Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Impossibles victimes, impossibles coupables

 | 
Frédéric Chauvaud
, 
Gilles Malandain

Troisième partie. Femmes déviantes et figures héroïques

« Les millions et les picaillons » de la « Grande Thérèse » (1878-1903)

Frédéric Chauvaud

Texte intégral

  • 1 Henri Vonoven, L'argent des autres, Paris, Gallimard, 1925, p. 190.
  • 2 Henri Vonoven, La Belle Affaire, Paris, Gallimard, 1925, p. 174.
  • 3 Sur le scandale de Panama voir Jean-Yves Mollier, Le Scandale de Panama, Paris, Fayard, 1991, 564  (...)
  • 4 Georges Claretie, Drames et comédies judiciaires. Chroniques du palais, 1909, Paris-Nancy, Berger- (...)
  • 5 Jean-Pierre Seguin, Nouvelles à sensation. Canards du xixe siècle, Paris, Armand Colin, coll. « Ki (...)
  • 6 La complainte de la Grande Thérèse : « Ma grande Thérèse/On va vivre à l’aise/On a des millions/Et (...)
  • 7 Adeline Daumard (dir.), Les fortunes françaises au xixe siècle, Paris, La Haye, Mouton, 1973, 60 p (...)
  • 8 Fernand Labori, L'affaire Humbert, plaidoirie de Me Labori, Paris, LGDJ, 1903, 145 p. L’affaire a (...)
  • 9 Sur les femmes criminelles, voir en particulier Christine Bard, Frédéric Chauvaud, Michelle Perrot(...)

1La « Grande Thérèse », surnom donné à Thérèse Humbert du temps de sa gloire, fut, pour une génération ou deux, une sorte de référence partagée. La « Grande Thérèse » désigne l’auteur de la « plus grande escroquerie du siècle », selon la formule, abondamment reprise, de Waldeck-Rousseau1. La « Grande Thérèse », c’est donc « tout un monde et toute une vie2 ». Or la plupart des affaires financières, en dehors du scandale de Panama3 et de quelques autres, comme celle de l’Union générale ou du Comptoir d’Escompte, n’intéressent guère et sont d’ordinaire escamotées. Ce sont en effet « le sang, la boue et la volupté4 », selon cette fois la formule de Georges Claretie, qui occupent la Une des journaux, éveillent subitement la curiosité, tiennent en haleine le public fébrile, avide de « nouvelles à sensation5 ». Et pourtant, par l’ampleur des sommes détournées, par la place occupée par le couple Humbert au sein des élites, par la prestance de Thérèse, l’affaire est à la fois exceptionnelle et constitue un révélateur du fonctionnement de la société. Alors que le Code civil réduit les épouses à un rôle subalterne, les obligeant à demander l’autorisation de leur mari pour réaliser un acte commercial, Thérèse Humbert parvient, en s’assurant de multiples complicités, à capter des « millions et des picaillons6 ». La somme officielle s’élevant à 100 millions de francs à une époque où le banquier Seillière avait une fortune de l’ordre de 32 millions, un riche hobereau du Vaucluse un revenu de 90 000 francs par an et un charretier d’Ile-de-France un salaire annuel de 500 francs7. Sans doute, Thérèse Humbert est-elle plus coupable que victime, même si lors du procès d’assises, la défense tenta parfois de la présenter comme victime de son milieu familial, d’une époque accordant à l’argent roi la première place et d’une situation politique, mondaine et judiciaire rendant possible la plus audacieuse des escroqueries, qui dura presque vingt ans8. L’affaire est bien à l’origine d’une imagerie sans précédent faisant une large place à la construction d’une figure singulière de criminelle9, souvent virilisée car empiétant sur des domaines d’ordinaire réservés aux hommes : celui de l’argent et celui des affaires.

Une trajectoire familiale et mondaine

  • 10 Edgar Troimaux, Le procès Humbert, du 8 août au 22 août 1903, Paris, « L’impression moderne », 190 (...)

2Née en 1856, Thérèse Daurignac voit le jour dans le village d’Aussonne, en Haute-Garonne. Son père était déjà une personnalité à part. Sa vie en effet ne se confond pas avec la banalité du quotidien. Abandonné à Toulouse en 1801, élevé par la municipalité puis par un prêtre, il est reconnu, presque quarante ans plus tard, par la femme d’un horloger. Il se marie avec la fille d’un riche fermier, perçoit une partie de l’héritage, achète un « petit Castel », fonde une agence matrimoniale dont il est le directeur, change de nom, devient le comte d’Aurignac. Père de quatre enfants, dont Thérèse, il « tire le diable par la queue », échafaude cent projets pour gagner de l’argent et use d’un stratagème original pour faire patienter ses créanciers. Il invente un « oncle d’Amérique » à la tête d’une fortune colossale, exhibe un vieux « bahut » contenant des « parchemins » qui attestent de l’existence du riche parent et il donne aux visiteurs méfiants une preuve visible de ce legs américain dont il ne peut jouir immédiatement puisque la justice est particulièrement lente. En effet, de part et d’autre de l’Atlantique, les procédures, explique-t-il, sont longues et complexes, mais il s’agit uniquement d’une question que le temps résoudra. Cette fiction suffit à faire patienter les fournisseurs pressés et donne à la future Thérèse Humbert, la trame du « fructueux roman » de l’escroquerie du siècle10.

  • 11 Gustave Humbert, Des conséquences des condamnations pénales relativement à la capacité des personn (...)
  • 12 Sous son nom, sont ainsi présentés plusieurs projets de loi, notamment sur la réforme de l’organis (...)
  • 13 L’Assiette au Beurre, 15 août 1903, dessin d’Ostoya.
  • 14 Georges Vigarello, Histoire de la beauté : le corps et l’art d’embellir de la Renaissance à nos jo (...)

