Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La politique par correspondance

 | 
Sandro Landi
, 
Jean Boutier
, 
Olivier Rouchon

Première partie. Modèles épistolaires

La lettre diplomatique

Vérité de la négociation et négociation de la vérité dans quatre écrits de Machiavel, du Tasse et de Panfilo Persico

Jean-Claude Waquet

Texte intégral

  • 1 On a utilisé le texte donné par Alessandro Montevecchi dans Opere di Niccolò Machiavelli, 2, Istori (...)
  • 2 Le texte du Messaggiero se trouve dans T. Tasso, Dialoghi, éd. par E. Raimondi, Florence, 1958, II, (...)
  • 3 On a eu recours ici à l’édition de Venise, Giunti, 1656, où ces développements se trouvent p. 237 s (...)

1Mosaïque d’États, laboratoire aussi où furent expérimentées des formes nouvelles d’ambassade, l’Italie de la Renaissance fut sans conteste une terre de négociateurs et d’écriture diplomatique. Elle passa même très tôt pour un foyer d’excellence dans l’art de tourner les relations et les dépêches, ainsi que l’atteste la renommée acquise dans ce domaine par les ambassadeurs de Venise. Dans ce milieu favorable, la réflexion sur la correspondance diplomatique prit précocement un essor dont témoignent quelques écrits composés au xvie siècle et au début du xviie siècle. Deux d’entre eux – le Memoriale a Raffaello Girolami quando ai 23 d’ottobre parti per Spagna all’imperatore et le plus bref Discorso sopra le cose della Magna e sopra l’imperatore – sont venus sous la plume de Nicolas Machiavel qui composa le second en 1509, et le premier en 15221. Se présente ensuite le Messaggiero du Tasse, dont la dernière version fut achevée en 15872. Un autre texte, plus tardif encore, est le Segretario de Panfilo Persico, qui sortit des presses en 1620 et contient de longs développements sur la « lettre d’avis »3.

  • 4 De plus, il avait trois ans plus tôt fait imprimer à Venise une Filosofia morale, e Politica d’Aris (...)
  • 5 « Platonica, écrit plus précisément Le Tasse, con qualche mistura di peripatetica, in quel modo ch’ (...)

2Les auteurs de ces écrits ne sont nullement contemporains. Leur célébrité de surcroît est très inégale, de même que le fut leur expérience des négociations puisque seuls deux d’entre eux, Machiavel et Persico, connurent de première main les us et coutumes des légations. De plus le premier servait une république, quand Le Tasse vivait aux marges de la cour de Ferrare, et Persico, quoique natif de Bellune, en celle de Rome. Celui-ci a rédigé un traité de facture aristotélicienne4, l’auteur de la Jérusalem un dialogue d’inspiration platonicienne5, l’illustre secrétaire enfin deux textes – Discorso et Memoriale – qui n’entrent dans aucun de ces deux genres. La pratique était son horizon, bien plus qu'elle ne l’est dans les discours de l’Esprit, principal personnage du Messaggiero. Ce dernier écrit fait corps à la fois avec la littérature démonologique qui prospère alors en Europe, et avec les traités de legatis qui ont fleuri dans la deuxième moitié du xvie siècle et au-delà : Vera, notamment, l’a utilisé pour son Enbaxador. Persico pour sa part s’inscrit dans une autre lignée : celle des manuels à l’usage des secrétaires, dont le plus insigne est le traité de Sansovino. Le Memoriale de Machiavel enfin relève plutôt des « avertissements de chancellerie » (ammonimenti di cancelleria) qui se rencontrent en assez grand nombre dans les archives italiennes du xve siècle et du début du xvie siècle. Très différents les uns des autres sont, en d’autres termes, les textes auxquels on voudrait ici s’intéresser.

3Tous pourtant s’inscrivent dans un même contexte : celui d’un système d’États en développement où la paix était de plus en plus problématique, l’information de plus en plus nécessaire, l’ambassadeur de plus en plus présent, ses lettres de plus en plus attendues, décortiquées, prisées enfin ou à l’inverse décriées selon quelles éclairaient opportunément l’action, ou en compromettaient le succès. De ces écrits à l’importance stratégique, qui fondaient pour une bonne partie la réputation de celui qui les composait, Machiavel, le Tasse et Persico ne se faisaient pas la même conception. Toutefois leurs propos successifs – et nullement coordonnés – permettent de comprendre comment, au moment même où elles allaient se multipliant, les lettres des négociateurs se virent renvoyées à deux types d’usage : l’un tourné vers le dévoilement et la transmission de la vérité, et l’autre vers la construction d’une apparence compatible avec la vérité.

Machiavel

  • 6 « Avanzare sempre con le cose sue e provvedersi ne’ tempi debiti » (Discorso, p. 181). La traductio (...)

4Soulevée dans le Memoriale comme dans le Discorso, la question des « avis » (avvisi) et de leur transmission à l’autorité dont l’ambassadeur relève, est abordée par Machiavel dans la perspective de l’honneur qui peut en résulter pour l’envoyé et du profit que son supérieur est susceptible d’en retirer. Celui-ci gagne à « avancer toujours ses affaires et prendre des mesures en temps voulu6 » : les bons avis de son ambassadeur lui font savoir si l’on peut s’attendre à la guerre, ou la paix, et s’il vaut mieux temporiser, ou conclure. Ainsi ils aident à la décision et, la favorisant, servent un intérêt. Toutefois ils ne secondent efficacement les vues des Florentins qu’autant qu’ils sont exacts. Aussi le but que doit se fixer l’ambassadeur est de s’informer soigneusement. Il est aussi de distinguer les choses vraies de celles qui sont vraisemblables, mais fausses, sans s’arrêter aux pièges d’un monde plein de tromperie, ni tomber dans les travers du commun des hommes, qui se montrent incapables de discerner la vérité. Il appartient enfin à l’envoyé de communiquer cette même vérité à ses chefs, au triple niveau de ce qui s’est fait, de ce qui survient, et de ce qui pourrait advenir.

