Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La fabrique de l’honneur

 | 
Bruno Dumons
, 
Gilles Pollet

Deuxième partie. La République et les décorations

Décorer le don. Du diplôme d’honneur au Mérite du sang

Sophie Chauveau

Texte intégral

  • 1 Olivier Ihl, Le Mérite et la République. Essai sur la société des émules, Paris, Gallimard, 2007.

1La décoration vaut reconnaissance et honneur, elle offre une distinction et place son bénéficiaire dans une catégorie à part ou supérieure au commun des individus1. Rien, dans ces interprétations de la décoration, ne semble plus contraire aux motivations des donneurs de sang qui justifient leur geste par la solidarité et la générosité. Pourtant, dès la fin des années 1940, les donneurs de sang en France ont reçu des récompenses et des décorations en reconnaissance de leur geste. Cet usage de la décoration pose plusieurs problèmes : il oblige à s’interroger sur la nature du don que font les donneurs de sang mais aussi sur la fonction même de la décoration. En effet, le diplôme du donneur de sang et la médaille apparaissent comme un moyen de distinguer un individu mais également comme une solution de rétribution. Néanmoins tous les donneurs sont loin d’exiger ces récompenses. Par ailleurs, les décorations des donneurs contribuent au rassemblement de ces derniers au sein d’associations.

  • 2 Marcel Mauss, « Essai sur le don. Forme et raison de l'échange dans les sociétés archaïques », Soc (...)
  • 3 Maurice Godelier, L’Énigme du don, Paris, Fayard, 1997 ; Michel Callon, « The Embeddedness of Econ (...)
  • 4 Jacques Godbout, L'Esprit du don, Paris, La Découverte, 1992 ; Jacques Godbout, Ce qui circule ent (...)
  • 5 Maurice Godelier, Au fondement des sociétés humaines. Ce que nous apprend l’anthropologie, Paris, (...)
  • 6 Philippe Steiner, « Le don d’organes : une typologie analytique », Revue Française de Sociologie, (...)

2Étudier les décorations remises aux donneurs de sang soulève plusieurs questions. Une première difficulté est celle de la définition du don et en particulier celui du sang. Ce dernier a été analysé dans la perspective d’un système d’échange : don et contre-don2 ou comme un modèle d’organisation des économies coexistant avec le marché3. Certains insistent plutôt sur l’absence de contre partie : cela ne signifie pas qu’il n’y ait pas de retour mais celui-ci n’est pas la motivation du don4. Cela revient à dire que le don n’est pas un geste contractualisé. Les études les plus récentes sur le don prennent de plus en plus en considération ce qui fait l’objet du don pour comprendre les dynamiques sociales qui sont ainsi exprimées5, elles montrent aussi que l’économie du don n’est ni le marché, ni le don pur, ce qui n’exclut pas non plus des dimensions commerçantes6.

  • 7 Pierre Bourdieu, Esquisse d’une théorie de la pratique, Paris, Le Seuil, 2000 (1re éd. : Droz, 197 (...)
  • 8 Olivier Ihl, « Hiérarchiser des égaux. Les distinctions honorifiques sous la Révolution Française  (...)

3Une seconde difficulté concerne le principe de la décoration : selon quels principes est-elle accordée ? Y a-t-il de la part des bénéficiaires des stratégies particulières ? Assiste-t-on à l’émergence de phénomènes de bureaucratisation et de réorganisation des hiérarchies ? La distinction attachée à la décoration et la recherche de la reconnaissance favorisent en effet des formes de compétition et d’émulation qui paraissent très éloignées de l’esprit dominant chez les donneurs de sang. Pourtant, le système de décoration des donneurs est construit sur le modèle de l’émulation qui vise à récompenser davantage et à distinguer ceux qui ont le plus donné, en en faisant des exemples. C’est la raison pour laquelle nous analysons le don du sang non pas comme un don sans contrepartie mais un don où la contrepartie est différée dans le temps7. Les récompenses octroyées aux donneurs de sang sont de ce point de vue comparables aux récompenses offertes aux citoyens vertueux et destinées à exalter l’esprit civique8. Ainsi les décorations ont joué un rôle dans l’essor du don du sang et sa promotion, non sans susciter des débats chez les donneurs de sang eux-mêmes. Il s’agit donc de préciser la fonction de la décoration dans un système fondé sur le don et le bénévolat et indispensable au développement des activités de transfusion sanguine. Dans un premier temps, à partir des controverses sur le recours aux décorations, on verra comment celles-ci participent à l’organisation du don du sang. Puis on rappellera les origines de ces décorations. Enfin, on précisera les évolutions les plus marquantes de ce système de décoration.

