Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Impossibles victimes, impossibles coupables

 | 
Frédéric Chauvaud
, 
Gilles Malandain

Troisième partie. Femmes déviantes et figures héroïques

L’expression médiatique de la délinquance féminine. Esquisse sur la voleuse de l’entre-deux-guerres

Geoffrey Fleuriaud

Texte intégral

  • 1 Journal de l’Ouest, 6 avril 1928.
  • 2 Cet article repose sur une thèse de doctorat en histoire contemporaine menée à Poitiers, sous la d (...)
  • 3 Robert Cario, Les Femmes résistent au crime, Paris, L’Harmattan, 1997, 191 p.
  • 4 Un des rares contre-exemples est tiré d’une scène d’un cambriolage commis en 1920 : « L’ouverture (...)
  • 5 Martine Kaluszynski, « bavoirs et politiques sur le crime au xixe siècle. La morale comme réponse (...)

1« Si les femmes s’en mêlent, où irons-nous ? » s’interroge en 1928 un chroniqueur du Journal de l’Ouest, un quotidien local du département de la Vienne, après un vol commis en état d’ébriété par une femme1. Cette simple interrogation dévoile le profond bouleversement induit par la délinquance féminine dans la presse de l’entre-deux-guerres2. Où allons-nous ? Vers la décadence, le chaos, voire l’enfer, disent les journalistes. En effet, le voleur est un délinquant pensé historiquement au masculin, une constatation que l’on peut élargir à une grande part des criminels car les femmes « résistent au crime », pour reprendre le titre de l’étude de Robert Cario3. Les chiffres relevés attestent de la primauté, dans la presse d’entre-deux guerres, de la gent masculine dans la responsabilité des délits et des crimes de vol. La spécificité du vol féminin s’avère très complexe à déterminer, car la cible des voleuses reste, dans ses grandes lignes, identique à celle des hommes, avec comme dominante commune un attrait privilégié pour l’argent, sous toutes ses formes. Au début de l’instruction, les enquêteurs suspectent soit des familiers des lieux soit des étrangers, mais toujours des hommes4. Pourtant que ce soit dans le domaine médiatique, ou dans les recherches criminologiques ou historiques, il semble qu’il y ait un désir de spécifier la criminalité féminine en lui octroyant des caractères liés à la nature et à la représentation de la femme5.

La spécificité du vol féminin, un choix par restriction

  • 6 Journal de l’Ouest, 8 octobre 1928 : « Après une laborieuse enquête, il fut établi que l’entôlage (...)
  • 7 Avenir de la Vienne, 13 mars 1931 : « Une somme de 400 francs disparaît du portefeuille de l’étudi (...)
  • 8 Journal de l’Ouest, 19 février 1928.
  • 9 Avenir de la Vienne, 1er novembre 1918.
  • 10 Avenir de la Vienne, 30 janvier 1919.
  • 11 Journal de l’Ouest, 28 juillet 1928.
  • 12 Avenir de la Vienne, 30 juillet 1928. Réponse d’une femme accusée d’entôle à une question du prési (...)
  • 13 Avenir de la Vienne, 2 mai 1928.

2Une seule scène de vol oriente quasi systématiquement les recherches vers la gent féminine ; lorsqu’un homme se retrouve seul chez lui ou dans une chambre d’hôtel, après avoir passé la nuit avec une femme, sans retrouver son argent, la première piste envisagée est qu’il a été victime d’une « entôleuse ». L’« entôlage » consiste à séduire sa victime, avoir des rapports intimes avec elle, tandis qu’un ou une complice s’empare de son portefeuille et autres richesses6, ou alors à attendre que celle-ci se soit endormie, pour « filer » avec sa fortune7. Le monde des « filles galantes8 », « fleur du “bitume” poitevin9 », « vénus ambulante10 » et autres « péripatéticiennes de bas étage11 » fournit la quasi-totalité des coupables dans ce genre d’affaire ; le statut de prostituée, difficilement accepté par l’ensemble des sphères de la société comme une profession à part entière12, n’est pas toujours assumé par les inculpées, un silence compensé par l’écriture journalistique : « La première prétendait exercer le métier de lingère, les deux autres celui d’artiste13. », des points de suspensions qui en disent long sur la réalité de la profession de ces deux « entôleuses ».

  • 14 Avenir de la Vienne, 30 juillet 1928 : « M. le président. – Que savez-vous du soi-disant secrétair (...)
  • 15 Avenir de la Vienne, 2 février 1935 : « Un couple pratiquait le vol à l’entôlage [...]. Le couple (...)
  • 16 Avenir de la Vienne, 18 janvier 1918 : « Vers 18 h 15, le canonnier Piteau, de la 61e batterie du (...)
  • 17 Avenir de la Vienne, 19 janvier 1937. Titre de l’article « Une affaire d’entôlage » relatif au vol (...)

3Le vol à l’entôlage ne peut pourtant être considéré comme un vol uniquement féminin ; en effet derrière les entôleuses, se dissimulent souvent des hommes, le « protecteur », qui surveille les opérations14, aide à commettre le larcin15 ou dévalise violemment le client, une fois qu’il a été amadoué par la prostituée16. De plus, le délit d’entôlage demeure une soustraction unisexe, puisque le terme est équivoquement appliqué lorsqu’il s’agit d’un homme qui s’enfuit avec l’argent d’une femme après une nuit d’amour, bien que ces cas soient nettement plus rares que ceux provoqués par des voleuses17.