  • 7 « Faccendieri, che scanno desti per intender le cose che vanno attorno » (Memoriale, p. 226 ; trad. (...)

5Selon Machiavel, qui au reste n’est pas seul à penser ainsi, la réalisation de ces objectifs dépend en premier lieu du bon fonctionnement d’un système d’approvisionnement en informations, où l’« avis » se présente à la fois comme la pièce d’un puzzle – car chacun ne connaît qu’une partie de la vérité, quand tous réunis savent tout – et comme une sorte de marchandise que l’on se procure, puis que l’on troque avec autrui pour obtenir ce dont on a grand besoin. Aussi l’ambassadeur doit se constituer un réseau d’informateurs, sans hésiter à se lier à tous les « intrigants » du lieu, qui hantent la cour « pour apprendre les choses en train7 » et peuvent être gagnés à la table des banquets ou à celle du jeu. Il lui faut également avoir quelque chose à échanger avec ces partenaires, et c’est pourquoi il veille à ce que ses correspondants de Florence lui communiquent tout avis susceptible d’être monnayé.

  • 8 « Più ragionevole » (Memoriale., p. 227 ; trad. C. Bec, p. 249).
  • 9 « Coniecturare bene le cose future, così delle pratiche come de’ fatti » (Discorso, p. 181 ; trad. (...)

6Les avis recueillis, il reste à les examiner pour en tirer (ritrarre) une analyse véritablement fondée. L’ambassadeur alors doit faire preuve de « jugement » – c’est-à-dire de discernement – s’il ne veut point ensuite errer dans le « jugement » – ou sentence – qu’il porte sur la vérité des choses. Ayant ainsi soupesé ses informations, et donné foi à cette partie seulement qui lui paraît « plus raisonnable8 », il peut espérer réussir en ce qui fait la plus délicate et importante partie de sa mission, qui est de « bien prévoir le futur, des négociations autant que des événements9 ». En cela cependant trop de présomption pourrait nuire, ce qui commande à qui écrit de ne pas endosser personnellement ses propres conclusions, mais bien plutôt de les présenter à ses supérieurs comme l’opinion commune des hommes sages.

7Sur quoi, enfin, sont censées porter les informations que l’ambassadeur rassemble, traite et transmet ? Elles touchent à l’intrigue présente, qui met en jeu des tractations, des hommes et des humeurs. Elles ont trait aussi à la situation d’autrui, et plus précisément permettent d’apprécier les visées du partenaire et la stabilité de son régime. On sait grâce à elles s’il y a lieu d’espérer ou au contraire s’il faut craindre ; quelle est la nature du prince, qui le conseille, et comment, et où il a des amis ; qui sont autour de lui les seigneurs et les féodaux, quelle est leur puissance, ainsi que leurs dispositions ; quelle est encore la nature du peuple, s’il aime son prince et jusqu’où peut aller sa propension à prendre les armes contre lui.

  • 10 Le Prince, chap. 15 (effettuale).

8Tels sont, résumés en quelques mots, les enseignements que Machiavel dispense en matière d’avis, dans le Discorso et surtout dans le Memoriale. Selon la conception qui informe ces leçons, l’horizon de la correspondance diplomatique est la prise de décision politique, ainsi que la satisfaction des intérêts propres à l’autorité dont le rédacteur des lettres dépend. L’écueil à éviter est l’erreur ; l’impératif est la communication de l’exacte vérité. Celle-ci cependant n’est pas spéculative, ni fondée sur des autorités, mais de fait, ou encore « effective », pour reprendre un terme utilisé ailleurs10 par Machiavel. Comme telle, elle est coextensive à la réalité des choses. La capacité de la dévoiler, via l’acquisition et la critique des avis, constitue la pierre de touche du bon ambassadeur, qui, à la différence du commun, sait voir derrière les apparences. Cette vérité enfin porte par priorité sur des intrigues et des conjonctures.

  • 11 « Considerate bene e bene scritte » (Memoriale, p. 229 ; trad. C. Bec, p. 253).

9Dans une telle conception, ni la conservation de la paix, ni le maintien d’une relation d’amitié entre les puissances ne sont posés comme une finalité de la correspondance diplomatique, ou comme une contrainte conditionnant la meilleure façon de la rédiger. Par ailleurs la simple transmission des paroles d’autrui ou, si l’on préfère, la fonction du messager, compte moins que la communication et le dévoilement d’une vérité dérobée aux yeux du vulgaire, et patiemment déduite d’une information dispersée et souvent secrète. Enfin l’élaboration de cette vérité, sur la base d’une collecte méticuleuse d’avis, prend le pas sur l’écriture même de la lettre, à laquelle Machiavel ne prête attention qu’en passant, lorsqu’il indique que toutes choses doivent être non seulement « bien considérées », mais aussi « bien relatées »11. Nulle part dans ces deux textes en revanche cet homme pourtant si attentif à la construction des apparences ne soulève la question du rapport entre la vérité – ce que l’ambassadeur a su voir – et sa représentation – ce qu’il a mandé à Florence. Aussi on assiste dans les écrits du secrétaire florentin à un double effacement : de l’ambassadeur comme homme de la paix, comme messager et comme orateur, devant un observateur placé au service d’une décision guidée par l’intérêt ; et de la lettre, dans sa matérialité et sa textualité, devant l’information que cette même lettre véhicule avec une exacte fidélité. L’avis, en un mot, l’emporte sur la lettre.

