Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Raymond Aron et l’Europe

 | 
Joël Mouric

Troisième partie. L’Europe au-delà de la politique de puissance, 1955-1983

Chapitre XII. La défense de l’Europe décadente, 1976-1983

Texte intégral

  • 1 Raymond Aron, Plaidoyer pour l’Europe décadente, Paris, Robert Laffont, 1977, 511 p.
  • 2 Nicolas Baverez, Raymond Aron, p. 433-434.
  • 3 Pierre Bourdieu, Homo academicus, Paris, éditions de Minuit, 1984, 317 p. Voyez p. 277, note.
  • 4 Op. cit., p. 284.

1Plaidoyer pour l’Europe décadente1 : le titre paradoxal du livre fit en partie sa fortune. On sait que l’auteur n’y voyait qu’une œuvre mineure, et une sorte de divertissement après la composition de Penser la guerre. Nicolas Baverez, dans Raymond Aron, un moraliste au temps des idéologies, consacre assez peu de place au Plaidoyer, qui reprenait les analyses antérieures du sociologue : la critique idéologique dans la première partie – « L’Europe mystifiée par le marxisme-léninisme » –, les analyses économiques dans la deuxième – « L’Europe inconsciente de sa propre supériorité » –, celui de l’autocritique dans la troisième, « L’Europe victime d’elle-même ». Celle-ci s’inscrivait dans la perspective de l’essai De la décadence, dans Espoir et peur du siècle. Le Plaidoyer, conclut Nicolas Baverez, « ne développait donc pas de thèmes nouveaux2 ». Pourtant, il s’imposa très vite comme un des grands succès de son auteur. Pierre Bourdieu, dans Homo academicus3, publié l’année qui suivit la mort de Raymond Aron, cite le Plaidoyer comme exemple de « best-seller imprévu ». Pourtant, cette reconnaissance du succès rencontré par le Plaidoyer servait de point de départ à une attaque en règle. Pierre Bourdieu ne pardonnait pas à Raymond Aron d’avoir écrit L’Opium des intellectuels4. Il lui reprochait d’avoir acquis, par la pratique conjuguée du journalisme et des travaux universitaires, une position de supériorité dans le champ intellectuel, d’autant moins supportable qu’Aron était à droite et démontrait qu’une autre sociologie que la sociologie de gauche était possible.

2L’Opium des intellectuels, publié en 1955, correspondait en fait à la fin de la première phase de la guerre froide. Il portait la marque de l’exclusion dont Raymond Aron avait été l’objet de la part de son milieu, celui des intellectuels, en raison de son engagement atlantique. Avec le Plaidoyer pour l’Europe décadente, vingt et un ans plus tard, Aron entrait dans la dernière phase de sa carrière : après la consécration universitaire qu’était son élection au Collège de France, il obtenait celle du public, au-delà de son lectorat habituel. Déjà, de 1968 à 1972, il avait tenu une chronique régulière sur Europe 1 : « Le Point de vue de Raymond Aron. » Son départ du Figaro en 1977, à la suite de ses démêlés avec le nouveau propriétaire du journal, Robert Hersant, le conduisit vers de nouvelles tribunes. Sur le plan national, ce fut l’hebdomadaire L’Express, mais il écrivit aussi régulièrement, via l’agence Harmonia Mundi, pour des titres de la presse régionale : Le Midi Libre, Les Dernières Nouvelles d’Alsace, et Le Progrès de Lyon.

  • 5 « Y a-t-il encore des maîtres à penser ? Des Gide, des Camus, des Sartre », Lire, no 68, avril 198 (...)
  • 6 Voyez Radioscopie, du 1er octobre 1976 : « On n’écrit guère de roman […], disait-il à Jacques Chan (...)
  • 7 Voyez, par exemple, l’émission Apostrophes du 23 septembre 1983 : « Le XXe siècle de Raymond Aron. (...)

3L’auteur d’Homo academicus rappelle que Raymond Aron était en deuxième position du « hit-parade des intellectuels » établi par le magazine Lire en avril 19815. Alors qu’il avait auparavant bravé l’impopularité, Raymond Aron connut, dans la dernière période de sa vie, une authentique popularité. Dans la posture du sage, du témoin de l’histoire, il est devenu alors une sorte d’institution nationale. C’est aussi le moment de l’autobiographie, où l’auteur, qui répugnait jusque-là, par pudeur, à être pleinement homme de Lettres6, entreprend, dans un premier temps par les entretiens du Spectateur engagé, de façonner sa propre légende. La publication des Mémoires fut une apothéose7.

  • 8 Gaston Fessard, France, prends garde de perdre ta liberté, Paris, Presses de Témoignage chrétien, (...)

4Le Plaidoyer a été l’une des premières étapes de cette consécration. Il répondait aux interrogations des sociétés occidentales confrontées à la crise économique, mais aussi au sentiment plus ou moins diffus d’une crise de civilisation, thème que Raymond Aron avait abordé dans la conférence du 28 avril 1975 à Bruxelles. L’un des titres envisagés avait été Plaidoyer pour l’Europe libérale. Une autre possibilité, inspirée de Gaston Fessard, aurait été Europe, prends garde de perdre ta liberté8. Dans l’un et l’autre cas, il s’agissait d’une défense de la démocratie libérale d’Europe occidentale contre le modèle imposé à l’autre Europe. L’enjeu principal du livre était le modèle occidental de liberté politique et le devenir des vertus civiques dans les sociétés industrielles libérales.

  • 9 Jean-Marie Benoist, Pavane pour une Europe défunte, Paris, Denoël-Gonthier, 1976, 247 p.
  • 10 Ibid., p. 452.

5Il peut paraître à première vue curieux que la construction européenne tienne une place limitée dans le seul livre d’Aron explicitement consacré à l’Europe, alors que la crise économique suscitait des interrogations sur la solidarité des Neuf, et que l’évolution politique en Europe méridionale posait la question de l’élargissement de la CEE. Ces questions ne sont pas absentes du livre, mais elles y sont subordonnées à l’idée principale de la liberté politique. Raymond Aron a répété dans le Plaidoyer ce qu’il avait dit le 17 juin 1939 à la Société Française de Philosophie : la liberté politique lui semblait indissociable de la liberté économique. Ainsi le Plaidoyer exécute-t-il le livre de Jean-Marie Benoist, Pavane pour une Europe défunte9, dans lequel le « Nouveau philosophe » avait dissocié les deux formes de libéralisme. « J’ai horreur, écrivait Aron, de cette littérature pseudo-politique qui, sous couleur de lutter contre l’abaissement de la France et de l’Europe, m’en paraît l’expression10. »

  • 11 Ibid., p. 481.
  • 12 Plaidoyer, p. 403.

6Par ailleurs, ses positions résolument libérales en matière économique l’amenaient à s’opposer aux expériences de gauche en Europe occidentale. Celles-ci, affirmait-il, n’apporteraient pas de solution à la crise économique11. Depuis 1945, la Grande-Bretagne constituait une exception au regard de la réussite économique de l’Europe occidentale. La décadence anglaise attristait Aron, qui l’attribuait au socialisme12. Ses positions se comprennent en fonction du contexte politique français, avec la signature du programme commun de la gauche le 26 juin 1972, et l’éventualité d’une victoire de l’Union de la gauche aux élections législatives de 1978. Celle-ci aurait amené au gouvernement des ministres communistes, et la même chose pouvait arriver en Italie à la suite du compromis historique proposé par Enrico Berlinguer le 28 septembre 1973.

  • 13 Ibid., p. 201.
  • 14 Ibid., p. 353 sq.
  • 15 Raymond Aron, Essai sur les libertés, Paris, Hachette, Pluriel, 1998, 251 p. (première édition Cal (...)
  • 16 Raymond Aron, Plaidoyer, p. 481.

7Dans le cas du Royaume-Uni, l’adhésion au Marché commun n’avait pas apporté d’amélioration immédiate. La Grande-Bretagne devrait choisir entre le retour à l’économie de marché et un travaillisme rénové et renforcé, dont Aron doutait qu’il pût préserver la tradition politique libérale13. The Economist évoquait le 3 juillet 1976 le départ des banques étrangères chassées de Londres par la crise de la livre sterling et les incertitudes politiques. Que même le rang mondial de Londres comme place financière pût être remis en question étonnait Aron. Pouvait-on parler d’autodestruction des démocraties libérales14 ? Dans L’Essai sur les libertés15, en 1965, Raymond Aron avait marqué ses distances vis-à-vis des thèses que Friedrich von Hayek avait défendues en 1944 dans The Road to serfdom. Onze ans plus tard, le déclin britannique le ramenait pourtant au livre de Hayek : « Le socialisme signifie et ne peut signifier que la décadence irrémédiable ou le chemin de la servitude16. »

  • 17 Raymond Aron, « De la libéralisation », in Penser dans le temps, Mélanges offerts à Jeanne Hersch.
  • 18 Op. cit., p. 192.
  • 19 Ibid., p. 194.

8Aron voyait pourtant dans les événements d’Espagne, mais aussi de Tchécoslovaquie, l’expression d’une poussée irrésistible vers la libéralisation. Face à Ernest Gellner, qui voyait dans la Révolution française le moteur de la libéralisation17, Aron objectait que celle-là avait résulté de l’échec de celle-ci. On avait dû attendre la fin du XIXe siècle, pour que le mythe révolutionnaire s’imposât18. Raymond Aron évoquait Edmund Burke, et rappelait qu’en Angleterre, la monarchie avait été le cadre traditionnel, dans lequel on avait progressivement introduit les procédures de la démocratie, tout en consolidant les droits des personnes. À l’origine, le mythe de la révolution n’était donc pas commun à toute l’Europe. De plus, la révolution russe et l’idéologie marxiste-léniniste avaient donné un tout autre contenu au mythe révolutionnaire. Appliquée à la situation de l’Europe des années 70, l’idée directrice d’Ernest Gellner devait donc être corrigée : Raymond Aron considérait que la libéralisation était le fait des « Européens de l’Ouest », en Grèce, au Portugal et en Espagne19. Il ne pensait pas qu’on pût parler de libéralisation en Europe de l’Est.

  • 20 Ibid., p. 198.

9Le retour sur l’histoire européenne enseignait donc que libéralisme et démocratie étaient au départ des notions bien distinctes, distinction brouillée par la suite du fait que le terme « libéral » avait pris outre-Atlantique le sens de « progressiste », alors qu’il signifiait de plus en plus souvent « conservateur » en Europe. De plus, comme presque tous les régimes de la fin du XXe siècle se présentaient comme des démocraties, l’usage de ce terme posait également problème. Aron n’hésitait pas à rappeler les déclarations de Soljénitsyne à des journalistes espagnols. L’écrivain russe leur avait dit que « même sous Franco, ils n’avaient pas besoin d’autorisation pour se rendre d’une ville à une autre, qu’ils sortaient librement de leur pays, qu’ils lisaient et achetaient les livres, même hostiles au franquisme ». Aron ajoutait : « Le régime de Brejnev supprimait plus de libertés concrètes que celui de Franco20. » Ainsi distinguait-il la situation de l’Europe du Sud de celle de l’Europe de l’Est où la libéralisation ne comportait pas la démocratisation, puisqu’elle se heurtait à l’obstacle de l’idéologie : « Comment sauver l’idéologie si l’on ouvre un libre débat ? Soljénitsyne s’accommode du parti pourvu qu’il n’oblige plus à mentir. Mais pourquoi les citoyens s’accommoderaient-ils du parti si celui-ci ne détenait pas la vérité ? »

10« De la libéralisation » s’achevait par un éloge de Constantin Caramanlis et de Juan Carlos, deux hommes d’État qui avaient restauré la démocratie dans leurs nations respectives. En 1976, le roi d’Espagne venait d’entamer le processus démocratique. La constitution espagnole ne fut ratifiée, par référendum, qu’en décembre 1978. Il existait donc une certaine incertitude sur l’avenir du régime espagnol. Raymond Aron prenait parti pour la monarchie constitutionnelle, estimant que Juan Carlos disposait d’une double légitimité, comme héritier naturel du trône et comme successeur désigné par le dictateur. Le suffrage universel permettrait au roi d’accomplir « sa tâche historique : réconcilier les deux Espagnes, celle qui gagna et celle qui perdit la guerre civile ».

