Version classiqueVersion mobile

Le journalisme au féminin

 | 
Béatrice Damian-Gaillard
, 
Cégolène Frisque
, 
Eugénie Saitta

Première partie. Processus de professionnalisation et genre : questionner la dimension genrée du métier de journaliste et ses évolutions

3. Vers une homogénéisation des identités professionnelles des journalistes ?

Jenny Wiik
Traduction de Pascale Renaud-Grosbras et Cégolène Frisque

Texte intégral

  • 1 Aldridge M. & Evetts J., « Rethinking the concept of professionalism : the case of journalism », B (...)
  • 2 Fournier V., « The appeal to “professionalism” as a disciplinary mechanism », Sociological Review,(...)

1Depuis ses débuts, le journalisme évolue en tant que champ masculin, dans son contenu aussi bien que dans ses idéaux et ses normes professionnelles. Au XXe siècle, le journalisme s’est construit en relation avec l’espace public, en traitant de sujets d’intérêt masculins et en s’appuyant sur des détenteurs du pouvoir (masculins) comme sources. La professionnalisation accrue du champ journalistique ne s’est pas opposée à cette logique, elle a même plutôt renforcé des éléments tels que la valeur accordée au savoir expert, l’ordre hiérarchique et les idéaux masculins de distance, d’autonomie et d’objectivité. Ces idéaux jouent un rôle primordial dans l’identité professionnelle des journalistes : en leur promettant un meilleur statut et en leur fournissant des règles à suivre, ils créent un cadre commun qui définit le rôle des journalistes dans la société. En même temps, ils manifestent et reproduisent l’ordre genré de l’espace public en renforçant les structures hiérarchiques professionnelles1. Le professionnalisme, lorsque les temps changent, facilite l’inculcation de nouvelles identités et pratiques professionnelles « appropriées2 », et tend à conformer les individus, à la fois idéologiquement et socialement.

  • 3 Nygren G., Yrke på glid : om journalistrollens de-professionalisering, Stockholm, Sim (o), 2008.
  • 4 Van Zoonen L., « One of the Girls. The Changing Gender of Journalism », in Carter C., Ranston G. &(...)

2En dépit de luttes pour maintenir le statu quo, ce champ n’est toutefois pas statique : la dérégulation, les nouvelles technologies et l’agressivité des nouveaux intérêts financiers ont transformé la situation professionnelle des journalistes. La division des tâches est de plus en plus floue, les journalistes étant supposés gérer de manière polyvalente leurs compétences techniques et les sujets qu’ils couvrent. Les institutions professionnelles s’affaiblissent, notamment parce qu’elles ne parviennent pas à accueillir les journalistes des supports médiatiques commerciaux. De plus, l’influence croissante des impératifs commerciaux semble avoir des effets négatifs sur les dimensions altruistes de l’idéologie professionnelle des journalistes3. De récents travaux montrent aussi une forme de féminisation thématique des médias d’information avec un intérêt croissant pour les questions féminines, une attention accrue envers les « soft news » et un recours accru aux sources féminines. En ce sens, la féminisation peut s’interpréter comme un changement du contenu de la production journalistique. Des chercheurs estiment que cette féminisation thématique est le résultat de la place croissante des journalistes femmes, ces femmes préférant – ou faisant le choix stratégique – de couvrir les « soft news » et les questions féminines. D’autres chercheurs pensent que les processus de commercialisation ont provoqué une prise de conscience quant à l’importance des audiences féminines en tant que marché4.

3La question qui sera traitée dans ce chapitre est de savoir si ces changements influencent les identités professionnelles des journalistes hommes et femmes, et si oui comment. Le processus de professionnalisation implique-t-il une structure de valeurs et d’idéaux plus homogène pour tous les journalistes, ou subsiste-t-il des différences entre hommes et femmes ? Il s’agit de donner un sens à la notion de genre dans la formation de l’identité professionnelle des journalistes. L’identité professionnelle sera ici cernée par une enquête consacrée aux idéaux professionnels dans un contexte suédois. Je considère le soutien à ces idéaux professionnels comme un indicateur du positionnement des journalistes face au discours professionnel. De plus, le concept d’identité professionnelle illustre le lien entre idéaux et positions sociales dans le champ du journalisme, lien qui s’incarne dans les trajectoires ou carrières professionnelles.

Le champ professionnel du journalisme

  • 5 Bourdieu P., On television and journalism, London, Pluto, 1998.
  • 6 Neveu É., « Pierre Bourdieu. Sociologist of media, or sociologist for media scholars ? », Journali (...)
  • 7 Skeggs B., Formations of class and gender : becoming respectable, London, Sage, 1997.

4À la suite de Bourdieu5, je considère le journalisme comme un champ subordonné aux champs de l’économie et de la politique. Bourdieu a décrit les différentes arènes de nos sociétés modernes comme des champs semi-autonomes de plus en plus spécialisés et structurant les relations sociales. Ce système est universel, au sens où il couvre toutes les dimensions de la vie humaine telles que la littérature, la science, la religion, et le journalisme6. Les acteurs d’un champ donné sont en compétition les uns avec les autres afin d’obtenir un pouvoir légitime dans ce champ. Ils procèdent par accumulation de capital symbolique que l’on peut décrire comme un ensemble d’attributs reconnus par les autres acteurs et relatifs à certaines règles propres au champ. Bourdieu a principalement conceptualisé les capitaux économique et culturel, qui regroupent les ressources comme l’argent, la propriété, la formation et les titres scolaires. Le capital symbolique comprend ces formes de capital, et toutes les autres considérées comme légitimes à l’intérieur du champ. Elles peuvent être échangées contre des droits préférentiels à l’interprétation7. Traiter le journalisme comme un champ permet d’identifier la valeur des idéaux professionnels propres à différents groupes de journalistes et leurs positions dans ce champ.

Les dimensions genrées du journalisme

  • 8 Evetts J., « The Management of Professionalism : a contemporary paradox », in Changing Teacher Rol (...)
  • 9 Ibid., p. 3.
  • 10 Siegrist H., « Professionalization as a process : patterns, progression and discontinuity », in Bu (...)
  • 11 Evetts, art. cit.

5Qu’est-ce qu’un idéal professionnel ? Il existe en fait une série de concepts dans ce débat : profession, professionnalisation, professionnalisme. Signifient-ils tous la même chose ou non ? Julia Evetts parvient à cerner les significations en remettant les concepts dans l’ordre chronologique8. On utilise tous ces termes simultanément mais ils se réfèrent à des étapes distinctes dans l’histoire de la recherche. Le concept de profession renvoie aux premières tentatives pour définir les métiers que l’on peut réellement qualifier de professions. Ces recherches se sont attachées pendant longtemps à trouver les critères qui encadreraient des formes distinctes et génériques de travail professionnel. Le concept de professionnalisation se réfère généralement au développement d’un métier qui acquiert un statut intellectuel ou académique et devient une source d’expertise que ne possèdent pas les noninitiés ; on distingue dans cette étape un processus de séparation et d’exclusion – assurant un monopole professionnel dans le champ. Evetts décrit cette étape comme « un processus destiné à rechercher, développer et maintenir la clôture du groupe professionnel9 ». On l’a aussi appelée « la somme de tous les processus », inhérents au développement des professions, qui ont en commun de procurer un statut et un pouvoir croissants, à la fois individuellement et collectivement10. Le troisième concept, qui est le plus courant dans la recherche contemporaine, est celui de professionnalisme, qui constitue un discours employé comme un puissant instrument de transformation organisationnelle : à la fois par le haut (encadrement et dirigeants), comme moyen de contrôler la force de travail, mais aussi comme moyen de résister au changement11. Alors que dans les premières recherches, les idéaux professionnels étaient considérés comme des attributs ou des critères professionnels, on les considère aujourd’hui plutôt comme des éléments flottants du discours professionnel. Ils fonctionnent comme des indicateurs utiles lorsqu’il s’agit de rechercher des modèles cohérents au niveau macro, en identifiant les liens qui unissent un ensemble assez flou de membres.

  • 12 Melin-Higgins M., « Female Educators and Male Craftsmen ? The Professional Ideals among Swedish Jo (...)
  • 13 Weaver D. H. & Wilhoit G. C., The American journalist : a portrait of US news people and their wor (...)

6Quand on s’intéresse aux idéaux journalistiques, la question se pose de savoir si ces idéaux sont partagés par une majorité de journalistes ou non. Une option de recherche courante a donc été d’explorer la fréquence de plusieurs valeurs, puis de cristalliser par corrélation des rôles-types dans la profession, tels que les chiens de garde ou les missionnaires12. Une des premières tentatives pour élaborer une telle typologie a été celle de Bernard Cohen en 1963, lorsqu’il a distingué les modèles neutre et participatif. Weaver et Wilhoit se sont éloignés de cette typologie en proposant trois rôles distincts : l’interprète, le disséminateur et l’adversaire13. Que peuvent nous apprendre ces études sur la perception genrée des idéaux professionnels ?

  • 14 Johnstone et al., op. cit.
  • 15 Van Zoonen L. & Donsbach W., « Professional Values and Gender in British and German Journalism », (...)
  • 16 Melin-Higgins M., Pedagoger och spårhundar : en studie av svenska journalisters yrkesideal, Götebo (...)
  • 17 Löfgren-Nilsson M., Manligt, kvinnligt, journalistiskt – män och kvinnors syn på nyhetsvärdering, (...)
  • 18 Robinson G. J. & Saint-Jean A., « Canadian Women Journalists : The “Other Half” of the Equation »,(...)

