Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Impossibles victimes, impossibles coupables

 | 
Frédéric Chauvaud
, 
Gilles Malandain

Troisième partie. Femmes déviantes et figures héroïques

Charlotte Corday : la construction d’une victime de l’histoire (fin du xixe siècle-début du xxe siècle)

Guillaume Mazeau

Texte intégral

  • 1 Revue du Monde catholique, cinquième année, t. 11, Paris, Palmé, 1863, p. 557.

1« Il semble presque injuste d’appliquer [...] les mots que prescrivent la langue et la raison, d’appeler Charlotte Corday la coupable, et Marat la victime1. »

  • 2 Voir le film récemment diffusé sur une grande chaîne de service public (France 3) : Henri Helman, C (...)
  • 3 Guillaume Mazeau, « Bling-bling à Versailles », Annales Historiques de la Révolution française, no  (...)
  • 4 Guillaume Erner, La société des victimes, essai sur la société compassionnelle, Paris, La Découvert (...)

2Dans les productions destinées au grand public, Charlotte Corday a aujourd’hui rejoint la cohorte des grandes victimes de l’histoire2. Pour ce qui concerne les figures de la période révolutionnaire, on peut même la classer avec Marie-Antoinette : la récente exposition au Grand Palais montre une volonté de provoquer l’empathie envers la reine de France, que l’on pleure comme une martyre3. Aujourd’hui, le passé révolutionnaire est constamment passé au crible de la société compassionnelle4. Les produits dérivés de l’histoire nationale sont avant tout sélectionnés en fonction de leur capacité à provoquer l’empathie du public. Les femmes, que les conventions sexuelles associent spontanément aux émotions, sont souvent en première ligne d’un tel processus.

  • 5 Guillaume Mazeau, Le bain de l'histoire. Charlotte Corday et l'attentat contre Marat, Seyssel, Cham (...)

3C’est notamment le cas de Charlotte Corday, un des plus fameux assassins de l’histoire de France. Au xixe siècle et surtout sous la Monarchie de Juillet, elle est presque aussi familière aux Français que Jeanne d’Arc. Dans les années 1880, elle rivalise même avec Marianne comme effigie possible de la nation5. Pourtant, son geste est alors encore très problématique. La question de savoir si l’événement est un attentat politique ou un simple crime de droit commun, ne cesse d’être posée. Or pendant tout le xixe siècle, à cause du rejet qu’inspire toujours Marat, on réfléchit avant tout à l’événement en discutant du statut de l’assassin : Corday est-elle une vulgaire criminelle ou un assassin politique ? Après leur mort, l’opposition de Marat et de Corday devient donc un modèle récurrent pour réfléchir sur les catégories du « criminel » et de la « victime » et au-delà, pour s’acharner à fixer les frontières mouvantes de la normalité et de la déviance sociale.

4Pour comprendre les raisons de l’impossible qualification du crime et de son auteur, il faut partir de la faillite de la justice d’exception en juillet 1793. Il faut rappeler l’échec du procès Corday à refermer la brèche ouverte par l’assassinat de Marat et à transformer l’assassin en criminelle repentie. Une partie importante de l’historiographie du xixe siècle a ainsi été consacrée à la réparation de la société et de la morale politique, ébranlées par le comportement de Corday : les innombrables récits de l’attentat ont donc souvent tenté, avec des fortunes diverses, de « refaire » le procès manqué de 1793. En quelque sorte, l’histoire a été mobilisée au secours de la justice.

5Dès 1793, les autorités montagnardes avaient bien tenté de présenter Corday comme une criminelle, notamment à travers l’usage politique de la physiognomonie. De même, les milieux conservateurs avaient essayé, à travers le modèle de la sainte, de faire de Corday une martyre de la Révolution. Mais jusqu’à la fin du xixe siècle, ces deux catégories sont le plus souvent associées : pour ses détracteurs comme pour ses hagiographes, Corday est à la fois criminelle et victime. Cette image double correspond non seulement à la volonté d’utiliser sa figure pour rassembler des groupes très divers, mais aussi à un réel flottement des catégories morales. Corday est ainsi souvent présentée en héroïne de la nation, comme un personnage certes exceptionnel, mais qui ne saurait être imité ou érigé en modèle.

6Or cette image complexe, qui fait le bonheur des milieux romantiques dans les années 1830 et 1840, s’effondre au seuil du xxe siècle. La figure de Charlotte Corday subit alors un double processus séparé de criminalisation et de victimisation. Il convient ici de s’interroger sur les modalités et le sens d’une telle évolution.