À quoi servent les décorations des donneurs de sang ?

4Le recours à la décoration pour distinguer les donneurs les plus méritants est loin de faire l’unanimité chez les donneurs de sang. Dès la fin des années 1940, médailles et diplômes sont attribués aux donneurs les plus généreux. Toutefois, certains critiquent la distribution des récompenses tandis que d’autres s’abstiennent aux cérémonies de remise de ces décorations.

« Grande animation au nouvel Hôtel de Ville de Voiron où la municipalité recevait 81 donneuses et donneurs de sang bénévoles pour la remise officielle des diplômes et insignes. Vu le grand nombre de “volontaires du sang méritants”, M. Gallix, secrétaire général de la mairie, avait tenu à ce que cette fête de famille revête un éclat particulier. [La cérémonie a lieu en présence du maire et d’une partie du conseil municipal ainsi que des responsables de l’amicale des donneurs de sang.] Le maire de Voiron, dans une allocution cordiale exalte la générosité des donneurs de sang, on sent au cœur de ses paroles toute l’affection que ce magistrat plein de bonté a à leur égard [...]. “Votre association n’est pas une organisation revendicative et vous n’attendez ni salaire, ni récompense pour le sang que vous donnez dans l’anonymat le plus complet, dans le seul but de sauver des vies humaines. Vous ne vous considérez pas pour cela comme des héros ; avec votre sang vous donnez votre cœur car vous savez que, selon les paroles du ministre lui-même : La vie se donne, la vie ne s’achète pas, la vie ne se paie pas”. Si cependant le ministre de la Santé Publique a tenu à récompenser par un diplôme et une médaille les donneurs de sang les plus méritants, c’est qu’il a voulu marquer l’importance qu’il accorde au don de sang. »

5Dans sa réponse, le président de l’amicale des donneurs de sang déclare :

  • 9 « Remise de diplômes et d’insignes », Le Donneur de Sang bénévole, avril 1968.

« Chers amis, l’insigne que vous allez recevoir, je vous demande de le porter fièrement, c’est pour vous à la fois un droit et un devoir. Un droit que vous avez acquis par votre geste généreusement renouvelé ; un devoir également non pas pour montrer aux autres votre générosité, mais pour faire réfléchir et convaincre les hésitants et les réfractaires. Notre œuvre est passionnante parce qu’elle repose sur l’altruisme le plus large qui soit, le don irremplaçable d’une parcelle de vie à un inconnu en danger de mort. Nous devons la poursuivre avec courage et faire l’impossible pour l'inculquer aux autres9. »

  • 10 Discours du docteur Philippe Raoul-Duval, directeur du centre de transfusion sanguine de Saint-Éti (...)

6Ici la récompense consacre un geste de solidarité et de générosité, elle doit aussi être un exemple pour ceux qui ne donnent pas encore ou hésitent à le faire. Comme tous les systèmes de décoration, les diplômes et les médailles des donneurs de sang ont aussi leurs adversaires qui en font le « hochet des vanités ». Le responsable du centre de transfusion de Saint-Étienne, le docteur Raoul-Duval, est très critique à propos de la remise des décorations : « Le bénévolat auquel se trouve lié l’anonymat doit également éviter de faire du tapage autour du geste. C’est dans votre cœur que doit rester la joie de donner10. » À ces positions très tranchées sur le principe de la décoration des donneurs, il faut ajouter l’indifférence d’un très grand nombre de donneurs : près de la moitié d’entre eux ne retirent pas leurs décorations à la fin des années 1960. La décoration du donneur de sang n’est pas sollicitée par ce dernier : elle lui est attribuée de façon automatique, en fonction du nombre de ses dons.

