Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La fabrique de l’honneur

 | 
Bruno Dumons
, 
Gilles Pollet

Première partie. Gouverner par les médailles au XIXe siècle

Le haut clergé dans l’Ordre de la Légion d’honneur sous le Premier Empire

Jacques-Olivier Boudon

Texte intégral

1La décision prise par Bonaparte de créer une distinction qui permît de récompenser les talents individuels et d’honorer quelques-uns des grands serviteurs de l’État et de la nation devait conduire à attribuer à la quasi-totalité des évêques français la Croix de la Légion d’honneur. Certes, le choix n’est pas systématique et aucun texte ne prévoit que la nomination à un évêché dût entraîner automatiquement la nomination dans l’Ordre de la Légion d’honneur. Surtout avant 1810, certains évêques sont dépourvus de la Légion d’honneur tandis que, dans le même temps, de simples prêtres pouvaient en être décorés, signe que dans l’Église comme dans l’armée, le mérite prévalait sur le titre dans les motifs d’attribution.

Honneur et religion

  • 1 Jacques-Olivier Boudon, « Les assemblées sous le Consulat et l’Empire », Jean Garrigues (dir.), His (...)
  • 2 Jacques-Olivier Boudon, Napoléon et les cultes. Les religions en Europe à l’aube du xixe siècle, Pa (...)

2Sans doute, la création de la Légion d’honneur le 19 mai 1802, un mois après la promulgation du Concordat, par la loi du 18 germinal an X (8 avril 1802), n’est-elle pas le fruit du hasard. C’est du reste des mêmes rangs parlementaires que vinrent les oppositions d’une part au rétablissement d’un lien entre l’État et le catholicisme, d’autre part à la création d’une distinction qui paraissait faire renaître les ordres détruits par la Révolution1. La renaissance conjointe du catholicisme et de cet ordre paraissait clairement réintroduire en France les mœurs de l’Ancien Régime. Mais dans l’esprit de Bonaparte, les deux lois sont également proches dans la mesure où elles entendent nouer le lien social autour de valeurs communes. Religion, honneur et patrie sont ainsi associés. La défense du principe religieux par Bonaparte a toujours été mise en relation avec la volonté de préserver la paix sociale. La religion est considérée comme l’une des garantes de l’ordre social en ce qu’elle véhicule un certain nombre de valeurs, rappelées notamment dans le catéchisme impérial2.

  • 3 Le détail de la cérémonie est rapporté dans Le Moniteur universel, 28 messidor an XII (17 juillet 1 (...)

3Le lien entre l’Église catholique et la Légion d’honneur est encore davantage matérialisé, au début de l’Empire, lorsque est organisée la première distribution des croix. Au moment où Napoléon a déjà décidé de solenniser le passage à l’Empire par un sacre, c’est-à-dire de manifester le caractère chrétien de la monarchie qu’il est en train de fonder, c’est par une cérémonie religieuse qu’il procède à cette première distribution. Cette cérémonie a lieu le 15 juillet 1804 dans l’église Saint-Louis des Invalides où s’étaient massés les légionnaires attendant de recevoir leur insigne. L’archevêque de Paris, le cardinal de Belloy, entouré de son clergé, est venu accueillir l’empereur à la porte de l’église, en un geste qu’il devait répéter cinq mois plus tard à Notre-Dame. La cérémonie religieuse est présidée par le cardinal Caprara, légat du pape, chargé depuis 1801 de l’application du Concordat. Après l’Évangile et le discours prononcé par Lacépède, en sa qualité de Grand Chancelier, il est procédé à la distribution des insignes. Le premier à recevoir la Croix de grand officier est précisément l’archevêque de Paris3.

  • 4 Pour tous les ecclésiastiques cités : Jacques-Olivier Boudon, Les Élites religieuses à l’époque de (...)

