Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Impossibles victimes, impossibles coupables

 | 
Frédéric Chauvaud
, 
Gilles Malandain

Troisième partie. Femmes déviantes et figures héroïques

Mata Hari : une femme nue devant la justice militaire

Éric Kocher-Marboeuf

Texte intégral

  • 1 Si on pense au Panthéon, il faut aussi rappeler qu’en 1927 le président Gaston Doumergue fit graver (...)
  • 2 Édith Luisa Cavell (4 décembre 1865 – 12 octobre 1915), après avoir débuté sa carrière d’infirmière (...)
  • 3 Marguerite Francillard fut fusillée à Vincennes le 10 janvier 1917. Il s’agissait d’une couturière (...)

1Dans le patrimoine onomastique légué par la Grande Guerre, on ne trouve que quelques noms de femmes et si on ne devait en retenir qu’un seul, ce serait sans doute celui de Mata Hari. D’ailleurs, la présence de ce nom à consonance orientale au milieu du panthéon des grands soldats et des hommes d’Etat paraît incongrue1. La première guerre mondiale compta pourtant des héroïnes et martyres, mais force est de constater qu’elles demeurèrent le plus souvent anonymes. Un des rares contre-exemples fut le cas d’Edith Cavell, infirmière britannique fusillée par les Allemands en Belgique en 1915, parce qu’elle avait permis à des centaines de soldats alliés de s’évader vers les Pays-Bas2. En révélant cette exécution à l’opinion, les Alliés cherchèrent à stigmatiser la barbarie allemande, bien que les deux autres femmes jugées pour les mêmes faits aient eu la vie sauve. À l’automne 1917, l’annonce de l’exécution de Mata Hari ne suscita pas le même haut-le-cœur, ajoutons d’ailleurs qu'elle n’était pas la première espionne réelle ou supposée à être passée par les armes en France puisque deux autres femmes avaient été fusillées avant elle plus tôt dans l’année3.

  • 4 Mata Han, pièce écrite et mise en scène par Herman Van Veen, avec Gaëtane Bouchez, Martine De Kok. (...)

2Alors pourquoi Mata Hari a-t-elle remporté, malgré elle, le premier prix féminin de la postérité pour le conflit de 1914-1918 ? Le tragique destin de Mata Hari a, en effet, été érigé au rang de mythe, exploité au cinéma, au théâtre4, dans la littérature de quai de gare voire dans le milieu de la nuit et du tourisme puisque son nom a été donné à des boîtes de nuit à Toronto et à Saint-Jean-de-Luz, à un club de plage en Indonésie et même à un jeu vidéo. Il n’existe pas de réponse unique pour comprendre le mécanisme par lequel ce nom de scène est devenu la figure archétypale de « l’espionne » à l’époque contemporaine, car le thème de la traîtresse est récurrent depuis l’Antiquité. Le destin de Mata Hari, comme les naufragés du Titanic ou du Lusitania, renvoie à la représentation que nous nous faisons de la fin d’une certaine haute société occidentale qui aurait sombré avec la Grande Guerre.

3De fait, l’idéalisation de Mata Hari a conduit à la couper de toute réalité factuelle. C’est ainsi qu’il n’est pas venu à l’idée des journalistes de comparer la capitaine Dominique Prieur, alias Sophie Turenge, à sa célèbre devancière lors de l’affaire du Rainbow Warrior. Le physique de l’officier de la DGSE ne correspondait pas à la beauté trouble de Mata Hari ni le cadre de sa mission, trop exotique, à l’atmosphère ouatée des palaces de la Belle Époque. En vérité, sans la terrible sentence prise par leu 3e conseil de guerre de Paris, tout le monde aurait oublié Mata Hari. C’est après tout grâce à la justice militaire française que la citoyenne néerlandaise Margaretha Geertruida Zelle, ex-épouse Mac Leod, dite Mata Hari, partage avec le duc d’Enghein le destin tragique d’être le second martyr célèbre de la vieille forteresse royale de Vincennes. Cette comparaison n’est pas si osée qu'elle puisse y paraître à première vue, car tous deux ont été victimes d’une justice d’exception, justice expéditive de la raison d’Etat, même si Mata Hari put bénéficier d’un recours en grâce. En les associant, on retrouve l’idée que le prince et l’espionne incarnent, chacun à leur manière, un monde révolu que la violence des événements contemporains détruit implacablement.

