Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Impossibles victimes, impossibles coupables

 | 
Frédéric Chauvaud
, 
Gilles Malandain

Première partie. Impossibles victimes

Les prostituées à l’hôpital : prisonnières ou malades ?

Claire Barillé et Sandie Servais

Texte intégral

  • 1 Dr A. Motard, Traité d’hygiène générale, Paris, 1868, t. II, p. 753, cité dans J. Léonard, La Fran (...)

1L’hygiénisme, dont tout le xixe siècle est empreint, focalise son attention sur les groupes dangereux, les oubliés de la civilisation « cette population nomade que la misère, l’ivrognerie et la prostitution, la cour d’assises et l’hôpital se disputent à l’envi1 ». Dans ce catalogue, la prostitution occupe une place à part, puisque dans leur culte de l’hygiène, les médecins imputent la contagion vénérienne à la prostitution. Ils inspirent alors aux pouvoirs publics des mesures administratives et sanitaires visant à contrôler une population qu’on espère ainsi maîtriser. Cette obligation sanitaire qui leur est progressivement imposée dans la première moitié du xixe siècle prend des formes très strictes et suggère une interrogation quant à la situation de ces femmes prostituées, bien souvent syphilitiques, au sein de la population hospitalisée. En effet, alors que l’hôpital connaît à Paris une médicalisation croissante et s’éloigne du modèle carcéral de l’Hôpital Général de l’Ancien Régime, le soin des prostituées vénériennes apparaît comme un vestige de cet antique système et invite à réfléchir sur les regards croisés de la société sur des femmes marginalisées d’une part, mais aussi de ces femmes elles-mêmes. Au-delà de l’obligation qui leur est faite de venir se faire contrôler, les renvoyant à un statut de prévenue, on peut s’interroger sur la réalité et les formes de ce statut, auquel échappe d’ailleurs une grande part des prostituées, les clandestines, les fameuses lorettes, grisettes, rôdeuses des remparts ou serveuses d’estaminets de bas étage pour reprendre quelques-unes des figures les plus communément associées à la prostitution. La prostituée parvient-elle au cours du siècle à échapper à son destin de prisonnière pour devenir une malade comme les autres ? Loin de suivre un schéma linéaire, il est question d’étudier ici les rythmes du statut de la prostitution et d’utiliser les hôpitaux comme un révélateur, naturellement déformant, du destin des filles de noce.

  • 2 Voir également sur ce sujet l'article de S. Servais « L'infirmerie spéciale Saint Lazare. Quand la (...)

2Afin de répondre à ce questionnement qui concerne les prostituées déclarées comme les clandestines, on s’attachera à expliquer dans quelles conditions est créée en 1836 l’Infirmerie Saint Lazare2, destinée aux prostituées officielles recensées par la préfecture de Police et à mettre en évidence que les conditions carcérales de cette institution rendaient le séjour des prostituées particulièrement intolérable d’autant que les traitements, rudimentaires et essentiellement basés sur le mercure, étaient difficiles à supporter. Néanmoins, les conditions médicales et sociales de la fin du siècle voient la situation des prostituées clandestines s’améliorer quelque peu : si l’Infirmerie Saint Lazare subsiste, il existe à Paris un autre hôpital, Lourcine, qui devient Broca en 1892 et qui dépend de l’Assistance publique, dans lequel des soins sont prodigués aux femmes atteintes de maladies vénériennes. Le traitement est alors encouragé et non plus contraint : la prostituée commence à devenir une malade à part entière.

Des prisonnières

La prostituée malade : vers « un ostracisme officiel3 »

  • 3 H. Mireur, La syphilis et la prostitution dans leurs rapports avec l'hygiène, la morale et la loi,(...)
  • 4 A. Corbin, Les filles de noce. Misère sexuelle et prostitution (xixe-xxe siècles), Paris, Aubier M (...)

3C’est le système réglementariste qui scelle le sort des prostituées durant tout le xixe siècle. Les réglementaristes admettent, avec regret, que la prostitution est indissociable d’une société d’homme, qu'elle est nécessaire à son bon fonctionnement et par conséquent que les autorités se trouvent dans l’obligation de la tolérer. Mais tolérer ne veut pas dire fermer les yeux, bien au contraire. Dans l’idéal réglementariste, la prostitution ne peut exister que dans un milieu cloisonné, hiérarchisé et placé sous le contrôle constant et total de l’administration. Si la prostituée existe, elle doit se rendre invisible et ne contaminer de sa perversion ni la morale ni la santé publique. En raison de son activité, la prostituée se place elle-même en dehors de la société, de ses normes et de ses règles. Elle devient dès lors une catégorie à part et ne peut posséder les mêmes droits que le reste de la population. Telle est la base du système réglementariste. Son inscription fait perdre à la prostituée sa liberté et l’oblige à se soumettre aux conditions particulières, propres à sa condition, fixées par les autorités, « la marginalisation autoritaire se trouve justifiée par la marginalité de fait qui lui est antérieure4 ».

  • 5 Déjà en 1770 dans son projet d’organisation de la prostitution, Restif de la Bretonne souhaitait q (...)
  • 6 Extrait au rapport au 25 juillet 1851 fait par la préfecture de Police après une plainte au direct (...)
  • 7 Rapport de la préfecture de Police daté du 3 octobre 1842 : « Par suite d’une vérification faite, (...)

