Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La fabrique de l’honneur

 | 
Bruno Dumons
, 
Gilles Pollet

Deuxième partie. La République et les décorations

L’école républicaine et ses héros. Les institutrices et instituteurs décoré(e)s des « Palmes académiques » au début de la Troisième République

Marianne Thivend

Texte intégral

  • 1 Décret du 25 novembre 1885.
  • 2 Jules Ferry, « Lettre aux instituteurs », (17 novembre 1883), Discours et opinions de Jules Ferry, (...)

1Recherchées par les fonctionnaires de l’Instruction publique car elles distinguent et honorent le mérite individuel, raillées pour la vanité qu’elles procurent, les « Palmes académiques » sont en bonne place dans l’arsenal décoratif de la Troisième République. Pourtant, le régime né en 1870 ne fait que réhabiliter à son compte une distinction déjà ancienne, instituée par Napoléon en 1808 puis réformée par Napoléon III en 1866. Les Palmes honorent alors quiconque, fonctionnaires et extérieurs à l’Instruction publique, œuvre pour l’instruction et la propagation de l'éducation sous toutes ses formes. À partir des années 1880, les républicains s’appuient sur cette distinction pour consolider leur projet d’éducation du citoyen. Se voit ainsi récompensée toute personne ayant « bien mérité de l’Instruction publique1 », et plus particulièrement celles et ceux qui agissent pour le rayonnement de l’École primaire républicaine, gratuite, laïque et obligatoire. En 1897, 3 966 Palmes sont décernées. Un quart des récipiendaires sont fonctionnaires de l’Instruction publique, et parmi eux une bonne part d’instituteurs et d’institutrices. Ce corps doit porter le projet scolaire républicain et assurer sa réussite par l’École. Jules Ferry dans sa Lettre aux instituteurs ne les charge-il pas de « préparer à notre pays une génération de bons citoyens2 » ? Les Palmes peuvent alors former un outil, parmi d’autres, de formation du corps autour de lignes directrices et de valeurs communes. Elles rendent visibles des parcours non pas d’exception mais exemplaires, montrent les modèles vivants inscrits dans la réalité du métier.

  • 3 Sur les décorations envisagées comme outils de gouvernement : Olivier Ihl, « Une déférence d’État. (...)
  • 4 Dénombrement réalisé à partir du Bulletin Départemental de l’Instruction Primaire, Rhône, de 1879 à (...)
  • 5 Archives départementales du Rhône (adr), 1 M 284-303 : dossiers individuels de titulaires des Palme (...)

2En ce sens, les républicains utilisent l’institution des Palmes académiques comme « fabrique de héros », héros et héroïnes ordinaires, instituteurs et institutrices appelé(e)s à construire et affirmer l’École républicaine au tournant des xixe et xxe siècles. Plus largement, cette fabrique sert de point d’appui à l’administration de l’enseignement primaire pour gouverner un corps de fonctionnaires de plus en plus nombreux et moins homogène qu’on ne le pense3 L’approche « par le bas » de cette fabrique de l’honneur, à partir de l’exemple donné par les instituteurs et institutrices décoré(e)s des Palmes académiques dans le Rhône, des années 1870 aux années 1930, nous sert de point d’appui. Au total, 1 009 décorations ont été décernées entre 1879 et 1935 au corps enseignant de la primaire élargie, c’est-à-dire enseignant(e)s des écoles primaires maternelles et élémentaires, des écoles primaires supérieures, cours complémentaires et des écoles normales4 Les dossiers de titulaires des Palmes académiques, rarement exploités, permettent une approche par les récipiendaires donc, et leurs éléments de définition socio-professionnelle et moins par les politiques de distribution5

Le fonctionnement de la fabrique des honneurs

Une décoration universalisée

  • 6 Pour une histoire des Palmes académiques à travers les décrets et circulaires : Les Palmes académiq (...)
  • 7 Rapport relatif aux insignes des titres honorifiques de l’Université, Victor Duruy (7 avril 1866).

3Par les décrets du 7 avril et 27 décembre 1866, Napoléon III crée officiellement l’Ordre civil des Palmes académiques6 D’une part, il consacre l’universalité de la distinction, en incluant dans la liste de ses ayants-droits les personnes étrangères au corps enseignant. En effet, les Palmes attestent à l’origine des services professionnels rendus à l’enseignement : y sont d’abord éligibles les seuls membres de l’enseignement secondaire et supérieur (décret du 17 mars 1808), puis les « instituteurs du degré élémentaire » (ordonnance royale du 1er novembre 1846), enfin les enseignantes du secteur privé, loi Falloux oblige (décret du 9 décembre 1850). À partir de 1866, la liste des ayants-droits se rallonge en incluant les « membres de sociétés savantes des départements et correspondants du ministère pour les travaux historiques, qui se seraient distingués par leurs travaux » ; les « littérateurs et savants recommandés par leurs succès dans l’Enseignement libre ou par des ouvrages intéressant l’Instruction publique » ; les « personnes qui auraient bien mérité de l’Instruction publique, soit par leur participation aux travaux des délégations cantonales et des conseils ou commissions établis près des lycées, des collèges, des écoles normales (conseils de perfectionnement, bureaux d’administration, commissions administratives,...) soit par le concours efficace qu’elles auraient prêté au développement de l’enseignement à tous ses degrés et sous toutes ses formes ». Pour le ministre Victor Duruy, cet élargissement témoigne de la nouvelle place prise par les questions d’enseignement dans la société. 11 convient donc de « gratifier » les personnes, certes étrangères au corps enseignant mais qui l’accompagnent dans l’accomplissement de sa tâche7.

  • 8 Gilbert Nicolas, Le Grand débat de l’école au xixe siècle. Les instituteurs du Second Empire, Paris (...)

4D’autre part, les Palmes qui n’étaient jusque-là qu’un titre deviennent une décoration à part entière. En effet, en autorisant le port des palmes d’or et d’argent sur l’habit de ville et non plus seulement sur le costume, dont était dépourvu l’instituteur, Napoléon 111 donne la possibilité d’afficher publiquement les signes du mérite. La mesure vise tout particulièrement les instituteurs, en quête de reconnaissance de l’État tout autant que d’identification à un corps constitué8. Plus concrètement, la distinction se compose alors d’un brevet sur parchemin revêtu de la signature du ministre et de l’empreinte du sceau du ministère, et d’une décoration, ruban violet et doubles palmes d’argent ou rosette violette et doubles palmes d’or.