4Le cas Mata Hari répond terme pour terme aux rapports contradictoires des femmes ayant affaire à la justice. Femme déviante, elle le fut ; femme victime, elle le fut ; figure ambivalente de la sexualité féminine face aux regards de ses juges masculins bottés, elle en demeure l’un des symboles les plus évidents. Les détails anatomiques et même gynécologiques figurant dans les témoignages des hommes qui l’arrêtèrent, l’interrogèrent, l’examinèrent et la jugèrent ne manquent pas aujourd’hui d’étonner par leur caractère voyeuriste. À l’instar de la plupart des poilus fusillés lors des mutineries du printemps 1917, le cas de Mata Hari ne méritait sans doute pas le châtiment suprême qu’on lui infligea et une analyse des pièces de l’instruction et du procès tourne rapidement à l’avantage de l’accusée. Il existe en effet un fossé entre les motifs invoqués et les raisons réelles de sa condamnation, et c’est précisément cet écart qui crée l’ambivalence de jugement à l’encontre de Mata Hari.

  • 5 L. Schirmann, Mata Hari autopsie d’une machination, Triel/Seine, Italiques, 2001, 319 p. Ancien pro (...)
  • 6 Jean-Pierre Tubergue, Mata Hari : le dossier secret du conseil de guerre, Triel/Seine, Italiques, 2 (...)

5Concernant le fond de l’affaire, il faut rendre hommage au travail effectué voici une quinzaine d’années par Léon Schirmann qui publia les résultats de ses investigations rigoureuses dans Mata Hari autopsie d’une machination5. Cet ouvrage ne peut d’ailleurs se lire sans se référer à la présentation exhaustive par Jean-Pierre Tubergue du dossier secret du conseil de guerre6. C’est d’ailleurs la postface à ce dossier, rédigée par le général André Bach, spécialiste de la Grande Guerre et ancien directeur du Service historique de l’Armée de terre, qui permet de comprendre les arguments juridiques s’opposant à toute demande en révision du procès.

Femme déviante ou émancipée ?

6Si être déviante pour une femme du début du xxe siècle consiste à vouloir à tout prix opter pour l’hédonisme et jouer sans tabou de ses charmes pour s’en donner les moyens, alors Marguerite Zelle était d’emblée déviante et coupable au regard des gens « comme il faut », des « bienpensants ». À peine sortie de l’adolescence, elle diverge déjà de la trajectoire d’une jeune femme de son époque. À seulement dix-huit ans, elle force son destin de fille de commerçants ruinés et divorcés en répondant à la petite annonce d’un officier de l’armée coloniale néerlandaise soucieux de trouver une épouse avant de s’en retourner finir sa carrière dans l’actuelle Indonésie. Elle convole ainsi avec un homme de vingt ans son aîné, sans prendre le temps de la réflexion et, selon le témoignage du mari, en n’observant pas l’abstinence prénuptiale qui était alors la règle. En devenant Marguerite Mac Leod, épouse d’un capitaine, elle espère surtout une vie sortant de l’ordinaire. Elle va cependant rapidement déchanter en découvrant un homme rustre, fréquentant les prostituées et dont la maigre solde d’officier subalterne ne permet guère de satisfaire une soif de dépenses déjà insatiable. Certes, la jeune femme va profiter du cadre dépaysant des Indes néerlandaises et des avantages matériels de la vie coloniale, mais elle s’ennuie rapidement et la mésentente qui s’est installée dans le couple dès les premières semaines de vie commune est pesante. Dans une lettre écrite vers 1901 à sa sœur, le capitaine Mac Leod évoque sa femme en la qualifiant de « salope ». Ce naufrage nuptial débouche sur une nouvelle transgression par rapport à la norme sociale dominante, les époux se séparent en 1902 et le divorce est prononcé en 1906.

  • 7 Mata Hari signifie « l’œil du jour » en Indonésien, c’est-à-dire le soleil.
  • 8 Lyonnais d’origine, Émile Guimet (1836-1918) est le fils de Jean-Baptiste Guimet, inventeur du bleu (...)

7Alors qu'elle a obtenu la garde de sa petite fille, Marguerite rompt encore avec les conventions en la laissant à son père à l’issue d’une visite. Dès lors, il ne reste plus d’attache à briser pour changer complètement de stature et sans doute assouvir un penchant naturel pour une vie réellement hors du commun. Rêvant depuis toujours de Paris, elle arrive dans la capitale française en 1904, où elle pose nue comme modèle pour des artistes peintres. Un rapport de police rédigé lors de l’instruction de son procès mentionne qu'elle se serait également livrée à la prostitution occasionnelle, ce qui est plausible. Quoi qu’il en soit, la jeune hollandaise de 28 ans s’affranchit des convenances en matière de pudeur, d’où son triomphe immédiat lorsqu’elle se produit pour la première fois quasiment nue en danseuse javanaise sous le nom de Mata Hari7, le 13 mars 1905 au musée Guimet à l’invitation du propriétaire des lieux8. En quelques mois, Mata Hari monte au firmament de la renommée, conquérant les publics de l’Olympia de Paris, des music-halls de Madrid, de Monte Carlo ou de Vienne en 1906 et 1907.

