Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Impossibles victimes, impossibles coupables

 | 
Frédéric Chauvaud
, 
Gilles Malandain

Deuxième partie. Les incertitudes de la responsabilité pénale

Ambigüe criminalité : le traitement judiciaire des femmes de la Commune ou le retour à l’ordre sexuel et politique

Quentin Deluermoz

Texte intégral

  • 1 Édith Thomas, Les Pétroleuses, Paris, Gallimard, 1963 ; Eugene Schulkind, « Socialist women in the (...)
  • 2 Jacques Rougerie, « 1871. La commune de Paris », dans Christine Faure (dir.), Encyclopédie politiq (...)

1Longtemps l’histoire de la Commune s’est écrite sans les femmes, ou du moins en minorant leur importance. Les travaux pionniers d’Edith Thomas ont commencé à réparer cet oubli, puis le mouvement a été prolongé par une série de travaux d’histoire des femmes, principalement anglophones1. Exhumant des figures et des gestes négligés, ces derniers ont peu à peu esquissé les traits de la Commune comme moment remarquable de libération de l’action féminine, notamment dans le domaine politique. Le portrait, à suivre Jacques Rougerie dans un article de synthèse qui servira ici de point de référence, était nécessaire, car il rééquilibrait la connaissance des acteurs de l’événement. Mais il est peut-être un peu forcé2. Le rôle des femmes – que l’on considère le rôle laissé comme le rôle occupé – est sans doute demeuré en général plus contrasté. Les problèmes restent nombreux : comment évaluer les actions d’une partie aussi importante de la population ? Et comment traiter le problème redoutable de l’implication politique ? Le questionnement mérite donc d’être poursuivi. L’un des moyens concrets d’aborder le problème est peut-être de s’intéresser à la manière dont ces femmes ont été traitées ensuite par la justice des vainqueurs, la justice versaillaise. À l’appui des travaux existants, les archives judiciaires (militaires et civiles) s’avèrent en effet très riches, surtout si elles sont pleinement exploitées : d’un côté, elles offrent une masse d’informations, qui, toujours sous l’œil de l’enquête, déborde largement les affaires elles-mêmes. De l’autre, elles permettent d’analyser le procès lui-même, avec l’administration des preuves, leur analyse, leur interprétation et la distribution des peines. En utilisant, avec toute la prudence nécessaire, cette tension inhérente aux archives judiciaires, il est ainsi possible d’approcher un peu plus la question du rôle des femmes sous la Commune, puis de voir comment elle a été perçue et sanctionnée par la justice versaillaise. En arrière-plan, c’est enfin la définition du « crime politique » qui est en jeu.

Une brèche aux contours restreints

Participer à la Commune

  • 3 Sur la Commune, sa mise en place, son organisation et les questions soulevées, voir Jacques Rouger (...)

2Qu’est-ce, d’abord, que participer à la Commune ? Nous nous plaçons ici directement au 18 mars, en rappelant que la sécession communarde est le fruit d’un processus lent et non organisé, que les quartiers de Paris ne vivent pas au même rythme et que les semaines qui suivent jusqu’au 28 mai ne sont pas étales3. Un moment « communard » existe néanmoins et est vécu en tant que tel de chaque côté des remparts parisiens. Répondre n’est pas pour autant facile : cette question est celle que se posent tous les commentateurs, depuis les acteurs eux-mêmes qui éprouvent leurs théories au contact de cette expérience jusqu’aux historiens contemporains qui le reconnaissent volontiers. Nous n’avons bien entendu pas la prétention, ni les moyens, de répondre. Il s’agit simplement ici de pointer quelques « manières de participer » pour dessiner les contours de cette activité.

3De manière très convenue, l’une des premières est le vote, mis en œuvre le 26 mars, avec un taux de participation au vrai assez limité. Être élu dans les arrondissements et siéger au conseil de la Commune en est le corollaire immédiat. On peut ainsi dégager environ 80 membres de la Commune, tels Gustave Courbet dans le 6e ou Théophile Ferré dans le 18e.

4Appartenir à l’une des organisations actrices de la période, comme l’Association Internationale des Travailleurs, la Fédération de la garde nationale ou, parmi d’autres, les comités de vigilance des arrondissements, est une autre manière. Leur rôle a souvent été exagéré par les Versaillais puis par les historiens, mais elles n’en sont pas moins des lieux de structuration (et de tension) de l’espace politique communard. La présence et la prise de parole dans les nombreux clubs et réunions publiques, comme par exemple le club de la révolution dans l’église Saint-Bernard, est un autre mode plus habituel d’intervention dans les actions et les débats publics, éléments clés de la période.

5La participation à la défense de la Commune est surtout décisive, tant l’activité guerrière et politique sont alors mêlées (construction de barricades, transport et usage des armes). Dans cette perspective, les acteurs les plus courants du mouvement sont les gardes nationaux, avec tout ce que cela implique, de l’élection des chefs à l’intervention armée en passant par le port de l’uniforme. Virtuellement, tout homme de moins de quarante ans est censé en faire partie, mais dans les faits, le nombre est plus restreint. Sur les 350 000 gardes potentiels, entre 100 000 et 150 000 semblent avoir fait leur service. Surtout, l’efficacité des gardes est très limitée, et ceux qui interviennent directement dans les combats sont encore moins nombreux, 25 000 à peine. Néanmoins, le simple fait d’appartenir à la garde est une contribution, qu'elle soit volontaire, subie ou seulement destinée à se procurer des moyens d’existence.