4Développée dès la fin du xviiie siècle5, l’idée d’une surveillance sanitaire propre aux prostituées est l’un des éléments fondamentaux du système réglementariste. Il prend forme en 1802 avec l’ouverture du dispensaire de salubrité de la préfecture de Police de Paris. Les prostituées soumises y sont astreintes à des visites régulières et obligatoires (tous les quinze jours) et toutes les filles trouvées malades sont conduites de force à l’hôpital afin de s’y faire traiter. Il en est de même pour les insoumises qui, bien qu’aucun règlement ne les y contraigne, sont fortement invitées par les policiers à se faire visiter après leurs arrestations pour racolage. S’ouvre alors un important débat entre l’administration hospitalière et la préfecture de Police. Les directeurs des hôpitaux se plaignent vivement de ce flot incessant de prostituées venant troubler la tranquillité des malades pour subir un traitement qu’on leur impose. Les plaintes contre les filles se multiplient6, on leur reproche de s’opposer aux soins, d’insulter les médecins, de tenir des propos et d’avoir des attitudes déplacés, pire encore, de faire commerce pour leurs patrons en recrutant de nouveaux clients parmi les internes et de nouvelles filles parmi les malades « honnêtes », tout cela sans parler de la dépense financière qu’elles engendrent. L’Assistance publique réclame alors une prise en charge totale de la part des autorités policière qui oblige ses filles aux soins. Souhait exaucé en 1836 avec l’ouverture de l’Infirmerie spéciale Saint Lazare à Paris, un hôpital créé et réservé uniquement pour les prostituées. Dès lors, les prostituées atteintes de maladies vénériennes à Paris n’ont plus le droit de se faire admettre dans aucun autre établissement public et des « descentes » de policiers dans les hôpitaux sont organisées pour s’en assurer7. Les prostituées atteintes d’autres maux restent libres de leurs soins avec tout de même une nuance importante, les directeurs des hôpitaux peuvent à tout instant faire intervenir le préfet de police et demander le transfert à Saint Lazare de malades jugées trop indisciplinées.

Saint Lazare ou « la cure de prison8 »

  • 8 Titre de l’article du docteur Langlet, Union médicale et scientifique du Nord-Est, 30 juillet 1905 (...)
  • 9 À partir de 1836, Saint Lazare est divisé en trois sections indépendantes les unes des autres : la (...)

5Un hôpital réservé aux soins des prostituées semblait une création louable s’il n’était question que de leur venir en aide. Mais les intentions de ses créateurs étaient bien moins charitables. En effet, l’Infirmerie spéciale Saint Lazare, située 107 faubourg Saint-Denis, possède davantage les attributs d’une prison que d’un hôpital et son emplacement, au cœur même de la prison Saint Lazare9 en est la preuve la plus marquante. Saint Lazare n’est pas un hôpital libre d’accès, toutes les filles qui s’y font soigner sont envoyées par la préfecture de Police afin de subir un traitement forcé qui ne prendra fin que lorsque que les autorités l’auront décidé. En perdant ainsi la liberté de choisir leurs soins, les filles perdent également leur statut de malades, elles deviennent des détenues de l’administration pour délit de maladie et leur arrivée à l’Infirmerie en fourgon cellulaire l’illustre parfaitement.

  • 10 Surnom donné par les malades aux gardiennes chargées de la fouille corporelle.
  • 11 L. Bizard, J. Chapon, Histoire de la prison Saint Lazare du Moyen Âge à nos jours, Paris, de Bocca (...)
  • 12 Règlement de l’Infirmerie Spéciale Saint Lazare du 9 août 1836.

6Certes, l’Infirmerie est totalement isolée des autres sections pénitentiaires de l’établissement et les malades n’entrent jamais en contact avec les détenues, pourtant le quotidien des filles est très proche de celui des détenues. En entrant à Saint Lazare, les filles doivent laisser aux vestiaires l’ensemble de leurs vêtements et de leurs objets personnels, et une visite auprès de « madame la Fouilleuse10 » assure qu’aucun élément extérieur ne pénètre dans l’établissement. Dénuées de tous leurs biens, elles revêtent l’uniforme d’infirmerie « robe rayée bleue et noire, fichu à petits carreaux bleu croisé sous la ceinture bleue à grosse boucle de cuivre, bas de coton gris et bleu, et sandale de cuir11 » ainsi qu’un bonnet blanc, seul élément les distinguant de l’uniforme des détenues, portant elles un bonnet noir. Ainsi vêtues, les malades rejoignent leur dortoir, immenses salles divisées en sections d’une vingtaine de lits, séparées par des cloisons à claires voies pour permettre une surveillance constante et où les infirmières veillent « à ce que l’ordre et le silence y soient constamment observés12 ».

  • 13 Règlement du 9 août 1836.

7Commence alors un séjour d’une durée indéterminée où l’emploi du temps est réglé avec précision. La journée débute et se termine par une visite médicale effectuée par des médecins, nommés par le préfet de police, ou par des internes, recrutés sur des concours spécifiques jugés plus faciles que ceux des hôpitaux publics. L’hygiène des malades, dont l’importance est tant soulignée par le milieu médical, est des plus relatives puisque lavabos et bidets ne sont installés en nombre suffisant pour chaque malade qu’à la fin du xixe siècle. Durant la journée, les malades ne sont pas astreintes au travail, néanmoins les travaux d’aiguilles sont « fortement recommandés ». Le règlement autorise deux sorties journalières dans la cour de l’Infirmerie afin de laisser les filles prendre l’air frais, une heure le matin et une heure le soir. Toutefois, une infirmière reste toujours présente afin de les empêcher « de s’asseoir ou de se coucher sur le gazon ou sur les dalles qui entourent la cour13 ». Les malades peuvent, si elles le souhaitent, se rendre aux offices religieux (Saint Lazare dispose de sa propre chapelle) mais interdiction leur est faite de pénétrer dans l’église par la grande porte. Les malades tout comme les détenues doivent passer par une porte sur le côté et on leur refuse le droit de se présenter à Dieu de face. Les horaires des repas sont identiques à ceux de la prison (6 h 30, 13 h 15 et une soupe à 16 h00) et le régime alimentaire comparable, à l’exception du pain, de meilleure qualité et quantité pour l’Infirmerie. Mais, contrairement aux condamnées, les malades n’ont pas le droit d’user de la cantine (vente de divers aliments à l’intérieur de Saint Lazare) pour agrémenter leur repas sauf autorisation spéciale du directeur de la prison. Égayant le quotidien des malades, deux après-midi de visites sont organisés. Ces rencontres ont lieu dans un parloir où la malade et son visiteur sont séparés par deux grilles suffisamment espacées l’une de l’autre pour ne permettre aucun contact ni la transmission d’objet. Les visites ne sont ouvertes qu’aux membres de la famille ayant reçu une autorisation de l’administration de la prison. Pour rester en contact avec l’extérieur, les malades peuvent également recevoir et envoyer du courrier, mais ce contact reste relatif puisque toutes les lettres sont lues par l’administration avant d’être remises à leur destinataire et celles jugées indécentes, détruites. Les filles ont, en outre, l’interdiction de correspondre avec leurs amants et toutes leurs lettres sont estampillées du cachet de Saint Lazare, système très dissuasif pour toutes celles qui souhaitent rester discrètes sur leur hospitalisation.

