Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les universités dans la ville

 | 
Thierry Amalou
, 
Boris Noguès

Postface. Les universités dans la ville : une histoire en perspectives

Dominique Julia

Texte intégral

1La riche moisson des contributions ici rassemblées sur les rapports qui unissent villes et universités au cours de l’époque moderne suscite bien évidemment de nombreuses réflexions. Trois axes de remarques ont été ici privilégiés, mais bien d’autres pistes auraient pu être parcourues.

Espace scolaire et réseau urbain à l’époque moderne

2Le premier apport est de souligner la tension permanente entre passé et présent qui se décline très différemment suivant les divers pays européens : c’est ici l’inscription de l’histoire, et d’une histoire chaque fois particulière, dans le temps de la modernité et à l’intérieur des réseaux urbains. La France, comme le note Boris Noguès, n’enregistre que peu de suppressions d’universités : en dehors de l’éphémère université de Grenoble (1542-1567) qui sombre pour des raisons tout à la fois financières et religieuses face à la résistance de la très catholique Valence soutenue par son chancelier évêque, on ne peut noter que la disparition de l’université de Cahors en 1751, sur un coup d’éclat du chancelier Lamoignon qui venait de prendre ses fonctions et reprit hardiment un dossier que n’avait pas porté à son terme son prédécesseur le chancelier d’Aguesseau. C’est dire la résistance qu’opposent les structures médiévales de transmission du savoir à une rationalisation de la carte scolaire. Tout aussi significative est la rareté de la création d’universités au cours de cette même période, puisqu’au moment de celle-ci, ni Douai, ni Strasbourg, ni Pont-à-Mousson ne relèvent de la monarchie française : seule Reims est une fondation durable et elle doit sa naissance à la puissance de son jeune archevêque, le cardinal Charles de Lorraine, qui a obtenu une bulle du pape Paul III. À l’inverse, l’échec de l’université de Tournon, fondée en 1552 au profit du collège des Jésuites invite à replacer le phénomène universitaire à l’époque moderne dans un cadre beaucoup plus large : celui de la confessionnalisation en Europe d’une part, celui de la transformation des anciennes écoles latines en collèges municipaux qui peuvent délivrer un enseignement supérieur équivalent à celui des universités, sans pour autant bénéficier du monopole de la délivrance des grades. C’est d’ailleurs parce que le collège-université jésuite de Tournon a souhaité (trop tardivement) user de son droit de délivrer des grades qu’il le perd en 1626 devant le Parlement de Toulouse, face aux universités qui se sont unies pour défendre leurs privilèges. L’épisode, minuscule en apparence, invite à regarder plus attentivement une double évolution. D’une part, la partition religieuse entraîne le développement, dans des villes souvent secondaires, d’établissements d’enseignement supérieur protestant : certains doivent leur naissance à des pouvoirs princiers situés en dehors du royaume (ainsi les académies d’Orthez en Béarn, fondée par Jeanne d’Albret, Sedan fondée par le duc Henri de la Tour d’Auvergne ou celle de Montbéliard, fondée par le duc Frédéric de Wurtemberg), situation qui les apparente tout à fait aux Universitätsstädte d’Allemagne ou à des universités déjà existantes mais passées au calvinisme comme celle d’Orange installée dans une principauté appartenant à la maison de Nassau ; d’autres s’enracinent dans des places fortes calvinistes telles La Rochelle, Montauban ou Saumur. Face à ces forteresses réformées, dispensatrices d’un savoir théologique et linguistique (en particulier l’hébreu et l’exégèse biblique) dont certaines ont un renom international (ainsi Saumur entre 1610 et 1650 ou Sedan) qui attire des étudiants venus de tout le nord de l’Europe, se construisent des établissements concurrents, portés par les ordres religieux de la Réforme catholique (au tout premier chef les jésuites et, dans une moindre mesure les oratoriens et les doctrinaires). Ceux-ci peuvent à leur tour, délivrer des enseignements analogues aux enseignements supérieurs des universités (mathématiques, philosophie, théologie), sans, pour autant, être autorisés à délivrer des grades. D’autre part, à cette polarisation religieuse se joint, dans le courant du XVIe siècle et la première moitié du XVIIe siècle, l’extraordinaire développement des collèges municipaux, qui viennent battre en brèche le rayonnement des grandes universités médiévales. Le rapport entre universités et villes doit donc être moins envisagé sous un angle strictement institutionnel que dans le cadre de la construction des États modernes, du développement des administrations étatiques ou ecclésiastiques et des réponses qu’apportent pouvoirs locaux (villes, officiers de justice ou parlements), provinciaux et étatiques à la demande d’éducation en provenance des élites.