  • 21 Raymond Aron, Plaidoyer, p. 470 sq.

11L’auteur du Plaidoyer pour l’Europe décadente ne niait cependant pas « l’existence de germes de libéralisation » à l’Est, « même en Union soviétique ». La Roumanie manifestait une certaine autonomie, elle avait par exemple maintenu des relations diplomatiques avec Israël. Mais le régime roumain restait l’un des plus durs du bloc soviétique. Inversement, la Hongrie de 1976 était « le plus libéral des pays socialistes », mais le gouvernement de János Kádár devait une fidélité irréprochable à l’URSS. Le cas extrême était celui de la RDA : « Fragment de l’Allemagne, condamné à une éternelle amitié avec le vainqueur d’hier, la RDA n’existe, en tant qu’État ou entité politique, que par son régime. Bon gré mal gré, elle se condamne elle-même à l’idéocratie pour exister autrement qu’à titre de zone d’occupation21. »

  • 22 Raymond Aron, Plaidoyer, p. 212-213.

12Comme d’autres auteurs des années 70, Raymond Aron constatait l’échec économique de l’URSS. Sa croissance était légèrement inférieure à celle des pays d’Europe occidentale. Mais certains chiffres étaient nettement moins bons : la productivité du capital tendait à baisser ; celle du travail augmentait selon les statistiques officielles, mais les visiteurs occidentaux en Union soviétique observaient que les usines achetées clés en main en Occident requéraient deux à trois fois plus de main-d’œuvre. Un des aspects les plus frappants était l’infériorité du niveau de vie soviétique en comparaison de la plupart des démocraties populaires. Parmi celles-ci, c’était la RDA qui atteignait les performances les plus élevées, parce que sa population était allemande et non grâce au communisme. Par opposition, Raymond Aron citait en exemple, l’efficacité de l’Europe occidentale22.

  • 23 Ibid., p. 180.
  • 24 Emmanuel Todd, La Chute finale, Paris, Robert Laffont, 1976, 323 p.
  • 25 Hélène Carrère d’Encausse, L’Empire éclaté. La révolte des nations en URSS, Paris, Flammarion, 197 (...)

13De même, Aron avait noté les difficultés importantes de l’agriculture soviétique. Il relevait que la production sur les lopins individuels atteignait 25 % à 30 % du total, signe de la médiocre productivité du système23. L’URSS, étant donné la faiblesse structurelle de son agriculture, dépendait des importations de céréales américaines. Mais le Plaidoyer n’allait pas aussi loin que d’autres études contemporaines sur la crise soviétique. Raymond Aron jugeait excessif le jugement d’Emmanuel Todd qui, dans son livre, « allègre et rafraîchissant24 », interprétait la médiocrité des performances comme le signe annonciateur de « l’effondrement du régime soviétique » ou de « la dissociation de la zone impériale ». Le Plaidoyer est également antérieur au livre d’Hélène Carrère d’Encausse, L’Empire éclaté, et ne contient pas d’analyse quant aux faiblesses internes de la fédération soviétique25.

  • 26 Raymond Aron, Plaidoyer, p. 478.
  • 27 Ibid., p. 479.

14Aron était surtout préoccupé par le renforcement de la puissance militaire soviétique. Il observait l’accession de l’URSS à la parité stratégique avec les États-Unis, sa supériorité conventionnelle, sans oublier le renforcement de sa puissance navale. Raymond Aron n’entrait pas dans les détails techniques ; il ne contestait pas non plus la supériorité de la technologie occidentale en matière de défense. Sa leçon était avant tout politique : les hommes du Kremlin restaient les ennemis de l’Europe occidentale26. De tels propos reprenaient la perspective qui venait d’être dressée par Alain Besançon dans son Précis de soviétologie qu’il avait préfacé : « Détente ou guerre froide, peu importe27. » À travers les différentes phases, l’URSS poursuivait le même but. L’Europe occidentale aurait-elle assez de vitalité pour résister ?

  • 28 Pierre-André Taguieff, « Origines et métamorphoses de la nouvelle droite », in Vingtième Siècle. R (...)
  • 29 Raymond Aron, « La Nouvelle droite », L’Express, 21 juillet 1979.

15Parce qu’il était un intellectuel libéral, Aron avait de l’Europe et du constat de crise de civilisation, une tout autre vision que celle de la Nouvelle droite d’Alain de Benoist et du GRECE, le Groupe de recherches et d’études sur la civilisation européenne, fondé en 196828. Dans L’Express, il reprochait à la Nouvelle droite ses a priori : autant il admettait que l’hérédité conditionne les aptitudes humaines, autant il jugeait absurde qu’on niât la part du milieu social29. Non seulement les idées, mais le style de la Nouvelle Droite l’irritaient. Face à Alain de Benoist, Raymond Aron se démarquait de la gauche, en refusant de jouer l’indignation vertueuse, mais il rappelait fermement « la tradition judéo-chrétienne » de l’Europe :

  • 30 Ibid., in De Giscard à Mitterrand, p. 663.

« La diversité des cultures est une réalité heureuse et féconde, source de richesses. Que cette diversité soit inscrite dans les gènes, que les cultures soient impénétrables et incompréhensibles les unes aux autres, aucune de ces deux affirmations ne figure dans l’acquis de la science. […]
De la tradition judéo-chrétienne, peut-être aussi de Socrate, nous tous, juifs et chrétiens, croyants et incroyants, nous avons appris, et nous ne voulons pas l’oublier, que chaque homme porte en lui l’entière condition, selon le mot de Montaigne. Respecter la condition humaine en l’autre, si humble que soit son état, si modeste que soit son QI, c’est l’impératif que contient le message des religions du salut. Violer cet impératif, c’est ouvrir la porte à la barbarie30. »

16Livre de contre-propagande, en ce qu’il dénonçait l’influence de la propagande soviétique en Europe occidentale, et notamment parmi les intellectuels, le Plaidoyer pour l’Europe décadente se voulait aussi réponse à une crise tout à la fois économique, politique et spirituelle. À côté de la crise économique, il existait ainsi une « crise de civilisation », qui se manifestait par « les invectives contre la répression dans une société avant tout permissive ». Raymond Aron annonçait deux raisons qu’il avait eues d’écrire ce livre. La première était de poursuivre son combat contre les idéologies totalitaires, mais il annonçait aussi une seconde raison qui, écrivait-il, « troublera peut-être plus encore le lecteur » :

  • 31 Ibid., p. 28.

« En marge de l’idéologie dominante, celle du progrès, une autre philosophie de l’histoire survit dans l’ombre, chargée d’opprobre, parfois maudite, celle qui dénonce les idoles modernes, annonciatrices de la décadence. Je ne songe pas à ceux qui, tels Spengler haïssent les civilisations des villes, l’égalité des individus, la démocratie, je songe à ceux qui, tels Pareto, aiment la liberté de l’esprit des personnes, mais jugent qu’au-delà d’un certain seuil, la liberté dissout les préjugés et les croyances, précipite l’effondrement de l’ordre existant et, du même coup, rend inévitable la montée d’une autre minorité dirigeante, moins sceptique et plus brutale31. »

  • 32 Raymond Aron, « La Sociologie de Pareto », Zeitschrift für Sozialforschung, 1937, VI, p. 489-521.
  • 33 Raymond Aron, Introduction à la philosophie de l’histoire ; voyez p. 413, dans l’édition Tel-Galli (...)
  • 34 Raymond Aron, « Structure sociale et structure de l’élite », in Raymond Aron, Les sociétés moderne (...)
  • 35 Voyez Joseph A. Schumpeter, Ten great economists, from Marx to Keynes, Oxford, 1951, 305 p.
  • 36 Vilfredo Pareto, Traité de sociologie générale, Genève, Droz, 1968, 1818 p., avec une préface de R (...)
  • 37 Les étapes de la pensée sociologique, p. 470.

17Aron avait lu Vilfredo Pareto pour la première fois dans les années 1930. Il avait alors détesté l’auteur du Traité de sociologie parce que ce dernier s’était compromis avec le fascisme32. Mais en 1938, dans sa thèse, il voyait en lui « un libéral déçu33 », ce qui indique qu’il ne le confondait plus avec le fascisme. Après la guerre, le traité de Pareto lui apparut comme une arme contre le communisme. Ainsi opposa-t-il Pareto à Marx dans les conférences qu’il donna en 1949 à la London School of Economics34. Alors que l’autorité de Pareto comme économiste était déjà établie35, Raymond Aron contribua à le faire reconnaître comme un grand sociologue, en lui consacrant un chapitre des Étapes de la pensée sociologique, entre Émile Durkheim et Max Weber. À partir d’une conception pessimiste de la nature humaine, Pareto, dans sa méthode « logico-expérimentale », distingue les résidus, c’est-à-dire les sentiments humains ou leur expression, et les dérivations qui sont des systèmes intellectuels de justification. L’homme est « un être déraisonnable et raisonneur ». Par sa rigueur intellectuelle, le système de Pareto constituait un point d’appui contre les prétentions scientifiques de l’idéologie marxiste. Cependant, la pensée de Pareto reprenait une dimension importante de la pensée de Machiavel : elle postulait le caractère immuable de la nature humaine. « Là, écrivait Aron, est l’origine du pessimisme de cet auteur. Si la gauche se définit par l’idée de progrès et la conviction qu’il est possible de transformer la nature humaine, Pareto est certainement de droite. » Lorsqu’il écrivit le Plaidoyer pour l’Europe décadente, Raymond Aron ne voyait donc plus Pareto comme un précurseur du fascisme, mais comme un libéral-conservateur. Quelques années plus tôt, Aron avait présenté son jugement dans la préface qu’il avait rédigée pour la réédition du Traité de sociologie générale36. Pareto voyait les sociétés européennes modernes s’orienter « vers des économies collectivistes37 ». Aron, qui ne concevait pas le maintien de la supériorité économique de l’Europe sans celui d’une certaine liberté d’entreprise était, sur ce plan-là aussi, d’accord avec Pareto, dont les critiques pouvaient facilement être appliquées aux modèles sociaux-démocrates.

  • 38 Pierre Bourdieu, Homo academicus, p. 283-284.
  • 39 Voyez Nicolas Baverez, Raymond Aron, p. 328-332, et Raymond Aron, Mémoires, p. 350.

18Les mêmes raisons qui rapprochaient Aron de Pareto l’opposèrent à Pierre Bourdieu. Dans Homo academicus, les reproches de celui-ci ne visaient pas seulement la confusion des genres entre le journalisme et l’Université, elles étaient aussi une attaque ad hominem38. Celle-ci prolongeait un conflit intellectuel, commencé en 1968, entre deux hommes auparavant proches, puisque Pierre Bourdieu avait été l’assistant de Raymond Aron lors de la fondation du Centre de sociologie européenne en 196139. Alors que Pierre Bourdieu abordait la politique à partir de la société, et donnait ainsi une nouvelle impulsion à une sociologie de gauche, dans laquelle les injustices sociales occupent une place centrale, l’approche aronienne, au contraire, partait des devoirs du citoyen, de l’homme du peuple ou du dirigeant, malgré tout concitoyens d’une même cité. Dans Penser la guerre, Clausewitz, Raymond Aron avait mis en cause les idées de Pierre Bourdieu, de manière incisive : jusqu’où pouvait-on aller dans la définition de la violence ? Si l’ensemble de l’ordre social tout entier s’identifiait à la violence, « il deviendrait impossible, dans cette hypothèse, de tenir la violence pour le caractère spécifique de la guerre ». Or, soulignait Aron, toute société suppose un minimum de contrainte. Par exemple, le fait de penser comme « violence symbolique » la relation pédagogique était, à ses yeux, abusif :

  • 40 Raymond Aron, Penser la guerre, II, p. 255-256.

