Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Raymond Aron et l’Europe

 | 
Joël Mouric

Introduction

Texte intégral

  • 1 Alfred Fabre-Luce, Le Projet Churchill, les États-Unis d’Europe. Paris, L’Auteur, 1947.
  • 2 Winston Churchill, « European Unity, Something that will astonish you », discours de Zurich du 19 (...)
  • 3 Alfred Fabre-Luce, op. cit., p. 146.
  • 4 « “Il n’y a plus de danger allemand”, expose Raymond Aron dans Combat. » Alfred Fabre-Luce, Le Pro (...)

1Le 1er février 1947, Alfred Fabre-Luce achevait Le Projet Churchill, les États-Unis d’Europe1. Il y revenait sur l’histoire du mouvement européen depuis les années vingt. Le livre était né du discours de Winston Churchill à Zurich le 19 septembre 19462. Le « Projet Churchill » était la troisième version d’une hypothétique unité européenne, cause familière à Fabre-Luce puisqu’il défendait celle-ci après avoir été le thuriféraire des deux précédentes, celle de la Paneurope dans les années vingt, puis de l’Europe allemande pendant la seconde guerre mondiale, du moins jusqu’en 1943, date à laquelle il comprit que le vent capricieux de l’Histoire ne soufflait plus dans le même sens. Dans les dernières pages du Projet Churchill, Fabre-Luce citait l’ancien Premier ministre britannique : « Nous n’avons pas beaucoup de temps devant nous. » Il pesait les interprétations possibles de cette phrase sibylline : si l’Europe ne s’unifiait pas, ce serait encore la guerre, ou bien une tyrannie communiste subjuguerait le continent : « Nous sommes en présence d’une occasion favorable qui ne se représentera plus. L’Europe est encore en fusion. Si on la laisse refroidir, il deviendra impossible de la modeler3. » Fabre-Luce concluait sur une note optimiste et citait, parmi les militants de l’unité européenne dont les écrits comptaient, Winston Churchill, Arthur Koestler et Raymond Aron. Alfred Fabre-Luce estimait en effet que Raymond Aron, par ses articles sur l’Allemagne4, contribuait de manière décisive et au moment crucial à la cause de l’unité européenne.

2En 1975, alors qu’il commençait à Bruxelles la première de trois conférences consacrées à l’Europe, Raymond Aron se présentait lui-même comme un vétéran de la cause européenne :

  • 5 Conférences à l’institut des études européennes de l’Université libre de Bruxelles, les 28, 29 et (...)

« J’ai le sentiment, disait-il, d’être un peu un grognard du mouvement européen, un ancien combattant. Cela fait près d’une trentaine d’années que nous avons commencé, au lendemain de la guerre, à travailler d’abord pour le rapprochement de la France et de l’Allemagne, ensuite pour l’unité de l’Europe. J’étais à la Conférence de La Haye où Churchill a prononcé le discours de conclusion5. »

  • 6 NAF 28060, et Archives nationales, Fonds Fabre-Luce, 472 AP2, lettre de Raymond Aron à Alfred Fabr (...)

3Que ce soit à l’époque, ou dans l’examen rétrospectif des Mémoires, Raymond Aron a aussi livré un regard plus critique sur la conjoncture européenne des années 47-48. À Fabre-Luce, qui lui avait envoyé Le Projet Churchill, Aron répondait qu’il était d’accord avec lui sur l’essentiel, mais, ajoutait-il, « je crois les difficultés plus grandes que vous ne les présentez6 ». Quant à la Conférence de La Haye, elle laissait à Raymond Aron des souvenirs désabusés lorsqu’il écrivit les Mémoires : rencontre fortuite de Daladier solitaire, oublié de l’histoire dans les rues de la ville ; « apparente passion », lors des débats, des hommes de la guerre, Paul Reynaud et Winston Churchill. Le jugement politique est sévère ; la conférence n’est plus le haut lieu de la geste européenne que sanctifiait dans le texte de 1975 le nom glorieux de Churchill :

  • 7 Raymond Aron, Mémoires, p. 273.

« Le dernier jour, un petit groupe d’inspiration fédéraliste se refusa à voter pour la motion finale. W. Churchill intervint, sur un ton presque pathétique, afin que se rétablît l’unanimité.
Je suivis ces débats sans y participer, incapable de me mobiliser dans ces tournois d’éloquence. Nous n’étions mandatés par personne ; ceux même qui avaient été délégués par un mouvement ou par un parti ne représentaient qu’eux-mêmes. Majorité et minorité, dans les commissions, ne signifiaient rien. La Conférence tout entière relevait de la propagande, au sens noble du terme, de l’art de la persuasion non clandestine. C’était le printemps de l’Europe unie, rêvée et toute proche, les moins portés à l’utopie s’abandonnaient à de glorieuses espérances7. »

4Ce récit n’épargne pas l’événement. Rien ne reste de l’acte fondateur, du « J’y étais » fièrement revendiqué à Bruxelles en avril 1975. Churchill lui-même cesse d’être une légende, pour n’être plus qu’un président de séance malmené par une assemblée chahuteuse. 1948, dans cette version non orwellienne, n’était pas 1984, mais plutôt, si nous suivons la leçon de Raymond Aron, un nouveau 1848, donc un nouveau printemps des peuples, mais un printemps des peuples sans peuples, ce qui en limitait singulièrement la portée. Comment comprendre cette contradiction ou ce malentendu ?

