Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Impossibles victimes, impossibles coupables

 | 
Frédéric Chauvaud
, 
Gilles Malandain

Deuxième partie. Les incertitudes de la responsabilité pénale

L’« émeute en jupon » des découpeuses de Châles (Paris, 1831) : femmes victimes ou femmes déviantes ?

François Jarrige

Texte intégral

  • 1 Michelle Perrot, « Femmes et Machines au xixe siècle », Romantisme, 41, 1983, p. 6-17 ; Hélène Rob (...)

1Pour les femmes, l’industrialisation du xixe siècle ne fut pas un paisible chemin vers la modernité. Contrairement à la légende tenace, démontée jadis par Michelle Perrot, les machines du xixe siècle ne furent pas les alliées des femmes, elles ne leur ouvrirent pas la terre promise du salariat et, avec lui, de l’égalité et de la promotion sociale. Au xixe siècle, la mécanisation tend plutôt à aggraver la division des tâches et la subordination féminine. Alors que les machines complexes qui requalifient le travail sont le plus souvent contrôlées par les hommes, celles qui le parcellisent et l’encadrent sont confiées à la main-d’œuvre féminine1.

  • 2 Sur ces conflits : François Jarrige, Au temps des « tueuses de bras ». Les bris de machines et la (...)
  • 3 Jean-Pierre Aguet, Contribution à l'histoire du mouvement ouvrier français : les grèves sous la mo (...)
  • 4 Michelle Perrot, « Grèves féminines », Les Ouvriers en grève (France, 1871-1890), 2 tomes, Paris, (...)

2Face à ce processus, les femmes du xixe siècle ne furent ni passives ni soumises. Elles furent au contraire très présentes dans les conflits sociaux qui accompagnent les transformations techniques. À la fin de l’Ancien Régime, les fileuses de Rouen boycottent la machine de Barneville alors que celles de Troyes protestent contre l’arrivée des mule-jennies en 1791. Sous la Restauration, elles participent activement aux émeutes contre les machines qui menacent les modes de production domestiques2. De victimes elles deviennent alors de dangereuses criminelles aux yeux des chantres de l’industrie. En tant que mère et ménagère, elles participent aux émeutes ouvrières du temps, il arrive aussi qu’elles défendent leur propre droit au travail. Les coalitions et les grèves de femmes sont pourtant rares au xixe siècle. Même si on ne dispose pas de statistiques précises pour la première moitié du xixe siècle, les grèves composées exclusivement de femmes restent alors exceptionnelles3. Entre 1871 et 1890, Michelle Perrot n’en recense que 173, soit 5,9 % du total, alors que les femmes forment alors plus de 30 % de la population industrielle active4.

  • 5 Gazette des tribunaux, 8 septembre 1831.
  • 6 Gazette des Tribunaux, 12 octobre 1831.

3En septembre 1831, à Paris, la « journée des découpeuses » offre l’un des rares exemples de coalition de femmes contre un changement des méthodes de production5. Le lundi 6 septembre 1831, un rassemblement d’ouvrières découpeuses de châles sème le désordre dans ce qui correspond à Factuel quartier du Sentier à Paris : elles « crièrent à la porte d’une fabrique, s’indignant qu’on voulut faire, à l’aide d’une mécanique, ce qui, de temps immémorial, était l’office des femmes6 ». Deux fabricants venaient en effet d’importer une mécanique destinée à découper les châles. Le lendemain, « la rue du Cadran était encombrée de découpeuses criant : Plus de mécanique ». Dans les jours qui suivent, l’agitation s’amplifie dans le quartier, et « des sergents de ville stationnent dans la maison où se trouvent les mécaniques ». L’analyse de ce conflit permet de questionner comment est pensée la responsabilité des femmes au regard de leur « minorité » juridique ou morale. Pour palier l’absence des sources judiciaires, il convient de reconstruire au plus près les logiques sociales et les contextes dans lesquels le conflit se déploie. Avant d’examiner le déroulement du conflit lui-même et la place qu’y occupent les femmes il faut donc être attentif au moment singulier et au lieu dans lequel il éclate, ainsi qu’aux enjeux posés par la mécanisation du travail au début de la monarchie de Juillet.

Lendemains de Révolution à Montmartre

  • 7 Octave Festy, Le Mouvement ouvrier au début de la monarchie de Juillet : 1830-1834, Paris, E. Corn (...)
  • 8 François J Arrige, « Les ouvriers parisiens et la question des machines au début de la monarchie d (...)
  • 9 AN, F7 4161, rapport du chef de la première légion de gendarmerie, 10 octobre 1832.
  • 10 Fernand Rude, L’insurrection lyonnaise de novembre 1831. Le mouvement ouvrier à Lyon de 1827 à 183 (...)

