Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La fabrique de l’honneur

 | 
Bruno Dumons
, 
Gilles Pollet

Introduction

Bruno Dumons et Gilles Pollet

Texte intégral

1« Objet de vanité » ou « hochet de la République », les médailles et les décorations présentent déjà pour le Premier Consul en mai 1802, lors de la création de la Légion d’honneur, deux finalités qu’il va s’efforcer de combiner à l’usage. En effet, la nouvelle société post-révolutionnaire a éveillé chez les citoyens un profond désir de reconnaissance et d’honneur, suscitant un goût immodéré pour le ruban et la ferblanterie. Soucieux de répondre à ces aspirations, relevant davantage de la flatterie et de la fierté, Bonaparte saisit cette opportunité pour inaugurer un « management » honorifique d’envergure au service de l’État et de la nation. Ces deux objectifs, distincts mais complémentaires, ont alors engendré des approches historiographiques de nature radicalement différentes.

  • 1 Arthur Daguin, Les Décorations françaises et des protectorats, Paris, Guyot, 1901 ; Jules Martin, (...)
  • 2 Henri Leduc, Histoire des décorations en France. Origine historique et description des ordres, cro (...)
  • 3 Laurence Wodey, Guide de recherche en histoire de la Légion d’Honneur, Paris, Musée national de la (...)
  • 4 Louis Bonneville de Marsangy, La Légion d’Honneur (1802-1900), Paris, Laurens, 1900 ; Catalogue de (...)
  • 5 Claude Ducourtial, Ordres et décorations, Paris, PUF, 1957.
  • 6 Robert Anchel et Pierre-François Caille, Histoire des décorations françaises contemporaines, Paris (...)
  • 7 Les Décorations françaises, Paris, Trésors du Patrimoine, 2002 ; Anne de Chefdebien et Laurence Wo (...)

2En associant l’insigne à un « objet de vanité », son histoire s’écrit tout d’abord sous les traits de la futilité et de l’ironie. Ainsi, l’étude des décorations a gardé un caractère confidentiel, réservé depuis la fin du xixe siècle aux spécialistes de « phaléristique1 ». Cette « science » de l’érudition qui a trouvé sa place dans les rayons de bibliothèque entre la numismatique et l’héraldique, possède désormais ses grands classiques avec les ouvrages d’Henri Deluc et André Damien2. L’ordre le plus prestigieux qu’est celui de la Légion d’honneur, a d’ailleurs été le plus souvent abordé sous cet angle3. Le livre de Louis Bonneville de Marsangy en 1900 et le catalogue d’exposition publié en 1911 en témoignent mais leur succès résulte surtout de l’intérêt grandissant d’un public de connaisseurs et d’érudits qui conduira en 1925 à l’ouverture d’un musée de la Légion d’honneur grâce à de riches mécènes amoureux du ruban4. À la veille de la réforme du code des honneurs en 1962, un de ses conservateurs, Claude Ducourtial, s’est efforcé de sortir les études phaléristiques de la confidentialité érudite dans laquelle elles demeuraient5 Dans le sillage de son petit livre qui fait encore autorité, ont été publiés par des spécialistes et des collectionneurs des livres d’art, des guides techniques ou des recueils juridiques6. Enfin, plus récemment, des ouvrages de prestige et des revues spécialisées ont tenté de redorer le blason de cette approche7.

  • 8 Otto Lorenz, Catalogue général de la librairie française depuis 1840, table (1840-1875), Paris, Lo (...)
  • 9 Parmi les œuvres d’apologétique faisant aussi office d’annuaire biographique : Théophile de Lamath (...)
  • 10 Jules Delarbre, La Légion d’Honneur. Histoire, organisation, administration, Paris, Baudoin, 1887.
  • 11 Joseph Durieux, Étude sur l’action disciplinaire de la Légion d’Honneur, Paris, Rousseau, 1900 ; E (...)
  • 12 « Décorations », Auguste Grandin, Bibliographie générale des sciences juridiques..., t. 1, Paris, (...)

