Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Raymond Aron et l’Europe

 | 
Joël Mouric

Deuxième partie. Le moment européen, 1943-1955

Chapitre VIII. La CED, 1951-1954

Texte intégral

  • 1 Charles de Gaulle, discours du 22 juillet 1947 à Rennes.
  • 2 Maurice Vaïsse, « Le général de Gaulle et la défense de l’Europe, 1947-1958 », in Matériaux pour l (...)

1Depuis 1947, Raymond Aron était adhérent du RPF. Ce choix politique en faveur du gaullisme éclaire sa position vis-à-vis du projet de Communauté Européenne de Défense. Celle-ci correspond en effet largement à la vision du général de Gaulle, favorable à l’Alliance atlantique pour tenir en respect l’Armée rouge, stationnée à une distance « de deux étapes du Tour de France cycliste1 ». Lors du débat sur la CED, les arguments de Raymond Aron étaient proches de ceux qui étaient alors avancés par le Général. Celui-ci, comme l’a écrit Maurice Vaïsse2, n’était pas anti-européen, mais il fut hostile à la CED. Aron est en phase avec la vision gaullienne, lorsqu’il parle de la communauté de destin des nations européennes. Le Général assimilait en effet l’intérêt de la France et celui de l’Europe. Mais les deux hommes ont aperçu la faiblesse inhérente au projet même de la CED. Ainsi de Gaulle disait-il, dans le discours qu’il prononça en juillet 1952 à Saint-Maur :

  • 3 Charles de Gaulle, Discours et messages, t. 2, Dans l’attente, février 1946-avril 1958, Paris, Plo (...)

« On s’enferme dans des comités. On élabore des techniques. On fabrique des pools. On se réunit dans des Conseils entre augures intéressés. Mais les peuples n’y sont pas3. »

  • 4 Raymond Aron, Les guerres en chaîne, Paris, Gallimard, NRF, 1951, 502 p. ; p. 413-415.
  • 5 L’influence de Burke sur la pensée de Charles de Gaulle a été discutée par Fabrice Bouthillon, Les (...)
  • 6 Raymond Aron, Le Spectateur engagé, Paris, Julliard, 1981, 339 p.

2Dès septembre 1951, Charles de Gaulle et Raymond Aron évoquaient sans détour le défi au bon sens que représentait la perspective d’une armée commune en l’absence de gouvernement commun et de peuple européen, avec les risques que cela risquait d’entraîner pour la cohésion de l’Alliance atlantique. En effet, ni les intérêts politiques, ni les impératifs géostratégiques des principaux partenaires, la France et la RFA, ne coïncidaient. La France était alors encore un Empire, et la République fédérale le fragment d’une nation divisée par le rideau de fer. Si « l’idée européenne est vide », comme l’écrivit Aron dans l’une des pages les plus passionnées des Guerres en chaîne4, comment fonder sur elle la défense de la liberté sur les franges atlantiques du Vieux Continent ? Le gaullisme de Raymond Aron apparaît ainsi comme la clé de ses réflexions européennes au début des années cinquante. Il se comprend en fonction de la tonalité burkienne5, ou libérale-conservatrice, de sa pensée, telle qu’il l’avait exprimée depuis l’Introduction à la philosophie de l’histoire – la liberté politique se conçoit d’abord comme enracinée dans une tradition historique –, et ce d’autant mieux que le RPF, comme il le rappelait en 1981 devant Jean-Louis Missika et Dominique Wolton, correspondait à un « gaullisme parlementaire », et n’était pas le gaullisme qui revint au pouvoir en mai-juin 58 « à la limite du coup d’État6 ».

3Entre Le Grand Schisme et Les Guerres en chaîne, entre 1947 et 1950, un changement de perspective s’est opéré. Certes, les deux livres ont en commun l’inquiétude quant au déclassement de l’Europe et à l’avenir du Vieux Continent. Mais Le Grand Schisme était davantage une suite à La Réforme intellectuelle et morale de la France qu’une réflexion sur la place de l’Europe dans les relations internationales ; il y était bien plus question de la France, à travers la justification de l’engagement d’Aron au RPF, que de l’Europe, ce qui est révélateur d’une vision gaulliste : la réforme nationale, notamment politique, importe avant tout, et sans une telle réforme, l’idée européenne pourrait bien n’être qu’« un alibi de l’inaction ». Raymond Aron a nourri ce soupçon contre les gouvernements de la IVe République.

  • 7 Chap. I : « La surprise technique », chap. II, « Le dynamisme de la guerre totale ».

4À la différence du Grand Schisme, Les Guerres en chaîne est une réflexion sur le déclassement de l’Europe. C’est une compréhension du phénomène de la guerre dans l’histoire européenne du XXe siècle, dont le but est de définir une stratégie, afin de préserver la liberté de l’Europe occidentale tout en évitant la guerre totale7. Contrairement à ce que pouvait suggérer Spengler, la civilisation industrielle européenne n’était pas fatalement vouée au déclin ou au suicide. D’où la troisième partie des Guerres en chaîne, « La guerre limitée », dans laquelle Raymond Aron combattait le pessimisme ambiant. Pour la première fois, quelqu’un essayait de mesurer les chances de la paix dans les limites de la simple raison, non à partir du pacifisme, mais à partir de l’idée que la guerre est un acte politique.

  • 8 Les Guerres en chaîne., p. 8.

5Le livre était en effet centré sur l’Europe, et visait bien à prolonger la thèse « paix impossible, guerre improbable », exprimée dans Le Grand Schisme : « J’espérais, en 1947, que la guerre froide serait le substitut de la guerre totale. Je l’espère encore, sans me dissimuler que les chances de cette hypothèse optimiste ont diminué. La leçon des guerres précédentes n’en justifie pas moins l’effort, poursuivi jusqu’au bout8. »

6En présentant cette profession de foi, Aron évoquait aussi une objection à laquelle il avait pensé : une troisième guerre mondiale « apporterait peut-être, par épuisement des combattants, ou par domination universelle d’un empire, une paix durable ». Aron ne croyait pas en une telle paix par l’empire, et ajoutait : « Un stalinisme triomphant entretiendrait probablement la guerre permanente. » En revanche, on pouvait espérer mieux d’une stratégie défensive de l’Occident, autrement dit d’une stratégie qui se fixerait des buts clairs et limités :

  • 9 Ibid., p. 9.

« La paix qu’apporterait l’hégémonie d’une puissance maritime se traduirait seulement par la limitation de la violence. Elle aurait pour condition non pas un gouvernement mondial, mais la soumission de tous les États à quelques règles. Si par malheur la guerre totale éclatait, les Occidentaux devraient, cette fois, se fixer des buts précis, accessibles, sans aller jusqu’au bout de la guerre hyperbolique : abattre le rideau de fer, rétablir les communications entre la Russie et le reste du monde, imposer un contrôle international des armements scientifiques, garantir aux individus de toutes les nations certains droits. L’Occident chercherait à frapper la conspiration stalinienne, il ne forgerait pas le mythe de la culpabilité collective du peuple russe9. »

  • 10 Voyez Eisenhower, Crusade in Europe, London, Heinemann, 1948, 559 p.
  • 11 Raymond Aron, Les Guerres en chaîne, p. 9.
  • 12 Ibidem ; nous soulignons.

7On ne pouvait plus clairement condamner le style de guerre que les États-Unis avaient mené lors de la libération de l’Europe : « La technique moderne de combat condamne les rêves de croisade10. » Selon Aron, la responsabilité historique de limiter la guerre ne pouvait donc échoir qu’à l’Occident : « La victoire à laquelle tendent les Occidentaux est limitée : nulle mythologie ne leur enjoint d’exterminer leurs ennemis. Mais leur volonté de vaincre ne doit pas être moins totale que la volonté de puissance des staliniens11. » Comment pouvait-on considérer une telle leçon comme celle des guerres précédentes – dont tout semblait démontrer qu’elles avaient consacré le mécanisme de la guerre dite totale ou hyperbolique ? Et comment par ailleurs concevoir une « volonté de vaincre » qui ne soit pas en même temps une « volonté de puissance12 » ? À ces deux questions, Les Guerres en chaîne tentait d’apporter une réponse, en montrant le rôle que les Européens devraient y jouer, mais qu’ils ne seraient peut-être pas capables de tenir.

  • 13 L’expression de « surprise technique » à propos de 14-18 est présente, pour la première fois sembl (...)

8Aron interprète alors la première guerre mondiale comme le résultat d’un « raté diplomatique » : en 1914 « la scène européenne n’était pas peuplée d’États-loups et d’États-agneaux, mais d’États souverains », parmi lesquels l’Allemagne était certes « plus inclinée à la guerre » en raison de son expansion, mais cette circonstance n’entraînait pas que l’Allemagne portât exclusivement la responsabilité du conflit. Il s’agissait donc de comprendre pourquoi, en 1914, « le monstre guerrier, qui avait secoué le Vieux Continent de 1792 à 1815 […] se déchaîna à nouveau ». Aron avançait plusieurs hypothèses. D’abord la loi non écrite de l’équilibre européen selon laquelle la puissance principale devait nécessairement susciter une coalition contre elle, destinée à prévenir son hégémonie. Mais l’existence des systèmes d’alliances ne rendait pas pour autant nécessaire la guerre, encore moins une guerre totale du type de celle qui commença alors. Pour rendre compte de « la surprise technique13 », Raymond Aron remontait à la Révolution française qui avait mobilisé des peuples entiers au lieu d’armées professionnelles, bien distinctes de la population civile. Là était, selon lui, l’origine de la guerre totale, dont la guerre de Sécession américaine avait été le premier exemple.

  • 14 Guglielmo Ferrero, La Fin des aventures. Guerre et paix, Paris, Rieder, 1931, 336 p.

9Aron empruntait à Guglielmo Ferrero la notion de guerre hyperbolique14. Écrit en pleine première guerre mondiale, le livre de Ferrero reflétait les passions du moment, et confondait croissance industrielle et politique de puissance. Lorsqu’il écrivit le chapitre « La surprise technique », le premier des Guerres en chaîne, Aron prolongeait donc les réflexions de Ferrero, mais en dissociant l’Allemagne historique du type idéal de la société industrielle. Dès lors, la guerre hyperbolique n’était plus l’aboutissement du Dasein des Allemands, mais une sorte de maladie infantile des sociétés industrielles : la conséquence d’un raté diplomatique devenue catastrophique, du fait de la puissance industrielle et des armées de conscription.

  • 15 Clausewitz, De la guerre, I, 1, § 11.
  • 16 Raymond Aron, Les Guerres en chaîne, p. 36.
  • 17 Titre du chap. II des Guerres en chaîne.

10Aron manifestait surtout l’assimilation des catégories de Clausewitz, notamment la distinction fondamentale entre la guerre totale et la deuxième sorte de guerre, dans laquelle les objectifs sont limités15. « Tout se passe comme si, à partir d’un certain degré, la violence s’entretenait d’elle-même. Pour la guerre, comme pour les matières fissibles [sic], il y a un volume critique. Depuis 1914, l’Europe est livrée à une réaction guerrière “en chaîne16”. » Aron cherchait à comprendre le processus d’ascension aux extrêmes que constitue « Le dynamisme de la guerre totale17 ». En d’autres termes, l’interprétation de la guerre hyperbolique qu’il proposait attribuait à celle-ci une origine technique et non politique : parce que la raison politique avait été dépassée par les moyens techniques de la civilisation industrielle, la guerre avait dégénéré en guerre totale. D’où l’idée qui allait constituer par la suite la perspective structurante de la pensée stratégique d’Aron : pour modérer la guerre, il faut la ramener vers son caractère originel, selon lequel la guerre est une modalité de l’action politique.

  • 18 Ibid., p. 42-43.

