Version classiqueVersion mobile

Le journalisme au féminin

 | 
Béatrice Damian-Gaillard
, 
Cégolène Frisque
, 
Eugénie Saitta

Conclusion. Penser la multiplicité des dynamiques de féminisation, des positionnements professionnels et des rapports au genre

Béatrice Damian-Gaillard, Cégolène Frisque et Eugénie Saitta

Texte intégral

1Le genre constitue un outil heuristique permettant d’interroger les phénomènes et les rapports sociaux, ici le journalisme et ses évolutions, et ne saurait se réduire à une thématique de recherche isolée. Appréhender les dynamiques, enjeux et effets du processus de féminisation du journalisme, permet d’étudier, d’un côté et de manière transversale, le métier de journaliste, l’espace médiatique, la production de l’information et leurs transformations, de l’autre, la construction des catégories et des rapports de genre. La perspective genrée constitue ainsi un prisme qui questionne et éclaire l’ensemble des pratiques et représentations professionnelles, des rapports sociaux et du fonctionnement du champ journalistique, et, plus largement, médiatique.

2À travers cet ouvrage ont émergé plusieurs axes d’analyse que nous voudrions mettre en évidence ici de façon synthétique. Selon nous, ces axes constituent à la fois des modalités pertinentes de problématisation de la question du genre et du journalisme et des chantiers de recherche qui restent à approfondir.

Questionner la féminisation, ses mécanismes et ses effets

3Si le constat de la féminisation du journalisme, comme d’autres champs professionnels, est partagé, ses mécanismes, dynamiques et effets méritent d’être questionnés. En effet, trop souvent, la féminisation est perçue comme une évolution naturelle voire nécessaire, inhérente aux sociétés capitalistes démocratiques, comme un processus sans acteurs reflétant les progrès de l’égalité hommes-femmes. Il semble important tout d’abord de restituer l’historicité de ce processus grâce à une approche socio-historique et à des études comparatives. Ces processus s’ancrent dans des rapports de force, individuels et collectifs, entre hommes et femmes, des interactions et des rapports de pouvoir, à la fois structurés et plastiques. Et puisque cette problématisation invite aussi à questionner les effets de la féminisation, il convient de se demander ce que la présence – ou non – de femmes change au fonctionnement des rédactions, une approche totalement universaliste serait aveugle à ces enjeux et chercherait à réduire le genre à d’autres facteurs, une approche différentialiste supposerait que l’identité sexuelle change tout, une perspective féministe radicale insisterait sur la permanence de la minoration et de l’oppression des femmes. Il convient de comprendre dans quelle mesure les manières d’écrire, de sélectionner et de traiter l’information, les rapports avec les sources, les collègues et la hiérarchie sont infléchies par la participation des femmes ; de penser à la fois les évolutions et la re-production des écarts.

Articuler sociologie du genre et des spécialités journalistiques

  • 1 Marchetti D., « Les sous-champs spécialisés du journalisme », Réseaux, 2002, vol. 20, n° 111, p. 2 (...)
  • 2 Tunstall J., Journalists at work. Specialist correspondants : Their news organizations, news sourc (...)

4Depuis quelques années la littérature anglophone s’intéresse plus particulièrement au genre et aux contraintes organisationnelles dans les rédactions. Elle part souvent de l’analyse d’une rédaction dans son ensemble ou de plusieurs rédactions appartenant à un même secteur de presse, en revanche elle propose rarement des études de cas sur une rubrique ou un service en particulier. L’apport de la sociologie du journalisme « à la française », fortement investie dans l’analyse des spécialités journalistiques, de leur structuration, de leur hiérarchisation et de leurs évolutions1, pourrait alors être d’inclure dans le cadre d’analyse les spécificités de ces spécialités. Ce parti pris permettrait d’analyser plus finement l’imbrication entre le genre, les processus de production de l’information et les conventions professionnelles dominantes propres à une spécialité journalistique en particulier. Il permettrait en outre de faire le lien avec le type de légitimité attachée aux différentes rubriques (« prestige goal », « circulation goal », « advertising goal »2), avec leur position dans la structure de concurrence et de hiérarchie entre rubriques. Il s’agirait d’identifier les rubriques construites comme masculines ou féminines, d’analyser leurs évolutions selon les contextes historiques, sociaux et professionnels et les raisons de ces changements en lien avec les transformations des modèles professionnels dominants, des trajectoires et profils biographiques des journalistes, de la hiérarchie des rubriques et de leur légitimité. Quand on observe des différences dans les pratiques, les valeurs journalistiques entre hommes et femmes (mais aussi entre femmes) d’une rubrique à l’autre, quelle est la part du genre et la part des conventions professionnelles propres à une spécialité ? Travailler pour la rubrique « Société » et la rubrique « Politique » n’implique en effet pas les mêmes rapports à la pratique journalistique, ni les mêmes profils de journalistes, les mêmes critères de recrutement, et a donc des incidences sur les pratiques, qu’il faut savoir distinguer ou imbriquer avec les effets de genre.