3Mais les propos célèbres de Bonaparte tenus devant le Conseil d’État envisage une seconde approche, plus politique et plus problématique, concevant l’insigne honorifique comme une « technique de gouvernement » et un moyen d’exacerber un sentiment révolutionnaire, celui de l’honneur. L’histoire de l’ordre, institué par le Premier Consul en 1802, témoigne particulièrement de l’évolution de ce second courant historiographique. Elle a d’abord donné lieu à des travaux institutionnels, s’efforçant de fournir des manuels et des codes réglementaires jusqu’au milieu du xixe siècle puis des annuaires biographiques et des travaux proprement historiques8. Rénovée et largement exploitée par les autorités du Second Empire, cet art de gouvernement va, à son tour, recevoir les faveurs des républicains dans l’installation du nouveau régime, suscitant l’apologie des gloires de la nation9. Avec la Troisième République, s’opère un processus de rationalisation de l’ordre. Des travaux de science juridique viennent témoigner de cet effort institutionnel à la fin du xixe siècle10. Des thèses de droit sont soutenues sur des points particuliers de l’administration de l’ordre11.La Légion d’honneur devient même un « objet de droit public » à part entièrel12.

  • 13 Louis Soulajon, Les Cohortes de la Légion d’Honneur (1802-1809). Législation, monographies, Paris, (...)
  • 14 Alphonse Aulard, « Le centenaire de la Légion d’Honneur », Revue de Paris, 1er juin 1902, p. 539-5 (...)
  • 15 Jacques Godechot, Les Institutions de la France sous la Révolution et l’Empire, Paris, PUF, 1951, (...)
  • 16 Jean Tulard, Napoléon et la noblesse d’Empire, Paris, Tallandier, 1979, p. 33 ; Natalie Petiteau, (...)
  • 17 Robert A. Nye, Masculinity and Male Codes of Honor in Modem France, Oxford, Oxford University Pres (...)
  • 18 Olivier Ihl, « La vertu » et « Honorer », Vincent Duclert et Christophe Prochasson (dir.), Diction (...)
  • 19 Maurice Agulhon, Marianne au combat, l’imagerie et la symbolique républicaine de 1789 à 1880, Pari (...)

4Quant aux travaux d’histoire, ils passionnent les érudits mais également les universitaires. Chez les premiers, des études précises sont menées sur l’histoire de l’ordre comme celle qui a été élaborée par un fonctionnaire de la Grande Chancellerie, Louis Soulajon, rappelant combien l’usage de la Légion d’honneur relève explicitement de l’art gouvernemental13. Chez les seconds, certains universitaires profitent des célébrations du centenaire de la fondation de l’ordre pour reconsidérer la place de cette institution dans l’historiographie nationale. Ainsi, pour le tenant de la chaire d’histoire de la Révolution française à la Sorbonne, le radical Alphonse Aulard, il convient de mettre l’accent sur le modèle méritocratique issu de l’idéal révolutionnaire qui anime ici l’œuvre de Bonaparte mais aussi de célébrer la vertu de l’honneur qui la fonde14. Dans les années cinquante, pour les historiens de la Révolution comme Jacques Godechot, Georges Lefebvre, Félix Ponteil et André Fugier, la création de l’ordre a été interprétée comme la marque officielle d’un régime autoritaire15. Aujourd’hui, profondément renouvelée, l’historiographie française de l’Empire apparaît comme beaucoup moins sévère, envisageant la Légion d’honneur moins sous l’angle d’un acte autoritaire qu’une pratique honorifique venant récompenser le service de l’Etat et de la nation puis fonder un nouveau corps d’élites16. Parallèlement, une autre école historiographique, proche d’une histoire culturelle et d’une anthropologie historique, estime avec Alain Corbin que les distinctions constituent un moyen d’exacerber le sentiment de l’honneur, d’essence masculine et militaire de surcroît, et de fabriquer une nouvelle figure au xixe siècle, celle du héros17. Ainsi, le « processus d’héroïsation » permet d’exalter non plus un lignage mais un individu. L’honneur devient donc une vertu qui n’a pas disparu avec la Révolution et la République18. Dans le sillage de Lucien Febvre, Maurice Agulhon a souligné avec force combien les symboles de la culture républicaine exaltaient la figure du héros et attisaient le sens de l’honneur19. Ce mécanisme conduit à la fabrication de nouvelles figures citoyennes exemplaires, dignes de celle du héros antique. Il s’entend d’ailleurs comme une étape de la laïcisation et de la sécularisation de la société française visant à fabriquer des « saints laïques ». Sur le modèle de la canonisation des saints de l’Église catholique, les régimes politiques issus de la France révolutionnaire usent alors de la même méthode pour ériger leurs nouveaux héros et multiplier les marques de distinction, suscitant même une véritable course à l’honneur au sein des élites françaises du xixe siècle.