  • 8 Raymond Aron, « Ce que pense la jeunesse universitaire d’Europe », Bibliothèque universelle et rev (...)
  • 9 L’Express, 7-13 octobre 1983, publié dans Raymond Aron, De Giscard à Mitterrand 1977-1983, Paris, (...)
  • 10 Raymond Aron, Mémoires, p. 59 et Joachim Stark, Das unvollendete Abenteuer. Geschichte, Gesellscha (...)

5Le thème européen est permanent dans l’œuvre d’Aron. Du début à la fin, l’Europe a été l’objet de ses réflexions. C’est en 1926 que paraît « Ce que pense la jeunesse universitaire d’Europe », le premier article qu’il ait signé8. Le jeune philosophe y exprime ses convictions pacifistes, ses penchants socialistes, et son engagement européen. Le dernier article publié dans L’Express du vivant d’Aron est intitulé « Pershing, le test du courage européen9 ». Face aux fusées SS-20 que l’URSS avait déployées depuis 1977, l’Alliance atlantique devait alors répondre par le déploiement de 572 euromissiles. L’article de 1983 répondait ainsi à celui de 1926. L’un évoquait la paix, l’autre la volonté de défense. Alors que, dans un climat de peur, des manifestations spectaculaires agitaient l’opinion publique contre les euromissiles, Aron rappelait froidement les réalités du rapport de forces et le fait que la liberté du « demi-peuple », allemand ou européen, dépendait de la garantie américaine. La juxtaposition des deux textes montre cependant des transformations considérables : celui-là évoque l’Europe de la SDN et de l’esprit de Genève, celui-ci les dernières années de la guerre froide. Le rédacteur du premier est un pacifiste et un idéaliste10, celui du second est commentateur et polémologue chevronné, expert en stratégie nucléaire. Les points communs sont la situation européenne, dominée dans les deux cas par la menace ou la peur de la guerre, et l’identité de l’auteur, Raymond Aron.

  • 11 Raymond Aron, Mémoires, p. 55.
  • 12 Raymond Aron, Espoir et peur du siècle, Essais non partisans, Paris, Calmann-Lévy, collection Libe (...)

6Les limites chronologiques d’une réflexion sur Raymond Aron et l’Europe s’imposent donc. Elles englobent deux phases distinctes de l’histoire de l’Europe qu’il a décrites. La première va des années trente à la guerre ; il a eu le sentiment dès 1930 en Allemagne que l’histoire était de nouveau en marche11. Au contraire, après 1945, la dissuasion nucléaire fige la situation. C’est « le ralentissement de l’histoire », diagnostiqué dans Espoir et peur du siècle en 195712.

  • 13 Raymond Aron, Les Articles du Figaro, édition présentée et annotée par Georges-Henri Soutou, t. 1  (...)
  • 14 T. 1, p. 26.
  • 15 T. 3, p. 13, et 21-24.

7L’évidence mystérieuse du thème européen chez Aron n’a pas échappé aux historiens et philosophes qui ont étudié sa pensée, mais le sujet a rarement été traité en tant que tel. Georges-Henri Soutou est le premier historien qui en ait rendu compte. Dans l’Introduction aux Articles de politique internationale du Figaro13, il constate l’engagement européen d’Aron : « Aron était, comme on le sait, partisan de la construction européenne. » Mais il confesse « être frappé, en lisant ses articles, de la prudence de sa démarche et de son scepticisme à l’égard des institutions et des organismes créés dans la période 1947-1950, ainsi que des idées alors à la mode14 ». Par la suite, G-H. Soutou insiste sur le « ralliement » de Raymond Aron, en 1966, « à la philosophie, sinon à la tactique, des “Européens”15 ».

  • 16 L’Europe des crises, et la conférence au Sénat du 13 mai 1975, « L’Europe, avenir d’un mythe », in(...)
  • 17 Nicolas Baverez, Raymond Aron. Un moraliste au temps des idéologies, Paris, Flammarion, 1993, 542  (...)

8En revanche, ses commentaires n’intègrent pas les conférences de 197516, dans lesquelles Aron s’interroge sur la fin de l’idée européenne comme mythe, exprimant alors un jugement nettement plus pessimiste sur l’entreprise des Pères fondateurs. De même, la biographie de Nicolas Baverez17 expose la tension de Raymond Aron entre le mouvement européen et l’attachement aux traditions nationales :

  • 18 Ibid. p. 230 et Raymond Aron, Le Spectateur engagé, Paris, Julliard, 1981, 339 p. ; p. 168.

« J’aurais souhaité que l’Europe unie de Monnet, telle qu’il la concevait, fût possible. Je n’y croyais pas fortement. J’ai toujours gardé un fond de patriotisme lorrain. Aussi, selon les circonstances, je penchais d’un côté ou de l’autre, toujours favorable à une sorte d’unification de l’Europe pour laquelle j’ai beaucoup milité, avant et après le RPF, et d’autre part j’étais sceptique sur la possibilité d’effacer mille années d’histoire nationale. La France a été tellement, par excellence, la nation européenne, elle avait été toujours tellement contre les empires, que je n’ai cessé de douter que la France, à moins que ce fût immédiatement après la guerre, pût devenir autre chose que la nation française18. »

  • 19 Stephen Launay, La pensée politique de Raymond Aron, Paris, PUF, Recherches politiques, 1995, 243  (...)
  • 20 Page 225, mots soulignés par l’auteur.
  • 21 Raymond Aron, Le grand schisme, Paris, Gallimard, 1948, p. 59 et 60, cité in Launay, op. cit., p.  (...)
  • 22 Stephen Launay, op. cit., p. 229.
  • 23 Ibid., p. 226.