4Durant l’automne 1831 la population ouvrière de Paris continue de subir la crise économique avec comme corollaire le pain cher et le manque de travail. L’émeute des découpeuses s’insert dans une phase d’agitation sociale et politique chronique après la révolution de 1830. Les premières manifestations apparaissent en octobre 1830 lors du procès des ministres de Charles X. Cortèges, rassemblements, attaques de bâtiments religieux (comme l’archevêché en février 1831) se succèdent jusqu’en octobre 1831. Les premières années du régime de Juillet sont marquées également par une augmentation sensible du nombre de conflits du travail, leur nombre total passe de 56 dans la décennie 1810, à 104 dans les années 1820 et 97 pour les seules années 1830-18347. La question des machines acquiert une importance nouvelle et préoccupe les artisans parisiens durant ces années. Alors que les presses mécaniques avaient été détruites dans la capitale en juillet 1830, les typographes protestent à nouveau contre la mécanisation en septembre 1830 et en septembre 18328. En janvier 1831, les tailleurs d’habits s’en prennent à la machine de Thimonnier et, en septembre 1832, 250 ouvriers en papiers peints se réunissent au Petit Charonne où, après délibération, ils décident de mettre en interdit les ateliers d’un fabricant utilisant des machines9. Hors de Paris, d’autres ouvrières protestent. À Lyon, un peu plus d’un mois après leurs homologues parisiennes, une cinquantaine de femmes découpeuses de châles se réunissent sur la place des Carmes dans l’intention, paraît-il, de « briser une mécanique »10. Dans ce contexte, la protestation des ouvrières en châles avait toutes les chances d’obtenir le soutien des autres ouvriers touchés par les transformations du travail et le chômage.

  • 11 Louis et Félix Lazare, Dictionnaire administratif et historique des rues de Paris et de ses monume (...)
  • 12 Lucien de la Hodde, Histoire des sociétés secrètes et du parti républicain de 1830 à 1848, Bruxell (...)

5Le quartier de Montmartre où a lieu l’agitation des ouvrières – à distinguer de la commune de Montmartre qui ne sera rattachée à Paris qu’en 1860 – est au centre du Paris insurrectionnel et révolutionnaire. L’atelier de production de châles d’où partent les désordres est situé rue du Cadran, entre la rue Montorgueil et la rue Montmartre. Avant la Révolution cette rue de 205 m de long située dans le 3e arrondissement s’appelait la rue du Bout-du-Monde, mais sur la demande pressante des riverains elle fut rebaptisée rue du Cadran en 180711. Cette petite rue du Paris révolutionnaire a disparu sous le Second Empire lors de la percée de la rue Réaumur. Lors des journées de juillet 1830 comme lors du soulèvement républicain de 1832, elle est au cœur de l’évènement. Les insurgés républicains de juin 1832 se réfugient à Montmartre et dans le cloître Saint-Méry situé à proximité12.

  • 13 Michèle Riot-Sarcey, La démocratie à l’épreuve des femmes. Trois figures critiques du pouvoir (183 (...)

6Aux lendemains de la révolution de Juillet, l’agitation populaire est également entretenue par la propagande saint-simonienne auprès des ouvriers de ce quartier. La place des femmes dans la société y est l’objet d’intenses débats. Dans les mois qui précèdent l’agitation des découpeuses de Châle en septembre, des femmes comme Eugénie Niboyet, Claire Bazard ou Désirée Véret mène leur « apostolat » auprès de la main-d’œuvre parisienne et prônent l’égalité entre les sexes13. C’est donc dans un quartier ayant fait l’expérience de l’insurrection, de l’effervescence politique et de la remise en question des partages traditionnels des rôles sexués qu’éclatent les désordres à la suite de la mise en activité d’un nouveau procédé dans un atelier de production des châles.

Le Châle : une industrie en croissance à Paris

  • 14 Maxine Berg, « Women’s Work, Mechanisation and the Early Phases of Industrialisation in England », (...)

7L’émeute naît en effet de la décision de deux fabricants d’introduire une nouvelle mécanique pour réaliser l’opération de découpe des tissus, tâche traditionnellement confiée aux femmes. Puisque les femmes étaient considérées comme plus dociles, et donc plus faciles à remplacer, leurs travaux étaient souvent les premiers à être mécanisés14. Par ailleurs, elles étaient souvent reléguées dans les tâches les moins qualifiées, celles qui étaient aussi les plus faciles à remplacer par un procédé mécanique.

  • 15 Monique Lévi-Strauss, Cachemire : l'art et l'histoire des Châles en France au xixe siècle, Paris, (...)
  • 16 Enquête relative à diverses prohibitions établies à l'entrée des produits étrangers, Paris, 1835, (...)
  • 17 Maurice Daumas et Jacques Payen (dir.), Evolution de la géographie industrielle de Paris et sa pro (...)

8Les premiers châles des Indes avaient été importés en Europe à la fin du xviiie siècle. En France, la mode de les porter se répand sous le Directoire. Importé de loin et nécessitant de complexes opérations de tissage, leur coût est alors très élevé, de 1 800 à 3000 francs, soit environ 10 ans de salaires d’un manœuvre. Mais devant ce nouveau marché, les industriels français tentent rapidement d’imiter les productions de l’Inde en se spécialisant dans les articles de qualité supérieure. Le produit se démocratise peu à peu et sa production s’étend15. Dès 1834, cette activité occupe 25000 personnes (hommes, femmes et enfants) dans une soixantaine de fabriques en France16. Mais l’essentiel de la production tend à se concentrer dans quelques grands centres urbains comme Paris, Lyon et Nîmes. À Paris, 2 500 ouvriers sont employés dans cette industrie en 1847. L’atelier de production de châles de la rue du Cadran est situé au cœur du quartier du centre rive droite de Paris spécialisé dans les productions textiles de luxe (châles en cachemire, chapeaux de soie, articles de Paris, passementerie en or et argent). La plupart des fabriques d’accessoires d’habillement (chapeaux, gants, chaussures) et d’articles de Paris sont établies dans l’espace compris entre Saint-Merri, Halles, Bonne Nouvelle et Saint-Gervais. Le quartier où éclate l’émeute est donc dominé par la petite industrie artisanale et les « ateliers en miette » où la machine à vapeur reste encore inconnue17.