Le Tasse

  • 12 Sur cette évolution, voir les observations de Luigi Firpo dans son introduction à Torquato Tasso, T (...)

10Dans le Messaggiero, l’art des ambassades se donne comme celui d’unir les princes et de les maintenir en paix et en amitié. Entre ces monarques l’ambassadeur joue le rôle du médiateur et aussi, comme le titre du dialogue le suggère, celui du messager qui porte à l’un des « propositions » (proposte) et communique à l’autre des « réponses » (risposte). Sa figure est encore celle de l’orateur, tel qu’en son Oratoret son De Oratore Cicéron l’a formée. Le Tasse, enfin, envisage l’activité de l’ambassadeur à travers une série de cas de conscience qui naissent du conflit entre la fin honnête qu’il poursuit, d’une part, et, d’autre part, l’intérêt, voire l’injustice du maître qu’il sert. Dans la première version de son texte, il résout ces difficultés en multipliant les concessions aux maximes de la raison d’État. Puis, en 1587, il revient à des positions plus prudentes et plus modérées12. Toutefois, en ce qui concerne la question de la correspondance, ce changement d’orientation reste sans incidence notable.

  • 13 Dialoghi, II, 1, p. 326-329 (pour la version de 1387), et III, p. 455-460 (pour la version de 1581, (...)
  • 14 « Con alcuna menzogna schifare alcun male o esser cagione d’alcun bene, o pur co’l tacere il vero c (...)
  • 15 Dans le texte imprimé en 1582 (III, p. 457), Le Tasse poursuivait en indiquant que l’ambassadeur po (...)
  • 16 « Si come le piume che sono nel collo de la Colomba, benché sian sempre l’istesse o de l’istesso co (...)

11Le problème que le poète soulève13, consiste à se demander si, dans ses lettres ou dans ses entretiens, l’ambassadeur peut « par quelque mensonge éviter quelque mal ou être cause de quelque bien, ou bien taisant le vrai causer le bien et éviter le mal14 ». L’auteur de la Jérusalem délivrée répond par la négative, du moins en ce qui concerne le mensonge officieux15. Il recommande cependant de recourir à un artifice (artificio), au fondement duquel il place une distinction en harmonie avec la veine platonicienne de son dialogue : entre l’« essence » (essenza) des propos d’autrui, qui ne doit pas être déformée par l’ambassadeur, et ses « représentations » (rappresentazioni) qui, quoique les choses aient en fait une apparence (aspetto) qui leur est propre, peuvent être démultipliées. Car, écrit le célèbre poète, « de même que les plumes qui couvrent le cou de la colombe, tout en étant toujours les mêmes et de la même couleur, tantôt paraissent de la couleur des rubis, tantôt ressemblent aux saphirs, tantôt vont mêlant ces couleurs aux autres selon que l’on varie leur exposition à la lumière du soleil, de même les actions des hommes, quoique elles soient les mêmes, peuvent prendre diverses faces selon que diversement elles sont représentées à la considération d’autrui : de sorte qu’une même action, diversement exposée à la lumière de la raison, tantôt parait coupable, ou mixte, ou digne de louange, ou d’excuse, ou de blâme16 ».

  • 17 Ou du moins en l’altérant aussi peu que possible, puisqu’il arrive « rarement que sous l'effet du c (...)
  • 18 « Si come l’oratore non dee variar l’aspetto de la verità per opprimere l’innocenza, cosi l’ambasci (...)

12L’artifice de l’ambassadeur consiste dès lors à agir non sur la vérité – ce qui serait mentir – mais sur sa représentation, et donc à modifier les paroles qui ont été prononcées par l’autre partie, sans pour autant altérer l’essence même du message que ces propos véhiculaient17. Cette modification bien sûr n’est légitime qu’autant qu’elle est à bonne fin, car « de même que l’orateur ne doit pas modifier l’apparence de la vérité pour opprimer l’innocence, de même l’ambassadeur et tout autre homme d’État, lorsqu’ils représentent les choses aux princes avec une autre apparence que la leur propre, doivent le faire non au détriment de quelqu’un, mais au bénéfice ou du prince lui-même ou de ses sujets, pourvu qu’au bien des sujets le mal du prince ne soit pas attaché18 ». La représentation que l’ambassadeur doit adroitement produire est, par conséquent, celle qui est la plus appropriée à la conservation de l’amitié, qu’il a le devoir de servir. Elle permet de surmonter le conflit toujours à craindre entre le désir d’union entre les princes, qui est louable de soi, et le respect de la bonne foi, qui n’est pas moins recommandable, mais pourrait conduire un négociateur à rapporter à son maître, sans aucune précaution, des propos susceptibles de faire naître de l’aigreur, de compromettre la paix et donc d’empêcher l’harmonie recherchée.

  • 19 « Cet artifice de faire changer la face des choses par leur disposition et celle de leurs circonsta (...)
  • 20 « Il n’est pas inconvenant [...] explique l’Esprit en réponse à une question du Tasse, que l’ambass (...)