9Parmi les philosophes, la question de l’Europe chez Raymond Aron a d’abord été abordée par Stephen Launay en 199519. Partant de « l’intention philosophique » de l’œuvre, Stephen Launay considère que « le leitmotiv d’Aron européen est celui des dimensions indispensables à l’existence économique et militaire sur le plan international et non la haine de la nation ou la foi en une structure supranationale20 ». Stephen Launay cite Le Grand Schisme, dans lequel il retrouve appliquée à l’Europe la pensée antinomique, d’inspiration kantienne, caractéristique de la philosophie politique d’Aron. La spécificité de l’Europe, sur le plan politique, réside dans la pluralité des existences nationales : « Il y a sans doute une Europe en soi, il n’y a pas d’Europe pour soi21. » Stephen Launay rappelle les phrases sévères des Guerres en chaîne : « On ne crée pas les patries sur commande, l’Europe est « une idée d’intellectuels22 ». Dans le cadre d’une pensée fondée sur le primat et sur l’autonomie du politique, il n’est pas possible d’envisager une continuité de l’ordre économique (le marché commun) à une éventuelle unité politique. Pour qu’elle fût possible, il faudrait vouloir l’unité politique pour elle-même23. L’Europe de Jean Monnet était donc utopique dans la mesure où elle prétendait faire surgir l’unité politique de l’unification économique, alors que les deux ordres sont radicalement distincts. Aron aboutit donc, écrit Launay, « à un bilan négatif quant à l’Union politique européenne ».

  • 24 Robert Frank, « Les Contretemps de l’aventure européenne », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, an (...)
  • 25 Olivier de Lapparent, Raymond Aron et l’Europe. 50 ans de réflexions européennes, mémoire de maîtr (...)

10Tout autres sont les conclusions de Robert Frank, qui a consacré une place importante à Raymond Aron dans « Les Contretemps de l’aventure européenne24 ». Du mémoire écrit par Olivier de Lapparent25, Robert Frank retient l’idée qu’Aron est un Européen de longue date, atypique mais convaincu, dont l’engagement ne se réduit pas à l’anticommunisme, mais remonte, avant même le séjour d’Aron en Allemagne, au pacifisme des années vingt. L’européisme d’Aron est défini comme un projet politique ; Aron critique la méthode de Jean Monnet, qu’il juge trop technocratique, mais se méfie aussi du verbe gaullien, dont il redoute les excès nationalistes et anti-atlantiques. Robert Frank remarque pourtant que l’européisme aronien ne se confond pas avec l’atlantisme, celui-ci étant un choix pragmatique dicté par la situation géopolitique transitoire de la guerre froide, tandis que celui-là représente le but ultime. Il cite la conférence de 1975, dans laquelle Aron revendiquait le statut de « grognard » du mouvement européen. Sa conclusion optimiste s’appuie sur les derniers mots du discours de Raymond Aron aux étudiants allemands, le 30 juin 1952 à Francfort :

  • 26 Raymond Aron, « Discours aux étudiants allemands par Raymond Aron », Preuves, 18-19, août-septembr (...)

« L’homme d’action est celui qui garde le sens d’une tâche grandiose à travers les médiocrités quotidiennes. La communauté européenne ou la communauté atlantique, ce n’est pas le thème pour l’enthousiasme d’un jour, c’est le terme final de l’effort qui donne un sens à une vie ou fixe un objectif à une génération26. »

11D’où Robert Frank conclut : « Un sens à une vie : la messe de l’engagement européen est dite. » Selon cette interprétation, Aron « annonce un engagement européen d’un nouveau type, un engagement critique ». Cette conclusion contredit celle de Stephen Launay.

  • 27 Voyez Gérard Noiriel, Sur la « crise » de l’histoire, Paris, Belin 1996. Le chap. III, « Le retour (...)
  • 28 Raymond Aron, Introduction à la philosophie de l’histoire, éditions Tel Gallimard, 1986, p. 455 (d (...)
  • 29 Ibid., p. 120-121.
  • 30 Robert Frank, « Une histoire problématique, une histoire du temps présent ». Vingtième Siècle. Rev (...)

12Une première réponse s’impose : les références, les contextes historiques ne sont pas les mêmes. Il est possible que cette discordance soit liée à la méfiance réciproque qui sépare – tout particulièrement en France – les philosophes des historiens. Il s’agit là d’un grand débat épistémologique27, dans lequel Aron lui-même a joué un rôle de premier plan. Sa thèse ébranlait les certitudes de l’histoire positiviste et réservait les droits de « la pluralité des systèmes d’interprétation », au point que le jury lui reprocha le relativisme de ses positions28. Les qualificatifs que Raymond Aron appliquait à l’histoire vaudraient-ils aussi pour l’Europe, celle-ci, comme la réalité historique, serait-elle « équivoque et inépuisable29 » ? Comme l’a montré Robert Frank30, l’Europe est un objet d’histoire problématique, parce que la notion d’Europe est « diaboliquement polysémique ».

  • 31 Émission Paradoxes, 4 mai 1971, archives INA (nous soulignons).

