Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La fabrique de l’honneur

 | 
Bruno Dumons
, 
Gilles Pollet

Première partie. Gouverner par les médailles au XIXe siècle

Vétérans de l’honneur. Les médaillés de Sainte-Hélène sous le Second Empire

Sudhir Hazareesingh

Texte intégral

  • 1 Jean Lucas-Dubreton, Les Soldats de Napoléon, Paris, Tallandier, 1977.

« Le survivant des guerres impériales gardera, sous les régimes qui se succèderont, au milieu de la société qui se transforme, un caractère particulier, l’empreinte profonde, indélébile, de la vie qu’il a menée pendant quinze années ; il se classera toujours à part, obéissant à une discipline spirituelle qu’ignorent ceux qui l’entourent : une certaine roideur, un sens aigu, exigeant, de l’honneur, qui paraîtra à certains un peu désuet, voire moyenâgeux1. »

1Ce portrait collectif de Jean Lucas-Dubreton des vétérans des guerres de l’ère impériale souligne d’emblée deux éléments essentiels : d’abord, le caractère distinctif de l’ancien combattant napoléonien qui laissera une empreinte profonde sur les mentalités collectives tout au long du xixe siècle et ensuite, le rôle essentiel du concept de l’honneur – à la fois dans la déontologie des vétérans eux-mêmes mais aussi dans la manière dont ils furent perçus, représentés et traités par leurs contemporains.

  • 2 Sur cette distinction entre honneur horizontal et honneur vertical : Frank Henderson Stewart, Honor (...)
  • 3 Arno Mayer, The Persistence of the Old Regime, New-York, Pantheon Books, 1981.
  • 4 Carol Harrisson, The Bourgeois Citizen in 19th Century France, New York, Oxford University Press, 1 (...)

2Nous proposerons ici une analyse des vétérans napoléoniens sous le Second Empire (1852-1870) et notamment des discours, des représentations et des pratiques d’honneur qui prirent corps autour d’eux. Décorés de la Médaille de Sainte-Hélène par Napoléon III, les vétérans napoléoniens nous apprendront beaucoup sur la notion de l’honneur, vertu cardinale dans la France du xixe siècle – à la fois dans une perspective horizontale, comme l’expression de qualités individuelles, et d’un point de vue vertical, comme une réflexion des qualités conférées aux individus par les collectivités (groupes, hiérarchies sociales, institutions publiques2). Suivant la thèse d’Arno Mayer sur la perpétuation des valeurs aristocratiques en Europe après la Révolution française3, les recherches sur les conceptions et les pratiques françaises de l’honneur se sont portées essentiellement sur la dialectique entre les conceptions bourgeoises et aristocratiques de l’honneur ainsi que sur l’importance de la masculinité dans les codes bourgeois de la vertu sociale4. Tout en gardant ces perspectives à l’esprit, nous examinerons ici une variante très différente de la notion d’honneur, c’est-à-dire comment cette conception fut perçue, comprise et mise en pratique par les anciens combattants des armées napoléoniennes sous le Second Empire.

  • 5 Olivier Ihl, Le Mérite et la République. Essai sur la société des émules, Paris, Gallimard, 2007.

3Dans une certaine mesure, cette histoire est celle – très classique en France – de la promulgation de vertus civiques par l’entremise du pouvoir d’État5. Marquant un épisode important dans la démocratisation des honneurs en France, la création par l’Etat bonapartiste de la Médaille de Sainte-Hélène semblait permettre aux anciens combattants des armées napoléoniennes de conquérir une nouvelle légitimité sociale au soir de leur existence. Mais l’honneur était aussi une qualité qui était déjà reconnue dans la société et perpétuée par les valeurs et les pratiques des groupes opérant indépendamment de l’État. Comme nous le verrons, les vétérans des armées napoléoniennes étaient souvent des figures connues dans leurs localités et célébrées par leurs pairs. En d’autres mots, les identités publiques des anciens combattants ne furent pas créées par l’État – celui-ci, au contraire, ne fit qu’entériner par l’institution d’une décoration civique un sens du respect et de l’honneur qui était profondément implanté dans les communautés dans lesquelles vivaient les vétérans du Premier Empire.

4Notre analyse démontrera ainsi le caractère fondamentalement polymorphe de la notion d’honneur, à la fois vertu militaire et qualité civile, vecteur de la mémoire révolutionnaire et instrument de la propagande louis-napoléonienne, construction civique de l’État et valeur sociale autonome, notion à portée universaliste et source de fierté locale, élément d’un code social hiérarchisé et instrument de valeurs démocratiques et égalitaires, symbole martial de la gloire et, en même temps, étendard de l’aspiration collective à la paix.

La médaille et la fête du 15 août

  • 6 Louis-Henri Fleurence, « Les survivants de campagnes de la République et de l’Empire et l’attributi (...)
  • 7 Jean-Baptiste Schweitzer, Relation historique de l'institution de la médaille de Sainte-Hélène par (...)
  • 8 L. Tripiert, Code des membres de la Légion d'Honneur, Paris, 1859, p. LII-LIII.

5La Médaille de Sainte-Hélène fut créée par Napoléon III par un décret du 22 août 1857, presque une décennie après le lancement d’une campagne en faveur des vétérans napoléoniens après l’élection présidentielle de 1848. Une commission instituée par le Prince-Président en 1850 avait recommandé l’octroi d’une aide financière à plus de 11 000 anciens combattants de la Grande Armée dans toute la France6. C’est à partir de ce moment – une fois que les autorités publiques constatèrent le nombre considérable de survivants des guerres napoléoniennes – que l’idée d’une médaille commémorative germa dans les esprits7. La médaille devait être remise à tous ceux qui, de nationalité française et étrangère, avaient combattu sous la bannière tricolore pendant les guerres de la Révolution et de l’Empire. L’insigne était fabriqué en bronze et devait être porté à la boutonnière, suspendue par un ruban vert et rouge. Donnant acte à la légende selon laquelle l’Empereur avait voulu laisser une partie de ses avoirs à ses grognards, la médaille représentait l’empereur Napoléon d’un côté alors que l’autre face portait cette inscription : « Campagnes de 1792 à 1815 – À Ses Anciens Compagnons de Gloire, Sa Dernière Pensée, 9 Mai 18218. »

  • 9 Natalie Petiteau, « Les vétérans du Premier Empire, un groupe socio-professionnel oublié », Cahiers (...)
  • 10 Louis-Henri Fleurence, « Les survivants des campagnes », art. cit., p. 62 ; ce chiffre provient de (...)
  • 11 « L’Armée de 1813 était dans son immense majorité une armée « mineure » », Jean Lucas-Dubreton, Le (...)
  • 12 Bernard Ménager, Les Napoléon du Peuple, Paris, Aubier, 1988.
  • 13 Pour plus de détails sur cette question : Sudhir Hazareesingh et Vincent Wright, « Le Second Empire (...)