7Johnstone et al. sont arrivés à la conclusion que le niveau de formation pouvait expliquer la plupart des variations observées quant aux valeurs professionnelles, mais que le genre était une variable importante pour expliquer l’approche participative14. Dans une étude ultérieure, des données venues des États-Unis suggéraient que les attitudes politiques et l’origine sociale prédisaient les valeurs professionnelles avec une meilleure fiabilité que le genre. Van Zoonen et Donsbach ont montré qu’en Angleterre comme en Allemagne, les femmes exprimaient des idéaux plus engagés et revendicatifs que leurs collègues masculins, bien qu’elles leur aient donné une signification légèrement différente. En Allemagne, ces idéaux renvoyaient à la volonté de propager des idées nouvelles et en Angleterre au désir d’aider et de conseiller les gens15. Melin-Higgins a découvert la même structure en analysant la conception des rôles en Suède à la fin des années 1980 : même si les hommes et les femmes avaient le même idéal de l’enquêteur (actif et neutre), il y avait pourtant des différences selon le genre : les hommes insistaient sur la neutralité tandis que les femmes mettaient en avant la participation16. La même tendance s’est dégagée pour ce qui est des valeurs de l’information17. Enfin, dans une étude portant sur des journalistes canadiens menée par Robinson et Saint-Jean, les femmes avaient un idéal plus participatif et les hommes un idéal davantage neutre/objectif18.

  • 19 Van Zoonen L., Feminist media studies, London, Sage, 1994, p. 55.

8Il est difficile de résumer les acquis empiriques des recherches sur ce sujet. Van Zoonen a pu conclure qu’« il n’existe pas de preuve selon laquelle les journalistes femmes constitueraient un groupe professionnel distinct de leurs collègues masculins, les résultats des recherches portant sur les valeurs et la performance sont trop ambigus pour permettre de formuler une telle conclusion19 ». Les données accumulées montrent à la fois que dans certains pays il n’existe pas de valeurs genrées totalement spécifiques, mais que lorsqu’il y en a, la structure est la même. Les femmes ont tendance à mettre en avant la participation alors que les hommes insistent sur la neutralité et l’objectivité.

9Il est important de noter cependant que la plupart des questions posées dans les questionnaires utilisent une « logique masculine », ou, pour le dire autrement, un discours professionnel dominant. Il y a peu d’indicateurs de valeurs potentiellement alternatives – « féminines ». Il est donc difficile d’utiliser ces enquêtes pour analyser des différences genrées. Les conclusions que nous pourrions en tirer ne nous indiquent pas clairement si des valeurs différentes existent en fonction du genre, puisque les questions appropriées pour dévoiler ces modèles sont rarement posées.

Replacer la Suède dans le contexte international

  • 20 Löffelholz M., « Heterogenous – Multidimensional – Competing. Theoretical Approaches to Journalism (...)
  • 21 Hallin D. C. & Mancini P., Comparing media systems : three models of media and politics, New York, (...)

10On peut soulever un autre problème quant aux enquêtes sur les journalistes : elles sont fortement influencées par le modèle occidental et sont aveugles à des modèles sociaux différents du nôtre. Les buts démocratiques poursuivis par le journalisme à l’occidentale sont loin d’être universels. On le sait aujourd’hui – pourtant la recherche se concentre toujours selon des polarités linguistiques –, la sphère occidentale étant largement dominée par des auteurs anglais et américains. Les études américaines sur le journalisme se sont traditionnellement attachées à la question de la formation : comment produire des journalistes ? Les premières recherches étaient largement influencées par une perspective « individualiste et normative » qui se basait sur une image des journalistes comme individus talentueux répondant à une vocation20. À cause de leur « ancrage dans la question de la formation professionnelle, selon laquelle il est plus important de se demander ce que le journalisme devrait être plutôt que d’analyser ce qu’il est et pourquoi21 », les recherches se sont alignées sur ces normes, obscurcissant l’analyse.

  • 22 Ibid, p. 252.
  • 23 Hallin D. C. & Papathanassopoulos S., « Political clientelism and the media : southern Europe and (...)

11Dans Comparing Media Systems, Hallin et Mancini tentent d’analyser le développement historique des systèmes médiatiques dans des espaces sociaux particuliers, et en cela se démarquent de la perspective normative. Ces auteures étudient un certain nombre de paramètres tels que le niveau littéraire, les racines politiques et littéraires du journalisme et l’état de la presse et des médias audiovisuels aujourd’hui, en distinguant empiriquement trois modèles possibles. Le modèle libéral, qui est dominant en Angleterre, en Irlande et en Amérique du Nord, comporte une professionnalisation importante, une presse orientée vers l’information commerciale et des médias audiovisuels fortement commerciaux, avec des entreprises publiques solides. Le modèle pluraliste polarisé domine dans les pays méditerranéens et se caractérise par de faibles tirages et une presse destinée aux élites. La professionnalisation est faible mais les interventions de l’État sont fortes et le journalisme est orienté vers le commentaire. Le modèle démocratique corporatiste s’étend de l’Europe du Nord à l’Autriche et à la Suisse. Il renvoie à la longue histoire de la presse partisane avec des journaux à grand tirage. Le mouvement vers une presse commerciale et neutre s’accompagne d’une professionnalisation croissante et d’efforts des États pour protéger la liberté et la diversité de la presse. Hallin et Mancini arrivent cependant à la conclusion que les différences entre les systèmes médiatiques semblent s’éroder en faveur d’un alignement sur le modèle libéral américain. Ce dernier impose des principes d’objectivité et de neutralité politique, promeut « des pratiques de séparation de l’information et du commentaire et l’insistance sur l’information, la narration, la sensation et le divertissement, plutôt que sur les idées22 ». Ces changements sont particulièrement visibles au niveau idéologique dans certains pays, moins sur un plan pratique. Par exemple, les journalistes du sud de l’Europe adhèrent volontiers à la notion d’objectivité en dépit du fait que dans la pratique ils agissent bien différemment de la « neutralité23 ».

  • 24 Josephi B., « Journalism in the Global Age : Between Normative and Empirical », Gazette, 67, 2005, (...)

12Ce que Hallin et Mancini nous apprennent, c’est qu’il importe d’adopter une approche moins universalisante lorsque nous évaluons la perception que les journalistes ont d’eux-mêmes24. On retrouve l’idée de Bourdieu selon laquelle les champs et les configurations de ces champs évoluent de manière transnationale – ces variations pouvant être appréhendées grâce à une approche comparative. En même temps, il existe des traits spécifiques aux champs journalistiques nationaux, une généralité qui donne leur valeur aux études de cas, particulièrement à l’époque de la mondialisation. Nous étudierons ici le cas de la Suède, qui correspond bien au modèle démocratique corporatiste. La Suède s’est efforcée, souvent avec succès, d’atteindre l’égalité entre hommes et femmes dans tous les aspects de la société. L’égalisation volontariste de la division du travail journalistique offre une étude de cas intéressante : quel effet la réduction de la division sexuée a-t-elle sur la production des identités professionnelles ?

Identités professionnelles et genre

  • 25 Evetts J., « The Sociological Analysis of Professionalism : Occupational Change in the Modern Worl (...)
  • 26 Evetts J., « The Sociological Analysis of Professionalism », art. cit. ; Aldridge M. & Evetts J., (...)
  • 27 Ibid.
  • 28 Bourdieu P. & Passeron J. -C., Reproduction in education, society and culture, London, Sage, 1990.

13Je m’intéresse particulièrement aux journalistes en tant que collectif et aux changements qui affectent leur socle commun d’idéaux. J’utilise le concept d’identité professionnelle en référence à l’agrégat de perceptions que les journalistes suédois ont d’eux-mêmes en tant que professionnels. L’identité professionnelle est une forme d’identité sociale qui relie les membres d’un même métier. Elle renvoie donc à un cadre d’identification plus large à une idéologie, plutôt qu’à des objectifs ou des individus particuliers dans une organisation de presse donnée. Elle est liée à un sentiment de compréhension, des expériences et des compétences communes, cultivées à travers la socialisation professionnelle à de multiples niveaux (formation, associations professionnelles, traditions romantiques liées au métier, etc.25). L’identité est un concept flexible qui traduit l’influence de la culture sur la perception que les individus ont d’eux-mêmes, notamment pour ce qui est des identités professionnelles ou organisationnelles. Les identités sont, de plus en plus, choisies par les individus mais, d’après Bourdieu, leurs choix sont largement corrélés à leur position dans la structure sociale. Cette structure se manifeste nettement dans le discours du professionnalisme, système de valeurs normatif utilisé par les professionnels dans leurs relations avec leurs clients, dans leurs pratiques de travail et dans leur socialisation professionnelle26. Soloski a décrit le professionnalisme comme une méthode de contrôle aux mains des organisations de presse, destinée à diriger le comportement de leurs journalistes et de leurs rédacteurs en chef. L’autonomie considérable des journalistes au sein des organisations impose l’utilisation de moyens de contrôle unificateurs ainsi que de buts et de procédures collectifs. Ces derniers, d’après Soloski, reposent sur les normes et standards professionnels qui encadrent le travail quotidien, y compris au niveau inter-organisationnel27. Il n’est guère surprenant que les journalistes eux-mêmes préfèrent considérer le professionnalisme comme un discours positif plutôt que comme un mécanisme de contrôle, le premier pouvant en tout état de cause être considéré comme une forme de capital culturel28.