  • 18 Héricart de Thury, Rapport sur les produits de l'industrie française, Paris, Imprimerie royale, 18 (...)
  • 19 Rapport du jury central sur les produits de l’industrie française. Exposition publique des produit (...)
  • 20 Eugène-Oscar Lami, Dictionnaire encyclopédique et biographique de l’industrie et des arts industri (...)

9Pour concurrencer les productions de l’Inde et abaisser les prix, les fabricants s’efforcent néanmoins d’innover. Comme l’explique le jury de l’exposition industrielle de 1827 : « La cherté de ce bel article tient à ce qu’il résulte uniquement d’un travail manuel, et nécessairement très coûteux ; de sorte que la substitution d’un effet mécanique à l’action de la main de l’homme est le seul moyen possible d’en abaisser le prix18. » Il existait deux modes de fabrication des châles : par l’espoulinage on obtenait des imitations parfaites des modèles indiens, mais cette méthode entièrement manuelle était longue et coûteuse. Pour satisfaire la demande croissante des classes moyennes, les fabricants ont mis au point le tissage au lancé. Avec cette méthode, la navette porteuse du fil de trame est lancée d’une lisière à l’autre. Ce tissage au lancé laisse flotter les trames du décor à l’envers de l’étoffe. Cette méthode impliquait donc qu’on découpe ces trames flottantes pour alléger le tissu, cette opération était en général confiée à des femmes19. Dès les premières imitations et jusqu’à la fin du xixe siècle, les châles européens à décor cachemire furent tissés au lancé et découpés ; c’est à ces deux caractères techniques qu’on les reconnaît. Au départ, les fils inutiles sont découpés aux ciseaux pour obtenir un châle lisse et propre, mais rapidement des systèmes de tonte mécanique sont mis au point sur le modèle du tondage des draps. Ce sont les ouvrières occupées à ce travail final qui protestent en 1831. Les fabricants Leblanc et Jouffret importent en effet de Lyon – et non d’Angleterre comme l’affirmait une rumeur – une nouvelle méthode pour réaliser cette opération en utilisant un cylindre garni de couteaux en hélice devant lesquels passe l’étoffe20. L’introduction de ce nouveau procédé menaçait les ouvrières en rendant leur travail en grande partie inutile.

  • 21 Joseph Barbaret, Monographies professionnelles, t. III, Paris, Berger-Levrault et Cie, 1886, p. 51
  • 22 Ibid.
  • 23 AN F12 4898 : Les coupeuses de poil de lapin demandent la suppression des mécaniques (13 mars 1848 (...)

10Les méthodes de découpage mécanique grâce à des « lames hélicoïdes » mises en mouvement par une manivelle apparaissent également à la même époque dans d’autres secteurs. Dans la chapellerie par exemple, les longues et coûteuses opérations du découpage des poils de lapin confiées aux femmes sont supplantées par des machines à couper. « Chacune de ses machines à couper remplaçait une douzaine d’ouvrières coupeuses » selon Barberet21. Comme les ouvrières du Châle, celles occupées à la production des chapeaux protestent sous la Monarchie de Juillet, elles auraient même attaqué le mécanicien qui avait acclimaté ce procédé en France : « exaspérées de se voir sans travail, [elles] se concertaient, non seulement pour détruire les machines, mais aussi pour tuer le mécanicien. Pendant plusieurs semaines elles le guettèrent armées de leurs ciseaux, et il dut prendre toutes les mesures de prudence dictées en pareil cas pour ne pas être victime du progrès qu’il avait tant contribué à faire naître22. » En mars 1848, une pétition de « deux à trois mille ouvrières coupeuses de poils » de Paris dénonce à nouveau les « mécaniques qui ont été adoptées par les maîtres les plus riches [...] ce qui coupe les bras aux ouvrières, aggrave leur triste position et leur ôte le pain de la main23 ». Mais alors que les plaintes de ces ouvrières restent clandestines et pacifiques, celles des découpeuses deviennent publiques. Soutenues par la population du quartier, elles choisissent en effet de porter leurs plaintes auprès des fabricants.

Les « journées des découpeuses »

  • 24 Gazette des tribunaux, 12 octobre 1831.
  • 25 Gazette de France, 8 septembre 1831.
  • 26 AN F7 4161 : rapport du chef de la première légion de gendarmerie, 10 octobre 1831.
  • 27 Gazette de France, 9 septembre 1831.

11Le lundi 5 septembre 1831, plusieurs ouvrières se présentent donc au domicile des fabricants Jouffret et Leblanc pour « exiger d’eux qu’ils maintinssent leurs prix de fabrication tels qu’ils existaient » avant l’utilisation de la machine à découper24. Selon des rumeurs relayées par la presse, le nouveau procédé « avait considérablement fait baisser le prix des journées. De vingt-deux sous, ce prix était tombé à sept » selon la Gazette de France25. La gendarmerie confirme que le fabricant avait réduit « les journées de 3 fr à 1 fr 50 et de 1 fr 50 à 75 centimes26 ». Les fabricants profitaient en effet souvent de l’introduction des nouvelles méthodes pour abaisser les salaires. Rapidement cependant, on conteste la réalité de cette baisse des rémunérations ; pour la légitimiste Gazette de France ce sont les ouvrières qui « ont cru devoir l’insinuer pour donner à leur révolte une apparence de justice27 ».