  • 14 Règlement du 9 août 1836.
  • 15 Règlement du 9 août 1836.
  • 16 H. Mireur, La syphilis et la prostitution..., op. cit., p. 305.
  • 17 Chiffre fourni pour l’année 1879 par A. Corlieu, La prostitution à Paris, Paris, J. B. Baillière, (...)

8« Pour tout ce qui intéresse l’ordre et la discipline, les médecins devront se concerter avec le directeur de la maison14 », en l’occurrence le directeur de la prison et comme le montre l’éventail des peines disciplinaires, ce dernier applique aux malades les mêmes règles qu’aux détenues, les punitions allant de la mise au pain sec et à l’eau à l’envoi au cachot. Les médecins peuvent effectivement « lorsqu’ils le jugeront convenable, retrancher aux malades, à titre de punition une partie des aliments15 », les priver de parloir ou encore les isoler dans des cachots, petites pièces placées sous les toits disposant simplement d’une fenêtre tabatière. Les malades n’ont pas la liberté d’interrompre leur traitement et de quitter l’hôpital. Pour sortir, elles doivent obtenir l’exeat qui ne leur est accordé qu’après que le médecin en chef du service et le médecin du dispensaire de salubrité de la préfecture de Police lors d’une contre-visite, aient constaté que « les lésions extérieures ont disparu [...] sans se préoccuper de leur état général16 ». Concept unique pour un hôpital, peu importe l’état général de la malade, si la maladie vénérienne qui l’a conduite à l’Infirmerie semble guérie, elle doit partir. Ce traitement dure ainsi de 10 à 250 jours selon les maladies avec une moyenne de 20 jours17, durée surprenante quand on sait que les mêmes traitements durent en moyenne 60 jours à Lourcine (hôpital parisien recevant les vénériennes dites « civiles »).

Généralisation du système

  • 18 Correspondance conservée aux Archives de la préfecture de Police, série DA, carton 228.
  • 19 Ibid.
  • 20 Alain Corbin, Les filles de noce, op. cit., p. 134.

9Constat bien peu glorieux d’un hôpital qui séquestre ces malades, ne leur offre que des soins de second ordre et les traite comme des criminelles ; pourtant durant tout le xixe siècle, ce traitement des prostituées parisiennes sert de modèle dans le mode de gestion des prostituées malades en province. Dans une lettre datée du 7 mars 1843 et adressée au préfet de police de Paris, le maire de Lyon, demande l’envoi d’un exemplaire du règlement régissant Saint Lazare afin de « faire une prompte application de ces règlements, sans doute plus sévères que ceux de notre ville18 ». En 1873 encore, l’adjoint délégué au maire de Marseille remercie le préfet de l’avoir renseigné « au sujet de la correspondance échangée du dehors avec les filles publiques en traitement de maladies vénériennes19 ». On retrouve ainsi dans les grandes villes françaises, un mode de gestion des prostituées malades quasi identique à celui de Saint Lazare, « les grilles cadenassées, les barreaux, le cachot, restent d’usage courant dans certaines régions jusqu’à la veille de la première guerre mondiale20 ».

10Le règlement de police intérieure pour les salles des prostituées vénériennes à l’hôpital de la Conception de Marseille illustre parfaitement ce rôle de modèle de la capitale :

  • 21 Règlement du 11 juillet 1863, retranscrit dans l’ouvrage du Docteur Mireur, La syphilis et la pros (...)

« Il est défendu aux femmes malades de sortir sans permission de la salle qui leur aura été assignée en entrant à l’hôpital. [...] Elles devront revêtir le costume uniforme de l’établissement [...] Tous les autres effets qu’elles auront apportés seront inventoriés et placés dans le vestiaire pour ne leur être rendus qu’à leur sortie [...] Aucun paquet ne pourra être envoyé ni reçu sans qu’au préalable il ait été visité par l’agent de surveillance [...] Deux heures de promenades seront accordées chaque jour [...] Celles qui troubleront l’ordre, ou qui contreviendront de toute autre manière aux dispositions du présent règlement, seront punies des peines suivantes : la privation du vin ; la mise au pain sec et à l’eau ; la mise en cellule21. »

  • 22 Ibid.

11Il est vrai qu’à la différence de Paris, les prostituées marseillaises sont accueillies au sein d’un établissement hospitalier et non d’un établissement pénitentiaire géré par le préfet de police, mais leur section reste totalement isolée des autres et « dans tous les cas, l’agent de surveillance est autorisé à requérir la force publique, quand il le jugera convenable, et notamment l’intervention de Monsieur le Commissaire de police de l’arrondissement22 ». Tout comme dans la capitale, le traitement de ces patientes reste des plus sommaire, la durée moyenne d’un séjour à l’hôpital ne dépassant pas une vingtaine de jours.

  • 23 Alain Corbin, Les filles de noce..., op. cit., p. 146

12À Bordeaux, un arrêté du maire daté du 31 octobre 1851 rend obligatoire le traitement des prostituées inscrites et de toutes les non-inscrites « lorsqu’un doute sérieux s’élèvera sur son état sanitaire ». Les malades sont alors conduites à l’Hospice Saint-Jean, maison municipale régie par une commission dirigée par le maire et « lorsque vers 1887, on envisage de construire un établissement spécial pour les vénériens de la ville, on donne encore l’ordre à l’architecte de prévoir une série de cachots souterrains23 ». Il est à noter qu’à Bordeaux, comme dans certaines villes de province, ce traitement des prostituées est non seulement obligatoire mais payant, les prostituées doivent s’acquitter d’une somme d’un franc par jour pour un traitement qu’elles n’ont pas choisi.

  • 24 Article du Dr F. Potton « Histoire statistique et médicale de la prostitution dans la ville de Lyo (...)

