Versione classicaVersione mobile

Les universités dans la ville

 | 
Thierry Amalou
, 
Boris Noguès

Troisième partie. L’université et la construction d’un espace public

Un espace public d’enseignement aux marges de l’université. Les cours publics à Paris à la fin du XVIIIe siècle et au début du XIXe siècle

Bruno Belhoste

Testo integrale

  • 1 Liard L., L’Enseignement supérieur en France, 1789-1893, vol. 2, Paris, 1893, p. 404-405.

1Dans les facultés des sciences et des lettres, la figure moderne de l’étudiant naît avec la création des bourses de licence en 1877. Cette création entraîne avec elle une transformation rapide de l’enseignement dans ces facultés. Les cours fermés et les conférences pour les étudiants y remplacent en effet de plus en plus les cours publics, ouverts à tous, qui constituaient jusqu’alors la forme presque exclusive de l’enseignement. Dans le second volume de son Histoire de l’enseignement supérieur publié en 1894, le directeur de l’enseignement supérieur Louis Liard souligne l’importance de ce changement, surtout pour les facultés des lettres. « Il fut visible qu’il y avait quelque chose de changé dans l’enseignement supérieur des lettres le jour où, au voisinage de la Sorbonne, à quelques pas des grands amphithéâtres, toujours ouverts au public et toujours fréquentés, s’élevèrent, en attendant mieux, des baraquements provisoires à trois compartiments chacun, une salle de conférences, sans chaire monumentale, un cabinet pour le professeur et, attenant, une salle d’études, avec des livres pour les élèves1. » La tradition française des « leçons oratoires », illustrée par Guizot, Michelet, Quinet et tant d’autres, se serait ainsi effacée au profit d’un enseignement plus scientifique et plus érudit.

  • 2 Ibid., p. 172-173.
  • 3 Dejob Ch., « L’Enseignement supérieur libre en France » in L’Instruction publique en France et en (...)
  • 4 Son étude sur le Musée de Pilâtre est une version revue et complétée de Dejob Ch., « De l’établiss (...)

2Dans son étude, Liard fait remonter cette tradition française aux années de la Restauration. L’enseignement supérieur des lettres et des sciences aurait eu alors à prendre parti entre deux voies : « ou bien s’enfermer avec quelques élèves d’élite…, ou bien s’ouvrir à tout venant, se donner pour mission la diffusion des idées, et faire de la chaire une tribune, du professeur un orateur, des auditeurs un public ». C’est dans cette dernière voie que Cousin, Guizot et Villemain l’auraient entraîné : « Aux professeurs de nos facultés il faudra désormais les grands auditoires et les émotions de la parole publique. Pour près d’un demi-siècle se trouve fixé leur idéal. Notre enseignement supérieur y gagnera un éclat extérieur inconnu dans les autres pays ; mais que de forces vives y seront perdues pour la science2. » Dans une longue étude consacrée à l’enseignement supérieur libre en France, publiée un an après celle de Liard, Charles Dejob, maître de conférences de langue et littérature italienne à la Sorbonne se penche lui aussi sur ces « cours publics » dont le goût aurait caractérisé l’enseignement supérieur français3. Mais alors que Liard en situe l’origine au début du XIXe siècle, Dejob remonte jusqu’à la fin du siècle précédent, avec la création à Paris de « l’enseignement supérieur libre », c’est-à-dire, en fait, du Musée de Pilâtre de Rozier4.

  • 5 Noguès B., « Élèves ou auditeurs ? Le public des facultés de lettres et de sciences au XIXe siècle (...)

3Depuis ces travaux du début de la Troisième République, aux problématiques étroitement dépendantes du contexte de refondation des facultés, les historiens se sont peu intéressés aux formes de l’enseignement supérieur en France telles qu’elles ont pu exister avant Jules Ferry. Seule est restée l’idée de facultés où les professeurs, faute d’étudiants, s’adressaient du haut de la chaire à un public de simples amateurs. Boris Noguès a, le premier, rouvert ce dossier négligé dans un article de la revue Histoire de l’éducation. Il y montre que ce qu’il appelle « le cours spectacle » des facultés a été critiqué dès la Monarchie de Juillet et que les réformes de la Troisième République marquent, de ce point de vue, l’aboutissement d’un processus commencé au début du Second Empire5. Nous envisagerons ici la question complémentaire des origines des cours publics, déjà discutées par Liard et Dejob. Nous nous limiterons pour cela au cas de Paris, où le succès des cours publics a été particulièrement important et décisif pour l’évolution ultérieure de l’enseignement supérieur en France

  • 6 Sur les problèmes que pose la mesure de la demande d’éducation, voir Chapoulie J.-M. et Briand J.- (...)

4Prolongeant l’hypothèse de Dejob, nous chercherons d’abord à montrer comment cette forme d’enseignement s’est considérablement développée dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle. Cette période paraît marquée par une forte croissance de la demande d’éducation dans les centres urbains. S’il est impossible, faute d’informations précises sur les attentes effectives des familles et du public, de mesurer directement cette demande, du moins peut-on suivre le développement de l’offre, en espérant que ce développement reflète dans une certaine mesure celui de la demande6. Or, le cas des cours publics fournit un bon indicateur, car c’est une forme d’éducation organisée comme un marché, au moins à Paris, et donc très sensible aux variations de la demande. Deux observations préalables méritent d’être faites à ce propos : d’abord, les cours publics sont destinés à un public non scolaire ; ils répondent aux besoins spécifiques d’individus adultes et solvables et ne concernent pas l’éducation de la jeunesse ; ensuite, ils n’entrent pas, sauf cas d’espèce, dans le cadre traditionnel de l’enseignement universitaire, qui est organisé sur d’autres bases. C’est pourquoi nous faisons l’hypothèse que la multiplication des cours publics à Paris répond à l’apparition de nouveaux besoins d’éducation auxquels l’université traditionnelle apparaît incapable de répondre. Loin d’être un phénomène marginal, elle traduit une mutation fondamentale, marquée par l’émergence d’un espace public organisé à l’échelle de la ville et hors de toute logique institutionnelle.

Un espace public d’enseignement

  • 7 Mornet D., Les Origines intellectuelles de la Révolution française (1715-1787), Paris, 1933, p. 28 (...)
  • 8 Benhamou R., « Cours publics : Elective education in eighteenth century », Studies on Voltaire and (...)