11La Seconde Guerre mondiale correspondait à la guerre totale, apocalyptique. Il semblait difficile de l’interpréter en faveur d’une théorie de la guerre limitée. Or, là résidait l’erreur de nombreux penseurs au lendemain du premier conflit mondial : « Les penseurs de l’Occident avaient tiré des événements tragiques de 1914-1918 la leçon que la guerre moderne ne paye pas. Plus de vainqueurs ni de vaincus : partout des morts et des ruines18. » Une autre interprétation était possible : « Ce qui serait absurde, ce ne serait pas la guerre en elle-même, mais la guerre totale. Les 185 morts de Trafalgar avaient plus rapporté à leur patrie que les 800 000 morts de 1914-1918. » Aron reprenait en l’occurrence la formule de Liddell Hart, celle d’une guerre with limited liabilities. Selon lui, la leçon que les Allemands avaient tirée de la Grande Guerre était encore tout autre. La stratégie nazie ne consistait pas à limiter la mise ; au contraire, on envisageait de miser très gros et de jouer serré. Et le fait est qu’agissant ainsi, les nazis déchaînèrent la guerre totale avec une ampleur sans précédent :

  • 19 Ibid., p. 49.

« Bombardements stratégiques, déportations de travailleurs, guérilla, terreur, police, cette amplification de la violence découle logiquement d’une guerre impériale, menée avec les armes de l’industrie moderne. Mais ce déchaînement du monstre n’impliquait pas encore l’extermination, froidement décidée, scientifiquement organisée, de six millions de Juifs, il n’impliquait pas les camps de concentration ou, du moins, les procédés sadiques de dégradation et de mort lente. On ne saurait retirer aux Hitlériens le triste mérite d’avoir prévenu et dépassé les exigences de la guerre totale. En 1871, Renan annonçait que les passions raciales ramèneraient l’humanité aux guerres zoologiques : nous y sommes19. »

  • 20 Voyez p. 199 de La Réforme intellectuelle et morale de la France : « Notre politique, c’est la pol (...)

12La référence à Renan renvoyait à la célèbre lettre à Strauss20. Elle manifestait donc la continuité de la pensée aronienne à partir de l’idée que l’Europe procédait de la pluralité des nations, cadre historique de la liberté politique. La tentative impériale du nazisme ne pouvait pas réussir pour les mêmes raisons que Renan avait objectées à Strauss :

  • 21 Les Guerres en chaîne, p. 51.

« En tant qu’idéologie impériale, l’hitlérisme était, en effet, un défiau bon sens. Tout empire, imposé à de vieilles nations, fières de leur civilisation, ne se stabilise qu’en amenant les vaincus à accepter leur sort. L’empire romain eût été impossible si Italiens, Gaulois ou Africains n’eussent pu devenir citoyens romains. Une fois les Juifs exterminés (et quelques mois de plus auraient suffi), le racisme eût perdu sa seule valeur internationale. À quoi bon répéter : antisémites de tous les pays, unissez-vous ! le jour où il n’y aurait plus eu de Juifs pour les chambres à gaz ? À ce moment, ou bien le racisme disparaissait, ou bien il jouait au profit des seuls Allemands. On ne gagne pas l’âme des sujets en proclamant la supériorité du peuple-maître21. »

13Ce passage reprenait les critiques du grand espace développées par Aron dans La France Libre pendant la Seconde Guerre mondiale. Il montrait aussi une prise de distance avec les thèses exprimées par Simone Weil en 1940 dans Quelques réflexions sur les origines de l’hitlérisme ; idées qui l’influençaient encore lorsqu’il écrivait « La menace des Césars » en 1942. « Attitude extrême » de rejet de la force, le jugement de Simone Weil n’était pas plus satisfaisant que l’attitude opposée :

  • 22 Ibid., p. 85-86.

« Ratifier tous les jugements de l’histoire, c’est donner par principe raison à la force et, en pratique, aboutir à l’opportunisme (à moins que, par un acte de foi, on ne soit assuré de connaître la vérité de l’avenir). Les rejeter tous, c’est nier par principe que la force puisse être nécessaire à l’avènement d’un État ou d’un ordre social et s’obliger à une sorte d’abstention22. »

14En 1950-1951, Aron ne condamnait donc plus l’impérialisme en tant que tel, mais bien le type d’idéologie qu’avait été le nazisme, négateur de l’humanité. Il ne comparait donc plus le IIIe Reich et l’empire romain.

15Aron ne voyait pas dans le projet initial d’Hitler l’intention d’aboutir à la guerre totale. Il distingue en effet les premières années, jusqu’en 1940, durant lesquelles « on avait l’impression d’un plan élaboré à l’avance et méthodiquement appliqué ». Par la suite, notamment lorsqu’il déclara la guerre aux États-Unis après Pearl Harbor, Hitler « cimenta l’alliance des trois plus grandes puissances du monde. Du coup, concluait Aron, l’impression de calcul disparaît. Nous n’avons pas assisté au déroulement d’un plan mais aux improvisations d’un aventurier. » Le moment-clé est donc celui qui est à l’articulation des deux phases, et ce moment est nommé dans Les Guerres en chaîne ; il s’agit de l’épisode de Dunkerque, lorsque Hitler, pour des raisons controversées, arrêta pendant deux jours les Panzerdivisionen, permettant ainsi l’évacuation du corps expéditionnaire britannique :

  • 23 Ibid., p. 53.

« Après la campagne de Pologne, durant la campagne de France, Hitler n’était pas encore, semble-t-il, convaincu que l’empire britannique fût un ennemi irréconciliable. Il se peut qu’il ait sauvé l’armée anglaise à Dunkerque en arrêtant quarante-huit heures les divisions blindées, afin de ne pas blesser l’amour-propre des Britanniques et de conserver une chance de traiter avec eux.
À partir de ce moment, on chercherait vainement, dans les décisions successives du Führer, la trace d’un plan élaboré à l’avance23. »

  • 24 J. Mouric, « Comment interpréter mai 1940 ? Aron et Clausewitz », Commentaire, 124, hiver 2008-200 (...)

16Cet épisode est important parce qu’il illustre l’hypothèse selon laquelle Hitler lui-même, à cette date, aurait fait prévaloir le but politique de la guerre sur le déchaînement de la guerre totale. Le dictateur nazi se refusait évidemment à admettre que « victoires pacifiques et victoires-éclair rendaient fatale la guerre inexpiable ». Il n’en voulait pas moins que l’Angleterre consentît à l’hégémonie allemande en Europe. Aron a ainsi montré que même Hitler, le chef et le créateur du régime le plus apocalyptique du XXe siècle, avait retenu, en un moment qui faillit bien être décisif, l’interprétation modérée de Clausewitz selon laquelle la conduite de la guerre est subordonnée aux buts politiques24. Ce n’est qu’après l’échec de son plan que le dictateur multiplia les improvisations et finit là où le portait sans doute sa nature profonde, dans l’ascension aux extrêmes et la ruine du Vieux Continent.

17Avant d’envisager les perspectives d’avenir du Vieux Continent, l’essai de Raymond Aron avait donc donné la priorité, non au thème de l’anticommunisme, ni même à celui du totalitarisme en général, mais à la compréhension du phénomène de la guerre dans les sociétés industrielles, et à partir d’une idée paradoxale, celle que l’histoire européenne du premier XXe siècle, si elle illustrait le phénomène de la guerre totale, n’en démontrait pas la fatalité. Au contraire, elle enseignait plutôt le contraire, attestait les chances de la raison politique et donc, pour l’Europe, l’espoir d’un avenir qui ne serait pas la réalisation des prophéties de Spengler.

  • 25 Raymond Aron, « De la paix sans victoire. Note sur les relations de la stratégie et de la politiqu (...)

18Lorsque Les Guerres en chaîne furent rédigées, la guerre de Corée n’avait pas encore atteint le point culminant du 11 avril 1951, jour où Harry Truman décida de limoger le général Douglas MacArthur. Pour Aron, le problème n’était pas la subordination du pouvoir politique au pouvoir militaire : MacArthur n’avait jamais songé à enfreindre la Constitution des États-Unis25. L’essentiel était « l’incertitude fondamentale relative à la conduite des guerres : quelle part faut-il faire aux arguments militaires et aux arguments politiques » ? Or, cette interrogation ramenait à Clausewitz. La guerre de Corée a donc été une étape importante dans le cheminement qui a conduit Aron à approfondir l’étude du général prussien pour penser la situation de l’Europe.

  • 26 Ibid. : « La guerre n’est rien d’autre que la continuation des relations politiques, mélangée avec (...)

19La première étape du raisonnement consistait à définir la pensée authentique de Clausewitz comme une pensée dans laquelle la guerre est un acte politique, ce qui subordonne logiquement l’action militaire à l’action politique ou, en d’autres termes, renvoie la stratégie au niveau politique, ce qui revient aussi à affirmer que la victoire militaire ne saurait être que tactique. Conformément à cette interprétation, Aron préférait le deuxième énoncé de la formule de Clausewitz26. C’est alors, juste après la rédaction des Guerres en chaîne, et dans la conjoncture inquiétante de la guerre de Corée, que Clausewitz a commencé de prendre une importance décisive dans la pensée d’Aron.

  • 27 Clausewitz, Vom Kriege, I, 3.
  • 28 Raymond Aron, art. cit., p. 242, et Clausewitz, De la guerre, VIII, 6B ; p. 704 dans la traduction (...)
  • 29 Raymond Aron, « De la paix sans victoire », p. 244.

20Pour préciser sa pensée, Aron était amené à restreindre la portée de ce que Clausewitz appelle la guerre conforme à son concept. Là encore, Aron s’appuyait sur le livre VIII de Vom Kriege, il affirmait donc que ce que Clausewitz appelle la guerre conforme à son concept, la guerre comme ascension aux extrêmes27, n’était qu’un type idéal à la manière de Max Weber28. Aron s’appuyait désormais explicitement sur l’interprétation de Clausewitz par Delbrück. Celui-ci avait douté dès la bataille de la Marne qu’une victoire totale de l’Allemagne fût possible. Après Verdun, il était sûr du contraire. Il développa ainsi l’idée d’une stratégie d’usure, mais ce fut Ludendorffqui l’emporta, et qui conduisit l’Allemagne à la défaite. En effet, expliquait Aron : « La stratégie adoptée par Ludendorffest responsable de la défaite finale, parce qu’elle continua à viser la victoire totale, alors qu’elle aurait dû viser seulement à ne pas subir une défaite totale29. » Logiquement, pensait Aron, l’Allemagne aurait dû suivre les conseils de Delbrück dans chacune des deux guerres mondiales, mais Hitler, prisonnier de ses conquêtes et de sa vision du monde, fut un continuateur de Ludendorff.

  • 30 Ibid., p. 244.

21Mais dans la Seconde Guerre mondiale, l’ascension aux extrêmes ne fut pas seulement le fait de l’Allemagne ; selon Aron, elle devait également beaucoup aux Américains. Aron remarquait que l’on pouvait donc très bien la rencontrer du fait du pouvoir civil, qu’il n’existait donc aucune coïncidence nécessaire entre pouvoir civil et modération d’une part, pouvoir militaire et guerre totale de l’autre. Quant à l’exigence américaine de la capitulation sans conditions, qu’il réprouvait depuis les années de guerre, il y voyait plus que jamais une conséquence de la guerre de Sécession : « La victoire totale des Nordistes avait effectivement étouffé toute velléité ultérieure de sécession. La fédération américaine était définitivement sauvée30. » Mais 1945 n’était pas 1865 : la victoire totale remportée sur le IIIe Reich avait aussi permis à Staline de dominer l’Europe centrale et orientale. Roosevelt n’avait rien vu au-delà de l’écrasement de l’Allemagne nazie : il semblait avoir négligé le but politique de la guerre au profit de la seule victoire militaire.

  • 31 Ibid., p. 250.