13Elle l’est sur deux plans différents. Le premier est celui des différentes acceptions du mot : espace géographique, d’ailleurs difficile à circonscrire, civilisation, idée d’unité politique, enfin la communauté européenne elle-même – CEE puis UE – parfois présentée comme l’aboutissement logique de l’idée européenne. Le second plan serait celui de la conscience. Robert Frank distingue ainsi « l’identicité » européenne (les traits communs objectifs) et l’identité qui est la conscience (la dimension subjective) de ces caractères communs. Il appelle conscience européenne « le sentiment d’une nécessité vitale, socialement partagée, de construire l’Europe ». Aron a formulé une distinction équivalente lorsqu’il oppose en 1945-1946 l’Europe en soi et l’Europe pour soi : celle-là existe à travers la religion chrétienne ou les Lumières, celle-ci n’a jamais existé avant le XXe siècle, puisque les croisades furent entreprises au nom de la chrétienté, la colonisation du Nouveau monde au nom des souverains catholiques, pas au nom de l’Europe. Raymond Aron a donc, selon les circonstances, nuancé ses propos sur l’Europe. Peut-on pour autant dire qu’il a été fluctuant, voire opportuniste ? Ou bien a-t-il été pragmatique ? Il s’agit en effet d’un philosophe qui n’a jamais oublié les exigences de sa formation intellectuelle lorsqu’il pratiquait le journalisme. Dans un entretien accordé au journaliste Alain Bosquet en 1971, Aron affirmait qu’il ne pouvait surmonter l’antinomie « entre la formation à la rigueur philosophique et la souplesse de l’interprétation dans l’ordre du quotidien […] qu’à la condition de penser à chaque instant le monde dans un système31 ».

  • 32 René Rémond, postface à la Nouvelle histoire des idées politiques, Pascal Ory (dir.), Paris, Hache (...)

14D’où l’idée de revisiter le sujet en resituant dans l’histoire la philosophie aronienne de l’Europe. L’histoire des idées politiques est légitime. On s’efforcera ici de suivre René Rémond, pour « associer l’analyse des œuvres et l’exposition des systèmes à leur histoire, ne pas séparer les penseurs du devenir de leur pensée32 ».

  • 33 Christian Malis, Raymond Aron et le débat stratégique français 1930-1966, Paris, Economica, 2005, (...)

15Deux thèses récentes montrent que cette voie est possible. Celle de Christian Malis33 a montré que l’apprentissage de la stratégie était survenu très tard dans la vie de Raymond Aron, pendant les années d’exil à Londres, après la défaite de mai-juin 1940. Jusque-là, en partie du fait de la fermeture de l’institution militaire, en partie aussi par sa propre faute, il ne connaissait à peu près rien des questions militaires. Cette thèse, qui montre la singularité d’Aron, « au cœur de l’événement, mais en marge de l’action », recoupe en partie le thème européen, mais celui-ci n’est pas son objet. Christian Malis constate l’équivoque de la position aronienne sur l’unité européenne :

  • 34 Christian Malis, op. cit., p. 581.

« Aron fut lui-même relativement flottant sur les mérites de la supranationalité, sur la possibilité de fondre rapidement en un seul ensemble les vieilles nations européennes. Il demeure néanmoins convaincu que l’État national classique, dont le modèle est la France, connaît un déclin irréversible […] on ne peut plus maintenir l’absolu de la souveraineté nationale34. »

  • 35 Hans Delbrück, Geschichte der Kriegskunst im Rahmen der politischen Geschichte, Stilke, Berlin, 19 (...)
  • 36 Raymond Aron, Penser la guerre, Clausewitz, t. I « L’âge européen », t. 2 « L’âge planétaire », Pa (...)

16Par ailleurs, Christian Malis a montré, le premier, ce qu’Aron doit à l’influence de Hans Delbrück (1848-1929), l’auteur de L’Histoire de l’art de la guerre dans le cadre de l’histoire politique35. Par méthode et tempérament, Aron a éprouvé pour Delbrück une affinité élective comparable à celle qu’il confessait à l’égard de Max Weber. Delbrück en est effet celui qui a voulu ériger la pensée militaire et stratégique au rang de science sociale. Il est aussi le précurseur d’Aron dans l’interprétation modérée de Clausewitz36, qui influença la conception aronienne de la défense de l’Europe pendant la guerre froide.

  • 37 Matthias Oppermann, Raymond Aron und Deutschland, Das Problem des Totalitarismus und die Verteidig (...)
  • 38 Matthias Oppermann cite au moins une fois le terme d’« Europe-croupion » (p. 474). Voir Raymond Ar (...)

17L’autre thèse importante est celle de Matthias Oppermann consacrée aux rapports de Raymond Aron avec l’Allemagne37. Elle présente l’influence de l’histoire politique allemande et des intellectuels allemands sur la formation du libéralisme aronien jusqu’à la guerre incluse. Elle renverse ensuite les perspectives pour montrer le regard d’Aron sur des penseurs allemands – Clausewitz, Weber et Marx – et sur l’histoire politique de l’Allemagne de 1945 à 1983. Elle aborde à plusieurs reprises le thème européen, mais tend un peu trop à faire de la RFA le terme nécessaire de l’histoire, minimisant ainsi les doutes qu’Aron n’a cessé d’exprimer sur l’« Allemagne-croupion » et sur l’« Europe-croupion38 ».

18Ces écrits ont en commun de mettre au premier plan les questions politiques ; ils invitent donc à considérer la place de l’Europe dans la pensée de Raymond Aron sur le plan historique. La question est vaste, et elle possède de multiples dimensions.

  • 39 Raymond Aron, La Société industrielle et la guerre, Paris, Plon, 1959, 181 p. ; p. 5 et suivantes  (...)
  • 40 Montesquieu, De l’Esprit des lois, 1748, Livre XI, chap. 6.