4Mais le cardinal de Belloy n’est pas le seul ecclésiastique décoré ce jour-là4. À ses côtés, trois autres cardinaux et archevêques reçoivent également la Croix de grand officier de la Légion d’honneur : le cardinal Fesch, archevêque de Lyon et oncle de l’empereur, le cardinal Cambacérès, archevêque de Rouen et frère du second consul, le cardinal de Boisgelin de Cucé, archevêque de Tours, qui comme le cardinal de Belloy avait appartenu à l’épiscopat d’Ancien Régime. Ces quatre archevêques étaient par ailleurs membres du Sénat. Ainsi la triple distinction que représentent le chapeau de cardinal, l’appartenance au Sénat et désormais la distinction de grand officier de la Légion d’honneur, crée au sein de la hiérarchie catholique une élite destinée, aux yeux de l’empereur, à représenter l’ensemble du clergé. De son côté, Mgr Champion de Cicé, archevêque d’Aix, est promu officier de la Légion d’honneur le 15 janvier 1805. Bien que n’étant pas cardinal, Champion de Cicé, qui avait également appartenu à l’épiscopat d’Ancien Régime et joué un rôle essentiel dans le ralliement du clergé à Bonaparte, est lui aussi l’un des piliers de l’Église concordataire. Plusieurs autres archevêques sont alors nommés officiers mais l’un d’entre eux, Mgr d’Aviau du Bois de Sanzay, refuse l’insigne qu’on lui offre, manifestant par là même une forme de résistance au pouvoir civil, au moment du passage à l’Empire ; il devait ensuite à nouveau faire montre d’indépendance à l’égard du régime, notamment au moment du concile de 1811. Nombre d’évêques sont aussi décorés entre juillet 1804 et janvier 1805, à l’image de Mgr Simon, évêque de Grenoble, que Napoléon honore parmi les premiers en souvenir de leur rencontre au collège d’Autun où l’abbé enseignait au début des années 1780. Mgr Desmontiers de Mérinville, évêque de Chambéry, est également promu le 5 juillet 1804, quelques semaines seulement avant de démissionner de son siège. Le cas de l’évêque d’Arras, le très jeune Mgr de la Tour d’Auvergne Lauraguais, est particulier. Il est en effet décoré au cours de la cérémonie religieuse qu’il préside à l’occasion de la distribution des croix au camp de Boulogne le 16 août 1804. Pour Napoléon qui avait souhaité associer très directement les évêques au sacre, cette entrée de l’épiscopat dans l’Ordre de la Légion d’honneur s’impose. Elle n’est toutefois ni systématique, ni immédiate. Mgr Leblanc de Beaulieu, ancien évêque constitutionnel, doit attendre décembre 1805. Mgr Mannay, évêque de Trèves, n’est promu qu’en 1807. À cette date, la distinction reste donc personnelle ; elle n’est pas attribuée systématiquement aux évêques, même si, de plus en plus, surtout après la création des titres de noblesse auxquels ont droit les évêques, elle tend à se généraliser.

5En 1805, d’après l’Almanach impérial, dix-huit évêques français n’ont pas été décorés de la Légion d’honneur, soit près d’un tiers du total qui s’élève à soixante, si l’on s’en tient au cadre des diocèses érigés en 1802. On peut cependant ajouter que tous les évêques des diocèses piémontais sont titulaires de la croix. Parmi les évêques qui n’ont pas la croix, figurent des prélats récemment nommés comme Pisani de La Gaude, évêque de Namur depuis 1804, ou Dufour de Pradt mais la plupart appartiennent à des diocèses du sud de la France et l’on peut se demander si leur éloignement à l’égard du centre parisien ne les a pas desservis en la circonstance. Ce sont notamment Loison de Bayonne, Lacombe d’Angoulême, Dubourg de Montauban, Jacoupy d’Agen, Laporte de Carcassonne, Cousin de Grainville de Cahors, Rollet de Montpellier. À l’inverse, dès 1804, les trois vicaires généraux de l’archevêque de Paris, les abbés Malaret, Maurel de Mons et Lejeas ont été distingués par la Légion d’honneur, de même que le principal collaborateur du cardinal Fesch, l’abbé Jauffret qui deviendra bientôt évêque de Metz.

Le tournant monarchique du régime

6En 1810, un tiers de l’épiscopat français n’est toujours pas titulaire de la Légion d’honneur. Vingt-et-un évêques n’ont pas encore été décorés parmi lesquels la plupart des évêques nommés depuis les grandes promotions de 1804-1805, et bien sûr ceux qui avaient échappé à la distinction alors. On peut citer parmi eux Boulogne à Troyes, Faudoas à Meaux, Broglie à Gand, Imberties à Autun, Miollis à Digne, Fournier à Montpellier mais aussi Bragouse de Saint-Sauveur à Poitiers ou jaubert à Saint-Flour, deux évêques nommés par Napoléon après les débuts de la crise avec Pie VII en 1808 et qui ne reçurent pas l’investiture canonique du pape.

