Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Impossibles victimes, impossibles coupables

 | 
Frédéric Chauvaud
, 
Gilles Malandain

Introduction

Frédéric Chauvaud et Gilles Malandain

Texte intégral

  • 1 Maurice Talmeyr, « Les avorteuses de Paris », dans Sur le Banc, Paris, Plon, 1892, p. 25.
  • 2 Sur l’indignation, voir Anne-Claude Ambroise-Rendu et Christian Delporte (dir.), L’indignation. His (...)
  • 3 Victor Balthazard et Eugène Prévost, Une plaie sociale : les avortements criminels, Paris, Maloine, (...)

1Un chroniqueur de la fin du xixe siècle consacra soixante-dix pages à restituer l’univers des avorteuses de Paris1. L’ensemble ne se présente pas comme un cri d’indignation2 ou un pamphlet, mais comme un long récit retraçant nombre de trajectoires individuelles. Loin des auteurs dénonçant le « crime » ou la « plaie sociale3 », le narrateur laisse aux lecteurs le soin de se forger une opinion. Très rarement, il intervient, et, à la fin de sa chronique, une impression contrastée demeure : les coupables sont aussi des victimes. Certes, écrit-il, il y a « tout un cimetière sous les jupes infanticides », mais en même temps qui juge-t-on vraiment ? Les histoires qu’il relate, après les avoir entendues, font revivre des destins glauques et pitoyables, à l’instar d’une domestique « engrossée », « partie se faire avorter ». L’intervention tourne mal, elle est jetée dans un fiacre, hissée dans sa chambre, abandonnée dans son lit où elle expulse pendant la nuit un fœtus. Un peu plus tard, elle finit par « faire le trottoir sur les boulevards extérieurs ». À l’audience, les observateurs se demandent si elle est plus victime que coupable.

  • 4 Félix Allemane, L’avortement criminel, étude sociale, juridique et médico-légale, thèse de droit, T (...)
  • 5 Maurice Talmeyr, « Les avorteuses de Paris », op. cit., p. 4.
  • 6 Ibid., p. 19.

2Même la figure que le tribunalier veut présenter comme la plus odieuse, celle de l’avorteuse, s’avère plus complexe que les représentations usuelles qui en font une sorte de mégère hirsute sortie d’un horrible cloaque4. Lorsque la police et la justice se livrent, au tournant des années 1880, à une sorte de guerre aux avorteuses, une cinquantaine de femmes sont arrêtées et jugées. L’une d’entre elles est le personnage principal du procès et du lieu « d’ignominie » où se déroulaient les avortements. Son portrait ne laisse guère de doutes : « tous les vices semblent s’excréter des rides et des veines de cette face ronde5 ». Mais elle-même fut frappée par le malheur et c’est après la mort de sa petite fille qu'elle « roula dans une crapule incroyable ». À partir de là, « sa réputation d’avorteuse prenait. Dans toutes les maisons, tout en montant le pain au client, elle faisait des connaissances, et son procédé, d’après ce qu’on s’en disait à l’oreille, tentait et donnait confiance. Ce n’était pas l’aiguille des avorteuses ordinaires, qui fait de l’opération un assassinat dans le sein. Elle arrivait avec sa petite seringue et son petit flacon, un petit flacon bleu, un flacon mystérieux, et sa manière avait cependant quelque chose de médical. Elle avait cependant un défaut6. » En effet, au moment de la délivrance de ses clientes, elle s’évanouissait.

  • 7 Voir Sophie Divay, « L’avortement, une déviance légale », Déviance et société, 2004, 28, no 2, p. 1 (...)
  • 8 Voir notamment Michelle Perrot « Ouverture », dans Christine Bard, Frédéric Chauvaud, Michelle Perr (...)
  • 9 Alfred fouillée, La France au point de vue moral, Paris, Félix Alcan, 1900, p. 125.
  • 10 Maurice Garçon, Histoire de la justice sous la IIIe République, Paris, Librairie Arthème Fayard, 19 (...)
  • 11 Gazette des tribunaux, 30 mars 1877.
  • 12 La même idée se retrouve aussi bien chez Alfred Fouillée, La France au point de vue moral, op. cit. (...)

3Ces quelques histoires illustrent la manière dont la déviance ou la criminalité féminine ont été pendant très longtemps perçues et pensées7. Elles sont nécessairement liées au sexe : femmes avorteuses et avortées, femmes infanticides, femmes prostituées, femmes adultères, femmes auteurs ou victimes d’un crime passionnel, représentent dans les « canards sanglants » du début du xixe siècle, puis dans la presse populaire, l’essentiel des archétypes et des représentations. De leur côté, les discours savants ne disent guère autre chose et lorsque la criminologie, autour des années 1880, se constitue en science positive, elle propose une lecture proche du « sens commun » : la déviance et la criminalité féminine relèvent de l’intime et de la nature des femmes8. L’activité des juridictions répressives, du tribunal de simple police à la cour d’assises, peut donner l’impression que le discours journalistique et le discours savant concourent à produire un effet d’optique identique : les mœurs, la maternité, la sexualité sont les ressorts d’une déviance spécifique et souvent criminalisée. Au début de la Troisième République, dans les procès pour outrage aux mœurs concernant plus particulièrement les rééditions ou réimpressions d’ouvrages érotiques, une affaire est très souvent mentionnée, car derrière un pseudonyme, Marc de Montifaud, se cache une femme, appelée la « dame Quivogne ». Ainsi, écrivent les moralistes, la dépravation et l’immoralité n’épargnent pas les femmes9. Condamnée à la prison et à une amende de 500 francs en décembre 1876 pour avoir donné une nouvelle édition de Lupanie, histoire amoureuse de ce temps attribuée à Corneille Blessebois, Marie-Amélie Quivogne de Montifand est à nouveau condamnée six mois plus tard pour les Vestales de l’Église10. Le jugement contient une morale : la déviance féminine, si la société des hommes n’y prend pas garde, est en train de faire la conquête de nouveaux territoires11 et rivalise avec la déviance masculine qu'elle risque de supplanter dans le domaine des atteintes aux mœurs12.

  • 13 Michelle Perrot, « L’affaire Troppmann (1869) », dans Les ombres de l’histoire. Crime et châtiment (...)
  • 14 Dominique Kalifa, L’encre et le sang. Récits de crimes et société à la Belle Époque, Paris, Fayard, (...)
  • 15 Voir notamment Christophe Charle, Le siècle de la presse (1830-1939), Paris, Le Seuil, 2004, p. 247 (...)

4C’est par l’entremise du roman, mais surtout de la presse, que les lecteurs entrés dans la « civilisation du journal », prennent connaissance de faits et d’événements minuscules, découvrent des gestes et des conduites, et s’approprient des images de personnages féminins qui ont transgressé les normes et les codes dominants de la société de leur temps. Soulignons toutefois qu’il importe de distinguer, du moins pour la période contemporaine, ouverte par la Révolution française, les « faits-diversiers » et les « tribunaliers ». Les premiers « cuisinent » les faits-divers afin de les rendre attractifs pour un vaste public, comme l’attestent à la fois le traitement de l’affaire Troppmann, en 1869, débutant par la découverte d’un cadavre féminin mis à la Une du Petit Journal13, et les « récits de crime » de la Belle Époque14. Les seconds sont chargés de suivre un procès et d’en rendre compte. Or le temps de la découverte d’un fait divers criminel, puis celui de l’enquête et enfin celui du procès, ne sauraient se confondre. Le plus souvent, ce sont des journalistes différents qui traitent chaque phase de l’information. L’impact des articles ou rubriques, auprès d’un lectorat estimé à un peu plus de 9 millions à la veille de la Première Guerre mondiale, ne saurait être le même15. Dans les deux premiers cas, le mystère, l’étrangeté et les techniques d’investigation sont privilégiés ; dans le dernier ; c’est bien le théâtre judiciaire qui est au cœur des comptes rendus. Pour le public, les femmes criminelles sont souvent dépeintes comme appartenant à un milieu plutôt aisé et leurs « mésaventures » s’apparentent à des drames mondains. A l’inverse, les crimes de grisettes ou de lorettes n’intéressent guère les journalistes de la presse à grand tirage. Sont retenues les femmes avenantes, aimant les toilettes, entretenant une correspondance aimable où le romanesque trouve à s’exprimer.

  • 16 Cesare Lombroso et Guillaume Ferrero, La Femme criminelle et la prostituée et la femme normale, Par (...)
  • 17 Henri Claude, Psychiatrie médico-légale, Paris, G. Doin, 1932, p. 138.

5Reste qu’il existe bien, dans la pratique des tribunaux, dans le traitement médiatique des faits divers et des procès, et dans la littérature scientifique, une déviance féminine spécifique. Dans les années 1890, pour César Lombroso et Guillaume Ferrero, la femme criminelle est d’abord une prostituée16. Elle s’oppose à la femme « normale », fille respectueuse, sœur prévenante, épouse dévouée, mère attentive, voisine serviable. Dans les années 1930, Henri Claude dévoile pour ses lecteurs l’existence de déviances féminines pratiquement inconnues et désormais pathologisées et criminalisées, comme « les sentiments de haine, de malignité, de jalousie, des mères pour leur gendre ou pour leur fille, [qui] procèdent ainsi de complexes sexuels variant à l’infini, ou bien de la notion plus ou moins consciente d’envie suscitée par la jeunesse, la beauté, le désagrément éprouvé dans le changement d’habitudes de vie, de partage de l’autorité, de l’affection ; toutes ces conditions aboutissent à une sorte de délire raisonnant de dépossession17 ».

  • 18 Camille Granier, La femme criminelle, Paris, O. Doin, 1906, 468 p. ; et Pauline Tarnowsky, Les femm (...)
  • 19 Sur la problématique de la justice et de l’espace public, voir le colloque de Montréal en mai 2009, (...)
  • 20 Voir notamment, Paul Dubuisson, « Les voleuses de grands magasins », Archives d'anthropologie crimi (...)

6Toutefois, ce sont les « crimes classiques » qui retiennent en général l’attention des contemporains, notamment à la veille de la Première Guerre mondiale : les avortements, les infanticides, les adultères et les drames passionnels18. Mises à l’honneur, ces « manifestations déviantes » sont placées sous les feux de l’actualité, occupent momentanément tout l’espace public disponible19, et occultent les manifestations plus ordinaires d’écart aux normes, de transgression ou d’infraction pénale. Ainsi, le contentieux relatif aux eaux-et-forêts est le plus important, en proportion, dans la première moitié du xixe siècle, et les femmes y occupent une place parfois équivalente à celle des hommes : elles se livrent au râtelage, au grappillage, au vol de petit bois, à toutes sortes d’illégalismes peu étudiés et le plus souvent ignorés. Ce sont donc bien, pour les hommes et les femmes du passé, comme pour ceux d’aujourd’hui, les gestes les plus spectaculaires qui retiennent l’attention. Les crimes des servantes, à quelques exceptions près, n’intéressent guère. Les vols dans les grands magasins captivent l’attention publique dans la seconde moitié du xixe siècle, avant de sombrer dans l’oubli, à l’exception de quelques cercles de spécialistes20. Les déviances des blanchisseuses, des loueuses de chaises, des couturières, des ouvrières de la métallurgie ou de l’industrie textile sont tout simplement oubliées. Il est vrai que les femmes traduites en justice n’ont pas fait l’objet de travaux aussi nombreux que ceux consacrés aux justiciables masculins. Certes les femmes représentent moins de 15 % de l’ensemble de la « délinquance » considérée dans son acception la plus large et moins de 4 % de l’ensemble de la population carcérale.