  • 9 Décret du 4 août 1898.
  • 10 Décrets du 24 décembre 1885 et 4 août 1898.
  • 11 Rapport à Monsieur le Président de la République, Léon Bourgeois (4 août 1898).

5Les républicains reprennent à leur compte cette décoration sans apporter de grandes modifications si ce n’est quelques mesures pour freiner sa prolifération (définition de trois périodes de collation des Palmes9, fixation d’un nombre maximum de Palmes10). L’inflation décorative est forte en effet (2 316 personnes décorées en 1888, 3 966 dix ans plus tard), mais elle concerne essentiellement les étrangers à l’Instruction publique qui représentent plus des deux tiers des décoré(e)s11 Bien plus tard en 1924, c’est près de 10 000 candidatures pour la promotion de juillet que les services du ministère doivent examiner pour en retenir 6 000. Et en janvier, il faut traiter les candidatures des scientifiques, littéraires et artistes. Les Palmes académiques sont devenues une énorme « machinerie » paperassière, qu’une administration débordée parvient difficilement à gérer.

Récompenses et décorations hiérarchisent les ambitions des membres du corps

  • 12 Circulaire de Léon Bourgeois aux recteurs du 29 novembre 1891 contre les nominations trop hâtives.
  • 13 Rapport présenté au Conseil supérieur par M. R. Jalliffier au nom de la commission chargée d’examin (...)
  • 14 Olivier Ihl, « Une déférence d’État », art. cit., p. 126-127.

6Si est seulement demandé aux personnes étrangères à l’Instruction publique de rendre compte d’activités ayant eu lieu sur au moins dix ans, les conditions d’obtention pour les instituteurs et institutrices sont en revanche strictement précisées12 Elles dessinent un parcours des honneurs plus long et surtout très hiérarchisé. Ce parcours se compose de récompenses et distinctions, dont l’échelonnement permet d’encourager « à plusieurs reprises leur zèle avant de le récompenser définitivement », de soutenir « leur force à travers la longue carrière au terme de laquelle ils pourront remporter le prix13 ». Dès les années 1880, les Palmes sont ainsi considérées, à l’instar d’autres distinctions, comme des outils d’émulation et d’encouragement14

7Ainsi, les récompenses honorifiques, créées par l’arrêté du 15 juin 1818, attestent de l’ancienneté dans le métier, selon une stricte hiérarchie, de la mention honorable (minimum de cinq ans au moins comme titulaire) puis à la médaille de bronze (il faut avoir la mention honorable depuis au moins deux ans) et enfin à la médaille d’argent assortie d’une rente viagère de 100 francs par an (il faut avoir la médaille de bronze depuis au moins deux ans). Ces récompenses encouragent ainsi les jeunes enseignant(e)s à se stabiliser dans la carrière.

8Ils peuvent ensuite prétendre aux distinctions honorifiques, lesquelles s’appuient sur le mérite. En effet, le législateur vise plutôt à abaisser la durée nécessaire d’exercice pour obtenir les Palmes d’officier d’académie (POA), premier grade des Palmes académiques : on passe ainsi de 20 à 15 années de service puis à 9 années puisqu’il faut avoir obtenu depuis deux ans au moins la médaille d’argent. La médaille d’argent est d’ailleurs remplacée par celle de bronze (décret du 4 août 1903) puis par la mention honorable (décret du 25 mars 1921). Cinq ans d’ancienneté en tant que titulaire suffisent désormais pour obtenir les POA. Et pour prétendre aux Palmes d’officier de l’Instruction publique (POIP) qui forment le deuxième grade de la distinction, les conditions ne varient pas. L’article 10 du décret du 24 décembre 1885 précise que « nul ne peut être nommé Officier de l’Instruction publique s’il n’est depuis cinq ans au moins Officier d’Académie ». Suffit-il pour autant d’attendre ces cinq années pour les obtenir ? Le ministre Goblet tranche : « Il est bien entendu qu’un Officier d’Académie ne pourra être proposé pour les Palmes d’Officier de l’Instruction publique que s’il a rendu, depuis cinq ans au moins, de nouveaux et plus importants services à l’enseignement public. »

Un outil d’évaluation et de classement des enseignant(e)s aux mains du préfet et de l’inspecteur d’académie

  • 15 Sur les relations entre le préfet et les instituteurs, Gilbert Nicolas, Le Grand débat de l’école a (...)
  • 16 Le recteur a des attributions plus limitées en direction du primaire, il surveille et dirige les ét (...)
  • 17 adr, 1 M 298.

9Pour obtenir les Palmes académiques, la règle est d’être « proposé ». Cette proposition émane des supérieurs hiérarchiques de l’enseignant(e), préfet et inspecteur d’académie. L’article 3 du décret du 27 décembre 1866 précise que « les titres honorifiques attribués aux instituteurs titulaires ou adjoints, publics ou libres, sont conférés sur la proposition des préfets ou sur celle des recteurs ». Dans les faits, le préfet joue le premier rôle du fait de ses pouvoirs étendus sur le corps enseignant primaire. Depuis la loi du 11 janvier 1850 en effet, il « surveille » les institutrices et instituteurs de son département, ce qui signifie qu’il peut réprimander, suspendre ou muter. Censeur redouté des enseignantes, il est toutefois aussi chargé de participer à l’amélioration de leur formation au sein des Écoles normales et de leur assurer des conditions d’existence convenables15. Il est donc logique que ce soit le préfet, plutôt que le recteur qui connaît peu les enseignantes du fait notamment de la trop large étendue de sa circonscription, qui se charge de les distinguer16 L’article 4 du décret du 24 décembre 1885 ne fait que confirmer sa prééminence et c’est à lui que revient le contrôle des titres des candidat(e)s et l’établissement de la responsabilité morale du choix. Le préfet commande une enquête de police sur l’instituteur ou l’institutrice qui renseigne essentiellement sur la situation familiale, l’appartenance religieuse et les convictions politiques. Par exemple, apprend-t-on que tel instituteur a « une conduite légère et une moralité douteuse », qu’il « n’a les sympathies ni de ses chefs ni de ses collègues » et qu’il envoie sa fille dans une « école cléricale17 ». Le préfet a donc la carrière de l’enseignant(e) entre ses mains, tout comme il détient des éléments sur sa vie privée.