7L’existence de ces décorations ne manque pas de surprendre dans la mesure où le don du sang est d’abord présenté comme un geste volontaire, bénévole et anonyme. La satisfaction procurée par le geste de donner son sang, permettant de sauver ainsi des vies, devrait suffire à la récompense du donneur. La décoration remplit dans les faits deux fonctions. La première est de gratifier le donneur, ce qui invalide la représentation d’un don sans contre-partie. Le don du sang n’est pas un geste sans contre-partie : il procède d’un calcul inavoué qui s’exprime de manières très différentes. Le donneur peut par exemple espérer recevoir un jour la rétribution de son don en recevant à son tour le sang d’un autre. Il peut également attendre d’être récompensé de son geste par la reconnaissance attachée à la décoration. Enfin, le donneur peut être motivé par le désir de se valoriser, il a le sentiment d’avoir bien agi : cela peut demeurer de l’ordre de l’intime, ce qui explique que tous les donneurs ne recherchent pas la décoration et le cérémonial public qui s’y attache.

8La décoration permet de valoriser un acte de générosité et de solidarité et d’en permettre la reconnaissance auprès du plus grand nombre : elle est un outil de propagande en faveur du don du sang, ce qui explique qu'elle ait joué un tel rôle dans l’organisation du monde des donneurs et de leurs associations. La consultation des revues des associations de donneurs de sang permet de saisir l’importance, pour les membres de ces associations, des décorations et du cérémonial de leur remise. Les décorations servent à structurer le monde des donneurs de sang : les associations de donneurs sont souvent des relais pour la remise des diplômes et des médailles. Ainsi légitimées, ces associations prétendent devenir un des interlocuteurs privilégiés des organisations de transfusion pour le recrutement de nouveaux donneurs et la propagande en faveur du don. La décoration aide à reconnaître l’investissement des donneurs de sang au service de la transfusion sanguine : cela justifie les revendications pour la création d’un « Mérite du sang » et pour la reconnaissance d’utilité publique de la Fédération des donneurs de sang. L’histoire de ces décorations montre que celles-ci sont utilisées pour distinguer des individus tout en servant l’idéal de la transfusion sanguine.

Diplômes et médailles des donneurs de sang

  • 11 Arrêté du 11 février 1950 portant création d’un diplôme spécial de donneur de sang, JO, 24 février (...)
  • 12 Georges Jeanneney et Guy Ringenbach, Traité de la transfusion sanguine, Paris, Masson, 1940.

9L’arrêté du 11 février 195011 réglemente la délivrance du diplôme et des insignes de donneur de sang. Cet arrêté est pris au moment où le principe du don gratuit, volontaire et anonyme l’emporte sur celui du don rémunéré. En effet, le recrutement des premiers donneurs de sang, dès l’entre-deux-guerres, s’était accompagné d’un système de rémunération permettant de compenser les frais de transport et le dérangement occasionné, les donneurs étant appelés en urgence. À partir des années 1930, lorsque commencent à se diffuser des techniques de conservation du sang, l’idée d’un don sans contrepartie est exprimée par certains médecins12.

  • 13 Christian Bonah, L’Expérimentation humaine. Discours et pratiques en France (1900-1940 % Paris, Le (...)
  • 14 Arrêté du 24 janvier 1953 relatif à l’indemnisation des donneurs appelés en urgence, JO, 11 févrie (...)

10La règle du bénévolat se diffuse pendant le second conflit mondial, au nom de la solidarité et en raison des besoins liés aux combats. Pour autant, l’assimilation des donneurs bénévoles à la Résistance et des donneurs rémunérés à la collaboration n’en est pas moins caricaturale, même si elle fait fortune dans l’immédiat après-guerre. Le principe du don gratuit est bien plus fermement défendu par des médecins, des fonctionnaires de la santé publique, des donneurs qui se soucient du respect de la dignité du corps humain et condamnent à ce titre le commerce du corps13. Enfin, à la fin des années 1940, lorsque sont créés de nouveaux centres de transfusion sanguine, le manque de moyens conduit à réserver les indemnités aux seuls cas d’urgence que sont les transfusions de sang frais14.

  • 15 Compte-rendu de l’assemblée générale constitutive de la Fédération nationale des donneurs de sang, (...)

11La création d’un ensemble de récompenses pour les donneurs résulte de la mobilisation des associations et des amicales, en particulier les donneurs bénévoles de Paris et la Fédération des donneurs de sang, qui a vu le jour en 1949. Elles obtiennent l’institution d’un ensemble de décorations, s’inspirant de pratiques déjà en vigueur à l’étranger. Aux États-Unis, dès 1941, la Croix-Rouge met en place un système de récompenses pour les donneurs de sang. Ces récompenses sont considérées comme une incitation forte à donner de façon à répondre aux besoins des programmes de préparation de plasma pour les armées. Dès le premier don, un pins est distribué puis des écussons aux dons suivants. Suivant ce modèle, l’armée française décerne à son tour un diplôme au cinquième don et une médaille au dixième don. C’est ce système que les associations de donneurs entendent transposer aux populations civiles15.