  • 28 Gazette des tribunaux, 5 et 6 septembre 1831.
  • 29 Journal de Paris, mercredi 7 septembre 1831.
  • 30 Gazette de France, 8 septembre 1831.
  • 31 AN F7 4161 : rapport du chef de la première légion de gendarmerie, 10 octobre 1831.
  • 32 Ibid.
  • 33 Alain Faure, « Mouvements populaires et mouvement ouvrier à Paris », art. cité, p. 57.

12Devant l’échec de cette première tentative de conciliation, un plus grand nombre d’ouvrières se réunit le lendemain devant la fabrique « pour y briser les mécaniques28 ». Le mercredi matin, « un nouveau rassemblement d’ouvrières qui demandaient la destruction des mécaniques » se forme dans la rue du Cadran29. L’agitation semble s’étendre, la Gazette de France affirme que « l’exaspération de plus de quinze cents femmes, ouvrières en schalls, [...] réunies hier sur ce point, était à son comble. Elles proféraient les menaces les plus horribles » contre le fabricant30. Le mercredi 7, « les instigateurs [...] disaient hautement qu’il fallait détruire les mécaniques de toutes espèces pour employer plus de bras31 ». Des sergents de ville sont placés dans l’atelier pour protéger la machine. À partir du mardi 6 septembre, l’agitation s’étend au-delà du noyau initial des ouvrières découpeuses. La presse évoque le nombre grossissant de « curieux » qui se joignent aux protestataires. Les habitants du quartier et les ouvriers d’autres métiers profitent des désordres pour faire entendre leurs plaintes à l’égard du prix du pain ; certains faisaient d’ailleurs « courir le bruit que le gouvernement soutenait les accapareurs de grain32 ». Les groupes ouvriers sans travail se réunissent dans la rue en chantant « À bas les mécaniques » sur l’air de La Parisienne, témoignant ainsi des liens avec les événements révolutionnaires récents33.

  • 34 Dans son Journal le poète Fontaney évoque comment Hugo et lui se retrouvent au milieu de l’émeute (...)
  • 35 Gazette de France, 10 septembre 1831.

13Dans les jours qui suivent, l’agitation s’amplifie encore dans le quartier, les rassemblements mêlant simples curieux et ouvriers mécontents entretiennent l’inquiétude des autorités. Victor Hugo, en témoin des désordres, se plaint de ces tumultes qui nuisent aux affaires34. Pour la population laborieuse du quartier, les ouvrières découpeuses deviennent des victimes malheureuses de la cupidité des fabricants. La revendication initiale limitée à un petit groupe d’ouvrières devient peu à peu une « affaire » dont s’emparent les journaux de la capitale. Aux revendications initiales contre les machines se mêlent dans les jours suivants divers incidents qui entretiennent l’agitation. Des pierres sont lancées contre les gardes nationaux et, durant la nuit, les réverbères sont détruits dans les rues adjacentes. La Gazette de France évoque aussi le cas d’un « décoré de Juillet ayant été dénoncé comme inspecteur de police, des furieux se sont jetés sur lui ; ils ont arraché sa décoration qu’ils ont traînée dans la boue du ruisseau35 ».

  • 36 Le Constitutionnel, jeudi 8 septembre 1831 et vendredi 9 septembre 1831.
  • 37 Le Courrier de l’Europe, 15 septembre 1831.
  • 38 Sur la construction mutuelle des techniques et du genre dans le contexte de l’industrialisation, v (...)

14Les contemporains ont du mal à caractériser ce conflit social : « troubles », « rassemblement », « révolte », « insurrection », « émeute », « échauffourées » ? On hésite sur les mots à utiliser pour décrire le conflit et l’action de ces femmes peintes alternativement comme des victimes de l’ordre économique ou des criminelles menaçantes pour l’ordre social. Pour le Constitutionnel il ne s’agit que d’« une petite sédition », l’euphémisation vise à atténuer l’ampleur du conflit et à diminuer sa charge subversive. D’ailleurs, ajoute le journal, on observe « aucune manifestation annonçant un but politique36 ». Le Courrier de l’Europe évoque quant à lui une « échauffourées de femmes » et « une sédition en jupons », la dimension féminine du conflit est mise en avant pour relativiser la menace37. L’emploi métonymique des « jupons » au sens de femmes, qu’on retrouvera plus tard dans l’expression « coureur de jupons », sert à discréditer le conflit alors que les hommes s’assurent progressivement la maîtrise et le contrôle de la technique au xixe siècle38.

  • 39 Le Globe, Journal de la religion saint-simonienne, 9 septembre 1831.
  • 40 « Les machines – L’émeute de la rue du cadran », La Société des amis du peuple, 15 septembre 1831, (...)