  • 4 ADVP (archives de la ville de Paris), D2U6-14, Fillol Joseph, usurpations de fonction, participati (...)

6Les contours de la participation s’avèrent donc variés. Mais ils sont encore plus nombreux. Occuper des anciennes fonctions publiques est une autre forme courante. Les dossiers d’« usurpations de fonctions » conservés aux archives de Paris montrent comment des tailleurs d’habits, comptables, peintres en bâtiments, concierges etc. sont devenus administrateurs des tabacs, contrôleurs d’octroi, secrétaires de mairie, voire commissaires ou inspecteurs de police. Les domaines concernés peuvent être très vastes. Rappelant à quel point toutes ces fonctions se cumulent, Joseph Fillol, ancien employé de commerce, est ainsi à la fois garde national, employé au bureau des passeports de la Préfecture de police, et délégué par la mairie du 10e à la boucherie de la rue des Petites-Écuries4. Là encore, les motifs peuvent être divers (recherche d’une paie, évitement de la garde nationale, pratique carnavalesque). Mais faire vivre administrativement Paris, même de manière peu efficace, est aussi une manière de contribuer à l’événement communard.

7Reste enfin la rue. La Commune est un temps d’inquiétude, mais aussi de fête et de discussion au cœur des quartiers. Le rôle des conversations et l’usage ordinaire des dénominations, dont celle de « citoyens », sont essentiels. La rue est également un espace de règles. La frontière entre le judiciaire et l’infrajudiciaire s’estompe avec le rejet des lois et règlements anciens. Toutefois des normes, nouvelles ou informelles, existent. Qu’il s’agisse de la chasse aux « ennemis » et réfractaires ou du maintien de l’ordre quotidien, l’appel à la garde ou au commissaire se fait toujours en termes politisés, au nom de la Commune. Cela peut être réalisé de manière volontaire, pragmatique ou de fait, mais l’ordinaire de la rue et ses protagonistes sont constamment imprégnés par la présence de l’idée de la Commune.

8Les formes de participation sont diluées et multiples : si la question de la nature politique du mouvement reste entière, la Commune apparaît ainsi comme un moment d’éclatement des cadres politiques antérieurs et d’une politisation très forte de tous les champs de l’activité sociale.

La participation féminine

  • 5 Au point de masquer les autres types d’actrices. L’ouvrage précité de Carolyne Eichner s’intéresse (...)
  • 6 Martin Johnson, « Citizenship and gender, the Légion des fédérées in the Paris Commune of 1871 », (...)
  • 7 Cité dans Jacques Rougerie, « 1871. La Commune de Paris », op. cit.

9Ce contexte offre évidemment aux femmes, largement exclues de la vie politique au cours du xixe siècle, des possibilités d’expression et d’action inédites, qu’elles vont mobiliser. Elles s’imposent très vite : on connaît le rôle des femmes de Montmartre dans l’échec de la prise des canons par les militaires le 18 mars. Au-delà de l’événement, certaines occupent des fonctions intellectuelles et décisionnelles reconnues. C’est notamment le cas de Louise Michel (1830-1905), très active dans le 18e arrondissement, d’Elisabeth Dmitrieff (1851-1910), déléguée de la section russe de l’Internationale, ou d’André Léo (1824-1900), femme de lettre, militante socialiste et féministe, qui sont quelques-unes des femmes les mieux connues de l’historiographie5. Dans une transgression plus étonnante des genres, des femmes en armes ont également existé, organisées en bataillons, fédérées et prêtes à partir au combat6. On sait également que des femmes des Batignolles et de Montmartre ont pris part, aux côtés de Louise Michel, aux combats de l’Hôtel de ville. Des organisations importantes et actives se mettent surtout en place, comme le fameux comité de vigilance des femmes de Montmartre, inspiré des comités de vigilance masculins et animé par Louise Michel, André Léo ou Sophie Poirier. La plus célèbre reste toutefois l’Union des femmes pour la défense de Paris et les soins aux blessés, créée le 11 avril 1871 par Elisabeth Dmitrieff et Nathalie Lemiel. Très radical, favorable à une complète rénovation sociale, il se charge notamment d’organiser le travail féminin sous la Commune. Il a pu compter, sans que cela soit vérifiable, jusqu’à 300 membres. D’autres organisations, plus modestes, sont également créées7.

  • 8 Les milieux ouvriers qui composent en majorité le camp communard ne sont pas forcément opposés à l (...)
  • 9 APP (archives de la Préfecture de police), DB 420 : répression, jugement, commission des grâces.
  • 10 ADVP, D3U6-2, Lacroix Marie, usurpation de fonctions, 11. 1871.