  • 16 Arrêté du 11 février 1950 portant création d’un diplôme spécial de donneur de sang, JO, 24 février (...)

12Les diplômes et insignes institués par l’arrêté du 11 février 1950 sont destinés à « reconnaître le dévouement précieux et désintéressé des donneurs de sang bénévoles dans les services sanitaires civils16 ». Ils sont délivrés suivant l’avis du directeur du centre de transfusion sanguine (cts) où est inscrit le donneur – ce qui ne va pas toujours de soi car certains donneurs sont inscrits dans plusieurs cts – et l’avis du directeur départemental de la Santé. Ce diplôme autorise le port d’insignes : pour 5 dons, un insigne en métal argenté, présentant une croix d’émail rouge, cantonnée de 4 appels « SOS sang » d’argent et chargée en abîme d’un listel d’or en applique gravé du mot sang du même émail. Pour 20 dons, l’insigne est en métal doré, pour 50 dons, insigne en métal doré portant une étoile d’or sur la branche supérieure de la croix ; pour 100 dons, les branches supérieures et inférieures de la croix portent une étoile d’or. L’institution de ces décorations reçoit l’appui des instances représentatives de la transfusion sanguine et celui de la direction de l’Hygiène sociale.

13Le décompte des dons est fait à compter du 1er janvier 1946 et il inclut les dons faits dans les services sanitaires des armées. Le choix de cette date n’a jamais été clairement explicité. Il est probable qu’il se justifie par le fait qu’il s’agit de la première année de paix. D’autre part, les organismes de transfusion sanguine ont été dotés en 1946 d’instances représentatives par l’intermédiaire de la Commission consultative de la transfusion sanguine (CCTS) favorisant une uniformisation des pratiques. À partir de 1956, les délais pour obtenir une médaille ou un diplôme s’allongent car le nombre des dons est désormais limité à 5 par an pour les hommes et 3 par an pour les femmes. Ce barème a été modifié en 2005, sous la pression d’une menace de saisie de la Cour européenne de justice : un nouveau décompte permet de ne plus pénaliser les femmes qui sont aujourd’hui les plus nombreuses chez les donneurs de sang.

  • 17 Sophie Chauveau, DU don au marché. Politiques du sang en France..., op. cit.

14La décoration se justifie parce que le donneur remplit un « devoir national ». Cette exaltation du devoir national est très forte dans les années 1950 où l’offre de sang est loin de satisfaire la demande : les médecins doivent adapter leur pratique aux quantités de sang disponibles. La pénurie est sans cesse redoutée : des campagnes de collecte régulières sont organisées. Les « journées du sang » sont des collectes mobiles qui permettent de suppléer à l’absence d’infrastructures durables en de nombreuses villes. Le don du sang est l’exercice d’un devoir civique encouragé par l’exemple de plusieurs ministres, la plupart démocrates chrétiens, au début de la Quatrième République17. La remise de la décoration consacre ce devoir, bien que les discours, lors des cérémonies de remise des diplômes, évoquent plus volontiers la dimension généreuse du geste.

  • 18 Le Donneur de Sang, 1951, 15.

15Pour les associations et les amicales de donneurs, les décorations servent à la promotion du don du sang. Les associations voient le jour dès la fin des années 1940, elles réunissent quelques donneurs soucieux de faire connaître leur geste. Elles recrutent les donneurs, elles font respecter la morale, notamment le code du donneur et la tempérance, elles participent à l’organisation des « journées du sang ». Les diplômes et les médailles remplissent un rôle d’émulation entre les donneurs. La remise de ces récompenses se fait au début en présence de responsables du ministère de la Santé : en outre, le ministre de la Santé lui-même signe les premiers diplômes. L’une des premières remises de diplômes, en 1951 à Paris, se fait en présence du directeur de l’Hygiène sociale, Eugène Aujaleu, de sa collaboratrice, le docteur Laporte et du docteur Tzanck, directeur du Centre national de la transfusion sanguine18. La participation de représentants du ministère et des organismes de transfusion montre l’importance qui est accordée au don du sang, sans lequel les établissements de transfusion ne pourraient pas fonctionner.