13Ainsi posée, la question de la correspondance diplomatique se présente dans des termes radicalement différents de ceux dans lesquels Machiavel l’abordait. Constituée par les propos de l’autre prince, la substance que l’envoyé communique à son maître est une donnée : elle ne résulte donc pas d’un patient travail de collecte et de pondération de l’information, auquel au demeurant Le Tasse ne s’intéresse pas. L’écriture en revanche est chez lui le moment essentiel. Mais à ce stade, le souci de la vérité se combine avec la question de sa représentation. Celle-ci à son tour est moins orientée à la prise d’une décision par l’autorité supérieure, qu’à la création et au maintien des conditions d’harmonie indispensables à la conservation de l’amitié entre les princes. Du même coup le centre de gravité de l’activité de l’ambassadeur se déplace : de l’établissement des faits et de la connaissance des choses, au soin pris à leur disposition – et à celle de leurs circonstances – à l’intérieur d’un texte visant à produire un effet sur autrui, et plus exactement à « l’orienter à l’honnête » (indirizzarlo verso l’onesto), selon les procédés de l’orateur et donc de la rhétorique19. Ce faisant l’ambassadeur, de messager qu’il était, devient conseiller20, et entre dans une sorte de négociation avec son maître, vis-à-vis duquel il est arbitre de ce qu’il y a lieu de dire ou, plus exactement, d’écrire. Cette négociation, toutefois, n’obéit pas à des vues d’intérêt personnel : c’est, dans le dialogue du Tasse, la paix et donc le bien supérieur du prince que l’ambassadeur entend préserver par une habile représentation, et non pas sa gloire qu’il se propose de bâtir.

Persico

14Comme on peut s’y attendre avec un traité de cette nature, la question de l’écriture conserve dans le Segretario toute sa place, mais à l’intérieur d’une conception plus proche de celle de Machiavel que de celle du Tasse. Car Persico, bien qu’il ne soit nullement un adepte de la philosophie du Florentin, place comme lui l’avis, sa prudente critique et sa ponctuelle transmission au premier rang de ses préoccupations. Cette orientation éclate dans le traitement qu’il réserve à la « lettre d’avis » (lettera d’avviso), et plus précisément à deux de ses espèces, la « lettre de compte rendu » (lettera di raguaglio) et la « lettre de description » (lettera di descrittione).

  • 21 Il Segretario, p. 234 (« il primo luogo ha sempre l’interesse »).
  • 22 « Parole di quelli, con chi s’è trattato ». Sauf indication contraire, cette citation et les suivan (...)
  • 23 «Niuna cosa par, che si deva trascurare, ma ogni moto, ogni novità avvisarsi».

15Selon Persico ces deux types de missives appartiennent à la catégorie des « lettres d’affaires » (lettere di negotio), et donc à un univers dans lequel l’intérêt a toujours la priorité21. Les premières – lettres de compte rendu – portent « les paroles de ceux avec qui on a traité22 », ainsi que la description de leurs actions. Dans les lettres de description en revanche l’ambassadeur consigne ce qui a trait à l’état de la cour et plus généralement tout ce qu’il y a lieu que son maître sache, sans reculer devant aucun détail, puisqu’« il semble qu’on ne doive négliger aucune chose, mais donner avis de tout mouvement, de toute nouveauté23 ».

  • 24 «Riferir le cose per appunto, come son fatte, o dette».
  • 25 «Attioni, e imoti esterni, che possono dar indicio dell’animo».

16En rapportant ces menus faits, le devoir de qui écrit est de « réciter » (recitar), « décrire » (discriver) ou mieux « relater les choses exactement comme elles sont faites, ou dites24 ». Le but, donc, est de communiquer la vérité. Il impose de percer maints secrets, et pour cette raison il est indispensable à la fois de surveiller les « actions et les mouvements extérieurs, qui peuvent donner un indice de l’intention » d’autrui25, et de collecter les petites circonstances dont la confrontation s’avère révélatrice.

  • 26 «Star di continuo su gli avvisi, tenner moite pratiche, né risparmiar in questa parte diligenza, o (...)
  • 27 «Usar ogni studio, che’l tempo conceda per accertar il vero».
  • 28 «Dar altra speranza, che quella, che dimostra il fatto per se stesso, e l’ordine delle cose».
  • 29 Le propre d’une lettre d’affaires, écrit Persico sur un plan plus général, est que son objet appell (...)

17De cette ambition, il naît chez Persico comme chez Machiavel une double nécessité : celle de se doter d’un bon réseau d’informateurs, ou pour mieux dire d’« être continuellement à l’affût des avis, d’entretenir de nombreuses pratiques, et de n’épargner dans ce domaine aucune diligence, ni dépense, que l’on puisse faire26 » ; et celle de bien pondérer les avis ou, si l’on préfère, de bien considérer les lieux et les personnes, et « d’user de tout le soin que le temps autorise pour établir le vrai27 ». L’auteur du Segretario conseille en outre, comme son plus illustre prédécesseur, de réserver son jugement personnel, ou en tout cas de l’exprimer avec prudence, en raison du grand risque de se tromper. L’ambassadeur, souligne-t-il, ne doit pas « donner autre d’espérance que celle qui ressort du fait en lui-même, et de l’ordre des choses28 ». Plus que jamais la prudence est le maître mot29.

  • 30 «Le dubie per dubie, le certe per certe, e di quelle, che diversamente si riferiscono allegar gli a (...)
  • 31 «Esprimere, rappresentar, e narrare».
  • 32 «Chiara, significante, ordinata».
  • 33 «Ogni individuo, et ogni circostanza».
  • 34 «Tutte le cose siano a’luoghi suoi proprii collocate».
  • 35 «Parole usitate, e che habbiano forza, e facoltà d’esprimere, e di rappresentare».
  • 36 «Per capi distinti».

