Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Impossibles victimes, impossibles coupables

 | 
Frédéric Chauvaud
, 
Gilles Malandain

Première partie. Impossibles victimes

La femme victime et criminelle dans l’œuvre de Forain et de Huysmans ou la fatalité de la condition féminine (fin xixe siècle-début xxe siècle)

Solange Vernois

Texte intégral

  • 1 Jean-Louis Forain (1852-1931). Voir Forain, Musée Marmottan, Paris, mai-juin 1978, p. 98.
  • 2 Voir Gustave Kahn, La Femme dans la caricature française, Paris, Méricant, 1907, p. 291.

1Jean-Louis Forain a bien connu le monde de la Justice, ayant comme Daumier fréquenté les Cours d’Assises et illustré entre autres en 1930 la première édition des Tribunaux de Courteline1. Par ailleurs, la femme de condition modeste tient une place fondamentale dans son œuvre graphique et peint, en particulier la prostituée, au point qu’à l’époque fut popularisée l’expression « Grue de Forain2 ». Toutefois, ce n’est pas aux grands procès, dans lesquels les femmes auraient été plus ou moins impliquées, que l’artiste s’est intéressé. Forain fut essentiellement attiré par le spectacle de la vie quotidienne, qu’il observe sans complaisance, et le milieu judiciaire comme la « tragicomédie » des tribunaux en font partie.

  • 3 Voir Musée Lautrec, Albi, 1982, biographie. L’expression « Le Guetteur de vérité » est de Charles (...)
  • 4 Voir Forain, La Comédie parisienne, 1re série, 1892, 2e série, 1904, Paris, Plon, s. d., 188 dessi (...)
  • 5 Voir Forain, Musée Marmottan, op. cit., p. 94. C’est vers 1872 que Forain rencontre Verlaine et Ri (...)
  • 6 Ibid., p. 94. Huysmans dans sa critique de l’Exposition de 1880 écrivit : « M. Forain a étudié son (...)

2Davantage « caractériste » que caricaturiste au sens traditionnel du terme, le dessinateur entendait avant tout dénoncer les injustices en « guetteur de vérité » et comme il l’avouait lui-même « montrer le ridicule de certaines douleurs, la tristesse de bien des joies3 ». Ce n’est donc pas par hasard s’il a publié respectivement en 1892 et en 1904 des séries sur « la Comédie Humaine4 ». Le personnage lui-même fut paradoxal à bien des titres : d’origine modeste, bohème dans sa jeunesse, il partagea un moment avec Rimbaud et Verlaine un affreux galetas, rue Campagne Première, et fut toute sa vie attentif aux malheurs du petit peuple5. Adulé à son époque, il connut aussi la réussite. Particulièrement apprécié par Degas et Lautrec, il subit les aléas de la renommée, suite à ses prises de positions politiques tranchées, notamment farouchement antidreyfusardes6.

  • 7 Ibid., p. 96. C’est à partir de l’affaire Dreyfus que Forain s’oriente progressivement vers la sat (...)
  • 8 Forain fit en 1878 un portrait de Huysmans. Voir J.K. Huysmans, Marthe – Histoire d’une fille, édi (...)
  • 9 Forain, Musée Marmottan, op. cit., p. 96. Voir Emmanuel Godo, Huysmans et l’Évangile du Réel, Pari (...)

3Virtuose du crayon, Forain maîtrisait toutes les techniques, avec une prédilection pour l’eau-forte qui correspondait parfaitement à son type d’humour « corrosif » que l’on a comparé à du vitriol7. Collaborateur de nombreux périodiques, tels que Le Courrier Français, L’Écho de Paris ou Le Figaro, il fut l’ami des écrivains de son temps aux penchants naturalistes, optant pour la vision d’un monde sans joie qui fut celle de son ami J. K. Huysmans8. Ce scepticisme devait cependant mener Forain, ainsi que l’auteur de À Rebours, sur les chemins de la foi et du mysticisme après sa « conversion » le jour de Noël 1900 à Ligugé9. Toutefois, c’est de la période désenchantée qu’il convient de parler, avec l’évocation de la femme et plus spécifiquement de la prostituée dans l’œuvre de Forain.

  • 10 En 1876, Forain illustra Marthe, mais l’éditeur refusa de publier la première version du frontispi (...)