La criminalisation de Corday au xixe siècle

7Tout au long du xixe siècle, Corday est de plus en plus vue comme une criminelle. Dès la fin du xviiie siècle, la propagande politique tente d’en faire une déviante. Alors que Marie-Antoinette est salie à travers l’image de la mère incestueuse, Corday est souvent présentée comme une célibataire débauchée, ou comme une mauvaise fille. Dans ces discours, les dérèglements familiaux sont clairement présentés comme la source des désordres publics. On croit alors que le crime peut en partie s’expliquer par les anomalies de la cellule familiale. Charlotte Corday est aussi devenue criminelle car elle ne correspondait pas aux normes établies des fonctions féminines au sein de la famille : ni épouse, ni mère, on pouvait en plus l’accuser d’avoir menti à son père en prétextant un voyage en Angleterre, alors qu'elle partait tuer Marat !

  • 6 Gilles Malandain, L’affaire Louvel ou l’introuvable complot. Événement, enquête judiciaire et expre (...)
  • 7 Pilote du Calvados, 12 novembre 1835 ; Marie Capelle, Heures de Prison, Paris, livre XI, 1856, p. 2 (...)

8À partir des années 1830, toutefois, la catégorie de la criminelle change progressivement de sens : elle devient de plus en plus synonyme d’une déviance dont il faut protéger la nouvelle société bourgeoise. Archaïque, sauvage, la criminalité est de plus en plus incompatible avec des relations sociales qui doivent être plus modernes et policées. Dans ce contexte, l’acte politique de Corday se criminalise. Corday sert tout d’abord de modèle à Karl Sand, assassin de Kotzebue. Elle est aussi mentionnée par Louvel, après la mort du duc de Berry6. Mais Corday est aussi de plus en plus comparée à ceux qui défrayent la chronique judiciaire comme Pierre Rivière, Lacenaire et Marie Lafarge. Cette association, surprenante, n’est d’ailleurs pas seulement osée par les journalistes. Elle provient des criminels eux-mêmes, qui font volontiers allusion à l’assassin de Marat : preuve que l’image de Charlotte Corday est de moins en moins politique, et de plus en plus associée à l’idée d’une déviance sociale7.

  • 8 Jean Baptiste Joseph Champagnac, Chronique du crime et de l’innocence, Paris, Ménard, 1833, t. 5, p (...)

9Dans les années 1830 et 1840, les nombreux récits de l’assassinat de Marat sont l’occasion d’exprimer une nouvelle angoisse : le crime inexpliqué. Les récits du procès et de l’exécution de l’assassin de Marat participent donc à la tentative de résorption d’une dissolution des mœurs, attribuée aux nouvelles classes sociales. À cette criminalité populaire, on oppose de plus en plus d’anciens modèles comme Corday, qui fait figure de « bonne criminelle », issue d’un temps où les assassins savaient encore faire preuve de bonnes manières. Héroïne de la littérature du crime, beauté d’échafaud, belle criminelle issue du romantisme, Charlotte Corday continue donc d’inspirer des sentiments ambigus, dans lesquels la fascination de 1793 a loin d’avoir disparu8.

  • 9 Delduc et Flameng, Marat Assassiné, milieu xixe siècle, estampe, 0,212 x 0,255, Versailles, musée L (...)

10Les années 1860, mais surtout les dernières années du siècle, se traduisent par une véritable criminalisation de l’assassin de Marat. Le contexte politique a changé. Sous le Second Empire, l’essor du républicanisme s’accompagne d’une mutation de la culture politique, se traduisant par la volonté de policer, de moraliser et de pacifier le débat public. Pour ceux qui rêvent d’une République moderne, la violence politique est un signe d’archaïsme. Elle est de plus en plus intolérable. Alors que Napoléon III collectionne les estampes de l’assassinat de Marat et les portraits de Corday, les républicains la voient comme une fanatique d’un autre temps ou comme une déviante9.

  • 10 Jules Simon, Le devoir, Paris, 1855, p. 390.

11L’enracinement de la culture républicaine favorise en même temps le réveil de la mémoire de Marat. On rappelle alors l’évidence : Corday, que l’on avait tant louée, a quand même tué un élu du peuple10. La vague d’attentats anarchistes des années 1890 et l’assassinat de Jaurès en 1914, dressent de plus en plus l’opinion contre les attentats politiques. Enfin, les conséquences de la défaite de 1871 et l’Union Sacrée favorisent la construction d’un patrimoine républicain centré sur la nation unie. L’invention du roman national se fait aux dépens des symboles de la cité divisée. Parmi les valeurs que l’on tente d’inculquer aux nouveaux citoyens, le rassemblement et la fraternité deviennent au moins aussi importants que le sacrifice de soi. Le geste de Corday correspond donc de moins en moins à la culture politique du temps. L’assassinat de Marat devient un des symboles les plus gênants de la discorde révolutionnaire.

  • 11 Voir la contribution de Quentin Deluermoz à ce colloque.

