Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La fabrique de l’honneur

 | 
Bruno Dumons
, 
Gilles Pollet

Première partie. Gouverner par les médailles au XIXe siècle

Décorer les militaires (xixe-xxe siècles)

Xavier Boniface

Texte intégral

  • 1 André Souyris-Rolland, Guide des ordres, décorations et médailles militaires françaises et étrangèr (...)
  • 2 Marcel Bigeard, Pour une parcelle de gloire, Paris, Plon, 1975, p. 128.

1S’il est une institution où les décorations semblent avoir une résonance particulière, c’est certainement l’armée : comment imaginer en effet un combattant revenant de guerre, sans médailles sur la poitrine ? Particulièrement en période de conflit, les récompenses visent à distinguer des actes de bravoure, des actions d’éclat, des gestes téméraires, même s’il est parfois difficile d’en définir qualitativement la portée et d’en identifier correctement les auteurs. Plus d’une trentaine de médailles officielles1 ont été créées en France aux xixe-xxe siècles et ont été décernées à titre militaire à plusieurs millions de combattants ou de vétérans. Une telle profusion, conséquence des nombreuses guerres menées à l’époque contemporaine, invite à s’interroger sur la signification de ces décorations. Leur attribution concrétise-t-elle les valeurs traditionnelles de l’armée, tel l'honneur et le mérite ? Ou bien relève-t-elle d’une méthode de commandement visant à encourager les soldats à se dépasser et à faire preuve de courage ? C’est ce qu’un Bigeard traduit lors d’une prise d’armes en 1953 : « Ah ! ces militaires, il leur faut peu de chose pour aller se faire tuer : un sourire, quelques applaudissements, une Croix de guerre qui ne coûte pas cher à l’État [...]2. » Le processus de décoration des militaires relève-t-il par ailleurs de logiques spécifiques, différentes de celles du monde civil ? À travers le cas des combattants distingués pour faits de guerre, il s’agira de montrer qu’un tel processus révèle d’abord des significations liées à l’honneur et à la mémoire puis des logiques de pouvoirs et de représentations autour de la manière de décerner et d’arborer les décorations.

Les significations des décorations à titre militaire

Honorer, distinguer, glorifier

2Symboliquement, l’honneur, la distinction et la gloire militaires sont matérialisés par des décorations destinées à récompenser des combattants valeureux, voire des civils qui se sont illustrés en temps de guerre. Le rang du récipiendaire dans l’armée, le type et le lieu de conflit auquel il a participé ainsi que le motif de récompense déterminent la nature de la distinction décernée. Certaines décorations sont spécifiquement militaires tandis que d’autres, destinées à tous, peuvent être attribuées à titre militaire. Toutefois, en temps de guerre, ces distinctions mixtes sont accordées de manière privilégiée à ceux qui se battent : en octobre 1870, le Gouvernement de défense nationale décide que la Légion d’honneur ne récompenserait que les mérites militaires. En 1914 et en 1939, il est institué des tableaux spéciaux et un contingentement illimité pour l’attribution de l’Ordre national aux combattants. Une militarisation des décorations mixtes, à commencer par la Légion d’honneur, s’opère donc en cas de guerre.

  • 3 Jean-Paul Bertaud, Quand les enfants parlaient de gloire. L’armée au cœur de la France de Napoléon, (...)

3Si les révolutionnaires ont banni les ordres de chevalerie, le Directoire établit en 1796 des « armes d’honneur » que Bonaparte pérennise et institutionnalise peu après le coup d’État de Brumaire, avant de créer la Légion d’honneur en 1802. Quoique celle-ci soit destinée à récompenser autant les mérites civils que militaires, c’est principalement pour ces derniers qu'elle est décernée sous le Premier Empire, dans le contexte des guerres napoléoniennes. La seconde remise de « Croix d’honneur », à Boulogne le 16 août 1804, est d’ailleurs destinée à distinguer quelque 2000 soldats de « l’armée des Côtes de l’Océan » lors d’une vaste revue. C’est « l’honneur des camps qui est institutionnalisé ». Par leur appartenance à cette « chevalerie militaire », les civils eux-mêmes semblent « participer à l’essence sacrée du soldat » et se métamorphoser en « militaires d’honneur ». L’expression « Légion d’honneur » renvoie d’ailleurs à une sémantique évoquant l’armée puisque le premier terme désigne une unité militaire romaine tandis que le second fait allusion au « ressort moral animant le guerrier3 ». L’ordre est inspiré par des valeurs de l’armée, même s’il ne s’y réduit pas : il est décerné de 1802 à 1814 à plus de 40 000 militaires mais à 1 400 civils seulement. Dans l’armée, la Légion d’honneur distingue surtout les officiers au détriment des sous-officiers et des soldats, écartés de fait des processus de récompense. Aussi, à l’intention de ces derniers, Louis-Napoléon Bonaparte crée en janvier 1852 la Médaille militaire mais celle-ci peut également être attribuée aux généraux commandants en chef, ce qui accroît son prestige. Les principaux chefs des armées françaises de la Grande Guerre en seront décorés : à Vichy, Pétain n’arbore sur son uniforme que la Médaille militaire obtenue en 1917.

  • 4 Henry-Jean Fournier, « La genèse de la Croix de Guerre », Rémy Porte et Alexis Neviaski (dir.), Cro (...)
  • 5 Frédéric Médard, « 1956 : naissance de la « Valeur Militaire » », Rémy Porte (dir.), 90e anniversai (...)

4Les débuts du premier conflit mondial montrent que les récompenses existantes ne peuvent pas répondre aux besoins grandissants en matière de décorations. Les citations de combattants à l’Ordre de l’armée publiées au Journal Officiel ne sont matérialisées par aucun signe particulier. Or, il y a des milliers de soldats à distinguer : l’attribution de la Légion d’honneur ou de la Médaille militaire est « impensable à une telle échelle », d’une part parce qu’il faut « en préserver la très forte symbolique » et, d’autre part, parce qu'elle nécessiterait l’octroi de rentes que « le budget de l’État ne (pourrait) supporter4 ». Sur une proposition du général Boëlle, commandant de corps d’armée, puis après une campagne de presse de Barrès dans L’Écho de Paris et un discours de Driant qui lance le débat à la Chambre, une loi institue la Croix de guerre le 8 avril 1915. Cette décoration accompagne les citations dont le niveau est figuré par une étoile ou une palme sur le ruban. La Croix de guerre est reprise pour les théâtres d’opérations extérieurs (TOE - loi du 30 avril 1921), tels le Levant, le Maroc ou l’Indochine, et pour la Seconde Guerre mondiale (décret-loi du 26 septembre 1939), avec des couleurs de rubans spécifiques. La Valeur militaire, créée par décret en avril 1956, reprend le principe des citations mais son nom ne fait pas mention du mot « guerre » parce qu'elle récompense des actes liés au maintien de l’ordre en Afrique du Nord. Après 1962, cette distinction a été attribuée à des militaires ayant participé aux « opérations extérieures » d’interposition, de maintien et de rétablissement de la paix5. Mais c’est la Croix de guerre des TOE qui fut décernée aux soldats français ayant pris part à la guerre du Golfe en 1991.