  • 21 Voir Frédéric Ocqueteau et Francine Soubiran-Paillet, « Champ juridique, juristes et règles de droi (...)
  • 22 Ce qui n’est pas le cas des études québécoises, ainsi la revue Criminologie publiait dès 1983 un do (...)
  • 23 Voir toutefois pour le xixe siècle Odile Krakovitch, Les femmes bagnardes, Paris, Perrin, 1998 [199 (...)
  • 24 F.-L. Mary, Femmes, délinquances et contrôle pénal. Analyse socio-démographique des statistiques ad (...)
  • 25 Voir en particulier Dominique Fougeyrolas-Schwebel, Maryse Jaspard, « Violence envers les femmes : (...)
  • 26 Cécile Dauphin, Arlette Farge (dir.), De la violence et des femmes, Paris, Albin Michel, « Biblioth (...)
  • 27 Voir en particulier Claude Faugeron et Noëlle Rivero, Femmes libérées sous condition : étude des do (...)
  • 28 Mentionnons toutefois, même s’il ne s’agit pas d’un travail qui s’inscrit dans une perspective hist (...)

7L’historiographie française relative au « champ juridique21 » ou au « champ judiciaire » compte finalement peu d’ouvrages ou d’études sur la différence des sexes22. De même les travaux sur le « châtiment pénal » comme l’emprisonnement, la relégation, la peine de mort, sans oublier le recours en grâce, restent peu nombreux23. Les études portant, par exemple, sur la « domination masculine », et montrant que la mansuétude des juges à l’égard de certaines conduites est relativement grande, alors que la répression peut se montrer particulièrement sévère à l’égard de certains actes qualifiés de délits ou de crimes, n’ont guère été approfondies ou renouvelées24. Il y a davantage de travaux sur la justice de classe ou la justice des « bienpensants » que sur la justice sexuée. Les recherches sont plus nombreuses sur les violences faites aux femmes25 ou sur les « violences féminines26 » que sur la justice répressive et les femmes27, sans oublier le vaste territoire relevant de la justice coloniale28.

  • 29 Robert Cario, Les femmes résistent au crime, Paris, L’Harmattan, 1997, 191 p. ; Colette Parent, Fém (...)
  • 30 Christine Bard et al. (dit.), Femmes et justice pénale, op. cit.
  • 31 L’une des rares exceptions est l’article « Femmes », dû à Anne Boigeol, qui analyse surtout la fémi (...)

8Tout se passe un peu comme si le passage de l’histoire des femmes à l’histoire du genre s’était accompagné d’un désintérêt, en dehors des approches plus strictement criminologiques29, pour l’institution judiciaire. Le colloque d’Angers de 2001 organisé par l’Hires et le Gerhico, introduit par Michelle Perrot, est la première grande manifestation scientifique, en France, sur le thème de la justice et des différences de sexe30. Par la suite, ce sont plutôt des études isolées qui ont été proposées, articles ou chapitres de thèse, mais la vie scientifique n’enregistre guère de synthèse partielle ou de réalisations collectives31. Dans les universités et les établissements d’enseignement supérieur, tout se passe comme si l’histoire du genre ne parvenait pas, pour la période contemporaine, à s’attacher à la justice. En effet, le déficit des études est criant en ce qui concerne les figures de femmes déviantes au sein des justiciables, ou le traitement différentiel des infractions commises par des femmes en comparaison avec les hommes, ou encore les ambivalences de la répression pénale en fonction du sexe des acteurs.

  • 32 Anne-Marie Sohn, « Chronologie et dialectique entre féminin et masculin », dans Luc Capdevila, Soph (...)
  • 33 Voir notamment la troisième partie du présent ouvrage.

9Dans un autre registre, relatif au genre face aux mutations, Anne-Marie Sohn concluait que « les relations entre les sexes sont in fine moins affectées par les événements de court terme que par les mouvements de longue durée, souterrains et souvent ignorés des acteurs sociaux32 ». Et on peut se demander, en changeant d’échelle, si la déviance et le crime, à l’instar des conflits armés, ne réactivent pas la division sexuelle, en favorisant les actions d’une partie de la gent masculine visant à « une domination sans partage ». De la sorte, si la justice montre parfois, à travers les affaires instruites et jugées, des variations en fonction des identités sexuelles, elle renforce aussi les stéréotypes et la différence des sexes. Si certaines femmes victimes ou criminelles sont érotisées pour mieux correspondre aux attentes masculines, à l’instar de Madame Steinheil, d’autres sont masculinisées, surtout si elles concurrencent certains hommes dans des domaines qui leur semblent réservés, comme celui de l’argent et des affaires33.

  • 34 Voir Pierre-R. Lévy-Falco, L’évolution de la capacité juridique de la femme dans la France contempo (...)

10Dans cette perspective et dans ce contexte, le présent ouvrage collectif entend permettre de prendre la mesure des travaux en cours et des problématiques adoptées. Nul doute que les sciences humaines peuvent apporter beaucoup, à la fois en études empiriques, mais aussi en études critiques permettant l’élaboration de paradigmes efficients. On le sait, le Code civil, éclairé par nombre de travaux de juristes et d’historiens, a écarté les femmes de la vie publique, les plaçant sous l’autorité du père ou du mari34. Le Code pénal et le Code d'instruction criminelle reconnaissent, en revanche, leur pleine responsabilité, sauf bien sûr pour les femmes qui relèveraient de l’article 64 du Code pénal.

  • 35 Georges Claretie, Drames et Comédies judiciaires, Paris, Berget-Levrault, 1910, p. 48.
  • 36 A. Bérard des Glajeux, Souvenirs d’un président d’assises, Paris, Plon, 1892, p. 151.

11C’est donc dans cet espace particulier que s’inscrivent les femmes déviantes comme les femmes victimes, souvent glorifiées dans leur rôle de mère et d’épouse. Aussi un acte qui contredit ces représentations ne les écorne-t-il pas ; bien au contraire, il apparaît incongru et les conforte. Ainsi, « on pouvait penser qu’une femme qui avait eu l’abominable courage d’accomplir un pareil forfait montrerait de l’énergie à l’audience. Ce crime sauvage, en effet, n’a rien de féminin35. » De même, disent les acteurs de la justice, les femmes qui se retrouvent dans le box des accusés n’ont pas le même comportement que les hommes. Un président d’assises écrit en effet que « peu de femmes ont le tempérament de la Cour d’assises : ou elles avouent tout et s’effondrent, où elles nient tout et s’enraidissent ; elles se défendent en lionnes, quand elles ne se laissent pas égorger comme des brebis36 ». Si l’on se contente du prisme déformant des assises, il n’existe pas, indépendamment de la nature du crime ou des circonstances, de demi-mesure. Mais d’autres affaires montrent que les représentations que les jurés ou la magistrature masculine pouvaient se faire du sentiment maternel, ou des devoirs et de la place des épouses, ont des effets réels sur les décisions judiciaires. Ainsi en 1898, lorsque les mauvais traitements à l’égard des enfants entrent dans la législation, la presse donne des portraits de marâtres et de mères monstrueuses en oubliant les pères tortionnaires. De la sorte, c’est bien la figure de la mauvaise mère qui s’impose, alors que le père incestueux, s’il est parfois traduit en justice, n’est pas une figure majeure de la criminalité masculine.

  • 37 Gina Lombroso, L’Âme de la femme, trad. François Le Hénaff, Paris, Payot, 1923, 318 p. ; rééd. Payo (...)
  • 38 Gina Lombroso, La femme aux prises avec la vie, Paris, Payot, 1926,282 p. ; La femme dans la sociét (...)
  • 39 Voir par exemple Jean Pinatel, Précis de science pénitentiaire, Paris, Sirey, 1945, p. 228.

12Au bout du compte, les femmes criminelles et déviantes apparaissent d’autant plus inquiétantes, à l’instar des sœurs Papin, qu’elles sont rares. La seule présence de femmes semble attiser l’angoisse et constituer un terrible danger : celui de la dissolution. Gina Lombroso, la fille du célèbre criminologue « positiviste », publie en 1923 un ouvrage intitulé L’Âme de la femme, qui affirme que les femmes n’ont pas de comportements antisociaux et se tiennent éloignées de la politique37. Deux autres livres suivront38, mais c’est bien le premier, complété d’une centaine de pages en 1929, qui devient une référence pour une partie des criminologues39.

13Pour aborder l’ambivalence des femmes en justice, trois entrées ont été retenues. La première s’intéresse plus particulièrement aux victimes, la deuxième aux incertitudes de la responsabilité pénale et la troisième à des figures de femmes à la fois déviantes et héroïsées.

Impossibles victimes

  • 40 Benoît Garnot (dir.), Les victimes, des oubliées de l’histoire ?, Rennes, PUR, 2000, 535 p. ; voir (...)
  • 41 Philippe Robert et Michelle Perrot (dir.), Compte général de l’administration de la justice crimine (...)
  • 42 Ambroise Tardieu, Les attentats aux mœurs, Grenoble, Éd. Jérôme Millon, 1995, [1857], p. 96.
  • 43 Anne-Marie Sohn, « Les attentats à la pudeur sur les fillettes et la sexualité quotidienne en Franc (...)
  • 44 Georges Vigarello, Histoire du viol, Paris, Le Seuil, « L’Univers historique », 1998, p. 236-237.
  • 45 Christelle Hamel, « “Faire tourner les meufs”. Les viols collectifs : discours des médias et des ag (...)
  • 46 Voir aussi sa thèse, Nécessité et honneur. Violences quotidiennes, violences criminelles à Marseill (...)

14Pendant longtemps, les victimes n’ont guère intéressé la justice40. Tandis que la question des « mesures du crime », de la criminalité et de l’activité des tribunaux se pose très tôt, et fait l’objet d’une publication annuelle de la Chancellerie (le Compte général de l’administration de la justice criminelle41), le dénombrement des victimes n’est pas une préoccupation des autorités pénales et des services de la statistique judiciaire. Avant le milieu du xxe siècle, elles sont le plus souvent considérées comme des personnages encombrants ou peu recommandables. Les femmes victimes, parce qu’elles sont femmes et victimes, apparaissent doublement suspectes. Citons par exemple Tardieu, l’un des « experts du corps » les plus célèbre du Second Empire, qui veut se faire l’écho des questions que les jurés, les magistrats et les avocats se posent : « un seul homme peut-il violer une femme qui résiste42 ? ». L’interrogation laisse entendre qu’il y a une part de complaisance chez la victime d’une violence sexuelle, fût-elle une gamine43. Un tel point de vue, largement partagé44, demandera de nombreuses décennies avant de se dissiper, sans toutefois disparaître45. Au xixe siècle, la « souillure » faite aux femmes a du mal à être portée en justice et à trouver les mots pour se dire. L’exemple provençal mis en perspective par Céline Régnard-Drouot, le montre avec force46. Les mots, les ellipses, le vocabulaire, la suspicion contribuent à construire des « récits de la honte ».

