Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La politique par correspondance

 | 
Sandro Landi
, 
Jean Boutier
, 
Olivier Rouchon

Deuxième partie. La lettre, outil du pouvoir

Correspondances, clientèle et culture politique dans l’État ecclésiastique au début du xviie siècle

Nicole Reinhardt

Texte intégral

  • 1 Sur la genèse de l’État à l’époque moderne voir la somme de W. Reinhard, Geschichte der Staatsgewal (...)

1Depuis toujours, les lettres constituent une source privilégiée des historiens. L’histoire politique traditionnelle, s’intéressant aux grands hommes qui ont fait l’Histoire, a par conséquent inventé (au sens latin du terme) ses sources dans les documents issus de l’espace politique de l’État, et notamment dans les correspondances dites politiques. Et avec raison, puisque depuis l’époque moderne la construction et la genèse de l’État passent essentiellement par la lettre comme moyen d’information et comme outil d’administration et de domination des territoires, des hommes et des espaces. Les institutions qui naissent dans ce contexte deviennent ainsi productrices d’une documentation immense, où les correspondances l’emportent de loin sur les chartes1.

  • 2 La définition de la « micro-politique » selon la définition de Wolfgang Reinhard est « l’emploi plu (...)
  • 3 Cette distinction entre politique et privé est problématique, comme nous allons voir dans ce qui su (...)

2L’étude des clientèles dans une perspective micro-politique, telle que nous l’entendons, propose en revanche une lecture du politique comme culture, comme processus social, ce qui change et élargit les approches aux sources épistolaires sur lesquelles elle repose2. Tout d’abord, l’attention portée aux structures de patronage comme fondement de la politique a élargi considérablement le genre de correspondances considérées comme utiles à la compréhension du politique : l’analyse des correspondances politiques est complétée par celle des correspondances privées3. Comprendre les fondements micro-politiques des évolutions macro-politiques signifie comprendre le politique dans le contexte des réseaux sociaux, comprendre l’action politique de façon dynamique. Afin de restituer la dynamique sociale et culturelle des clientèles, il s’agit de défricher des sources complémentaires, en principe sans limites. L’homme crée et forme ces/ses réseaux, mais il en est formé, et tous deux s’insèrent dans une situation historique avec laquelle ils entretiennent des rapports dialectiques. Rien n’est déterminé, mais tout n’est pas possible non plus. D’un point de vue méthodologique surtout, ceci signifie qu’on ne peut se limiter à des sources définies a priori comme pertinentes au politique. En même temps, la notion du politique se déconstruit au prisme de la clientèle.

  • 4 Voir B. Emich, Bürokratie undNepotismus unter Paul V (1605-1621). Studien zurfrühneuzeitlichen Mikr (...)

3Ce qui rend la question plus complexe encore, est la découverte, au cours des recherches menées depuis une trentaine d’années, que ce sont les structures de clientèle qui ont largement configuré les institutions et par la suite les correspondances, tant d’un point de vue matériel que discursif. Birgit Emich a récemment soulevé la question de savoir dans quelle mesure les archives sur lesquelles nous travaillons ne sont pas comparables aux restes archéologiques des clientèles qui les ont produites4. Le problème qui se pose alors est celui de la possibilité de comprendre historiquement le phénomène du clientélisme sans tomber dans le piège d’un déterminisme réducteur, suggéré par les correspondances elles-mêmes.

  • 5 Sur ce problème, je me permets de renvoyer à N. Reinhardt, Macht und Ohnmacht der Verflechtung. Rom (...)

4D’un point de vue matériel d’abord, car s’il est vrai que nous pouvons étudier les clientèles surtout par les lettres, il faut aussi ajouter que les sources existantes peuvent fausser l’image, par les aléas de leur conservation, et par le fait que la totalité des réseaux ne se reflète pas forcément dans les correspondances. La lettre naît de la distance entre celui qui écrit et celui qui reçoit la lettre. C’est pourquoi les études de patronage portent dans leur majorité sur des acteurs historiques éloignés dans l’espace. Cet éloignement permet de les saisir. Mais c’est aussi un signe que, probablement, les relations sont moins denses et moins confidentielles que celles qui n’ont pas laissé de traces, précisément parce que l’interaction entre les acteurs était si dense et si proche qu’elle n’a pas produit de correspondance. Ainsi, le noyau central d’une clientèle se retrace souvent difficilement à travers les lettres d’un point de vue qualitatif. Une étude sérieuse des clientèles ne peut donc pas reposer exclusivement sur les correspondances mais doit, dans la mesure du possible, être appuyée sur d’autres sources5.

  • 6 Sur le rapport entre apprentissage de la rhétorique antique et apprentissage des contenus, voir J. (...)
  • 7 Le rapport entre client et patron peut trouver des cadres juridiques, mais il ne peut pas être exig (...)

5Le deuxième piège est discursif et qualitatif À l’époque moderne, la quasi totalité des correspondances politiques et/ou privées est profondément colorée par une rhétorique du clientélisme. L’emploi d’une telle rhétorique s’impose dans une société dont les références morales en matière politique sont imprégnées des enseignements de l’Éthique à Nicomaque d’Aristote et du De officiis de Cicéron. En même temps, l’apprentissage de l’écriture de lettres passe par l’apprentissage de l’ars dictaminis et de la rhétorique latine, donc par le langage politique d’une société structurée par la clientèle6. Mais ce sont aussi les rapports de domination objective qui changent à l’époque moderne : les rapports féodaux de subordination juridique font place à des engagements et à des rapports plus libres de patronage et de clientèle7. Cette transformation structurelle de la société modifie le langage politique, comme le remarque Panfilo Persico – ce n’est pas un hasard – dans son livre sur « Le Secrétaire » :

  • 8 P. Persico, Del segretario libri quattro, Venezia (per I Giunti) 1656, p. 211 : « Ma dai soggetti v (...)

« Mais des sujets envers le Supérieur on emploie toujours le terme de Patron, cette expression, je ne sais comment, a pris plus de force de son utilisation plus fréquente, que de sa signification originelle, dénotant protection et défense. On voit ainsi qu’elle importe plus que l’expression Seigneur, qui signifie domination et assujettissement8

  • 9 Voir B. Emich, N. Reinhardt, H. Von Thiessen, C. Wieland, « Stand und Perspektiven der Patronagefor (...)
  • 10 R. Mousnier, « Les fidélités et les clientèles en France au xvie, xviie et xviiie siècles », Histoi (...)
  • 11 Voir S. Kettering, « Patronage in Early Modem France », French Historical Studies, 17, 1992, p. 839 (...)
  • 12 A. L. Herman, « The Language of Fidelity in Early Modem France », The Journal of Modem History, 67, (...)

6À cela se superposent les exigences d’une société de cour qui génère ses propres exemples rhétoriques et ses règles de comportement qui tendent à une inflation du langage clientélaire, allant de pair avec une dissimulation obligée9. Il ne paraît plus possible de dresser une distinction nette entre des rapports de fidélité fondés sur de « véritables » émotions et des relations de clientèle « matérialistes », comme le suggérait naguère Roland Mousnier de façon quelque peu romantique10. Toutefois, la question de la rhétorique est centrale, et elle a fait couler beaucoup d’encre. Les propositions pour sortir de l’impasse vont de la position de Sharon Kettering, niant l’importance heuristique de la distinction, au linguistic turn de Kristen Neuschel mettant les deux options sur le même plan11. Nous suivrons ici plutôt Arthur L. Herman12 qui part de l’idée que le langage de la fidélité et de la clientèle doit être compris comme un agir social visant un horizon mental partagé par une société spécifique. Pour qu’une relation de clientèle fonctionne dans la durée, nous supposons qu’une certaine cohérence entre l’action langagière et le comportement s’imposait aux yeux des acteurs historiques. Peu importe au fond que les émotions évoquées soient vraies, ou non, si elles s’insèrent dans un tissu d’actions qui les rendent significatives.

  • 13 A la suite à cette initiative, le pontificat de Paul V passe désormais pour l’un des mieux connus d (...)

7Partant de ces prémisses, nous proposerons ici d’évoquer le statut et l’emploi de la lettre clientélaire dans le contexte de l’administration de l’État de l’Église au début du xviie siècle, étudiés par un groupe de recherche qui, sous l’égide de Wolfgang Reinhard, a analysé les structures micro-politiques sous le pontificat de Paul V13. Si nos propres travaux se sont concentrés sur la légation de Bologne, ceux des autres chercheurs permettent de pousser plus loin des hypothèses formulées jadis, ainsi que d’en avancer de nouvelles. Nous esquisserons d’abord le cadre historique et institutionnel de l’État ecclésiastique, et plus spécifiquement de la légation de Bologne à l’époque moderne, pour ensuite saisir comment et par qui sont produites les lettres. Nous montrerons plus dans le détail pourquoi il est impossible de décider a priori du caractère politique ou privé d’une lettre, et pourquoi seule une lecture dans la logique du système social de la clientèle permet de la saisir. Notre conclusion reviendra sur le problème de la rhétorique et des auteurs (présumés) des correspondances : dans quelle mesure peut-on parler d’auteurs quand on ne peut écrire que pour d’autres et quand on ne peut écrire que ce qui a déjà été écrit par d’autres ?

