Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La politique par correspondance

 | 
Sandro Landi
, 
Jean Boutier
, 
Olivier Rouchon

Deuxième partie. La lettre, outil du pouvoir

La lettre d’instruction à Florence, xive-xve siècles

La dynamique de l’échange diplomatique

Ilaria Taddei

Texte intégral

  • 1 Sur la riche littérature concernant ces aspects liés aux discussions sur la formation de l’État ter (...)
  • 2 Sur la portée novatrice du gouvernement oligarchique des Albizzi, voir G. A. Brucker, Dal Comune al (...)
  • 3 Sur la création des Dieci di Balìa, voir G. Guidi, Il governo della città-repubblica di Firenze del (...)

1Dans le cadre des changements profonds qui, sur le plan politico-institutionnel, accompagnent le processus de construction de l’État territorial florentin, le régime dit des oligarques, entre 1382 et 1434, tout en s’inscrivant dans la continuité des anciennes traditions communales, expérimente de nouveaux instruments de renforcement du pouvoir central1. D’où le recours fréquent aux balle – des commissions provisoires ad hoc dotées de pouvoirs extraordinaires – et la création de nouvelles magistratures susceptibles de mieux répondre aux exigences de resserrement du contrôle fiscal, social et politique d’un État territorial en formation. C’est précisément à travers ces commissions ad hoc, en dehors de mécanismes électoraux normaux, que les plus importantes réformes de ces années purent se réaliser2. Parmi les nouveautés introduites par les Albizzi et leurs alliés figure notamment la création en 1384 de la puissante magistrature des Dieci di Balía qui, chargée à l’origine des affaires militaires, étend progressivement ses fonctions en matière de diplomatie3.

  • 4 Ibid., en particulier p. 46-75 ; Id., « Dalla rappresentanza sociale alla rappresentanza política.. (...)
  • 5 Sur la Chancellerie florentine, cf. D. Marzi, La cancelleria della Repubblica florentina, 2 vol., F (...)
  • 6 R. Fubini, Quattrocento florentino.,.,op. cit., en particulier p. 48. Les statuts de 1415 intégrère (...)
  • 7 Ibid., rub. 218-227, p. 705-716, en particulier rub. 219, p. 705-707 et rub. 223 p. 710-711.

2Le passage de la dimension de cité-État à celle de centre d’un État territorial eut également, on le sait, des conséquences importantes sur la manière de concevoir et de représenter la ville, à l’intérieur comme à l’extérieur, en marquant l’évolution des figures du chancelier et de l’ambassadeur, qui toutes deux en ressortirent sensiblement transformées4. À partir de 1376, lorsqu’on inaugura, en la personne de Coluccio Salutati lui-même, un office ad hoc préposé uniquement à la gestion des correspondances diplomatiques, la Chancellerie florentine se renouvela et se consolida5. Dans cette voie, la délibération communale du 26 avril 1396 sanctionna une avancée indéniable puisqu’elle fit de ce lieu le seul cadre apte à enregistrer toutes les « informations » ou « instructions » délivrées par la Seigneurie aux ambassadeurs ainsi que les relations déposées à leur retour6. Parallèlement, les contours du statut de l’ambassadeur se précisèrent et ensuite se cristallisèrent dans les statuts de la Commune de 1415, lui conférant des devoirs professionnels se rapprochant de ceux des autres officiers communaux7.

3La période retenue ici est donc celle, entre la fin xive et le début du xve siècle, d’un État en transformation où l’activité diplomatique, ses structures, et ses acteurs se renouvellent et où, sous le poids grandissant des guerres, des alliances et des échanges entre États, la documentation scripturaire se dilate et prend de nouvelles formes. C’est dans ce contexte que nous examinerons le système d’information et de communication écrite mis en œuvre par le régime dit des oligarques. Nous nous concentrerons avant tout sur l’étape initiale, celle de l’instruction adressée aux ambassadeurs au moment de leur départ, une lettre sui generis, comme nous le verrons, premier enjeu qui établit et qui régit la dynamique de l’échange diplomatique. Quels sont les compétences et les devoirs contribuant aux qualifications de l’ambassadeur qui émergent d’une telle documentation prescriptive ? Et comment ces dernières se construisent-elles à partir de la donnée factuelle de l’instruction et ensuite dans les autres productions épistolaires ? Enfin, comment évaluer à travers le langage de la correspondance la marge de manœuvre laissée aux ambassadeurs ?

L’instruction : une lettre sui generis

  • 8 F. Senatore, « Uno mundo de carta ». Forme e strutture della diplomazia sforzesca, Naples, 2003 (19 (...)

4L’instruction était le document constitutif de l’ambassade ; élaborée par la Seigneurie ou par les Dieci di Balía, elle était remise en main propre à l’orateur avec d’autres pièces, comme les lettres de créance, ou transmise aux ambassadeurs par voie épistolaire au début de leur mission. C’est là le premier fonds des archives personnelles de l’ambassadeur, un bagage bien plus que privé, appelé à s’étoffer tout au long de son voyage8. L’instruction mettait par écrit, sous une forme incisive, les informations – ou du moins celles qui n’étaient pas confidentielles – transmises oralement au préalable ; elle dictait une ligne directrice à la mission, notamment la matière à traiter, le but ultime des opérations et les moyens pour y parvenir. Cette sorte de vade-mecum, sans cesse rappelé dans les échanges successifs, devait guider l’ambassadeur dans toute sa démarche et celui-ci était censé le suivre à la lettre sans jamais s’en éloigner. Par la suite, les informations expédiées par voie épistolaire par les Dieci di Balìa ou par la Seigneurie à l’ambassadeur se modulaient en fonction de l’évolution des tractations, divergeant parfois du contenu de l’instruction originelle.

  • 9 Les instructions aux ambassadeurs ont été conservées dans les deux fonds Signori et Dieci di Balìa (...)
  • 10 R. Fubini, Quattrocento florentino..., op. cit., note 114, p. 53.
  • 11 Ibid. ; F. Senatore, « Uno mundo de carta », op. cit., p. 108.
  • 12 Alors qu’à Florence et à Sienne les registres des instructions se développent dès la fin du xive si (...)
  • 13 Statuta Populi et Communis Florentiae..., r. 226, « De observantiis ambaxiatorum », p. 712 : « Tene (...)
  • 14 F. Senatore, « Uno mundo de carta », op. cit., p. 173.

5C’étaient les deux magistratures de la Seigneurie et des Dieci di Balìa qui, pour la période qui nous concerne, produisaient à Florence la correspondance diplomatique, organisée d’une manière classique selon les articulations suivantes : 1) la série Legazioni e Commissarie comprenant les instructions aux ambassadeurs ; 2) les Missive abritant les lettres qui leur sont expédiées ; 3) les Responsive, c’est-à-dire leurs réponses. À ces trois séries s’ajoute celle des Rapporti ou Relazioni qui contient les relations finales des orateurs florentins devant la Chancellerie florentine9. Cependant, ces derniers registres réunissant les comptes rendus des ambassadeurs ne couvrent à Florence que les années 1395-142910. On y a vu, à juste titre, un relâchement naturel de cette production documentaire qui perdrait de sa valeur devenant un acte purement formel à mesure qu’au Quattrocento la correspondance diplomatique s’étoffe et s’intensifie11. À Florence, comme dans d’autres cités italiennes, telles Sienne ou Venise, des registres d’instruction sont au contraire produits tout au long du xve siècle et bien au-delà ; expression concrète de l’importance que ce document garde dans la pratique des correspondances diplomatiques12. C’est précisément en 1384, au moment même où la puissante magistrature des Dieci di Balìa fut instituée, que débuta à Florence la série indépendante des Informazioni, jusqu’alors mêlées aux Missive, et que se constituèrent les registres abritant les copies des instructions ou leurs minutes. Dès lors, séparés du reste de la correspondance, ces registres furent régulièrement tenus par les chanceliers de la Seigneurie et des Dieci di Balìa qui, avec l’aide de leurs collaborateurs, rédigeaient les instructions conformément aux décisions prises au préalable par ces magistratures. Nul doute qu’il s’agit là d’une avancée décisive dans le processus de formalisation de la lettre d’instruction qui, dans la seconde moitié du xive siècle, remplaça lentement les notes plus succinctes des Formae ambaxiatae, selon l’appellation originelle de ces écritures, jusqu’alors rédigées en latin et à la troisième personne. Frappée du sceau communal, elle acquit enfin reconnaissance institutionnelle en tant que document officiel dans les statuts de 141513. De façon analogue, il semblerait que ce processus ait caractérisé la documentation diplomatique des autres ensembles italiens14 ; mais encore faudrait-il pouvoir s’appuyer sur des analyses plus fouillées de ces sources pour adopter une perspective comparative, notamment entre le cas florentin et ceux des autres républiques et principautés du Quattrocento. Contentons-nous pour l’heure d’examiner le langage des instructions florentines en considérant leurs aspects formels, leur contenu et leurs finalités.

  • 15 ASF, Missive 5, f° 85 r : «Forma d’ambasciata commessa per li priori dell’Arti e Gonfaloniere di Gi (...)
  • 16 Sur l’emploi de la langue vulgaire par les prédécesseurs de Coluccio Salutati, voir D. De Rosa, Col (...)
  • 17 Ibid., p. 20 ; A. Bartoli Langeli, « Cancelleriato eproduzione epistolare », in P. Cammarosano (dir (...)

6Dans la documentation florentine, le premier témoignage d’une instruction rédigée en langue vulgaire figure dans le registre des Missive des années 1340-1348, tenu par le notaire Bonavventura Monachi15. Ce dictat or et, surtout, son fils Niccolò Monachi donnèrent en effet une nouvelle impulsion à la langue vulgaire au sein de la Chancellerie florentine ; toutefois, ce choix linguistique n’intervint que de manière épisodique dans le texte des instructions16. Il fallut attendre la Chancellerie de Coluccio Salutati, au moment même où les registres des instructions furent séparés du reste de la correspondance, pour que le vulgaire fût adopté de façon systématique dans cette documentation, ainsi que la forme personnelle du « tu » ou du « vous » s’adressant directement à l’ambassadeur. Sans doute le grand humaniste, dictator dominorum depuis 1375, tout en promouvant la langue de la latinité classique, favorisa-t-il la normalisation d’un double registre linguistique : celui du latin qui, en conformité avec la tradition humaniste, fut proprement réservé aux missives et aux documents diplomatiques, d’une part, et celui de la langue vulgaire destinée à la correspondance envoyée aux fonctionnaires de la République tels les commissaires et les ambassadeurs, d’autre part. Ainsi le vulgaire s’imposa-t-il comme la seule langue de l’instruction. C’est là aussi que la forma ambaxiate originelle s’exprimant à la troisième personne fut définitivement abandonnée pour la forme du « tu » et du « vous » interpellant aussitôt l’attention du ou des destinataires. Coluccio Salutati, fervent admirateur du « tu » cicéronien, l’adopta régulièrement et sans exception dans toutes ses lettres privées, tandis que dans la correspondance publique, suivant la tradition de l’ars dictaminis, il se conforma au canon classique du vos17.

  • 18 Sur ce sujet, voir C. Klapisch-Zuber, Retour à la cité. Les magnats de Florence, 1343-1434, Paris, (...)
  • 19 L. Martines, Lawyers and Statecraft..., op. cit., en particulier p. 29-30, 206-208, 311-330.
  • 20 Statuta Populi et Communis Florentiae..., II, r. 219, p. 705-707, p. 706.

7Or, une telle formulation engendra plus tard une distinction linguistique. Ce qui ressort du dépouillement sériel des instructions, c’est en effet que les Seigneurs, tout comme les Dieci di Balìa, adoptèrent de manière systématique la forme du « tu » à l’exception seulement des ambassadeurs jouissant du titre de « messer » réservé aux milites et aux doctores. Sur le plan formel de la communication, ce choix révèle autant qu’il confirme la reconnaissance sociale attribuée à ces catégories qui, à Florence également, continuèrent de bénéficier d’une aura spécifique d’honorabilité leur garantissant toujours des formes traditionnelles de privilège18. Il s’agissait en effet d’un personnel diplomatique pouvant se prévaloir d’un savoir technique spécifique, comportant une préparation juridique et des connaissances d’éloquence et de rhétorique19. Ainsi leur statut fut-il assimilé à celui des correspondants les plus prestigieux, de même que la rétribution de leur mission fut toujours plus importante20. Au-delà de cette différenciation sociale des destinataires, une autre considération s’impose : la forme du « tu » ou du « vous » mettant en jeu la personne de l’ambassadeur créait avec lui un lien de communication à la fois plus fort et plus direct. De la sorte, l’instruction, parlant directement à l’orateur à travers un langage personnel, instaurait avec lui une structure de dialogue se poursuivant dans les lettres suivantes.