« La généralisation du concept de violence symbolique à n’importe quelle action éducatrice ou pédagogique reproduit, en un vocabulaire différent, la démarche de Sartre dans la Critique de la Raison dialectique : toute socialisation devient aliénation […]
Si toute éducation est, par essence, violente, la discrimination entre violence et non-violence devient impossible40. »

  • 41 Raymond Aron, Histoire et dialectique de la violence, p. 117-129.

19Ainsi, Raymond Aron établissait une analogie entre la sociologie de Pierre Bourdieu et la philosophie de Sartre qu’il avait discutée dans Histoire et dialectique de la violence. Dans l’un et l’autre cas, il reprochait aux intellectuels de gauche une généralisation ou une dissolution du concept de violence, dans des proportions telles qu’une société non-violente devenait impensable. Dans Histoire et dialectique de la violence, Raymond Aron avait constaté que Sartre décrivait la société comme une sorte d’enfer41. Il n’est pas étonnant qu’il soit revenu sur la question dans le Clausewitz : pour lui, la politique n’était pas une guerre. Par comparaison, Pareto, qui s’était compromis avec le fascisme, lui apparaissait en dernier ressort comme un modéré sur le plan politique. Aron découvrait avec indignation une apologie de la violence dans la Critique de la raison dialectique :

  • 42 Op. cit., p. 129.

« Si l’humanité commence avec la révolte et la fraternité-terreur, elle commence aussi avec la violence. Un philosophe fasciste souscrirait aisément à cette thèse du commencement de l’humanité42. »

  • 43 Raymond Aron, Plaidoyer, p. 434-435.

20Dans le Plaidoyer, Raymond Aron tirait les conséquences de cette situation pour l’enseignement. Si, jusque-là, « l’autorité traditionnelle maintenait l’organisation, même si le maître ne possédait pas les qualités nécessaires », dans la nouvelle situation, au contraire, « les maîtres doivent gagner leurs élèves, les intéresser ou les convaincre, par leur ascendant, par leur personnalité. En bref ils doivent posséder quelques-unes des qualités des chefs charismatiques, à l’intérieur d’un système fondé sur le savoir, donc sur le commandement rationnel43 ».

  • 44 Raymond Aron, « La Liberté, libérale ou libertaire ? », in Keba M’Baye (éd.), La Liberté et l’ordr (...)

21Dès 1969, Raymond Aron avait décrit comme un phénomène de génération le décalage qui existait entre sa propre conscience historique, marquée par les figures d’Hitler et de Staline, et celle des étudiants des années 1960, caractérisée par « l’ignorance du passé et l’illusion d’une originalité radicale » : « La nouvelle gauche politisée use du langage trotskiste et se déchaîne contre l’impérialisme américain et la bureaucratie soviétique, sans même savoir qu’elle répète le passé qu’elle ignore44. »

22C’est pourquoi Aron estimait essentiel de ne pas céder face aux revendications gauchistes, dès lors qu’elles risquaient de remettre en cause la vocation de l’Université. C’est pourquoi aussi il jugeait sévèrement ceux des universitaires qui suivaient ou cautionnaient de telles revendications.

  • 45 Plaidoyer, p. 449.

23De manière frappante, le Plaidoyer pour l’Europe décadente n’évoque pour ainsi dire pas la construction européenne. La raison en apparaît dans la conclusion : « L’Europe des Six ou des Neuf ne constitue pas une entité politique : aussi loin que le regard puisse porter, elle n’en constituera pas une. » Après la guerre, « les États nationaux s’étaient relevés et, en dernière analyse, ils ne s’étaient effondrés qu’en apparence dans les ruines des villes écrasées sous les bombes45 ». L’Europe de Jean Monnet était hors sujet dans un livre consacré aux problèmes politiques de l’Europe, parce que la CEE ne constituait pas une entité politique.

  • 46 Raymond Aron, « Constitution et nationalité aux États-Unis », Cités. Philosophie, politique, histo (...)
  • 47 Raymond Aron, « Universalité de l’idée de nation et contestation », in Essais sur la condition jui (...)
  • 48 Ibid., p. 143.

24Dans deux conférences de l’année 76, la première consacrée aux États-Unis à l’occasion du bicentenaire de la République américaine46, la seconde en relation avec Israël comme nation47, Raymond Aron revint sur la question de l’identité politique de l’Europe. Dans « Constitution et nationalité aux États-Unis », il opposait très nettement les modèles politiques européen et américain. Aux États-Unis, l’adhésion à la Constitution est le critère essentiel de la citoyenneté. Selon Raymond Aron, les États-Unis ne sont pas une nation, et les Européens ne devraient pas y chercher une leçon : « Ils appartiennent, eux, à leur nation avant d’appartenir à une cité et la différence est profonde48. » Il était difficile, à l’occasion du bicentenaire des États-Unis, de prononcer un texte moins atlantiste.

25La conférence d’octobre 1976, « Universalité de l’idée de nation et contestation », devait en principe porter principalement sur Israël, mais Raymond Aron expliqua dès le début que, selon lui, l’idée nationale était européenne, et intimement liée à la révolution française, au terme de laquelle l’État, la nation, la patrie, ces êtres collectifs et abstraits, étaient devenus des êtres réels et vivants. La France apparaissait ainsi comme la nation par excellence. La nation, où coïncident communauté de culture et de volonté, était elle-même le chef-d’œuvre de l’histoire européenne.

  • 49 Ibid., p. 312.

26Aron jugeait que les tentatives pour créer, soit un patriotisme européen, soit une autorité supranationale au niveau mondial avaient échoué. Certes, la réconciliation des Européens était accomplie, le risque de guerre entre les Neuf éliminé, mais l’occasion historique de fonder une communauté politique européenne s’était évanouie. Grâce au succès de la coopération économique, on avait pu se dispenser d’une intégration politique, qui aurait inclus la défense49.

  • 50 Ibid., p. 113-121.

27Aron poursuivait en faisant part de son expérience personnelle, en des termes tels que cette conférence, qui ne contredit d’ailleurs pas la substance principale des textes de 1975, peut apparaître comme l’expression la plus claire de ses positions quant au projet politique européen. Dans un contexte qui, contrairement à celui de Bruxelles ou de Paris, lui laissait toute latitude, Raymond Aron parla très librement. Il déclara50 :

  • 51 Ibid., p. 312-313.

« Bien entendu, à titre personnel et en tant qu’intellectuel, l’idée européenne me convainquait ou me fascinait. C’eût été une œuvre historique incomparable que de créer une nation composée des nations européennes. Pour dire la vérité, je n’y ai jamais cru, bien que dans l’ensemble j’aie milité pour cette tâche. Je n’y ai jamais cru parce que j’ai toujours eu le sentiment que ce qui avait fait la spécificité et l’originalité de l’Europe, c’était la pluralité des nationalités et des souverainetés étatiques. Or, pour créer une souveraineté étatique embrassant la diversité des nations, il aurait fallu ou une menace urgente, ou un fédérateur tout puissant. Au bout du compte, il est rare dans l’histoire – je crois même qu’il est sans exemple – que des entités politiques qui ont derrière elles des siècles d’histoire et de traditions propres s’unissent par une décision prise à un moment donné, simplement pour des raisons pragmatiques51. »

28Cette confession faisait écho, vingt-six ans après, aux remarques passionnées des Guerres en chaîne : l’idée européenne est une idée raisonnable, mais une idée d’intellectuels ; on ne crée pas les patries sur commande. Il est aussi intéressant que cet aveu, « je n’y ai jamais cru », soit venu dans un texte où Raymond Aron évoquait sa propre judéité pour parler d’Israël et du rapport des Juifs, sionistes ou non, avec l’État hébreu :

  • 52 Ibid., p. 318-319.

« Citoyen français, je me reconnais en même temps juif. […] je n’aime pas rompre mes racines : je suis animé du sens de la continuité et de la tradition ; pour l’exprimer plus symboliquement, s’il m’arrivait un jour de revoir mes grands-parents et mes arrière-grands-parents, lesquels se définissaient comme juifs et vivaient leur judéité, je voudrais pouvoir me présenter à eux sans rougir52. »

29Cette « double fidélité », à la nation française et à l’identité juive, éclaire son rapport à l’Europe. Dès 1926, Raymond Aron avait conscience de sa vocation d’intellectuel et insistait sur sa dimension spirituelle. Dans l’Introduction à la philosophie de l’histoire, il avait situé la conscience du sujet historique dans l’histoire et comme membre d’une cité dont l’histoire l’oblige. En l’occurrence, Aron revendiquait bien « le sens de la tradition », pour assumer sa double identité.

30Du Plaidoyer pour l’Europe décadente aux Mémoires, Aron a multiplié les déclarations pour rappeler, non seulement aux Français, mais aux Européens de l’Ouest, qu’ils étaient avant tout des citoyens. Dans les entretiens du Spectateur engagé, en 1981, il reprenait l’idée qu’il avait avancée à New York en 1974 : « le citoyen a vocation de soldat ». Il la formulait désormais ainsi : « La morale du citoyen, c’est de mettre au-dessus de tout la survie, la sécurité de la collectivité. » La décadence peut alors être définie comme la situation des cités où les citoyens n’ont plus conscience de leurs devoirs : « S’il ne reste plus rien du devoir du citoyen, s’il ne reste rien chez les Européens du sentiment qu’il faut être capable de se battre pour conserver les chances du plaisir ou du bonheur que l’on souhaite, alors, en effet, nous sommes à la fois brillants et décadents. »

31Les 7 et 14 octobre 1981, Raymond Aron accorda deux entretiens au jeune sociologue allemand Joachim Stark. Il y ramenait également la crise de civilisation en Europe occidentale à la question civique. Il reprochait en particulier aux élites, aux intellectuels comme aux dirigeants, d’avoir oublié le sens de leur vocation ou les devoirs de leur charge. Ses réflexions renvoyaient explicitement à Spengler, mais elles étaient aussi manifestement influencées par Pareto :

  • 53 Joachim Stark, Das unvollendete Abenteuer, p. 265.

« Nos sociétés sont hédonistes et païennes comme jamais. Le culte du corps, l’hédonisme, la suppression de tous les tabous en Europe, en Europe occidentale, sont des phénomènes qui correspondent à ce que l’on appelle une certaine forme de libéralisme, mais il y a quelque chose qui différencie cet état des sociétés du libéralisme du passé, c’est que tous ces gens ne sont plus des citoyens. Ils sont à la rigueur des producteurs, beaucoup des consommateurs53. »

  • 54 Raymond Aron, Mémoires, p. 728.
  • 55 Ibid., p. 727.
  • 56 Ibid.
  • 57 Ibid., p. 728.

32Dans les Mémoires, cette critique de la société européenne contemporaine s’amplifie dans la dénonciation du nihilisme européen. Raymond Aron discernait celui-ci d’une part dans le déclin du christianisme, d’autre part dans celui de la conscience historique54. Il décrivait des Européens désorientés, ce désarroi devenant même une forme d’identité puisque, ajoutait-il, « le nihilisme ne trouble pas l’humanité tout entière55 ». Dans les entretiens avec Joachim Stark comme dans les Mémoires, Raymond Aron mettait en cause le progrès économique et social qui « avait créé une multitude de petits-bourgeois, soucieux de leur statut, repliés sur eux-mêmes ou sur un cercle étroit ». Tocqueville avait utilisé l’expression de « despotisme tutélaire ». Raymond Aron suggérait de « remplacer le mot despotisme par État-providence, pour distinguer les despotismes doux, sociaux-démocrates, des despotismes violents et cruels des régimes à parti unique56 ». « La masse des Européens de l’Ouest, ajoutait-il, vivent, dans la satisfaction et les querelles revendicatives, la relative opulence qu’ils exigent de l’État tutélaire57. » Dans la discussion avec Joachim Stark, il s’inquiétait de l’augmentation constante des prélèvements obligatoires, qui représentaient alors en France 42 % du produit national, et il suggérait – tout en précisant qu’il jugeait une telle mesure politiquement impossible – de maintenir le welfare state pour les plus pauvres, et d’imposer le recours « à des assurances mutuelles semi-privées » à partir d’un certain niveau. Il jugeait en effet impossible de maintenir une économie et une société libérale si la part des prélèvements obligatoires continuait d’augmenter indéfiniment.