3Dans le voisinage des Daurignac, réside la famille Humbert. Sans vivre dans l’opulence, elle bénéficie d’un réel prestige, fondé sur l’accumulation d’un capital culturel et symbolique et non sur une fortune héritée. Gustave Humbert, le chef de famille est une personnalité de premier plan. Professeur de Droit romain à Toulouse, auteur d’un livre savant sur la capacité des personnes condamnées à des peines pénales11, député républicain de Haute-Garonne, sénateur inamovible en 1875, procureur général près la Cour des comptes, il est nommé, tandis que Freycinet dirige le gouvernement, ministre de la Justice12. Son ascension ne s’arrête pas là. Membre de l’Institut, il devient vice-président du Sénat puis président de la Cour des comptes. Alors qu’il meurt en 1894, un des caricaturistes de L’Assiette au Beurre donne ses traits à un des membres de la cour d’assises siégeant en 1903, dessiné avec sa robe pourpre et sa barbe taillée en pointe13. Le professeur de Droit romain a, au début de la Troisième République, un fils en âge de se marier. Frédéric Humbert est promis à un bel avenir malgré ses hésitations. Il envisage de devenir peintre, s’essaye à la poésie, puis fait son droit. Il est un peu rêveur écrit-on, mais il est si distingué. De deux ans plus jeunes que Thérèse, il l’épouse en 1878. Eloignée des critères de beauté14 définissant l’idéal féminin – on la dépeint affublée de gros yeux, plutôt potelée, la mâchoire presque rectangulaire, vulgaire – elle ne pouvait pas compter sur son intelligence. Elle est décrite comme une « femme sans culture, sans esprit », « leur petite voisine de campagne » qui avait pour seule dot un « zézaiement puérile et volubile ». La presse ne se privera pas de se gausser de ce défaut de prononciation. Lors de son procès, elle dira que « Je n’ai jamais charmé que mon mari ». En août 1903, Charles Léandre retranscrit ses propos : « Zé n’ai jamais çarmé que mon mari ! » (fig. 1). Avec causticité il lui fait dire encore « c’est pour toi zé souffe ».

  • 15 Henri Vonoven, La Belle Affaire, op. cit., p. 176.

4Pour séduire son futur mari, il fallait lui faire croire à une fable, du moins c’est cette version que l’on retient un quart de siècle plus tard. En effet, elle s’approprie l’histoire de l’oncle d’Amérique inventée par son père en l’adaptant à la situation. Elle fait croire à son fiancé et au père de ce dernier qu'elle est l’unique héritière d’une vielle demoiselle, propriétaire du château de Marcotte. Mourante, cette dernière est sur le point de lui léguer toute sa fortune. Le testament se trouve dans le bahut familial. Le « jeune avocat » et le « savant professeur » y crurent, mais une fois le mariage célébré, il fallut se rendre à l’évidence : l’âme charitable de Marcotte n’existe pas et l’argent que Thérèse avait fait miroiter est tout autant chimérique. Pour le fils de Gustave Humbert, la duperie ne se prolongera guère. Son rêve écroulé, il se réveillera complice. Pénétré d’admiration pour la magicienne qui l’a pris dans ses filets, il se fera son servant, son associé15. Les deux jeunes mariés quittent la région de Toulouse et emménagent à Paris, dans un modeste appartement de la rue Monge.

Fig. 1. Thérèse et Frédéric Humbert, Le Rire, 22 août 1903, dessin de Charles Léandre

  • 16 Frédéric Humbert est député de Seine-et-Marne en 1885, mais n’est pas réélu en 1889.

5Le père, malgré sa position, a sans doute fait preuve de naïveté, mais probablement aussi d’une forme d’avidité. L’argent du mariage n’était-il pas aussi une façon de prendre une revanche sur l’existence sociale ? Toujours est-il que lorsqu’il est porté à la tête de l’organisation judiciaire, il a forcément constaté que l’héritage mirifique tarde à venir et que son enfant vit chichement dans la capitale. Lorsque Thérèse et Frédéric Humbert abandonnent leur logement trop exigu et font l’acquisition d’un hôtel particulier, rue Forturry, ils bénéficient de la caution morale de Gustave Humbert devenu Garde des sceaux en 1882. La même année, le jeune couple achète, près de Melun, avec de l’argent qu’il n’a pas, le château de Vives-Eaux. À Paris, ils quittent en 1885 leur hôtel particulier pour un autre, plus luxueux, situé avenue de la Grande Armée. Supposé riche, bénéficiant d’une célébrité certaine16, le couple reçoit, est invité, donne des fêtes sur lesquelles la rubrique mondaine des journaux s’attarde.

  • 17 Cité par Henri Vonoven, La Belle Affaire, op. cit., p. 195.

6Paraître, donner des réceptions, inviter à sa table des personnalités de premier plan et des ministres, des membres de la chancellerie, des conseillers, donne un lustre incomparable au ménage Humbert. Emile, le plus jeune des frères de Thérèse avait épousé l’autre fille de Gustave Humbert. Lui aussi voulait briller en société, non par sa conversation, mais par son maintien ou son apparence. Son désir d’appartenir au monde élégant prime tout et guide son existence. Il est presque constamment en représentation, mais il souffre de son mode de vie. Écartelé entre l’image qu’il donne de lui et la situation qu’il connaît dans les coulisses du théâtre mondain, il se confie à son père dans une lettre lue en 1903 à l’audience : « Dans le monde, je porte la tête haute, des gants blancs ; on me croirait pour le moins fils de duc ou de marquis. Mais lorsque je rentre chez moi, je tâte mes poches, j’y cherche 15 centimes pour acheter une bougie et, ne les trouvant pas, je me couche à la clarté du bec de gaz de la rue17. »

  • 18 Edgar Troimaux, Le procès Humbert, op. cit., p. 6.

7Cette ambition de parvenir, ce tourbillon, ces réceptions, cette alliance de lumière et de mouvement, de richesse exhibée et d’imagination limitée font des Humbert-Daurignac des personnages en vue dès le début des années 188018.

Les « manœuvres géniales » du plus grand « escroc » du siècle

  • 19 Maupassant, Bel-Ami, Paris, Albin Michel, 1972 [1891], p. 149.
  • 20 Le Matin, 9 août 1903.

8Même si le mot « escroc » n’a pas de féminin, pour nombre de contemporains l’affaire Humbert n’est pas si éloignée des péripéties du roman de Zola L’Argent ni des agissements de Georges Duroy, le principal personnage de Bel Ami, qui, à son échelle, remet à des « temps plus éloignés » la restitution des sommes dues19. Si l’action ne se situe pas à la Belle Époque, le premier a été écrit en 1885 et dépeint le Second Empire, et le second en 1891, ils insistent sur les mécanismes rendant possible les « combinaisons » de l’argent facile. Les nouveaux arrivistes, cousins éloignés de Rastignac, doivent maîtriser la « grosse question des fonds20 » et inspirer confiance. Thérèse Humbert, pour se lancer dans le monde, fait d’abord un beau mariage. Rétrospectivement, celui-ci est présenté comme sa plus admirable réussite : sa « plus belle escroquerie ». Cette union, écriront en effet, quelques langues vipérines en 1903, à la recherche d’une cohérence et d’une mise en perspective que le procès autorise, est bien le point de départ de la carrière criminelle de la « Grande Thérèse ».