  • 6 Hervé Coutau-Bégarie, « Pour une histoire de l’ordre de la Libération », La Phalère, 2002, no 3, p. (...)
  • 7 Ibid., p. 64.

5En novembre 1940, à Brazzaville, de Gaulle crée l’Ordre de la Libération destiné à tous ceux, civils et militaires, individus et collectivités, qui prendraient une part active à la libération de la France et de son empire : symboliquement, le Général conforte son pouvoir encore fragile par ce geste de nature régalienne. En même temps, il « répugne à donner la Légion d’honneur. La légitimité de nos institutions est en suspens6 ». En revanche, Vichy continue à décerner l’Ordre national, en particulier, à titre militaire, aux combattants de 1940. D’autres distinctions spécifiques récompensent encore des actions relatives à la Seconde Guerre mondiale, telle la Médaille de la Résistance, créée en 1943. Elles s’éteignent peu après le conflit : l’Ordre de la Libération n’est plus décerné depuis 1946 tandis que la Médaille de la Résistance ne l’est plus depuis 1947. Ces deux décorations ne séparent pas les actions des civils de celles des militaires, à l’image de la guerre totale dont le second conflit mondial constitue un paroxysme. Celui-ci tend à atténuer cette différenciation que la lutte clandestine rend également moins opératoire. Ainsi, aux côtés de soldats des Forces françaises libres figurent, parmi les décorés, des déportés et des résistants civils – même si ces deux catégories ne représentent qu’un quart des compagnons de la Libération7.

6Il existe encore d’autres décorations, telles la Médaille des blessés ou celle des évadés qui récompensent des cas particuliers et complètent le système des distinctions remises à titre militaire. En temps de paix, les soldats et les cadres peuvent aussi recevoir des décorations spécifiques, telles la Médaille des services militaires volontaires (pour les réservistes) ou celle de la Défense nationale, instituée en 1982. Ils concourent également pour l’attribution de l’Ordre national du Mérite au même titre que les civils.

7Si les Premier et Second Empires ont été des moments importants avec la création de distinctions mixtes ou militaires, les conflits mondiaux du xxe siècle, et la Grande Guerre en particulier, marquent un tournant qualitatif, par l’institution de diverses décorations, et quantitatif : la très forte augmentation du nombre de soldats récompensés va de pair avec les effectifs mobilisés. De 1914 à 1921, près de 30 000 personnes reçoivent la Légion d’honneur, pour la plupart à titre militaire, ce qui entraîne un doublement des effectifs de l’ordre. La guerre concourt à démocratiser les distinctions, y compris les plus prestigieuses, en multipliant les décorés.

  • 8 Fred Caille, « Les décorations », Vincent Duclert et Christophe Prochasson, Dictionnaire critique d (...)
  • 9 Jean-Paul Bertaud, Quand les enfants parlaient de gloire..., op. cit., p. 173-174. Annie Crépin, «  (...)

8En décorant des soldats, les chefs de l’armée – et les gouvernants qui instituent les distinctions – entendent honorer, distinguer, glorifier les plus valeureux d’entre eux. Par des médailles, des citations et des cérémonies, c’est-à-dire par les trois éléments de la sanction positive, ils célèbrent symboliquement la bravoure, le courage, l’héroïsme dont ces militaires ont fait preuve au travers de leurs faits d’armes. Leur décoration procède alors d’une « instrumentation individuelle de la grandeur, du prestige, de l’honneur8 ». Celui-ci, en particulier, fonde la légitimité des distinctions décernées à titre militaire. Notion d’origine aristocratique, l’honneur semble avoir supplanté la vertu des citoyens exaltée par les révolutionnaires. Pourtant, avec Napoléon Bonaparte, sa signification emprunte « tout autant à l’ancienne noblesse qu’à l’armée et à la Révolution ». Outre « l’estime de soi-même », l’honneur est la reconnaissance, par ses pairs, d’une réputation fondée sur des qualités guerrières qui étaient déjà celles de la chevalerie : « énergie et maîtrise de soi-même, détermination et courage porté jusqu’à l’abnégation et au mépris de la mort, respect de la parole donnée [...], obéissance aux chefs et strict respect de la discipline ». Mais au lieu d’être l’apanage de la naissance comme sous l’Ancien Régime, l’honneur concerne désormais tout citoyen servant dans l’armée9. S’il est d’abord une valeur morale, il se trouve aussi institutionnalisé, avec la création de l’Ordre de la Légion d’honneur, et matérialisé par un insigne. Les principales décorations militaires contemporaines participent d’ailleurs de cet esprit comme en témoigne la reprise de symboles de l’Ancien Régime : le ruban rouge de la Légion d’honneur inspiré de celui de l’Ordre de Saint-Louis ; l’appellation d’« ordre » commune à plusieurs distinctions ; le nom initial de « croisés » que devaient porter les compagnons de la Libération. Plus encore, les décorations s’inspirent du modèle napoléonien : les rubans de la Médaille militaire et de la Croix de guerre reprennent respectivement les couleurs de ceux de la Couronne de fer et de la Médaille de Sainte-Hélène. Une filiation, voire une généalogie des décorations militaires, s’esquisse ainsi derrière les marques d’honneur.

9La décoration sert aussi à distinguer, c’est-à-dire élever, rendre singulier, sortir de la masse. Elle a d’autant plus de poids au sein de l’armée que celle-ci se définit par l’uniformité et, au moins au sein de chaque grade, par une égalité statutaire. Le décoré est donc distingué par rapport à la masse que constitue la troupe et il porte le signe visible de son élévation qui fait qu’il peut être reconnu. La remise d’une décoration à un militaire se fait devant le front des troupes. Le récipiendaire est mis en avant de son unité, sur un rang à part, près du drapeau du régiment qui représente la patrie. Mais c’est symboliquement qu’il se trouve séparé des autres militaires car il demeure dans l’armée et il doit continuer à servir : sa décoration l’y oblige d’ailleurs puisqu’elle l’érige en modèle auprès de ses frères d’armes.

  • 10 Jean-Paul Bertaud, « La gloire et l’honneur », Michel Biard (dir.), « Terminée la Révolution... », (...)

10La décoration, enfin, contribue à glorifier les auteurs d’actions d’éclat : elle reconnaît leur rôle dans la conquête par les armes de la gloire. Associée à la victoire, celle-ci « est attribuée aux soldats, à leur courage, à leur constance, à leur esprit de sacrifice et à leur discipline ». Elle résulte d’un « échange » entre leur vertu et le talent de leur général, qui incarne la patrie. La gloire des armes rejaillit donc sur toute la nation10. Les décorations à titre militaire l’expriment quand elles sont attribuées à des drapeaux de régiments qui symbolisent la patrie et sur lesquels sont inscrits les noms des batailles auxquelles ces corps ont pris part. Cette glorification transparaît aussi lors des cérémonies militaires de remises de décorations aux soldats qui se font collectivement. Et la gloire appelle la mémoire.