  • 29 Djerf-Pierre M., art. cit. ; Van Zoonen L., « One of the Girls », art. cit.
  • 30 Djerf-Pierre M., « Loney at the Top. Gendered Media Elites in Sweden », Journalism, 6, 2005, p. 26 (...)
  • 31 Djerf-Pierre M., « The Gender of Journalism », art. cit.
  • 32 Zilliacus-Tikkanen H., Journalistikens essens i ett könsperspektiv : The essence of journalism in (...)

14La discussion sur la nature genrée du journalisme s’est développée depuis longtemps au sein des recherches féministes sur les médias. Plusieurs chercheurs ont fourni la preuve que ce champ est effectivement divisé par le genre. Le journalisme a émergé au départ au sein de l’espace public, avec la rationalité (masculine) des Lumières comme ligne de mire29. Logiquement, ce sont des points de vue masculins et des sources masculines qui ont dominé le traitement de l’actualité. On trouve également une division sexuée du travail entre actualité chaude et actualité froide [« hard news » et « softs news »], dominées respectivement par les hommes et par les femmes, créant une coupure horizontale du champ. La plupart des pays et des secteurs médiatiques sont, de plus, organisés verticalement de telle façon que les femmes sont sous-représentées au niveau de l’encadrement. En Suède, un directeur général sur quatre était une femme au début des années 200030. Dans son livre sur le genre et le pouvoir dans le champ du journalisme31, Djerf Pierre esquisse la structure sexuée de ce champ en montrant que la logique dominante est masculine et la logique alternative féminine32.

Tableau 1 : La logique genrée du journalisme

Tableau 1 : La logique genrée du journalisme

Source : Djerf-Pierre M., « The Gender of Journalism », art. cit., 2007.

  • 33 Melin M., op. cit.
  • 34 Bruin M. de, « Organizational, Professional and Gender Identites – Overlapping, Coinciding and Con (...)
  • 35 Ibid., p. 13.

15Ces dichotomies sont issues d’un environnement influencé par le modèle anglo-américain et peuvent certainement varier dans le temps et selon les pays. Ce modèle constitue en fait une simplification, et en dit davantage sur la logique qui guide le comportement des journalistes que sur le comportement réel lui-même. Cependant, il est important de noter que la logique dominante est synonyme de logique masculine dans ce champ, ce qui nous intéresse au premier chef ici. Il est évident que le genre joue un rôle important dans la posture professionnelle des journalistes. Melin évoque des journalistes femmes qui ont mis en place des tactiques afin de lutter pour la légitimité à l’intérieur de hiérarchies strictement masculines33. Celles qui choisissent de rester dans le métier peuvent ainsi choisir de devenir « un des mecs », ou choisir de s’appuyer sur leur capital féminin comme une ressource. De Bruin suggère que l’expérience professionnelle des journalistes repose sur un chevauchement d’identités : identité professionnelle, genrée et organisationnelle, cette dernière étant constituée par « la compréhension, collectivement construite et constamment renégociée, de la définition de “qui nous sommes” par les membres d’une organisation34 ». Elle note également que, même si l’identité de genre féminine peut parfois être un atout, notamment en dehors de la salle de rédaction, l’identification genrée est, la plupart du temps marquée par l’inégalité dans les rédactions et débouche sur de véritables impasses, en lien avec les identités organisationnelles inégalitaires. L’identité professionnelle permet de sortir de ces impasses en réorganisant les priorités dans le répertoire des identités. Cela signifie faire passer son identité de genre en position secondaire dans la hiérarchie des identités individuelles dans certains contextes. L’identité professionnelle est ainsi souvent utilisée par les femmes comme protection dans l’atmosphère toute masculine des salles de rédaction. Cette protection n’est pas absolue : elle doit encore être reconnue par les autres acteurs, une chose qui peut être difficile dans des organisations où les identités genrées coïncident largement avec une culture masculine. Pour les hommes, cela n’est pas un problème puisque leur identité de genre sert leurs identités organisationnelle et professionnelle : pour eux, il n’y a pas de divergence35.

Les données : les enquêtes sur les journalistes de 1989 à 2005

16J’utiliserai ici les données collectées à l’occasion d’une grande enquête nationale organisée quatre fois depuis 1989 par le Département de journalisme et de communication de masse de l’université de Göteborg (JMG), en coopération avec le syndicat des journalistes suédois (SJF). En se basant sur le fichier des adhérents de la SJF, un long questionnaire a été envoyé à un grand nombre de journalistes (1500 à 2000) choisis aléatoirement, le taux de réponses variant entre 59 et 67 %. Toute personne qui travaillait principalement à des tâches journalistiques (y compris la correction, la photo, la documentation, etc.) était considérée comme journaliste. Cette définition était volontairement aussi vaste que possible, étant donné que la multiplicité des tâches est une caractéristique saillante de la profession. Les questions concernant l’identité journalistique étaient construites sur un certain nombre d’énoncés, telles que « un-e journaliste devrait avoir pour rôle d’enquêter sur ceux qui sont au pouvoir » ou « un-e journaliste devrait avoir pour rôle de refléter l’opinion publique ». La personne interrogée pouvait se positionner en accord ou en désaccord avec chacune de ces propositions, sur une échelle à quatre degrés. Ce qui est mesuré ici est donc l’attitude et non le comportement : ce sont les perceptions que les journalistes ont d’eux-mêmes en tant que professionnels qui sont au cœur de l’analyse.

17Comme souvent, les questions étaient formulées dans une certaine perspective et analysées dans une autre… Les énoncés étaient formulés d’après la doctrine professionnelle telle qu’elle était en 1989, ce qui signifie qu’il pourrait exister une forte identité professionnelle basée sur des idéaux différents de ceux que j’ai étudiés, que je ne pourrais donc pas appréhender. La question à laquelle je peux répondre est celle-ci : parmi ces idéaux, y en a-t-il qui donnent corps et substance à l’identité professionnelle et si oui, comment ?

  • 36 Benson R., « Mapping field variation : Journalism in France and the United States », in Benson R. (...)
  • 37 Becker L. B., « Medium influence on reporters », in Ettema J. S. & Whitney D. C. (dir.), Individua (...)

18La sociologie de Bourdieu nous aide à identifier les véritables moyens déployés dans les luttes professionnelles et à comprendre comment les définitions du capital symbolique changent au cours du temps. Cela suppose de saisir les transformations historiques liées à des facteurs démographiques et morphologiques tels que le nombre de nouveaux entrants, les caractéristiques sociales des agents, leur genre et leur formation36. Les différences genrées quant aux représentations professionnelles sont ainsi étudiées en relation avec les variables générales constituées par la formation et l’organisation, puisque ces variables sont apparues comme des facteurs importants dans la formation de l’identité professionnelle37.

L’homogénéisation des identités professionnelles

  • 38 Ndt : Les « metropolitan papers » sont des quotidiens publiés dans les grandes villes du pays, qui (...)
  • 39 Hadenius S. & Weibull L., Massmedier : en bok om press, radio & TV, Stockholm, Bonnier, 2005.
  • 40 Carlsson U. & Harrie E. (dir.), Media trends in Denmark, Finland, Iceland, Norway and Sweden : sta (...)

19La période étudiée commence à la fin des années 1980, un peu avant que la déréglementation ne commence à grande échelle. Le système médiatique suédois était alors dominé par un service public qui avait le monopole (informel) sur la radio et la télévision, et un marché de la presse solide constitué par quelques grands journaux urbains38 et une myriade de journaux locaux du matin39. Les années 1990 ont cependant été marquées par des changements considérables dans le sens d’une commercialisation croissante, précédée par des débats intenses sur la politique des médias. Le monopole du service public a été détruit, les liens des journaux du matin avec les partis politiques ont été, pour la plupart, rompus ou au moins affaiblis, et un certain nombre de nouveaux médias orientés vers le marché ont été lancés, ce qui a conduit finalement à une concurrence accrue40.

  • 41 Tyrkkö A., Karlqvist L. & Arbetslivsinstitutet, Arbetsvillkor och arbetsbelastning i journalistisk (...)

20Le bouleversement du paysage médiatique a eu des effets sur les conditions de travail des journalistes à plusieurs niveaux : la compétition accrue a impliqué un renforcement des exigences économiques à tous les niveaux du processus de production de l’information et a, en pratique, signifié un alourdissement des contraintes de temps et de la quantité de travail, avec les effets physiques et psychiques qui en découlent. Bien entendu, ces contraintes touchent les femmes comme les hommes, mais de façon différente. Les femmes, par exemple, sont plus que les hommes confinées au desk (une tendance croissante liée à l’emprise de la technologie) alors que les tâches des hommes sont plus variées41. Tels sont les changements structurels qui ont affecté le champ journalistique durant la période étudiée. Comment ces conditions ont-elles influencé les identités professionnelles des journalistes suédois ?

  • 42 Djerf-Pierre M. & Weibull L., Spegla, granska, tolka : aktualitetsjournalistik i svensk radio och (...)
  • 43 Kovach B., Rosenstiel T. & Mitchell A., How Journalists see journalists. Views on profits, perform (...)