5Dejob attribue à Pilâtre de Rozier, sinon la paternité des cours publics, du moins le mérite de leurs succès. C’est là, comme on va voir, un raccourci très exagéré. Il souligne aussi, avec raison, la place primordiale qu’y occupent les sciences, alors même que Liard, pour le XIXe siècle, associe principalement les cours publics à l’enseignement des lettres. Cette importance des cours publics, en particulier pour les sciences, a été parfois relevée par les historiens du XVIIIe siècle. Daniel Mornet, par exemple, associe aux clubs où on enseigne les sciences expérimentales, comme le Musée de Pilâtre, « tous les cours publics qui se multiplient à Paris7 ». Mais la remarque est faite en passant. Il n’existe en fait aucun travail d’ensemble sur ce phénomène et il faut donc se contenter de quelques études spécialisées sur les cours d’architecture, de langues, de mathématiques et de chimie par exemple8. Cet article n’a pas la prétention de pallier ce manque, mais seulement de proposer quelques pistes de recherche, à explorer plus avant.

6Il convient de préciser au préalable ce qu’il faut entendre par « cours publics » au XVIIIe siècle. Le terme lui-même est attesté au moins dès le XVIIe siècle comme équivalent de « lectures publiques » ou « leçons publiques » (lectiones publicae, lecturae publicae). Il désigne alors, dans les collèges et les facultés, les enseignements ouverts au public extérieur, par opposition à ceux réservés aux élèves appartenant à ces établissements. À Paris, les collèges de Navarre et de la Sorbonne proposent ainsi des cours publics de théologie et la faculté de médecine un cours public d’anatomie. Quant aux cours du Collège royal, fondé en 1530, et du Jardin du Roi, fondé en 1635, ils ont comme particularité d’être tous publics depuis l’origine. Or, à ces cours établis anciennement, qui dépendent d’établissements royaux ou de l’université, s’ajoutent au XVIIIe siècle, en beaucoup plus grand nombre, d’autres cours publics, ouverts par des particuliers ou par des sociétés. Ces enseignements d’initiative privée paraissent se multiplier à partir de la décennie 1730, mais ce n’est peut-être là qu’un effet d’optique, le développement d’une presse d’information et d’annonces nous permettant de percevoir un phénomène qui, faute de sources, peut nous avoir échappé pour la période précédente.

  • 9 Habermas J., L’Espace public : archéologie de la publicité comme dimension constitutive de la soci (...)
  • 10 Voir sur ce thème Belhoste B., Paris savant. Parcours et rencontres au temps des Lumières, Paris, (...)

7Le « cours public », tel qu’on l’entend désormais, prend un sens générique. Il signifie un enseignement destiné aux adultes, sans conditions de sélection, ni sanctions par un examen ou un grade. Il peut être gratuit ou payant, institutionnel ou privé, spécialisé ou général. Dans tous les cas, il est toujours annoncé publiquement. Il s’oppose ainsi au type du cours réservé à un auditoire sélectionné, qu’il s’agisse de celui destiné aux élèves d’un collège ou de celui donné de gré à gré par un particulier. Le succès des cours publics est donc étroitement associé à leur publicité. Pour ce type d’enseignement il n’existe pas de public captif. Sans contraintes, ni exigences en termes de cursus et d’évaluation, les cours publics n’existent que par l’audience qu’il faut attirer. Ils privilégient en conséquence l’intérêt, le plaisir et la séduction. Par nature oratoires et démonstratifs, ils se rapprochent ainsi du spectacle avec lequel, dans certains cas, ils se confondent entièrement. Cette remarque amène à considérer la multiplication des cours publics comme un aspect d’un mouvement plus général de publicisation, correspondant au développement d’une société ouverte, essentiellement urbaine, et d’une économie d’échanges. Ce mouvement, au fondement des Lumières, a été défini par Habermas comme l’émergence, entre la sphère de l’État et la sphère domestique, d’un « espace public » se déployant à travers des institutions et des sociabilités propices à la discussion et à la communication9. Avec les cours publics, cet espace tend désormais à s’étendre jusqu'au domaine de l’éducation. Cette extension est rendue possible par la tolérance dont font preuve les autorités vis-à-vis d’enseignements ouverts hors du cadre des institutions officielles. S’inscrivant, à l’instar de l’Encyclopédie, dans le grand mouvement d’intérêt et de curiosité pour tous les savoirs, le phénomène exprime une conviction largement partagée, celle que les hommes peuvent se perfectionner par l’instruction10. Il révèle en même temps l’inadaptation des institutions universitaires traditionnelles à ces nouveaux besoins d’éducation.

8Au XVIIIe siècle, on trouve des cours publics dans la plupart des villes de France, mais Paris se distingue par leur nombre et leur diversité. Il est difficile, malheureusement, de donner des chiffres précis. Dans la décennie 1780, on peut cependant estimer à environ 120 le nombre de cours publics ouverts chaque année à Paris, dont une moitié rattachée à des établissements officiels (académie, collège, etc.) ou privés (Musée, Lycée), et l’autre créée par de simples particuliers. Du point de vue de l’offre, il faut souligner la différence entre les cours donnés dans les établissements officiels et ceux résultant d’initiatives privées. Les premiers sont de loin les plus prestigieux et les plus pérennes. Beaucoup, comme ceux du Collège royal et du Jardin du Roi, sont attachés à des chaires de fondation ancienne, dont les titulaires appartiennent aux académies royales. Ils portent le plus souvent sur les sciences de la nature et les langues anciennes et orientales. Au contraire, les cours ouverts par des particuliers sont pour la plupart modestes et précaires et leur objet est en général purement pratique et utilitaire. S’ils ne disposent pas de la légitimité que donnent les institutions officielles, ils n’en répondent pas moins à un véritable besoin et attirent un large public. C’est pourquoi, même les titulaires de chaires officielles n’hésitent pas à en ouvrir à l’occasion. Quant aux établissements fondés par des sociétés privées, ils cherchent, de façon plus ou moins heureuse, à concilier la stabilité et la légitimité des cours officiels avec la souplesse et la réactivité des cours ouverts par des particuliers. Les deux principaux établissements de ce type sont le Musée de Monsieur, fondé en 1781 par Pilâtre de Rozier, rebaptisé Lycée en 1785, et le Musée de Paris, émanation de la loge des Neuf sœurs, fondé en 1782 par Court de Gébelin.

  • 11 Ce coût moyen d’1 livre par leçon est estimé à partir des annonces de cours publics parus dans le (...)

