Version classiqueVersion mobile

Les universités dans la ville

 | 
Thierry Amalou
, 
Boris Noguès

Conclusion. Les nouvelles fonctions urbaines d’une université dominée

Boris Noguès

Texte intégral

  • 1 Voir sur ce thème Perluss P., Les Communautés régulières d’hommes de la rive gauche dans l’univers (...)

1Les sept études présentées dans cet ouvrage ne permettent évidemment pas d’esquisser un bilan à l’échelle européenne des relations entre les villes et les universités à l’époque moderne. Il faudrait pour cela multiplier les exemples choisis dans les différents types de villes ou de sociétés – l’Europe du Sud est ici la grande absente – et dresser une typologie susceptible de rendre compte de la diversité des situations. En outre, à l’intérieur même des villes ou des régions étudiées ici, on pourrait aisément pointer quelques thèmes qui mériteraient de plus amples développements. À l’exception de l’étude très complète du cas d’Helmstedt proposée par Jean-Luc Le Cam, les autres contributeurs ont en effet tous choisi de mettre en valeur un aspect particulier du lien entre ville et université, laissant ainsi délibérément de côté des questions importantes et encore rarement abordées. Les conséquences économiques d’une présence universitaire au moment où la mobilité et, parfois, les effectifs étudiants se réduisent appelleraient ainsi d’autres enquêtes1. L’inscription des bâtiments universitaires dans les paysages de la ville comme leur rôle dans le remodelage ou la fossilisation de la morphologie urbaine ont également été à peine abordés, à partir des exemples d’Helmstedt et d’Édimbourg. Mais l’ambition de ce recueil n’était pas de fournir une synthèse provisoire sur la question. Il s’agissait plutôt de souligner la spécificité des liens et leur évolution et de repérer, à partir d’études de cas originales, quelques nouvelles lignes de forces qui animent les relations entre villes et universités à l’époque moderne. Dans cette perspective, trois traits communs aux exemples présentés se dégagent.

  • 2 Voir le Plan de la ville et fauxbourgs de Paris divisé en 20 quartiers, réalisé en 1757 et édité e (...)

2L’enseignement le plus général qui peut être tiré de la confrontation de la ville et de l’université au cours de la période étudiée paraît bien la domination de plus en plus nette de la première sur la seconde. Cette tendance avait certes été mentionnée dès l’introduction à titre d’hypothèse, à partir de la mise en parallèle des dynamiques connues de ces deux organismes et de leurs conséquences supposées, mais le travail réalisé permet d’en observer le détail. Qu’il s’agisse d’Orléans où le déclin de l’université est nettement amorcé dès le XVIIe siècle, d’Édimbourg où la ville et la monarchie se disputent la création des chaires au XVIIIe siècle, de la fondation de Leyde en 1575 qui fait la part belle dans son conseil de gouvernance aux quatre bourgmestres en exercice de la ville, ou encore de ces universités françaises qui apparaissent comme un objet impuissant de dispute entre les villes de province, c’est bien la ville qui domine l’université. Helmstedt, ville écrasée par son université (plus du quart de la population aux XVIe et XVIIe siècles, avec l’enseignement comme activité dominante et des professeurs qui dominent socialement le bourgeois) pourrait faire figure de contre-exemple. Mais si le cas de cette cité oblige à nuancer le trait suivant les lieux, la période et le type de ville, son histoire montre aussi que rares ont dû être les universités parvenant à conserver jusqu’au bout leur prééminence sur la ville, puisque les bourgeois d’Helmstedt relèvent nettement la tête au XVIIIe siècle face à une institution en perte de vitesse. Si les villes et les universités sont toutes deux victimes de l’affirmation des États souverains à l’échelle européenne, la perte d’autonomie paraît bien plus sévère et plus générale pour les universités que pour des villes qui n’hésitent pas à tirer profit de l’affaiblissement de cette institution. L’expression stéréotypée qui mentionnait distinctement au XVIe siècle Ville et université de… sous les plans ou les portraits de ville signalait l’autonomie et l’égalité des deux corps. Mais elle se vide progressivement de son sens, avant de s’effacer au XVIIIe siècle2. Comme on l’a vu à Helmstedt ou à Orléans, c’est sans doute à travers le prisme de cette évolution des rapports de force qu’il convient de relire les multiples conflits entre villes et universités qui émaillent la période, particulièrement aux XVIIe et XVIIIe siècles. Ce changement de statut politique et symbolique de l’université marque une première rupture forte avec la période médiévale.