Commémorer, témoigner, se souvenir

  • 11 Mickaël Bourlet, « Avant la Croix de guerre », Rémy Porte (dir.), 90eanniversaire de la Croix de Gu (...)

11Les décorations concourent à rappeler la participation de leurs titulaires à certains faits d’armes, batailles, campagnes ou guerres. Elles apparaissent ainsi comme un témoignage, une attestation, un signe visible et donc une reconnaissance de ce qu’ils ont fait et été, tant auprès des vétérans qu’auprès de la société civile. Les médailles commémoratives répondent même spécifiquement à cette fonction du souvenir : leur obtention est seulement conditionnée par l’obligation d’avoir passé un temps minimum sur un front ou un théâtre d’opérations. En revanche, elles ne confèrent pas de dignité particulière et n’entraînent pas de marques de respect ou d’honneur pour ceux qui les arborent11.

  • 12 Anne de Chefdebien et Laurence Wodey (coord.), Ordres et décorations en France, Paris, Musée nation (...)
  • 13 Sudhir Hazareesingii, « La légende napoléonienne sous le Second Empire. Les médaillés de SainteHélè (...)

12L’usage des distinctions commémoratives, apparu en Russie au début du xviiie siècle, se développe avec les Britanniques au milieu du siècle suivant pour les vétérans des guerres napoléoniennes. La France y recourt surtout pour rendre hommage aux acteurs de quelques grands événements politiques intérieurs, telle la prise de la Bastille. Après la campagne de Crimée, imitant les Britanniques qui décorent des soldats français, Napoléon III crée des médailles pour les services rendus à l’occasion des expéditions du Second Empire, en Italie, en Chine ou au Mexique. La Troisième République étend cette pratique, surtout après la Grande Guerre, qui constitue là encore un tournant. La frappe, par des municipalités ou des associations, de médailles non réglementaires se développe également12. Mais la première distinction commémorative militaire française est la Médaille de Sainte-Hélène décernée aux survivants des armées de la Révolution et de l’Empire. Instituée par décret du 22 août 1857, elle s’inscrit dans le contexte de la campagne entreprise en faveur des vétérans napoléoniens depuis 1849. Par cette distinction, l’empereur entend « raffermir ses liens historiques avec le fondateur de la dynastie, dont le souvenir restait très vivace, surtout dans les campagnes13 ».

  • 14 Jean Hass, La Médaille Coloniale, un drapeau, un empire. Cent ans de présence française outre-mer, (...)

13En 1893, la République institue la Médaille coloniale : désormais, alors que se multiplient les expéditions de conquête outre-mer, chaque campagne n’entraîne plus la création systématique d’une décoration commémorative. Il est en revanche prévu de placer sur le ruban de la nouvelle médaille des agrafes portant chacune le nom d’un théâtre d’opérations. Après la décolonisation, cette décoration prend le nom de Médaille d’Outre-Mer (1962) et elle est aujourd’hui octroyée pour des missions parfois éloignées de la défense et de la sécurité des DOM-TOM14. Par ailleurs, les militaires – et les civils – servant outre-mer ont longtemps pu prétendre à certains ordres coloniaux français qui reprenaient des décorations existant dans les pays sous tutelle, tels le dragon d’Annam, le Nichan-el-Anouar (Somalie) ou l’étoile noire du Bénin.

  • 15 Philippe-Jean Vidal, « La médaille commémorative de la guerre de 1870-1871 », La Phalère, 2002, no  (...)
  • 16 Henri de Régnier (dir.), Histoire des décorations françaises contemporaines, Paris, Javal et Bourde (...)

14À l’image de la mémoire collective et de ses expressions sociales ou politiques, les distinctions « recognitives » sont l’objet d’enjeux idéologiques. Précédée de plus de dix-sept ans de débats, la création, par une loi, de la Médaille de la guerre de 1870-1871 n’intervient qu’en novembre 1911, quarante ans après les faits : fallait-il en effet commémorer la défaite ? Rappeler l’« Année terrible », n’était-ce pas non plus être amené à évoquer la Commune ? Or, selon ses partisans, une telle médaille n’a pas « nécessairement pour but d’honorer le succès des armes, mais de reconnaître [...] la bonne conduite de tous les soldats » engagés dans le conflit. Il s’agit d’évoquer leurs « qualités morales et [leurs] vertus militaires15 ». Une telle décoration doit aussi avoir une fonction mobilisatrice : au début des années 1910, le spectre de la guerre semble à nouveau poindre. Il convient donc, selon le ministre de la Guerre Maurice Berteaux, qui s’exprime devant le Sénat, de « rappeler aux jeunes gens qui n’ont pas vécu les haines terribles, qu’à un certain moment, la patrie a traversé des épreuves douloureuses ». Le ministre souhaite ainsi « réchauffer le patriotisme16 ».

15Les principaux ordres et décorations peuvent contribuer à commémorer un événement à travers ceux qu’ils récompensent. Il en va ainsi de la Légion d’honneur octroyée en 1995 aux 1 500 derniers poilus de la Grande Guerre ou en 2004 aux vétérans français du débarquement de Normandie. Il s’agit moins de réparer une injustice à leur égard que de faire mémoire des conflits ou des batailles auxquels ces vieillards ont pris part. En les décorant, la nation rend un hommage collectif aux générations du feu qu’ils représentent et aux sacrifices subis par elles. Par leur existence même, ces derniers témoins rappellent les grandes épreuves du temps passé ou les batailles auxquelles ils ont pris part. Ces événements, magnifiés à l’époque, sont désormais perçus comme une sorte de geste héroïque, quasi mythique, qui justifie d’autant l’hommage rendu aux survivants. Eux-mêmes apparaissent comme des symboles qui permettent à la nation de se souvenir. Là encore, les enjeux de la mémoire pèsent lourd : en 1995, la France ne remet pas la Légion d’honneur aux anciens poilus alsaciens qui, en tant que sujets allemands en 1914-1918, avaient été incorporés dans l’armée du Kaiser. Émoi, trouble et protestations indignées s’ensuivirent localement.

  • 17 Marie-Anne Paveau, « La Croix de Guerre dans la société française », Rémy Porte et Alexis Neviaski,(...)

16Toutes les décorations obtenues à titre militaire procèdent d’ailleurs de cette fonction mémorielle pour leurs titulaires. La Croix de guerre « est destinée à commémorer les citations individuelles » obtenues par les combattants et publiées au Journal Officiel. Elle est le signe, le témoignage matériel de ce qu’ils ont accompli et qui est inscrit dans le texte de leur citation. Elle devient une sorte de monument de métal, un « lieu de mémoire » du conflit, ce qui explique également l’exploitation de son image dans la propagande, sur les objets, les tombes17. La Croix de guerre apparaît telle une icône suscitant le respect, la ferveur patriotique, voire la sacralité. La décoration militaire possède en effet quelque chose de religieux : la gloire, la croix sont d’ailleurs des termes appartenant au christianisme.