3Dès lors la spécificité française peut être réintégrée à l’intérieur d’une géographie européenne plus large. En étudiant le cas de Helmstedt dans le duché de Brunswick, Jean-Luc le Cam met en valeur un modèle fréquent outre-Rhin : l’émergence de la petite ville, sans fonctions économiques ou politiques éminentes, comme Universitätsstadt. C’est le pouvoir princier qui, ici, a souhaité établir le centre intellectuel à distance de sa résidence principale et il ne s’agit pas d’un cas isolé : ainsi en Wurtemberg, Tübingen, à une quarantaine de kilomètres de Stuttgart, ou, en Bavière, Ingolstadt, ancienne capitale déchue, à plus de quatre-vingts kilomètres de Munich ; le nombre élevé de ces villes modestes où la fonction universitaire l’emporte sur les autres est à la mesure de la multiplicité des micro-principautés dans l’espace du Saint-Empire : la présence d’une université est un attribut de la souveraineté et la concurrence est d’autant plus forte qu’elle est redoublée par les antagonismes confessionnels. Il faut donc ici croiser la logique des dynamiques urbaines avec les tensions qui s’exercent, dans chaque espace considéré, entre pouvoir princier (ou royal), pouvoirs provinciaux et pouvoirs locaux : les créations ou suppressions relèvent d’un équilibre subtil où les financements soit sont complémentaires, soit font défaut. Et, comme l’a très bien relevé Willem Frijhoff, il convient de prendre en compte les mouvements de longue durée : les universités des Provinces Unies ne sont pas nées in abstracto, elles surgissent à l’issue d’une évolution de vaste amplitude qui entre la mi-XVe siècle et la mi-XVIIe siècle a lentement transformé les écoles latines urbaines en collèges au cursus gradué, selon des dénivellations qui tiennent à des facteurs complexes ; au bout du compte, ce sont plusieurs villes qui, dans une même province, peuvent prétendre à bénéficier de la présence d’une université, et c’est l’arbitrage du stathouder qui tranche entre les rivalités, à moins que celles-ci ne réussissent à faire échouer les ambitions de chacune. La densité en villes et en population urbaine des Provinces-Unies (et tout particulièrement de la Hollande) est sans doute exceptionnelle par son taux ; elle offre en tous les cas à ses habitants des opportunités d’enseignement réticulées qui font que personne n’est ici éloigné d’un enseignement supérieur, universitaire ou non. La lettre envoyée en février 1631 à Hugo Grotius par Gerardus Johannes Vossius, l’un des deux professeurs du tout nouvel athénée d’Amsterdam, revendique pour chaque magistrat politique, c’est-à-dire chaque conseil urbain, le droit de fournir à ses sujets une nourriture spirituelle, même si l’établissement n’est pas doté des privilèges et franchises que seule l’autorité suprême peut délivrer. Du même coup se construit à la fois de fait et de droit une territorialisation de l’espace scolaire, sous la tutelle des États provinciaux et en accord avec les conseils urbains qui y sont représentés, chaque province disposant de son université. Cette évolution sur le long terme n’a pas forcément de prise directe et immédiate sur le phénomène à la fois centripète et centrifuge de la peregrinatio academica qui se poursuit au moins jusqu’au second quart du XVIIe siècle et parfois bien au-delà : puisque de nombreux étudiants étrangers se rendent à Leyde, tandis que de nombreux ressortissants des Provinces-Unies vont acquérir leurs grades à l’extérieur au cours de leur iter gallicum, germanicum ou italicum.