12Corday n’est plus une héroïne. Elle devient une figure de la dispute. Ne pouvant comprendre son acte à travers la nouvelle définition de la politique, on voit en elle un cas d’école de la déviance féminine, qui fait couler beaucoup d’encre depuis l’engagement de certaines femmes pendant la Commune de Paris11. L’image de Corday est convoquée pour désapprouver toute forme d’action politique des femmes après 1871, comme le montre un des épisodes ayant suivi la mort de Léon Gambetta, d’un coup de pistolet accidentel, le 31 décembre 1882. La rumeur court que sa maîtresse Léonie Léon, est responsable de sa blessure fatale. Le souvenir de Corday est rapidement convoqué pour lire un événement qui revêt toutes les apparences du fait divers. Le 11 janvier, J. Blass publie une caricature dans le journal monarchiste Le Triboulet faisant de Louise Michel, habillée en furie de la guillotine, une nouvelle Charlotte Corday, poignardant Gambetta dans sa baignoire pour ne pas avoir respecté son programme électoral de Belleville, qu'elle tient en main. Corday est une nouvelle pétroleuse.

  • 12 Jules Steeg, Le livre de morale du petit citoyen, Paris, Nathan, 1896, p. 89.
  • 13 Louis Hincker, Citoyens-combattants, Paris 1848-1851, Villeneuve d’Asq, Presses Universitaires du S (...)
  • 14 G. Ferrero, C. Lombroso, La Donna deliquente, la prostitua e la donna normale, Turin, 1893 ; Pr. To (...)
  • 15 Jean-Nicolas Robert-Fleury (1797-1890), Charlotte Corday à Caen en 1793, 1874, huile sur toile, 2,1 (...)

13De même, Jules Steeg stigmatise à travers Corday l’intervention des femmes en politique : l’assassin de Marat représente la naïveté de la simple citoyenne inspirée par ses émotions, que l’on dissuade d’intervenir dans le débat public : la rationalité politique se trouve désormais entièrement dans la représentation nationale12. Le citoyen-combattant et a fortiori la citoyenne-combattante ne sont plus des modèles du républicanisme depuis longtemps13. Dans les années 1880 et 1890, les débats sur l’origine biologique de l’anormalité de Corday s’insèrent aussi dans les recherches plus vastes de l’anthropologie criminelle et de l’aliénisme, en Italie et en France14. Les portraits de Corday en criminelle, folle ou mélancolique, se multiplient15. Or cette lente criminalisation est entérinée par les historiens universitaires, chargés du grand roman national. Cette éviction laisse le champ libre à la victimisation de l’assassin de Marat dans les milieux antirépublicains dont les idées sont davantage diffusées dans la culture populaire à travers la littérature du fait divers et de la petite histoire.

Naissance d’une victime politique (début du xxe siècle)

  • 16 Alphonse de Lamartine, Histoire des Girondins, tome 44, Paris, Furne, 1848.

14Certes, la présentation de Charlotte Corday en victime ne date pas du xxe siècle. Mais, comme c’est le cas pour celle de « criminelle », la catégorie de « victime » change progressivement de sens au cours du xixe siècle. Dès 1793 et jusqu’à la Restauration, Corday est régulièrement comparée à une sainte martyre : c’est une victime religieuse d’une Révolution sacrilège. Dans les années 1830 et 1840, on se délecte du contraste entre la pureté de la victime, la brutalité de son acte et de sa mort : pour Lamartine, Corday est une « belle et splendide victime16 ». Le sens de l’oxymore n’est pas politique, mais esthétique.

  • 17 Auguste Casimir-Perier, « La jeunesse de Charlotte Corday » Revue des deux mondes, 1er avril 1862.

15Or progressivement, le qualificatif de victime se laïcise lorsqu’il est appliqué à l’assassin de Marat. Pour Casimir-Périer, qui fabrique à des fins politiques les souvenirs posthumes de sa tante, une ancienne amie de Charlotte Corday, cette dernière n’est que « l’héroïque victime d’une sublime erreur17 » : elle n’est donc plus présentée que comme l’objet du malheur des temps, le jouet de la fatalité. Dans une culture politique de plus en plus matérialiste et utilitariste, le jugement sur l’assassinat de Marat se pense de plus en plus en termes d’échec et de réussite. Corday a simplement perdu son pari en tuant Marat.

  • 18 Le centenaire de l’assassinat de Marat est à la fois mentionné par la Gazette de France (« Il y a C (...)
  • 19 Armand Bourgeois, Les derniers jours de Charlotte Corday, préface de la vicomtesse de Ulric du Pont (...)