17Les décorations participent du culte du souvenir. Des anciens combattants exposent les leurs sous des cadres en verre chez eux. D’autres les offrent en ex-voto dans quelque sanctuaire lorsqu’ils sont revenus sains et saufs de la guerre : ce geste traduit une sacralisation des décorations et de l’acte qui a valu leur attribution. Celles des tués sont parfois déposées dans un mémorial ou une nécropole comme Notre-Dame de Lorette. Elles sont aussi représentées sur les plaques mortuaires commémoratives en émail ou en marbre et dans des reliquaires évoquant le souvenir de soldats tués à la guerre. Le motif de la Croix de guerre figure par ailleurs sur de nombreux monuments aux morts et sur des tombes. Aux funérailles de militaires décédés en service, ou même à celles d’anciens combattants, les décorations des défunts sont épinglées sur des coussins posés sur les cercueils. C’est dire l’impact de la décoration quand bien même celle-ci ne peut plus être arborée par le titulaire de son vivant. Elle témoigne, après sa mort, de ce qu’il convient de se rappeler de sa vie, de son courage et de sa participation à la guerre. La décoration peut avoir été attribuée pour un fait d’armes qui a causé la mort du soldat, d’où sa place privilégiée dans la symbolique funéraire.

  • 18 Sudhir Hazareesingh, « La légende napoléonienne sous le Second Empire... », art. cit., p. 564.

18Les distinctions commémoratives ou décernées à titre militaire, expriment différents niveaux mémoriels. La dimension individuelle, d’abord, rappelle que le décoré a pris part à un événement militaire jugé important pour le pays. C’est une manière de rendre « hommage aux qualités physiques et morales des anciens combattants, survivants extraordinaires d’une époque meurtrière pour tout soldat18 ». En second lieu, implicitement, en quelque sorte en creux, la décoration est une manière de se souvenir des sacrifices consentis, des disparus, de ceux qui ne sont pas revenus et qui n’ont pas été récompensés. Un dernier niveau de souvenir serait, à long terme, la mémoire de l’événement lui-même dont le décoré demeure un témoignage vivant. Sa fonction mémorielle fait ainsi de la décoration militaire une sorte d’exemplum – au sens médiéval et religieux du terme – des vertus civiques, un modèle qui doit inspirer la bravoure présente et à venir.

  • 19 Jean Hass, La Médaille Coloniale..., op. cit., p. 24.

19L’honneur n’est jamais bien loin de la mémoire dans le processus de décoration à titre militaire. Même les médailles commémoratives contribuent à honorer ceux qui les ont reçues : c’est en ce sens qu’elles sont qualifiées d’honorifiques. Elles représentent, selon l’exposé des motifs du projet de loi visant à créer la Médaille coloniale, « un honneur pour ceux qui ont risqué leur vie sur une terre lointaine autour du drapeau : c’est pour le plus grand nombre la seule récompense de durs et périlleux services19 ». Faire mémoire, c’est rendre hommage, honorer, reconnaître l'honorabilité que procurent le service des armes et la traversée de périls.

  • 20 Maurice Barrès, « La Croix de Guerre (3 février 1915) », L’Âme française et la guerre, t. 3, La Cro (...)

20Le processus de décoration à titre militaire procède donc de cette double fonction mémorielle et honorable. À la fois souvenir et récompense, c’est « le moyen de reconnaître et de stimuler le mérite et la valeur20 ». Mais, plus concrètement, le fait de décorer – et d’être décoré – obéit à des logiques de pouvoirs et de représentations.

Enjeux de pouvoirs et de représentations autour des décorations militaires

Attribuer, octroyer, décerner

  • 21 Jacques Meyer, Les Soldats de la Grande Guerre, Paris, Hachette, 1966, p. 180.

21Après un combat, les officiers doivent faire pour leurs hommes des propositions de distinction. Celles-ci dépendent bien sûr du grade et de la nature du commandement de celui qui les établit ainsi que du rang du militaire à décorer : un officier subalterne propose pour la Croix de guerre ou la Médaille militaire les sous-officiers et soldats sous ses ordres tandis que lui-même peut être présenté par ses supérieurs, parfois pour la Légion d’honneur. En la matière, l’équité est impossible à atteindre : Jacques Meyer se souvient que « les plus beaux gestes étant généralement les moins connus des supérieurs, il s’agissait plutôt de justice distributive et parfois de proportions établies par avance entre les unités par le commandement21 ». En dernier ressort, c’est le chef de corps qui opère des choix, jamais aisés, entre les propositions, en fonction des éventuels contingents alloués. Le nombre de décorations décernées peut aussi dépendre des chefs militaires, certains se montrant avares de récompenses, quand d’autres passent pour plus généreux.

  • 22 François Cochet, Survivre au front 1914-1918. Les poilus entre contrainte et consentement, Paris, 1 (...)
  • 23 Marie-Anne Paveau, « La Croix de Guerre dans la société française », art. cit., p. 46-48.

22Cette attribution du commandement participe d’une sorte de « féodalité démocratique22 » qui unit l’officier à ses hommes. Le chef ayant la confiance de ses subordonnés doit se montrer juste et savoir, le cas échéant, récompenser les plus braves. La citation qui donne droit à l’octroi de la Croix de guerre pourrait être définie, selon de Gaulle, « par la rencontre d’un fait d’armes et d’un patron : condition suffisante mais non point nécessaire, puisqu’il suffit que le deuxième terme soit réalisé ». L’officier décide de ce qui doit être reconnu et digne de récompense : il distingue, honore, repère ceux de ses hommes les plus valeureux, renouant ainsi avec une pratique d’essence aristocratique. Par conséquent, les décorations « serviraient autant, si ce n’est plus, à leur donateur (renforcement du prestige du chef, de l’armée et de l’État) qu’à leur récipiendaire23 ».

  • 24 Jules Maurin, Armée-Guerre-Société : soldats languedociens (1889-1919), Paris, Publications de la S (...)
  • 25 Villes, emblèmes et collectivités décorés de la Légion d’Honneur, Paris, Bore, 1976, p. 12.
  • 26 Pierre Journoud et Hugues Tertrais, Paroles de Dien Bien Phu. Les survivants témoignent, Paris, Tal (...)
  • 27 JO, 19 août 1916, p. 7542.
  • 28 Christophe Gué, « Croix de Guerre et avancement en 1914-1918 », Rémy Porte (dir.), 90anniversaire d (...)