  • 47 Henri Ellenberger, « Relations psychologiques entre le criminel et la victime », Revue internationa (...)
  • 48 Léon Rabinowicz, Le crime passionnel, Paris, Librairie des sciences politiques et sociales, 1931, p (...)

15Si Lombroso s’est attaché au criminel-né, voire au pauvre-né, il n’a pas proposé à ses pairs la catégorie de victime-née. Pour autant cette dernière fera une apparition dans la production savante puisque des auteurs considèreront que certaines personnes, dont une grande proportion de femmes, présentent des prédispositions à devenir victimes47. Un certain nombre d’observateurs et d’experts insistent sur le fait que les relations entre les victimes et leurs agresseurs sont pour le moins ambiguës. La victime immaculée est un mythe, affirment-ils. Dans les années 1930, Léon Rabinowicz écrit que, dans le cadre des crimes passionnels, présentés comme un glissement progressif, la plupart des épouses ou des maîtresses qui ont échappé à la mort ou aux coups, pardonnent à celui qui avait tenté de leur ôter la vie et restent en ménage avec lui48. Ces femmes victimes ne se considèrent pas comme telles. Dans d’autres circonstances, elles n’apparaissent pas innocentes et ont contribué au malheur qui les frappe. L’étude des rumeurs ordinaires peut prolonger ces aspects et apporter beaucoup. Devenues la cible de bruits qui courent, des épouses, des veuves, des jeunes filles ou des femmes célibataires sont soupçonnées d’être les auteurs d’un acte criminel. Il suffit parfois d’un geste un peu leste, d’un propos qui s’affranchit des normes usuelles pour transformer le soupçon en certitude jusqu’au moment où la justice officielle apportera éventuellement un démenti. Ainsi, dans le Bordeaux de la Belle Epoque, comme le montre Céline Bertrand, une épouse placée au centre des commérages, puis de la suspicion publique, est bien victime de la rumeur.

  • 49 Étienne De Greeff, Amour et crimes d’amour, Bruxelles, C. Dessart, 1973 [1941], 322 p.
  • 50 Hans Von Hentig, The Criminal and his victim : studies in the sociology of crime, New Haven, Yale U (...)
  • 51 Benjamin Mendelsohn, « La victimologie », Revue internationale de criminologie et de police techniq (...)

16L’un des grands maîtres de la criminologie internationale, Étienne De Greeff distingue deux situations dans les crimes d’amour. La première, celle qui nous intéresse, vise à transformer la victime en personnage abstrait qui devient une sorte « d’abstraction responsable49 ». La victime est métamorphosée en un autre lointain avec lequel on ne veut rien partager. Les premières études d’ensemble sur les victimes, essayant de rassembler les données éparses, de les regrouper et de leur donner du sens, sont relativement récentes et datent des années immédiates d’après-guerre. En effet, en 1948, aux États-Unis, von Hentig publie The criminal and his victime50. Il met en centre de son analyse les relations particulières qui préexistent au crime, entre les criminels et les victimes. De la sorte, les crimes conjugaux, mais pas seulement, trouvent cohérence et régularité. Benjamin Mendelsohn est considéré comme le véritable fondateur de la victimologie, qui a donné lieu à une abondante production depuis le milieu des années 198051.

  • 52 Albert Bataille, Causes criminelles et mondaines, Paris, E. Dentu, 1883, p. 162-174.

17En revanche, au xixe siècle, les femmes victimes n’ont pas donné lieu à des analyses d’ensemble. Le plus souvent ce sont des comptes rendus sensationnels ou compassionnels qui présentent des fillettes ou des jeunes filles qui ont trouvé la mort. Lorsqu’il s’agit d’adultes, le regard change, et les spécialistes des tribunaux choisissent quelques cas, à la fois pour faire frissonner le lecteur et pour aiguiser la réflexion sur les victimes qui sont aussi des criminelles en puissance. Peu importe que les cas présentés soient représentatifs, seuls comptent les effets de réel induits par la présentation régulière d’affaires du même type. En 1883 par exemple, dans l’eau d’une rivière bretonne, Le Couët, le corps d’un homme coupé en morceaux est retrouvé. Arrivé sur les lieux, le juge d’instruction déclare que l’assassin est une femme car chaque sac contenant des fragments humains était « soigneusement cousu ». De fait, l’auteur du dépeçage est une femme victime de son mari alcoolique, vivant dans des conditions misérables ; elle a trouvé la force nécessaire pour le tuer et le découper52. D’autres formes extrêmes de déviance comme le parricide rejoignent, dans les analyses, ce fait divers, et posent la question, d’un point de vue souvent clinique, des situations pré-criminelles.

18Quelques auteurs soulignent qu’il existe des crimes sans victimes ou encore de mauvaises victimes. Étudiant les mauvaises victimes dans la Gazette des tribunaux, le plus important périodique judiciaire du xixe siècle, fondé en 1825, Anne Durepaire montre bien comment les auteurs anonymes de comptes rendus ou de rubriques diverses, proches des faits-divers, construisent cette catégorie singulière. Pour tenir à distance certains comportements et les transformer en une « entité nosographique » juridique ils inventent par exemple la « séduction dolosive ».

  • 53 Sur ce terrain, voir aussi Laurence Montel, « L’enquête judiciaire face au crime organise à Marseil (...)

19Assurément, les prostituées relèvent bien de la catégorie des mauvaises victimes. Elles incarnent par excellence, nous l’avons vu plus haut, la déviance et la criminalité féminine. Deux éclairages, très différents et complémentaires, permettent, au-delà des discours moralistes et savants des débuts de la Troisième République, d’en prendre la mesure. Claire Barillé et Sandie Servais prennent comme terrains d’observation l’infirmerie de Saint Lazare, crée en 1836 et destinée à recevoir les prostituées officielles et l’hôpital parisien des Vénériennes de Lourcine-Broca. Elles y suivent des trajectoires et s’interrogent sur les « oubliées de la civilisation » qui passent alternativement du statut de prisonnières à celui de malades. Vers 1900, une partie de l’opinion publique et des responsables des politiques de santé se demandent s’il n’est pas préférable de guérir en sollicitant le concours des filles vénériennes plutôt que de les « parquer » dans des hôpitaux ou des quartiers spécifiques. Pour autant, le consensus n’existe pas. L’hôpital ne risque-t-il pas d’être un lieu de débauche si les malades vénériennes ne sont pas isolées ? Pour d’autres, au contraire, il s’agit d’humaniser les conditions de vie des malades et de s’assurer que l’hôpital où l’on reçoit des « soins éclairés » peut devenir aussi un lieu de rédemption. Laurence Montel s’attache, quant à elle, à l’exemple marseillais. Elle revient sur la notion de victimisation, suit ses contours incertains et mouvants et offre ainsi une analyse pertinente d’une situation complexe. Pour cela, il convient tout d’abord de déjouer les discours, tant les propos à l’égard des prostituées ne s’embarrassent guère de nuance. Plutôt que d’étudier les représentations journalistiques ou les images colportées par les récits romanesques, Laurence Montel entend analyser les textes réglementaires et législatifs. L’ensemble de ce dispositif montre que le « législateur » est de plus en plus prolixe, contribuant ainsi à construire la figure collective des prostituées coupables. Toutefois, en changeant d’échelle, et en s’attachant à l’exemple marseillais et aux pratiques répressives53, il semble bien que la prostituée des années 1930 ne ressemble plus, auprès des autorités, à celle des années 1840. Si les prostituées restent les « cibles » privilégiées de la répression, la progressive criminalisation du proxénétisme contribue à modifier les perceptions et à faire une place à la « victimisation ». Pour autant les « victimes » ne forment pas une catégorie unique, puisque la « victime consentante » côtoie la « victime innocente ».

20Dans un autre registre et dans d’autres situations, il est possible aussi d’être victime deux fois. Lorsque l’auteur de violences sexuelles est traduit en justice et, dans les cas graves, emmené dans le box des accusés, sa victime doit se présenter devant lui. Cette situation représente déjà une forme manifeste de violence. Plus la victime est vulnérable et plus la violence de la comparution semble insupportable. Ces aspects sont souvent bien rendus par la caricature, comme le souligne Solange Vernois. Un artiste majeur, Jean-Louis Forain, et un écrivain de renom, Huysmans, dressent le portrait d’un monde désenchanté dans lequel nulle harmonie ne se devine et où les filles et les femmes défavorisées par la fortune et le destin semblent condamnées à l’avance.

Les incertitudes de la responsabilité pénale

  • 54 Voir Jean-Clément Martin, La Révolte brisée : femmes dans la Révolution française, Colin, 2008, cha (...)

21Envisageant les femmes non plus comme victimes mais comme délinquantes ou criminelles, exposées au jugement et à la sanction pénale, les contributions de la deuxième partie s’articulent autour du processus répressif lui-même, dont elles montrent les hésitations et les ambiguïtés spécifiquement liées au genre. Celles-ci doivent bien sûr être mises en relation avec le problème que pose la responsabilité juridique des femmes au cours d’un long xixe siècle où leur statut civil et civique les infériorise explicitement. En grande partie exclues, au sortir de la Révolution, de l’individualisme libéral et de la citoyenneté – hormis peut-être sous une forme strictement « matrimoniale54 » –, les femmes ne devraient-elles pas, logiquement, être exemptées de la répression pénale, ou du moins faire l’objet, comme les enfants, de dispositions spécifiques, voire d’une justice à part (comme les enfants en ont une à partir de 1912) ? Ne sont-elles pas elles aussi des mineures, dont le « discernement » est sujet à débat ? Or, bien au contraire, la femme n’est, au moins théoriquement, l’égale de l’homme que lorsqu’il s’agit de répondre de ses actes et d’encourir le châtiment ; elle peut même, selon le Code pénal de 1810, être plus responsabilisée encore, en matière d’adultère notamment, au nom d’une « double morale sexuelle » qui fait peser plus de devoirs sur les femmes, considérées comme des épouses et mères avant tout.

22L’État et la société du xixe siècle contournent cette contradiction plutôt qu’ils ne la résolvent, à travers toutes sortes de mécanismes qui, dans la pratique, permettent d’estomper ou de minorer l’embarrassante responsabilité féminine. Ainsi, la déviance des femmes est d’abord moins visible, plus souvent ignorée ou non-enregistrée, dans les archives du maintien de l’ordre ou de la surveillance. Quand elle ne peut être tue, elle est moins souvent poursuivie, moins sévèrement qualifiée ou punie que la déviance masculine, et les rares exceptions confirment surtout la règle. En quelque sorte, les institutions répressives rétablissent de facto l’inégalité fondamentale des sexes, mais cette faveur faite aux femmes est aussi une manière, et sans doute la plus radicale, de confirmer leur exclusion ou leur subordination. Dès lors, l’étude de la responsabilité, loin d’être une question « technique » à abandonner aux juristes, apparaît bien comme une entrée pertinente dans le système de normes et de valeurs d’une société. Si c’est une bonne manière de tester ce système, de percevoir ses failles et de suivre son évolution, encore faut-il bien sûr aller au-delà des seuls discours, saisir les institutions en action, aux prises avec les obstacles que le réel oppose au symbolique. C’est bien le programme que se donnent ici les auteurs, sur des terrains très différents.