16Dans les anciennes élites nobiliaires, au sein des milieux monarchistes et antirépublicains, Charlotte Corday intègre alors le répertoire d’une culture du déclassement et du ressentiment, mobilisée au nom de la résistance à la modernité politique et à ses nouvelles valeurs. Avant les années 1920, la victimisation de Corday alimente donc la contre-culture antirépublicaine d’une partie de la noblesse, trouvant dans l’héritage de la Contre-Révolution de nouveaux modèles d’action, et justifiant progressivement l’usage de la violence politique. Ces velléités sont en partie détournées à des fins extérieures à la fin du xixe siècle. Après la défaite de 1870, Corday devient en effet souvent la figure d’une France bafouée, prenant la forme de la mélancolie mais aussi de la revanche. Pour les milieux nationalistes antiparlementaires, pour les journaux conservateurs comme le Figaro, à peine converti à la République en 1876, et qui consacre, pas moins de cinq articles la même année à l’assassin de Marat18, Corday et Jeanne d’Arc sont des remèdes au déclin et des promesses de résurrection du génie national : « [o]ui, viennent les sombres jours de l’invasion et de la révolte, on verra se lever, contre l’oppression, des héroïnes comme Jehanne la Lorraine et comme la Normande Charlotte Corday, méritant une place spéciale dans l’histoire ; car la Patrie renaquit plus jeune et plus vigoureuse du sacrifice spontané de leurs vies pures. En des heures de désespérance, gardiennes de la tradition, de la vertu et du foyer, les femmes de France, les filles de ces vaillantes, en seront – peut-être – le salut19 ! » Les pucelles de Caen et d’Orléans peuvent incarner les libératrices de la nation car elles sont parées de toutes les vertus familiales. Ce sont des femmes victimes, dont la pureté morale peut sauver une partie en déclin.

  • 20 Joachim Antoine Joseph Gaudry, Histoire du barreau de Paris depuis son origine jusqu'à 1830, Paris, (...)
  • 21 A. Durand, Catalogue des livres imprimés de la Bibliothèque des avocats à la Cour d’appel de Paris,(...)
  • 22 Émile Littré, Dictionnaire de la langue française (1872-1877).

17L’assassin de Marat est donc provisoirement réhabilitée comme une des figures d’un nationalisme républicain trouvant dans l’histoire les ressources de la puissance, capable de rassembler les républicains comme les monarchistes, les catégories populaires comme la noblesse. Mais la culture politique des milieux les plus conservateurs s’est aussi laïcisée dans la seconde partie du xixe siècle. Si certains continuent de puiser dans le répertoire d’une culture catholique en reconquête pour faire de Corday une victime religieuse, d’autres réactivent la littérature victimaire post-thermidorienne pour transformer Corday en victime politique de la Révolution20. Les ouvrages de Charles Vatel sur le dossier judiciaire de Charlotte Corday intègrent les bibliothèques de droit21. Au début de la IIIe République, la notion courante de « victime » est encore spontanément associée à cette période de guerre civile. Le sixième sens du terme mentionné par le Littré, témoigne de cette survivance dans l’imaginaire social : « [s]’est dit, absolument, des personnes qui périrent condamnées par les tribunaux révolutionnaires. Cheveux, costume à la victime, coiffure, habillement qui rappelait la toilette des condamnés montant à l’échafaud et qui devint à la mode dans quelques salons, lors de la réaction dont le 9 thermidor fut suivi. Bal des victimes, bal où l’on n’était admis qu’en prouvant qu’on avait une victime dans sa famille22. »

18La victimisation de Charlotte Corday est donc une arme de guerre pointée contre la République. En faisant de Corday une victime de l’histoire, ces milieux se construisent un patrimoine marqué par les figures de la résistance à l’acculturation républicaine des Français. Dans ce processus, l’histoire judiciaire joue un rôle fondamental. La victimisation de Corday, comme celle de Jeanne d’Arc à la même époque, passe donc par la relecture et la réécriture de son procès. Il s’agit de faire reconnaître celui-ci comme une erreur judiciaire de la République.

  • 23 Album de photographie des œuvres d’art achetées par l’État intitulé Direction des Beaux-Arts, Ouvra (...)
  • 24 Maurice Agulhon, Marianne au pouvoir, 1880-1914, Paris, Flammarion, 1989.
  • 25 Eugène Defrance, Charlotte Corday et la mort de Marat, documents inédits sur l’histoire de la Terre (...)

19Surtout, cette mutation de la figure de Corday accompagne une évolution de la définition de la victime politique, de la victime passive à la victime consentante. Les milieux d’extrême droite peuvent ainsi réhabiliter le sacrifice et la violence politique. Corday intègre un patrimoine antiparlementaire en construction faisant de l’attentat politique et du suicide, des modèles d’action. L’insistance croissante sur le sacrifice patriotique de Corday passe d’ailleurs de plus en plus par une virilisation de l’assassin de Marat et par une conversion de son crime en acte de guerre. Corday peut alors être présentée comme une victime d’une justice d’exception entièrement aux mains des Jacobins. Le nouveau modèle de la patriote est celui d’une femme au courage masculin, qui ne subit pas sa propre mort, mais qui la provoque. Au Salon de 1880, Camille Clère (1825-1804) propose un triptyque sur l’assassinat de Marat au-dessus duquel les spectateurs peuvent lire « [s]eule tu fus un homme et vengeas les humains23 ». Comme Jeanne d’Arc à la même époque, Corday incarne une femme virile qui seule, depuis la faillite de l’héroïsme masculin en 1870, peut sauver la France. Les bustes de Marianne, qui se généralisent dans les mairies à la fin du xixe siècle24, ne sont alors qu’une des formes de personnification féminine de la nation : les effigies de Jeanne d’Arc et de Charlotte Corday se multiplient également, insistant sur l’énergie virile de ces femmes d’exception. Les sculpteurs exagèrent le froncement des sourcils, soulignent l’attitude volontaire et presque conquérante. Mais les représentations de Corday ne participent pas qu’à modeler les rapports de genre. Il s’agit aussi de définir la morale républicaine. En 1909, Eugène Defrance peut ainsi écrire de Charlotte Corday : « [ê]tre patriote, c’est aimer son pays jusqu’à l’abnégation absolue de sa personnalité. Or, elle sent qu'elle est capable de l’aimer jusqu’au crime25 ». Corday est une héroïne car elle fut une victime de plein gré. L’idée que le service de la France et le patriotisme, puissent être dérogatoires à la morale commune, s’impose progressivement. Avant la Grande Guerre, la victimisation de Corday participe donc à dessiner les contours d’une double pédagogie du sacrifice et du consentement.