  • 18 André Davidovitch, « L’escroquerie et l’émission de chèques sans provision à Paris et dans le dépa (...)

4Toutefois, s’il n’existe pas à proprement parler de « soustraction féminine », certains types de délits semblent au contraire interdits aux femmes ; ainsi, le recel est une activité presque entièrement masculine, les rares accusées de recel étant davantage coupables d’avoir participé à une forme de troc et d’échanges, que responsables d’un véritable système d’achat et de vente organisée. En ce qui concerne l’escroquerie, les motifs sur lesquels s’appuient les escrocs hommes et les rares escrocs femmes divergent également ; à l’inverse de l’homme qui appuie son discours sur des gages et une apparence de respectabilité, la femme escroc privilégie un rapport plus long avec sa victime, fondé davantage sur un registre émotif, qu’il soit compassionnel ou passionnel, voire charnel, aspect sur lequel d’ailleurs, pour susciter l’intérêt du lecteur, les journalistes insistent fréquemment. L’absence ou la rareté des femmes dans ces pratiques criminelles qui nécessitent un ancrage social particulier accordé seulement aux hommes, est révélatrice du statut social et culturel de la femme d’entre-deux-guerres, qui ne lui permet pas, si l’on peut dire, d’accéder à l’intégralité des manifestations criminelles. Inversement la nécessité pour la femme escroc de multiplier les stratagèmes, afin d’entrer en contact avec sa victime, puis de l’extorquer, a construit à tort l’image d’une femme manipulatrice, mythomane et mystificatrice18.

  • 19 L’escroquerie dite à la « boule de neige » est une escroquerie de type pyramidal, qui propose à de (...)
  • 20 Avenir de la Vienne, 8 janvier 1935.
  • 21 Avenir de la Vienne, 26 juillet 1935.

5L’escroc femme ne négocie pas de faux titres, ne pratique pas d’escroquerie « à la boule de neige19 », elle ne force pas non plus une victime à lui remettre de l’argent, si l’on excepte les menaces de sorcellerie. En effet, le registre de la violence semble également absent de la criminalité féminine. Les cas de menace ou d’agression commis par des femmes sont rarissimes, la violence féminine se manifestant davantage dans un conflit ou après une mise en cause, et non directement pour réussir un vol. Un chroniqueur s’interroge ainsi en 1935 après la mise en cause d’une cultivatrice dans un double meurtre : « Une seule personne et dans le cas présent une femme a-t-elle pu perpétrer le forfait sans aide, maniant tour à tour le pistolet automatique et le couteau20 ? » Au procès, bien que de nombreuses preuves matérielles attestaient sa culpabilité, ce fut cependant l’amateurisme et l’imprécision des coups de feux qui durent être invoqués pour justifier la possibilité que cette femme ait pu commettre le meurtre : « Chollet habitué au maniement des armes n’aurait pas eu besoin de tirer toutes les balles du pistolet. On sent là la main d’une femme21 » s’exclama le procureur dans son réquisitoire. La spécificité du vol féminin se lit peu selon ses modalités d’action ; cependant, les commentaires des journalistes contre les femmes délinquantes s’établissent sur des critiques récurrentes qui construisent une figure criminelle particulière.

La diablesse

  • 22 Journal de l’Ouest, 29 juin 1928. Exemple d’une escroquerie au mariage : « Hélas ! Inconstante com (...)
  • 23 Avenir de la Vienne, 5 janvier 1937 « Depuis son deuxième veuvage, il y a quelques années, elle au (...)
  • 24 Avenir de la Vienne, 3 décembre 1928 : « M. Grande, notre sympathique commissaire de police, rappo (...)
  • 25 Avenir de la Vienne, 12 janvier 1935 : « Car on la sait habile manœuvrière, menteuse d’habitude. »
  • 26 Avenir de la Vienne, 11 mars 1928.
  • 27 Avenir de la Vienne, 19 juillet 1928.

6Ces quelques caractéristiques de la geste délinquante féminine déterminent fatalement le portrait psychologique des femmes voleuses produit dans la presse. Inconstante, « comme la plupart de ses pareilles22 », selon le Journal de l’Ouest ; avare23, gourmande24, envieuse et menteuse25, les journalistes insistent également sur l’aspect « débauché » de la délinquante. Ainsi, dans le cas d’une voleuse de vêtements, le journaliste tient à préciser, sans que ce détail ait de rapport avec l’affaire, que l’inculpée était « fort connue des étudiants poitevins26 ». La singularité des portraits psychologiques féminins, comparativement à ceux réalisés pour des hommes, réside dans la capacité à englober un ensemble important de défauts. L’enveloppe charnelle de la femme traduit les tares de son âme, comme dans la description de cette aventurière parue dans L’Avenir de la Vienne, un autre quotidien de la Vienne, en 1928 : « Blanche Dardillac, née et domiciliée à Poitiers, a de biens vilains défauts ; aussi menteuse que paresseuse, elle ne vivait que d’expédients. Aussi bavarde qu’une concierge, elle savait cependant enjôler les naïfs des deux sexes [...]. Avec ses habitudes de paresse compliquées d’une coûteuse gourmandise, aussi rusée que laide ce qui n’est pas peu dire [...]27.