6À la fin des guerres napoléoniennes, il est estimé qu’un 1 100 000 hommes rentrèrent dans leurs foyers9. De ce nombre, environ 390000 étaient toujours en vie en 1857 pour recevoir leurs médailles10 – chiffre remarquablement élevé qui s’expliquait en partie par la jeunesse relative des recrues de la Grande Armée dans les dernières campagnes du Premier Empire11. Pourquoi Napoléon III a-t-il voulu créer cette récompense honorifique ? Le désir de secourir les vétérans qui étaient dans le besoin était une des raisons mais il y avait également des considérations tactiques et idéologiques plus profondes. Même après sa stabilisation politique dans les années 1850, le Second Empire restait profondément marqué par la tare de ses origines (le coup d’Etat de 1851 ne fut d’ailleurs jamais commémoré par le régime lui-même, seulement par ses adversaires). Avec la Médaille de Sainte-Hélène, le Gouvernement impérial tentait donc de raffermir ses liens historiques avec le fondateur de la dynastie napoléonienne dont le souvenir restait très vivace surtout dans les campagnes françaises12. La démarche de Napoléon III s’inscrivit également dans le contexte de la création d’une « noblesse populaire ». L’empereur voulait démontrer que son régime demeurait attaché à l’idéal bonapartiste d’une société dans laquelle le talent et le mérite pouvaient être reconnus sans distinction de richesse ou d’origines sociales. Le Second Empire avait déjà initié la pratique de décorer de la Légion d’honneur les maires des petites communes rurales. La Médaille de Sainte-Hélène constituait de ce point de vue une extension de la démocratisation des honneurs en France13.

  • 14 Sudhir Hazareesingh, La Légende de Napoléon, Paris, Tallandier, 2006.
  • 15 Archives départementales (AD) du Vaucluse, 1 M 880, rapport du maire, 17 août 1861.

7C’est dans le cadre festif du 15 août, jour de la fête nationale du Second Empire, que les médaillés furent publiquement honorés entre 1858 et 1859. On peut en effet constater une véritable symbiose entre la fête napoléonienne et les hommes qui étaient littéralement les témoins vivants de cet « âge d’or » légendaire14. Les anciens soldats de la Grande Armée étaient-ils tous bonapartistes sous le régime de Napoléon III ? Les archives départementales nous livrent bien quelques exemples de vétérans refusant de prendre part aux célébrations du 15 août en raison de leur « opposition au gouvernement », notamment à Mormoiron (Vaucluse) en 186115. Mais nous n’avons rien trouvé dans nos recherches permettant d’affirmer qu’un nombre important d’anciens combattants étaient hostiles au Second Empire. D’ailleurs pourquoi l’auraient-ils été ? Ni les orléanistes, ni les républicains ne s’étaient vraiment préoccupés de leur sort avant 1850 en contraste avec Napoléon III qui avait créé pour eux la distinction honorifique de la Médaille de Sainte-Hélène et avait remis à l’honneur leur contribution à l’épopée historique de la Révolution et de l’Empire.

  • 16 Archives nationales (AN), BB30-373, rapport du procureur général, Besançon, 14 septembre 1852.
  • 17 17. AN, FlCIII/Indre (6), rapport du préfet, 20 août 1853.
  • 18 AN, F1CI 110, rapport du préfet de l’Aude, 20 août 1854.

8Nous serions même tentés d’aller plus loin et d’inverser la problématique. Ce ne fut pas la fête nationale du 15 août qui donna un lustre particulier aux médaillés mais plutôt l’inverse. Toutes les sources dans les archives nationales et départementales sont concordantes : la présence des anciens combattants pendant les cérémonies officielles de la Saint-Napoléon donnait lieu à un enthousiasme populaire éclatant et à des scènes de liesse souvent spontanées. Il faut d’ailleurs noter ici que les vétérans étaient déjà présents en corps dans les cérémonies officielles du 15 août bien avant leur reconnaissance officielle en 1857 : nous les retrouvons par exemple à Saint-Claude (Jura) en 185216, La Châtre (Indre) en 185317 et Carcassonne (Aude) en 185418.

  • 19 AD Var, 6 M 18 (5), rapport du maire de Gourdon, 16 août 1858.

9Pour vraiment percevoir l’effet d’entraînement de la présence des anciens combattants, reportons-nous aux cérémonies du 15 août 1858 pendant lesquelles beaucoup de médaillés reçurent leur décorations des autorités communales. Dans le village de Gourdon (Var) le maire nota que la fête nationale avait coïncidé avec la remise des décorations aux médaillés de sa commune et que « toute la population voulait manifester son enthousiasme ». Un incident illustra la réalité de ce propos. La cérémonie devait avoir lieu à la mairie dans l’après-midi, en présence du conseil municipal. Toutefois, à l’heure convenue, la petite salle commune était remplie de « centaines » d’habitants du village qui s’étaient présentés spontanément. Il y eut tant de monde que la cérémonie dut avoir lieu en plein air, sur la place du village. Dans son allocution, le maire rendit un vibrant hommage aux vétérans, insistant notamment sur le sentiment de respect qu’ils inspiraient dans toute la commune19.

  • 20 AD Vaucluse, 1 M 880, rapport du sous-préfet d’Apt, 20 août 1858.

10Dans plusieurs localités, les fêtes de 1858 furent rallongées de plusieurs jours afin d’offrir un hommage appuyé aux médaillés. Ainsi, dans la ville de Pertuis (Vaucluse), le sous-préfet nota que les réjouissances s’étaient déroulées « sous des conditions qui n’avaient pas été vues jusqu’à présent ». Il y eut trois jours consécutifs de fêtes : pour l’empereur le 15, avec toutes les cérémonies civiques et religieuses traditionnelles ; le comice agricole le 16, avec des jeux et amusements publics, et enfin pour les anciens combattants et médaillés de la commune le 17. Toute la population de Pertuis s’associa à cet hommage qui fut couronné par un banquet et un spectaculaire feu d’artifice. Nul doute que, pour les habitants de la commune, ce fut le troisième jour qui marqua le temps fort des festivités20.

  • 21 AD Hérault, 1 M 506, rapport du maire de Bouzigues, 20 août 1859.

