Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Impossibles victimes, impossibles coupables

 | 
Frédéric Chauvaud
, 
Gilles Malandain

Troisième partie. Femmes déviantes et figures héroïques

En votre âme et conscience

Myriam Tsikounas

Texte intégral

1La collection En votre âme et conscience se compose de soixante « dramatiques » qui ont été diffusées entre le 28 février 1956 (L’Affaire Lesnier) et le 13 décembre 1969 (L'Affaire Lacoste). Chaque émission, d’une durée moyenne d’une heure vingt, a fait revivre un procès d’assises qui s’était déroulé entre 1810 (L'Affaire Levaillant) et 1939 (L’Affaire Weidmann). Au total, 79 accusés ont été rejugés : 56 hommes et 23 femmes. Ces dernières ont comparu dans vingt et une affaires, dont dix-sept, qui seront étudiées ici, se sont passées au xixe siècle. Pourquoi la télévision a-t-elle souhaité reconstituer, essentiellement, des procès anciens et par quels procédés l’a-t-elle fait ? Quel univers judiciaire a-t-elle offert au téléspectateur et en quoi ce monde, censé évoquer le xixe siècle mais surestimant considérablement la criminalité féminine, trahit-il surtout les préoccupations des Trente Glorieuses ?

Une série judiciaire

Genèse et objectifs

  • 1 Comité de la télévision, procès-verbal de la séance du 6 octobre 1955, p. 3.
  • 2 Comité de la télévision, procès-verbal de la séance du 24 novembre 1955, p. 9.
  • 3 Pierre Desgraupes et Pierre Dumayet travaillaient alors ensemble sur À vous de juger, écouter, voir (...)
  • 4 En septembre 1955, le comité de la télévision approuve le projet déposé par Claude Barma et Pierre (...)
  • 5 Procès-verbal de la séance du 7 juin 1956, p. 6-7.

2En votre âme et conscience n’a pas été totalement conçu par ses trois producteurs, Claude Barma, Pierre Desgraupes et Pierre Dumayet. En 1950, un scénariste, Jacques Chabannes, avait proposé à la direction des programmes de la RTF une « reconstitution de grands procès du xixe siècle ». « Le projet n’avait pu être accepté, faute de moyens d’exécution, à l’époque1 » mais le Comité de la télévision avait été séduit par cette idée de « reconstituer des procès qui seraient le reflet de la civilisation et des mœurs d’une période2 ». De fait, dès que la technique le permet, il encourage deux collaborateurs déjà chevronnés, Claude Barma et Pierre Dumayet, à déposer un synopsis. Ces derniers s’exécutent et sont rapidement rejoints par Pierre Desgraupes3. Mais sitôt leur projet approuvé, en septembre 1955, ils sont accusés de plagiat et la direction prévoit de supprimer l’émission qui débute à la fin du premier semestre de 19564. Elle ne revient sur cette décision que devant l’insistance de plusieurs experts selon lesquels En votre âme et conscience « plaît énormément », est « considérée par le public parmi les meilleures (émissions) de la télévision française5 ».

  • 6 Propos de Pierre Desgraupes et Pierre Dumayet interrogés par Georges Bortoli, à propos de leur ouvr (...)
  • 7 Pour Pierre Dumayet : « Si Monsieur Peyrefitte n’avait pas tant de mépris pour la télévision, il au (...)

3Pour les responsables de la radio-télévision, dont la mission était d’« informer, d’éduquer et distraire le public », reconstruire de grands procès, pour la plupart hexagonaux, permettait de sensibiliser les Français à leur histoire. L’objectif des trois producteurs était sensiblement différent. Dans un état d’esprit positiviste, ils souhaitaient prouver que la justice, malgré ses imperfections, avait beaucoup progressé en cent ans. La finalité était aussi d’aider chaque téléspectateur, susceptible d’être un jour désigné comme juré, à appréhender le monde judiciaire, à prendre conscience que tout dépend du point de vue adopté, celui des défenseurs ou celui des accusateurs, que « l’enjeu n’est pas de répondre à la question coupable ou non coupable » mais de comprendre la difficulté de juger et l’impossibilité d’acquérir des certitudes6. Claude Barma, Pierre Desgraupes et Pierre Dumayet se sont également intéressés à des audiences passées à défaut de pouvoir filmer, comme ils le réclamaient, des affaires récentes : Gaston Dominici, Marie Besnard7

Dramaturgie

  • 8 Qui cosigne très souvent avec sa femme Françoise Dumayet.
  • 9 Pour L’Affaire Levaillant, qui se passe avant 1825, date de création de La Gazette des Tribunaux, P (...)
  • 10 Studios 12 ou 13, du centre René Barthélemy, plus connu sous l’appellation « studios des Buttes Cha (...)
  • 11 Pour reprendre l’expression des producteurs. Mais, en réalité, le nombre de jurés varie d’une ficti (...)

4Au plan formel, entre 1956 et 1967, la série est extraordinairement stable. Chacune des soixante dramatiques est écrite alternativement par Pierre Desgraupes et par Pierre Dumayet8 qui ont fait le choix de livrer presque tels quels des fragments de comptes rendus d’audiences prélevés dans La Gazette des tribunaux9. Chaque émission est réalisée, en alternance, par Claude Barma ou par Jean Prat, auquel succède, en 1961, son ancien assistant, Pierre Nivolet. Elle est tournée en direct, d’abord dans un studio de Cognaq Jay, à partir de 1958 aux Buttes Chaumont où Eugène Delfau puis Jean-Jacques Gambut ont construit des décors permanents10. Le dispositif fictionnel est tout aussi immuable. La Cour s’installe. Le président fait entrer l’accusé(e) et l’interroge longuement, ce qui permet au public de découvrir l’affaire. Ensuite se succèdent les témoignages des simples quidams et des experts : commissaire de police, médecins légistes, chimistes... Pour rompre la litanie et pour aider le spectateur, devenu le treizième juré11, à ne pas perdre le fil d’une histoire compliquée, à deux ou trois reprises, Pierre Desgraupes ou Pierre Dumayet, assis à leur bureau encombré de livres ou de numéros de la Gazette des Tribunaux, résument les arguments des uns et des autres. Après avoir entendu le réquisitoire de l’avocat général et la plaidoirie de la « défense », les jurés se retirent. Au terme d’une interminable minute durant laquelle la caméra reste fixement braquée sur le balancier d’une horloge, ils reviennent pour livrer leur verdict « en leur âme et conscience ». L’accusé(e) ressort une dernière fois des coulisses pour s’entendre signifier sa peine par le président. La fiction se referme sur le scénariste/présentateur, venu faire prendre conscience au public que ce jugement n’est pas vraiment satisfaisant et n’apporte pas de véritable conclusion.

  • 12 Un insert était une séquence filmée en 16 millimètres qui entrecoupait le direct, permettant aux co (...)

5Pour éviter la monotonie, chaque « affaire » offre simplement une légère variante par rapport à ce canevas : Claude Barma apparaît, au côté de Pierre Dumayet ; un insert est filmé dans un commissariat de police12, des photographies de la victime sont montrées en gros plan...

  • 13 Sur les soixante émissions : 20 ont été réalisées par Claude Barma (1956-1967), 19 par Jean Prat, 5 (...)