18L’écriture des lettres doit être mise en conformité avec ce qui précède, et Persico donne à cet égard de nombreuses instructions. Qui écrit, note-t-il, doit indiquer le degré de vérité de chaque information, et donc donner « les douteuses pour douteuses, les certaines pour certaines, et indiquer les sources de celles qui sont rapportées de différentes manières30 ». Le rédacteur en outre ne peut poursuivre aucun autre but que celui d’« exprimer, représenter et narrer31 ». S’il raconte, c’est sous une forme « claire, signifiante, ordonnée32 ». S’il use du style historique, c’est en le teintant de simplicité et en accroissant la précision, de façon à n’omettre aucun détail et à considérer avec la plus grande attention « chaque individu et chaque circonstance33 ». En se pliant à cette règle, il respecte l’ordre intrinsèque des faits, en sorte que « toutes les choses soient mises à leur juste place34 ». Il obéit aussi à un impératif de clarté et de brièveté, écrit avec simplicité, donne sa préférence au langage commun, et se sert donc de « paroles usitées, et qui aient la force, et la faculté d’exprimer et de représenter35 ». Il facilite enfin la décision en introduisant la matière « point par point36 ». Son ambition en définitive est de produire une lettre à la fois parfaitement conforme à la vérité qu’il aura préalablement reconnue, et tout aussi opératoire du côté de l’action.

  • 37 «Occhi, et orecchi de’ Principi».
  • 38 «Non a stomaco per molta robba, e s’infastidisce, e s’annoia».

19La représentation, ainsi, fait corps avec la vérité, et le jeu sur la représentation ne donne pas lieu comme dans le Messaggiero à un développement à part. Le lot des ambassadeurs est d’« observer » (osservar) et « épier » (spiare), puis de transmettre les choses telles quelles sont. Ils ne colorent ni n’arrangent, comme font les orateurs, mais simplement agissent en « yeux, et oreilles du Prince37 », qui par eux voit au loin. S’ils tiennent compte des dispositions de leurs lecteurs, ce n’est pas pour mieux les persuader, ou pour éviter de susciter un conflit, voire une rupture, par un propos imprudemment rapporté, mais pour servir des détails à qui les apprécie, et les épargner a qui « n’a pas appétit pour une copieuse pitance, et se lasse, et s’ennuie38 » ; c’est, en un mot, pour ne pas perdre la grâce de qui les emploie.

  • 39 Sur les positions de Persico et son hostilité à la ligne tenue par d’autres auteurs tels que Gramig (...)

20Persico, donc, rejoint Le Tasse par la place qu’il accorde à la question de l’écriture. Mais il s’en écarte également, en ce que cette écriture est, chez lui, articulée à une sorte de transport de la vérité à l’état brut, et non à la construction d’une représentation artificieuse. Hostile à la suprématie de l’ornement que proclament d’autres auteurs de traités sur le secrétaire, il ne joue point de l’art pour embellir les faits ou les présenter sous un éclairage qui en altère la portée, mais simplement pour accréditer des nouvelles qu’au reste il rapporte avec prudence et brièveté, de façon à être pleinement compris39. L’écriture, ici, véhicule l’information, et l’information sert l’intérêt : celui du maître, qui toutefois doit poursuivre le bien commun, et celui de l’ambassadeur, qui, écrivant de façon pertinente et prudente, reste en grâce et évite d’être taxé d’imprudence ou de légèreté.

Vérité de la négociation, ou négociation de la vérité ?

  • 40 Dans les lettres d’affaires en général, rappelle Persico, p. 232, « les mots suivent la nature des (...)

21Machiavel, Le Tasse et Persico posent chacun à sa façon le problème du rapport de la lettre à la vérité, et conséquemment celui du statut de la représentation. Deux d’entre eux alignent celle-ci sur les faits dont elle doit exprimer sans altération ni déperdition l’exacte et unique vérité40. Mais le troisième – l’auteur de la Jérusalem – lui confère une réelle autonomie par rapport à l’essence des paroles rapportées. Se trouve, du même coup, soulevée une autre question : celle de la marge de manœuvre du négociateur ou, plus exactement, du rédacteur de la lettre diplomatique, par rapport au prince ou à la République qu’il sert. Plus réduite chez Machiavel et Persico, pour qui l’envoyé se mue en prolongement quasi physique d’un maître dont il devient l’œil, cette marge est plus grande chez Le Tasse, qui la renvoie à un conflit toujours latent entre l’intérêt égoïste du souverain et l’intérêt prioritaire de la paix, dont l’ambassadeur doit être le garant. Elle se légitime alors par l’existence d’une norme autonome – le bien, le juste, l’union en Dieu-, distincte des vues égocentriques du prince et opposable, si nécessaire, à ce dernier. Elle débouche logiquement sur l’artifice, seul moyen de sauver, à la fois, la vérité due au maître et la nécessaire harmonie entre les princes.