10Le préfet travaille avec un fonctionnaire de l’université, l’inspecteur d’académie, dont le chef hiérarchique est le recteur. L’inspecteur d’académie soumet au préfet les listes de nominations, les peines disciplinaires tout comme il lui propose des candidat(e)s à la décoration et évalue les candidatures. Finalement, le décret du 25 mars 1921 simplifie la procédure à l’avantage de l’inspecteur d’académie, véritable chef pédagogique des enseignant(e)s du primaire : pour « rendre aux distinctions universitaires leur véritable caractère », les Palmes sont désormais délivrées aux instituteurs sur la proposition de l’inspecteur d’académie.

  • 18 adr, IM 296.
  • 19 Ibid.

11Si la règle est donc d’être « proposé » aux Palmes académiques par son supérieur hiérarchique, il est cependant possible d’en faire également la demande directement auprès du ministre de l’Instruction publique. Les dossiers de titulaires des Palmes ne renferment malheureusement que rarement ces précieuses auto-évaluations au sein desquelles l’enseignant(e) met en valeur sa carrière et en relève chaque élément qui lui donnerait « droit » à la distinction. Ainsi Claude Lavenir évoque en 1904 les 39 ans et 7 mois écoulés entre sa sortie de l’École normale et sa mise en retraite, les cours d’adultes qu’il a animés pendant 24 ans, « souvent gratuitement » et payant lui-même les frais de chauffage, le secrétariat de mairie assuré pendant 38 ans, l’enseignement agricole, toutes activités qui lui ont valu son chapelet d’honneurs et de récompenses, de la mention honorable en 1883 aux Palmes d’officier d’académie en 1897, des félicitations du ministre de l’Intérieur pour sa collaboration « appréciée » au service de la protection des enfants du premier âge à la médaille d'argent des agriculteurs de France et aux félicitations du procureur de la République de Lyon pour la bonne tenue des registres de l’état civil18 Antoine Lassauzé écrit quant à lui à deux reprises entre 1911 et 1912 au préfet, à un sénateur du Rhône et au ministre de l’Instruction publique pour obtenir les Palmes d’OIP II met en avant ses « modestes efforts couronnés de succès » et égrène également son chapelet de récompenses19.

12La candidature de l’enseignant(e) peut également être proposée par un élu ou par les membres d’une association périscolaire. Bien souvent, ces recommandations témoignent des réseaux au sein desquels s’insèrent les enseignantes et de la surface sociale acquise tout au long de la carrière. Les Palmes académiques forment donc un outil d’évaluation et de classement des enseignant(e)s, aux mains du préfet et de l’inspecteur d’académie. Plus, elles valident l’évaluation qui est faite des instituteurs par les chefs et légitiment ainsi la hiérarchie.

Les contours d’une élite

La comptabilité des honneurs

  • 20 ADR, T 167, lettres de l’inspecteur d’académie au sénateur, (11 mai 1866 et 29 juillet 1867).

13Appelé à deux reprises par le préfet, en 1866 puis 1867, à proposer un instituteur pour la Légion d’honneur, un pour les POIP et un pour les POA, l’inspecteur d’académie avoue ne connaître « aucun service extraordinaire qui puisse appeler tout à fait exceptionnellement l’attention sur le mérite et la conduite de ces fonctionnaires, au dévouement desquels j’ai néanmoins à rendre pleine justice20 ». Soucieux de ne proposer que des maîtres passés par les différents degrés de récompenses, il ne se trouve aucun instituteur dans le Rhône pouvant prétendre aux Palmes. Un seul enseignant serait « digne » de cette distinction mais il ne remplit pas toutes les conditions de l’intervalle de cinq ans entre les POA et les POIP. Rares sont ainsi les enseignant(e)s décoré(e)s sous le Second Empire et l’avènement de la République ne bouscule pas radicalement, dans l’immédiat, cet état de fait.

14Dans les années 1870 en effet, les Palmes sont distribuées avec beaucoup de parcimonie : deux instituteurs sont proposés en 1870 et quatre en 1876. La guerre scolaire très vive à Lyon qui oppose municipalité et préfecture au sujet de la laïcisation des écoles communales, ne permet pas encore de dégager une élite enseignante.

15Si le conflit est réglé en 1879 avec la prise en main des affaires scolaires par la municipalité républicaine, il faut toutefois du temps pour qu’émerge cette élite enseignante, attachée à une École désormais gratuite, obligatoire et laïque. Le corps enseignant est en effet profondément renouvelé au début des années 1880 (exclusion des congréganistes à partir de 1879 à Lyon, plus tardivement en zone rurale) et est encore trop jeune pour pouvoir prétendre aux Palmes. Lors de ces années 1880 et 1890, sont donc décoré(e)s avec parcimonie des enseignant(e)s laïques déjà en poste avant les laïcisations, au rythme de trois par an en moyenne. Des hommes bien plus que des femmes. Cette première promotion est en effet masculine, les femmes ne comptant que pour 36 % des décoré(e)s. C’est que le corps enseignant féminin a été bien plus profondément renouvelé lors des laïcisations, les institutrices laïques ne formant avant 1879 que 28 % du corps féminin dans le Rhône quand la proportion montait à 58 % pour les instituteurs. La génération masculine éligible aux Palmes académiques durant les années 1880-1890 est donc bien plus étoffée que la génération féminine.

16La génération suivante ou « génération Ferry », née du pic de recrutement des années 1880, se voit distinguée lors de la décennie d’avant-guerre, période de sa « maturité ». En dix ans entre 1904 et 1914, 161 décorations ont été délivrées, soit deux fois plus que lors de la période précédente. Ce sont véritablement les premiers héros et héroïnes de l’École républicaine, celles et ceux qui l’ont construite et affirmée dans la ville et dans le village. Les femmes représentent 46 % de cette génération décorée. Ce rattrapage apparaît cependant bien insuffisant au regard de la réalité du corps enseignant rhodanien ou les institutrices sont déjà plus nombreuses que les instituteurs (977 contre 764 à la veille de la guerre).

  • 21 Le Rhône qui comptait 1 184 maîtres et maîtresses en 1881, en recense désormais 1 721 en 1904 puis (...)
  • 22 Sur cette féminisation : Vincent Alligier, « Instituteur, institutrices », Sylvie Schweitzer (dir.) (...)