15Seule la presse d’opposition parle sans hésitation de l’émeute : le Globe saint-simonien décrit ainsi « l’émeute de la rue du Cadran [qui] s’en va grossissant39 ». La Société des amis du Peuple fondée par Blanqui en 1830 consacre un long article à « l’émeute de la rue du cadran ». Loin de disqualifier ce conflit en mettant en avant sa dimension sexuée, l’auteur de l’article y détecte plutôt une raison supplémentaire d’indignation : « Quelques femmes qui gagnaient à ce métier de quoi vivre (on est bien heureux maintenant quand on gagne de quoi vivre) s’étaient vues tout d’un coup jetées à la porte sans pain, sans aucune besogne qui put leur en procurer40. » Loin de se limiter à une émeute de femmes, le conflit devient le symbole du malaise des classes ouvrières parisiennes : « ce malheur de quelques-unes devait réveiller le mal de tous ; les plaintes énergiques des femmes allèrent remuer cette fourmilière d’ouvriers qui peuplent Paris ; le sentiment de malaise qu’ils tenaient comprimés se manifesta alors : on voulait briser la machine ». À la différence de ceux qui s’en vont « rabâchant quelque chapitre d’économie politique leur prêcher la patience », la société secrète républicaine loue le « propos de bon sens que tiennent les ouvriers lorsqu’apparaît une nouvelle machine : nous n’y pouvons plus rien, ça nous “casse les bras” ». Loin d’être des exclues rejetées à la marge, les femmes s'affirment ici comme les porte-parole des revendications ouvrières.

  • 41 Le Constitutionnel, vendredi 9 septembre 1831.

16Face au conflit qui menace de s’étendre, les autorités font rapidement quadriller le quartier par la police et la garde nationale. Le mercredi 7 septembre, 17 « curieux » qui refusaient de se retirer sont arrêtés. Le lendemain, le président du conseil Casimir Périer lui-même organise la pacification de la rue. Le jeudi, il parcourt en effet le quartier à cheval, en tenue de ministre, accompagné du « Maréchal Lobau, de M. Tourton, de deux officiers d’état-major, et suivi d’un détachement de la garde nationale et d’un détachement de chasseur41 ». De « fortes patrouilles de cavalerie », opportunément aidées par la pluie, contribuent à disperser la foule rassemblée dans les rues. Les désordres à Montmartre prennent fin progressivement durant les derniers jours de la semaine, il reste à juger les responsables de ces troubles.

Les ambiguïtés de la « femme-émeute »

  • 42 Gazette des Tribunaux, 12 octobre 1831
  • 43 Jean-Pierre Allinne, Gouverner le crime. Les politiques criminelles françaises de la Révolution au (...)
  • 44 Jacques Le Goff, DU silence à la parole. Droit du travail, société, État (1830-1985), Rennes, PUR, (...)

17Qui sont les coupables ? À qui attribuer la responsabilité de l’émeute ? Un mois après les événements, le 12 octobre 1831, 9 femmes arrêtées au début des troubles comparaissent devant le tribunal correctionnel de Paris42. Les codes de 1791 et de 1810 protégeaient la propriété conçue, dans la lignée de la philosophie des « droits naturels », comme l’un des fondements de la société. Dans le nouvel ordre social bâti par la Révolution, la propriété et la citoyenneté étaient intimement liées. La logique censitaire reconnaissait d’ailleurs aux seuls propriétaires le droit de voter. D’ailleurs, la protection du patrimoine matériel domine l’activité des tribunaux correctionnels et des cours d’assises dans la première moitié du xixe siècle. Le voleur devient l’archétype du délinquant43. En tentant de briser les machines ou en demandant leur interdiction, les actions ouvrières apparaissaient comme des atteintes particulièrement graves au droit sacré de propriété et au nouvel ordre sociopolitique. La juridiction compétente pour juger ce type d’infraction dépendait d’abord de la nature du délit. Les coalitions des artisans, les simples rassemblements, les arrêts de travail, ou les mises en interdit d’un atelier utilisant une mécanique étaient portés devant les tribunaux correctionnels chargés de juger les délits prévus par le code pénal. Les articles 291, 292 et 414 à 416 du Code pénal soumettaient en effet à l’agrément du gouvernement toute association de plus de vingt personnes et réprimaient sévèrement les coalitions ouvrières tendant à la cessation du travail, à la modification des salaires, ou à d’autres demandes comme le refus de travailler aux « mécaniques ». Ces modes d’action syndicaux propres aux gens de métier suscitent en général des peines légères, allant d’une amende de 16 francs à plusieurs mois de prison44. Lorsque les revendications se limitent aux questions de travail, la pratique judiciaire est clémente.

18Les neuf ouvrières inculpées s’étaient présentées au domicile des fabricants le mardi 6 septembre et avaient été arrêtées par le corps de garde posté pour protéger les machines. En dépit de leur « résistance assez opiniâtre » elles sont emprisonnées comme meneuses de l’agitation. Le rédacteur de la Gazette des tribunaux – notre seule source sur ce procès – est surpris par l’apparence des émeutières.

  • 45 Gazette des tribunaux, 12 octobre 1831.