Le cadre historique

  • 14 Pour l’histoire de la monarchie papale à l’époque moderne voir P. Prodi, Il sovrano pontefice. Un c (...)
  • 15 W. Reinhard, « Papal Power and Family Strategy in the Sixteenth and Seventeenth Centuries », in R. (...)
  • 16 Sur les aspects financiers voir : W. Reinhard, Papstfinanz und Nepotismus unter Paul V (1605-1621). (...)
  • 17 À ce sujet, voir les mots de Panfilo Persico, Del secretario, op. cit., p. 381 : « [...] in Corte d (...)

8La monarchie papale de l’époque moderne a constitué un objet d’étude important pour les historiens qui s’intéressent au fonctionnement du clientélisme14. Son caractère électif entraîne une grande instabilité au niveau des personnes, et une mobilité sociale considérable. À chaque disparition du souverain pontife, une nouvelle famille est propulsée à la tête de l’État, et avec elle ses clients et fidèles. Afin de stabiliser le pouvoir nouvellement acquis, les papes de l’époque moderne se servent massivement de leurs clients qu’ils installent dans les positions-clés15. Le système de dépouilles à la romaine sert d’un côté à perpétuer la fortune et l’ascension sociale des familles papales, et de leurs clients, au-delà du pontificat16, et de l’autre à s’assurer que ceux qui exécutent les ordres sont des personnes de confiance et donc particulièrement fiables. Cette discontinuité est accentuée par le fait que les hommes ainsi promus sont des hommes d’Église, donc (théoriquement au moins) célibataires, ce qui empêche la transmission directe d’offices ou de titres de père en fils. Le népotisme devient ainsi la solution de recours, le cardinal-neveu n’étant que la figure la plus visible et la plus haut placée d’un système qui structure tout de haut en bas. Cette instabilité et cette mobilité spécifiques rendent le va-et-vient des clientèles encore plus perceptible aux yeux de l’historien et ceci surtout grâce au grand nombre de lettres qu’il génère. Dans la course aux offices et aux grâces, tous les moyens sont déployés et toutes les relations sont mobilisées pour motiver les revendications individuelles, familiales ou collectives17.

  • 18 Voir B. Emich, Territoriale Integration in der Frühen Neuzeit. Ferrara und der Kirchenstaat, Koln-W (...)

9Comparés à d’autres souverains, les papes ne peuvent donc compter sur des réseaux établis pour régner, ce qui rend délicate la domination des territoires périphériques. Depuis le xvie siècle, on observe ainsi une stratégie changeante envers les territoires soumis au souverain pontife : avec le temps, les campagnes de soumission militaires sont remplacées par le compromis et les négociations avec les élites locales, comme par exemple dans la restitution de Ferrare au Saint-Siège en 159818.

  • 19 M. Laurain-Portemer, « Absolutisme et népotisme. La surintendance de l’État ecclésiastique », Bibli (...)
  • 20 Ceci surtout parce que le souverain en tant que padre comune ne peut pas gérer lui-même ses clients
  • 21 Voir B. EMICH, W. Reinhard, « Les serviteurs du cardinal-neveu Scipione Borghese et le service du p (...)

10Le manque de continuité dynastique n’empêche pas la croissance des institutions pour l’administration de l’État et une conception trans-personnelle des offices, tout au contraire. Dans le domaine de l’administration des territoires de l’État, les congrégations de cardinaux spécialisées et stables s’imposent depuis le pontificat de Sixte V (1585-1590), notamment la Consulta (déjà créée sous Paul IV, mais désormais stable) et la Congregazione del Buon Governo. Le préfet de ces deux congrégations est toujours le cardinal-neveu, qui porte également le titre de Sopraintendente dello Stato Ecclesiastico depuis le pontificat de Pie V19. Le cardinal-neveu préside à une troisième institution qui complète la triade du coeur administratif de l’État : la secrétairerie d’État qui gère la correspondance curiale dans sa totalité. La fonction politique et administrative du cardinal-neveu dans ces institutions peut désormais être qualifiée de fictive. Ce qui importe est qu’au sommet du pouvoir apparaisse une seule tête, celle du neveu du souverain comme alter ego du pape20. Cette concentration de fonctions sur le cardinal-neveu permet à celui-ci notamment de se servir des institutions qu’il préside afin de gratifier ses clients et de poursuivre les intérêts financiers de sa famille21.

  • 22 Cité dans G. Angelozzi C. Casanova, La nobiltà disciplinata. Violenza nohiliare, procedure di giust (...)

11Dans l’administration des provinces, les légations (Romagne, Bologne, Ferrare) tiennent une place particulière, car elles sont administrées par des cardinaux-légats qui correspondent directement avec le cardinal-neveu et la secrétairerie d’État. En outre, les légations bénéficient du privilège d’envoyer un ambassadeur stable auprès de la cour de Rome. Parmi les légations, Bologne n’est pas simplement la plus prestigieuse et la mieux rémunérée, mais probablement aussi la plus difficile à gérer, car les élites locales, selon la devise du drapeau communal (Libertas), prétendent à une liberté exceptionnelle. Jusqu’à nos jours le mythe de la liberté de Bologne se maintient dans l’historiographie, faisant écho à l’historiographe bolonais Ghiselli, qui notait en 1683 : « [notre] ville dans laquelle il n’y a pas de cour et qui ne connaît aucun supérieur22 ».

  • 23 Sur la restauration du pouvoir pontifical, voir N. Zanardi, « La marcia su Bologna di Giulio II. Fu (...)
  • 24 Fondamental, A. Gardi, Lo Stato in provincia. L’amministrazione della Legazione di Bologna durante (...)

12Cependant depuis que Jules II avait chassé la Seigneurie des Bentivoglio en 1506, le rêve républicain était fini non seulement de jure, mais aussi de facto23. En ce début de xvie siècle, furent jetées les bases d’un compromis avec l’élite locale de Bologne, qui devait perdurer jusqu’à la fin de l’Ancien Régime. Jules II mit en place un sénat de 40 membres à vie pour remplacer les anciens Sedici Riformatori della Liberta. Il s’agit donc d’un élargissement considérable du nombre des familles appelées à gouverner la ville en coopération avec le cardinal-légat. Sixte V poursuivit cette ouverture en ajoutant 10 sénateurs supplémentaires24. Bien que le siège au sénat ait eu tendance à devenir héréditaire, chaque nomination de sénateur (à la mort d’un ancien membre) dépendait rigoureusement du pape par un bref. Le maintien du siège ou l’accès à un siège deviennent ainsi un enjeu fondamental du clientélisme sur le sol bolonais.

  • 25 Dans le détail voir N. Reinhardt, Macht und Ohnmacht..., op. cit., p. 149-199.
  • 26 Paul V impose surtout la résidence des légats à Bologne. Jusqu’à la nomination de Giustiniani (25. (...)

13En contrepartie, la ville garde quelques privilèges d’autonomie administrative en matière fiscale, financière, militaire et juridique. Mais ce n’est pas par hasard si le pape Paul V a été décrit comme le plus absolutiste des pontifes de l’époque moderne. Sous son pontificat, beaucoup de ces anciens privilèges furent vidés de leur sens par des mesures plus ou moins directes25. Dans l’ensemble, on constate pourtant que la pression fut particulièrement vive sous les deux premiers légats, Benedetto Giustiniani (1606-1611) et Maffeo Barberini (1611-1614), et se relâcha sous Luigi Capponi (1614-1619)26.

  • 27 Voir N. Reinhardt, Macht und Ohnmacht.,., op. cit., p. 75-102.

14À cette politique autoritaire, le sénat réagit en resserrant ses rangs autour des anciennes familles de tradition républicaine, qui accaparent systématiquement les offices dans les commissions spécifiques (les assunterie)27. Dans les assunterie, qui contrairement au sénat, siègent sans contrôle du légat, on traite désormais des problèmes politiques brûlants. Cette tendance a un effet sur la correspondance avec l’ambassadeur de Bologne à Rome : le carteggio du sénat au cours du pontificat se vide progressivement de contenus politiques intéressants. Celui qui veut reconstruire la politique sénatoriale de ces années est donc appelé à se reporter de plus en plus sur les correspondances des assunterie (pourtant moins bien conservées).

Écrire et recevoir des lettres : le cardinal-neveu, simple signataire ?

  • 28 L. Hammermeyer, « Grundlinien der Entwicklung des pàpstlichen Staatssekretariates von Paul V bis In (...)

15Le débat autour de la fonction du cardinal-neveu dans les institutions qu’il présidait semble désormais tranché. Sa fonction en tant que chef de la bureaucratie a été dévoilée comme une fiction. Elle servit pourtant à l’installer dans un lieu où confluaient toutes les informations concernant l’État et l’Église et ses ressources humaines et financières. Reste à expliquer comment fonctionnait la secrétairerie d’État, « cœur de toutes les décisions politiques de la curie »28, comment les informations et missives aboutissaient au bon endroit, et quel était l’intérêt qu’y portait le cardinal-neveu.

  • 29 Scipione Cafarelli est créé cardinal le 18 juillet 1605, il est nommé Sopraintendente le 21 septemb (...)
  • 30 Pour ce qui suit, voir B. Emich, Bürokratie und Nepotismus. op. cit., p. 54-85.