9Du point de vue du public, la principale différence entre les cours officiels et les autres est d’ordre financier. Les premiers sont gratuits, les seconds généralement payants. C’est un facteur de sélection important, surtout pour certains cours d’un coût élevé comme ceux établis par souscription. Néanmoins, beaucoup de cours ouverts par des particuliers sont peu onéreux et, même s’ils sont presque toujours hors de portée d’un public ouvrier – le coût moyen d’une leçon s’élève pour un cours particulier à 1 livre, soit à peu près l’équivalent du salaire journalier d’un ouvrier qualifié –, la plupart demeurent accessibles à des gens éduqués, même peu fortunés11. Finalement, la principale barrière pour la fréquentation des cours publics semble moins avoir été l’argent que le niveau d’instruction nécessaire pour les suivre.

Des réseaux d’enseignement

  • 12 Perkins J., art. cit.
  • 13 Sur la fréquentation des cours de chirurgie, voir W. Frijhoff, « L’École de chirurgie de Paris et (...)
  • 14 Weiner D. et Sauter M. J., « The City of Paris and the Rise of Clinical Medecine », Osiris, t. 18, (...)

10Il manque les données qui permettraient de mesurer précisément la fréquentation des cours publics à Paris au XVIIIe siècle. On ne dispose pour cela que d’informations insuffisantes et lacunaires concernant les cours publics officiels, comme ceux du Collège de France et du Jardin du Roi, ainsi que ceux du Lycée. Quant aux cours ouverts par des particuliers, ils échappent à toute statistique. On en est donc réduit à des estimations. John Perkins a tenté l’exercice pour les cours de chimie12. Il y aurait eu, selon lui, en 1786, tous cours de chimie confondus, 3 140 auditeurs à Paris, dont 2 340 pour les cours publics officiels (principalement au Jardin du Roi, au Collège de France, à la Monnaie, au Collège de pharmacie et au Collège de chirurgie). Perkins réduit ce nombre de plus d’un tiers pour tenir compte du fait qu’un même individu suit souvent plusieurs cours, ce qui l’amène, en fin de compte, à proposer un effectif arrondi de 2 000 auditeurs. Si cette estimation est vraisemblable, elle ne repose que sur des extrapolations et ne doit donc être acceptée qu’avec la plus grande réserve. Il est certain que les cours publics pour les médecins, chirurgiens et sages-femmes attirent également un public considérable. Au Collège de chirurgie, le cours d’anatomie de Süe a plus de 700 inscrits13. Celui ouvert par Desault, rue des Lavandières, attire plus de 200 étudiants14. Au total, on peut estimer à plus d’un millier le nombre d’auditeurs à ces cours. L’assistance aux cours de physique et de mathématiques est sans doute moins nombreuse, mais au total, il n’est pas absurde d’estimer le public des cours publics, tous enseignements confondus, entre 5 000 ou 6 000 personnes à la veille de la Révolution.

  • 15 Voir le Journal de Paris, 4 novembre 1779.

11Parce qu’ils sont créés en grand nombre et s’adressent aux mêmes auditeurs potentiels, les cours publics ne doivent pas être considérés isolément. Leur ensemble constitue plutôt un espace de circulation pour les publics et pour les savoirs, et leur fonctionnement peut s’apparenter à celui d’un marché confrontant librement une demande à une offre d’enseignement. Dans ce marché, la demande est segmentée, principalement selon les domaines disciplinaires (savoirs pratiques, sciences, langues, etc.). L’offre est quant à elle complexe et hétérogène, en fonction des statuts et des types de cours. Surtout, elle est loin d’être entièrement concurrentielle, du fait des liens existant entre les cours relatifs à un même domaine. Cette observation concerne d’abord les cours relevant de chaires officielles. Ainsi, les cours d’anatomie de Portal et d’opérations de chirurgie de Mertrud donnés au Jardin du Roi servent d’introduction à celui sur le siège et la cause des maladies donné par le même Portal au Collège royal15. Quant aux cours ouverts par des particuliers, ils sont très souvent les prolongements directs des grandes institutions publiques. Par exemple, les cours d’anatomie, nombreux dans le Quartier latin, complètent l’offre d’enseignement, notoirement insuffisante, de la Faculté de médecine. En somme, pour tous ceux qui étudient à Paris, aspirants chirurgiens, étudiants en médecine, apprentis architectes, élèves de l’École des ponts et chaussées ou simples amateurs des deux sexes, l’ensemble des cours publics, qu’ils soient officiels ou ouverts par des particuliers, forme un réseau unique qu’ils parcourent librement en fonction de leurs intérêts.

12Chacun de ces réseaux est défini principalement par des savoirs spécifiques. On peut ainsi distinguer au moins cinq grands réseaux de cours publics, portant respectivement sur les sciences mathématiques et géographiques, la physique, la chimie et l’histoire naturelle, les sciences médicales et les langues. Si chaque réseau a ses caractéristiques propres en termes de structure, de localisation et de public, tous rassemblent à la fois des cours officiels et des cours ouverts par des particuliers, assemblage qui constitue un trait essentiel du système général. Dans chacun, les cours officiels, par exemple ceux du Collège de France et du Jardin du Roi, représentent des pôles de stabilité autour desquels gravitent des cours ouverts par des particuliers plus concurrentiels et plus éphémères, qui complètent et renforcent l’offre d’enseignement. Ces derniers, à caractère public, ne sont d’ailleurs eux-mêmes que la partie visible d’un ensemble beaucoup plus vaste, comprenant également les innombrables cours particuliers donnés de gré à gré et sans publicité. Si les nouveaux établissements privés comme le Musée de Monsieur, qui réunissent en leur sein une large palette de cours publics, sont extérieurs à ces réseaux d’enseignement, ils sont trop peu nombreux pour remettre en cause le modèle réticulé, qui continue de dominer l’enseignement supérieur à Paris jusqu’au XIXe siècle.

13La publication des annonces dans les journaux permet d’évaluer le poids respectif de ces différents réseaux. On peut admettre en effet, au moins en première approximation, que le nombre d’annonces pour un cours public fournit une bonne mesure de son audience effective. Ainsi, un cours régulièrement annoncé est en général bien fréquenté ; a contrario, un cours annoncé épisodiquement est un cours sans rayonnement et le plus souvent éphémère. En classant selon les matières enseignées les 826 annonces de cours ouverts par des particuliers parues dans le Journal de Paris entre 1777 et 1786, on obtient donc une représentation assez fidèle de cette offre d’enseignement à la fin de l’Ancien régime (voir graphique). Les sciences en représentent presque la moitié, avec une nette prédominance des cours de physique ; les savoirs médicaux et les langues, qui se partagent le reste, sont à peu près d’égale importance. Mais si les poids relatifs de ces différentes matières sont assez comparables, les réseaux sont très différents.