« Le récit des faits contrastait assez étrangement avec l’attitude des prévenues à l’audience, écrit-il. Jeunes et jolies, pour la plupart, elles tenaient leurs yeux timidement baissés, se justifiaient en balbutiant, et aucune d’elles ne nous présentait ces traits mâles et marqués, cette voix forte et enrouée, enfin cet ensemble de gestes, d’organes, de figures et de mouvements qui nous semblait devoir être le type constitutif de la femme émeute45. »

19Là où il s’attendait à voir des femmes déviantes, correspondant aux stéréotypes de la femme criminelle, le rédacteur découvre de jeunes et timides ouvrières. La « femme émeute » est par excellence la femme déviante, son corps symbolise le brouillage des genres, ses traits et sa voix renvoient au sexe masculin. La description du type de la femme émeutière brouille l’identité féminine qui triomphe au xixe siècle sous les traits de la mère chargée d’assurer la subsistance de la famille. L’insistance sur ses excès est récurrente dans la description des rassemblements populaires. Pour les hommes, les femmes rebelles sont des êtres impulsifs, irrationnels et déréglés, naturellement portés à la violence.

  • 46 AD Loire-Atlantique, 7 U 99, Interrogatoire d’Alexis Boré, le 18 octobre 1830 ; voir Samuel Guiche (...)
  • 47 AD Aude 5 M 26 : Chalabre le 21 juillet 1837 : rapport du maire de Chalabre au sous-préfet de Limo (...)
  • 48 L’Aude, Journal des progrès, 1re année, no 1, mercredi 29 novembre 1837.

20La fonction d’incitation à la violence se retrouve d’ailleurs fréquemment à l’époque pour décrire l’action des femmes durant les émeutes contre les machines. À Nantes, en 1830, les « pêcheurs de sable » détruisent une machine récemment installée pour extraire le sable de la Loire. L’un des ouvriers inculpés affirme que les « femmes qui étaient sur le bord de la rivière nous criaient de nous hâter de nous rendre pour aider les autres qui étaient déjà sur la machine46 ». Le rejet de la faute sur les femmes s’inscrit aussi dans une stratégie de défense de la part des inculpés. À Chalabre (Aude) en 1837, ce sont les femmes qui poussent les ouvriers à briser les mécaniques à filer selon le maire : « il ne se serait peut-être rien passé si une multitude de femmes, la plupart mariées avec les ouvriers fileurs, n’étaient venues porter le désordre en les excitant et les poussant à la révolte47 ». L’implication des femmes frappe également le rédacteur du journal local L’Aude qui note que « les femmes surtout se firent remarquer par leur fureur et leur acharnement », elles « se montrèrent les plus ardentes à cette œuvre de destruction insensée48 ».

  • 49 AM Elbeuf, J 1335 : état des dépenses du dépôt de sûreté (1806-1860). Liste nominative des personn (...)
  • 50 Pour une présentation de ces débats qui font suite aux travaux de Edward P. Thompson sur « l’écono (...)
  • 51 Gazette des tribunaux, 8 septembre 1831.

21Les 9 ouvrières découpeuses sont finalement condamnées à un mois de prison, on ne retient que le délit de coalition, celui de « prévention de rébellion et d’outrages à la force publique » est abandonné. La relative clémence de ce jugement s’explique d’abord par le fait que la machine ne fut pas brisée et qu’aucune atteinte à la propriété privée n’eut lieu. Mais la faiblesse des condamnations se retrouve fréquemment dans le traitement judiciaire de ce type d’affaire durant la première moitié du xixe siècle. Les femmes sont plus rarement condamnées que les hommes pour leur participation aux bris de machines. Dans une émeute composée exclusivement de femmes qui a lieu à la Ferté Macé (Orne) en 1853, elles sont condamnées à 15 et 8 jours de prison. À Elbeuf, en 1846, on trouve 23 femmes parmi les 109 personnes arrêtées aux lendemains d’une vaste émeute contre une machine dans la ville (soit 21 %49). Mais il n’y a qu’une seule femme parmi les 18 individus jugés devant les assises en mai. Il s’agit d’Anne Savignac, une trieuse de laine de 25 ans ; elle fait partie des 12 condamnés et sa peine est fixée à 3 mois de prison. Lors des troubles frumentaires, on sait que les femmes étaient fréquemment jugées « irresponsables » et punies moins sévèrement. Les procureurs hésitaient à qualifier de crimes les infractions commises par les femmes, préférant n’y voir que de simples délits, qui étaient donc jugés en correctionnelle50. Comme l’ont montré certains travaux sur « l’économie morale » des foules à l’époque moderne, les hommes savaient d’ailleurs profiter de cette relative clémence en recourant parfois au déguisement féminin. Durant la semaine d’agitation de la rue du cadran, les autorités remarquent ainsi « une femme dont les gestes n’étaient pas moins animés que les discours ; comme on a cru reconnaître que la robe, le schall et le chapeau dont cette personne s’était affublée cachait un homme et non pas une femme, l’ordre a été donné de l’arrêter ; mais la prétendue femme se débarrassant de son chapeau et de son schall d’emprunt, s’est perdue au milieu de la foule »51. Le travestissement doit offrir une protection car le sexe féminin, naturellement porté à la déviance et à l’excitation, suscite moins de sévérité de la part des autorités qui ne décident finalement d’arrêter l’individu que lorsqu’ils se rendent compte que c’est un homme.

*

  • 52 Christine Bard, Frédéric Chauvaud, Michelle Perrot, Jacques-Guy Petit (dir.), Femmes et justice(...)