  • 21 E. Santini, op. cit., p. 122-124. Sur ces aspects formels de la lettre, voir ici-même la contributi (...)
  • 22 ASF, Signori, Legazioni e Commissarie (dorénavant Signori, LC), 1, f° 6 v, 21 mars 1394 : «Anderete (...)
  • 23 ASF, Signori, LC, 1, f° 5 v, 4 juin 1411 : « Con ogni sollecitudine e diligentia andrete ove sarà C (...)
  • 24 Ibid., f 127 r, 25 octobre 1421 : « Andrete sanza tardità a Napoli et al conspecto della serenissim (...)
  • 25 ASF, Dieci di Balìa, LC, 1, f° 193 r, 23 juin 1389 : « Andrete al serenissimio principe messer lo r (...)
  • 26 Ibid., f° 70 v, 29 décembre 1395 : « Anderete verso el Borgo alla Collina o altrove dove fusse el c (...)
  • 27 Ibid., f° l4 v, 13 mai 1394 : « Andrete insieme chon gli ambasciadori da Bologna et quello del marc (...)

8Quant à la forme rhétorique de ce document, elle reproduit le plus souvent le schéma classique des cinq parties cicéroniennes (salutatio, exordium, narratio, petitio, conclusio) caractérisant la lettre classique21. Ainsi fait-on coïncider l’ordre de l’instruction, et par là même celui du discours des ambassadeurs, avec les divisions empruntées au modèle rhétorique de Cicéron. D’une manière classique, la première injonction concerne donc les formules de salutation devant s’adapter à la dialectique des rapports diplomatiques ainsi qu’au rang de leurs interlocuteurs. D’où l’importance de saluer les alliés, tels que Bologne, Pérouse ou Sienne comme des « frères », « avec beaucoup d’affection22 ». De même, les ambassadeurs envoyés auprès du seigneur de Rimini, Carlo Malatesta, doivent le saluer tel « un frère et un ami bon et singulier23 ». Quant à Michele di messer Vanni Castellani et messer Rinaldo di messer Maso degli Albizzi, ils sont exhortés à s’adresser à la reine de Naples, Jeanne II d’Anjou-Durazzo, comme à « une mère très singulière et notre bienfaitrice24 ». Pour le roi de France, tout comme pour le pape, les magistratures des Die ci di Balìa et des Seigneurs rappellent aux orateurs qu’ayant fait la juste révérence, ils doivent recommander la République à l’attention de sa majesté humblement, comme des fils à leur « père25 ». Lorsqu’en revanche Francesco Rucellai et Bardo di Tingo Mancini se rendent auprès du comte Roberto da Battifolle dans le Casentino, il leur revient de saluer ce seigneur du district florentin comme un « fils fidèle26 ». Il s’agit donc de donner sa tonalité à la transaction diplomatique dès la simple formule de salutation. D’où le recours à un registre linguistique conventionnel susceptible d’être immédiatement appréhendé par les ambassadeurs et ensuite traduit dans l’acte communicatif. C’est là qu’intervient alors la figure topique de la famille définissant la dialectique des rapports entre alliés où les signes de domination, soumission et dépendance se modulent toujours par ordre hiérarchique en fonction de ce modèle. Rien de mieux, en effet, que la métaphore classique de la famille pour exprimer la nature d’une relation idéalement fondée sur les liens de fidélité dans le champ de l’affection. Et, bien évidemment, l’image du père apparaît ainsi comme la plus adéquate pour représenter la dévotion à l’égard des autorités suprêmes du pape et du roi. Pour ce qui est des échanges avec les puissances ennemies et, en particulier, avec l’ennemi par excellence de Florence, Giangaleazzo Visconti, la formule de salutation ordonnée par l’instruction opère alors un glissement vers le langage traditionnel de l’amitié : à cette occasion-là les paroles des orateurs doivent être choisies parmi « les plus amicales et les plus douces » du répertoire27.

9Ce qui émerge de ces exemples est donc une gradation formelle de petits signes d’affection allant des salutations affettuose et fraternelles à celles simplement amichevoli qui tiennent essentiellement à la nature des rapports entretenus avec les différents interlocuteurs. Au-delà, ces énonciations démontrent aussi une constante dans la rhétorique du langage qui, sans exception, puise son registre dans le champ des relations affectives et ceci même lorsqu’il s’agit d’engager la communication avec le plus farouche ennemi.

  • 28 ASF, Signori, LC, 6, f° 5 v, 4 juin 1411 : « Ricordandogli l’antica amicitia e benivolentia avuta c (...)
  • 29 ASF, Signori, LC, 6, f° 127 v, 25 octobre 1421 : « La divotione che a lei e a’suoi gloriosissimi ma (...)
  • 30 ASF, Dieci di Balìa, LC, 2, f° 12 r, 5 avril 1398 : « Di poi quando vedrete che sia tempo v’andrete (...)
  • 31 ASF, Signori, LC, 1, f° 73 r, «Informazione a messer Tommaso Sacchetti e a messer Ludovico Albergot (...)

10À la salutatio succède l’exorde où, selon le modèle de la captatio benevolentiae, apparaît souvent une phrase destinée à solliciter la complaisance de l’interlocuteur. Il s’agit le plus souvent de lieux communs devant rappeler la solidité des liens unissant Florence à ses alliés : « l’ancienne amitié et bienveillance28 », la « dévotion » portée aux puissances amies29, le partage de « la foi guelfe30 ». Autrement dit, c’est là le renforcement de l’idéal puissant de fidélité annonçant la narration (narratio) de la mission à accomplir. Alors que l’exorde et la captatio benevolentiae n’étaient pas indispensables à l’issue de la transaction et pouvaient donc être délaissés, la narratio était la partie absolument nécessaire où figurait l’argumentaire de l’instruction débouchant sur la demande d’intervention (petitio)31. En d’autres termes, il s’agit du corps central de la lettre dont les différents sujets touchés sont souvent subdivisés en paragraphes. C’est ici le propre de l’information que les magistrats florentins fournissent aux ambassadeurs afin que la transaction suive le cours voulu. Mais, comme nous le verrons, l’instruction fait beaucoup plus que cela, dépassant largement le champ de l’information. En fait, elle ne se limite pas à exposer l’action à mener, mais comporte aussi de nombreux conseils sur la stratégie à adopter, en prévoyant même les réactions et les réponses des interlocuteurs.

  • 32 Ibid., f° 63 r-v, «Informazione a messer Maso degli Albizzi, messer Francesco Rucellai, messer Bald (...)
  • 33 Ibid., f° 70 v, « Informazione a messer Francesco Rucellai e Bardo di Tingo Mancini, ambasciatori i (...)

11L’un des traits marquants de l’instruction figure, enfin, dans sa partie conclusive au moment où l’on rappelle aux orateurs leur devoir de notifier la date de leur retour ainsi que celui de remettre à la Chancellerie leur rapport final, copié par l’un d’entre eux et soussigné par tous. C’est précisément à partir de la lettre du 25 août 1395 que les instructions florentines se terminent ainsi. Il s’agit de l’ambassade envoyée à Milan à la « fête du comte », à savoir Giangaleazzo Visconti, celui que Coluccio Salutati avait appelé la « vipère milanaise » et que l’empereur Wenceslas avait élevé à la dignité de duc en 1395. Voici la formule conclusive imposant aux ambassadeurs la relation finale : « Lorsque vous rentrez, rappelez-vous que vous êtes tenus de notifier votre retour dans les deux jours qui suivent et de mettre par écrit tout ce que vous avez fait, rédigé par l’un de vous et soussigné par tout le monde32. » C’est là aussi la confirmation de la mise en pratique de la délibération communale du 29 avril 1395 dictant cette norme. Dès cette date, ce rappel aux ambassadeurs devient une constante et prend rapidement une forme abrégée : « vous êtes tenus après votre retour etc.33 » ; signe évident qu’il agissait désormais d’une pratique courante.

  • 34 Voir aussi Commissioni di Rinaldo degli Albizzi per il Comune di Firenze dal MCCCXCIX al MCCCCXXXII (...)
  • 35 Sur la figure de Benedetto di ser Lando Fortini, voir A. Astorri, « Fortini, Benedetto », in Dizion (...)

12Sur le plan formel, cette partie conclusive est celle qui distingue le plus l’information des autres lettres où la formule de salutation finale, bien codifiée, est un élément constitutif de la conclusio, tout comme la datation, le lieu, le nom du mandataire et la signature du notaire. Alors que celle-ci n’est jamais mentionnée, les autres composantes apparaissent quelquefois sous forme complète ou abrégée en cas de notification et conservation des minutes34. Mais le plus souvent nous n’avons connaissance de ces documents qu’à travers leurs copies conservées dans les registres où la signature du notaire n’est pas apposée ; d’où aussi le problème d’identification de la main du dictator. Et cette ambiguïté est d’autant plus frappante lorsqu’on sait qu’entre 1375 et 1384 il y eut deux responsables de l’émission des missives : Coluccio Salutati, bien sûr, élu à l’office de dictator en avril 1375 et Benedetto di ser Lando Fortini, l’un de ses plus fidèles disciples, qui l’assista dans cette charge dès le début. Avec la création des Dieci di Balìa, ce dernier devint ensuite chancelier de cette magistrature pour succéder enfin à Coluccio lui-même à la direction de la Chancellerie de la République en 140635. Tant pour les instructions que pour les missives, l’identification de deux dictatores ayant longtemps partagé la même charge demeure donc particulièrement difficile. C’est là, en partie au moins, une rupture par rapport aux formes de la diplomatique notariée traditionnelle présidant à la rédaction des lettres où apparaissaient le protocole initial avec la suscription, l’adresse et le salut, l’exposé et, enfin, le protocole final avec la signature et le scellage.

  • 36 F. Senatore, op. cit., p. 218-231 ; E. Santini, op. rit.
  • 37 ASF, Signori, LC, 1, f° 2 r-3 r, «Informazione a messer Filippo Adimari e a messer Filippo Corsini, (...)
  • 38 Ibid., f° 14 v-16 v, « Informazione a messer Rinaldo Gianfigliazzi e a messer Ludovico Albergotti, (...)
  • 39 Ibid., f° 74 v-75 v, « Informatione a voi messer Filippo Magalotti ambasciatore a Bologna fatta a d (...)
  • 40 Ibid., f° 79 v-80 r, « Breve informazione a messer Rinaldo Gianfigliazzi, ambasciatore a Biordo Mic (...)

13D’un point de vue formel, très peu d’éléments distinguent véritablement l’instruction des autres missives, notamment celles que les Seigneurs et les Dieci di Balìa adressent aux ambassadeurs au cours des négociations diplomatiques. Une question essentielle se pose alors. Peut-on considérer ce document comme partie intégrante de la correspondance diplomatique ? Certes, il s’agit d’une lettre sui generis, recouvrant essentiellement une fonction prescriptive, mais, autant par sa forme que par sa structure, elle s’apparente étroitement aux autres missives. Ce rapprochement est aussi et avant tout le fait d’une évolution formelle de l’instruction qui s’éloigne du modèle prescriptif de la forma ambaxiate originelle s’exprimant à la troisième personne pour adopter une écriture épistolaire s’adressant aux ambassadeurs au moyen du « tu » et du « vous ». Or, cette nouvelle forme grammaticale qui sollicite aussitôt l’attention du destinataire établit un lien direct de communication avec l’orateur, renforcé par le recours à des formules rhétoriques traditionnelles, telles les marques de confiance et d’estime à son égard, voi siete savii, « vous êtes sages », tu se’ savio, « tu es sage » qui parsèment ces textes. Ces allocutions faisant appel à la sagesse de l’interlocuteur relèvent d’un topos rhétorique qui s’impose dans les écritures diplomatiques dès le xiiie siècle, en s’inscrivant parmi les modèles de discours publics préparés pour être prononcés à différentes occasions de la vie politique36. Remarquons, toutefois, qu’ici ces formules indiquant la supériorité formelle du destinataire sont utilisées par les magistratures suprêmes de la République florentine pour s’adresser à leurs ambassadeurs. Ainsi s’expriment, par exemple, les Seigneurs et les Dieci di Balìa à leur égard : « Vous êtes sages et il suffit de vous dire peu, et une fois sur le terrain, vous verrez mieux que ce que nous nous pourrions estimer d’ici37. » De même : « Or, vous comprenez nos intentions, et vous êtes sages et ainsi il ne faut vous dire que peu de chose38. » Ces mêmes signes de respect sont réservés à d’autres orateurs encore, tels messer Rinaldo Gianfigliazzi et messer Filippo Magalotti : « Vous comprenez notre intention : vous parlerez sagement, faisant appel aux raisons qui vous semblent les plus utiles à la matière, et pour cela nous nous en remettons à vous qui êtes sur les lieux39.» « Et nous nous en remettons entièrement à votre prudence40.» Les Seigneurs s’en remettent donc constamment à la sagesse-prudence de leurs orateurs. Certes, il s’agit là d’un artifice rhétorique, une sorte de captatio benevolentiae faisant partie du langage diplomatique formalisé qui sollicite le dialogue entre mandataires et ambassadeurs et qui entretient le fil de la communication à distance. Mais, dans ce contexte, ces topoï, selon nous, sont aussi l’expression d’un lien de confiance et de respect qui unit les gouvernants et leurs représentants.