23Quels gestes remarquables paraissent devoir être récompensé ? Les motifs retenus révèlent une conception traditionnelle de l’honneur et de la valeur militaires, fondée sur le courage, la bravoure et l’héroïsme mais aussi les sacrifices. Il s’agit d’abord de récompenser des gestes d’éclat, qu’ils soient de nature humanitaire ou plus militaire. Les premiers concernent l’assistance aux blessés et la recherche des tués entre les lignes ; les seconds tournent autour de « l’exemple bénéfique » donné, souvent par un gradé, à ses camarades ou à ses hommes, ainsi que des prouesses individuelles, très répandues dans les motifs de citations24. L’exploit le plus emblématique est sans doute la prise d’un étendard ennemi qui vaut à son auteur l’attribution d’une décoration élevée. Si, jusqu’au xixe siècle, cette action d’éclat avait un sens dans la mesure où l’emblème servait de point de ralliement pour une troupe, elle tend a disparaître avec la guerre totale car les unités ne déploient plus leurs étamines sur le champ de bataille25. D’autres prouesses tiennent à la conquête d’une position adverse ou a la défense d’un point d’appui, deux types de faits d’armes qui peuvent déterminer le sort d’un combat ou d’une bataille. À Dien Bien Phu, le lieutenant Brunbrouck parvient à contenir pendant toute la nuit du 30 mars 1954 les assauts vietnamiens contre son piton en leur opposant un tir de barrage d’artillerie à l’horizontal : le soir même, il reçoit la Légion d’honneur26. La participation à un coup de main ou à une reconnaissance justifie également des distinctions. Certaines prouesses sont plus aisées à récompenser quand elles permettent de dresser des bilans quantitatifs d’armes récupérées, de prisonniers capturés ou de terrains conquis, donc de mesurer les honneurs à décerner. D’autres décorations sont attribuées à des « briscards » après une longue période de front, reconnaissant leur ténacité et leur manière de servir. La citation qui accompagne la Médaille militaire du sergent-major Somprou, du 234e RI, le présente comme un « excellent sous-officier ; s’acquitte de ses fonctions avec zèle, dévouement et la plus grande compétence. Sur le front depuis le début des hostilités27 ». La Légion d’honneur et la Médaille militaire continuent en effet, comme en temps de paix, à récompenser les « services rendus » à côté des actions d’éclat tandis que la Croix de guerre est surtout attribuée pour ces dernières28. Des décorations sont également décernées en fonction des risques encourus comme lors d’un bombardement ou d’une attaque adverse mais le choix des bénéficiaires s’avère alors délicat. Par un effet d’entraînement, la récompense de certains mérites appelle celle d’actes similaires, services éminents ou brillants faits d’armes. Le nombre de citations ou de blessures peut servir de critère pour l’obtention d’une décoration. Mais dans les propositions faites pour les distinctions, il y a des oublis et des erreurs inévitables, ce qui suscite des frustrations.

  • 29 Jules Maurin, Armée-Guerre-Société : soldats languedociens (1889-1919), op. cit., p. 512.
  • 30 Jacques Meyer, Les Soldats de la Grande Guerre, op. cit., p. 179-180.
  • 31 JO, 1er juillet 1916, p. 5789-5797.

24L’un des principaux motifs de décoration reste toutefois la blessure reçue au combat, témoignant que l’honneur militaire continue, comme par le passé, à être associé au sang versé. Cette cause représente de 25 à 40 % des citations obtenues par les soldats languedociens de la Grande Guerre, suivant qu’ils sont originaires de l’Hérault ou de la Lozère29. Il est par ailleurs caractéristique que des députés, lors des débats parlementaires sur la création de la Croix de guerre, aient voulu un octroi systématique de la nouvelle décoration à tous les blessés. Même si la loi n’en a pas retenu l’idée, celle-ci a connu quelque fortune dans les faits. La Légion d’honneur et la Médaille militaire sont surtout décernées aux plus grièvement atteints, ceux « en passe de mourir ». Néanmoins, l’évacuation de nombreux blessés vers l’arrière fait que « l’on était bien tenté de les oublier30 » : certains n’ont pu être décoré ou l’ont été tardivement. Un décret du 28 juin 1916 accorde 247 Médailles militaires, la plupart à des combattants ayant été gravement blessés (perte d’un membre ou d’un œil) : 59 (soit 24 %) d’entre eux ont été touchés en 1914 – dont le soldat Bertin, agent de liaison au 326e RI, dès le 2 août–, et 73 (30 %) en 1915 : des rattrapages sont donc opérés. Le même texte nomme 24 chevaliers de la Légion d’honneur dont 18 (soit les deux tiers) en raison de graves blessures31. Dans cet esprit, plusieurs lois, en 1923, 1926 et 1932, décernent l’Ordre national aux médaillés militaires invalides de guerre à 100 %. La décoration traduit la reconnaissance, par l’armée et la nation, des souffrances et des épreuves que les combattants ont endurées. La récompense ne compense pas mais elle rend témoignage. Le fait qu'elle soit, dans certains cas, associée à la blessure ou à la mort contribue aussi à sa sacralisation.

  • 32 JO, 19 août 1916, p. 7538-7544.

25Il existe une hiérarchie entre les décorations qui conditionne une sorte de cursus honorum : sauf exception liée à une action d’éclat ou à une grave blessure, le combattant obtient d’abord la Croix de guerre avant de recevoir, en fonction de son grade, la Légion d’honneur ou la Médaille militaire. Celle-ci, par exemple, est attribuée à 323 soldats et sous-officiers d’infanterie par décret du 17 août 1916 : 104 d’entre eux étaient déjà titulaires de la Croix de guerre32. Une gradation s’opère dans les honneurs décernés qui peuvent se cumuler. L’attribution à titre posthume de l’Ordre national et de la Médaille militaire échappe cependant à cette logique. Cette disposition instaurée en 1918 n’est applicable que dans les six mois suivant le décès et concerne principalement des actions d’éclat.

  • 33 Xavier Boniface, « La Légion d’Honneur et la France en armes de 1870 à 1962 », Jean Tulard, Françoi (...)
  • 34 Mémorial de la Légion d’Honneur I960, Paris, Joseph Forer, 1962, p. 363-372.
  • 35 Xavier Boniface (dir.), « Du sentiment de l’honneur à la Légion d’honneur », op. cit., p. 121.
  • 36 Mémorial, p. 101-103.

26Au fil du temps, avec la disparition progressive des vétérans, les conditions d’attribution de certaines décorations sont assouplies33. En 1960, il y eut près de 12 000 nominations de chevaliers de la Légion d’honneur : l’analyse d’un échantillon représentatif de 394 légionnaires – ceux dont le nom commence par la lettre T – laisse entrevoir quelques logiques dans les attributions34. Soixante-huit d’entre eux (17,25 %) ont reçu la Légion d’honneur à titre civil, les autres l’ayant eu pour faits de guerre. Les 202 anciens combattants de 1914-1918 représentent plus de la moitié (51,2 %) du total et près de 70 % des décorés militaires – qui comptent également 5 % de distinctions à titre posthume pour des combattants tombés en Algérie. Parmi les vétérans, plus des deux tiers ont servi comme soldats, les autres en tant que sous-officiers ou officier (un seul). C’est un renversement de situation par rapport à la guerre quand les officiers constituaient l’immense majorité des nominations dans l'ordre35. Une telle répartition dénote une démocratisation de l’accès à la Légion d’honneur, les hommes du rang venant souvent de milieux sociaux moins élevés que ceux de leur encadrement. Plus de 82 % de ces anciens combattants étaient déjà titulaires de la Médaille militaire, qu’ils avaient généralement obtenue entre 1920 et 1934 – quand la date d’attribution est indiquée. Ces décorations tardives signifient qu’ils ont fait l’objet d’un rattrapage après le conflit parce qu’ils avaient été oubliés ou parce qu’ils n'avaient pas de titres suffisants à ce moment-là. Les trois quarts de ces vétérans ont été blessés et cités au cours de la guerre, 10 % étant même pensionnés à 100 %. Les promotions au grade d’officier de la Légion d’honneur en 1960 concernent 80 légionnaires au nom commençant par la lettre T : l’élément civil y est davantage présent avec un quart des promus, soit autant que les anciens combattants de la Grande Guerre. La hiérarchie des grades et des dignités de l’ordre privilégie davantage les élites même si, dans l’échantillon, une dizaine de simples soldats de 1914-1918 sont néanmoins promus36.