19La première est la question de l’identité européenne, que Raymond Aron a d’abord définie par rapport à la culture, dès 1926 et de manière plus précise en 1946, après l’expérience de la guerre. Aron a accordé une place importante au concert européen des XVIIe et XVIIIe siècles ; il a médité l’échec de la prophétie d’Auguste Comte39, qui pensait que les sociétés industrielles connaîtraient la paix. Il ne pensait pas que les guerres européennes du XXe siècle, qu’il a comparées à la guerre du Péloponnèse, eussent été fatales. En un sens, sa méditation de l’histoire européenne, qui n’est pas celle d’un historien, aboutit à une phénoménologie des risques historiques. Elle se fonde sur une inquiétude : les nations européennes, dont la France, risquent de disparaître si elles continuent de se déchirer, ou bien elles pourraient être asservies à un empire, celui d’Hitler ou par la suite celui de Staline. Mais courage civique et lucidité offrent des perspectives de salut ; les Européens, à ces conditions, peuvent espérer vivre sous un régime de liberté. L’Europe est donc l’espace que distingue une forme spécifique d’existence politique fondée sur les nations, l’État de droit et la modération du gouvernement, tels que Montesquieu les a décrits40.

20Pour Aron, la liberté et l’existence de l’Europe dépendent de la volonté des Européens de rester des citoyens. Cette inquiétude a inspiré le Plaidoyer pour l’Europe décadente, mais elle correspondait à un tourment ancien, ressenti dès les années trente : Raymond Aron a transfiguré en exercice spirituel ou en critique de la raison historique l’obsession de la décadence.

21Les autres versants du sujet se rattachent à l’aspect politique, qui est l’essentiel.

22La question de l’économie, puisque la création d’un marché commun, ou d’un grand espace, a été l’un des arguments pour unifier l’Europe, l’Europe nazie pendant la seconde guerre mondiale, l’Europe des Six à partir des années cinquante. Aiguë sur fond de ruine européenne après 1945, cette question a traversé les conjonctures successives : mise en place du Marché commun pendant les Trente Glorieuses, crise et stagflation des années 1970. Raymond Aron a été le témoin des premières esquisses de ce qui allait devenir, après sa mort, l’union économique et monétaire.

  • 41 La praxéologie désigne selon Aron les règles de l’action diplomatique et stratégique.
  • 42 Voyez Raymond Aron, Paix et guerre entre les nations, Paris, Calmann-Lévy, 1962, 794 p. Chap. XVI  (...)

23La dimension stratégique ou praxéologique41 est l’aboutissement de la conversion d’Aron au réalisme à partir des années de guerre. Cette stratégie peut être qualifiée de conservatoire, elle vise à préserver la liberté en Europe. Aron était le théoricien de la « partie nulle en Europe », et enseignait que « survivre, c’est vaincre42 ». La partie nulle était la situation à court terme, consécutive à la dissuasion mutuelle, mais il était possible de vaincre car, à long terme, Aron pensait que l’idéologie communiste ne tiendrait pas. L’adversaire découragé ou ayant perdu sa foi renoncerait au combat. Le succès de cette stratégie, qui ne doit pas être confondue avec la passivité, dépendait de la clairvoyance des dirigeants et de la discipline des citoyens.

24Mais ces différentes dimensions se recoupent. Elles peuvent éclairer, non organiser l’étude historique. Le fil conducteur ne peut être que politique. Quelle est la place de l’Europe comme objet politique dans la pensée aronienne et quelle est la spécificité politique de l’Europe ? Comment cet objet s’est-il constitué et comment l’histoire de l’Europe a-t-elle influé sur cette élaboration intellectuelle ? Réciproquement, comment le jugement d’Aron sur l’Europe a-t-il évolué dans sa maturité puis dans sa vieillesse ? À l’évidence, le sujet ne se limite pas à ce que l’on appelle l’histoire de la construction européenne. En premier lieu, parce que la période étudiée commence avant les premières étapes de l’Europe communautaire ; ensuite parce que Raymond Aron n’a jamais oublié les autres Européens, ni ceux qui habitaient à l’Est du rideau de fer, ni ceux qui vivaient sous les dictatures d’Europe méridionale.

  • 43 Sur la notion de République des Lettres, voyez Antoine Compagnon (dir.), La République des Lettres (...)
  • 44 Raymond Aron, L’Opium des intellectuels, Paris, Calmann-Lévy, 1955, 336 p.

25Raymond Aron était un dialecticien. Il semble qu’une antinomie permette d’accéder à sa compréhension de l’Europe, que ce soit l’Europe comme réalité historique ou l’idée de l’unité européenne. Les deux pôles de cette antinomie sont la République des Lettres et le mythe politique. La République des Lettres43 renvoie à l’idéal d’une Europe de la paix, fondée sur le dialogue des grands esprits ou, tout simplement, des hommes de bonne volonté. C’est l’idéal qui inspirait Paul Desjardins, lorsqu’il organisait les Décades de Pontigny de 1910 à 1913, puis de 1922 à 1939. La possibilité même d’une Ré publique des Lettres fut remise en cause par l’avènement des luttes idéologiques. Cette question est au cœur de L’Opium des intellectuels44 publié en 1955.

  • 45 L’Europe des crises, p. 123.