11Autre indice du pouvoir de séduction des anciens combattants pendant les fêtes du 15 août : leur rôle capital dans la procession civique. Dans toutes les villes et villages de France, le rituel de la Saint-Napoléon était immuable : les notabilités de la commune se réunissaient à la mairie (ou devant la maison du maire) pour ensuite défiler en cortège jusqu’à l’église où était exécuté le Te Deum traditionnel. Les rapports des fonctionnaires sur le déroulement des cérémonies ne laissent aucun doute : ce furent bien les médaillés qui firent ici preuve du plus grand zèle. À Bouzigues (Hérault) le jour de la fête nationale en 1859, le maire fut réveillé par des éclats de voix avant l’aube : c’étaient les médaillés, déjà assemblés devant la maison commune. Leur enthousiasme faisait plaisir à voir : « Ces nobles vétérans se cherchaient, s’appelaient pour échanger leurs vues et évoquer ensemble la mémoire de leur illustre compagnon21. »

  • 22 AD Tarn, IV M2 57, rapport du maire de Brens, 16 août 1858.
  • 23 AD Hérault, 1 M 506, rapport du maire de Bouzigues, 20 août 1859.
  • 24 AD Var, 6 M 18 (5), rapport du maire de Solliès-Ville, 16 août 1866.
  • 25 AD Vaucluse, 1 M 880, rapport du commissaire de police, L’Isle, 16 août 1866.

12Dans tout l’hexagone entre 1858 et 1869, les processions civiques de la fête du 15 août accordèrent une place spéciale aux médaillés de Sainte-Hélène. Ainsi à Brens (Tarn), nous les retrouvons assemblés derrière les autorités communales, « ravis d’être les objets d’une telle attention publique22 ». Dans beaucoup de communes comme à Bouzigues, les vétérans étaient honorés en étant placés immédiatement derrière le maire et le corps municipal ; ils étaient donc en tête de cortège, devant tous les fonctionnaires de la commune23. Souvent, les médaillés furent chargés de porter la bannière nationale. Ainsi, à Solliès-Ville (Var) en 1866, la procession civique fut dirigée par des anciens combattants ; l’un d’entre eux arborant fièrement le drapeau tricolore24. Parfois, les vétérans créèrent leurs propres bannières comme à L’Isle (Vaucluse) en 1866 où le drapeau porta l’inscription « Vive l’Empereur – Les Médaillés de Sainte-Hélène25 ».

L’honneur comme vertu sociale

  • 26 Bibliothèque nationale (BN), LL24-11 : Corporation des Membres Décorés de la médaille de Sainte-Hél (...)

13Entourés de marques de respect et d’estime par les autorités et les populations locales, les médaillés se référaient également en permanence à la notion d’honneur dans leur propre discours. Les vétérans se perçurent comme une corporation « honorable » et restèrent très attentifs aux honneurs qui leur furent rendus – ou, dans quelques rares cas, aux manquements à cet honneur. Pour bien saisir l’importance fondamentale de ce concept, arrêtons-nous un instant sur les statuts d’une association de médaillés – celle de la Chapelle Saint-Denis, en région parisienne. Regroupant une centaine de vétérans, cette corporation fut fondée en mai 1858 et présidée par Hébert, le maire de la commune26. La constitution de l’association comptait trente articles. Celle qui définissait les buts de la corporation était très claire :

  • 27 Ibid., p. 7.

« La médaille de Sainte-Hélène est une distinction éminemment honorable pour tous ceux qui ont le droit de la porter, ainsi que pour tous ceux qui n’ont pas l’honneur d’être décorés par elle, mais qui savent comment comprendre et apprécier sa signification27. »

  • 28 Ibid., p. 1.
  • 29 Ibid., p. 8.
  • 30 Ibid., p. 2-3.
  • 31 Ibid., p. 4.
  • 32 Ibid., p. 3-6.
  • 33 Ibid., p. 7.
  • 34 BN, LL24-10 : Préambule et Statuts des Membres Décorés de la médaille de Sainte-Hélène, Maine-et-Lo (...)

14Le but de l’association était de promouvoir la solidarité entre les anciens combattants et un sens de « respect » et « d’honneur » pour la médaille28. Les statuts insistèrent beaucoup sur le traitement approprié de la décoration qui devait toujours être portée de façon décente et ne devait jamais être « déshonorée » par un quelconque geste ou une parole déplacée29. Les règles étaient également très strictes sur les demandes individuelles d’assistance. Tout médaillé se trouvant dans le besoin et désireux de solliciter l’aide financière de l’empereur se devait de recevoir l’aval de la corporation ; encore une fois le but ici était clairement de protéger la réputation des vétérans dans leur ensemble30. Les transgressions à ce code de l’honneur furent strictement sanctionnées. Tout membre dont les actions portaient atteinte à la bonne réputation de la corporation, notamment par « une conduite scandaleuse et des mœurs dépravées », était immédiatement et irrévocablement expulsé31. Les membres étaient également dans l’obligation, quand un des leurs mourait, d’accompagner sa dépouille mortelle à l’église puis au cimetière ; tout contrevenant à cette pratique était également passible des plus lourdes sanctions32. Le comportement des médaillés entre eux se devait aussi d’être caractérisée par la « décence » des hommes « qui se respectent les uns les autres33 ». Ailleurs en France d’autres associations de vétérans avaient même des règles plus strictes ; ainsi en Maine-et-Loire, la corporation des médaillés se réservait le droit de refuser l’adhésion de tout homme qui ne possédait pas « une position sociale, qui seule peut garantir le respect34 ».

  • 35 AD Indre-et-Loire, 1 M 255, rapport du maire de Tours, 15 août 1859.
  • 36 AD Hérault, 1 M 509, lettre d’Antoine Cournet, médaillé de Sainte-Hélène, au préfet de l’Hérault, 1 (...)
  • 37 AD Bouches-du-Rhône, 1 M 643, rapport du sous-préfet d’Arles, 20 août 1862.
  • 38 AD Bouches-du-Rhône, 1 M 642, rapport du sous-préfet d’Aix, 16 août 1859.
  • 39 AD Loire-Atlantique, 1 M 675, lettre du 27 août 1859.
  • 40 Pierre Pierrard, Histoire des curés de campagne, Paris, Plon, 1990, p. 206.

