Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Impossibles victimes, impossibles coupables

 | 
Frédéric Chauvaud
, 
Gilles Malandain

Deuxième partie. Les incertitudes de la responsabilité pénale

Approche interculturelle de la criminalité en série : le cas des sœurs Raya et Sekina (Alexandrie, 1919-1920)

Amal Hachet

Texte intégral

  • 1 Chapitre III, « Culture et Inconscient » (1955), dans G. Devreux, Ethnopsychanalyse complémentarist (...)

1Inspirée de l’ethnopsychanalyse, qui se définit en référence à la théorie psychanalytique de Freud et à la notion de complémentarité de Georges Devereux, l’approche interculturelle présuppose des applications distinctes de la psychanalyse et de l’ethnologie dans les définitions les plus générales de ces deux disciplines : « Si les ethnologues dressaient l’inventaire exhaustif de tous les types connus de comportement culturel, cette liste coïnciderait point par point avec une liste également complète des pulsions, désirs, fantasmes, etc., obtenue par les psychanalystes en milieu clinique, démontrant par là simultanément, et par des moyens identiques, l’unité psychique de l’humanité et la validité des interprétations psychanalytiques de la culture1. »

  • 2 En 1959, dans le cadre d’une thèse de doctorat intitulée A comparative study of Juvenile delinquenc (...)

2Il s’agit de mettre en lien plusieurs cultures autour d’un phénomène spécifique tel que la criminalité en série, d’une part, et d’autre part d’interroger ce phénomène sous un double angle : la psychanalyse et l’anthropologie. Ainsi, tout en tenant compte des données spécifiques à chaque culture, l’approche interculturelle tente de dégager une lecture universelle d’un phénomène qui se produit dans des sociétés ou cultures diverses, propulsé par un contexte historique commun (dans notre exemple il s’agit de la première guerre mondiale), avec pour hypothèse la validité de la thèse de l’universalité du fonctionnement psychique humain2.

  • 3 F. Biagi-Chai, Le cas Landru a La Lumière de La psychanalyse, Paris, Imago, 2007.

3Cette hypothèse comporte deux termes : d’abord, le contexte de crise historique et socio-politico-économique réactiverait des formes de criminalité que l’on pourrait retrouver presque à l’identique d’une culture à une autre. Ainsi, l’approche interculturelle de ce phénomène de criminalité sérielle a ceci d’original qu'elle démontre le rôle joué par un facteur commun (le contexte de la guerre) dans son apparition. Il est frappant de constater les nombreuses similitudes qui existent entre le cas des sœurs égyptiennes et celui de Landru3 : ces criminels ont sévi au lendemain de la première guerre mondiale, leurs victimes étaient des femmes isolées, voire marginalisées (des prostituées dans le cas égyptien et des veuves de guerre dans le cas français), avec le même mode opératoire (profiter de la vulnérabilité des victimes pour gagner leur confiance avant de les attirer vers leur destin funeste et se débarrasser de leur cadavre), comme le motif (l’appât du gain), etc.

  • 4 Amal Hachet, « Spécificité du refoulement dans la culture arabo-musulmane », communication faite lo (...)
  • 5 La division du sujet se définit comme effet du langage qui, selon J. Lacan, divise le sujet entre c (...)
  • 6 M. Safouan, « Pratique analytique dans le monde arabe : incidences et difficultés », La Célibataire (...)

4Ensuite, cette donnée témoignerait de l’universalité du fonctionnement psychique humain. Ainsi nous postulons l’universalité de la structure4 – en accord avec Mustapha Safouan, pour qui la division du sujet l’emporte sur toute autre différence5, et qui observe que l’on trouve « les mêmes structures, la même dynamique, les mêmes pulsions, le même dramatisme, pour ne pas dire quelquefois les tragédies de la répétition6 ».

De quelle responsabilité parle-t-on ?

  • 7 F. Biagi-Chai, Le cas Landru, op. cit., p. 218.
  • 8 Ibid., p. 233.