  • 20 Olivier Ihl, « Honorer », art. cit., p. 1060 ; Frédéric Caille, « Les décorations », Vincent Ducle (...)
  • 21 William J. Goode, The Celebration of Heroes. Prestige as a Social Control System, Berkeley, Univer (...)
  • 22 Norbert Elias, La Société de cour, Paris, Calmann-Lévy, 1974.
  • 23 Olivier Ihl, « Une déférence d’Etat. La république des titres et des honneurs », Communications, « (...)
  • 24 Sudhir Hazareesingh, « Une déférence d’État. Les médaillés de Sainte-Hélène sous le Second Empire  (...)
  • 25 Olivier Ihl (dir.), « Démocratiser les honneurs », Genèses, no 55, juin 2004 ; Olivier Ihl, Le Mér (...)
  • 26 Claude Rivière, Les Liturgies politiques, Paris, PUF, 1988. Sur la création de décorations populai (...)

5Plus que jamais, le recours aux décorations constitue une « technique de gouvernement » et un « média de l’invisible20 ». C’est en particulier sous cet angle que des travaux de sociologues et de politistes ont permis de renouveler l’historiographie. Certains auteurs, proches du modèle foucaldien, ont considéré l’usage des distinctions honorifiques comme une entreprise de domination et de contrôle social21. D’autres, comme Norbert Elias, l’ont interprété sous l’angle d’une sophistication des « techniques de gouvernement » qui prolonge le mouvement de la « curialisation » des élites22. Plus récemment, les politistes ont mis l’accent sur la constitution d’une véritable « science des honneurs » dans l’Europe de la fin du xviiie siècle au sein de laquelle les médailles et les décorations figureraient comme des instruments efficaces et peu coûteux23. Les régimes impériaux successifs useront d’ailleurs largement de ces techniques pour développer une science de gouvernement adaptée à leurs objectifs de grandeur et de faste. Le Second Empire ne sera pas en reste du Premier24. De là, d’innombrables « marques de considération » vont être attribuées parmi lesquelles une pléiade de médailles et de décorations ayant pour fonction d’honorer le citoyen modèle et de susciter l’émulation. Le régime républicain aura encore davantage recours à cette technique puisque la Troisième République ne créera pas moins d’une quarantaine de croix et d’insignes. Désormais, l’État devient le seul dispensateur des honneurs. En conséquence, il va rationaliser leur usage, procéder à leur bureaucratisation et à leur mise en administration, enfin permettre leur démocratisation25. Poursuivant les intentions de Napoléon III, la républicanisation de la société française va s’employer à poursuivre ce processus de démocratisation des honneurs en ouvrant largement l’accès aux distinctions honorifiques et en créant de nouveaux rituels dans les liturgies politiques26.

  • 27 Anne De Chefdebien et Bertrand Galimard Flavigny, La Légion d’Honneur. Un ordre au service de la n (...)
  • 28 Frédéric Caille, « Les distinctions honorifiques comme modalité de l’action publique : esquisse d’ (...)

6En dehors de cette veine historiographique féconde, portant sur les « sciences de gouvernement », largement issue de la réflexion socio-historique, le bicentenaire de la Légion d’honneur a permis de susciter depuis 2002 des ouvrages grand public et de vulgarisation ainsi que des colloques plus officiels et universitaires permettant de fournir un état du savoir historique sur la question27. Par conséquent, l’édition de tels ouvrages auxquels s’ajoute la création en 2000 d’une revue européenne des ordres et des décorations, témoigne de la volonté de renouveler les pistes de réflexion sur un champ qui semblait volontiers suranné et désuet. Désormais, il semble possible d’envisager, avec une valeur heuristique féconde, une véritable histoire de la « fabrique de l’honneur », qu’il s’agisse d’une histoire sociale des populations honorées par une médaille ou une décoration ou d’une sociohistoire des « techniques de gouvernement » appelées à gérer et administrer les distinctions honorifiques28.