4Ce que les fondations ou suppressions invitent à penser, c’est la similitude ou les écarts des transformations qui s’opèrent dans les espaces politiques considérés. Le maillage de plus en plus serré qui s’organise autour des universités anciennes ou nouvelles entraîne une hiérarchisation entre villes voisines et concurrentes. Dans les Pays-Bas catholiques, au moment du redécoupage des diocèses du sud des Flandres (1559), la fondation de l’université de Douai par Philippe II qui a obtenu une bulle du pape Paul IV, est au point de départ de l’implantation de la Réforme catholique : il s’agit d’accueillir et de fixer les étudiants des provinces méridionales (Flandre wallonne, Artois, Hainaut) qui se sentent en terre étrangère à Louvain et se rendent à Orléans, Paris ou dans les universités d’Allemagne. En dépit de rapports parfois tendus, la faculté des Arts de Douai et le collège d’Anchin tenu par les jésuites ont fini par trouver un modus vivendi (à la différence de ce qui s’est passé entre le collège de Clermont et l’université de Paris) qui, sous la condition de la reconnaissance des statuts de l’université, laisse une totale liberté pédagogique et disciplinaire aux jésuites, la collation des grades étant décernée par un tribunal de professeurs où siègent deux jésuites. Autour de ce centre universitaire (qui lui-même contient de nombreux collèges et séminaires) s’organise et se hiérarchise un réseau de collèges d’humanités qui n’enseignent que jusqu’à la classe de rhétorique, fondés pour la plupart entre 1550 et 1650, réseau qui devient d’autant plus cohérent que la très grande majorité des établissements est confiée, dans la première moitié du XVIIe siècle, aux jésuites de la province gallo-belge de la Compagnie. C’est le supérieur provincial qui, depuis Douai, siège de la province, procède à la nomination et au transfert des professeurs. Les élèves vont ensuite à Douai suivre les cours des arts ou des facultés supérieures.

  • 1 Pour les chaires municipales de dessin, voir Denfert R., L’Enseignement du dessin en France. Figu (...)

5La situation française est-elle si éloignée de ces modèles du Nord ? Lorsqu’on regarde la période de plus grande expansion des collèges de plein exercice sous l’Ancien Régime, c’est-à-dire les cinquante années qui vont de 1560 à 1610, on constate que leur fondation est faite par des villes qui sont aussi pour plus des deux tiers, sièges d’évêchés, de bailliages ou de présidiaux et d’élections. Il y a donc bien une logique des fonctions administratives dans lesquelles s’insère la construction de l’espace scolaire. Le fait que les nouvelles fondations d’universités (Pau et Dijon) ou les transferts (Dôle vers Besançon, Nantes vers Rennes, Pont-à-Mousson vers Nancy) se fassent au profit de villes parlementaires se situe exactement dans cette même logique qui hiérarchise les fonctions et les niveaux. Il n’est donc pas, outre mesure, surprenant que les parlementaires chargés de mettre en œuvre la réforme des collèges après l’interdiction faite aux jésuites d’enseigner dans le royaume (1762) aient songé à ce qu’on pourrait dénommer une préfiguration des territoires académiques de l’époque napoléonienne. L’un des écarts majeurs par rapport aux Pays-Bas catholiques dans cette évolution de long terme est la réussite – partielle – de l’université de Paris à éloigner de l’administration des collèges les congrégations religieuses et tout particulièrement les jésuites. En effet, en dépit de ses affirmations, le corps universitaire de la capitale ne peut guère s’opposer aux transformations profondes qui affectent les anciennes écoles latines municipales : il peut bien, dans le factum où il s’oppose à la venue des oratoriens à Provins (1670), réassurer tardivement « qu’il n’y a que les universités qui aient le droit d’instruire la jeunesse. C’est le corps unique qui soit établi par les papes et par les rois et reconnu par les cours souveraines pour instruire la jeunesse et maintenir la doctrine », de tels propos, qui apparaissent, à cette date, dérisoires, sont démentis depuis longtemps par la réalité. En revanche, son opposition systématique à toute congrégation religieuse dans l’enseignement public – il est dit dans le même factum que l’on « doit avoir une vue uniforme sur toutes les communautés et ne pas considérer si l’une est capable de faire plus ou moins de mal qu’une autre, mais seulement si elles peuvent en quelque manière être nuisibles aux libertés de l’Église gallicane et à l’État » – a maintenu le caractère séculier de nombre de collèges qui se situaient dans son orbite et a permis à l’université d’alimenter efficacement le personnel de ces établissements. Ce n’est d’ailleurs certainement pas un hasard si la forme médiévale du collège dominée par les évêques et les chapitres s’est ici prolongée plus longtemps qu’ailleurs, la Normandie (et dans une moindre mesure la Picardie) pouvant ici faire figure de paradigme, étant donné la profusion, dans la capitale, de collèges de boursiers issus des diocèses de ces provinces : un passé est ici présent jusqu’à la Révolution. Mais l’université de Paris (pas davantage que les autres, d’ailleurs) n’est plus en mesure de s’opposer, au XVIIIe siècle, au développement rapide des chaires de sciences exactes ou de dessin1, financées soit par les municipalités soit par les États provinciaux.