17Après l’interruption de la guerre (le Conseil des ministres a suspendu toute promotion ordinaire et exceptionnelle), est récompensée la génération appelée lors du second pic de recrutement du tout début du siècle (justifié par les créations massives de postes, suite aux fermeture d’écoles privées congréganistes et les départs en retraite). Entre 40 et 60 décorations sont délivrées en moyenne chaque année, pour un total de 766 Palmes entre 1919 et 1935. La République n’est pourtant pas plus généreuse envers ses enseignant(e)s et, si le nombre d’instituteurs et d’institutrices décoré(e)s augmente, c’est aussi parce qu’ils sont plus nombreux à exercer21 Les femmes sont cette fois autant décorées que les hommes (51 %). Mais cette proportion aurait dû être nettement plus forte au regard du fait que, dès 1920, on compte dans le Rhône un instituteur pour deux institutrices22 La République ne semble pas avoir pris totalement acte de cette contribution majeure des femmes à la construction de l’École républicaine, mettant plus volontiers en avant ses « hussards » plutôt que ses « hussardes ».

Les enseignant(e)s du privé exclu(e)s des honneurs de la République

  • 23 Par le décret du 24 décembre 1885, les candidat(e)s de l’enseignement libre doivent remplir la doub (...)

18Si le législateur consent aux enseignant(e)s du privé le droit d’être décoré(e)s (décrets du 9 décembre 1850 et 24 décembre 188523), la réalité révèle un déni bien ancré. La République exclut en effet du bénéfice des Palmes académiques les enseignant(e)s qui ont choisi d’exercer dans une école primaire privée. Ainsi dans le Rhône, aucun instituteur libre n’est décoré avant 1914 et seulement une institutrice l’est sur un total de 112 décorées. La publication des décorations au Journal Officiel confirme, pour l’ensemble national, cette rareté des décorations accordées aux enseignant(e)s du privé.

  • 24 ADR, 1 M 293.

19Sans surprise donc, la République ne décore pas les enseignantes congréganistes, même sécularisées, comme l’apprend à ses dépens Marie Gagneux, proposée aux Palmes en 1924 par le président de l’amicale des instituteurs libres du Rhône. Ancienne sœur de la congrégation Saint-Charles, enseignante à ce titre dans le secteur public de 1875 à 1879, puis passée dans le privé au moment des laïcisations, sécularisée au lendemain de la loi de 1904, Marie Gagneux a exercé dans une école libre de Lyon jusqu’à la guerre. Ses quarante années de service n’y font rien, l’inspecteur d’académie rejette la demande à deux reprises avant qu'elle ne décède en 1927, âgée de 72 ans24 La seule institutrice privée qui accède à la décoration est une protestante, récompensée à la veille de la Première Guerre pour ses trente années de service dans l’enseignement privé, dont vingt en tant que directrice d’écoles consistoriales.

Des directeurs et directrices d’écoles lyonnaises

20Quelle que soit la période considérée, la décoration demeure réservée à un petit nombre. Ainsi sur les 1 597 enseignantes en poste dans le Rhône au 31 décembre 1909, seuls 12 % des hommes et 5 % des femmes ont été décoré(e)s des POA ou des POIP. La République ne prend aucun risque et tend à distinguer des parcours exemplaires mais nullement originaux. Elle honore les hussard(e)s de la ville et moins celles et ceux de la campagne. Seules 15 % des institutrices décorées sont en poste à la campagne, proportion qui s’élève toutefois à 34 % pour les instituteurs. Les Lyonnais(se)s (et des communes de l’agglomération pour une poignée) dominent largement. C’est que les Palmes couronnent le sommet d’une longue carrière qui, dans le Rhône, équivaut à l’obtention d’un poste de direction d’école à Lyon. Cela se vérifie dans les chiffres de l’ancienneté au moment de l’attribution des Palmes.

  • 25 ADR, 1 M 294.

21La République honore en effet les ancien(ne)s, âgé(e)s de 50 ans en moyenne, qui font valoir 31 ans de service. En décembre 1909, respectivement 37 % et 21 % des instituteurs et des institutrices du Rhône classé(e)s en 1re classe sont décoré(e)s, proportion qui descend à 14 % et 5 % pour la 2e, 7 % et 2 % pour la 3e. Sans surprise, aucun instituteur de 4e et 5e classe n’est titulaire d’une décoration universitaire et seule une institutrice de 4e classe obtient les Palmes. Les exceptions à la règle concernent des parcours plutôt atypiques tel celui de cet instituteur laïque des prisons de Lyon dans les années 1880 qui prépare détenus et gardiens au brevet élémentaire, promu aux POA en 1890 alors qu’il n’a que 25 ans et aux POIP à 34 ans25 L’inspecteur d’académie juge d’ailleurs cette nomination prématurée qui risque d’être « mal vue » des collègues.

  • 26 ADR, 1 M 284.
  • 27 ADR, 1 M 285.
  • 28 ADR, 1 M 290.
  • 29 Article 23 de la loi Goblet de 1886.

22La République honore les chef(fe)s. Ancienneté et place dans la hiérarchie du primaire vont en effet de pair. 67 % des instituteurs décorés avant 1914 sont « directeurs d’école » quand c’est le cas pour 85 % des institutrices. À Lyon, ces chef(fe)s détiennent quasiment le monopole de la décoration avec 80 % de directeurs sur le total des enseignants lyonnais distingués et 91 % de directrices. La sélection est sévère, d’autant qu’elle s’opère sur un tout petit corpus. En effet, la politique menée par la ville de Lyon de regroupement maximal des élèves au sein de grands groupes scolaires réduit toujours plus le nombre de postes de direction pour un nombre d’adjoint(e)s en forte croissance au tout début du siècle. Beaucoup n’obtiendront alors jamais la direction d’une grosse école : les directeurs qui représentaient 29 % des instituteurs titulaires à Lyon en 1881, ne forment plus que 18 % de l’ensemble en 1914 ; les directrices 35 % puis 25 %. C’est donc au sein de cette mince élite professionnelle que l’administration sélectionne ses héros. Ainsi, Antoine Anjou n’est-il pas « un excellent maître, un maître distingué qui dirige avec succès l’une des plus importantes écoles de Lyon. La discipline, la tenue des élèves, la préparation des classes, sont l’objet de toute son attention. Les familles le tiennent en très grande estime26 ». Emilie Bacaud les mérite également, étant « une institutrice capable, qui dirige son école avec autant de compétences que de dévouement. Elle est pleine de sollicitude pour ses élèves et pour ses anciennes élèves, sur lesquelles elle exerce la plus heureuse influence. Aussi est-elle très estimée de toute la population du quartier27 ». Quant à Philibert Desrayaux, il « dirige l’école la plus importante de Lyon, école qui reçoit actuellement 424 élèves présents sur 492 inscrits. C’est un instituteur exemplaire […]28 ». Les autres enseignant(e)s décoré(e)s sont « instituteurs » ou « institutrices », dénomination utilisée pour désigner le titulaire chargé de direction d’une école de deux classes et moins, poste surtout très répandu dans les campagnes29 De même, les simples adjoints et adjointes décoré(e)s font donc quasiment figure d’exception.