21En 1989 comme en 2005, les idéaux les plus populaires pour les deux sexes étaient l’investigation et l’explication. Ces deux idéaux sont le signe d’une approche participative et active typique du journalisme suédois42 ; ils forment une catégorie spécifique car ils sont quasi systématiquement choisis dans le questionnaire et sont donc au fondement de l’identité professionnelle des journalistes suédois. L’investigation se traduit souvent, dans les recherches anglo-américaines, par un rôle de « chien de garde », ce qui souligne la fonction de pouvoir jouée par le journalisme dans ces démocraties43. Le champ journalistique suédois est en partie influencé par les traditions anglo-américaines, dans lesquelles les journalistes agissent en tant que défenseurs des intérêts des citoyens : les journalistes sont supposés poser les mêmes questions et traiter les mêmes sujets que ne le feraient les citoyens s’ils en avaient la possibilité.

22Deux idéaux ont connu une nette augmentation durant les quinze dernières années : d’abord et surtout celui selon lequel les journalistes ont pour rôle d’enquêter sur ceux qui sont au pouvoir, et ensuite l’ambition d’expliquer des événements compliqués au public. Ces idéaux sont partagés par les hommes et par les femmes, d’après les proportions relatives mesurées. Cependant ces chiffres dissimulent le fait que les femmes ont tendance à accentuer leurs opinions davantage que les hommes : 84 % des femmes répondent « tout à fait d’accord » à l’idéal d’investigation en 2005, alors le chiffre est de 77 % seulement pour les hommes. Le même modèle se retrouve dans l’idéal d’explication d’événements compliqués au public. Néanmoins, on peut dire que les journalistes suédois sont plus homogènes qu’ils ne l’étaient auparavant sur ces sujets.

Tableau 2 : Idéaux professionnels perçus par les hommes et par les femmes, 1989-2005 (proportions respectives en %)

Tableau 2 : Idéaux professionnels perçus par les hommes et par les femmes, 1989-2005 (proportions respectives en %)
  • 44 Melin-Higgins M., « Female Educators and Male Craftsmen ? The Professional Ideals among Swedish Jo (...)

23En 1989, les différences étaient nettes entre femmes et hommes dans leur appréhension du rôle participatif des journalistes : les femmes choisissaient l’idéal de critique de l’injustice bien davantage que les hommes. Les chiffres relatifs montrent un taux d’approbation de 91 % chez les femmes, contre 75 % chez les hommes. Les femmes choisissent aussi l’idéal de stimulation de nouvelles idées au sein du public plus souvent que les hommes. Cet écart est probablement d’abord dû au fait que femmes et hommes ont des motivations différentes pour s’engager dans la profession. Les femmes aspirent à trouver des occasions de s’exprimer, de dénoncer les injustices sociales et d’améliorer la société. Les hommes ont des idéaux moins nets, ils sont plus intéressés par l’excellence professionnelle (« craftsmanship ») et par la liberté journalistique44. Les hommes se sont rapprochés des femmes pour ce qui est de la critique des injustices sociales et de la stimulation de nouvelles pensées et idées, manifestant une nouvelle fois l’homogénéisation des idéaux des uns et des autres. En 1989, les femmes avaient légèrement tendance à choisir « offrir de nouvelles expériences au public » plus souvent que les hommes, mais cette différence a disparu.

24On pourrait croire que si les femmes soutiennent davantage les idéaux participatifs, cela doit se retrouver dans leurs perceptions de la neutralité. En 1989, il y avait effectivement des différences genrées à ce sujet. Les femmes montraient plus de réticence que les hommes à se voir comme des rapporteurs neutres. On note également une légère différence dans leur opinion sur le rôle de reflet de l’opinion publique. Quinze ans plus tard, la tendance est inversée : les femmes sont les plus nombreuses à faire le choix de l’idéal de neutralité. Alors que les hommes ne semblent pas avoir changé d’avis quant à la neutralité depuis 1989, leur soutien à l’idéal de reflet a considérablement diminué. Cela signifie globalement que les différences antérieures concernant le rôle neutre du journaliste se sont réduites. Il est par conséquent important d’examiner de plus près les idéaux qui entrent en jeu ici. Les idéaux de neutralité et de reflet sont tous deux passés d’un soutien majoritaire des hommes à un soutien majoritaire des femmes. Pourquoi ? En général, l’idéal de neutralité voit sa place augmenter quand l’idéal du reflet diminue, selon un effet de vases communiquants. Ces changements sont-ils dus au genre, ou y a-t-il d’autres explications sous-jacentes ?

Les idéaux de la neutralité et du reflet : deux tendances complémentaires

25Un des problèmes inhérents aux enquêtes quantitatives sur les différences de genre est que d’autres éléments peuvent parfois se cacher derrière cette variable brute. Il est donc nécessaire d’établir des contrôles sur d’autres facteurs qui pourraient expliquer les choix des journalistes. Ces facteurs peuvent varier en parallèle avec celui du genre et incluent l’âge et la formation, ce qui m’incite à examiner ces derniers de plus près. De recherches qualitatives indiquent en outre que les facteurs organisationnels sont cruciaux dans la formation de l’identité professionnelle des journalistes. La grande variété des médias induit des cultures très différentes qui influent sur l’idée que les journalistes se font de leur métier en relation avec le public et avec la démocratie, ce qui peut avoir un effet sur les valeurs propres à telle ou telle organisation, ces valeurs pouvant prendre des directions très différentes.

Les effets du genre et de la formation

  • 45 Djerf-Pierre M., « The Gender of Journalism », art. cit. ; Edström M., « Journalisters arbete och (...)

26Le corps des journalistes en Suède est dominé par des individus issus de la classe moyenne, ayant suivi des études supérieures – et ceci depuis la fin des années 1980. Plus de deux tiers de tous les membres de la profession ont reçu une formation spécialisée, la plupart ont un diplôme universitaire45. Les journalistes femmes suédoises ont historiquement toujours été plus diplômées que leurs collègues masculins. En 1989, 82 % des femmes étaient passées par l’enseignement supérieur, contre 62 % des hommes. Les femmes étaient aussi plus souvent formées au journalisme que les hommes (56 % contre 38 %). Toutefois, ce n’est plus aussi net aujourd’hui : les femmes sont toujours légèrement plus diplômées que les hommes, mais le fossé se comble.

27On verra dans le tableau 3 que la corrélation entre le modèle de la neutralité ou du reflet d’une part et formation d’autre part est pertinente. La première comparaison, dans le tableau 2, indiquait que la neutralité était passée d’une notion choisie particulièrement par les hommes à une notion choisie particulièrement par les femmes. Cette conclusion est nuancée par le croisement de contrôle avec la variable de la formation : il y a de nettes différences selon le genre, mais dans le groupe des journalistes qui n’ont pas suivi d’études spécialisées, la neutralité est choisie particulièrement par les femmes. Au cours du temps, les hommes et les femmes se sont rapprochés idéologiquement, à tel point qu’en 2005 il n’y a plus aucune différence entre les hommes et les femmes de ce groupe. En revanche, les différences de genre sont plus visibles dans le groupe des journalistes diplômés des écoles de journalisme : alors que l’idéal de neutralité était surtout choisi par les hommes en 1989, on observe un processus d’homogénéisation pendant les années 1990, aussi en 2005, ce sont surtout les femmes qui le choisissent. Tout bien considéré, dans le cas de l’idéal de neutralité ce sont les hommes diplômés qui dévient du schéma général puisqu’ils n’approuvent pas cet idéal autant que les autres individus.

Tableau 3 : Idéal de neutralité et idéal du reflet, en fonction du genre et de la formation (pourcentage de réponses tout à fait d’accord)

Tableau 3 : Idéal de neutralité et idéal du reflet, en fonction du genre et de la formation (pourcentage de réponses tout à fait d’accord)
  • 46 Schultz I., « The Journalistic Gut Feeling », Journalism Practice, 1, 2007, p. 190-207 : Tuchman G (...)
  • 47 Melin-Higgins M., « Female Educators and Male Craftsmen », art. cit.

28L’idéal de neutralité et l’idéal du reflet sont toujours choisis principalement par les journalistes n’ayant pas suivi de formation spécialisée au journalisme. Ces idéaux sont également plus populaires chez les femmes que chez les hommes. Cela tend à renforcer l’idée que l’identité professionnelle acquise via les écoles de journalisme est probablement typifiée comme masculine. Les femmes sont de plus en plus nombreuses à suivre ces études spécialisées mais, à ce sujet, elles sont plus proches de leurs collègues non diplômés que de leurs anciens camarades de classe masculins. La formation initiale n’est sans doute pas la forme de capital culturel la plus importante dans le champ du journalisme, le « capital professionnel », en termes d’expérience confirmée et d’accès aux sources, étant même plus important dans ce contexte46. Il n’en reste pas moins que le niveau de formation implique des postures différentes quant à l’identité professionnelle et aux idéaux. Les études de journalisme fonctionnent comme des banques symboliques, en ce sens qu’elles permettent un accès légitime au champ et qu’elles « utilisent les cours de journalisme pour reconstruire et rétablir la doxa journalistique47 ». Le retrait des hommes diplômés vis-à-vis de l’idéal de neutralité illustre le fait que les hommes et les femmes réagissent différemment au discours qui entoure les études professionnelles. Le genre est donc un facteur explicatif plus important que la formation pour la plupart des idéaux professionnels.