  • 28 Journal de l'Ouest, 25 juillet 1935 : « Cette femme, dit l’avocat général, est la synthèse de tous (...)
  • 29 Journal de l'Ouest, 24 juillet 1935 : « Le président résume les renseignements donnés sur Titine c (...)
  • 30 Journal de l'Ouest, 5 mai 1937.

7Cette représentation de la voleuse apparaît comme une vision éminemment masculine. En effet, la voleuse évolue constamment dans un milieu d’hommes : minoritaire dans la population criminelle, elle est entourée de journalistes, de policiers, d’avocats, de représentants de la justice, essentiellement masculins. Cette mainmise de l’homme sur les affaires criminelles est, à bien des manières, représentative des mentalités masculines de l’époque. À travers ces portraits, se constitue et se perpétue l’image d’une femme diabolique, « synthèse de tous les vices28 », selon le chroniqueur du Journal de l’Ouest, avec une prédilection pour les défauts liés à la simulation, au désir et à l’envie29 : « Après un certain nombre de petits incidents entre le défenseur de Marie Louise Bourdeyroux, l’avocat général et le témoin, ce dernier conclut : “C’est une femme, y’a pas plus mauvais qu'elle...”30. »

  • 31 Avenir de la Vienne, 21 mai 1935.
  • 32 Avenir de la Vienne, 6 mai 1937.

8Derrière la voleuse, se cache également une autre figure de la femme. Nouvelle Eve, elle est également celle qui transforme et bouleverse l’homme responsable de sa chute en faisant de lui un voleur ; ainsi dans la publication de l’acte d’accusation du procès d’un notaire, accusé d’abus de confiance, si la femme n’est coupable d’aucune action pénalement condamnable, sa mauvaise influence est cependant jugée capitale pour expliquer les raisons qui ont pu pousser l’officier ministériel vers le vol : « Delavault pendant quelques mois exerça ses fonctions avec conscience et probité. Marié en 1915, deux enfants naquirent de son union. Mais en 1921, Delavault prit une maîtresse, délaissa son foyer, négligea son étude et se livra à des dépenses importantes pour subvenir aux frais qu’entraînait sa relation31. » En effet, dans les portraits de voleurs, le thème de la débauche et des mauvaises fréquentations féminines est un argument fréquent, employé par les voleurs et leurs avocats, mais également par les journalistes, voire par certains procureurs généraux, à l’instar de cet exemple tiré d’un procès pour détournement en 1937 : « Un honnête homme a eu, certain jour, le malheur de trouver sur son chemin une femme malhonnête, continue M. Perillaud qui termine en demandant une peine de réclusion32. »

  • 33 Journal de l’Ouest, 4 mai 1937.
  • 34 Avenir de la Vienne, 27 août 1938.
  • 35 Avenir de la Vienne, 21 septembre 1937.
  • 36 Avenir de la Vienne, 16 novembre 1938.

9La figure de la « femme diablesse » révèle l’incompréhension par les hommes des nouvelles aspirations féminines. Ainsi, face à une femme qui se défend d’être une entôleuse, le président du tribunal correctionnel lui rappelle sa conduite désastreuse : « D. – Pourtant on dit de vous que vous étiez légère, paresseuse, voleuse ; que vous vous livriez à la boisson. R. – J’ai de très jolis défauts [sic]33. » En perpétrant son acte, la voleuse adopte un comportement de rupture, à l’inverse de l’image couramment admise, et nécessaire pour la sauvegarde de la société, d’un pilier inamovible de la maison et de la famille : « M. le président à Maret : Votre femme où habite-t-elle ? Elle n’est pas toujours avec vous dans les chantiers ? R. – Si, M. le président, d’ailleurs c’est ce qui doit se faire, la femme doit suivre son mari. Elle fait la cuisine34 », affirme un ouvrier dont la femme est suspectée d’un vol dans un cabaret, en raison de sa présence au moment du larcin. En effet, l’action du vol, mais surtout la jouissance postérieure des produits volés, pousse la femme vers l’extérieur, vers des lieux moralement condamnés, et la fait entrer dans une sphère de pratiques quotidiennes censément interdites à son statut, des pratiques qui sont mises en avant dans les portraits réalisés par la presse quotidienne locale : « Notons que Mme Blanchard était presque toujours en vagabondage et laissait souvent son domicile et sa famille. Elle avait en outre une réputation peu recommandable35 », en effet « avec cet argent, elle payait des consommations aux jeunes gens avec lesquels elle allait au bal. En outre, elle va bientôt être mère36. » Ces exemples traduisent les perturbations ressenties par la gent masculine, liées à la remise en cause de la séparation des espaces sociaux, divisés jusque-là entre le privé, destiné à la femme, et le public, réservé aux hommes.

Le vol comme désir d’émancipation : voler son mari durant l’entre-deux-guerres

  • 37 Avenir de la Vienne, 28 avril 1925. Voir également Journal de l’Ouest, 21 mars 1925 : « Interrogée (...)