  • 21 Calixte Accarias, auteur d’un célèbre précis de droit romain réédité maintes fois. Voir Joseph Lef (...)
  • 22 Henri Vonoven, La Belle Affaire, op. cit., p. 176.

9Le procédé mis au point par Thérèse Humbert avec les compétences juridiques de son mari est d’une grande simplicité, à tel point que nombre de chroniqueurs judiciaires qui suivront les audiences du procès se poseront des questions sur la crédulité et la cupidité de l’être humain, prêt à croire toutes sortes de chimères. Reprenant la fable parentale, Thérèse invente un millionnaire américain, Henry-Robert Crawford, qui lui a légué la somme colossale de 100 millions de francs. La rumeur se répand en 1881 et le professeur Gustave Humbert accrédite l’existence de cet héritage en se renseignant auprès d’un confrère, le professeur Accarias21 sur les difficultés que pouvait rencontrer la réalisation de cette succession : « Il se vantait d’avoir découvert une erreur de 600 000 francs dans les comptes fournis à ses enfants. Il se lamentait de la gêne où la famille se trouvait momentanément jetée par l’énorme somme qu’il avait fallu verser pour l’acquittement des droits successoraux, plus d’un million22 ! » La caution morale du ministre contribue au fait que personne ne met en cause l’existence de cet héritage, bien au contraire ; l’argent accourt, les créanciers qui voient la possibilité de percevoir des gains importants sur les intérêts se précipitent. Les institutions n’hésitent pas à participer à ce mouvement : le Crédit Foncier débloque prêt d’un million de francs, apportant ainsi son concours à cette mascarade. Le couple Humbert invente également l’existence d’un faux château : celui de Marcotte qu’ils vont hypothéquer pour acheter le domaine de Ceyleran. Faux acte de propriété confectionné par Frédéric, titres de rentes falsifiés – les faibles valeurs inscrites pour trois, quatre ou huit francs deviennent par un simple jeu d’écriture trente mille, quarante mille et quatre-vingt mille francs – leur ouvrent toutes les bourses.

  • 23 31 octobre 1885.

10Toutefois, au bout de quelques mois, en 1883, comme rien ne vient, la situation d’attente peut laisser la place aux inquiétudes puis aux soupçons. Thérèse invente alors l’existence de deux testaments, datés tous les deux du 6 septembre 1877. Dans le premier, elle est fille adultérine du riche américain et son unique héritière. Dans le second, c’est sa propre sœur, Maria Daurignac, qui hérite du tiers, Thérèse n’est que bénéficiaire d’une rente mensuelle de 30 000 francs que doivent acquitter les neveux Crawford. Les deux documents suffisent donc à expliquer les longueurs de la succession qui nécessitent un procès ou une transaction. Certains créanciers ou prêteurs potentiels manifestent alors non pas de la suspicion, mais une certaine anxiété : et si le règlement se faisait en défaveur de Thérèse ? En 1884, nouvelle invention, nouveau rebondissement. Les neveux renoncent à tout et se contenteraient de percevoir trois millions chacun. Pour donner consistance aux Crawford, dont on parle beaucoup mais que l’on ne voit jamais, elle fera appel à ses deux frères : l’un jouera le rôle de Henry, l’autre de Robert. L’escroquerie conjugale est bien une affaire de famille dans laquelle Émile et Romain Daurignac se prêtent au jeu. Le notaire Dupuy les aperçoit à Bayonne, un avoué les croise au Havre. Dans toute cette affaire, le véritable « chef d’orchestre », c’est bien Thérèse Humbert. Ou plutôt, elle est l’auteur d’une pièce dont l’histoire n’est pas écrite totalement à l’avance. Sur scène, elle joue le premier rôle et fait se déplacer des personnages fictifs tandis que l’argent entre à flot. En effet, lorsque les neveux Crawford déclarent renoncer à l’héritage, à condition de bénéficier d’une indemnité de six millions, Thérèse trouve un stratagème pour réunir cette somme. Elle ne s’arrête pas là et invente une nouvelle péripétie. Alors qu’un acte atteste de la décision des neveux, ceux-ci évoquent l’existence d’une clause secrète – le mariage de la sœur cadette de Thérèse avec l’un des Crawford. L’épisode pourrait sembler rocambolesque et pourtant il donne lieu à une sorte de chef-d’œuvre en matière d’escroquerie. Thérèse va assigner en justice, en octobre 1885, les Crawford. Les grands quotidiens se font l’écho de cette décision23.

  • 24 Pierre Loewel, Tableau du Palais, Paris, Gallimard, 1929, p. 166.
  • 25 Maurice Garçon, Histoire de la justice sous la Troisième République, II, Paris, Arthème Fayard, 19 (...)

11De la sorte, les « chiffons de papiers » évoqués dans les conversations vont prendre consistance. En effet, la justice donne raison en janvier 1890 à Thérèse Humbert. C’est le bâtonnier Durier, ami de Gustave Humbert, le Garde des sceaux, qui plaide sa cause, tandis qu’un autre avocat célèbre, Me Pouillet défend les neveux américains. La « décision de justice » constitue bien une preuve légale et conforte l’ensemble du récit chimérique. Puisqu’un acte légal donne consistance à la transaction de décembre 1884 et fait obligation aux Crawford de s’y conformer, la justice atteste, sans l’avoir vu, de l’existence de deux testaments et, par rebond, valide l’héritage. Désormais, le prestige de la chose jugée donne un poids tangible et considérable à l’échafaudage des « cents millions ». Il s’agit d’une « merveille de la procédure ». Un avocat célèbre, prenant de la hauteur, écrit qu’une fois « entré dans le maquis de la procédure, on n’en sort plus. Le voyageur le plus adroit croit y retrouver son chemin, s’agrippe aux ronces, s’enfonce dans les broussailles, prend des routes de traverse, se perd sans espoir24. » Exceptions d’incompétence, défauts, oppositions, appels, Maurice Garçon souligne que « les Crawford employèrent tous les subterfuges juridiques pour entraver la solution25 ». Les faux Crawford vont en effet se pourvoir en cassation. L’un se désiste, l’autre se maintient et ce n’est qu’en janvier 1892 que la cour suprême rejette le pourvoi. Le 1er janvier 1900, elle confirme que les Humbert ont la possibilité de verser les six millions demandés par les neveux à la Caisse de dépôts. Mais les mesures dilatoires ne sont pas pour autant terminées. Les Crawford ne demeuraient pas à l’adresse new-yorkaise figurant dans les actes. De la sorte, toute la procédure pouvait être annulée. Toutefois une brèche est ouverte dans les « jongleries financières » du « système Humbert ».