  • 37 Jules Maurin, Armée-Guerre-Société : soldats languedociens (1889-1919), op. cit., p. 521.
  • 38 Charles de Gaulle, La France et son armée (1938), Le Fil de l'épée et autres écrits, Paris, Plon, 1 (...)
  • 39 Marcel Bigeard, Pour une parcelle de gloire, op. cit., p. 127.

27Au cours du premier conflit mondial, l’attribution des citations – et donc des Croix de guerre ou des étoiles et des palmes supplémentaires sur celles déjà décernées – connaît une hausse en 1917-1918. S’il est difficile de confirmer cette tendance pour la Légion d’honneur dont les remises semblent aller en augmentant de 1914 à 1917, elle révèle néanmoins un enjeu. L’attribution croissante de décorations passe ainsi pour concourir au « redressement du moral de l’armée » et au retour de la confiance, après que les mutineries du printemps 1 aient affectée. Il y a un facteur « d’exemplarité de la citation » et des distinctions qui s’y trouvent associées. Les chefs militaires se serviraient des décorations comme « moyen d’action psychologique supplémentaire », même s’ils le font parfois sans « volonté délibérée37 ». Mais c’est intentionnellement que le général Pétain, à son arrivée à la tête de l’armée française en 1917, « soigne l’amour-propre [...], répartit plus justement croix, médailles, citations, jusque-là distribuées dans l’ordre inverse des périls courus38 ». L’impact des sanctions positives sur le moral de la troupe, et donc sa capacité combative et son mordant, n’est pas négligeable. En Indochine, Bigeard constate aussi que « le moral de son bataillon est extraordinaire... Lequel n’a pas déjà sa Légion d’Honneur, sa Médaille Militaire ou une ou deux Croix de Guerre39 ? » Si le processus de décoration apparaît ainsi comme un instrument de commandement, il ne s’y limite cependant pas et il est loin d’être compris comme tel. La manière de recevoir et d’arborer une distinction traduit bien d’autres sentiments.

Recevoir, porter, arborer

  • 40 Antoine Prost, Les Anciens combattants et la société française (1914-1939), vol. 1, Paris, FNSP, 19 (...)
  • 41 Ibid., p. 26.
  • 42 Le contrôle postal en témoigne : Christophe Gué, « Croix de Guerre et avancement en 1914-1918 », ar (...)
  • 43 Marie-Anne Paveau, « La Croix de Guerre dans la société française », art. cit., p. 44 et 30.

28L’argot militaire est riche pour désigner les « bananes » (citations accompagnées de la Croix de guerre), les « placards » de décorations, voire la « ferraille » (médailles). Il traduit la généralisation, si ce n’est la banalisation, des distinctions dans l’armée, notamment en temps de guerre. Les soldats se montrent attentifs au port des décorations et à ce qu’elles représentent. C’est le cas des blessés de guerre réformés dont l’attachement aux distinctions « n’est pas, au départ, vanité, mais refus des confusions déshonorantes. Porter ostensiblement la Croix de Guerre ou la Médaille Militaire, c’est d’abord signaler à tous qu’on n’est pas un embusqué40 ». La décoration matérialise un peu ce que Napoléon disait à ses grognards au soir du 2 décembre 1805 : « Quand vous direz “j’étais à Austerlitz”, on vous répondra : “voilà un brave” ». Elle devient « ce discours permanent et muet », l’affirmation de l’expérience guerrière, du courage et de l’honneur militaire de celui qui la porte. Elle légitime son droit à en parler41. Pour autant, dans leurs mémoires ou leurs carnets, voire dans leur correspondance, sans doute par pudeur, les anciens combattants semblent peu s’étendre sur les distinctions obtenues42, signalant au mieux la date et la nature de leur récompense. La décoration leur sert moins à témoigner de leurs prouesses ou de leurs blessures qu’à attester leur participation au conflit. Auprès des combattants, elle fonctionne comme « un marqueur de militarité ». Que ce soit sous la forme de rangées de médailles pendantes ou de barrettes, les distinctions livrent une « biographie » militaire de leur titulaire entre « curriculum vita et cursus honorum43 ».

29Il se forme aussi des communautés de décorés fondées sur la solidarité et la fidélité aux valeurs qu’incarnent leurs récompenses. Bonaparte lui-même avait eu l’ambition de faire de la Légion d’honneur un rassemblement de citoyens devant servir de modèles aux autres et il créa à cette fin les cohortes pour venir en aide aux légionnaires nécessiteux. Après 1918, se multiplient les associations de décorés, de la Société d’entraide de la Légion d’honneur aux Croix de feu, qui entendent perpétuer un esprit et rappeler au reste de la société la dette morale qu'elle a contractée à l’égard des défenseurs de la patrie.

30Certes, dans le processus honorifique se mêlent parfois aussi des ambitions personnelles, un besoin de reconnaissance, qui incitent des soldats et des vétérans à solliciter des récompenses. La passion de l’égalité et de la justice, souvent aiguisée par la perspective d’être décoré, les amène à établir des comparaisons avec les militaires déjà honorés. En outre, l’obtention d’une distinction peut conditionner ou faciliter une promotion et l’accession au grade supérieur. Certains cherchent, dans ce but, à se faire remarquer de leurs chefs, voire à intriguer auprès de personnalités influentes, avec des résultats variables.

  • 44 Ibid., p. 40.
  • 45 Philippe de Ségur, La Campagne de Russie, cité par Montroussier, op. cit., p. 45.

31Un tel attrait peut s’expliquer aussi par le fait que la récompense sert, « même illusoirement, à éloigner la peur de la mort44 ». Elle est le signe matériel et symbolique que le soldat a triomphé d’un péril : elle fait de lui, dans l’imaginaire combattant et populaire, une sorte de héros à l'antique, quasi invincible. Elle est la promesse qu’au terme de la guerre, il y a la victoire et la gloire, donc la vie. La décoration contribue, dans cette logique, à donner confiance aux combattants. C’est que la gloire inspire une « insatiable passion », un « instinct puissant, qui pousse l’homme à la mort, pour chercher l’immortalité45 ». Par conséquent, poussé par elle, le soldat peut trouver des ressources pour se dépasser et affronter les dangers du champ de bataille.

  • 46 Marie-Anne Paveau, « La Croix de Guerre dans la société française », art. cit., p. 44.
  • 47 Les Carnets de Louis Barthas, tonnelier, 1914-1918 (1978), Frédéric Rousseau, La Guerre censurée. U (...)