15Ce besoin de maintenir un sens de dignité et d’honneur, cette soif de reconnaissance publique se manifestèrent également dans le comportement des médaillés pendant les cérémonies du 15 août. Les vétérans se montrèrent très susceptibles à toute atteinte à leur « honneur ». Les principaux coupables ici furent les municipalités qui traînèrent parfois les pieds pour organiser les cérémonies et réjouissances publiques – surtout si les maires étaient légitimistes ou si le conseil municipal est doté d’une majorité républicaine ou libérale. À Tours en 1859, les vétérans furent placés en fin de cortège ; la procession avança si vite que les médaillés furent laissés loin derrière et éventuellement coupés du cortège par la foule. Le maire confessa que les anciens soldats avaient été offusqués par ce manque d’égards à leur encontre35. À Balaruc-les-Bains (Hérault) en 1867, le seul médaillé survivant de la commune se plaignit amèrement de n’avoir reçu aucune invitation à se joindre à la procession civique ; il blâma le maire du « peu de solennité » qu’il accordait à l’organisation de la fête du 15 août36. Même problème à Barbentane (Bouches-du-Rhône) en 1862 ; le maire « n’avait pas invité les médaillés de Sainte-Hélène37 ». À Aix en 1859, la municipalité (à tendance légitimiste) ne se donna même pas la peine d’imprimer les traditionnelles affiches annonçant la fête nationale. Ces affiches servaient également de faire-part aux vétérans pour se rendre à l’église pour le Te Deum. Les médaillés furent « profondément offensés » de cet oubli38. Il y eut aussi des heurts entre les vétérans et certains curés « ultramontains » ; en 1859, les médaillés se virent interdire l’accès à l’église de Vritz (Loire-Inférieure) parce qu’ils défilaient sous une bannière tricolore39. Le contexte politique national – la guerre d’Italie et la remise en cause par la France du pouvoir temporel du Pape – fut certainement pour beaucoup dans cette échauffourée symbolique. Mais les soldats de Dieu et de l’empereur ne furent pas vraiment faits pour s’entendre : les uns chantaient des cantiques, les autres des chansons de Béranger. C’est très certainement cette hostilité latente qui poussa le curé de Gigean (Hérault) à décrire les médaillés qui avançaient un peu trop lentement dans l’église avant le Te Deum comme des « vieilles peaux40 » ».

  • 41 Sudhir Hazareesingh, « Religion and anti-clericalism during the civic festivities of the Second Emp (...)
  • 42 AD Marne, 32 M 10, rapport du maire de Sacy, 23 août 1859.
  • 43 AD Meuse, 73 M 6, rapport du 16 août 1858.

16Mais si la fête du 15 août fut souvent le théâtre de conflits entre autorités religieuses et politiques locales41, le nombre d’incidents qui opposèrent directement le clergé et les vétérans restèrent très limités. L’immense majorité des rapports administratifs évoquent non seulement des sentiments de chaleur et d’affection des populations locales envers les anciens combattants pendant les cérémonies officielles du 15 août mais aussi les effets extraordinaires que leur présence pouvait produire. Dans le village de Sacy (Marne) en 1859, la procession civique était composée d’un fort contingent de médaillés ; le maire nota que « partout sur son passage le cortège a été acclamé avec grande ferveur » ; il ira même jusqu’affirmer que les fêtes de 1859 – les premières auxquelles participèrent les anciens combattants de façon corporative – furent les plus mémorables depuis 185242. A Cousancelles (Meuse), les pompiers décidèrent de rendre un hommage particulier aux médaillés. Ils demandèrent que leur fût accordé « l’honneur » – le mot revient encore – de fournir une escorte pour accompagner les vétérans de leur maison jusqu’à la municipalité avant les cérémonies du matin puis pour les raccompagner chez eux en fin de journée ; les pompiers présentèrent les armes et furent acclamés par une foule importante43.

  • 44 AD Loire-Atlantique, 1 M 675, rapport de police, Nantes, 1869.
  • 45 Nicolas Mariot, Bains de foule. Les voyages présidentiels en province, Paris, Belin, 2006.

17À Nantes en 1869, l’hommage populaire aux médaillés prit une tournure encore plus remarquable. Le maire de la ville avait, comme à l’accoutumée, invité les anciens combattants à se réunir dans la cour de la municipalité avant de défiler jusqu’à la cathédrale. Juste avant onze heures du matin, alors que les notables locaux se préparaient à avancer en cortège, « des représentants de 36 corporations ouvrières, bannières flottant fièrement, vinrent spontanément rejoindre la procession, qu’ils accompagnirent jusqu’à la Cathédrale44 ». Il est bien entendu possible de discuter et de remettre en question le caractère « spontané » de telles manifestations comme le fait Nicolas Mariot dans son récent ouvrage, notamment en insistant sur le rôle structurant, voire coercitif, des autorités45. Mais le Second Empire, surtout dans les années de l’Empire libéral, n’avait ni le pouvoir, ni même le désir d’obliger les populations locales à se rendre à une manifestation civique : si les ouvriers étaient là, c’était bel et bien parce qu’ils tenaient à rendre hommage aux anciens combattants. Leur présence illustre également la popularité de la légende napoléonienne en France – et ce n’est sans doute pas un hasard si les corporations de Nantes choisirent de défiler ainsi aux côtés des médaillés en 1869 pour le centenaire de la naissance de Napoléon Ier.

Les vétérans à l’honneur

  • 46 AD Yonne, 3 M3 33, rapport du maire, 16 août 1861.
  • 47 Ibid., rapport du commissaire de police, 17 août 1863.
  • 48 AD Vaucluse, 1 M 880, rapport du maire, 18 août 1864.
  • 49 AN, BB30-421, rapport du procureur général, Toulouse, 16 août 1838.
  • 50 AD Seine-Maritime, 1 M 351, rapport du préfet au ministre de l’Intérieur, 1859.

18Les diverses réjouissances organisées par les notables locaux en honneur des vétérans napoléoniens marquèrent l’apogée des célébrations du 15 août. La chaleur de la sociabilité communale et l’empreinte puissante du souvenir napoléonien s’entremêlèrent dans ces moments qui illustrèrent également la remarquable solidité physique des vétérans. Un grand nombre de communes tinrent à honorer leurs médaillés en organisant réceptions et banquets le soir du 15 août. Ainsi à Avallon (Yonne) en 1861, le maire offrit un « banquet improvisé » en honneur des vétérans46. À Fleury (dans le même département) en 1863, ce furent les trente-deux pompiers de la commune qui offrirent un banquet aux huit médaillés de la localité ; les fonds provinrent de la caisse municipale47. À Althen-des-Paluds (Vaucluse) en 1864, les huit anciens combattants furent fêtés à un banquet pendant lequel l’enthousiasme des invités à leur égard ne cessa de se manifester48. Dans les villes, les événements de ce type furent patronnés par l’élite administrative. Ainsi à Toulouse en 1858, soixante vétérans impériaux furent les invités d’honneur au banquet du 15 août de la préfecture49 et à Rouen en 1859 le banquet en honneur des médaillés fut organisé par la municipalité en présence du préfet et des élites militaires50.

19Aucun banquet n’eût été complet sans son complément de discours et de toasts. Les convives buvaient toujours à la santé de l’empereur et de la famille impériale mais souvent aussi aux médaillés de Sainte-Hélène. À Marsillargues en 1858, un banquet de trente-six couverts fut offert en l’honneur des vétérans impériaux ; après le repas, les toasts d’usage portés à la santé de la famille impériale, le commissaire de police Morelli se leva :

  • 51 AD Hérault, 1 M 505, apport du commissaire de police, 16 août 1858.