23Pour autant, l’ancienneté, pas plus que le statut, ne donne automatiquement « droit » à décoration. Nombre d’enseignant(e)s de29 classe qui attestent de plus de 25 années d’ancienneté ne sont en effet pas décoré(e)s. De même en 1910, un quart des directeurs lyonnais en poste n’ont pas ou n’obtiendront pas de décoration. Chez les femmes, la sélection est encore plus sévère puisque 42 % des directrices d’école primaire n’ont pas la décoration, proportion qui s’élève aux deux tiers pour les directrices de maternelle.

24La République décore celles et ceux qui, bien peu nombreux, se sont hissés au sommet de la hiérarchie du corps enseignant, directeurs et directrices d’écoles lyonnaises depuis longtemps en poste, les plus haut placé(e)s dans la hiérarchie de l’école primaire. Elle laisse ainsi de côté les plus jeunes, adjoint(e)s de plus en plus nombreux, aux maigres perspectives de carrière.

  • 30 Rappelons que le salaire du jeune instituteur équivaut à celui de l’ouvrier au début du siècle. Mal (...)

25On perçoit toutefois des signes de changement au lendemain de la Première Guerre. Les instituteurs ruraux sont désormais un peu plus nombreux à accéder à la décoration (41 %) et autant « d’instituteurs » sont distingués que des « directeurs ». Faut-il voir dans ce rééquilibrage une concession faite aux instituteurs ? La décoration compense le blocage des carrières et la faiblesse des salaires30 les postes de direction étant extrêmement difficiles à obtenir à partir des années 1900. Sont donc aussi distingués les adjoints ou les directeurs d’établissements à moins de deux classes. La décoration vient aussi gratifier, par l’entremise de son instituteur, le village et les campagnes en général, lourdement touchées par la saignée de 14-18 et qu’il convient aussi de mettre à l’honneur. Mais cette relative extension des honneurs ne vaut que pour les hommes puisque les deux tiers des enseignantes décorées sont toujours des « directrices », d’école maternelle ou d’école primaire. Ce sont aussi des Lyonnaises dans leur très grande majorité (78 %). L’inégalité sexuée devant les décorations demeure : une directrice d’école maternelle est toujours moins éligible qu’une directrice d’école primaire qui elle-même l’est moins qu’un directeur d’école.

Faire rayonner l’École républicaine : l’investissement périscolaire

  • 31 ADR, IM 304.

26Les rapports de l’inspection académique constitués pour informer le préfet de la qualité du candidat(e)s nous permettent d’affiner le portrait de cet enseignant(e) exemplaire, au-delà de sa seule ancienneté et capacité de direction d’écoles. L’inspecteur d’académie donne le ton en 1879, en définissant ainsi le « mérite » du héros décoré : « À mon avis, cette distinction [POA] doit être réservée aux instituteurs zélés, dévoués à leurs fonctions, laborieux, avides d’étendre le cercle de leurs connaissances pédagogiques et dociles aux conseils qui leur sont donnés par leurs chefs31 » Zèle, dévouement, travail, respect de la hiérarchie, telles sont les composantes du « mérite » de l’instituteur et de l’institutrice.

27Ce mérite ne se mesure pas tant à l’intérieur de l’école qu’à l’extérieur. En effet, si les candidatures émanant d’instituteurs « médiocres » dont l’enseignement « mécanique », « un peu terne » donne des « résultats passables », sont rejetées par l’inspecteur d’académie, les compétences professionnelles stricto sensu des candidat(e)s sont rarement mises en avant, comme si elles allaient de soi. Ce qui importe, c’est le zèle déployé pour affirmer l’Ecole républicaine hors de ses murs, du village au quartier urbain.

28Car, c’est aussi à l’extérieur de l’école que se déplace la concurrence entre l’École laïque et l’École congréganiste puis catholique. Ainsi à Lyon, les catholiques occupent le terrain des activités périscolaires depuis les années 1880 avec de nombreux patronages qui prennent en charge les enfants en dehors des heures de classe. Chaque enseignant(e) est donc aussi appelé(e) à lutter contre cette concurrence congréganiste et les dossiers ne manquent pas de souligner les succès emportés par tel ou tel instituteur. Ici, point de « zèle ordinaire », l’enseignant(e) doit se surpasser, stimulé(e) par cette concurrence. Ainsi pour le préfet du Rhône Roux, « elle est, en toutes choses, la condition du progrès. C’est elle qui stimule l’initiative, qui tient l’intelligence en haleine, et qui au mérite de la découverte d’hier oppose le mérite de la découverte de demain [...] ». Il s’adresse ainsi aux instituteurs :

  • 32 Discours du préfet tenu au banquet annuel de l'Union pédagogique du Rhône en 1899, L'Union Pédagogi (...)

« Et vous aussi, Messieurs, vous vous endormiriez dans une dangereuse confiance en la valeur de votre enseignement, si vous n’aviez constamment devant vous l’exemple d’un effort opposé qui sollicite de votre part plus d’énergie, plus d’action, avec un plus vif désir d’assurer le succès de la mission que la République vous a confié32 »

29La lutte passe alors par un engagement important des enseignantes dans les œuvres péri et post-scolaires.

  • 33 Sur la dynamique périscolaire : Marianne Thivend, L’École républicaine en ville : Lyon (1870-1914),(...)

30Sociétés d’encouragement aux écoles laïques fondées entre la fin des années 1870 et le début des années 1880 pour soutenir matériellement la toute jeune École laïque, amicales d’anciens élèves des années 1890 et patronages des années d’avant-guerre pour encadrer enfants et adolescents au sortir de l’école mais également mutualités scolaires, sociétés de tir, sociétés d’hygiène scolaire, colonies de vacances, sont autant de lieux qui requièrent un investissement accru des enseignantes33 Leur « foi sociale », selon les termes de Ferdinand Buisson en 1905, devrait inciter ces derniers à s’enrôler dans ces organismes34. Tout comme les décorations. Dès 1896, le ministère de l’Instruction publique prévoit de dépasser les contingents prévus pour l’attribution des Palmes en accordant des réserves supplémentaires de décorations pour les enseignant(e)s qui dirigent des cours d’adultes (décret du 24 janvier 1896). Et par le décret du 4 août 1903, 100 Palmes supplémentaires sont prévues pour toute participation active et continue à une œuvre scolaire ou de bienfaisance.