16La question de savoir comment organiser le secrétariat d’État se posait à chaque début de pontificat. Après son élection en mai 1605, Paul V mit bien quatre mois avant de nommer son neveu Scipione Cafarelli comme cardinal-neveu en titre et comme Sopraintendente dello Stato ecclesiastico29. C’était donner une tête à l’institution, mais sans définir encore ses modalités concrètes de travail. La secrétairerie d’Etat avait besoin d’une compétence bureaucratique solide en la présence d’un secrétaire en chef doté d’une réelle expérience. En même temps, il fallait se débarrasser des serviteurs du pape précédent, et l’ancien secrétaire d’Etat, le cardinal Erminio Valenti, fut donc renvoyé. Si continuité il y a, il faut surtout la chercher au niveau des secrétaires subordonnés qui continuaient dans leurs charges. On flanqua le jeune cardinal-neveu de deux anciens secrétaires, Martio Malacrida et Lanfranco Margotti, qui avaient servi dans les maisons de Pietro et Cinzio Aldobrandini, les neveux de Clément VIII. Cette décision peut étonner, dans la mesure où les Borghese étaient réfractaires aux serviteurs des Aldobrandini. Mais ces personnages étaient des hommes de second rang, qui pouvaient apporter leur grande compétence et leur savoir-faire au cardinal Borghese, encore néophyte30. Il s’agit là d’un compromis typique qu’on peut observer à tous les niveaux de l’État ecclésiastique à chaque transition d’un pontificat à l’autre. Dans la mesure où la monarchie est élective, la disgrâce des collaborateurs du pape défunt se limite aux figures les plus exposées politiquement. Mais pour garantir la continuité institutionnelle, il est nécessaire de conserver les techniciens compétents, en leur offrant des carrières et une nouvelle affiliation à l’ombre d’un nouveau patron.

17Dans un premier temps, Malacrida et Margotti divisent entre eux la correspondance selon un critère géographique : Malacrida s’occupa de la correspondance avec les pays au nord des Alpes, Margotti était chargé des légations, des nonciatures italiennes et de tous les représentants du pontife dans les pays latins. La coopération des deux fut pourtant de courte durée, puisque, quand Margotti reçut en novembre 1608 le chapeau de cardinal, Malacrida claqua la porte, emmenant avec lui d’autres secrétaires et sostituiti qui accomplissaient les tâches d’écriture de lettres. On comprend la jalousie du secrétaire devant la nomination de son collègue au cardinalat. Si Malacrida n’avait pas été distingué, c’est probablement qu’on le soupçonnait d’être resté trop proche des Aldobrandini, même s’il semble que le secrétaire ait découvert son attachement à ceux-ci seulement après l’affront qu’il venait de subir. Toutefois, le départ de Malacrida imposa une réorganisation du travail.

18Le cardinal Margotti est devenu le secrétaire incontournable, celui qui met le pape au courant des affaires, mais il ne peut pas s’occuper en personne de toute la correspondance. Du coup, trois nouveaux secrétaires sont recrutés entre 1609 et 1610, et le travail est redistribué : Giovanni Battista Confalonieri (Pologne, Vienne, Graz, Cologne, Portugal, le Levant), Porfirio Feliciani (Prague, Flandres, Suisse, Venise, Espagne, France), et finalement, en avril 1610, Giovanni Battista Perugino (Avignon, Florence, Naples, Savoie, Milan, les légations de l’État ecclésiastique). Cette configuration fut de courte durée, car le cardinal Margotti rend l’âme en novembre 1611, et Confalonieri quitte le secrétariat à la mort de son maître. Entre 1611 et 1613 on revient à un tandem (Feliciani-Perugino), qui s’achève avec la mort de Perugino, en décembre 1613. Jusqu’à la fin du pontificat, Porfirio Feliciani est donc le secrétaire en charge, aidé par d’autres qui se partagent le travail, sans pour autant lui faire de l’ombre.

  • 31 Pour les détails, ibid., p. 85 sq.
  • 32 Le cardinal-neveu pour ses affaires personnelles avait eu plusieurs secrétaires privés, il s’agit d (...)

19Mais avec Feliciani, on note une évolution étonnante, qui ne peut s’expliquer par une division du travail à l’intérieur du secrétariat d’État lui-même : la correspondance avec les légations se fait moins importante. Ce reflux ne se produit pas dans la correspondance régulière des légats, mais plutôt dans les lettres a diversi des légations31. En effet, à partir de 1616 environ, une partie des affaires qui touchaient aux intérêts des clients et aux intérêts des Borghese, et jusqu’alors traitées dans la secrétairerie d’État, a été court-circuitée par le secrétaire personnel de Scipione Borghese. Pour cette raison Birgit Emich a pu parler d’une confluence dans les mains d’Ottavio Bacci entre secrétariat privé et ce qu’elle appelle secrétariat de patronage32.

  • 33 Ibid., p. 127.

20Il est évident à ce niveau que le secrétariat d’État n’est pas une institution exempte des logiques de clientèle et de patronage, et que la réorganisation récurrente imposée par les décès et les départs a laissé des traces dans l’organisation du matériel. La répartition des fonctions à l’intérieur du secrétariat d’État se révèle seulement à travers une analyse des traces et annotations laissées par différentes mains sur les lettres elles-mêmes. Tâche que Birgit Emich a accomplie pour la légation de Ferrare avec une méticulosité exemplaire et dont on peut aussi étendre les résultats aux autres légations. En rapportant le contenu des lettres aux indices externes de leur traitement, apparaît une logique qui n’obéit pas à des critères de provenance, mais bien à des critères d’intérêt clientélaire. S’en tenir au signataire des lettres sortantes, ou au destinataire des lettres, c’est prendre le risque d’une erreur d’interprétation, car le seul nom qui apparaisse est celui du cardinal Scipione Borghese. Mais est-ce vraiment lui qui s’occupait de toutes les lettres ? Il semble que non. À partir de 1610, la présence du cardinal-neveu se fait rare dans les bureaux du secrétariat d’Etat33.

Trier les lettres : correspondance politique et correspondance clientélaire

  • 34 Il s’agit de lettere d’avviso, un genre hautement codifié, voir P. Persico, Del Segretario, op. cit (...)

21La correspondance des cardinaux-légats avec la secrétairerie d’État fut régulière. Au rythme des courriers, ils envoyaient des nouvelles des villes où ils siégeaient. On écrivait même quand on n’avait rien à écrire, car informer sur toutes sortes de curiosités faisait partie de la fonction des envoyés, fussent-ils ambassadeurs, légats ou nonces34.

  • 35 Ceci en dépit du fait que le pape avait été vice-légat à Bologne de 1598-1591.
  • 36 N. Reinhardt, Macht und Ohnmacht..., op. cit., p. 268-273.

22Dans le cas de Bologne, cette correspondance des légats est plus dense pour les premières années du pontificat, années pendant lesquelles les ambitions papales en matière politique sont également plus prononcées et plus diversifiées. Le recul de contenu politique, à partir de 1615 environ, ne correspond pas seulement à une nouvelle phase dans le traitement des affaires clientélaires par les Borghese, mais aussi pour Bologne à un relâchement de la pression exercée par les légats. Au fil des années, les intérêts changent des deux côtés : la clientèle des Borghese s’élargit tout au long du pontificat et impose donc une croissante logique de patronage. La clientèle est le fruit du pontificat et non pas sa base. Ainsi, pendant les premières années du pontificat, dans les lettres aux légats en début de leur fonction, on ne trouve aucune réflexion quant aux familles locales proches des Borghese35. Le cardinal-neveu commence à répondre à des lettres de personnalités de Bologne à partir de 1607 seulement, et il ne le fait pas de sa propre initiative mais en réponse à des hommages qui lui ont été adressés. C’est seulement avec l’arrivée de Maffeo Barberini en 1611, que nous trouvons pour la première fois une lettre signée de Scipione Borghese qui énumère les familles bolonaises particulièrement chères au cardinal-neveu et au souverain pontife. La correspondance change lentement à la fois dans son contenu, et dans sa composition. À partir de 1614, les intérêts se font place dans le contenu, et les intéressés s’installent parmi les correspondants : avant cette date, la correspondance avec Bologne se composait essentiellement de la correspondance avec le légat, il y avait peu d’échanges directs avec des Bolonais sur place. Après 1614, ce sont les lettres aux diversi qui l’emportent largement sur la correspondance d’office36.

23Il est probable que l’accélération et l’augmentation des intérêts liés à la clientèle aient provoqué le changement opéré au cours des années dans le traitement de la correspondance. Esquissons donc ici, brièvement, le traitement matériel de la correspondance entrante afin de mieux en saisir la logique.

  • 37 Ce procédé a été reconstruit par Birgit Emich à travers l’analyse des estratti (annotations résuman (...)
  • 38 Voir B. Emich, ibid., p. 264-316.

24Au début du pontificat, Scipione Borghese et son auditeur ouvrent les paquets de lettres qui arrivent depuis les légations au secrétariat d’État. Ils trient les lettres, ils les annotent et en donnent une partie au secrétaire en chef Margotti. Borghese et Margotti se présentent ensuite devant le pape, référant le contenu des lettres reçues et notant les réponses. Mais à partir de 1610, le cardinal-neveu ne participe plus au menu travail de l’annotation. S’il a l’impression qu’une lettre doit être portée à la connaissance du pape, il le fait savoir avec une note de la main de son auditeur pour Margotti. Toutes les lettres qui touchent pourtant aux intérêts personnels, il les traite directement, d’abord en parlant à son oncle, le souverain pontife, puis en dictant à ses auditeurs la réponse qui est ensuite relayée dans les bureaux du secrétariat d’Etat. On repère ici un partage de fonctions dans le rapport au pape : Margotti d’un côté pour la politique générale et le cardinal-neveu de l’autre pour les intérêts37. D’ailleurs, comme l’indiquent les annotations de sa main, le pape dans l’examen personnel des dossiers préfère se concentrer sur les lettres qui ont une dimension diplomatique ou militaire. L’intervention écrite du pape est en revanche rare sur les dossiers touchant aux intérêts, qu’il semble avoir discutés avec son neveu, tout en lui laissant la responsabilité de s’en occuper concrètement après la discussion. Pour toutes les réponses (d’intérêts ou de politique) le secrétariat d’État sert de scriptorium. Cette façon de procéder s’achève en 1616, quand Ottavio Bacci devient le secrétaire personnel de Scipione Borghese. Si les auditeurs et les autres secrétaires privés du cardinal-neveu avaient auparavant coopéré avec le secrétariat d’État pour l’expédition des lettres touchant aux intérêts personnels et clientélaires du Padrone, à partir de la période de Bacci, cette correspondance n’est plus enregistrée aux secrétariats d’État, mais dans des registres établis par Bacci-même (alors même qu’il ne faisait pas partie de cette institution)38.