10Les critiques sévères repérées à l’encontre de ces femmes qui boivent, qui dansent, qui font l’amour librement, se comprennent par le contexte très masculin dans lequel elles sont produites ; les hommes apparaissent effrayés par cette évolution des comportements qui doit conduire à une libéralisation des pratiques féminines ; la voleuse accède en effet à des usages qui étaient jusque-là exclusivement réservés aux hommes. La critique des nouvelles aspirations féminines se comprend donc également comme un discours de crise de la masculinité, provoquée par la modification des rôles et des attributions entre les deux sexes. Le vol est d’autant plus critiqué qu’il permet aux femmes de dépasser les limites sociales et culturelles imposées par cette société à dominante masculine. En effet, les systèmes de défense des femmes présentées devant les tribunaux, expriment parfois la difficulté de la condition féminine dans une période économique de crise, auxquels s’ajoutent pour elles les carcans d’une structure sociale machiste qui compliquent encore davantage cet état de nécessité : « La prévenue prétend que c’est le besoin qui le lui a fait prendre car son mari est jaloux et ne veut pas qu'elle aille travailler chez les autres37. »

  • 38 Avenir de la Vienne, 22 septembre 1926 : « Elle reconnaît les faits en pleurant et dit que c’est p (...)
  • 39 Virginie Berger, « Le vol nécessaire au xixe siècle. Entre réalité sociale et lacune juridique, un (...)
  • 40 Journal de l’Ouest, 8 mai 1935.

11De fait, le vol apparaît dans plusieurs exemples comme un moyen de pallier l’impossibilité d’accéder à l’ensemble des fonctions de travail, dans une société de plus en plus urbaine, et dans laquelle la femme ne peut plus assurer un rôle d’aide à la ferme. Cette précarisation de la femme fut reconnue par certaines décisions de justice ; des peines plus légères furent prononcées à leur encontre38 et, à l’image de la décision du « bon juge Magnaud39 », plusieurs d’entre elles furent également acquittées de leur vol : « C’est une pauvre malheureuse dont le mari encore jeune a commis des vols et s’adonne à la débauche. Son mari ne se présente pas. Me Senente demande la relaxe de sa cliente qui est mère de cinq petits enfants qui n’ont que leur mère pour subvenir à leurs besoins40. »

  • 41 Journal de l’Ouest, 5 octobre 1928.
  • 42 Journal de l’Ouest, 19 octobre 1922.
  • 43 Avenir de la Vienne, 22 septembre 1923 : « Une femme infidèle : elle le quittait en emportant l’ar (...)

12Cette domination masculine se lit également à travers un vol très particulier, mais assez fréquent durant toute la période, le vol de la femme « sur son mari » : « M. Albert, 37 ans, débitant, rue Creuzé, ayant constaté que sa femme, qui sous prétexte d’aller chez le coiffeur pour se faire couper les cheveux, était bien longue à revenir [...] visita ses locaux pour voir si elle n’était pas rentrée, il s’aperçut alors que le vêtement et le linge de corps de son épouse avaient disparu. Poursuivant ces investigations, il eut la douloureuse surprise de constater que les économies de la maison avaient pris le même chemin que l’épouse volage41. » Le vol, à l’intérieur d’un couple, repose toujours, dans la presse, sur le même schéma ; en effet, si la femme vole « une somme assez importante provenant du travail de son mari42 », à l’inverse aucun mari n’est accusé d’avoir volé l’argent de sa femme. Cette exception se comprend dans un contexte qui accorde, par le cadre légal du mariage, la possession des biens mobiliers du ménage uniquement au mari. Toutefois, à l’intérieur du cercle familial restreint, il ne peut y avoir pénalement de qualification de vol entre conjoints. Pourtant, devant ces faits le journaliste respecte le schéma narratif typique du vol : l’homme arrive, s’aperçoit du vol, il est la victime. La femme s’est enfuie, elle est la voleuse. Dans cette reconstruction des faits, les motifs psychologiques qui ont poussé la femme à s’échapper sont tus. En effet, ces articles, publiés dès la fuite connue, ne sont que rarement suivis sur un temps long, ne laissant ainsi pas la possibilité de présenter les motifs de défense des femmes. Ces affaires ne sont jamais des comptes-rendus d’audience de tribunaux correctionnels, puisqu’aucune loi n’est enfreinte. Toutefois, dans les mentalités quotidiennes, ils entérinent l’acte commis par la « femme infidèle43 » comme un vol, sacralisant la propriété mobilière de l’homme sur les biens du ménage. La presse conserve ainsi son rôle de passerelle entre les représentations quotidiennes de l’acte de vol et la véritable qualification pénale, et permet ainsi de marquer publiquement ce qui est considéré comme un acte déviant même s’il n’est pas réprimé par la loi.

  • 44 Journal de l’Ouest, 10 juin 1933 : « Trois jeunes gens de Châtellerault ou des environs de cette v (...)
  • 45 Avenir de la Vienne, 6 juillet 1920.