22Écrire les choses telles quelles sont, ou les présenter comme il convient : ce dilemme ramène à quantité de tensions constitutives de la diplomatie des temps modernes et, au-delà, à quantité de débats dont se nourrissaient les traités de legatis. C’est l’ambassadeur comme observateur et espion, qui collecte des informations, perce des secrets et découvre des vérités, face à l’ambassadeur comme messager, qui porte et rapporte des paroles ; l’ambassadeur comme « yeux, oreilles du Prince », qui faisant corps avec son supérieur ne dispose d’aucune sorte d’autonomie, face à l’ambassadeur comme orateur, qui ne se confond pas avec la personne de son maître, et peut au contraire agir sur lui par la force de sa rhétorique ; l’ambassadeur encore comme auxiliaire d’un intérêt, et instrument d’une domination, face à ce même ambassadeur comme médiateur des intérêts, et « moyenneur » de l’amitié. C’est aussi le désir de domination du prince, qui fait craindre au serviteur de mal informer son maître, face au désir de paix de l’ambassadeur, qui le porte à biaiser avec la vérité, pour éviter que son chef ne s’oriente vers une rupture ; ou l’excellence placée dans la capacité à aller au-delà des apparences, en touchant du doigt la vérité, face à l’excellence placée dans la capacité à jouer, par l’artifice, sur la représentation de choses dont en réalité l’essence s’accommode d’innombrables changements d’aspect. Enfin, et par conséquent, c’est la lettre comme canal transparent grâce auquel l’œil du prince voit le vrai à distance, tel que l’œil de son envoyé – qui au fond n’est pas distinct du sien – a su le détecter ; face à la lettre comme représentation artificieuse de la vérité, proposée par un orateur expert à un souverain qu’il faut toujours persuader, et donc maintenir sous contrôle, pour l’empêcher de s’écarter du bien véritable.

  • 41 Qui pourtant, comme le souligne G. R. Berridge (« Machiavelli », op. cit., p. 551), « was thinking (...)
  • 42 Mais écrivait aussi « que tout le service et toute la vie du secrétaire sont une silencieuse persua (...)

23Il était donc dans la nature de la lettre diplomatique de se transformer en instrument d’une négociation interne, symétrique de celle que l’ambassadeur conduisait de vive voix avec ses interlocuteurs étrangers. Toutefois cette nouvelle fonction ne gagnait nullement à être dévoilée. Bien au contraire, la croyance du récepteur en la transparence de ce qui lui avait été écrit, soutenue par la revendication de celle-ci de la part de son fidèle ambassadeur, conditionnait le succès d’une tractation épistolaire dont ni un homme de terrain comme Machiavel41, ni un secrétaire aguerri comme Persico n’avaient lieu de révéler l’existence. Il appartenait plutôt au Tasse, qui vivait parmi les fous42, de mettre naïvement en évidence une manipulation qui en réalité n’était jamais complètement absente, et qui aujourd’hui devrait être méthodiquement prise en compte par les lecteurs des dépêches diplomatiques, lesquelles attestent toujours un travail plus ou moins souterrain de construction, de cadrage, de présentation et finalement de persuasion, même lorsqu’elles se prétendent simples déclarations de la vérité – et d’une vérité, au reste, construite selon des catégories sous-jacentes sur lesquelles aucun de nos auteurs ne s’attarde.

24La lecture des archives, en même temps, montre qu’en jouant sur la couleur des faits et la saveur des propos qu’ils rapportaient, les véritables envoyés ne se souciaient pas seulement de préserver l’amitié entre les princes, comme Le Tasse le leur prescrivait. Leur objectif était tout autant celui que Persico leur traçait : de rester en grâce, en plaçant sous les yeux de leur maître les comptes rendus les plus adaptés à l’humeur de celui-ci. Il était aussi, bien souvent, de faire prévaloir leur propre ligne politique, en présentant les hommes et les conjonctures sous un jour tel qu’un certain cours d’action – pacifique ou belliqueux – paraîtrait au souverain le plus recommandable. Par là l’ambassadeur, transparente oreille du prince, devenait celui qui, sous prétexte de faire voir le monde tel qu’il est – et le bien tel qu’il devrait être –, chuchotait adroitement à l’oreille de son supérieur ce qui mieux lui convenait.

Notes

1 On a utilisé le texte donné par Alessandro Montevecchi dans Opere di Niccolò Machiavelli, 2, Istorie florentine e altre opere storiche e politiche, Turin, 1986, p. 180-181 (Discorso) et 225-229 (Memoriale), d’où sont tirées toutes les citations. Sur le Memoriale, voir les considérations d’H. Heidenheimer, Machiavelli’s erste romische Legation. Ein Beitrag zur Beleuchtung seiner Gesandtschaftlichen Thütigkeit, Darmstadt, 1878, p. 59-66 ; E. Dupré-Theseider, Niccolò Machiavelli diplomatico, 1, L’arte della diplomazia nel Quattrocento, Côme, 1945, p. 26 sq. ; W. E. Wiethoff, « A Machiavellian Paradigm for Diplomatic Communication », Journal of Politics, XLIII, 1981, p. 1093-1094 ; G. R. Berridge, « Machiavelli : human nature, good faith, and diplomacy », Review of International Studies, XXVII, 2001, p. 549-552 ; G. Russell, « Machiavelli’s Science of Statecraft : the Diplomacy and Politics of Disorder », Diplomacy and Statecraft, XVI, 2005, p. 235-236 et 248, n. 38 ; T. Hampton, « The Diplomatic Moment : Representing Negotiation in Early Modem Europe », Modem Language Quarterly, LXVII, 2006, p. 84-86. Voir aussi les très intéressantes observations de Jean-Louis Fournel sur les avvisi, ritratti et conietture dans « La question du prince chez Machiavel et Guicciardini : Écriture(s) diplomatique(s) et écriture(s) de l’Histoire » (à paraître dans L’intime du droit. Colloque de la FISIER, mars 2007 ; je remercie vivement J.-L. Fournel de m’avoir communiqué cet écrit avant sa publication).