6C’est seulement en 1968 que l’émission, vraisemblablement en raison d’un essoufflement et des évolutions technologiques et spectatorielles, se diversifie. Elle change de réalisateur à chaque épisode et s’éloigne de plus en plus du synopsis initial : l’équipe revient sur les lieux du crime, les déclarations des témoins sont mises en images, la caméra accompagne le chroniqueur judiciaire dans le Palais de justice ou les jurés dans la salle de délibération13

  • 14 Une seule actrice, Maria Meriko incarne deux accusées. Après avoir été Madame Meyer elle est Hélène (...)

7Quand la dramatique est dévolue à une affaire de femmes, le système actoriel est encore plus immuable que le scénario. Tout est mis en œuvre pour que le téléspectateur ait l’impression d’assister à un vrai procès. L’accusée, à l’exception des deux paysannes stéréotypées auxquelles Odette Piquet prête son corps, est à chaque fois incarnée par une actrice différente, laquelle s’est déjà, par les rôles précédemment endossés, forgé une image de meurtrière14. À l’inverse, comme dans un véritable tribunal, les magistrats et les experts reviennent, d’affaire en affaire, interprétés par les mêmes comédiens. Jean Toulout, est sept fois président, suivi de près par Henri Nassier et Fernand Fabre ; René Alone est à six reprises le procureur général, surpassant Jean Darcante, Jean Chevrier et Georges Lannes. Louis Arbessier, Christian Bertola et François Maistre se partagent la défense mais peuvent aussi revêtir l’habit du président. Gaston Rey et Raymond Danjou sont souvent médecins.

Contraintes télévisuelles

  • 15 Synthèse des courriers des auditeurs et des téléspectateurs, avril 1960, Centre des Archives Contem (...)

8À l’exception des épisodes les plus tardifs, qui ne se jouent pas entièrement au prétoire, chaque fiction est tournée en direct. Ce procédé, périlleux, ne favorise pas l’audace et l’innovation. L’équipe n’ignore pas, en effet, qu’au moindre incident, perche ou câble visibles dans le champ, trou de mémoire du comédien, le public, qui a réussi à se transporter au Palais de Justice et à croire à ces personnages en costume d’un autre temps, est brutalement replacé devant son poste, comme ce fut le cas, par exemple, dans L’Affaire Célestine Doudet. Dès le lendemain de la diffusion, deux spectateurs écrivirent à la RTF pour se plaindre du « témoin (qui) ne savait pas son texte » et a longuement bafouillé à la barre sans parvenir à se ressaisir15.

  • 16 Ils ne dérogeront à cette règle que pour les rares affaires récentes ayant eu un tel retentissement (...)

9Ce filmage sur un seul décor, n’encourageait pas la prise de risque mais il était bon marché. Et c’est aussi en raison de ces contraintes financières que les trois producteurs ont privilégié les affaires intervenues au xixe siècle, pour ne pas avoir à payer de droits et afin d’éviter tout litige avec les survivants du drame, accusés ou témoins16.

  • 17 Pierre Desgraupes et Pierre Dumayet ne réussissent pas à répondre de façon cohérente dans l’émissio (...)

10Claude Barma, Pierre Desgraupes et Pierre Dumayet ont pourtant achoppé sur d’autres difficultés. Même s’ils n’en ont jamais parlé aux journalistes qui les interrogeaient, ils semblent avoir eu maille à partir avec la censure. Certes, une seule dramatique consacrée à une femme, L’Affaire Francey, où un témoin fait allusion à des relations sexuelles entre l’accusée et un prêtre, est diffusée avec le carré blanc, mais c’est parce que ce dernier s’impose seulement en 1961. Par contre, en 1968, L’Affaire Deschamps, dans laquelle l’accusé, qui avait avoué son crime, revient sur ses aveux et déclare avoir été « suggestionné » par la police est déprogrammée au dernier moment et remplacée par L’Affaire Lacoste, l’une des rares fictions à ne pas être tournée en direct. A plusieurs reprises, des noms et des professions sont changés pour ne pas heurter des sensibilités confessionnelles, corporatives ou politiques. Par exemple, en décembre 1960, Jeanne Daniloff-Weiss, l’empoisonneuse d’Aïn Fezza, devient à la télévision Jeanne Belikov épouse Nazet, sans doute en raison des tensions en Algérie. De même, pour ne froisser personne, le président prend soin de préciser que la receveuse qui ouvrait les courriers « était seulement en remplacement, n’appartient pas à l’administration des Postes et Télécommunications dont nous connaissons la conscience professionnelle ». Et est-ce un hasard si l’émission est interrompue, sans explication, en 1961, juste après la diffusion, le 31 mai, de L’Affaire Courtois, histoire d’un ancien commissaire de police devenu voleur et assassin17 ?

11L’autocensure est également très forte puisque Pierre Desgraupes et Pierre Dumayet, à chaque interview accordée à la presse, affirment n’avoir porté à l’écran que des affaires très différentes les unes des autres, capables tout à la fois d’intéresser le spectateur et de ne pas le heurter. Aussi ignorent-ils les mères maltraitantes, les femmes incestueuses, les homosexuelles...

  • 18 Sondages quotidiens, opinions, Centre des archives contemporaines de Fontainebleau, fonds ORTF, ver (...)
  • 19 L’Affaire Lemoine, une mère et sa fille accusées d’infanticide, diffusée le mardi 29 novembre 1966 (...)

12Pour s’assurer une longévité, les deux scénaristes ont également dû fabriquer un échantillonnage qui ne lasse pas, en alternant procès célèbres et affaires moins connues mais captivantes. Compte tenu du format de l’émission, moins d’une heure trente, il leur a fallu sélectionner les témoins, au besoin fusionner plusieurs dépositions en une, supprimer les expressions patoisantes, ne pas respecter les accents. Pour maintenir une audience satisfaisante, ils ont aussi surreprésenté la criminalité féminine, certainement parce qu’ils se sont vite aperçus, à la lecture des sondages quotidiens réalisés par la RTF18, que si les indices de satisfaction étaient quasiment les mêmes pour chaque émission, en revanche, les Français étaient plus nombreux à suivre les procès d’accusées que d’accusés. Les seconds étaient, en moyenne, regardés par 62 % de téléspectateurs alors que les premiers l’étaient par 73 %, même lorsque la dramatique était programmée à une heure tardive, peu prisée du public19.

Programmation et réception

13Mais comment le téléspectateur est-il informé du type de procès auquel il va assister et qu’a-t-il pensé de ces affaires d’un autre siècle ?

  • 20 Ce qui irrite certains téléspectateurs : « Mais pourquoi la speakerine nous raconte-t-elle ce qui v (...)

14Durant ses quatorze ans d’existence, En votre âme et conscience bénéficie du même type de publicité. Les magazines de radio-télévision présentent l’épisode à venir sur une double page, parfois plus lorsqu’il s’agit d'une accusée et que les journalistes disposent de documents iconographiques sur elle et sur la comédienne qui endosse le rôle. Parallèlement, des émissions télévisées hebdomadaires invitent les réalisateurs et les acteurs à parler de la prochaine dramatique (Au-delà de l’écran pub Micros et caméras) ou en offrent un bref extrait, vraisemblablement filmé lors d’une répétition (Il faut avoir vu). Le jour de la diffusion, à chaque passage à l’antenne, la speakerine résume à son tour l’affaire20 en concluant par un : « Restez avec nous ! »

  • 21 En 1956, un poste ordinaire coûte 150 000 anciens francs, soit environ une fois et demie le salaire (...)
  • 22 Un peu curieusement, les magazines de radio-télévision ne publient quasiment aucun « courrier des t (...)