Prendre en compte la dimension genrée des organisations

5L’organisation du travail, dans les entreprises de presse comme dans les autres systèmes productifs, est souvent perçue comme neutre du point de vue du genre, comme une boîte noire, une donnée contextuelle. Dans ce cadre, le seul enjeu serait alors l’accès des femmes aux fonctions journalistiques, et éventuellement aux postes de responsabilité, mais dans une simple optique comptable, de « parité » des sexes, sans que le fonctionnement même de l’organisation ne soit questionné. C’est justement cette dimension genrée des organisations qui est centrale. Il s’agit ainsi d’analyser dans quelle mesure les critères et modalités de recrutement, les règles et modalités de fonctionnement des rédactions (statuts, horaires, contraintes…), et les rapports professionnels correspondent à des modèles genrés et favorisent un sexe plutôt que l’autre. On peut par exemple chercher à identifier les critères de sélection explicites ou implicites qui favorisent plutôt les hommes ou les femmes. Ces mécanismes étant subtils, souvent indirects et non verbalisés, il faut s’interroger sur les manières de les identifier et tenter de comprendre comment ils s’articulent les uns aux autres. Plus précisément, dans quelle mesure la présence en nombre de femmes dans des services et rubriques généralement perçus comme féminins (et inversement) est-elle le résultat d’une auto-affectation des journalistes femmes (l’affinité des femmes journalistes à ces rubriques résulterait de leurs dispositions féminines socialement construites) ; de stratégies/tactiques des femmes journalistes (celles-ci se spécialiseraient en exploitant et cherchant à valoriser un capital spécifiquement féminin) ; d’assignations hiérarchiques sur la base de stéréotypes genrés (les journalistes femmes, préférentiellement affectées à des domaines dominés de l’information, subiraient une contrainte de position) ; de rituels ancrés dans le quotidien (l’existence de logiques de solidarité masculine jouerait comme une confirmation de leurs positions, valeurs) ; et/ou de stratégies commerciales des directions (les responsables éditoriaux des entreprises de presse auraient une vision essentialisée des pratiques journalistiques féminines qu’ils verraient comme un atout pour capter des publics féminins) ?

6Répondre à ces interrogations suppose de prendre en compte les interactions entre les individus, sexués, et les organisations, structurées par des rapports de genre, les premiers ne faisant pas que subir passivement les contraintes des secondes, mais contribuant également à les construire et à les transformer. L’organisation des entreprises de presse ne constitue pas qu’une contrainte empêchant l’accès des femmes aux métiers du journalisme et aux postes de responsabilité, mais aussi un système de relations que les uns et les autres contribuent – inégalement – à forger. Les règles explicites et implicites de fonctionnement des rédactions sont aussi des bases, des supports pour construire des positions et des stratégies suivant une dynamique complexe.

Analyser le journalisme hors des rédactions

  • 3 Jeremy Tunstall distingue ainsi media organisation, regroupant l’ensemble des services, qui n’ont (...)

7Pour comprendre l’activité journalistique in situ dans les rédactions, il faut s’intéresser non seulement aux pratiques journalistiques et aux journalistes, mais aussi aux acteurs non journalistes en charge de l’élaboration des dispositifs managériaux3. Ainsi, les directions des ressources humaines développent des modèles de classification des postes et des statuts, selon des indicateurs (la formation, le parcours professionnel, l’ancienneté, la nature des activités, etc.), en vue de déterminer les politiques de rémunération, de mobilité dans l’entreprise… Elles ont en charge d’ajuster ces politiques à la fois aux cadres législatifs en vigueur, dont les lois successives sur la parité, et aux orientations économiques définies par les dirigeants des organisations. Par ailleurs, pour exercer leur fonction vis-à-vis de leur équipe, les responsables éditoriaux (rédacteur en chef, chef de service…) travaillent de plus en plus en relation avec ces spécialistes, tout comme ils mobilisent, dans la gestion de leur budget, des experts et/ou des outils en comptabilité analytique, des spécialistes des nouvelles technologies. Il faudrait évaluer l’influence et les modalités selon lesquelles ces experts pèsent sur les orientations et les manières de faire journalistiques, la place octroyée aux journalistes dans les processus décisionnels concernant la conception des cadres et des outils d’organisation de leur travail. De même, il s’agirait de comprendre comment, à partir de cette formalisation de l’organisation, ces derniers construisent leurs postures professionnelles. L’objectif serait d’appréhender dans quelle mesure, on peut analyser ces mécanismes de cadrage du travail journalistique selon une perspective genrée. Comment les journalistes femmes peuvent-elles négocier ces contraintes alors qu’elles sont peu présentes dans les instances décisionnelles des organisations, qu’elles sont davantage employées dans la presse magazine, qu’elles exercent davantage sous le statut de pigiste ? Au-delà, l’organisation socio-technique et sexuée du travail journalistique doit être inscrite dans le processus de production matérielle de la presse, et analysée en lien avec les autres catégories, des métiers du livre notamment.