8Durant deux ans, du printemps 1906 au printemps 1908, elle vit une vraie passion avec le lieutenant Kiepert, jeune officier allemand, issu d’une riche famille, rencontré à Monaco. Pourtant, cette relation sincère ne l’empêche pas de poursuivre son butinage sexuel à l’occasion. Cette tendance à multiplier les partenaires masculins est une constante chez elle, vérifiée par d’innombrables témoignages et confirmée par les comptes rendus de ses filatures de 1916-1917. Jusqu’à la veille de son arrestation, alors qu'elle est pourtant folle amoureuse d’un jeune officier de l’armée tsariste, le capitaine Vladime de Massloff, elle offre ses charmes à des officiers rencontrés au hasard dans Paris ou dans le hall du Plaza Athénée où elle séjourne. Marguerite nourrit un faible pour les jeunes officiers, auxquels elle se donne sans contrepartie pécuniaire ou « présents » en nature, alors qu'elle fait toujours émarger les banquiers.

  • 9 Docteur Léon Bizard, Mémoires d'un médecin de la préfecture de police et des prisons de Paris (1914 (...)

9Toujours est-il que Lady Mac Leod, comme elle se fait appeler dans la vie mondaine, traîne déjà une réputation suffisamment sulfureuse pour décider les parents du lieutenant Kiepert à lui imposer une rupture avec cette « créature ». Le cadeau de séparation est à la hauteur du dépit amoureux : les rentes d’un capital de 300 000 marks-or. Apparemment, Marguerite a acquis définitivement son indépendance. Revenue dans son cher Paris, elle devient bientôt la maîtresse d’un richissime banquier qui l’installe dans un hôtel particulier de Neuilly. La générosité de ce mécène par ailleurs marié n’empêche pas la jeune femme de le tromper avec des personnalités haut placées ou de jeunes hommes dès que l’occasion s’en présente, c’est-à-dire très fréquemment ! Hélas, le financier entraîne sa maîtresse dans une faillite retentissante en 1912 en engloutissant les deux tiers du patrimoine reçu de Kiepert. Afin de maintenir tant bien que mal son train de vie toujours fastueux qu'elle n’entend pas réduire, Lady Mac Leod se souvient de Mata Hari. Elle renoue avec ses séances de danses javanaises et indoues dénudées à l’occasion de soirées privées, et n’hésite pas à se prostituer pour 1000 francs or le « moment intime » dans certaines maisons closes haut de gamme de la capitale selon le témoignage du médecin de la préfecture de police9.

10Sa réputation étant définitivement ruinée à Paris du fait de dettes impayées, elle quitte furtivement la capitale française pour Milan au début 1914, dans l’espoir de remonter sur scène. C’est finalement à Berlin qu'elle signe un contrat au Metropol Theater pour un spectacle programmé à partir de septembre 1914.

Une espionne amoureuse

11On comprend à quel point l’embrasement des capitales européennes de l’été 1914 ruine les espoirs de l’actrice de renouer avec la fortune et le succès. Pour une femme comme Mata Hari, qui ne voit que l’homme sous l’uniforme de l’officier ou l’habit du diplomate, la guerre est une catastrophe. Citoyenne d’un pays neutre, elle est à mille lieues de la diplomatie secrète des alliances militaires réciproques au sein de l’Entente et de la Triplice. Se sentant profondément « européenne », elle se présentera comme une « internationale » devant le conseil de guerre, ce qui renforcera encore la sévérité du jugement porté à son encontre. Le 1er août 1914, elle est en réalité l’une des premières victimes collatérales du conflit ; ayant des amants sous l’uniforme dans les armées qui vont s’affronter, elle est incapable de choisir un camp. Jusqu’à l’entrée en guerre, elle est passée entre les mailles des filets des justices européennes. Son manque de scrupules l’a pourtant déjà conduite devant des juges pour des impayés divers. Maître Clunet, le célèbre avocat de son procès devant le conseil de guerre, avait déjà plaidé pour Marguerite Zelle avant la guerre à l’époque où la danseuse le comptait parmi ses innombrables amants ; il est toutefois facile de comprendre pourquoi Mata Hari, sauvée in extremis par des interventions de personnalités reconnaissantes, réussissait à échapper à toute condamnation...

12À l’été 1914, sans doute par désintérêt pour les questions politiques, Mata Hari, n’intègre pas que les règles du jeu ne sont plus les mêmes et que les uniformes ou les habits des diplomates peuvent désormais lui nuire. Entre le sexe et l’argent, les deux démons de Marguerite Zelle, c’est le penchant vénal qui va finalement la perdre ; au moins aura-t-elle échappé au péril vénérien qui aurait pu être l’autre pente fatale de son existence.