L’université dans l’espace public

  • 2 Van Damme S., Le Temple de la sagesse. Savoirs, écriture et sociabilité urbaine (Lyon, XVIIe-XVIII(...)

6Nombre de contributions se sont interrogées sur la place de l’université dans l’espace public, très différente selon les lieux examinés. Si celle d’Orléans est devenue un « corps séparé » et n’apparaît plus sur les guides destinés aux voyageurs (à l’exact inverse de ce qui se passe pour le collège jésuite de La Trinité de Lyon qu’a étudié Stéphane Van Damme2), elle le doit d’abord à sa déchéance : la disparition de sa nation germanique, et surtout la délivrance d’un enseignement de droit civil à Paris lui ont retiré sa grandeur d’antan ; ravalée au rang d’une institution purement locale, elle peut bien, dans les querelles de préséance entre corps pour les rangs occupés dans les processions, arguer de son antiquité et de l’éclat exceptionnel que connut son enseignement juridique, elle n’est plus estimée comme un lieu intellectuel. En réalité, il ne faut comparer que ce qui est comparable. Willem Frijhoff rappelle ici les raisons de l’essor fulgurant de l’université de Leyde lié à sa conscience d’être le cœur d’une nouvelle culture civique construite de concert avec le sénat urbain : le titre du recueil rédigé pour le cinquantenaire de l’Université par Joannes Meursius, Athenae batavae (1625) traduit bien cette ambition d’être, non seulement à l’échelle de la Hollande et de la Zélande, mais pour l’ensemble des Provinces Unies, et bien au-delà, l’Academia Ecclesiae et Reipublicae seminarium, d’où cette défense acharnée d’un monopole qu’elle souhaiterait de fait pan-néerlandais en dépit des créations successives d’universités. À la fin du XVIIIe siècle, c’est Édimbourg qui revendique le titre d’Athènes du Nord, mais cette titulature, comme le montre Stéphane Van Damme, est moins due à une quelconque translatio studii et à son université qu’au développement de pratiques mondaines de sociabilité, à une diffusion de savoirs scientifiques qui se fait hors de l’université par des conférences publiques soutenues par les milieux marchands ; une tension se manifeste entre l’espace public de la ville et l’université : si les sociétés savantes sont nées d’abord à partir des premiers cercles universitaires, elles s’en sont rapidement émancipées. Ces indications invitent à mener une histoire comparée des capitales culturelles et l’analyse des cours publics à Paris au XVIIIe siècle plaide également dans ce sens. Les savoirs scientifiques sont enseignés soit dans les chaires d’établissements périphériques à l’Université (Collège de France, Jardin du Roi, École des Mines, etc.), soit dans les nouvelles sociétés d’enseignement du type musée ou lycée, soit, de manière plus ou moins éphémère, par des particuliers. Même si l’université n’est pas absente de cette évolution (ainsi la chaire de physique expérimentale du collège de Navarre et les cours que l’abbé Nollet donne à son propre domicile), ce n’est pas elle qui impulse les réseaux, les cours publics de médecine étant d’ailleurs davantage dus à l’initiative des chirurgiens qu’à celle des médecins. Dans son Tableau de Paris (1783), Louis-Sébastien Mercier n’a d’ailleurs que sarcasmes à l’égard de la « rouille ineffaçable » du ton « pédantesque » des professeurs de l’université : on l’ignorerait, dit-il, « s’ils ne s’avisaient quelquefois de le hasarder dans les sociétés et de juger des hommes dont ils ne seraient pas dignes d’être les disciples ». Cet observateur, si attentif au changement et à la novation relègue ainsi la Sorbonne du côté d’une culture désormais morte : « Tout ce qu’il y a de remarquable en Sorbonne, c’est le mausolée du cardinal de Richelieu, qui forma la Sorbonne et l’Académie française : deux corps qui pensent aujourd’hui à peu près de même, et qui se combattent : le tout pour attirer les regards et pour exister ».

  • 3 Piqué N., De la tradition à l’histoire Éléments pour une généalogie du concept d’histoire à partir (...)