Fig. 1. – Annonces de cours publics ouverts par des particuliers dans le Journal de Paris (1777-1786)

  • 16 Hahn R., art. cit.
  • 17 Voir Journal encyclopédique, janvier 1756, p. 100.
  • 18 Belhoste B., « A Parisian Craftsman Among the Savants: The Joiner André-Jacob Roubo (1739-1791) an (...)
  • 19 Il existe cependant un cours public d’arithmétique ouvert par Le Prince, expert écrivain juré au C (...)

14En mathématiques, les cours publics sont tournés principalement vers les usages pratiques. Ils s’adressent à un public d’aspirants ingénieurs et architectes, voire d’artistes et d’artisans, et n’attirent guère les amateurs. Les cours officiels de ce type sont peu nombreux : au Collège Royal, Cousin et Mauduit enseignent l’analyse et le calcul infinitésimal à la fin de l’Ancien régime. Mauduit donne aussi des leçons gratuites de géométrie pratique à l’Académie d’architecture. À cette offre officielle, il faut ajouter depuis 1776 le cours public de mathématiques donné à l’Oratoire du Louvre, qui dépend d’une chaire royale d’hydrodynamique rattachée également à l’Académie d’architecture. Bossut, Monge et enfin Charles dit le géomètre, y ont enseigné. Les cours de mathématiques ouverts par des particuliers sont beaucoup plus nombreux. Roger Hahn en a relevé une trentaine à Paris entre 1778 et 178916. La plupart proposent des enseignements élémentaires de géométrie et de mécanique, souvent associés à un enseignement du dessin. C’est le cas, par exemple, de l’ingénieur Antoine Dupont qui tient pendant vingt ans une « école de mathématiques théoriques et pratiques » assez renommée. Certains de ces cours sont plus précisément orientés vers l’architecture et la construction comme les leçons publiques que Jean-François Blondel et son élève Lucotte ouvrent dans leurs « écoles des arts » respectives17. Tous ces enseignements sont suivis par des aspirants ingénieurs et architectes, mais aussi par de jeunes artisans, comme le menuisier Roubo, initié à l’art du trait par Blondel dans les années 175018. La création de l’École royale gratuite de dessin, par le peintre Bachelier répond plus directement à cette demande populaire. Nicolas-Jean Malhortie, un maître de mathématiques exercé aux cours publics, y enseigne la géométrie. Mais, avec l’École de Bachelier, on est déjà plus proche du modèle scolaire que de celui du cours public. D’autres cours publics de mathématiques sont liés à la géographie et l’astronomie, comme celui de Jean-Charles Maclot, ouvert en 1759, qui existe pendant trente ans. Tous ces cours publics ne représentent d’ailleurs qu’une part assez limitée de l’offre d’enseignement en mathématiques, qui paraît avoir été dominée par les leçons particulières données sans publicité. L’arithmétique commerciale, par exemple, est enseignée presque exclusivement dans un cadre privé. Nous manquons malheureusement de renseignements sur l’activité des nombreux maîtres de mathématiques et maîtres écrivains qui enseignent alors de gré à gré à Paris19.

15Le réseau des cours publics de physique est profondément différent de celui des cours de mathématiques. Le public visé est celui des amateurs et la physique enseignée une physique expérimentale et de démonstration. La méthode consiste le plus souvent à enseigner en amusant au point qu’il paraît difficile, dans ce cas, de tracer une frontière nette entre le spectacle et l’instruction. Du côté des cours officiels, l’auditeur peut suivre les très sérieuses leçons de physique expérimentale du Collège royal, ainsi que celles, célèbres, données à l’amphithéâtre du Collège de Navarre par l’abbé Nollet et par son successeur Brisson. On peut leur adjoindre le cours d’astronomie que donne Lalande au Collège royal, rendez-vous de tous les amateurs du ciel. Quant aux cours ouverts par des particuliers, ils sont de genres très variés. Dès 1734, Nollet lui-même a lancé la physique expérimentale « à l’anglaise » en ouvrant des leçons à son domicile, rue des Moutons. Il est suivi par d’autres physiciens comme Delor et Sigaud de La Fond, qui s’inspirent directement de son exemple. D’autres cours, ouverts à un plus large public, comme ceux de Rabiqueau, de Comus, nom de scène du physicien Nicolas Ledru, et de Pelletier, mécanicien de son état, ressemblent davantage à des spectacles de prestidigitation. Pilâtre de Rozier, fondateur du Musée de Monsieur et premier aéronaute, et Jacques Charles, l’inventeur des ballons à hydrogène, dont les cours s’adressent à un public mondain, mêlent quant à eux le sérieux à l’amusement. Enfin, parmi les physiciens démonstrateurs, on trouve aussi des fabricants, comme Bianchi et Bienvenu, qui cherchent surtout à vendre leurs instruments de physique aux amateurs.

16Le réseau des cours de chimie, entièrement distinct de celui des cours de physique, présente un cas encore différent. Il s’adresse à la fois à des étudiants, principalement à ceux qui se destinent aux professions de santé, et à des amateurs. Leur nombre et leur succès paraissent particulièrement remarquables. John Perkins, dans son enquête, a recensé ainsi une trentaine de cours publics de chimie entre 1755 et 1790, dont dix-sept ouverts par des particuliers. Aux cours publics officiels du Collège royal, du Jardin du Roi, du Collège de pharmacie et de la Faculté de médecine, il faut ajouter celui de minéralogie créé par Sage à l’Hôtel des monnaies. La plupart de ces cours attirent un très nombreux public. Parmi les cours ouverts par des particuliers, se détachent celui de Macquer et Baumé, apprécié des apprentis apothicaires, dans les années 1760 et 1770, et celui de Fourcroy, qui popularise les théories de Lavoisier, dans les années 1780. L’intérêt pour la chimie est lié en partie à l’étude des substances médicinales. C’est pourquoi la grande majorité des professeurs sont des médecins ou des apothicaires et nombre d’auditeurs des étudiants en médecine ou en pharmacie. Les cours publics de chimie au même titre que ceux de botanique relèvent ainsi de l’enseignement médical au sens large.

17Les cours publics de médecine, nombreux eux aussi, sont presque tous ouverts par des médecins de la faculté de médecine de Paris et surtout par des chirurgiens. Beaucoup sont concentrés dans le Quartier latin. L’enseignement porte essentiellement sur la médecine pratique et la chirurgie. On trouve ainsi des cours d’obstétrique pour les chirurgiens et les sages-femmes, comme ceux de Baudelocque et de Lauverjat, et des cours d’anatomie et d’opérations chirurgicales, comme ceux de Desault et de Süe (fils). Certains médecins enseignent des procédés nouveaux. C’est le cas de Mauduyt pour l’électricité médicale et du célèbre Mesmer pour le magnétisme animal, dans un cours réservé exclusivement aux membres de la Société de l’harmonie universelle.