13La femme avare, déjà repérée, se retrouve ici dans ces exemples de désertion du domicile conjugal ; davantage encore que l’avare, c’est « l’ingrate44 », qui s’enfuit et ne veut plus supporter une condition, qui pourtant pendant de nombreuses années lui a permis de vivre : « Un débitant du Plateau vient de déposer son bilan et tout chez lui avait été l’objet d’une saisie exécutoire. Mais son épouse qui fut sa compagne fidèle dans la prospérité entend ne point le rester dans la débine. Elle a levé le pied, en compagnie dit-on, d’un ouvrier boulanger ; son mari l’accuse de lui avoir emporté une somme assez rondelette : 15 000 francs. Elle a en tout cas fait disparaître du domicile une assez importante quantité de linge et de menus objets45. »

  • 46 Avenir de la Vienne, 31 janvier 1939.
  • 47 Avenir de la Vienne, 31 mai 1925 : « Dans la nuit du 22 au 23 courant, au cours d’une scène de mén (...)

14Ces départs apparaissent comme une alternative officieuse à la pratique officielle du divorce, traduisant encore l’inacculturation de son recours dans l’ensemble des mentalités du département de la Vienne d’entre-deux-guerres. Aux démarches administratives, les femmes préfèrent un départ rapide avec l’argent du ménage, seul ou avec leurs enfants : « M. Arthur Gaboriau, âgé de 45 ans, demeurant à Buxerolles, s’aperçut que sa femme et ses enfants, ayant quitté le domicile conjugal, avaient emporté une partie de mobilier, avec l’aide de Fernand Guillon, âgé de 28 ans, à Vouneuil Sous Biard46. » Les départs, conséquences parfois de scènes de crise, ne permettent pas aux femmes de prendre les dispositions nécessaires pour assurer leur avenir. Là encore, même si elles n’ont pas « volé » leur mari avant leur fuite, la dépendance financière liée à leur statut, et les difficultés plus grandes pour elles de trouver du travail, les conduisent souvent, et parfois très vite, vers la sphère du vol pour pouvoir assurer leur subsistance47.

  • 48 Avenir de la Vienne, 13 avril 1919 : « Malgré ses 69 ans, Lampernesse est parvenue à séduire la fe (...)
  • 49 Avenir de la Vienne, 10 juillet 1925. « Morisset travaillait chez M. Alfred Popard, à Mirebeau. Le (...)
  • 50 Journal de l’Ouest, 25 février 1936 : « La fugitive fut retrouvée à Hendaye, en route vers le Port (...)
  • 51 Avenir de la Vienne, 11 août 1927 : « Le coupable se rendit à Nantes mais le brouillard survint ra (...)

15Le départ permet également aux femmes de vivre de nouvelles histoires d’amour : avec un locataire48, un ancien domestique49, ou un amant de passage à destination de l’Amérique du Sud. À l’instar d’une affaire qui défraya la chronique locale en 193650, la majorité des exemples renvoient à des fuites avec des hommes de passage, motif supplémentaire pour renforcer cette haine constante de l’homme itinérant venu piller la contrée ; on peut toutefois admettre que les histoires d’amours conflictuelles entre les membres d’une communauté restreinte se règlent à l’intérieur de cette communauté, sans publicité extérieure, ce qui expliquerait la très forte proportion d’étrangers dans ces cas. Ainsi, si les femmes n’encourent pas de comparution devant un tribunal correctionnel pour vol, à l’inverse, leurs compagnons sont fréquemment invités dans les prétoires afin de répondre du délit de recel pour avoir profité de l’argent du couple51. L’inculpation de recel permet ainsi de réguler des conflits personnels grâce une immixtion de la justice dans les relations privées.

  • 52 Danielle Laberge, « Les recherches sur les femmes criminalisées : questions actuelles et nouvelles (...)
  • 53 Voir par exemple l'Avenir de la Vienne, 22 février 1922.
  • 54 Journal de l’Ouest, 19 mars 1922.
  • 55 Journal de l'Ouest, 5 décembre 1928 : « Marthe Hanau est le type parfait de la femme d’affaires, t (...)

16Dans le domaine de la criminologie, la femme a longtemps été ignorée52. Pourtant, grâce à ces différents exemples, la criminelle apparaît susceptible d’apporter quantité d’informations sur l’environnement culturel et social de son époque. Ainsi, le vol de la femme sur son mari peut être perçu comme un geste d’émancipation, signe des dysfonctionnements du règlement légal des conflits maritaux. L’absence de la voix de ces femmes dans la presse rend difficile la possibilité de saisir la portée exacte et le sens de leur départ. Ce désir d’émancipation se lit davantage dans la figure complète de la voleuse libre, l’« aventurière53 ». Femme escroc, elle multiplie les détournements, particulièrement dans la haute société de l’époque, afin d’assurer un grand train de vie, sans attaches maritales ni familiales : « Une aventurière [...] Elle habitait une coquette villa située sur le coteau. Cette femme vivait largement. Ses revenus n’étaient autres que le fruit d’expédients [...]. Quand on la menaçait d’une plainte, elle escroquait Pierre pour rembourser Paul. Et le tour était joué [...]. Dans le courant de l’été dernier, madame, pour se “changer d’air”, résolut d’aller passer deux mois au bord de la mer [...]. La belle dame fila à l’anglaise et abandonna sa compagne en lui laissant la note d’hôtel54. » À travers le vol, la femme peut ainsi vivre seule, à l’égal de l’homme. Une femme comme Marthe Hanau, « large, forte, sanguine [...], tenant à montrer plus de poigne et plus d’estomac qu’un homme55 », responsable de l’escroquerie et du scandale « de La Gazette du franc », jouit à l’époque d’une renommée égale à celle de l’escroc Stavisky. Pour les journalistes, cette « prétention » des femmes à devenir l’égal des hommes, conduit à un discours critique à l’égard des voleuses émancipées, qualifiées de volages et d’aventurières.