7Laissons de côté ici le caractère lapidaire du jugement de cet écrivain théiste, peu porté à l’indulgence à l’égard des thèses et des censures de la faculté de théologie dont il dénonce le « vide » et le « ridicule ». Ce que pointe ici Mercier, c’est une première exculturation des formes qui ont, pendant plusieurs siècles, assuré le régime de fonctionnement des savoirs universitaires et tout particulièrement celui de la faculté de théologie. Il n’en est que plus urgent de développer les recherches sur les disputes de théologie dont nombre de travaux récents (ceux de Catherine Maire sur le jansénisme ou encore ceux de Nicolas Piqué sur l’émergence de la notion d’histoire à travers les controverses religieuses) ont démontré toute l’importance pour comprendre l’avènement de notre modernité. La contribution de Thierry Amalou est à cet égard tout à fait précieuse parce qu’elle étudie un moment décisif. En analysant le déroulement de la cérémonie des paranymphes, il montre bien que la culture rhétorique qui s’y déploie dans l’éloge de chacun des aspirants à la licence est une culture partagée par les magistrats qui aiment assister à ces joutes en langue latine. Ce qui semble nouveau, c’est le rôle que joue désormais la culture de l’imprimé, même si la circulation des textes manuscrits des thèses se poursuit : les disputes qui se produisent à l’intérieur des leçons universitaires ont des répercussions immédiates dans l’espace public au-delà du seul quartier latin. La publication des textes avant soutenance et l’affichage de placards qui défendent ouvertement des thèses favorables à Rome sur la puissance des papes sur le pouvoir temporel des rois et sur le régicide politise le champ de la dispute en faisant apparaître tout un milieu de théologiens défendant des thèses théocratiques qui contreviennent et aux libertés de l’Église gallicane et aux maximes fondamentales de l’État monarchique en un moment de particulière fragilité du pouvoir. On comprend dès lors la mise au pas à laquelle procède le Parlement qui revendique un magistère intellectuel en intervenant sur le contenu même des disputes. Il s’agit là d’une histoire de très longue durée dont il faut suivre avec précision l’exacte généalogie dans toutes ses implications y compris argumentatives : comme l’écrit avec beaucoup de justesse Nicolas Piqué « la théologie peut être considérée comme une matrice théorique posant des questions, forgeant des concepts dont la postérité ou les effets lui échappent parfois3 ». On sait que cette circulation de l’imprimé autour de disputes théologique atteindra son apogée dans la première moitié du XVIIIe siècle avec la querelle autour de la constitution Unigenitus et la profusion de pamphlets, libelles, mandements, feuilles volantes qu’elle déclenche et qui font du jansénisme un lieu essentiel du débat dans l’espace public. Mais c’est aussi l’origine même de son évanouissement. L’étude des rituels universitaires et des disputes constitue donc un outil d’analyse particulièrement approprié pour saisir l’intrication complexe de l’ensemble des forces qui se déploient dans le champ intellectuel, religieux et politique, et leurs configurations successives.

L’université dans l’économie urbaine

  • 4 Compère M.-M. et Noguès B., « La direction d’établissement dans les collèges de l’université de Pa (...)
  • 5 À l’exception de N. Gorochov, « Le collège du Cardinal Lemoine au XVIe siècle », Paris et Ile-de-F (...)