13Rentrée aux Pays-Bas du fait de l’annulation de son spectacle berlinois, elle se morfond dans sa maison de La Haye. à l’automne 1915, elle fait une demande de visa pour la France afin de récupérer des affaires laissées chez un garde-meuble parisien en 1913. Averti de cette démarche, le consul d’Allemagne à Amsterdam, lui rend visite et lui promet 20 000 florins en échange d’informations qu'elle pourrait glaner à Paris. Toujours à court d’argent, Marguerite Mac Leod accepte la proposition, et devient l’agent H 21 du service de renseignement allemand. Sur le chemin qu'elle empreinte pour rejoindre Paris, elle est repérée par le contre-espionnage britannique à l’escale de Folkestone, car elle a la naïveté de se contredire au cours des deux interrogatoires de routine successifs auxquels les services britanniques soumettent les passagers. Elle est immédiatement signalée comme suspecte à la police française, qui ne poursuivra pas ses investigations, et inscrite sur la liste noire des étrangers indésirables au Royaume-Uni. Pour les agents britanniques, son métier d’actrice la rendait éminemment suspecte. Ajoutons qu'elle ne connaissait pas bien la mentalité britannique n’ayant jamais résidé dans le pays. Selon les archives allemandes, l’unique renseignement fourni par H 21 au cours de son séjour parisien de décembre 1915 aurait été d’écarter l’hypothèse d’une offensive française imminente, c’est-à-dire la confirmation de l’opinion générale.

14En janvier 1916, alors qu'elle a pris place à bord d’un paquebot qui assure la liaison Lisbonne/Amsterdam, un incident avec un passager lui porte une nouvelle fois tort. Elle gifle en public un homme qui s’était faussement vanté de l’avoir séduite. Manque de chance pour Mata Hari, l’individu humilié est un indicateur des services secrets britanniques qui rédige un message défavorable à son sujet au MI 5. Les agents britanniques aux Pays-Bas vont alors enquêter à La Haye et fortement suspecter son implication avec les services allemands. Ils renouvellent leur avertissement à leurs collègues français qui, cette fois, la font entrer dans le fichier des étrangers suspects.

  • 10 Commandant G. Ladoux, Les chasseurs d’espions. Comment j’ai fait arrêter Mata Hari, mémoires de gue (...)

15L’amateurisme dont a fait preuve la nouvelle recrue H 21 ne remonte pas jusqu’à ses commanditaires et ne peut donc dissuader le chef de l’espionnage allemand, le colonel Nicolai, de la préparer à une seconde mission en France. En mai 1916, Mata Hari suit une semaine de formation au centre des services de renseignements de Cologne sous la conduite d’Elsbeth Schläger, « mademoiselle Docteur ». C’est un agent « brûlé » qui part pour Paris en juin. Marguerite Mac Leod s’étant vu refuser un visa de transit par le Royaume-Uni, elle prend le bateau pour l’Espagne mais est arrêtée et refoulée par la police française à Hendaye. Ayant fait intervenir son ami Jules Cambon, secrétaire général du Quai d’Orsay, elle arrive à Paris le 16 juin où elle est filée. Elle tombe bientôt dans le piège que lui tend le lieutenant Hallaure, adjoint du capitaine Ladoux, du service de contre-espionnage10. Le jeune officier n’a aucun mal à l’approcher au Grand Hôtel où elle est descendue car il a connu l’actrice avant la guerre et lui propose de rencontrer un musicien qui pourrait l’accompagner si elle désirait monter un nouveau spectacle. Cette proposition inattendue ravit l’ex-danseuse qui passe surtout son temps dans les boutiques sans sembler se soucier de sa mission.

16Préoccupée par sa beauté qui est son bien le plus précieux, alors qu’elle approche déjà la quarantaine, Marguerite Mac Leod souhaite retourner en cure à Vittel comme elle l’avait fait avant la guerre. Bien que la station thermale se trouve dans la zone des armées, il ne semble pas qu'elle ait cherché à espionner par ce moyen. L’indispensable sauf-conduit pour accéder à la ville d’eau lui est tout d’abord refusé en juillet et elle envisage de se rabattre sur la station italienne de Luiggi. Toutefois, suivant les conseils du lieutenant Hallaure, elle se rend au ministère de la Guerre pour négocier elle-même le précieux sésame. Au cours de cette visite, elle est présentée au capitaine Ladoux qui lui propose d’entrer à son service. Après deux semaines d’hésitation, se sentant surveillée, elle finit par accepter la proposition et obtient son sauf-conduit pour le 1er septembre. Entre-temps, début août, elle a fait la connaissance d’un jeune capitaine russe, Vladime de Massloff, dont elle tombe éperdument amoureuse. Massloff obtient une permission et la rejoint au Grand hôtel de Vittel où le couple affiche son grand amour bien que leur différence d’âge soit grande.