  • 34 Jean-François Chanet, « La « nature sociale » du métier d’instituteur sous la Troisième République  (...)
  • 35 ADR, IM 291.

31Les Palmes d’officier d’académie récompensent ainsi tout engagement, attesté depuis au moins une dizaine d’années, auprès d’une association périscolaire. C’est bien cet investissement périscolaire qui permet aux adjoint(e)s d’accéder aux honneurs de la République. Les rares adjoint(e)s décoré(e)s présentent en effet des parcours associatifs très étoffés. Louis Charrin, instituteur adjoint retraité lorsqu’il reçoit les Palmes d’officier d’académie, a exercé 33 ans dans l’Instruction publique dont 29 ans à Lyon, dans les quartiers industriels périphériques. S’il obtient les Palmes, c’est parce qu’il peut mettre en avant 27 ans de service auprès de la société protectrice des écoles laïques de la Mouche en tant que secrétaire, société qui le recommande d’ailleurs très chaleureusement auprès du préfet. Quant à l’instituteur adjoint lyonnais Hyppolite Etevenard, il compte 28 ans de service en 1902. Il est directeur du bataillon scolaire du34 arrondissement, secrétaire de la société « Le Denier des écoles de Lyon » depuis 9 ans, trésorier de la 244e société de secours mutuels (ssm) de Lyon depuis 12 ans, administrateur de la ssm des instituteurs, administrateur de l’Union pédagogique, fondateur du syndicat agricole de Décines près de Lyon, fondateur et vice-président de la ssm de Décines, administrateur et un temps vice-président de la société du sou des écoles de Décines35 Il ne suffit pas d’être membre d’une ou de plusieurs associations, il faut y exercer de véritables responsabilités. Ainsi, l’instituteur Gauthier reçoit le soutien appuyé du maire d’arrondissement en ces termes :

  • 36 ADR, IM 293, lettre de la colonie scolaire Jacquard au préfet (12 février 1907), signée par Gorjus, (...)

« Il est l’âme de notre société, trouvant des ressources, organisant des fêtes, dressant la liste des enfants, faisant les enquêtes, tenant les fiches médicales au départ et au retour après les visites des docteurs. Il accompagne et ramène les enfants de la Haute-Loire aux fermes infirmeries de Mr Louis Comte et se dévoue à l’enfance malheureuse[...]36 »

  • 37 Circulaire relative au conseil de maîtres dans les écoles primaires et primaires supérieures, du mi (...)
  • 38 ADR, IM 285.
  • 39 Ibid.

32L’investissement des directeurs et directrices d’écoles est cependant plus visible. En effet, dans les grandes écoles urbaines, c’est au directeur et à la directrice qu’incombe la responsabilité du combat laïque. Dans un contexte de forte rotation enseignante dans les écoles populaires de la grande ville, le directeur ou la directrice représente souvent l’élément de fixité quand les adjoint(e)s ne font parfois que passer. C’est donc sur lui que repose le fonctionnement général de son établissement, « les relations entre l’école et les autorités locales, municipale et académique, les rapports avec les familles37 ». Il/Elle représente l’école au sein du quartier et se charge de faire le lien entre l’institution et les populations. Le mérite des chef(fe)s est donc le plus souvent récompensé, car visible et attendu. Certain(ne)s endossent un nombre impressionnant de responsabilités à l’exemple de Marie-Pauline Bador, directrice d’une importante école du quartier populaire de La Guillotière, 39 ans de service, décorée des POIP en 1922. Ses responsabilités sont exceptionnellement nombreuses : administratrice de la mutualité scolaire du 3e arrondissement de 1901 à 1921, membre du conseil de la fédération des œuvres laïques d’éducation de 1900 à 1916, promotrice et organisatrice des concours de travaux manuels de la fédération de 1912 à 1914, organisatrice de la fête civique de la jeunesse de 1906 à 1914 et enfin présidente de l’amicale Paul Bert de 1912 à 191638 Elle fait partie, cette année encore, de la commission d’organisation de la fête civique et du jury du concours de rédaction de l’amicale Berthelot39 Selon son mari, Claude Bador, président de la fédération des œuvres laïques d’éducation, « elle a dépensé son temps et ses forces pendant 20 ans dans les œuvres complémentaires de l’école ».

33Les Palmes distinguent ainsi chez l’instituteur et l’institutrice une certaine surface sociale. Celle-ci est graduée, des POA aux POIP. L’engagement circonscrit à l’échelle d’un quartier ou du village, assorti de l’ancienneté, donne droit aux Palmes d’officier d’académie. Lorsque que cette surface sociale dépasse ce cadre étroit pour atteindre celui de la ville, du département ou de la région, voire du pays avec les fédérations d’œuvres laïques, elle donne droit dans bien des cas aux Palmes d’officier de l’Instruction publique. Ainsi, il ne suffit pas d’attendre les cinq années réglementaires à partir de l’obtention des POA pour convoiter les POIP. Une proportion importante des officiers d’académie ne seront jamais officiers de l’Instruction publique. Sur les 93 directeurs et directrices d’écoles décoré(e)s entre 1879 et 1914, seul(e)s 28 d’entre eux ont obtenu les deux décorations. Le « must » de la décoration universitaire n’est donc pas un droit concédé de manière automatique mais dépend du « mérite », du « zèle » mis dans le rayonnement de l’Ecole républicaine.

  • 40 Marianne Thivend, L’École républicaine en ville : Lyon (1870-1914), op. cit., p. 205.

34Et la flamme laïque a toujours besoin d’être ravivée. Lors de la décennie d’avant-guerre, l’inspecteur d’académie signale un certain essoufflement de la dynamique périscolaire40. Le pic de recrutement des années 1902-1905 renouvelle en effet profondément le corps enseignant par l’arrivée d’une jeune génération que les chefs jugent moins zélée. Certains instituteurs auraient été happés par « la théorie du moindre effort » et hésiteraient à s’investir dans les associations. Dans ce contexte, les Palmes académiques décernées aux doyens et doyennes du corps avant 1914 montrent l’exemple et servent à exciter le zèle des enseignant(e)s les plus jeunes qui sont aussi plus rebelles et plus prompts à contester la hiérarchie.