5Nous interrogerons, à travers le cas des sœurs Raya et Sekina, les plus redoutables tueuses en série de l’histoire pénale de l’Egypte, qui sévirent à Alexandrie entre 1919 et 1920 et dont les victimes furent toutes des femmes, l’ambiguïté de la notion de responsabilité pénale dans la mesure où tout acte criminel implique son imputabilité à un sujet qui en assume la responsabilité. Or, non seulement le fait de reconnaître l’acte n’est pas synonyme d’en faire l’aveu, mais en plus celui-ci ne peut-être reconnu que dans son articulation avec les motivations du sujet7. Alors que la psychanalyse nous apprend que tout sujet est responsable de son acte quelle que soit la nature de ses motivations, passionnelle, utilitaire ou arbitraire voire nulle, il n’y a donc pour le sujet « aucun alibi possible, aucun abri au nom d’un inconscient supposé le submerger [...]. Être responsable signifie se confronter à cet inconnu8. »

6Ce qui spécifie le cas égyptien, c’est le fait que les deux sœurs n’ont pas été les véritables auteurs des meurtres : leur rôle consistait à chercher les victimes, à les mettre en confiance pour les attirer à leur domicile, à préparer la scène du crime selon un rituel spécifique et, en dernier lieu, à aider à la dissimulation des corps et à la vente des biens des victimes (bijoux ou vêtements). Ce sont les hommes (compagnons et amis) des deux sœurs qui se chargèrent de l’exécution. Autre particularité, les victimes étaient issues de la même misère sociale que les deux sœurs.

Le parcours de Raya et Sekina et leurs complices

7Originaires de Haute-Égypte, les deux femmes sont nées avec dix ans d’écart : Raya, l’aînée, en 1875, et Sekina, la cadette, en 1885. Peu d’éléments de leur enfance et de leur histoire familiale sont connus : elles auraient appartenu à une famille de Bédouins, Al Hamame, et auraient été élevées par leur mère (aucune information au sujet du père) dans des conditions très modestes ; elles auraient immigré à Alexandrie pour fuir la misère, en 1913 pour Sekina et en 1916 pour Raya. Les deux sœurs n’auraient bénéficié d’aucune éducation scolaire.

8Raya, qui tenait un café, perdit son premier mari et se remaria avec le jeune frère de celui-ci, Hassaballah, avec lequel elle eut cinq enfants, dont quatre moururent de malnutrition en bas âge. Seule une fille, Badia, survécut. Née en 1910, celle-ci fut témoin des meurtres commis par ses parents puisqu’elle assista en cachette à l’assassinat de cinq prostituées. Le second mari de Raya, Hassaballah, décrit comme un homme immature et lâche, fut l’un des complices des sœurs et avait à son actif des vols commis sur ses lieux de travail, en qualité de veilleur de nuit et de gardien d’usine. C’est d’ailleurs à la suite de l’un de ces vols qu’il prit la fuite, laissant Raya et la mère de celle-ci aux mains de la police. Elles furent condamnées à deux ans de prison ferme pour recel.

9Quant à Sekina, elle fut mariée jeune, puis divorça, et n’eut qu’un enfant, une fille qui mourut en bas âge. Elle se remaria avec Abdel All, qui devint l’un des complices des meurtres.

10D’abord ouvrière dans une usine de textiles, Sekina se laissa influencer après son divorce par des « entraîneuses » et obtint un permis délivré par le commissariat de sa résidence pour exercer le métier de prostituée. Cette autorisation lui fut retirée lorsqu’elle contracta une maladie vénérienne. Cette dernière fut à l’origine d’une douloureuse et humiliante expérience d’hospitalisation et qui la poussa à se prostituer en secret. Sekina souffrit également d’alcoolisme.

11Contrairement à Sekina, Raya ne s’est jamais livrée à la prostitution. Cependant, elle a été la première des deux à monter un projet de maison close secrète, secondée par son mari Hassaballah, sa sœur, son beau-frère (Abdel All) et deux caïds de quartier (Abdel Razik et Orabi).

12Ces quatre hommes furent les véritables complices de Raya et Sekina. Les maris (Hassaballah et Abdel All), qui étaient plus jeunes qu’elles de dix ans au moins, n’intervenaient qu’au moment du passage à l’acte meurtrier. Les deux autres hommes, Abdel Razik et Orabi, qui servaient de protecteurs de la bande, entraient en scène avant le passage à l’acte pour attirer les victimes et participaient ensuite à leur exécution.