13À Lyon, « toute fille reconnue malade, est retenue, transférée à l’hospice de l’Antiquaille pour y être traitée et y rester jusqu’à sa guérison24 ». Là encore, le règlement imposé est des plus autoritaires et les punitions sévères (diète, retenue, cachot...). Ce quartier spécial de l’Antiquaille est également ouvert aux femmes dites « civiles » qui peuvent s’y faire traiter librement, mais l’administration opère une importante distinction entre ces deux catégories de femmes et la durée moyenne de leur traitement (28 jours pour les prostituées contre 44 jours pour les « civiles ») souligne la médiocrité des soins accordés aux prostituées.

  • 25 Règlement du dispensaire de Brest, 22 novembre 1830.
  • 26 Article de Bourneville, « Quelques notes sur l’hospitalisation des vénériens de province », Le pro (...)
  • 27 Article du Dr E. Strohl, « Coups d’oeil sur la prostitution à Strasbourg », dans A. J. B. Parent D (...)
  • 28 Alain Corbin, Les filles de noce..., op. cit., p. 149.

14Très comparable, le mode de gestion des prostituées malades est encore plus archaïque dans les villes de plus faible importance. À Brest, « les filles malades ne doivent jamais être autorisées à se faire soigner à leurs frais25 ». À Orléans, elles sont soignées dans des salles mansardées sous les combles et les verrous des portes ne leurs sont ouverts qu’une fois par jour pour une sortie d’une heure. À Reims, barreaux aux fenêtres, verrous aux portes, visites interdites, cachots... À Château-Thierry, c’est « la salle des vieilles femmes gâteuses26 » qui les attend. À Strasbourg, le manque de place et de moyen pour les accueillir est récurrent – « le plus souvent on est obligé d’avoir une dizaine de lits à terre27 » – et le chef de service est contraint de laisser sortir des patientes encore malades. À Épinal, l’hôpital Saint-Maurice s’est chargé de leur construire une cour emmurée, surmontée d’une palissade mais ne s’est pas attaché à leur fournir de lits (les malades dorment sur de simples paillasses) et pour toutes celles qui s’opposeraient au traitement, « un cachot contigu au cabinet d’aisance28 » a été prévu.

  • 29 Le dossier D. A carton 228 des Archives de la préfecture de Police de Paris, conserve de très nomb (...)

15Tableau des plus accablants et pourtant, toutes ces villes ont un mérite, celui de prodiguer des soins, même minimes, aux prostituées malades ce qui n’est pas le cas partout. Dans de nombreuses localités, les autorités refusent de prendre en charge le traitement des filles malades et les établissements hospitaliers leur ferment obstinément leurs portes, leur refusant ainsi le plus simple accès aux soins. Charge bien encombrante, les prostituées malades sont tout bonnement conduites hors des enceintes de la ville par des agents de police. Dans une lettre adressée au préfet de Seine et Marne, le 12 novembre 1866, le préfet de police de Paris se plaint des maires des communes de ce département et notamment du maire de Fontainebleau, arguant que « pour se dispenser de la [une jeune prostituée malade] faire traiter dans l’hôpital de cette ville, l’autorité municipale l’avait dirigée sur Paris, en la faisant accompagner par un des agents du commissariat de police jusqu’au chemin de fer, dont le prix avait été payé sur une somme de cinq francs fournie par la mairie29 ».

16Ces conditions carcérales, imposées par l’hygiénisme et la morale qui font de la prostituée une délinquante avant tout, sont nettement adoucies au tournant du siècle, dans les établissements de l’Assistance publique qui reçoivent des vénériennes et parmi elles un grand nombre de prostituées clandestines.

Un adoucissement des conditions ?

17Le réglementarisme en vigueur sous la monarchie censitaire s’infléchit à la fin du siècle. Le néo-réglementarisme impose alors une humanisation du traitement des vénériens qui n’a plus rien à voir avec les méthodes carcérales antérieures, lesquelles conduisaient le plus souvent les filles syphilitiques à tenter de dissimuler leur mal pour échapper à une forme de détention.

Le néo-réglementarisme et les débats sur son application

  • 30 « Aperçu critique des opinions diverses et des projets récents concernant l’hôpital Broca et l’hos (...)

18Le premier élément de cet adoucissement consiste à ne plus isoler spécialement les vénériennes des autres malades. L’hôpital phare est à cet égard l’hôpital Saint-Louis et son service de dermatologie. L’idée est à la fois de ne plus stigmatiser une certaine catégorie de malades, et d’attirer des patientes qui ont quelques réticences à venir se faire soigner dans un hôpital de mauvaise réputation. L’intérêt bien compris d’un mélange des vénériennes avec d’autres pathologies permet également d’attirer une clientèle de prostituées non inscrites, beaucoup plus volatile, et susceptible d’inclure des agents de propagation de la syphilis pratiquement impossibles à contrôler30. Le débat porte moins sur l’amélioration des conditions d’accueil des vénériennes, le plus souvent des clandestines, que sur le statut quelles doivent avoir au sein des établissements hospitaliers : doit-on encore leur réserver des hôpitaux particuliers comme Lourcine qui devient Broca en 1892 ? Ou bien doit-on les mélanger dans les autres hôpitaux avec les autres patientes ?

19D’une manière générale, l’opinion dominante à la fin du xixe siècle est en faveur d’un abandon des hôpitaux dits spéciaux, jugés trop stigmatisants. Aussi dès 1904 la décision est-elle prise à l’Assistance publique de remplacer les hôpitaux spéciaux par des services spéciaux dans les hôpitaux généraux et de créer des consultations externes pour maladies vénériennes avec distribution gratuite de médicaments dans de nombreux hôpitaux. Ainsi le Compte moral et administratif de l’exercice de 1904 nous apprend qu’une subvention du Conseil municipal de 5 000 francs a été votée « en vue de l’organisation à Cochin d’un essai de consultations du soir pour maladies vénériennes ». C’est du reste un véritable succès puisqu’au 15 novembre de la même année, 3 776 consultations avaient été données, soit près de 1 000 par mois.

  • 31 Archives de l’Assistance publique (AAP), Compte moral et administratif pour l’année 1904, Paris, M (...)

« La création de ce service constitue une étape intéressante dans l’histoire du traitement des maladies vénériennes, et l’évolution qui se fait dans les mœurs à leur égard, la tendance en effet de plus en plus marquée à ne plus les considérer comme des maladies honteuses nous donne le devoir de supprimer le caractère spécial des anciens hôpitaux de vénériens et de vénériennes, en créant simplement pour ces maladies spécifiques des services spéciaux dans un hôpital général31. »

  • 32 Ibid., p. 76.