Les exclu(e)s : syndicalistes d’avant 1914

  • 41 Sur le syndicalisme enseignant : Jacques Girault, Instituteurs, professeurs : une culture syndicale (...)
  • 42 Joseph Pascal, Mémoires d’un instituteur, Paris, La Pensée Universelle, 1974, p. 65.
  • 43 ADR, IM 292.

35Car une donnée nouvelle vient bouleverser l’ordre existant : le syndicat. La formation du syndicalisme enseignant procède de multiples causes dont le refus de l’arbitraire (mutations infondées), le refus de la soumission aux chefs injustes (préfets et inspecteurs) et aux directeurs tyranniques, figurent en bonne place, loin devant les seules revendications salariales41 Ainsi, la jeune génération s’oppose à l’ancienne, les adjoints aux directeurs, les syndicalistes aux amicalistes. Finalement, c’est un rejet de ce que représentent les Palmes académiques qui décorent des directeurs et directrices, soumis au préfet et à l’inspecteur. C’est le rejet de l’amicale d’instituteurs, taxée d’immobilisme et d’inefficacité, lieu où s’échangent les politesses entre chefs et subordonné(e)s et « machine à décorer42 ». Rappelons que l’État consent à la formation d’amicales d’enseignants, telle celle du Rhône, dénommée Union pédagogique du Rhône (UPR), fondée en 1896, d’abord réservée aux seuls instituteurs puis ouverte aux institutrices en 1902, aux auxiliaires en 1908. Le préfet, le recteur et l’inspecteur d’académie en sont membres de droit. Et c’est en son sein que la contestation gronde. En 1905, Cuminal, alors président de l’UPR, essuie un refus lorsqu’il demande au ministre de l’Instruction publique l’autorisation de transformer l’amicale en syndicat. Avec quelques-uns de ses collègues, il passe outre et le 28 janvier 1906, le syndicat est fondé, par les instituteurs Léger, Cuminal et une cinquantaine d’amicalistes qui tous restent adhérents à l’UPR. Les débuts sont difficiles, l’hostilité des autorités est grande. La chose est entendue puisque pour soutenir une candidature aux Palmes, il est alors recommandé de jouer sur la corde sensible du syndicalisme. Ainsi en 1907, le « denier des écoles » soutient la candidature d’un enseignant en soulignant bien qu’il est « un adversaire irréductible du syndicat des instituteurs43 ». Mais le signal fort est donné par le ministre de l’Instruction publique, le préfet et l’inspecteur d’académie à l’ensemble du corps enseignant rhodanien, en décernant le 6 décembre 1910, à l’occasion de la « promotion Jules Ferry », la Légion d’honneur à Jean-Pierre Veyet. Ce dernier incarne parfaitement ce héros de l’Ecole républicaine lyonnaise que l'on cherche à promouvoir. Ancien tisseur devenu instituteur public en 1876, il prend la direction de son école de La Guillotière en 1879, poste qu’il assure trente ans durant. Trésorier de la société de secours mutuels des instituteurs, président de l’UPR, Veyet est déjà une personnalité en vue lorsqu’il reçoit les honneurs de la République en 1902 (Palmes d’officier d’académie) et en 1908 (officier de l’Instruction publique). Mais il faut chercher ailleurs les raisons de sa nomination, exceptionnelle pour un instituteur, à la Légion d’honneur. Le préfet justifie ce choix en ces termes :

  • 44 ADR, 1 M 256, note du préfet au ministre de l’Instruction publique.

« Il dirigeait l’Union Pédagogique, association amicale d’instituteurs et d’institutrices, quand a éclaté dans le personnel du Rhône le mouvement syndicaliste dont on a beaucoup parlé. Bravant l’impopularité, il s’est mis courageusement en travers du courant et c’est grâce à ses énergiques efforts, sa propagande personnelle, que le mouvement syndicaliste a été enrayé, paralysé et finalement éteint. La décoration de M. Veyet est la seule qui puisse produire un effet utile sur le personnel des instituteurs. M. Veyet est d’ailleurs de premier ordre au point de vue professionnel [...]44 »

36La Légion d’honneur joue ici le rôle que les Palmes académiques ne peuvent plus remplir : donner une ligne directrice claire à l’ensemble du corps, montrer à toutes et à tous ce que les autorités attendent des enseignant(e)s en des circonstances particulières. Cette ligne est, à travers Veyet, définie autour du rejet de l’extrémisme syndical et de la recherche du compromis.

  • 45 ADR, 1 M 301.
  • 46 Notamment, lors des voyages à Lyon du Président de la République (4 novembre 1900), des ministres d (...)

37En mettant en valeur des parcours exemplaires, les Palmes n’ont pas tant créé que distingué une élite professionnelle, héros et héroïnes ordinaires aux travers desquels l’ensemble du corps doit se reconnaître. En ce sens, les Palmes académiques ont pu constituer un outil d’encouragement pour un corps de fonctionnaires de plus en plus nombreux. Les Palmes et la reconnaissance de l’État qu’elles apportent alimentent sans doute cette fameuse « vocation ». Décoré en 1910, Claudius M. remercie en ces termes le préfet : « Je puiserai dans cet excès de bienveillance une ardeur nouvelle pour remplir encore avec plus de zèle et de dévouement la tâche qui m’est confiée. » Comme Marius V. qui avance : « Tous mes efforts tendront à me rendre digne de cette décoration et je puis vous assurer, Monsieur le Préfet, que mon zèle et mon dévouement à l’enseignement populaire et à la cause de l’école laïque ne feront que s’affermir45 » Pour autant, tou(te)s les enseignant(e)s ne demandent pas ou n’espèrent pas les Palmes. De cette indifférence ou de ce refus, l’historien(ne) ne conserve malheureusement guère de traces. Par ailleurs, la question de la réception des Palmes demeure entière, entre mise en scène publique des honneurs ou réception privée. Nous n’avons aucune trace de remise solennelle des médailles, organisée par l’association périscolaire, l’élu, en présence sans doute de l’inspecteur primaire. Quant aux cérémonies exceptionnelles de remises des Palmes organisées à la préfecture à l’occasion de la venue dans la ville d’un officiel de la République, la presse locale ne s’en fait guère l’écho46 Enfin, la promotion ordinaire du 14 juillet se fait sans cérémonie particulière et l’instituteur reçoit un brevet sur parchemin revêtu de la signature du ministre et de l’empreinte du sceau du ministère. Pour obtenir le ruban violet ou rosette et la double palme d’or ou d’argent, il faut, comme pour la Légion d’honneur, l’acheter. Combien le font, affichant ainsi aux yeux de tous les signes de leur mérite ?