13Ces hommes désœuvrés avaient à leur actif des antécédents de vol, de cambriolage et de violences physiques. Poussés par la misère, ils avaient servi bénévolement dans l’armée anglaise. Dans ce cadre, ils furent employés comme ouvriers au cours de plusieurs expéditions lointaines (Irak, Asie, Inde, France). Bien qu’ils n’aient jamais participé activement (au sens de porter des armes) aux batailles de la première guerre mondiale, ils furent alors témoins de massacres et de crimes de guerre et furent soumis au même stress que les soldats.

Les victimes de Raya et Sekina

14À l’exception de trois femmes, les victimes étaient des prostituées, âgées de 20 à 45 ans. La prostitution de l’époque, étroitement liée au contexte de la guerre, était réglementée : pour l’exercer, il fallait demander un permis, dont l’obtention était soumise à une déclaration officielle et à des examens médicaux réguliers. Sur ce permis figuraient le nom de la prostituée et celui de sa proxénète ou, à défaut, de la maison close à laquelle elle appartenait. Il existait deux catégories de maisons closes : l’une d’elles, hautement protégée, était réservée à une clientèle de luxe composée de membres de la communauté étrangère et de l’élite de l’armée ou du pouvoir, d’où son appellation de maison du protectorat ; l’autre, dénommée maison close populaire, était réservée à une clientèle plus modeste, composée en majorité d’ouvriers.

  • 9 A cette époque, l'acte de se prostituer se trouvait en effet associé dans la conscience populaire à (...)

15À cette époque, la ville d’Alexandrie était divisée en deux zones géographiques : les quartiers où se trouvaient les maisons de prostituées et les quartiers réservés aux individus dits « libres », où toute forme de prostitution était bannie9. Les populations de ces deux types de quartiers ne se fréquentaient et ne se mélangeaient pas. Cependant, des maisons closes, notamment celles tenues par Raya et Sekina, existaient de façon clandestine dans les quartiers dits libres. Ce choix géographique leur a, d’ailleurs, valu de nombreux ennuis une fois leurs activités découvertes, ce qui les obligea à changer souvent de domicile.

16Parmi les candidates à la prostitution figuraient des veuves de guerre, des femmes divorcées, des mères de familles dont les maris avaient été emmenés de force sur le front et des jeunes paysannes qui avaient fui la campagne et sa pauvreté pour se fondre dans l’anonymat d’une grande ville. D’autres encore avaient la charge d’une famille nombreuse. Ce fut le cas de Sekina, qui dut reprendre la prostitution à sa sortie de l’hôpital pour subvenir aux besoins matériels de sa famille, réfugiée chez elle : sa sœur, son beau-frère et sa nièce, ainsi que sa mère et son frère.

Le contexte : la guerre, la crise politique et économique

17Les crimes de Raya et Sekina se sont produits dans un contexte critique marqué par une crise économique (un épisode de famine) et par une vague de violence sans précédent. Par ailleurs, les hommes qui furent les complices des sœurs meurtrières participèrent à la première guerre mondiale, aux côtés des Alliés.

18Lorsque la guerre fut déclenchée, en août 1914, elle donna lieu à une crise économique à l’origine de la fermeture de plusieurs usines de fabrication de coton, dont l’exportation constituait la source principale de revenu de l’Egypte au cours de l’occupation anglaise. Il s’ensuivit une augmentation du chômage (les complices des sœurs Raya et Sekina furent au nombre des ouvriers licenciés), une pénurie alimentaire (en viande, sucre et féculents, farine, essence, fruits et légumes) et une forte inflation. Cette crise économique fut doublée d’une crise politique sans précédent : une montée de la résistance égyptienne face à l’occupation anglaise et des mouvements de protestations de la classe ouvrière et des chômeurs contre la flambée des prix et contre la faim.

19En réponse à ces soulèvements de masse, le gouvernement égyptien, soutenu par le protectorat anglais, adopta des mesures de répression : emprisonnements, exils et, parfois, travaux forcés dans les camps militaires anglais en échange de menues rétributions.

  • 10 Ibid., p. 64.
  • 11 Ibid., p. 110.