8Un troisième volet de recherches ouvertes par ce volume tient à la place de l’université dans l’économie urbaine. Jean-Luc Le Cam, en partant du cas de la petite ville de Helmstedt, met en valeur le rôle de l’économie domestique des professeurs qui donnent des cours privés aux nombreux étudiants qu’ils entretiennent à pot et à feu à leur domicile, leur offrent les ressources de leur ample bibliothèque, et dont le ménage, tenu par leur épouse, souvent fille elle-même de professeur, abrite aussi des domestiques aux compétences variées, puisque certains peuvent, selon les plaintes rapportées, faire une concurrence déloyale aux artisans de la ville. A quoi vient s’ajouter la fonction de précepteurs privés que nombre d’étudiants remplissent auprès des enfants des familles bourgeoises qui les hébergent : ceux-ci n’ont pas besoin de l’école latine urbaine puisqu’ils reçoivent à domicile des leçons. Il y a donc ici toute une économie induite par la présence de l’université. Et ce sans oublier les dépenses liées aux loisirs (tavernes) et les métiers du livre (imprimeurs et libraires). Ce modèle semble avoir été courant dans les villes de taille modeste. Il est sans doute concurrencé dans les villes universitaires de tradition médiévale par la multiplicité des collèges, très anciennement fondés, de boursiers, les nombreuses communautés séculières et régulières, les séminaires qui gravitent autour des diverses facultés. Les agencements qui lient boursiers, pensionnaires payants, régents, précepteurs et principal sont extrêmement variables et évoluent lentement, le principal étant le plus généralement à la tête de deux entités distinctes, la communauté des boursiers dont il est le chef et le collège où il dirige les professeurs et modère les études publiques4. Ce sont ici les comptes de ces établissements, quand ils subsistent, et les baux de pédagogie qui permettent de suivre l’ampleur de la fréquentation scolaire et estudiantine et par voie de conséquence, une consommation. Les ressources du Minutier central des notaires parisiens n’ont pas encore été, de ce point de vue, exploitées systématiquement5. Il serait donc précieux de pouvoir analyser l’ensemble de ces institutions du point de vie de leur gestion économique pour les replacer à l’intérieur de l’économie urbaine : quelles sont leurs recettes, quels sont leurs investissements locatifs, leurs achats ou leurs ventes, comment gèrent-ils leur patrimoine et quels sont les différents postes de dépenses ? Ajoutons que la distinction qui s’établit en France entre université d’études où les étudiants peuvent demeurer plusieurs années et université où ils viennent seulement prendre leurs grades induit des types de consommation extrêmement différents. Soit une simple question : la ville de Reims où les étudiants parisiens en droit et les étudiants en médecine en provenance d’Écosse, d’Irlande ou d’Angleterre, après avoir fait leurs études à Leyde, viennent prendre leurs grades, est-elle durablement marquée par ces présences, de fait, très passagères ? C’est au cas par cas qu’il convient de répondre : mais les récits des voyageurs qui passent par Valence ou Orange font davantage état d’une désertion des cours que d’un afflux, sauf pour quelques années du XVIe siècle aux écoles de droit de Valence.

9Une autre question mériterait d’être approfondie. C’est celle de l’emprise immobilière des universités à l’intérieur de la ville et de ses modifications sur le long terme. Il y a là la nécessité de suivre précisément les transformations du bâti à l’intérieur d’îlots urbains dévolus depuis le Moyen Âge à l’éducation des étudiants (ainsi à Paris, l’insertion du collège jésuite de Clermont dans un maillage déjà très dense ou la construction des bâtiments du Collège de France par Chalgrin), comme aussi les extensions qui s’y produisent (comme le Collège des Quatre Nations à la limite Nord-Ouest du quartier latin). Dans une perspective analogue, qu’a évoquée partiellement Stéphane van Damme pour Édimbourg, il serait intéressant de prolonger l’analyse typologique comparée des architectures scolaires et universitaires à l époque moderne, dans la lignée des études qu’avait menées Michael Kiene.

10L’évocation des quelques problèmes qui viennent d’être mentionnés n’a aucune prétention à une quelconque exhaustivité. Elle indique seulement quelques pistes transversales que suggèrent les diverses contributions ici rassemblées ; tout comme ces dernières et à leur suite, elle rappelle simplement l’exigeante nécessité d’une histoire comparée et du retour aux archives où disputes universitaires, procès judiciaires et minutes notariales peuvent encore nous apprendre beaucoup.

Notes

1 Pour les chaires municipales de dessin, voir Denfert R., L’Enseignement du dessin en France. Figure humaine et dessin géométrique (1750-1850), Paris, Belin, 2003.

2 Van Damme S., Le Temple de la sagesse. Savoirs, écriture et sociabilité urbaine (Lyon, XVIIe-XVIIIe siècle), Paris, Éditions de l’EHESS, 2005.

3 Piqué N., De la tradition à l’histoire Éléments pour une généalogie du concept d’histoire à partir des controverses religieuses en France (1669-1704), Paris, Champion, 2009, p. 17.

4 Compère M.-M. et Noguès B., « La direction d’établissement dans les collèges de l’université de Paris sous l’Ancien régime », Histoire de l’éducation, no 90, mai 2001, L’établissement scolaire, p. 21-78.

5 À l’exception de N. Gorochov, « Le collège du Cardinal Lemoine au XVIe siècle », Paris et Ile-de-France, Mémoires, t. 42, 1991, p. 219-259. Ajoutons que c’est aussi dans le Minutier central des notaires parisiens que Pierre Aquilon a découvert les documents relatifs aux leçons données par Guillaume Postel au collège des Lombards en 1552 et qu’évoque ici même Thierry Amalou.

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540