  • 41 Ibid., f° 80 v, « Informazione a messer Filippo Adimari e a messer Ludovico Albergotti, ambasciator (...)

14Cela apparaît clairement dans l’instruction du 22 mai 1397 concernant l’ambassade à Imola des messer Filippo Adimari et messer Ludovico Albergotti : « Et sur ce point nous ne vous imposons aucune limitation : étant sur place, faites ce que vous vous voulez41. » Cet énoncé sous-entend une reconnaissance évidente des compétences spécifiques de l’ambassadeur qui, agissant sur le terrain même des négociations, peut bien saisir toutes les subtilités de l’échange diplomatique, difficilement perceptibles à distance. C’est là un point essentiel sur lequel nous reviendrons. Mais, ce qu’il nous importe de retenir ici, c’est encore une fois la contiguïté formelle entre la lettre et l’instruction. Rien de bien spécifique ne semble distinguer profondément ces deux documents de la communication diplomatique. Un tel constat ressort très clairement de la lettre que les Dieci di Balìa expédient le 10 décembre 1395 à Andrea di messer Ugo et Guido di messer Tommaso del Palagio, pour les engager dans une nouvelle mission en Romagne :

  • 42 Ibid., f° 69 r, « Andree domini Ugonis et Guidoni domini Tomasii ambaxiatoribus in partibus Romandi (...)

« À présent nous voulons et nous vous ordonnons que vous vous occupiez à nouveau de cette affaire ardemment et selon la façon qui vous semble le mieux convenir à l’honneur de notre ville ; parlez-en et avec sollicitude cherchez à parvenir à bonne fin par ces discours, méthodes et précautions qu’une telle affaire nécessite42

  • 43 Ibid. : « Et questa lettera voglamo sia in luogo d’informatione. »

15Le document se clôt ainsi : « Et nous voulons que cette lettre tienne lieu d’information43. » C’est donc cette dernière formule lapidaire qui lui donne valeur d’instruction, en la distinguant des autres missives. Tout simplement, on peut dire que c’est en se présentant comme telle qu’elle acquiert force d’injonction et cela, bien évidemment, grâce à la légitimité juridique que la fides publica du chancelier lui garantit.

Instruire, conseiller et rappeler : la prudence à l’œuvre

  • 44 Pour une mise au point historiographique récente sur ce sujet, voir : D. de Rosa, « La bibliografia (...)
  • 45 A. Bartoli Langeli, « Cancelleriato e produzione epistolare », op. cit., p. 258. Voir aussi R. Witt (...)

16Les chanceliers de la Seigneurie et des Dieci di Balìa, on l’a dit, étaient officiellement chargés de la mise par écrit des instructions conformément aux décisions prises au préalable par ces magistratures. C’étaient ces dictatores qui assuraient ce rôle de médiation – à la fois culturelle et politique – entre le gouvernement et ses officiers, tout en garantissant la valeur publique de ces écritures. Nous sommes là confrontés à un système complexe de communication dans un entrelacs d’écrit et d’oral, une multiplication d’acteurs y intervenant à plusieurs titres. En effet, l’information élaborée par les deux instances responsables de la politique étrangère était communiquée oralement aux chanceliers qui, de leur côté, l’ayant reproduite sous forme écrite, la remettaient aux ambassadeurs ; sur la base de ce pro memoria, ceux-ci devaient enfin construire le discours à prononcer lors de l’entretien diplomatique avec leurs interlocuteurs. La parole passait donc à travers plusieurs médiations linguistiques et divers filtres constitués par les personnalités des émetteurs-récepteurs, ce qui influençait inévitablement la forme de la communication. Si, bien évidemment, les véritables auteurs de l’information étaient les deux instances responsables de la politique étrangère, la subjectivité des dictatores ne pouvait pourtant pas s’effacer derrière la volonté de leurs mandataires. Et cela est d’autant plus vrai lorsque ce furent de grands humanistes qui, à partir de Coluccio Salutati, occupèrent l’office de chancelier de la République florentine pendant plusieurs années de suite, jouant ainsi un rôle central dans la politique étrangère44. Face à la rotation rapide des offices gouvernementaux, ces fonctionnaires permanents de la Chancellerie florentine, également chargés d’enregistrer les discussions au sein des Consulte e Pratiche, pouvaient en effet garantir la continuité politique en matière de diplomatie. Par ailleurs, comme Attilio Bartoli Langeli l’a souligné, la personnalité des chanceliers humanistes, davantage que celle des dictatores de la période communale qui avaient une fonction principalement technique, influença leur activité et caractérisa ainsi profondément leurs écritures épistolaires rédigées au nom des magistrats florentins et, parmi celles-ci, notamment les instructions45.

  • 46 Sur la notion du conseil et les pratiques de l’art de conseiller au Moyen Âge, voir : C. Casagrande (...)

17La finalité première de cette documentation, appelée également informazione, commissione, ricordo et memoria, était celle d’instruire les ambassadeurs sur la mission à accomplir, tout en leur donnant le mandat officiel pour œuvrer. Autrement dit, il s’agissait de leur transmettre les informations nécessaires au bon déroulement de l’ambassade. Elles comportaient à la fois des renseignements pratiques, tels le lieu et le temps de la mission, et des recommandations de diverse nature dépassant le domaine propre de l’information pour s’inscrire à plein titre dans le champ du conseil46. En fait, comment une telle forme de communication destinée à instruire les orateurs aurait-elle pu se passer de l’art du conseil ?

  • 47 ASF, Signori, LC, 1, f° 6 v-8 r, « Ricordanza a voi Messer Maso degli Albizi et Matheo di Jacopo Ar (...)
  • 48 Ibid., f° 9 r, « Informatione a te Andrea di Neri Vettori, ambasciatore a Perugia, facta a di 21 d’ (...)
  • 49 ASF, Signori, Dieci di Balìa, 76, f° 1 r-v, 27 novembre 1397 : « Negarono lo scrivere dicendo non e (...)

18Bien entendu, le plus grand nombre des recommandations concerne le langage et les compétences rhétoriques. On insiste résolument sur la distinction entre la communication écrite et l’impact du discours prononcé de vive voix, « a bocca ». C’est ce qu’on rappelle, par exemple, à Maso degli Albizzi et Matteo di Iacopo Arrighi, orateurs à Sienne : « Pour plus de clarté il nous a semblé nécessaire de répéter la même chose viva voce en quelques mots47.» Et plus explicite encore est l’instruction suivante : « Et que l’on t’accorde pleine confiance en cela et en toute autre chose, si bien que par la suite tu répètes de vive voix ce que nous t’avons écrit48. » C’est donc reconnaître à la parole transmise oralement un rôle différent, une fonction complémentaire par rapport à la communication écrite ; elle peut être à la fois un moyen de persuasion plus efficace et une forme de communication moins engageante. En raison de cela, la Seigneurie de Bologne refusa notamment de répondre par écrit aux orateurs florentins lui ayant demandé de s’engager dans la défense de Florence et Mantoue contre les attaques de Giangaleazzo Visconti ; prenant le prétexte d’une pratique inhabituelle, elle n’octroya à ses alliés qu’une réponse verbale49.

  • 50 ASF, Signori, LC, 1, f° 14 v-16 v, « Informazione a messer Rinaldo Gianfigliazzi e a messer Ludovic (...)

19La maîtrise de la parole s’impose à l’ambassadeur comme une nécessité absolue, constamment invoquée dans les instructions. Ce qui signifie surtout que l’on doit adapter et moduler le langage selon les circonstances et les interlocuteurs : tantôt doux, amical, cordial, tantôt dur, « pugnente », mordant, combatif, susceptible, comme l’explicitent plusieurs instructions, de « strignere », autrement dit de parvenir, par des argumentations serrées et brèves, au cœur de la question. Pour atteindre le but de la mission, l’ambassadeur est sans cesse exhorté à « utiliser tous les artifices et toutes les paroles utiles50 », en veillant à ne jamais perdre son temps, toujours précieux, et à éviter ainsi les tournures trop longues. Ce disant, on exalte avant tout l’efficacité et la clarté du discours bref, succinct, relevant du topos rhétorique classique de la brevitas. Les Florentins revendiquaient avec fierté des compétences spécifiques dans l’art de la parole pour assurer le succès des tractations. C’est ce que montre de manière éclairante l’information adressée, le 17 mai 1394, à Andrea di Neri Vettori, envoyée vers le condottiere Biordo Michelotti qui s’était emparé de Pérouse une année auparavant :

  • 51 Ibid., f° 10 v, « Questa sia la informatione a te Andrea di Neri Vettori ambasciatore a Biordo fatt (...)

« Ici tu te plaindras amèrement avec lui autant que possible [...]. Et puisque la matière est ici d’une nature déplaisante et que l’on peut difficilement restreindre ce que tu as à dire, il faut lui parler de manière soit résolue, soit mordante, soit douce, selon ce qui te semble le mieux convenir à cette affaire, et convaincs-le pour son bien et son honneur. Et s’il s’engage sur des chemins tortueux, parle-lui clairement car nous en avons confondu de plus chevronnés que lui, et il nous serait tellement facile de répondre sur le terrain de la forme qu’il se rendrait aussitôt compte de son erreur51. »

  • 52 Brunetto Latini, Li livres dou Tresor, éd. par F. J. Carmody, Berkeley-Los Angeles, 1948, I, 1.1, c (...)

20C’est là toute la force de la parole ayant aussi le pouvoir de confondre son interlocuteur ; une parole largement tributaire des modèles fondamentaux de l’ars conciandi de la tradition médiévale et surtout de ceux de la génération des dictatores de la période communale ayant mis leur culture rhétorique au service du gouvernement citadin. Maîtriser cet « or des arts », ainsi que Brunetto Latini l’avait défini52, signifiait savoir utiliser avec habileté tous les instruments formels de l’éloquence, y compris celui de la digression du discours. Surtout, ce procédé rhétorique tenait une place centrale dans l’art de la simulation-dissimulation et du secret, qui, on le sait, constituent des armes essentielles dans la dynamique des négociations. À ce propos, nous attirons l’attention sur l’instruction que, le 29 avril 1394, les Dieci di Balìa remettent aux deux orateurs, messer Rinaldo Gianfigliazzi et messer Ludovico Albergotti, chargés tous deux de la délicate mission florentine auprès du comte de Vertu, pour lui faire accepter la médiation de Venise concernant le cas de la ville de Mantoue ; les Florentins étaient alliés avec Francesco Gonzaga qui tentait de défendre ses territoires contre l’expansion du Milanais :

  • 53 ASF, Signori, LC, 1, f° 15 v: « Et ancora, se questo non gli piacesse, venite a un altro passo, cio (...)

« Et de plus, si cela ne lui plaît pas, ayez recours à un autre argument de sorte que [...] à travers tous les moyens honnêtes que vous savez utiliser, il vienne aux Vénitiens ; en passant par la dissimulation, de longues tournures et en mettant à l’œuvre les qualités propres au médiateur, parvenez au cœur de la question comme si le choix des Vénitiens allait de soi53. »

  • 54 Ibid., f° 2 v : « Et se v’accadesse avere a parlare di lui, sempre ne ragionate honorevolmente et c (...)

21Ainsi les digressions du discours s’imposent-elles comme des artifices rhétoriques privilégiés pour occulter la réalité et encercler l’adversaire. La stratégie de la simulation-dissimulation s’avère, en effet, comme la meilleure s’agissant des relations avec l’ennemi par excellence de Florence. Ainsi les ambassadeurs florentins envoyés à Gênes sont-ils exhortés à parler du comte de Vertu « honorablement comme s’il s’agissait d’un frère, de sorte que l’on ne puisse que lui rapporter des choses positives à son égard54 ».

  • 55 Ibid., 1, f° 4 r-5 v.