16Le diplôme et la médaille servent à faire connaître le don. Le port de ces insignes est perçu comme un moyen de propagande par l’exemple, comme le rappelle le responsable de l’association des donneurs de sang parisiens à l’automne 1951, lors d’une remise de récompense :

  • 19 Allocution de Vinson, président de l’association des « Donneurs de sang parisiens », le 27 octobre (...)

« Ces décorations, ce prestige dont on vient entourer le donneur de sang, n’en déplaise à ceux qui auraient préféré rester cachés ou ignorés par trop d’humilité, sont un des moyens de cette publicité qui ne sera jamais assez grande pour attirer à nous d’autres bonnes volontés [...]. Portez fièrement votre insigne, faites le connaître autour de vous et par ce moyen, amenez à la transfusion vos parents, vos amis, vos voisins, vos camarades de travail19. »

17Pendant cette cérémonie, 358 donneurs sont récompensés : 158 hommes et 66 femmes ayant accompli 10 dons, 73 hommes et 36 femmes ayant réalisé 20 dons, 15 hommes et 8 femmes ayant donné plus de vingt fois. Cette publicité est d’autant plus nécessaire que les besoins en sang en France ne sont pas satisfaits. En 1952, on estime qu’il faut un litre de sang par habitant et par an, soit 420 000 litres de sang. Or, la collecte n’atteint pas 80 000 litres dans l’année. Les usages sont limités aux urgences.
Aux diplômes de donneurs délivrés par le ministère de la Santé, les associations de donneurs ne tardent pas à ajouter un système de décoration propre puis à demander la reconnaissance de ces nouvelles récompenses. Les diplômes de donneurs ne permettent pas de récompenser toutes les formes de dévouement en faveur du don. Les transformations des règles de décoration des donneurs traduisent un besoin d’adaptation aux mutations de la transfusion sanguine.

Les adaptations aux mutations des activités transfusionnelles

  • 20 Le Donneur de Sang, juillet-août 1952.

18Très tôt, la Fédération des donneurs de sang éprouve en effet le besoin de distinguer autrement que par des diplômes certains actes des donneurs ou de leurs associations. Ainsi en juin 1952, pour honorer l’association des donneurs de sang de Dunkerque qui accueille le 100 000e donneur, pour la France entière, et pour récompenser cette association en vue de sa participation à l’organisation de plusieurs « journées du sang », la Fédération lui décerne un drapeau20. La cérémonie de remise du drapeau a une allure martiale comme d’ailleurs les collectes mobiles qui rappellent longtemps les hôpitaux de campagne. Le drapeau est régulièrement exhibé, en particulier pour le défilé du 11 novembre auquel il n’est pas rare que les associations de donneurs de sang participent.

  • 21 Projets de loi, 1954-1980, ministère de la Santé, direction générale de la Santé, affaires général (...)

19De tels honneurs sont justifiés par la notion de « devoir national ». Le don du sang est un devoir civique, un service rendu à la nation. Dans les années 1950, le projet d’intégrer le don du sang au service militaire est évoqué à plusieurs reprises au ministère de la Santé21. La dimension « nationale » du don du sang est éprouvée au moment de la guerre d’Indochine lorsque plusieurs associations entrent en conflit à propos de la destination des flacons de sang, les unes redoutant que le sang n’aille à l’ennemi, les autres rappelant le caractère universel du don.

  • 22 Le Donneur de Sang, juillet-août 1953.
  • 23 Élu du RPF de 1951 à 1955 puis de l’UNR de 1958 à 1973.

20Surtout, les règles de décoration introduites par l’arrêté de 1950 ne satisfait pas pleinement les associations de donneurs. La Fédération se rend compte que les donneurs de sang les plus anciens sont lésés par le système des diplômes et insignes. Elle imagine tout d’abord ses propres décorations qu'elle adopte lors de son 4e congrès en 1952. Une médaille de bronze serait décernée pour le donneur depuis 5 ans, en argent pour le donneur depuis 12 ans et en or pour les donneurs depuis 20 ans. Ces décorations seraient distribuées indifféremment aux donneurs bénévoles comme aux donneurs de garde : elles permettent de récompenser les dons antérieurs à 194622. En 1954, le député du Rhône Edouard Charret23 dépose un projet de loi pour la création d’un Ordre du « Mérite du sang ». Ce projet de loi n’aboutit pas sous la Quatrième République : il ne donne lieu qu’à une résolution de l’Assemblée nationale, invitant le gouvernement à créer par décret un Ordre du Mérite du sang : ce décret ne sera jamais adopté.