22D’où l’enjeu de la guerre de Corée, qui était de tester la garantie américaine pour l’Europe occidentale. Pour Aron, il fallait donc intervenir, et livrer une guerre limitée, puisque les Américains ne pouvaient pas dégarnir davantage les autres fronts de la guerre froide. Cependant, Aron estimait que la stratégie de MacArthur se défendait : il ne condamnait pas la tentative de reconquérir toute la Corée après le succès du débarquement d’Inchon. Il comprend ensuite la décision de Truman, mais sans faire de MacArthur un autre Ludendorff31.

23Cette remarque permet de comprendre le point de vue d’Aron, et aussi pourquoi il fut parfois considéré comme un dangereux partisan du roll back. En fait, un chef comme MacArthur ne laissait probablement aucun doute, ni aux Chinois, ni aux Soviétiques, sur le fait que, le cas échéant, il ne reculerait pas devant l’ascension aux extrêmes. Mais il fallait que le but politique fût clair : l’objectif de l’Occident avait été, et restait la libération de la Corée du Sud, les Occidentaux ne voulaient pas une guerre mondiale contre le communisme. La libération de la Corée dans son ensemble aurait pu être l’heureuse conséquence, elle n’était pas le but ultime du conflit.

24La guerre de Corée traduisait donc, à partir d’avril 1951, une stratégie d’usure. Aron précisait qu’il ne fallait pas comprendre usure par accumulation de pertes matérielles ou humaines (dans le sens où Verdun fut une Materialschlacht), mais avant tout comme épreuve de volontés : il s’agissait d’user la volonté de vaincre de l’adversaire. Encore fallait-il rester conscient de l’asymétrie des intentions. La guerre de Corée était représentative de la guerre froide parce que :

  • 32 Ibid., p. 253.

« La guerre froide est une guerre limitée où chacun des deux camps n’emploie qu’une partie des moyens disponibles, mais où l’un vise une victoire totale et l’autre une victoire partielle. Pour arrêter l’expansion stalinienne sans guerre illimitée, il faut que Staline renonce à son but dernier ou bien se contente d’y tendre par une stratégie d’usure. Dans cette dernière hypothèse, le choc de deux stratégies d’usure, avec limitation des moyens, peut aboutir à une épreuve de force prolongée durant une génération32. »

25C’est cette stratégie à long terme, stratégie d’usure, qu’Aron allait défendre, en juin 1952, en des termes clairs mais tenant compte de la psychologie des Allemands, devant des étudiants de Francfort. « De la paix sans victoire » est un article important, parce qu’il inaugure la perspective stratégique qui aboutit à Penser la guerre en 1976. Il montre aussi comment l’événement – en l’occurrence l’évolution du conflit coréen – a fait mûrir la réflexion développée dans Les Guerres en chaîne. Il manifeste enfin comment Aron répond au problème de la division de l’Allemagne et du Vieux Continent par une interprétation originale de Clausewitz, celle de Delbrück adaptée au cadre de la guerre froide, donc en retrouvant dans la culture allemande une réponse aux conséquences de la crise européenne dans laquelle l’Allemagne avait joué un rôle déterminant.

  • 33 Raymond Aron, Les Guerres en chaîne, p. 371.
  • 34 Ibid., p. 377.

26Aron restait fidèle à un libéralisme modéré qui procède d’un primat du politique sur la doctrine économique libérale, et admet dans une certaine mesure l’État-Providence. Il était important d’améliorer le niveau de vie des Européens : « Le crime désormais, c’est la déflation et non pas l’appel aux secours étrangers33. » L’aide économique américaine resterait en effet indispensable, parce que le Vieux Continent était mutilé, coupé en deux par le rideau de fer, et parce qu’il devait simultanément renoncer à ses colonies : « Dans l’ordre économique, l’Europe n’est et ne peut-être qu’un fragment de l’univers atlantique », écrivait Aron34.

  • 35 Ibid., p. 378-379.
  • 36 Ibid., p. 388, n. 1.

27La question centrale était celle de la défense. Aron mesurait la difficulté de transformer en alliés les Allemands et les Français si peu de temps après la fin de la guerre35. Il était pourtant convaincu que le concours de l’Allemagne était indispensable à la défense de l’Europe occidentale. Or, on en avait discrédité l’armée. Il rappelait les jugements des généraux de la Wehrmacht pour crimes de guerre, et signalait l’injustice que les crimes de guerre commis par les vainqueurs n’aient pas été au moins examinés36. On pouvait douter que la jeune RFA fût en état physique, ou même moral, de combattre. Aron la qualifiait de « réserve allemande » – au sens des réserves indiennes – comptant quarante-sept millions d’habitants dont neuf millions de réfugiés. Il mettait en doute la capacité de la République de Bonn à conduire un réarmement : n’avait-on pas accordé les plus larges prérogatives possibles aux Länder pour conjurer la perspective d’un nouveau Reich ? Or, précisait-il, l’État central est « le seul qui, à notre époque, soit une réalité politique, parce que seul il possède les moyens militaires ». On était donc bien devant un dilemme : si on voulait le concours allemand, il faudrait « faire appel à la caste militaire » de l’ancienne Wehrmacht. Rien ne garantissait que les Allemands eux-mêmes voudraient participer.

28C’est pourquoi Raymond Aron revenait sur la question allemande dans son ensemble. L’idée européenne y ressurgissait comme un mythe politique, parce que la RFA n’était qu’un simulacre d’Allemagne. Elle ne pouvait donc combler les aspirations du peuple allemand ; seule l’idée européenne pouvait donner aux Allemands de l’Ouest la perspective de former, de nouveau, en attendant l’occasion historique d’une éventuelle réunification, une communauté politique viable :

  • 37 Ibid., p. 394.

« On parle d’Allemagne, à propos de la République fédérale, mais celle-ci en constitue à peine une caricature. Séparée de la zone orientale, elle n’existe pas en tant qu’unité politique indépendante. Elle ne constitue qu’un fragment de l’Europe occidentale, elle-même fragment du monde atlantique. L’idée européenne, qui semble survivre en Allemagne à l’épuisement de toutes les idéologies, n’est pas tant un héritage de la propagande hitlérienne qu’une prise de conscience historique. L’Allemagne de l’Ouest n’a pas d’avenir en tant que telle, elle n’a d’avenir qu’au sein d’une communauté plus vaste, ce qui n’exclut pas que cette Allemagne tronquée, le jour où elle retrouverait des armes, puisse être animée non par le seul désir de défense, mais aussi par la nostalgie des terres perdues37. »

29On voit ici comment l’idée européenne revient au premier plan des spéculations aroniennes via la question allemande. Contrairement à l’européisme originel qu’Aron avait éprouvé dans le Zeitgeist des années vingt, il s’agissait cette fois d’une réflexion de politique réaliste : l’Allemagne occidentale n’existait pas en tant qu’unité politique indépendante ; elle n’avait d’avenir qu’au sein d’une communauté plus vaste, mais l’idée européenne y survivait comme une perspective d’avenir que l’on devait donc exploiter, d’autant plus que l’on avait besoin de l’Allemagne sur les plans économique et militaire. Certes, l’entreprise présentait un risque, mais ce risque était limité puisque 1945 avait été le 1815 de l’Allemagne.

  • 38 Ibid., p. 399.
  • 39 Ibid.
  • 40 Ibid., p. 406.

30Dans le contexte de l’après-guerre, l’idée européenne s’imposait à la raison sur les plans économique et militaire : « Comment n’être pas partisan de l’unité européenne38 ? » Discréditée quatre ans auparavant par l’usage qu’en avait fait la propagande hitlérienne, l’idée de l’unité politique de l’Europe obtenait une assez large adhésion, à l’exclusion des communistes. « Les Européens, soulignait Aron, ont, à travers les siècles, sourdement rêvé de s’unir, moins par amour de l’Europe (qui n’est qu’une abstraction) que par souvenir de l’empire romain, par conscience de la chrétienté, ou par un sentiment vague de civilisation commune39. » La critique aronienne de l’idée européenne était donc fondée sur le caractère abstrait de l’idée européenne, dans la logique de la philosophie de la liberté enracinée dans l’esprit objectif (le concret historique), qu’il avait développée depuis l’Introduction à la philosophie de l’histoire. Dans Les Guerres en chaîne, Aron répétait son scepticisme sur les chances de succès d’une intégration économique libérale dans un grand marché commun : « L’Italie, sans charbon ni fer, ne sacrifiera pas les trois millions de tonnes que fournit la sidérurgie nationale40. » Il ne condamnait pas pour autant le Plan Schuman, au contraire :

  • 41 Ibid., p. 408.

« Mais ne pourrait-on pas recourir à une direction souple pour créer les conditions dans lesquelles les gouvernants, syndicats professionnels, parlement consentiraient à l’expérience d’un marché libre ? Telle semble avoir été l’idée inspiratrice du plan Schuman de pool européen du charbon et de l’acier. […] La Haute Autorité s’efforcerait de créer, par son intervention, les conditions dans lesquelles la concurrence serait susceptible de jouer41. »

  • 42 Ibid., p. 410-411.

31Mais si intéressante que fût la méthode du Plan Schuman, elle n’en garantissait pas le succès. Les opinions publiques accepteraient-elles la fermeture de mines peu productives en Belgique ou en France, parce que celles de la Ruhr étaient plus performantes ? Comment un effort de rationalisation, qu’il était impossible de faire prévaloir à l’échelle des États-nations, pourrait-il être réalisé à l’échelle d’un super-État européen ? « Il est vain, écrivait Aron, d’imaginer que l’État fédéral serait animé par un moteur plus puissant et paralysé par moins de freins que les États nationaux42. »

  • 43 Ibid., p. 413.

32Cette critique extrêmement forte atteignait au cœur le projet politique européen, et conserve, semble-t-il, toute son actualité dans les débats qui se prolongent au début du XXIe siècle sur la légitimité démocratique des institutions européennes. Chez Aron, la situation institutionnelle de la IVe République contribuait au scepticisme à l’égard de la première communauté européenne. L’essentiel n’était donc pas sur le plan économique, mais sur le plan stratégique. Aron envisageait les situations respectives de la Grande-Bretagne et de l’Allemagne à l’égard de l’unification du Vieux Continent. Il jugeait que la Grande-Bretagne, « intellectuellement, moralement », était européenne. Mais le Royaume-Uni avait d’autres horizons : « Demander à la Grande-Bretagne de se tenir pour partie intégrante d’un espace, politique ou économique, baptisé Europe, c’est lui demander le renoncement à ses fonctions historiques… » Du point de vue des dirigeants de Londres, il était légitime de se poser la question : « Vaut-il la peine de créer la zone intermédiaire, que l’on baptisera Europe, entre les nations et le système mondial43 ? » On a vu que cette opinion était celle d’Aron lui-même quant aux échanges commerciaux. Raymond Aron plaidait ainsi discrètement, contre les avocats du Plan Schuman, pour cette position britannique officieuse : « Sans pousser aussi loin, pour mon compte, le scepticisme à l’égard de l’idée européenne, je ne nierai pas que la thèse britannique comporte une part de vérité. » Mais, comme le concours britannique était improbable, la relation fondamentale devait donc être la relation franco-allemande dont dépendait la capacité de défense de l’Europe occidentale. Aron ramenait la foisonnante question européenne à cette question centrale :

  • 44 Ibid., p. 413.

« L’Europe occidentale doit se donner une force militaire, et celle-ci ne peut surgir que d’une réconciliation de la France et de l’Allemagne. Alors que nos hommes politiques y ont vu trop souvent une manière de ne pas entreprendre le dialogue franco-allemand, l’idée européenne est inutile, stérile, si elle ne favorise pas ce dialogue44. »

  • 45 Voyez cette formule d’un diplomate du Quai d’Orsay le 24 novembre 1948 : « L’unification de l’Euro (...)