10Ces actions sont remarquables et importantes, mais isolées. André Léo, désabusée, parle au final d’une révolution « sans la femme »... Certes, il ne faut pas négliger les avancées importantes de la Commune dans une plus grande égalité des droits civils entre hommes et femmes, comme le célèbre décret du 10 avril qui propose une pension de 600 francs aux femmes de fédérés « légitimes ou non ». Cependant, elles n’obtiennent pas le droit de vote et l’activité guerrière reste mal vue, comme le suggèrent les discours fantasmés sur les « amazones » tenus par de nombreux Communards8. Par ailleurs, l’appellation complète de l’Union des femmes le montre, elles restent cantonnées à des activités d’abord féminines : l’éducation, les soins, la nourriture. À lire les archives et le rapport d’ensemble du capitaine Briot sur les « Opérations judiciaires concernant les femmes9 », la majorité d’entre elles, sans participer nécessairement à une organisation, a surtout été cantinière, vivandière ou ambulancière. Les 67 dossiers d’usurpation consultés montrent qu’elles sont également exclues de la plupart des occupations de fonctions publiques. Plus exactement, lorsqu’elles en profitent, c’est pour occuper des fonctions de femmes, comme Marie Lacroix, une veuve de 60 ans qui a exercé sur proposition de la mairie du 13e les fonctions d’institutrice à la place des sœurs, récemment expulsées de leur institution place Jeanne d’Arc10. La Commune, considérée plus globalement, semble donc être restée un mouvement très masculin.

  • 11 Shat (Service historique de l’armée de terre), rapport du commissaire de police du quartier des Gr (...)

11Cela ne signifie pas pour autant que les femmes soient exclues. Au-delà des cas évoqués plus haut, des formes originales et plus courantes d’interventions politiques sont mobilisées. Bien que parfois moquées, certaines participent aux réunions publiques et aux débats. Une parole féminine, souvent féministe, s’exprime bien. Les ambulancières et cantinières jouent par ailleurs un rôle important dans le maintien des troupes. Certaines femmes semblent se concentrer exclusivement sur leur activité, mais d’autres, mentionnent les rapports, encouragent et soutiennent ouvertement les soldats. Sans aller jusqu’au tir, charger les fusils, amener les munitions, porter un élément d’uniforme semblent des pratiques féminines courantes de participation militaire. Manifester son soutien passe aussi par le jeu des apparences, le bricolage des vêtements, le port, apparemment fréquent, des caracos rouges ou des bonnets phrygiens. Elles peuvent aussi participer à la construction des barricades, comme ces quatre femmes, non identifiées, qui entament la barricade avenue de Clichy le 21 mai, à la surprise générale, puis poussent les hommes présents à poursuivre le travail11. Certaines accompagnent, dans le même esprit, les soldats sur tous les fronts, de barricades en barricades.

  • 12 ADVP, D2U6-9, Alexis Bourguignon, complicité d’arrestation illégale, 9. 1871.

12Enfin, au sein des quartiers, les femmes jouent un rôle non négligeable dans l’ordre quotidien. Les archives montrent que ce sont souvent des concierges ou des marchandes, qui étaient déjà des piliers dans les espaces de sociabilité et de reconnaissance que sont les quartiers, qui s’arrogent ainsi un droit de regard spécifique. D’après les accusations postérieures, certaines étaient payées par le comité de salut public (mis en place le 1er mai) pour la chasse aux réfractaires. Mais elles agissaient aussi beaucoup de leur propre chef. Alexis Bourguignon, employé, est arrêté dès son arrivée à Paris, sur la demande d’une concierge : étranger au quartier, il semblait vraisemblablement suspect12. D’autres exemples existent dans les archives. Bien sûr, au moment des audiences, il apparaît souvent que ces arrestations cachent des inimitiés plus anciennes et des vengeances recuites (pour les femmes autant que pour les hommes). Mais il ne faut pas non plus tomber complètement dans le jeu de l’accusation et de la défense. Même si cette dimension est présente, en intervenant au nom de l’ordre communard, que cela soit conscient, spontané ou de fait, ces femmes contribuent à l’expérience communarde et occupent une position de pouvoir originale. Il y a bien participation féminine à la Commune.

  • 13 Pour 1789, Jean-Clément Martin, La révolte brisée. Femmes dans la Révolution française et l'Empire (...)

13En fait, comme en 1789 et en 184813, il semble que la révolution de 1871 ouvre une brèche dans l’ordre social et politique, dans laquelle les femmes s’engouffrent, dont elles profitent ou usent, mais que cette ouverture conserve au final des contours limités. Dès lors, comment les vainqueurs ont-ils apprécié et jugé cette situation particulière ?

Charges et mises à l’écart

Monstres ou victimes

  • 14 Robert Tombs, La guerre contre Paris, Paris, Aubier, 1997, 380 p.
  • 15 Alain Corbin, « Le sang de Paris. Réflexions sur la généalogie de l’image de la capitale », dans L (...)

14Il faut retracer l’ensemble du processus de répression mis en œuvre, à commencer par le massacre des Communards qui accompagne la progression des troupes dans Paris et culmine lors de la Semaine sanglante à Belleville. Hommes, femmes et enfants sont systématiquement fusillés et bien que les comptages soient difficiles, on peut évaluer à au moins 20 000 le nombre de parisiens tués. Robert Tombs a décrypté les modalités de ce massacre d’État14. Il n’est pas perpétré par des ruraux fous et avinés, mais au contraire parfaitement organisé par les officiers, et mené par des soldats ayant en tête la certitude de mettre un terme à des agissements barbares et criminels. Alain Corbin a suggéré la dimension purificatrice d’un tel massacre, le bain de sang s’avérant nécessaire à la refondation politique du nouveau régime15. Dans cette logique, ce premier temps brutal de la remise en ordre ne fait pas de distinction d’âge et de sexe. Sans qu’il soit possible de préciser les proportions des uns et des autres, sont tués tous ceux qui se trouvent, à ce moment, dans l’espace public en voie de reconquête.