  • 58 Raymond Aron, « Le pari sur le libéralisme », L’Express, 12-18 mai 1979, in De Giscard à Mitterran (...)

33Comme il voyait dans la Grande-Bretagne du début des années 70 l’exemple même de la décadence, il suivit avec une attention particulière les élections de 1979. En l’occurrence, il souhaitait le changement, c’est-à-dire la victoire des conservateurs menés par Margaret Thatcher : « L’art du compromis, à partir d’un certain point, se transforme en paralysie et en abdication. Rendre sa chance au marché est une solution. En cas d’échec, mieux vaut un socialisme plus dur, donc plus productiviste : lui aussi pourrait être une solution. Le mal anglais ne peut exclure l’intervention du chirurgien58. » Le centrisme d’Aron ne l’amenait donc pas forcément à une politique du juste milieu. Lorsqu’il y allait du déclin ou du relèvement de la cité, il fallait choisir, et dans le cas de la Grande-Bretagne, même le choix pour le travaillisme lui semblait préférable à la poursuite de la décadence.

  • 59 NAF 28060, boîte 94. Voyez aussi Raymond Aron, « Le Relatif déclin de l’Europe », in Ranimer l’Eur (...)
  • 60 Raymond Aron, « Contre-révolution », L’Express, 17 juin 1983, à l’occasion de la seconde victoire (...)
  • 61 Raymond Aron, Ranimer l’Europe, p. 254.

34Aron reprit cet exemple le 8 juin 1983, dans une conférence sur le déclin relatif de l’Europe à la Maison des anciens élèves de l’École polytechnique59. Il observait que les prélèvements obligatoires étaient passés en France de 36 à 43 % sous le septennat de Valéry Giscard d’Estaing, et qu’ils continuaient de progresser en part du produit national sous la présidence de François Mitterrand. D’où une méditation de la politique réactionnaire de Margaret Thatcher60. Il présentait en effet cette politique comme volonté de retour en arrière, de négation de l’expérience accomplie depuis 1945 avec la mise en place du welfare state. Cependant, ce choix politique qu’une majorité de Britanniques avaient fait en connaissance de cause lui semblait un sursaut civique : « Une des forces du Premier ministre britannique, disait-il, c’est d’avoir remis à la mode le sens national, le patriotisme, ce qui n’est pas le cas, semble-t-il, dans la plupart des pays européens. » Les « sociétés hédonistes » d’Europe tendaient à réduire le débat politique à la répartition des richesses et au maintien des avantages acquis. « Personnellement, confiait-il, au fond de moi-même, sans pouvoir en être assuré, je suis convaincu que les Européens ont envie d’autre chose61. »

35Aron considérait que Margaret Thatcher apportait une réponse politique à la crise de civilisation que connaissaient les Européens en général et les Britanniques en particulier. Elle a ainsi sa place parmi les hommes d’État européens que Raymond Aron a admirés ou estimés, comme de Gaulle, Adenauer, Caramanlis ou Juan Carlos. Le jugement de Raymond Aron sur les débuts de l’ère Thatcher montre que la réponse à la crise politique devait être apportée au plan national. Aussi bien n’a-t-il rien dit, à la Maison des X, sur une solution européenne. Il ne l’envisageait même pas : « Il faut trouver quelque chose à donner aux Européens et aux Français qui veulent être autre chose que des producteurs et des consommateurs », concluait-il, sans avoir donné d’autre exemple que celui du gouvernement conservateur de Margaret Thatcher.

36Comme Pierre Chaunu, Aron était très inquiet de la dénatalité. Dans la conférence du 8 juin 1983, il y voyait « le problème numéro un » de l’Europe et justifiait ainsi l’indépendance algérienne par des considérations démographiques :

  • 62 Ibid., p. 261.

« Il y aura bientôt plus de jeunes Algériens que de jeunes Français. Il y a une vingtaine d’années, quand une partie de l’opinion française souhaitait intégrer l’Algérie à la France, je répondais : à la fin du XXe siècle, il y aura 25 ou 30 millions d’Algériens, et, étant donné la disparité des taux de fécondité, toute prétention d’intégrer l’Algérie à la France est une absurdité62. »

  • 63 Voyez Jeanne Hersch, Henri Brugmans, Herbert Lüthy, L’Europe au-delà de l’économie, conférences d (...)
  • 64 Raymond Aron, Ranimer l’Europe, p. 264.

37Quelle serait, après l’ère des empires, la mission de l’Europe ? Comme Jeanne Hersch et Denis de Rougemont, Raymond Aron avait voulu une Europe au-delà de l’économie, qui fût aussi, sinon une Europe politique, une Europe de la culture, et pas seulement un grand marché63. Il maintenait que l’apport de l’Europe à la culture universelle n’était pas seulement la science, mais surtout la pensée critique. Les Européens étaient « peut-être les seuls à accepter la pluralité des cultures comme légitime64 ». À l’orée de ce que l’on appela ensuite la mondialisation, Aron plaidait donc pour le dialogue des cultures et y voyait le mérite exceptionnel de l’Europe. Il avait, du reste, dès les années trente et ensuite pendant la guerre, constamment rejeté la Weltanschauung de Spengler.

  • 65 Raymond Aron, « Terrorisme et guerre populaire », I. Le Figaro, 13 et 14 septembre 1972.

38Raymond Aron a consacré assez peu de textes au terrorisme. Les premiers furent écrits à la suite du massacre des athlètes israéliens par un commando palestinien lors des Jeux Olympiques de Munich en septembre 1972. Il minimisait alors les effets des attentats terroristes : les sociétés industrielles lui semblaient capables d’encaisser les dommages subis, en général limités ; il niait qu’il y eût un impact psychologique65. Dans une certaine mesure, on pouvait comprendre la sympathie que les intellectuels occidentaux et une partie de l’opinion publique avaient manifestée, dans le contexte de la décolonisation, pour des organisations comme le FLN algérien, dont les autorités françaises qualifiaient les combattants de terroristes. En revanche, le jugement de Raymond Aron sur la Rote Armee Fraktion en Allemagne de l’Ouest fut catégorique. Une séquence tragique venait de s’achever. Enlevé le 5 septembre 1977, le président de l’association du patronat allemand, Hanns-Martin Schleyer, avait été retrouvé mort le 19 octobre. Il avait été abattu par ses ravisseurs après le suicide en prison, le 18 octobre, des terroristes du groupe d’Andreas Baader, dont ils revendiquaient la libération. Dans l’intervalle, le 13, des terroristes palestiniens avaient détourné un avion de la Lufthansa. L’avion et ses passagers furent libérés le 18, grâce à l’intervention, sur l’aéroport somalien de Mogadiscio, où l’avaient fait atterrir les terroristes, d’un commando des garde-frontières de la République fédérale. Aron condamnait sans réserve le nihilisme de la RAF. Il accusait également, sans les nommer, ceux qui, dans l’opinion française, avaient défendu les actions terroristes, notamment l’attentat de septembre 1972 à Munich.

39C’était, par exemple, le cas du jeune Edwy Plenel. Philippe Raynaud explique que l’attentat du 5 septembre 1972 représente ce que Péguy aurait appelé « un cas éminent ». Dans la presse communiste, L’Humanité avait condamné l’attentat. Les maoïstes étaient plus embarrassés, mais dénonçaient malgré tout l’antisémitisme. Les trotskistes, nous dit Philippe Raynaud, furent les plus divisés sur la question. Lutte Ouvrière condamna l’attentat. Dans Rouge, sous le pseudonyme de Joseph Krasny, Edwy Plenel, alors âgé de vingt ans et militant de la LCR, fit une apologie de l’attentat :

  • 66 Voyez Philippe Raynaud, L’extrême gauche plurielle, entre démocratie radicale et révolution, Paris (...)

« L’action de Septembre Noir a fait éclater la mascarade olympique, a bouleversé les arrangements à l’amiable que les réactionnaires arabes s’apprêtaient à conclure avec Israël sur le dos du peuple palestinien. Aucun révolutionnaire ne peut se désolidariser de Septembre Noir, comme s’il s’agissait de l’ivraie à dissocier du bon grain révolutionnaire. Bien au contraire, nous devons défendre inconditionnellement face à la répression les militants de cette organisation66. »

  • 67 Raymond Aron, Mémoires, p. 719 et p. 722.

40Si le propos de Philippe Raynaud dans L’extrême gauche plurielle ne vise évidemment pas à faire plaisir à Edwy Plenel, du moins fait-il clairement la distinction entre le grand journaliste que celui-ci est devenu, et les positions radicales de sa jeunesse. Dans Les Mémoires, Aron a reproché aux intellectuels, et d’abord à Sartre, d’avoir favorisé la dérive terroriste d’une partie de la jeunesse. Aron cite en particulier la préface aux Damnés de la Terre de Frantz Fanon, et reproche à Sartre d’avoir versé dans le culte de la violence67.

  • 68 NAF 28060, boîte 162, Raymond Aron, « Alexander Solshenizyn und der europäische Sinistrismus », Vi (...)
  • 69 Alexandre Soljénitsyne, Le Chêne et le veau, Paris, Le Seuil, 1975, 539 p. Voyez p. 134.

41Ce grief fut développé dans un article écrit pour des mélanges en l’honneur de Manès Sperber en 1976. Ce texte eut un retentissement considérable, lorsqu’il fut repris dans le centième numéro de Survey, sous le titre, « Alexander Solzhenitsyn and European leftism68 ». Aron y attaquait Jean-Paul Sartre et Simone de Beauvoir. Le point de départ était la charge de Soljénitsyne contre Sartre dans Le chêne et le veau, où le Zek racontait comment il avait refusé de rencontrer Sartre, de passage à Moscou69. Simone de Beauvoir avait présenté l’incident comme un malentendu, qui venait de ce que, disait-elle, Soljénitsyne ne connaissait pas aussi bien Sartre que celui-ci le connaissait. Aron n’acceptait pas cette explication. Il ne ménagea ni son « petit camarade », ni la compagne de celui-ci. Sartre et Beauvoir, écrivait-il, n’étaient que des littérateurs, incapables de comprendre que la formule de Sartre dans la Critique de la raison dialectique, « le marxisme est la philosophie indépassable de notre temps », aurait paru stupide sous la plume de tout autre écrivain moins célèbre. Certes, Aron constatait qu’en fait, Sartre n’utilisait que très superficiellement l’œuvre de Marx. « Le maître à penser de l’Occident » – ainsi Soljénitsyne appelait-il Sartre –, avait fondé sa philosophie sur des contradictions apparemment insurmontables « entre anarchie et totalitarisme », lesquelles expliquaient cependant aussi son succès et son prestige auprès de l’intelligentsia occidentale :

  • 70 Raymond Aron, Survey, 100, p. 238.

« Ce qui est frappant, tout au long de l’itinéraire de Sartre, c’est la condamnation morale de ceux qui pensent autrement que lui. Il se croyait immortel au temps de sa jeunesse, il continue de se croire arbitre du bien et du mal tout en refusant la morale ou en la subordonnant à la politique70. »

42Cette critique de la philosophie de Sartre prolongeait, dans un registre nettement plus polémique, les réflexions commencées dans Histoire et dialectique de la violence et, vingt ans plus tôt, dans L’Opium des intellectuels. Elle s’étendait à ce qui était, aux yeux d’Aron, la grande faute de Sartre, d’avoir failli à sa vocation d’intellectuel, à la mission d’éducateur de la cité :

  • 71 Raymond Aron, Survey, 100, p. 239.