20On le voit, une réflexion est à l’œuvre au sein des institutions qui participent au financement de l’Assistance publique et de son volet hospitalier, témoignant de cette humanisation en faveur d’une population qu’on souhaite intégrer, inclure dans un processus de soins volontaire et dès lors plus efficace. Gustave Mesureur, directeur de l’Assistance publique entre 1902 et 1920, ne dit pas autre chose à propos du réaménagement de l’hôpital Broca quand il écrit à propos des vieux bâtiments qu’il s’agit du « dernier vestige d’une organisation surannée consistant à parquer dans des établissements spéciaux, dont le seul nom était une divulgation, les malades atteints de maladies spéciales32 ».

  • 33 F. Henry, L'hôpitalBroca..., op. cit., p. 63.

21Pour autant, l’unanimité n’est pas de mise dans un débat où les jugements moraux sont bien évidemment difficiles à passer sous silence. Nombreux sont les médecins mais également les politiques qui ne sont pas favorables à tel mélange des prostituées clandestines vénériennes avec les autres malades, au nom d’une contagion physiologique et morale. Lors d’un débat sur cette question en 1903 et 190433 à la Société de prophylaxie sanitaire et morale, on voit ainsi s’affronter plusieurs opinions qui peuvent se résumer à 4 positions :

  • les admettre sans distinctions dans les services de médecine générale,
  • les répartir dans des services de dermato-syphiligraphie où on ne mélange que les vénériennes et les pathologies de la peau,
  • les admettre dans des services spéciaux dans hôpitaux généraux,
  • les soigner dans des hôpitaux spéciaux.

22Si tout le monde s’accorde sur la suppression définitive des hôpitaux spéciaux, les arguments contre la première option sont vigoureux. François Henry rappelle que le danger de la contagion de la syphilis est encore discuté par certains médecins et que le docteur Gaucher lui-même à Saint-Louis parque les syphilitiques dans un coin de ses salles, là où cuillers et fourchettes sont individuelles. Mais les raisons les plus âprement avancées sont surtout d’ordre moral.

  • 34 F. Henry, op. cit., p. 66.

« Ce serait mal connaître la prostituée que de croire qu’au milieu de femmes honnêtes, elle doive s’amender [...]. Cette admission des prostituées dans les services généraux serait de nature à discréditer l’hôpital, à retenir au sein de leurs familles pauvres les petites malades qui seraient mieux soignées loin de ceux dont elles épuisent les maigres ressources. Quel est le partisan en bloc de toutes les maladies sans distinction de moralité qui ne redouterait pour sa fille d’éducation soignée, la présence constante d’une rôdeuse de barrières ou d’une servante qui se prostitue dans l’arrière-boutique d’un marchand de vins34 ? »

23La crainte de voir se mélanger les filles de bonne famille avec des filles de mœurs légères est renforcée par l’idée qu’elles pourraient se voir non seulement contaminées mais entraînées dans une vie de dépravation, qui peut apparaître facile au premier abord.

  • 35 Dr E. Perchaux, Histoire de l'hôpital de Lourcine, Paris, Société d’éditions scientifiques, 1890, (...)

« Les malades qui viennent se faire soigner à l’hôpital de Lourcine, nous montrent les sujets les plus variés de la prostitution clandestine. La débauche parisienne, du bas au haut de l’échelle, y est représentée dans son entier. Quelques filles cependant, qu’une ignorance naïve a laissé sans défense, viennent demander des soins, envoyées à Lourcine, la plupart du temps par les hôpitaux où elles sont allées prendre une consultation. [...] Il est regrettable qu’une fille séduite et en même temps infectée, soit traitée dans les salles communes. Là, en effet, il lui suffit de quelques heures pour comprendre ce qu’elle a ; elle se voit désormais mise au rang des prostituées. Sa désolation est navrante ; mais au premier moment de désespoir succède un revirement complet. Elle ne veut pas paraître ridicule aux yeux de ses compagnes et si la pratique de la prostitution lui manque, elle la connaîtra bientôt. Quelques jours seulement passés dans cette véritable école de la débauche, lui suffiront largement pour savoir où elle trouvera, le jour de sa sortie d’hôpital, l’abri et le pain dont elle aura besoin35. »

24Le soupçon d’un hôpital comme « école de débauche » est alors habituel et n’est pas réservé aux seuls hôpitaux des vénériens ; il n’en demeure pas moins que l’existence de proxénètes aux alentours de ces établissements est un danger bien perçu par ces autorités médicales. Néanmoins F. Henry souligne avec justesse que le risque n’est pas plus grand à l’hôpital que dans d’autres lieux de sociabilité :

  • 36 F. Henry, op. cit., p. 69.

« Quelques jeunes filles en effet de volonté faible, sans éducation et sans conscience morale, pour qui la maladie fut une révélation et une preuve de leur déchéance, abandonneront tout travail à leur sortie de l’hôpital, sur les conseils pervers de camarades vicieuses ; mais il faut bien l’avouer le séjour à Broca n’a fait qu’avancer leur chute ; et il n’est guère plus dangereux que la promiscuité des bureaux de placement, des sixièmes étages et des bals publics qu’elles fréquentent. Les autres modes d’hospitalisation proposés n’empêcheraient point cette chute inévitable36. »

  • 37 Prof. A. Fournier, Défense de la santé et de la morale publique – Rapport à la commission extrapar (...)

25Du reste, on avance également que les vénériennes mélangées à d’autres malades seraient livrées « au hasard des compétences » et donc mal soignées, et toujours en dernier lieu dans des hôpitaux surchargés. Enfin, Alfred Fournier37 peint un tableau peu reluisant des consultations données à Saint-Louis, fortement encombrées, où les conditions d’accueil sont déplorables.

26Il y aurait même un intérêt pédagogique au regroupement des vénériennes entre elles puisqu’elles auraient ainsi sous les yeux l’évolution aux différents stades de la syphilis et pourraient prendre conscience de leur mal le plus tôt possible et dès lors accepter plus facilement de se faire soigner.