32En même temps, à côté de « la fierté de la récompense reçue », les combattants expriment de « l’ironie devant un honneur considéré comme dérisoire ou injustement décerné46 ». Certaines attributions de décorations passent pour indues parce qu’elles ne récompensent pas des faits avérés ou les véritables héros. Louis Barthas raille ainsi les citations et les Croix de guerre décernées pour une attaque décommandée qui a été « représentée comme un vif succès » par le commandement ; or, aucun décoré n’a eu « le courage, la pudeur de [les] refuser avec le plus grand dédain47 ». Tous sont pourtant loin d’être dupes des raisons qui leur ont valu ces honneurs. De telles situations contribuent à dévaloriser les décorations auprès des véritables combattants.

33La remise d’une distinction à des militaires obéit à un rituel réglementaire qui, en temps de guerre, peut être simplifié ou adapté. Pour la remise de la Médaille militaire à l’aspirant-médecin Laby, le 22 février 1918, une prise d’armes a lieu avec son ancien bataillon :

  • 48 Lucien Laby, Les Carnets de l’aspirant Laby, médecin dans les tranchées (28 juillet 1914-14juillet (...)

« Tout seul devant le front des troupes avec, derrière mon dos à six pas, quelques poilus à décorer de la Croix de Guerre. Le colonel me fit un petit discours très gentil, après avoir fait “ouvrir le ban !’'par la clique. Puis il passa les poilus en revue au galop, suivi de mes camarades de l’état-major. Ensuite eut lieu le défilé des troupes devant moi [...]. Inutile de vous dire que cela aussi était fort émotionnant48. »

34Le discours du chef de corps n’est pas habituel mais le texte de la citation qui a valu la décoration peut être lu dans certains cas. Ce cérémonial militaire permet une pédagogie de l’honneur : l’officier qui épingle la décoration et donne l’accolade au récipiendaire procède à une sorte d’adoubement qui fait du soldat décoré un héros, un brave, un guerrier. Celui-ci est montré en exemple au reste de l’unité qui assiste à la remise de l’insigne et qui, exceptionnellement ici, défile devant le récipiendaire pour lui rendre un hommage collectif. Dans le cas de l’aspirant Laby, c’est moins le décoré qui est honoré que le médecin apprécié de tous qui est salué avec cette parade. Des distinctions sont parfois remises, de manière moins solennelle mais plus émouvante, sur le champ de bataille ou, plus encore, à l’ambulance tandis que la régularisation administrative intervient ultérieurement. Napoléon lui-même affectionnait de donner sa propre Croix de la Légion d’honneur à des « braves ». Il s’agit de récompenser au plus vite certaines actions d’éclat pour que le temps n’en efface pas la gloire et le souvenir – c’est d’ailleurs la fonction de la Croix de guerre. Les médailles commémoratives, en revanche, ne sont pas remises au cours de cérémonies militaires particulières. Toutefois, des anciens combattants peuvent les recevoir le jour d’une fête nationale devant les édiles et la population de leur commune. La remise de la décoration prend alors le sens symbolique d’un témoignage donné aux civils et à la nation.

  • 49 Xavier Boniface, « La Légion d’Honneur et la France en armes de 1870 à 1962 », art. cit., p. 126.

35C’est qu’il existe des liens entre celle-ci, les décorés et leurs distinctions obtenues à titre militaire : les combattants, pour la plupart issus de la mobilisation générale de 1914-1918, de 1939-1940 et, dans une moindre mesure, de 1870-1871, incarnent la nation en armes, rassemblée dans une union sacrée contre l’adversaire commun. Aussi, les décorations viennent davantage honorer des citoyens qui défendent leur patrie que des soldats qui guerroient, elles exaltent la nation qui se bat plutôt que son armée seule49. De nombreux conflits, y compris coloniaux, menés par la France aux xixe et xxe siècles ont requis des unités de conscrits aux côtés des troupes professionnelles. Toute la nation en armes est concernée : les différentes distinctions décernées dans ce contexte en sont un témoignage. C’est également tout le sens de la devise de la Légion d’honneur, « Honneur et Patrie ».

  • 50 Anne de Chefdebien et Bertrand Galimard Flavigny, La Légion d'Honneur. Un ordre au service de la na (...)
  • 51 George L. Mosse, De la Grande Guerre au totalitarisme. La brutalisation des sociétés européennes, P (...)

36Cela explique le prestige des décorations à l’arrière, auprès de la population : en 1914-1918, Légion d’honneur, Médaille militaire et Croix de guerre forment « une véritable trilogie abondamment célébrée dans l’imagerie populaire50 ». Leur représentation sur des cartes postales, des affiches ou des pièces de vaisselle est un élément de propagande qui contribue à diffuser les valeurs d’honneur et de sacrifice dont ces décorations sont porteuses. Mais ces figurations concourent également à banaliser, à désacraliser et à maîtriser symboliquement, auprès de l’arrière, la terrible réalité du conflit qui justifie l’attribution des distinctions51. Celles-ci prennent ainsi place dans une culture quotidienne de la guerre.

37Décorer les militaires aux xixe et xxe siècles, c’est d’abord reconnaître les mérites individuels des soldats-citoyens qui ont traversé des épreuves en défendant la patrie. C’est également se souvenir des engagements collectifs de la génération du feu et des armées qui se sont battues en métropole et outre-mer. L’honneur, la gloire et la mémoire sont sous-jacents aux nombreuses décorations décernées durant ces deux siècles pour récompenser leurs faits d’armes. La diversité de ces distinctions traduit en même temps une démocratisation des honneurs. Mais autant la remise de décorations à titre civil peut être inspiré par l’orientation du régime politique, autant les attributions à titre militaire dépassent cette considération car c’est au nom de la France, de la patrie et de la nation que les soldats se sont battus. Décorer des militaires revient à ériger ces derniers en modèles de combattants auprès de leurs frères d’armes, et en modèles de citoyens auprès des Français, puisque beaucoup sont des civils mobilisés. Ainsi, les distinctions sont à la fois des marques de courage, de « militarité », de patriotisme et de civisme. Sans doute constituent-elles ponctuellement, en temps de guerre, un instrument d’encouragement aux mains du commandement pour entretenir le moral des troupes. Mais elles signifient bien davantage pour les soldats et les Français comme en témoignent leurs multiples représentations jusque sur les monuments aux morts. Décernées notamment pour le sang versé, les décorations à titre militaire y puisent une part de sacralité. C’est ce qui explique la résonance particulière qui continue à les entourer.

Notes

1 André Souyris-Rolland, Guide des ordres, décorations et médailles militaires françaises et étrangères (1814-1963), Paris, Public-Réalisations, 1979 ; des décorations militaires ont encore été créées après 1963.

2 Marcel Bigeard, Pour une parcelle de gloire, Paris, Plon, 1975, p. 128.

3 Jean-Paul Bertaud, Quand les enfants parlaient de gloire. L’armée au cœur de la France de Napoléon, Paris, Aubier, 2006, p. 175.