33Ce passage éclaire la position d’Aron à l’égard de l’Europe et des rapports franco-allemands. La politique européenne de la France a en effet été, dès le début et pendant longtemps, un art de maîtriser l’Allemagne vaincue et divisée45. Or, Aron tenait toujours à développer un dialogue franco-allemand authentique. Une occasion nouvelle, unique, se présentait, qu’il ne fallait manquer à aucun prix. L’Europe qu’il dessine alors est résolument la petite Europe des Six, à laquelle, dit-il, on devrait ajouter l’Espagne ; cette petite Europe prendrait appui pour sa défense sur les puissances maritimes, États-Unis et Grande-Bretagne. Ni les pays scandinaves, ni la Grèce ou la Turquie n’y seraient indispensables. L’approche aronienne était d’un pragmatisme brutal :

  • 46 Raymond Aron, Les Guerres en chaîne, p. 414.

« Le seul domaine où l’idée européenne est susceptible de se réaliser dans un délai limité est celui des forces armées. Logiquement, les institutions politiques devraient venir d’abord : en fait, elles naîtront de la défense commune. L’État-major précédera le ministère de la défense. La brutalité de cette conclusion choquera. Est-il possible que telle soit la seule traduction immédiate de l’idée européenne ? Pourtant, nous ne voyons pas quelle autre conclusion suggérer46. »

  • 47 Ibid.
  • 48 Ibid., p. 415.

34Il fallait en effet, selon Aron, partir de la réalité géopolitique : « L’Europe est provisoirement le nom grandiose donné à un secteur continental de la communauté atlantique47. » À partir de là, il fallait admettre que la communauté de défense serait le test décisif de l’unité européenne : « Une fédération ou un empire par consentement mutuel exige que les États décident spontanément d’unifier leurs appareils militaires. En dehors de cette unification, il n’y a pas d’État supra-national. Avec cette unification, l’État supra-national est né, même si les peuples n’en ont pas encore conscience48. »

35Or, Raymond Aron était sceptique sur les chances d’une telle unification, dans laquelle l’état-major aurait précédé le ministère de la défense. Les Guerres en chaîne contiennent ainsi les phrases les plus sévères jamais écrites par lui sur le thème de l’Europe :

  • 49 Ibid.

« La conception militaire de l’idée européenne ne souffre pas de pauvreté et de prudence. Je crains qu’elle ne soit trop révolutionnaire. On ne crée pas les patries sur commande. Il est facile de dire, il est vrai dans l’abstrait, que les États nationaux sont anachroniques, parce qu’ils sont incapables d’assurer seuls leur défense. Mais les sentiments des peuples ne se transforment pas à l’allure du progrès industriel. Les passions nationales passent pour être en voie d’extinction (encore que les rivalités sportives suffisent à les rallumer), mais elles sont remplacées par des passions idéologiques. Les Français, indifférents au sort de la France en tant que telle, sont soit les communistes qui aiment la patrie de leurs rêves et l’empire où triomphe leur religion, soit ceux qui ne connaissent que des soucis personnels. L’idée européenne est vide, elle n’a ni la transcendance des idéologies messianiques, ni l’immanence des patries charnelles. Elle est une création d’intellectuels, ce qui en révèle à la fois l’opportunité au regard de la raison et la faible résonance dans les cœurs49. »

36Aron reprenait donc une formule qu’il avait utilisée dès 1931, selon laquelle l’idée européenne était une idée d’intellectuels. Comme il en était un, c’était donc la sienne, mais il ne pouvait s’en dissimuler les faiblesses au moment où la liberté de l’Europe était en jeu.

  • 50 Voyez Georges-Henri Soutou, La Guerre de Cinquante Ans, p. 248-249, 298-299.

37Le « Plan Pleven » ou projet de CED, conçu comme la CECA par Jean Monnet, fut annoncé le 24 octobre 1950. Les Français, qui évitaient ainsi le spectre d’une armée nationale allemande, parvinrent à convaincre les Américains, qui devinrent, à partir de l’été 51, les plus déterminés à soutenir le projet d’armée européenne. On aboutit ainsi aux traités de Bonn et de Paris. Par le premier, le 26 mai 1952, les trois Alliés occidentaux reconnaissaient les droits souverains de la RFA, à l’exclusion de Berlin et de la question de la réunification, qui restaient de la compétence exclusive des Alliés. Par le second, le lendemain, la CED était instituée, et les débats pour la ratification commençaient50. Ils allaient perdurer jusqu’au rejet de la CED par le parlement français le 30 août 1954. Entretemps, l’Union soviétique mit tout en œuvre pour faire échouer les plans de défense de l’Europe occidentale : dès novembre 1950, avec les propositions du dirigeant est-allemand Otto Grotewohl en vue d’une réunification ; puis de manière plus audacieuse, avec la nouvelle proposition du même Grotewohl d’organiser des élections libres dans toute l’Allemagne (15 septembre 1951), enfin avec la note de Staline du 10 mars 1952, dans laquelle le chef de l’URSS proposait une Allemagne réunifiée, mais strictement neutre, et renonçant donc, non seulement à la CED, mais aussi à la CECA et à l’OECE.

  • 51 Raymond Aron, « La conférence à quatre », Le Figaro, 20 février 1951 ; « L’unification de l’Allema (...)

38Raymond Aron intervint dans Le Figaro dès les premières initiatives de l’URSS et de la RDA contre le réarmement de l’Allemagne occidentale. Alors que les Soviétiques proposaient une conférence à quatre sur l’Allemagne pour gagner du temps, il rappelait qu’à travers les groupes d’intervention encasernés de la Volkspolizei, les Bereitschaften, la RDA avait déjà procédé à un réarmement. Il fallait éviter le piège d’une « capitulation morale » que serait le renoncement au réarmement de la RFA ; si une conférence avait lieu, les Occidentaux devraient demander l’évacuation de l’Europe centrale et orientale par l’Armée rouge et le démantèlement des Bereitschaften. Les chances d’un accord étaient donc « faibles51 ».

  • 52 Raymond Aron, « Le Plan Schuman, III. Ratification sous réserve », Le Figaro, 2 avril 1951.

39Simultanément, Aron se montrait, si l’on peut dire, résolument tiède quant aux perpectives d’intégration européenne, puisque, à la veille de la signature du traité de Paris instituant la CECA, il annonça, au terme d’une série de trois articles, qu’il ne courrait pas le risque d’une ratification inconditionnelle. Il préconisait une période d’essai pour tester la formule de la CECA52. Cette attitude est caractéristique du scepticisme que lui inspirait le constructivisme de Jean Monnet, et de la crainte que l’idée européenne ne servît qu’à différer l’organisation de la défense commune.

  • 53 Raymond Aron, « Le réarmement et l’aide américaine », Le Figaro, 8 juin 1951.
  • 54 Raymond Aron, « Les objectifs de la diplomatie occidentale, I. Le prix de la paix », Le Figaro, 8 (...)

40Or, il existait un argument décisif en faveur d’une défense européenne, qui était le coût du réarmement : le réarmement qui était envisagé depuis le début de la guerre de Corée visait à porter l’armée française à 20 divisions, alors que le budget militaire de 1951 représentait déjà 10 % du revenu national pour une armée de 10 divisions, en tenant compte du coût de la guerre d’Indochine. L’aide américaine, sous la forme du Military Assistance Program, était donc indispensable. L’effort européen l’était aussi : « On ne saurait demander à la France seule de fournir le gros d’une armée européenne de cinquante divisions. La défense européenne doit être l’œuvre commune des Européens. Et l’Europe ne s’arrête ni au Rhin, ni aux Pyrénées53. » De manière discrète, mais explicite, Aron plaidait donc pour une Realpolitik occidentale qui permettrait d’intégrer l’Espagne franquiste dans le dispositif occidental. En fait, ni l’Espagne de Franco, ni le Portugal de Salazar n’étaient à ses yeux des régimes totalitaires. Raymond Aron les reconnaissait évidemment comme des dictatures, mais ces régimes ne cherchaient pas à convertir d’autres peuples au-delà de leurs frontières, ne nourrissaient pas de plans d’expansion illimitée. L’URSS, dont l’idéologie visait une expansion universelle, était d’une autre nature. Même si Staline se contentait de défendre le glacis conquis en 1945, la défense de l’Europe occidentale demeurait une nécessité54.

  • 55 Raymond Aron, « La politique de M. Schuman est devenue la politique des “Trois” », Le Figaro, 15-1 (...)

41Le projet de la CED entra dans une nouvelle phase avec la conférence des ministres des Affaires étrangères à Washington du 10 au 14 septembre 1951. C’est alors que le Plan Pleven fut adopté par les Américains55. Le projet d’armée européenne, né comme un « expédient », était en passe de devenir réalité. Aron rappelait que « l’existence politique est chargée de risques. Le réarmement allemand, quelle qu’en soit la forme, en est un ». Mais il concluait en faveur du pari : « Que les soldats qui se sont si souvent combattus dans le passé servent demain côte à côte, n’est-ce pas une révolution sans précédent, la promesse d’une Europe renouvelée, unie, consciente de sa vocation commune ? »

42Dès le lendemain, il exprimait une critique de fond, sur la contradiction politique inhérente à la démarche suivie. Cette critique portait notamment sur la future constitution qui aurait accompagné la CED :

  • 56 Raymond Aron, « De la sécurité à l’audace », Le Figaro, 22-23 septembre 1951.

« Nous invitons nos voisins Belges, Hollandais, Allemands, Italiens à surmonter des siècles d’histoire et à créer d’un coup un monde neuf. Reste à traduire en réalité cette vision abstraite.
L’idéologue se retire alors, le juriste intervient et le juriste le plus redoutable de tous : le constitutionnaliste56. »

43Il proposait, comme pour le Plan Schuman, « une autre méthode », en l’occurrence une méthode « fonctionnaliste » qui aurait présenté « un moindre risque que les opinions nationales se révoltent contre une expérience sans précédent ». Les experts militaires auraient pu discuter des services que l’on pouvait mettre en commun, jusqu’à constituer un budget unique. Il ne méconnaissait pas, cependant, l’argument contraire : « Si l’on ne consent pas à un saut dans l’inconnu, on ne sortira jamais du cadre national. »

  • 57 Raymond Aron, « Perspectives à long terme. Le sens du réarmement occidental », Le Figaro, 11 janvi (...)

44Raymond Aron rappela les fondements de son analyse stratégique dans un article publié au début de l’année 195257 : « Après l’épisode sanglant de Corée (à supposer qu’il soit réellement sur le point de s’achever), on revient, écrivait-il, à la situation que je caractérisais dès 1947 par la formule : Paix impossible, guerre improbable (j’entendais par ce mot : guerre générale et totale). » Alors que les négociations en vue d’un cessez-le-feu avaient commencé en Corée, il tentait de tirer les leçons de ce conflit pour l’Europe. Il fallait, disait-il, éviter à tout prix de retomber « dans le cycle infernal des années 1930 ». Justement, le réarmement occidental n’était pas fondé sur une théorie de la guerre générale prochaine et inévitable, mais au contraire sur trois arguments stratégiques : les risques d’escalade, la nécessité de mobiliser en partie le potentiel militaire du monde occidental pour parer à toute éventualité, ainsi que la fin du monopole atomique américain. Il fallait en effet prévoir la dévalorisation de la garantie nucléaire américaine, et la compenser par un réarmement conventionnel, pour atténuer la marge de supériorité soviétique en ce domaine. Le réarmement occidental était un facteur de stabilisation. Les dimensions de l’armée envisagée en 1952, 20 à 25 divisions, étaient sans commune mesure avec les besoins d’une guerre totale. Raymond Aron justifiait donc, une fois de plus, sa conviction qu’il était possible de limiter la guerre dans le contexte de la guerre froide. Il envisageait « une sorte de congrès de Vienne dans le style du XXe siècle, dont un des enjeux, au moins, est la liquidation des suites de la deuxième guerre mondiale et la recherche d’un nouvel équilibre ». La paix belliqueuse n’était donc pas une lutte à mort, comme celle qui avait eu lieu contre l’empire européen d’Hitler. Les chances de prévenir l’inversion de la formule de Clausewitz, c’est-à-dire d’éviter la guerre totale, étaient sérieuses. Le réarmement occidental comblerait avant tout le vide européen, dissuadant ainsi une éventuelle aventure soviétique. Encore fallait-il, ajoutait Aron en pensant à l’Indochine et à la Corée, « que l’Occident ne gaspille pas en des campagnes asiatiques qu’il ne saurait gagner les forces dont il a besoin en Europe ».