22Pour ce qui est plus spécifiquement du secret, il représente à l’évidence un enjeu majeur. Bien sûr, il ne s’agit pas ici d’aborder ce vaste sujet, mais nous voudrions simplement montrer la portée que les instructions accordent à cette pratique. Rappelons tout d’abord que la lettre d’instruction, scellée dès 1415, était transmise personnellement à l’ambassadeur, ce qui devait garantir le secret de l’information, ou alors qu’elle était dépêchée par les moyens de poste les plus sûrs. Mais la confidentialité de la lettre pouvait exiger parfois des mesures plus restrictives encore et, dans ce cas, elle demeurait entièrement secrète. Le 5 mars 1394, par exemple, les Seigneurs remettent à Simone di messer Tommaso Altoviti, envoyé comme ambassadeur dans le royaume de Naples, deux instructions dont une seulement est copiée sur le registre, l’autre devant rester complètement secrète55.

  • 56 Pour quelques exemples de ce système d’envoi différencié, voir ASF, Signori, Dieci di Balìa, 76.

23Ensuite, pour parer aux dangers du dévoilement et de la circulation du secret au long de la correspondance diplomatique, risques qui sont toujours très élevés, on vise à livrer les informations les plus réservées de vive voix ou, si cela n’est pas possible, à confier néanmoins le secret à d’autres orateurs ou marchands fidèles, censés le rapporter en toute sûreté à la Seigneurie ou aux Dieci di Balìa. D’autre part, comme il ressort des instructions et des lettres des ambassadeurs, les Florentins ont recours à un système de « poste » différencié. Si on utilise généralement un courrier collectif – portant le nom de procaccio –, lorsque les nouvelles sont de première importance, on fait appel à des moyens privés, plus chers, le « fante proprio », à savoir un fantassin particulier, qui, comme les instructions le rappellent, peut mieux répondre à la double exigence de rapidité et de sûreté56. Dans ces derniers cas, on souligne également l’importance d’apposer son sceau personnel pour mieux protéger la confidentialité des nouvelles expédiées. Enfin, un dernier exemple montre que ce souci pouvait également toucher les rapports que les ambassadeurs florentins entretenaient avec la Seigneurie et les Dieci di Baila. Ainsi s’adressent-ils à ces derniers :

  • 57 Ibid., f° 17 r-v, « Lettera ai Dieci di Balìa degli oratori da Venezia del 22 febbraio, ora 4 di no (...)

« Nous n’envoyons cette lettre qu’à votre bureau, car il nous semble que certaines choses doivent demeurer secrètes et en particulier la contribution en argent de la Seigneurie qu’il est préférable, d’après nous, de faire apparaître plus importante qu’elle n’est. Si jusqu’à présent nous avons écrit aux Seigneurs et à vous à travers les lettres qu’ils nous ont envoyées, par la suite nous vous écrirons aussi, si nous n’avons rien d’autre de la part des Seigneurs57. »

  • 58 R. Fubini, Quattrocento florentino..., op. cit., en particulier p. 71-72.

24Or, cet exemple permet aussi d’entrevoir l’ambiguïté des liens entre ces deux magistratures qui, comme Riccardo Fubini l’a observé, connaissent des tensions persistantes car leurs champs d’action entrent parfois explicitement en concurrence58.

25Se pose enfin la question de la nature même des recommandations dispensées à l’ambassadeur tout au long des instructions, allant de l’exhortation au conseil, et des valeurs profondément enracinées quelles diffusent à travers une communication fortement rhétorique. Elles renvoient sans cesse aux notions traditionnelles de sagesse, d’expérience, de modération et, bien sûr, de prudence devant régir les normes de la conduite de l’ambassadeur et tout particulièrement la rhétorique de son langage. Prenons, par exemple, l’instruction que le 12 juillet 1394 les Dieci di Balìa remettent à Simone Bordoni, ambassadeur à Rome, venu traiter avec le pape Boniface IX, qui, pris à la gorge par les problèmes d’argent, était sur le point de reconnaître toute une série de seigneuries moyennant des sommes importantes. Il doit traiter le prix et les modalités de la cession de la seigneurie de Castrocaro aux Florentins, tractations loin d’être faciles. De plus, Simone Bordoni est appelé à intervenir dans les négociations entre le pape et le condottiere Biordo Michelotti. Voici les conseils que lui sont transmis à cette occasion :

  • 59 ASF, Signori, LC, l, f° 21 v-22 v, « Nota et informatione a Simone Bordoni ambasciatore a Roma fact (...)

« Dans la pratique adoptez un comportement tel que tant l’une que l’autre partie se sentent également servies par vous, confortez-les, poussez-les à faire des choses adéquates et montrez leur ce qui est bien et utile pour toutes les deux ; ingéniez-vous à les mettre d’accord59. »

  • 60 C. Casagrande, « Virtù della prudenza e dono del consiglio », op. cit., en particulier p. 5-8.
  • 61 M. T. Grendler (ed.), The « Trattato politico-morale » of Giovanni Cavalcanti (1381-c. 1451), Genèv (...)
  • 62 Voir par exemple ASF, Signori, LC, 1, f° 80 r : « Et tutto rimettiamo nella prudentia vostra. »

26Nous trouvons synthétisé là tout l’art de la médiation qui doit tourner autour de la raison, l’idée du juste milieu et, surtout, la prudence, ce qui fait la force de la diplomatie et par là même de l’État. C’est bien la prudence, traditionnellement conçue par la littérature morale et politique comme le fondement de tout conseil politique, qui, se situant au croisement des principales vertus morales et intellectuelles, gouverne toujours le consilium de manière plus ou moins directe60. Parmi les vertus qui lui sont étroitement associées figure en premier lieu celle essentielle de la mémoire. Selon une conception classique que l’on fait remonter à l’Antiquité romaine, Giovanni Cavalcanti, dans son traité politico-moral, définit précisément la mémoire comme la composante majeure de la prudence, pour lui qualité essentielle de l’homme d’État et source de toute sagesse : « La partie de la prudence, affirme-t-il, qui consiste en la tâche destinée à appréhender le souvenir des faits anciens, sans lesquels on ne peut ni connaître le présent, ni pourvoir au futur61.» L’homme sage et prudent, tant de fois invoqué dans les correspondances diplomatiques, auquel la Seigneurie de Florence peut s’en remettre – pour reprendre une expression très courante62 – est avant tout celui qui est capable de mémoriser les informations pour ensuite les évaluer et les traduire en une forme discursive. La mémoire joue en effet un rôle central dans l’activité propre à l’ambassadeur consistant à enregistrer non seulement les instructions mais le plus grand nombre d’informations possibles, pour que leurs gouvernants, bien informés, puissent prendre leurs décisions politiques en toute connaissance de cause.

  • 63 M. Carruthers, Le livre de la mémoire. Une étude de la mémoire dans la culture médiévale, trad.fr. (...)
  • 64 Ibid., en particulier p. 10-11 et 83-91.

27C’est enfin la portée documentaire de la lettre d’instruction qui atteste elle-même toute l’importance accordée, dans ce cadre, à la mémoire étroitement associée à l’écriture. Aussi la nature de ce document, comme son nom l’indique, relève-t-elle de la ricordanza, du souvenir. Instruire les ambassadeurs signifie également leur donner les moyens techniques pouvant les aider à mémoriser l’information reçue et, enfin, à bien prononcer leur discours. L’instruction est destinée à rappeler aux ambassadeurs ce qu’ils doivent faire et l’écriture est le support indispensable pour garantir l’ancrage de l’information orale livrée au préalable. Tout semble ici renvoyer à la notion de mémoire telle qu’elle est envisagée par Mary Carruthers dans son travail magistral concernant la période entre l’Antiquité tardive et le Moyen Âge : une conception relevant de la culture rhétorique des Anciens qui voit dans la capacité créatrice – inventio – une composante essentielle de la machina memorialis ; or, cette aptitude s’exprimerait pleinement dans l’art de la mémoire dont l’orateur romain se servait pour « réinventer » son discours et le réciter avec éloquence63. Autrement dit, la pratique oratoire ne consistait pas à répéter machinalement le texte appris par cœur, mais à savoir le transformer et l’adapter à un contexte spécifique. Au-delà des transformations de l’art de la mémoire au cours des siècles, la tâche assignée à l’ambassadeur par la lettre d’instruction a beaucoup de cela. De plus, la forme narrative elle-même de ce document s’articulant en paragraphes divisés par thèmes apparaît bel et bien comme un instrument de la machina memorialis visant à favoriser la mémorisation des principaux points de l’ambassade et à permettre à l’orateur de composer son discours. Bref, c’est là le fil conducteur de la narration que l’ambassadeur ne devait jamais perdre de vue lors de son allocution64. L’idée sous-jacente est enfin que le processus de mémorisation doit passer nécessairement par le recours à l’écrit et, donc, à travers la lecture. Cette union consubstantielle, où l’acte de remémorer, « il porre a mente », équivaut à « mettere per scritto », relève amplement de la culture humaniste, dont cette documentation est fortement imprégnée. Autant les instructions que les Ricordanze des marchands-écrivains – une documentation qui, en Toscane et en particulier à Florence, connaît une ampleur inédite tout au long des xive et xve siècles –, expriment toute la portée de ce lien profond.

28Plus qu’une simple suite d’ordres ou une série d’informations transmises aux ambassadeurs, les instructions florentines se présentent comme un ensemble complexe d’écritures, aussi riche qu’hétérogène, qui ouvre le dialogue entre mandataires et destinataires dans un contexte de confiance, voire de complicité. Se pose alors la double question du statut d’ambassadeur et de la nature de l’échange qui s’établit entre celui-ci et les magistratures florentines. Enfin, sur quoi se fonde un tel rapport ?

La nature de l’échange

  • 65 ASF, Signori, LC, 1, f° 101 r-102 v: « Informatione a voi messer Filippo Magalotti, messer Lodovico (...)

29Pour ce dernier point nous avons choisi de retenir un exemple précis, où les échanges épistolaires particulièrement riches permettent une mise en relation immédiate des lettres d’instruction avec le reste de la correspondance épistolaire. Il s’agit d’un chapitre fort bien connu de l’histoire des alliances et des guerres entre États territoriaux qui marquent les dernières années du xive siècle et le début du siècle suivant, un moment clé dans les relations diplomatiques dominées par la politique expansionniste de Giangaleazzo Visconti. Cette affaire concerne les négociations que, dès juillet 1397, Florence, au nom de la ligue contre les Visconti, entreprit auprès des Vénitiens pour stipuler, grâce à leur médiation, la paix avec leur farouche ennemi. De fait, une fois de plus, elles ne débouchèrent que sur une trêve que le duc de Milan se résolut à accepter le 11 mai 1398, au lendemain de la défaite militaire que lui imposa Francesco Gonzaga à l’aide des troupes florentines et de celles du seigneur de Padoue, Francesco Novello da Carrara. La documentation relative à cette année de tractations comprend, d’un côté, plusieurs instructions dépêchées aux orateurs tantôt par la Seigneurie tantôt par les Dieci di Balìa et, de l’autre, les échanges épistolaires qui fébrilement s’ensuivent entre les ambassadeurs et les deux magistratures65.

  • 66 ASF, Signori, LC, 1, f° 80 v, 86 r-87 v, 93 r-95 v.

30Les orateurs florentins ayant un rôle clé dans ces négociations sont tous des personnages de taille – messer Filippo di Filippo Magalotti, Guido di messer Tommaso del Palagio, messer Ludovico Albergotti –, appartenant à l’oligarchie florentine, voire à l’inner circle des citoyens qui occupent sans cesse des postes principaux de la République florentine. Ce sont eux qui, avec messer Tommaso Sacchetti, sont envoyés plusieurs fois en mission auprès de leurs alliés de la ligue pour se mettre d’accord avec eux et, surtout, avec leurs « frères » bolonais, décider à l’unisson les modalités des négociations et fixer, enfin, les conditions de la paix66. Sur le terrain des échanges diplomatiques ils ont donc acquis une vision d’ensemble des faits, pouvant leur permettre de mieux œuvrer au succès final des tractations avec le duc de Milan, au moyen de l’intermédiaire des Vénitiens.

  • 67 Ibid., f° 100 v : « Ma in luogo di mortalità siamo contenti per stançia non andiate, ma per transit (...)
  • 68 ASF, Signori, Dieci di Balìa, 76, c. 2 c-v, « Lettera ai Dieci di Balìa, di Filippo Magalotti e Gui (...)
  • 69 Sur cette ambassade, voir l’instruction du 21 novembre 1397 et les lettres envoyées par les ambassa (...)
  • 70 ASF, Signori, Dieci di Balìa, 76, f° 18 r-v.
  • 71 Ibid., f° 18 r-19 v, 24 r-27 v.