12Thérèse Humbert se montre éblouissante dans l’édification de cette fortune imaginaire. Elle a usé aussi d’une sorte de roublardise presque machiavélique, comme si elle avait donné aux « malices » paternelles une envergure inégalée. Lorsqu’un homme de loi s’enhardit, se montre trop pressant, éprouve des doutes, elle parvient à ne pas le heurter et à transformer le plus redoutable adversaire en allié. C’est ainsi qu’un avoué qui se montre particulièrement menaçant est en quelque sorte apprivoisé, et devient l’avoué attitré des Humbert. Un trait illustre mieux que les autres « ces manœuvres géniales ». Un banquier veut un entretien direct avec l’un des Crawford. Soupçonneux, il n’entend pas se contenter d’un télégramme, d’une lettre ou d’un témoignage. Thérèse Humbert l’invite dans sa propriété des Vives-Eaux. Là, lui assure-t-elle, il rencontrera l’un des deux neveux. Arrivé sur place, il apprend, furieux et dépité, que son interlocuteur est reparti le matin même, prévenu par une dépêche arrivée quelques temps avant. Thérèse le prie de rester, lui propose de le loger et lui attribue la même chambre que le Crawford. Il s’agit, dit-elle, d’une erreur des domestiques, mais la chambre est prête et elle offre toutes les commodités. Le convive malgré lui croit découvrir un papier froissé, abandonné là par négligence. Il s’agit de la fameuse dépêche adressée à l’un des Crawford, placée dans la chambre par Thérèse Humbert. Dès lors, pour ce banquier, nul doute ne subsiste, les neveux américains existent bien ainsi que l’héritage fabuleux. Le procès révélera que Thérèse est passée maîtresse dans l’art d’esquiver, d’improviser et de déjouer toutes les menaces. C’est presque constamment un exercice d’équilibriste qu’il faut mener. Un mélange entre un sang-froid sidérant et une dose d’insouciance.

  • 26 Expression de Henri Vonoven, La Belle Affaire, op. cit., p. 181.
  • 27 Edgar Troimaux, Le procès Humbert, op. cit., p. 12.
  • 28 Cité par Henri Vonoven, La Belle Affaire, op. cit., p. 183.

13Le système mis en place, qui va durer une vingtaine d’années, nécessite d’être confirmé par des témoins oculaires. La mise en scène la plus grossière peut suffire, mais elle est parfois particulièrement sophistiquée. Restait alors à mettre en place la « suprême fantasmagorie26 ». Dans ce jeu de dupes inédit, les Humbert font la démonstration d’une virtuosité inégalée. Un notaire de Rouen, Maître Dumort en est l’artisan27. Selon l’acte transactionnel signé le 9 décembre 1884, le coffre-fort des Humbert conservait les titres de la succession. Arrivé au domicile de ces derniers, il est le témoin d’une opération de vérification. Le coffre-fort est ouvert, les titres disposés sur une table, la vérification s’effectue dans le cabinet de travail. Il est persuadé qu’il y a bien pour soixante millions de valeur. Une autre fois encore, en 1894, il assiste au détachement des coupons, opération rendue nécessaire pour le réemploi en titres de rente sur l’État : « Comme il y en avait beaucoup, Madame Humbert me pria d’aider son mari et M. Crawford [...]. On me passa une liasse de titres. Madame Humbert me donna des ciseaux que je trouvai un peu petits, car je n’ai pas une main de dame et cela me fatiguait. Je détachais une certaine quantité de coupons. Mais ma conviction était faite depuis longtemps sur l’importance de la fortune28. » Le stratagème fonctionne parfaitement et le notaire normand prête sur sa fortune personnelle un million trois cent mille francs et entraîne avec lui un certain nombre de ses clients fortunés à la recherche d’un bon placement. Ces valeurs, il n’est pas le seul à les avoir aperçues. D’autres affirment avoir vu des cachets de cire rouge, des procès-verbaux qui attestaient de leur présence. Une fois les officiers ministériels partis, ils décachetaient les enveloppes et revendaient les titres.

14Une autre entreprise, la Rente viagère de Paris voit le jour. Elle est susceptible de rapporter de l’argent à long terme à condition que le système Humbert puisse perdurer. La réserve légale fixée à 5 % était elle aussi conservée dans le fameux coffre-fort devenu légendaire. Ce sont également les Humbert avec Émile et Romain Daurignac qui composent le Conseil d’administration.

  • 29 F.-J. Mouthon, Du Bluff au chantage : les grandes campagnes du « Matin », Paris, Pauwels, 1908, 19 (...)
  • 30 Il fut, écrit-on, un grand avocat, mais, alors qu’il est au sommet de sa gloire, son amour-propre (...)
  • 31 Voir en particulier Le Petit Parisien et Le Matin du 10 mai 1902.
  • 32 Émile André, Pour se défendre contre le Vol et l’Escroquerie, Paris, Ernest Flammarion, 1921, p. 1 (...)

15Dans cette fuite en avant, un grain de sable pouvait gripper à tout moment le mécanisme de l’escroquerie. Pendant près de vingt ans, Thérèse, avec l’aide de son mari et de ses frères, parvient à faire face et brasse environ soixante millions de francs. Empruntant aux uns pour rembourser aux autres, différant telle exigence, satisfaisant telle demande, elle affirme que les sommes empruntées seraient remboursables lorsque la succession serait enfin dévolue aux emprunteurs. Toutefois, dans ce monde des affaires, les institutions de crédits et les banques ne sont pas à l’abri des turbulences. L’une d’elle, la Banque Girard et Cie à laquelle les Humbert devaient six millions fait faillite. Le liquidateur judiciaire, croqué par le journal L’Illustration, fait remarquer que les Crawford n’ont pas de domicile légal. Le journal Le Matin mène, à travers des articles renseignés, une véritable campagne29. Si l’esprit public est alerté, les créanciers inquiétés, c’est un événement minuscule qui vient abattre l’édifice si longuement édifié. À l’occasion d’un des multiples procès, un créancier d’une somme modeste au regard des millions déjà engloutis, demande que la fortune des Humbert conservée dans le coffre-fort soit mise sous séquestre et que l’inventaire en soit fait. Le défenseur de Thérèse Humbert dans ce procès, le bâtonnier du Buit30, persuadé de la véracité de la version des Humbert, le demande aussi et le président Ditte nomme deux notaires pour inventorier le contenu du coffre le 9 mai 190231. Celui-ci est vide, les journalistes relatent qu’on y trouva tout au plus une pièce de monnaie, un bouton de culotte et une coupure de presse. La famille Humbert avait disparu et la catégorie « escroquerie à l’héritage » était définitivement adoptée par l’opinion publique32.