15Vient ensuite le second moment, celui du jugement des acteurs de la Commune, qui passe par deux juridictions. La Ville étant placée en état de siège depuis le 18 mars, l’essentiel des procès, du moins ceux considérés comme les plus importants, se déroule devant les conseils de guerre. Un certain nombre de personnes arrêtées, 200 environ, passent en cours d’assises hors de Paris (que nous n’avons pas abordés). Restent enfin de nombreux procès en correctionnelle, qui jugent des faits cette fois définis comme des délits politiques.

  • 16 Une présentation générale du procès et de ses enjeux est proposée dans Jacques Rougerie, Le procès (...)
  • 17 C’est ce que dit l’ex-capitaine Grimai, chargé d’un des conseils de guerre dans une série d’articl (...)
  • 18 Le nombre exact varie selon les sources, d’autant que beaucoup de procès ont eu lieu plusieurs foi (...)

16La justice militaire fait le travail le plus important16. Bien qu'elle semble avoir été décidée tardivement, l’idée est vite de mettre en œuvre un gigantesque procès des communards17. Or le nombre de personnes poursuivies est tel qu’il faut rapidement augmenter le nombre de conseils. De 4, la première division militaire, celle de Versailles, passe à 15 après la loi du 7 août 1871, puis à 22, le nombre s’étant élevé jusqu’à 26. Ces conseils de guerre statuent de 1871 à 1875 : le rapporteur de la commission des grâces s’exclame en 1875 « Jamais œuvre semblable n’avait été entreprise ». 1 050 femmes environ passent devant ces conseils18. Cela peut paraître beaucoup, mais semble mince si l’on considère les 35 000 décisions rendues pour les hommes : elles représentent 3 % du total. Surtout, elles bénéficient à 80 % d’une ordonnance de non-lieu, contre 60 % pour les hommes. Si l’on excepte les acquittements et que l’on s’en tient aux seules condamnations, 10 % des femmes sont finalement condamnées, contre 28 % des hommes. Les femmes de la Commune semblent donc moins poursuivies que les hommes. Cela peut sembler normal : les tribunaux, qui statuent sur des positions occupées, des armes portées ou des gestes effectués, ne font ainsi que révéler le partage des genres observés sous la Commune. La correspondance n’est toutefois pas si évidente.

  • 19 Rapport d’Octave Depeyre à l’Assemblée nationale du 16 juillet 1872 (APP, DB 420).

17Des femmes, une centaine, sont condamnées. Or, celles-là l’ont été plus durement que les hommes. Nous utilisons ici les données d’une situation dressée au 15 juillet 1872, qui sépare bien les sexes (l’essentiel des procès a déjà eu lieu puisque l’échantillon est ici de 32 00019). Si l’on rapporte les peines aux condamnations effectivement prononcées, les femmes apparaissent surreprésentées pour les sanctions les plus lourdes : 13 % sont condamnées à mort, contre 0,9 pour les hommes, 13 % également aux travaux forcés et 13 % à la déportation dans une enceinte fortifiée, contre 2,3 et 11 % pour les hommes. Ces derniers sont plus largement condamnés à la déportation simple (34 % contre 10,4 pour les femmes) et à la détention (12,6 % contre 6,9). Les peines de prison allant de moins de 3 mois à un an suivent ensuite des courbes similaires. Ces cas concernent les femmes dont le rôle politique est évident, comme Louise Michel ou André Léo. La première, qui assume ses positions jusqu’au bout lors de son procès, est déportée en Guyane, la seconde, en fuite en Suisse puis en Italie, est condamnée par contumace. Les femmes-soldats du bataillon des fédérées paient également durement leur transgression du fait guerrier et sont condamnées à mort ou à la déportation. Ces condamnations les plus lourdes concernent aussi des femmes qui se rapprochent, de près ou de loin, des actes féminins jugés les plus insupportables pendant la Commune.

  • 20 Le Dossier de la Commune devant les conseils de guerre, Paris, 1871. L’affaire est également exami (...)

18Le cas emblématique est le procès des cinq « pétroleuses », en septembre 1871. La pétroleuse est une femme incendiaire qui a participé aux destructions de la Semaine sanglante et qui incarne, aux yeux des Versaillais, la barbarie la plus totale, la femme dans son dévoiement le plus complet (peut-être en écho à la figure de la sans-culotte déchaînée et destructrice). Leur condamnation revêt donc pour le nouveau pouvoir une importance symbolique essentielle. Or, pour les cinq femmes qui passent devant le conseil de guerre (Élisabeth Retiffe, 32 ans, cartonnière, Léontine Suetens, 26 ans, blanchisseuse, Joséphine Marchais, 32 ans, blanchisseuse, Eulalie Papavoine, 24 ans, couturière, Lucie Bocquin, 28 ans, blanchisseuse), aucune preuve formelle de possession de pétrole n’est apportée. C’est l’un des paradoxes de ces procès : les recherches, menées avec un certain sérieux, et les faits, établis assez correctement, font vivement ressortir le fait que souvent rien n’émerge franchement, ainsi que le rôle important et souvent subjectif de l’interprétation du rapporteur ou des juges. Ici, il apparaît que ces femmes portaient des insignes politiques (caraco rouge), quelles ont suivi les bataillons, qu’elles ont soutenu les fédérés, leur ont apporté à boire... Mais la prévention d’incendie est impossible. Comme elles ont quand même pu y participer, trois sont finalement condamnées à mort, une à la déportation, la dernière à 10 ans de prison. Les chefs d’inculpations exacts sont : appartenance à une bande et excitation à la guerre civile, complicité d’incendie, complicité d’assassinat (d’un concierge20).