« Permettez qu’à mon tour je porte un toast à la mémoire du grand homme dont les souvenirs sont encore vivaces dans nos cœurs ; à la gloire et à la prospérité de son illustre descendant créateur de la noble légion de Sainte-Hélène, de ces médaillés qui en ornant leurs poitrines cicatrisées font revivre dans le cœur de nos petits-enfants l’enthousiasme, le patriotisme qui faisaient un héros du simple conscrit dans ces mémorables batailles qui ont fait de la France la reine des nations civilisées51. »

20Hommage non seulement aux grandes figures historiques et contemporaines de la dynastie impériale mais aussi au peuple bonapartiste, incarné ici par les anciens combattants de la Grande Armée : toute l’efficacité politique de la légende napoléonienne se reflétait à travers ce type de discours. Car la notion de noblesse populaire joua un rôle essentiel dans le dispositif idéologique bonapartiste sous le Second Empire. À travers les médaillés de Sainte-Hélène, le régime faisait passer un message capital : d’un côté, la juste récompense du travail et de la vertu, et de l’autre, la sublimation des différences sociales par l’effort individuel. La noblesse, dans la conception bonapartiste, n’était pas simplement une question de naissance, elle pouvait également s’acquérir par le travail, par l’effort, par le dévouement à la chose publique, et par le sacrifice – qui plus est, toutes ces qualités étaient à la portée du plus humble des « grognards » qui défendait sa patrie.

  • 52 AD Rhône, 1 M 165, rapport du maire de Sarcey, 23 août 1866.
  • 53 AD Vaucluse, 1 M 880, rapport du maire de Monteux, 19 août 1866.
  • 54 AD Var, 6 M 18 (5), rapport du maire de Chateaudouble, 18 août 1861.

21Ces festivités nocturnes permettaient à beaucoup d’anciens combattants d’afficher une étonnante santé physique. Au banquet du 15 août à Sarcey (Rhône) en 1866, après les toasts d’usage, les médaillés se mirent à danser sur la table et chantèrent « avec vigueur » une série de chansons napoléoniennes52. A Monteux (Vaucluse), les vétérans non seulement chantèrent après le banquet mais entraînèrent les convives en procession dans la ville, avec drapeaux et tambours, brisant le silence de la nuit de cris répétés de « Vive l’Empereur53 ! » L’exemple le plus remarquable de cette santé physique vint de la commune de Chateaudouble (Var) en 1861. La veille de la fête du 15 août, les médaillés abattirent un arbre et le transportèrent jusqu’à la place principale où ils le fendirent en petits morceaux pour le feu de joie. Le jour de la fête nationale, les anciens combattants prirent part à deux processions (le matin pour la Saint-Napoléon, l’après-midi pour l’Assomption) puis se réunirent à la municipalité pour un banquet offert en leur honneur. Après ces agapes, ils dirigèrent un cortège nocturne qui marcha à travers la ville et fut rapidement rejoint par des centaines de citoyens. À minuit, cette joyeuse cohorte faisait toujours entendre sa voix, chantant notamment le refrain de Béranger : « Parlez-nous de lui grand-mère, grand-mère parlez-nous de lui ». Les médaillés tinrent bon jusqu’aux premières lueurs où ils déjeunèrent gaiement avant de rentrer chez eux54.

  • 55 AD Hérault, 1 M 506, rapports du maire de Pignan, 17 août 1859 ; 1 M 508, rapport du maire de Pérol (...)
  • 56 AD Gers, 1 M 342, rapport du sous-préfet de Mirande, 18 août 1858.
  • 57 AN, BB30-376, rapport du procureur général, Colmar, 4 octobre 1858.
  • 58 AD Hérault, 1 M 505, rapport du sous-préfet, Béziers, 17 août 1858.

22Le désir de fêter et d’honorer les vétérans ne se limitait pas à une partie de la société ou à une couche sociale : les archives départementales nous offrent des exemples saisissants d’expressions d’enthousiasme pour les survivants des guerres napoléoniennes de la part de groupes catholiques, de jeunes ainsi que de populations rurales et paysannes55. Partout où ils apparurent pendant les cérémonies du 15 août, les médaillés furent l’objet de « respect, admiration, honneur56 ». Cette place spéciale des vétérans dans les esprits et les cœurs des Français fut soulignée dans beaucoup de rapports. Le procureur général de Colmar écrivit en 1858 que « l’institution de la Médaille de Sainte-Hélène est très populaire, surtout dans les campagnes où vivent toujours un nombre considérable de reliques de nos anciennes troupes57 ». Même avis du sous-préfet de Béziers : « La présence et l’enthousiasme des médaillés de Sainte-Hélène a produit un heureux effet sur la conscience publique. En les honorant, l’Empire a conquis les sympathies même des plus indifférents et rallié bien des cœurs58. »

L’honneur et la tradition bonapartiste

  • 59 Sudhir Hazareesingh, La Saint-Napoléon. Quand le 14 juillet se jetait le 15 août, Paris, Tallandier (...)

23Les médaillés de Sainte-Hélène eurent un impact considérable sur la conscience collective française entre 1858 et 1869. Leur rôle central dans les festivités du 15 août était, de ce point de vue, le reflet d’un phénomène plus large : le profond attachement des populations locales à la mémoire napoléonienne, symbolisée par des hommes qui avaient non seulement combattu pour la France mais aussi côtoyé l’empereur. Lorsque Louis Napoléon se rendit en Isère en septembre 1852 et qu’il assista à un défilé d’anciens militaires, les autorités locales lui présentèrent l’officier de réserve Faure, vétéran napoléonien qui avait fait la campagne d’Egypte aux côtés de Bonaparte, authentique célébrité locale, et éclatant de santé malgré son âge vénérable59. Cet exemple souligne également deux éléments fondamentaux dans la mémoire collective française au xixe siècle : la symbiose entre les années de la Révolution et de l’Empire, souvent unis par un même faisceau de souvenirs et de sentiments, et le rôle décisif du mythe napoléonien dans la préservation et la dissémination de la tradition révolutionnaire.

  • 60 C’est le cas notamment à Villeneuve-les-Béziers (Hérault) : AD Hérault, 1 M 505, rapport du maire s (...)
  • 61 Louis-Henri Fleurance, « Les Survivants des campagnes... », art. cit., p.64.
  • 62 BN, LN27-27729, Discours prononcé par M. Pellecat sur la tombe de M. Jacques-Louis Philippe, médail (...)

24En même temps, peut-être l’aspect le plus fondamental des honneurs rendus souvent spontanément – nous insistons sur ce point – aux vétérans partout en France s’inspirait d’un sentiment collectif de respect pour leur âge avancé. L’une des dimensions les plus étonnantes de l’histoire de ces anciens combattants était, en effet, leur impressionnante résistance physique – particulièrement dans le cas des simples soldats. Il est vrai que pour beaucoup d’entre eux l’institution de la Médaille de Sainte-Hélène arriva trop tard ; en 1857, certaines communes ne comptaient plus d’anciens combattants ou n’en avaient qu’un seul60. Mais, malgré l’hécatombe des années 1860, leur nombre resta suffisamment élevé pour faire une forte impression sur le public, notamment pendant les fêtes civiques du Second Empire. Notons d’ailleurs que le dernier décoré de la Médaille de Sainte-Hélène dans le département des Vosges reçut son brevet à quelques mois seulement de la déchéance du régime impérial, le 7 février 187061 et que les funérailles des anciens combattants continuèrent jusque bien au-delà62.