Penser la diversité des rapports au genre

8L’analyse de la place des femmes dans les rédactions en relation avec celle des hommes nécessite d’étudier les modalités de la construction sociale des rapports de genre. En effet, partager un même sexe biologique ne suffit pas à fonder une appartenance collective. Plusieurs précautions permettent d’éviter une définition essentialiste et réifiée de l’identification genrée. Il faut par exemple identifier la part du genre dans les processus d’identification individuels et collectifs par rapport à d’autres variables sociales, culturelles, ethniques, professionnelles…

9Ou encore prendre en compte le fait que les définitions mêmes des catégories de sexe, de leurs spécificités, de leurs domaines d’expertise changent, qu’il existe une multiplicité de formes de socialisation selon les inscriptions dans des collectifs. Cela permettrait d’analyser les constructions identitaires et professionnelles des journalistes femmes et hommes, selon les époques, les positions occupées dans le champ journalistique, les trajectoires et identifications. Quelle est la part jouée par leur appartenance de genre et quels rapports peuvent être entretenus vis-à-vis de celle-ci ? Quels usages les uns et les autres font-ils du genre, comment perçoivent-ils leur position sexuée et comment s’inscrivent-ils dans les rapports de genre ?

10Tels sont les questionnements que l’on a abordés dans cet ouvrage, afin de souligner la diversité des rapports au genre, des positionnements individuels des femmes – et des hommes – par rapport aux attentes et stéréotypes de genre dont ils font l’objet, les ambivalences des rapports de pouvoir et des modes de gestion sexués des rédactions, et la multiplicité des logiques collectives de féminisation de la profession. L’enjeu plus général, qui n’est qu’esquissé ici, est de penser à la fois la diversité et l’articulation des logiques individuelles et collectives, genrées et professionnelles. Cela implique de prendre en compte à la fois les formes de domination de genre qui s’exercent et se reproduisent, et les multiples formes de déplacements ou de résistances dont les individus font preuve au quotidien, sans majorer ou dénier l’une ou l’autre de ces deux dimensions. Cette démarche suppose également de saisir les multiples combinaisons possibles des positionnements dans les rapports de genre, dans les rapports professionnels au sein des rédactions, et dans les rapports sociaux ou de « classe ». Certes chacun de ces éléments correspond à des formes de pouvoir et de domination, mais comment se combinent-ils ? Sûrement est-il nécessaire de distinguer les configurations individuelles possibles, fondées sur des trajectoires et des constructions identitaires singulières, et l’articulation globale de ces phénomènes de domination, ces deux niveaux d’analyse, micro et macro, ne se recouvrant pas et devant être pensés de manière autonome. Comment concevoir alors au niveau individuel la multiplicité des configurations possibles, qui peuvent aller de la reproduction à la contestation sur chacun de ces axes – rapport au genre, positionnement professionnel, positionnement de classe –, sans nécessairement de congruence entre eux, chaque configuration ayant néanmoins une forme de cohérence propre ? Et comment analyser l’articulation entre ces différents rapports sociaux au niveau global, leurs évolutions et leurs limites, la reproduction des dominations et les formes d’émancipation collectives, les convergences et les décalages entre les rapports de genre, le fonctionnement du journalisme et de la presse, et les rapports sociaux globaux ? Ces questions constituent encore d’immenses chantiers, mais elles démontrent le caractère heuristique du questionnement par le prisme du genre, et la richesse des recherches, qui posent chacune à leur façon, des pistes ou des jalons pour progresser petit à petit vers une compréhension de ces phénomènes.

Notes

1 Marchetti D., « Les sous-champs spécialisés du journalisme », Réseaux, 2002, vol. 20, n° 111, p. 23.

2 Tunstall J., Journalists at work. Specialist correspondants : Their news organizations, news sources, and competitor colleagues, op. cit.

3 Jeremy Tunstall distingue ainsi media organisation, regroupant l’ensemble des services, qui n’ont pas en charge l’activité rédactionnelle, et news organisation qui renvoie à la structure de la rédaction (ibid.). Dans ce cadre, le média constitue une double structure formée de l’entreprise de presse et de l’entreprise de production de l’information.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search