  • 21 Shat, 8J 74, Femme Bediet, op. cit.
  • 22 Shat, 8J 379 (16e conseil de guerre), Fortine Barras, février 1872.

19Le cas de Marie Bediet est également intéressant21. Non inquiétée par la police en 1871, elle est arrêtée en 1873 pour une affaire de falsification de timbre. Lors des perquisitions, le commissaire, qui avait été chargé de l’assassinat des otages de la rue Haxo, constate qu'elle était cantinière pendant la Commune, qu'elle fut la maîtresse du colonel des fédérés Vinot, en fuite. Il retrouve surtout une série de photographies où elle apparaît en costume de marin. Une femme en costume de marin s’étant distinguée par sa violence lors de l’assassinat des otages, il établit un lien entre les deux et le dossier est transmis au 3e conseil de guerre. L’enquête, qui multiplie les témoignages, en écarte d’ailleurs certains à charge, établit que la photographie est antérieure à 1870 et que Marie Bediet n’a manifestement pas, comme cela était dit dans son quartier, tiré du haut des barricades. Sur la dizaine de témoins, un seul prétend la reconnaître, trois ans après les faits, comme la femme de la rue Haxo. Un fait apparaît en revanche indiscutable, mis à part son soutien à la Commune : le port d’un uniforme masculin (lors des audiences, le juge demande souvent si elle « portait des vêtements conformes à son sexe »), et surtout un passage en revue d’un bataillon fédéré, sur le champ de mars, en costume d’officier. L’affaire, parue à l’époque dans les journaux communards, avait fait un scandale parmi les fédérés et valut à la coupable le surnom de « colonelle Vinot ». Le fait rappelle combien la transgression de la virilité militaire était plutôt mal perçue parmi les fédérés eux-mêmes. L’acte d’accusation établit finalement qu'elle a pu être présente rue Haxo (cela reste le moteur premier de l’instruction), et qu'elle est convaincue d’avoir porté des armes apparentes et un uniforme. Enfin, poursuit l’auteur, si l’on considère sa conduite débauchée, ses mauvais sentiments et son désir de prendre une part active à l’insurrection, « on se rendra compte de l’influence pernicieuse que cette femme énergique et décidée a exercé dans le milieu corrompu où elle vivait. » Elle est finalement accusée en 1874 d’« avoir, dans un moment insurrectionnel, porté des armes apparentes revêtu d’un uniforme militaire » et condamnée à la déportation simple. La peine est extrêmement sévère : pour le même fait, aggravé par la garde des canons du Point du jour les 24 et 25 mai 1871, le lieutenant Fortine Barras est condamné à un an de prison22. Des exemples de jugements plus conformes aux faits établis existent : l’essentiel est de noter que la transgression ou la proximité des transgressions les plus marquantes de l’épisode sont bien plus sévèrement punies pour les femmes.

  • 23 APP, DB 420.

20À l’inverse, pour les actes de participation moins évidents ou symboliquement moins marqués, les tribunaux semblent plus cléments. La majorité des non-lieux concerne, d’après des comptes rendus indirects (il ne reste plus de dossiers de non-lieu au SHAT), les vivandières, cantinières et ambulancières évoquées, certaines affichant ouvertement leurs convictions politiques et participant aux réunions. Pour des faits similaires (la participation à une ambulance, avec une présence au club), des hommes sont condamnés à plusieurs mois de prison. Cette compassion est comme reconnue par le rapport déjà cité du capitaine Briot sur les « Opérations judiciaires concernant les femmes », qualifiées d’emblée de « malheureuses23 ». Pour lui, les causes de la participation des femmes à l’insurrection sont simples. La première est leur ignorance et leur absence de sens moral, constat qui conclut une découverte horrifiée, nourrie des stéréotypes versaillais, des conditions de vie des femmes dans les milieux populaires (le concubinage est par exemple systématiquement associé à la prostitution). Ces femmes n’ont donc pu qu’être « entraînées » par les Communards, sans oublier que certaines « obéissaient au besoin de crier et d’insulter, qui paraît inhérent à certaine nature de femme. » Dans un passage étonnant, trace des enquêtes menées, l’auteur reconnaît pourtant la participation des femmes aux réunions, la tentative de création d’ateliers et la prise de parole. Mais ce sont pour lui surtout les belles promesses et la manipulation de l’Internationale qui sont fautives. Il conclut finalement que les causes de cette participation sont : l’absence de sens moral, l’insuffisante réglementation de la prostitution, les discours subversifs et l’Internationale. Le discours versaillais écrase ainsi les résultats des enquêtes qui ne correspondent pas. S’exprime surtout chez cet officier, comme chez beaucoup d’autres, la certitude d’une impossibilité « naturelle » d’une action politique des femmes. Dans cette perspective, ces femmes sont soit littéralement monstrueuses (c’est le sens des stéréotypes de la pétroleuse et de la prostituée, le thème étant en outre incarné par les femmes les plus impliquées), soit le plus souvent victimes. L’idée d’une action politique tend ainsi à être écartée.