« Même les “gauchistes” de la bande à Baader lui inspirent quelque sympathie, et lui que les millions de concentrationnaires n’empêchent pas de dormir, il donne des conférences de presse pour dénoncer la souffrance de la solitude infligée à Baader et à ses compagnons. (Il ne sait pas probablement qu’à l’origine UIrike Meinhof recevait de l’argent des services secrets de l’Allemagne orientale)71. »

43Selon Aron, Sartre s’était fait le complice de ce que Soljénitsyne considérait comme le cœur de l’idéocratie soviétique : le mensonge généralisé. Aron opposait ainsi à Sartre l’exemple de Manès Sperber, auquel il dédiait son texte. Celui-ci, ancien communiste, était devenu son ami, et le restait indéfectiblement depuis quarante ans : « Sa réflexion sur la tragédie du marxisme, écrivait Aron, rejoignait tout à la fois mon libéralisme d’instinct et la foi des dissidents soviétiques. »

  • 72 NAF 28060, boîte 127.

44L’article sur Soljénitsyne et le « sinistrisme » européen est important à deux titres. D’une part, il prolongeait le constat la division de la République des Lettres dans le contexte de la paix belliqueuse : la division de l’Europe était notamment celle des intellectuels européens. Soljénitsyne n’était pas un libéral, mais il rappelait, de manière désagréable aux Européens, la situation réelle. D’autre part, le centième numéro de Survey représentait aussi un moment du réarmement intellectuel et moral en Occident, alors qu’avec l’acte final d’Helsinki, la Détente avait atteint son apogée. Les auteurs, parmi lesquels Albert Wohlstetter, Andrei Amalrik, et Pierre Hassner, décrivaient la relation Est-Ouest comme instable. À la suite de cette publication, Raymond Aron reçut une lettre de Sir Nicholas Henderson, ambassadeur du Royaume-Uni en France. Celui-ci le félicitait, et lui transmettait un extrait du Times, dans lequel Bernard Levin, critique redouté, faisait un éloge enthousiaste du numéro de Survey, et en particulier de l’article de Raymond Aron. « Comme vous le verrez, écrivait l’ambassadeur, il vous rend hommage, ce qui est rare sous sa plume acérée. » Bernard Levin saluait « une étude féroce, mais révélatrice, de Sartre », sous la plume d’« Aron, qui est depuis si longtemps l’honneur de l’Europe72 ».

45Le 18 février 1977, Raymond Aron écrivit à Bernard Levin, pour lui dire combien il avait été touché par cette marque d’estime : « Je doute de la mériter pleinement mais, dans la solitude où je me trouve si souvent, les témoignages de sympathie me sont particulièrement précieux. »

  • 73 Raymond Aron, « Terroristes sans cause », Le Midi Libre, 22 octobre 1977.

46L’Europe des années soixante-dix n’était donc rien moins qu’apaisée. La République des Lettres restait déchirée, et la seule chose à faire était d’en défendre les anciens principes, au premier rang desquels la recherche de la vérité. Politiquement, du moins aux yeux d’Aron, la situation créée par le terrorisme des années 70 requérait un choix sans équivoque. Aussi, lorsqu’il écrivit sur la fin de la bande à Baader en octobre 77, apportait-il un soutien sans réserve au gouvernement d’Helmut Schmidt. Aron condamnait les Français qui excusaient ou justifiaient le terrorisme, dénonçait le nihilisme de la RAF, et rappelait que la RFA était un État de droit73.

  • 74 Raymond Aron, « Nous sommes tous des cochons allemands », L’Express, 24 octobre 1977.
  • 75 Raymond Aron, « Les Possédés », Le Midi Libre, 14 mai 1978.
  • 76 Celle-ci coûta la vie à un policier et à une voisine. Chapour Bakhtiar fut assassiné le 7 août 199 (...)
  • 77 Raymond Aron, « L’Internationale terroriste », L’Express, 2 août 1980.

47Deux jours plus tard, dans L’Express, Aron salua la solidarité des gouvernements européens face à un défi qui les visait tous. L’opinion française, ajoutait-il, avait compris la situation comme un drame qui ne visait pas seulement la République fédérale d’Allemagne, « mais l’Europe entière ». Devant l’opinion française, Raymond Aron se faisait donc l’avocat de la République de Bonn. Il défendait en elle une authentique démocratie. Aussi transforma-t-il, pour les besoins de la cause, le slogan des jeunes soixante-huitards lorsqu’ils soutenaient Daniel Cohn-Bendit expulsé de France : « Aujourd’hui, l’Internationale des terroristes nous dit à nous tous de l’establishment européen : vous êtes tous des “cochons” allemands74. » Il prit des positions analogues lors de l’assassinat d’Aldo Moro par les Brigate Rosse italiennes le 9 mai 197875. Le 2 août 1980, à la suite de la tentative d’assassinat de Chapour Bakhtiar, il incriminait les réseaux internationaux du terrorisme dont les ramifications remontaient « au-delà de Tripoli et de La Havane76 ». Il fallait, selon lui, travailler à l’unification de l’espace judiciaire européen, malgré les protestations qu’elle suscitait. « Les avocats, écrivait-il, devraient en tant que citoyens ne pas oublier que les démocraties, par nature fragiles, ont le droit et le devoir de se défendre, et qu’elles sont effectivement mises en péril par le terrorisme international77. »

  • 78 NAF 28060, boîte 207, lettre de Raymond Aron à Stanley Hoffmann du 23 décembre 1981.
  • 79 Voyez Robert Gates, From the shadows, New York, Touchstone, 1996, 604 p.; p. 176-179, « Reevaluati (...)
  • 80 Ce point de vue, exprimé par Robert Gates – p. 177 et p. 179 –, est partagé par Georges-Henri Sout (...)

48Mais la menace soviétique restait la première. L’analyse qu’en faisait alors Raymond Aron apparaît dans une lettre qu’il adressait à Stanley Hoffmann. Il y disait tenir « l’Union soviétique plus que jamais pour expansionniste et marxiste-léniniste dans sa politique étrangère », et les États-Unis « militairement inférieurs dans tous les domaines à l’Union soviétique, à l’exception de la marine78 ». Aron signalait à son correspondant que « tous les Européens [avaient] pris conscience de l’infériorité des États-Unis ». Raymond Aron allait très loin dans cette analyse : « Si, aujourd’hui, on ne commence pas par dire qu’il n’existe qu’une superpuissance militaire, on s’abuse soi-même on abuse ses lecteurs. » Ce point de vue, en grande partie fondé sur les déboires de l’administration Carter dans sa politique étrangère, ne correspondait pas à la réalité. Depuis lors, des témoignages qualifiés ont établi que Jimmy Carter n’avait nullement sacrifié la défense de l’Union. Ainsi, dans ses mémoires, Robert Gates, qui servit à la CIA depuis la présidence de Ford jusqu’à celle de George H.W. Bush, réévalue-t-il la figure contestée de Jimmy Carter79. Il souligne que celui-ci fut le premier des présidents américains de la guerre froide à contester le régime soviétique jusque chez lui80, de manière opiniâtre et cohérente, à travers sa politique des droits de l’homme, qui tirait parti de l’acte final d’Helsinki.

  • 81 Raymond Aron, « De la parité stratégique », L’Express, 19 mai 1979.
  • 82 Raymond Aron, « Le coup de Kaboul », L’Express, 12 janvier 1980.
  • 83 Raymond Aron, « L’Europe survivra-t-elle à 1984 ? », L’Express, 15 septembre 1979, in De Giscard à (...)
  • 84 Raymond Aron, « Suicide d’une élite », L’Express, 1er novembre 1980.
  • 85 NAF 28060, boîte 88. Lettre de Midge Decter-Podhoretz à Raymond Aron du 18 juin 1980 et réponse de (...)
  • 86 Voyez Georges-Henri Soutou, op. cit., p. 607.
  • 87 Raymond Aron, Commentaire, no 1, printemps 1978, p. 4.
  • 88 Voyez Matthias Oppermann, op. cit., p. 537.

49Tel n’était pas le jugement de Raymond Aron qui, après avoir souhaité bonne chance, au début de son mandat, au sous-marinier Carter, fut exaspéré par « la rhétorique extravagante de Carter81 », et consterné par les échecs répétés de Washington : la révolution iranienne, l’affaire des otages de Téhéran, l’invasion de l’Afghanistan82. Dans L’Express du 15 septembre 1979, il dressait un tableau inquiétant de la puissance militaire soviétique et représentait un réquisitoire contre la Détente et les accords SALT II83. Aron mettait en évidence la vulnérabilité de l’Europe, incapable d’assurer sa défense, de garantir ses approvisionnements. Dans la lettre à Stanley Hoffmann, qui date de la fin de la première année de la présidence Reagan, Raymond Aron expliquait ce qui le séparait désormais des démocrates américains. Il avait été de leur côté au lendemain de la guerre, depuis l’époque de Truman jusqu’à celle de Kennedy et Lyndon B. Johnson. La guerre du Vietnam avait été, écrivit-il, le « suicide d’une élite84 ». Par la suite, Raymond Aron, qui avait été en relation de manière distante mais suivie avec Henry Kissinger, accepta, sur les instances de Midge Decter, la femme de Norman Podhoretz, la présidence d’honneur du Committee for the Free World85. Raymond Aron a donc pleinement participé à ce que Georges-Henri Soutou appelle « la réaction intellectuelle occidentale ». C’est dans ce contexte qu’il a préfacé en 1976 le Court traité de soviétologie d’Alain Besançon. C’est dans le même contexte qu’il a lancé la revue Commentaire en 197886. Le premier numéro de la revue présentait la tradition libérale comme le trait caractéristique de l’Europe, transmis ensuite aux États-Unis d’Amérique87. Commentaire visait ainsi à préserver des liens qui s’étaient distendus depuis l’époque de Truman. Raymond Aron a ainsi participé, dans le domaine de la politique étrangère, à la réaction conservatrice américaine qui déboucha en novembre 1980 sur l’élection de Reagan. On pourrait aussi arguer que Raymond Aron avait écrit à plusieurs reprises dans Commentary, qu’il avait été l’ami de James Burnham avant d’être celui de Kissinger, qu’il avait donc toujours eu des liens avec les conservateurs américains. Ces relations furent maintenues, lorsque ces derniers, du moins certains d’entre eux, devinrent « néoconservateurs ». Ce fut en effet à l’époque du bicentenaire, en 1976, que les intellectuels américains qui souhaitaient restaurer et défendre des valeurs libérales commencèrent à s’appeler eux-mêmes néoconservateurs88.

  • 89 Raymond Aron, « Le courage de se défendre », L’Express, 15 décembre 1979.

50Aussi Raymond Aron prit-il une part importante dans la bataille des propagandes autour des euromissiles de 1979 à 1983. La double décision de de l’OTAN du 12 décembre 1979 consistait, d’une part, en une proposition de négociation adressée à l’URSS pour limiter les armements nucléaires de portée moyenne, ou armes de théâtre, c’est-à-dire les fusées dont la portée se limitait au continent européen. La deuxième décision était, en cas d’échec des négociations, le déploiement à partir de 1983 de 572 missiles de l’OTAN. Comme l’Union soviétique avait déployé à partir de 1977 des missiles SS-20 mobiles, chacun doté de trois ogives nucléaires, l’Union soviétique avait acquis un avantage stratégique qui s’ajoutait à sa supériorité en termes d’armements conventionnels. Raymond Aron prenait parti pour la double décision. Il constatait que l’Union soviétique essayait par tous les moyens d’empêcher le déploiement des missiles de l’OTAN. La double décision était déjà selon lui un succès, puisque les gouvernements de l’OTAN n’avaient pas laissé de doute sur leur résolution89.

  • 90 Michel Manel, L’Europe sans défense ?, Paris, Berger-Levrault, juin 1982, 296 p.
  • 91 Ibid., p. 13.