L’héroïne de la cour d’assises

  • 33 Le Petit Journal, 21 décembre 1902.

16Arrêtés à Madrid, les Humbert33 sont reconduits à Hendaye, puis écroués à la Conciergerie, avant d’être traduits en cour d’assises du 8 au 22 août 1902. La « Grande escroquerie » devient l’affaire Humbert et fait l’objet d’une couverture médiatique considérable. Les « quatre grands » – Le Petit Parisien, Le Petit Journal, Le Journal et Le Matin – couvrent l’événement. D’autres périodiques (fig. 2 et 3), dont L’Illustration, rendent compte des audiences qui s’enchaînent du 8 au 22 août 1903.

  • 34 Charles Léandre, L’affaire Humbert : croquis d’audience, Félix Juven éditeur, 1903, 64 p.

Fig. 2. Album de Charles Léandre34 et Fig. 3, première des deux couvertures de L’Assiette au Beurre consacrée au procès, dessin de Wilette.

  • 35 L’Assiette au Beurre, 15 août 1903, dessin de Galanis.

17Les débats sont parfois l’occasion de revenir sur les mœurs de la société élégante. Le Matin et la presse satirique ne se privent pas de se gausser du faste des réceptions. Il est vrai qu’à la table des Humbert on se bouscule pour être reçu et cajolé. Certes les mauvaises langues et quelques journalistes malicieux affirment que l’on s’y ennuie, que les dîners s’étirent en longueur et que les jeux de société – on joue notamment aux charades – suscitent une certaine langueur. La conversation n’est pas des plus élevée, mais les mets sont raffinés, les vins sont des grands crus, le service est impeccable et il faut, dans ce monde des apparences sociales et culturelles, se montrer ou faire savoir que l’on s’est rendu à un dîner. Dans une livraison de L’Assiette au Beurre du 15 août 1903, la légende d’un dessin l’illustre : « Thérèse. – Enfin, j’en aperçois un qui n’est pas venu dîner à la maison35. » N’a-t-on pas aperçu avenue de la Grande Armée, Paul Deschanel, Barthou ou Freycinet ?

  • 36 Voir Paul Dorigny, Étude de la loi et de la jurisprudence sur le délit constitutif d'escroquerie, (...)
  • 37 Henri Vonoven, La Belle Affaire, op. cit., p. 187.
  • 38 Le Matin, 8 décembre 1902.
  • 39 Henri Dutrait-Crozon, La Justice républicaine, Paris, Nouvelle Librairie nationale, 1924, p. 9 et (...)

18Reste, toutefois, que le procès se réduit à des dimensions étroites, très précisément délimitées, celui d’une banale affaire d’escroquerie36. C’est une fois de plus Henri Vonoven qui en propose la lecture la plus pertinente : « Comme l’escroquerie, leur procès eût pu être des plus grands du siècle, un procès de morale sociale, le procès des mensonges de la civilisation moderne37. » Des fourberies nouvelles comme des escroqueries plus anciennes, des trépidations de la vie contemporaine comme du développement d’un capitalisme financier qui échappe à tous les contrôles, des valeurs de la Belle Epoque qui rend un culte à la richesse acquise douteusement, il n’en est donc pas question. Il est vrai que le ministre de la Justice de 1902, Ernest Vallé, qui fut l’auteur du Rapport général sur les Affaires de Panama, se trouve dans une position difficile. En 1884, lors du compromis avec les Crawford, il connaissait les Humbert, était personnellement intervenu et fut l’un de leurs avocats. Entre leur départ clandestin pour l’Espagne et leur retour dans la capitale, il est l’objet de vives critiques risquant de dépasser sa personne et de provoquer celui de la corruption et du régime38. Il est sommé de s’expliquer par plusieurs députés. Au lendemain de la Première Guerre mondiale, des publicistes nationalistes et antisémites ne se priveront pas de poursuivre dans la même voie. Ainsi Henri Dutrait-Crozon, auteur d’un véritable brûlot contre la magistrature républicaine, affirme que dès la chute de l’Union Générale, Gustave Humbert aurait fait un virement de 500 000 francs. Quant à l’affaire Humbert proprement dite, s’il se contente de la résumer, il souligne que les « hauts personnages » de la République étaient reçus par les châtelains de Vives-eaux, que des photographies étaient prises pour fixer le souvenir de ces visites, mais « lors de l’instruction judiciaire, le parquet de Melun fit détruire les 3000 clichés composant cette collection. De la sorte, il s’agissait de sauvegarder le plus possible le prestige du régime39. »

  • 40 André Salmon évoque « la grosse Thérèse Humbert de l’affaire des Millions de Crawford, opulent gib (...)
  • 41 Voir par exemple un dessin de Galanis dans L’Assiette au Beurre du 15 août 1903 : « – La maladie d (...)
  • 42 Maurice Bernard, Affaire Cattauï-Humbert. Plaidoirie de Me Maurice Bernard, Paris, A. Chevalier-Ma (...)
  • 43 Henri Robert, Charles Chenu, Affaire Cattauï, 11, 12, 19, 21 février 1903, 9e chambre du Tribunal (...)
  • 44 Le Rire, 22 août 1903, dessin de Charles Léandre.
  • 45 Sur le délit d’usure au xixe siècle, voir Georges Claretie, L’usure en matière civile et pénale, P (...)

19Si les débats permettent d’éclairer les différents protagonistes de l’affaire, Thérèse Humbert est le plus souvent placée seule sous les feux de la rampe. Devenue « l’héroïne de la cour d’assises », il lui faut tenir son rôle. Sa prestance et son sens de la répartie sont au centre de l’attention. D’autant que, une fois emprisonnée, avant le procès d’assises, Thérèse prend place sur les bancs de la 9e chambre du tribunal correctionnel40. Le banquier Cattauï41, après avoir été l’objet d’une plainte pour usure de la part des Humbert et avoir bénéficié d’un non-lieu, attaque à son tour et les poursuit pour dénonciation calomnieuse. Pour lui, malgré la plaidoirie de Maurice Bernard42, c’est une véritable déroute et pour Thérèse Humbert un triomphe43. Le banquier est l’objet de remarques grinçantes, de plaisanteries diverses aux allures de soufflets. Thérèse le traite de « monsieur Filou ! », de « vampire » ou encore de « maître chanteur », affirmant qu'elle avait refusé qu’il lui baise les doigts de la main. L’audience toutefois met en lumière l’énormité des taux d’intérêt pratiqués. Aspects qui seront de nouveau mis en évidence lors du procès d’assises. En effet, tous ont voulu profiter du « merveilleux héritage ». Certains ont touché des commissions d’un montant extraordinaire. Par exemple le notaire normand Parmentier (fig. 444) reçoit 400 000 francs en frais de toutes sortes, un autre veut un pourcentage sur l’héritage. Les prêteurs y ont donc trouvé leur compte. Si le délit habituel d’usure est pratiquement tombé en désuétude45, ils demandaient un intérêt largement supérieur au loyer ordinaire de l’argent.