20En parallèle, voire en conséquence, de cette crise, on assista à une vague de violence politique et sociale inédite, qui mit en péril la sûreté de l’État10 : à une recrudescence de toutes les formes de criminalité classique (meurtres, guerres de bandes, vols avec violence et pillages, en particulier de magasins alimentaires) s’ajoutaient les crimes de guerre11 (pillage des récoltes et du bétail pour alimenter l’armée, enlèvement par l’armée anglaise des jeunes gens amenés de force sur le front, viols et tortures), qui accentuaient l’état d’insécurité publique, et encore de nouvelles formes de criminalité – le vol à l’arraché dans les transports et lieux publics, le trafic de drogue (cocaïne) et d’alcool frelaté, sans omettre le vol et le trafic de produits périmés (tels que « la viande des Anglais »).

21Sekina fit partie d’une bande de femmes qui pilla les entrepôts où étaient conservées les denrées alimentaires des soldats anglais, ainsi que la viande avariée qui devait être incinérée. Sekina traitait cette viande de façon à lui donner une apparence comestible et la revendait à bas prix aux pauvres.

  • 12 Ibid., p. 119.

22Si la première guerre mondiale avait amené la crise, elle fut également à l’origine de la création de deux nouveaux types d’emplois : le bataillon de monteurs de chameau, qui acheminait armes et munitions de la gare jusqu’au front, et le bataillon des ouvriers, assigné à des tâches de construction (routes, chemins de fer, tunnels, puits, conduites d’eau, télécommunications). Les hommes qui, contraints par la famine, acceptaient ces emplois offerts par l’instance au pouvoir, à savoir l’armée anglaise, étaient considérés par les patriotes comme des traîtres et des collaborateurs12.

  • 13 Ibid., p. 112.

23Les compagnons de Raya et Sekina firent partie de ces ouvriers de la honte, qui acceptèrent de servir un pouvoir d’occupation et de participer à une guerre qui n’était pas la leur. Plusieurs témoignages attestent des servitudes, de l’humiliation et des maltraitances physiques que subissaient ces ouvriers (lors de travaux forcés) dans les camps des Anglais et au front13. Ces hommes, qui ne revenaient guère indemnes, eurent tendance à reproduire le comportement sadique de leurs oppresseurs une fois de retour auprès de leurs proches. Ce fut le cas des complices des sœurs.

24Par ailleurs, un bouleversement eut lieu dans la vie de Raya et Sekina au lendemain de la révolution égyptienne, connue sous le nom de Révolution de 1919, qui fut menée en mars 1919 par Saad Zaghloul contre l’occupation anglaise. Entre 1917 et début 1919, les sœurs avaient réussi à mettre sur pied et à faire prospérer une entreprise de prostitution secrète, surnommée la « maison du camp », située près des camps anglais et qui recevait une clientèle plutôt aisée (dans laquelle figuraient des Egyptiens bien rétribués, de retour de mission, et des militaires de bataillons étrangers : Indiens, Australiens et Anglais). L’éclatement de la révolution de 1919 porta un coup fatal à cette entreprise, en raison d’affrontements violents qui opposèrent les révolutionnaires aux occupants et de mesures de couvre-feu instaurées par l’armée anglaise. Il en résulta une forte baisse de fréquentation de la maison du camp par la clientèle étrangère, inquiète pour sa sécurité. Cet événement constitua un tournant dans l’histoire de Raya et Sekina : il les fit basculer de nouveau dans la misère, ce qui les précipita dans les premiers meurtres.

Les premiers crimes

25Dans plusieurs des maisons closes clandestines tenues par les sœurs furent retrouvés les corps de 17 victimes (alors que 42 femmes avaient été portées disparues durant cette période). Ces victimes furent assassinées entre décembre 1919 et novembre 1920. Les rapports d’autopsie pratiqués sur les 17 corps furent établis par deux médecins légistes. Ils ne firent état d’aucune lésion : ni fracture ni signe de violence physique pré ou post-mortem ; les corps étaient entiers et dans un bon état.

  • 14 La modalité d’approche et de mise à mort de la victime, au même titre que la disposition du cadavre (...)
  • 15 Ce terme criminologique se réfère à la notion de criminel au comportement systémique caractérisé pa (...)
  • 16 Il existe deux types de tueur en série : le type à comportement organisé, qui maîtrise la préparati (...)

26Les crimes furent commis selon le même mode opératoire14, modus operandi, que nous pouvons qualifier de systémique15 et d’organisé dans un premier temps, mais qui a évolué par la suite vers une forme désorganisée16. En témoigne le choix arbitraire des dernières victimes, dont le meurtre fut parfois commis d’une façon impulsive et sans motif apparent.