  • 26 Paul Masson, Général Boulanger : réflexions et pensées : extraites de ses papiers et de sa correspo (...)
  • 27 Arthur Chuquet, « L’Assassinat de Marat », Revue hebdomadaire, no 47, 18 novembre 1916.
  • 28 Arthur Chuquet, « Les conséquences du meurtre de Marat », Revue hebdomadaire, no 49, décembre 1917, (...)

20C’était là la dernière chance pour intégrer l’assassin de Marat à un patrimoine républicain. Dès la fin du xixe siècle, Corday est déjà une discrète figure de référence pour des personnalités de l’extrême droite comme le général Boulanger ou Édouard Drumont : ce dernier loue Corday pour avoir su purger la France d’un des plus fameux représentants de la juiverie26. Une série d’articles consacrée à Charlotte Corday dans la Revue hebdomadaire au cœur de la Grande Guerre, montre combien cette figure inspire les idéologies les plus radicales. Alors que Marat est présenté comme un homme sanguinaire sacrifiant ses propres compatriotes27, Corday est au contraire dépeinte comme une patriote digne de Jeanne d’Arc, « ce “surhomme”, cette guerrière qui n’avait pas hésité à frapper l’ennemi de l’État28 ». Dès le début du xxe siècle, la transformation de Corday en victime consentante alimente donc un patrimoine d’extrême droite, qui trouvera certains échos dans l’imaginaire politique du fascisme.

21Or ces thèses révisionnistes quittent rapidement le giron des érudits ou des groupes d’extrême droite pour s’imposer comme image majoritaire au sein de l’opinion française. La transformation de Corday en victime sert donc de levier à une reconstruction du passé. Après la Grande Guerre, le roman national que livrent les historiens universitaires est concurrencé par les productions des milieux très conservateurs et extrémistes, qui exercent un impact de plus en plus fort sur l’opinion grâce à la maîtrise des réseaux éditoriaux les plus puissants. Alors que les universitaires ne parlent généralement pas de Corday, les historiens conservateurs investissent la littérature populaire en s’intéressant plus particulièrement aux outrages dont Corday est censée avoir été victime, et aux procès.

  • 29 Théodore Louis Léon Gosselin, 1857-1935 ; Georges Lenotre, Paris révolutionnaire, Paris, Perrin, 18 (...)
  • 30 Georges Lenotre, Le Tribunal Révolutionnaire, Paris, Perrin, 1908, p. 106.
  • 31 Hector Fleischmann, Réquisitoires de Fouquier-Tinville, Paris, Charpentier et Fasquelle, 1911, p. 7 (...)
  • 32 Pierre Gaxotte, La Révolution française, Paris, Fayard, 1975 (Fayard, 1928), p. 263 ; Lacour-Gayet,(...)
  • 33 Henri Robert, « Le procès de Charlotte Corday », Conférencia, Journal de l'université des Annales, (...)

22Les publications du docteur Cabanès et la « petite histoire » de Georges Lenôtre, constamment rééditées et très lues au sein des classes moyennes, se concentrent par exemple sur les épisodes les plus anecdotiques de l’assassinat de Marat : le soufflet qui aurait été donné par un aide du bourreau sur la tête coupée, le crâne de Corday, son autopsie, font l’objet de toutes les attentions29. Une nouvelle fois, ils présentent ainsi Corday comme une victime de la sauvagerie des foules en Révolution. Mais dans l’histoire de vulgarisation adressée à un lectorat de plus en plus nombreux, les académiciens tels que Georges Lenôtre, Louis Madelin, Pierre Gaxotte et Albert-Émile Sorel, se focalisent tous sur le procès Corday30. Alors qu’à la fin du xviiie siècle, on insistait surtout sur le meurtre, le moment du Tribunal révolutionnaire devient un passage obligé pour raconter l’histoire de l’assassinat de Marat31. Dans une société de plus en plus laïque et attachée à l’État de droit, la reconstruction des grands procès du passé devient un moyen plus efficace que la religion pour produire un répertoire des victimes et construire un patrimoine antirépublicain32. Ainsi, le procès de Charlotte Corday fait l’objet en 1922 et en 1924 d’une parution de l’ancien bâtonnier du barreau de Paris, célèbre avocat et académicien Henri Robert (1863-193633). Le procès est inséré dans la célèbre série rééditée jusqu’en 1935 des Grands Procès de l’Histoire, qui mélangent des affaires politiques et de droit commun. Dans le tome II, publié en 1924, le lecteur voit ainsi mis au même niveau l’Affaire du Collier, les procès de Corday, de Madame Roland et l’affaire Lafarge.