4À cet égard, la comparaison avec Marthe, le roman de Huysmans, qui traite du même sujet et que Forain a illustré dès 1876, s’impose d’elle-même, le corpus d’illustrations provenant essentiellement des Maîtres Humoristes et de L’Album10. Dans un contexte dépourvu d’espoir, le crime, identifié au vice, n’est qu’une réponse au règne de la brutalité. Ni criminelle ni victime, la prostituée est vouée inéluctablement, quel que soit le verdict du procès, à la fois à l’opprobre populaire et à la non reconnaissance, voire à l’inexistence.

Servitude et absence d’avenir

  • 11 Forain, « Le Madn – Le Soir », Les Maîtres Humoristes, « L’Amour à Paris », Les Maîtres Humoristes (...)
  • 12 Huysmans, op. cit., p. 163.

5Un dessin intitulé de manière aussi rédhibitoire que laconique « Le Matin – Le Soir », est tout à fait significatif de la façon dont Forain considère la prostitution ordinaire. Celle-ci est la seule alternative à la pauvreté : le matin un logis misérable, le soir la grande vie dans la dépendance11. L’artiste a conçu sa composition en diptyque pour signifier l’absence de tout compromis et une situation radicale de blocage. Tel est le sort promis dès l’enfance aux filles des classes défavorisées et qui leur sera réservé durant toute leur vie. Léo, dans le roman de Huysmans, dresse un constat sans rémission quant au destin de Marthe, son ancienne maîtresse : « Sa vie ne changera guère maintenant. Admettons encore une alternance de richesse et de misère et ce sera tout12. » La jeune femme ne se fait d’ailleurs guère d’illusion et proscrit tout espoir de son existence.

  • 13 Ibid, p. 78.
  • 14 Gustave Kahn, op. cit., p. 294.

6« Oh ! Alors, elle fut comme les autres », confie Huysmans. « Une semaine, trois jours, deux, un, la rassasièrent avec leur importunité de caresses sobres [...] Un beau soir, la faim la roula dans la boue des priapées, elle s’y étendit de tout son long et ne se releva point. Elle allait alors à vau-l’eau, mangeant à même ses gains de hasard, souffrant le jeûne quand la bise soufflait. L’apprentissage de ce nouveau métier était fait, elle était passée vassale du premier venu, ouvrière en passions13. » Chez Forain, l’absence de rébellion des professionnelles de l’amour est assurée par la complicité des mères. Gustave Kahn qui a consacré en 1907 un important essai à La Femme dans la caricature française ne manque pas de souligner, pour sa part, le rôle précis que joue la mère dans la vie et les affaires de la « fille ». « C’est, dit-il, avec un soin tout particulier que Forain étudie la mère de la grue14. »

  • 15 Lucien Puech, « Forain », L’Album, XVII, p. 2. Publication mensuelle paraissant le 1er de chaque m (...)

7Si elle est volontiers protectrice, voire pleine de compréhension, cette matrone n’exerce souvent son autorité que pour rendre sa fonction d’entremetteuse plus efficace. Lucien Puech, directeur de L’Album et contemporain de Forain, a relevé l’influence de l’environnement familial dans le processus de banalisation de la prostitution, inscrite désormais dans le cours de la vie domestique, et de déculpabilisation collective : « Elle vient pour faire la chambre, la brave maman et doucement gronde Monsieur le Comte, qui s’est attardé auprès de la petite. Ah ! Monsieur le Comte, jusqu’à quelle heure avez-vous gâté notre Nini ? La voilà qui rate encore son Conservatoire15. » Loin de participer à une quelconque velléité d’émancipation, la solidarité féminine contribue ainsi à renforcer les liens de « vassalité » entre les catégories sociales et entre les sexes.

  • 16 Huysmans, op. cit., p. 115. Série « L’Amour à Paris », voir Les Maîtres Humoristes, voir aussi sér (...)

8Dans l’ouvrage de Huysmans, Marthe qui s’est trouvé très tôt orpheline, considère que, sous le sceau de l’infortune, mieux vaut ne connaître aucune attache familiale : « Entre gens comme nous, est-ce qu’on s’aime ? », lance-telle à son « protecteur » Ginginet. « On se rencontre et l’on couche ensemble comme on mange lorsqu’on a faim ! [...] Tu as ramassé une traînée de boue, mon cher ! Et tu sais, on a beau se décrotter, il en reste toujours, ça revient comme la tâche d’huile sur les étoffes ! Et puis, après tout, qu’est-ce que ça me fit ? Ni père, ni mère et plus de santé, ça s’appelle une chance, quand on fait ce métier-là16 ! »

  • 17 Ibid., p. 90.