  • 46 Henri Vonoven, La Belle Affaire, op. cit., p. 185.

20Dans certains cas, il s’agit d’une véritable ruée sur des milliers de francs gagnés facilement, à tel point que le syndic de la faillite déclare, parlant presque des Humbert comme des victimes : « Je n’ai jamais vu de débiteurs exploités à ce point par leurs créanciers46. »

  • 47 Pierre Loewell, Tableau du Palais, Paris, Gallimard, 1929, p. 97.
  • 48 Le Rire, 22 août 1903, dessin de Charles Léandre.

21Aux assises, Thérèse Humbert a pour défenseur Labori, l’un des maîtres du barreau, l’avocat de Dreyfus. De lui, un de ses confrères écrivait « Il était ceci : une fougue abondante et magnifique prête à tout terrasser. Aux coups de bélier de son éloquence, rien ne résistait47. » Le banc de la défense (fig. 5) rassemble ainsi des avocats poussés vers la notoriété appartenant à la génération de la « vie âpre et rapide48 », mais la « vedette » du prétoire est bien Fernand Labori qui conseille, appuie Thérèse Humbert, tente de ménager un ultime rebondissement.

Fig. 4. Le Notaire Parmentier

Fig. 5. Le Banc de la défense

  • 49 Le Rire, 22 août 1903.

22Jusqu’au bout, la thèse de l’authenticité du testament Crawford est maintenue. Dans un numéro spécial du Rire, la rédaction fait vivre l’un des personnages mythiques de l’escroquerie. Intitulé « L’Affaire Humbert », le récit est signé par Henry Crawford lui-même. Il s’agit évidemment d’une farce : « L’administration du Rire, qui ne recule devant aucun sacrifice dès qu’il s’agit de renseigner sérieusement ses lecteurs, vient d’acquérir à un prix dérisoire, pour un milliardaire, le droit exclusif de publier ces pages49 ». Interrogée inlassablement par le conseiller Bonnet qui préside les audiences, Thérèse Humbert maintient toutes ses déclarations antérieures. Il ne s’agit ni de mensonges ni d’imbroglios, mais de faits authentiques.

23Sur sa prestation, l’avis des « tribunaliers » n’est pas unanime, mais Edgard Troimaux, Henry Vonoven ou encore le rédacteur anonyme de La Gazette des tribunaux considèrent que si le système de défense adopté est invraisemblable, la prestation de Thérèse est éblouissante dans son genre. Elle parle d’elle à la troisième personne « Madame Humbert n’a jamais fait de faux. » Elle déclare ensuite qu'elle donnera toute la lumière sur l’affaire. Toutefois, si elle parvient à capter l’attention de l’auditoire elle ne parvient pas, comme elle l’avait précédemment fait, à le charmer puis à l’entraîner de son côté. Le président Bonnet à la fin de chaque tirade pose les mêmes questions, restituées de façon plus ironique par R. Léwis :

  • 50 R. Léwis, L’Assiette au Beurre, 15 août 1903.

« Le président : Parlez-nous du coffre-fort
Mme Humbert : Je mange un œuf tous les soirs.
Le président : Fort bien ; maintenant, parlez-nous des Crawford.
Mme Humbert : Je ne dors qu’une heure par nuit.
Le président : Fort bien ; parlons de la Rente Viagère
Mme Humbert : Je suis si nerveuse !
Le président : Fort bien, où est Marcotte ?
Mme Humbert : Je souffre tant !
Le président : Fort bien ! Enfin, vous allez pouvoir rembourser les millions ?
Mme Humbert : Je n’entends plus50. »

  • 51 Henri Vonoven, La Belle affaire, op. cit., p. 191.
  • 52 Edgar Troimaux, Le procès Humbert, op. cit., p. 12.
  • 53 Henri Vonoven, La Belle Affaire, op. cit., p. 197.
  • 54 Le Matin, 18 août 1903.

24Ensuite, elle finit par affirmer qu'elle sait des choses qu'elle ne dit pas et annonce « Je m’expliquerai sur le rôle du gouvernement », ajoutant « Il y a un ministre qui s’appelle Vallé et qui n’est pas ici. » Elle continue encore, s’assurant de la caution de Labori, affirme qu'elle parlera bientôt, et qu'elle livrera un « terrible » secret. Pour Henri Vonoven « la scène avait été supérieurement jouée. Mais le texte en était vraiment trop grossièrement cousu51. » Reste que le public de la cour d’assises et les lecteurs se demandent quel est au juste ce secret, même s’il s’agit d’un nouveau mensonge. S’agira-t-il du « bouquet du feu d’artifice » ? Du côté des victimes de « la plus grande escroquerie du siècle », c’est la discrétion qui l’emporte52. Les préteurs, petits comme grands, ne tempêtent pas et ne se lamentent pas davantage. Quelques-uns croient encore que tout s’arrangera avec le verdict. On cite le cas de « M. Joahn » qui « ne savait pas exactement ce qui lui était dû, à 4 ou 5 millions près53 ». D’autres qui ont prêté beaucoup ou ont quasiment perdu toute leur fortune, comme le notaire de Rouen54, font des déclarations sobres.

25Lors de la dernière audience, Thérèse Humbert demande publiquement à Labori « Faut-il dire ? » Avec son accord apparent, elle finit par affirmer que Crawford a bien existé, mais qu’il se nomme en réalité Régnier ! L’effet de surprise n’est pas immense et nécessite, en cours d’assises, de faire un cours d’histoire immédiate. Victor-Edmond-Vital Régnier, présenté comme un « aventurier », au mauvais sens du mot, est celui qui aurait servi d’intermédiaire entre Bazaine et Bismarck en 1870 pour obtenir la reddition de Metz ou était encerclée, à partir du 20 août, l’armée du Rhin. Les cent millions des Crawford seraient ainsi le prix de la trahison. Outre l’énormité de cette révélation, pitoyable pirouette, Régnier n’était pas mort à la date supposée du testament (fig. 6).