2 Le texte du Messaggiero se trouve dans T. Tasso, Dialoghi, éd. par E. Raimondi, Florence, 1958, II, 1, p. 247-332 (pour la version de 1587), et III, p. 297-468 (pour les versions antérieures, de 1580 et 1581, celle-ci ayant servi de base à l’impression du traité à Venise en 1582 par B. Giunti). Sur la genèse pour le moins complexe de cet écrit, et sur ses manuscrits : ibid., I, p. 23 sq. et 102sq., et E. Raimondi, « Per la storia di un dialogo del Tasso : il Messaggiero », Rassegna di letteratura italiana, LVIII, 1954, p. 569-579. Sur l’œuvre, voir notamment : G. Baldassari, « Fra “Dialogo” e “Nocturnales Annotationes”. Prolegomeni alla lettura del “Messaggiero” », Rassegna di letteratura italiana, LXXVI, 1972, p. 265-293, et l’introduction de Luigi Firpo à Torquato Tasso, Tre scrittipolitici, éd. par L. Firpo, Turin, 1980.

3 On a eu recours ici à l’édition de Venise, Giunti, 1656, où ces développements se trouvent p. 237 sq. Sur le traité de Persico : S. Iucci, « La trattatistica sul segretario tra la fine del Cinquecento e il primo ventennio del Seicento », Roma moderna e contemporanea, III, 1995, p. 92 sq., et surtout D. Giorgio, « Osservazioni sul trattato Del Segretario di Panfilo Persico », Critica letteraria, XXXI, 2003, p. 759-774. Personnage bien moins connu que Machiavel et Le Tasse, Persico, né en 1571, entra d’abord au service du cardinal Francesco Correr, fut ordonné prêtre à Rome en 1594, s’y lia avec les Barberini et devint en 1615 secrétaire du cardinal Alessandro Orsini, qu’il suivit dans une mission en France. Il exerça les mêmes fonctions de secrétaire auprès du duc d’Urbin, Francesco Ubaldo Della Rovere, puis auprès du cardinal neveu Francesco Barberini, qu’il accompagna dans sa légation à Paris. Il mourut en 1625 alors qu’Urbain VIII venait de le nommer évêque de Belluno.

4 De plus, il avait trois ans plus tôt fait imprimer à Venise une Filosofia morale, e Politica d’Aristotele.

5 « Platonica, écrit plus précisément Le Tasse, con qualche mistura di peripatetica, in quel modo ch’i platonici la ricevono » (« platonicienne, avec une certaine dose de péripatéticienne, telle qu’elle est reçue par les platoniciens » ; cité dans G. Baldassari, « Fra “Dialogo” e “Nocturnales Annotationes” », op. cit., p. 267).

6 « Avanzare sempre con le cose sue e provvedersi ne’ tempi debiti » (Discorso, p. 181). La traduction française donnée dans le texte est celle de Christian Bec (Machiavel, Œuvres complètes, I, Paris, 1987, p. 179).

7 « Faccendieri, che scanno desti per intender le cose che vanno attorno » (Memoriale, p. 226 ; trad. C. Bec, p. 247).

8 « Più ragionevole » (Memoriale., p. 227 ; trad. C. Bec, p. 249).

9 « Coniecturare bene le cose future, così delle pratiche come de’ fatti » (Discorso, p. 181 ; trad. C. Bec, p. 179).

10 Le Prince, chap. 15 (effettuale).

11 « Considerate bene e bene scritte » (Memoriale, p. 229 ; trad. C. Bec, p. 253).

12 Sur cette évolution, voir les observations de Luigi Firpo dans son introduction à Torquato Tasso, Tre scrittipolitici, op. cit., p. 21-28, ou malheureusement le MMessaggiero est à plusieurs reprises confondu avec un autre dialogue, Il Nifo, o del piacere.

13 Dialoghi, II, 1, p. 326-329 (pour la version de 1387), et III, p. 455-460 (pour la version de 1581, imprimée en 1582 ; dans la version la plus ancienne, qui date de 1580, cette question n’est pas traitée).

14 « Con alcuna menzogna schifare alcun male o esser cagione d’alcun bene, o pur co’l tacere il vero cagionare il bene e schifare il male » (ibid., II, 1, p. 326).

15 Dans le texte imprimé en 1582 (III, p. 457), Le Tasse poursuivait en indiquant que l’ambassadeur pouvait, si nécessaire, taire la verité à son maître. Mais il ajoutait que la préférence devait, autant que possible, être donnée à une « manière par laquelle, sans dire le faux ni taire le vrai, on fait néanmoins en sorte que la vérité prenne l’apparence que l’homme désire le plus » (« modo co’l quale, non dicendosi il falso né tacendosi il vero, si fa nondimeno che la verità prenda l’aspetto che l’uom più desidera »).

16 « Si come le piume che sono nel collo de la Colomba, benché sian sempre l’istesse o de l’istesso colore, ora paiono del colore de’ rubini, ora s’assomigliano a’zaffiri, ora questi a gli altri colori sogliono mescolare secondo che variamente sono volti a la luce del sole, cosi l’azioni de gli uomini, tutto che siano l’istesse, possono prender diverse faccie secondo che diversamente sono rappresentate a l’altrui considerazione : onde una azione istessa, diversamente posta al lume de la ragione, or buona pare, or rea, or mista, or degna di laude, or di scusa, or di vituperazione » (ibid., II, 1. p. 326-327).