21Pour autant, les associations de donneurs ne renoncent pas à mettre en œuvre leurs propres règles de récompenses et de décorations. En 1962, la Fédération décide d’instituer en son sein l’Ordre du Mérite du sang. Cette distinction honorifique doit entrer en vigueur au 1er janvier 1963. Elle doit honorer et récompenser les donneurs qui par leur action désintéressée contribuent au développement de la transfusion. Cette distinction pourra aussi être décernée à des associations. Dans les critères d’attribution, on prendra en compte la propagande, les responsabilités dans les associations affiliées à la Fédération, les actes individuels exceptionnels, la fidélité et l’ancienneté dans le don du sang, les distinctions déjà attribuées comme les insignes « SOS sang » et les autres décorations sociales.

  • 24 Le Donneur de Sang, juillet-août 1953 ; Le Donneur de Sang Bénévole, 1963.

22La Médaille du Mérite du sang est une croix à six branches portant sur chacun d’elle une goutte de sang en émail rouge, au centre l’effigie de la République française et au verso l’inscription « Mérite du sang ». La croix est montée sur un ruban bleu avec une bande blanche au centre et deux lisérés blancs. Trois échelons sont différenciés : chevalier, officier, commandeur. Le Conseil de l’Ordre du Mérite du sang réunit le président de la Fédération, les responsables régionaux et ceux des organisations corporatives. Les mémoires présentés pour obtenir une décoration sont étudiés à l’échelon régional. Les décorations sont remises à l’occasion des congrès ou des assemblées générales24.

  • 25 Le Donneur de Sang Bénévole, mars 1964.

23Le Mérite du sang est une décoration propre au don du sang, pour toutes les actions menées en faveur de la transfusion sanguine. Elle récompense aussi bien les donneurs, les propagandistes, les animateurs et les responsables des organisations de transfusion. La première promotion en 1963 comporte 29 commandeurs dont 5 femmes, 169 officiers dont deux associations, celle de Valenciennes et celle de la Côte Basque, et 26 femmes, 436 chevaliers dont 76 femmes25.

  • 26 Projets de loi, 1954-1980, ministère de la Santé, direction générale de la Santé, affaires général (...)

24En 1968, Édouard Charret et René Tomasini déposent un nouveau projet de loi pour la création d’un « Mérite du sang » qui n’aboutit pas. D’une part depuis 1962, les différents ordres du Mérite sont réunis en un ordre unique. D’autre part, pour le ministère de la Santé publique, cette nouvelle décoration dévaloriserait les distinctions créées en 195026. Pour autant, la Fédération ne renonce pas à décerner le Mérite du sang. Cet honneur demeure une décoration propre aux donneurs. Il est cependant concurrencé de plus en plus par les autres décorations que sont l’Ordre du Mérite et celui de la Légion d’honneur au fur et à mesure que sont reconnus les donneurs de sang, l’action des responsables de leurs associations et que leur milieu se structure suffisamment pour savoir trouver les relais permettant l’accès à de telles décorations. Cette reconnaissance a été consacrée dès 1961 par le décret du 7 avril qui fait de la Fédération française des donneurs de sang bénévoles (FFDSB) une association déclarée d’intérêt public.

  • 27 Le Donneur de Sang, septembre 1959.

25Cependant, cet engouement pour les décorations est loin d’être partagé par la majorité des donneurs de sang. Pour nombre d’entre eux, ce qui prime est le sens moral et l’esprit de solidarité. Un questionnaire adressé aux donneurs de sang avant le 11e congrès de la Fédération en 1959 recueille un peu plus de 1 000 réponses, ce qui est d’ailleurs très peu pour 50 000 adhérents revendiqués. Sur ces 1 000 réponses, la moitié vient de donneurs sans insigne ou récompense. Deux tendances se dégagent : une partie importante des donneurs offre son sang sans aucun esprit de récompense, pour la seule satisfaction de rendre service à son prochain (un tiers des réponses). Une autre partie estime que ces décorations sont plutôt « modestes ». Les diplômes posent problème car la remise des insignes est toujours très longue, près de six mois après le don qui donne droit à la distinction. Certains donnent dans différents centres de transfusion et n’ont pas de diplôme correspondant au nombre de dons effectués. « Nous devons dire, à la vérité, qu’aucune réponse ne nous a indiqué que le volontaire menaçait d’interrompre ses dons en dépit de ce retard d’attribution de distinction27. » Mais surtout nombre de donneurs accomplissent ce geste sans aucun souci de récompense.