  • 58 Raymond Aron, « Le dialogue franco-allemand », Le Figaro, 6 février 1952.

45Pendant ce temps, les négociations franco-allemandes restaient délicates. La question de la Sarre empoisonnait toujours les rapports entre les deux États. Les objections d’Aron à la CED étaient toujours d’ordre politique ; la fédération européenne ne changerait rien au fait que les intérêts stratégiques français et allemand n’étaient pas identiques. L’Allemagne aspirait à la réunification, tandis que la France de 1952 luttait pour conserver son empire et se percevait encore comme une puissance eurafricaine. « La garantie contre le surgissement d’un nouveau militarisme allemand, remarquait Aron, vient davantage de l’Alliance atlantique que d’aucune institution européenne58. »

  • 59 Raymond Aron, « Après les débats de Bonn et de Paris : le double dialogue », Le Figaro, 21 février (...)
  • 60 NAF 28060, boîte 79, fo 37.

46La fédération des Six n’était pas un élément de sécurité par elle-même. Dès février 1952, Raymond Aron considérait donc que la CED posait plus de problèmes qu’elle n’en résolvait. Il n’en était pas moins conscient du rôle particulier de l’idée européenne en RFA. « Le chancelier Adenauer, écrivait-il, croit à la nécessité prioritaire d’une réconciliation, réelle et sincère avec la France59. » Aussi Raymond Aron a-t-il joué le rôle, sinon d’un véritable fédéraliste, du moins d’un authentique partisan de la réconciliation franco-allemande, dans ces années difficiles pour la jeune démocratie de Bonn. Du 21 au 23 septembre 1951, il était à Hambourg à l’invitation du Mouvement européen. Il y plaida pour un « accord sincère des deux protagonistes du drame historique de l’Europe, l’Allemagne et la France60 ».

  • 61 Raymond Aron, « La politique allemande du Kremlin », Le Figaro, 17 mars 1952, et « La réponse occi (...)
  • 62 NAF 28060, boîte 80. Conférence « Deutschland in der Weltpolitik ».
  • 63 Raymond Aron, « Le partage de l’Allemagne est-il durable ? », Le Figaro, 11 juin 1952.
  • 64 Voyez Michael Werner, Die « Ohne mich »-Bewegung – Die bundesdeutsche Friedensbewegung im deutsch- (...)

47De même, Aron intervint vigoureusement dans la presse française contre la note de Staline du 10 mars 1952, à laquelle Pierre Courtade avait fait largement écho dans L’Humanité61. Il évoqua la question à Stuttgart62. Aron savait que la majorité d’Adenauer était fragile. D’où son empressement à parler aux Allemands et à rallier l’opinion publique allemande, notamment la jeune génération, les étudiants qui constitueraient les futures élites dirigeantes. Il fallait les convaincre, car de leur adhésion dépendait la possibilité même d’une permanence de la civilisation libérale en Europe occidentale. D’où l’empressement d’Aron pour soutenir « le chancelier des Alliés63 », et demander aux Allemands tentés par le mouvement Ohne mich64 de « faire avec » les autres Occidentaux, donc de ne pas écouter les sirènes de Moscou. Tel est le contexte d’un des plus célèbres textes d’Aron, son discours aux étudiants allemands prononcé à Francfort le 30 juin 1952, texte souvent cité pour peindre Aron en militant de l’unité européenne. C’est cette pièce essentielle qu’il faut maintenant examiner.

  • 65 Raymond Aron, « Discours aux étudiants allemands », Preuves, 18-19, août-septembre 1952, p. 3-9. L (...)

48Pourquoi se souvient-on de ce discours65 ? Le lieu était prestigieux sur le plan politique, puisque la ville avait abrité le parlement de la Paulskirche, qui avait tenté de fonder une Allemagne démocratique en 1848 puis, un siècle plus tard, le Parlamentarischer Rat qui avait élaboré la Loi fondamentale de la RFA. Comme souvent, on a retenu de ce texte la conclusion, dans laquelle Aron atteignait à une sorte de lyrisme sur fond de lucidité désenchantée :

  • 66 Op. cit., p. 9.

« Pour nous qui essayons de rendre vie à nos espoirs de jeunesse, nous ne pouvons que vous aider à voir le monde tel qu’il est, impitoyable, cruel, mais ouvert malgré tout aux hommes de volonté et d’action. Il faut rappeler aussi que le ressort de l’action n’est ni la passion qui s’éteint aussi vite qu’elle s’allume, ni les élans aveugles aux services d’un homme providentiel ou d’une idée vague. L’action, c’est d’abord la décision que chacun prend seul en face de sa conscience ; c’est ensuite le courage de résister aux lenteurs et aux déceptions qui ne se séparent pas du train de la politique. L’homme d’action est celui qui garde le sens d’une tâche grandiose à travers les médiocrités quotidiennes. La communauté européenne ou la communauté atlantique, ce n’est pas le thème pour l’enthousiasme d’un jour, c’est le terme final de l’effort qui donne un sens à une vie ou fixe un objectif à une génération66. »

  • 67 Robert Frank, « Les contretemps de l’aventure européenne », p. 97.

49C’est cette conclusion du discours de Francfort qui a fait écrire à Robert Frank : « Un sens à une vie : la messe de l’engagement européen est dite67. » Si messe il y eut, ce fut parce que l’éditorialiste agnostique fit un sermon dans lequel il prêchait la défense de l’Europe occidentale, mais cela ne signifie en aucun cas sa conversion à l’européisme.

  • 68 Raymond Aron, « Discours aux étudiants allemands », p. 3.

50L’intervention d’Aron dans son ensemble était en effet fondée sur une raison circonstantielle. Staline voulait empêcher le réarmement de l’Europe occidentale. Sa note du 10 mars 1952 visait cet objectif : Moscou agitait l’espoir d’une réunification en échange de la neutralisation de l’Allemagne. Le but d’Aron à Francfort était donc avant tout de convaincre la jeunesse universitaire allemande qu’il fallait suivre le chancelier, autrement dit, préférer l’orientation à l’Ouest à toute perspective de réunification, surtout si elle était proposée par l’URSS. Dans ce discours, Raymond Aron partait du thème des relations franco-allemandes, de ce que les Allemands appellent Verständigung, les Français parlant plutôt de réconciliation ou de dialogue franco-allemand. Il abordait ensuite l’essentiel, c’est-à-dire l’opposition à la politique de réarmement occidental68. Il s’agissait donc, alors que les gouvernements de Paris et de Bonn étaient au moins d’accord sur la politique à suivre, de réduire les divergences dans les opinions publiques. L’argumentation de Raymond Aron sur ce point représente plus de la moitié du discours et la partie centrale, ce qui est tout dire. Parti des relations franco-allemandes, il est donc amené à expliquer à des Allemands, tentés par les offres soviétiques de réunification, les intentions qui inspiraient la politique allemande de Moscou. Ainsi insistait-il sur la soviétisation de la RDA, puis sur les précédents de la politique germano-soviétique : l’accord de Rapallo en 1922, puis le pacte germano-soviétique de 1939. Il démontrait ainsi que la situation de 1952 n’était pas comparable à ce qui s’était produit auparavant. En 1922, l’URSS, à peine sortie de la guerre civile, était faible, et cherchait à la fois reconnaissance et sécurité ; en 1939, Staline espérait conserver le plus longtemps possible la position du spectateur, tandis que les puissances capitalistes s’entre-détruiraient. Or, en 1952, l’Union soviétique disposait d’une puissance sans précédent, tandis que l’Allemagne était ruinée et divisée et, de toute façon, la vision du monde des Soviétiques excluait la neutralité.

  • 69 Ibid., p. 5 ; voyez aussi dans Le Figaro, l’article « Avant la réponse alliée, pour convaincre l’o (...)
  • 70 Ibid., p. 6.

51L’étape suivante du raisonnement consistait à comprendre « quelle méthode les dirigeants soviétiques juge [aient] la meilleure pour maintenir le vide en Allemagne ». Aron analysait alors la note soviétique du 9 avril69, qui précisait que l’Allemagne réunifiée dans la neutralité pourrait disposer d’une armée nationale. « Il est parfaitement compréhensible, disait Aron, que beaucoup d’Allemands envisagent avec faveur une solution de cet ordre, qu’ils préfèrent l’unité du pays à l’intégration d’une partie de celui-ci au monde atlantique ». Mais, ajoutait-il, on pouvait douter de la sincérité de l’offre soviétique pour deux raisons : la première était la soviétisation de la RDA, réarmée dès 1949. Si, par hypothèse, les Soviétiques consentaient à évacuer la RDA, ils demanderaient en échange le retour à un contrôle quadripartite qui garantirait leur influence sur l’ensemble de l’Allemagne. Selon toute probabilité, l’URSS conserverait donc la RDA : « Garder dix-huit millions d’Allemands en otage, c’est la méthode que les staliniens jugent la meilleure, sinon pour entretenir le vide absolu de 1945, du moins pour empêcher la restauration d’une Allemagne forte70. » Il écartait toute perspective d’accord germano-soviétique aux dépens de la Pologne. Sans doute avait-il compris que, non seulement la RDA, mais aussi la Pologne de 1945 constituée pour plus d’un tiers de territoires qui appartenaient au Reich avant 1937, étaient les verrous du glacis soviétique. Inversement, il insistait sur les chances de la RFA, et proclamait que son réarmement ne serait pas vain : « La République fédérale réarmée, avec une économie prospère, jouera certainement un grand rôle dans le monde libre. »

  • 71 Thucydide, La Guerre du Péloponnèse, I, 143.

52Or, la lecture des Guerres en chaîne, ou des articles du Figaro, montre qu’Aron nourrissait des doutes profonds, c’est le moins qu’on puisse dire, quant à l’avenir de la RFA. Le problème posé à Francfort était très difficile : comment convaincre les Allemands de renoncer provisoirement à leur unité nationale ? C’était là ce qui rendait si délicate la position de Konrad Adenauer, comme l’avait été celle de Périclès, lorsqu’il demandait aux Athéniens de sacrifier l’Attique71. Or, Raymond Aron pouvait jouer deux cartes : l’une était son talent de propagandiste, éprouvé dans les articles de La France Libre et entretenu depuis par son activité d’éditorialiste. Cette attitude participe du machiavélisme modéré qu’il avait théorisé durant la guerre ; elle est compatible avec l’honnêteté intellectuelle, puisque l’analyste a présenté tous les éléments de la situation. L’orateur recourut à la prétérition : « Je ne suis pas venu vous donner des conseils ou faire de la propagande. Si je voulais être propagandiste, mon discours serait en vérité un modèle de maladresse. » À Francfort, Raymond Aron utilise donc le mythe européen contre la propagande soviétique, parce que l’idée européenne est alors la seule susceptible de l’emporter sur le nationalisme allemand instrumentalisé par Moscou. Il a en effet constaté, depuis la fin de la guerre, que l’idée européenne pouvait de nouveau avoir valeur de mythe, au sens que Georges Sorel donnait à ce mot. C’était en particulier le cas en Allemagne. Mais, comme il tenait l’idée européenne comme une idée d’intellectuels, Raymond Aron ne se faisait guère d’illusions sur la puissance de ce mythe. Celui-ci pouvait néanmoins être utilisé pour combattre la propagande soviétique sur une éventuelle réunification.

  • 72 Raymond Aron, « Discours aux étudiants allemands », p. 9 : « J’appartiens à une génération qui, au (...)