  • 38 F. Henry, op. cit., p. 70.

« [...] Surtout dans un hôpital spécial la prostituée prend conscience de son mal : elles jugent par elle-même les terribles ravages et comprennent qu’il ne faudra pas négliger de se soigner. De même que les tuberculeux en sanatorium, les syphilitiques à l’hôpital spécial apprennent que par des soins éclairés, un traitement prolongé, on peut arriver à conjurer les accidents fâcheux ; et après leur sortie, dès qu’elles sont malades, elles reviennent à la consultation de cet hôpital où elles sont sûres de trouver des médecins compétents. Actuellement de nombreuses malades restent ainsi attachées à Broca, reviennent aux piqûres avec assiduité comme nous l’avons vu, et suivent le traitement méthodique et rationnel de leur syphilis38. »

27La solution à ce débat n’est donc pas univoque. D’une part, on développe dans quelques hôpitaux des consultations destinées aux vénériennes, et d’autre part on maintient à Broca un service mixte de syphilitiques et de traitement des maladies de peau, d’autant plus nécessaire qu’au premier stade, la syphilis se traduit par des affections dermatologiques.

Lourcine-Broca ou les adaptations du système

28L’hôpital des Vénériennes femmes incarne donc au tournant du siècle une alternative acceptable de Saint Lazare, institution dénoncée pour la rudesse des traitements et des conditions de séjour. Qu’en est-il en réalité ? En effet, si les prostituées s’y rendent volontairement, elles ont quelquefois des mots assez violents vis-à-vis d’une institution contraignante, dotée d’un règlement et d’obligations souvent ressenties comme une violence symbolique très forte.

29L’ambivalence est à l’œuvre vis-à-vis d’une population que l’on sait malade mais qui est encore considérée comme dangereuse. Ainsi trouve-t-on dans les registres administratifs relevant du « suivi des hôpitaux » des récriminations de la part de ces femmes, accusant un régime trop souvent strict. L’exemple en est limpide avec ce courrier d’une ancienne malade de Broca, vibrant plaidoyer pour l’assouplissement des mesures concernant les visites

  • 39 AAP, 9L61 Broca-Lourcine, Malades hospitalisées.

« Paris le 9 août 1909
M. le Directeur,
Je me permets de vous écrire pour vous faire part d’une déclaration qui est juste et loyale et qui est au sujet de l’hôpital Broca. Car nous sommes plusieurs pauvres malades qui malheureusement avons souvent besoin de l’hôpital. Car il est bien triste pour une personne qui est quelques fois bien malade qu'elle soit parfois privé [sic] de ne pas voir sa famille ou amie qui puisse lui donner quelque douceur. Moi qui vous écris, je fus une ancienne malade et j’écris pour celles qui y sont actuellement et que quelques-unes se plaignent du règlement. Nous comptons M. le Directeur sur votre bienveillance pour vous rendre compte du règlement car nous trouvons que l’hôpital Broca est un établissement de l’AP comme tous les autres hôpitaux.
Recevez Monsieur mes meilleurs respects
Une ancienne malade39 »

  • 40 AAP, 9L61 Ibid.

30Il est remarquable de voir la mention explicitement revendiquée d’être des malades comme les autres, signe que l’humanisation des conditions de soins est également une demande de la part des prostituées elles-mêmes. Le directeur, dont la réponse est jointe au dossier ne prétend pas autre chose et répond sur la nécessité d’un règlement pour une population particulièrement indisciplinée : « Il est exact que les malades de l’hôpital Broca sont punies de consignes, soit lorsqu’elles causent du trouble, soit lorsqu’elles sont inconvenantes à l’égard du personnel, soit enfin lorsqu’elles quittent l’hôpital sans être guéries malgré la défense des médecins et reviennent se faire soigner de nouveau. » Il croit bon d’ajouter cependant : « L’hôpital Broca est un établissement comme les autres, mais les malades qui y sont traitées forment une catégorie tout à fait spéciale à l’égard de laquelle il est indispensable d’user de mesure de rigueur40. »

  • 41 AAP, 9L61, Ibid.
  • 42 L’infirmerie Saint Lazare est dénoncée pour les conditions carcérales des séjours, à plusieurs rep (...)

31L’hôpital Broca est en somme un hôpital comme les autres mais avec une population qui impose des mesures plus spécifiques qu’ailleurs. En effet, contrairement aux autres hôpitaux, d’où l’on peut sortir librement à tout moment, il existe à Broca des femmes consignées par la préfecture de police, dont on a des traces dans les archives lorsqu’elles parviennent à s’échapper, ce qui du reste ne semble pas très rare. L’exemple de Jeanne C., hospitalisée depuis le 20 août 1910 qui s’enfuit le 14 novembre en profitant de l’affluence des visiteurs le jeudi, en est un témoignage éloquent : « Ses vêtements sont restés au vestiaire. Il est donc probable qu’un complice lui a apporté un manteau ou d’autres vêtements qui lui ont permis de se confondre dans la foule. Sa fuite a été favorisée par cette circonstance qu'elle travaillait d’ordinaire à la buanderie de sorte que dans son service on la croyait à la buanderie et réciproquement41. » L’information sur l’existence d’un complice laisse entendre que les contacts avec l’extérieur, même pour une consignée, sont donc possibles. De plus, la discipline à l’intérieur de l’établissement semble suffisamment lâche pour qu’on laisse les consignées travailler dans les services intérieurs de l’hôpital – le travail est ici moins perçu comme une forme de réhabilitation, comme dans les prisons, qu’une nécessité pratiquée dans presque tous les hôpitaux – sans qu’elles apparaissent particulièrement surveillées dans leurs déplacements. La discipline est donc théoriquement plus stricte qu’ailleurs, mais les conditions de séjour sont cependant fort différentes de ce qu’elles sont encore à Saint Lazare42 à la même époque.

  • 43 L’article « Les avariées » sous-titré « où il est démontré que le personnel de l’hôpital Broca ne (...)
  • 44 AAP, Ibid, Lettre du directeur de Broca au directeur de l'AP, le 6 avril 1905.