9Ainsi, Huysmans en vient à parler de la prostitution comme d’une « épouvantable récurrence », d’une « maladie terrible qui fait que toute femme qui a vécu cette vie, retourne s’y plonger un jour ou l’autre17 ». De fait, si ce mal est incurable, c’est bien, selon l’auteur, d’abord parce que la « patiente » elle-même refuse toute possibilité de pouvoir un jour s’en guérir.

Le vice comme réponse au règne de la force et de la brutalité

  • 18 J.L. Forain, Les Maîtres Humoristes, 2e série, Forain, no 2, novembre 1908. « L’Amour à Paris », v (...)
  • 19 L’Album, XVII, « Forain », page de couverture (sans titre).

10Il est avéré que dans le monde de la prostitution tous les milieux se côtoient. Aussi, Forain rappelle-t-il volontiers que le spectre de la prison n’est jamais très loin pour le frère ou l’amant de la « grue18 ». Au sein d’un tel milieu, force et brutalité font loi, renforçant les rapports sadomasochistes entre les sexes. Dans un dessin, on ne peut qu’être frappé par l’imposante stature de l’homme, souteneur sans doute, écrasant violemment le corps fragile de sa compagne apeurée19. Ce thème de la femme battue, prostituée ou non, apparaît dans de très nombreuses scènes de Forain ; comme s’il était inhérent au couple et allait de soi. De même, dans le roman de Huysmans, gifles et coups de poings pleuvent sur Marthe avec la plus grande brutalité.

  • 20 Huysmans, op. cit., p. 134.
  • 21 Ibid., p. 138.
  • 22 Ibid., p. 135.
  • 23 Forain, Les Maîtres Humoristes, J.L. Forain, no 2, 2e série, novembre 1908. Série « L’Amour à Pari (...)

11Cette scène n’en est qu’un exemple parmi d’autres : « Ginginet n’en attendit pas davantage ; il se rua sur elle, attrapa à la volée un coin du cristal qui lui bossua le crâne, mais il empoigna la fille par les mains et la jeta rudement sur le plancher20. » Nous apprenons plus loin que Ginginet redescend un jour de la chambre, la figure en sang. Devant les railleries, il remonte et assomme presque Marthe à coups de bottes, de sorte qu’on « dut la lui arracher des mains et la jeter dans une voiture qui la déposa au premier hôtel venu21 ». Ginginet, pour qui ces rapports de forces sont naturels et légitimes, a sur ce point une philosophie très simple : « N’est aimé que celui qui cogne. Ce n’est pas du marasquin qu’il faut servir aux filles, c’est du vinaigre. J’ai maintenant pour huit jours d’amour sur la planche22 ! » La victime en arrive pour sa part à ne plus faire de différence entre les manifestations de l’amour et la violence pure et simple. Une mère, dans un dessin de Forain ne rassure-t-elle pas sa fille : « Ça un bleu ? On dirait un suçon23. »

12De son côté, Marthe connaît des sentiments mélangés de terreur et d’attachement, entre la soumission et la révolte fortuite :

  • 24 Huysmans, op. cit., p. 137.

« L’amour peureux, l’amour ne vivant que de brutalités et d’injures, le système nerveux bandé à l’excès et ne se détendant que sous le poids de la douleur physique, les joies de la bourbe, cette haine attendrie que l’on porte au mâle qui vous fouaille, les révoltes furieuses contre le servage, cette allégresse à frapper son dompteur, quitte à se faire écraser par lui, rendirent Marthe presque folle. [...] Elle eut des moments d’accablement et de prostration où elle recevait les coups sans bouger jusqu’à ce que, hurlant de douleur, elle se suppliât de ne la point tuer24. »

  • 25 L’Album, XVII, « Forain », op. cit., p. 1-2.