53Mais Aron disposait d’un autre atout, qui était l’authenticité de son propre engagement pour la Verständigung72, attesté – notamment lorsqu’il prenait la parole dans le contexte de l’Université – par sa formation intellectuelle en Allemagne. Son petit livre, La sociologie allemande contemporaine, était déjà devenu un classique. Dans le discours de Francfort, il invoquait Max Weber pour présenter la politique comme une suite de « paris sur l’avenir ». On savait le rôle qu’il avait joué à Londres, et on connaissait son intense activité d’éditorialiste ; on pouvait le croire représentant officieux de son gouvernement. Or, Aron avait une conviction qui le distinguait d’autres personnalités françaises : il croyait que la division de l’Allemagne était transitoire, et considérait que la revendication de l’unité allemande était légitime. Défendant la politique des gouvernements français et allemand de l’époque devant l’opinion publique allemande, mais libre de ses propos puisqu’il n’avait aucune fonction officielle, il pouvait donc s’exprimer en des termes que n’aurait utilisés aucun diplomate français :

  • 73 Ibid., p. 7.

« Je voudrais vous dire tout d’abord que la revendication allemande d’unité me paraît plus que légitime : naturelle. Il n’est pas question que l’Europe libre ne prenne pas à son compte cette revendication. Il se peut que tels cercles plus ou moins étroits en France et en Grande-Bretagne jugent une Allemagne divisée moins redoutable que l’Allemagne unifiée et souhaitent au fond de leur cœur le maintien du partage. Je n’appartiens pas à ces cercles et je n’ai cessé en fait d’écrire contre de telles théories. Rendre aux dix-huit millions d’Allemands de l’Est le droit de choisir librement leur destin est un objectif commun à tous les Européens de l’Ouest, et non pas seulement un objectif de la République fédérale.
Je pourrais m’en tenir là et recueillir votre approbation unanime. Malheureusement, il ne s’agit là que de la première partie de la vérité. Nous ne pouvons pas accepter comme définitif le statut actuel de l’Europe tel qu’il résulte de la deuxième guerre mondiale. Mais nous ne pouvons pas non plus, au moins pour l’instant, le changer. Le refus moral de reconnaître et l’impossibilité physique de modifier le statu quo, telle est la caractéristique de la situation présente de l’Allemagne et plus généralement de l’Europe73. »

  • 74 Ibid.
  • 75 Grundgesetz der Bundesrepublik Deutschland, 24 mai 1949, préambule, 2-3.

54Comme en 1947 à Munich, Aron voulait amener les jeunes Allemands à dépasser l’horizon strictement national, et à se penser comme Européens. À Francfort, il montrait que la division de l’Allemagne n’était qu’un aspect de celle de l’Europe. Convaincu que le problème franco-allemand était avant tout « d’ordre psychologique et politique », il précisait : « Nous devons réserver dans la communauté à bâtir la place des Européens dont nous sépare la tyrannie74. » Il reprenait ainsi la lettre de la Loi Fondamentale de la République fédérale qui stipulait que le peuple allemand avait aussi « agi au nom des Allemands empêchés de participer », le peuple allemand dans son ensemble restant chargé, en libre autodétermination, de parachever l’unité et la liberté de l’Allemagne75. Les propos d’Aron tendaient donc, à partir d’une connaissance intime de l’histoire et de la psychologie allemandes, à faire coïncider les aspirations du peuple allemand et les projets de communauté européenne.

55Ces circonstances permettent d’éclairer la conclusion du discours et, au-delà, la position aronienne à l’égard de la question allemande et européenne dans le temps long. Aron concluait sur un éloge de l’action et de la décision alors qu’il n’existait pas, disait-il lui-même, de solution à court ou à moyen terme à la division de l’Allemagne et de l’Europe. Il évoquait, « dans l’hypothèse optimiste », « une crise de longue durée, cette durée pouvant se résumer par des années ou des dizaines d’années ». La décision devait donc s’entendre comme celle de constituer la défense de l’Europe occidentale, c’est-à-dire de ne pas capituler, sachant que par ailleurs il faudrait endurer longtemps la partition de l’Europe. Plus que dans la brillante conclusion, la leçon d’Aron était résumée dans un passage plus discret de son exposé :

  • 76 Raymond Aron, « Discours aux étudiants allemands », p. 7.

« La guerre froide résulte du fait que nous ne pouvons ni ne voulons accepter à titre définitif le partage de l’Allemagne ou celui de l’Europe, mais que nous ne pouvons ni ne voulons le modifier par la force76. »

  • 77 Raymond Aron, « Fédération européenne : objectif ou mirage ? », Le Figaro, 24 septembre 1952.
  • 78 Raymond Aron, « Le réarmement de l’Allemagne. II. L’armée européenne », Le Figaro, 22-23 novembre (...)

56Parmi les objections que l’on pouvait faire à la CED, figurait la contradiction entre une défense commune et les intérêts stratégiques très différents de la France et de la RFA. Pour la France, l’une des difficultés fondamentales était de concilier la CED et l’Union française. Aron restait loyal vis-à-vis de la coopération européenne ; en revanche, il multipliait les témoignages de son scepticisme à l’égard du constructivisme juridique : « Nous sommes convaincus que, sur le plan économique, il importe d’abattre les barrières anachroniques. Ce que nous mettons en doute, c’est que la bonne méthode soit de rédiger une Constitution et que le transfert de souveraineté suffise à créer le consentement des Européens à obéir à un État commun77. » En novembre 1952, il revint sur le sujet à travers une série d’articles consacrés au réarmement de l’Allemagne et à l’armée européenne. Il y réaffirma sa conviction que le réarmement allemand était nécessaire, mais en critiquant de manière beaucoup plus acerbe la méthode suivie. En fait, la critique aronienne de la CED montre l’unité de vue avec le général de Gaulle, notamment lorsqu’il évoque les « commissaires dénationalisés », ou bien oppose à la dérive technocratique qu’il redoute « la réalité séculaire des nations78 », qui correspond à la vision de l’Europe qu’il avait défendue pendant la guerre, dans « Destin des nationalités ».

57Dès le lendemain, il poursuivait la charge contre Jean Monnet, proposant, en des termes du plus pur gaullisme, sa propre vision de l’Europe :

  • 79 Raymond Aron, « Le réarmement de l’Allemagne. III. La possible révision », Le Figaro, 24 novembre (...)

« La méthode du transfert de souveraineté à une haute autorité ou un commissariat est redoutable pour l’idée européenne elle-même : ce n’est pas en “fusionnant” les souverainetés au bénéfice de technocrates, en prétendant ignorer la réalité séculaire des nations que l’on construira l’Europe. Celle-ci ne sortira pas de la fusion, elle sera l’accord des souverainetés79. »

  • 80 Ibid.

58C’est alors qu’Aron a évoqué l’élection d’un Parlement européen au suffrage universel, vingt-sept ans avant qu’il n’existât une telle Assemblée : « Qu’on fasse élire au suffrage universel, au même jour, dans les six pays, des députés à une Assemblée européenne, à laquelle le Conseil des ministres serait tenu de rendre des comptes. Une telle Assemblée donnerait peut-être à l’Europe des Six une réalité politique et peu à peu morale80. »

59Cette envolée, qu’on croirait volontiers visionnaire si on l’isolait de son contexte, visait cependant, avant tout, à souligner l’absurdité de l’intégration, telle qu’elle était pratiquée dans le cas de la CED. Elle était en elle-même un réquisitoire contre la méthode gradualiste de Jean Monnet, à laquelle Aron opposait ainsi le primat du politique : une communauté politique nouvelle ne pouvait naître que d’un acte ou d’une décision politique.

  • 81 Raymond Aron, « L’Unité économique de l’Europe », La Revue Libre, no 2, octobre 1952, p. 3-22. Auf (...)

60Aron s’en tenait donc à l’idée, qu’il avait méditée depuis la Seconde Guerre mondiale, selon laquelle la nation est le propre de l’existence politique européenne. C’est pourquoi il répugnait à la fusion des souverainetés au bénéfice d’une technocratie ; ainsi qu’il l’avait écrit dans Les Guerres en chaîne : « On ne crée pas les patries sur commande. » Les contradictions de la CED l’irritaient et l’entraînaient alors vers une contestation aiguë du Plan Schuman. Cette évolution apparaît dans la discussion sur l’unité économique de l’Europe qu’il conduisit dans un article d’octobre 1952, à l’occasion d’un débat européen suscité par Melvin J. Lasky, directeur de Der Monat, la revue allemande du Congrès pour la liberté de la culture81. Alors que la CECA n’était pas encore entrée en vigueur, Aron redoutait un désastre : « Je souhaite que les compromis à l’intérieur du Plan Schuman ne deviennent pas prétexte à des flambées de passions nationales. » Il avançait deux raisons principales pour justifier cette crainte. La première était la contradiction entre l’incapacité à conduire des réformes à l’échelle des États-nations, et la prétention de résoudre les problèmes par les transferts de souveraineté à l’échelle européenne :

  • 82 Ibid., p. 21-22.

« Curieusement, en fait d’unité européenne, on ne cesse de réclamer le plus alors qu’on n’arrive pas à atteindre le moins. On rêve d’union douanière ou d’unités économiques alors qu’on ne parvient ni à rétablir la convertibilité des monnaies ni à supprimer les restrictions quantitatives, ni à abaisser les droits de douane. Trop souvent le bavardage sur l’unité européenne sert d’alibi à l’inaction. […]
On ne progressera dans la voie de l’intégration que si chaque pays met d’abord ses affaires en ordre. L’assainissement intérieur conditionne l’intégration internationale82. »

61Mais l’argument essentiel était que le véritable péril pesant sur l’Europe n’avait rien à voir avec les différends économiques entre les Six. Comme toujours depuis 1947, Aron revenait alors, pour conclure, à la situation de la guerre froide :

  • 83 Ibid.

« L’unité des Six ne serait qu’une caricature de l’unité européenne parce que l’Europe ne peut pas s’arrêter au milieu de l’Allemagne. Je crains que trop souvent on parle de l’unité européenne, Europe de l’OECE, ou Europe du Plan Schuman, pour oublier la division de l’Allemagne et de l’Europe. Tant que subsistera le rideau de fer, il n’y aura que des expédients. La collaboration des Six avec ou sans fédération est un de ces expédients – expédients dont on peut souligner l’urgence mais qu’on ne doit pas confondre avec le but authentique83. »

  • 84 C’est par ce terme que Philippe Raynaud définit la spécificité d’Aron dans « Europe décadente, Eur (...)

62Pour minimiser l’effet de cet article, Melvin J. Lasky et l’équipe de Der Monat le firent suivre d’un texte du journaliste suisse Herbert Lüthy, qui contestait le point de vue d’Aron. Le recueil Aufbau eines neuen Europa se présentait en effet comme un plaidoyer pour l’unité européenne ; en exergue, les éditeurs avaient placé une phrase de Jean Monnet : « Nous approchons du moment où l’Europe se libère des chaînes de son passé. » Aron, pour qui ce passé représentait une part essentielle de la liberté politique, ne pouvait qu’être réservé, et c’est pourquoi sa contribution au débat semblait paradoxale. Refusant son enthousiasme, Aron risquait d’être marginalisé, parce qu’il était unzeitgemäß84.

  • 85 Raymond Aron, « Ce que peut-être la fédération des Six », Le Figaro, 4 décembre 1952.
  • 86 Mémoires, p. 275.

63Comme l’article 38 du traité de la CED prévoyait la création d’une fédération européenne, une commission ad hoc étant chargée d’élaborer un projet de constitution, Aron tenait ce fédéralisme pour une erreur et répétait sa vision de sensibilité gaulliste : « le fondement de la collaboration des Six n’est et ne peut être que des accords entre gouvernements85 ». Au fond, la CED consistait à faire des Allemands, dont la France ne voulait pas comme alliés, de quasi-concitoyens. Aron eut l’occasion de soumettre ce paradoxe à Robert Schuman : « Vous ne voulez pas des Allemands comme alliés, vous les acceptez comme compatriotes. » À quoi l’homme d’État répondit : « Pourquoi pas86 ? »

  • 87 Voyez Raymond Poidevin, Robert Schuman, homme d’État 1886-1963, Paris, Imprimerie nationale, 1986, (...)
  • 88 Raymond Aron, « La querelle de l’armée européenne », Le Figaro, 31 janvier-1er février 1953.