27Connues de leurs meurtriers, les victimes furent droguées avec de l’alcool mêlé d’un dérivé de cannabis, puis étouffées à l’aide d’un mouchoir, avant d’être enterrées au sous-sol des lieux des crimes. Chaque victime était d’abord entraînée par l’une des deux sœurs, sous prétexte de la présenter à un client ou de lui prédire l’avenir, puis droguée au cours d’un repas bien arrosé où les quatre complices étaient présents. Une fois affaiblie par l’effet de la drogue, elle était immobilisée par ces hommes : un lui tenait les jambes, un second les bras et un troisième la tête, tandis que le quatrième l’étouffait au moyen d’un mouchoir imbibé d’eau plaqué sur le visage. La victime était alors dépouillée de ses bijoux et, enfin, enterrée dans une fosse creusée à cet effet à même le sol par l’un des hommes. Certaines des victimes furent toutefois déposées dans un grenier.

28Il est important de rappeler que le rôle des sœurs dans les meurtres consistait à mettre les victimes en confiance et à les attirer chez elles avant de les livrer à leurs complices, qui se chargeaient de les tuer. Raya et Sekina assistaient parfois aux meurtres. Elles étaient ensuite chargées de vendre clandestinement les objets (en particulier les bijoux) volés aux victimes.

  • 17 La notion d’envie par le regard appelé « mauvais-œil » dans la culture arabo-musulmane comporte une (...)

29Si le mobile apparent (à l’exception du premier meurtre, commis par vengeance) était le vol crapuleux, les derniers meurtres frappèrent des femmes démunies et eurent pour mobile le dépit ou l’envie17 (l’une de ces victimes était tuée à cause de sa beauté, une autre à cause de son caractère orgueilleux) et parfois aucun mobile n’est mentionné.

30La première victime fut une prostituée âgée de 45 ans, Khadra, employée par les sœurs : le mobile fut la vengeance, après que Raya et Sekina eurent découvert que cette femme leur mentait au sujet de ses gains (dont les sœurs prélevaient 50 %). Bien qu’enterrée en premier, le corps de Khadra fut retrouvé en dernier. Par ailleurs, figuraient parmi les victimes des amies de longue date de Sekina.

31L’ensemble de ces meurtres, exception faite des derniers, étaient prémédités et organisés selon une stratégie préétablie. Le choix de la victime était déterminé par sa situation marginale : celle-ci était repérée comme une « proie facile », dépourvue d’entourage susceptible de s’inquiéter de sa soudaine disparition.

32Pourtant, les nombreuses disparitions de femmes dans les quartiers où sévirent les sœurs avaient semé la panique à Alexandrie. Le propriétaire d’une des maisons jadis habitées par les sœurs y trouva de manière fortuite le corps d’une femme ensevelie. Cette découverte macabre permit l’arrestation de Raya et Sekina et mit fin à cette série de meurtres.

Victimes ou criminelles ? Ambiguïté de la responsabilité pénale

  • 18 S. Aissa, Les Hommes de Raya et Sekina, op. cit., p. 577.

33Les 21 et 22 décembre 1921, à l’issue d’un procès très médiatisé, les deux sœurs et leurs quatre complices furent pendus, alors que seuls ces derniers avaient véritablement commis les meurtres. Sous la pression sociale et politique, soutenue par la colère de la population, l’instruction de cette affaire, surnommée « la boucherie des femmes » par un quotidien national18, fut bouclée en l’espace de deux mois.

34Au cours de leur procès, qui s’est étalé sur trois jours, les sœurs se revendiquèrent victimes tantôt de leur époque (la guerre, la famine, la maladie), tantôt de leur « destin ». Sekina confia ainsi avoir succombé à la carrière de prostitution après son divorce car c’était son destin. Raya justifia elle aussi son rôle de tenancière de maisons closes par le destin, qui l’aurait poussée dans les bras d’un homme immature et incapable de subvenir aux besoins de sa famille.

  • 19 A. Fayek, « La pensée métaphysique en Égypte et son influence en terme de maladie psychosociale », (...)

35Ces explications « métaphysiques », caractéristiques de la culture arabo-musulmane19, ne seraient-elles pas une tentative pour se déresponsabiliser de leurs actes ? Dans cette perspective, les sœurs seraient-elles autant victimes que leurs victimes, compte tenu de la composante narcissique du choix de ces dernières : marginalisées, méprisées, salies, réduites à l’état de marchandise et instrumentalisées par la société et les hommes ?