22La grève et le procès correctionnel sont deux moments forts de l’exclusion des femmes, deux territoires masculins où les femmes n’ont pas leur place52. L’affaire des ouvrières découpeuses de châles met au jour quelques-uns des mécanismes par lesquels s’opère progressivement cette exclusion au xixe siècle. Déclenchée dans une période de crise et d’effervescence politique, l’action des découpeuses acquiert provisoirement une grande visibilité car elle obtient le soutien de la population artisanale. Avant tout victimes d’un ordre économique injuste pour les travailleurs de Montmartre et la presse d’opposition, elles deviennent pour un instant le symbole de la lutte contre une industrialisation menaçante. Pour les autorités au contraire, elles sont des femmes criminelles et déviantes, poussées par leur instinct à l’agitation désordonnée. D’ailleurs, les découpeuses sont rapidement marginalisées et contraintes au silence, et c’est le regard stéréotypé des hommes qui l’emporte finalement au tribunal, reléguant leur vision du monde à l’arrière-plan. Alors que l’insurrection polonaise envahit la presse parisienne et que l’agitation des canuts lyonnais devient le symbole de la question sociale, leur silence est assourdissant.

Notes

1 Michelle Perrot, « Femmes et Machines au xixe siècle », Romantisme, 41, 1983, p. 6-17 ; Hélène Robert, Le Machinisme et le travail féminin aux xixe siècle, doctorat de 3e cycle, Paris 1, 1980.

2 Sur ces conflits : François Jarrige, Au temps des « tueuses de bras ». Les bris de machines et la genèse de la société industrielle (1780-1860), thèse d’histoire, Université Paris 1, 2007, 797 f°.

3 Jean-Pierre Aguet, Contribution à l'histoire du mouvement ouvrier français : les grèves sous la monarchie de Juillet (1830-1847), Genève, Droz, 1954, 408 p.

4 Michelle Perrot, « Grèves féminines », Les Ouvriers en grève (France, 1871-1890), 2 tomes, Paris, Mouton, 1974, I, p. 318-330.

5 Gazette des tribunaux, 8 septembre 1831.

6 Gazette des Tribunaux, 12 octobre 1831.

7 Octave Festy, Le Mouvement ouvrier au début de la monarchie de Juillet : 1830-1834, Paris, E. Cornély, 1908 ; Alain Faure, « Mouvements populaires et mouvement ouvrier à Paris, 1830-1834 », Le Mouvement social, no 88, juillet-septembre 1974 ; Michael D. Sibalis, « The evolution of the Parisian Labor Movement (1789-1834) », Proceeding ofthe Annual Meeting ofthe Western Society for French History, 1982-10, p. 345-354.

8 François J Arrige, « Les ouvriers parisiens et la question des machines au début de la monarchie de Juillet », dans Patrick Harismendy (dir), La France des années 1830 et l’esprit de réforme, Rennes, PUR, 2006, p. 211-222.

9 AN, F7 4161, rapport du chef de la première légion de gendarmerie, 10 octobre 1832.

10 Fernand Rude, L’insurrection lyonnaise de novembre 1831. Le mouvement ouvrier à Lyon de 1827 à 1832, Paris, éditions Anthropos, 1969, p. 345.

11 Louis et Félix Lazare, Dictionnaire administratif et historique des rues de Paris et de ses monuments, Paris, 2 tomes, 1844-1849 ; Le diable à Paris : Paris et les parisiens : Mœurs et coutumes, caractères et portraits des habitants de Paris, Hetzel, 1845, vol. 1, p. XXXV.

12 Lucien de la Hodde, Histoire des sociétés secrètes et du parti républicain de 1830 à 1848, Bruxelles, 1850, p. 88-89 ; Thomas Bouchet, Le roi et les barricades : une histoire des 5 et 6juin 1832, Paris, S. Arslan, 2000, 211 p.

13 Michèle Riot-Sarcey, La démocratie à l’épreuve des femmes. Trois figures critiques du pouvoir (1830-1848), Paris, Albin Michel, 1994, 347 p. ; Christine Planté, « Les féministes saint-simoniennes, possibilités et limites d’un mouvement féministe en France au lendemain de 1830 », dans Jean-René Derré (dir.), Regards sur le saint-simonisme et les saint-simoniens, Lyon, Pul, 1984, p. 73-102.

14 Maxine Berg, « Women’s Work, Mechanisation and the Early Phases of Industrialisation in England », dans Patrick Joyce (dir.), The Historical Meanings of Work, CUP, 1987, p. 64-99 ; Katrina Honeyman, Women, Gender and Industrialisation in England, 1700-1870, Macmillan, 2000, p. 44.

15 Monique Lévi-Strauss, Cachemire : l'art et l'histoire des Châles en France au xixe siècle, Paris, 1991, 196 p. ; Frank Ames, The Kashmir Shawl and its Indo-French Influence, Antique Collectors’ Club, 1997 [3e éd.], 375 p. ; Patrick Verley, L’échelle du monde. Essai sur l'industrialisation de l’Occident, Paris, Gallimard, 1997, p. 150-151.

16 Enquête relative à diverses prohibitions établies à l'entrée des produits étrangers, Paris, 1835, vol. 3, déposition de Hennequin, fabricant de Châles à Paris (25 octobre 1834), p. 166.