  • 55 On se reportera plus largement à sa thèse : Laurence Guignard, Juger la folie. Lajusticepénale et l (...)

23La contribution de Laurence Guignard ouvre cette partie en abordant de front la question de « l’irresponsabilité pénale féminine », à propos de la folie et de l’application de l’article 64 du Code pénal entre les années 1820 et les années 186055. Non que toutes les femmes inculpées de crime soient déclarées irresponsables, loin de là, mais le soupçon et l’examen, pour elles, sont plus fréquents, confirmant le lien privilégié fait a priori entre « sexe faible » et aliénation mentale, et la préférence pour l’asile sur la prison de femmes. L’analyse des dossiers et des décisions de cours d’assises va pourtant plus loin : elle montre que le soupçon de folie entraîne des conséquences bien distinctes selon le profil de l’accusée. Une indulgence spécifique n’est guère acquise qu’à des femmes mariées et qui ne transgressent pas dangereusement le « rapport de genre », autrement dit l’autorité masculine. Finalement, ce n’est pas tant la folie elle-même qui s’impose dans le traitement judiciaire des femmes qu’une faiblesse ou une fragilité dont témoigne le triomphe du « crime passionnel » à la fin du siècle, et avec lui une solution médiane du problème de la responsabilité féminine, passant par un renvoi plus fréquent aux tutelles sociales ordinaires, lorsqu’elles paraissent opératoires.

  • 56 Voir notamment La Guerre du blé : la critique populaire contre le libéralisme économique au xviiie  (...)
  • 57 Voir l’essai de Catherine Dhaussy, « Les émeutières et leurs juges : pour une perspective comparati (...)

24Victimes ou coupables, mineures sous influence ou monstres pousse-au-crime ? La même question traverse les études que consacrent François Jarrige aux ouvrières en châles révoltées contre les « mécaniques » à Paris en 1831, et Quentin Deluermoz aux communardes. La part des femmes dans la déviance socio-politique, sans être ignorée, reste pourtant moins connue, en partie sans doute en raison du problème aigu quelle pose aux institutions répressives. En matière de sédition, la minorité féminine est en effet redoublée par l’exclusion politique. N’étant pas incluses dans le corps civique, pas même dans l’horizon du suffrage universel tel que le xixe siècle l’hérite de la Ire République, comment les femmes pourraient-elles accéder au statut de délinquant « politique » – cette catégorie bien distincte du « droit commun », au moins jusqu’au Second Empire ? De fait, si la présence féminine dans l'« émotion » populaire est largement attestée, et même parfois sans doute majorée, en particulier dans les troubles frumentaires si fréquents sous l’Ancien Régime (et jusqu’au milieu du xixe siècle), leur rôle précis dans ce type d’émeute n’est pas si clairement établi et fait l’objet de débats persistants56. L’incertitude à ce sujet n’est sans doute pas sans rapport avec le dimorphisme sexuel de la répression des individus impliqués dans ces luttes – encore l’indulgence spécifique dont bénéficieraient les femmes a-t-elle pu être remise en question, au moins dans le cadre britannique57.

  • 58 Yannick Ripa, Les Femmes, Paris, Le Cavalier bleu, « Idées reçues », 2002, 4e partie : « Les femmes (...)
  • 59 Bernard Ménager, Les Napoléon du peuple, Paris, Aubier, 1988, chap. II

25On sait l’extrême difficulté qu’ont eue en France les femmes à accéder au discours puis à la représentation politique ; à quel point leur exclusion de l’ordre démocratique, « produite plus qu’énoncée » (Geneviève Fraisse), a pesé, et pèse encore au début du xxie siècle, entretenue par l’assertion selon laquelle « la politique n’intéresse pas les femmes58 ». De fait, entre les révolutions et en dehors des conjonctions émeutières, la part des femmes dans l’expression « séditieuse » ordinaire, ou dans la conversation politique plus largement, apparaît bien faible. Bernard Ménager ne relevait par exemple que 4 % de femmes parmi quelque 1 500 individus inculpés pour bonapartisme sous la Restauration59. Cette rareté n’est toutefois jamais une absence totale et trahit une sous-estimation patente, qu’expliquent les catégories de perception à l’œuvre, qui postulent le désintérêt ou plus encore l’incompétence. Partie prenante de la vie et de la sociabilité des hommes, les femmes ne sont évidemment pas incapables de participer à la discussion politique, comme d’ailleurs à la conspiration ou à la contestation, mais seules certaines conjonctures exceptionnelles permettent réellement de s’en rendre compte. L’« émeute en jupons » qui agite le quartier Montmartre en septembre 1831, quelques semaines avant la révolte autrement plus grave des canuts de Lyon, ou bien sûr la Commune de Paris, quarante ans plus tard, sont des « brèches » de ce type.

  • 60 Voir la présentation synthétique de Michèle Riot-Sarcey, Histoire du féminisme, Paris, La Découvert (...)
  • 61 François Jarrige, Au temps des « tueuses de bras ». Les bris de machines et la genèse de la société (...)

26D’intensité et de portée bien inégales, les deux événements se situent néanmoins dans des contextes comparables de retour à l’ordre et de répression politique et sociale. Pour les femmes, chacune des révolutions qui se sont succédées depuis 1789 a été l’occasion d’une prise de parole inédite et d’une ouverture provisoire des possibles, qu’a suivi un « retour de bâton » plus ou moins rapide et brutal60. C’est le cas, sur un mode relativement mesuré, après la révolution de 1830 et l’irruption d’un féminisme romantique et socialiste sans grande portée politique immédiate. Le contexte insurrectionnel, particulièrement sensible dans le cœur du Paris ouvrier, contribue pourtant à politiser et à dramatiser la protestation des ouvrières victimes des « tueuses de bras61 », susceptibles de devenir, plus ou moins sciemment, les porte-parole d’une révolte sociale plus ample. Ce climat contribue à expliquer une ferme répression policière, qu’accompagne la disqualification symbolique de la sédition féminine où se mêlent la dérision, la pitié sexiste pour l’ouvrière – « mot impie... » – et la hantise plus sourde que suscite le spectre de la « femme émeute ». On retrouve cette ambiguïté, entre compassion et souci de remettre les femmes à leur place, au moment où les jeunes femmes « meneuses » du mouvement comparaissent devant le tribunal correctionnel.

  • 62 Récemment, par exemple, par Jean-Claude Caron dans Les Feux de la discorde. Conflits et incendies d (...)
  • 63 Cette étude s’inscrit dans le prolongement de son travail de thèse : Quentin Deluermoz, Les policie (...)
  • 64 Voir la récente mise en perspective de cet interdit par Geneviève Pruvost en introduction de son li (...)

27La violence de la répression et de la relégation politique et symbolique, est, on le sait, d’une tout autre ampleur en 1871. Si le sort des « communeuses » et l’érection de la fantasmatique « pétroleuse » en repoussoir hideux de la civilisation, ont déjà été bien étudiés62, Quentin Deluermoz apporte ici une contribution originale à la connaissance de cette répression, et des préjugés qui la soutiennent, à travers l’analyse de riches archives judiciaires, celles des conseils de guerre bien sûr, mais aussi des sources correctionnelles moins connues63. L’examen des dossiers concernant des femmes – il y en a plus de mille au total – est fort instructif. Il permet d’une part de préciser les formes, ainsi que les limites, de la participation féminine à l’insurrection ou à l’espace public communard ; il aboutit également à la mise en évidence d’une répression judiciaire à deux vitesses, entre un petit nombre de militantes lourdement sanctionnées pour avoir bafoué tout à la fois l’ordre social et le partage des genres, qui proscrit sévèrement le port d’arme féminin64, et un plus grand nombre de cas pour lesquels la clémence est la règle. Cette « mise à l’écart » des communardes anonymes tient toutefois bien plus de l’exclusion symbolique et du déni d’autonomie que de l’absolution civique ; c’est l’impossibilité, ou du moins l’improbabilité, du crime politique féminin, que sanctionne cette indulgence fortement empreinte de mépris pour la femme en quête de liberté.

  • 65 Jean-Claude Farcy, L’histoire de la justice française de la Révolution à nos jours, Paris, PUF, 200 (...)
  • 66 Voir leurs contributions dans Christine Bard et al. (dir.), Femmes et justice pénale, op. cit., 1re(...)
  • 67 Dans la seconde moitié du siècle, trois-quarts des condamnés pour le « crime des crimes » (dont les (...)

28Les contributions suivantes évoquent une criminalité féminine qui a pour cadre le cercle familial ou privé, plus fréquente et relativement mieux connue65, en dépit du poids persistant de l’arrangement infrajudiciaire, en particulier dans le monde rural. L’apparente progression de l’infanticide – en réalité plutôt une intolérance croissante à la suppression de l’enfant non désiré – a notamment donné lieu à de belles études, comme celles d’Annick Tillier sur la Bretagne et de Sylvette Dupont-Bouchat sur la Belgique66. Préparant une thèse sur les femmes criminelles en Charente-Inférieure au xixe siècle, Caroline Campodarve revient ici sur les « mauvaises mères » traduites devant la justice, en l’occurrence les assises de Saintes. Au-delà de la détresse des filles-mères, voire des épouses adultères, qui rencontrent parfois l’indulgence des jurés à défaut de la compassion de l’entourage, son étude s’élargit à une figure nouvelle et montante de l’imaginaire social et si l’on peut dire légal, la mère indigne, qu’on dirait aujourd’hui maltraitante. Cette nouvelle sensibilité à la responsabilité parentale, dont Sylvie Lapalus a montré qu'elle entraînait un retournement, après 1850 ou 1860, du jugement porté sur les parricides67, ne touche évidemment pas que les mères, d’autant plus que les dévoiements de la maternité paraissent toujours plus difficiles à concevoir ou à traiter que les abus du père.

  • 68 Voir Fabienne Giuliani, « Monsters in the Village ? Incest in Ninetheenth Century France », Journal (...)
  • 69 Michelle Perrot, Les Femmes ou les Silences de l’histoire, Paris, Flammarion, 1998, 509 p.

29À cet égard, il faut un courage certain pour aborder cette question majeure qu’est l’inceste, surtout féminin, comme le fait Fabienne Giuliani dans une contribution issue d’un travail de doctorat sur les relations incestueuses au xixe siècle68. Il s’agit en effet d’un sujet d’autant plus délicat, pour l’historien, que le poids du tabou social ne peut qu’alourdir le silence des sources auquel se heurte l’histoire des femmes et du genre en général69. La chercheuse, ici plus encore qu’ailleurs, doit se montrer capable d’« inventer » judicieusement sa documentation, et de traquer ce qui se dit, malgré tout, sur l’indicible, quand il n’est plus possible d’occulter un phénomène dont l’existence, sinon la fréquence, n’est évidemment pas douteuse. Ce travail, qui explore la littérature médico-légale comme diverses sources judiciaires, permet ainsi d’esquisser les traits d’une féminité incestueuse, qu'elle implique des mères violant leur enfant, ou des sœurs s’unissant à leur frère. Il conduit aussi à s’interroger, non seulement sur le poids des représentations, mais aussi sur l’inscription du crime dans l’histoire même de la nation, à travers la figure de Marie-Antoinette, accusée retournée en victime par l’excès même de la stigmatisation qu'elle subit, et capable au final de « protéger » durablement toutes les mères « dénaturées ». Cette ombre portée de la reine humiliée, sur un xixe siècle travaillé par le désir de restaurer un ordre familial, et national, profondément ébranlé par la Révolution, contribue à renforcer ainsi le doute et la discrétion à l’égard de ces conduites interdites.