  • 20 S. Aissa, Les Hommes de Raya et Sekina, op. cit., p. 521.

36Dans l’une de ses dépositions, invitée à identifier l’un des corps des victimes, Raya répondit : « Ce n’est qu’une “quelconque” comme tant d’autres ; ça n’a aucune importance20 », ce qui montre à quel point ces femmes étaient dépréciées à ses yeux : elles n’avaient pas plus de valeur qu’une marchandise. Leur statut de Sujet était totalement dénié.

  • 21 La psychopathie se caractérise par un comportement agressif, antisocial et impulsif, avec l’absence (...)

37L’analyse du profil psychologique des meurtriers révèle que Raya fut la véritable meneuse de ces crimes. À ce titre, nous pouvons parler de traits de caractère pervers chez cette dernière, à la différence de Sekina, qui présentait de graves troubles de la personnalité accentués par un problème d’alcoolisme, et des complices, chez lesquels prévalait un fonctionnement psychopathique21.

38La cour d’assises s’est opposée à une demande de l’avocat de la défense de faire examiner les six accusés par un médecin psychiatre pour s’assurer de leur intégrité sur le plan mental et de leur accessibilité à la sanction. L’évaluation de la responsabilité de ces accusés n’a pas pris en considération le contexte critique dans lequel les crimes furent commis.

Analyse et synthèse

39Le cas que nous venons de présenter suscite de multiples interrogations, non seulement au niveau de la responsabilité pénale au sens large du terme, mais également au niveau, plus précis, de la spécificité culturelle d’un crime tel que les meurtres en série.

40Afin d’éviter le glissement vers un quelconque jugement de valeur, il nous paraît important d’apprécier la spécificité d’un crime en fonction d’une approche anthropologique globale. C’est ainsi qu’un acte se trouve qualifié en crime ou en délit à partir des normes socioculturelles en vigueur (par exemple, la vendetta et l’excision se trouvent vidées de leur caractère criminel ou délictuel au nom de principes culturels ou ethniques), ainsi que par le traitement pénal qui lui est réservé (par exemple, l’adultère ne constitue plus un délit à notre époque dans les pays occidentalisés, mais constitue toujours un crime dans certains pays orientaux conservateurs). Cependant, l’acte de tuer demeure universel. On trouve ainsi le même type de criminalité féminine (dont l’infanticide et les crimes passionnels) dans toutes les cultures.

41Toutefois, le contexte déclencheur du crime (dans le cas des sœurs égyptiennes, il s’est agi de la première guerre mondiale et de la crise socio-politico-économique qui a suivi) peut influencer l’émergence d’un type de criminalité spécifique. À titre d’exemple, en Égypte, dans les années 1970, et plus précisément durant le règne du président égyptien Sadat, on a assisté à l’émergence d’une nouvelle forme de criminalité passionnelle féminine : plusieurs femmes ont assassiné leur époux puis l’ont découpé en morceaux, qu’elles ont ensuite mis dans un sac-poubelle et jeté à la rue. Or, ces crimes sont apparus dans un contexte politique spécifique, dit d’ouverture économique. En effet, les hommes victimes étaient des ouvriers qui, après s’être enrichis grâce à cette politique d’ouverture, avaient répudié leurs vieilles épouses, qui furent pourtant leurs compagnes de misère, au profit de femmes plus jeunes. Voyant en cela une injustice, quelques-unes de ces épouses répudiées se sont vengées brutalement de l’infidélité de leur époux en les réduisant à un état de « déchet ». Si le crime passionnel est un cas de figure plutôt banal, la spécificité de ces assassinats réside dans leur mode opératoire : ce dernier est marqué par une violence et un acharnement qui interrogent la représentation de la « nature douce » de la femme.

42Bien que les déterminants socio-économiques aient constitué le facteur déclenchant de ce type de criminalité, ils n’expliquent pas tout. Comme nous l’avons vu, si le contexte de la guerre et de la crise économique a précipité les premiers crimes commis par Raya et Sekina, il s’avère peu suffisant pour expliquer les derniers crimes, où les victimes furent tuées sans raison, en dehors du fait « qu’elles ne valaient rien » selon les déclarations faites par Raya lors de son interrogatoire.