  • 20 Sur Baret de Villencour, voir Goodman D., Becoming a Woman in the Age of Letters, Cornell Universi (...)
  • 21 Sur les maîtres d’anglais, en particulier Thomas Berry, voir Sokalski A., art. cit.

18Avec l’enseignement des langues, nous sortons entièrement du domaine des sciences et de leurs applications. Dans ce cas, les cours ouverts par des particuliers s’opposent nettement aux cours officiels par la nature de leur enseignement. Au Collège de France, on donne des cours publics de langues et littératures anciennes, latin, grec et hébreu, et de langues orientales, arabe, turc et persan. Il existe aussi des leçons publiques sur la poésie, par l’abbé Delisle de l’Académie française, et sur la littérature française. Les amateurs de littérature, à la veille de la Révolution, peuvent suivre également le cours que La Harpe donne avec un grand succès au Lycée de la rue de Valois. Les cours ouverts par des particuliers ont un caractère plus pratique. Quelques cours portent sur la langue française pour les étrangers, comme le cours de Boulnois, ou sur l’orthographe et l’élocution pour les dames, comme celui de Baret de Villencour20. Mais la plupart sont des cours d’initiation aux langues modernes étrangères, principalement l’italien, mais aussi l’anglais et, plus rarement, l’allemand et l’espagnol. Dans les années 1780, ceux qui veulent apprendre l’italien ont ainsi le choix entre au moins six cours publics, dont ceux des abbés Boldoni, Curioni et Mugnozzi. En anglais, Thomas Berry est actif depuis 174021. Le marché est très concurrentiel et le réseau très peu structuré. Cependant, des pôles de stabilité tendent à se former à la fin de l’Ancien régime, avec l’essor d’établissements privés qui proposent des leçons de langues vivantes, comme le Musée de Paris, le Lycée, le Bureau académique d’écriture et même une « Société philologique », fondée en 1785.

Organisation et fonctionnement des cours publics au XVIIIe siècle

  • 22 Le Dividich A., « Afficher, distribuer : usages éphémères de l’imprimé dans l’enseignement des scie (...)
  • 23 Voir par exemple le recueil d’affiches annonçant l’ouverture de cours particuliers de médecine, de (...)
  • 24 Voir les diverses éditions de l’Almanach du voyageur à Paris de Thiéry ainsi que son Guide des ama (...)

19Le succès d’un cours public repose sur la publicité : il faut un nom, un programme, un horaire et un lieu. C’est pourquoi l’essor de cette forme d’enseignement est associé à celui de l’information dans l’espace public. Le support le plus simple et le plus ancien semble avoir été l’affiche placardée sur les murs. Les programmes annuels des cours du Collège royal, du Jardin du Roi et de la Faculté de médecine sont ainsi depuis longtemps régulièrement affichés22. Bien que les cours ouverts par des particuliers soient aussi annoncés par affiches, très peu paraissent avoir été conservées23. À partir des années 1740, une presse d’annonces se développe à Paris, avec les Affiches de Paris, puis l’Avant-Coureur, auxquels il faut ajouter Le Journal de Paris, le premier quotidien de la capitale fondé en 1777. On y trouve de nombreuses annonces de cours publics. Cette presse représente la source principale dont nous disposons pour ce type d’enseignement. Elle est loin d’avoir encore été entièrement dépouillée, sauf dans le cas des cours de chimie étudié par John Perkins. Pour ce qui nous concerne, nous nous sommes contentés de recueillir les annonces de cours publiées dans le Journal de Paris entre 1777 et 1787. C’est principalement sur la base de cette recension que nous présentons l’analyse des cours donnés dans la capitale à la fin de l’Ancien régime. Les guides de voyage publiés par Thiery, qui ont connu un grand succès dans les années 1780, fournissent également des listes de cours publics, avec des indications pratiques24.

20La réputation d’un cours public dépend d’abord et avant tout de celle du professeur qui le donne. Ceux chargés des cours publics officiels, au Collège royal et au Jardin du Roi en particulier, ont presque toujours des titres académiques. L’Académie des sciences compte ainsi en son sein dix-huit membres donnant ou ayant donné des cours publics en 1789. Certains titulaires de chaire officielle n’hésitent pas à ouvrir également un cours public à leur compte. Nollet lui-même a commencé par un cours à son domicile avant d’être nommé au collège de Navarre. Rouelle, puis Fourcroy enseignent à la fois au Jardin du Roi et dans leurs laboratoires. À la veille de la Révolution, Desault a un cours d’anatomie dans son amphithéâtre et à l’Hôtel-Dieu. Le Lycée, qui est un établissement privé, tente d’aligner son offre d’enseignement sur celle des institutions officielles, en faisant appel à des académiciens : Condorcet en mathématiques, Monge en physique, Fourcroy en chimie et La Harpe en littérature française, mais les deux premiers se font suppléer.

21Seuls les médecins et chirurgiens autorisés peuvent ouvrir des cours de type médical. Pour le reste, s’il n’est pas besoin de titres officiels ou de grades universitaires pour ouvrir des cours publics à Paris, en particulier dans les sciences et les langues, la plupart des professeurs présentent au public des garanties plus ou moins convaincantes : ainsi, Dupont se dit ingénieur des carrières, Tassut de Biort ingénieur géographe, Pelletier ingénieur mécanicien, Targe est professeur émérite à l’École militaire, Fyot membre de l’Académie de Lyon, Friedel professeur des pages du Roi, Pilâtre intendant des cabinets de physique, chimie, et histoire naturelle de Monsieur, Valmont de Bomare intendant du cabinet de physique et d’histoire naturelle du Prince de Condé, etc. Les professeurs de langues rappellent souvent leur origine étrangère : romain pour Mugnozzi, florentin pour Fontana, de Londres pour Leoni, allemand pour Malter, etc. Les physiciens annoncent, quant à eux, leurs inventions et soulignent leur contribution au progrès de la science. Ainsi les exploits des aéronautes Pilâtre de Rozier et Charles apparaissent comme autant de publicités pour leurs cours. Dans certains cas, le professeur se présente comme le continuateur d’un cours célèbre : en obstétrique, Destremeau succède à son beau-père Levret, auquel il emprunte les pièces anatomiques pour ses démonstrations ; en physique, Rouland reprend le flambeau de son oncle Sigaud de la Fond ; en chimie, Fourcroy poursuit l’enseignement de Bucquet, etc. Enfin, beaucoup de ces professeurs sont aussi des auteurs, dont les livres sont censés garantir la compétence. Au milieu de ces experts autoproclamés, on trouve aussi des quasi-inconnus, comme Fyot, qui enseigne la géométrie pratique et l’astronomie, et Barret de Villencour, qui donne des cours sur l’éloquence, et des enseignants éphémères, comme l’abbé Fillassier, qui annonce un « cours maratiste » sur la nature du feu en 1780, ou Peyrard, le futur traducteur d’Euclide, qui enseigne quelque temps les mathématiques et la géographie en 1787.