  • 56 Avenir de la Vienne, 3 juin 1919 : « Décidément nos futures électrices ne veulent pas attendre les (...)
  • 57 Avenir de la Vienne, 20 juin 1919 : « Rencontrant sur la voie publique, le 29 mai dernier, la fill (...)

17Toutefois, cette critique des mœurs permet de rapprocher femmes déviantes et femmes victimes, annihilant l’apparent contraste de ces deux figures. En effet, paradoxalement, un discours particulièrement ironique peut aussi caractériser certaines victimes féminines. La victime femme souffre de réprobations identiques à celles relevées contre la voleuse, si elle ne respecte pas les codes traditionnels féminins. Ces reproches se traduisent par une absence de compassion, les journalistes traitant ces affaires par des tournures ironiques et humoristiques. Ils estiment que si les femmes désirent accéder aux mêmes pratiques que les hommes, il est alors « normal » qu’elles subissent elles aussi les difficultés de la condition masculine ; ainsi une femme qui s’est battue pour récupérer une poule volée est qualifiée de « future électrice » incapable d’« attendre les périodes électorales de l’avenir pour se battre56 », tandis que lorsqu’une prostituée se voit réclamer de l’argent par trois hommes, après avoir offert ses charmes, le journaliste estime que « maintenant que les femmes vont être électeurs et éligibles – citoyennes égales aux hommes – c’était bien à leur tour de payer57 ». Cette assimilation du vol à un usage typiquement masculin dénote toutefois une vision bienveillante des journalistes sur la nature profonde de la femme, pensée comme un rempart à la délinquance. Elle peut également être comprise comme le signe d’une remise en cause des vertus qui fondent l’essence masculine, à travers la représentation de l’homme fort, violent et belliqueux, dans une période marquée par les réminiscences des « boucheries » du premier conflit mondial : la guerre, cette vieille histoire d’hommes.

Notes

1 Journal de l’Ouest, 6 avril 1928.

2 Cet article repose sur une thèse de doctorat en histoire contemporaine menée à Poitiers, sous la direction de Frédéric Chauvaud, et intitulée Le traitement d’une délinquance ordinaire, Vols et voleurs dans la presse locale de l’entre-deux-guerres. Cette thèse s’appuie sur le dépouillement des colonnes locales de deux quotidiens, Le Journal de l’Ouest et L’Avenir de la Vienne.

3 Robert Cario, Les Femmes résistent au crime, Paris, L’Harmattan, 1997, 191 p.

4 Un des rares contre-exemples est tiré d’une scène d’un cambriolage commis en 1920 : « L’ouverture pratiquée était également petite, juste ce qu’il fallait pour permettre le passage à une main de femme. Un peu plus tard, cette première impression sur la présence d’une femme devait être bientôt renforcée par la découverte, dans une boîte à carton où des objets furent dérobés, d’un cheveu blond ondulé pouvant appartenir à une personne qui avait déjà eu des démêlés avec la Justice », tiré du Journal de l’Ouest, 15 décembre 1920.

5 Martine Kaluszynski, « bavoirs et politiques sur le crime au xixe siècle. La morale comme réponse à la question pénale (l’école criminologique de Lyon et la Société Générale des Prisons) », dans Benoît Garnot (dir.), Ordre moral et délinquance, de l’Antiquité au xxe siècle, Dijon, EUD, 1993, p. 83-93.

6 Journal de l’Ouest, 8 octobre 1928 : « Après une laborieuse enquête, il fut établi que l’entôlage dont Marolleau se déclarait victime n’avait pu être commis par la fille Villeroux qu’avec la complicité de son amie la fille Danielle Jeanne, âgée de 24 ans qui se serait dissimulée dans la pièce à l’insu de la maison. »

7 Avenir de la Vienne, 13 mars 1931 : « Une somme de 400 francs disparaît du portefeuille de l’étudiant en même temps que Germaine Atchenoene. »

8 Journal de l’Ouest, 19 février 1928.

9 Avenir de la Vienne, 1er novembre 1918.

10 Avenir de la Vienne, 30 janvier 1919.

11 Journal de l’Ouest, 28 juillet 1928.

12 Avenir de la Vienne, 30 juillet 1928. Réponse d’une femme accusée d’entôle à une question du président du tribunal correctionnel de Poitiers : « – Vos moyens d’existence, quels sont-ils ? – Je fais la noce. – Ce n’est pas un métier. – Mais si. Il est même réglementé... ».