17Cependant, comme à son habitude, Marguerite bavarde et tente de nouer la conversation avec la clientèle militaire et civile de l’hôtel, ce qui ne manque pas d’être consigné par les policiers qui la suivent. Rentrée à Paris, elle retourne voir le capitaine Ladoux et lui propose d’effectuer un grand coup à l’état-major allemand de Bruxelles contre un million de francs. Cette somme considérable lui permettrait de se retirer et de vivre avec le capitaine Massloff. Ladoux accepte l’idée mais aucun document ne conclut le pacte.

18Début novembre 1916, elle décide de retourner aux Pays-Bas via l’Espagne. À l’escale anglaise de Falmouth, elle est interrogée par Scotland Yard qui la refoule vers l’Espagne. Elle se rend alors à Madrid où elle rencontre l’attaché militaire allemand Kalle, puis son homologue français Denvignes, auquel elle apprend son double-jeu. L’attaché militaire français lui ayant demandé de retourner auprès du major Kalle pour lui extorquer des informations, sa démarche est démasquée par l’officier allemand qui télégraphie à Berlin des informations divulguées par H 21 en choisissant un chiffre qu’il sait être cassé par les services français. Ne pouvant retourner dans l’immédiat aux Pays-Bas, Mata Hari repasse la frontière française le 3 janvier 1917 et est arrêtée à Paris le 13 février.

Transformer une mondaine en bouc émissaire

  • 11 Guy Pedroncini, Les mutineries de 1917, Paris, PUF, 1999, 336 p. ; Général André Bach, Fusillés pou (...)
  • 12 Jean-Yves Le Naour, L'affaire Malvy : le Dreyfus de la Grande Guerre, Paris, Hachette, 2007, 377 p.

19La période de l’instruction de l’affaire de l’agent H 21, durant le printemps 1917, coïncide avec le pire moment que la France ait traversé depuis l’été 1914. Le moral des soldats sur le front est au plus bas. L’échec de l’offensive du général Georges Nivelle sur le chemin des Dames le 16 avril, le déclenchement des mutineries en juin, la crise gouvernementale alimentée en sous-main par Georges Clemenceau qui désire le pouvoir pour rétablir la situation constituent autant de facteurs défavorables pour Mata Hari11. Si la crainte de l’espionnage allemand existe dans l’opinion, elle n’est plus obsessionnelle comme au début de la guerre. C’est surtout la faiblesse de caractère qui est pourchassée ainsi qu’en témoignera l’affaire Malvy qui éclate à l’automne 1917, au moment de l’exécution de l’espionne12. Les rapports du contrôle postal remis aux responsables militaires et politiques insistent sur le clivage croissant entre les Poilus et l’arrière. L’apparent relâchement des mœurs figure parmi les tous premiers griefs des soldats du front qui se sentent de plus en plus étrangers à la société civile qu’ils retrouvent lors de leurs rares permissions. Ce climat a été décrit par de nombreux romanciers des années 1920 et repris dans la filmographie. La continence et la frustration sexuelle des combattants peuvent trouver en partie un exutoire à travers un jugement exemplaire. Mata Hari peut incarner cette victime expiatoire car elle ne correspond pas au portrait-type de l’épouse infidèle ou de la fiancée dévergondée ; elle présente tous les traits du bouc émissaire. Elle est belle, d’une beauté certes vénale mais surtout inaccessible au commun des mortels ; elle est étrangère, donc la condamner ne rejaillira pas sur la femme française, mère, épouse ou fiancée.

  • 13 Article 205 alinéa 2 du code de Justice militaire.

20L’ambiance de l’instruction puis du procès de Marguerite Zelle correspond au huis clos d’une tragédie dont le décor dépouillé serait réduit au bureau du rapporteur du conseil de guerre, le capitaine Bouchardon, et à l’estrade des cinq juges du 3e conseil de guerre présidé par le lieutenant-colonel Soupron, de la Garde républicaine. Implacable bureaucratie militaire et brochette de galonnés affublés du titre de juge mais ignorants des principes fondamentaux du droit, face à une femme seule, détruite. Ces éléments de décor, sobres, froids, ressemblent étrangement aux procès des futures dictatures du xxe siècle et conduisent forcément à se poser la question toujours dérangeante de la justice d’exception en régime démocratique. Qu’on ne s’y trompe pas, Mata Hari était bien coupable d’intelligence avec l’ennemi dans l’acception du code de la Justice militaire et les dispositions dudit code étaient sur ce point formelles. Elle pouvait difficilement échapper au châtiment suprême dans la mesure où la simple intention de pénétrer dans une zone de guerre en désirant renseigner l’ennemi était passible de la peine capitale13. En fait, dès lors que le contre-espionnage français lâchait Mata Hari et se refusait à admettre qu'elle était une espionne retournée à son profit, elle n’avait plus d’échappatoire, l’instruction et le procès ne pouvaient qu’être iniques.