17 Ou du moins en l’altérant aussi peu que possible, puisqu’il arrive « rarement que sous l'effet du changement des paroles l’essence des choses ne varie pas en quelque partie » (« rare volte [avviene] che per la diversità de le parole l’essenza de le cose non si varii in qualche parte », ibid., II, 1, p. 326). Voir aussi II, 1, p. 327-328 : « tout en conservant dans sa pureté et dans sa vérité l’essence de ses instructions, il peut par ses paroles et ses raisons en changer l’apparence et la semblance » (« conservando pura e ne la sua verità l’essenza de le commissioni, può con le parole e con le ragioni mutar loro aspetto e simiglianza »).

18 « Si come l’oratore non dee variar l’aspetto de la verità per opprimere l’innocenza, cosi l’ambasciatore e ogn’altr’uomo di stato, rappresentando le cose a’prencipi con altro aspetto che co’l proprio loro, deono farlo non a danno d’alcuno ma a beneficio o del prencipe istesso o de’ soggetti suoi, ove co’l bene de’ soggetti il mal de’ prencipi non sia congiunto » (ibid., II, 1, p. 327).

19 « Cet artifice de faire changer la face des choses par leur disposition et celle de leurs circonstances, l’ambassadeur doit l’emprunter à l’orateur, duquel il a également pris le nom » (« questo artificio di far cangiar faccia a le cose con la disposizione d’esse e de le circostanze dee prender in presto l’ambasciatore da l’oratore, da cui anco il nome ha tolto », ibid., II, 1, p. 327).

20 « Il n’est pas inconvenant [...] explique l’Esprit en réponse à une question du Tasse, que l’ambassadeur, écrivant à son prince, donne conseil ; mais celui qui donne conseil, est conseiller » (« non è sconvenevole [...] che l’ambasciatore, scrivendo al principe, dia consiglio ; ma colui che dà consiglio è consigliero », ibid., II, 1, p. 326) ; dans une version antérieure du dialogue, Le Tasse écrivait (III, p. 455) : « comme l’ambassadeur traite avec son prince par le moyen de ses lettres, il doit à l’occasion revêtir la personne du conseiller » (« perché l’ambasciatore tratta co’l prencipe per lo mezzo delle lettere, deve nell’occasioni la persona del consigliero vestirsi »).

21 Il Segretario, p. 234 (« il primo luogo ha sempre l’interesse »).

22 « Parole di quelli, con chi s’è trattato ». Sauf indication contraire, cette citation et les suivantes sont tirées du Segretario, p. 238-244.

23 «Niuna cosa par, che si deva trascurare, ma ogni moto, ogni novità avvisarsi».

24 «Riferir le cose per appunto, come son fatte, o dette».

25 «Attioni, e imoti esterni, che possono dar indicio dell’animo».

26 «Star di continuo su gli avvisi, tenner moite pratiche, né risparmiar in questa parte diligenza, o spesa, che si possa tare».

27 «Usar ogni studio, che’l tempo conceda per accertar il vero».

28 «Dar altra speranza, che quella, che dimostra il fatto per se stesso, e l’ordine delle cose».

29 Le propre d’une lettre d’affaires, écrit Persico sur un plan plus général, est que son objet appelle « d’une façon particulière la prudence dans l’examen du fait, des accidents, des circonstances, des partis, des expédients, des avantages » (« in particolar modo la prudenza, in essaminar il fatto, gli accidenti, le circostanze, i partiti, gli spedienti, gli avantaggi », p. 232).

30 «Le dubie per dubie, le certe per certe, e di quelle, che diversamente si riferiscono allegar gli autori».

31 «Esprimere, rappresentar, e narrare».

32 «Chiara, significante, ordinata».

33 «Ogni individuo, et ogni circostanza».

34 «Tutte le cose siano a’luoghi suoi proprii collocate».

35 «Parole usitate, e che habbiano forza, e facoltà d’esprimere, e di rappresentare».

36 «Per capi distinti».

37 «Occhi, et orecchi de’ Principi».

38 «Non a stomaco per molta robba, e s’infastidisce, e s’annoia».

39 Sur les positions de Persico et son hostilité à la ligne tenue par d’autres auteurs tels que Gramigna, Zucchi ou Pucci, voir D. Giorgio, « Osservazioni », op. cit., p. 763 sq.

40 Dans les lettres d’affaires en général, rappelle Persico, p. 232, « les mots suivent la nature des choses » (« le parole seguitano la natura delle cose »). Même B. Puco, Nuova idea di lettere usate nella Segretaria de’ Principi, e Signori, Viterbe, 1619, estime que les lettres de cette catégorie « requièrent que l’on exprime en des termes appropriés, et signifiants, les choses comme elles adviennent » (« ricercano, che si esprimino con parole proprie, e significanti le cose, come paspas-sino»). Pour cette raison, note-t-il, elles requièrent chez le secrétaire moins de « valeur » (valore) et d’« esprit » (ingegno) que les autres.

41 Qui pourtant, comme le souligne G. R. Berridge (« Machiavelli », op. cit., p. 551), « was thinking of policy advice as well ».

42 Mais écrivait aussi « que tout le service et toute la vie du secrétaire sont une silencieuse persuapersuasion» (« che tutta la servitù e tutta la vita del secretario sia una tacita persuasione ») (cité par S. Nigro, « Il segretario », in L’uomo barocco, éd. par R. Villari, Bari, 1991, p. 95).

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540