  • 63 Gérard de Puymege, Chauvin, Le soldat-laboureur. Contribution à l’étude des nationalismes, Paris, G (...)
  • 64 Nous avons traité cette question plus longuement : Sudhir Hazareesingh, « A common sentiment of nat (...)
  • 65 AD Var 6 M 18 (5), rapport du maire de Tourtour, 18 août 1859.
  • 66 BN, Ye 28422, Napoléon ou la gloire française (s. d.).
  • 67 Hilaire Le Gai, Almanach des souvenirs de l’Empire. Bonapartiana, Paris, 1853, p. 5.
  • 68 BN, LL24-4, Discours prononcé à la distribution de la médaille de Sainte-Hélène aux anciens soldats (...)
  • 69 BN, Ye 55471 (1016), Chanson Napoléonienne par Girod-Genet, Hussard de l’Armée de la Loire, Paris, (...)
  • 70 Ibid., Chanson à double circonstance, improvisée dans une réunion d’amis sur les événements du 2, 3 (...)

25La participation des vétérans napoléoniens aux fêtes civiques du Second Empire jette aussi un éclairage nouveau sur ces cérémonies et permet de remettre en question certaines idées reçues sur les fêtes bonapartistes. Les récents travaux sur la culture politique napoléonienne au xixe siècle ont eu tendance à insister sur certains aspects de ces fêtes : Alain Corbin parle ainsi de « césarisme », soulignant le culte de l’empereur et l’essor d’un nationalisme militariste. Ceci amène à poser directement la question du rapport entre la notion d’honneur et la culture militaire. Avec leurs mémoires guerrières, leurs chansons napoléoniennes et leur culte de la chose militaire, les médaillés furent-ils des agents du « chauvinisme » français, cette forme dénaturée du sentiment national français63 ? Gardons-nous de conclure trop hâtivement64. Les médaillés évoquèrent souvent, il est vrai, leurs exploits militaires pendant les célébrations du 15 août65 et les chansons, poèmes et cantates produites autour de la fête nationale du Second Empire mirent souvent l’accent sur les conquêtes napoléoniennes66. Mais sous le régime de Napoléon III – nous avons tendance à l’oublier en raison de la fin calamiteuse du régime –, l’Empire était plutôt synonyme de « paix ». Et effectivement, les fêtes civiques du régime mirent plutôt l’accent sur les principes de citoyenneté et du droit : « Les qualités militaires, comme disait l’Empereur, sont nécessaires seulement dans certaines circonstances et à certains moments. Les vertus civiles, qui sont le propre du vrai législateur, doivent à tout moment influencer la félicité publique67. » Le discours du régime pendant la Saint-Napoléon était une synthèse des différents éléments de la culture politique bonapartiste, célébrant la tradition guerrière mais l’entourant et l’amortissant de considérations iréniques. S’adressant aux vétérans de la région d’Albi en 1858, le député local (un général de division, lui-même médaillé de Sainte-Hélène, maire d’Albi et président du conseil général du Tarn) rendit hommage « à la gloire de notre grand Empereur qui, tout à la fois, était un homme de génie, un guerrier, un législateur, et un profond stratège politique68 ». En fait – et c’est n’est pas le dernier des paradoxes de la fête impériale – les vétérans célébrèrent surtout la notion de « paix ». Une chanson populaire napoléonienne, composée par un médaillé de Sainte-Hélène, rendit hommage aux guerres conduites par le Second Empire « pour la justice, pour la paix, et pour la libération des peuples69 ». Reprenant le slogan « L’Empire, c’est la paix », un autre ancien combattant encouragea les puissances européennes à traiter avec Louis Napoléon en 1 852 : « Ayez confiance en lui, il ne veut pas de guerres70. »

26Autre thématique à repenser à travers les expériences des vétérans : le caractère apparemment forcé, contraint, réglementé de la fête napoléonienne. Dans son analyse des fêtes du Second Empire, Rémi Dalisson affirme :

  • 71 Rémi Dalisson, Les Trois couleurs, Marianne et l'Empereur. Fêtes libérales et politiques symbolique (...)

« Le nouvel empereur appliqua sa politique festive pour transmettre ses idées aux pays. Dans cette politique volontariste et ces réminiscences impériales, il n’y avait rien de libéral puisque toute l’impulsion venait de l’Etat et de l’administration centrale, relayée par les préfets71. »

  • 72 Rosemonde Sanson, « Le 15 août. Fête nationale du Second Empire », Alain Corbin (dir.), Les Usages (...)

27Poussant encore plus loin dans le même registre, Rosemonde Sanson met l’accent sur l’absence d’allégresse populaire et le caractère « imposé » de la fête du 15 août : une festivité décrétée d’en haut, instrumentalisée par le pouvoir et contrôlée par les élites locales et religieuses. En un mot, une fête sans réelle spontanéité72. Face à cette image, nous avons pu voir que la réalité (surtout loin des grandes villes) était sensiblement différente. La fête du 15 août était non seulement une célébration populaire mais son caractère festif était accentué et rehaussé par la présence des médaillés. Cette présence des anciens combattants dans les processions civiques organisées par les municipalités, l’enthousiasme public qu'elle a pu provoquer et l’incorporation des médaillés dans l’ordre symbolique de la commune, démontrent aussi que nous avons affaire ici à bien plus qu’une simple manifestation d’hédonisme ou d’une fête dominée par son caractère religieux. Bernard Ménager a bien raison de ce point de vue de souligner les éléments de « laïcité » qui traversent les festivités du 15 août, préparant ainsi la voie aux fêtes républicaines de la Troisième République.

  • 73 Frédéric Bluche, Le Bonapartisme, Paris, NEL, 1980, p. 172.
  • 74 Ibid.

28Nous touchons ici à un point important sur le caractère de la légende napoléonienne. Selon Frédéric Bluche, en effet, la légende napoléonienne et la politique bonapartiste furent non seulement deux choses distinctes mais inversement liées73. Pendant son apogée (notamment sous la Restauration), la légende ne posséda aucun caractère strictement politique, en ce sens qu’aucun mouvement politique cohérent n’en émergea ; selon Bluche, le bonapartisme comme force politique commença à prendre son essor sous la monarchie de Juillet et cet essor se manifesta aux dépens de la légende – qui fut particulièrement écornée après le coup d’État de 185174. L’histoire des médaillés de Sainte-Hélène sous le Second Empire suggère que ce contraste est trop rigide : la mythologie, le souvenir et l’idéologie bonapartistes restèrent étroitement liées au xixe siècle et le régime de Napoléon III utilisa habilement la légende napoléonienne pour asseoir son autorité politique, notamment à travers sa célébration du culte des vétérans de la Grande Armée.