  • 39 N. Reinhardt, Macht und Ohnmacht..., op. cit., p. 338-355.

25La distinction entre les deux genres de lettres, suscitant un traitement diversifié, est une distinction selon le contenu et non pas selon l’expéditeur. Un légat peut écrire en chef de province, il peut écrire en tant que client exprimant des intérêts touchant à sa personne, il peut offrir ses services utiles aux intérêts ou agréables au goût du patron, il peut aussi – pour parler comme Sharon Kettering – écrire comme broker en faveur de ceux qu’il aimerait voir protégés, ou qui ont été recommandés à sa protection. Le cardinal-neveu peut s’adresser à des individus en tant que Sopraintendente dello Stato ecclesiastico, ou encore comme patron recherchant la protection de ses intérêts par un individu ou par une collectivité. Dans ce type de contexte, on n’impose pas par voie de justice, on (re)commande : des personnes pour remplir des offices du tribunal de la Rota par exemple, des professeurs pour une chaire à l’université ou une augmentation de salaire, éventuellement des privilèges fiscaux39...

  • 40 Ibid., p. 199 sq. et p. 264-303.

26L’incapacité ou la réticence des sénateurs de Bologne à coopérer à ce type de requêtes a considérablement affaibli la position de la ville pendant le pontificat de Paul V. Dans une ville qui se définit comme république à l’intérieur d’une monarchie, l’action collective des sénateurs n’obéit pas à cette identification d’intérêts et d’affetti personnels au bene commune que suggère le cardinal-neveu. À l’inverse, agissant au nom de leur famille ou de leur personne, en tant que clients possibles, réels ou virtuels (et très souvent contre l’intérêt de la patria), cette identification fait tout naturellement partie de l’horizon de valeur évoqué par les mêmes sénateurs40. La non transposition de modes d’action de clientèle, que les sénateurs acceptaient parfaitement en tant que personnes privées, à leur stratégie politique en tant que sénateurs, conduit à un blocage entre Rome et Bologne.

  • 41 Déjà en 1611, la lettre informant Maffeo Barberini de sa nomination en tant que légat de Bologne av (...)

27Un expéditeur ou un contenu ne sont donc pas a priori publics ou privés, mais ils relèvent ou non de ce qui touche à la sphère d’intérêt d’un patron ou d’un client. La définition de cette sphère peut évoluer au cours du temps. Ainsi, vers la fin du pontificat de Paul V, la confirmation du légat à Ferrare, ou l’anoblissement de citoyens, qu’on peut définir comme des contenus éminemment politiques et publics, qui dépendent toujours d’une décision papale, ne sont plus traités par le secrétariat d’État, mais par le secrétaire de patronage Bacci41. La sphère des intérêts clientélaires s’est donc considérablement élargie – et elle ne correspond pas aux catégories de sphère publique et privée, formulées a priori par les historiens.

Questions de style, questions d’auteur

  • 42 Voir J. Basso, Le genre épistolaire en langue italienne (1538-1662). Répertoire chronologique et an (...)
  • 43 Voir S. Iucci, « La trattatistica sul segretario tra la fine del Cinquecento e il primo ventennio d (...)

28Les lettres, quelles tiennent à la politique ou aux intérêts particuliers des clients et des patrons, ne sont pas des productions reflétant le génie personnel de leurs auteurs. Tout au contraire, à l’époque moderne, l’Italie remplit les bibliothèques de l’Europe d’ouvrages qui enseignent comment il faut écrire les lettres42. Une bonne partie de ces ouvrages s’adresse aux professionnels du genre, à cette population toujours croissante de secrétaires qui servent dans les cours et républiques. Une profession dont le statut est ambigu, et qui, à travers les traités à la fois théoriques et pratiques, cherche à se distinguer et à établir sa légitimité en établissant des normes43. On y apprend beaucoup plus qu’à écrire des lettres ; on y apprend à se gérer comme individu dans l’espace politique, à en connaître les codes, à les déchiffrer. Sans doute les lecteurs potentiels des manuels de secrétaire dépassaient-ils les seuls secrétaires.

  • 44 Sur l’impossibilité de suivre l’exemple ancien, voir P. M. Baños, « Familiar, retórica, cortesana : (...)
  • 45 P. Persico, Del segretario, op. cit., p. 230.

29Il ne s’agissait pas seulement d’exhumer le savoir des anciens en matière épistolaire afin de les imiter, les changements historiques intervenus depuis l’âge d’or de la rhétorique ancienne imposaient plutôt d’adapter la théorie et d’y intégrer des types et genres nouveaux44. Panfilo Persico, auteur d’un des manuels pour secrétaires les plus diffusés du xviie siècle ressent bien que le travail de l’histoire rend impossible de suivre Cicéron pour établir une typologie des genres épistolaires45.

  • 46 Appartiennent au negozi : lettere d’aviso, di consiglio, di domanda, di raccomandazione, d’offerta, (...)
  • 47 Le système de Persico paraît plus logique que celui de F. Sansovino, Del secretario ouero Formulari (...)

30Persico de son côté propose aux secrétaires vingt-deux types différents de lettres qui se laissent diviser en deux voire trois genres généraux : « affaires (negoti), compliment (complimento) et mixtes (misto)46 ». Il développe ainsi à la fois une simplification et un système47 proche du travail quotidien du secrétaire, ce qui a probablement fait son succès. Parmi les lettres que Persico place sous la catégorie de negotio, on trouve la lettre de recommandation, qui abonde dans toutes les correspondances, car remplir les charges avec les personnes convenables est un problème central dans l’administration de l’État et également un enjeu primordial entre patrons et clients. L’inflation des lettres de ce genre est pénible pour le secrétaire, car il doit trouver les mots justes. Quelquefois il doit en écrire parce que le patron y est contraint, même s’il ne recommande pas vraiment le sujet en question, et que la recommandation ne sert qu’à maintenir le lien entre l’émetteur et le destinataire :

  • 48 P. Persico, Delsegretario, op. cit., p. 285-287 : « [...] il raccomandar non è altro, che cometer u (...)

« [...] recommander n’est autre chose que confier une affaire ou une personne à la confiance, à la faveur, à la diligence d’autrui, en demandant et suppliant qu’elle soit protégée, favorisée et aidée comme il convient [...] On écrit si souvent pour remplir cette tâche que cela mérite bien d’être considéré un genre à soi [...] Les lettres de recommandation sont plus fastidieuses que les autres pour les Secrétaires, car il est devenu habituel qu’aucune affaire ne puisse être conduite sans lettres de faveur de quelqu’un [...] et par leur moyen on fait connaître les personnes, les mérites, les qualités et dépendances à celui qui ne les connaît pas et on facilite ainsi les affaires et on pourvoit à ces fins qu’on entend obtenir. Toutefois l’abus est devenu si grand tant du côté de celui qui demande des faveurs pour la moindre connaissance ou introduction, pour des occasions sans importance et des affaires infimes, que du côté de celui qui les donne, afin de ne pas paraître désobligeant et avare d’une chose qui ne coûte rien, et souvent pour aucune autre raison que pour saisir l’occasion qui s’offre afin d’entretenir l’amitié, de l’exercer, qu’ainsi sans connaissance de cause, sans distinction des personnes facilement et presque sans penser on écrit ces lettres. Comme ces affaires sont devenues tellement ordinaires, certains emploient des signes distinctifs pour se comprendre entre eux et pour savoir quand on recommande et on désire vraiment, quand c’est sous condition, et quand c’est une obligation et qu’on ne tient pas au succès48. »

  • 49 Archivio Segreto Vaticano (ASV), Fondo Borghese (FB) II 419, f. 17v, Lettre de Scipione Borghese au (...)
  • 50 ASV, FB II 325, f. 44, Lettre du cardinal Benedetto Giustiniani au cardinal Scipione Borghese du 31 (...)

31Quels sont ces signes distinctifs qu’on introduit pour reconnaître la valeur d’une recommandation ? En étudiant les lettres de recommandation, on note que ces signes peuvent varier. Ils peuvent être explicités, comme par exemple dans une lettre de Scipione Borghese qui annonce qu’il sera contraint de recommander plusieurs personnes pour un même poste, mais qu’une personne spécifique devra être gratifiée49. Une recommandation forcée est visible dans une tournure du légat Benedetto Giustiniani qui rappelle au cardinal-neveu que ce genre de recommandation fait partie de 1’office qui lui a été confié50. Une recommandation sérieuse donne normalement des informations plus complètes quant aux mérites du recommandé et aux affetti qui lient celui qui recommande à celui qui est recommandé. Un ajout à la main peut souligner en outre l’urgence et la valeur accordées à la recommandation, comme on le voit dans un autre exemple sous la plume du légat Giustiniani :

  • 51 ASV, FB II327, f. 121, Lettre du cardinal Benedetto Giustiniani au cardinal Scipione Borghese du 5. (...)