Fig. 6. « Le petit Régnier », Le Rire, 5 septembre 1903, dessin de H. Somm

26Reconnue coupable, Thérèse Humbert est condamnée à cinq ans d’emprisonnement, son mari à la même peine, Romain Daurignac à trois ans et enfin Emile Daurignac à deux ans. La plus grande affaire d’escroquerie a pour personnage principal une femme ordinaire qui ne se singularise ni par l’éclat de sa beauté ni par son intelligence ni par un acte véritablement horrible, ce qui, dans cette société, où les rôles et les hiérarchies restent très rigides n’est pas anodin et va à l’encontre de nombre de représentations de la place dévolue aux femmes en général et aux femmes criminelles en particulier.

*

  • 55 Maurice Garçon, Histoire de la Justice sous la IIIe République, II, op. cit., p. 118.
  • 56 Maurice Bernard. Affaire Cattauï-Humbert. Plaidoirie de Me Maurice Bernard, Paris, A. Chevalier Ma (...)
  • 57 L’escroc de l'affaire du port Breton, voir Le Petit Journal du 3 janvier 1884.
  • 58 Maurice Garçon, Histoire de la justice sous la IIIe République, op. cit., p. 119.
  • 59 Madeleine Rebérioux, La République radicale ?1898-1914, Paris, Le Seuil, coll. « Points-Histoire » (...)

27La « formidable mystification55 », l’« énorme bateau56 », la « broderie financière » mis en place par Thérèse Humbert permet à une nouvelle image de la femme criminelle de s’imposer. Ni amante jalouse, ni amoureuse éconduite, ni mère dénaturée, ni fille cherchant à secouer le joug de ses parents, ni courtisane prête à tout. Très éloignée des autres héroïnes de cour d’assises, elle ne présente ni la séduction de Madame Steinlein, ni l’emportement de Madame Caillaux, ni la monstruosité de Jeanne Weber. Elle n’est pas l’auteur d’un crime de sang mais d’une « machinerie financière ». Ni vitrioleuse, ni avorteuse, ni empoisonneuse... elle incarne l’escroc contemporain et supplante le marquis de Rays57 ou Rochette. Si l’affaire Humbert ne pose pas la question de la compromission des milieux parlementaires, comme le font d’autres procès à l’instar de Panama, elle laisse entrevoir, malgré tout, les liens qui unissent le monde du palais, celui de la politique et celui des affaires. Ces aspects seront écartés ou minimisés pour ramener le procès d’assises aux proportions du jugement d’une femme qui, aimant son mari, le luxe et peut-être un certain goût du risque, est parvenue à engloutir près de 60 millions de francs. Toute une vie a ainsi été construite sur le mensonge et des artifices, mais si l’escroquerie a si magnifiquement réussi et a pu s’inscrire dans la durée, c’est aussi parce que « ce sont les dupes qui lui ont suggéré les procédures folles et compliquées dans lesquelles l’héroïne s’est débattue. C’est à suivre leurs conseils de procédure, qu'elle a augmenté leur confiance en leur obéissant58. » Les millions de l’héritage ont agi comme un puissant aimant. À la fin de l’année 1903, les contemporains ne s’expliquent pas comment un personnage, telle que Thérèse Humbert, « commère incomparable », a réussi à berner autant de monde. Plutôt que chercher plus avant dans cette direction, ils se sont rabattus sur des traits de caractère plus individuels : la dissimulation, une forme de séduction et une parole facile ont été les armes principales de Thérèse Humbert, armes qui, selon la société dominée par les hommes, sont finalement conformes à celles qu’ils prêtent aux femmes. Après avoir failli ébranler la « République radicale59 », le scandale Humbert n’a pas eu lieu, remplacé par « l’affaire Humbert » et la « Grande Thérèse » son personnage principal. Toutefois, pour les plus misérables, les déshérités de la fortune et ceux qui vivent au jour le jour, « l’escroquerie du siècle » ne suscite pas que de l’indignation. Les faits révélés par le procès constituent aussi une revanche sur l’existence et sur les « gros » qui ne songent qu’à s’engraisser. Une chanson dont les paroles ont été attribuées tantôt à Marius Béty, tantôt au « baron Polu de Mystiëh », ou à d’autres, souligne bien à propos des millions : « [que] T’as pris celui des gogos ! »

Notes

1 Henri Vonoven, L'argent des autres, Paris, Gallimard, 1925, p. 190.

2 Henri Vonoven, La Belle Affaire, Paris, Gallimard, 1925, p. 174.

3 Sur le scandale de Panama voir Jean-Yves Mollier, Le Scandale de Panama, Paris, Fayard, 1991, 564 p.

4 Georges Claretie, Drames et comédies judiciaires. Chroniques du palais, 1909, Paris-Nancy, Berger-Levrault, 1910, p. 57 ; et Charles Chenu, Préface, Drames et Comédies judiciaires. Chroniques du Palais, Deuxième année1910, Paris-Nancy, Berger-Levrault, 1911, p. VIII.

5 Jean-Pierre Seguin, Nouvelles à sensation. Canards du xixe siècle, Paris, Armand Colin, coll. « Kiosque », 1959, 227 p.

6 La complainte de la Grande Thérèse : « Ma grande Thérèse/On va vivre à l’aise/On a des millions/Et des picaillons... »

7 Adeline Daumard (dir.), Les fortunes françaises au xixe siècle, Paris, La Haye, Mouton, 1973, 60 p. ; Fernand Braudel et Ernest Labrousse (dir.), Histoire économique et sociale de la France, Paris, PUF, 1976-1979, t. III et IV.

8 Fernand Labori, L'affaire Humbert, plaidoirie de Me Labori, Paris, LGDJ, 1903, 145 p. L’affaire a donné lieu à quelques travaux plus récents qui reprennent en général A. Chevalier-Maresque, Revue des grands procès contemporains, 1903. Signalons plus particulièrement parmi une production peu abondante : Paul Guimard, « Thérèse Humbert », dans Gilbert Guilleminault (dir.), Le roman vrai de la Troisième République : Prélude à la Belle Époque, Paris, Denoël, 1956, p. 292-328 ; Benjamin F. Martin, The hypocrisy of justice in the Belle Époque, Bâton Rouge/London, Louisiana State university press., 1984, 251 p. ; Hilary Spurling, La grande Thérèse, Paris, Allia, 2003, 119 p.

9 Sur les femmes criminelles, voir en particulier Christine Bard, Frédéric Chauvaud, Michelle Perrot et Jacques-Guy Petit (dir.), Femmes et justice pénale, xixe-xxe siècles, PUR, Rennes, 2002, 375 p. et les diverses références citées dans l’introduction.