L’influence de l’organisation sur le choix d’une attitude de neutralité

29Pour étudier l’influence de la culture organisationnelle, j’ai choisi de travailler sur des médias sélectionnés selon une définition plutôt traditionnelle de la presse d’information privilégiant l’appartenance organisationnelle des individus. Cela exclut de fait les journalistes qui travaillent en free lance ainsi que les journalistes qui travaillent dans des magazines institutionnels et dans la presse professionnelle. SR et SVT sont des radio et télévision publiques.

  • 48 Wiik J., « High expectations. The watchdog ideal of Swedish journalists », in Masip P. & Rom J. (d (...)

30Les résultats (voir tableau 4 ci-dessous) montrent que les femmes, dans pratiquement tous les secteurs des médias, soutiennent de plus en plus l’idéal de neutralité depuis 1989. Dans toutes les organisations, elles répondent plus positivement que les hommes. Il y a cependant de grandes variations selon le type de média auquel elles appartiennent. Les journalistes reporters dans des tabloïds, par exemple, sont celles qui répondent le plus positivement et il existe un vrai fossé avec leurs collègues masculins. Les tabloïds du soir, en Suède, ont mauvaise réputation pour leur position immorale en matière de reportage et la priorité qu’ils donnent aux informations magazine et sensationnelles au détriment des reportages « sérieux ». Ces journaux sont aussi très sensibles au durcissement de la compétition, puisqu’ils sont principalement financés par la vente au numéro ; cette sensibilité apparaît notamment dans les changements drastiques observés quant aux représentations professionnelles48. Le fait que les femmes adhèrent massivement à l’idéal de la neutralité peut s’interpréter comme une réponse à la brutalité de la culture des salles de rédaction où la compétition fait rage, à la fois à l’intérieur et à l’extérieur, et comme une défense vis-à-vis des critiques envers le média pour lequel elles travaillent. On note souvent que les journalistes des tabloïds affirment plus que les autres leur identité professionnelle, au-delà des idéaux communs à toutes les journalistes femmes. Quand il s’agit de l’idéal de la neutralité, on remarque donc que la différence entre hommes et femmes dans ces organisations indique une interaction intéressante entre identités genrée et professionnelle, probablement alimentée par des influences commerciales. Cette thèse est corroborée par le fait que l’idéal de la neutralité est plus faible à SVT, télévision publique, où, comme dans les grands journaux urbains, la différence entre hommes et femmes se fait le moins sentir à cet égard.

31L’idéal du reflet suit la même structure, avec un soutien plus important des femmes à cet item dans tous les types de médias, à l’exception de SR. L’idéal du reflet est également plus fort dans les tabloïds du soir et le plus faible dans le service public. Les écarts de genre sont plus importants dans les tabloïds du soir et moins importants à SVT et SR.

Tableau 4 : Idéal de neutralité et idéal du reflet, en fonction du genre et du média d’appartenance (pourcentage de réponses tout à fait d’accord)

Tableau 4 : Idéal de neutralité et idéal du reflet, en fonction du genre et du média d’appartenance (pourcentage de réponses tout à fait d’accord)

NB : Certaines catégories trop restreintes ont été exclues de la comparaison, en raison de la faible fiabilité de ces données. Cela concerne notamment la télévision commerciale en 1989 et en 1994, puisque ce média en était alors à ses balbutiements. D’autres catégories réduites, comme les journalistes des tabloïds du soir et les journalistes de SVT ont pourtant été incluses, car elles contribuent à la représentativité globale de l’étude, même s’il convient de lire les chiffres détaillés avec prudence.

  • 49 Patterson T. E., « Political Roles of the Journalist », art. cit.

32L’idéal du reflet n’est pas vraiment corrélé avec l’idéal de la neutralité ; et ils sont même dans un rapport inverse chez les hommes comme chez les femmes. Ces deux idéaux ont un lien très fort avec les sources et les événements sociaux qui contrarient l’autonomie journalistique, mais de façon différente. Patterson décrit le rôle du journaliste comme la combinaison de deux dimensions : une dimension active/passive et une dimension partisan/neutre. La première dimension se réfère à l’autonomie du journaliste par rapport aux acteurs politiques. Un journaliste passif agit comme un instrument des politiques, alors qu’un journaliste actif interprète et enquête sur des sujets politiques. La deuxième dimension concerne le positionnement du journaliste en tant qu’acteur politique. Un journaliste neutre ne prend parti que lorsqu’il s’agit d’idées universelles comme la justice et l’honnêteté, alors qu’un partisan prendra directement position dans les débats politiques49. Il est évident que si la neutralité renvoie à une attitude professionnelle à l’égard des thématiques politiques, le reflet est associé à une passivité à l’égard des sources. Ainsi, ces tendances qui semblent opposées à première vue renvoient finalement à des dimensions différentes du processus de production journalistique qui sont étroitement liées.

33En conclusion, nous pouvons dire que le contrôle des facteurs d’âge et de formation nous apprend que, malgré des co-variations avec la variable genre, ni le niveau de diplôme ni l’appartenance organisationnelle n’expliquent les transformations genrées de l’idéologie journalistique. Les journalistes femmes s’orientent vers une position plus neutre et plus objective, tandis que les journalistes hommes tendent à adopter un idéal plus participatif. Aussi les écarts de genre que l’on observait en 1989 dans l’identité professionnelle des journalistes ont plus ou moins disparu.

Un champ genré en transition

  • 50 Löfgren-Nilsson M., « En dag på redaktionen – män och kvinnors arbeite », in Nohrstedt Stig A. (di (...)
  • 51 Hallin D. C. & Mancini P., Comparing media systems, op. cit.

34La structure sociale du groupe des journalistes a beaucoup changé au cours des dernières décennies, ces changements ayant des chances d’influencer l’image que la profession se fait d’elle-même. Aujourd’hui, la moitié des journalistes en Suède sont des femmes, alors qu’elles n’étaient qu’un tiers en 1989. Elles étaient alors sous-représentées à la radio, à la télévision et dans la presse du matin, ainsi qu’au niveau de l’encadrement. La situation a radicalement changé au cours des quinze dernières années : bien que les femmes soient encore rares en haut de la hiérarchie, le champ est plus ou moins équilibré dans les différents secteurs des médias et au niveau intermédiaire des rédactions. Les écarts sexués ont largement diminués bien qu’ils n’aient pas entièrement disparu50. Les résultats empiriques présentés ici montrent clairement que les changements pratiques et morphologiques du champ influencent la fabrication de l’identité journalistique. Les différences de genre dans la constitution de l’identité professionnelle s’érodent lentement cependant que le groupe des journalistes s’homogénéise. La logique de genre qui dominait auparavant connaît sans doute une transition au moment où les hommes et les femmes voient tous leur identité professionnelle changer, mais en se rapprochant mutuellement. Le modèle libéral évoqué par Hallin et Mancini semble inspirer les journalistes suédois qui tendent réciproquement vers une approche neutre – ce mouvement réduisant l’influence des caractéristiques individuelles comme le genre51. Le mouvement vers la neutralité est très net chez les femmes, quel que soit leur formation, leur âge ou leur poste de travail. Les hommes, d’autre part, choisissent de plus en plus des idéaux que l’on peut qualifier de participatifs et se rapprochent en cela des femmes dans leur attitude. On répète depuis longtemps que la neutralité est un attribut symbolique masculin dans le discours journalistique, mais j’ai montré que ceci n’est plus vrai dans le journalisme suédois : les valeurs liées au genre ont connu un véritable changement.

  • 52 Djerf-Pierre M. & Löfgren-Nilsson M., art. cit.

35Que peut-on en tirer comme conclusion à propos des logiques de genre ? Même si les salles de rédaction suédoises présentent presque toujours une division sexuelle du travail équilibrée, il existe toujours des formes de typification genrées des tâches et des affectations52. La professionnalisation croissante du journalisme suédois influence cependant aussi bien les hommes que les femmes et induit à une idéologie journalistique de plus en plus homogène, au moins sous certains aspects. Ainsi, certains des idéaux prennent de l’importance, libérés du poids des facteurs démographiques individuels et des différents buts organisationnels. Ces idéaux peuvent être considérés comme des bases de la construction de l’identité professionnelle, car partagés par tous les membres de la profession. Il demeure quelques détails qui montrent une variation entre hommes et femmes, ce qui semble indiquer une séparation de l’idéologie journalistique en deux niveaux : une symbolique à visée universalisante – une identité professionnelle – construite sur les valeurs centrales d’enquête et d’explication, et à un deuxième niveau, inférieur, une multitude d’idéaux divers, une structure flexible, pouvant potentiellement prendre des formes différentes suivant le contexte et la carrière individuelle.