7À l’heure où le débat public et intellectuel s’interroge sur le devenir des valeurs de la République, l’occasion était peut-être opportune d’engager, au sein de la communauté historienne au sens large, une réflexion d’envergure sur ce qui a fondé le succès des médailles et des décorations dans la France impériale et républicaine, rejoignant par là une histoire plus globale des valeurs et des conceptions qui ont été fabriqué par des régimes politiques et des sociétés post-révolutionnaires. Par conséquenr, ce livre résulte d’une journée d’étude qui a eu pour vocation initiale de proposer une rencontre entre historiens, juristes et politistes, visant à intégrer dans la réflexion universitaire et scientifique l’usage des distinctions honorifiques et la gestion des honneurs. Deux unités de recherches du CNRS ont été associées à cette initiative, le Laboratoire de Recherches Historiques Rhône-Alpes (LARHRA-UMR 5190) et l’UMR TRIANGLE (5206), avec le concours de l’École Normale Supérieure Lettres et Sciences Humaines de Lyon. Résolument modeste dans ses ambitions, cet ouvrage s’attache uniquement au cadre de la France contemporaine, partant de la recomposition de l’usage des honneurs sous l’ère révolutionnaire et impériale jusqu’au temps de la réforme gaullienne des récompenses honorifiques. Il n’a pas pour ambition de passer en revue toutes les distinctions qui ont été créées par les régimes politiques successifs des xixe et xxe siècles. En se focalisant davantage sur des approches problématiques et des études de cas, il a surtout pour finalité de proposer un état de la réflexion scientifique en cours sur un objet d’histoire qui n’a pas encore totalement gagné ses lettres de noblesse dans le champ universitaire.

8Dans une première partie, l’ouvrage s’attache à considérer la mise en œuvre des nouvelles techniques de gouvernement que sont les décorations par des régimes et des institutions politiques qui ont marqué la France au xixe siècle. Partant de la création de l’Ordre de la Légion d’honneur, Natalie Petiteau se propose d’analyser les fondements normatifs et doctrinaux qui préside à la nouvelle distinction imaginée par le Premier Consul tandis que Jacques-Olivier Boudon s’emploie à repérer l’usage politique qui en est fait en décorant l’ensemble du corps épiscopal sous l’Empire. Jacqueline Lalouette aborde, elle, le cas particulier de villes bourguignonnes récompensées de la Légion d’honneur pour fait d’armes. Pour le milieu du siècle, Stéphane Gerson étudie la mise en œuvre d’une politique de l’honneur et de la distinction par le Comité des travaux historiques au profit des élites savantes de province. De son côté, Sudhir Hazareesingh suggère une analyse des vétérans napoléoniens sous le Second Empire, notamment des discours, des représentations et des pratiques d’honneur qui prirent corps autour d’eux. Autre institution d’envergure à avoir recours à la science des honneurs, l’Église catholique romaine s’efforce de fabriquer ses serviteurs par le recours à son propre système de décorations. Bruno Dumons évoque ici les efforts déployés par le Saint-Siège pour romaniser les élites catholiques des nations européennes, en particulier françaises, en usant du ruban et du métal malgré les dangers de la corruption. L’armée a, elle aussi, été une institution au sein de laquelle l’usage de la décoration a beaucoup servi pour exalter le sentiment de l’honneur. Xavier Boniface examine à ce propos les différentes techniques visant à décorer les militaires.