64Robert Schuman et Raymond Aron étaient donc en désaccord sur la question fondamentale du réarmement de l’Allemagne occidentale. Alors qu’Aron estimait que le risque devait être couru, le ministre des Affaires étrangères apparut longtemps « comme un adversaire déterminé de tout réarmement allemand87 ». Les signes d’échec s’accumulaient. De même qu’il avait hésité quant à la CECA, Aron aurait voulu temporiser quant à la CED : il en vint à proposer un report de la ratification des traités88.

  • 89 James Burnham, Contenir ou Libérer, Paris, Calmann-Lévy, Liberté de l’Esprit, 1953, 323 p.
  • 90 Op. cit., p. 323.

65Le climat de l’élection américaine de 1952, qui porta Eisenhower au pouvoir, suscita l’inquiétude en Europe, puisque les idées brandies par les républicains pendant la campagne, notamment celle du roll back, conjuguée avec le climat du maccarthysme, laissaient craindre une Amérique belliciste. Aron voulait préserver les rapports transatlantiques, puisque l’alliance atlantique était à ses yeux la pièce essentielle garantissant la liberté de l’Europe occidentale. C’est dans ce contexte qu’il publia le livre de James Burnham Contenir ou libérer, pour lequel il écrivit une postface89. Alors que la publication du livre pouvait apparaître comme une provocation, ce qu’Aron assumait évidemment comme directeur de collection, la postface n’en écartait pas moins le choix de la stratégie de libération proposée par Burnham. Aron écrivait : « On ne peut trancher le conflit, il faut l’user90. »

  • 91 Voyez la série d’articles « L’Amérique républicaine », Le Figaro, 9-15 mars 1953.
  • 92 Raymond Aron, « En quête d’une philosophie de la politique étrangère », Revue française de science (...)
  • 93 Ibid.

66L’idée était donc bien celle d’une stratégie d’endurance, pour ne pas succomber une fois de plus au dynamisme de la guerre totale. Aron comprit très vite que l’idée du roll back n’avait rien été d’autre qu’un thème de campagne, et que la politique américaine de la nouvelle administration resterait prudente, dans la continuité de la politique de containment inaugurée par Truman91. Il y a erreur intellectuelle, écrivait-il à confondre le containment avec le réalisme et la stratégie de libération avec l’idéalisme ou la croisade. Pour James Burnham le containment devait mener à la guerre s’il se confondait avec la résignation des Occidentaux à la domination soviétique en Europe centrale et orientale. Aron soutenait qu’il existait « une interprétation modérée de la “libération”92 ». Si l’on ne pouvait pas refouler militairement l’Union soviétique d’Europe centrale et orientale, on devait en revanche contester sa légitimité, et dénoncer son despotisme et sa propagande mensongère. Dans cette perspective, le containment relevait du pragmatisme et n’était nullement incompatible avec une stratégie offensive : Aron estimait que la bataille des propagandes devait être assumée, et qu’il ne fallait pas avoir peur de s’y livrer franchement. Telle était la part de vérité qu’il reconnaissait à l’argumentation de Burnham93.

67La mort de Staline, le 5 mars 1953, alimenta en Occident l’espoir que la guerre froide pourrait cesser ou, du moins, qu’elle cèderait la place à des rapports moins conflictuels. Aron fut vite convaincu que les successeurs du petit père des peuples, partageant la même idéologie, ne changeraient pas fondamentalement la relation du camp soviétique vis-à-vis de l’Occident. De la révolte des Allemands de l’Est contre le régime communiste en juin 1953, qui venait d’être réprimée le 17 par les chars soviétiques, il tirait la leçon que des failles importantes existaient derrière l’apparence monolithique du bloc soviétique. Observateur attentif de la réalité des démocraties populaires, il voyait que l’unité du camp socialiste était avant tout un slogan, qui recouvrait la permanence des nations européennes. Face à l’Europe occidentale, il n’y avait pas la force mystérieuse, peut-être irrésistible, de la révolution prolétarienne, mais celle, bien réelle, mais aussi plus facilement maîtrisable par la stratégie classique, de l’Armée rouge.

  • 94 Raymond Aron, « L’Unité allemande », Le Figaro, 1er septembre 1953.

68Les événements du 17 juin 1953 inspirèrent à Raymond Aron des propositions audacieuses : le 1er septembre, il envisageait la possibilité d’une Allemagne réunifiée, non intégrée à l’organisation militaire atlantique, en échange de la tenue d’élections libres – au sens occidental –, dont l’authenticité serait garantie par le retrait préalable de l’Armée rouge dans les frontières de l’URSS94.

69Pour lui, la CED n’était donc pas une fin en soi. Au moment où apparaissait la fragilité du bloc soviétique, qui tenait davantage par la force des chars que par celle de l’idéologie communiste, Aron regrettait le manque d’audace des diplomaties occidentales. Il faisait le pari qu’un retrait de l’Armée rouge entraînerait ipso facto l’effondrement des démocraties populaires. Ce qui venait de se passer en RDA pouvait le faire penser. Cependant, il jugeait « improbable » que les hommes du Kremlin consentissent à la réunification allemande aux conditions qu’il proposait. En effet, les notes transmises par Moscou les 4 et 15 août 1953 exigeaient la reconnaissance du gouvernement de la RDA et la formation d’un gouvernement mixte qui présiderait aux élections libres, les troupes d’occupations se retirant dans un court délai après la signature du traité. Aron constatait que rien ne permettait de savoir dans quelle mesure les élections seraient libres : « au sens soviétique ou au sens occidental » ? Dans ces conditions, il n’y avait rien à attendre des propositions soviétiques qui ne différaient en rien des précédentes. Elles étaient inacceptables, et y souscrire serait revenu, « de la part de l’Occident, à une pure et simple capitulation ». Cependant, il n’en tirait pas la conclusion que les Occidentaux dussent aller à la conférence « résolus à tout exiger et à ne rien offrir », ce qui revenait à maintenir le pari audacieux qu’il venait de suggérer. Aron ne croyait pas que l’Union soviétique renoncerait à la RDA, mais il jugeait souhaitable qu’on la mît au défi de le faire, afin de renverser la situation dans la bataille des propagandes : l’Occident, par cet acte d’audace, n’aurait au fond rien risqué d’essentiel, mais il aurait repris l’initiative. Mais cela supposait qu’on remît à sa place, celle d’un « expédient », la construction communautaire :

  • 95 Raymond Aron, « L’Unité allemande », Le Figaro, 1er septembre 1953.

« Une fédération des Six qui laisse 18 millions d’Allemands et les Polonais, les Tchèques, les Roumains, les Hongrois, les Bulgares de l’autre côté du rideau de fer n’est ni un idéal ni un but en soi, c’est une réplique à une certaine situation, un expédient peut-être nécessaire. Une Allemagne unie, même isolée, signifie le refoulement pacifique de l’empire russe. Tant que les troupes russes sont stationnées à Weimar, tous les pactes du monde n’apporteront pas la paix. En revanche le jour où l’armée russe aurait évacué l’Europe centrale et orientale, la guerre froide serait finie avec ou sans fédération des Six95. »

70Aron opposait l’Europe réelle, divisée par le rideau de fer, à la fédération des Six qui semblait abandonner les Européens de l’Est en se proclamant l’Europe, alors qu’elle n’en était, disait-il, qu’une « caricature ». Cette sévère mise au point était une exigence de la conscience historique : il ne fallait pas que « le bavardage sur l’unité européenne » servît « d’alibi à l’inaction ».

  • 96 Raymond Aron, « Perspectives de l’intégration européenne », Le Figaro, 25 juin 1954.

71Au cours de l’année 1954, la fin de la guerre d’Indochine coïncida avec les derniers mois du long débat sur la CED. Raymond Aron observait que les Soviétiques étaient depuis longtemps convaincus que le traité instituant la CED ne serait pas ratifié. En juin, il notait avec une certaine déception les résultats du pool charbon-acier, après un peu plus d’un an de fonctionnement. Il doutait alors qu’on pût généraliser à l’ensemble de l’économie la méthode suivie lors du Plan Schuman : « Peut-être, soupirait-il, l’Europe a-t-elle besoin aujourd’hui de réalisations concrètes plutôt que de projets glorieux qui soulèvent malheureusement plus de polémiques que d’enthousiasme96. »

  • 97 Raymond Aron, « L’éternel débat », Le Figaro, 17 août 1954.
  • 98 Raymond Aron, « La France et ses alliés », Le Figaro, 28-29 août 1954.
  • 99 Raymond Aron, « La fin de la CED ne doit pas être la fin de l’Europe », Le Figaro, 3 septembre 195 (...)
  • 100 Raymond Aron, « L’accord de Londres », Le Figaro, 4 octobre 1954.

72À la veille de la ratification du traité, il n’était plus possible de se faire aucune illusion sur l’issue du débat. Aron se plaçait alors parmi les « critiques modérés du traité97 ». Il approuvait alors les ultimes tentatives de Mendès France, « ni enthousiaste, ni adversaire fanatique de l’intégration », pour faire voter une version amendée du traité qui eût limité le caractère supranational de la CED. Le 26 août, il exigeait que Mendès France fît connaître ses intentions, dans l’hypothèse où la CED serait abandonnée. Aron voulait en effet préserver l’essentiel : la contribution de la RFA à la défense occidentale, et redoutait que Mendès France y renonçât98. Après le rejet du traité, il en constata « les conséquences déplorables », et consacra donc son énergie à trouver une solution de rechange99. Ce fut l’accord de Londres du 3 octobre, « un événement heureux pour l’Occident tout entier100 ». Aron y vit le « chef-d’œuvre » d’Anthony Eden. Cet hommage montre bien la logique qui était celle d’Aron : après les errements de la CED, il souhaitait un resserrement de la solidarité atlantique, dans laquelle la Grande-Bretagne devait jouer un rôle-clé. Il était finalement très satisfait que l’approche communautaire fût abandonnée au profit d’accords intergouvernementaux dans la tradition de la diplomatie classique, ce qui rendait de nouveau possible la participation britannique.

  • 101 Raymond Aron, « Sur quelques dates capitales du XXe siècle », entretien avec Ernst Weisenfeld et R (...)

73Jusqu’au bout, les positions d’Aron sur la CED ont reflété son gaullisme. Il ne faisait pas confiance à la IVe République pour mener une politique européenne digne de la France. Aussi bien dans les analyses économiques que dans les jugements politiques qu’il a exprimés sur la question européenne, Aron considère, dans la lignée de Renan, que le redressement national, la réforme intellectuelle et morale de la France, ont un caractère primordial, et que l’entreprise européenne risque de n’être qu’un alibi si elle prétend réaliser ce qui n’a pas été possible sur le plan national. Ce primat d’un politique fondé sur la nation, communauté historique, le rattache encore au courant gaulliste. Rétrospectivement, Raymond Aron considérait en 1982 que la réconciliation franco-allemande avait coïncidé avec l’achèvement du débat sur la CED101. Une page était donc tournée. L’un des problèmes essentiels qui se posaient à l’Europe était résolu, tandis que l’autre, la division du continent, ne pouvait pas l’être à échéance prévisible.

Notes

1 Charles de Gaulle, discours du 22 juillet 1947 à Rennes.

2 Maurice Vaïsse, « Le général de Gaulle et la défense de l’Europe, 1947-1958 », in Matériaux pour l’histoire de notre temps, 1992, no 29, Faire et refaire les armées – Penser et repenser les défenses, p. 5-8.