31Or, inutilement, la Seigneurie florentine tenta d’éviter la ville de la lagune, en proposant Ferrare comme lieu pour les négociations de paix, en raison d’une forte épidémie frappant Venise. Dans ce but, le 28 octobre 1397, elle transmit une instruction à messer Filippo di Filippo Magalotti envoyé à Bologne pour inciter leurs alliés à se rallier à un tel choix car elle ne souhaitait aucunement que ses ambassadeurs séjournent dans un lieu de « mortalité ». Certes, il ne s’agissait pas non plus de se dispenser d’y aller, mais, tout en s’adaptant à ce que les Vénitiens et les autres décideraient, les Seigneurs découragèrent vivement Filippo Magalotti d’accepter d’y résider67. En fait, les négociations se tinrent à Venise que l’on disait désormais purifiée68. Pour cette ambassade qui se clôt en mai 1398, messer Filippo di Filippo Magalotti et Guido di messer Tommaso del Palagio partirent le 27 novembre 1397 et, un mois plus tard, ce fut le tour de messer Ludovico Albergotti69. Pendant leur long séjour vénitien, il y eut néanmoins un mort, mais ce fut probablement la fièvre quarte qui frappa Ludovico70. Laissons de côté le récit de sa mort, ses funérailles, passages pourtant très intéressants à plusieurs titres, pour en venir au point qui nous importe ici71 : la forme et la nature du dialogue qui s’instaure entre mandataires et destinataires.

  • 72 Ibid., f° 3 r, Av, 5 v, 7 v, 8 v, l0 v, 12 r, 13 v-14 v, 17 r.

32La correspondance est importante, presque fébrile tant la Seigneurie que les ambassadeurs enjoignent avec insistance à leurs interlocuteurs d’écrire et de leur répondre le plus vite possible. Et c’est effectivement le cas : grosso modo, les ambassadeurs florentins écrivent aux Dieci di Balía et à la Seigneurie tous les deux, trois ou quatre jours, parfois même plusieurs fois par jour. Et les heures auxquelles ils rédigent leur correspondance témoignent également de cette activité frénétique : 3, 4, 6 et 9 heures du matin72. Bref, c’est là tout ce mundo de carta, très bien illustré par Francesco Senatore, qui régit la mission diplomatique.

  • 73 ASF, Signori, Dieci di Balìa, 76.
  • 74 Ibid., f° 2 r- v.
  • 75 Ibid., f° l r- v.

33C’est le propre de l’activité des ambassadeurs d’informer leurs gouvernants et d’attendre leurs instructions sur la manière de procéder. De la sorte, Filippo di Filippo Magalotti, Guido di messer Tommaso del Palagio et, par la suite, messer Ludovico Albergotti recueillent une très grande variété d’informations faisant appel à diverses sources et prêtant attention même aux bruits qui circulent parmi les citoyens73. Rien ne semble leur échapper. Les nouvelles concernent aussi bien des questions majeures, comme la position de la ligue contre Milan que d’autres moins fondamentales mais non sans intérêt, tels les passe-temps à la chasse du duc de Bourgogne. Celui-ci était l’un des interlocuteurs importants des Florentins que les ambassadeurs étaient censés amadouer. Néanmoins, ils décident de ne pas l’accompagner dans ses loisirs et d’entretenir les rapports avec lui à son retour à Venise, demeurant ainsi sur le lieu des négociations74. Dans la ville de la lagune, Guido del Palagio et Filippo Magalotti attendent avec empressement l’arrivée de Ludovico Albergotti, qu’ils sollicitent à plusieurs reprises, car celui-ci avait la lettre d’instruction sans laquelle aucune transaction ne pouvait être entreprise75.

  • 76 Ibid., f° 13 v-14 v, le 14 février 1398, à 4 heures du matin : « Hora, voi vedete, magnifia signori (...)
  • 77 Ibid., f° 14 v-15 r, le 16 février 1398.
  • 78 Ibid., f° 9 r : « Hieri ricevemmo lectera de la vostra magnificencia dat(a) insino adí XV, a la qua (...)
  • 79 ASF, Signori, LC, 1, f° 21 r, Lettre de la Seigneurie à Giovanni Biliotti, le 11 août 1394 : « E av (...)

34En effet, l’envoi de plusieurs lettres d’instructions devenait nécessaire lorsque, comme ici, les négociations étaient longues et complexes, et évoluaient selon des voies souvent inattendues au préalable. La Seigneurie ou les Dieci di Balìa devaient, alors, transmettre un nouveau mandat à ses orateurs. C’est notamment ce que Filippo Magalotti et Ludovico Albergotti, qui doivent se prononcer sur la proposition avancée par Venise de se rallier à sa ligue, réclament à la Seigneurie florentine. Car, comme les deux ambassadeurs le soulignent, cela excédait largement l’objet de leur mission76. À la Seigneurie et à elle seule revenait donc le choix de « délibérer pour le oui ou pour le non ». Ce sont précisément les orateurs qui lui rappellent une telle prérogative, en sollicitant, de surcroît, des directives très précises, afin de ne pas se tromper dans une matière si délicate77. Le devoir des ambassadeurs, quels que fussent leur rang ou leur pointure, était, en revanche, celui de suivre textuellement les instructions de leurs gouvernants. Et Filippo Magalotti et Ludovico Albergotti semblent s’y conformer parfaitement lorsqu’ils répondent à la Seigneurie en ces termesci : « Hier nous avons reçu de votre magnificence la lettre datée du 15 de ce mois, laquelle ne demande d’autre réponse que celle qui nous voit engagés à obéir aux ordres de votre Seigneurie avec toute notre diligence78. » En tout cas, ce que, au cours des échanges avec les Seigneurs et les Dieci di Balìa, ces ambassadeurs affichent manifestement, c’est l’entière soumission aux ordres émanant de l’autorité souveraine des deux magistratures florentines. En cela, il n’y a rien de bien inattendu, ce rapport relevant du cadre classique des liens entre gouvernants et représentants : les uns prennent les décisions et donnent les ordres, les autres, à leur tour, les informent et mettent en pratique les instructions reçues. Nous savons, par ailleurs, qu’au cas où les ambassadeurs ne respectaient pas leurs instructions, les louanges habituelles laissaient aussitôt la place à de durs reproches. C’est ce qui arriva à Giovanni Biliotti et à Simone Bordoni qui, comme nous avons vu, avaient été envoyés à la cour du pape pour les tractations concernant Castrocaro. Tout en faisant partie de l’oligarchie florentine, ceux-ci furent durement apostrophés car – aux dires des Seigneurs – ils n’avaient pas respecté l’instruction initiale, en la dépassant largement79. Cependant, la relation entre gouvernants et ambassadeurs ne se résumait pas non plus à cette forme figée et instituée de lien politique.

  • 80 ASF, Signori, Dieci di Balìa, 76, f° 2 r-v, Lettre envoyée par Filippo Magalotti et Guido di messer (...)
  • 81 Ibid., f° 2 r-v, 5 r, 6v : « Crediamo sia bene che da la parte vostra si faccia sì verso di lui che (...)
  • 82 Ibid. : « Voi sete savi signori et provederete come crederete che bene sia. »
  • 83 À ce propos, voir la lettre que les ambassadeurs envoyèrent à la Seigneurie le 12 février 1398, à 9 (...)

35Après avoir recueilli les nouvelles les plus disparates, ces ambassadeurs les évaluent soigneusement, prennent eux-mêmes des décisions et donnent clairement et longuement leur avis80. Ces orateurs sont prodigues de conseils de toute sorte à l’égard des Seigneurs et des Dieci di Balìa. Ils préconisent, par exemple, l’achat d’un cheval (un pugliese) pour le fils du duc de Bourgogne – qui avait déjà reçu d’autres dons du seigneur de Padoue et qui avait été invité par Galeazzo Visconti – ; ils recommandent, de même, d’acquitter le plus rapidement possible une dette qui traîne avec le comte Francesco il Giovane da Carrara81. Certes, les ambassadeurs utilisent souvent ici, comme ailleurs, une forme de supplique « nous vous prions » et ils ont constamment recours aux syntagmes rhétoriques de la diplomatie marquant la prééminence de leurs mandataires : « Vous êtes des seigneurs sages et vous procéderez de la manière qui vous semblera la plus opportune82. » Tout en exprimant leur avis personnel, ceux-ci déploient ainsi de manière traditionnelle le respect de l’autorité de ces magistratures83. Rappelons, néanmoins, que les Seigneurs, autant que les Dieci de Balìa, n’en font pas moins à l’égard de leurs représentants. Bien plus, de telles formes topiques d’estime s’accompagnent parfois même de la reconnaissance d’amples marges de manœuvre laissées aux orateurs. C’est le cas, par exemple, de l’instruction initiale que les Seigneurs adressent à Filippo Magalotti à Bologne :

  • 84 ASF, Signori, LC, 1, f° 102 r: « In tutte queste parti non vi limitiamo el parlare né forma di dire (...)

« Pour tous ces aspects nous ne limitons ni votre discours ni votre manière de parler, mais nous nous en remettons à vous qui êtes des hommes prudents et bien renseignés sur ce qu’il faut faire, de telle sorte que vous soyez libres de faire et de dire ce que vous voulez84. »

  • 85 ASF, Signori, Dieci di Balìa, 76, f° 2 r-v: «Crediamo sia bene che voi sollicitiate i Lucchesi a ma (...)
  • 86 Ibid., f° 3 r-4 r, 12 r.

36D’autre part, il arrive également que les ambassadeurs formulent leurs avis personnels de manière beaucoup plus directe et assurée. Filippo Magalotti et Guido del Palagio portent ainsi sans hésitation leur jugement sur la position des Lucquois qui, selon eux, devraient envoyer leurs ambassadeurs à Venise : « Nous croyons qu’il est bien que vous sollicitiez les Lucquois pour qu’ils envoient [leurs ambassadeurs] et, de notre côté, nous ferons de même auprès de Padoue et de Venise85. » Et, deux fois encore, ils réaffirment avec vigueur ce même avis qui, finalement, acquiert ici une tonalité presque critique à l’égard des Dieci di Balìa86.

  • 87 Ibid., f° 17 r-v, Lettre des orateurs à la Seigneurie, Venise, le 22 Février, 4 heures du matin.
  • 88 Ibid., f° 17 v : « Preghianvi che di ciò siate contenti, però se voi foste stati qua non avresti fa (...)

37Aussi la dynamique des négociations peut-elle contraindre les ambassadeurs à prendre eux-mêmes des décisions personnelles. Bien sûr, Filippo Magalotti et Lodovico Albergotti – ils le disent – ont été obligés de le faire contre leur volonté, car la réponse si attendue de la Seigneurie florentine n’étant pas arrivée, « con pungentissime parole », Venise les a amenés à se prononcer promptement87. Ils se sont ainsi engagés au nom de leur Seigneurie au paiement d’une somme de 4 000 florins, et ils ont également dicté des conditions pour leur alliance avec Venise. Or, ils supplient les Seigneurs de se réjouir de leur choix, tout en le justifiant ainsi : « Si vous étiez à notre place, vous auriez fait de même88. »

  • 89 R. Fubini, Quattrocento florentino.... op. cit., en particulier p. 68.

38Sans doute serait-il trop hâtif d’inférer de ces exemples une sphère d’effective autonomie accordée à ces orateurs. Il n’en demeure pas moins que, sur le plan du langage formel, les Seigneurs, autant que les Dieci di Baila, ne s’adressent pas à ces ambassadeurs comme à des subordonnés mais à des égaux, ayant la clairvoyance nécessaire pour analyser finement la situation politique. Les orateurs apparaissent ainsi comme de véritables interlocuteurs politiques entretenant une forme de dialogue à distance avec les deux magistratures florentines, auxquelles ils transmettent leurs avis personnels de manière plus ou moins tempérée. De fait, cela renvoie à une réalité politique, très bien illustrée par Riccardo Fubini, où les citoyens alternent constamment aux fonctions d’ambassadeurs et aux postes clés de la Seigneurie et des Dieci di Balìa. En se référant en particulier à cette puissance magistrature créée en 1384, Fubini a montré que ses membres étaient interchangeables avec le personnel diplomatique89.

  • 90 ASF, Signori, Dieci di Baila, 76, f° 8 r, Lettre aux Dieci di Balìa, Venise, le 11 janvier : « Preg (...)
  • 91 Ibid., f° 15 v, Lettre de lettera Filippo et de Ludovico à la Seigneurie, Venise, le 16 février : « (...)