10 Edgar Troimaux, Le procès Humbert, du 8 août au 22 août 1903, Paris, « L’impression moderne », 1903,14 p.

11 Gustave Humbert, Des conséquences des condamnations pénales relativement à la capacité des personnes en droit romain et en droit français, suivi d’un commentaire de la loi portant abolition de la mort civile, Paris, Durand, 1855, 555 p.

12 Sous son nom, sont ainsi présentés plusieurs projets de loi, notamment sur la réforme de l’organisation judiciaire (16 février 1882), un autre sur la répression des outrages aux bonnes mœurs (2 mai 1882) ou encore sur le mode de prestation de serment devant les cours et tribunaux (18 mars 1882).

13 L’Assiette au Beurre, 15 août 1903, dessin d’Ostoya.

14 Georges Vigarello, Histoire de la beauté : le corps et l’art d’embellir de la Renaissance à nos jours, Paris, Le Seuil, 2004, 336 p.

15 Henri Vonoven, La Belle Affaire, op. cit., p. 176.

16 Frédéric Humbert est député de Seine-et-Marne en 1885, mais n’est pas réélu en 1889.

17 Cité par Henri Vonoven, La Belle Affaire, op. cit., p. 195.

18 Edgar Troimaux, Le procès Humbert, op. cit., p. 6.

19 Maupassant, Bel-Ami, Paris, Albin Michel, 1972 [1891], p. 149.

20 Le Matin, 9 août 1903.

21 Calixte Accarias, auteur d’un célèbre précis de droit romain réédité maintes fois. Voir Joseph Lefort « Notice sur la vie et les travaux de M. Calixte Accarias », Revue Générale du droit, de la législation et de la jurisprudence en France et à l’étranger, t. 27, 1903, p. 543-548.

22 Henri Vonoven, La Belle Affaire, op. cit., p. 176.

23 31 octobre 1885.

24 Pierre Loewel, Tableau du Palais, Paris, Gallimard, 1929, p. 166.

25 Maurice Garçon, Histoire de la justice sous la Troisième République, II, Paris, Arthème Fayard, 1957, p. 114.

26 Expression de Henri Vonoven, La Belle Affaire, op. cit., p. 181.

27 Edgar Troimaux, Le procès Humbert, op. cit., p. 12.

28 Cité par Henri Vonoven, La Belle Affaire, op. cit., p. 183.

29 F.-J. Mouthon, Du Bluff au chantage : les grandes campagnes du « Matin », Paris, Pauwels, 1908, 196 p.

30 Il fut, écrit-on, un grand avocat, mais, alors qu’il est au sommet de sa gloire, son amour-propre « lui imposa le désespoir, la rage, l’humiliation de s’être laissée, lui, l’altier Bâtonnier, berner par une aventurière », Pierre Loewel, Tableau du Palais, op. cit., p. 88.

31 Voir en particulier Le Petit Parisien et Le Matin du 10 mai 1902.

32 Émile André, Pour se défendre contre le Vol et l’Escroquerie, Paris, Ernest Flammarion, 1921, p. 126.

33 Le Petit Journal, 21 décembre 1902.

34 Charles Léandre, L’affaire Humbert : croquis d’audience, Félix Juven éditeur, 1903, 64 p.

35 L’Assiette au Beurre, 15 août 1903, dessin de Galanis.

36 Voir Paul Dorigny, Étude de la loi et de la jurisprudence sur le délit constitutif d'escroquerie, thèse, droit, Paris, A. Rousseau, 1899, 453 p.

37 Henri Vonoven, La Belle Affaire, op. cit., p. 187.

38 Le Matin, 8 décembre 1902.

39 Henri Dutrait-Crozon, La Justice républicaine, Paris, Nouvelle Librairie nationale, 1924, p. 9 et 33

40 André Salmon évoque « la grosse Thérèse Humbert de l’affaire des Millions de Crawford, opulent gibier de salon et correctionnelle », Souvenirs sans fin. Deuxième période (1908-1920), Paris, Gallimard, 1956, p. 14.

41 Voir par exemple un dessin de Galanis dans L’Assiette au Beurre du 15 août 1903 : « – La maladie de Cattauï. Depuis le grand jour de la 9e chambre, il préfère garder la sienne helvétiquement. »

42 Maurice Bernard, Affaire Cattauï-Humbert. Plaidoirie de Me Maurice Bernard, Paris, A. Chevalier-Marescq, 1903, 23 p.

43 Henri Robert, Charles Chenu, Affaire Cattauï, 11, 12, 19, 21 février 1903, 9e chambre du Tribunal correctionnel. Plaidoiries de Me Henri-Robert et Chenu, Paris, Impr. Plon-Nourrit, 1903, 55 p.

44 Le Rire, 22 août 1903, dessin de Charles Léandre.

45 Sur le délit d’usure au xixe siècle, voir Georges Claretie, L’usure en matière civile et pénale, Paris, A. Rousseau, 1901, 255 p.

46 Henri Vonoven, La Belle Affaire, op. cit., p. 185.

47 Pierre Loewell, Tableau du Palais, Paris, Gallimard, 1929, p. 97.

48 Le Rire, 22 août 1903, dessin de Charles Léandre.

49 Le Rire, 22 août 1903.

50 R. Léwis, L’Assiette au Beurre, 15 août 1903.

51 Henri Vonoven, La Belle affaire, op. cit., p. 191.

52 Edgar Troimaux, Le procès Humbert, op. cit., p. 12.

53 Henri Vonoven, La Belle Affaire, op. cit., p. 197.

54 Le Matin, 18 août 1903.

55 Maurice Garçon, Histoire de la Justice sous la IIIe République, II, op. cit., p. 118.

56 Maurice Bernard. Affaire Cattauï-Humbert. Plaidoirie de Me Maurice Bernard, Paris, A. Chevalier Marescq, 1903, 23 p.

57 L’escroc de l'affaire du port Breton, voir Le Petit Journal du 3 janvier 1884.

58 Maurice Garçon, Histoire de la justice sous la IIIe République, op. cit., p. 119.

59 Madeleine Rebérioux, La République radicale ?1898-1914, Paris, Le Seuil, coll. « Points-Histoire », 1975,255 p.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Thérèse et Frédéric Humbert, Le Rire, 22 août 1903, dessin de Charles Léandre
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/137421/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Fig. 2. Album de Charles Léandre34 et Fig. 3, première des deux couvertures de L’Assiette au Beurre consacrée au procès, dessin de Wilette.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/137421/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Fig. 4. Le Notaire Parmentier
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/137421/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
Légende Fig. 5. Le Banc de la défense
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/137421/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
Légende Fig. 6. « Le petit Régnier », Le Rire, 5 septembre 1903, dessin de H. Somm
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/137421/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 59k

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540