15Si elle est toujours promue de la même manière cette série ne s’adresse pourtant pas au même public entre 1956 et 1969. À l’amont, les Français n’ont encore acheté, très chers21, que 226800 téléviseurs, pour la plupart installés en région parisienne, dans le Nord et les Alpes Maritimes. La couverture du réseau n’est pas bonne : les pannes sont fréquentes et les régions montagneuses ne captent pas ou très mal. L’unique poste du foyer, aisé, est généralement installé dans le salon et capte uniquement, excepté dans l’Est du pays qui reçoit RTL, la chaîne nationale. En 1969, quand En votre âme et conscience s’interrompt, le réseau est totalement couvert, les émetteurs et réémetteurs sont de qualité ; le public, composé de toutes les couches socio-professionnelles, a désormais le choix entre la première chaîne et la seconde, en couleur depuis le premier octobre 1967. Les destinataires ne sont donc pas les mêmes d’un bout à l’autre de la période et pourtant, comme l’attestent les mesures d’audience, ces publics diversifiés ont continué à regarder En votre âme et conscience, lorsqu’ils avaient le choix entre plusieurs programmes. Par contre, il est impossible de savoir quelles catégories sociales ont approuvé et désapprouvé. En effet, les courriers envoyés à l’ORTF ont été détruits ; ne subsistent aujourd’hui que des synthèses mensuelles réalisées par le service des auditeurs et des téléspectateurs, faites de fragments d’opinions, décontextualisés et anonymes22. Ces phrases, dont nous ignorons la provenance et les raisons de l’existence, permettent toutefois de comprendre ce qui a séduit, choqué ou fait débat. Incontestablement, l’émission a plu. Un peu plus de huit lettres sur dix sont des éloges dans lesquels reviennent constamment les expressions : « émission passionnante », « dramatique bien montée », « réussite d’une grande équipe », « dramatique qui fait merveilleusement revivre les grands procès de l’histoire et du palais ». Les auteurs de ces lettres trouvent aussi l’« émission bien trop rare » et, avec une belle constance, entre 1961 et 1965, réclament son rétablissement, à raison de six lettres par mois en moyenne.

  • 23 Synthèse, nov. 1937.
  • 24 Synthèse, janv. 1957.
  • 25 Synthèse de courrier, mars 1958.
  • 26 Synthèse, oct. 1959.
  • 27 Situation dénoncée, dès avril 1955 par les dirigeants de la RTF. Voir procès-verbal du comité de la (...)

16Mais la série a aussi eu ses détracteurs. Inlassablement, les spectateurs se plaignent du caractère nomade de l’émission qui n’a ni périodicité, ni jour ni horaire fixes. Le samedi, expérimenté durant l’année 1957, ne convient pas car c’est une soirée familiale ; le dimanche ne plaît pas davantage car juste avant de reprendre le travail, un film drôle est préférable – « Le Palais de Justice un dimanche soir, avouez que cela manque de piquant23. » Au-delà de 21 heures, c’est trop tard. Les critiques ne cesseront que quand l’émission se fixera, en 1960, le mardi, juste après le journal télévisé, qui devient la soirée de la fiction en direct, dramatique ou pièce de théâtre. Les spectateurs reprochent également à En votre âme et conscience sa monotonie. Malgré les minces variantes introduites à chaque dramatique par les producteurs, ce sont « toujours les mêmes décors dans le même genre de thème24 », d’où une impression de « longueur », d’« ennui », d’« interminable ». Un peu paradoxalement, chaque mois, une lettre ou deux dénoncent « les interventions intempestives de Pierre Dumayet au cours de l’émission25 », estiment que « ce serait encore mieux sans les commentaires des présentateurs26 ». Mais ces spectateurs n’obtiendront pas satisfaction, non seulement parce que la fiction, non ponctuée, risquerait d’être encore plus monotone, mais pour d’évidentes raisons financières. Il suffit, en effet, de couper une pièce de quelques commentaires pour pouvoir revendiquer des droits d’auteur27.

  • 28 L’Affaire Lafarge avait déjà été portée à l’écran, en 1954, par Stellio Lorenzi.

17Les suggestions confirment que les Français voulaient voir des « affaires féminines ». En effet, ils demandent uniquement la rediffusion de L’Affaire Levaillant et de L’Affaire Steinheil. À force de la réclamer, ils finissent par obtenir la réalisation d’une Affaire Lafarge28.

Le monde judiciaire figuré

18Mais quel est ce monde judiciaire réinventé et comment ses créateurs ont-ils réussi à forger dans des publics disparates un sentiment d’identité commune, voire de communauté imaginaire ?

Les accusées

  • 29 La carte judiciaire est identique pour les procès masculins. Par contre, ceux-ci se déroulent davan (...)

19En votre âme et conscience présente une géographie du crime particulière. À l’exception de la vicomtesse de Boccarmé, qui passe devant la Cour de Mons, en Belgique, toutes les accusées sont jugées en France, dans le département de la Seine (6), mais aussi dans des villes du Centre (5), de l’Ouest (1) et du Sud-Ouest (5). Aucun procès ne se déroule dans une localité de l’Est ou du Sud Est, peut-être parce que la Savoie et l’Alsace-Lorraine ne furent pas françaises durant la totalité du siècle29.

20Les dix-sept accusées sont jeunes : treize d’entre elles ont moins de quarante ans, et huit moins de 25 ans. Malgré leur jeunesse, la plupart sont mariées (13) et déjà mères de famille (10). Si elles sont presque toutes de piètres épouses qui ont trompé leur mari et/ou attenté à ses jours, en revanche, toutes sont de bonnes mères qui justifient parfois leur forfait par la nécessité de préserver ou d’aider leurs enfants. La série ignore les ogresses, ne relate qu’un infanticide commis par une grand-mère et la seule institutrice maltraitante est une vieille fille qui s’acharne sur des fillettes étrangères (anglaises).

21À l’exception de madame Hugues et de Gabrielle Fenayrou, les femmes qui comparaissent devant la cour d’assises de la Seine ne sont pas nées dans la capitale. Elles sont originaires du Nord (3) ou de l’Ouest (1) et ont pour particularité d’avoir beaucoup voyagé. Elles ont vécu dans différentes régions de France (Euphrasie Mercier, Mathilde Frigard) voire à l’étranger (Gabrielle Bompart, Célestine Doudet...). À l’inverse, dans les tribunaux de province, les accusées, à l’exception de Jeanne Belikov, arrêtée à Oran, sont issues de la ville qui les juge ou de ses environs.

22Hormis deux paysannes, une servante et une vicomtesse, ces femmes déviantes appartiennent à la bourgeoisie. Elles sont filles ou épouses de propriétaires fonciers, d’industriels, de commerçants. Les ouvrières sont totalement absentes de la série alors que La Gazette des tribunaux et les Annales d’hygiène publique et de médecine légale sont riches d’affaires les concernant.