  • 14 Pierre Bouchardon, Souvenirs, Paris, Albin Michel, 1953, 447 p.

21Connaissant l’issue du procès bien avant le jugement, il reste à s’interroger sur les moyens employés par le capitaine Bouchardon pour faire « craquer » Mata Hari14. Bouchardon sait pertinemment que le procès ne sera pas médiatisé, qu’il se déroulera sans public, sans journalistes et même sans jurés, toutefois il a besoin de présenter aux juges militaires une coupable, du moins une apparence de coupable. Si les juges ont face à eux la grande mondaine qui a séduit tant d’hommes puissants, il y a fort à parier qu’ils vont hésiter à la livrer au peloton d’exécution. Il faut donc détruire l’image de Mata Hari, la ravaler au rang de femme de bas étage, comparable aux prostituées des faubourgs.

22La lecture des pièces du dossier de l’instruction montre l’extrême solitude et l’infinie détresse d’une femme que l’isolement dans un cachot borgne de la prison Saint Lazare brise en quelques jours. Marguerite Zelle sombre psychiquement, moralement et physiquement, en subissant un régime carcéral dont la dureté est habilement dosée au fil des semaines. Trop habituée au luxe des palaces, elle se fane en quelques semaines, non seulement rattrapée par son âge mais comme prématurément vieillie. Elle maigrit d’une dizaine de kilos au point que son avocat emploie le terme de « cachexie » pour alerter l’officier-instructeur. Elle est atteinte de diverses pathologies digestives, pulmonaires, du cycle menstruel et de l’humeur liées tout à la fois à la mauvaise qualité de l’alimentation, à la saleté repoussante, au stress d’affronter une situation de crise sans disposer de ses affaires personnelles, dans un pays étranger. C’est une destruction méthodique du corps de l’accusée qui s’opère sous la surveillance de bonnes sœurs tout de noir vêtues, dont la présence semble signifier à la prisonnière que son calvaire de pécheresse doit la conduire vers Dieu par le repentir et la contrition. Il y a là dans cette rapide descente aux enfers une dimension symbolique qui conduit forcément à comparer le sort de Mata Hari à toutes les femmes humiliées durant leur détention, depuis Jeanne d’Arc en passant par Marie Antoinette ou les Communardes.

23En dépit de ce régime éprouvant, Marguerite Zelle ne va rien concéder au commandant Bouchardon ainsi qu’au tribunal militaire. Alors qu'elle s’était montrée si maladroite lors des interrogatoires douaniers, elle ne changera plus de version dès lors qu'elle aura admis avoir changé de camp après sa rencontre avec le capitaine Ladoux. Son courage au matin de son exécution impressionnera les militaires présents. Marguerite Zelle accepte d’endosser son rôle de martyr, faut-il y voir le signe de sa confiance dans le jugement de l’Histoire ?

24Après la mort de Mata Hari, l’état-major livre à la presse une version très vague des faits dont elle a été jugée coupable. Les militaires s’abritent derrière le secret défense, non pas pour avouer le manque évident de charges, mais parce qu’ils sont pris à leur propre piège. En effet, si l’état-major admet que Mata Hari a causé un réel préjudice à la France et aux Alliés, son exécution n’est qu’une mince consolation et c’est la capacité du contre-espionnage à mettre hors d’état de nuire les espions qui est sur la sellette. A contrario, si l’état-major reconnaît que l’espionne fusillée était du menu fretin, il perd un peu plus de crédit dans l’opinion. En adoptant une attitude vague, il laisse la presse faire preuve d’imagination à partir de quelques bribes et de l’élément factuel de l’exécution au polygone de Vincennes le 15 octobre 1917. La première phase de la légende de Mata Hari sera donc celle d’une légende noire, du moins en France, car elle est immédiatement « canonisée » aux États-Unis et aux Pays-Bas.

  • 15 Quelques titres où figure un pêle-mele d’informations véridiques et erronées : Enrique Gomez Carril (...)

25Cette légende débute avant même la fin de la guerre, mais s’épanouit surtout dans l’entre-deux-guerres. Si on se fie aux rumeurs reprises sans filtre par certains auteurs, l’espionne aurait livré aux Allemands des indications précises leur permettant d’échafauder le plan du débarquement d’un corps expéditionnaire sur la côte marocaine. Mata Hari aurait permis aux sous-marins allemands de couler une vingtaine de navires alliés et neutres dans l’Atlantique et serait à l’origine de l’échec de la grande offensive alliée du printemps 1917 en ayant averti l’état-major du Kronprinz des secteurs du front concernés. Elle serait aussi coupable de la perte de plusieurs dizaines d’avions français grâce aux renseignements quelle aurait récoltés sur les terrains d’aviation proches de Vittel. Naturellement, il s’agit là d’affabulations, mais elles ont été constamment relayées presque jusqu’à nos jours dans toute une littérature comprenant d’anciens militaires, des journalistes, des auteurs de romans à quatre sous, voire des revues historiques grand public15. Le méticuleux travail mené par Léon Schirmann a permis de récuser des dizaines d’erreurs plus ou moins volontaires véhiculées et souvent recopiées dans l’abondante bibliographie consacrée à l’affaire depuis 1918. Il a surtout pu déjouer les pièges sciemment laissés par les acteurs directs de l’instruction et du procès dans des entretiens ou des mémoires qui ont longtemps été considérés comme des sources de première qualité.