  • 75 Un exemple parmi beaucoup : AD Meuse 73 M 6, rapport du maire de Behonne, 17 août 1858.
  • 76 C’est notamment la conclusion de Françoise JOB, « Les anciens militaires de la République et de l’E (...)
  • 77 AD Marne, 30 M 31, rapport du sous-préfet de Vitry-le-François, 18 août 1869.

29De par ses multiples apparitions le jour de la fête nationale du Second Empire, le thème de l’honneur est ainsi apparu comme un leitmotiv de notre histoire. Les médaillés avaient un grand sens du respect pour leur corporation et tous les rapports administratifs soulignent la « fierté » avec laquelle ces valeureux anciens combattants portaient leurs médailles75. Il est également clair que ces vétérans étaient respectés et choyés dans leurs localités et considérés comme des modèles de civisme et de patriotisme. La puissance de ces sentiments publics est d’ailleurs confirmée par les réactions populaires aux médaillés pendant les cérémonies du 15 août. Nous sommes loin ici de l’image d’une corporation manipulée par le pouvoir bonapartiste pour « appuyer le régime » puis abandonnée à son triste sort76. Il est bien évident qu’il y eut des « arrières pensées » instrumentalistes dans la création de la médaille. Le régime de Napoléon III était doué d’un excellent sens du politique et voyait clairement tout le parti qu’il pourrait tirer de la glorification des vieux grognards de l’épopée impériale. Mais il serait erroné de ne voir dans cette affaire qu’une petite opération politique. L’enthousiasme populaire pour les anciens combattants fut tout à fait authentique et prit souvent des formes spontanées : écriture de poèmes, organisation de banquets, manifestations et hommages publiques et contributions charitables. Le sous-préfet de Vitry-le-François (Marne) eut bien raison de souligner l’enthousiasme populaire pour les vétérans « partout dans les campagnes77 ».

  • 78 AD Côte d’Or, 1 M 467 : ces qualités sont soulignées par le maire de Maillys dans son rapport du 16 (...)
  • 79 AD Gironde, 1 M 707, Quelques mots adressés aux médaillés de Sainte-Hélène par leur Président, le 1 (...)

30Comment expliquer ce sentiment de respect et que nous révèle-t-il sur les attitudes sociales des Français pendant cette période ? La décoration des anciens combattants par l’État n’y fut pas pour grand-chose ; nous y verrons plutôt une ratification par le droit d’un fait social préexistant plutôt que la création d’une nouvelle réalité par les autorités. La popularité des médaillés révèle surtout la ténacité de la légende napoléonienne en France – notamment dans les localités rurales. Mais comment ne pas y voir aussi un hommage aux qualités physiques et morales des anciens combattants, survivants extraordinaires d’une époque singulièrement meurtrière pour tout soldat ? Hommage aussi, à leur sens civique, illustré notamment dans la prime qu’ils accordent dans leur comportement social aux valeurs d’honorabilité et de discipline78. De façon plus spéculative, on pourrait aussi voir dans les médaillés un symbole pratique d’un des aspects les plus puissants de l’idéologie bonapartiste au xixe siècle : la réconciliation de la division entre les notables et le peuple – une transcendance souvent évoquée par les dirigeants des associations de médaillés79. Les vétérans, en somme, furent les héros emblématiques de la tradition bonapartiste, des modèles de vertu civique et d’émulation sociale.

Notes

1 Jean Lucas-Dubreton, Les Soldats de Napoléon, Paris, Tallandier, 1977.

2 Sur cette distinction entre honneur horizontal et honneur vertical : Frank Henderson Stewart, Honor, Chicago, University of Chicago Press, 1994, p. 32-33.

3 Arno Mayer, The Persistence of the Old Regime, New-York, Pantheon Books, 1981.

4 Carol Harrisson, The Bourgeois Citizen in 19th Century France, New York, Oxford University Press, 1999.

5 Olivier Ihl, Le Mérite et la République. Essai sur la société des émules, Paris, Gallimard, 2007.

6 Louis-Henri Fleurence, « Les survivants de campagnes de la République et de l’Empire et l’attribution de la médaille de Sainte-Hélène dans le département des Vosges en 1857 », Revue de l'Institut Napoléon, 1988, no 151, p. 58-59.

7 Jean-Baptiste Schweitzer, Relation historique de l'institution de la médaille de Sainte-Hélène par un vieux soldat du Premier Empire, Marseille, 1861 où l’auteur affirme qu’en 1852, il avait envoyé au ministre de la Guerre une esquisse de la future Médaille de Sainte-Hélène.

8 L. Tripiert, Code des membres de la Légion d'Honneur, Paris, 1859, p. LII-LIII.

9 Natalie Petiteau, « Les vétérans du Premier Empire, un groupe socio-professionnel oublié », Cahiers d'Histoire, 1988, no 1, p. 27-28. Sur la réinsertion (parfois difficile) des vétérans dans la société après 1815, son ouvrage : Lendemains d'Empire. Les soldats de Napoléon dans la France du xixe siècle, Paris, La Boutique de l’Histoire, 2003.

10 Louis-Henri Fleurence, « Les survivants des campagnes », art. cit., p. 62 ; ce chiffre provient de l’Hôtel des monnaies et médailles de Paris à qui échut la responsabilité de fabriquer les médailles commémoratives.

11 « L’Armée de 1813 était dans son immense majorité une armée « mineure » », Jean Lucas-Dubreton, Le Culte de Napoléon, Paris, Albin Michel, 1960, p. 25.

12 Bernard Ménager, Les Napoléon du Peuple, Paris, Aubier, 1988.

13 Pour plus de détails sur cette question : Sudhir Hazareesingh et Vincent Wright, « Le Second Empire », Louis Fougère, Jean-Pierre Machelon et François Monnier (dir.), Les Communes et le pouvoir en France, Paris, PUF, 2002, p. 263-349.

14 Sudhir Hazareesingh, La Légende de Napoléon, Paris, Tallandier, 2006.

15 Archives départementales (AD) du Vaucluse, 1 M 880, rapport du maire, 17 août 1861.

16 Archives nationales (AN), BB30-373, rapport du procureur général, Besançon, 14 septembre 1852.

17 17. AN, FlCIII/Indre (6), rapport du préfet, 20 août 1853.