  • 28 Le Don de Sang, 1967.

26Par ailleurs, dès la fin des années 1960, plusieurs responsables d’associations ou de centres de transfusion sanguine accèdent aux décorations du Mérite, et même de la Légion d’honneur. On peut sans doute parler à ce moment-là d’une intégration du monde des donneurs de sang aux ordres existants. Souvent, les donneurs et les responsables d’association ainsi honorés exercent d’autres fonctions dans la cité. Nombre de responsables d’associations sont maintenant actifs depuis plus de dix ans et parfois cette responsabilité est jointe à une autre de nature publique. En 1967, Pierre Pelletier, président de l’Association des donneurs de sang de Dole et de sa région depuis 1960 est nommé chevalier dans l’Ordre du Mérite. Il est également le directeur de l’hôpital psychiatrique de Dôle28.

  • 29 Cérémonie de la remise des insignes de chevalier de la Légion d’Honneur à Monsieur Pierre Grange l (...)

27En 1971, Pierre Grange, président de la Fédération depuis plus de dix ans, est nommé chevalier dans l’Ordre de la Légion d’honneur. Cet honneur lui est décerné pour son action à la tête de la Fédération et la création de la Fédération des donneurs d’organes et de tissus mais il souhaite d’abord être reconnu comme donneur de sang. La croix est épinglée par Jean Bernard : ainsi sont honorés les dons réguliers de leucocytes, par cytaphérèse que fait Pierre Grange au Centre Hayem, dans le cadre des recherches sur le système HLA à l’hôpital Saint-Louis à Paris. On peut alors y voir une appropriation, au plus haut niveau, des décorations par les donneurs de sang. À travers la personne de Pierre Grange, ce sont tous les donneurs et leurs associations qui sont ainsi reconnus29. D’autres responsables de la Fédération ont été décorés dans l’Ordre du Mérite ou celui de la Légion d’honneur depuis.

28L’usage de la décoration tend ainsi à se stabiliser. Au sein des associations et des amicales, l’attachement au diplôme et à la médaille demeure. La remise de ces honneurs à l’occasion du congrès de la Fédération, tous les deux ans, par les représentants du ministère de la Santé et ceux des organismes de transfusion, est un des moments forts de cette manifestation. La distinction offerte à des responsables d’association, dans l’Ordre du Mérite ou celui de la Légion d’honneur, vaut reconnaissance de ce bénévolat original qu’est le don du sang.

  • 30 CERPHI, Donner son sang en France, Paris, CERPHI, 2007.

29À la fin des années 1970, seulement 20 % des donneurs viennent retirer leurs décorations. Les donneurs affiliés à des associations ne représentent guère plus que le tiers de l’ensemble des donneurs et cette proportion se stabilise. Aujourd’hui, la majorité des donneurs de sang n’est pas affiliée à une association alors que celles-ci continuent à jouer un rôle majeur pour le recrutement de nouveaux donneurs30.

  • 31 Voir la campagne lancée par l’Établissement français du sang en décembre 2007.

30Le système des décorations a donc permis de consolider un groupe, autour du don gratuit et bénévole et de la réalisation d’un devoir national. À la fin des années 1960, les besoins nationaux en sang sont satisfaits, les déficits portant sur des dérivés sanguins spécifiques comme les traitements de l’hémophilie. La reconnaissance des donneurs de sang apparaît moins urgente pour encourager le développement d’un geste de solidarité. Par ailleurs, les donneurs se mobilisent davantage à propos des problèmes posés par l’industrialisation de la transfusion sanguine : ils s’inquiètent des répercussions éventuelles sur l’organisation du don bénévole. Aujourd’hui, d’autres questions sont posées : le maintien de la spécificité française en matière de transfusion, alors que s’affirme une Europe du sang et le recrutement de nouveaux donneurs pour faire face à un accroissement inédit des besoins en produits sanguins. La décoration ne sert plus d’outil de propagande en faveur du don bénévole : l’esprit de solidarité et le caractère banal du don, présenté comme un geste réalisable par tous, sont désormais au cœur des campagnes en faveur du don du sang31.