7Napoléon prend alors conscience de ce que plus d’un tiers de l’épiscopat a échappé à la Légion d’honneur alors même que les évêques ont dans le même temps été intégrés à la noblesse d’Empire. Or, le soutien des évêques lui est plus que jamais nécessaire dans la mesure où s’accroît le fossé avec la papauté. Quelques signes de détachement se sont manifestés depuis quelques mois, en Belgique notamment où la fronde à l’égard de la politique ecclésiastique de Napoléon gagne. Et ce n’est pas un hasard si, à l’occasion du voyage de noces qu’il effectue dans les anciens Pays-Bas autrichiens, Napoléon décore plusieurs prêtres belges de la Légion d’honneur. L’empereur souhaite aussi, au moment où il épouse Marie-Louise et renforce le caractère monarchique de son régime, s’appuyer fermement sur l’épiscopat et manifester qu’il le considère comme l’un des piliers de la nation.

8A l’occasion du 15 août 1810, Napoléon décide donc de promouvoir dans l’Ordre de la Légion d’honneur tous les évêques qui n’en étaient pas encore membres. Cette grande promotion d’évêques concerne notamment plusieurs évêques nommés depuis 1802, à l’image de Mgr Reymond, évêque de Dijon, de Mgr de La Porte, évêque de Carcassonne, de Mgr Jacoupy, évêque d’Agen, de Mgr Loison, évêque de Bayonne, de Mgr Lacombe, évêque d’Angoulême, de Mgr Duwalk de Dampierre, évêque de Clermont, de Mgr Montault des Isles, évêque d’Angers, de Mgr Brault, évêque de Bayeux, ou enfin de Mgr Chevigné de Boischollet, évêque de Sées, qui ne fut ainsi décoré qu’un an à peine avant d’être destitué de son évêché par Napoléon qui le contraint à démissionner lors de son voyage en Normandie en juin 1811. C’est également en 1810 qu’est décoré Mgr Miollis, évêque de Digne, l’évêque qui servit de modèle à Victor Hugo dans les Misérables, et les autres évêques nommés depuis 1805.

9Cette promotion d’août 1810 allait cependant donner lieu à un incident puisque Mgr Maurice de Broglie, évêque de Gand, refuse de prêter le serment prescrit par le cérémonial. Il rappelle dans ses Souvenirs combien les Belges étaient réticents à l’égard de tout serment et explique que trois des prêtres que Napoléon avait décorés lors de son voyage en Belgique avaient refusé la décoration, un seul, l’abbé de Pauw, son vicaire général, acceptant l’honneur, avant de mourir quelques semaines plus tard, l’évêque n’étant pas loin d’attribuer cette mort rapide au discrédit dont il aurait été victime dans le public après cette acceptation. Pour sa part, Mgr de Broglie adresse à Napoléon, dont il était par ailleurs l’un des aumôniers, les propos suivants pour expliquer son geste :

  • 5 Serge de Robiano, Échec à l'empereur, échec au roi. Maurice de Broglie évêque de Gand (1766-1821), (...)

« Ce serment m’oblige à la défense de la liberté et de l’égalité, bases premières de nos constitutions. Sire, soyez béni de Dieu et des hommes d’avoir abrogé cette liberté, cette égalité, furies plus funestes au monde que l’incendie et la contagion. Comment puis-je jurer de défendre ce que vous avez abrogé ? [...] Il m’est donc impossible de prêter tel quel le serment de la Légion d’Honneur5. »

10Un an plus tard, lors du concile national, Maurice de Broglie est l’un des principaux animateurs de la fronde épiscopale, ce qui lui vaut d’être envoyé à Vincennes. Mais son attitude reste exceptionnelle. À la fin de l’Empire en effet, tous les évêques sont désormais membres de l’Ordre de la Légion d’honneur.

Les évêques dans l’Ordre de la Légion d’honneur à la fin de l’Empire

  • 6 Archives nationales (AN), F 19/323.
  • 7 AN, AF IV/1038.