Notes

1 Décret du 25 novembre 1885.

2 Jules Ferry, « Lettre aux instituteurs », (17 novembre 1883), Discours et opinions de Jules Ferry, Paris, Colin, 1896, p. 259-267.

3 Sur les décorations envisagées comme outils de gouvernement : Olivier Ihl, « Une déférence d’État. La République des titres et des honneurs », Communications, janvier 2000, no 69, p. 115-137 et « Gouverner par les honneurs. Distinctions honorifiques et économie politique dans l'Europe du début du xixe siècle », Genèses, juin 2004, no 55, p. 4-26.

4 Dénombrement réalisé à partir du Bulletin Départemental de l’Instruction Primaire, Rhône, de 1879 à 1935.

5 Archives départementales du Rhône (adr), 1 M 284-303 : dossiers individuels de titulaires des Palmes académiques. Ils concernent surtout les générations en exercice avant la Première Guerre mondiale.

6 Pour une histoire des Palmes académiques à travers les décrets et circulaires : Les Palmes académiques (1808-1905). Historique. Description, par un officier de l’Instruction publique, avec des figures et une planche en couleur hors texte, Paris, Librairie C. Reinwald-Schleicher Frères, 1906 et Émile Fœx, De la double palme de l’Université Impériale à l’Ordre des Palmes Académiques, Paris, Imprimerie nationale, 1978 et plus récemment Dominique Anterion et Josette Demory, Les Palmes académiques. Une histoire de l'école publique, Paris, Altipresse, 2006.

7 Rapport relatif aux insignes des titres honorifiques de l’Université, Victor Duruy (7 avril 1866).

8 Gilbert Nicolas, Le Grand débat de l’école au xixe siècle. Les instituteurs du Second Empire, Paris, Belin, 2004, p. 280-281.

9 Décret du 4 août 1898.

10 Décrets du 24 décembre 1885 et 4 août 1898.

11 Rapport à Monsieur le Président de la République, Léon Bourgeois (4 août 1898).

12 Circulaire de Léon Bourgeois aux recteurs du 29 novembre 1891 contre les nominations trop hâtives.

13 Rapport présenté au Conseil supérieur par M. R. Jalliffier au nom de la commission chargée d’examiner un projet de décret concernant les distinctions honorifiques (19 décembre 1885).

14 Olivier Ihl, « Une déférence d’État », art. cit., p. 126-127.

15 Sur les relations entre le préfet et les instituteurs, Gilbert Nicolas, Le Grand débat de l’école au xixe siècle...,op. cit., p. 20-24.

16 Le recteur a des attributions plus limitées en direction du primaire, il surveille et dirige les études au sein de l’académie (deux ou trois départements contre un seul pour le préfet) : Jean-François Condette, Les Recteurs d’académie en France de 1808 à 1940, Paris, INRP, 2006, vol. 1, p. 71-96.

17 adr, 1 M 298.

18 adr, IM 296.

19 Ibid.

20 ADR, T 167, lettres de l’inspecteur d’académie au sénateur, (11 mai 1866 et 29 juillet 1867).

21 Le Rhône qui comptait 1 184 maîtres et maîtresses en 1881, en recense désormais 1 721 en 1904 puis 1914 en 1920.

22 Sur cette féminisation : Vincent Alligier, « Instituteur, institutrices », Sylvie Schweitzer (dir.), « Métiers et Statuts », Bulletin du Centre Pierre Léon, 1-2, 1999, p. 51-64.

23 Par le décret du 24 décembre 1885, les candidat(e)s de l’enseignement libre doivent remplir la double condition de la possession du brevet supérieur et de 25 années de service.

24 ADR, 1 M 293.

25 ADR, 1 M 294.

26 ADR, 1 M 284.

27 ADR, 1 M 285.

28 ADR, 1 M 290.

29 Article 23 de la loi Goblet de 1886.

30 Rappelons que le salaire du jeune instituteur équivaut à celui de l’ouvrier au début du siècle. Malgré la loi du 30 mars 1902 qui remplace l’avancement au pourcentage (l’avancement se fait au fur et à mesure des vacances de postes dans la classe supérieure) par un avancement à l’ancienneté, les traitements demeurent peu attractifs.

31 ADR, IM 304.

32 Discours du préfet tenu au banquet annuel de l'Union pédagogique du Rhône en 1899, L'Union Pédagogique du Rhône, no 24, 1899.

33 Sur la dynamique périscolaire : Marianne Thivend, L’École républicaine en ville : Lyon (1870-1914), Paris, Belin, 2006, p. 159-178 et Dominique Dessertine et Bernard Maradan, L’Âge d’or des patronages (1919-1939). La socialisation de l’enfance par les loisirs, Vaucresson. CNFE-PJJ, 2001.

34 Jean-François Chanet, « La « nature sociale » du métier d’instituteur sous la Troisième République », Revue d’Histoire Moderne et Contemporaine, 47-3, juillet-septembre 2000, p. 584.

35 ADR, IM 291.

36 ADR, IM 293, lettre de la colonie scolaire Jacquard au préfet (12 février 1907), signée par Gorjus, président de la colonie.

37 Circulaire relative au conseil de maîtres dans les écoles primaires et primaires supérieures, du ministre de l’Instruction publique et des Beaux-Arts, M. Doumergue, 15 janvier 1908.

38 ADR, IM 285.

39 Ibid.

40 Marianne Thivend, L’École républicaine en ville : Lyon (1870-1914), op. cit., p. 205.

41 Sur le syndicalisme enseignant : Jacques Girault, Instituteurs, professeurs : une culture syndicale dans la société française (fin xixe-xxe siècles), Paris, Publications de la Sorbonne, 1996 ; Mona et Jacques Ozouf, La République des instituteurs, Paris, Hautes Études/Gallimard/Le Seuil, 1992, p. 229-260 ; Roger Martin, Idéologie et action syndicale. Les instituteurs de l’entre-deux-guerres, Lyon, PUL, 1982.

42 Joseph Pascal, Mémoires d’un instituteur, Paris, La Pensée Universelle, 1974, p. 65.

43 ADR, IM 292.

44 ADR, 1 M 256, note du préfet au ministre de l’Instruction publique.

45 ADR, 1 M 301.

46 Notamment, lors des voyages à Lyon du Président de la République (4 novembre 1900), des ministres de la Guerre et de la Marine (13 mai 1901), du ministre de l’Instruction publique (16 novembre 1902).

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540