23Mais à y regarder attentivement, ces anti-héroïnes, élevées dans des milieux privilégiés, cultivées et mélomanes, sont des déclassées. Une seule, Madame Lemoine, est responsable de sa destinée puisqu’elle a choisi de s’unir à « un homme d’un rang inférieur » et que sa fille a tenté de l’imiter. Les autres ne l’ont pas voulue : elles ont vécu une faillite fracassante dont la responsabilité incombe au conjoint (Mathilde Frigard, Gabrielle Fenayrou, Delphine Achet), à l’amant (Gabrielle Bompard), ou à un parent (Jeanne Belikov, Célestine Doudet, Euphrasie Mercier). C’est l’humiliation ressentie qui semble expliquer leur exceptionnelle mobilité. En effet, comme l’explique Mathilde Frigard : « il n’est pas facile de rester dans une ville où l’on a connu le déshonneur de la faillite, Monsieur le Président ». Et parmi ces femmes ruinées, pour la plupart également orphelines, celles qui ont été forcées de se mettre au travail ont pour particularité d’avoir tué une femme encore plus vulnérable qu’elles, ressemblant souvent à celle qu’elles furent autrefois : une demi-mondaine sans volonté (L’Affaire Sidonie Mertens), une vieille fille craintive (L’Affaire de Villemomble), une fillette étrangère (L’Affaire Célestine Doudet), d’autres servantes et les personnes âgées dont elle s’occupait (Le Cas d’Hélène Jegado).

24Ainsi, dans leur majorité, les criminelles auxquelles se sont intéressés Pierre Desgraupes et Pierre Dumayet ont-elles été mal mariées, à un homme peu doué pour les affaires, un malfrat ou un vieillard décrit comme rustre et repoussant. Elles ont cherché à reconstituer leur fortune par tous les moyens, n’hésitant pas à tuer leur propre frère (L’Affaire de Boccarmé), leurs parents ou beaux-parents (L’Affaire Daurios, L’Affaire Levaillant). Par-delà la haine ou le mépris, l’argent semble bien le motif du crime ou de sa tentative.

25Mais le mobile peut aussi être l’honneur et trois coupables sur vingt et unes tuent l’homme qui a répandu des calomnies sur elle (L’Affaire Hugues) ou a tenté de les violer (L’Affaire Achet, L’Affaire Francey).

26Ces deux types de meurtres ne sont pas commis avec les mêmes armes. Dans les affaires d’argent, ce sont les couteaux de cuisine (L’Affaire Daurios) et le poison - l’arsenic, mais aussi la nicotine et l’acide prussique - donc des attributs considérés comme féminins, qui sont privilégiés. Les trois justicières, elles, tuent au moyen d’un pistolet généralement réservé aux hommes. Ces différents forfaits n'ont pas non plus la même connotation. Les crimes crapuleux, perpétrés sur une proie facile, pour la voler, suscitent l’indignation et la honte. L’accusée, dénoncée par un membre de sa famille ou par un proche, n’avoue pas et, durant tout le procès, s’obstine à nier les évidences, soutenant avec aplomb que : « moi, l’arsenic, j’sais pas ce que c’est » (Le Cas d’Hélène Jégado). En revanche, les meurtres commis pour défendre sa réputation sont revendiqués. Les femmes, qui n’éprouvent « ni remord ni repentir » affirment fièrement au président : « je n’avais qu’un désir, c’était de tuer cet homme qui m’avait torturée pendant quinze mois » (.L’Affaire Hugues). Les premiers types d’assassinat sont sanctionnés par le jury populaire, les seconds ne le sont pas car les trois « femmes d’honneur » sont acquittées.

27Le seul point commun à ces actes répréhensibles, aux mobiles si différents, est leur temporalité. La majorité des crimes est, en effet, commise en hiver, à la tombée de la nuit ou au début d’une veillée.

28Quelle que soit la faute commise, les peines infligées à ces femmes, défendues et accusées exclusivement par des hommes, sont, à délit égal, généralement moins lourdes que celles dévolues aux hommes. À l’exception des tueuses en série Hélène Jégado et Marie Martin-Breysse, condamnées à mort, les autres accusées reconnues coupables bénéficient des circonstances atténuantes, et souvent, ultérieurement, d’une réduction de peine, alors que leur acolyte, lorsqu’elles n’ont pas agi seules, sont guillotinés (le vicomte de Boccarmé, Michel Eyraud). Et dans le couple Hugues, l’épouse est acquittée alors que le mari, Clovis, dans un duel précédent, avait été condamné à un exil de plusieurs années.

29Cette indulgence du jury s’explique par le mode de défense. Non seulement les femmes, plus que les hommes, nient l’évidence mais, lorsqu’elles ont un complice, elles l’accablent, prétendant qu’elles lui « obéissaient aveuglément », « le suivaient comme un chien suit son maître », « ne pouvaient pas s’empêcher d’obéir ». Mais la fin du procès ne clôt pas l’affaire. Mathilde Frigard et Gabrielle Fenayrou avouent leur meurtre ultérieurement, dans leur geôle. Jeanne Belikov, condamnée à vingt ans de réclusion, se suicide. Malgré un verdict d’acquittement, Célestine Doudet est incarcérée dans le cadre d’une seconde affaire de maltraitance et Adèle Levaillant est jetée en prison sur ordre de Napoléon. Lydie de Boccarmé et Euphémie Lacoste, qui ont été acquittées, sont obligées de fuir par peur de représailles...

Les « gens de justice »

30Face à l’accusée ou à ses côtés, les professionnels de justice sont chacun dans leur rôle. Le président, qui est toujours un homme âgé, fait la morale. Il reproche à la criminelle ses mauvaises lectures et ses amants, surtout lorsqu’elle « mène plusieurs intrigues en même temps », comme Delphine Achet, ou choisit des hommes qui ont « plus de deux fois son âge », telle Gabrielle Bompard. S’adressant à elle comme à une enfant qui aurait mal agi, il lui pose des questions qui n’appellent pas de réponses et commencent toutes par « comment avez-vous pu... ? » :« Comment avez-vous pu jouer cette horrible comédie ? » (La Malle à Gouffé) ; « Comment avez-vous pu prendre des nouvelles de vos parents, simuler la douleur et l’étonnement en voyant cet épouvantable spectacle ? » (L’Affaire Daurios)... Le magistrat peut aussi sermonner un témoin, lui rappeler qu’« il ne faut pas mentir » (L’Affaire Célestine Doudet, L’Affaire Lafarge, L’Auberge de Peyrebeille) ou qu’il a : « une lourde responsabilité dans l’affaire » (L’Affaire d'Aïn Fezza). Cet homme, qui conduit les débats, s’apparente également au représentant sur terre de la justice divine. Il assène : « Je vous laisse à vos remords » (L’Affaire Levaillant) ou « La mort de cette petite fille, Messieurs les jurés, est certainement le plus grand châtiment que Dieu pouvait infliger à cette malheureuse mère » (L’Affaire d’Aïn Fezza). Il est aussi là pour expliquer la loi aux profanes, donc au public. Grâce à lui, le téléspectateur apprend qu’un témoin prête serment mais pas la partie civile, qu’un faux témoignage est puni de la même peine que le crime qu’il couvre, que les jurés peuvent poser des questions mais doivent dire l’accusée et non Madame X.