36Si je traduis mes résultats dans le cadre d’interprétation de de Bruin, on peut dire que les femmes ont tendance à mettre leur identité professionnelle plus en avant que les hommes. Elles accordent une plus grande importance à tous les idéaux et cristallisent donc des identités professionnelles plus diversifiées. Mais surtout, elles ont tendance à plus mettre en avant les idéaux traditionnels de la neutralité et de l’enquête. Les hommes semblent moins impliqués dans cette symbolique. Peut-être n’ont-ils pas besoin de se battre autant pour leur place au sein de la profession et leur attitude plus détendue est-elle le signe de la posture d’un groupe privilégié. D’un autre côté, on peut aussi interpréter les différences d’attitude entre hommes et femmes comme l’indication d’une situation réelle : les femmes sont à l’avant-garde de la professionnalisation du champ. Pour les hommes, la différence entre identité genrée et identité professionnelle n’a jamais représenté un problème – à supposer même qu’elle existe ! La rationalité masculine a toujours été synonyme de valeur professionnelle dans l’esprit de chacun. De fait, les valeurs se féminisent et la transition vers l’idéal de la neutralité illustre une sorte de fusion entre les identités genrées et professionnelles dans le journalisme. Les identités genrées sont, bien sûr, bien plus vastes que de simples idéaux et sont toujours pertinents dans la pratique. Mais l’homogénéisation idéologique entre hommes et femmes aura, espérons-le, une influence positive sur cette dimension également.

37Que s’est-il passé ? L’évolution du champ journalistique, avec de nouvelles structures médiatiques et une compétition accrue, favorise l’émergence d’une idéologie de la neutralité qui a assoupli les schémas de genre. À une époque où les professions sont de plus en plus remises en question, la neutralité sert à légitimer le rôle privilégié de l’autonomie journalistique. Pour les femmes qui entrent massivement dans ce champ, elle peut également servir de capital symbolique dans un environnement masculin. Adopter consciemment et inconsciemment les valeurs masculines augmente les possibilités de carrière pour les femmes et leur accorde une légitimité dans ce métier.

38Les données empiriques suggèrent également qu’une nouvelle génération de journalistes femmes est en passe de remplacer l’ancienne et qu’elle a des idéaux moins participatifs. Ces journalistes plus jeunes ont été formées dans un environnement médiatique complètement différent et semblent adopter la logique masculine du champ plus facilement que leurs aînées à leur époque. Les transformations des identités professionnelles représentent peut-être le signe de l’arrivée d’une nouvelle génération de journalistes, qui pourrait accélérer la féminisation en termes d’évolution des idéaux. Les représentants de cette génération sont encore trop peu nombreux pour que nous puissions vérifier ces hypothèses empiriquement, mais il semble que cette tendance se remarque déjà dans les matériaux recueillis.

39La féminisation présumée de la production journalistique se reflète dans la construction de l’idéologie professionnelle. En même temps, il serait naïf de croire que l’homogénéisation des identités est seulement un progrès sur la route de l’égalité. L’écart entre idéal et réalité est élastique et dépend des situations. De Bruin le décrit bien lorsqu’elle évoque les interactions entre les différentes identités, où le genre surplombe parfois la profession, parfois non. Dans les données que j’ai récoltées, je vois des indices d’une féminisation du professionnalisme, ce qui signifie que les dichotomies qui constituent la logique genrée (telle que décrite dans le tableau 1) sont sur le point d’évoluer. Ce changement peut apparaître de deux façons : la première, en faisant évoluer l’interprétation de certains items particuliers. Si l’on voit la féminisation comme la conséquence d’une logique de marché de plus en plus prégnante, « l’orientation en direction du public » pourrait par exemple commencer à avoir une signification différente de que celle qu’elle avait initialement, c’est-à-dire travailler en dialogue permanent avec le public. Elle tend à être associée aux aspects négatifs de la commercialisation, avec l’idée que les entreprises capitalistes donnent au public ce qu’il attend, en mettant de côté toute considération déontologique.

  • 53 Cortina R. & San Román S., Women and teaching : global perspectives on the feminization of a profe (...)
  • 54 Adams T. L., « Feminization of Professions : The Case of Women in Dentistry », Canadian Journal of (...)

40La deuxième façon de voir ce changement est de considérer qu’il peut y avoir des renversements dans les dichotomies : par exemple, que l’idéal de la neutralité se déplace du côté masculin au côté féminin. Il devrait alors probablement y avoir une dévaluation de l’idéal en tant que capital professionnel. Si l’on considère d’autres professions, il est évident que le processus de féminisation a surtout pour enjeu de dévaluer le statut professionnel. Les salaires restent faibles ou baissent, l’autonomie décroît et les hommes abandonnent le métier. L’enseignement est un exemple de profession où la féminisation a eu de sérieux effets sur la culture professionnelle et sur la construction identitaire ; c’est un métier où la plus grande partie de l’effectif est féminine mais où les hommes occupent des positions supérieures53. Les dentistes représentent un autre exemple de monde où les femmes ont investi une culture traditionnellement masculine. Ce métier a connu les mêmes développements que le journalisme vers une compétition accrue, des organisations de plus en plus concentrées et des emplois plus précaires. Les objectifs de carrière des femmes sont les mêmes que ceux des hommes : la socialisation professionnelle fonctionne de la même façon pour les femmes que pour les hommes, et les femmes s’évertuent à rentrer dans le rôle sur un modèle masculin. Malgré cela, les femmes gagnent moins que les hommes, travaillent moins et passent plus de temps avec chaque patient – la perception des valeurs professionnelles n’est pas genrée, mais la pratique professionnelle, elle, l’est54.

41Il est bien sûr difficile de dire si les femmes ont commencé à investir un domaine en pleine évolution, ou si c’est la féminisation qui le fait évoluer, mais les transformations du champ journalistique en lien avec la féminisation traduisent actuellement un recul du statut et de l’autonomie professionnelle. Malheureusement, le journalisme alternatif « au féminin » semble être voué à être subordonné, même s’il correspondait à l’origine à une pratique « masculine ». Toutefois, l’identité professionnelle des journalistes suédois confirme que la logique genrée du champ est une construction qui, par bien des aspects, a des effets sur les pratiques effectives. Le discours se radicalise quand les limites professionnelles et l’ordre établi sont menacés, mais dans la pratique le journalisme « au féminin » s’avère être lucratif. La relation triangulaire entre forces commerciales, identités professionnelles en construction et féminisation mérite qu’on l’examine de plus près. Une cartographie du champ par des moyens statistiques est une base utile pour mener une analyse comparative, mais il serait utile de pouvoir analyser également la mise en pratique des identités professionnelles et la façon dont elles interagissent avec le genre dans la vie quotidienne au travail. L’homogénéisation des perceptions des hommes et des femmes est-elle le signe d’une égalité croissante entre les sexes, ou la féminisation du journalisme est-elle le premier signe que les hommes désertent le métier de journaliste ?

Bibliographie

Bibliographie

Adams T. L., « Feminization of Professions : The Case of Women in Dentistry », Canadian Journal of Sociology, 30, 2005, p. 71-94.

Aldridge M. & Evetts J., « Rethinking the concept of professionalism : the case of journalism », British Journal of Sociology, 54, 2003, p. 547-564.

Becker L. B., « Medium influence on reporters », in Ettema J. S. & Whitney D. C. (dir.), Individuals in Mass Media Organizations : Creativity and Constraint, Beverly Hills, Sage Publications Inc., 1982.

Benson R., « Mapping field variation : Journalism in France and the United States », in Benson R. & Neveu É. (dir.), Bourdieu and the Journalistic Field, Cambridge, Polity Press, 2005.

Bourdieu P. & Passeron J. -C., Reproduction in education, society and culture, London, Sage, 1990.

Bourdieu P., On television and journalism, London, Pluto, 1998.

Bourdieu P., Practical reason : on the theory of action, Stanford, Calif., Stanford University Press, 1998.

Carlsson U. & Harrie E. (dir.), Media trends in Denmark, Finland, Iceland, Norway and Sweden : statistics and analyses, Göteborg, Göteborg University, 2001.

Cohen B. C., The press and foreign policy, Princeton, N. J., Princeton UP, 1963.

Cortina R. & San Román S., Women and teaching : global perspectives on the feminization of a profession, New York, Palgrave Macmillan, 2006.

Bruin M. de, « Organizational, Professional and Gender Identites – Overlapping, Coinciding and Contradicting Realities in Caribbean Media Practices », in Bruin M. de & Ross K. (dir.), Gender and Newsroom Cultures. Identities at Work, Cresskill, Hampton Press, Inc., 2004.

Djerf-Pierre M. & Löfgren-Nilsson M., « Gender-Typing in the Newsroom : The Feminization of Swedish television News Production, 1958-2000 », in Bruin M. de & Ross K. (dir.), Gender and Newsroom Cultures. Identities at work, Cresskill, Hampton Press, Inc., 2004.

Djerf-Pierre M. & Weibull L., Spegla, granska, tolka : aktualitetsjournalistik i svensk radio och TV under 1900-talet, Stockholm, Prisma, 2001.

Djerf-Pierre M., « The Gender of Journalism. The Structure and Logic of the Field in the Twentieth Century », Nordicom Review, 2007, p. 81-104.

Djerf-Pierre M., « Journalisternas sociala bakgrund », in Asp K. (dir), Den svenska journalistkåren, Göteborg, Insitutionen för Journalistik och Mass Kommunikation (JMG), 2007.

Djerf-Pierre M., « Loney at the Top. Gendered Media Elites in Sweden », Journalism, 6, 2005, p. 65-290.

Edström M., « Journalisters arbete och utbildning », in Asp K. (dir), Den Svenska Journalistkåren, Göteborg, JMG, 2007.

Evetts J., « The Management of Professionalism : a contemporary paradox », Changing Teacher Roles, Identities and Professionalism, Kings College, London, 2005.