  • 22 Voir Mustapha Safouan, « La personnalité du délinquant à la lumière des théories psychanalytiques » (...)
  • 23 S. Aissa, Les Hommes de Raya et Sekina, op. cit., p. 661.

43À ce titre, une approche psychanalytique de ce type de criminalité est nécessaire. La psychanalyse considère que « la pulsion agressive » est partie intégrante du fonctionnement psychique de tout être humain et qu'elle vise avant tout le semblable22. Cette approche montre que l’acte criminel, d’une part, comporte une composante fantasmatique sous-jacente, d’autre part, s’inscrit dans une relation narcissique où l’autre est perçu comme le double de soi. C’est ce rapport narcissique, voire en miroir, que les sœurs Raya et Sekina entretenaient avec leurs victimes qui a déterminé le choix de celles-ci : issues de la même misère qu’elles et méprisées par le regard social du fait de leur métier vénal. Lorsque ces victimes ont perdu leur statut du Sujet au profit de celui d’un « déchet » dont il fallait se débarrasser, leur mise à mort est devenue un devoir aux yeux des meurtriers. Au moment de son exécution, Hassaballah, un des complices a déclaré qu’il s’étonnait du sort que lui réservait la société à laquelle il avait, selon lui, pourtant rendu service en la débarrassant de ses « déchets23 ».

  • 24 Ibid., p. 579.

44Au lendemain de la première guerre mondiale, l’Égypte sous occupation anglaise s’est réveillée avec un bilan désastreux, marqué par une décadence morale, par une rupture des liens sociaux, par une multiplication des crimes de corruption parmi les fonctionnaires de police et les hommes politiques et par l’apparition d’une nouvelle forme de criminalité, avec le trafic et la consommation de « drogues dures » (cocaïne et héroïne) et diverses addictions : jeux de hasard et d’argent, alcoolisme. Les maisons closes se multiplièrent. Le plus alarmant fut l’apparition, pour la première fois dans l’histoire de l’Égypte, du phénomène des tueurs en série. Ainsi, un autre tueur en série, Mahmoud Allant, fut contemporain de Raya et Sekina et sévit en bande dans une autre ville, Tanta, à 100 km d’Alexandrie. Cet homme s’attaquait aux prostituées, les tuait et les dépouillait de leurs bijoux. Bien qu’il ne s’agisse pas d’un « copy cat », puisqu’il fut arrêté quelques mois avant la découverte des crimes des sœurs, il avoua néanmoins s’être inspiré du célèbre tueur en série français Landru, en reproduisant sa méthode d’incinération des corps de ses victimes dans un fourneau après leur avoir arraché la tête et jeté celle-ci dans une rivière. La similitude du mode opératoire lui valut d’être surnommé « le Landru égyptien24 ».

45L’affaire de Raya et Sekina a mis à rude épreuve la valeur tant de l’autorité que de la compétence de la police égyptienne, qui se trouvait elle-même à l’époque sous l’autorité du protectorat anglais, dans la mesure où le lieu des crimes était situé à quelques mètres d’un commissariat. Accusés de laxisme et de corruption, les agents de sûreté furent une cible privilégiée pour la population et les médias. Les représentants de la loi étaient de surcroît les premiers à l’enfreindre. Au beau milieu de ce chaos, quelles chances Raya, Sekina et leurs complices avaient-ils d’échapper à leur « destin » de meurtriers ?

Notes

1 Chapitre III, « Culture et Inconscient » (1955), dans G. Devreux, Ethnopsychanalyse complémentariste, Paris, Flammarion, 1987, p. 79.

2 En 1959, dans le cadre d’une thèse de doctorat intitulée A comparative study of Juvenile delinquency in England and Egypte, soutenue à l’université de Nottingham en Grande-Bretagne, une étude interculturelle menée par un chercheur égyptien, E.Z. Mohamed, auprès d’enfants délinquants égyptiens et britanniques, explorant le lien entre la délinquance juvénile et les pratiques éducatives parentales, a démontré la prévalence de dysfonctionnement dans le lien parent-enfant et de carences éducatives chez la majorité des enfants étudiés quelle que soit leur culture de référence (65 % chez les enfants égyptiens et 60 % chez les enfants britanniques) : voir Mahmoud E. Abou-el-Neil, « Cross-cultural Research in Psychology in the Arab Countries », dans A. Ramadan et al., Psychology in the Arab Countries, Menoufia University Press, 1998, p. 521-547.