18 AN, F1CI 110, rapport du préfet de l’Aude, 20 août 1854.

19 AD Var, 6 M 18 (5), rapport du maire de Gourdon, 16 août 1858.

20 AD Vaucluse, 1 M 880, rapport du sous-préfet d’Apt, 20 août 1858.

21 AD Hérault, 1 M 506, rapport du maire de Bouzigues, 20 août 1859.

22 AD Tarn, IV M2 57, rapport du maire de Brens, 16 août 1858.

23 AD Hérault, 1 M 506, rapport du maire de Bouzigues, 20 août 1859.

24 AD Var, 6 M 18 (5), rapport du maire de Solliès-Ville, 16 août 1866.

25 AD Vaucluse, 1 M 880, rapport du commissaire de police, L’Isle, 16 août 1866.

26 Bibliothèque nationale (BN), LL24-11 : Corporation des Membres Décorés de la médaille de Sainte-Hélène en résidence à la Chapelle Saint-Denis. Règlement, Paris, 1858.

27 Ibid., p. 7.

28 Ibid., p. 1.

29 Ibid., p. 8.

30 Ibid., p. 2-3.

31 Ibid., p. 4.

32 Ibid., p. 3-6.

33 Ibid., p. 7.

34 BN, LL24-10 : Préambule et Statuts des Membres Décorés de la médaille de Sainte-Hélène, Maine-et-Loire, 1859.

35 AD Indre-et-Loire, 1 M 255, rapport du maire de Tours, 15 août 1859.

36 AD Hérault, 1 M 509, lettre d’Antoine Cournet, médaillé de Sainte-Hélène, au préfet de l’Hérault, 17 août 1867.

37 AD Bouches-du-Rhône, 1 M 643, rapport du sous-préfet d’Arles, 20 août 1862.

38 AD Bouches-du-Rhône, 1 M 642, rapport du sous-préfet d’Aix, 16 août 1859.

39 AD Loire-Atlantique, 1 M 675, lettre du 27 août 1859.

40 Pierre Pierrard, Histoire des curés de campagne, Paris, Plon, 1990, p. 206.

41 Sudhir Hazareesingh, « Religion and anti-clericalism during the civic festivities of the Second Empire », English Historical Review, 2004, p. 614-649.

42 AD Marne, 32 M 10, rapport du maire de Sacy, 23 août 1859.

43 AD Meuse, 73 M 6, rapport du 16 août 1858.

44 AD Loire-Atlantique, 1 M 675, rapport de police, Nantes, 1869.

45 Nicolas Mariot, Bains de foule. Les voyages présidentiels en province, Paris, Belin, 2006.

46 AD Yonne, 3 M3 33, rapport du maire, 16 août 1861.

47 Ibid., rapport du commissaire de police, 17 août 1863.

48 AD Vaucluse, 1 M 880, rapport du maire, 18 août 1864.

49 AN, BB30-421, rapport du procureur général, Toulouse, 16 août 1838.

50 AD Seine-Maritime, 1 M 351, rapport du préfet au ministre de l’Intérieur, 1859.

51 AD Hérault, 1 M 505, apport du commissaire de police, 16 août 1858.

52 AD Rhône, 1 M 165, rapport du maire de Sarcey, 23 août 1866.

53 AD Vaucluse, 1 M 880, rapport du maire de Monteux, 19 août 1866.

54 AD Var, 6 M 18 (5), rapport du maire de Chateaudouble, 18 août 1861.

55 AD Hérault, 1 M 506, rapports du maire de Pignan, 17 août 1859 ; 1 M 508, rapport du maire de Pérols, 17 août 1864.

56 AD Gers, 1 M 342, rapport du sous-préfet de Mirande, 18 août 1858.

57 AN, BB30-376, rapport du procureur général, Colmar, 4 octobre 1858.

58 AD Hérault, 1 M 505, rapport du sous-préfet, Béziers, 17 août 1858.

59 Sudhir Hazareesingh, La Saint-Napoléon. Quand le 14 juillet se jetait le 15 août, Paris, Tallandier, 2007, p. 109.

60 C’est le cas notamment à Villeneuve-les-Béziers (Hérault) : AD Hérault, 1 M 505, rapport du maire sur les célébrations du 15 août en 1857.

61 Louis-Henri Fleurance, « Les Survivants des campagnes... », art. cit., p.64.

62 BN, LN27-27729, Discours prononcé par M. Pellecat sur la tombe de M. Jacques-Louis Philippe, médaillé de Sainte-Hélène, Rouen, 1874.

63 Gérard de Puymege, Chauvin, Le soldat-laboureur. Contribution à l’étude des nationalismes, Paris, Gallimard, 1993.

64 Nous avons traité cette question plus longuement : Sudhir Hazareesingh, « A common sentiment of national glory : Civic Festivities and French collective sentiment under the Second Empire », Journal of Modem History, 2004.

65 AD Var 6 M 18 (5), rapport du maire de Tourtour, 18 août 1859.

66 BN, Ye 28422, Napoléon ou la gloire française (s. d.).

67 Hilaire Le Gai, Almanach des souvenirs de l’Empire. Bonapartiana, Paris, 1853, p. 5.

68 BN, LL24-4, Discours prononcé à la distribution de la médaille de Sainte-Hélène aux anciens soldats de la République et de l’Empire de la commune d’Albi, le 24 janvier 1858, par M. le Général Baron Gorse, Albi, 1858, p. 4.

69 BN, Ye 55471 (1016), Chanson Napoléonienne par Girod-Genet, Hussard de l’Armée de la Loire, Paris, n. d., 1866.

70 Ibid., Chanson à double circonstance, improvisée dans une réunion d’amis sur les événements du 2, 3, et 4 décembre 1851 (Oise, s. d.).

71 Rémi Dalisson, Les Trois couleurs, Marianne et l'Empereur. Fêtes libérales et politiques symboliques en France (1815-1870), Paris, La Boutique de l’Histoire, 2004, p. 220.

72 Rosemonde Sanson, « Le 15 août. Fête nationale du Second Empire », Alain Corbin (dir.), Les Usages politiques des fites aux xixe-xxe siècles, Paris, Publications de la Sorbonne, 1994, p. 134-135.

73 Frédéric Bluche, Le Bonapartisme, Paris, NEL, 1980, p. 172.

74 Ibid.

75 Un exemple parmi beaucoup : AD Meuse 73 M 6, rapport du maire de Behonne, 17 août 1858.

76 C’est notamment la conclusion de Françoise JOB, « Les anciens militaires de la République et de l’Empire dans le département de la Meurthe en 1857 », Annales Historiques de la Révolution Française, no 245, juillet-septembre 1981, p. 435.

77 AD Marne, 30 M 31, rapport du sous-préfet de Vitry-le-François, 18 août 1869.

78 AD Côte d’Or, 1 M 467 : ces qualités sont soulignées par le maire de Maillys dans son rapport du 16 août 1859.

79 AD Gironde, 1 M 707, Quelques mots adressés aux médaillés de Sainte-Hélène par leur Président, le 15 août 1861.

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540