13 Avenir de la Vienne, 2 mai 1928.

14 Avenir de la Vienne, 30 juillet 1928 : « M. le président. – Que savez-vous du soi-disant secrétaire de Me Hulin ? Jeanne Bonnet – Rien. M. le président – C’était votre chevalier servant ? Jeanne Bonnet-Rien ai plusieurs. S’il fallait compter tous ceux qui me sont chers, yen a pas mal ! [...] »

15 Avenir de la Vienne, 2 février 1935 : « Un couple pratiquait le vol à l’entôlage [...]. Le couple qui tenait ses assises dans un café de notre ville liait rapidement connaissance avec un consommateur voisin. La femme, pour employer une expression populaire, “faisait de l’œil” au consommateur qui ne savait pas rester insensible. Quelques instants plus tard, consommateur sentimental et fille se rendaient dans une chambre en ville. Le “protecteur” – peut-on employer ce mot – notait la chambre où son amie opérait [...] Il s’introduisit subrepticement et, en un clin d’œil, inventoriait les poches du trop confiant et naïf amoureux. »

16 Avenir de la Vienne, 18 janvier 1918 : « Vers 18 h 15, le canonnier Piteau, de la 61e batterie du 20e d’artillerie était “racolé” par deux femmes, près du square de la République, puis aussitôt assailli par deux militaires, les “protecteurs” de ces dames, qui après l’avoir terrassé, l’ont dépouillé de son porte-monnaie contenant environ 70 francs. »

17 Avenir de la Vienne, 19 janvier 1937. Titre de l’article « Une affaire d’entôlage » relatif au vol par un client du sac d’une prostituée, délit qui est qualifié de « peu banal entôlage ».

18 André Davidovitch, « L’escroquerie et l’émission de chèques sans provision à Paris et dans le département de la Seine. Enquête de sociologie criminelle », L’Année sociologique, 1955-1956, p. 3-130.

19 L’escroquerie dite à la « boule de neige » est une escroquerie de type pyramidal, qui propose à des particuliers des souscriptions, ces derniers étant alléchés par l’espoir de faire des bénéfices en recrutant eux-mêmes de nouveaux membres.

20 Avenir de la Vienne, 8 janvier 1935.

21 Avenir de la Vienne, 26 juillet 1935.

22 Journal de l’Ouest, 29 juin 1928. Exemple d’une escroquerie au mariage : « Hélas ! Inconstante comme la plupart de ses pareilles, la jeune disciple de Terpsichore refusa tout net la proposition du trop énamouré bonhomme. »

23 Avenir de la Vienne, 5 janvier 1937 « Depuis son deuxième veuvage, il y a quelques années, elle aurait d’ailleurs eu d’autres liaisons, en particulier dans son pays natal. Malheureusement, tous ses amants n’étaient pas généreux et quand elle s’apercevait qu’ils ne pouvaient plus lui être d’aucun secours, elle les abandonnait pour revenir passer quelques jours à son domicile. »

24 Avenir de la Vienne, 3 décembre 1928 : « M. Grande, notre sympathique commissaire de police, rapporte avec humour l’enquête qu’il a faite, la colère de Blanche Dardillac, se sentant prise, ses mensonges continuels, sa gourmandise : “Chaque jour, elle allait chercher son petit gâteau, son petit ‘train de plaisir’.” Il la montre fine lame et infernale. »

25 Avenir de la Vienne, 12 janvier 1935 : « Car on la sait habile manœuvrière, menteuse d’habitude. »

26 Avenir de la Vienne, 11 mars 1928.

27 Avenir de la Vienne, 19 juillet 1928.

28 Journal de l'Ouest, 25 juillet 1935 : « Cette femme, dit l’avocat général, est la synthèse de tous les vices ; et en quelques mots, après avoir relaté sa jeunesse, il fait allusion à sa vie à Paris ; elle ne se contente pas de voler, elle fait de la mise en scène, elle “fignolle”. Titine est dépensière, débauchée, fainéante et voleuse. »

29 Journal de l'Ouest, 24 juillet 1935 : « Le président résume les renseignements donnés sur Titine comme étant gourmande, menteuse, paresseuse, toujours prête à faire la fête. »

30 Journal de l'Ouest, 5 mai 1937.

31 Avenir de la Vienne, 21 mai 1935.

32 Avenir de la Vienne, 6 mai 1937.

33 Journal de l’Ouest, 4 mai 1937.

34 Avenir de la Vienne, 27 août 1938.

35 Avenir de la Vienne, 21 septembre 1937.

36 Avenir de la Vienne, 16 novembre 1938.

37 Avenir de la Vienne, 28 avril 1925. Voir également Journal de l’Ouest, 21 mars 1925 : « Interrogée cette dernière a avoué en expliquant que c’est la misère qui l’a poussée à commettre son acte, son mari ne lui donnant pas assez d’argent pour subvenir aux besoins du ménage. »

38 Avenir de la Vienne, 22 septembre 1926 : « Elle reconnaît les faits en pleurant et dit que c’est parce que son mari la laissait sans argent. Le tribunal pris de pitié devant cette malheureuse, complètement sourde et dans un état de grossesse avancée, et qui tient un gamin de deux ans avec elle, ne la condamne qu’à 48 heures de prison avec sursis. »

39 Virginie Berger, « Le vol nécessaire au xixe siècle. Entre réalité sociale et lacune juridique, une histoire en construction » dans Le temps de l’histoire, hors série : Histoire et justice, panorama de la recherche, novembre 2001, p. 241-251.

40 Journal de l’Ouest, 8 mai 1935.

41 Journal de l’Ouest, 5 octobre 1928.

42 Journal de l’Ouest, 19 octobre 1922.

43 Avenir de la Vienne, 22 septembre 1923 : « Une femme infidèle : elle le quittait en emportant l’argent disponible, une somme de 600 francs. Elle indiquait quelle renverrait cette somme le 15 septembre. Elle avait pris en outre des ustensiles de ménage et les papiers. »

44 Journal de l’Ouest, 10 juin 1933 : « Trois jeunes gens de Châtellerault ou des environs de cette ville se trouvaient au débit où ils consommèrent. Charmés par les beaux yeux de la belle ils décidèrent de la faire partir avec eux. Ils n’eurent d’ailleurs pas grand mal à décider la jeune bonne qui tenta l’aventure. Nantie de ces trois chevaliers servants, elle prie le train aux Barres pour Poitiers. Préalablement, considérant sans doute que sans argent, elle ne pouvait aller loin, l’ingrate s’était munie du précieux viatique. »

45 Avenir de la Vienne, 6 juillet 1920.

46 Avenir de la Vienne, 31 janvier 1939.

47 Avenir de la Vienne, 31 mai 1925 : « Dans la nuit du 22 au 23 courant, au cours d’une scène de ménage, Mme Juteaux, du village de Lavoux, commune de Berrie, décida de quitter son mari sur le champ et c’est en tenue très légère qu'elle mit son projet à exécution. Chaussée des sabots de son mari, elle partit dans la nuit froide et pluvieuse. Chemin faisant, le froid la rappela à la réalité et elle décida de se mieux vêtir coûte que coûte. Elle traversa l’habitation d’une de ses voisines, Mme Audain, qui avait remisé dans son hangar différents effets à sécher. Il vint à l’idée de Mme Juteaux de s’emparer de ces hardes pour se vêtir. Un grand couvre-pieds, un tablier de toile blanche, et un sac à main de même couleur la tentèrent. Enroulée de ces vêtements de fortunes, et laissant sur place les lourds sabots, elle partit dans la nuit telle un fantôme nocturne [...]. Elle n’a que 29 ans et est mère de 7 enfants. »

48 Avenir de la Vienne, 13 avril 1919 : « Malgré ses 69 ans, Lampernesse est parvenue à séduire la femme S [...], mère de deux enfants dont il était le pensionnaire et qu’il a emmenée avec lui, ainsi que son mobilier après avoir porté des coups à son malheureux mari. »

49 Avenir de la Vienne, 10 juillet 1925. « Morisset travaillait chez M. Alfred Popard, à Mirebeau. Le 28 mars, il partit et le 1er avril, la femme de son patron, qui était devenu sa maîtresse, le rejoignit en lui apportant 41 000 francs en bons de la défense nationale et 2800 francs en espèces, qu'elle avait dérobés à son mari. »

50 Journal de l’Ouest, 25 février 1936 : « La fugitive fut retrouvée à Hendaye, en route vers le Portugal, où tous deux allaient s’embarquer pour l’Amérique du sud, on devine vers quelles aventures. »

51 Avenir de la Vienne, 11 août 1927 : « Le coupable se rendit à Nantes mais le brouillard survint rapidement dans le faux ménage. L’épouse infidèle regagna le domicile et le mari pardonna. Il est probable que Trinquet obtiendra moins facilement le pardon et même l’indulgence des juges devant lesquels il va être appelé à comparaître. »

52 Danielle Laberge, « Les recherches sur les femmes criminalisées : questions actuelles et nouvelles questions de recherche », Annales internationales de criminologie, 29, 1, 1990, p. 21-41.

53 Voir par exemple l'Avenir de la Vienne, 22 février 1922.

54 Journal de l’Ouest, 19 mars 1922.

55 Journal de l'Ouest, 5 décembre 1928 : « Marthe Hanau est le type parfait de la femme d’affaires, tenant à montrer plus de poigne et plus d’estomac qu’un homme. Large, forte, sanguine, elle créait organisait, décidait [...] allant à son but sans se laisser arrêter par aucune considération prononçant des arrêts laconiques, tranchant tout et dirigeant tout avec une autorité tranchante [...] Une forte femme ! » Voir également l’article de François Dubasque dans le présent volume.

56 Avenir de la Vienne, 3 juin 1919 : « Décidément nos futures électrices ne veulent pas attendre les périodes électorales de l’avenir pour se battre si l’on en juge par le défilé aujourd’hui devant le tribunal correctionnel. Il y a eu guet-apens à propos d’une poule égarée que Mlle Pain accusait Mme Gabard de lui avoir subtilisé. Il y eut une bousculade, on roula par terre et un violent crêpage de chignon, à tel point que les épingles à cheveux firent couler du sang. Ce récit du drame pour Mlle Pain déchaîne un fou rire général qui gagne même son adversaire. »

57 Avenir de la Vienne, 20 juin 1919 : « Rencontrant sur la voie publique, le 29 mai dernier, la fille galante Denise H [...] engage conversation avec elle. La fille les emmena chez elle, rue de la Celle et là, on s’amusa. Mais contrairement à ce qu’elle attendait, Denise fut très étonnée de s’entendre réclamer de l’argent par les trois loustics, qui pensaient certainement que maintenant que les femmes vont être électeurs et éligibles – citoyennes égales aux hommes – c’était bien leur tour de payer. En tout cas, comme tout augmente, ils demandèrent chacun 20 francs et ils soulignèrent leurs réclamations par des menaces qui épouvantèrent la jeune fille laquelle leur donna 15 francs pour être débarrassée des vauriens. »

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540