  • 70 Robert Ilbert et Ilios Yannakakis (dir.), Alexandrie 1860-1960. Un modèle éphémère de convivialité. (...)
  • 71 On pense, à ce sujet, à l’étude de Christelle Taraud sur le Maghreb, La prostitution coloniale : Al (...)

30Amal Hachet, psychanalyste et chercheuse en psychopathologie clinique, nous entraîne enfin vers une forme de criminalité plus exceptionnelle encore, mais mieux documentée, à travers l’étude du cas retentissant des sœurs Raya et Sekina, accusées d’une impressionnante série de meurtres commis à Alexandrie, dans une Égypte en crise économique et politique, au lendemain du premier conflit mondial. Le cadre sordide de cette hécatombe, dont les victimes – comme c’est souvent le cas – sont des femmes et le plus souvent des prostituées, n’évoque que de très loin ce « modèle de convivialité » cosmopolite que constitue le port égyptien à l’époque coloniale70. C’est plutôt dans son envers interlope et misérable, dans ses bas-fonds71, que se noue le « destin » criminel des deux sœurs, femmes soumises, complices de leurs maris, sans qu’au demeurant la responsabilité des uns ou des autres puisse être entièrement dégagée. « Interculturelle », c’est-à-dire anti-culturaliste, l’analyse psychologique souligne pourtant l’intérêt d’une contextualisation fine de la « pulsion agressive » qui ne signifie pas qu’une conjoncture expliquerait tout, mais qu’il faut s’efforcer d’inscrire le diagnostic dans une configuration sociale précisément définie. Il y a là une invitation à un dialogue interdisciplinaire dont l’histoire de la criminalité a d’ailleurs souvent été un support privilégié.

31L’ambivalence des femmes en justice ressort donc clairement de ces études, et avec elle l’impossibilité de voir la femme accéder à un statut de sujet à part entière, pleinement comparable à celui des citoyens-justiciables de sexe masculin. Victimes, elles sont rarement exemptes de responsabilité dans leur sort ; coupables, elles le sont souvent sur un mode mineur, propice à une forme d’éviction de leur cas, à moins qu’elles ne soient, dans certains cas-limites, désignées comme « monstres », ce qui ne les intègre pas davantage à l’universalité des sujets de droit. On passe alors, parfois sans transition, du silence à l’injure, de l’indulgence à la cruauté, le plus difficile étant toujours d’affronter à découvert l’ambiguïté et le doute. Toutefois, on ne saurait s’en tenir à ce constat, car au-delà du cadre judiciaire, le jugement social est rarement monolithique ou immuable : la monstre peut devenir héroïne, l’exception peut devenir emblème, au fil des interprétations et des appropriations. Le regard sur certaines femmes déviantes ou criminelles témoigne alors du recul progressif des certitudes comme des processus d’exclusion.

Femmes déviantes ou figures héroïques ?

  • 72 Voir Pierre Centlivres, Daniel Fabre, Françoise Zonabend (dir.), La Fabrique des héros, Paris, Éd. (...)

32Dans la troisième partie du livre, les représentations et le traitement médiatique de la criminalité ou de la délinquance féminine passent au premier plan, même si le procès pénal reste la toile de fond ou le point de départ des recherches. Les femmes ici réunies le sont en effet d’abord pour avoir eu affaire avec la justice, qu’elles soient accusées de meurtre, d’escroquerie, de vol, d’espionnage ou d’un délit politique. Elles ont presque toutes été reconnues coupables, avec des conséquences variables, allant de l’acquittement étonnant de Mme Caillaux jusqu’à l’exécution cruelle de Mata Hari. Mais leur statut ici n’est pas seulement celui d’accusée ou de femme déviante : à travers l’attention dont elles font l’objet et la célébrité plus ou moins durable qu’elles acquièrent, elles deviennent des figures singulières et exemplaires, des « cas » qui suscitent, parfois indéfiniment, le débat, ou le remords. Connues ou méconnues, voire anonymes, comme la plupart des voleuses saisies dans la presse locale du Poitou de l’entre-deux-guerres, elles sont entrées dans un imaginaire collectif qui ne fait dans l’ensemble guère de place aux femmes réelles, en dehors de quelques rôles bien circonscrits72. Plus souvent encore que pour les hommes, c’est par effraction que les femmes peuvent se faire une place dans la mémoire collective, par une transgression spectaculaire des règles, d’autant plus féconde que leur statut ambigu devant les institutions répressives tend à laisser ouverte, pendante, la question de leur culpabilité.

  • 73 Guillaume Mazeau, « Le procès Corday : retour aux sources », Annales Historiques de la Révolution f (...)

33Souvent considérées comme des victimes, voire comme des martyres, autant que comme des criminelles, elles ont pu être à divers titres héroïsées, qu’on donne à ce terme son sens le plus fort – celui de susciter l’admiration – ou le sens plus faible qu’il prend de plus en plus à l’époque contemporaine – celui de focaliser un récit, modeste ou fameux, et parfois de multiples récits ou mises en scène. Héroïnes de la « petite » ou de la « grande » histoire, de la chronique judiciaire, des colonnes de faits divers, ou de reconstitutions télévisuelles, elles n’apparaissent finalement ni « éternelles coupables », ni « éternelles victimes », mais plutôt des énigmes durables, qui résistent au jugement. L’évolution des rapports sociaux, soit la promotion décisive de l’égalité des sexes au cours du second xxe siècle et l’entrée des femmes en politique, joue ici un rôle essentiel, pour comprendre relectures et réévaluations de personnages d’abord condamné(e)s ; et, autant que le nécessaire « retour aux sources », l’histoire de ces relectures apparaît elle-même de plus en plus nécessaire à une approche lucide des événements du passé73.

  • 74 Cité dans Geneviève Dermenjian et Jacques Guilhaumou, « Le crime héroïque de Charlotte Corday », da (...)

34C’est une partie de ce travail sur le personnage et la postérité de Charlotte Corday que Guillaume Mazeau présente ici, en montrant comment l’« ange noir » de la Révolution, héroïne romantique, disputée entre la tradition libérale, héritière des Girondins, et la droite légitimiste, est finalement exclue du panthéon républicain tel qu’il se définit entre les années 1870 et la Grande Guerre. Cette éviction ne se fait d’ailleurs pas au profit de Marat mais plutôt avec lui : l’histoire républicaine valorise des symboles d’unité nationale, de concorde ou de consensus, et ne peut que rejeter le recours à la violence politique, au « terrorisme » sous toutes ses formes – qu’on pense au retentissement des attentats anarchistes dans les deux dernières décennies du xixe siècle. Si elle devient alors, non sans parallèle possible avec Jeanne d’Arc, une figure de l’extrême droite, cette appropriation n’apparaît pourtant jamais exclusive d’un pouvoir de fascination persistant auprès d’un public plus large. Corday demeure une des rares femmes à s’être rendue célèbre et à s’être imposée dans l’histoire politique de la France, non par un simple assassinat, mais par un geste conçu comme un tyrannicide et un sacrifice patriotique. Nul féminisme, sans doute, dans cette affirmation de soi, mais une transgression aristocratique des lois du genre d’autant plus radicale et troublante : l’assassin de Marat s’est « jetée absolument hors de son sexe », écrit un journaliste jacobin en juillet 179374

  • 75 Nicole Edelman, Voyantes, guérisseuses et visionnaires en France 1785-1914, Paris, Albin Michel, 19 (...)

35De fait, si les femmes ont une part ancienne dans les révoltes collectives – une part toutefois inversement proportionnelle, au moins dans les représentations, à la portée politique du soulèvement : il n’y a pas de femme derrière la Liberté de Delacroix –, les figures individuelles de l’engagement, voire de la « sédition » au féminin sont restées longtemps très exceptionnelles ou marginales. Certains types d’emploi proches du religieux et traditionnellement ouverts aux femmes, comme la philanthropie, ou dans un autre registre, le prophétisme, fourniraient sans doute quelques noms, d’ailleurs assez oubliés ; encore faudrait-il distinguer, comme Nicole Edelman y invite à propos des femmes spirites, entre la transgression de la domination ou de l’exclusive masculine, et l’expression d’un véritable « esprit de révolte75 ». La vraie difficulté, c’est de concevoir ou d’admettre la militante, la femme activiste, actrice politique au même titre que des hommes peuvent l’être. La canonisation récente de quelques figures, comme Olympe de Gouges, Flora Tristan ou Louise Michel, ne doit pas occulter la force du refoulement passé et persistant, dont Fanny Bugnon, qui prépare une thèse sur la violence politique féminine à l’université d’Angers, analyse les ressorts discursifs sous la IIIe République.

  • 76 Sur Jeanne d’Arc, dans une bibliographie abondante, voir notamment Venita Datta, « Sur les Boulevar (...)
  • 77 À ces références, on ajoutera ici Karine Salomé, « La terroriste : une nouvelle figure de la femme (...)

36Comment ne pas être frappé en effet par le contraste entre la postérité de Charlotte Corday, sans parler même du succès de Marianne ou de Jeanne d’Arc76, et l’oubli rapide où tombent les figures, dont certaines sont pourtant marquantes, de l’anarchisme ou du féminisme de la Belle Époque et de l’entre-deux-guerres ? Les études ont beau se multiplier, comme l’attestent les références mobilisées par Fanny Bugnon, le militantisme politique féminin reste, en France, un angle mort de la mémoire collective, alors même que les « suffragettes » britanniques, voire les révolutionnaires russes, par exemple, sont des silhouettes historiques relativement familières77. Certes, le geste de Germaine Berton, jeune anarchiste vengeant Jaurès en assassinant le secrétaire de l’Action Française en 1923, s’il fait d’elle une émule de Corday, n’a évidemment pas le même retentissement que le meurtre de Marat (ni d’ailleurs que le crime de Raoul Villain) ; la disqualification quasi unanime dont elle est l’objet, jusqu’à son acquittement pour manque de discernement, n’en est pas moins exemplaire d’une résistance têtue à toute idée de parité. Le purgatoire où demeurent les parcours d’Hubertine Auclert ou de Madeleine Pelletier, ou d’autres féministes et suffragistes françaises, est encore plus étonnant, peut-être, si l’on prend en compte l’inventivité et la maîtrise qui caractérisent leurs attentats symboliques contre le sexisme officiel, bien loin de tout « terrorisme ». Pas besoin de transgresser l’interdit des armes pour que la violation des frontières du genre paraisse violente et intolérable ; la subtilité des modalités d’action féministe – dont l’histoire reste sans doute à faire systématiquement – a même sans doute contribué à leur éclipse.