L’impossible délit politique

  • 24 Si on rapporte au total, 34 % des hommes bénéficient d’un non-lieu contre 53 % des femmes, mais le (...)

21Le fait apparaît plus nettement à la lecture du deuxième circuit judiciaire, en correctionnelle. Moins connu, il a son importance : les premiers décomptes suggèrent un peu moins de 500 procès pour des faits relatifs à la Commune entre 1871 et 1873. Cela est faible comparé aux procès militaires, mais reste un chiffre plutôt élevé qui témoigne de l’ampleur volontaire du travail d’enquête et de répression, porté jusqu’aux actes qui paraissent plus anodins. Cette quête des délits politiques a en outre le mérite de traiter de faits qui sont peut-être plus en correspondance avec le répertoire d’action le plus couramment mobilisé par les femmes. Les données chiffrées, établies à partir des dossiers conservés aux archives (les logiques de conservation obéissent à une sélection aléatoire), montrent une proportion similaire au circuit judiciaire : sur 145 dossiers conservés ayant trait à des faits relatifs à la Commune, 8 seulement concernent des femmes (5,5 %) ; si l’on considère les dossiers de non-lieux, c’est le cas de 9 sur 81, soit une proportion de 11 %24. Les femmes paraissent là encore nettement moins concernées par les poursuites judiciaires que les hommes. Cela peut sembler normal, puisque l’essentiel des dossiers concerne des usurpations de fonction, dont les femmes sont exclues. Une nouvelle fois, les procès reflètent logiquement les partages politiques en vigueur sous la Commune.

  • 25 D2U6-4, Crussard (veuve), arrestation illégale, 06.1871.

22Pourtant, lorsque les faits sont comparables, la différence de traitement émerge encore nettement. Ainsi en est-il des arrestations illégales. Lorsqu’il s’agit d’une simple dénonciation, un homme peut être condamné jusqu’à six mois de prison, la sévérité variant selon une série de critères (réputation, travail, gravité de l’acte, circonstances, etc.). Les femmes, elles, sont plus facilement relâchées et beaucoup, qui apparaissent actives dans les dépositions, ne sont même pas recherchées. Cas révélateur, la femme Crussard, une propriétaire qui a dénoncé le gardien de la paix Amou roux, son locataire, puis fait arrêter sa femme et ouvrir son appartement, est d’abord acquittée alors que la prévention est établie par le procès-verbal du commissaire sous la Commune. L’agent doit s’y prendre à deux fois, et faire jouer son statut pour la faire condamner à une amende et à un mois de prison25. L’acte semble chargé d’une moindre dimension publique pour les femmes que pour les hommes.

  • 26 D3U6-2, Bigeau J., participation à l’insurrection, excitation à la guerre civile, 11.1871.

23Jeanne Bigeau le montre bien26. Celle-ci a fabriqué des cartouches pendant l’insurrection, fréquenté les clubs et à plusieurs reprises, « très exaltée », elle a incité à la haine contre le gouvernement. Cependant, elle bénéficie au final d’un non-lieu, cette exaltation pouvant être, d’après le réquisitoire, attribuée à la perte de son fils pendant la guerre de 1870. Le fait est peut-être vrai, mais l’argument nie en même temps la portée politique et consciente de son action. D’une certaine manière, elle ne peut pas être prise au sérieux et ses actes renverraient dans l’esprit des juges à une blessure maternelle, c’est-à-dire une altération de sa nature féminine. Il faut se méfier de la référence à l’exaltation, qui concerne les hommes comme les femmes. Dans les justifications des Versaillais, mis à part un noyau de révolutionnaires manipulateurs, les communards sont pour la plupart des gens frustes et brutaux qui se sont laissés aller à une exaltation malsaine. Les accusés, comme souvent dans les procès, utilisent d’ailleurs cet argument convenu pour tenter d’échapper à la sévérité du jugement. Cependant, s’il est entendu (il est aussi, dans le temps du procès, un aveu du « retour personnel à la normale »), il semble fonctionner plus efficacement pour une femme que pour un homme.

  • 27 D3U6-2, Bomi Marie Philibert et Virginie, participation à l’insurrection, pillage, 11.1871.