13Dans des transes continuelles, traquée comme une bête, la prostituée de Forain et de Huysmans n’a plus la force de se révolter dignement, et c’est dans le cynisme, la perversité, quelle trouve une réponse aux sévices. Avec une certaine désinvolture, il faut en convenir, Puech dans L'Album note que là où Forain est inimitable, c’est quand il met en scène les filles de Madame Cardinal, maigres, efflanquées, l’air vicieux25...

  • 26 Huysmans, op. cit., p. 157.
  • 27 Voir Forain, Les Maîtres Humoristes, no 10, Jean-Louis Forain, op. cit., série « L’Amour à Paris, (...)
  • 28 Huysmans, op. cit., p. 77.
  • 29 Ibid., p. 138, p. 144.
  • 30 Ibid., p. 146.

14Marthe, qui est attirée, précise Huysmans, par les douloureuses voluptés, par la servitude, comme un insecte par le feu des lampes26, trouve sa vengeance dans les rapports d’intérêt et le goût du lucre, et sur ce point elle n’est pas différente de ses consœurs dessinées par Forain27. Elle préfère au jeune homme le vieux barbon, tout simplement parce qu’il détient « le bien-être et l’or28 ». Par ailleurs, par instinct de servilité et de faiblesse, elle se défoule, non contre celui qui la bat, mais sur celui qui se montre le plus docile, le torturant comme à plaisir29. « Cet amant, elle l’eût étranglé avec joie, cet imbécile qui la détaillait sans bouger quand elle se mettait au lit30. »

15Ainsi, la réplique à la force est à la méchanceté, que Marthe a apprise dès sa prime jeunesse, non pas dans le milieu de la prostitution, mais dans l’atelier, auprès de ses compagnes, pauvres ouvrières :

  • 31 Ibid., p. 76.

« À les entendre, tous les hommes étaient parfaitement imbéciles ! Une d’elle s’était moquée de l’un d’eux, la veille au soir, et l’avait fait poser à un rendez-vous ; il n’en serait que plus affamé, une autre faisait le malheur de son amant, qui l’aimait d’autant plus qu'elle lui était moins fidèle, toutes trompaient leurs servants [...] Marthe ne rougissait déjà plus des gravelures qu'elle entendait, elle rougissait de n’être pas à la hauteur de ses compagnes31. »

Entre opprobre et inexistence

  • 32 « Un huis clos » (série « Au Tribunal »), Les Maîtres Humoristes, no 10, Jean-Louis Forain, janv. (...)

16Dans l’enceinte du tribunal, la femme de Forain n’est à aucune occasion une virago. Qu’elle soit accusée en plaignante, victime ou criminelle, prostituée ou mère de famille, elle n’a le plus souvent même pas le rôle d’actrice au sein du prétoire. Elle se contente d’assister passivement à la plaidoirie d’avocats dont elle est la servile débitrice. Le monde de la Justice en effet ne change en rien les rapports de force qui régissent les sexes et les classes sociales. Contrairement à Daumier qui focalise l’attention du spectateur sur les visages de ses personnages, Forain opte volontiers pour le grand-angle qui met en évidence l’isolement des différents protagonistes. Quant aux magistrats, ils n’en sont pas moins hommes, lorsqu’ils regardent avec concupiscence une fillette dans l’intimité du huis clos32.

  • 33 Voir Forain, « Témoin à l’audience », eau-forte 22x28, 6 cm, s. d., ex, 1955 ; (La sortie de l'aud (...)
  • 34 Huysmans, op. cit., p. 114.
  • 35 Forain, « La sortie de l’audience », eau-forte 33,6x29, 1 collec. partic., s. d.
  • 36 Voir Forain, « Les Joies de l’Adultère », légende : « Le gaz est éteint... Tu peux filer », Les Ma (...)
  • 37 Voir Forain, « Les Nonnes à l’entracte de Robert-le-Diable », légende : « ... Faut attendre encore (...)