37Les femmes sur lesquelles se penchent les quatre contributions suivantes ont aussi en commun un certain rapport au politique, sans être des militantes, parce qu’elles se situent aux confins du grand monde et des cercles de pouvoir, sans appartenir clairement à l’un ni aux autres. Leurs procès, de 1903 à 1935, sont de ceux qui défraient la chronique des belles années de la IIIe République, dont elles incarnent bien le mélange ambigu de modernité – celle de la grande presse et de l’épargne, du music-hall et de la guerre totale – et de blocages ou d’interdits persistants. À cet égard, loin d’une criminalité domestique classique, elles illustrent une autre face de la difficile émancipation des femmes, la conquête de l’autonomie civile et financière notamment.

38Si Charlotte Corday est un grand assassin politique, Mme Humbert peut quant à elle être qualifiée d’« escroc du siècle » lorsqu’elle est jugée en 1903, au terme de l’étonnant jeu de rôles, long de presque 25 ans, qui l’a propulsée, sur la foi d’une fortune virtuelle, de la campagne toulousaine aux premières loges de la société parisienne. Remarquable, en un sens, est cette ascension sociale dont Frédéric Chauvaud souligne le caractère improbable, mais dont il montre aussi ce qu'elle doit à l’air du temps comme à la complicité plus ou moins inconsciente (au-delà du clan familial), de nombreux « gogos » fort intéressés, et certains de très haut vol. Une fois confondue, Thérèse Humbert endosse sans mal le rôle d’« héroïne de la cour d’assises », tout à la fois coupable et victime, pitoyable et admirable, excitant la verve des chroniqueurs et des dessinateurs autant qu’une forme de sympathie populaire. Plus qu’un monstre, « la grande Thérèse » apparaît comme une femme moyenne, méritante à sa façon, habile à user des ressources « féminines » qui lui étaient accessibles – séduction, simulation, fabulation – et de la modernité du mythe américain, pour tirer son épingle d’un jeu social encore très fermé.

  • 78 Voir Frédéric Chauvaud, « Les dégantes de la cour d’assises au xixe siècle », dans Christine Bard ( (...)
  • 79 Pour un récit alerte de toute l’affaire, voir Jean-Yves Le Naour, Meurtre au Figaro. L’affaire Cail (...)

39De Mme Caillaux, en revanche, on ne se rappelle guère le prénom (Henriette), signe peut-être d’un profil plus classique de grande bourgeoise effacée derrière son mari. Rien à l’évidence ne destinait cette « élégante » à passer des bancs du public au box des accusés78, sinon peut-être cette fragilité prêtée à toute femme soumise à une trop forte tension, et capable de se laisser entraîner par une émotion mal contrôlée jusqu’au « moment de folie ». Cette incongruité de Mme Caillaux en froide meurtrière, Jérôme Grévy le montre sous plusieurs angles, conduit à un exemplaire escamotage de sa responsabilité et presque de sa personne même, dont les dessinateurs retiennent essentiellement l’immense chapeau, dans lequel nous pourrions voir, en effet, un « chapeau » trop grand pour elle, celui du crime politique. La culpabilité de la « dame au browning » ne peut être que partagée, soit avec son mari, engagé dans une sorte de long duel à distance avec Gaston Calmette, et qui aurait envoyé son épouse vider la querelle à sa place – c’est ce que pense alors la droite nationaliste, mais c’est fort improbable ; soit avec le directeur du Figaro lui-même, abusant des moyens de pression de la presse – thèse d’un crime « passionnel », et quasi accidentel, retenue par le jury. L’affaire Caillaux n’en est pas moins un grand scandale politique, aux conséquences non négligeables à la veille de l’entrée en guerre, mais c’est essentiellement une affaire d’hommes79.

  • 80 Alain Dewerpe, Espion. Une anthropologie historique du secret d'État contemporain, Paris, Gallimard (...)
  • 81 Nicolas Offenstadt, Les fusillés de la Grande Guerre et la mémoire collective, Paris, Odile Jacob, (...)

40Mata Hari et Marthe Hanau incarnent, quant à elles, des figures plus sulfureuses, scandaleuses même, et le sort plus sombre qu’elles subissent dit à la fois le prix de la transgression, ou de la liberté, volontiers assimilée à la trahison, et l’âpreté nouvelle du demi-siècle qui s’ouvre à l’été 1914. C’est le tragique naufrage d’une certaine « Belle Epoque » de la société européenne qu’Éric Kocher-Marboeuf nous invite ainsi à lire dans la trajectoire fascinante et pathétique de la plus célèbre espionne de notre histoire, cette anti-Jeanne d’Arc. Bien sûr, « la profonde inscription imaginaire des relations entre secret et sexualité, intimité et féminité, [qui] fait de l’espionne une figure mythique ancienne », rend ardu mais nécessaire de démêler l’histoire de la légende, de retrouver Marguerite Zelle sous Mata Hari, l’actrice sociale (plutôt que politique ou militaire !) sous la projection fantasmatique dont les clichés et les contradictions sont bien connus80. Mais il faut aussi s’interroger, pour cette femme comme pour tous les fusillés « pour l’exemple » de la Grande Guerre, sur la reconsidération rapide de son cas et sur son aura posthume de victime expiatoire81.

  • 82 Voir notamment François Dubasque, Jean Hennessy (1874-1944). Argent et réseaux au service d’une nou (...)

41Il n’est guère plus simple de retrouver le visage de la « virago » Marthe Hanau, forte femme et téméraire manieuse d’argent, si l’on a à l’esprit sa transfiguration en Romy Schneider incarnant « Emma Eckert », héroïne du film La Banquière en 1980. À charge ou à décharge de « la présidente », le « mythe Hanau » doit, comme le montre François Dubasque, être relu à la lumière de multiples enjeux, que l’histoire politique et financière de l’entre-deux-guerres, qu’il connaît bien, permet de préciser82. Un peu comme Thérèse Humbert, Marthe Hanau, d’origine assez modeste, se fraie un chemin vers la richesse et l’influence, en jouant de montages financiers habiles, avant de subir une chute aussi spectaculaire que son ascension. La nature et l’ampleur de son entreprise, comme le contexte de bouleversements monétaires et financiers des années 1920, rendent toutefois son aventure plus périlleuse encore que celle de « la grande Thérèse », et l’exposent à une opposition plus déterminée. Moins populaire sans doute, dans l’atmosphère de crise, de scandale et d’antisémitisme du début des années 1930, cette véritable femme d’affaires, qui se voulait défenseuse et emblématique des « petits » face au pouvoir financier ou politique, connaît néanmoins une postérité plus durable, prête à saluer son indéniable courage et son indépendance pionnière.

  • 83 Pour un autre aperçu de la recherche que mène Geoffrey Fleuriaud, voir son article « La haine du vo (...)
  • 84 Pour une contextualisation plus large, voir Christine Bard, Les femmes dans la société française au (...)

42Pas plus que Marthe Hanau n’est d’emblée une héroïne féministe, les multiples voleuses dont Geoffrey Fleuriaud analyse la perception dans la presse poitevine de la même époque, ne sont a priori des militantes de l’émancipation féminine83. Leurs soustractions, souligne-t-il, s’écartent d’ailleurs assez peu de leur équivalent masculin, en dépit d’une propension évidente, chez les observateurs, à ancrer la déviance dans une nature féminine et des « vices » spécifiques. En revanche, la portée symbolique du vol féminin est sans conteste redoublée, dans la mesure où il peut traduire la transgression des limites sociales fondées sur le genre et remettre en cause tout à la fois la propriété et le pouvoir conjugal, comme l’illustre notamment la fuite de la femme infidèle. Sous la voleuse, c’est l’éventuelle « aventurière » qui fascine ou inquiète, et les chemins de traverse qu’il paraît de plus en plus possible d’emprunter84.

  • 85 Voir par exemple, pour des acteurs encore plus marqués à gauche, l’analyse d’Isabelle Coutant, « Le (...)

43Une focalisation particulière sur le sort des femmes déviantes ou criminelles, ressort également de l’analyse méthodique que Myriam Tsikounas consacre à l’émission En votre âme et conscience, diffusée entre 1956 et 1969, où une galerie de figures du xixe siècle furent « rejugées » à la télévision. Un bon tiers des quelque 60 procès reconstitués par Desgraupes et Dumayet mettent en effet en scène une femme – soit deux fois plus, au moins, qu’il n’y en avait devant les assises –, cette surreprésentation répondant manifestement à la demande des téléspectateurs. Radio et télévision ont rapidement réactivé la longue tradition des « causes célèbres » avec des moyens neufs, propices à l’implication des spectateurs, même si le dispositif paraît encore bien sommaire au regard de ce qui s’est fait ensuite, de Messieurs les jurés (entre 1974 et 1986) à Faites entrer l’accusé aujourd’hui. Il est passionnant de voir comment scénaristes et réalisateurs parviennent alors à contourner la forte censure exercée par le pouvoir gaulliste, ainsi que les contraintes budgétaires, pour servir malgré tout une authentique ambition pédagogique et critique – sur la peine de mort, ou sur la contraception, notamment – grâce à un jeu constant entre la reconstitution scrupuleuse et l’actualisation plus audacieuse du passé85. C’est tout le paradoxe de cet « âge d’or » de la télévision française des années 1960, corsetée et innovante. Parce qu'elle s’interroge sur la mise en scène, au cœur des « Trente Glorieuses », de la justice et des femmes du xixe siècle, et sur les échos du « passé judiciaire » dans les « enjeux du présent », la contribution de Myriam Tsikounas achève idéalement le parcours suivi ici.

  • 86 Voir notamment Françoise Thébaud, « Genre et histoire », dans Christine Bard, Christian Baudelot, J (...)

44Les recherches présentées dans cet ouvrage collectif – issu de deux journées de colloque à la Maison des Sciences humaines et sociales de l’Université de Poitiers – conjuguent donc plusieurs types de questionnements, sur les pratiques et sur les représentations, à la fois indissociables et en partie autonomes ; sur l’institution judiciaire et sur sa médiatisation sociale ; sur les processus de condamnation et de stigmatisation, mais aussi de victimisation, voire d’héroïsation ; sur la délinquance ordinaire et anonyme comme sur des gestes d’exception ; sur les femmes et sur les hommes enfin, car c’est le plus souvent de leur regard à eux qu’il s’agit, de leur angoisse misogyne, de leur paternalisme ou de leur mauvaise conscience. Comme le souligne fortement Jean-Clément Martin, qui a bien voulu clore ce volume, notre souci est d’éviter tout enfermement dans une conception exclusive de l’objet-femme – si l’on peut se permettre cet usage retourné d’une formule honnie – pour rejoindre plutôt l’ambition que se donne l’histoire du genre d’interroger ou de réinterroger les formes sociales à la lumière de la différence des sexes86.