9La seconde partie du livre s’attache principalement au siècle suivant et à l’emploi républicain de ce mode de gouvernement. En effet, la République a parfaitement intégré le management honorifique dans son art de gouverner, rationalisant son emploi et contrôlant ses dysfonctionnements. Ici, Pierre Lascoumes et Frédéric Audren apportent un regard neuf sur les dérives possibles en éclairant le volet judiciaire du scandale des décorations qui agite la France d’octobre 1887 au milieu de l’année 1888, mettant notamment en cause le plus haut personnage de l’État, le président de la République. De son côté, Marianne Thivend privilégie une approche « par le bas » de cette fabrique de l’honneur, en s’attardant sur les instituteurs et institutrices décoré(e)s des palmes académiques dans le Rhône sous la Troisième République. Autre pilier fondateur de la société républicaine, la politique sociale mobilise de multiples acteurs qu’il est nécessaire de soutenir et d’encourager par la manne honorifique. Michel Dreyfus évoque à ce propos les médailles accordées aux responsables et aux notables bienfaiteurs de la mutualité. Olivier Vernier aborde ici le cas des décorations de la protection sociale qui, entre 1886 et 1939, ont été décernées par la République en vue de fabriquer un « honneur social ». Sophie Chauveau présente de manière inédite les récompenses liées au don du sang. Olivier Ihl achève ce tour d’horizon en plongeant dans la contemporanéité récente, touchant particulièrement la communauté universitaire, avec une approche privilégiant une sociologie des distinctions scientifiques décernées par le CNRS lui-même. Pour conclure ce parcours, Frédéric Caille suggère une analyse sur les fonctions collectives et individuelles qu’ont pu remplir les décorations dans la nouvelle société républicaine.

  • 29 Lucien Febvre, Honneur et patrie, Paris, Perrin, 1996.

10À ce stade de la réflexion, ce livre en appelle d’autres, particulièrement à l’échelle européenne, dont l’objectif sera d’entreprendre une histoire sociale de l’honneur et une économie politique du mérite. En reprenant ce dossier, élargi à d’autres nations de l’Europe des Lumières et des Révolutions comme la Prusse et l’Italie du Risorgimento, il conviendrait de poursuivre le projet conçu par Lucien Febvre entre 1945 et 1947 lorsque l’historien des Annales envisageait une approche historique du sentiment de l’honneur sur ce qui fonde l’idée de la nation et du gouvernement des hommes29. Ce chantier, interdisciplinaire par excellence, semble à toute l’équipe de chercheurs qui a collaboré à ce livre un de ceux parmi les plus féconds pour mener une compréhension sur la transformation des valeurs qui est opérée au sein de nos sociétés contemporaines.

Notes

1 Arthur Daguin, Les Décorations françaises et des protectorats, Paris, Guyot, 1901 ; Jules Martin, Les Décorations françaises, Paris, Floury, 1912.

2 Henri Leduc, Histoire des décorations en France. Origine historique et description des ordres, croix, médailles et insignes antérieurs et postérieurs à la Révolution, Le Mans, Massiète, 1889 ; André Damien, Le Grand livre des ordres de chevalerie et des décorations, Paris, Solar, 1991.

3 Laurence Wodey, Guide de recherche en histoire de la Légion d’Honneur, Paris, Musée national de la Légion d’honneur, 2002, p. 394-401.

4 Louis Bonneville de Marsangy, La Légion d’Honneur (1802-1900), Paris, Laurens, 1900 ; Catalogue de l’exposition rétrospective « La Légion d’honneur et les décorations françaises », Paris, Mendel, 1911.

5 Claude Ducourtial, Ordres et décorations, Paris, PUF, 1957.

6 Robert Anchel et Pierre-François Caille, Histoire des décorations françaises contemporaines, Paris, Javal et Bourdeaux, 1933 ; Louis Cotte-Gaudin, Les Distinctions honorifiques, Aubagne, Imprimerie Nouvelle, 1949 ; André Souyris-Rolland, Guide des ordres et médailles militaires françaises et étrangères (1814-1963), Paris, Public-Réalisations, 1979 ; André Souyris-Rolland, Guide des ordres civils, des médailles d’honneur et des médailles de sociétés, Paris, Préal-Supcam, 1979.

7 Les Décorations françaises, Paris, Trésors du Patrimoine, 2002 ; Anne de Chefdebien et Laurence Wodey (coord.), Ordres et décorations en France, Paris, Musée national de la Légion d’honneur et des ordres de chevalerie, 2006. Parmi les revues spécialisées, signalons La Phalère, fondée en 2000, par la Société d’histoire des ordres et des décorations.