4 Henry-Jean Fournier, « La genèse de la Croix de Guerre », Rémy Porte et Alexis Neviaski (dir.), Croix de Guerre. Valeur militaire. La marque du courage, Paris, LBM-SHD, 2005, p. 15.

5 Frédéric Médard, « 1956 : naissance de la « Valeur Militaire » », Rémy Porte (dir.), 90e anniversaire de la Croix de Guerre, actes de la journée d’études organisée le 16 novembre 2005 au musée de l’Armée, Vincennes, SHD, 2006, p. 111-123.

6 Hervé Coutau-Bégarie, « Pour une histoire de l’ordre de la Libération », La Phalère, 2002, no 3, p. 44.

7 Ibid., p. 64.

8 Fred Caille, « Les décorations », Vincent Duclert et Christophe Prochasson, Dictionnaire critique de la République Française, Paris, Flammarion, 2002, p. 826.

9 Jean-Paul Bertaud, Quand les enfants parlaient de gloire..., op. cit., p. 173-174. Annie Crépin, « Les « Lumières dans le camp », de l’honneur à la vertu citoyenne, de la civilisation à la régénération », Xavier Boniface (dir.), « Du sentiment de l’honneur à la Légion d’honneur », La Phalère, 2005, no 5, p. 85-99.

10 Jean-Paul Bertaud, « La gloire et l’honneur », Michel Biard (dir.), « Terminée la Révolution... », Bulletin des Amis du Vieux Calais, 2002, p. 75-76.

11 Mickaël Bourlet, « Avant la Croix de guerre », Rémy Porte (dir.), 90eanniversaire de la Croix de Guerre, op. cit., p. 23.

12 Anne de Chefdebien et Laurence Wodey (coord.), Ordres et décorations en France, Paris, Musée national de la Légion d’honneur et des ordres de chevalerie, 2006, p. 114. Il a existé une Médaille du siège d’Anvers (1832) et une Médaille de Mazagran (1840), seulement remise à la centaine de vétérans de ce combat.

13 Sudhir Hazareesingii, « La légende napoléonienne sous le Second Empire. Les médaillés de SainteHélène et la fête du 15 août », Revue Historique, juillet 2003, no 627, p. 547-548.

14 Jean Hass, La Médaille Coloniale, un drapeau, un empire. Cent ans de présence française outre-mer, s. 1., Hass-Belcodene, 1997.

15 Philippe-Jean Vidal, « La médaille commémorative de la guerre de 1870-1871 », La Phalère, 2002, no 3, p. 26.

16 Henri de Régnier (dir.), Histoire des décorations françaises contemporaines, Paris, Javal et Bourdeaux, 1933, p. 134-135.

17 Marie-Anne Paveau, « La Croix de Guerre dans la société française », Rémy Porte et Alexis Neviaski, La Marque du courage.op. cit., p. 50-51.

18 Sudhir Hazareesingh, « La légende napoléonienne sous le Second Empire... », art. cit., p. 564.

19 Jean Hass, La Médaille Coloniale..., op. cit., p. 24.

20 Maurice Barrès, « La Croix de Guerre (3 février 1915) », L’Âme française et la guerre, t. 3, La Croix de Guerre, Paris, Émile-Paul, 1916, p. 209.

21 Jacques Meyer, Les Soldats de la Grande Guerre, Paris, Hachette, 1966, p. 180.

22 François Cochet, Survivre au front 1914-1918. Les poilus entre contrainte et consentement, Paris, 14-18 Éditions, 2005, p. 154.

23 Marie-Anne Paveau, « La Croix de Guerre dans la société française », art. cit., p. 46-48.

24 Jules Maurin, Armée-Guerre-Société : soldats languedociens (1889-1919), Paris, Publications de la Sorbonne, 1982, p. 514-515.

25 Villes, emblèmes et collectivités décorés de la Légion d’Honneur, Paris, Bore, 1976, p. 12.

26 Pierre Journoud et Hugues Tertrais, Paroles de Dien Bien Phu. Les survivants témoignent, Paris, Tallandier, 2004, p. 306-307.

27 JO, 19 août 1916, p. 7542.

28 Christophe Gué, « Croix de Guerre et avancement en 1914-1918 », Rémy Porte (dir.), 90anniversaire de la Croix de Guerre, op. cit., p. 155.

29 Jules Maurin, Armée-Guerre-Société : soldats languedociens (1889-1919), op. cit., p. 512.

30 Jacques Meyer, Les Soldats de la Grande Guerre, op. cit., p. 179-180.

31 JO, 1er juillet 1916, p. 5789-5797.

32 JO, 19 août 1916, p. 7538-7544.

33 Xavier Boniface, « La Légion d’Honneur et la France en armes de 1870 à 1962 », Jean Tulard, François Monnier, Olivier Echappe (dir.), La Légion d'Honneur. Deux siècles d’histoire, Paris, Perrin, 2004, p. 120.

34 Mémorial de la Légion d’Honneur I960, Paris, Joseph Forer, 1962, p. 363-372.

35 Xavier Boniface (dir.), « Du sentiment de l’honneur à la Légion d’honneur », op. cit., p. 121.

36 Mémorial, p. 101-103.

37 Jules Maurin, Armée-Guerre-Société : soldats languedociens (1889-1919), op. cit., p. 521.

38 Charles de Gaulle, La France et son armée (1938), Le Fil de l'épée et autres écrits, Paris, Plon, 1999, p. 495.

39 Marcel Bigeard, Pour une parcelle de gloire, op. cit., p. 127.

40 Antoine Prost, Les Anciens combattants et la société française (1914-1939), vol. 1, Paris, FNSP, 1977, p. 25.

41 Ibid., p. 26.

42 Le contrôle postal en témoigne : Christophe Gué, « Croix de Guerre et avancement en 1914-1918 », art. cit., p. 149-150.

43 Marie-Anne Paveau, « La Croix de Guerre dans la société française », art. cit., p. 44 et 30.

44 Ibid., p. 40.

45 Philippe de Ségur, La Campagne de Russie, cité par Montroussier, op. cit., p. 45.

46 Marie-Anne Paveau, « La Croix de Guerre dans la société française », art. cit., p. 44.

47 Les Carnets de Louis Barthas, tonnelier, 1914-1918 (1978), Frédéric Rousseau, La Guerre censurée. Une histoire des combattants européens de 14-18, Paris, Seuil, 1999, p. 123.

48 Lucien Laby, Les Carnets de l’aspirant Laby, médecin dans les tranchées (28 juillet 1914-14juillet 1919), Paris, Hachette, 2001, p. 351-352.

49 Xavier Boniface, « La Légion d’Honneur et la France en armes de 1870 à 1962 », art. cit., p. 126.

50 Anne de Chefdebien et Bertrand Galimard Flavigny, La Légion d'Honneur. Un ordre au service de la nation, Paris, Gallimard, 2002, p. 69.

51 George L. Mosse, De la Grande Guerre au totalitarisme. La brutalisation des sociétés européennes, Paris, Hachette, 1999, p. 145.

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540