32Broca est ainsi une sorte de maison commune pour recevoir des soins, où le travail est encouragé mais en aucun cas une obligation, où la gaieté n’est pas absente comme le souligne ce courrier du directeur en réponse à un article assez violent de La Nouvelle Presse43 qui attaquait l’établissement. Il écrit : « Les malades qui ne peuvent pas ou ne veulent pas aller à l’ouvroir restent dans les salles. Il est à remarquer que c’est parmi les femmes oisives (la plupart ne lisent même pas) que naissent le plus souvent les discussions. Elles se groupent et causent ensemble, quand il n’y a pas d’inconvénients et notamment le dimanche ou le soir, l’été, après le dîner, on leur permet de chanter44. »

33Pour autant, cette discipline relativement assouplie au regard de Saint Lazare, ne doit pas masquer des heurts et des manquements ce que le directeur rappelle. Là encore la spécificité de la population soignée est constamment mise en avant :

  • 45 AAP, 9L61, Ibid

« Malheureusement tout ne se passe pas toujours convenablement ; le personnel doit intervenir pour faire cesser les chansons ordurières, des chicanes et parfois des prises de corps.
Alors l’on supprime les chants, les malades restent à leur lit, isolées, sans pouvoir causer. C’est là une mesure disciplinaire justifiée, qui n’est d’ailleurs maintenue que très peu de temps.
Au promenoir, il faut souvent intervenir pour empêcher nos malades de prendre des poses inconvenantes (se coucher sur les bancs, à terre, danser un quadrille échevelé, etc.) malgré la vigilance des filles de service j’ai reçu parfois des réclamations des voisins, dont les regards plongent il est vrai trop facilement dans les cours de l’hôpital.
Par contre on autorise volontiers le jour du 14 juillet, du mardi-gras et de la mi-carême, les malades à se divertir ; elles confectionnent des chapeaux en papier, dont quelques-uns sont parfois très originaux. Ainsi déguisées, elles dansent dans leurs salles ou se promènent au promenoir45. »

  • 46 AAP, 9L61, ibid., Affaire des tatouages.

34La vie à Broca apparaît ainsi égayée de ces divertissements ponctuels. La vision que les malades ont d’elles-mêmes est parfois difficile à saisir autrement que par la revendication d’être traitées comme des malades ordinaires, ou de contourner un règlement jugé trop contraignant, voire d’occuper des journées peut-être un peu longues. L’affaire des tatouages est un autre épisode révélateur de la relative liberté des filles vis-à-vis de l’institution, en même temps que le signe d’un marquage de leur condition de fille soumise. En avril 1905, les médecins du service se rendent compte qu’une patiente, Louise B., a tatoué plusieurs de ses compagnes de chambre avec une aiguille qu'elle n’a pas pris soin de nettoyer entre chacune d’elles46. Le risque de contagion est réel car plusieurs sont syphilitiques. Les tatouages consistent pour les plus simples en un point effectué sur la main, voire pour les plus élaborés en des cœurs percés de flèche accompagnés d’initiales, certaines d’une inscription « pour la vie » en abrégé (plv) ; d’une étoile ou d’une bague. Certaines ont refusé de se faire tatouer, se contentant d’une inscription de leur nom sur leur bras, à la plume. Cette pratique, vigoureusement dénoncée par le directeur est à mettre en lien avec le caractère criminogène de la prostitution davantage qu’avec une analogie entre prison et hôpital qui tend à s’estomper.

35Ainsi, Lourcine-Broca présente au tournant du siècle l’exemple d’un établissement où l’on tente de prodiguer des soins sur le mode volontaire, en incluant des soins aux maladies de peau, pour éviter une stigmatisation trop forte des malades trop souvent uniquement assimilées à des syphilitiques. Les conditions de séjour n’apparaissent pas trop sévères malgré l’existence d’un règlement somme toute contraignant ; une humanisation est à l’œuvre dans cet hôpital de l’AP.

*

  • 47 Cet établissement ne ferme ses portes définitivement qu’en 1955.

36En définitive, il apparaît bien que le statut des prostituées reste ambivalent sur toute la période. La différence de traitement entre une institution comme celle de Saint Lazare47 qui dépend de la préfecture de Police, et celle d’un hôpital comme Broca, sous la tutelle de l’AP, est patente à la fin du siècle mais recouvre également une différence de nature. Dans le premier cas, la prostitution légale est perçue comme un mal nécessaire alors que dans le second, il s’agit de soigner et de tenter de guérir des filles, prostituées clandestines le plus souvent, qu’on veut avant tout encourager à se faire soigner volontairement. Les conditions très rudes de Saint Lazare, qui sont également celles que connaissent beaucoup d’autres prostituées ailleurs en France, laissent penser que la prostituée est toujours perçue par les autorités comme une délinquante avant d’être une malade. La perception est différente dans les hôpitaux de l’AP où le débat, qui ne méconnaît pas la proportion importante de prostituées non-déclarées parmi les vénériennes, porte sur les conditions d’accueil et de soins d’une population qu’on veut fidéliser pour mieux lutter contre la syphilis. Au-delà se dessine peut-être l’idée d’une rédemption possible de filles qui ne sont pas, aux yeux des médecins et des autorités, tombées aussi bas que leurs compagnes d’infortune déclarées officiellement, comme si la clandestinité relative de leur activité leur laissait une chance supplémentaire de pouvoir s’en sortir. Surtout la syphilis apparaît comme un mal qui touche toutes les sphères de la société et contre lequel les soins, encore bien imparfaits, demeurent le seul remède.

Notes

1 Dr A. Motard, Traité d’hygiène générale, Paris, 1868, t. II, p. 753, cité dans J. Léonard, La France médicale au xixe siècle, Paris, Gallimard/Julliard, 1978, p. 186.

2 Voir également sur ce sujet l'article de S. Servais « L'infirmerie spéciale Saint Lazare. Quand la maladie devient un délit : prostitution et maladie vénérienne », dans C. Barillé et F. Démier (dir.), Les maux et les soins. Médecins et malades dans les hôpitaux parisiens au xixe siècle, Paris, AAVP, 2007, p. 263-274.

3 H. Mireur, La syphilis et la prostitution dans leurs rapports avec l'hygiène, la morale et la loi, Paris, Masson, 1875, p. 97.