39C’est précisément le cas de Guido del Palagio, l’interlocuteur privilégié des deux magistratures florentines, celui qui apparaît à leur égard le plus prodigue en conseils. Rappelé à Florence en janvier 1398, Guido est réclamé à grand cri par ses camarades qui supplient plusieurs fois la Seigneurie et les Dieci di Balìa de le faire revenir à Venise au plus vite90. Filippo Magalotti et Fodovico Albergotti vont jusqu’à réprouver la décision de la Seigneurie, prévoyant de l’envoyer comme ambassadeur auprès du duc d’Autriche ; ils prétendent ainsi ne pas pouvoir s’en passer : « Nous ne pouvons vraiment pas faire sans Guido : il possède toutes ces pratiques en son esprit [...]. » En outre, ils ajoutent une argumentation ultérieure : « Son départ serait sans doute cause de déshonneur et préjudice pour notre Commune, puisque tout espoir de parvenir soit à la paix, soit à la constitution de la ligue, soit à la conclusion d’un accord viendrait à manquer91. » Lorsque les Dieci di Balìa décident, enfin, d’y renoncer, Filippo Magalotti et Fodovico Albergotti les remercient très chaleureusement et se félicitent promptement avec eux : « Vous avez véritablement fait ce qui est à la fois le bien de la Commune et le sien. »

  • 92 Buonaccorso Pitti, Ricordi, in Mercanti scrittori, éd. par V. Branca, Milan, 1986, p. 392 : « E sen (...)
  • 93 F. Allegrezza, « Del Palagio, Guido », in DBI, Rome, 1990, t. XXXVIII, p. 208-212 ; L. Calvelli, Un (...)
  • 94 F. Salvestrini, « Magalotti, Filippo di Filippo », DBI, Rome, 2006, t. LXII, p. 292-293 ; Online Tr (...)
  • 95 G. Franceschini, « Albergotti, Lodovico », DBI, Rome, 1960, t. I, p. 634 ; L. Martines, Lawyers and (...)

40Or, ses camarades n’étaient pas les seuls à le tenir en si haute estime et ils avaient toutes les raisons de le réclamer à Venise. Buonaccorso Pitti, dans sa chronique, définissait Guido del Palagio comme l’homme « le plus grand et le plus estimé de Florence92 ». Et, effectivement, il fut un citoyen très influent et réputé, directement impliqué dans les décisions politiques de la République florentine. Né vers 1335, il se lia par le mariage de l’une de ses filles aux Albizzi avec lesquels il partagea le même quartier San Giovanni et la même corporation, l’Art de la Faine. Dès les années 1380, il fut chargé de plusieurs ambassades importantes, comme celles auprès du pape Urbain VI et du roi Charles III ; en 1388, il fit partie des Dieci di Balía, et en 1394 et en 1397 fut élu Gonfalonier de justice, recouvrant ainsi à deux reprises la charge la plus importante de la République florentine. Il était l’exemple même du produit de l’éducation humaniste : à la fois marchand, homme de lettres, puis maître en théologie, il entretint des relations étroites aussi bien avec Coluccio Salutati, qu’avec Lapo Mazzei, le bienheureux Giovanni delle Celle et l’augustin Luigi Marsili93. Même si les autres ambassadeurs n’eurent pas le même éclectisme que Guido, ils firent partie du même cercle restreint d’hommes, dont la présence était attestée aussi au sein des assemblées des Consulte e Pratiche, capables d’influencer les choix du gouvernement sur des questions centrales. Tous les deux dotés du titre chevaleresque, Filippo Magalotti et Lodovico Albergotti jouèrent, en effet, un rôle politique prééminent. Après avoir été élu à des fonctions importantes de l’administration territoriale comme vicaire, capitaine et podestat, Filippo fut à plusieurs reprises ambassadeur, en 1393 prieur et en 1403 membre des Dieci di Balìa94. Quant à Lodovico, célèbre juriste, il se distingua dans la carrière diplomatique et en 1381 il occupa les magistratures suprêmes des Trois Majeurs, à savoir celles des prieurs, des seize Gonfaloniers de compagnies et des Douze Bons Hommes95.

  • 96 L. Martines, Lawyers and Statecraft..., op. cit., en particulier p. 373.
  • 97 ASF, Signori, Dieci di Balìa, 76, f° 1 v.

41Ainsi, dans l’ambassade à Venise, se réalise la convergence typique entre l’homme de loi et le marchand, ce « tandem » qui, comme l’a relevé Lauro Martines, caractérisait fortement les missions diplomatiques des Florentins96. La maîtrise de la rhétorique comme celle du droit, en effet, ne pouvaient pas suffire à elles seules à rendre compte de l’ensemble des compétences nécessaires à l’ambassadeur pour assurer le succès des tractations. Outre cette préparation technique, il devait aussi déployer d’autres savoirs, plus informels, fondés sur l’expérience et le vécu personnel. L’art diplomatique demandait en effet des capacités d’analyse, de pénétration presque psychologique, une clairvoyance permettant à l’ambassadeur d’adapter ses paroles et ses gestes aux circonstances les plus variées. C’est ce qui ressort également des lettres de ces ambassadeurs où ces derniers témoignent d’une grande acuité d’observation. Cela se manifeste, par exemple, dans la façon de relater l’attitude du représentant du seigneur de Mantoue qui, aux dires de Guido del Palagio, se plaignait « trop cordialement » de la nouvelle occupation des Visconti, comme « s’ils avaient déjà tout perdu »97.

42Certes, il s’agit ici d’ambassadeurs chargés de missions parmi les plus délicates et importantes, ayant déjà acquis une expérience politique et des compétences diplomatiques spécifiques ; ceci ne peut donc pas valoir comme cadre représentatif de toutes les ambassades. Il nous semble toutefois indéniable que le langage de ces lettres, autant que celui des instructions, témoigne d’un rapport de complicité qui, dans de telles missions, liait les gouvernants et leurs représentants, signe d’une collusion plus profonde des ambassadeurs avec le pouvoir oligarchique.

*

  • 98 F. Guicciardini, Storie florentine, in Opere, I, éd. par E. Lugnani Scarano, Turin, 1983 [1970], p. (...)

43L’examen de la forme et des finalités que la lettre d’instruction acquiert lentement dans la seconde moitié du xive siècle nous semble avoir montré la complexité de cette documentation épistolaire ainsi que l’extrême richesse de son langage. La convergence est frappante entre le processus de formalisation de la lettre d’instruction et le renouvellement de la Chancellerie florentine à une période où, selon Guichardin, « l’on conserve, ruine, donne et enlève les États nello scrittoio, dans un cabinet98 ». Le régime dit des oligarques, fortement marqué par une politique d’expansion territoriale, sous le poids grandissant des guerres, des alliances et des échanges avec les autres États, créa, en 1384, la nouvelle magistrature des Dieci di Balìa. Ces officiers, étendant progressivement leurs fonctions aux affaires diplomatiques, devinrent avec les Seigneurs les responsables des missions des ambassadeurs, et leurs chanceliers eurent la charge de formuler par écrit les instructions assignées aux orateurs, conformément aux décisions prises au préalable par ces magistratures. Ces dictatores jouèrent ainsi un rôle important de médiation – à la fois culturelle et politique – entre le gouvernement et ses officiers, influençant inévitablement le langage des instructions.

44Ce fut avec la Chancellerie de Coluccio Salutati, au moment même où les registres des informations furent séparés du reste de la correspondance, que la langue vulgaire ainsi que la forme personnelle du « tu » ou du « vous » furent adoptées de façon systématique dans cette documentation. L’instruction se rapprocha alors des autres missives, s’inscrivant à plein titre dans la dynamique des correspondances entre gouvernants et ambassadeurs comme une lettre sui generis, une lettre-document – pourrions-nous dire – fixant par écrit une série des normes de conduite destinées à régler la communication orale des ambassadeurs, et ouvrant le dialogue entre gouvernants et ambassadeurs. La variété même du vocabulaire employé à Florence à cette époque pour désigner une telle source épistolaire – istruzione, informazione, mandato, commissione, ricordo et memoria – est, à notre sens, un indice significatif de son caractère hybride. Elle était en réalité un peu de tout cela : elle était à la fois instruction, exhortation, conseil, information, un quasi-mandat, ainsi qu’un souvenir et un pro memoria.

45Le plus grand nombre de ces recommandations concernent le langage et les compétences rhétoriques que l’ambassadeur devait savoir adapter aux circonstances et à ses interlocuteurs. Elles renvoient aux notions traditionnelles de sagesse, d’expérience, de modération et, surtout, de prudence, appelées à régir les normes de la conduite de l’ambassadeur ainsi que la rhétorique de son langage. Bien sûr, conseiller l’ambassadeur est le propre de l’instruction et cela tient à la nature même du rapport institutionnel entre les gouvernants et leurs représentants. Mais, les ambassadeurs, quant à eux, donnent aussi leurs avis personnels aux Seigneurs et aux Dieci di Balìa. D’autre part, ces deux magistratures ont recours, tout comme les ambassadeurs, aux mêmes formes rhétoriques d’estime, constituant une sorte de captatio benevolentiae qui sollicite le dialogue entre mandataires et ambassadeurs et qui entretient le fil de la communication à distance. Les Seigneurs et les Dieci di Balìa, autant que les orateurs, s’en remettent donc constamment à la sagesse-prudence de leurs interlocuteurs. Il s’agit là, on l’a dit, d’un artifice rhétorique, faisant partie du langage diplomatique formalisé. Mais, ces topoï s’accompagnant d’amples marges de manœuvre laissées aux orateurs sont aussi le signe d’un lien de confiance et de complicité qui unit les gouvernants et leurs représentants, dont les rôles s’alternent constamment dans la République florentine.

46Certes, tout ce langage est profondément imprégné des modèles fondamentaux de l’ars dictaminis de la tradition médiévale dont l’éloquence humaniste était largement tributaire, ainsi que des préceptes à la fois rhétoriques et politiques des traités de la période communale ; une littérature didactique et morale qui, comme le Liber consolationis et consilii du juge Albertano da Brescia, était destinée à instruire le citoyen dans l’art de la parole et du bon gouvernement, fondé sur la vertu essentielle de prudence. Or, les conseils que les Seigneurs, autant que Dieci di Balìa adressaient aux ambassadeurs florentins tournaient toujours autour de cette valeur, ici profondément associée à celle de la mémoire. L’ambassadeur sage et prudent, tant de fois invoqué dans les instructions, était avant tout celui qui était capable de mémoriser les informations pour ensuite les évaluer et les traduire dans sa parole destinée à convaincre son interlocuteur.

47Si la lettre d’instruction démontre, donc, une grande continuité avec la tradition rhétorique communale, elle nous semble par ailleurs dresser aussi les fondements de la doxa diplomatique telle quelle prendra peu à peu forme dans les traités modernes du parfait ambassadeur. Autrement dit, cette source de la pratique diplomatique s’apparentant au genre documentaire des Ricordi transmet des conseils sur l’art de l’éloquence, des normes de comportements, des préceptes sur les techniques de la simulation-dissimulation et du secret, ainsi que des réflexions morales et politiques, tels qu’on les retrouve ensuite cristallisés et théorisés dans les traités politiques et les manuels à usage professionnel des xvie-xviie siècles.

Notes

1 Sur la riche littérature concernant ces aspects liés aux discussions sur la formation de l’État territorial florentin, je me limite ici à renvoyer aux travaux suivants ainsi qu’à leurs bibliographies : W. J. Connell, A. Zorzi (eds), Florentine Tuscany : Structures and Practices of Power, Cambridge, 2000 ; C. M. De La Roncière, « De la ville à l’État régional : la constitution du territoire (xive-xve siècle) », in J. Boutier, S. Landi, O. Rouchon (dir.), Florence et la Toscane, xive-xixe siècles. Les dynamiques d’un État italien, Rennes, 2004, p. 15-38.

2 Sur la portée novatrice du gouvernement oligarchique des Albizzi, voir G. A. Brucker, Dal Comune alla Signoria. La vita pubblica a Firenze nel primo Rinascimento, trad. it., Bologne, 1981 (1re éd. Princeton, 1977) ; J. M. Najemy, Corporatism and Consensus in Florentine Electoral Politics, 1280-1400, Chapel Hill, 1982 ; R. Fubini, « Dalla rappresentanza sociale alla rappresentanza política alcune osservazioni sull’evoluzione politico-costituzionale di Firenze nel Rinascimento », Rivista storica italiana, CII, 1990, p. 279-301 ; Id., Quattrocento florentino Política, diplomazia, cultura, Pise, 1996 ; L. De Angelis, « La classe dirigente albizzesca a Firenze : fine XIV-primi decenni del XV secolo », in R. Ninci (dir.), La sociétá florentina nel basso medioevo. Per Elio Conti, Rome, 1994, p. 93-114 ; L. De Angelis, « Territorial Offices and Officeholders », in Florentine Tuscany, op. cit., p. 165-182 ; L. Tanzini, Statuti e legislazione a Firenze dal 1355 al 1415. Lo statuto cittadino del 1409, Florence, 2004.

3 Sur la création des Dieci di Balìa, voir G. Guidi, Il governo della città-repubblica di Firenze del primo Quattrocento, II, Gli istituti « di dentro » che componevano il governo di Firenze nel 1415, Florence, 1981, p. 203-214 ; R. Fubini, Quattrocento florentino..., op. cit., en particulier p. 67-72.