51Il défendit le même point de vue dans la préface qu’il écrivit pour le livre du colonel Michel Manel, L’Europe sans défense ?, publié en juin 198290. Dans ce texte, Aron affirmait que les missiles de l’OTAN ne rétabliraient pas l’équilibre, mais réduiraient seulement l’infériorité. Il donnait la priorité, non à l’autonomie de l’Europe, mais à la cohésion de l’Alliance atlantique, et ne concevait pas une défense européenne sans la participation britannique. Il considérait la dite défense européenne autonome comme un rêve, du moins à court et à moyen terme91. Or, les SS-20 étaient déjà opérationnels. Michel Manel développait l’idée audacieuse d’une force européenne de missiles tactiques, forte de 324 lanceurs, capable de délivrer des frappes contre les centres névralgiques du Pacte de Varsovie, sur les territoires des démocraties populaires. C’était donc l’idée d’une force européenne capable de mener une guerre atomique limitée : celle-ci viserait des cibles militaires, les dommages collatéraux seraient considérables, mais moins lourds que si les villes étaient directement visées. Michel Manel envisageait de munir ses fusées de bombes à neutrons, une arme dont Raymond Aron pensait alors qu’elle se généraliserait. La bombe à neutron augmentait la crédibilité d’une dissuasion antiforce. Le territoire soviétique ne serait pas atomisé, ce qui permettrait d’éviter l’escalade. Celle-ci était susceptible d’anéantir l’Europe occidentale, mais cette ascension aux extrêmes eût probablement entraîné une riposte américaine contre l’URSS.

  • 92 Ibid., p. 14.
  • 93 Ibid., p. 15.

52Pour Raymond Aron, le mérite du livre était de montrer que « la défense de la France, si elle signifie celle de la liberté du pays, ne se sépare pas de la défense de l’Europe92 ». Le livre de Michel Manel avait ainsi pour vertu de mettre en lumière la contradiction inhérente à la doctrine française de dissuasion, fondée sur la notion de sanctuaire national, et sur le postulat d’une dissuasion infaillible : « Étrange dialogue des Français et de leur chef : le candidat Mitterrand rassurait ses concitoyens en se déclarant capable de presser sur le bouton, et ceux-ci ne se sont pas inquiétés, prêts à admettre que l’agresseur ne douterait pas de la résolution de leur président, à laquelle eux-mêmes ne croient pas93. »

53Ces réflexions prolongeaient Penser la guerre. Il fallait prendre en compte « les traites de la dissuasion » et, pour prévenir un échec possible du deterrent, sauver la guerre, en pensant la bataille possible au lieu de postuler qu’il n’y en aurait pas. Et le conflit, s’il avait lieu, serait immédiatement un conflit européen.

54La situation internationale présentait en effet des risques, dans la mesure où l’Occident était exposé à la division. Le chancelier Schmidt, résolu à préserver l’Alliance atlantique, et expert, non seulement en économie, mais aussi en matière militaire, devait compter d’une part avec l’aile gauche de la SPD, qui souhaitait poursuivre l’Ostpolitik, d’autre part avec un mouvement pacifiste qui se développait contre l’éventuel déploiement des missiles de l’OTAN.

  • 94 Raymond Aron, « Désinformation », L’Express, 24 mai 1980.
  • 95 Raymond Aron, « Isolationnisme et finlandisation », L’Express, 28 juin 1980.
  • 96 Raymond Aron, « L’Allemagne de Schmidt », L’Express, 12 juillet 1980.
  • 97 Raymond Aron, « Après la Détente », L’Express, 17 janvier 1981.

55Lorsque Valéry Giscard d’Estaing rencontra Brejnev au mois de mai 1980, Raymond Aron exprima sa « stupéfaction ». Il évoquait les comparaisons possibles, à tort ou à raison, avec l’époque de l’appeasement94. Au début de l’été 1980, Raymond Aron répétait que les États-Unis avaient perdu le leadership militaire, il s’inquiétait d’un découplage entre l’Europe et les États-Unis, les Américains accusant les Allemands de finlandisation, les Européens soupçonnant Washington d’isolationnisme95. Aron défendait le chancelier Schmidt contre les Américains qui le soupçonnaient d’être tenté par la neutralité. Il n’en avertissait pas moins les Européens : « Rendre à l’Europe, dans les affaires du monde, une place à la mesure de son passé et de ses ambitions est une mission glorieuse ; détourner ses regards de l’Afghanistan afin de préserver le commerce Est-Ouest, c’est donner raison à Kissinger96. » À la veille de l’inauguration de Ronald Reagan, le 17 janvier 1981, Raymond Aron se demandait comment les Européens réagiraient face à une Amérique plus offensive : « L’incapacité de l’administration Carter servait d’alibi aux Européens, qui poursuivaient leur politique de bon voisinage avec le bloc soviétique en refusant de désigner leur ennemi, à Kaboul ou à N’Djamena. Si les États-Unis retrouvent un président, une volonté, des armes, le double jeu restera-t-il possible97 ? »

  • 98 Raymond Aron, « Une monnaie européenne », Le Midi Libre, 23 septembre 1978.
  • 99 Raymond Aron, « L’Europe, interdite ou impuissante ? », L’Express, 2 décembre 1978.

56L’évolution de la construction européenne lui importait alors comme réponse à la crise économique, relancée par la révolution iranienne et l’augmentation consécutive des prix pétroliers, et aussi comme garantie de la cohésion occidentale. En septembre 1978 alors que Valéry Giscard d’Estaing et Helmut Schmidt menaient les négociations qui devaient aboutir le 13 mars 1978 à la mise en place du Système Monétaire Européen, Aron manifestait ses doutes quant à la possibilité d’aligner le franc sur le mark, et d’aller ainsi vers une monnaie européenne. Il ne s’agissait pas de sa part d’une opposition au projet : il avait au contraire constamment soutenu l’idée d’un mécanisme de stabilisation des changes entre les monnaies européennes. Sans un tel mécanisme, dont le serpent monétaire créé en 1972 avait été la première mouture, il avait dit que le Marché commun se désintégrerait. Lors de la mise en place du SME, son doute portait sur la capacité d’un gouvernement français, même celui de Giscard d’Estaing et Raymond Barre, de faire une politique économique qui ramènerait l’inflation française à celle de l’Allemagne, et dans laquelle la France renoncerait aux dévaluations pour résoudre ses problèmes98. À cette date, les pays d’Europe du Sud étaient candidats au Marché commun, mais l’état du projet européen inspirait à Raymond Aron une remarque désabusée : « Il n’existe pas de peuple européen prêt à répondre à l’appel d’une Assemblée constituante99. »

  • 100 Ibid.
  • 101 Raymond Aron, « Naissance de l’écu », L’Express, 9 décembre 1978.

57L’éditorialiste n’excluait pourtant pas un succès du SME, parce que le chancelier Schmidt redoutait l’appréciation du mark par rapport au dollar, et qu’un lien entre le mark et des monnaies plus faibles réduirait l’attraction exercée par la monnaie allemande. Mais ce qui lui semblait fondamental, c’était le fait que les Européens avaient accepté de vivre sous le protectorat américain, sans prendre en charge leur propre défense. « Pour devenir une confédération, écrivait-il, les États doivent posséder une défense. Les Six, peut-être, l’auraient organisée à la longue. » Il n’en était plus question pour les Neuf ou pour les Douze. « Au reste, la France sépare son sort de celui de ses partenaires ; selon la doctrine officielle, notre territoire est sanctuarisé par nos armes nucléaires de dissuasion. Une défense européenne commune devrait être, mais n’est plus, à l’ordre du jour. » « L’Europe, concluait-il, est-elle interdite, faute d’une défense commune, par le veto américain ? Ou aussi, et peut-être surtout, par les Européens eux-mêmes qui, nombreux, ont perdu leur patriotisme national sans en trouver un autre100. » Alors qu’aboutissaient les négociations sur la mise en place du SME, qui devait entrer en vigueur le 1er janvier 1979, en donnant naissance à une monnaie de compte européenne, l’écu, le résultat était décevant : « Que reste-t-il de l’idée européenne dans ses controverses techniques, dans ces chocs d’égoïsmes nationaux101 ? »

  • 102 Raymond Aron, « Jean Monnet a-t-il gagné ? », L’Express, 24 mars 1979.

58Jean Monnet mourut le 16 mars 1979. Raymond Aron en fit un portrait historique. Il évoquait le dévouement de Jean Monnet qui, désintéressé, servait une cause supérieure à celle des nations. Il n’avait, écrivait Aron, jamais rallié la France Libre. Pour le général de Gaulle, poursuivait Raymond Aron, l’indépendance de la nation était la valeur suprême. « La nier ou la compromettre, c’est rompre la continuité de la France, ou, pour mieux dire, c’est écrire le mot fin au bas de la dernière page de l’histoire de France. » Le portrait de Jean Monnet devenait ainsi l’histoire d’un échec : Jean Monnet avait eu son heure d’influence sous la IVe République. La Ve avait tenu l’Inspirateur à l’écart. Monnet avait eu le tort de penser que ce qui était raisonnable devait se réaliser. L’histoire lui avait donné partiellement raison : il avait vu juste sur le fait que « l’unité européenne dépendait avant tout du couple franco-allemand », mais sous-estimé « l’opposition entre les doctrinaires de la supranationalité et ceux de la souveraineté nationale102 ». Il s’était trompé en pensant que « de l’unité économique sortirait nécessairement l’unité politique », et avait « sous-estimé la puissance des nations et des États à persévérer dans leur être ». Pour Raymond Aron, les temps étaient devenus autres ; l’époque dans laquelle Jean Monnet avait cru pouvoir réaliser son projet était révolue.

  • 103 Raymond Aron, « L’élection inutile », Le Midi Libre, 7 avril 1979.
  • 104 Raymond Aron, « L’Europe sans illusions », Le Midi Libre, 5 juin 1979.

59Aussi la première élection du parlement européen au suffrage universel, le 10 juin 1979, lui inspira-t-elle des remarques féroces : il brocarda « l’élection inutile103 ». Il fut à peine plus amène le 5 juin à quelques jours du scrutin : « L’idée des États-Unis d’Europe est-elle morte ? Le pouvoir supranational a-t-il perdu toute force d’attraction, toute clientèle ? Je ne le pense [sic] en effet. » L’échec de la CED lui semblait là encore l’événement majeur, mais il ne pensait pas que l’idée de supranationalité eût perdu pour autant toute signification : « L’application ou l’interprétation des décisions ou des directives équivaut à une délégation de souveraineté. » En fait, ces prises de position dans la presse régionale visaient en premier lieu un objectif de politique intérieure. Après l’appel de Cochin de Jacques Chirac, le 6 décembre 1978, les tensions à l’intérieur de la majorité s’étaient exacerbées. Or, Raymond Aron redoutait par-dessus tout une victoire de la gauche aux prochaines élections nationales. Il voulait donc rassembler l’électorat de droite, en minimisant les divisions entre le RPR et l’UDF, qui portaient surtout sur l’Europe. Il s’efforçait donc de dissiper les craintes concernant une intégration accrue, tout en rappelant les acquis et les limites de la construction européenne104.

  • 105 Archives INA, journal de TF1 du 3 juin 1980.
  • 106 Voyez Raymond Aron, « L’Avenir des religions séculières », I, La France Libre, VIII, 45, p. 210-21 (...)

60Lors du premier voyage de Jean-Paul II en France, qui se déroula du 29 mai au 2 juin 1980, Raymond Aron rencontra le pape, grâce à une invitation d’André Frossard105. Le 3 juin, au journal télévisé, devant Yves Mourousi, il expliquait pourquoi il était concerné par la présence de cette « personnalité exceptionnelle » à la tête de l’Église. Il ajoutait que le pape, après l’avoir écouté sur les rapports Est-Ouest, lui avait dit en particulier quelques mots d’approbation. La situation internationale était alors tendue. Cela faisait cinq mois que l’Armée rouge était entrée en Afghanistan. Dans le même journal télévisé, Raymond Aron se déclara partisan de l’arme à neutrons. La rencontre avec le pape manifestait l’alliance objective entre libéraux et chrétiens contre les totalitarismes, idée qui était présente depuis la seconde guerre mondiale dans la pensée aronienne106.