  • 34 Ibidem, p. 29-30.
  • 35 Revue d’Alsace, 1930, p. 686, « Un citoyen de Riquewihr témoin au procès de Charlotte Corday ».

23Récrire l’histoire de Charlotte Corday permet de rejouer son procès et éventuellement, d’en contester le verdict auprès de l’opinion. Le but de ces publications est notamment de contrer les thèses criminologiques de la dégénérescence de Charlotte Corday. Il s’agit pour ces groupes d’imposer leur propre vision de l’histoire. Bien que ne respectant que bien peu des règles méthodologiques de l’histoire universitaire, Albert-Émile Sorel discrédite rapidement la criminalisation de Corday : « [o]n serait tenté de procéder par induction, de partir de la mort de Marat et de remonter jusqu’au berceau de Charlotte de Corday pour établir une filiation déterministe de ses pensées et de ses actes. Une telle induction serait arbitraire et faussement systématique. Les documents que nous possédons sur le séjour de Charlotte à l’Abbaye aux dames sont peu nombreux. Ce sont surtout des racontars recueillis de droite et de gauche, et pour la plupart postérieurs et de beaucoup à son exécution34. » Mieux vaut donc revenir au procès en puisant dans des sources judiciaires délaissées par les universitaires, construire une contre-histoire et présenter Corday comme une victime consentante de la justice révolutionnaire. Quitte à réviser le passé : en 1930, la Revue d’Alsace exhume même un témoin du procès de Charlotte Corday35 !

  • 36 « Journal de guerre d’Angelo Tasca 1940-1941 », 27 août 1941, dans David Bidussa, Denis Peschanski (...)
  • 37 Pierre Drieu La Rochelle, Journal, 1939-1945, Paris, Gallimard, 1992, 18 septembre 1939.
  • 38 Mary Ann Frese Witt, The Search for Modem Tragedy. Aesthetic Fascism in Italy and France, Cornell U (...)

24Dans ce contexte, Corday peut à la fois devenir une personnification de la France victime de l’occupation nazie, mais aussi une effigie de la résistance d’extrême droite pendant les années 1940. Ceci explique que la figure de Corday soit plus prisée des milieux de l’extrême droite traditionnelle comme l’Action Française, que des collaborationnistes pro-nazis. L’acte de Corday inspire même quelques attentats politiques. Le 27 août 1941, Paul Collette, un jeune mécanicien de Caen, ancien membre du Parti Social Français du colonel de la Rocque se rend à une cérémonie organisée à Versailles pour célébrer le départ des volontaires de la Légion des Volontaires Français. Il tire sur Pierre Laval et touche Marcel Déat, qu’il considère comme traîtres. Lors de son interrogatoire, Paul Collette n’exprime aucun regret. Il est aussitôt comparé à Corday36. Loin d’être une déviante, cette dernière incarne donc la victime libératrice. Pendant l’hiver 1939-1940, Drieu La Rochelle écrit une pièce dont le titre initial devait être Violence contre Violence37, mais finalement rebaptisée Charlotte Corday. Son journal révèle combien la pièce est pensée comme un remède à la mélancolie et à la corruption de la France par les Juifs. Charlotte Corday y est animée par l’énergie pure et virile de la victime opiniâtre, comme l’Antigone. d’Anouilh (1944). La pièce est finalement jouée à Lyon et à Vichy un an plus tard par la troupe des Quatre Saisons Provinciales, dirigée par Maurice Jacquemont38. L’association de Corday à la victime politique perdure jusque dans les années 1960 dans les milieux d’extrême droite : ainsi, c’est sous son patronage qu’en 1961, l’OAS organise l’attentat du Petit Clamart contre de Gaulle.

25La trajectoire contemporaine de la figure de Corday permet donc d’historiciser les catégories de « criminelle » et de « victime », notamment lorsque celles-ci s’appliquent aux femmes de la Révolution française. Au cours du xixe siècle, les victimes de la foi et de la Terreur laissent progressivement place à de nouveaux modèles. À partir du début du xxe siècle, la laïcisation de la vie politique accompagne celle des catégories morales : Corday devient alors la victime politique d’un régime honni : la République. Sa figure devient un modèle de la violence politique jusqu’aux années 1960. La banalisation actuelle de Corday comme victime de la Révolution dans le grand public démontre combien le patrimoine antirépublicain peut s’immiscer au sein de l’imaginaire national le moins débattu. Ce retour de flamme ne peut pas réjouir ceux qui sont encore attachés à une conception universelle de l’histoire.