« Depuis plusieurs années déjà, je protège messieurs Gianbeccari à cause de leur qualité, et pour cela j’ai toujours aidé Monseigneur du même nom, employé dans plusieurs gouvernements de l’État de l’Église dans lesquels il s’est toujours comporté très honorablement. Et comme dans le dernier changement il n’a pas été pourvu, il vient à Rome pour servir le Saint-Père et Votre Honneur et j’aimerais que Vous, afin de me gratifier comme d’habitude, puissiez lui donner une église, et entre-temps, pour qu’il ne se sente pas délaissé de ma protection, je Vous supplie de l’employer dans une congrégation quelconque selon la bonne et sainte volonté de Notre-Seigneur et de la Vôtre, afin que, une fois connue la bonté de cette personne, Votre Honneur puisse l’employer selon le mérite d’un vieux et bon prélat [...] [de sa propre main] : Mon Seigneur et patron cet homme est un prélat plein d’honneur – et ça se voit par le fait qu’en dix-sept années, passées aux affaires, il n’a rien mis de côté, tout au contraire il a même vendu sa charge de secrétariat pour soutenir son honneur en début de son gouvernement51. »

32Par le choix des mots, le légat se pose non pas en légat, mais en client du pape, et en relais clientélaire qui joue son propre crédit par rapport à ses clients. Le service fait au client est important en soi, mais il l’est aussi dans la perspective du lien de clientèle qui s’établit ainsi entre le cardinal-neveu et le légat. C’est une occasion de confirmer que leur rapport n’est pas seulement un rapport fondé sur la fonction que revêt Giustiniani à Bologne, mais qu’il occupe aussi une position de client de la famille papale.

  • 52 Archivio di Stato di Bologna (ASB), Senato Lettere VII 78, Lettre de l’ambassadeur de Bologne à Rom (...)
  • 53 P. Persico, DelSegretario, op. cit., p. 35 : « In Roma s’è introdotta novamente da Cardinali grandi (...)
  • 54 Voir I. Stader, Herrschaft durch Verflechtung. Perugia unter Paul V (1605-1621). Studien zur frühne (...)

33Une autre manière de distinguer la recommandation est de recourir non seulement au message écrit, mais aussi au message viva voce du porteur afin qu’il transmette non seulement la lettre elle-même, mais aussi ce qui lui a été dit à propos de cette lettre, soulignant ainsi son importance par une double énonciation52. Ces messages oraux ont probablement joué un grand rôle pour compléter une bonne partie des correspondances écrites, mais il reste difficile de les saisir. Toutefois, Persico note l’émergence d’un genre de secrétaires qui s’adonnent à cet usage à plein-temps : accompagner les lettres par un message di bocca53. Parmi les signes distinctifs qui intensifient la recommandation on peut aussi ajouter la méthode du harcèlement épistolaire, c’est-à-dire la répétition de lettres recommandant la même personne54.

  • 55 P. Persico, Del Segretario, op. cit., p. 233-234 : « L’anima del complimento veramente è la parte a (...)

34Le genre des complimenti par rapport à celui des negoti se distingue, selon Persico, par la charge affective ce qui rend leur emploi délicat, surtout si les émetteurs ne font que copier des exemples qu’ils ont appris dans les manuels, sans vérifier si la lettre qu’ils écrivent est cohérente avec le contexte relationnel dans lequel ils s’en servent55.

35Pour l’historien des clientèles, les lettres que Persico classe sous la catégorie des complimenti constituent un matériau intéressant mais aussi des plus ambigus. Ce qu’il caractérise comme le propre de ce type de lettres – l’affetto – n’est pourtant pas tout à fait absent dans les lettres de negoti. La différence porte plutôt sur ce qui constitue la raison d’être de la lettre. Les complimenti normalement ne portent sur rien d’autre que ce que leur nom indique.

  • 56 Les lettres avec la formule « come fratello » sont enregistrées dans le secrétariat d’État, les let (...)

36Bien que Persico admette les lettres mixtes de complimenti et negoti, la plupart du temps, on les distingue. Une même personne peut écrire deux fois le même jour à la même personne : une première fois pour un negotio, une seconde pour un complimento. Généralement, la lettre de compliment s’affiche par les affects. Mais cet affichage peut être très subtil. Il peut se trouver dans une simple formule de salutation. Ainsi, par exemple dans la correspondance de Scipione Borghese avec les représentants des villes sujettes : s’il écrit au nom du pape pour transmettre des ordres liés à sa fonction de Sopraintendente, il signe « come fratello » (la lettre penche vers le negotio). Quand il transmet des demandes à son propre compte (lettre penchant vers le compliment), quand il s’agit d’afficher un service à sa personne en tant que patron, la formule choisie marque l’affect : « Affettionatissimo delle SS.VV. »56. Ce petit signe discret permet aux destinataires d’identifier le contexte d’interprétation de la lettre et d’y réagir de façon adaptée, même s’il s’agit de matières qu’on pourrait, à première vue, interpréter comme publiques ou politiques. Il s’agit bien de lettres mixtes dont le contenu renvoie aux negoti mais qui doivent être comprises comme un compliment ou une demande de service.

37Un type de lettre qui fait pleinement partie des complimenti chez Persico est celui des lettres de bonnes fêtes. Comme les compliments tout court, ce type spécifique se trouve abondamment, et l’historien des clientèles peut y attacher une certaine importance du point de vue de l’analyse des correspondances. Mais le secrétaire Persico voit les choses autrement :

  • 57 P. Persico, Del secretario, op. cit., p. 413-414 : « [...] e quella è la tribulatione dei Segretari (...)

« [...] et c’est surtout cela l’ennui des Secrétaires, et particulièrement de ceux qui se trouvent à la cour de Rome, qui de nos jours doivent avant tout souhaiter des vœux et y répondre [...] C’est une tâche de peu de considération, car on n’y accorde pas grande importance, et on ne les lit même pas aux Seigneurs, beaucoup s’en lassent et l’abandonnent aux nouveaux bacheliers, qui surgissent et se renouvellent continuellement à la cour57. »

38Les historiens se tromperaient-ils en accordant de l’importance à ces lettres ? Les mots de Persico appellent à la vigilance, au bon emploi de la critique des sources. Si ce type de lettre n’est pas particulièrement considéré en tant que tel, on en écrit pourtant en grande quantité. Il s’agit d’un acte de courtoisie, qu’on remarque moins quand il survient « naturellement », mais qu’on noterait sans doute s’il venait à manquer. C’est un acte obligé pour les clients et les patrons, et bien au-delà de ce type de relations, mais il ne marque ni ne crée un lien de clientèle.

  • 58 Ibid., p. 41. Pour le contexte général, je me permets de renvoyer à N. Reinhardt, « Dissimulation, (...)
  • 59 P. Persico, Del segretario, op. cit., p. 382 : « Ma son anche molti Signori di gran fortuna, che mi (...)

39Ce que Persico enseigne, c’est que toutes les lettres, comme tous les hommes qui vivent à la cour sont forcément de grands dissimulateurs, des camaleonti58. Les lettres sont utiles, car elles créent des possibilités pour le futur et le présent, dans un monde où l’homme n’existe que s’il est client ou patron59, et ceci notamment dans le contexte de l’État ecclésiastique où tout est toujours en mouvement. C’est précisément en saisissant les hommes par leurs modes d’expression qu’on apprend à les interpréter et à réagir correctement. Tout est une question d’herméneutique.

  • 60 Ibid., p. 179.
  • 61 Voir B. Emich, Bürokratie undNepotismus..., op. cit., p. 112-115.
  • 62 P. Persico, Delsegretario, op. cit., p. 179.
  • 63 Ibid., p. 179. Le livre des lettres de Margotti (d’environ 400 pages !) : [Lanfranco Margotti], Let (...)

40Peut-on dire que les lettres que nous étudions ont des auteurs ? On apprend à écrire des lettres à travers des livres qui l’enseignent, et qui sont eux-mêmes écrits par ceux dont la profession est celle d’écrire les lettres : les secrétaires. Les secrétaires de la curie sont des auteurs particulièrement prolifiques de ces traités, et ils n’y mettent pas seulement de la théorie mais aussi des exemples pratiques, c’est-à-dire des lettres qu’ils ont écrites dans leur fonction. Persico note même que la réputation des secrétaires d’État est telle, qu’on essaie de subtiliser leurs registres pour les imprimer directement comme une collection de lettres exemplaires60. En effet, à côté des traités qui mélangent théorie et pratique, il existe aussi des ouvrages qui ne fournissent que des lettres-modèle, et une grande partie de ces exemples proviennent de la cour de Rome, et sans doute de la Secrétairerie d’État elle-même. Ce n’est pas toujours de façon illégale ou clandestine que ces copies de lettres aboutissent dans les imprimeries romaines. Une bonne partie des copies de registres que nous connaissons doivent probablement leur existence à la préparation de recueils de lettres destinés à l’imprimerie. Tel est le cas avec Porfirio Feliciani61. Il marque son époque par son style et son génie, d’après Persico62, ce qui laisse supposer que des copies manuscrites de ses lettres écrites au nom de Scipione Borghese circulaient en dehors des murs du secrétariat d’État, sans qu’elles aient été imprimées. La réputation des travaux de Lanfranco Margotti, un des prédécesseurs de Feliciani, dépassait toutes les autres, même s’il n’avait pu faire imprimer ses lettres de son vivant. L’édition se fit posthume, mais le nom de Margotti circulait partout, car il était exemplaire, « dans un style bref et mélangé de variété, de lumières et de couleurs63 ».