  • 107 Raymond Aron, « Mystique de la Détente », L’Express, 13 septembre 1980.
  • 108 Raymond Aron, « Quelle normalisation ? », L’Express, 6 décembre 1980.

61Au cours de l’été 80, la Pologne fut agitée par des grèves qui conduisirent dans un premier temps à la chute d’Edward Gierek, qui avait succédé à Gomulka lors des troubles de 1970. Aron était attentif à la situation polonaise, mais il y voyait avant tout une raison de remettre en cause la Détente : « Notre souci majeur devrait être non pas la Détente, mais la liberté du peuple polonais107. » Les Occidentaux avaient selon lui raison de souhaiter que les ouvriers polonais ne franchissent pas le seuil à partir duquel une intervention soviétique deviendrait probable. Dans les articles de L’Express, la figure de Lech Wałesa apparaît de manière assez tardive, dans un texte du 6 décembre. La signification stratégique de la situation polonaise a manifestement eu la priorité sur le mouvement social dans les réflexions d’Aron. Il stigmatisait une fois de plus la pusillanimité des Européens de l’Ouest, obsédés par la préservation de la Détente108.

  • 109 Raymond Aron, « Solidarité, An II », L’Express, 25 septembre 1981.
  • 110 Raymond Aron, « La junte communiste », L’Express, 18 décembre 1981.

62Un an plus tard, Raymond Aron observait la permanence de l’opposition entre Solidarnosc et le POUP. Comme le parti ne pouvait pas accéder aux revendications du syndicat, ne fût-ce que pour des raisons purement économiques, il estimait que le conflit dégénèrerait, et que sonnerait alors l’heure de la normalisation109. Ce moment venu, il s’étonna de la tournure inédite des événements : pour la première fois en zone soviétique, le parti s’effaçait derrière l’armée, le général Wojciech Jaruzelski cumulant les fonctions de chef du parti et de l’armée, et décrétant l’état d’urgence pour éviter une intervention des pays frères. À la fiction de la démocratie populaire succédait une junte communiste110.

  • 111 Raymond Aron, « Sortir de Yalta », L’Express, 8 janvier 1982.
  • 112 Raymond Aron, « Varsovie et Managua », L’Express, 15 janvier 1982.

63La situation polonaise, et le débat sur la légende du partage de Yalta, qui revint alors dans la presse, permirent à Raymond Aron de porter le fer contre le gouvernement socialo-communiste, au pouvoir à Paris depuis l’élection de François Mitterrand : « Aujourd’hui, le président de la République n’hésite pas à dire ce qu’il pense sur le régime qui opprime le peuple polonais, mais il continue de gouverner avec des hommes du PC toujours fidèles à ce type d’oppression111. » De manière analogue, il utilisa l’exemple polonais contre la politique étrangère de François Mitterrand, que Lionel Jospin avait présentée comme une diplomatie de principes. En fournissant des armes aux sandinistes du Nicaragua, Aron considérait que le gouvernement français soutenait un régime fidéliste, donc soviétique, alors qu’il prétendait condamner ce type de régime en Pologne112.

  • 113 Raymond Aron, « Budapest et Varsovie », L’Express, 16 juillet 1982.
  • 114 Raymond Aron, « Deux anniversaires », L’Express, 7 janvier 1983.

64Progressivement, Aron insista sur l’originalité du processus polonais : le coup d’État du général Jaruzelski ne constituait pas la normalisation. Mais l’assentiment de la nation polonaise, sans lequel Jaruzelski échouerait, n’était pas garanti. Il s’agissait d’une situation étonnante dans laquelle, pour la première fois, le système soviétique ne réagissait pas comme on pouvait s’y attendre. Peut-être Aron aurait-il pu faire un parallèle entre la situation de l’arrivée au pouvoir de Gomulka en 1956, et celle de Jaruzelski en 1981. Déjà en 56, les Polonais avaient trouvé une solution nationale pour éviter une normalisation imposée de l’extérieur ; ils avaient échappé au sort des Hongrois. Mais Aron ne citait pas Gomulka dans « Budapest et Varsovie113 ». Encore en janvier 1983, Raymond Aron exprimait un point de vue pessimiste sur la Pologne : il comparait sa situation avec celle de l’Afghanistan envahi par l’Armée rouge, et laissait entendre que le temps jouait peut-être pour les Soviétiques114.

  • 115 Raymond Aron, « Démocratie européenne », L’Express, 5 novembre 1982.

65En revanche, l’évolution politique en Espagne lui inspira une grande satisfaction. Il se réjouit de la victoire du PSOE de Felipe González en 1982. Malgré la tentative de coup d’État du colonel Tejero en février 1981, Aron pensait qu’une récidive était improbable. Dans la victoire du PSOE, après une période transitoire où les centristes avaient gouverné le pays, Aron voyait aussi l’échec du PCE, et le succès d’une social-démocratie plus proche du SPD que du parti socialiste français. C’était une nouvelle occasion de critiquer ce dernier. Pour Raymond Aron, l’Europe offrait l’occasion de revanches sur la vie politique nationale115.

  • 116 Raymond Aron, « Les Européens face à Reagan », L’Express, 30 juillet 1982 ; « Le gaz de discorde » (...)
  • 117 Raymond Aron, « Détente ou apaisement », L’Express, 4 juin 1982.

66Dans la dernière année de sa vie, Raymond Aron s’efforça de contribuer à la sauvegarde de l’Alliance atlantique, comme il l’avait toujours fait depuis la création de celle-ci. L’une des grandes disputes concernait le « gazoduc de l’amitié », qui devait amener le gaz sibérien à travers la Pologne et la RDA jusqu’en RFA, et, de là, le distribuer dans toute l’Europe occidentale116. Dans le nouveau climat des relations internationales, qui ressemblait de plus en plus à celui de la guerre froide, les Européens tenaient par-dessus tout à préserver les acquis de la Détente. Ainsi les Américains qualifiaient-ils d’apaisement ce que les Européens continuaient de nommer Détente. Dans son commentaire de l’actualité, Aron insistait sur la contradiction inhérente à l’attitude des Européens : on pouvait difficilement préserver la détente à l’échelle régionale si les relations internationales se dégradaient à l’échelle globale117.

  • 118 Raymond Aron, « Défense européenne », L’Express, 12 novembre 1982.
  • 119 Raymond Aron, « Paris et Bonn face aux SS-20 », L’Express, 28 janvier 1983.
  • 120 Raymond Aron, « Alliance : les paradoxes de la longévité », L’Express, 10 juin 1983.

67Plus que jamais, les questions de défense étaient au cœur des affaires européennes. Le délai prévu par la double décision de l’OTAN allait bientôt expirer. Raymond Aron fut attentif aux discussions, dont il ne pouvait connaître les détails, entre François Mitterrand, Margaret Thatcher et Helmut Kohl à propos de la défense européenne. S’il prenait acte du soutien de Mitterrand à la double-décision de l’OTAN – par laquelle la France n’était pas directement concernée, les forces atomiques française et britannique étant hors du champ des négociations –, il déplorait cependant que la France continuât d’augmenter le nombre de ses sous-marins nucléaires lanceurs d’engins, alors que la coopération franco-allemande aurait plutôt justifié un rééquilibrage des dépenses militaires en faveur du corps de bataille, donc des forces françaises en Allemagne118. Lorsque, le 20 janvier 1983, François Mitterrand apporta un soutien décisif au chancelier Kohl en soutenant devant le Bundestag le déploiement des Pershing, Raymond Aron exprima des réserves : il estimait que Valéry Giscard d’Estaing avait agi de manière plus avisée en choisissant de ne pas intervenir dans le débat des Allemands, alors qu’il était lui aussi convaincu de la nécessité de la Nachrüstung119. Au même moment, les effets de la politique économique de Reagan risquaient d’attiser les tensions entre les Européens et l’Amérique, dans la mesure où les taux d’intérêt élevés pratiqués par le Federal Reserve Board poussaient le dollar à la hausse et ralentissaient la croissance dans le reste du monde, alourdissant notamment la facture pétrolière des Européens120.

  • 121 Raymond Aron, « Imposture du pacifisme », L’Express, 24 juin 1983.

68Cependant, l’ultime engagement d’Aron sur le plan européen fut sa dénonciation du pacifisme. Il vit dans la grande manifestation de Vincennes du Mouvement de la Paix – qui avait réuni entre cent et trois cent mille personnes – « un coup de maître » des communistes. Il était tout particulièrement exaspéré par la participation de militaires en retraite, d’anciens parlementaires qui avaient cautionné ce qui était à ses yeux une capitulation morale. La manifestation était selon lui d’autant plus absurde qu’elle contribuerait à faire échouer les négociations, suscitant ainsi en fin de compte le déploiement des euromissiles que les manifestants voulaient empêcher : pour réussir les pourparlers avec Moscou, et obtenir le démantèlement des SS-20, les Européens devaient faire preuve de résolution121.

69Plus qu’une question technique, c’était une question civique, une épreuve de volonté ou un duel qu’il convenait de gagner face à un ennemi qui, lui aussi, avait lu Clausewitz. La leçon de Clausewitz, son legs aux Européens, pouvait être l’idée qu’ils ne vivraient libres que dans la résolution de combattre pour la liberté de leurs nations. Le dernier texte de Raymond Aron sur la question résumait les enjeux :

  • 122 Raymond Aron, « Pershing : le test du courage européen », L’Express, 7 octobre 1983.

« Le malheur, c’est que les Européens, s’ils n’ont plus la même confiance dans les Américains, ne manifestent pas la moindre résolution de prendre en charge leur propre sécurité par les armes classiques ou les armes nucléaires. Les pacifistes qui défilent dans les rues en clamant des slogans, que veulent-ils ? Que les Européens rompent avec les États-Unis ? Qu’ils renoncent aux armes nucléaires ? Qu’ils rejettent toute défense militaire ? Les pacifistes, tant qu’ils ne formulent pas leur propre conception de la sécurité et de la paix, se situent en dehors du débat. […] Si les Américains capitulaient à Genève, si les Allemands refusaient politiquement ou empêchaient physiquement le déploiement des Pershing, la victoire soviétique développerait des conséquences graves. Un droit de veto sur l’organisation militaire de l’Europe aurait été reconnu au Kremlin. Une pareille capitulation ne serait pas la dernière122. »

  • 123 Raymond Aron, « Ils ont choisi le plus intelligent », L’Express, 19 novembre 1982.

70Raymond Aron mourut le 17 octobre 1983. Il ne connut donc pas le dénouement de ce combat. Il est cependant remarquable que celui-ci ait concerné la défense, et la résolution des citoyens d’Europe occidentale d’accepter ou non ce devoir, ce qui avait été à la fois l’enjeu, et la grande déception, de son engagement au service de l’idée européenne. La vie d’Aron, de ce point de vue, s’achevait sur la possibilité d’une grave défaite. On ne pensait pas, alors, que l’Union soviétique s’effondrerait quelques années plus tard. Youri Andropov était certes âgé, mais il était, parmi les dirigeants possibles, « le plus intelligent123 ». Le conflit historique restait donc entier, l’Europe toujours divisée par la paix belliqueuse, les Européens occidentaux répugnant toujours à penser la guerre.

Notes

1 Raymond Aron, Plaidoyer pour l’Europe décadente, Paris, Robert Laffont, 1977, 511 p.

2 Nicolas Baverez, Raymond Aron, p. 433-434.

3 Pierre Bourdieu, Homo academicus, Paris, éditions de Minuit, 1984, 317 p. Voyez p. 277, note.

4 Op. cit., p. 284.

5 « Y a-t-il encore des maîtres à penser ? Des Gide, des Camus, des Sartre », Lire, no 68, avril 1981, p. 38-39. Cité in Pierre Bourdieu, Homo academicus, p. 281.