4 Ibid., en particulier p. 46-75 ; Id., « Dalla rappresentanza sociale alla rappresentanza política... », op. cit. ; Id., « Diplomacy and Government in the Italian City-States of the Fifteenth Century (Florence and Venise) », in D. Frigo (ed.), Politics and Diplomacy in Early Modem Italy. The Structure of Diplomatic Practice, 1450-1800, p. 25-48 ; L. Tanzini, Statuti e legislazione..., op. cit., en particulier p. 148-158. Les réflexions suivantes sur le rôle que l’ambassadeur acquiert sous le gouvernement oligarchique des Albizzi se réfèrent pour l’essentiel aux travaux de Riccardo Fubini.

5 Sur la Chancellerie florentine, cf. D. Marzi, La cancelleria della Repubblica florentina, 2 vol., Florence, 1987 ; R. Witt, Hercules at the Crossroads. The Life, Works and Thought of Coluccio Salutati, Durham, 1983 ; Id., Coluccio Salutati and his Public Letters, Genève, 1976 ; R. Fubini, Quattrocento florentino..., op. cit., p. 11-139 ; Id., « Dalla rappresentanza sociale alla rappresentanza politica... », op. cit. Pour une étude comparative : I. Lazzarini, « La nomination des officiers dans les États italiens du bas Moyen Âge : pour une histoire documentaire des institutions », Bibliothèque de l’École des chartes, 159, 2001, p. 389-412.

6 R. Fubini, Quattrocento florentino.,.,op. cit., en particulier p. 48. Les statuts de 1415 intégrèrent l’obligation de rendre le rapport final dans les trois jours suivant son retour parmi les devoirs imposés à l’ambassadeur : Statuta Populi et Commuais Florentiae publica auctoritate collecta castigata et praeposita, anno salutis MCCCCXV, 3 vol., Friburgi, M. Kluch, [mais Florence] 1777-1781, II, rub. 218, p. 705.

7 Ibid., rub. 218-227, p. 705-716, en particulier rub. 219, p. 705-707 et rub. 223 p. 710-711.

8 F. Senatore, « Uno mundo de carta ». Forme e strutture della diplomazia sforzesca, Naples, 2003 (1998), en particulier p. 124-126.

9 Les instructions aux ambassadeurs ont été conservées dans les deux fonds Signori et Dieci di Balìa ainsi que dans la série hétérogène et plus atypique réunissant la documentation de trois magistratures centralisée entre les mains du chancelier : Signori, Dieci di Balìa, Otto di Pratica. Legazioni e Commissarie, Missive e Responsive (dorénavant Signori, Dieci di Balìa). Sur ces fonds archivistiques et leur conservation, voir : I. Fabii, « Sulla trasmissione dei carteggi diplomatici della Repubblica fiorentina », Medioevo e Rinascimento, XVII, n.s. XIV, 2003, p. 135-171 ; M. del Piazzo (dir.), Signori, Dieci di Balìa, Otto di Pratica. Legazioni e commissarie, missive e responsive, Inventario sommario, Rome, 1960.

10 R. Fubini, Quattrocento florentino..., op. cit., note 114, p. 53.

11 Ibid. ; F. Senatore, « Uno mundo de carta », op. cit., p. 108.

12 Alors qu’à Florence et à Sienne les registres des instructions se développent dès la fin du xive siècle et à Venise au début du siècle suivant, ils sont absents de la chancellerie milanaise des Sforza. Pour ces aspects, voir : ibid., p. 118-119.

13 Statuta Populi et Communis Florentiae..., r. 226, « De observantiis ambaxiatorum », p. 712 : « Teneantur domini priores artium et vellifer iustitiae communis Florentiae dare ambaxiatoribus destinandis in scriptis formam ambaxiate eisdem imponendae sigillatae sigillo docti comcommunis.» Sur la lettre d’instruction et son évolution : R. Fubini, Quattrocento florentino..., op. cit., p. 30-31 ; F. Senatore, op. cit., p. 173 ; E. Santini, Firenze e i suoi oratori nel Quattrocento, Milan, Palerme, Naples, Gênes, Bologne, Turin et Florence, 1922, p. 123-125 ; R. Piattoli, « Proposta di pubblicazione delle istruzioni per gli ambasciatori fiorentini », Atti e memorie dell’Accademia florentina di scienze morali La Colombaria, XVI, 1947-1950, p. 203-212.

14 F. Senatore, « Uno mundo de carta », op. cit., p. 173.

15 ASF, Missive 5, f° 85 r : «Forma d’ambasciata commessa per li priori dell’Arti e Gonfaloniere di Giuscizia in Consiglio popolo et Comune della città di Firenze al discreto huomo Rinieri di Guido dell Amella electo cittadino e ambasciadore nostro [...] lo quale dee aferare del sereníssimo principe e signore Messer lo re Roberto [...].»

16 Sur l’emploi de la langue vulgaire par les prédécesseurs de Coluccio Salutati, voir D. De Rosa, Coluccio Salutati..., op. rit., p. 14-15.

17 Ibid., p. 20 ; A. Bartoli Langeli, « Cancelleriato eproduzione epistolare », in P. Cammarosano (dir.), Le forme della propaganda política nel Due e nel Trecento, Rome, p. 258. Sur son opposition farouche à l’emploi du « vous » dans les lettres privées, voir Coluccio Salutati, Epistolario, éd. par F. Novati, Rome, II, 1893, p. 411-427, l. XI, Iohanni de Ravenna Conversano.

18 Sur ce sujet, voir C. Klapisch-Zuber, Retour à la cité. Les magnats de Florence, 1343-1434, Paris, 2006, p. 415-440.

19 L. Martines, Lawyers and Statecraft..., op. cit., en particulier p. 29-30, 206-208, 311-330.

20 Statuta Populi et Communis Florentiae..., II, r. 219, p. 705-707, p. 706.

21 E. Santini, op. cit., p. 122-124. Sur ces aspects formels de la lettre, voir ici-même la contribution de M. C. Panzera.

22 ASF, Signori, Legazioni e Commissarie (dorénavant Signori, LC), 1, f° 6 v, 21 mars 1394 : «Anderete a Siena et salutate quelli nostri fratelli quanto più effectusamente [sic] potete » ; f° 9 v, 28 avril 1394 : « In prima saluterai que’ nostri fratelli quanto più potrai affectuosamente e dipoi [...]. »

23 ASF, Signori, LC, 1, f° 5 v, 4 juin 1411 : « Con ogni sollecitudine e diligentia andrete ove sarà Carlo de Malatesti e lui come buono e singuiare fratello e amico saluterete affectuosamente ricordandogli l’antica amicitia e benivolentia avuta col suo magnifico padre. »

24 Ibid., f 127 r, 25 octobre 1421 : « Andrete sanza tardità a Napoli et al conspecto della serenissima reina Giovanna vi presenterete a lei corne a singularíssima madre et benefectrice nostra [...]. »

25 ASF, Dieci di Balìa, LC, 1, f° 193 r, 23 juin 1389 : « Andrete al serenissimio principe messer lo re di Francia dovunque egli sarà e dopo la debita reverentia, raccomanderete humilmente alla sua maestà la nostra comunità come sua figliuoli e divota con quelle parole si richiederanno. »

26 Ibid., f° 70 v, 29 décembre 1395 : « Anderete verso el Borgo alla Collina o altrove dove fusse el conte Ruberto da Battifolle et salutatelo come nostro devoto figluolo. »

27 Ibid., f° l4 v, 13 mai 1394 : « Andrete insieme chon gli ambasciadori da Bologna et quello del marchese al conte e tutti insieme, fatte le debite salutationi si convenghono, le quali vogliamo facciate quanto più dolci et amichevoli potrete. »

28 ASF, Signori, LC, 6, f° 5 v, 4 juin 1411 : « Ricordandogli l’antica amicitia e benivolentia avuta col suo magnifico padre [...]. »

29 ASF, Signori, LC, 6, f° 127 v, 25 octobre 1421 : « La divotione che a lei e a’suoi gloriosissimi maggiori abbiamo avuto [...] » ; ASF, Dieci di Balìa, Legazioni e Commissarie (dorénavant Dieci di Balìa, LC), 1, f° 193 r.

30 ASF, Dieci di Balìa, LC, 2, f° 12 r, 5 avril 1398 : « Di poi quando vedrete che sia tempo v’andrete a Gaieta al Re Ladislao e alla sua matre o dove fossono. E raccomanderete loro divotamente la nostra comunità e guelfi d’esso [sic]. »

31 ASF, Signori, LC, 1, f° 73 r, «Informazione a messer Tommaso Sacchetti e a messer Ludovico Albergotti, ambasciatori a Bologna, fatta il 9 febbraio 1397»; f° 74 v, «Informazione a messer Filippo Magalotti, ambasciatore a Bologna, fatta il 23 marzo 1397».

32 Ibid., f° 63 r-v, «Informazione a messer Maso degli Albizzi, messer Francesco Rucellai, messer Baldo Delia Tosa e messer Cristofano Spini, ambasciatori “alla festa del conte”, fatta il 25 agosto 1395»: «Alla vostra tomata abbiate a mente che siete tenuti di notificare vostra tomata fra due di et dare per scritto di mano d’uno di voi et soscritta per tucti ciò che fatto averete sotto pena de lire...»

33 Ibid., f° 70 v, « Informazione a messer Francesco Rucellai e Bardo di Tingo Mancini, ambasciatori in Casentino al conte Roberto, fatta il 29 dicembre 1395 » : « Siete tenuti dopo la vostra tomata etc. »

34 Voir aussi Commissioni di Rinaldo degli Albizzi per il Comune di Firenze dal MCCCXCIX al MCCCCXXXIII, 3 vol., Florence, Galileiana, 1867-1873.

35 Sur la figure de Benedetto di ser Lando Fortini, voir A. Astorri, « Fortini, Benedetto », in Dizionario biografico degli Italiani (dorénavant DBI), 48, Rome, 1997, p. 189-190.

36 F. Senatore, op. cit., p. 218-231 ; E. Santini, op. rit.

37 ASF, Signori, LC, 1, f° 2 r-3 r, «Informazione a messer Filippo Adimari e a messer Filippo Corsini, ambasciatori a Genova, fatta il 4 marzo 1394»: «Voi siete savii et bisogna poco dirvi et essendo sul fatto vederete molto meglio quanto bisogna che per noi non si può vedere qui.»

38 Ibid., f° 14 v-16 v, « Informazione a messer Rinaldo Gianfigliazzi e a messer Ludovico Albergotti, ambasciatori al conte di Virtù, fatta il 29 aprile 1394 » : « Ora, voi vedete nostra intentione et voi siete savi, si che bisogna dire poco. »

39 Ibid., f° 74 v-75 v, « Informatione a voi messer Filippo Magalotti ambasciatore a Bologna fatta a di 23 di marzo 1396 » : « Voi vedete nostra intentione : in tutte queste parti come savio parlarete, et chon queste et chon altre ragioni vi parranno più utili alla materia, et questo rimettiamo in voi che vi troverete sul fatto. »

40 Ibid., f° 79 v-80 r, « Breve informazione a messer Rinaldo Gianfigliazzi, ambasciatore a Biordo Michelotti, fatta il 6 maggio 1397 » : « Et tutto rimettiamo nella prudentia vostra. »

41 Ibid., f° 80 v, « Informazione a messer Filippo Adimari e a messer Ludovico Albergotti, ambasciatori a Imola, fatta il 22 maggio 1397 » : « Et qui non vi pognamo limitazione niuna : seguitene, essendo sul fatto, quanto vi pare. »

42 Ibid., f° 69 r, « Andree domini Ugonis et Guidoni domini Tomasii ambaxiatoribus in partibus Romandiole » : « Ora di nuovo per questa voglamo et comandianvi che sopra la detta materia caídamente quanto vedete convenirsi all’onore delia nostra città, ne parliate et sollicitamente cerchiate con quelle parole, via et diligenzia sapete che fanno alla materia. »

43 Ibid. : « Et questa lettera voglamo sia in luogo d’informatione. »

44 Pour une mise au point historiographique récente sur ce sujet, voir : D. de Rosa, « La bibliografia relativa a Coluccio Salutati negli ultimi venticinque anni », in Atti del Convegno Coluccio Salutati cancelliere e letterato, Buggiano Castillo, 27 maggio 2006, Buggiano, 2007, p. 19-99.

45 A. Bartoli Langeli, « Cancelleriato e produzione epistolare », op. cit., p. 258. Voir aussi R. Witt, « Medieval Ars dictaminis and the Beginnings of Humanism : A New Construction of the Problem », Renaissance Quarterly, 35, 1982, p. 1-35.