17En réalité, à aucun moment Forain ne donne l’occasion dans ses dessins de connaître le motif de la présence de ces femmes33. Sont-elles témoins, sont-elles inculpées ? Nul ne saurait le dire exactement et l’artiste ne tient guère à nous renseigner en la matière. Aux yeux de Huysmans, les « crimes » ont une valeur générique et sont représentés identiquement sous forme de catalogue. Pour Ginginet, tout est souffrance à part égale, lorsqu’il pose à Marthe la question suivante : « Meurs-tu de faim, as-tu tué quelqu’un, t’es-tu crêpé le chignon avec une camarade, as-tu été ramassée dans un ruisseau, insultant la force armée, que tu sois sans abri et que tu veuilles te suicider34 ? » Victime ou criminelle, peu importe, la prostituée porte, selon l’écrivain et l’artiste, le poids de la culpabilité collective. Aussi Forain insiste-t-il sur l’anonymat de cette femme qui s’en repart, telle un passe muraille en compagnie de ses enfants35. Vaincue, elle l’est sans aucun doute. La cause en est l’indifférence des juges et non le brio de la partie adverse. Veuve lésée ou prostituée, honteuse et digne à la fois, elle se contente de s’éclipser. Ce sentiment récurrent de culpabilité allant jusqu’à la dénégation de soi apparaît également dans cette image d’adultère qui ne semble guère perturber l’amant complice, mais qui est porté de manière presque sacrificielle par l’épouse volage arborant un grand voile noir pour dissimuler son visage36. L’anonymat signifie aussi la perte d’identité humaine, lorsque les petites figurantes d’un spectacle, regroupées en une masse informe et confuse sont présentées en « pâture » à un notable en vue, en l’occurrence un militaire haut gradé37. Curieusement, nous retrouvons dans cette scène des réminiscences du roman de Huysmans.

  • 38 Pierre Cogny, introduction de Marthe, op. cit., p. 30.
  • 39 Huysmans, op. cit., p. 133.
  • 40 Ibid., p. 133-134.
  • 41 Ibid., p. 165.
  • 42 Ibid., p. 166.
  • 43 Ibid., p. 166.

18Rien en effet ne distingue Marthe du troupeau des prostituées, ses sœurs, « si ce n’est la libéralité avec laquelle elle rassemble les traits de toutes les autres38 ». En fait, dans un monde sans repère, Marthe traquée en permanence par le bureau des mœurs et par la police, ne fait elle-même plus de différence entre la geôle et le tripot où elle travaille39. Parallèlement, selon Marthe, la Justice n’est pas là pour réparer les torts envers les victimes, mais pour accompagner les malheurs du monde. En témoigne cette réflexion : « Est-ce que tous les hommes ne pardonnent pas aux femmes qui les font souffrir ? Il n’y aurait plus de malheur alors et ce ne serait pas la peine d’avoir des prisons et des juges40. » Bien plus, cette culpabilité trouve sa légitimité dans le désintérêt manifesté pour la condition de Marthe par Léo, dans une lettre adressée par celui-ci à un ami, en toute désinvolture. Certes, l’amant d’autrefois admet qu’il a couru auprès des filles se pendant le dimanche au bras des ouvriers, « mais cela fait, dit-il, partie de la vie41 ». Quant à sa maîtresse, elle n’essuie désormais que son indifférence et son mépris : « À défaut d’affection, je n’ai même plus d’intérêt pour elle [...] elle finira dans une crise d’ivrognerie ou se jettera, un jour de bon sens, dans la Seine. En vérité, ce n’est pas la peine que nous nous occupions d’elle, et puis, que peut me faire ce qu'elle deviendra ? Car il faut bien que je t’annonce une grande nouvelle : je me marie. » Léo, au demeurant, ne se montre guère plus généreux à l’égard de sa future épouse qu’il regardera, dit-il le soir, ravauder ses chaussettes42. Tout en n’étant « rien », Marthe porteuse néanmoins de la culpabilité sociale, sert, pour comble d’infortune et de cynisme, de faire-valoir à la vertu. « Quant à Marthe, puisque tu me parles encore d’elle à la fin de ta lettre, conclut Léo quelque peu impatient et contrarié, je lui pardonne toutes ses vilenies, toutes ses traîtrises ; les filles comme elle ont cela de bon qu’elles font aimer celles qui ne leur ressemblent pas ; elles servent de repoussoir à l’honnêteté43. »

*

19Ni victime, ni criminelle, à moins qu'elle ne soit les deux à la fois, telle apparaît la femme dans l’œuvre de Forain et de Huysmans. Cette absence de détermination dans la qualification de la prostituée en particulier, est le résultat de la médiocrité dans laquelle celle-ci s’est trouvée, parfois dès l’enfance, dans laquelle on la maintient et dans laquelle elle se complaît. Cette condition ne laisse pas de place à l’héroïsme, y compris dans le crime, car ces filles sont avilies et « aveulies » par une profession jugée dégradante. Pour le dessinateur, comme pour l’écrivain, il est inutile de faire état du meurtre, acte viril par excellence. En effet, dans cette double dévalorisation sociale, par la mise en cause de l’élément féminin et de l’infraction pénale, la médiocrité conduit au crime et le crime lui-même devient médiocre.