6 Voyez Radioscopie, du 1er octobre 1976 : « On n’écrit guère de roman […], disait-il à Jacques Chancel, qu’avec une partie de ce qu’il y a en soi de plus profond et de plus secret. Or, je suis incapable de communiquer ce qu’il y a en moi de plus profond et de plus secret. »

7 Voyez, par exemple, l’émission Apostrophes du 23 septembre 1983 : « Le XXe siècle de Raymond Aron. » Archives INA.

8 Gaston Fessard, France, prends garde de perdre ta liberté, Paris, Presses de Témoignage chrétien, 1946, 313 p.

9 Jean-Marie Benoist, Pavane pour une Europe défunte, Paris, Denoël-Gonthier, 1976, 247 p.

10 Ibid., p. 452.

11 Ibid., p. 481.

12 Plaidoyer, p. 403.

13 Ibid., p. 201.

14 Ibid., p. 353 sq.

15 Raymond Aron, Essai sur les libertés, Paris, Hachette, Pluriel, 1998, 251 p. (première édition Calmann-Lévy, 1965). Sur Hayek, voyez p. 118 sq.

16 Raymond Aron, Plaidoyer, p. 481.

17 Raymond Aron, « De la libéralisation », in Penser dans le temps, Mélanges offerts à Jeanne Hersch.

18 Op. cit., p. 192.

19 Ibid., p. 194.

20 Ibid., p. 198.

21 Raymond Aron, Plaidoyer, p. 470 sq.

22 Raymond Aron, Plaidoyer, p. 212-213.

23 Ibid., p. 180.

24 Emmanuel Todd, La Chute finale, Paris, Robert Laffont, 1976, 323 p.

25 Hélène Carrère d’Encausse, L’Empire éclaté. La révolte des nations en URSS, Paris, Flammarion, 1978, 318 p.

26 Raymond Aron, Plaidoyer, p. 478.

27 Ibid., p. 479.

28 Pierre-André Taguieff, « Origines et métamorphoses de la nouvelle droite », in Vingtième Siècle. Revue d’histoire, no 40, octobre-décembre 1993, p. 3-22.

29 Raymond Aron, « La Nouvelle droite », L’Express, 21 juillet 1979.

30 Ibid., in De Giscard à Mitterrand, p. 663.

31 Ibid., p. 28.

32 Raymond Aron, « La Sociologie de Pareto », Zeitschrift für Sozialforschung, 1937, VI, p. 489-521.

33 Raymond Aron, Introduction à la philosophie de l’histoire ; voyez p. 413, dans l’édition Tel-Gallimard, 1986.

34 Raymond Aron, « Structure sociale et structure de l’élite », in Raymond Aron, Les sociétés modernes, Paris, PUF, 2006. Première publication: « Social structure and the ruling class », British Journal of Sociology, I, 1, 1950, p. 1-16, et I, 2, 1950, p. 126-143.

35 Voyez Joseph A. Schumpeter, Ten great economists, from Marx to Keynes, Oxford, 1951, 305 p.

36 Vilfredo Pareto, Traité de sociologie générale, Genève, Droz, 1968, 1818 p., avec une préface de Raymond Aron.

37 Les étapes de la pensée sociologique, p. 470.

38 Pierre Bourdieu, Homo academicus, p. 283-284.

39 Voyez Nicolas Baverez, Raymond Aron, p. 328-332, et Raymond Aron, Mémoires, p. 350.

40 Raymond Aron, Penser la guerre, II, p. 255-256.

41 Raymond Aron, Histoire et dialectique de la violence, p. 117-129.

42 Op. cit., p. 129.

43 Raymond Aron, Plaidoyer, p. 434-435.

44 Raymond Aron, « La Liberté, libérale ou libertaire ? », in Keba M’Baye (éd.), La Liberté et l’ordre social, Rencontres internationales de Genève, Neuchâtel, Éditions de la Baconnière, 334 p. ; p. 67-112. Rééd. in Les sociétés modernes, PUF, 2006, p. 665-701. Voyez p. 680.

45 Plaidoyer, p. 449.

46 Raymond Aron, « Constitution et nationalité aux États-Unis », Cités. Philosophie, politique, histoire, no 29, p. 137 à 143 (conférence prononcée à la Sorbonne le 16 juin 1976).

47 Raymond Aron, « Universalité de l’idée de nation et contestation », in Essais sur la condition juive contemporaine, Paris, de Fallois, 1989, rééd. Tallandier, Texto, 2007, p. 296-319.

48 Ibid., p. 143.

49 Ibid., p. 312.

50 Ibid., p. 113-121.

51 Ibid., p. 312-313.

52 Ibid., p. 318-319.

53 Joachim Stark, Das unvollendete Abenteuer, p. 265.

54 Raymond Aron, Mémoires, p. 728.

55 Ibid., p. 727.

56 Ibid.

57 Ibid., p. 728.

58 Raymond Aron, « Le pari sur le libéralisme », L’Express, 12-18 mai 1979, in De Giscard à Mitterrand, p. 255.

59 NAF 28060, boîte 94. Voyez aussi Raymond Aron, « Le Relatif déclin de l’Europe », in Ranimer l’Europe, Société amicale des anciens élèves de l’Ecole polytechnique (A.X.), conférence du 8 juin 1983, Paris, Les Éditions d’organisation, 286 p. ; p. 249-255 (conférence) et p. 261-265 (discussion).

60 Raymond Aron, « Contre-révolution », L’Express, 17 juin 1983, à l’occasion de la seconde victoire consécutive des conservateurs, in De Giscard à Mitterrand, p. 591.

61 Raymond Aron, Ranimer l’Europe, p. 254.

62 Ibid., p. 261.

63 Voyez Jeanne Hersch, Henri Brugmans, Herbert Lüthy, L’Europe au-delà de l’économie, conférences du Congrès de l’Union européenne, Lausanne, 19-20 nov. 1960, Genève, La Baconnière, 1961, 84 p.

64 Raymond Aron, Ranimer l’Europe, p. 264.

65 Raymond Aron, « Terrorisme et guerre populaire », I. Le Figaro, 13 et 14 septembre 1972.

66 Voyez Philippe Raynaud, L’extrême gauche plurielle, entre démocratie radicale et révolution, Paris, CEVIPOF-Autrement, 2006, 202 p. Voyez p. 87-90.

67 Raymond Aron, Mémoires, p. 719 et p. 722.

68 NAF 28060, boîte 162, Raymond Aron, « Alexander Solshenizyn und der europäische Sinistrismus », Vienne, Europa Verlag, 1976, p. 67-82 ; NAF 28060, boîte 127, « Alexander Solzhenitsyn and European “leftism” » ; Raymond Aron, « Alexander Solzhenitsyn and European “leftism” », Survey, a journal of East-West studies, 100th issue, summer-autumn 1976, p. 233-241. Rééd. in Commentaire, no 64, hiver 1993, p. 687-692.

69 Alexandre Soljénitsyne, Le Chêne et le veau, Paris, Le Seuil, 1975, 539 p. Voyez p. 134.

70 Raymond Aron, Survey, 100, p. 238.

71 Raymond Aron, Survey, 100, p. 239.

72 NAF 28060, boîte 127.

73 Raymond Aron, « Terroristes sans cause », Le Midi Libre, 22 octobre 1977.

74 Raymond Aron, « Nous sommes tous des cochons allemands », L’Express, 24 octobre 1977.

75 Raymond Aron, « Les Possédés », Le Midi Libre, 14 mai 1978.

76 Celle-ci coûta la vie à un policier et à une voisine. Chapour Bakhtiar fut assassiné le 7 août 1991.

77 Raymond Aron, « L’Internationale terroriste », L’Express, 2 août 1980.

78 NAF 28060, boîte 207, lettre de Raymond Aron à Stanley Hoffmann du 23 décembre 1981.

79 Voyez Robert Gates, From the shadows, New York, Touchstone, 1996, 604 p.; p. 176-179, « Reevaluating Carter ».

80 Ce point de vue, exprimé par Robert Gates – p. 177 et p. 179 –, est partagé par Georges-Henri Soutou. Voyez La guerre de Cinquante Ans, p. 592.

81 Raymond Aron, « De la parité stratégique », L’Express, 19 mai 1979.

82 Raymond Aron, « Le coup de Kaboul », L’Express, 12 janvier 1980.

83 Raymond Aron, « L’Europe survivra-t-elle à 1984 ? », L’Express, 15 septembre 1979, in De Giscard à Miterrand, p. 276.

84 Raymond Aron, « Suicide d’une élite », L’Express, 1er novembre 1980.

85 NAF 28060, boîte 88. Lettre de Midge Decter-Podhoretz à Raymond Aron du 18 juin 1980 et réponse de celui-ci en date du 3 juillet.

86 Voyez Georges-Henri Soutou, op. cit., p. 607.

87 Raymond Aron, Commentaire, no 1, printemps 1978, p. 4.

88 Voyez Matthias Oppermann, op. cit., p. 537.

89 Raymond Aron, « Le courage de se défendre », L’Express, 15 décembre 1979.

90 Michel Manel, L’Europe sans défense ?, Paris, Berger-Levrault, juin 1982, 296 p.

91 Ibid., p. 13.

92 Ibid., p. 14.

93 Ibid., p. 15.

94 Raymond Aron, « Désinformation », L’Express, 24 mai 1980.

95 Raymond Aron, « Isolationnisme et finlandisation », L’Express, 28 juin 1980.

96 Raymond Aron, « L’Allemagne de Schmidt », L’Express, 12 juillet 1980.

97 Raymond Aron, « Après la Détente », L’Express, 17 janvier 1981.

98 Raymond Aron, « Une monnaie européenne », Le Midi Libre, 23 septembre 1978.

99 Raymond Aron, « L’Europe, interdite ou impuissante ? », L’Express, 2 décembre 1978.

100 Ibid.

101 Raymond Aron, « Naissance de l’écu », L’Express, 9 décembre 1978.

102 Raymond Aron, « Jean Monnet a-t-il gagné ? », L’Express, 24 mars 1979.

103 Raymond Aron, « L’élection inutile », Le Midi Libre, 7 avril 1979.

104 Raymond Aron, « L’Europe sans illusions », Le Midi Libre, 5 juin 1979.

105 Archives INA, journal de TF1 du 3 juin 1980.

106 Voyez Raymond Aron, « L’Avenir des religions séculières », I, La France Libre, VIII, 45, p. 210-217, et II, La France Libre, VIII, 46, p. 269-277 (juillet 1944), rééd. in Chroniques de guerre, p. 925-948. Voyez Matthias Oppermann, op. cit., p. 184.

107 Raymond Aron, « Mystique de la Détente », L’Express, 13 septembre 1980.

108 Raymond Aron, « Quelle normalisation ? », L’Express, 6 décembre 1980.

109 Raymond Aron, « Solidarité, An II », L’Express, 25 septembre 1981.

110 Raymond Aron, « La junte communiste », L’Express, 18 décembre 1981.

111 Raymond Aron, « Sortir de Yalta », L’Express, 8 janvier 1982.

112 Raymond Aron, « Varsovie et Managua », L’Express, 15 janvier 1982.

113 Raymond Aron, « Budapest et Varsovie », L’Express, 16 juillet 1982.

114 Raymond Aron, « Deux anniversaires », L’Express, 7 janvier 1983.

115 Raymond Aron, « Démocratie européenne », L’Express, 5 novembre 1982.

116 Raymond Aron, « Les Européens face à Reagan », L’Express, 30 juillet 1982 ; « Le gaz de discorde », 10 septembre 1982.

117 Raymond Aron, « Détente ou apaisement », L’Express, 4 juin 1982.

118 Raymond Aron, « Défense européenne », L’Express, 12 novembre 1982.

119 Raymond Aron, « Paris et Bonn face aux SS-20 », L’Express, 28 janvier 1983.

120 Raymond Aron, « Alliance : les paradoxes de la longévité », L’Express, 10 juin 1983.

121 Raymond Aron, « Imposture du pacifisme », L’Express, 24 juin 1983.

122 Raymond Aron, « Pershing : le test du courage européen », L’Express, 7 octobre 1983.

123 Raymond Aron, « Ils ont choisi le plus intelligent », L’Express, 19 novembre 1982.

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540