8 Otto Lorenz, Catalogue général de la librairie française depuis 1840, table (1840-1875), Paris, Lorenz, 1879, p. 661. Pour le premier annuaire des décorés : A. Lievens, J.-M. Verdot, Pierre Begat, Les Fastes de la Légion d’Honneur. Biographies de tous les décorés accompagnées de l’histoire législative et réglementaire de l’ordre, 5 vol., Paris, Bureaux de l’administration, 1842-1847. Parmi les ouvrages à tonalité historique : Charles Saint-Maurice, Histoire de la Légion d’Honneur, Paris, Denain, 1833 ; Alexandre Mazas, Mémoires pour servir à l’histoire de la France de 1802 à 1815 : La Légion d’Honneur, son institution, sa splendeur, ses curiosités, Paris, Dentu, 1854. Pour une présentation des annuaires et des dictionnaires biographiques : Laurence Wodey, Guide de recherche en histoire de la Légion d’Honneur, op. cit., p. 390-393.

9 Parmi les œuvres d’apologétique faisant aussi office d’annuaire biographique : Théophile de Lamathière, Panthéon de la Légion d’Honneur, 25 vol., Paris, Dentu, 1875-1912.

10 Jules Delarbre, La Légion d’Honneur. Histoire, organisation, administration, Paris, Baudoin, 1887.

11 Joseph Durieux, Étude sur l’action disciplinaire de la Légion d’Honneur, Paris, Rousseau, 1900 ; Edwards Ragon, La Légion d’Honneur. Législation et contentieux, Paris, Rousseau, 1900 ; Félix Antoine, Étude historique et juridique des traitements de la Légion d’Honneur et de la Médaille Militaire, Paris, Rousseau, 1901.

12 « Décorations », Auguste Grandin, Bibliographie générale des sciences juridiques..., t. 1, Paris, Sirey, 1926, p. 702-703.

13 Louis Soulajon, Les Cohortes de la Légion d’Honneur (1802-1809). Législation, monographies, Paris, Baudouin, 1890, p. 27.

14 Alphonse Aulard, « Le centenaire de la Légion d’Honneur », Revue de Paris, 1er juin 1902, p. 539-566 (repris dans Études et leçons sur la Révolution française, Paris, Alcan, 1904, p. 261-302).

15 Jacques Godechot, Les Institutions de la France sous la Révolution et l’Empire, Paris, PUF, 1951, p. 594 ; Georges Lefebvre, Napoléon, Paris, PUF, 1954, p. 61-63 et 134 ; Félix Ponteil, Napoléon Ier et l’organisation autoritaire de la France, Paris, Colin, 1956, p. 117 ; André Fugier, » La signification politique et sociale des décorations napoléoniennes », Cahiers d’Histoire, 1959, p. 339-346.

16 Jean Tulard, Napoléon et la noblesse d’Empire, Paris, Tallandier, 1979, p. 33 ; Natalie Petiteau, Élites et mobilités. La noblesse d’Empire au xixe siècle (1808-1914), Paris, La Boutique de l’Histoire, 1997, p. 32-33 ; François Furet, La Révolution (1770-1880), Paris, Hachette, 1998, p. 240 ; Jacques-Olivier Boudon, Histoire du Consulat et de l’Empire, Paris, Perrin, 2003, p. 136 ; Natalie Petiteau, « De l’histoire de Napoléon 1er à l’histoire du Premier Empire », Natalie Petiteau (dir.), Voies nouvelles pour l’histoire du Premier Empire, Paris, La Boutique de l’Histoire, 2003, p. 20.

17 Robert A. Nye, Masculinity and Male Codes of Honor in Modem France, Oxford, Oxford University Press, 1993 ; William M. Reddy, The Invisible Code. Honor and Sentiment in Postrevolutionary France (1814-1848), Berkeley, University of California Press, 1997 ; Alain Corbin, Histoire du sensible. Entretiens avec Gilles Heuré, Paris, La Découverte, 2000, p. 148-149.

18 Olivier Ihl, « La vertu » et « Honorer », Vincent Duclert et Christophe Prochasson (dir.), Dictionnaire critique de la République, Paris, Flammarion, 2002, p. 283-288 et 1058-1063.

19 Maurice Agulhon, Marianne au combat, l’imagerie et la symbolique républicaine de 1789 à 1880, Paris, Flammarion, 1979 ; Maurice Agulhon, Marianne au pouvoir, l’imagerie et la symbolique républicaine de 1880 à 1914, Paris, Flammarion, 1989 ; Maurice Agulhon (dir.), Cultures et folklores républicains, Paris, CTHS, 1995.