24Cette mise à l’écart de la dimension politique est d’ailleurs effective dès le moment des recherches. En octobre 1871, sur la foi de dénonciations, la justice s’intéresse à Philibert Bomi, contremaître dans une fabrique de bronze, sergent fourrier au 65e bataillon de la garde nationale, suspecté de cacher des objets pillés dans sa cave27. Sa femme Viriginie est également accusée d’avoir fait une propagande active en faveur de la Commune, d’avoir été déléguée du Comité Central et d’avoir réquisitionné des matelas et des draps de lit pour l’ambulance. Rapidement, il apparaît que le mari était absent à l’époque des pillages. Dans une lettre du 21 octobre, le tribunal d’instance félicite le commissaire de ne pas l’avoir poursuivi, mais il reste sa femme : « il importe pour la régularité de l’enquête que sa femme soit interpellée sur sa conduite pendant la Commune ». Cette seconde enquête, pour des accusations fortes (qui se révèlent fausses) apparaît donc d’abord motivée par un souci de mener les investigations jusqu’au bout. En soi, elle paraît moins signifiante.

25Autrement dit, dans ces procès pour des faits moins graves, la portée politique de l’action des femmes tend à être niée, ou tout au moins minorée. Les juges en ont-ils conscience ? Peut-être ont-ils en tête les stéréotypes de la pétroleuse et de la prostituée, et ne les retrouvent-ils pas dans ces affaires. Mais ils semblent surtout faire ça normalement. Se dessine d’abord l’idée, très ancrée, que les femmes ne peuvent pas exercer une action politique, en tout cas que celle-ci, jusqu’à un certain point, n’est pas « grave » ou « sérieuse ». Sans doute la masse des affaires en cours favorise-t-elle de tels choix. Mais cela n’en rend cette idée que plus visible.

La construction du crime politique

26Il est possible maintenant de dresser un bilan de ces jugements, en rappelant la complexité des situations au cas par cas. Deux phénomènes apparaissent : d’abord, les juges ont condamné un petit nombre de femmes, actrices véritables de la Commune ou supposées telles, et plus durement que les hommes. La transgression des genres, lue comme emblématique du moment de complète déviance que fut l’expérience communarde, s’ajoute à l’accusation. Pour le reste, ils ont plutôt prolongé la mise à l’écart déjà en œuvre sous la Commune. Plus exactement, ils l’ont poursuivie et même, en quelque sorte, achevée.

27De fait, la désignation du « crime politique » se définit aussi au moment du procès, par le procès. Cela se comprend si l’on considère la politisation complète et diluée de la vie sociale sous la Commune. La fonction de ces procès, Thiers le suggère lors de l’enquête parlementaire sur le 18 mars, est certes de condamner (durement) les communards, mais également de restaurer les cadres juridiques et politiques anciens, comprenant les lois, le fonctionnement judiciaire, mais aussi des normes plus amples comme la séparation des domaines publics et privés, ou la définition de ce qui relève du politique... L’exemple des femmes reflète remarquablement cette dimension, rappelant également à quel point l’espace politique ordinaire est, au xixe siècle, comme « naturellement » sexué (au sens d’une construction sociale intériorisée sur le temps long).

  • 28 Michelle Perrot, « Pouvoir des hommes, puissance des femmes », dans Les Femmes ou les silences de (...)
  • 29 Circulaire du 5 janvier 1872 aux commissaires de police de la ville de Paris du préfet de police R (...)

28L’étude du traitement judiciaire de ces femmes débouche ainsi sur un paradoxe : d’un côté, elles tendent à échapper plus facilement à la répression judiciaire – même si toutes sont en fait lourdement touchées par la perte ou l’emprisonnement d’un mari, d’un enfant ou d’un frère. Mais d’un autre côté, avec parfois leur accord (certes stratégique) dans le jeu de la défense qui se met en place lors du procès, cela passe par une négation de leur potentielle puissance publique. On retrouve très concrètement le double fonctionnement du pouvoir mis en lumière par Michelle Perrot pour le xixe siècle : une exclusion du politique, et une exaltation ou une reconnaissance de leur rôle privé28. Cela est si vrai que l’année suivante, dans un souci de normalisation post-Commune, le gouvernement propose de distribuer 100 000 francs aux victimes de la répression communarde, la transmission des aides se faisant explicitement par les femmes29. Elles sont ainsi replacées dans leur rôle de pacification sociale, par le biais des foyers.

29Cette remise en place est un autre élément, moins étudié mais sans doute important, de la politique de sortie de l’expérience communarde. Elle a des limites : pour prolonger le paradoxe, les femmes les plus durement condamnées témoignent de l’existence d’une « instabilité de genre » et d’une réelle transgression féminine des barrières politiques pendant la Commune (et justifient en ce sens l’intérêt historiographique qu’elles soulèvent). Une fois le retour à l’ordre assuré, l’action des femmes, multiforme et pas forcément politisée, s’inscrit à l’intérieur du cadre politique qui s’impose. Il faudra cependant du temps, avec un certain nombre de luttes féminines, mais aussi d’amples mouvements sociaux et culturels, avant que leur action politique soit reconnue, et donc leur déviance possible, rappelant combien un « crime politique » dépend aussi des normes qui ordonnent en sous-main le partage de la puissance publique.

Notes

1 Édith Thomas, Les Pétroleuses, Paris, Gallimard, 1963 ; Eugene Schulkind, « Socialist women in the Commune », Past and present, 1985, no 106, p. 124-163. L’un des derniers travaux en date est : Carolyne J. Eichner, Surmounting the Barricades : Women in the Paris Commune, Bloomington, Indiana University Press, 2004.

2 Jacques Rougerie, « 1871. La commune de Paris », dans Christine Faure (dir.), Encyclopédie politique et historique des femmes, Paris, PUF, 1997, p. 405-432.