  • 64 Dédicace de Lelio Guidiccioni à Scipione Borghese dans l’édition de 1627, imprimée également dans l (...)

41Le titre même de l’ouvrage, en indiquant que les lettres avaient été écrites par Lanfranco Margotti au nom du cardinal Borghese, invite à se demander dans quelle mesure ces lettres avaient un auteur. Le signataire des lettres originales que nous trouvons dans les archives, Scipione Borghese, n’est visiblement plus considéré comme auteur de la lettre, une fois quelle est imprimée dans un recueil. Le secrétaire qui l’a composée récupère son droit d’auteur, sa lettre devient une illustration de son propre mérite. Margotti comme tous ses collègues a appris à écrire à travers les exemples des autres, mais dans la conformité il est quand même un auteur qui se distingue et qui, à juste titre, a trouvé « la Pourpre dans l’encre64 ». La lettre imprimée glorifie l’auteur et, à travers lui, tous les secrétaires. Elle les fait entrer dans la république des lettres. Indirectement, dans le cas précis du recueil de Margotti, la masse des lettres proposées au lecteur est également un hommage au cardinal-neveu et à la famille des Borghese après la fin du pontificat. Dans les lettres insignes de Margotti on se souviendra du temps perdu, et des relations humaines qui l’ont tissé. C’est l’hommage ultime des serviteurs et clients.

42Les lettres qui sont ainsi proposées au monde n’ont plus véritablement de destinataires précis. Elles se destinent à l’Histoire. On fait disparaître les dates, ce qui rend impossible de les contextualiser dans le temps, et souvent on enlève les noms des personnes auxquels elles étaient adressées. Seuls les titres demeurent, pour qu’on puisse juger de l’habilité de l’auteur à traiter tout le monde comme il convient, à laisser une marque de son génie sur ce qui est complètement convenu. Que peut trouver le lecteur ? Des exemples de style surtout, mais aussi l’expression d’une façon de gouverner par la clientèle, non la grammaire des relations mais le discours. Les lettres décontextualisées deviennent ainsi une sorte de texte hors temps, elles se transforment en une seule et unique lettre-monument dédiée à l’État ecclésiastique, à une société structurée en clientèle :

  • 65 Ibid. : « Onde ciascuno, che apprenda il vero modo del trattare Ecclesiastico, massimamente in pers (...)

« D’où il advient que tous ceux qui apprennent véritablement la façon de traiter les matières ecclésiastiques, surtout les personnes qui gouvernent et qui font la loi, admettront que ces lettres maigres de corps, abondent pourtant en nobles qualités et sont remplies d’exemples véritables, qui forment le comportement et éduquent les sentiments65

43Ce qui reste au bout du compte, c’est l’horizon moral que les lettres évoquent, une fois que leurs auteurs et leurs lecteurs originaux ont disparu. Elles sont les vestiges d’une culture politique de l’époque moderne dans laquelle l’État se fonde non seulement sur les intérêts mais surtout sur les affetti – au risque que ceux-ci l’emportent sur le Léviathan pour le détruire.

Notes

1 Sur la genèse de l’État à l’époque moderne voir la somme de W. Reinhard, Geschichte der Staatsgewalt. Eine vergleichende Verfassungsgeschichte Europas von den Anfängen bis zur Gegenwart, Munich, 1999, p. 125-205 pour l’époque moderne.

2 La définition de la « micro-politique » selon la définition de Wolfgang Reinhard est « l’emploi plus ou moins conscient de réseaux de relations personnelles à des fins politiques », voir Id., « Amici e creature. Politische Mikrogeschichte der römischen Kurie im 17. Jahrhundert », Quellen und Forschungen aus italienischen Archiven und Bibliotheken, 76, 1996, p. 308-334, ici p. 320. Les notions d’histoire culturelle du politique (Kulturgeschichte des Politischen) et culture politique (politische Kultur) agitent en ce moment les débats historiographiques en Allemagne, voir G. Garner, « Tendances récentes de l’histoire politique, sociale et culturelle en Allemagne : les Sonderforschungsbereiche 485, 496 et 584 », Bulletin d’information de la Mission historique française en Allemagne, 43, 2007, p. 90-101, ici notamment p. 92. Pour la définition de culture politique que nous suivons ici, W. Reinhard, « Was ist europäische politische Kultur ? Versuch zur Begründung einer Historischen Anthropologie », Geschichte und Gesellschaft, 27, 2001, p. 593-616.

3 Cette distinction entre politique et privé est problématique, comme nous allons voir dans ce qui suit.

4 Voir B. Emich, Bürokratie undNepotismus unter Paul V (1605-1621). Studien zurfrühneuzeitlichen Mikropolitik in Rom, Stuttgart, 2001.

5 Sur ce problème, je me permets de renvoyer à N. Reinhardt, Macht und Ohnmacht der Verflechtung. Rom und Bologna unter Paul V. Studien zur frühneuzeitlichen Mikropolitik im Kirchenstaat, Tübingen, 2000, p. 48-49. J’ai moi-même proposé, entre autres, l’étude de parrainages comme outil de vérification partielle de l’existence de réseaux de clientèle et pour resituer les stratégies des acteurs. Un croisement complexe de sources de tout type s’impose généralement.

6 Sur le rapport entre apprentissage de la rhétorique antique et apprentissage des contenus, voir J. Coleman, A History of Political Thought. From the Middle Ages to the Renaissance, Oxford, 2005, p. 50-53 ; dans le même sens les réflexions de R. Costa-Gomes, « Letters and letter-writing in fifteenth century Portugal », in R. Schulte, X. Von Tippelskirch (eds), Reading, Interpreting and Historicizing : Letters as Historical Sources, San Domenico di Fiesole, 2004 (EUI Working Paper HEC, 2004/2), p. 11-38, ici p. 22-29. Une bonne bibliographie sur le genre et la rhétorique épistolaires chez P. M. Baños, « La carta en el Renacimiento y el Barrocco. Guía bibliográfica », Cuadernos de Historia Moderna, IV, 2005, p. 187-201 ; A. Quondam (dir.), Le « carte messaggiere ». Retorica e modelli di comunicazione epistolare : per un indice dei libri di lettere del cinquecento, Roma, 1981.

7 Le rapport entre client et patron peut trouver des cadres juridiques, mais il ne peut pas être exigé par des moyens judiciaires. Il est libre dans ce sens-là, sans nier les contraintes octroyées par ¡engagement dans une relation patron-client.

8 P. Persico, Del segretario libri quattro, Venezia (per I Giunti) 1656, p. 211 : « Ma dai soggetti verso il Superiore s’usa sempre il termine di Padrone, la qual parola, non sò come, hà preso forza dall’uso maggior, del suo significato naturale, nel quale dinotando protettion, e difesa, s apprende che importi più della parola Signore, che significa dominio, e sogettione. » La première édition de ce manuel classique, réédité à plusieurs reprises au cours du xviie siècle, est de 1620. Voir aussi, ici-même, la contribution de Jean-Claude Waquet.

9 Voir B. Emich, N. Reinhardt, H. Von Thiessen, C. Wieland, « Stand und Perspektiven der Patronageforschung. Zugleich eine Antwort auf Heiko Droste », Zeitschrift fur historische Forschung, 32, 2, 2005, p. 233-265, ici p. 259-262. Sur la société de cour, bien sûr les travaux de Norbert Elias. Sur le traité de Castiglione et sa réception, voir P. Burke, The Fortunes of the Courtier. The European Reception of Castiglione’s Cortigiano, Cambridge, 1995 ; des réflexions sur la dissimulation et la société de cour (avec une bibliographie récente), voir R. G. Asch, « Der Höfling als Heuchler ? Unaufrichtigkeit, Konversationsgemeinschaft und Freundschaft am frühmodernen Hof », in W. Reinhard (ed.), Krumme Touren. Anthropologie kommunikativer Umwege, Wien-Köln-Weimar, 2007, p. 183-204.

10 R. Mousnier, « Les fidélités et les clientèles en France au xvie, xviie et xviiie siècles », Histoire sociale SocialHistory, 29, 1982, p. 35-46, ici p. 44.

11 Voir S. Kettering, « Patronage in Early Modem France », French Historical Studies, 17, 1992, p. 839-863, ici p. 851 ; Id., Patrons, Brokers and Clients in Seventeenth Century France, Oxford, 1986, p. 20 ; K. Neuschel, Word of Honor. Interpreting Noble Culture in Sixteenth Century France, Ithaca, Londres, 1989, p. 16-21. Pour une critique de Neuschel voir J. Russell Major, « Vertical Ties through Time », French Historical Studies, 17, 1992, p. 863-871 ; A. Jouanna, « Réflexions sur les relations internobiliaires en France au xvie et xviie siècles », French Historical Studies, ibid., p. 872-881.

12 A. L. Herman, « The Language of Fidelity in Early Modem France », The Journal of Modem History, 67, 1995, p. 1-24 ; mais aussi J. Smith, « No More Language Games. Words, Beliefs and the Political Culture of Early Modem France », The American Historical Review, 102, 1997, p. 1413-1440.