3Voir dans ce dernier constat une simple reformulation de l’antienne du déclin universitaire moderne qui parcourt l’historiographie depuis le XIXe siècle serait cependant erroné. En effet, le changement de statut de l’université n’empêche pas la forme universitaire de faire encore preuve de dynamisme, que ce soit à travers les créations d’établissements ou de chaires (ici dans les exemples des Provinces-Unies, d’Édimbourg ou d’Helmstedt) ou avec le développement de nouvelles fonctions. L’attention portée dans cet ouvrage à la place de l’université dans la ville met en particulier en valeur son rôle dans la formation d’un espace public à l’échelle urbaine. On le voit à travers l’analyse des disputes académiques tenues dans l’université de Paris à la fin du XVIe siècle, qui structurent un temps le débat public dans cette ville, en imposant une forme encore largement marquée par la scolastique et en se saisissant des questions les plus brûlantes. De même, dans un tout autre contexte, les phénomènes d’académisation des savoirs urbains observés à Édimbourg dans la première moitié du XVIIIe siècle comme la contribution de l’université à la construction d’une culture civique (à Édimbourg encore, ou bien dans les Provinces-Unies au tournant des XVIe et XVIIe siècles) montrent que cette institution, parfois simplement présentée comme dépassée, a pu jouer un rôle clé dans les grandes évolutions politiques et sociales de la période moderne.

4Cette contribution de l’université à l’émergence d’un espace public ne l’empêche d’ailleurs pas d’en subir les conséquences. Les multiples clubs et sociétés nés autour de l’université d’Édimbourg et qui accueillent largement les universitaires au moment de leur création servent finalement de relais à l’essaimage en ville des lieux de savoirs, loin de l’université. De manière comparable, les nombreux cours publics qui éclosent à Paris à la fin du XVIIIe siècle bénéficient de la proximité et souvent du personnel de l’université pour proposer un enseignement complémentaire, mais finissent par créer un espace public d’enseignement propre, complètement distinct, sinon autonome, par rapport à l’université. Suivant un processus bien différent, puisqu’il ne s’agit plus de faire émerger une nouvelle institution scolaire ou culturelle à partir d’une souche universitaire dans une ville pourvue d’une université, mais de se doter d’un substitut d’université, la diversification de l’enseignement supérieur dans les Provinces-Unies du XVIIe siècle, avec le modèle des écoles illustres, montre que l’université reste souvent l’aiguillon et la référence tout en étant concurrencée par d’autres formes institutionnelles.

  • 3 Sur les éléments qui fondent le rayonnement des capitales européennes, essentiellement au XIXe siè (...)

5La disparition du monopole universitaire au cours de la période moderne, qu’il s’agisse de l’enseignement proprement dit ou du magistère intellectuel, conduit néanmoins à repenser la place de l’université dans la ville. Si l’université n’attire plus en masse les étudiants venus d’horizons géographiques lointains, si les futures élites sociales se forment dans des écoles, si la bonne société fréquente les clubs ou les cours publics et si enfin l’appartenance au monde des savants tient essentiellement à l’inscription dans une académie ou une société savante, à quoi peut donc servir localement une université ? La réponse qui se dessine à partir des études rassemblées ici met en avant l’atout symbolique que représente une université dans l’établissement des rangs au sein de la hiérarchie urbaine. En effet, l’aura encore attachée à cette institution dans les représentations communes pèse sans doute plus que des avantages économiques ou éducatifs bien incertains. En témoignent l’analyse des rivalités entre les villes néerlandaises du XVIe siècle, l’insistance de la province de Gueldre à obtenir un tel établissement, les pressions incessantes de villes françaises auprès du roi pour modifier la carte universitaire ou bien l’attachement d’Édimbourg à une université qui lui permet d’atténuer les effets symboliques de la récente domination anglaise. L’université autorise ainsi souvent la ville à s’imaginer comme une (petite) capitale, sinon une métropole. Le propos doit certes être nuancé en tenant compte de la taille de la ville ou de l’université, car des effets de seuil existent bien : aucune mention de capitale n’est faite à propos de la petite ville d’Helmstedt et la piteuse université d’Orléans, trop étique et décriée pour être décemment mise en avant, finit par s’effacer dans les descriptions de la ville au XVIIIe siècle. Mais, dans la plupart des autres cas, l’université locale apparaît bien pour les villes comme une marque tangible d’autonomie intellectuelle, susceptible d’alimenter une culture civique propre et de conforter un rang. Avant que d’autres activités culturelles comme le théâtre ne prennent le relais au XVIIIe et surtout au XIXe siècle, cette participation de la vieille institution médiévale qu’est l’université à la nouvelle économie symbolique qui se met en place à la fin de la période moderne méritait d’être soulignée3.

Notes

1 Voir sur ce thème Perluss P., Les Communautés régulières d’hommes de la rive gauche dans l’univers urbain parisien au XVIIIe siècle, université de Paris 4, 2003.

2 Voir le Plan de la ville et fauxbourgs de Paris divisé en 20 quartiers, réalisé en 1757 et édité en 1763, par Deharme, BnF Richelieu GE FF-4457 (BIS), qui ne mentionne plus l’université dans son titre.

3 Sur les éléments qui fondent le rayonnement des capitales européennes, essentiellement au XIXe siècle, voir Charle C., (dir.), Capitales européennes et rayonnement culturel XVIIIe-XIXe siècles, Paris : éditions rue d’Ulm, 2004.

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search