3 F. Biagi-Chai, Le cas Landru a La Lumière de La psychanalyse, Paris, Imago, 2007.

4 Amal Hachet, « Spécificité du refoulement dans la culture arabo-musulmane », communication faite lors du congrès La différence sexuelle, Rabat, 2006.

5 La division du sujet se définit comme effet du langage qui, selon J. Lacan, divise le sujet entre ce qu’il dit et le fait de dire, entre l’énoncé et l’acte d’énonciation. Ainsi, la prise dans le langage, contrairement au passage à l’acte, implique une perte dont l’effet engendre pour le sujet une incertitude quant à son désir. Voir A. Hachet, « Le passage à l’acte chez l’adolescent : signe de non dépassement du complexe œdipien », dans Actes du Colloque International « Passage à l'Acte », Poitiers, 2007, p. 227-230.

6 M. Safouan, « Pratique analytique dans le monde arabe : incidences et difficultés », La Célibataire, no 8, 2004, p. 180 (intervention dans le colloque de l’Association Lacanienne Internationale, « La psychanalyse et le monde arabe », 23 au 23 novembre 2002, Paris).

7 F. Biagi-Chai, Le cas Landru, op. cit., p. 218.

8 Ibid., p. 233.

9 A cette époque, l'acte de se prostituer se trouvait en effet associé dans la conscience populaire à l’idée de l’esclavage : voir S. Aissa, Les Hommes de Raya et Sekina : une histoire politique et sociale tirée du dossier pénal no 43 de 1920, Commissariat El Labbane, Le Caire, Dar Al Ahmadi (en arabe), 2002, p. 63.

10 Ibid., p. 64.

11 Ibid., p. 110.

12 Ibid., p. 119.

13 Ibid., p. 112.

14 La modalité d’approche et de mise à mort de la victime, au même titre que la disposition du cadavre et l’organisation de la scène du crime, comportent une signature personnelle du tueur.

15 Ce terme criminologique se réfère à la notion de criminel au comportement systémique caractérisé par la mise en place d’un système répétitif de mode opératoire : voir R. Nossintchok et al., Le criminel de l’Extrême : recherche criminologique sur le tueur a comportement systémique (tueur en série), Nanterre, Chlorofeuilles, 1997, p. 77.

16 Il existe deux types de tueur en série : le type à comportement organisé, qui maîtrise la préparation et le déroulement de son crime de manière logique afin d’empêcher son identification, et le type à comportement désorganisé dont la gestion chaotique et illogique du crime témoigne d’une perte de contrôle.

17 La notion d’envie par le regard appelé « mauvais-œil » dans la culture arabo-musulmane comporte une signification mortifère dans la mesure où elle implique le souhait de destruction d’un bien porté par l'autre (tels que bijoux, vêtements, signes de richesse, etc.) ou d’un don possédé par lui (beauté, santé, réussite).

18 S. Aissa, Les Hommes de Raya et Sekina, op. cit., p. 577.

19 A. Fayek, « La pensée métaphysique en Égypte et son influence en terme de maladie psychosociale », dans Les maladies psychosociales. Vers une théorisation des troubles du lien social, Le Caire, El Anglo (en arabe), 2001, p. 411.

20 S. Aissa, Les Hommes de Raya et Sekina, op. cit., p. 521.

21 La psychopathie se caractérise par un comportement agressif, antisocial et impulsif, avec l’absence de sentiment de culpabilité et le besoin narcissique d’auto-gratification immédiate (une intolérance à la frustration), voir Stephen E. Brown et al., Criminology. Explaining crime and its context, Cincinnati, OH, Anderson Publishing Co., 1991, p. 281.

22 Voir Mustapha Safouan, « La personnalité du délinquant à la lumière des théories psychanalytiques », Psychologie clinique, nouvelle série no 20, 2006, p. 133-142 (traduit de l’arabe par Amal Hachet).

23 S. Aissa, Les Hommes de Raya et Sekina, op. cit., p. 661.

24 Ibid., p. 579.

Auteur

Psychanalyste et maître de conférences en psychologie à l’Université de Poitiers – LRPC (EA 4050).

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540