Evetts J., « The Sociological Analysis of Professionalism : Occupational Change in the Modern World », International Sociology, 18, 2003, p. 395-415.

Fournier V., « The appeal to “professionalism” as a disciplinary mechanism », Sociological Review, 47, 1999, p. 280-307.

Hadenius S. & Weibull L., Massmedier : en bok om press, radio & TV, Stockholm, Bonnier, 2005.

Hallin D. C. & Mancini P., Comparing media systems : three models of media and politics, New York, NY, Cambridge University Press, 2004.

Hallin D. C. & Papathanassopoulos S., « Political clientelism and the media : southern Europe and Latin America in comparative perspective », Media Culture Society, 24, 2002, p. 175-195.

Janowitz M., « Professional Models in Journalism : The Gatekeeper and the Advocate », Journalism Quarterly, 52, 1975, p. 618-626.

Johnstone J. W. C., Slawski E. J. & Bowman W. W., The news people : a sociological portrait of American journalists and their work, Urbana, University of Illinois P., 1976.

Josephi B., « Journalism in the Global Age : Between Normative and Empirical », Gazette, 67, 2005, p. 575-590.

Köcher R., « Bloodhounds or Missionairs : Role Definitions of German and British Journalists », European Journal of Communication, 1, 1986, p. 43-64.

Kovach B., Rosenstiel T. & Mitchell A., How Journalists see journalists. Views on profits, performance and politics, Washington, The Pew Research Centre For The People & The Press, 2004.

Lafky S., Gender and the Professional Values and Orientation among Journalists : a Cross Cultural Comparison, Association for Education in Journalism and Mass Communication, Minneapolis, 1990.

Löffelholz M., « Heterogenous – Multidimensional – Competing. Theoretical Approaches to Journalism – An Overview », in Löffelholz M. & Weaver D. H. (dir.), Global Journalism Research. Theories, Methods, Findings, Future, Malden, Blackwell Publishing, 2008.

Löfgren-Nilsson M., « Doings and thinkings of gender – Swedish television news (SVT) as a case », Presented at IAMCR (International Association for Media and Communication research), Paris 16-22 July, 2007.

Löfgren-Nilsson M., « “Pennskaften” Female Journalists in Sweden », Gothenburg, JMG, 1995.

Löfgren-Nilsson M., « En dag på redaktionen – män och kvinnors arbeite », in Nohrstedt Stig A. (dir.), En nyhetsdag : svenska nyhetsredaktioners, organisation, reportrar och uppdrag, Örebro, Örebro University, 1994.

Löfgren-Nilsson M., Manligt, kvinnligt, journalistiskt – män och kvinnors syn på nyhetsvärdering, Nr 21. Göteborg, JMG, 1992.

Melin M., Gendered Journalism Cultures, Gothenburg, JMG, 2008.

Melin-Higgins M., « Female Educators and Male Craftsmen ? The Professional Ideals among Swedish Journalists », Nordicom Review, 1, 1996.

Melin-Higgins M., Pedagoger och spårhundar : en studie av svenska journalisters yrkesideal, Göteborg, Institutionen för journalistik och masskommunikation Univ, JMG, 1996.

Mwesige P. G., « Disseminators, Advocates and Watchdogs : A Profile of Ugandan Journalists in the New Millennium », Journalism, 5, 2004, p. 69-96.

Neveu É., « Pierre Bourdieu. Sociologist of media, or sociologist for media scholars ? », Journalism Studies, 8, 2007, p. 335-347.

Nygren G., Yrke på glid : om journalistrollens de-professionalisering, Stockholm, Sim (o), 2008.

Papathanassopoulos S., « Media Commercialization and Journalism in Greece », European Journal of Communication, 16, 2001, p. 505-521.

Patterson T. E., « Political Roles of the Journalist », in Graber D. A., Norris P. & Mcquail D. (dir.), The politics of news, the news of politics, Washington D. C., CQ Press, 1998.

Robinson G. J. & Saint-Jean A., « Canadian Women Journalists : The “Other Half” of the Equation », in Weaver D. H. (dir.), The Global Journalist. Cresskill, Hapton Press, 1998.

Robinson G. J., Gender, journalism, and equity : Canadian, US, and European experiences, Cresskill, N. J., Hampton Press, 2005.

Ross K., « Sex at Work : Gender Politics and Newsrooms Culture », in Bruin M. de & Ross K. (dir.), Gender and Newsroom Culture. Identities at Work, Creskill, Hampton Press, 2004.

Schultz I., « The Journalistic Gut Feeling », Journalism Practice, 1, 2007, p. 190-207.

Siegrist H., « Professionalization as a process : patterns, progression and discontinuity », in Burrage M. & Torstendahl R. (dir.), Professions in theory and history. Rethinking the Study of the Professions, London, Sage, 1990.

Skeggs B., Formations of class and gender : becoming respectable, London, Sage, 1997.

Soloski J., « News reporting and professionalism : some constraints on the reporting of the news », Media Culture & Society, 11, 1989, p. 207-228.

Tuchman G., Making news : a study in the construction of reality, New York, Free P., 1978.

Tyrkkö A., Karlqvist L. & Arbetslivsinstitutet, Arbetsvillkor och arbetsbelastning i journalistiskt arbete : en studie av tidningsredaktioner, Stockholm, Arbetslivsinstitutet, 2005.

Van Zoonen L. & Donsbach W., « Professional Values and Gender in British and German Journalism », International Communication Association conference, New Orleans, 1988.

Van Zoonen L., « One of the Girls. The Changing Gender of Journalism », in Carter C., Ranston G. & Allan S. (dir.), News, Gender and Power, London, Routledge, 1998.

Van Zoonen L., Feminist media studies, London, Sage, 1994.

Weaver D. H. & Wilhoit G. C., The American journalist : a portrait of US news people and their work, Bloomington, Ind., Indiana University Press, 1991.

Wiik J., « High expectations. The watchdog ideal of Swedish journalists », in Masip P. & Rom J. (dir.), Communication crossroads : limits and transgressions, Barcelona, Facultat de Ciènces de la Comunicació Blanquerna – Universitat Ramon Lull, 2007.

Wiik J., Granskningsidealet, in Asp K. (dir.), Den svenska journalistkåren, Göteborg, Institutionen för Journalistik och Masskommunikation, JMG, 2007.

Wiik J., « Journalisternas syn på sig själva », in Asp K. (dir.), Den svenska journalistkåren, Göteborg, JMG, 2007.

Windahl S., Professionella kommunikatörer : en explorativ studie, Lund, Studentlitteratur, 1975.

Wu W. & Weaver D. H., The global journalist : news people around the world, Cresskill, N. J., Hampton Press, 1998.

Zilliacus-Tikkanen H., Journalistikens essens i ett könsperspektiv : The essence of journalism in a gender perspective, Helsingfors, Rundradions jämställdhetskommitté, 1997.

Notes

1 Aldridge M. & Evetts J., « Rethinking the concept of professionalism : the case of journalism », British Journal of Sociology, 54, 2003, p. 547-564.

2 Fournier V., « The appeal to “professionalism” as a disciplinary mechanism », Sociological Review, 47, 1999, p. 280-307.

3 Nygren G., Yrke på glid : om journalistrollens de-professionalisering, Stockholm, Sim (o), 2008.

4 Van Zoonen L., « One of the Girls. The Changing Gender of Journalism », in Carter C., Ranston G. & Allan S. (dir), News, Gender and Power. London, Routledge, 1998 ; Robinson G. J., Gender, journalism, and equity : Canadian, US, and European experiences, Cresskill, N. J., Hampton Press, 2005 ; Ross K., « Sex at Work : Gender Politics and Newsrooms Culture », in Bruin M. de & Ross K. (dir), Gender and Newsroom Culture. Identities at Work. Creskill, Hampton Press, 2004 ; Djerf-Pierre M., « The Gender of Journalism. The Structure and Logic of the Field in the Twentieth Century », Nordicom Review, 2007, p. 81-104.

5 Bourdieu P., On television and journalism, London, Pluto, 1998.

6 Neveu É., « Pierre Bourdieu. Sociologist of media, or sociologist for media scholars ? », Journalism Studies, 8, 2007, p. 335-347.

7 Skeggs B., Formations of class and gender : becoming respectable, London, Sage, 1997.

8 Evetts J., « The Management of Professionalism : a contemporary paradox », in Changing Teacher Roles, Identities and Professionalism, Kings College, London, 2005.

9 Ibid., p. 3.

10 Siegrist H., « Professionalization as a process : patterns, progression and discontinuity », in Burrage M. & Torstendahl R. (dir) Professions in theory and history. Rethinking the Study of the Professions. London, Sage, 1990.

11 Evetts, art. cit.

12 Melin-Higgins M., « Female Educators and Male Craftsmen ? The Professional Ideals among Swedish Journalists », Nordicom Review, 1, 1996 ; Janowitz M., « Professional Models in Journalism : The Gatekeeper and the Advocate », Journalism Quarterly, 52, 1975, p. 618-26 ; Köcher R., « Bloodhounds or Missionairs : Role Definitions of German and British Journalists », European Journal of Communication, 1, 1986, p. 43-64 ; Mwesige P. G., « Disseminators, Advocates and Watchdogs : A Profile of Ugandan Journalists in the New Millennium », Journalism, 5, 2004, p. 69-96 ; Melin M., Gendered Journalism Cultures, Gothenburg, JMG, 2008 ; Johnstone J. W. C., Slawski E. J. & Bowman W. W., The news people : a sociological portrait of American journalists and their work, Urbana, Univ. of Illinois P., 1976.