22L’adresse est un facteur important dans le succès d’un cours public. Un endroit trop excentré est dissuasif. De fait, les cours ont tendance à se concentrer dans certains quartiers, avec de grandes variations selon les réseaux. La localisation des cours officiels dépend évidemment de celle des établissements qui les abritent, principalement sur la rive gauche (Collège de France, Jardin du Roi, etc.). La très grande majorité des cours de chirurgie et de médecine ouverts par des particuliers sont dans le Quartier latin, en particulier entre la place Maubert et le Pont Saint-Michel. Les cours de mathématiques et de langues vivantes sont plus dispersés. Ils se trouvent avant tout dans le Paris des métiers, sur la rive droite, ce qui renvoie à leur vocation économique et utilitaire. Quant à ceux de physique, ils sont situés dans les quartiers de l’ouest, où vit le public aisé qui les fréquente. C’est dans ces mêmes quartiers que s’installent également les nouveaux établissements privés, le Musée de Paris rue Dauphine près du Pont-neuf, le Musée de Monsieur (rebaptisé Lycée en 1785), rue de Valois, au coin de la rue Saint-Honoré, après avoir été au Marais, rue Saint-Avoye.

23On peut ouvrir un cours dans un lieu quelconque, s’il est convenablement situé. Il suffit pour cela d’un peu de place et de quelques chaises. Les établissements officiels disposent d’amphithéâtre et de salles dédiés spécialement à l’enseignement. La construction de nouveaux amphithéâtres après 1770, au Collège de chirurgie, au Collège de France, au Jardin du Roi, à la Monnaie et à l’Hôtel-Dieu, semble attester une affluence grandissante. On trouve aussi quelques amphithéâtres privés, surtout pour l’enseignement de la chirurgie et de la médecine. Les cours peuvent également se donner dans un laboratoire, par exemple en chimie, ou dans un cabinet, en physique. Certains louent pour leur cours des salles dans des couvents, des collèges ou des hôtels particuliers, mais beaucoup doivent se contenter d’accueillir les auditeurs à leur domicile. La stabilité du lieu signale un cours bien installé, comme ceux de Maclot, rue du Bac, de Dupont rue de la Verrerie, de Brisson rue des Poulies, de Charles place des Victoires, etc. En s’affiliant aux nouveaux établissements privés créés dans les années 1780, ceux qui manquent d’un local peuvent se fixer à une adresse, à l’exemple du maître de langue anglaise Lenoir, qui enseigne au Musée de Paris, rue Dauphine, après avoir successivement donné son cours rue des Prouvaires, rue du Roule et rue du Four Saint-Honoré.

24Il n’existe pas de format-type pour un cours public, même si on relève des constances. Le nombre des leçons est variable, mais leur fréquence est le plus souvent de trois par semaine lorsqu’il s’agit d’un cours ouvert par un particulier. Certains cours durent un mois (soit 12 leçons), d’autres trois mois (soit 36 leçons), d’autres davantage encore. Souvent le professeur ouvre un cours le matin et un deuxième cours l’après-midi. En médecine et chirurgie, les leçons du matin ont lieu tôt (8 heures) alors que dans les autres matières, elles sont plus tardives (entre 11 heures et midi). Les leçons de l’après-midi sont presque toujours à 6 heures. Leur durée est rarement précisée, mais il semble que deux heures soit la règle. Les annonces ne donnent presque toujours que des indications succinctes sur le contenu du cours. Elles se contentent le plus souvent d’un intitulé, comme « un cours d’arithmétique de 50 leçons, appliquées à toutes les parties du commerce et aux changes » (Le Prince), « trois cours, d’arithmétique, de géométrie et de mécanique » (Dupont), « un cours d’anatomie et de physiologie divisé en neuf sections » (Vicq d’Azyr), « leçons pratiques sur l’art du dentiste, en faveur des chirurgiens qui se destinent à la province » (Botot), « un cours complet de physique expérimentale » (Deparcieux), « un cours de langues anglaises pour les personnes qui en connaissent déjà les principes » (Cresswell), « un cours public et gratuit d’arithmétique et de géométrie » (Larcher), etc. Cependant, il arrive que les annonces soient plus précises. Surtout, les professeurs mettent souvent à la disposition du public des prospectus qu’il est possible de se procurer à leur domicile ou à une adresse indiquée dans l’annonce, par exemple chez un libraire. Quelques-uns ont été également publiés dans la presse.

  • 25 Voir Jacques J., « Le “cours de chimie de G.-F. Rouelle recueilli par Diderot” », Revue d’histoire (...)

25Le déroulement d’un cours public ne suit pas de modèle imposé, mais la base semble toujours la leçon orale. C’est pourquoi les qualités oratoires sont jugées essentielles, surtout lorsque le cours se déroule dans un vaste amphithéâtre. La plupart des professeurs à succès, comme Nollet, Rouelle, Fourcroy ou Charles, sont séduisants, passionnés, volubiles ou beaux parleurs. Le cours s’ouvre en général par un discours public et le plan des leçons est souvent annoncé. Les auditeurs prennent des notes, qui peuvent être reproduites et circuler, surtout si l’orateur n’a pas publié son cours. Le cas le plus célèbre est celui du chimiste Rouelle, dont Diderot, parmi d’autres, a recueilli les leçons25. Pourtant, quelle que soit l’importance de ces leçons, le cours public ne se réduit pas à la partie orale. Par exemple, dans les sciences expérimentales, il faut compter aussi avec les expériences, qui sont essentielles. En chimie et en anatomie, où l’enseignement est traditionnellement divisé entre leçons et démonstrations, les opérations sont assurées par un démonstrateur qui assiste le professeur. En physique, où le cours repose sur les expériences, les instruments occupent une place centrale. Ainsi, le succès de Charles vient de ceux qu’ils possèdent, dont le nombre et la beauté dépassent tout ce qui peut se voir ailleurs à Paris. Certains professeurs proposent des sorties et des promenades, comme Dupont pour l’arpentage et Valmont de Bomare pour la botanique. Enfin, bien que les cours publics de langues soient toujours magistraux, les professeurs prennent soin de proposer également aux auditeurs qui le souhaitent des cours particuliers de pratique.