46 Sur la notion du conseil et les pratiques de l’art de conseiller au Moyen Âge, voir : C. Casagrande, C. Crisciani, S. Vecchio, Consiulium. Teorie epratiebe del consigliare nella cultura medievale, Florence, 2004, en particulier C. Casagrande, « Virtù della prudenza e dono del consiglio », p. 1-14 ; E. Artifoni, « Prudenza del consigliare. L’educazione del cittadino nel Liber consolationis et consilii di Albertano da Brescia (1246) », ibid., p. 195-216.

47 ASF, Signori, LC, 1, f° 6 v-8 r, « Ricordanza a voi Messer Maso degli Albizi et Matheo di Jacopo Arrighi ambasciadori a Siena facta a di 21 di marzo 1394»: «Ci è paruto per più chiareça dovere quel medesimo ripetere in effecto sotto picciol volume di parole ancora per vocie viva. »

48 Ibid., f° 9 r, « Informatione a te Andrea di Neri Vettori, ambasciatore a Perugia, facta a di 21 d’aprile 1394 » : « Et ancho che in questo et in ogni altra cosa ti dia piena fede, si che poi a boccha ancho gli ripeta quello gli scriviamo. »

49 ASF, Signori, Dieci di Balìa, 76, f° 1 r-v, 27 novembre 1397 : « Negarono lo scrivere dicendo non essere loro usanza fare risposta a ambasciadori se non a boccha. »

50 ASF, Signori, LC, 1, f° 14 v-16 v, « Informazione a messer Rinaldo Gianfigliazzi e a messer Ludovico Albergotti, ambasciatori al conte di Virtù, fatta il 29 aprile 1394»: «Tutte l’arti et tutte quelle parole vedrete sieno honeste et utili per venire ad effetto della nostra intentione. »

51 Ibid., f° 10 v, « Questa sia la informatione a te Andrea di Neri Vettori ambasciatore a Biordo fatta a dì 17 di maggio 1394»: «Et qui farai con lui tanto cordiale dogliença quanto tu saperai [...]. E perché la materia è di natura spiacevole et che male si puote limitare quello tu abbi a dire, parlali rilevatamente et pugnente et dolcie come vedi sia bene del fatto et ridurlo al suo bene et honore. Et s’egli andasse per le cime de monti, parlali chiaro che noi abbia’ sgramaticato maggior barba che la sua non è, e quanto agievolmente si potrebbe provedere per forma s’accorgiarebbe et tosto del suo errore. »

52 Brunetto Latini, Li livres dou Tresor, éd. par F. J. Carmody, Berkeley-Los Angeles, 1948, I, 1.1, chap. i, 1-4, L. 5-29.

53 ASF, Signori, LC, 1, f° 15 v: « Et ancora, se questo non gli piacesse, venite a un altro passo, cioè che [...] si che chon tutti quelli honesti modi che saprete adoperare venga ne’ Vinitiani, dissimulando et faccendovi dalla lunga et mettendo prima in sodo le qualità debbono essere nel meçano et restrignendo per modo che quasi per necessità si venga ne’ Vinitiani. »

54 Ibid., f° 2 v : « Et se v’accadesse avere a parlare di lui, sempre ne ragionate honorevolmente et como di fratello, si che nogli possa essere riferito di noi o di voi altro che tutto bene. »

55 Ibid., 1, f° 4 r-5 v.

56 Pour quelques exemples de ce système d’envoi différencié, voir ASF, Signori, Dieci di Balìa, 76.

57 Ibid., f° 17 r-v, « Lettera ai Dieci di Balìa degli oratori da Venezia del 22 febbraio, ora 4 di notte » : « Questa lectera mandiamo solo a l’uficio vostro perché ci pare che ci abbi delle cose che voglono stare segrete, et maxime la quantité a che vuole contribuire questa Signoria, che crediamo essere utile a vulgarizare di più. Se per adreto abbiamo scritto a Signori et a voi l’abbiamo facto per lectere che ci scrissono ; per inanzi scrivaremo pure a voi, se altro non avessimo da Signori. »

58 R. Fubini, Quattrocento florentino..., op. cit., en particulier p. 71-72.

59 ASF, Signori, LC, l, f° 21 v-22 v, « Nota et informatione a Simone Bordoni ambasciatore a Roma facta a dì 12 di luglio 1394»: «Nella pratica tenete modi che luna parte et l’altra si tenga servita da noi, confortandoli et inducendoli alle cose convenevoli, e mostrando a l’una parte et a l’altra el suo bene e suo utile; et saviamente v’ingenate [sic] farli d’acordo. »

60 C. Casagrande, « Virtù della prudenza e dono del consiglio », op. cit., en particulier p. 5-8.

61 M. T. Grendler (ed.), The « Trattato politico-morale » of Giovanni Cavalcanti (1381-c. 1451), Genève, 1973, p. 119 : « La parte di quella prudentia che è mestiere a conoscere i’ ricordamento de’ facti antichi, senza li quali né del presente si può conoscere, né al futuro si può provedere. »

62 Voir par exemple ASF, Signori, LC, 1, f° 80 r : « Et tutto rimettiamo nella prudentia vostra. »

63 M. Carruthers, Le livre de la mémoire. Une étude de la mémoire dans la culture médiévale, trad.fr. par Diane Meur, Paris, 2002, en particulier p. 17-26 (1re éd. Cambridge, 1990).

64 Ibid., en particulier p. 10-11 et 83-91.

65 ASF, Signori, LC, 1, f° 101 r-102 v: « Informatione a voi messer Filippo Magalotti, messer Lodovico degli Albergotti et Guido di Messer Tommaso ambasciadori per lo fatto della pace fatta [...] a dì 21 di novembre 1397 »; ASF, Signori, Dieci di Balìa, 76, f° 1 r-41 r; ASF, Signori, Rapporti e relazioni di oratori fiorentini, 1, f° 19 v.

66 ASF, Signori, LC, 1, f° 80 v, 86 r-87 v, 93 r-95 v.

67 Ibid., f° 100 v : « Ma in luogo di mortalità siamo contenti per stançia non andiate, ma per transito non vogliamo per niuno modo schifiate, andando voi in luogo sano come detto è. »

68 ASF, Signori, Dieci di Balìa, 76, c. 2 c-v, « Lettera ai Dieci di Balìa, di Filippo Magalotti e Guido di messer Tommaso [del Palagio] da Treviso del 7 dicembre ».

69 Sur cette ambassade, voir l’instruction du 21 novembre 1397 et les lettres envoyées par les ambassadeurs tantôt à la Seigneurie tantôt aux Dieci di Balìa : ASF, Signori, LC, 1, f° 101 r-102 v, et ASF, Signori, Dieci di Balìa, 76, f° 1 r-4l r.

70 ASF, Signori, Dieci di Balìa, 76, f° 18 r-v.

71 Ibid., f° 18 r-19 v, 24 r-27 v.

72 Ibid., f° 3 r, Av, 5 v, 7 v, 8 v, l0 v, 12 r, 13 v-14 v, 17 r.

73 ASF, Signori, Dieci di Balìa, 76.

74 Ibid., f° 2 r- v.

75 Ibid., f° l r- v.

76 Ibid., f° 13 v-14 v, le 14 février 1398, à 4 heures du matin : « Hora, voi vedete, magnifia signori nostri, che i ragionamenti della lega con costoro si tragono inanzi et parci d’averne buona speranza. Il perché noi preghiamo la vostra magnificencia che vi piaccia prestissimamente avisarci delia intenzione della vostra signoria di questa lega et d’ogni particularità che intorno a ciò potesse acadere. E se deliberate che questa lega si conchiuda, fia di necessità che presto ci sia chi abbia il mandato pero che’1 nostro non si extende a questo. »

77 Ibid., f° 14 v-15 r, le 16 février 1398.

78 Ibid., f° 9 r : « Hieri ricevemmo lectera de la vostra magnificencia dat(a) insino adí XV, a la quale non bisogna altra risposta se non che con ogni diligentia c’ingegneremo ubidire i comandamenti de la vostra Signoria. »

79 ASF, Signori, LC, 1, f° 21 r, Lettre de la Seigneurie à Giovanni Biliotti, le 11 août 1394 : « E avete commesso troppo gran fallo in trapassare nostro mandato così disordinatamente come facto avete. »

80 ASF, Signori, Dieci di Balìa, 76, f° 2 r-v, Lettre envoyée par Filippo Magalotti et Guido di messer Tommaso [del Palagio] aux Dieci di Balìa, Trévise, le 7 décembre 1397.

81 Ibid., f° 2 r-v, 5 r, 6v : « Crediamo sia bene che da la parte vostra si faccia sì verso di lui che giustamente non s’abbia a dolere. »

82 Ibid. : « Voi sete savi signori et provederete come crederete che bene sia. »

83 À ce propos, voir la lettre que les ambassadeurs envoyèrent à la Seigneurie le 12 février 1398, à 9 heures, ibid., f° 13 r-v.

84 ASF, Signori, LC, 1, f° 102 r: « In tutte queste parti non vi limitiamo el parlare né forma di dire, ma tutto rimettiamo in voi come prudenti et bene avisad di ciò che bisogna, si che et in dire et in fare liberamente sia in voi. »

85 ASF, Signori, Dieci di Balìa, 76, f° 2 r-v: «Crediamo sia bene che voi sollicitiate i Lucchesi a mandarli et noi solliciteremo quello di Padova da Vinegia.»

86 Ibid., f° 3 r-4 r, 12 r.

87 Ibid., f° 17 r-v, Lettre des orateurs à la Seigneurie, Venise, le 22 Février, 4 heures du matin.

88 Ibid., f° 17 v : « Preghianvi che di ciò siate contenti, però se voi foste stati qua non avresti fatto altro che ci abbiamo facto noi. »

89 R. Fubini, Quattrocento florentino.... op. cit., en particulier p. 68.

90 ASF, Signori, Dieci di Baila, 76, f° 8 r, Lettre aux Dieci di Balìa, Venise, le 11 janvier : « Preghianvi rimandiate tosto Guido in qua. » Ainsi se termine également la lettre adressée le même jour à la Seigneurie, Ibid. Voir aussi la lettre écrite à la Seigneurie le 26 janvier.

91 Ibid., f° 15 v, Lettre de lettera Filippo et de Ludovico à la Seigneurie, Venise, le 16 février : « Veramente sanza Guido non si può : egl’à tutte queste pratiche nell’animo et è dell’ordine et operazione che sa la vostra signoria. Poi da questi gentili huomini et in spezialità dal doge è tanto amato, credutoli et dato fede a ogni suo dire ; et simile da tutti collegati, che veramente quello che per lui non si ottenesse non si farebbe per altri. Pensiamo che la vostra signoria comunche avrà sentito de ragionamenti si tengono qua, avrete deliberato et prudentemente mandarvi altro et così cordialmente suplichiamo alla magnificentia della vostra signoria, che certamente la sua andata sarebbe troppo grande sconcio et danno di fatti di Comune, che sarebbe in tutto torre ogni speranza di pratica di pace o di conclusione di lega o d’acordo de collegati. » Et, deux jours plus tard, ils répètent à la Seigneurie ce même avis, ibid., f° 15 v-17 r.

92 Buonaccorso Pitti, Ricordi, in Mercanti scrittori, éd. par V. Branca, Milan, 1986, p. 392 : « E sendo Guido di messer Tomaso di Neri dal Palagio il maggiore e il più creduto uomo di Firenza

93 F. Allegrezza, « Del Palagio, Guido », in DBI, Rome, 1990, t. XXXVIII, p. 208-212 ; L. Calvelli, Un florentino del ‘300. Guido del Palagio e la sua canzone a Firenze, Florence, 1913 ; Online Traite of Office holders, D. Herlihy, R. B. Litchfield, A. Molho, R. Barducci (eds), Florentine Renaissance Resources, Brown University, Providence, 2002, www.stg.brown.edu/projects/tratte.

94 F. Salvestrini, « Magalotti, Filippo di Filippo », DBI, Rome, 2006, t. LXII, p. 292-293 ; Online Tratte of Office holders.

95 G. Franceschini, « Albergotti, Lodovico », DBI, Rome, 1960, t. I, p. 634 ; L. Martines, Lawyers and Statecraft..., op. cit., p. 498 ; Online Tratte of Office holders.

96 L. Martines, Lawyers and Statecraft..., op. cit., en particulier p. 373.

97 ASF, Signori, Dieci di Balìa, 76, f° 1 v.

98 F. Guicciardini, Storie florentine, in Opere, I, éd. par E. Lugnani Scarano, Turin, 1983 [1970], p. 118 : 1494 descente à Florence de Charles VIII, « Ed in effetto gli stari si cominciorono a conservare, a rovinare, a dare ed a tôrre non co’disegni e nello scrittoio corne pel passato, ma alla campagna e colle arme in mano. »

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter