Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Impossibles victimes, impossibles coupables

 | 
Frédéric Chauvaud
, 
Gilles Malandain

Troisième partie. Femmes déviantes et figures héroïques

Une « virago » de la finance devant la justice : l’affaire Marthe Hanau

François Dubasque

Texte intégral

  • 1 Léon Daudet, « Marthe Hanau s’est suicidée », L'Action française, 22 juillet 1935.

1Trois jours après le décès de Marthe Hanau, Léon Daudet écrit en guise d’épitaphe dans L’Action française : « Cette femme entreprenante aura été, avec la grande Thérèse de l’affaire Humbert, une des viragos de la République1. » Étymologiquement, le substantif féminin « virago » vient de vir : « l’homme », et de agere qui signifie « contrefaisant ». Il s’emploie donc pour désigner une femme aux manières d’un homme, robuste et autoritaire.

2Marthe Hanau est sans nul doute une des rares femmes de son époque à pénétrer le monde masculin de la finance et de la bourse. Née à Paris en 1886 dans une famille de petits commerçants juifs originaires d’Alsace, elle se lance rapidement dans les affaires et profite de la reprise économique dans les années 1920 pour réaliser de grandes opérations spéculatives. En décembre 1928, elle est inculpée de manœuvres frauduleuses, abus de confiance et détournement de fonds. Cette escroquerie réunit tous les ingrédients d’un énorme scandale. Elle implique en effet le pouvoir politique jusqu’au plus haut niveau, la presse et les milieux financiers. Mais la particularité de cette affaire repose aussi sur la personnalité de l’accusée. D’une force de caractère exceptionnelle, Marthe Hanau se présente en victime injustement persécutée par les grandes puissances financières et les pouvoirs publics.

  • 2 Dominique Desanti, Marthe Hanau, la banquière des années folles, Paris, Fayard, 1968, 249 p.
  • 3 Propos recueillis par Henry Béhar, Première, no 41, août 1980.

3Ce destin d’exception a inspiré à Dominique Desanti un ouvrage intitulé La banquière des années folles2, publié en 1968, qui porte l’empreinte du féminisme militant de son auteur. Il a également été porté à l’écran par Francis Girod, réalisateur de La banquière en 1980. Dans une interview accordée en août 1980 au magazine Première, Girod explique avoir délibérément choisi de créer un mythe en sublimant le personnage réel à travers le destin d’Emma Eckhert interprétée par l’élégante Romy Schneider3.

4Mais quelle réalité se cache justement derrière le mythe Hanau : femme criminelle ou figure héroïque ? Quelle place cette femme de pouvoir a-t-elle réellement occupé dans la société de l’entre-deux-guerres ? Quelle est la nature de ses relations avec les élites politiques, économiques et judiciaires ? Sa féminité constitue-t-elle un facteur aggravant ou au contraire atténuant dans l’appréciation de sa responsabilité ? Pour tenter d’apporter quelques éléments de réponse à ces questions, il importe de décrire l’ascension d’une femme émancipée, la qualification de son crime au regard de la loi mais aussi aux yeux de l’opinion, enfin les différents rapports de force en jeu dans cette affaire.

Une femme émancipée

5Tant dans le domaine professionnel que dans sa vie personnelle, Marthe Hanau est une femme émancipée.

Une femme de pouvoir

6Dans l’immédiat après-guerre, elle connaît des débuts professionnels multiformes. Dans le sillage de son mari, Lazare Bloch, elle rachète une affaire de toile à Lille : le Comptoir des textiles du Nord. Après l’échec de cette entreprise, et une fois son divorce prononcé en 1922, elle conduit désormais personnellement ses affaires. En 1925, elle fonde le Groupement technique de gérance financière. Cette société propose de négocier pour ses clients des valeurs mobilières auprès des agents de change tout en menant ses propres opérations de banque et de bourse. Sous couvert d’une campagne de défense de la monnaie nationale, le journal financier La Gazette du franc, que Marthe Hanau crée la même année, oriente habilement les lecteurs vers les titres auxquels s’intéresse sa société. Les épargnants-actionnaires potentiels sont invités à se constituer en syndicats gérés par le Groupement en vue d’augmenter le capital d’investissement tout en limitant les risques.

  • 4 Notamment celle du journal cartelliste Le Quotidien de Jean Hennessy et d’Henri Dumay, de La Rumeur(...)

7D’existence fragile durant ses deux premières années, l’entreprise Hanau va rapidement monter en puissance : en octobre 1926, elle compte une centaine d’employés, dix agences possédant plusieurs succursales en province, et gère 1 500 comptes de clients. Avec les profits engrangés, la société achète un immeuble rue de Provence à Paris estimé à 9 millions de francs. Elle s’y installe avec La Gazette du franc, en juillet 1928. Marthe Hanau décide alors de diversifier ses activités : de nouvelles entreprises sont créées telles la Société d’exploitation foncière, spécialisée dans la promotion immobilière, qui fait l’acquisition d’un golf à Chantilly et de terrains sur la Côte d’Azur, et Interpresse, agence d’information économique et financière qui publie un bulletin quotidien et afferme la publicité financière de plusieurs journaux4. Les premiers syndicats d’actionnaires formés sont dissous et remplacés par cinq sociétés émettrices de bons à participation. Dès septembre 1928, un holding – la Compagnie générale financière et foncière – supervise cet ensemble de sociétés consacrées aux opérations boursières et foncières. La publicité financière, l’action des démarcheurs du groupe et les « conférences de propagande » organisées par La Gazette du franc attirent les souscripteurs en nombre de plus en plus important : pour la seule année 1928, le montant des souscriptions est d’environ 130 millions de francs. À ce moment, l’entreprise Hanau, dont le capital s’élève à 20 millions de francs, compte désormais 500 employés, gère 7 000 comptes clients et traite 300 000 francs de titres par jour.

8Parvenue de la banque, Marthe Hanau, surnommée « la présidente » ou « la patronne », a donc progressivement acquis une véritable stature de femme d’affaires. Sans bénéficier encore d’une vraie respectabilité, elle jouit néanmoins d’une certaine crédibilité sur la place financière. À son sens réel des affaires, elle ajoute une pratique audacieuse qui la conduit à bousculer les canons classiques du capitalisme. Presque trois-quarts de siècle après le Crédit mobilier des frères Pereire, elle réintroduit en France un système de fonds d’investissement à l’anglo-saxonne, ancêtres des SICAV. Elle se crée par ailleurs de nombreuses relations dans les milieux économique, politique et mondain. Parmi ses premiers collaborateurs, figurent le comte Maurice de Courville, ancien directeur des établissements Schneider, et le député Charles Bertrand, secrétaire général de l’Union nationale des combattants, qui occupe le poste de rédacteur en chef de La Gazette du franc en 1925-1926. Par le biais de réseaux de solidarité juifs, elle obtient également le soutien financier du richissime Léonard Rosenthal, négociant en perles fines.

Une « garçonne »

  • 5 Archives nationales (AN), ronds Le Journal, 8 AK 463 : procès de Marthe Hanau. Audience du 19 mars (...)
  • 6 AN, F7 14 689 : affaire Hanau.

9Dans son entourage immédiat, affaires et vie privée sont cependant étroitement liées. Maîtresse-femme, « la présidente » sait se faire obéir et respecter de ses employés. Mais « jolie femme même dans ses rondeurs, jolis yeux, une petite bouche, une main potelée, adroite et éloquente5 », elle sait également jouer de son pouvoir de séduction. Plusieurs témoignages concordants révèlent que, grâce à son irrésistible magnétisme, elle s’assure le dévouement sans limite de ceux qui travaillent pour elle et la fidélité de ses proches. Son ex-mari participe ainsi toujours de très près à ses différentes activités. Elle noue par ailleurs une relation ambiguë avec Delphine Joseph-Polack, dit Josèphe, fille d’un grand bijoutier de la rue de la Paix. Un rapport de la Sûreté générale, le 24 juillet 1928, précise : « Mme Hanau et Mme Joseph-Polack sont liées d’une grande affection : une affection – dit-on – si chaude que la malignité publique n’a pas hésité à l’expliquer par une communauté de goût pour des pratiques auxquelles l’antique Lesbos a attaché son nom6. » Quoi qu’il en soit, Josèphe finance plusieurs opérations de Marthe Hanau et lui reste très proche, même après l’arrivée du journaliste Pierre Audibert. Nommé rédacteur en chef puis directeur de La Gazette du franc en 1928, ce dernier semble pourtant avoir pris la place de Josèphe dans le cœur de Marthe.

  • 7 Victor Margueritte, La garçonne, Paris, Flammarion, 1922.
  • 8 AN, série BB18 6731 : correspondance de la division criminelle du ministère de la Justice.

10Par certains aspects, le mode de vie de Marthe Hanau rappelle celui de Monique Lherbier, La garçonne de Victor Margueritte7. Tout comme l’héroïne de ce roman à succès des années folles, Marthe Hanau choisit de mener, avec la même liberté de mœurs que les hommes, une vie de luxe. Propriétaire d’un hôtel particulier à Boulogne-sur-Seine, elle dépense sans compter. Elle commande sa garde-robe chez Lanvin, en particulier une pelisse brune doublée de loutre et une autre de petit-gris, achète cinquante paires de chaussures d’un coup et n’hésite pas à s’offrir un solitaire à 900 000 francs. Elle fréquente également avec assiduité les casinos de Deauville et y joue des sommes importantes. Au moment de son arrestation, sa fortune personnelle est estimée à près de 5 millions de francs8.

11Marthe Hanau est en quelque sorte une « garçonne de la finance » : femme émancipée, femme de pouvoir dirigeant personnellement ses affaires, mais aussi femme à scandale dont l’ascension fulgurante se brise à la fin de l’année 1928.

Réalité et mythe de la femme criminelle

12À l’image de la divinité grecque Hécate, Marthe Hanau cache derrière le masque de l’opulence matérielle une zone d’ombre qui, une fois révélée, a contribué à entretenir le mythe.

Sa part d’ombre : une escroqueuse

13Arrêtée le 4 décembre 1928, Marthe Hanau est condamnée le 28 mars 1931 à deux ans de prison et 3 000 francs d’amende pour escroquerie et abus de confiance par la 11e chambre du tribunal correctionnel de la Seine, à l’issue de cinquante-sept audiences et d’un procès émaillé d’incidents. Dans un jugement de 166 pages ayant nécessité trois heures de lecture, le président du tribunal Gautier fait tout d’abord ressortir les nombreuses insuffisances dans la gestion des affaires de la banquière. Aucune comptabilité n’a été tenue pendant les deux premières années d’existence de son groupe. Elle est par la suite écrite au crayon sur des feuilles volantes de toutes dimensions. Le magistrat s’attache ensuite à démontrer le caractère frauduleux du système Hanau. Il rappelle à cet égard que l’une des missions de la justice consiste à protéger l’épargne populaire des spéculateurs et à préserver la moralité du crédit. Si le droit pénal des affaires est encore peu développé à cette époque, les articles 405 et 408 du code pénal visent toutefois l’escroquerie et l’abus de confiance. Or, le système élaboré par cette femme d’affaires repose sur un journal faussement présenté comme une œuvre de crédit public. La publication de tableaux de bénéfices mensongers comme la distribution de bénéfices fictifs ont contribué aux nombreuses souscriptions vers des sociétés non moins fictives. Les titres remis par les clients en règlement de leur participation syndicataire sont parfois indûment aliénés. Lorsqu’ils exigent de retirer leurs placements, certains clients mécontents ne peuvent être remboursés que grâce aux fonds ou titres versés par les nouveaux venus. L’escroquerie vis-à-vis des souscripteurs est estimée au bout du compte à une centaine de millions de francs, et le passif ramené – après expertise des biens – à un montant inférieur à 50 millions.

  • 9 La Libre Belgique, 23 octobre 1930.

14Marthe Hanau n’en est d’ailleurs pas à sa première tromperie. Elle a fait l’objet de nombreuses poursuites judiciaires. En 1915, une affaire de produits de beauté lui a déjà valu une condamnation à 50 francs d’amende pour infraction à la vente de produits pharmaceutiques et de substances vénéneuses. En 1917, elle est de nouveau condamnée à 100 francs d’amende pour tromperie sur la qualité de la marchandise vendue après avoir fait le commerce pour l’Armée, avec son mari, de réchauds portatifs et de nécessaires de premiers secours contenant « le tube du soldat », un mélange à base de café et de rhum. Marthe Hanau est donc considérée comme une incurable récidiviste et la liste de ses ennuis judiciaires dans le prolongement de l’affaire de La Gazette du franc est une autre illustration de ses égarements. Le 14 octobre 1930, quelques mois après sa mise en liberté provisoire, elle obtient ainsi du tribunal de commerce l’homologation du concordat signé avec ses créanciers, par lequel elle s’engage à leur rembourser la totalité de sa dette en 5 ans. La Banque européenne pour le commerce et l’industrie, établissement financier belge, garantit cet accord. Or, dix jours plus tard, la presse belge révèle que cet établissement n’est pas solvable car son capital est en fait pour moitié entre les mains de Marthe Hanau9 ! En mai 1934, la banquière fait l’objet d’une nouvelle condamnation : elle écope de six mois de prison et 300 francs d’amende pour infraction aux lois sur les sociétés et escroquerie.

15Elle défraie donc la chronique judiciaire à intervalles réguliers. Cette récurrence donne d’elle dans la presse et l’opinion une image qui relève davantage du monde de l’imaginaire et du fantasme que de la réalité.

Le fantasme de la virago

  • 10 Michèle Perrot dans Chritine Bard, Frédéric Chauvaud, Michelle Perrot et Jacque-Guy Petit (dir.), F (...)
  • 11 Frédéric Chauvaud dans C. Bard, F. Chauvaud, M. Perrot et J.-G. Petit (dir.), Femmes et justice pén (...)
  • 12 AN, fonds Le Journal, 8 AR 463 : procès de Marthe Hanau. Audience du 7 mars 1931, réquisitoire du s (...)
  • 13 1700 plaintes sur les 2 500 recueillies au cours des commissions rogatoires sont retirées en 1930.

16« Mère Hanau », « diablesse », « walkyrie », « virago », « femme-homme » : tous ces qualificatifs dont la presse affuble la banquière traduisent l’imaginaire véhiculé dans l’opinion vis-à-vis de la criminalité féminine. Comme le souligne Michèle Perrot, dans ce type de représentation, la femme n’est pas normalement criminelle sauf à atteindre un degré de perversité supérieur à celui de l’homme10. Ces préjugés à l’égard des femmes sont d’ailleurs largement partagés par les hommes qui sont chargés de les juger. Dans l’entre-deux-guerres, les empoisonnements, vols à l’étalage et abandons d’enfant constituent l’essentiel de la criminalité féminine11. Ceci peut expliquer que le caractère plus exceptionnel de son crime fasse de Marthe Hanau la cible d’opinions hâtives et préconçues. Le réquisitoire prononcé par le substitut du procureur lors de son procès en 1931 en donne une parfaite illustration. Marthe Hanau est selon lui « une nature étrange qui présente à la fois un cerveau d’homme d’affaires et toute l’astuce et la perfidie d’une femme aventurière12 ». Il la décrit comme un monstre froid et cynique, dépourvu de scrupule. Certaines de ses conclusions relèvent carrément d’un monde irrationnel : ainsi, seule la sorcellerie pourrait expliquer pourquoi plusieurs victimes de Marthe Hanau se présentent à l’audience pour plaider son innocence. De ce point de vue, il rejoint l’étonnement du président du tribunal sur l’acceptation par la majorité des créanciers du concordat proposé par Marthe Hanau, malgré l’escroquerie avérée13.

  • 14 À ce sujet, Hubert Bonin, « Les banques et l’opinion publique », communication présentée au colloqu (...)

17Plus largement, dans le contexte économique du début des années 1930, le cas de Marthe Hanau focalise une double crainte : celle des femmes et celle des banquiers. « Une femme qui gère son portefeuille est une femme de tête. Une femme qui gère le portefeuille des autres est une aventurière », peut-on lire dans la presse en écho aux propos du substitut. Le monde de la finance doit rester un domaine de compétence masculine. Dans une conjoncture économique déprimée, la spéculation devient par ailleurs la hantise de l’opinion. Les rancœurs s’accumulent à l’encontre des manieurs d’argent et spéculateurs, rendus responsables des krachs boursiers et bancaires14. Elles font aussi ressurgir des relents d’antisémitisme. Les 23 et 30 septembre 1928, Hervé Le Grand dirige ainsi dans L’Action française une campagne « contre les banquiers et coulissiers d’origine judéo-germanique qui captent l’épargne populaire ». « Dans les différents bureaux – ajoute-t-il – glisse la silhouette inquiétante d’une femme allemande, chuchote-t-on. » Soupçonnée d’avoir eu recours à des capitaux allemands et russes, Marthe Hanau n’échappe pas aux accusations de cosmopolitisme et d’antipatriotisme. Enfin, les fréquentes révélations de corruption mettent en exergue la collusion entre banques, presse et milieu politique. L’affaire de La Gazette du franc s’inscrit donc dans un contexte marqué par l’irritation croissante de l’opinion à l’égard de ce phénomène. Elle provoque une onde de choc qui dépasse largement le personnage de Marthe Hanau.

Une victime expiatoire ? L’affaire Hanau

Sa part de vérité : un déni de justice

18À l’image véhiculée par la presse de la femme criminelle, Marthe Hanau oppose celle d’une héroïne injustement persécutée. Durant son procès, elle s’érige en championne d’un capitalisme rénové et plus démocratique qui, grâce à La Gazette du franc, a rendu l’information financière accessible au grand public. Une fois son journal mis en faillite, elle multiplie les initiatives destinées à la représenter comme porte-parole des petits épargnants. Dès 1930, elle lance un nouvel organe de presse, Forces, qui contient une rubrique « Mr Tout le monde et la bourse ». Elle fonde la même année une Ligue des capitalistes-épargnants qui compte près de 15 000 adhérents. En 1932, elle crée enfin un service d’informations financières sur abonnement intitulé, de manière symptomatique, « Le secret des dieux ». Elle cherche en effet à donner à son action l’apparence d’un combat contre les Goliath de la banque qui seraient indisposés par ses pratiques financières avant-gardistes. Cette posture constitue sa ligne de défense. Dans un article intitulé « Marthe Hanau victime », publié dans Forces le 10 avril 1932, elle se dit persécutée par l’oligarchie des puissances financières. Elle vise en particulier la Banque de Paris et des Pays-Bas, ainsi que l’Agence Havas et le quotidien Le Journal dont le co-directeur administratif, Pierre Guimier, est directeur adjoint d’Havas et homme lige d’Horace Finaly, patron de la Banque de Paris et des Pays-Bas.

  • 15 Marthe Hanau, La vérité sur l’affaire de la Gazette du franc, Paris, éd. de l’imprimerie moderne, 1 (...)
  • 16 Grenoble (1er mars 1931), Valenciennes (13 mars), Nice (12 avril), Rouen (8 mai), Caen (12 mai), Ly (...)

19En dehors du journal Forces, elle mobilise différents outils de propagande pour révéler l’existence de ces réseaux de complicité. Durant sa détention, elle rédige un ouvrage intitulé La vérité sur l’affaire de la Gazette du franc15. À sa publication le 8 juin 1929, elle l’adresse aux parlementaires, rédacteurs en chef des grands journaux parisiens et aux magistrats des tribunaux de la Seine. Avant puis surtout après son procès, elle organise aussi une série de conférences à succès à Paris et en province sur le thème « les scandales financiers et judiciaires de l’affaire de La Gazette16 » où elle n’hésite pas à mettre en cause les hommes politiques, policiers et magistrats accusés d’être à la solde des grandes banques. Elle s’estime victime d’un déni de justice : « La justice est pourrie et lorsque je suis en face d’un de ses représentants, je suis heureuse de le dire », déclare-t-elle dans le cabinet d’un juge en avril 1932.

20Qu’en est-il réellement ? Marthe Hanau est-elle, comme elle le prétend, la victime expiatoire d’un complot fomenté par les acteurs de la haute finance capables, selon elle, de mobiliser à leur profit les rouages de l’État ? Plusieurs clefs de lecture doivent être envisagées pour comprendre les enjeux de cette affaire.

Quelques clefs de lecture de l’affaire Hanau

21L’affaire Hanau est la résultante d’un rapport de force très inégal entre une femme d’affaires peu scrupuleuse d’un côté et quatre acteurs institutionnels solidaires entre eux de l’autre.

  • 17 Maurice Privat, Le scandale de « La Gazette du franc », Paris, P. Souval, 1929 ; et Haute finance e (...)
  • 18 AN, fonds Le Journal, 8 AR 463 : procès de Marthe Hanau. Audience du 2 janvier 1931 : déposition de (...)

22Dans deux ouvrages publiés en 1929 et 1930, le publiciste Maurice Privat accuse les banques d’avoir étranglé Marthe Hanau17. Ces assertions, qui font écho aux propos de Marthe Hanau elle-même, n’ont cependant rien de fantaisistes. Le rapport de police déjà évoqué, en date du 24 juillet 1928, ne relève encore aucune infraction pénale dans les opérations de la banquière. Il signale en revanche l’inquiétude des milieux boursiers et bancaires face la concurrence croissante que leur livre le groupe Hanau. Plusieurs témoignages recueillis lors des audiences du procès vont dans ce sens : le 2 janvier 1931, un cadre de la Société générale révèle au tribunal que les démarcheurs de La Gazette auraient réussi à détourner de sa banque plusieurs centaines de milliers de francs de titres18. Dès lors, pour ces grands établissements, l’enjeu est clairement de lutter contre une forme de capitalisme qu’ils qualifient de « plébiscitaire », reposant en fait exclusivement sur l’épargne populaire. Ils sont à l’origine des premières rumeurs de banqueroute de La Gazette. À l’automne 1928, cette campagne est relayée par les journalistes financiers : dans les journaux spécialisés d’abord, puis dans des feuilles à audience plus large ; il en est ainsi dans Le Journal dont on a déjà souligné les liens avec la Banque de Paris et des Pays-Bas d’Horace Finaly.

23Avec l’intervention du milieu politique, l’affaire Hanau prend une nouvelle dimension. Le 29 novembre 1928, le président du Conseil Poincaré annonce en Conseil des ministres son intention d’assainir la place financière des banquiers véreux, à commencer par Marthe Hanau. Il compte tirer un triple bénéfice de cette décision : satisfaire les banques à l’heure où la Banque de Paris et des Pays-Bas vient de consentir une avance au Trésor public ; faire oublier son interview à La Gazette du franc du 14 avril 1928 et son usage à des fins commerciales ; mettre la gauche en difficulté étant donné la proximité de certains de ses représentants avec Marthe Hanau. C’est en effet Pierre Audibert qui a introduit Marthe Hanau dans le milieu genevois au sein duquel gravite une fraction de la gauche française. Ancien directeur de cabinet d’Anatole de Monzie au ministère du Travail, il a fondé en 1927 le journal L’Observateur européen pour défendre l’action de la SDN et l’entente franco-allemande. En décembre de la même année, il est engagé par la banquière pour diriger, dans le même esprit, un supplément de La Gazette du franc intitulé La Gazette des nations dont le premier numéro sort le 14 janvier 1928. C’est à cette époque qu’il lui présente Philippe Berthelot, secrétaire général du Quai d’Orsay, et son adjoint Peycelon, Henry de Jouvenel, Joseph Paul-Boncour et Jérôme Lévy, représentants de la France à la SDN, Jean Hennessy, ambassadeur de France en Suisse et propriétaire du journal cartelliste Le Quotidien, et bien sûr Aristide Briand. Anciennes figures du Cartel des gauches, ces deux derniers détiennent dans le gouvernement Poincaré formé en novembre 1928 les portefeuilles respectifs de ministres de l’Agriculture et des Affaires étrangères.

  • 19 AN, F7 14 689 : affaire Hanau. Rapport de la Sûreté générale, 11 avril 1932.

24Marthe Hanau a-t-elle été l’instrument d’une entreprise de démolition du Cartel des gauches ? Plusieurs indices tendent à le faire croire. Entre la réception, en octobre 1928, d’un nouveau rapport de police plus alarmant sur les activités de la banquière et la décision prise fin novembre par Poincaré de poursuivre l’affaire, le paysage politique a changé. À l’issue du congrès d’Angers du 4 novembre 1928, les radicaux-socialistes ont en effet rompu l’union nationale et basculé dans l’opposition de gauche. À cet égard, il importe de souligner que la chronologie des ennuis judiciaires de Marthe Hanau épouse remarquablement celle des alternances politiques. En avril 1932, durant la campagne des élections législatives, la banquière, qui s’en est prise au ministre des Finances Flandin, est de nouveau emprisonnée sous quatre chefs d’inculpation : vol et recel de documents, spéculation illicite, outrage à magistrat et escroquerie19. Après la victoire électorale du second Cartel des gauches, elle est rapidement remise en liberté pour raisons de santé. Cette nouvelle affaire, l’appel de la précédente et son pourvoi en cassation sont ensuite jugés en l’espace de 8 mois à peine, entre mai 1934 et février 1935. Or, sur le plan politique, cette période correspond à la chute du second Cartel au lendemain des émeutes du 6 février 1934, et à son remplacement par un nouveau gouvernement d’union nationale conduit par Doumergue, puis par Flandin.

  • 20 Marthe Hanau, La vente sur l'affaire de la Gazette du franc, op. cit., annexe II, p.
  • 21 AN, série BB18 6733 : correspondance de la division criminelle du ministère de la Justice.

25La coïncidence entre les condamnations et emprisonnements de Marthe Hanau d’un côté, les changements de majorité de l’autre, met par ailleurs en évidence la subordination de la justice au pouvoir politique. Dans une lettre qu'elle adresse le 12 mars 1929 au président Poincaré, Marthe Hanau écrit : « Le 3 décembre 1928, vous avez, en jetant le poids de votre autorité et de votre fonction dans la balance de la justice, provoqué ce que l’opinion publique appelle le krach de La Gazette du franc. Ce jour-là, vous fûtes le seul plaignant. Aujourd’hui encore et par vous, le pouvoir politique intervient dans la marche de l’instruction ouverte à votre initiative20. » De fait, une fois les consignes de Poincaré données en Conseil des ministres, c’est dans le bureau du garde des Sceaux qu’est prise la décision d’ouvrir une information judiciaire et d’arrêter Marthe Hanau. Cette affaire illustre la forte influence du garde des Sceaux sur la magistrature debout. Le procureur général intervient ainsi régulièrement dans l’instruction. Lorsque le Parquet fait appel de la décision rendue contre Marthe Hanau le 28 mars 1931, c’est sur ordre du ministre de la Justice qui l’estime trop clémente21. De la même manière, c’est sur les instructions du président du Conseil André Tardieu qu’est ouverte, le 8 avril 1932, une nouvelle information contre la banquière.

26Le croisement des archives judiciaires et policières met donc en lumière la complexité d’une affaire où la coupable désignée, tout comme ses juges, sont instrumentalisés à des fins politiques.

27Au final, il n’est pas inutile de ramener cette affaire à sa juste proportion : il s’agit somme toute d’une banale escroquerie comme la France en a connu beaucoup d’autres durant cette période, portant sur des sommes quatre à cinq fois inférieures à celles engagées dans les affaires Oustric et Stavisky. En revanche, le fait que l’escroc soit une femme n’est pas étranger à la médiatisation de ce scandale. Les rapports hommes-femmes, leurs places respectives dans la société française de l’entre-deux-guerres, et la perception masculine du rôle des femmes conditionnent la conduite de ses différents protagonistes. Une grille de lecture sexuée se justifie donc totalement pour appréhender les enjeux de l’événement. Pour autant, ce serait commettre un contre-sens que de présenter la trajectoire de Marthe Hanau comme une forme de résistance à l’oppression masculine. « La présidente » n’est pas une militante féministe. À aucun moment, elle ne fait de son procès une tribune de revendications féministes.

  • 22 Le 13 juillet 1934, la cour d’appel condamne Marthe Hanau à trois ans de prison et 3000 francs d’am (...)
  • 23 Le Matin, 23 février 1935.

28Si le nom de Marthe Hanau reste gravé dans les annales judiciaires, au même titre que ceux de Thérèse Humbert et de Mme Caillaux, c’est avant tout en raison de sa personnalité hors du commun. Femme tenace et déterminée, elle est sans cesse à l’offensive au cours de son procès. Dans L’Écho de Paris du 30 octobre 1930, le journaliste Henri Espiau illustre ainsi le déroulement d’un début d’audience : « Dans le prétoire, la « présidente » occupe une place à part. D’épais dossiers sont devant elle sur une petite table et elle a, comme à l’ordinaire, l’attitude d’une conférencière qui attend, très à l’aise, le moment où elle devra prendre la parole. » Outre ses multiples tentatives procédurières, elle utilise les moyens les plus radicaux pour défendre sa cause. Le 1er mars 1930, elle entame une grève de la faim à la prison Saint Lazare. Transportée d’urgence à l’hôpital Cochin le 12 mars, elle s’en échappe dix jours plus tard après avoir été alimentée de force et rejoint seule sa cellule. Après sa condamnation à une peine plus lourde en appel et le rejet de son pourvoi en cassation22, son arrestation par les policiers, le 22 février 1935, est particulièrement mouvementée : elle sort un revolver de son sac et menace d’en faire usage contre elle-même23. Incarcérée à Fresnes, elle se suicide par absorption de barbituriques dans la nuit du 14 au 15 juillet 1935. Elle décède le 19 juillet après une longue agonie.

29En définitive, Marthe Hanau se caractérise par l’ambivalence constante femme criminelle-femme victime. Par certains aspects, sa vie ressemble à celle d’une héroïne de tragédie grecque luttant jusqu’à la mort contre un destin qui la dépasse. Ce trait distinctif lui attire autant les sympathies que son inclination au crime lui vaut des haines tenaces. Les antagonismes de cette personnalité ambiguë ont ainsi suscité à l’époque une certaine fascination et contribué à créer le mythe Hanau.

Annexes

ANNEXE. Chronologie de l’affaire Hanau

6 mars 1925 : création de la Société de La Gazette du franc.

21 mars 1925 : lancement de La Gazette du franc.

1er août 1925 : création du Groupement technique de gérance financière.

Juillet 1926 : démission de Charles Bertrand de son poste de rédacteur en chef.

Août 1926 : La Gazette du franc est transformée en société anonyme.

Octobre 1926 : le Groupement technique s’installe 94 rue Saint Lazare.

8 avril 1927 : création d’une Société des exploitations foncières.

30 novembre 1927 : note de la Sûreté générale sur La Gazette.

22 décembre 1927 : conférence de Pierre Audibert à Lille sous le patronage de La Gazette.

14 janvier 1928 : en supplément de La Gazette du franc, parution du 1er numéro de La Gazette des nations.

21 janvier 1928 : déclaration d’Aristide Briand sur la paix dans La Gazette du franc.

15 février 1928 : Pierre Audibert devient rédacteur en chef de La Gazette du franc.

14 avril 1928 : déclaration de Poincaré dans La Gazette du franc.

1er juin 1928 : affermage de la publicité financière du Quotidien.

25 juin 1928 : Audibert adresse à Aristide Briand une demande d’attribution de la Légion d’honneur à Marthe Hanau.

26 juin 1928 : affermage de la publicité financière de La Rumeur.

Juillet 1928 : le groupe s’installe 124-126 rue de Provence. Création d’Interpresse.

Juillet 1928 : Lazare Bloch est reçu en audience par Mussolini.

24 juillet 1928 : note de la Sûreté générale sur La Gazette du franc.

27 août 1928 : numéro spécial de La Gazette du franc et des nations en l’honneur du pacte Briand-Kellog.

Août-septembre 1928 : création de la Compagnie générale financière et foncière

23 au 23 septembre 1928 : campagne de presse dans L’Action française.

23 octobre 1928 : le directeur de la Sûreté générale transmet le rapport sur les activités de Marthe Hanau au président du Conseil et ministre des Finances, Raymond Poincaré.

4 novembre 1928 : congrès radical-socialiste d’Angers. Rupture de l’union nationale.

11 novembre 1928 : rencontre entre Poincaré et Horace Finaly pour une avance de la Banque de Paris et des Pays-Bas au Trésor public.

20-23 au 23 novembre 1928 : série d’articles diffamatoires dans La Rumeur.

29 novembre 1928 : Conseil des ministres. Poincaré décide de poursuivre l’affaire.

30 novembre 1928 : articles dans Le Journal et L'Ami du peuple : « Les placements suspects ».

2 décembre 1928 : réunion au ministère de la Justice, en présence du garde des Sceaux et du procureur général de Paris, au sujet du groupe Hanau.

3 décembre 1928 : Marthe Hanau, accompagnée de Maître Dominique, est convoquée chez le procureur de la République Pressard. Ouverture d’une information sur ses entreprises.

4 décembre 1928 : Marthe Hanau est arrêtée.

10 décembre 1928 : le tribunal de commerce prononce la faillite de la Gazette du franc.

3 janvier 1929 : Pierre Audibert est incarcéré à Fresnes.

8 mars 1929 : débat à La Chambre des députés sur l’affaire Hanau : une commission d’enquête est décidée avec laquelle Marthe Hanau refuse de collaborer.

12 mars 1929 : Marthe Hanau adresse une lettre au président du Conseil.

8 avril 1929 : rapport Caziot, expert foncier, rendu public par le juge d’instruction Glard.

23 mai 1929 : première intervention de la Ligue des droits de l’homme en faveur de Marthe Hanau : lettre de Victor Bash au garde des Sceaux Louis Barthou.

8 juin 1929 : Marthe Hanau publie La Vérité sur l’Affaire de La Gazette du franc.

3 juillet 1929 : Rapport Doyer, Gauchet et Mulquin, experts auprès du tribunal de la Seine.

1er mars 1930 : Marthe Hanau entame une grève de la faim à la prison Saint Lazare.

6 mars 1930 : lettre de Marthe Hanau au procureur général dans laquelle elle dénonce un déni de justice à son égard.

8 avril 1930 : remise en liberté provisoire de Marthe Hanau moyennant une caution de 800 000 francs.

Juin 1930 : création du journal Forces sous le nom de Germaine Brunet, compagne de Lazare Bloch.

14 octobre 1930 : le tribunal de commerce homologue le concordat signé avec les créanciers de La Gazette.

30 octobre 1930 : début du procès de Marthe Hanau devant la 11e chambre du tribunal correctionnel de la Seine.

Novembre 1930 : Marthe Hanau a fondé une Ligue des capitalistes-épargnants, dotée d’un organe de presse Les capitaliste-épargnants, dans le but de faire campagne contre les grandes banques.

21 novembre 1930 : création d’une commission d’enquête parlementaire sur les scandales financiers.

4 décembre 1930 : chute du cabinet Tardieu fragilisé par la compromission de Raoul Péret, ministre de la Justice, dans l’affaire Oustric.

29 décembre 1930 : nouvelle intervention écrite du président de la Ligue des droits de l’homme en faveur de Marthe Hanau.

1er mars 1931 : lancement d’une série de conférences sur le thème « les scandales financiers et judiciaires de l’affaire de La Gazette ». Soutien par pétition des créanciers de La Gazette.

28 mars 1931 : condamnation de Marthe Hanau et de Lazare Bloch pour escroquerie et abus de confiance. La peine s’élève à deux ans de prison et 3 000 F d’amende. Les condamnés font appel du jugement de même que le Parquet sur instruction du garde des Sceaux.

31 mars 1931 : Pierre Audibert meurt d’une congestion.

6 juin 1931 : création de la Banque de l’Union publique dont Marthe Hanau est officiellement conseillère technique. La société a son siège rue de Provence.

7 juillet 1931 : Marthe Hanau est victime d’un accident de voiture. Elle reste impotente en dépit d’une opération chirurgicale.

Janvier 1932 : le journal Forces lance un service d’informations financières sur abonnement : Le Secret des dieux.

8 avril 1932 : dans le journal Forces, Marthe Hanau publie des extraits d’un dossier sur l’affaire, remis par le préfet de police Chiappe au ministre des Finances Flandin. Nouvelle information ouverte sur ordre du président du Conseil Tardieu et arrestation de Marthe Hanau.

25 octobre 1932 : Marthe Hanau remise en liberté provisoire pour raisons de santé.

23 mai 1934 : la 10e chambre du tribunal correctionnel de la Seine condamne Marthe Hanau à 3 mois de prison et 200 francs d’amende pour délit de recel de documents volés et outrage à magistrat.

21 juin 1934 : un groupe de créanciers obtient la séquestre du journal Forces.

13 juillet 1934 : la Cour d’appel aggrave la peine de Marthe Hanau à trois ans de prison et 3 000 francs d’amende.

Février 1935 : la chambre criminelle de la Cour de cassation rejette le pourvoi de Marthe Hanau. Son arrestation est mouvementée.

23 février 1935 : Marthe Hanau est incarcérée à la prison de Fresnes.

14 au 14 juillet 1935 : Marthe Hanau se suicide par absorption de barbituriques.

19 juillet 1935 (6 h 20 du matin) : décès de Marthe Hanau.

Notes

1 Léon Daudet, « Marthe Hanau s’est suicidée », L'Action française, 22 juillet 1935.

2 Dominique Desanti, Marthe Hanau, la banquière des années folles, Paris, Fayard, 1968, 249 p.

3 Propos recueillis par Henry Béhar, Première, no 41, août 1980.

4 Notamment celle du journal cartelliste Le Quotidien de Jean Hennessy et d’Henri Dumay, de La Rumeur du maître chanteur Georges Anquetil, du Réveil du Nord, du Siècle médical et du Bulletin des Halles.

5 Archives nationales (AN), ronds Le Journal, 8 AK 463 : procès de Marthe Hanau. Audience du 19 mars 1931, plaidoiries des avocats.

6 AN, F7 14 689 : affaire Hanau.

7 Victor Margueritte, La garçonne, Paris, Flammarion, 1922.

8 AN, série BB18 6731 : correspondance de la division criminelle du ministère de la Justice.

9 La Libre Belgique, 23 octobre 1930.

10 Michèle Perrot dans Chritine Bard, Frédéric Chauvaud, Michelle Perrot et Jacque-Guy Petit (dir.), Femmes et justice pénale xixe-xxe siècles, Rennes, PUR, 2002, p. 10-11.

11 Frédéric Chauvaud dans C. Bard, F. Chauvaud, M. Perrot et J.-G. Petit (dir.), Femmes et justice pénale, op. cit., p. 282.

12 AN, fonds Le Journal, 8 AR 463 : procès de Marthe Hanau. Audience du 7 mars 1931, réquisitoire du substitut Guyenot.

13 1700 plaintes sur les 2 500 recueillies au cours des commissions rogatoires sont retirées en 1930.

14 À ce sujet, Hubert Bonin, « Les banques et l’opinion publique », communication présentée au colloque de Rouen sur l’histoire de l’argent, mars 2007. La version écrite est mise en ligne à l’adresse suivante : [http://boninhub.Jree.Jr/jiles/documents/ROUEN%20BONIN%208%20MAI%202007.doc].

15 Marthe Hanau, La vérité sur l’affaire de la Gazette du franc, Paris, éd. de l’imprimerie moderne, 1929, 80 p.

16 Grenoble (1er mars 1931), Valenciennes (13 mars), Nice (12 avril), Rouen (8 mai), Caen (12 mai), Lyon (3 juin), Paris (10 juillet).

17 Maurice Privat, Le scandale de « La Gazette du franc », Paris, P. Souval, 1929 ; et Haute finance et basse justice, Paris, Alexis Rédier, 1930.

18 AN, fonds Le Journal, 8 AR 463 : procès de Marthe Hanau. Audience du 2 janvier 1931 : déposition de Louis Ranc, sous-directeur de l’agence Société générale de la rue du Louvres à Paris.

19 AN, F7 14 689 : affaire Hanau. Rapport de la Sûreté générale, 11 avril 1932.

20 Marthe Hanau, La vente sur l'affaire de la Gazette du franc, op. cit., annexe II, p.

21 AN, série BB18 6733 : correspondance de la division criminelle du ministère de la Justice.

22 Le 13 juillet 1934, la cour d’appel condamne Marthe Hanau à trois ans de prison et 3000 francs d’amende. En février 1935, la chambre criminelle de la Cour de cassation rejette son pourvoi.

23 Le Matin, 23 février 1935.

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540