31Le président est surtout amené à contredire les menteurs. Et ces rectificatifs, brutaux, l’amènent à mettre au jour la vraie question, la faillite, la perte de l’honneur : « Si vous avez vendu votre pharmacie, c’est qu'elle était tout à fait tombée » (Le Secret des Fenayrou) ; « Votre mari est en faillite, vous avez des dettes partout » (L’Affaire Sidonie Mertens)...

32Le comédien qui endosse le rôle, pour lequel le scénariste a écrit un concentré de propos rapportés par Les Causes célèbres ou La Gazette des tribunaux a évidemment de la répartie et de l’humour. Il apostrophe Madame Hugues en lui souhaitant que « sa justice soit moins expéditive que la sienne » ; il assène à un médecin : « on ne peut pas dire que la curiosité soit votre défaut » (Célestine Doudet).

33L’avocat de la défense, qui est à quatre reprises Charles Lachaud, n’hésite pas, lui non plus, à faire rire la salle, par exemple en l’informant qu’en prison la riche veuve Lacoste a reçu soixante-huit demandes en mariage. Sa spécialité est l’ironie. Il se moque des témoins à charge pour les discréditer, pour prouver que leur mémoire est défaillante, qu’ils boivent, sont des « idiots solennels » et des pleutres qui se vantent d’avoir été vaillants : « nous louons tous votre courage ! ». Cet excellent orateur, qui multiplie les effets de manche, raille également, en toute occasion, les accusateurs afin de leur faire perdre leur crédit aux yeux des jurés. En réponse au procureur qui reproche à Mathilde Frigard d’être rusée, Charles Lachaud apostrophe : « alors Gribouille aussi était bien habile qui se plongeait dans la rivière pour se mettre à l’abri de la pluie ! ». Quand l’avocat général laisse entendre que Madame Francey est la maîtresse d’un prête, il riposte : « que pensez-vous de cet amant qu’on ne voit qu’une fois par an ? ». Pour rendre le crime moins odieux, il n’hésite pas à « salir le mort », affirmer qu’il mentait, volait, se prostituait, n’était « ni si bien ni si riche que cela »... L’objectif de ce ténor du barreau est de marteler qu’il n’existe pas de preuves, que des « impressions », des « hypothèses », des « affirmations gratuites », qu’il « ne suffit pas de dire, encore faut-il le prouver » (L'Affaire Achet)... Au terme de sa plaidoirie, durant laquelle il a aussi repris de nombreux arguments de l’accusée, il demande aux jurés, pour les amener à minorer la peine, d’être humains, de ne pas se tromper, de ne « pas commettre une erreur ».

34L’avocat général est la contre réplique de l’avocat de la défense. Il appelle le jury à « ne pas substituer les sentiments à la justice » (L’Affaire Hugues). Il accentue la monstruosité du crime et de son auteure par la sur-utilisation des adverbes « sauvagement » et « cruellement ». Il réclame la peine maximale pour cet « acte prémédité » et « barbare » commis par « un démon ». Comme son rôle se réduit à celui de l’accusateur, les scénaristes ne restituent que des bribes du réquisitoire, parfois même ils le résument, en expliquant qu’il était prévisible.

Les experts et les profanes

35Les médecins appelés à la barre se partagent en quatre groupes : des généralistes désinvoltes qui n’ont pas décelé assez vite la maltraitance ou l’empoisonnement ; des légistes insensibles, qui n’hésitent pas, pour les besoins de l’enquête, à sacrifier un chien (L’Affaire Sidonie Mertens), des aliénistes, souvent célèbres, comme Brouardel et Facassagne, qui viennent vulgariser leurs théories, des toxicologues également réputés tels Orfila et Jean-Servais Stas qui livrent les résultats de leurs expériences en laboratoire. Ces experts refusent ouvertement d’entrer dans le jeu judiciaire. Alors que l’avocat général cherche à démontrer que l’accusée est responsable, « ne tue pas n’importe qui n’importe quand », « a l’intelligence de ses crimes »... les aliénistes estiment que la femme qu’ils ont examinée tue parce qu'elle est « une erreur de la nature » ou « souffre d’une folie religieuse ». Ils répètent inlassablement au président qu’ils ne peuvent exprimer leur pensée en termes juridiques : « Je suis médecin, je ne suis pas policier, je constate, je n’explique pas » (L’Affaire Fenayrou) « je n’ai que des hypothèses, des convictions, pas de preuves » (L’Affaire Achet). Ils trouvent absurde certaines questions et finissent par se fâcher quand le procureur leur demande si un mari, empoisonné très lentement, est vraiment en danger de mort (L’Affaire d’Aïn Fezza). Mais les médecins sont aussi en désaccord entre eux. Le chimiste et le médecin légiste ne s’entendent pas sur la présence ou de l’absence d’arsenic métallique dans le corps. Il existe également des divergences de vues au sein d’une même spécialité. Un médecin légiste estime qu’une accusée, frêle mais « nerveuse et énergique peut décupler ses forces » et transporter un corps de 110 kg ; son confrère est persuadé que c’est irréalisable (L’Affaire Achet). Paul Brouardel, contrairement à un disciple du docteur Bernheim, de l’École de Nancy, estime impossible que Gabrielle Bompard ait pu tuer sous hypnose. Les médecins ne s’accordent, finalement, que sur les caractéristiques de l’accusée. Selon eux, ces femmes, pour la plupart précocement formées, ne pensant qu’à la toilette et aux hommes, ont une intelligence hors du commun mais sont « hystériques », « perverses », « victimes d’hallucinations », et « nerveusement déséquilibrées ».

36Ces médecins qui sont loin de former un corps homogène, volent un peu la vedette aux témoins que les scénaristes condensent en trois ou quatre personnages. Contre toute attente, l’accusée est moins accablée par les proches de la victime que par ses amies et ses domestiques, venus résolument contredire ses propos. Les maris survivants ne sont jamais entendus et les amants, bien falots, ne tentent pas d’aider. La criminelle ne peut finalement compter que sur sa sœur (L’Affaire Célestine Doudet, L’Affaire Achet) et sur le mari de celle-ci (L’Affaire Francey), éventuellement sur la jeune femme avec laquelle elle a été élevée (L’Affaire Lafarge).

37Les jurés, qui prennent conscience de la fragilité des témoignages, sont tous des hommes dignes, d’âge mûr, peu conformes aux rustres décrits par les chroniqueurs de La Gazette des Tribunaux. Excepté dans L’Affaire Lemoine, où la caméra s’enferme avec eux, ils interviennent très peu durant l’audience sans qu’on puisse dire s’ils s’estiment suffisamment renseignés ou s’ils peinent à suivre les débats.

38La salle, toujours comble et à dominante féminine, se manifeste davantage. Moins clémente que les jurés, elle s’offusque bruyamment quand est prononcé le verdict d’acquittement de Célestine Doudet, elle rit des bons mots du président ou de l’avocat de la défense et se moque des témoins, obligeant le président à réclamer le silence.

Un passé judiciaire réinventé...

39Comme toute fiction historique, En votre âme et conscience reconstruit le passé en fonction des logiques et des enjeux complexes du temps présent. Et ses auteurs, pourtant très proches, ne portent pas forcément des regards identiques sur leur société et son devenir.