3 Sur la Commune, sa mise en place, son organisation et les questions soulevées, voir Jacques Rougerie, La Commune de 1871, PUF, « Que sais-je ? », 1988.

4 ADVP (archives de la ville de Paris), D2U6-14, Fillol Joseph, usurpations de fonction, participation à l’insurrection, 11.1871 (activités confirmées par l’inculpé).

5 Au point de masquer les autres types d’actrices. L’ouvrage précité de Carolyne Eichner s’intéresse aux trois parcours d’André Léo, Paule Minck et Élisabeth Dmitrieff. David A. Shafer, dans son chapitre consacré aux femmes dresse en particulier les portraits d’André Léo, Louise Michel, Élisabeth Dmitrieff (The Paris Commune. French Politics, Culture, and Society at the Crossroads of the Revolutionary Tradition and Revolutionary Sorialism, Basingstoke, Palgrave Macmillan, 2005) sur André Léo voir notamment la récente biographie d’Alain Dalotel, André Léo (1824-1900). La Junon de la Commune, Chauvigny, Association des publications chauvinoises, 2004.

6 Martin Johnson, « Citizenship and gender, the Légion des fédérées in the Paris Commune of 1871 », French History, sept. 1994, p. 276-295.

7 Cité dans Jacques Rougerie, « 1871. La Commune de Paris », op. cit.

8 Les milieux ouvriers qui composent en majorité le camp communard ne sont pas forcément opposés à l’égalité des sexes dans les discours, mais le sont beaucoup plus en pratique. Voir Michelle Perrot, « L'éloge de la ménagère dans le discours des ouvriers français au xixe siècle », dans Les Femmes ou Les silences de l’histoire, Paris, Flammarion, 1998, p. 133-153.

9 APP (archives de la Préfecture de police), DB 420 : répression, jugement, commission des grâces.

10 ADVP, D3U6-2, Lacroix Marie, usurpation de fonctions, 11. 1871.

11 Shat (Service historique de l’armée de terre), rapport du commissaire de police du quartier des Grandes carrières, 3.11.1871. (8J 74, Femme Bediet née Vrecq Marie Virginie, 1873, 3e conseil de guerre).

12 ADVP, D2U6-9, Alexis Bourguignon, complicité d’arrestation illégale, 9. 1871.

13 Pour 1789, Jean-Clément Martin, La révolte brisée. Femmes dans la Révolution française et l'Empire, Paris, A. Colin, 2008 ; pour 1848, par exemple, Michelle Riot-Sarcey, La démocratie à l'épreuve des femmes (1830-1848), Paris, A. Michel, 1994. Sur la dialectique entre « récit de fermeture » et « récit d’ouverture » de l’action des femmes en situation révolutionnaire, voir Jacques Guilhaumou, Martine Lapied, « Les femmes et la Révolution française : recherches en cours », Révolution-française.net, Synthèses, 26 août 2006, [http://revolution-francaise.net/2006/08/26/67-les-femmes-et-la-revolution-francaise-recherches-en-cours].

14 Robert Tombs, La guerre contre Paris, Paris, Aubier, 1997, 380 p.

15 Alain Corbin, « Le sang de Paris. Réflexions sur la généalogie de l’image de la capitale », dans Le temps, le désir et l'horreur, Paris, Aubier, 1991.

16 Une présentation générale du procès et de ses enjeux est proposée dans Jacques Rougerie, Le procès des Communards, Paris, Julliard, 1970.

17 C’est ce que dit l’ex-capitaine Grimai, chargé d’un des conseils de guerre dans une série d’articles intitulé « La commune et les conseils de guerre » parus dans La Patrie, de juin à septembre 1873.

18 Le nombre exact varie selon les sources, d’autant que beaucoup de procès ont eu lieu plusieurs fois. C’est le chiffre le plus couramment utilisé, tiré du rapport du général Appert.

19 Rapport d’Octave Depeyre à l’Assemblée nationale du 16 juillet 1872 (APP, DB 420).

20 Le Dossier de la Commune devant les conseils de guerre, Paris, 1871. L’affaire est également examinée par Jacques Rougerie, Le Procès des Communards, op. cit.

21 Shat, 8J 74, Femme Bediet, op. cit.

22 Shat, 8J 379 (16e conseil de guerre), Fortine Barras, février 1872.

23 APP, DB 420.

24 Si on rapporte au total, 34 % des hommes bénéficient d’un non-lieu contre 53 % des femmes, mais les données sont trop minces pour établir une comparaison significative avec les jugements des conseils de guerre.

25 D2U6-4, Crussard (veuve), arrestation illégale, 06.1871.

26 D3U6-2, Bigeau J., participation à l’insurrection, excitation à la guerre civile, 11.1871.

27 D3U6-2, Bomi Marie Philibert et Virginie, participation à l’insurrection, pillage, 11.1871.

28 Michelle Perrot, « Pouvoir des hommes, puissance des femmes », dans Les Femmes ou les silences de l’histoire, op. cit., p. 213-224.

29 Circulaire du 5 janvier 1872 aux commissaires de police de la ville de Paris du préfet de police Renault. Une autre aide, plus restreinte, est proposée en janvier 1873.

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540