Notes

1 Olivier Ihl, Le Mérite et la République. Essai sur la société des émules, Paris, Gallimard, 2007.

2 Marcel Mauss, « Essai sur le don. Forme et raison de l'échange dans les sociétés archaïques », Sociologie et Anthropologie, Paris, PUF, 1950, p. 143-279.

3 Maurice Godelier, L’Énigme du don, Paris, Fayard, 1997 ; Michel Callon, « The Embeddedness of Economics Markets in Economics », Michel Callon (ed.), The Laws of the Markets, Oxford, Blackwell, 1998 ; Kieran J. Healy, Last Best Gifts. Altruism and the Market for Human Blood and Organs, Chicago, Chicago University Press, 2006.

4 Jacques Godbout, L'Esprit du don, Paris, La Découverte, 1992 ; Jacques Godbout, Ce qui circule entre nous, Paris, Le Seuil, 2007.

5 Maurice Godelier, Au fondement des sociétés humaines. Ce que nous apprend l’anthropologie, Paris, Albin Michel, 2007.

6 Philippe Steiner, « Le don d’organes : une typologie analytique », Revue Française de Sociologie, 2006, 47-3, p. 479-306.

7 Pierre Bourdieu, Esquisse d’une théorie de la pratique, Paris, Le Seuil, 2000 (1re éd. : Droz, 1972) ; Sophie Chauveau, Du don au marché. Politiques du sang en France (années 1940-années 2000), mémoire de recherche inédit pour l’HDR, EHESS, 2007, p. 171 et suiv.

8 Olivier Ihl, « Hiérarchiser des égaux. Les distinctions honorifiques sous la Révolution Française », Revue Française d’Histoire des Idées Politiques, 2006, 23-1, p. 35-53.

9 « Remise de diplômes et d’insignes », Le Donneur de Sang bénévole, avril 1968.

10 Discours du docteur Philippe Raoul-Duval, directeur du centre de transfusion sanguine de Saint-Étienne, Le Donneur de Sang, juillet-août 1959.

11 Arrêté du 11 février 1950 portant création d’un diplôme spécial de donneur de sang, JO, 24 février 1950.

12 Georges Jeanneney et Guy Ringenbach, Traité de la transfusion sanguine, Paris, Masson, 1940.

13 Christian Bonah, L’Expérimentation humaine. Discours et pratiques en France (1900-1940 % Paris, Les Belles Lettres, 2007.

14 Arrêté du 24 janvier 1953 relatif à l’indemnisation des donneurs appelés en urgence, JO, 11 février 1953.

15 Compte-rendu de l’assemblée générale constitutive de la Fédération nationale des donneurs de sang, 20 novembre 1949, Le Donneur de Sang, 1950, 1.

16 Arrêté du 11 février 1950 portant création d’un diplôme spécial de donneur de sang, JO, 24 février 1950, article premier.

17 Sophie Chauveau, DU don au marché. Politiques du sang en France..., op. cit.

18 Le Donneur de Sang, 1951, 15.

19 Allocution de Vinson, président de l’association des « Donneurs de sang parisiens », le 27 octobre 1951, Le Donneur de Sang, 1951, 15.

20 Le Donneur de Sang, juillet-août 1952.

21 Projets de loi, 1954-1980, ministère de la Santé, direction générale de la Santé, affaires générales et rapports sur la transfusion sanguine (1949-1989), CAC 19960402/1.

22 Le Donneur de Sang, juillet-août 1953.

23 Élu du RPF de 1951 à 1955 puis de l’UNR de 1958 à 1973.

24 Le Donneur de Sang, juillet-août 1953 ; Le Donneur de Sang Bénévole, 1963.

25 Le Donneur de Sang Bénévole, mars 1964.

26 Projets de loi, 1954-1980, ministère de la Santé, direction générale de la Santé, affaires générales et rapports sur la transfusion sanguine (1949-1989), CAC 19960402/1.

27 Le Donneur de Sang, septembre 1959.

28 Le Don de Sang, 1967.

29 Cérémonie de la remise des insignes de chevalier de la Légion d’Honneur à Monsieur Pierre Grange le vendredi 18 juin 1972 à l’Hôtel Prince de Galles, s.l, 1972.

30 CERPHI, Donner son sang en France, Paris, CERPHI, 2007.

31 Voir la campagne lancée par l’Établissement français du sang en décembre 2007.

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540