... en fonction des enjeux du temps présent

  • 30 Loi promulguée le 13 juillet 1965.

40Il suffit de replacer les dramatiques dans leur chronologie pour saisir des évolutions propres à non pas à la Monarchie de Juillet mais aux Trente Glorieuses. Les sept premières accusées ne travaillent pas et les scénaristes accréditent l’idée que Paris est une ville de perdition pour les jeunes filles de province qui, tentées par le luxe et les toilettes dispendieuses, basculent rapidement dans le crime (La Malle à Gouffé, L’Affaire Levaillant). À partir de 1958, en revanche, au moment même où commence à être discutée la loi30 qui permettra à la femme de travailler sans l’accord de son mari et l’autorisera à gérer ses biens librement, sept accusées sur quatorze sont actives. Mais, peut-être pour rassurer les familles françaises traditionnelles, ces femmes ne se lancent dans le commerce et les affaires que pour redresser une situation financière désastreuse... et échouer aux Assises.

41Entre 1967 et 1969, les préoccupations changent. À une époque où les agriculteurs commencent à manifester et faire entendre leur voix à Bruxelles, toutes les accusées sont des villageoises et le téléspectateur découvre les tribunaux du Lot-et-Garonne, du Gers, de l’Ardèche... ainsi que le monde rural, jusqu’alors absent. Soucieux de dénoncer les clichés colportés depuis plus d’un siècle par les romanciers et les magistrats, Pierre Desgraupes fait rejouer le procès de l’« auberge rouge ». Il se demande si les paysans-hôteliers de Peyrebeille étaient vraiment coupables de tous les crimes dont ils ont été accusés ou s’ils ont été victimes des légendes circulant sur les Monts du Vivarais et leurs habitants, taxés par l’avocat général de « brigands ». Il choisit de présenter la thèse, défendue après coup, en 1922, par Maître Malézieux, un jeune avocat convaincu de l’innocence de Marie et Pierre Martin.

42D’autres thèmes, plus constants, renvoient, eux aussi au présent de la réalisation de En votre âme et conscience.

43Dans les années cinquante, en France, la peine de mort est étendue, au vol commis à main armée, aux mauvais traitements infligés à un enfant de moins de quinze ans, ayant entraîné la mort... D’évidence, ce recul ne convient pas aux producteurs de la série et la mise en scène du passé devient le moyen de contourner la censure et de tenir des propos abolitionnistes. Pierre Desgraupes et Pierre Dumayet reprochent régulièrement aux procureurs du xixe siècle d’avoir pour seul objectif la tête de l’accusée ; mais ils n’acceptent pas davantage qu’une justicière puisse tuer froidement « une misérable créature en qui brillait cependant cette petite flamme admirable et sacrée la vie » (L’Affaire Hugues). Ils montrent également l’absurdité de la peine capitale puisque Hélène Jégado est condamnée à être guillotinée alors que la Cour la savait atteinte d’un cancer du sein qui s’était généralisé, donc déjà « condamnée à mourir ».

  • 31 Ordonnance no 58-917 du 7 octobre 1958, Journal Officiel du 8 octobre 1958.

44À une époque où l’acquisition et le port d’armes commencent à être sévèrement réglementés31, les deux scénaristes font prendre conscience au spectateur des dangers de ne pas posséder de législation. Son revolver insidieusement dissimulé dans le manchon, Madame Hugues tue en plein Palais de Justice l’homme qui la diffamait. Madame Francey commence par tirer sur les oiseaux puis abat l’huissier qui lui faisait une cour brutale. Madame Achet fait réparer son pistolet pour effrayer les voleurs de grand chemin... et assassine chez elle un notaire trop galant.

45En 1960, les États-Unis autorisent la commercialisation de la pilule contraceptive. Les féministes françaises réclament aussitôt la même légalisation, qu’elles obtiendront seulement sept ans plus tard. En 1966, Pierre Dumayet, dans L’Affaire Lemoine, détaille ad nauseam les tortures qu’une mère inflige à sa fille de seize ans pour essayer, vainement, de la faire avorter.

...et des attentes des scénaristes

46Pierre Desgraupes et Pierre Dumayet, qui avaient l’habitude de travailler ensemble, se sont, durant les quatorze ans d’existence de la série, partagés les scénarios des affaires criminelles en bonne intelligence. Mais ils ne sont pas du tout passionnés pour les mêmes criminelles comme le révèle une simple lecture des titres des dramatiques écrites alternativement par l’un ou l’autre.

47Desgraupes s’est intéressé à des femmes que le sens commun considère comme « fortes ». Ces accusées, d’âge et de condition variées, le plus souvent célibataires ou veuves, offrent des traits de caractère masculins : elles ont « une force impressionnante », tuent au moyen de cordes, dagues ou revolvers. Elles sortent seules le soir et sont sexuellement très libres. L’une possède une garçonnière à Paris (L’Affaire Achet), une autre est proxénète (L’Affaire Sidonie Mertens)... Durant leur procès, elles assurent elles-mêmes leur défense, de façon véhémente ou avec une ironie grinçante. Par exemple, Mathilde Frigard demande au médecin légiste, venu expliquer à la barre l’expérience qu’il a réalisée sur un chien, s’il a bien pensé à mettre à l’animal, qu’il a fait périr, un corset à baleines, comme à la victime. Pendant toute l’audience elle nargue le procureur ; ultérieurement elle choisit le moment où, en prison, elle le convoquera pour lui dire qu’il avait vu juste. Ces personnalités hors du commun ont aussi pour particularité d’avoir été considérées par la médecine de l’époque comme des « monstres » dont les meurtres en série (Hélène Jégado, Marie Martin-Breysse) ou les actions extravagantes ont retenu l’attention des plus grands aliénistes. Et l’objectif de Pierre Desgraupes est de faire prendre conscience au spectateur que ces étranges déviantes étaient, à l’origine, des personnes ordinaires, mais qu’elles furent placées dans des situations si insoutenables qu’elles ont fini par ne plus accepter la moindre contrariété, le moindre échec. Il conclut chaque dramatique en rappelant au public que chaque être humain est « à la fois innocent et coupable », « mélange d’ombre et de lumière », « mi ange mi bête ».

48À l’inverse de son coéquipier, Pierre Dumayet a mis en scène des femmes « faibles », presque toutes jeunes, à qui les parents avaient imposé, au sortir d’un pensionnat religieux, un mariage de raison avec un homme spécialement décevant. Comme elles ne travaillaient pas et que leurs enfants étaient confiés à une gouvernante, ces accusées romantiques se sont jetées dans de « mauvaises lectures », qui leur ont dévoilé des mondes insoupçonnés. Ces créatures éthérées sont incarnées par des actrices dont le physique fragile ne correspond pas du tout à celui, plantureux, que décrivent les journalistes de La Gazette des Tribunaux. Cinq sur sept tuent classiquement, au moyen de poison et quatre sont acquittées, comme si assassiner un vieux mari buveur ou noceur était considéré par le jury comme un cas de légitime défense. Dumayet joue sur la non-concordance entre ces femmes frêles et placides, venues en costume de grand deuil jurer de leur innocence, et l’extrême cruauté des actes qu’on leur prête. Il dénonce donc, au mitan du xxe siècle, le mariage bourgeois à l’ancienne, dont certaines épouses ne peuvent s’émanciper que par le crime. Au terme du procès celles qui sont acquittées affirment, en effet, fièrement : « L’opinion publique m’est indifférente », « Je suis maîtresse de mes actions »...