  • 16 Commandant Émile Massard, Les espionnes à Paris, Paris, Albin Michel, 1922, 222 p.

26Si des actes aussi extraordinaires ont pu être commis par une femme seule, c’est que cette femme était elle-même hors normes, et que les fantasmes qu'elle a suscités l’ont emporté sur l’analyse froide de ses capacités physiques et intellectuelles. La remarque vaut évidemment pour les officiers qui ont conduit l’instruction. Sans la guerre, ces hommes ordinaires n’auraient jamais pu être au contact de Mata Hari, car ils ne possédaient ni l’habitus ni le physique qui leur auraient permis de la croiser dans ses lieux de villégiature à travers l’Europe. Mata Hari était une mondaine, mais elle était aussi et surtout une flamboyante maîtresse de personnages riches et puissants, auxquels elle soustrayait des sommes prodigieuses immédiatement converties en fourrures, robes et bijoux des plus grandes maisons de Paris, Berlin, Monaco, Milan, Vienne ou d’ailleurs. Cette déviance-là, à la fois extravagante, mystérieuse et porteuse d’une charge érotique extrêmement forte, on ne peut s’empêcher de penser qu’elle ait hanté le capitaine Ladoux ou les commandants Bouchardon et Massard lorsqu’ils eurent en face d’eux cette femme dans la maturité épanouie de ses 40 ans entre les quatre murs de leur bureau, tout au moins au début de l’instruction. Mata Hari, la maîtresse des banquiers, des diplomates mais surtout des officiers de toutes nationalités, dont la vie sentimentale débute et s’achève par deux militaires, son mari le capitaine Rudolph Mac Leod et son dernier amour le capitaine Vladime de Massloff16.

*

  • 17 Mata Hari, film américain réalisé par George Fitzmaurice avec Greta Garbo, Ramon Novarro, Lionel Ba (...)
  • 18 Mata Hari agent H 21, film franco-italien réalisé par Jean-Louis Richard avec Jeanne Moreau, Jean-L (...)
  • 19 Mata Hari, la vraie histoire, téléfilm d’Alain Tasma avec Maruschka Detmers, Bernard Giraudeau, Mic (...)
  • 20 [http://www.cheminsdememoire.gouv.fr/mata_hari.html].

27À l’aune des millions de vies sacrifiées de jeunes soldats tombés au cours de la première guerre mondiale, le corps ensanglanté de Marguerite Zelle gisant au pied du poteau d’exécution semble dérisoire ; s’il continue pourtant d’habiter notre inconscient collectif, c’est que nous persistons à être fascinés par sa vie et gênés à l’idée qu’une femme comme elle puisse ne pas avoir suscité la compassion du tribunal. L’examen juridique du dossier, l’analyse méthodique de l’historien ne peuvent pas grand-chose en face de la subjectivité du fantasme et des représentations mythifiées d’une époque. Après entre autres Greta Garbo17, Jeanne Moreau18 ou Maruschka Detmers19, il reviendra bientôt à la sulfureuse Dita von Teesee d’incarner Mata Hari à l’écran. Le site historique du ministère des Anciens combattants lui-même se garde bien de défendre la justice militaire et de justifier l’exécution de l’espionne, cas rare d’une forme de pardon collectif, qui révèle toute l’ambivalence du regard porté sur cette femme à la fois coupable et victime20.

Notes

1 Si on pense au Panthéon, il faut aussi rappeler qu’en 1927 le président Gaston Doumergue fit graver sur les murs du célèbre monument parisien de la montagne Sainte-Geneviève les noms de 546 « représentants de la pensée française morts pour la patrie ».

2 Édith Luisa Cavell (4 décembre 1865 – 12 octobre 1915), après avoir débuté sa carrière d’infirmière au Royal London hospital, devient infirmière en chef au Berkendael Institute de Bruxelles en 1907 où elle fonde une école d’infirmières en 1909. Son exécution ayant suscité une vive émotion durant le conflit, des hommages lui sont rendus après la guerre. En 1920, Le Matin de Paris finance un monument à sa gloire au Jeu de Paume (détruit par les Allemands dès le 14 juin 1940). Enterré au Tir national de Bruxelles après son exécution, son corps est exhumé et rapatrié au Royaume-Uni pour être inhumé dans la cathédrale de Norwich après une cérémonie à l’abbaye de Westminster à Londres en présence du roi George V.