11Un état dressé par le ministère des cultes au 1er janvier 1814 permet de mesurer assez précisément la part du clergé dans l’Ordre de la Légion d’honneur6. Il confirme les tendances observées depuis 1804, tout en mesurant les évolutions observées depuis. Ainsi alors qu’en 1807, la Légion d’honneur réunissait 55 ecclésiastiques7, ils sont 79 en 1814. Au sommet de la hiérarchie, figurent toujours quatre cardinaux, deux déjà évoqués en 1804 et deux nouveaux. Les deux premiers sont les cardinaux Fesch et Cambacérès qui, tous deux, à des titres divers, ont perdu l’influence politique qui était la leur dix ans plus tôt. Le cardinal Fesch a dû renoncer à sa charge de grand aumônier et regagner, à la demande expresse de Napoléon, son diocèse de Lyon, pour avoir aux yeux de l’empereur, failli dans la conduite du concile de 1811. Quant au cardinal Cambacérès, ses disputes incessantes avec les préfets de Seine-Inférieure et ses menaces réitérées de démission lui ont fait perdre tout crédit au sommet de l’État. Les deux autres cardinaux, devenus grands officiers, manifestent en revanche l’inflexion de la politique ecclésiastique depuis 1804. Lun est le cardinal Caselli, naguère négociateur du concordat aux côtés de Mgr Spina, devenu archevêque de Turin, cardinal et membre du Sénat. L’autre est le cardinal Lattier de Bayanne, à qui Napoléon avait confié le soin de négocier avec le pape en 1810 et qui séjournait à Paris.

12On dénombre également en 1814 quatorze officiers parmi lesquels figurent quatre cardinaux : le cardinal Maury, archevêque nommé à Paris en 1810 mais non reconnu par le pape, le cardinal Spina, ancien négociateur du concordat, devenu archevêque de Gênes et qui continue à soutenir la politique ecclésiastique de Napoléon ; il est l’un des cardinaux présents au mariage de Napoléon et de Marie-Louise. C’est également le cas des cardinaux Antoine Doria et Fabrice Ruffo, cardinaux de curie qui ont assisté au mariage de l’empereur et n’appartiennent donc pas au groupe des cardinaux noirs qui, pour avoir refusé de se présenter à la cérémonie, se virent privés par Napoléon de leurs attributs cardinalices. Dans ce groupe d’officiers, on relève aussi les noms de sept archevêques ; Mgr d’Aviau du Bois de Sanzay, archevêque de Bordeaux, Mgr de Barrai, archevêque de Tours, Mgr Lecoz, archevêque de Besançon, Mgr Primat, archevêque de Toulouse, ainsi que Mgr Dufour de Pradt, archevêque nommé de Malines, et enfin Mgr Jauffret, archevêque nommé d’Aix, ces deux derniers n’ayant pas obtenu, tout comme Maury, l’investiture canonique du pape. Quant au septième archevêque, Mgr Bessuéjouls de Roquelaure, il a démissionné de l’archevêché de Malines et occupe une place au chapitre de Saint-Denis, organisé en 1806 pour accueillir les évêques à la retraite. Enfin, on compte dans ce groupe d’officiers trois évêques qui sont des fidèles de l’empereur, Mgr Bourlier, évêque d’Évreux, qui est par ailleurs membre du Sénat, Mgr Lejeas, ancien vicaire général et official de Paris, qui eut à ce titre à prendre part à la décision d’annuler le mariage de Napoléon et Joséphine, et qui est évêque nommé de Liège, Mgr Mannay enfin est évêque de Trèves et membre du Conseil d’Etat. Il est à noter que, dans ce groupe d’officiers, figurent quelques-uns des évêques qui ont fortement appuyé la politique ecclésiastique de Napoléon, à l’image de Dufour de Pradt, très actif au moment du concile de 1811, tombé ensuite en disgrâce à la suite de l’échec de son ambassade polonaise, Barrai, Mannay, Bourlier ou Lejeas. Ce sont les piliers de l’Église gallicane sur lesquels se repose Napoléon depuis 1809.

13Enfin la liste des légionnaires fait apparaître 45 noms. 41 sont évêques de l’un des soixante diocèses créés en 1802, ce qui signifie que quasiment tous les évêques en place ont reçu la Légion d’honneur à la fin de l’Empire, y compris les évêques récemment nommés par Napoléon et qui n’ont pas reçu l’investiture canonique du pape. Le 14 janvier 1814, une ultime promotion permet ainsi de distinguer Baston, évêque nommé de Sées, Saint-Médard, évêque nommé de Tournai et Cussy, évêque nommé de Troyes. Seul manque, dans cette liste, La Brue de Saint-Bauzille, évêque nommé de Gand. Parmi les légionnaires, figurent également quatre prélats italiens dont le cardinal Zandorini, l’un des cardinaux présents au mariage de Napoléon et Marie-Louise. Enfin on compte dans ce groupe, mais en faible nombre, sept ecclésiastiques du second ordre, comme on dit à l’époque : deux vicaires généraux et cinq curés. Les deux vicaires généraux sont l’abbé Clausel de Coussergues, vicaire général d’Amiens, et l’abbé Maury, frère de l’archevêque de Paris dont il est le vicaire général. Les cinq curés sont en poste à Bruxelles, Saint-Quentin, Dieppe, Le Havre, ou encore Maisons-Alfort. Il s’agit, sauf dans le dernier cas, de nominations effectuées à l’occasion de voyages de Napoléon en Normandie et dans les départements du Nord. Déjà par le passé, de simples prêtres avaient obtenu la croix, avant souvent de devenir évêque ; ce fut le cas de l’abbé Paillou, vicaire général de La Rochelle, qui obtint la croix dès 1804 pour le rôle joué dans le ralliement du clergé vendéen à l’Empire, avant de devenir évêque de La Rochelle. Ainsi le régime rappelle que la distinction créée en 1802 peut échoir à tout citoyen, fût-il simple prêtre. Mais force est tout de même de constater que la hiérarchie, dans l’Ordre de la Légion d’honneur, reproduit assez fidèlement la hiérarchie ecclésiastique.

