vides sur la scène de notre temps » (Congrès SFS 2005), « Voices in The Tragedy of Coriolanus » (Ellipses, 2006). Membre de la SFS, elle rédige régulièrement des comptes rendus de mises en scène pour les Cahiers Elisabéthains et co-écrit actuellement, avec Carole Guidicelli, un ouvrage sur l’œuvre de Shakespeare mise en scène à la Comédie Française. Diplômée du Conservatoire d’Art Dramatique, c’est aussi par le biais de la pratique personnelle du théâtre qu’elle alimente ses recherches sur les techniques scénographiques contemporaines.

25Isabelle Schwartz-Gastine

26Isabelle Schwartz-Gastine est Maître de Conférences en littérature anglaise à l’Université de Caen. Depuis sa thèse de doctorat, obtenu en 1982 à l’Université de Paris VII, sous la direction de Richard Marienstras, « Le Coriolan de William Shakespeare mis en scène par Gabriel Garran », 1977, elle travaille sur le théâtre de la Renaissance, plus particulièrement dans une optique de représentation scénique en regard de l’interprétation textuelle et de la sémiotique théâtrale, dans une perspective historique et contemporaine. Elle a publié A Midsummer Night’s Dream – William Shakespeare (Paris, Armand Colin, 2002) ainsi que les actes du colloque des concours qu’elle a organisé (en partenariat avec la SFS) à l’université de Caen, en novembre 2004, Richard II deWilliam Shakespeare : une œuvre en contexte (Numéro spécial des Cahiers de la MRSH, février 2005). Elle a consacré une quarantaine d’articles à divers aspects de la représentation théâtrale du corpus shakespearien, publiés dans des ouvrages spécialisés. Par ailleurs, elle traduit de la poésie contemporaine, elle a déjà organisé un colloque rassemblant des poètes contemporains qui a donné lieu à des actes.

27Clotilde Thouret

28Maître de Conférences en littérature comparée à l’Université de Paris IV-Sorbonne, Clotilde Thouret a fait sa thèse de doctorat sous la direction de François Lecercle : « Discours de récitants et paroles de personnages. Le monologue de théâtre en Europe (Angleterre, Espagne, France. 1580-1640) » (à paraître aux Éditions Droz). Elle a plusieurs publications à paraître dont « La merveilleuse irrésolution d’Althée sur la mort de Méléagre : réécritures dramatiques d’une métamorphose, en France et en Angleterre » (Réécritures du crime. L’acte sanglant sur la scène théâtrale du xvie au xviiie siècle, PU de la Sorbonne), « Du discours du récitant à la parole du personnage : la théorie du monologue de théâtre (xvie-xviie siècles) » (La Fabrique du personnage, Éditions Champion), « Le monologue baroque selon Rotrou : dramaturgie de la convention et spectacle de la pensée » (Rotrou, une figure majeure du théâtre baroque, numéro spécial de Littératures classiques àparaîtreàl’automne2007), « Le secret d’une chambre : la pratique cornélienne du monologue à la lumière de la théorie dramatique » (Pratiques de Corneille, colloque pour le quadri-centenaire de la naissance de Pierre Corneille, à paraître aux PURH).

29Kate Wilkinson

30Kate Wilkinson est doctorante à Sheffield Hallam University, Angleterre, où elle vient d’obtenir avec distinction un MA English Studies en Littérature de la Renaissance. Elle commence un PhD axé sur les problèmes que pose la mise en scène du théâtre renaissant, et plus particulièrement la mise en scène des pièces historiques de Shakespeare. Ses publications incluent une édition en ligne de la pièce de Richard Brome, The City Wit (http://www.shu.ac.uk/​schools/​cs/​teaching/​lh/​renplays.htm), « A source for The City Wit », (Notes and Queries, vol 250, n° 2, June 2005), ainsi que des comptes rendus de plusieurs pièces de théâtre comme « Review of Macbeth », (Cahiers Élisabéthains, 64, Autumn 2003, 85-86), « Othello », (Early Modern Literary Studies 10.1, May 2004, 15.1-5), « Romeo and Juliet » (Early Modern Literary Studies 10.2, September 2004, 11.1-6), « Twelfth Night », (Early Modern Literary Studies 11.1, May 2005, 16.1-6), « Doctor Faustus », (Marlowe Society of America Newsletter, vol. 25, n° 2, Fall 2005, 5-6).

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540