Notes

1 Revue du Monde catholique, cinquième année, t. 11, Paris, Palmé, 1863, p. 557.

2 Voir le film récemment diffusé sur une grande chaîne de service public (France 3) : Henri Helman, Charlotte Corday, 2008. Voir aussi Jean-Denis Bredin, On ne meurt qu'une fois, Charlotte Corday, Paris, Fayard, 2006 ; Clémentine Portier-Kaltenbach, Histoire d’Os et autres illustres abattis, Paris, Jean-Claude Lattès, 2007.

3 Guillaume Mazeau, « Bling-bling à Versailles », Annales Historiques de la Révolution française, no 352, avril-juin 2008, p. 263-266.

4 Guillaume Erner, La société des victimes, essai sur la société compassionnelle, Paris, La Découverte, 2006.

5 Guillaume Mazeau, Le bain de l'histoire. Charlotte Corday et l'attentat contre Marat, Seyssel, Champ Vallon, 2009.

6 Gilles Malandain, L’affaire Louvel ou l’introuvable complot. Événement, enquête judiciaire et expression politique dans la France de la Restauration, thèse d’histoire, université Paris-XII, 2005, chap. 6 (à paraître en 2009 aux Éditions de l’EHESS).

7 Pilote du Calvados, 12 novembre 1835 ; Marie Capelle, Heures de Prison, Paris, livre XI, 1856, p. 224-225.

8 Jean Baptiste Joseph Champagnac, Chronique du crime et de l’innocence, Paris, Ménard, 1833, t. 5, p. 246 et suiv. ; Jules Édouard Alboise du Pujol, Auguste Maquet, Les prisons de l'Europe, Paris, 1845, p. 264.

9 Delduc et Flameng, Marat Assassiné, milieu xixe siècle, estampe, 0,212 x 0,255, Versailles, musée Lambinet, Legs Vatel 1883, 32.2. Exemplaire mentionné dans la collection de Napoléon III : L'Illustration, 25 février 1865. En 1866, dans un des bals costumés de la Cour, une dame fait sensation pour son costume de Charlotte Corday : BM Versailles, fonds Vatel, ms. F 672, p. 360.

10 Jules Simon, Le devoir, Paris, 1855, p. 390.

11 Voir la contribution de Quentin Deluermoz à ce colloque.

12 Jules Steeg, Le livre de morale du petit citoyen, Paris, Nathan, 1896, p. 89.

13 Louis Hincker, Citoyens-combattants, Paris 1848-1851, Villeneuve d’Asq, Presses Universitaires du Septentrion, 2008.

14 G. Ferrero, C. Lombroso, La Donna deliquente, la prostitua e la donna normale, Turin, 1893 ; Pr. Topinard, « Crâne de Charlotte Corday par M. Topinard », L'Anthropologie, sous la direction de MM. Cartailhac, Hamy, t. 1, no 1, janvier-février 1890, Paris, Masson ; P. Benedikt, « Étude métrique du crâne de Charlotte Corday », Archives de l'Anthropologie criminelle, 15 mai 1890, p. 293-313.

15 Jean-Nicolas Robert-Fleury (1797-1890), Charlotte Corday à Caen en 1793, 1874, huile sur toile, 2,10 x 1,25, Bayonne, Musée Bonnat, Inv. 177 ; Hubert Merle (1823-1881), Charlotte Corday à la porte de Marat, 1881, Salon de 188, huile sur toile, BN, N 3 t. 20. ; Jules Aviat (1844-1931), Charlotte Corday, mort de Marat, vers 1880, huile sur toile, 281 x 200,5 cm, Rouen, Musée des Beaux-Arts, INV. 880.11.

16 Alphonse de Lamartine, Histoire des Girondins, tome 44, Paris, Furne, 1848.

17 Auguste Casimir-Perier, « La jeunesse de Charlotte Corday » Revue des deux mondes, 1er avril 1862.

18 Le centenaire de l’assassinat de Marat est à la fois mentionné par la Gazette de France (« Il y a Cent ans ! La Mort de Marat », 15 juillet 1893, 4 p.) et Le Figaro (« Les grandes journées révolutionnaires. Charlotte Corday et Jean-Paul Marat », 15 juillet 1893, 4 p. également) ; Le Figaro, 11 janvier 1876, Courrier des Théâtres, « Les Danicheff », pièce d’Alexandre Dumas, alors jouée à l’Odéon ; 31 janvier 1876, « Une toile remarquable » : l’article est consacré à un tableau réalisé par une certaine Mme O’Connel, montrrant Corday « menacée par une hideuse populace » ; 7 février 1876 ; 21 mai 1876, « Mort de Charlotte Corday » ; 1er avril 1876 : article sur la démolition de la maison de Marat.