49Les deux scénaristes ne font pas non plus les mêmes usages du passé. À une époque où les modèles familiaux et conjugaux se modifient, Pierre Dumayet présente un monde anomique avec lequel il faut rompre définitivement car il produisait de la délinquance. Pierre Desgraupes, au contraire, voit dans le xixe siècle, non pas une page à tourner mais un moment de l’évolution humaine, avec ses savoirs et ses croyances, provisoires et étroitement liés aux besoins de la société qui les crée ou les véhicule. De fait, il confronte continuellement les deux périodes. Après nous avoir fait entendre les expertises de Paul Brouardel ou du docteur Pitois, il demande aux psychiatres des années 1960 de livrer, devant les caméras, leur diagnostic sur la santé mentale de Gabrielle Bompard ou d’Hélène Jegado. Il compare les conclusions des magistrats de Privas, émaillées de clichés sur les paysans de Peyrebeille, à celles d’un jeune avocat qui, cent ans plus tard, a versé de nouvelles preuves au dossier.

  • 32 Propos de Pierre Desgraupes dans l’épilogue de L’Affaire Sidonie Mertens.

50Dans d’autres dramatiques, au terme du verdict, Pierre Dumayet relate l’itinéraire de l’accusée, de sa sortie du Palais de Justice jusqu’à sa mort. Il nous force ainsi à prendre conscience que le procès a seulement révélé une facette de l’accusée et que la vérité, complexe, ne pouvait être approchée au prétoire où beaucoup ont intérêt à mentir. Il évoque ou met en scène les aveux tardifs, en prison, de Gabrielle Fenayrou et de Mathilde Frigard ; il montre aussi comment certaines affaires, colportées par des complaintes ou par la presse de très grande consommation, sont devenues légendaires. (L’Auberge rouge) alors que d’autres n’ont été, pour leur auteure comme pour les congénères qu’une simple parenthèse car « le temps qui passe fait oublier tout32 ». Il s’étonne, par exemple, que des mères de famille présentes au procès n’aient pas hésité à confier leur enfant à une institutrice condamnée pour sévices, dès sa sortie de prison.

  • 33 Synthèse des courriers, mai 1961.

51Ainsi les deux scénaristes de En votre âme et conscience ont-ils su choisir, pendant plus de quinze ans, des affaires criminelles aptes à séduire des publics de plus en plus vastes et diversifiés. Ils ont réussi à moderniser et à simplifier « ces vieux procès poussiéreux33 » au point d’amener les téléspectateurs à les réclamer lorsqu’ils cessaient d’être diffusés. Et pourtant, Pierre Desgraupes et Pierre Dumayet, en apparence très complices puisqu’ils ont suivi les mêmes formations et travaillaient ensemble quotidiennement, ne cherchaient pas dans le passé les mêmes enseignements, portaient des regards différents sur les femmes criminelles et trahissaient par là même des attentes divergentes du monde à venir.

Annexes

ANNEXE. Corpus, classement chronologique

L’Affaire Hugues/Un drame d’honneur, Pierre Desgraupes, 20 mars 1956

L’Affaire Boccarmé/de Bitremont, Pierre Dumayet, 29 mai 1956

L’Affaire Feynarou/Le Secret de Feynarou, Pierre Desgraupes, 21 octobre 1956

L’Affaire Gouffé/La Malle à Gouffé, Pierre Desgraupes, 19 janvier 1957

L’Affaire Lafarge, Pierre Dumayet, 30 mars 1957

L’Affaire Levaillant/le Cabinet des Embûches, Pierre Dumayet, 10 juin 1957

L’Affaire de Villemomble, Pierre Dumayet, 19 août 1958

L’Affaire Doudet/Le Secret de Mademoiselle, Pierre Desgraupes, 6 mars 1960

L’Affaire Achet/La Mort d’un notaire, Pierre Desgraupes, 9 octobre 1960

L’Affaire d’Aïn Fezza, Pierre Dumayet, 5 décembre 1960

L’Affaire Mathilde Frigard/La mort de Sidonie Mertens, Pierre Desgraupes, 7 juin 1966

L’Affaire Lemoine/Pour l’honneur d’une fille, Pierre Dumayet, 29 novembre 1966

L’Affaire Jegado/Le Cas Hélène Jégado, Pierre Desgraupes, 24 janvier 1967

L’Affaire Daurios, Pierre Dumayet, 6 juin 1967

L’Affaire Francey, Pierre Dumayet, 26 septembre 1967

L’Auberge de Peyrebeile/L’Auberge rouge, Pierre Desgraupes, 8 juillet 1969

L’Affaire Lacoste, Pierre Dumayet, 13 décembre 1969

Notes

1 Comité de la télévision, procès-verbal de la séance du 6 octobre 1955, p. 3.

2 Comité de la télévision, procès-verbal de la séance du 24 novembre 1955, p. 9.

3 Pierre Desgraupes et Pierre Dumayet travaillaient alors ensemble sur À vous de juger, écouter, voir. L’émission était considérée comme « monotone », « manquant de mouvement et de rythme », « manquant d’unité »... et la direction n’excluait pas de l’arrêter (voir procès-verbal du Comité de la télévision du 31 mars 1935). En 1956, elle n’existe plus, ce qui explique, vraisemblablement la venue de Pierre Desgraupes dans En votre âme... dès la quatrième émission.

4 En septembre 1955, le comité de la télévision approuve le projet déposé par Claude Barma et Pierre Dumayet, initialement intitulé Les Causes célèbres. Immédiatement, deux juristes, Marchai et Calaferte, dont un projet similaire, Vous êtes le jury (ou Jugement à la huitaine) avait été refusé quelques mois plus tôt, se plaignent à un certain Missa, inspecteur général de l’administration. Ce dernier, reprochant au comité de « fermer la porte de la télévision aux talents extérieurs » écrit à son ministre de tutelle que Jean Vertex, responsable du comité de la télévision, et Bernard Hecht, directeur de la fiction, n’ont « pas fait leur travail en toute confiance ». Le 24 novembre, les membres du comité de la télévision acceptent d’entendre l’inspecteur et de discuter avec lui. Mais chacun campe sur ses positions. Hasard ? En janvier 1956, le directeur de la RTF, Jean d’Arcy, annonce le licenciement de Bernard Hecht dans le cadre d’une mesure de réorganisation (voir procès-verbal du Comité de la télévision du 26 février 1956). En réalité, les deux projets n’étaient pas complètement analogues puisque Marchai et Calaferte proposaient, dans la deuxième partie de leur émission, d’organiser un référendum parmi les spectateurs.

5 Procès-verbal de la séance du 7 juin 1956, p. 6-7.

6 Propos de Pierre Desgraupes et Pierre Dumayet interrogés par Georges Bortoli, à propos de leur ouvrage En votre âme et conscience, Page des lettres, 30 mars 1965, 1re chaîne.