17 Maurice Daumas et Jacques Payen (dir.), Evolution de la géographie industrielle de Paris et sa proche banlieue au xixe siècle, Paris, CNAM-EHESS, 1976, p. 62.

18 Héricart de Thury, Rapport sur les produits de l'industrie française, Paris, Imprimerie royale, 1828, p. 52.

19 Rapport du jury central sur les produits de l’industrie française. Exposition publique des produits de l’industrie française, Paris, 1836, p. 81 ; Adolphe Blanqui, Cours d’économie industrielle : 1836-1835 : Conservatoire des arts et métiers, Paris, L. Hachette, 1837-1839, t. 3, p. 426

20 Eugène-Oscar Lami, Dictionnaire encyclopédique et biographique de l’industrie et des arts industriels, Paris, Lami, Tharel et Cie, 1882, t. 2, p. 484.

21 Joseph Barbaret, Monographies professionnelles, t. III, Paris, Berger-Levrault et Cie, 1886, p. 51.

22 Ibid.

23 AN F12 4898 : Les coupeuses de poil de lapin demandent la suppression des mécaniques (13 mars 1848).

24 Gazette des tribunaux, 12 octobre 1831.

25 Gazette de France, 8 septembre 1831.

26 AN F7 4161 : rapport du chef de la première légion de gendarmerie, 10 octobre 1831.

27 Gazette de France, 9 septembre 1831.

28 Gazette des tribunaux, 5 et 6 septembre 1831.

29 Journal de Paris, mercredi 7 septembre 1831.

30 Gazette de France, 8 septembre 1831.

31 AN F7 4161 : rapport du chef de la première légion de gendarmerie, 10 octobre 1831.

32 Ibid.

33 Alain Faure, « Mouvements populaires et mouvement ouvrier à Paris », art. cité, p. 57.

34 Dans son Journal le poète Fontaney évoque comment Hugo et lui se retrouvent au milieu de l’émeute de la rue du Cadran le mercredi 7 septembre 1831 ; Antoine Fontaney, Journal intime, Paris, Les Presses françaises, 1925, 235 p.

35 Gazette de France, 10 septembre 1831.

36 Le Constitutionnel, jeudi 8 septembre 1831 et vendredi 9 septembre 1831.

37 Le Courrier de l’Europe, 15 septembre 1831.

38 Sur la construction mutuelle des techniques et du genre dans le contexte de l’industrialisation, voir Danielle Chabaud-Rychter et Delphine Gardey (dir.), L’engendrement des choses. Des hommes, des femmes et des techniques, Paris, Éditions des archives contemporaines, 2002, 328 p. ; François Jarrige, « Le mauvais genre de la machine. Les ouvriers du livre et la composition mécanique en France et en Angleterre (1840-1880) », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 54-1, janvier-mars 2007, p. 193-222.

39 Le Globe, Journal de la religion saint-simonienne, 9 septembre 1831.

40 « Les machines – L’émeute de la rue du cadran », La Société des amis du peuple, 15 septembre 1831, p. 2-7.

41 Le Constitutionnel, vendredi 9 septembre 1831.

42 Gazette des Tribunaux, 12 octobre 1831

43 Jean-Pierre Allinne, Gouverner le crime. Les politiques criminelles françaises de la Révolution au xxie siècle, tome I. L’ordre des notables (1789-1920), Paris, L’Harmattan, 2003, p. 34.

44 Jacques Le Goff, DU silence à la parole. Droit du travail, société, État (1830-1985), Rennes, PUR, 2004 [2e éd.], 621 p.

45 Gazette des tribunaux, 12 octobre 1831.

46 AD Loire-Atlantique, 7 U 99, Interrogatoire d’Alexis Boré, le 18 octobre 1830 ; voir Samuel Guicheteau, La Révolution des ouvriers nantais. Le façonnement d’une identité sociale et culturelle, des années 1760 aux années 1830, thèse, Université de Rennes 2, 2006.

47 AD Aude 5 M 26 : Chalabre le 21 juillet 1837 : rapport du maire de Chalabre au sous-préfet de Limoux.

48 L’Aude, Journal des progrès, 1re année, no 1, mercredi 29 novembre 1837.

49 AM Elbeuf, J 1335 : état des dépenses du dépôt de sûreté (1806-1860). Liste nominative des personnes arrêtées en 1846 après l’attaque de l’usine de Aroux (1846).

50 Pour une présentation de ces débats qui font suite aux travaux de Edward P. Thompson sur « l’économie morale » voir l’introduction de ce volume ; pour une discussion du cas français au XIXe siècle, voir Denis Béliveau, « Le droit à la rébellion : les femmes, le pain et la justice en France (1816-1847) », dans Alain Corbin, Jacqueline Lalouette et Michèle Riot-Sarcey (dir.), Femmes dans la cité (1815-1871), Grâne, Créaphis, 1997, p. 41-55, et Nicolas Bourguinat, Les grains du désordre. L’État face aux violences frumentaires dans la première moitié du xixe siècle, Paris, Éditions de l’EHESS, 2002, p. 324-336.

51 Gazette des tribunaux, 8 septembre 1831.

52 Christine Bard, Frédéric Chauvaud, Michelle Perrot, Jacques-Guy Petit (dir.), Femmes et justice pénale, xixe-xxe siècles, Rennes, PUR, 2002, 375 p.

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540