  • 26 L’histoire de cet établissement est assez bien connue. Outre l’étude de Dejob, voir surtout Taton (...)
  • 27 L’histoire du Musée de Paris est moins connue que celle du Lycée. On pourra se reporter à une note (...)

26Revenons pour finir sur le cas du Lycée, auquel Charles Dejob attribuait le mérite d’avoir institué l’enseignement supérieur libre à Paris26. Un apothicaire entreprenant, Pilâtre de Rozier, fonde en 1781 un établissement installé au Marais, le Musée de Monsieur, réunissant des laboratoires pour les amateurs et des cours publics de science pour les débutants. C’est un succès. Pilâtre donne lui-même le cours de physique, agrémenté d’expériences spectaculaires. Le Musée de Paris, sorte d’académie littéraire fondé par Court de Gébelin, suit l’exemple deux ans plus tard en ouvrant à son tour des cours publics rue Saint-André des arts. En 1784, Pilâtre déménage son Musée dans de vastes locaux rue de Valois, au coin de la rue Saint-Honoré et au plus près du Palais-Royal, et gagne la célébrité en devenant le premier aéronaute. Il se tue l’année suivante en tentant de traverser la Manche en ballon. Son établissement, menacé de faillite, est sauvé de justesse par une souscription. Rebaptisé Lycée, il devient alors une sorte de club élégant, où l’on vient s’instruire sans s’ennuyer. On y trouve des laboratoires très bien équipés, une grande salle de conférences, une salle de réunion, une riche bibliothèque et une galerie d’exposition. Ses cours publics, placés sous le patronage d’académiciens, se veulent de première qualité et sont fréquentés par la meilleure société. Le Lycée compte 650 souscripteurs en 1786 et, malgré un certain fléchissement, encore 400 en 1789. Il survit à la Révolution et devient l’Athénée de Paris en 1802. Quant au Musée de Paris, installé rue Dauphine, puis rue de l’Observatoire, il propose lui aussi, avec moins de succès, de nombreux cours de langues et de sciences et disparaît après 178927.

La postérité des cours publics au XIXe siècle

27L’importance des cours publics au XVIIIe siècle, attestée par les contemporains eux-mêmes, est un fait bien connu des historiens de l’enseignement même s’il reste encore fort peu étudié. Il reste à savoir si ce système a perduré au XIXe siècle, et sous quelles formes. Charles Dejob, dans son étude de ce qu’il appelle, de façon un peu anachronique, l’enseignement supérieur libre, s’est limité à l’Athénée de la rue de Valois et aux quelques établissements comparables. Mais si l’on considère la postérité des cours publics, un tel point de vue est beaucoup trop étroit, car ce type apparaît omniprésent dans le haut enseignement du XIXe siècle, au moins jusqu’à la IIIe République. C’est là qu’il faut revenir à ce qu’écrivait Louis Liard en 1893. Celui-ci reproche à Cousin, Guizot et Villemain d’avoir privilégié dans leurs cours à la Sorbonne l’art oratoire aux dépens du sérieux et d’avoir abandonné au seul Collège de France l’enseignement de science et d’érudition. Sans doute, ces trois professeurs ont-ils usé et parfois abusé de la rhétorique professorale, mais ils ne faisaient là qu’accentuer certains traits d’un genre qui dominait déjà tout le haut enseignement : celui du cours public hérité du XVIIIe siècle. On ne peut donc les accuser d’avoir inventé les « leçons oratoires », plaies de l’enseignement supérieur français selon Louis Liard.

28L’historiographie considère la Révolution française (et l’Empire) comme une rupture fondamentale dans l’histoire de l’enseignement français. Sur les ruines des anciennes universités, émerge effectivement un nouveau système d’instruction publique établi à l’échelle nationale. Dans le haut enseignement parisien, certains établissements disparaissent, d’autres sont profondément réorganisés, comme le Jardin du Roi, devenu Muséum d’histoire naturelle, le Collège de France, la Faculté de médecine, le Collège de pharmacie, d’autres encore, entièrement nouveaux, sont créés, comme l’École polytechnique, l’École normale, le Conservatoire national des arts et métiers et les Facultés des lettres et des sciences. Pourtant, comme on sait, ce n’est pas à Paris qu’apparaît ce qui deviendra dans le dernier tiers du XIXe siècle la forme moderne de l’enseignement supérieur, c'est-à-dire l’université à l’allemande. Malgré les bouleversements institutionnels, le premier XIXe siècle, pour ce qui concerne au moins le haut enseignement parisien, apparaît plutôt comme un prolongement du XVIIIe siècle. C’est à lui qu’il emprunte son modèle pédagogique, celui du cours public, en le généralisant.

29Par-delà le haut enseignement et ses institutions, cette continuité renvoie à la permanence des formes de l’espace public avant et après la Révolution. Pour Habermas, l’espace public, comme structure d’accueil du libre débat, tend à disparaître au XIXe siècle avec l’apparition des médias de masse. Mais, comme on sait, ces modes de communication industrielles ne commencent à émerger qu’après 1835. En réalité, les formes de l’espace public qui caractérisaient le Paris des Lumières connaissent, après l’explosion révolutionnaire, un véritable apogée dans le premier tiers du XIXe siècle. Certes, le débat public tend déjà alors à se fragmenter en sous-espaces spécialisés. Le phénomène, très sensible sous l’Empire, lorsque la parole publique est étouffée et que les circuits intellectuels se raccourcissent et se spécialisent, se poursuit après 1814. Mais le débat public profite aussi à plein pendant la période du développement de la presse et des nouveaux moyens de circulation et d’échange, donnant naissance à un champ politique de plus en plus puissant et autonome.

  • 28 Vatin F., « Auguste Comte, les sciences d’application et la formation du peuple », Revue philosoph (...)
  • 29 Voir les rééditions des cours de l’École normale de l’an III : Dhombres J. (dir.), L’École normale (...)