13 Weaver D. H. & Wilhoit G. C., The American journalist : a portrait of US news people and their work, Bloomington, Ind., Indiana University Press, 1991.

14 Johnstone et al., op. cit.

15 Van Zoonen L. & Donsbach W., « Professional Values and Gender in British and German Journalism », International Communication Association conference, New Orleans, 1988.

16 Melin-Higgins M., Pedagoger och spårhundar : en studie av svenska journalisters yrkesideal, Göteborg, Institutionen för journalistik och masskommunikation Univ. (JMG), 1996.

17 Löfgren-Nilsson M., Manligt, kvinnligt, journalistiskt – män och kvinnors syn på nyhetsvärdering, Nr 21., Göteborg, JMG, 1992.

18 Robinson G. J. & Saint-Jean A., « Canadian Women Journalists : The “Other Half” of the Equation », in Weaver D. H. (dir), The Global Journalist. Cresskill, Hapton Press, 1998.

19 Van Zoonen L., Feminist media studies, London, Sage, 1994, p. 55.

20 Löffelholz M., « Heterogenous – Multidimensional – Competing. Theoretical Approaches to Journalism – An Overview », in Löffelholz M. & Weaver D. H. (dir), Global Journalism Research. Theories, Methods, Findings, Future. Malden, Blackwell Publishing, 2008.

21 Hallin D. C. & Mancini P., Comparing media systems : three models of media and politics, New York, NY, Cambridge University Press, 2004, p. 13.

22 Ibid, p. 252.

23 Hallin D. C. & Papathanassopoulos S., « Political clientelism and the media : southern Europe and Latin America in comparative perspective », Media Culture Society, 24, 2002, p. 175-195 ; Papathanassopoulos S., « Media Commercialization and Journalism in Greece », European Journal of Communication, 16, 2001, p. 505-521.

24 Josephi B., « Journalism in the Global Age : Between Normative and Empirical », Gazette, 67, 2005, p. 575-590.

25 Evetts J., « The Sociological Analysis of Professionalism : Occupational Change in the Modern World », International Sociology, 18, 2003, p. 395-415 ; Soloski J., « News reporting and professionalism : some constraints on the reporting of the news », Media Culture & Society, 11, 1989, p. 207-228.

26 Evetts J., « The Sociological Analysis of Professionalism », art. cit. ; Aldridge M. & Evetts J., art. cit. ; Soloski J., art. cit.

27 Ibid.

28 Bourdieu P. & Passeron J. -C., Reproduction in education, society and culture, London, Sage, 1990.

29 Djerf-Pierre M., art. cit. ; Van Zoonen L., « One of the Girls », art. cit.

30 Djerf-Pierre M., « Loney at the Top. Gendered Media Elites in Sweden », Journalism, 6, 2005, p. 265-290.

31 Djerf-Pierre M., « The Gender of Journalism », art. cit.

32 Zilliacus-Tikkanen H., Journalistikens essens i ett könsperspektiv : The essence of journalism in a gender perspective, Helsingfors, Rundradions jämställdhetskommitté, 1997 ; Van Zoonen L., Feminist media studies, op. cit., Djerf-Pierre M. & Löfgren-Nilsson M., « Gender-Typing in the Newsroom : The Feminization of Swedish television News Production, 1958-2000 », in Bruin M. de & Ross K. (dir.) Gender and Newsroom Cultures, op. cit.

33 Melin M., op. cit.

34 Bruin M. de, « Organizational, Professional and Gender Identites – Overlapping, Coinciding and Contradicting Realities in Caribbean Media Practices », in Bruin M. de & Ross K. (dir.), Gender and Newsroom Cultures, op. cit.

35 Ibid., p. 13.

36 Benson R., « Mapping field variation : Journalism in France and the United States », in Benson R. & Neveu É. (dir.), Bourdieu and the Journalistic Field, Cambridge, Polity Press, 2005.

37 Becker L. B., « Medium influence on reporters », in Ettema J. S. & Whitney D. C. (dir.), Individuals in Mass Media Organizations : Creativity and Constraint, Beverly Hills, Sage Publications Inc., 1982 ; Windahl S., Professionella kommunikatörer : en explorativ studie, Lund, Studentlitteratur, 1975 ; Wu W. & Weaver D. H., The global journalist : news people around the world, Cresskill, N. J., Hampton Press, 1998.

38 Ndt : Les « metropolitan papers » sont des quotidiens publiés dans les grandes villes du pays, qui occupent une situation équivalente à la presse quotidienne nationale en France, mais qui couvrent les principales grandes villes du pays, dans un système territorial multipolaire.

39 Hadenius S. & Weibull L., Massmedier : en bok om press, radio & TV, Stockholm, Bonnier, 2005.

40 Carlsson U. & Harrie E. (dir.), Media trends in Denmark, Finland, Iceland, Norway and Sweden : statistics and analyses, Göteborg, Göteborg University, 2001.

41 Tyrkkö A., Karlqvist L. & Arbetslivsinstitutet, Arbetsvillkor och arbetsbelastning i journalistiskt arbete : en studie av tidningsredaktioner, Stockholm, Arbetslivsinstitutet, 2005.

42 Djerf-Pierre M. & Weibull L., Spegla, granska, tolka : aktualitetsjournalistik i svensk radio och TV under 1900-talet, Stockholm, Prisma, 2001 ; Patterson T. E., « Political Roles of the Journalist », in Graber D. A., Norris P. & Mcquail D. (dir), The politics of news, the news of politics, Washington, D. C., CQ Press, 1998.

43 Kovach B., Rosenstiel T. & Mitchell A., How Journalists see journalists. Views on profits, performance and politics, Washington, The Pew Research Centre For The People & The Press, 2004.

44 Melin-Higgins M., « Female Educators and Male Craftsmen ? The Professional Ideals among Swedish Journalists », Nordicom Review, 1, 1996.

45 Djerf-Pierre M., « The Gender of Journalism », art. cit. ; Edström M., « Journalisters arbete och utbildning », in Asp K. (dir.), Den Svenska Journalistkåren. Göteborg, JMG, 2007.

46 Schultz I., « The Journalistic Gut Feeling », Journalism Practice, 1, 2007, p. 190-207 : Tuchman G., Making news : a study in the construction of reality, New York, Free P., 1978.

47 Melin-Higgins M., « Female Educators and Male Craftsmen », art. cit.

48 Wiik J., « High expectations. The watchdog ideal of Swedish journalists », in Masip P. & Rom J. (dir.), Communication crossroads : limits and transgressions, Barcelona, Facultat de Ciènces de la Comunicació Blanquerna – Universitat Ramon Lull, 2007 ; Wiik J., « Journalisternas syn på sig själva », in Asp K. (dir.), Den svenska journalistkåren, Göteborg, JMG, 2007.

49 Patterson T. E., « Political Roles of the Journalist », art. cit.

50 Löfgren-Nilsson M., « En dag på redaktionen – män och kvinnors arbeite », in Nohrstedt Stig A. (dir.), En nyhetsdag : svenska nyhetsredaktioners, organisation, reportrar och uppdrag, Örebro, Örebro University, 1994 et « Doings and thinkings of gender – Swedish television news (SVT) as a case », Presented at IAMCR (International Association for Media and Communication research), Paris 16-22 July, 2007 ; Djerf-Pierre M. & Löfgren-Nilsson M., « Gender-Typing in the Newsroom : the femization of Swedish television news production, 1958-2000 », in Bruin M. de, Ross K. (dir.), Gender and Newsroom Cultures, Cresskill, Hampton Press, 2004, p. 79-117.

51 Hallin D. C. & Mancini P., Comparing media systems, op. cit.

52 Djerf-Pierre M. & Löfgren-Nilsson M., art. cit.

53 Cortina R. & San Román S., Women and teaching : global perspectives on the feminization of a profession, New York, Palgrave Macmillan, 2006.

54 Adams T. L., « Feminization of Professions : The Case of Women in Dentistry », Canadian Journal of Sociology, 30, 2005, p. 71-94.

Table des illustrations

Titre Tableau 1 : La logique genrée du journalisme
Légende Source : Djerf-Pierre M., « The Gender of Journalism », art. cit., 2007.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/13728/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Tableau 2 : Idéaux professionnels perçus par les hommes et par les femmes, 1989-2005 (proportions respectives en %)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/13728/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Tableau 3 : Idéal de neutralité et idéal du reflet, en fonction du genre et de la formation (pourcentage de réponses tout à fait d’accord)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/13728/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 125k
Titre Tableau 4 : Idéal de neutralité et idéal du reflet, en fonction du genre et du média d’appartenance (pourcentage de réponses tout à fait d’accord)
Légende NB : Certaines catégories trop restreintes ont été exclues de la comparaison, en raison de la faible fiabilité de ces données. Cela concerne notamment la télévision commerciale en 1989 et en 1994, puisque ce média en était alors à ses balbutiements. D’autres catégories réduites, comme les journalistes des tabloïds du soir et les journalistes de SVT ont pourtant été incluses, car elles contribuent à la représentativité globale de l’étude, même s’il convient de lire les chiffres détaillés avec prudence.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/13728/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 207k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search