26L’idée du mythe politique est elle aussi présente du début à la fin. Empruntée à Georges Sorel, il s’agit d’une « représentation qui suscite les passions, qui indique un objectif plus ou moins vague et qui anime l’action des hommes45 ». Raymond Aron a appliqué la notion de mythe à l’idée européenne. La notion de mythe sorélien correspond au réalisme politique, donc au versant machiavélien de la politique. Une idée peut être raisonnable, encore faut-il qu’elle mobilise les hommes. Raymond Aron a combattu le mythe européen propagé par la propagande de Goebbels, il a aussi milité à sa façon pour l’unité européenne dans le contexte des premières années de la guerre froide. Les mythes politiques sont en effet nécessaires pour organiser l’action des hommes, mais ils ne sont pas éternels : ils naissent, vivent et meurent. L’historicité des mythes politiques a inspiré les réflexions d’Aron, et sur la mort de l’idée européenne, et sur les perspectives d’avenir que pouvait encore avoir le mythe européen au milieu des années 1970.

  • 46 Fondé le 3 juillet 1984, ce centre de recherches fut d’abord nommé « Institut Raymond Aron ». Il e (...)
  • 47 Raymond Aron, Bibliographie, t. I, Livres et articles de revue (établie par Perrine Simon et compl (...)
  • 48 http://raymond-aron.ehess.fr/

27La présente étude s’appuie d’abord sur les textes publiés par Raymond Aron, puisqu’un auteur s’exprime d’abord par ses œuvres. La bibliographie de Raymond Aron, qui est certainement l’une des plus abondantes du XXe siècle, a été mise au point dans les années qui ont suivi sa mort. Élisabeth Dutartre a joué dans cet effort le rôle principal, dans le cadre du Centre de recherches politiques Raymond Aron (CRPRA) de l’EHESS46. Encouragée par la revue Commentaire, créée par Aron dans la perspective des élections législatives françaises de 1978, et par la Société des Amis de Raymond Aron fondée en 1984, l’entreprise bibliographique a abouti en 198947. Une seconde version revue et augmentée a été mise en ligne en 2008 par Élisabeth Dutartre48. Régulièrement mise à jour, elle constitue l’outil de référence.

  • 49 Bibliothèque nationale, NAF 28060.
  • 50 Élisabeth Dutartre, Fonds Raymond Aron, Inventaire. Paris, Bibliothèque nationale de France, École (...)

28Parallèlement, les archives privées de Raymond Aron sont ouvertes aux chercheurs. D’abord conservées au CRPRA, elles ont été transférées en juillet 2006 au département des manuscrits de la Bibliothèque nationale, rue Richelieu, où elles constituent désormais le Fonds Raymond Aron49. En septembre 2007, l’inventaire du Fonds, établi par Élisabeth Dutartre, a été publié50.

29Outre ceux de Raymond Aron, d’autres écrits ont également servi de sources. Il s’agit soit de contemporains de Raymond Aron avec lesquels il a dialogué ou controversé, soit d’auteurs antérieurs qui ont nourri ses réflexions sur l’Europe. La richesse du sujet doit beaucoup à ces dialogues nombreux, souvent subtils, quelquefois très polémiques avec des contemporains. La lecture aronienne des auteurs antérieurs, célèbres ou moins connus, est tout aussi importante. Ainsi Thucydide, Montesquieu, Clausewitz ont-ils nourri sa compréhension de l’histoire politique de l’Europe. Aron a renouvelé l’intérêt pour Montesquieu et Tocqueville en leur conférant la qualité de sociologues à part entière. De même, il a introduit en France la pensée de Max Weber, parlé de Delbrück qui y était à peu près inconnu. Il a aussi fait publier sur le thème européen dans la collection « Liberté de l’Esprit », qu’il a fondée en 1947 chez Calmann-Lévy et dirigée jusqu’à sa mort en 1983, des essais de nombreux contemporains. Cette activité éditoriale a donné lieu à de multiples préfaces et postfaces, dans lesquelles apparaît constamment sa passion de la controverse. Celle-ci l’a conduit à diriger successivement plusieurs revues, de La France Libre à Commentaire, en passant par Preuves. C’est pour réveiller les Européens, pour les rappeler aux réalités de la politique, qu’il a discuté les idées d’auteurs contestés comme Carl Schmitt ou Soljénitsyne.

  • 51 Voyez Mémoires, p. 173. Raymond Aron a lu à Londres, pendant la guerre, le manuscrit du roman de R (...)

30On distinguera ici trois périodes dans le parcours européen de Raymond Aron. La première correspond à l’élaboration de sa conception de l’Europe, de l’Europe de Briand à celle d’Hitler, de 1926 à 1943. Cette période commence avec l’esprit pacifiste européiste des années vingt, l’esprit de Genève et de Pontigny. Les idées d’Aron sont ensuite renouvelées et modifiées par la découverte de l’Allemagne ; dans les années trente il élabore sa théorie de la connaissance historique, parallèlement à l’effondrement de l’Europe de Versailles. Après le 30 janvier 1933, l’heure n’était plus à la réconciliation mais au réarmement matériel et moral. À partir de 1940, l’effondrement national force Aron à l’exil, et le confronte à l’Europe d’Hitler. L’expérience de la guerre achève cette première époque, celle de l’éducation européenne de Raymond Aron51.

31La deuxième période est celle du moment européen (1943-1955). C’est au tournant de la guerre, en janvier 1943, qu’apparaît chez Aron une nouvelle conception de l’Europe, fondée sur les nations qui combattent pour leur existence. Cette expérience motive l’engagement européen de Raymond Aron dans l’immédiat après-guerre ; il renoue ainsi, mais sur de tout autres bases, avec ses inclinations des années vingt. La menace de guerre l’incite cependant à évoluer vers un engagement plus atlantique qu’européen dans le cadre du Congrès pour la liberté de la culture. L’étape suivante est le débat sur la CED, dont le succès aurait créé ipso facto l’unité politique européenne. Son échec en 1954 consacre la fin du moment européen. En 1955, Aron renonce à la tentation de la politique, peut-être aussi au rêve de l’unité politique de l’Europe, et revient à l’Université.