13 A la suite à cette initiative, le pontificat de Paul V passe désormais pour l’un des mieux connus de l’époque moderne. Pour une contextualisation et des renvois bibliographiques complémentaires, voir : A. Karsten, J. Zunckel, « Perspektiven der Romforschung », Historische Zeitschrift, 2,282, 2006, p. 681-715.

14 Pour l’histoire de la monarchie papale à l’époque moderne voir P. Prodi, Il sovrano pontefice. Un corpo e due anime : la monarchia papale nella prima età moderna, Bologna, 1982. Parmi les nombreuses études sur le clientélisme à Rome voir l’ouvrage désormais classique de R. Ago, Carriere e clientele nella Roma barocca, Bari, 1990.

15 W. Reinhard, « Papal Power and Family Strategy in the Sixteenth and Seventeenth Centuries », in R. G. Asch, A. M. Birke (eds), Princes, Patronage and the Nobility. The Court at the Beginning of the Modem Age, Oxford, 1991, p. 329-356, ici p. 330.

16 Sur les aspects financiers voir : W. Reinhard, Papstfinanz und Nepotismus unter Paul V (1605-1621). Studien und Quellen zu quantitativen Aspekten derpäpstlichen Herrschaft, 2 vols, Stuttgart, 1974 ; V. Reinhardt, Kardinal Scipione Borghese, 1605-1633 : Vermögen, Finanzen und sozialer Aufstieg eines Papstnepoten, Tübingen, 1984 ; U. Köchli, « Nepoten, Pfründen und Klienten. Die Krise der Familie Barberini nach dem Tod Urbans VIII. », A. Karsten, H. Von Thiessen (eds), Nützliche Netzwerke und korrupte Seilschaften, Göttingen, 2006, p. 163-180.

17 À ce sujet, voir les mots de Panfilo Persico, Del secretario, op. cit., p. 381 : « [...] in Corte di Roma specialmente, dov’essendo le rivolte così spesse, e standovi le persone non con altro fine, che del proprio profitto, ciascuno si rivolge al Sole Oriente e lascia l’Occidente. Perciò ad ogni mutatione di Principe si pongono le persone a preveder & a indovinar fra i parenti, i servitori & gli amici quelli, che possa haver più parte, e fioccano da ogni lato le congratulationi ad ogni poca conoscenza, ad ogni adito, che alcun n’habbia. »

18 Voir B. Emich, Territoriale Integration in der Frühen Neuzeit. Ferrara und der Kirchenstaat, Koln-Wien-Weimar, 2005 ; N. Reinhardt, Macht und Ohnmacht..., op. cit., p. 20-40 pour des références bibliographiques plus complètes.

19 M. Laurain-Portemer, « Absolutisme et népotisme. La surintendance de l’État ecclésiastique », Bibliothèque de l’École des chartes, 131, 1973, p. 487-568, ici p. 494.

20 Ceci surtout parce que le souverain en tant que padre comune ne peut pas gérer lui-même ses clients.

21 Voir B. EMICH, W. Reinhard, « Les serviteurs du cardinal-neveu Scipione Borghese et le service du pape, 1605-1621 », in A. Jamme, O. Poncet (dir.), Offices et papauté (xive-viie siècle). Charges, hommes, destins, Rome, 2005, p. 333-339 ; et W. Reinhard, « Le népotisme. Fonctions et avatars d’une constante de l’histoire pontificale », in Id., Papauté, confessions, modernité, éd. et préfacé par Robert Descimon, trad. fr. F. Chaix, Paris, 1998, p. 69-98.

22 Cité dans G. Angelozzi C. Casanova, La nobiltà disciplinata. Violenza nohiliare, procedure di giustizia e scienza cavalleresca a Bologna nel XVII secolo, Bologne, 2003, p. 19, et passim pour les épisodes de violence nobiliaire qui désespèrent les légats jusqu’à la fin du xviie siècle. Pour le mythe de Bologne, voir surtout, A. De Benedictis, La repubblica per contratto. Bologna una cittit europea nello Stato della Chiesa, Bologne, 1995 ; une position critique dans N. Reinhardt, Macht und Ohnmacht..., op. cit., p. 199-207 ; Id., « Quanto è differente Bologna ? La città tra amici, padroni e miti all’inizio del Seicento », Dimensioni eproblemi della ricerca storica, 2,2001, p. 107-146.

23 Sur la restauration du pouvoir pontifical, voir N. Zanardi, « La marcia su Bologna di Giulio II. Fuga dei Bentivoglio : restaurazione della sovranità pontificia », Strenna storica bolognese, 36 1986, p. 417-454.

24 Fondamental, A. Gardi, Lo Stato in provincia. L’amministrazione della Legazione di Bologna durante il regno di Sisto V (1585-1590), Bologne, 1994, p. 371-381 et passim.

25 Dans le détail voir N. Reinhardt, Macht und Ohnmacht..., op. cit., p. 149-199.

26 Paul V impose surtout la résidence des légats à Bologne. Jusqu’à la nomination de Giustiniani (25. 9. 1606) l’ancien cardinal-neveu Montalto était légat, sans jamais résider. Le dernier des légats après le départ de Capponi fut Giulio Savelli (1620-1621) qui fit plutôt profil bas, s’attendant probablement à la fin prochaine du pontificat.

27 Voir N. Reinhardt, Macht und Ohnmacht.,., op. cit., p. 75-102.

28 L. Hammermeyer, « Grundlinien der Entwicklung des pàpstlichen Staatssekretariates von Paul V bis Innozenz X (1605-1655) », Römische Quartalsschrift, 55, 1960, p. 157-202, ici p. 163. Pour ce qui suit, je m’appuierai essentiellement sur l’ouvrage de B. Emich (Bürokratie und Nepotismus..., op. cit.) qui a profondément révisé les travaux antérieurs sur le fonctionnement du secrétariat d’État.

29 Scipione Cafarelli est créé cardinal le 18 juillet 1605, il est nommé Sopraintendente le 21 septembre 1605.

30 Pour ce qui suit, voir B. Emich, Bürokratie und Nepotismus. op. cit., p. 54-85.

31 Pour les détails, ibid., p. 85 sq.

32 Le cardinal-neveu pour ses affaires personnelles avait eu plusieurs secrétaires privés, il s’agit dans l’ordre : Angelo Corradi (-1607/8), Pietro Campori (-1616) et, à partir de 1616, Ottavio Bacci, voir B. Emich, Bürokratie und Nepotismus. op. cit., p. 315.

33 Ibid., p. 127.

34 Il s’agit de lettere d’avviso, un genre hautement codifié, voir P. Persico, Del Segretario, op. cit., p. 241-243.

35 Ceci en dépit du fait que le pape avait été vice-légat à Bologne de 1598-1591.

36 N. Reinhardt, Macht und Ohnmacht..., op. cit., p. 268-273.

37 Ce procédé a été reconstruit par Birgit Emich à travers l’analyse des estratti (annotations résumant le contenu sur le dos de la lettre) et des annotations en marge, voir Id., Bürokratie und Nepotismus. op. cit., p. 145-152. Emich a surtout étudié la correspondance de Ferrare, mais ses échantillons pour les autres légations permettent de confirmer son hypothèse également pour Bologne.

38 Voir B. Emich, ibid., p. 264-316.

39 N. Reinhardt, Macht und Ohnmacht..., op. cit., p. 338-355.

40 Ibid., p. 199 sq. et p. 264-303.

41 Déjà en 1611, la lettre informant Maffeo Barberini de sa nomination en tant que légat de Bologne avait été traitée par Francesco Cennini, à ce moment auditeur personnel de Scipione Borghese, voir B. Emich, Bürokratie und Nepotismus. op. cit., p. 149, 274.

42 Voir J. Basso, Le genre épistolaire en langue italienne (1538-1662). Répertoire chronologique et analytique, 2 vol., Rome-Nancy, 1990 ; on peut même apprendre à écrire des lettres d’amour, voir X. Von Tippelskirch, « Reading Italian Love Letters around 1600 », in R. Schulte, X. Von Tippelskirch (eds), Reading, Interpreting and Historicizing. Letters as Historical Sources, San Dominico di Fiesole, 2004, p. 73-88.

43 Voir S. Iucci, « La trattatistica sul segretario tra la fine del Cinquecento e il primo ventennio del Seicento », Roma moderna e contemporanea, 3, 1995, p. 81-96 ; sur le secrétaire Salvatore Silvano Nigro, « Il segretario », in L’uomo barocco, éd. par R. Villari, Roma-Bari, 1991 ; D. Biow, Doctors, Ambassadors, Secretaries : Humanism and Professions in Renaissance Italy, Chicago, 2002 ; B. Siegert, J. Vogl (eds), Europa : Kultur der Sekretäre, Berlin, 2004.

44 Sur l’impossibilité de suivre l’exemple ancien, voir P. M. Baños, « Familiar, retórica, cortesana : disfraces de la carta en los tratados epistolares renacentistas », Cuadernos de Historia Moderna, IV, 2005, p. 15-30.

45 P. Persico, Del segretario, op. cit., p. 230.

46 Appartiennent au negozi : lettere d’aviso, di consiglio, di domanda, di raccomandazione, d’offerta, di querela, di giustificazione ò di scusa, di giustizia, di credenza, delle istruzioni, dei memoriali. Appartiennent aux complimenti : lettere di visita, di conto, di congratulatione, di condoglienza, di ringratiamento, di burla, di buone feste, miste, di risposta.