  • 8 Jean Tulard, Napoléon et la noblesse d'Empire, Paris, Tallandier, rééd. 2001, p. 49.

14Néanmoins, la place de l’Église catholique au sein de l’Ordre de la Légion d’honneur reste faible. En 1814 en effet, l’ordre compte 38 173 membres ; les membres du clergé catholique n’y figurent qu’au nombre de 79. Certes, près de 90 % des légionnaires sont issus des rangs de l’armée mais le poids des ecclésiastiques n’en est pas moins réduit au sein de cette institution8. Sans doute, nombre de prêtres ne sont-ils du reste pas loin de penser comme l’évêque de Gand que la décoration est avant tout destinée aux soldats. Mgr de Broglie raconte en effet dans ses Mémoires :

  • 9 Serge de Robiano, op. cit., p. 159.

« Plusieurs fois on m’a dit : « Quoi, vous n’avez pas la décoration ? » Je répondais : « Si j’eusse été militaire avec le nom de Broglie, j’espère que je l’aurais méritée sur le champ de bataille ». En fait c’est vraiment une marque d’honneur pour les guerriers. C’est la preuve de la bravoure, la croix de Saint-Louis actuelle de l’armée. Mais ce même ruban porté par un sénateur, un artiste, un savant, un évêque n’a plus le même mérite, ni le même éclat9. »

15Au fil des années, tous les évêques ont donc été intégrés dans l’Ordre de la Légion d’honneur, contribuant à faire de cette distinction un signe supplémentaire du pouvoir qui leur était attribué. Mais cette distinction était aussi un moyen de renforcer le lien entre l’évêque et le régime, à travers notamment la prestation de serment, qui, parfois plusieurs années après le premier serment prêté entre les mains de Napoléon, venait réitérer la promesse de fidélité au régime mais aussi aux principes de la Révolution. Surtout, en complément des titres nobiliaires qui leur sont accordés, la Légion d’honneur contribue à intégrer les évêques aux élites de la nation et à poser ainsi les « masses de granit » sur lesquelles l’empereur entendait faire reposer son régime.

Notes

1 Jacques-Olivier Boudon, « Les assemblées sous le Consulat et l’Empire », Jean Garrigues (dir.), Histoire du Parlement de 1789 à nos jours, Paris, Colin, 2007, p. 102-132 et 114.

2 Jacques-Olivier Boudon, Napoléon et les cultes. Les religions en Europe à l’aube du xixe siècle, Paris, Fayard, 2002.

3 Le détail de la cérémonie est rapporté dans Le Moniteur universel, 28 messidor an XII (17 juillet 1804) ; Antoine Boulant, « La cérémonie des Invalides, 15 juillet 1804 », La Phalère, 2000, no 1, p. 67-75.

4 Pour tous les ecclésiastiques cités : Jacques-Olivier Boudon, Les Élites religieuses à l’époque de Napoléon. Dictionnaire des évêques et vicaires généraux du Premier Empire, Paris, Nouveau Monde/Fondation Napoléon, 2002.

5 Serge de Robiano, Échec à l'empereur, échec au roi. Maurice de Broglie évêque de Gand (1766-1821), Ottignies, Quorum, 1996, p. 165-166.

6 Archives nationales (AN), F 19/323.

7 AN, AF IV/1038.

8 Jean Tulard, Napoléon et la noblesse d'Empire, Paris, Tallandier, rééd. 2001, p. 49.

9 Serge de Robiano, op. cit., p. 159.

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540