  • 52 Raymond Aron, La Société industrielle et la guerre, Paris, Plon, 1959, 181 p. ; p. 122.

32La troisième période, de 1955 à 1983, est celle où le sociologue tente de penser la place de l’Europe, elle-même coupée en deux, dans une « société universelle divisée ». La vocation de l’Europe, après l’épuisement et la mort du mythe de l’unité politique, était d’enseigner au monde les leçons de ses propres erreurs, de conduire le monde au-delà de la politique de puissance. Raymond Aron apparaît comme un critique très incisif de la CEE ; à l’époque des traités de Rome, il conteste la méthode Monnet plus fortement qu’il ne l’avait fait pour le Plan Schuman. Il se consacre alors à l’étude de l’Europe comme société industrielle, constatant l’échec de l’imperium soviétique en Europe : « le bloc n’est pas devenu un empire52 ». Ces réflexions aboutissent à Paix et guerre entre les nations (1962), où il analyse la place de l’Europe dans le cadre d’une théorie des relations internationales. Mais la fin des années soixante est marquée par trois ruptures importantes. Les deux premières l’opposent à de Gaulle : il s’agit d’abord du grand dessein européen du général (1966) puis de ses déclarations sur Israël après la guerre des Six jours, question qui pour Aron était corrélée à celle de l’Europe. La troisième rupture est celle de Mai 1968, qui lui semblait le symptôme d’une crise de civilisation, crise de l’Occident en général et de l’Europe en particulier.

33La dernière période a ainsi été celle du réveil des inquiétudes qu’Aron avait connues dans les années trente ; c’est alors qu’il exprime l’idée de la fin du mythe européen. De 1969 à 1977, il travaille simultanément dans plusieurs directions qui toutes concernent l’Europe : le thème de la guerre est dans son œuvre le fil conducteur pour comprendre l’histoire de l’Europe : lire Clausewitz avec Aron revient ainsi à penser l’Europe. C’est en 1977 qu’il publia le Plaidoyer pour l’Europe décadente. Ses dernières années, de 1977 à 1983, sont d’autant plus intéressantes qu’elles correspondent à des évolutions qui allaient mener, après la mort d’Aron, aux grands changements des années quatre-vingt : outre la crise des euromissiles, le mouvement de Lech Wałesa en Pologne, la présence d’un pape polonais avec lequel il s’entretint, la consolidation des nouvelles démocraties d’Europe latine et l’élection du parlement européen au suffrage universel.

Notes

1 Alfred Fabre-Luce, Le Projet Churchill, les États-Unis d’Europe. Paris, L’Auteur, 1947.

2 Winston Churchill, « European Unity, Something that will astonish you », discours de Zurich du 19 septembre 1946, in David Cannadine (éd.), The Speeches of Winston Churchill, Londres, Penguin, 1990, p. 309-314.

3 Alfred Fabre-Luce, op. cit., p. 146.

4 « “Il n’y a plus de danger allemand”, expose Raymond Aron dans Combat. » Alfred Fabre-Luce, Le Projet Churchill, p. 132.

5 Conférences à l’institut des études européennes de l’Université libre de Bruxelles, les 28, 29 et 30 avril 1975, in L’Europe des crises, Bibliothèque de la fondation Paul-Henri Spaak, Bruxelles, Bruylant, 1976, p. 81.

6 NAF 28060, et Archives nationales, Fonds Fabre-Luce, 472 AP2, lettre de Raymond Aron à Alfred Fabre-Luce du 6 avril 1947.

7 Raymond Aron, Mémoires, p. 273.

8 Raymond Aron, « Ce que pense la jeunesse universitaire d’Europe », Bibliothèque universelle et revue de Genève, décembre 1926, p. 789-794.

9 L’Express, 7-13 octobre 1983, publié dans Raymond Aron, De Giscard à Mitterrand 1977-1983, Paris, de Fallois, 2005, 891 p. Voyez p. 617-621.

10 Raymond Aron, Mémoires, p. 59 et Joachim Stark, Das unvollendete Abenteuer. Geschichte, Gesellschaft und Politik im Werk Raymond Arons, Königshausen und Neumann, Würzburg, 1986, 297 p.

11 Raymond Aron, Mémoires, p. 55.

12 Raymond Aron, Espoir et peur du siècle, Essais non partisans, Paris, Calmann-Lévy, collection Liberté de l’Esprit, 1957, 367 p.

13 Raymond Aron, Les Articles du Figaro, édition présentée et annotée par Georges-Henri Soutou, t. 1 : La Guerre froide 1947-1955, Paris, Éditions de Fallois, 1990, 1418 p. ; t. 2 : La Coexistence 1955-1965, Paris, Éditions de Fallois, 1994, 1508 p. ; t. 3 : Les Crises 1965-1977, Paris, Éditions de Fallois, 1997, 1823 p.

14 T. 1, p. 26.

15 T. 3, p. 13, et 21-24.

16 L’Europe des crises, et la conférence au Sénat du 13 mai 1975, « L’Europe, avenir d’un mythe », in Cités, no 24, 2005.