4 A. Corbin, Les filles de noce. Misère sexuelle et prostitution (xixe-xxe siècles), Paris, Aubier Montaigne, 1978, rééd. Flammarion, 1989, p. 17.

5 Déjà en 1770 dans son projet d’organisation de la prostitution, Restif de la Bretonne souhaitait que les filles soient visitées et les malades envoyées en prison.

6 Extrait au rapport au 25 juillet 1851 fait par la préfecture de Police après une plainte au directeur de l’hôpital des Vénériens : « Non contentes de troubler l’ordre dans les salles de police, elles ont brisé différents objets, comme persienne, bancs et pot. On les a fait évacuer sur l’infirmerie des Madelonnettes faute de moyen de répression dans le dit hôpital. »

7 Rapport de la préfecture de Police daté du 3 octobre 1842 : « Par suite d’une vérification faite, le vingt six du mois dernier, à l’hôpital de Lourcine, où l’on présumait que des femmes publiques s’étaient fait admettre sous de faux noms, les inspecteurs Chanal et Faure ont fait connaître [...] que parmi les femmes malades de cet établissement, trois d’entr’elles avaient été reconnues par eux, comme filles publiques inscrites. Ces filles [...] ont été extraites, le trente septembre du dit hôpital où elles étaient entrées à l’insu de l’administration et contrairement aux règlements qui affectent l’infirmerie Saint Lazare au traitement des maladies vénériennes que contractent les filles publiques. »

8 Titre de l’article du docteur Langlet, Union médicale et scientifique du Nord-Est, 30 juillet 1905, repris par Alain Corbin, Les filles de noce..., op. cit., p. 142.

9 À partir de 1836, Saint Lazare est divisé en trois sections indépendantes les unes des autres : la section des détenues et des condamnées, la section des mises en correction et l’Infirmerie Spéciale.

10 Surnom donné par les malades aux gardiennes chargées de la fouille corporelle.

11 L. Bizard, J. Chapon, Histoire de la prison Saint Lazare du Moyen Âge à nos jours, Paris, de Boccard, 1925, p.245-246.

12 Règlement de l’Infirmerie Spéciale Saint Lazare du 9 août 1836.

13 Règlement du 9 août 1836.

14 Règlement du 9 août 1836.

15 Règlement du 9 août 1836.

16 H. Mireur, La syphilis et la prostitution..., op. cit., p. 305.

17 Chiffre fourni pour l’année 1879 par A. Corlieu, La prostitution à Paris, Paris, J. B. Baillière, 1887, 254 p.

18 Correspondance conservée aux Archives de la préfecture de Police, série DA, carton 228.

19 Ibid.

20 Alain Corbin, Les filles de noce, op. cit., p. 134.

21 Règlement du 11 juillet 1863, retranscrit dans l’ouvrage du Docteur Mireur, La syphilis et la prostitution..., op. cit., p. 465.

22 Ibid.

23 Alain Corbin, Les filles de noce..., op. cit., p. 146

24 Article du Dr F. Potton « Histoire statistique et médicale de la prostitution dans la ville de Lyon », dans A. J. B. Parent-Duchatelet, De la prostitution dans la ville de Paris considérée sous le rapport de l’hygiène publique, de la morale et de l’administration..., Paris, J. B. Baillière et fils, 1836, 424 p.

25 Règlement du dispensaire de Brest, 22 novembre 1830.

26 Article de Bourneville, « Quelques notes sur l’hospitalisation des vénériens de province », Le progrès médical, 1887.

27 Article du Dr E. Strohl, « Coups d’oeil sur la prostitution à Strasbourg », dans A. J. B. Parent Duchatelet, De la prostitution. …,op. cit., p. 533.

28 Alain Corbin, Les filles de noce..., op. cit., p. 149.

29 Le dossier D. A carton 228 des Archives de la préfecture de Police de Paris, conserve de très nombreuses plaintes de ce type.

30 « Aperçu critique des opinions diverses et des projets récents concernant l’hôpital Broca et l’hospitalisation des femmes atteintes de maladies vénériennes et particulièrement des prostituées clandestines », dans F. Henry, L’hôpital Broca (Étude historique et sociale), Paris, Steinheil, 1908, p. 60-76.

31 Archives de l’Assistance publique (AAP), Compte moral et administratif pour l’année 1904, Paris, Montévrain, 1906, p. 73.

32 Ibid., p. 76.

33 F. Henry, L'hôpitalBroca..., op. cit., p. 63.

34 F. Henry, op. cit., p. 66.

35 Dr E. Perchaux, Histoire de l'hôpital de Lourcine, Paris, Société d’éditions scientifiques, 1890, p. 62.

36 F. Henry, op. cit., p. 69.

37 Prof. A. Fournier, Défense de la santé et de la morale publique – Rapport à la commission extraparlementaire des mœurs, Paris, 1904, AAP : B-157411.

38 F. Henry, op. cit., p. 70.

39 AAP, 9L61 Broca-Lourcine, Malades hospitalisées.

40 AAP, 9L61 Ibid.

41 AAP, 9L61, Ibid.

42 L’infirmerie Saint Lazare est dénoncée pour les conditions carcérales des séjours, à plusieurs reprises dans la commission parlementaire qui enquête à ce sujet. Voir Prof. A. Fournier, Défense de la santé et de la morale publique – Rapport à la commission extra-parlementaire des mœurs, Paris, 1904.

43 L’article « Les avariées » sous-titré « où il est démontré que le personnel de l’hôpital Broca ne s’inspire pas dans le traitement des malades des principes de solidarité laïque », où Broca est décrit comme une véritable prison « le “Biribi” des malades » et la solution de fermer Broca et de créer dans tous les hôpitaux des services pour les avariées, est signé Édouard Neuberger, La Nouvelle Presse du 2 avril 1905.

44 AAP, Ibid, Lettre du directeur de Broca au directeur de l'AP, le 6 avril 1905.

45 AAP, 9L61, Ibid

46 AAP, 9L61, ibid., Affaire des tatouages.

47 Cet établissement ne ferme ses portes définitivement qu’en 1955.

Auteurs

Docteure en histoire – IDHE (UMR 8533)
Doctorante en histoire à l’Université de Paris Ouest Nanterre-La Défense – IDHE (UMR 8533)

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540