3 Marguerite Francillard fut fusillée à Vincennes le 10 janvier 1917. Il s’agissait d’une couturière de Grenoble devenue la maîtresse du chef du centre d’espionnage allemand de Genève qui se chargea de transporter des messages dont elle prétendit toujours ignorer la teneur. La fille Dufays, également appelée la « femme Tichelly », était la fille d’une Allemande qui avait été femme de chambre à l’hôtel Meurice. Résidant en Allemagne jusqu’en 1915, elle fut, semble-t-il, un réel agent de renseignements au service du centre de Lorach (matricule zud 160), cherchant délibérément des informations confidentielles auprès des militaires ou au sein d’entreprises travaillant pour l’armement où elle se faisait embaucher pour quelques jours. Elle fut fusillée le 15 mars 1917.

4 Mata Han, pièce écrite et mise en scène par Herman Van Veen, avec Gaëtane Bouchez, Martine De Kok. Les représentations ont eu lieu en 2007 au théâtre du Renard à Paris.

5 L. Schirmann, Mata Hari autopsie d’une machination, Triel/Seine, Italiques, 2001, 319 p. Ancien professeur de classe préparatoire scientifique, Léon Schirmann est devenu historien à l’âge de la retraite en faisant preuve d’une démarche très scrupuleuse vis-à-vis du recoupement et de l’exhaustivité des sources.

6 Jean-Pierre Tubergue, Mata Hari : le dossier secret du conseil de guerre, Triel/Seine, Italiques, 2001, 575 p.

7 Mata Hari signifie « l’œil du jour » en Indonésien, c’est-à-dire le soleil.

8 Lyonnais d’origine, Émile Guimet (1836-1918) est le fils de Jean-Baptiste Guimet, inventeur du bleu outremer artificiel ; son métier d’industriel ne le détourne pas de ses passions de jeunesse pour les beaux-arts ou la musique. Agé d’une trentaine d’années, il devient un collectionneur averti d’arts orientaux et ouvre un musée d’histoire naturelle à Lyon dès 1879 mais choisit de léguer ses plus belles pièces de collection à l’État en 1884. Le musée Guimet de Paris est alors inauguré en 1888.

9 Docteur Léon Bizard, Mémoires d'un médecin de la préfecture de police et des prisons de Paris (1914-1918), Paris, Grasset, 1925, 240 p.

10 Commandant G. Ladoux, Les chasseurs d’espions. Comment j’ai fait arrêter Mata Hari, mémoires de guerre secrète, Paris, Librairie des Champs-Elysées, Éditions du masque, 1932, 254 p.

11 Guy Pedroncini, Les mutineries de 1917, Paris, PUF, 1999, 336 p. ; Général André Bach, Fusillés pour l'exemple, Paris, Tallandier, 2003, 400 p.

12 Jean-Yves Le Naour, L'affaire Malvy : le Dreyfus de la Grande Guerre, Paris, Hachette, 2007, 377 p.

13 Article 205 alinéa 2 du code de Justice militaire.

14 Pierre Bouchardon, Souvenirs, Paris, Albin Michel, 1953, 447 p.

15 Quelques titres où figure un pêle-mele d’informations véridiques et erronées : Enrique Gomez Carrillo, Le mystère de la vie et de la mort de Mata Hari, Paris, Fasquelle, 1925, 229 p ; Charles Heymans, La vraie Mata Hari courtisane et espionne, Paris, Prométhée, 1930, 408 p. ; Monique Saint-Servan, Mata-Hari espionne et danseuse nue, Paris, Gallimard, coll. « Le crime ne paie pas », 1959, 192 p. ; René Masson, Mata Haripavane pour une espionne, Paris, Presses de la cité, 1964, 407 p. ; Sam Wagenaar, Mata Hari, trad., Paris, Fayard, « La Guerre secrète », 1965, 287 p.

16 Commandant Émile Massard, Les espionnes à Paris, Paris, Albin Michel, 1922, 222 p.

17 Mata Hari, film américain réalisé par George Fitzmaurice avec Greta Garbo, Ramon Novarro, Lionel Barrymore (1931), 89 minutes.

18 Mata Hari agent H 21, film franco-italien réalisé par Jean-Louis Richard avec Jeanne Moreau, Jean-Louis Trintignant, Claude Rich (1964), 98 minutes.

19 Mata Hari, la vraie histoire, téléfilm d’Alain Tasma avec Maruschka Detmers, Bernard Giraudeau, Michel Aumont (2006).

20 [http://www.cheminsdememoire.gouv.fr/mata_hari.html].

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540