17 Nicolas Baverez, Raymond Aron. Un moraliste au temps des idéologies, Paris, Flammarion, 1993, 542 p.

18 Ibid. p. 230 et Raymond Aron, Le Spectateur engagé, Paris, Julliard, 1981, 339 p. ; p. 168.

19 Stephen Launay, La pensée politique de Raymond Aron, Paris, PUF, Recherches politiques, 1995, 243 p.

20 Page 225, mots soulignés par l’auteur.

21 Raymond Aron, Le grand schisme, Paris, Gallimard, 1948, p. 59 et 60, cité in Launay, op. cit., p. 226.

22 Stephen Launay, op. cit., p. 229.

23 Ibid., p. 226.

24 Robert Frank, « Les Contretemps de l’aventure européenne », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, année 1998, vol. 60, no 60, p. 82-101.

25 Olivier de Lapparent, Raymond Aron et l’Europe. 50 ans de réflexions européennes, mémoire de maîtrise, université Paris I Panthéon-Sorbonne, 1997. Voyez aussi : Olivier de Lapparent, Raymond Aron et l’Europe, itinéraire d’un Européen dans le siècle, Berne, Peter Lang, 2010, 167 p.

26 Raymond Aron, « Discours aux étudiants allemands par Raymond Aron », Preuves, 18-19, août-septembre 1952, p. 3-9.

27 Voyez Gérard Noiriel, Sur la « crise » de l’histoire, Paris, Belin 1996. Le chap. III, « Le retour de l’auteur », prend la forme d’un règlement de comptes avec Raymond Aron et les historiens qui l’ont approuvé, Henri-Irénée Marrou puis Paul Veyne.

28 Raymond Aron, Introduction à la philosophie de l’histoire, éditions Tel Gallimard, 1986, p. 455 (dans le récit de la soutenance par le Père Gaston Fessard).

29 Ibid., p. 120-121.

30 Robert Frank, « Une histoire problématique, une histoire du temps présent ». Vingtième Siècle. Revue d’histoire, 71, juillet-septembre 2001, p. 79-89.

31 Émission Paradoxes, 4 mai 1971, archives INA (nous soulignons).

32 René Rémond, postface à la Nouvelle histoire des idées politiques, Pascal Ory (dir.), Paris, Hachette, 1987, 643 p., voyez p. 597.

33 Christian Malis, Raymond Aron et le débat stratégique français 1930-1966, Paris, Economica, 2005, 821 p.

34 Christian Malis, op. cit., p. 581.

35 Hans Delbrück, Geschichte der Kriegskunst im Rahmen der politischen Geschichte, Stilke, Berlin, 1900-1920.

36 Raymond Aron, Penser la guerre, Clausewitz, t. I « L’âge européen », t. 2 « L’âge planétaire », Paris, Gallimard, Bibliothèque des idées, 1976.

37 Matthias Oppermann, Raymond Aron und Deutschland, Das Problem des Totalitarismus und die Verteidigung der Freiheit 1926-1983, Thorbecke, Beihefte der Francia, Band 68, Ostfildern, 2008, 622 p.

38 Matthias Oppermann cite au moins une fois le terme d’« Europe-croupion » (p. 474). Voir Raymond Aron, Les Guerres en chaîne, Paris, Gallimard, 1951, p. 394, 414. « Le relatif déclin de l’Europe », in Ranimer l’Europe, Les Éditions d’organisation, 1984, p. 250.

39 Raymond Aron, La Société industrielle et la guerre, Paris, Plon, 1959, 181 p. ; p. 5 et suivantes : « L’optimisme d’Auguste Comte ».

40 Montesquieu, De l’Esprit des lois, 1748, Livre XI, chap. 6.

41 La praxéologie désigne selon Aron les règles de l’action diplomatique et stratégique.

42 Voyez Raymond Aron, Paix et guerre entre les nations, Paris, Calmann-Lévy, 1962, 794 p. Chap. XVI : « Partie nulle en Europe ou la diplomatie entre les blocs » ; chap. XXII : « En quête d’une stratégie, II : Survivre, c’est vaincre. »

43 Sur la notion de République des Lettres, voyez Antoine Compagnon (dir.), La République des Lettres dans la tourmente 1919-1939, Paris, Alain Baudry, CNRS, 2011, 175 p., actes du colloque du Collège de France des 27 et 28 novembre 2009. Voyez en particulier le texte de Jean-François Sirinelli : « Raymond Aron : le pacifisme à l’épreuve de l’Histoire ».

44 Raymond Aron, L’Opium des intellectuels, Paris, Calmann-Lévy, 1955, 336 p.

45 L’Europe des crises, p. 123.

46 Fondé le 3 juillet 1984, ce centre de recherches fut d’abord nommé « Institut Raymond Aron ». Il est devenu le CRPRA en 1992. Il a été renommé Centre d’études sociologiques et politiques Raymond Aron (CESPRA) au 1er janvier 2010.

47 Raymond Aron, Bibliographie, t. I, Livres et articles de revue (établie par Perrine Simon et complétée par Élisabeth Dutartre), t. II, Analyses d’actualité (établie par Élisabeth Dutartre), Société des amis de Raymond Aron, Paris, Julliard, 1989, 274 p. (publié en un volume).

48 http://raymond-aron.ehess.fr/

49 Bibliothèque nationale, NAF 28060.

50 Élisabeth Dutartre, Fonds Raymond Aron, Inventaire. Paris, Bibliothèque nationale de France, École des hautes études en sciences sociales, 2007, 256 p.

51 Voyez Mémoires, p. 173. Raymond Aron a lu à Londres, pendant la guerre, le manuscrit du roman de Romain Gary, Éducation européenne.

52 Raymond Aron, La Société industrielle et la guerre, Paris, Plon, 1959, 181 p. ; p. 122.

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540