Notes

1 Maurice Talmeyr, « Les avorteuses de Paris », dans Sur le Banc, Paris, Plon, 1892, p. 25.

2 Sur l’indignation, voir Anne-Claude Ambroise-Rendu et Christian Delporte (dir.), L’indignation. Histoire d’une émotion politique et morale. xix-xxe siècles, Paris, Nouveau Monde, 2008, 254 p.

3 Victor Balthazard et Eugène Prévost, Une plaie sociale : les avortements criminels, Paris, Maloine, 1912,135 p.

4 Félix Allemane, L’avortement criminel, étude sociale, juridique et médico-légale, thèse de droit, Toulouse, 1911, 303 p.

5 Maurice Talmeyr, « Les avorteuses de Paris », op. cit., p. 4.

6 Ibid., p. 19.

7 Voir Sophie Divay, « L’avortement, une déviance légale », Déviance et société, 2004, 28, no 2, p. 195-209 ; Jean-Yves Le Naour et Catherine Valenti, Histoire de l’avortement, xixe-xxe siècles, Paris, Le Seuil, 2003, 387 p.

8 Voir notamment Michelle Perrot « Ouverture », dans Christine Bard, Frédéric Chauvaud, Michelle Perrot et Jacques-Guy Petit (dir.), Femmes et justice pénale, xixe-xxe siècles, Rennes, PUR, 2002, p. 9-21.

9 Alfred fouillée, La France au point de vue moral, Paris, Félix Alcan, 1900, p. 125.

10 Maurice Garçon, Histoire de la justice sous la IIIe République, Paris, Librairie Arthème Fayard, 1957, II, p. 260.

11 Gazette des tribunaux, 30 mars 1877.

12 La même idée se retrouve aussi bien chez Alfred Fouillée, La France au point de vue moral, op. cit., que chez Henri Joly, dans ses développements sur « les visites criminelles » et « la précocité du mal », La France criminelle, Paris, Léopold Cerf, 1889, 431 p.

13 Michelle Perrot, « L’affaire Troppmann (1869) », dans Les ombres de l’histoire. Crime et châtiment au xixe siècle, Paris, Flammarion, 2001, p. 283-298.

14 Dominique Kalifa, L’encre et le sang. Récits de crimes et société à la Belle Époque, Paris, Fayard, 1995,351 p.

15 Voir notamment Christophe Charle, Le siècle de la presse (1830-1939), Paris, Le Seuil, 2004, p. 247-248.

16 Cesare Lombroso et Guillaume Ferrero, La Femme criminelle et la prostituée et la femme normale, Paris, Félix Alcan, 1896 [1893].

17 Henri Claude, Psychiatrie médico-légale, Paris, G. Doin, 1932, p. 138.

18 Camille Granier, La femme criminelle, Paris, O. Doin, 1906, 468 p. ; et Pauline Tarnowsky, Les femmes homicides, Paris, Alcan, 1908, 561 p.

19 Sur la problématique de la justice et de l’espace public, voir le colloque de Montréal en mai 2009, discutant les analyses de Jürgen Habermas, L'Espace public. Archéologie de la publicité comme dimension constitutive de la société bourgeoise, Paris, Payot, coll. « Critique de la politique », 1986, p. 10-54. Pour les organisateurs, il s’agit en particulier de s’interroger sur l’importance de la justice dans « l’élaboration et le contrôle de l’opinion publique ».

20 Voir notamment, Paul Dubuisson, « Les voleuses de grands magasins », Archives d'anthropologie criminelle, t. XVI, 1901, p. 1-10.

21 Voir Frédéric Ocqueteau et Francine Soubiran-Paillet, « Champ juridique, juristes et règles de droit, une sociologie entre disqualification et paradoxe », Droit et société, 1996, no 32, p. 9-26. L’expression « champ judiciaire » est moins bien définie, cependant elle englobe les institutions judiciaires.

22 Ce qui n’est pas le cas des études québécoises, ainsi la revue Criminologie publiait dès 1983 un dossier thématique « Les femmes et la justice pénale » (vol. XVI, no 2). Voir toutefois, dans un autre registre, Jacqueline Carroy et Nathalie Richard, « Mathilde Frigard, femme savante et criminelle : lorsque l’histoire des sciences croise celle des faits divers », dans J. Carroy, Nicole Edelman et al., Les femmes dans les sciences de l’homme (xixe-xxe siècles). Inspiratrices, collaboratrices ou créatrices ?, Paris, Seli Arlan, 2005, p. 301-316.

23 Voir toutefois pour le xixe siècle Odile Krakovitch, Les femmes bagnardes, Paris, Perrin, 1998 [1990], 305 p. et pour le XXe siècle, Dominique Budin, La Petite-Roquette au temps des « trente glorieuses », de Saint Lazare à Fleury-Mérogis : délinquance féminine et traitement pénitentiaire en France de 1945 aux années 1970, thèse inédite, Université d’Angers, 1999, 2 vol. ; sur le droit de grâce, Françoise Banat-Berger « Les demandes de grâce formulées par les femmes délinquantes, 1919-1939 », dans Christine Bard et al.(dir.), Femmes et justice pénale, op. cit., p. 305-316. Voir aussi la thèse en cours d’Edwige de Boer, « Punir ou pardonner. Le droit de grâce en France au xixe siècle », Université de Poitiers.

24 F.-L. Mary, Femmes, délinquances et contrôle pénal. Analyse socio-démographique des statistiques administratives françaises, CESDIP, Études & Données pénales, 1996, no 75. Voir aussi Sonia Harrati, David Vavassori et Anne-Marie Favard, « La criminalité des femmes : données théoriques », Revue internationale de criminologie et de police technique et scientifique, 2001, no 3, p. 334-348.

25 Voir en particulier Dominique Fougeyrolas-Schwebel, Maryse Jaspard, « Violence envers les femmes : démarches et recours des victimes. Les apports de l’enquête ENVEVEFF », Archives de politique criminelle, no 24, 2002, p. 124-146.

26 Cécile Dauphin, Arlette Farge (dir.), De la violence et des femmes, Paris, Albin Michel, « Bibliothèque de l’histoire », 1997, 201 p.

27 Voir en particulier Claude Faugeron et Noëlle Rivero, Femmes libérées sous condition : étude des dossiers de condamnées et des peines supérieures à 3 ans libérées entre 1973 et 1979, Service d’études pénales et criminologiques, 1982, 112 p. Voir aussi F.-L. Mary, « Les femmes et le contrôle pénal en France : quelques données récentes », Déviance et société, vol. 22, no 3, 1998, p. 289-318.

28 Mentionnons toutefois, même s’il ne s’agit pas d’un travail qui s’inscrit dans une perspective historique, la belle étude de Christine Salomon, « “Mettre au tribunal”, “Claquer un procès” : les nouvelles ripostes des femmes canaques en Nouvelle-Calédonie », Archives de politique criminelle, no 24, 2002, p. 161-176.

29 Robert Cario, Les femmes résistent au crime, Paris, L’Harmattan, 1997, 191 p. ; Colette Parent, Féminismes & criminologie, Bruxelles, De Boeck Université, 1998, 170 p.

30 Christine Bard et al. (dit.), Femmes et justice pénale, op. cit.

31 L’une des rares exceptions est l’article « Femmes », dû à Anne Boigeol, qui analyse surtout la féminisation des professions judiciaires, dans Loïc Cadiet (dir.), Dictionnaire de la justice, Paris, PUF, 2004, p. 515-520.

32 Anne-Marie Sohn, « Chronologie et dialectique entre féminin et masculin », dans Luc Capdevila, Sophie Cassagnes, Martine Cocaud, Dominique Godineau, François Rouet, Jacqueline Sainclivier (dir.), Le genre face aux mutations. Masculin et féminin, du Moyen Âge à nos jours, Rennes, PUR, 2003, p. 29.

33 Voir notamment la troisième partie du présent ouvrage.

34 Voir Pierre-R. Lévy-Falco, L’évolution de la capacité juridique de la femme dans la France contemporaine, Paris, Impr. de Maréchal, 1926, 20 p. De nombreux développements dans Bernard Schnapper, Voies nouvelles en histoire du droit. La justice, la famille, la répression pénale, Paris, PUF, 1991, 680 p. ; ainsi que Jean-Louis Halpérin, L’impossible Code civil, Paris, PUF, 1996, 377 p.

35 Georges Claretie, Drames et Comédies judiciaires, Paris, Berget-Levrault, 1910, p. 48.

36 A. Bérard des Glajeux, Souvenirs d’un président d’assises, Paris, Plon, 1892, p. 151.

37 Gina Lombroso, L’Âme de la femme, trad. François Le Hénaff, Paris, Payot, 1923, 318 p. ; rééd. Payot, 1929, 398 p.

38 Gina Lombroso, La femme aux prises avec la vie, Paris, Payot, 1926,282 p. ; La femme dans la société actuelle, Paris, Payot, 1929, 247 p.

39 Voir par exemple Jean Pinatel, Précis de science pénitentiaire, Paris, Sirey, 1945, p. 228.

40 Benoît Garnot (dir.), Les victimes, des oubliées de l’histoire ?, Rennes, PUR, 2000, 535 p. ; voir aussi la réflexion théorique de Sara Liwerant : « Représentations de la souffrance sur la scène du droit étatique », dans Geneviève Giudicelli-Delage et Christine Lazerges (dir.), La victime sur la scène pénale en Europe, Paris, PUF, « Les voies du droit », 2008, p. 207-227.

41 Philippe Robert et Michelle Perrot (dir.), Compte général de l’administration de la justice criminelle en France pendant l’année 1880 et rapport relatif aux années 1826 à 1880, Genève-Paris, Slatkine Reprints, 1989, p. 1-25.

42 Ambroise Tardieu, Les attentats aux mœurs, Grenoble, Éd. Jérôme Millon, 1995, [1857], p. 96.

43 Anne-Marie Sohn, « Les attentats à la pudeur sur les fillettes et la sexualité quotidienne en France (1870-1939) », Mentalités. Histoire des cultures et des sociétés, no 3, 1989, p. 71-112.

44 Georges Vigarello, Histoire du viol, Paris, Le Seuil, « L’Univers historique », 1998, p. 236-237.

45 Christelle Hamel, « “Faire tourner les meufs”. Les viols collectifs : discours des médias et des agresseurs », Gradhiva, 2003, no 33, p. 85-92.

46 Voir aussi sa thèse, Nécessité et honneur. Violences quotidiennes, violences criminelles à Marseille (1851-1914), Université de Provence, 2006, PUR (2010).

47 Henri Ellenberger, « Relations psychologiques entre le criminel et la victime », Revue internationale de criminologie et de police technique, 1954, p. 103-121.

48 Léon Rabinowicz, Le crime passionnel, Paris, Librairie des sciences politiques et sociales, 1931, p. 53-62.

49 Étienne De Greeff, Amour et crimes d’amour, Bruxelles, C. Dessart, 1973 [1941], 322 p.

50 Hans Von Hentig, The Criminal and his victim : studies in the sociology of crime, New Haven, Yale University Press, 1948, 461 p.