7 Pour Pierre Dumayet : « Si Monsieur Peyrefitte n’avait pas tant de mépris pour la télévision, il aurait quand même levé cette interdiction parce que c’est vraiment là que l’on voit les gens [...] Heureusement il reste le texte du procès mais comme les éditeurs ne le rééditent pas, il ne reste plus rien, c’est d’une barbarie extrême », Aujourd'hui Pierre Dumayet, émission de Jérôme Bourdon, INA, 1981.

8 Qui cosigne très souvent avec sa femme Françoise Dumayet.

9 Pour L’Affaire Levaillant, qui se passe avant 1825, date de création de La Gazette des Tribunaux, Pierre Dumayet retraite les Causes célèbres.

10 Studios 12 ou 13, du centre René Barthélemy, plus connu sous l’appellation « studios des Buttes Chaumont ».

11 Pour reprendre l’expression des producteurs. Mais, en réalité, le nombre de jurés varie d’une fiction à l’autre : il se compose, selon les cas de six, neuf ou douze hommes.

12 Un insert était une séquence filmée en 16 millimètres qui entrecoupait le direct, permettant aux comédiens de se reposer quelques minutes et aux techniciens de replacer les matériels sur le plateau.

13 Sur les soixante émissions : 20 ont été réalisées par Claude Barma (1956-1967), 19 par Jean Prat, 5 par Pierre Nivollet, puis, ultérieurement, 3 par Marcel Cravenne, 6 par Jean Bertho, 2 par Claude Dagues en 1967, 2 par Guy Lessertisseur, 1 par Jean-Pierre Marchand, 1 par Jean Mitrani, 1 par René Lucot.

14 Une seule actrice, Maria Meriko incarne deux accusées. Après avoir été Madame Meyer elle est Hélène Jegado. Mais c’est uniquement parce que la comédienne a dû remplacer Alice Sapritch qui a renoncé au tout dernier moment à jouer la meurtrière en série (Lettre de Pierre Dumayet, adressée à Myriam Tsikounas en mars 2008). Maria Casarès, qui incarne Mathilde Frigard a déjà été Marie Lafarge, en 1954, sous la direction de Stellio Lorenzi. Maria Meriko a été successivement, au petit écran, Catherine de Médicis (L'Assassinat du duc de Guise, 1960), La Voisin (Le Drame des poisons, 1960), La louve (Gaspard ou le petit tambour de la neige, 1961), la voix d’un spectre (Dom Juan ou le festin de pierre, 1965)... Odette Piquet fut, en 1960, dans le film de Louis Malle, la mère de Zazie, qui, pour protéger sa fille, a tué son mari incestueux.

15 Synthèse des courriers des auditeurs et des téléspectateurs, avril 1960, Centre des Archives Contemporaines de Fontainebleau, versement no 00 19880217-00014... Sur les conditions de tournage, voir l’entretien avec le réalisateur Pierre Nivollet et avec le comédien Maurice Chevit, in Au-delà de l'écran, 1re chaîne, émission du 20 mars 1966. Les comédiens redoutent d’autant plus le trou de mémoire que, dès 1958, Louis Seignier, sociétaire de la Comédie Française, en fut victime.

16 Ils ne dérogeront à cette règle que pour les rares affaires récentes ayant eu un tel retentissement et ayant déjà fait l’objet de tant de commentaires que la RTF était assurée de ne rencontrer aucun problème.

17 Pierre Desgraupes et Pierre Dumayet ne réussissent pas à répondre de façon cohérente dans l’émission Au-delà de l’écran (3 mars 1963, réal. Dominique Réty, 1re chaîne). Au journaliste qui leur demande pour quelle raison la série s’est interrompue depuis deux ans, Pierre Dumayet répond : « Pour nous c’est une émission qui n’a presque pas été interrompue. On n’a jamais pensé finalement à l’abandonner. Seulement il se trouve que par hasard il n’y en a pas eu depuis deux ans. » Mais Pierre Desgraupes rectifie : « Oui enfin, ça veut dire que nous espérons qu’il y en aura de nouvelles. »

18 Sondages quotidiens, opinions, Centre des archives contemporaines de Fontainebleau, fonds ORTF, versement no 00 19880217-00016.

19 L’Affaire Lemoine, une mère et sa fille accusées d’infanticide, diffusée le mardi 29 novembre 1966 à 21 heures 20, sur la première chaîne, est regardée par 74 % de Français. Elle devance les deux grands succès de l’ORTF, La Vie des animaux et Les cinq dernières minutes. Pat contre, vraisemblablement en raison de l’heure tardive de diffusion, l’indice de satisfaction n’est que de 59. Les Français bougonnent mais regardent. Par contre, L’Affaire Daurios, une paysanne accusée de parricide, pourtant diffusée le mardi 6 juin 1967 à 20 heures 45, ne réalise que 62, 5 % d’audience, l’équivalent des procès masculins, alors qu'elle a un indice très élevé de satisfaction (68).

20 Ce qui irrite certains téléspectateurs : « Mais pourquoi la speakerine nous raconte-t-elle ce qui va se passer ? Nous sommes assez grands pour le voir. » (Synthèse des courriers, décembre 1961). Curieusement, ceux-ci ne se plaignent pas des fréquentes erreurs sur les dates des procès (1803 au lieu de 1883 pour l’affaire de Villemomble), les âges, les noms (Coccarna pour de Boccarmé, Feynaron pour Fenayrou...) voire les professions des protagonistes.

21 En 1956, un poste ordinaire coûte 150 000 anciens francs, soit environ une fois et demie le salaire mensuel d’un ouvrier. L’équipement des foyers est le suivant : 1er janvier 1956 : 226840 postes déclarés ; 30 novembre 1956 : 422389 ; 31 mai 1957 : 563955 ; 31 octobre 1957 : 648921 ; 30 nov. 1957 : 664454 ; 30 avril 1958 :795768, 30 nov. 1958 : 949803. ; 31 janv. 1959 : 1023808 (mais seulement 10 dans le Finistère et 20 dans les Deux Sèvres).

22 Un peu curieusement, les magazines de radio-télévision ne publient quasiment aucun « courrier des téléspectateurs » consacré à cette émission.

23 Synthèse, nov. 1937.

24 Synthèse, janv. 1957.

25 Synthèse de courrier, mars 1958.

26 Synthèse, oct. 1959.

27 Situation dénoncée, dès avril 1955 par les dirigeants de la RTF. Voir procès-verbal du comité de la télévision du 21 avril 1955, p. 9.

28 L’Affaire Lafarge avait déjà été portée à l’écran, en 1954, par Stellio Lorenzi.

29 La carte judiciaire est identique pour les procès masculins. Par contre, ceux-ci se déroulent davantage à l’étranger, en Belgique (4 dramatiques), Principauté de Monaco (1), Suisse (1) et en Russie (1). La surreprésentation de la Belgique s’explique sans doute par le fait que En votre âme et conscience est retransmis sur la RTB, comme plusieurs autres émissions de la RTF.

30 Loi promulguée le 13 juillet 1965.

31 Ordonnance no 58-917 du 7 octobre 1958, Journal Officiel du 8 octobre 1958.

32 Propos de Pierre Desgraupes dans l’épilogue de L’Affaire Sidonie Mertens.

33 Synthèse des courriers, mai 1961.

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540