20Dans ce contexte, le maître mot est celui de soumission et à ce titre la prostituée représente l’exemple type de la dépendance absolue, cumulant la vassalité liée à la pauvreté, celle liée à la condition féminine, et enfin celle liée au marché du sexe. La prostituée sert ainsi d’argument à Forain et à Huysmans pour dénoncer l’injustice sous toutes ses formes, fondée sur l’exploitation des pauvres par les riches et les puissants. Si l’auteur et l’artiste jettent un regard parfois cruel sur la condition de ces « naufragés », c’est pour mieux dénoncer la perte des idéaux et les vices d’une société corrompue. Ils démontrent sans concession que soumission et sentiment de culpabilité vont de pair et que la Justice est en ce domaine inopérante. Pour l’un et l’autre aucune issue n’est possible, hormis celle de la foi, dans le cercle bien fermé de l’existence.

  • 44 G. Kahn, op. cit., p. 291.

21Au sein de ce monde désenchanté et dépourvu d’harmonie, l’amour lui-même devient une incongruité et c’est avec un cynisme tranquille, relevé par Gustave Kahn, que Forain décrit la vie de ses « grues44 ». On peut d’ailleurs se demander si chez Forain et Huysmans la revendication sociale ne prime pas sur la défense de la prostituée et sur l’intérêt pour la femme en général. À travers le prisme de leur scepticisme foncier, l’écrivain et le dessinateur s’en réfèrent constamment à un constat, celui de l’ordre établi qui régit le monde. La prostituée est le négatif de la femme honnête, tout comme la femme est le négatif de l’homme. Quelles que fussent les arrière-pensées de Forain en tout cas, le lectorat était masculin. À ce titre, l’interprétation des dessins ne pouvait échapper aux a priori liés à la misogynie ambiante.

  • 45 Lucien Puech, L’Album, op. cit., p. 1.

22N’est-ce pas d’un ton léger que Puech note que Forain met en scène « les vieux marcheurs fatigués en conversation criminelle avec les filles osseuses de Madame Cardinal » ou qu’il fait remarquer : « N’est-elle pas plus que drôle cette demi-mondaine disant à son ami du jour : À quoi vois-tu ça – que j’ai été bonne45 ? »

Notes

1 Jean-Louis Forain (1852-1931). Voir Forain, Musée Marmottan, Paris, mai-juin 1978, p. 98.

2 Voir Gustave Kahn, La Femme dans la caricature française, Paris, Méricant, 1907, p. 291.

3 Voir Musée Lautrec, Albi, 1982, biographie. L’expression « Le Guetteur de vérité » est de Charles Kunstler. Voir aussi Jean Puget, La Vie extraordinaire de Forain, Paris, Émile-Paul, 1957.

4 Voir Forain, La Comédie parisienne, 1re série, 1892, 2e série, 1904, Paris, Plon, s. d., 188 dessins.

5 Voir Forain, Musée Marmottan, op. cit., p. 94. C’est vers 1872 que Forain rencontre Verlaine et Rimbaud qui le surnomment Gavroche. En 1875, il mena au quartier latin et à Montmartre une vie de bohème.

6 Ibid., p. 94. Huysmans dans sa critique de l’Exposition de 1880 écrivit : « M. Forain a étudié son art auprès de Manet et Degas. » En 1900, Forain est célèbre et connaît l’aisance financière.

7 Ibid., p. 96. C’est à partir de l’affaire Dreyfus que Forain s’oriente progressivement vers la satire politique et fonde avec Caran d’Ache le Psst (1898-1899).

8 Forain fit en 1878 un portrait de Huysmans. Voir J.K. Huysmans, Marthe – Histoire d’une fille, édition présentée et commentée par Pierre Cogny avec deux textes retrouvés présentés par Pierre Lambert, Paris, le Cercle du Livre, 1955. La première édition date de 1876 (Bruxelles, Gay), la deuxième de 1879 (Paris, Derveaux).