20 Olivier Ihl, « Honorer », art. cit., p. 1060 ; Frédéric Caille, « Les décorations », Vincent Duclert et Christophe Prochasson (dir.), Dictionnaire critique de la République, op. cit., p. 824.

21 William J. Goode, The Celebration of Heroes. Prestige as a Social Control System, Berkeley, University of California Press, 1978.

22 Norbert Elias, La Société de cour, Paris, Calmann-Lévy, 1974.

23 Olivier Ihl, « Une déférence d’Etat. La république des titres et des honneurs », Communications, « La déférence », no 69, 2000, p. 115-137 ; Olivier Ihl, « Gouverner par les honneurs. Distinctions honorifiques et économie politique dans l’Europe du début du xixe siècle », Genèses, no 55, juin 2004, p. 4-26.

24 Sudhir Hazareesingh, « Une déférence d’État. Les médaillés de Sainte-Hélène sous le Second Empire », Genèses, n" 55, juin 2004, p. 27-40 ; Sudhir Hazareesingh, La Légende de Napoléon, Paris Tallandier, 2006, p. 295 et suiv. ; Sudhir Hazareesingh, La Saint-Napoléon. Quand le 14 juillet se fêtait le 15 août, Paris, Tallandier, 2007, p. 99-124.

25 Olivier Ihl (dir.), « Démocratiser les honneurs », Genèses, no 55, juin 2004 ; Olivier Ihl, Le Mérite et la République. Essai sur la société des émules, Paris, Gallimard, 2007.

26 Claude Rivière, Les Liturgies politiques, Paris, PUF, 1988. Sur la création de décorations populaires : Bruno Dumons et Gilles Pollet, « Une distinction républicaine : les médailles du travail au tournant des xixe et xxe siècles. Éclairage sur le modèle républicain de la citoyenneté », Maurice Agulhon (dir.), Cultures et folklores républicains, op. cit., p. 69-81 ; Frédéric Caille, La Figure du sauveteur. Naissance du citoyen secoureur en France (1780-1914), Rennes, PUR, 2006.

27 Anne De Chefdebien et Bertrand Galimard Flavigny, La Légion d’Honneur. Un ordre au service de la nation, Paris, Gallimard, 2002 ; Pierre Miquel, Deux siècles de Légion d’Honneur, Paris, Acropole, 2002 ; Jean Tulard, François Monnier et Olivier Echappe (dir.), La Légion d’Honneur. Deux siècles d’histoire, Paris, Perrin, 2004 ; Xavier Boniface (dir.), « Du sentiment de l’honneur à la Légion d’Honneur », La Phalère, no 5, 2005 ; Olivier Ihl, « Les rubans du passé. Sur le bicentenaire de la Légion d’honneur », Claire Andrieu, Marie-Claire Lavabre, Danielle Tartakowsky (dir.), Politiques du passé. Usages politiques du passé dans la France contemporaine, Aix-en-Provence, PUP, 2006, p. 147-158.

28 Frédéric Caille, « Les distinctions honorifiques comme modalité de l’action publique : esquisse d’une sociographie des médaillés du dévouement courageux (1851-1896) », Martine Kaluszynski et Sophie Wahnich (dir.), L’État contre la politique ? Les expressions historiques de l’étatisation, Paris, L’Harmattan, 1998, p. 243-264 ; Gaëlle Charcosset, « La distinction aux champs. Les décorés du Mérite Agricole (Rhône, 1883-1939) », Rumlia, 2002, no 10-11, p. 93-119 ; Sudhir Hazareesingh, « La légende napoléonienne sous le Second Empire : les médaillés de Sainte-Hélène et la fête du 15 août », Revue Historique, juillet 2003, p. 543-566 ; Natalie Petiteau, Lendemains d’Empire. Les soldats de Napoléon dans la France du xixe siècle, Paris, La Boutique de l’Histoire, 2003 ; Bruno Dumons, « Au service de l’État. Des élites genevoises décorées de la Légion d’Honneur (1802-1813) », Liliane Mottu-Weber et Joëlle Droux (éd.), Genève Française (1798-1813). Nouvelles approches, Genève, SHAG, 2004, p. 289-309.

29 Lucien Febvre, Honneur et patrie, Paris, Perrin, 1996.

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540