47 Le système de Persico paraît plus logique que celui de F. Sansovino, Del secretario ouero Formulario di lettere missiue et responsiue, Venezia (Francesco Rapazetto) 1564, qui sous les deux genres annoncés dans le titre enregistre pléthore de sous-genres.

48 P. Persico, Delsegretario, op. cit., p. 285-287 : « [...] il raccomandar non è altro, che cometer un negotio, ò una persona alla fede, al favore, alla diligenza altrui, domandando, e pregando che sia difeso, favorito e aiutato secondo il bisogno [...] Questo ufficio è tanto frequente nello scrivere che merita ben di costituir un genere da per se [...] Le lettere di raccomandatione son quelle che danno più delle altre fastidio ai Segretari, essendosi introdotto, che niun negotio si tratti senza lettere di favor d’alcuno [...] per mezzo di queste si danno à conoscere le persone, i meriti, le qualità, le dipendenze loro a chi non n’ha notitia, s’agevolano i negoti, e si fa dispositione a quei fini, ove s’intende pervenire. Ma è cresciuto tanto l’abuso così dalla parte di chi domanda favori, che per ogni poca conoscenza, ò introduttione, ò mezzo d’alcuno, per ogni lieve occasione, e picciol affare si domandano, come dalla parte di chi gli concede, che per non parer inufficiosi, e scarsi di cosa, che non costa niente, e moite volte non per altro, che per pigliar occasione, che s’offerisce di trattener l’amicitie, d’essercitarle, senza cognitione di causa, senza distintion di persone facilmente, e quasi spensieratamente si scrivono queste lettere. Onde è seguito, che’l medesimo poco conto, che se ne tiene [...] Perciò essendo fatti símil uffici tant’ordinari, s’usano d’alcuni certi contrassegni per intendersi fra loro, quando raccomandono, e vogliono da dovero, quando conditionatamente, quando perfuntioriamente, se senza curarsi del successo. »

49 Archivio Segreto Vaticano (ASV), Fondo Borghese (FB) II 419, f. 17v, Lettre de Scipione Borghese au cardinal Luigi Capponi du 3. 1. 1619 : « Sarò forse costretto a raccomandare a V. S. 111. ma anche qualche altro per l’istesso luogo, ma confidentemente a Lei accenno, che’l Caprara venga gratificara. »

50 ASV, FB II 325, f. 44, Lettre du cardinal Benedetto Giustiniani au cardinal Scipione Borghese du 31. 1. 1607 : « [...] mi ha pregara che lo raccomandi alla bontà Sua, et io per essere in questo carico datami da V. S. Ill.ma non posso mancare a favorire li gentilhuomini di questa città [...] »

51 ASV, FB II327, f. 121, Lettre du cardinal Benedetto Giustiniani au cardinal Scipione Borghese du 5. 9. 1609 : « Sono molti anni, ch’io tengo la prottetione delli Ss.ri Gianbeccari [sic] per le buone qualità loro, et io ho aiutato perciò sempre Mons. di questo nome, onde è stato adoperato in molti governi dello stato della Chiesa nei quali si è portara honoratissimamente. A questa seguita mutatione resta fuora, et se ne verrà a Roma a servire N. S.re et V. S. Ill.ma desidaria ch ella per favorire me al suo solito aiutasse a fargli dare una chiesa, et perchè fratanto non li paresse d’essere abbandonato dalla mia protettione supplico V. S. Ill.ma che l’adoperi in qualche congregatione secondo il buono e santo volere di N. S.re et Suo, acciò conosciuta la bontà della persona possa V. S. Ill.ma farvorirlo secondo il merito d’un vecchio et buon prelato [...] [di mano] : Mons. Ill.mo mio padrone questo è un prelato honorato – et si vede che in diciassette anni che è stato in governo non ha avanzato un quattrino anzi ha venduto una scrittoria che aveva per farsi honore nel principio del suo governo. » Il s’agit de Polo Zambeccari, membre de la famille sénatoriale Zambeccari di Bologna, avec lesquels Giustiniani entretient des rapports tellement étroits que les Zambeccari étaient isolés dans le sénat. Sur les ajouts autographes de Scipione Borghese voir B. Emich, Bürokratie undNepotsimus..., op. cit., p. 334-345.

52 Archivio di Stato di Bologna (ASB), Senato Lettere VII 78, Lettre de l’ambassadeur de Bologne à Rome Alberto Bentivoglio au sénat du 15. 3. 1606 : « Il signor cardinal Borghese mi ha data l’inclusa et mi ha parlato caídamente per il soggetto che raccomanda per questa Rota. » Comme la recommandation n’avait pas été accueillie favorablement, Scipione Borghese réitère le même procédé pour le même sujet (Sempronio Semproni) trois ans plus tard ; ASB, Senato Lettere VII 81 : lettre de l’ambassadeur de Bologne à Rome Francesco Cospi au sénat du 13. 6. 1609.

53 P. Persico, DelSegretario, op. cit., p. 35 : « In Roma s’è introdotta novamente da Cardinali grandi una specie di Segretari, che non hà ufficio di scrivere, ma di far visite, e complimenti in nome del Padrone, raccommendar memoriali, e far altri uffici in voce, e generalmente portar Ambasciate, che da questo la Corte vien chiamando Segretario dell’Ambasciata, benche impropriamente, come si potria chiamar ciascunon che portasse ambasciate d’Amore, ò d’altro affare. »

54 Voir I. Stader, Herrschaft durch Verflechtung. Perugia unter Paul V (1605-1621). Studien zur frühneuzeitlichen Mikropolitik im Kirchenstaat, Francfort-sur-le-Main, 1997, p. 215 sq.

55 P. Persico, Del Segretario, op. cit., p. 233-234 : « L’anima del complimento veramente è la parte afettuosa, perchè ogni officio, che si faceia di creanza, e di cortesia non ha altro fine che di mostrar d’accrescer e di conservar l’amore. Ma questa parte ancora ha bisogno d’esser trattata con giudicio : avvengache, come non ottiene il suo fine, chi la passa languida, e rimessamente, così quando la cagione dell’affetto non è tanto necessario o probabile, il mostrar troppi sia tenuto affettatione, o studio d’ingannar per qualche fine, e non sia creduto. Nel qual inconveniente si vedono non di raro cader quelli, che havendo i formularij delle lettere se ne servono alle occasioni senza guardar tanto minutamente quel, che convenga a ciascuna persona secondo il più o il meno. »

56 Les lettres avec la formule « come fratello » sont enregistrées dans le secrétariat d’État, les lettres « affetionatissimo » ne s’y trouvent pas. Elles émanent donc du secrétariat privé du cardinal-neveu, et à partir de 1616 du ressort de Bacci, voir B. Emich, Bürokratie und Nepotismus..., op cit., p. 286-290.

57 P. Persico, Del secretario, op. cit., p. 413-414 : « [...] e quella è la tribulatione dei Segretari, specialmente della corte di Roma, che poche altre facende han hoggidi maggiori di questa del dare, e del render buone feste. [...] un officio di poca stima, e che queste lettere non si tengono in alcun conto, nè si legono ai Signori, molti se ne stancano, e lo lasciano à novelli bacalari, che sempre vengono sorgendo, e rinovandosi alla corte ».

58 Ibid., p. 41. Pour le contexte général, je me permets de renvoyer à N. Reinhardt, « Dissimulation, Politik und Moral », in W. Reinhard (ed.), Krumme Touren. Anthropologie kommunikativer Umwege, Köln-Weimar-Wien 2007, p. 165-182.

59 P. Persico, Del segretario, op. cit., p. 382 : « Ma son anche molti Signori di gran fortuna, che mirando ad haver seguito di cliente, e di cortegiani non lascian occasione che lor si porga di congratularsi con gli amici anche inferiori ; trovandosi realmente, che tutte le amicitie son buone a qualche tempo, e fruttano quanto più son coltivate. »

60 Ibid., p. 179.

61 Voir B. Emich, Bürokratie undNepotismus..., op. cit., p. 112-115.

62 P. Persico, Delsegretario, op. cit., p. 179.

63 Ibid., p. 179. Le livre des lettres de Margotti (d’environ 400 pages !) : [Lanfranco Margotti], Lettere del Sig. Card. Lanfranco Margotti scritte per lo più nei tempi di Papa Paolo V a nome del Sig. Cardinal Borghese, raccolte e pubblicate da Pietro de Magistris de Calderola, Venezia (Paolo Baglioni), 1642, la première édition est de 1627. Cette édition contient surtout des lettres que Persico classifierait de complimenti. Quelques lettres de Lanfranco Margotti étaient également disponibles dans un livre de recueil de lettres exemplaires : SEGRETARIO ITALIANO overo scelta di Lettere di scrittori moderni cioè delPeranda, Visdomini, Lanfranco, Bentivoglio et d’altri, Rome, 1652.

64 Dédicace de Lelio Guidiccioni à Scipione Borghese dans l’édition de 1627, imprimée également dans l’édition de 1647 des lettres de Margotti.

65 Ibid. : « Onde ciascuno, che apprenda il vero modo del trattare Ecclesiastico, massimamente in persona di chi governa, & fà legge, confesserà che queste Lettere scarse di corpo, sono pur copiose di pregi nobili, & sono abondanti d’esempio sincero, con che si forma il costume & si istruisce l’affetto. »

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540