9 Forain, Musée Marmottan, op. cit., p. 96. Voir Emmanuel Godo, Huysmans et l’Évangile du Réel, Paris, Cerf, 2007.

10 En 1876, Forain illustra Marthe, mais l’éditeur refusa de publier la première version du frontispice représentant une fille faisant le trottoir avec pour tout vêtement ses bas et un parapluie. Les attaques furent nombreuses et violentes lors de la réédition de 1879 illustrée par une eau-forte « impressionniste de Forain ». On trouve référence au prénom de Marthe dans les dessins de Forain, Les Maîtres Humoristes, 2e série, no 2, J.L. Forain, nov. 1908.

11 Forain, « Le Madn – Le Soir », Les Maîtres Humoristes, « L’Amour à Paris », Les Maîtres Humoristes, 2e série, no 2, Paris, Librairie Félix Juven, novembre 1908.

12 Huysmans, op. cit., p. 163.

13 Ibid, p. 78.

14 Gustave Kahn, op. cit., p. 294.

15 Lucien Puech, « Forain », L’Album, XVII, p. 2. Publication mensuelle paraissant le 1er de chaque mois, Montgredien et Cie, Éditeurs, Jules Tallandier, successeur, directeur artistique Lucien Puech, textes et dessins inédits, Paris, s. d. (début xxe siècle).

16 Huysmans, op. cit., p. 115. Série « L’Amour à Paris », voir Les Maîtres Humoristes, voir aussi série no 10 (Jean-Louis Forain) « Les Mamans », (2e série, no 2, novembre 1908), « Les Mœurs », (janvier 1908).

17 Ibid., p. 90.

18 J.L. Forain, Les Maîtres Humoristes, 2e série, Forain, no 2, novembre 1908. « L’Amour à Paris », voir le dessin accompagné de la légende suivante : « Mon enfant, vite, vite, lève-toi, ton frère est arrêté ».

19 L’Album, XVII, « Forain », page de couverture (sans titre).

20 Huysmans, op. cit., p. 134.

21 Ibid., p. 138.

22 Ibid., p. 135.

23 Forain, Les Maîtres Humoristes, J.L. Forain, no 2, 2e série, novembre 1908. Série « L’Amour à Paris ».

24 Huysmans, op. cit., p. 137.

25 L’Album, XVII, « Forain », op. cit., p. 1-2.

26 Huysmans, op. cit., p. 157.

27 Voir Forain, Les Maîtres Humoristes, no 10, Jean-Louis Forain, op. cit., série « L’Amour à Paris, les Affaires, Nocturne », no 2, 2e série, op. cit., mêmes sujets.

28 Huysmans, op. cit., p. 77.

29 Ibid., p. 138, p. 144.

30 Ibid., p. 146.

31 Ibid., p. 76.

32 « Un huis clos » (série « Au Tribunal »), Les Maîtres Humoristes, no 10, Jean-Louis Forain, janv. 1908.

33 Voir Forain, « Témoin à l’audience », eau-forte 22x28, 6 cm, s. d., ex, 1955 ; (La sortie de l'audience, collec. partic.) ; voir également « L’Avocat et sa cliente », vers 1912, huile sur toile, 56,5 x 65 cm.

34 Huysmans, op. cit., p. 114.

35 Forain, « La sortie de l’audience », eau-forte 33,6x29, 1 collec. partic., s. d.

36 Voir Forain, « Les Joies de l’Adultère », légende : « Le gaz est éteint... Tu peux filer », Les Maîtres Humoristes, 2e série, no 2, op. cit.

37 Voir Forain, « Les Nonnes à l’entracte de Robert-le-Diable », légende : « ... Faut attendre encore un an mon général », Les Maîtres Humoristes, 2e série, no 2, op. cit.

38 Pierre Cogny, introduction de Marthe, op. cit., p. 30.

39 Huysmans, op. cit., p. 133.

40 Ibid., p. 133-134.

41 Ibid., p. 165.

42 Ibid., p. 166.

43 Ibid., p. 166.

44 G. Kahn, op. cit., p. 291.

45 Lucien Puech, L’Album, op. cit., p. 1.

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540