3 Charles de Gaulle, Discours et messages, t. 2, Dans l’attente, février 1946-avril 1958, Paris, Plon, 1974, 682 p.

4 Raymond Aron, Les guerres en chaîne, Paris, Gallimard, NRF, 1951, 502 p. ; p. 413-415.

5 L’influence de Burke sur la pensée de Charles de Gaulle a été discutée par Fabrice Bouthillon, Les Schèmes qu’on abat. À propos du gaulllisme, Paris, De Fallois, 1995, 72 p. Voyez p. 43-53.

6 Raymond Aron, Le Spectateur engagé, Paris, Julliard, 1981, 339 p.

7 Chap. I : « La surprise technique », chap. II, « Le dynamisme de la guerre totale ».

8 Les Guerres en chaîne., p. 8.

9 Ibid., p. 9.

10 Voyez Eisenhower, Crusade in Europe, London, Heinemann, 1948, 559 p.

11 Raymond Aron, Les Guerres en chaîne, p. 9.

12 Ibidem ; nous soulignons.

13 L’expression de « surprise technique » à propos de 14-18 est présente, pour la première fois semble-t-il, dans le premier cours de la série « La crise du XXe siècle », cours à l’ENA, au printemps 1946. Voyez NAF 28060, boîte 1, premier cours (manuscrit), fo 24.

14 Guglielmo Ferrero, La Fin des aventures. Guerre et paix, Paris, Rieder, 1931, 336 p.

15 Clausewitz, De la guerre, I, 1, § 11.

16 Raymond Aron, Les Guerres en chaîne, p. 36.

17 Titre du chap. II des Guerres en chaîne.

18 Ibid., p. 42-43.

19 Ibid., p. 49.

20 Voyez p. 199 de La Réforme intellectuelle et morale de la France : « Notre politique, c’est la politique du droit des nations ; la vôtre, c’est la politique des races : nous croyons que la nôtre vaut mieux. La division trop accusée de l’humanité en races, outre qu’elle repose sur une erreur scientifique, très peu de pays possédant une race vraiment pure, ne peut mener qu’à des guerres d’extermination, à des guerres “zoologiques”. […] Ce serait la fin de ce mélange fécond, composé d’éléments nombreux et tous nécessaires, qui s’appelle l’humanité. Vous avez levé dans le monde le drapeau de la politique ethnographique et archéologique en place de la politique libérale ; cette politique vous sera fatale. »

21 Les Guerres en chaîne, p. 51.

22 Ibid., p. 85-86.

23 Ibid., p. 53.

24 J. Mouric, « Comment interpréter mai 1940 ? Aron et Clausewitz », Commentaire, 124, hiver 2008-2009, p. 1137-1143.

25 Raymond Aron, « De la paix sans victoire. Note sur les relations de la stratégie et de la politique », Revue française de science politique, 1951, vol. 1, no 3, p. 241-255.

26 Ibid. : « La guerre n’est rien d’autre que la continuation des relations politiques, mélangée avec d’autres moyens. » La formule de Clausewitz ici reprise par Aron est celle du livre VIII de Vom Kriege. L’autre variante de la « formule », dans le livre I (§ 24), « la guerre n’est qu’une simple continuation de la politique avec d’autres moyens » se laisse plus facilement renverser.

27 Clausewitz, Vom Kriege, I, 3.

28 Raymond Aron, art. cit., p. 242, et Clausewitz, De la guerre, VIII, 6B ; p. 704 dans la traduction de Denise Naville, Éditions de Minuit, 1955 : « Cette manière de voir s’impose doublement quand on songe que la guerre réelle n’est pas un effort aussi conséquent, aussi extrême dans son aspiration qu’elle devrait l’être d’après son concept, mais quelque chose d’hybride, une contradiction en soi ; comme telle, elle ne peut donc pas suivre ses propres lois, mais doit être considérée comme la partie d’un tout qui diffère d’elle, et ce tout est la politique. »

29 Raymond Aron, « De la paix sans victoire », p. 244.

30 Ibid., p. 244.

31 Ibid., p. 250.

32 Ibid., p. 253.

33 Raymond Aron, Les Guerres en chaîne, p. 371.

34 Ibid., p. 377.

35 Ibid., p. 378-379.

36 Ibid., p. 388, n. 1.

37 Ibid., p. 394.

38 Ibid., p. 399.

39 Ibid.

40 Ibid., p. 406.

41 Ibid., p. 408.

42 Ibid., p. 410-411.

43 Ibid., p. 413.

44 Ibid., p. 413.

45 Voyez cette formule d’un diplomate du Quai d’Orsay le 24 novembre 1948 : « L’unification de l’Europe constituera un dérivatif puissant aux ambitions de l’Allemagne », memorandum de Pierre de Leusse, directeur du département Europe centrale au Ministère des Affaires étrangères, cité par Raymond Poidevin, « Der Faktor Europa in der Deutschlandpolitik Robert Schumans », in Vierteljahrshefte für Zeitgeschichte, 3/1985, p. 409.

46 Raymond Aron, Les Guerres en chaîne, p. 414.

47 Ibid.

48 Ibid., p. 415.

49 Ibid.

50 Voyez Georges-Henri Soutou, La Guerre de Cinquante Ans, p. 248-249, 298-299.

51 Raymond Aron, « La conférence à quatre », Le Figaro, 20 février 1951 ; « L’unification de l’Allemagne est-elle possible ? », 3 mars 1951.

52 Raymond Aron, « Le Plan Schuman, III. Ratification sous réserve », Le Figaro, 2 avril 1951.

53 Raymond Aron, « Le réarmement et l’aide américaine », Le Figaro, 8 juin 1951.

54 Raymond Aron, « Les objectifs de la diplomatie occidentale, I. Le prix de la paix », Le Figaro, 8 août 1951.

55 Raymond Aron, « La politique de M. Schuman est devenue la politique des “Trois” », Le Figaro, 15-16 septembre 1951 ; « L’armée européenne : un pari sur l’avenir qu’on ne peut refuser », 17 septembre 1951.

56 Raymond Aron, « De la sécurité à l’audace », Le Figaro, 22-23 septembre 1951.

57 Raymond Aron, « Perspectives à long terme. Le sens du réarmement occidental », Le Figaro, 11 janvier 1952.

58 Raymond Aron, « Le dialogue franco-allemand », Le Figaro, 6 février 1952.

59 Raymond Aron, « Après les débats de Bonn et de Paris : le double dialogue », Le Figaro, 21 février 1952.

60 NAF 28060, boîte 79, fo 37.

61 Raymond Aron, « La politique allemande du Kremlin », Le Figaro, 17 mars 1952, et « La réponse occidentale au Kremlin » (29-30 mars 1952).

62 NAF 28060, boîte 80. Conférence « Deutschland in der Weltpolitik ».

63 Raymond Aron, « Le partage de l’Allemagne est-il durable ? », Le Figaro, 11 juin 1952.

64 Voyez Michael Werner, Die « Ohne mich »-Bewegung – Die bundesdeutsche Friedensbewegung im deutsch-deutschen Kalten Krieg, 2006, Münster, Monsenstein und Vannerdat, 742 p.

65 Raymond Aron, « Discours aux étudiants allemands », Preuves, 18-19, août-septembre 1952, p. 3-9. Le texte allemand dactylographié de la conférence est conservé dans NAF 28060, boîte 79, « L’Europe et l’unité de l’Allemagne ». Il a aussi été publié dans Der Monat : Raymond Aron, « Rede vor deutschen Studenten », Der Monat, 49, p. 3-11. Dans Les Mémoires, Aron évoque ce discours à deux reprises, p. 86 puis 255, et le situe à deux reprises en 1950, ce qui le détache de son contexte. Tout au plus apprend-on que la Frankfurter Allgemeine Zeitung, dans un commentaire par ailleurs bienveillant, reprochait à Aron « de prêter aux Allemands de l’Ouest le souci obsessionnel de leurs compatriotes de l’Est ».

66 Op. cit., p. 9.

67 Robert Frank, « Les contretemps de l’aventure européenne », p. 97.

68 Raymond Aron, « Discours aux étudiants allemands », p. 3.

69 Ibid., p. 5 ; voyez aussi dans Le Figaro, l’article « Avant la réponse alliée, pour convaincre l’opinion », 3-4 mai 1952.

70 Ibid., p. 6.

71 Thucydide, La Guerre du Péloponnèse, I, 143.

72 Raymond Aron, « Discours aux étudiants allemands », p. 9 : « J’appartiens à une génération qui, au lendemain de la première guerre, avait vu son devoir dans l’apaisement des haines et la reconstruction de l’Europe. Nous portons au fond de nous-mêmes l’amertume de notre échec. »

73 Ibid., p. 7.

74 Ibid.

75 Grundgesetz der Bundesrepublik Deutschland, 24 mai 1949, préambule, 2-3.

76 Raymond Aron, « Discours aux étudiants allemands », p. 7.

77 Raymond Aron, « Fédération européenne : objectif ou mirage ? », Le Figaro, 24 septembre 1952.

78 Raymond Aron, « Le réarmement de l’Allemagne. II. L’armée européenne », Le Figaro, 22-23 novembre 1952.

79 Raymond Aron, « Le réarmement de l’Allemagne. III. La possible révision », Le Figaro, 24 novembre 1952.

80 Ibid.

81 Raymond Aron, « L’Unité économique de l’Europe », La Revue Libre, no 2, octobre 1952, p. 3-22. Aufbau eines neuen Europa. Fünf Aufsätze über wirtschaftliche Zusammenarbeit, Der Monat, avril 1953, 96 p.

82 Ibid., p. 21-22.

83 Ibid.

84 C’est par ce terme que Philippe Raynaud définit la spécificité d’Aron dans « Europe décadente, Europe renaissante, Raymon Aron éducateur », in Raymond Aron et la démocratie au XXIe siècle, actes du colloque international, Paris, 11-12 mars 2005, Paris, de Fallois, 2007, 265 p., voyez p. 155. Voyez Nietzsche, Considérations inactuelles, in Œuvres, t. 1, édition présentée par Marc de Launay, Marc Crépon, et Pascal David, Paris, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, 2000, 1158 p. Titre original : Unzeitgemäße Betrachtungen, 1873-1876.

85 Raymond Aron, « Ce que peut-être la fédération des Six », Le Figaro, 4 décembre 1952.

86 Mémoires, p. 275.

87 Voyez Raymond Poidevin, Robert Schuman, homme d’État 1886-1963, Paris, Imprimerie nationale, 1986, 520 p ; p. 306-330 sur la CED.

88 Raymond Aron, « La querelle de l’armée européenne », Le Figaro, 31 janvier-1er février 1953.

89 James Burnham, Contenir ou Libérer, Paris, Calmann-Lévy, Liberté de l’Esprit, 1953, 323 p.

90 Op. cit., p. 323.

91 Voyez la série d’articles « L’Amérique républicaine », Le Figaro, 9-15 mars 1953.

92 Raymond Aron, « En quête d’une philosophie de la politique étrangère », Revue française de science politique, III, 1, p. 69-91, voyez p. 79.

93 Ibid.

94 Raymond Aron, « L’Unité allemande », Le Figaro, 1er septembre 1953.

95 Raymond Aron, « L’Unité allemande », Le Figaro, 1er septembre 1953.

96 Raymond Aron, « Perspectives de l’intégration européenne », Le Figaro, 25 juin 1954.

97 Raymond Aron, « L’éternel débat », Le Figaro, 17 août 1954.

98 Raymond Aron, « La France et ses alliés », Le Figaro, 28-29 août 1954.

99 Raymond Aron, « La fin de la CED ne doit pas être la fin de l’Europe », Le Figaro, 3 septembre 1954 ; « En quête d’une solution de rechange », Le Figaro, 20 septembre 1954.

100 Raymond Aron, « L’accord de Londres », Le Figaro, 4 octobre 1954.

101 Raymond Aron, « Sur quelques dates capitales du XXe siècle », entretien avec Ernst Weisenfeld et René Wintzen, Revue des questions allemandes, 4, 1982. Partiellement repris in Commentaire, no 68, 1994, p. 925.

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540