51 Benjamin Mendelsohn, « La victimologie », Revue internationale de criminologie et de police technique, 1956, p. 44-62. Pour un bilan récent, voir Robert Cario, Victimologie : de l'effraction du lien intersubjectif à la restauration sociale,3e éd., Paris, L’Harmattan, 2006, 335 p. ; et dans une perspective plus critique, Didier Fassin et Richard Rechtman, L’empire du traumatisme : enquête sur la condition de victime, Paris, Flammarion, 2007, 452 p. Sur les enquêtes systématiques, plus rares et tardives, voir Renée Zauberman, Victimation et insécurité en Europe. Un bilan des enquêtes et de leurs usages, Paris, L’Harmattan, « Logiques sociales », 2008, 198 p.

52 Albert Bataille, Causes criminelles et mondaines, Paris, E. Dentu, 1883, p. 162-174.

53 Sur ce terrain, voir aussi Laurence Montel, « L’enquête judiciaire face au crime organise à Marseille au xixe siècle », dans Jean-Claude Farcy, Dominique Kalifa, Jean-Noël Luc (dir.), L’enquête judiciaire en Europe au xixe siècle, Grâne, Créaphis, 2007, p. 361-370.

54 Voir Jean-Clément Martin, La Révolte brisée : femmes dans la Révolution française, Colin, 2008, chap. 2.

55 On se reportera plus largement à sa thèse : Laurence Guignard, Juger la folie. Lajusticepénale et lafolie des criminels à l’âge de l’aliénisme 1791-1865, Université Paris I, 2006, à paraître aux PUF en 2009.

56 Voir notamment La Guerre du blé : la critique populaire contre le libéralisme économique au xviiie siècle, études rassemblées et présentées par Florence Gauthier et Guy-Robert Ikni, Montreuil : Éd. de la Passion, 1988, 237 p. ; Jean Nicolas, La Rébellion française : mouvements populaires et conscience sociale, 1661-1789, Paris, Le Seuil, 2002, 609 p. ; Yann Lagadec, « Genre et mutations économiques et sociales : l’émeute frumentaire de Bais en 1766 », dans Marc Bergère et Luc Capdevila (dir.), Genre et Événement. Du masculin et du féminin en histoire des crises et des conflits, Rennes, PUR, 2006, p. 69-83. Pour le premier xixe siècle : Denis Beliveau, « Le droit à la rébellion : les femmes, le pain et la justice en France (1816-1847) », dans Alain CORBIN, Jacqueline Lalouette, Michèle Riot-Sarcey (dir.), Femmes dans la Cité (1817-1871), Grâne, Créaphis, 1997, p. 41-55 ; Nicolas Bourguinat, Les Grains du désordre. L’État face aux violences frumentaires dans la première moitié du xixe siècle, Paris, Éd. de l’EHESS, 2002 (notamment le chapitre VII) ; Jean-Claude Caron, L’Eté rouge. Chronique de la révolte populaire en France, 1841, Paris, Aubier, 2002, 348 p. Un exemple de prolongement au xxe siècle : John Barzman, « Entre l’émeute, la manifestation et la concertation : la “crise de la vie chère” de l’été 1919 au Havre », Le Mouvement social, no 170, janvier-mars 1995, p. 61-84.

57 Voir l’essai de Catherine Dhaussy, « Les émeutières et leurs juges : pour une perspective comparatiste », Cahiers de la sécurité intérieure, no 60 : « Violence(s) au féminin », 2006, p. 121-146.

58 Yannick Ripa, Les Femmes, Paris, Le Cavalier bleu, « Idées reçues », 2002, 4e partie : « Les femmes ne sont pas faites pour la politique », p. 85 et suiv. ; voir également la synthèse de Catherine Achin et Sandrine Lévêque, Femmes en politique, Paris, La Découverte, « Repères », 2006.

59 Bernard Ménager, Les Napoléon du peuple, Paris, Aubier, 1988, chap. II

60 Voir la présentation synthétique de Michèle Riot-Sarcey, Histoire du féminisme, Paris, La Découverte, « Repères », 2008 (2e édition).

61 François Jarrige, Au temps des « tueuses de bras ». Les bris de machines et la genèse de la société industrielle (France, Angleterre, Belgique, 1780-1860), position de thèse, sur le site de la Revue d'histoire du xixe siècle : [http://rh19.revues.org/document2452.html]. La faible part des femmes dans les conflits du travail au xixe siècle contribue aussi à rendre exceptionnelle cette protestation de 1831.

62 Récemment, par exemple, par Jean-Claude Caron dans Les Feux de la discorde. Conflits et incendies dans la France du xixe siècle, Paris, Flammarion, 2006, chap. V. Voir aussi notamment Robert Tombs, « Les Communeuses », Sociétés & Représentations, no 6, juin 1998, p. 47-67 et Michelle Zancarini-Fournel, « Les pétroleuses », Histoire des femmes en France, xixe-xxe siècles, Rennes, PUR, coll. « Didact Histoire », 2005, p. 175-181.

63 Cette étude s’inscrit dans le prolongement de son travail de thèse : Quentin Deluermoz, Les policiers en tenue dans l’espace parisien (1854-1913) : la construction d’un ordre public, Université Paris I, 2006. Voir aussi son édition des Mémoires de Casque d’Or : Chroniques du Paris apache (1902-1905), Paris, Mercure de France, 2008, 245 p.

64 Voir la récente mise en perspective de cet interdit par Geneviève Pruvost en introduction de son livre De la « sergote » à la femme flic. Une autre histoire de l’institution policière (1935-2005), Paris, La Découverte, 2008, 309 p.

65 Jean-Claude Farcy, L’histoire de la justice française de la Révolution à nos jours, Paris, PUF, 2001, p. 95-96.

66 Voir leurs contributions dans Christine Bard et al. (dir.), Femmes et justice pénale, op. cit., 1re partie.

67 Dans la seconde moitié du siècle, trois-quarts des condamnés pour le « crime des crimes » (dont les victimes sont à 35 % des mères ou grand-mères) bénéficient des circonstances atténuantes : voir Sylvie Lapalus, « Du père immolé au tyran domestique. Les victimes de parricide au xixe siècle », dans Benoît Garnot (dir.), Les Victimes, des oubliées de l’histoire ?, op. cit., p. 289-301.

68 Voir Fabienne Giuliani, « Monsters in the Village ? Incest in Ninetheenth Century France », Journal of Social History, à paraître en juin 2009 dans le vol. 42, no 4.

69 Michelle Perrot, Les Femmes ou les Silences de l’histoire, Paris, Flammarion, 1998, 509 p.

70 Robert Ilbert et Ilios Yannakakis (dir.), Alexandrie 1860-1960. Un modèle éphémère de convivialité. Communautés et identités cosmopolites, Autrement, « Mémoires », 1992, 260 p.

71 On pense, à ce sujet, à l’étude de Christelle Taraud sur le Maghreb, La prostitution coloniale : Algérie, Tunisie, Maroc, 1830-1962, Paris, Payot, 2003.

72 Voir Pierre Centlivres, Daniel Fabre, Françoise Zonabend (dir.), La Fabrique des héros, Paris, Éd. de la Maison des sciences de l’homme, 1999, 329 p. (en particulier Anne Muxel, « Les héros des jeunes Français », p. 79-100, et Anne Eriksen, « Être ou agir, ou le dilemme de l’héroïne » p. 149-163) ; ainsi que Geneviève Dermenjian, Jacques Guilhaumou, Martine Lapied (dir.), Le Panthéon des femmes. Figures et représentations des héroïnes, Paris, Publisud, 2004.

73 Guillaume Mazeau, « Le procès Corday : retour aux sources », Annales Historiques de la Révolution française, 2006-1, p. 51-71.

74 Cité dans Geneviève Dermenjian et Jacques Guilhaumou, « Le crime héroïque de Charlotte Corday », dans Le Panthéon des femmes, op. cit., p. 149.

75 Nicole Edelman, Voyantes, guérisseuses et visionnaires en France 1785-1914, Paris, Albin Michel, 1995. Le cas le plus notable est sans doute celui de la voyante Mlle Lenormand (1772-1843) ; sur les prophétesses de la Révolution, comme Suzanne Labrousse et Catherine Théot, voir Bernard Plongeron, Histoire du Christianisme, t. 10, Les défis de la modernité (1750-1840), Paris, Desclée, 1997, p. 588 et suiv.

76 Sur Jeanne d’Arc, dans une bibliographie abondante, voir notamment Venita Datta, « Sur les Boulevards : les représentations de Jeanne d’Arc dans le théâtre populaire », Clio (Histoire, femmes et sociétés), no 24, 2006 [http://clio.revues.org/index4172.html].

77 À ces références, on ajoutera ici Karine Salomé, « La terroriste : une nouvelle figure de la femme criminelle ? Charlotte Corday, Laure Grouvelle, Germaine Berton », dans Figures de femmes criminelles (à paraître aux Publications de la Sorbonne en 2009).

78 Voir Frédéric Chauvaud, « Les dégantes de la cour d’assises au xixe siècle », dans Christine Bard (dir.), Le Genre des territoires, Angers, Presses de l’université d’Angers, 2004, p. 63-76.

79 Pour un récit alerte de toute l’affaire, voir Jean-Yves Le Naour, Meurtre au Figaro. L’affaire Caillaux, Paris, Larousse, « L’histoire comme un roman », 2007, 254 p. ; voir aussi l’analyse d’Edward Berenson, The Trial of Madame Caillaux, Berkeley : University of California Press, 1993, XII-296 p.

80 Alain Dewerpe, Espion. Une anthropologie historique du secret d'État contemporain, Paris, Gallimard, 1994, p. 162. Sur le renseignement en 1914-1918, et la part qu’y ont les femmes, voir le récent numéro 232 de la revue Guerres mondiales et conflits contemporains (2008/4), dirigé par Chantal Antier et Marianne Walle.

81 Nicolas Offenstadt, Les fusillés de la Grande Guerre et la mémoire collective, Paris, Odile Jacob, 1999, 285 p.

82 Voir notamment François Dubasque, Jean Hennessy (1874-1944). Argent et réseaux au service d’une nouvelle République, Rennes, PUR, 2008, 380 p.

83 Pour un autre aperçu de la recherche que mène Geoffrey Fleuriaud, voir son article « La haine du voleur dans la France de l’entre-deux-guerres. Figures, motivations et emplois », dans Frédéric Chauvaud et Ludovic Gaussot (dir.), La Haine. Histoire et actualité, Rennes, PUR, 2008, p. 245-254.

84 Pour une contextualisation plus large, voir Christine Bard, Les femmes dans la société française au xxe siècle, Paris, A. Colin, 2001 ; et sur le voyage ou l’aventure au féminin, voir en dernier lieu Voyageuses, Clio (Histoire, femmes et sociétés), no 28, 2008.

85 Voir par exemple, pour des acteurs encore plus marqués à gauche, l’analyse d’Isabelle Coutant, « Les réalisateurs communistes à la télévision. L’engagement politique : ressource ou stigmate ? », Artistes/Politiques, Sociétés & Représentations, no 11, 2001, p. 351-378.

86 Voir notamment Françoise Thébaud, « Genre et histoire », dans Christine Bard, Christian Baudelot, Janine Mossuz-Lavau (dir.), Quand les femmes s'en mêlent : genre et pouvoir, Paris, La Martinière, 2004, chapitre II.

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540