Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Raymond Aron et l’Europe

 | 
Joël Mouric

Préface

Fabrice Bouthillon

Texte intégral

1Il y a quelque chose d’étrange, et peut-être même de désespérant, à se pencher, dans les années 2010, sur la réflexion de Raymond Aron au sujet de l’Europe.

2Sans doute l’étrangeté de l’exercice tient-elle pour une bonne part à la différence des temps. Penser l’Europe, comme disait l’autre, c’était, du vivant d’Aron, la penser d’abord sous la coupe d’Hitler, puis coupée en deux par la guerre froide, et sous la poire d’angoisse de la puissance militaire soviétique. Notre époque est au contraire celle d’une extension de la construction échafaudée par Jean Monnet jusqu’aux marges d’une Russie rétrécie, mais une extension qui s’est opérée avec un tel manque de prudence et d’inventivité que monte, de tous côtés, la contestation tout à la fois de cette entreprise et de cette emprise.

3Cela déjà rendrait à soi seul la découverte de la réflexion d’Aron sur la question profondément dépaysante ; mais il me semble que le caractère dérangeant de la chose tient en fait tout autant à la profondeur de sa pensée, qui, j’en ai peur, est sans doute vouée à devenir de plus en plus déconcertante, à mesure que notre temps devient, sans cesse davantage, celui des slogans précipités, de la réactivité électronique et des certitudes médiatiques. La marque propre du travail intellectuel d’Aron a en effet toujours été l’extrême rigueur ; chez lui, elle se traduit avant tout par l’étendue de la documentation, ainsi que par le souci constant de reconnaître jusqu’à la part de vérité dont peuvent se targuer les argumentaires auxquels il ne se rallie pas – indice certain d’une pensée profondément antinomique, qui est demeurée marquée pour toujours par la lecture attentive de Kant.

4Voilà des qualités déjà peu faites pour rendre populaire ; mais que dire, lorsqu’elles sont mises en œuvre à propos du thème européen ? Car Joël Mouric montre avec force combien on aurait du mal, en la matière, à tirer Aron, pour le dire avec les mots à la mode, soit du côté européiste, soit du côté de l’europhobie. Son itinéraire sur le sujet a été des plus complexes et ses positions toujours très nuancées, ses critiques contre l’Europe selon Jean Monnet et sa conviction profonde qu’il n’est d’Europe que de nations n’empêchant nullement qu’il ait soutenu, autant qu’il l’a pu, le mouvement vers l’unité européenne.

5Du sentiment d’étrangeté à la désespérance, toutefois, il y a bien certainement un pas. Or le plus curieux est peut-être qu’à lire Joël Mouric, on ne le franchit jamais plus vite que lorsqu’on mesure à quel point certaines des mises en garde que formulait Aron sont restées actuelles – c’est-à-dire, en somme, parfaitement vaines. Je pense, par exemple, à celle qu’il adressait à ses contemporains contre l’illusion que la construction européenne pourrait les dispenser d’efforts qu’ils ne voulaient pas fournir dans chacune de leurs nations : si chaque Etat européen s’accommode de l’inflation chez lui, demandait-il dans les années Cinquante, par quelle étrange magie les institutions européennes pourraient-elles en venir à bout ? Ou je me trompe fort, ou la position du problème est exactement la même soixante ans plus tard en matière de dette publique, quand le fin du fin de la science financière paraît à certains de transférer au niveau européen les monceaux d’assignats émis par les États. De même, pour l’inquiétude ressentie par Aron après Mai 68, devant ce qu’il jugeait être une crise de la culture européenne. Il n’est pas de bonheur sans liberté, ni de liberté sans vaillance, disait Thucydide, auteur aronien entre tous ; or quel avenir pour les sociétés européennes, à l’heure de l’hédonisme triomphant et de l’individualisme über alles, jusque dans les modifications apportées de nos jours à des institutions comme le mariage ? C’est à se demander si les choses n’en sont pas désormais arrivées au point qu’a pratiquement disparu la possibilité même de soulever certaines questions que posait avec fermeté Aron – comme celle du lien entre la citoyenneté et le devoir militaire, pour ne citer que celle-là.

6Ce ne serait d’ailleurs qu’une raison de plus pour méditer, avec ce livre, ses leçons : quand le présent est gris et l’avenir, terne, il reste au moins, pour rendre des couleurs à l’un comme à l’autre, la ressource de se tourner vers le legs du passé.

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540