19 Armand Bourgeois, Les derniers jours de Charlotte Corday, préface de la vicomtesse de Ulric du Pontavice, Paris, librairie de « la province », L. Duc et Cie éditeurs, 1910, préface.

20 Joachim Antoine Joseph Gaudry, Histoire du barreau de Paris depuis son origine jusqu'à 1830, Paris, Auguste Durand, t. II, 1864, p. 407-408 ; Charles Berriat Saint Prix, La justice révolutionnaire à Paris, Bordeaux, Best, Lyon, Orange, Strasbourg, Paris, imprimerie et librairie générale de jurisprudence, 1861, p. 26 et suiv. ; Émile Campardon, Histoire du Tribunal révolutionnaire de Paris, t. I, Paris, Poulet-Malassis, 1862, p. 59 et suiv. ; Léo Domenget, Fouquier-Tinville et le Tribunal révolutionnaire, Paris, Librairie administrative P. Dupont, 1878, p. 404 et suiv.

21 A. Durand, Catalogue des livres imprimés de la Bibliothèque des avocats à la Cour d’appel de Paris, Paris, A. Durand, 1882, p. 280.

22 Émile Littré, Dictionnaire de la langue française (1872-1877).

23 Album de photographie des œuvres d’art achetées par l’État intitulé Direction des Beaux-Arts, Ouvrages commandés ou acquis par le service des Beaux-Arts, Salon de 1880, AN F/21/*7650, planche XXI, 765020.

24 Maurice Agulhon, Marianne au pouvoir, 1880-1914, Paris, Flammarion, 1989.

25 Eugène Defrance, Charlotte Corday et la mort de Marat, documents inédits sur l’histoire de la Terreur, tirés des Archives nationales, de la bibliothèque de la ville de Paris et notamment des bibliothèques de Caen et d’Alençon, illustrations documentaires, Paris, Mercure de France, 1909, p. 437.

26 Paul Masson, Général Boulanger : réflexions et pensées : extraites de ses papiers et de sa correspondance intime, Paris, A. Savine, 1891 : pensée 496 « [q]ue serait-il arrivé si Charlotte Corday, séduite par les charmes secrets de Marat, en était tombée amoureuse ? », p. 123 ; Édouard Drumont, La France Juive. Essai d'histoire contemporaine, Paris, C. Marpon, E. Flammarion, 1886 : à la page 430, Drumont renvoie le lecteur aux ouvrages de Charles Vatel sur Charlotte Corday. Dans, Vieux portraits. Vieux cadres, Paris, Flammarion, 1903, p. 273 et 279, Drumont évoque les vers de Chénier consacrés à Corday.

27 Arthur Chuquet, « L’Assassinat de Marat », Revue hebdomadaire, no 47, 18 novembre 1916.

28 Arthur Chuquet, « Les conséquences du meurtre de Marat », Revue hebdomadaire, no 49, décembre 1917, p. 182.

29 Théodore Louis Léon Gosselin, 1857-1935 ; Georges Lenotre, Paris révolutionnaire, Paris, Perrin, 1895.

30 Georges Lenotre, Le Tribunal Révolutionnaire, Paris, Perrin, 1908, p. 106.

31 Hector Fleischmann, Réquisitoires de Fouquier-Tinville, Paris, Charpentier et Fasquelle, 1911, p. 7-8.

32 Pierre Gaxotte, La Révolution française, Paris, Fayard, 1975 (Fayard, 1928), p. 263 ; Lacour-Gayet, « Charlotte Corday », La Revue Hebdomadaire, Paris, Plon, 1936, chapitre VIII ; Louis Madelin, La Révolution, Paris, Hachette, 1922, p. 309 et 329 ; Albert-Émile SOREL Charlotte Corday, une arrière-petite-fille de Corneille, Paris, Hachette, Figures du Passé, 1930.

33 Henri Robert, « Le procès de Charlotte Corday », Conférencia, Journal de l'université des Annales, no 4 du 1er février 1922 ; Les Grands procès de l'histoire, Paris, Payot, t. II, La Marquise de Brinvilliers. L’Affaire du collier. Le Procès de Charlotte Corday. Le Procès de Madame Roland. L’Affaire Lafarge, 1924.

34 Ibidem, p. 29-30.

35 Revue d’Alsace, 1930, p. 686, « Un citoyen de Riquewihr témoin au procès de Charlotte Corday ».

36 « Journal de guerre d’Angelo Tasca 1940-1941 », 27 août 1941, dans David Bidussa, Denis Peschanski (dir.), La France de Vichy. Archives inédites d’Angelo Tasca, Milan, Feltrinelli, 1996, p. 297-298.

37 Pierre Drieu La Rochelle, Journal, 1939-1945, Paris, Gallimard, 1992, 18 septembre 1939.

38 Mary Ann Frese Witt, The Search for Modem Tragedy. Aesthetic Fascism in Italy and France, Cornell University Press, 2001, p. 185.

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540