30Dans ce contexte, loin de disparaître, les cours publics ouverts par des particuliers connaissent un grand succès, même s’ils évoluent et se transforment. C’est le cas dans le champ médical, où des cours de ce type coexistent avec l’enseignement officiel de la Faculté, mais aussi dans les sciences et les lettres, même si le phénomène reste très peu étudié. Des cours publics apparaissent également à destination d’un auditoire plus populaire et ouvrier après 183028. Mais le plus remarquable, sans doute, c’est que le cours public s’impose aussi comme forme pédagogique dominante au sein du haut enseignement public parisien. La tendance est sensible dès la Révolution. Les établissements qui se créent alors adoptent en effet tout naturellement le format des cours publics en usage depuis longtemps au Jardin des plantes et au Collège de France. C’est le cas, en particulier, à l’École normale de l’an III et à l’École centrale des travaux publics (future École polytechnique), dont les enseignements en amphithéâtre, sans être à proprement publics puisqu’ils sont réservés aux élèves, ont tous les caractères des cours publics. Les auditoires sont considérables et les leçons, saisies par les sténographes ou rédigées par les professeurs, sont publiées et diffusées sans délais29. Ces premiers cours, donnés par les plus grands savants du temps (Lagrange, Laplace, Monge, Berthollet, etc.), fixent pour longtemps le modèle des cours publics dispensés dans les grands établissements parisiens, comme le Muséum, le Collège de France, les nouvelles Facultés et le Conservatoire des arts et métiers, où les contraintes de programme et d’examen sont très faibles ou inexistantes. De manière plus surprenante, ce modèle inspire également les enseignements magistraux d’un établissement fermé et très structuré comme l’École polytechnique.

  • 30 Gaspard C., « Les Cours de Michelet au Collège de France (1838-1851) », Histoire de l’éducation, n(...)
  • 31 Sur le cours de Lamarck, voir l’étude dirigée par P. Corsi sur le site <http://www.lamarck.cnrs.fr/>. Sur le cours de Thenard, </http> (...)

31Annoncés dans la presse et par affiches, les cours publics entre lesquels circule la population estudiantine du Quartier latin deviennent parfois des événements politiques. À la Sorbonne, sous la Restauration, les cours de Guizot, Cousin et Villemain remportent ainsi un succès immense. Ce sont plus de mille auditeurs qui viennent les écouter dans le grand amphithéâtre de la Sorbonne, trop petit pour les accueillir. Ainsi est inaugurée une tradition d’enseignement littéraire et historique à portée politique qui se perpétue sous la Monarchie de juillet. Cette fois, c’est au Collège de France que le public se presse autour de la nouvelle triade, Jules Michelet, Edgar Quinet et Adam Mickiewicz30. Dans ces grands cours littéraires de la Sorbonne et du Collège de France, où les curieux se mêlent aux étudiants, l’auditoire est principalement bourgeois et mondain. Quelques grands cours scientifiques, par exemple ceux, en histoire naturelle, de Lamarck et de Cuvier au Muséum, ceux, en chimie, de Thenard au Collège de France et de Jean-Baptiste Dumas à la Faculté de médecine, ou celui, en mécanique, de Poncelet à la Sorbonne, suivent le même profil, attirant un vaste public d’amateurs, de professionnels et d’étudiants31. Au Conservatoire, la Sorbonne de l’industrie, vient également un public nombreux, mais beaucoup plus mêlé, populaire et ouvrier.

32Cependant, pour beaucoup d’autres enseignements, plus spécialisés ou érudits et dont l’audience est confidentielle, la forme du cours public, en principe ouvert à tous, est mal adaptée. Plus généralement, elle ne permet pas d’associer l’enseignement à la recherche et si elle convient parfaitement à des enseignements de « vulgarisation » comme celui que donne Arago à l’Observatoire, elle n’est guère compatible avec des études structurées. Or l’institutionnalisation de l’enseignement supérieur dans le cadre d’établissements fortement organisés, avec des cursus, des examens et des diplômes, est un mouvement qui se renforce à partir des années 1840. Comme l’a montré B. Noguès, c’est l’époque où la forme du cours public commence à être critiquée, y compris par les autorités universitaires. La généralisation des conférences dans les facultés, sous la IIIe République, marque la rupture avec le modèle hérité du XVIIIe siècle. Les cours publics ne disparaissent pas pour autant. Ils se maintiennent sans changement au Collège de France, au Conservatoire des arts et métiers et au Muséum. Ils subsistent aussi longtemps de facto, à côté des conférences, dans l’enseignement des facultés. Peut-être en reste-t-il encore des traces dans l’enseignement supérieur français aujourd’hui…

Note

1 Liard L., L’Enseignement supérieur en France, 1789-1893, vol. 2, Paris, 1893, p. 404-405.

2 Ibid., p. 172-173.

3 Dejob Ch., « L’Enseignement supérieur libre en France » in L’Instruction publique en France et en Italie au dix-neuvième siècle, Paris, 1894, p. 123-255.

4 Son étude sur le Musée de Pilâtre est une version revue et complétée de Dejob Ch., « De l’établissement connu sous le nom de Lycée et d’Athénée, et de quelques établissements analogues », Revue internationale de l’enseignement, tome 18, 1889, p. 4-38.

5 Noguès B., « Élèves ou auditeurs ? Le public des facultés de lettres et de sciences au XIXe siècle (1808-1878) », Histoire de l’éducation, no 120, 2008, p. 77-97.

6 Sur les problèmes que pose la mesure de la demande d’éducation, voir Chapoulie J.-M. et Briand J.-P., « L’Institution scolaire et la scolarisation : une perspective d’ensemble », Revue française de sociologie, vol. 34, 1993, p. 3-42.

7 Mornet D., Les Origines intellectuelles de la Révolution française (1715-1787), Paris, 1933, p. 285.

8 Benhamou R., « Cours publics : Elective education in eighteenth century », Studies on Voltaire and the Eighteenth Century, vol. 242, 1986, p. 365-376, Sokalski A., « Grammars and grottos : language learning and language teaching in pre-Revolutionary Paris, 1770-1789 », SVEC, vol. 278, 1990, p. 375-398, Hahn R., « L’enseignement des mathématiques à Paris : cours publics avant la Révolution », in Radelet P. (éd.), Liber amicorum Jean Dhombres, Brepols, Turnhout, 2008, p. 195-205, et Perkins J., « Chemistry courses, the Parisian chemical world and the chemical Revolution, 1770-1790 », Ambix, vol. 57, 2010, p. 27-47. Voir aussi Lynn M. R., Popular science and public opinion in eighteenth century France, Manchester University Press, Manchester et New York, 2006, en particulier p. 43-71, qui se concentre sur les cours et démonstrations de physique.

9 Habermas J., L’Espace public : archéologie de la publicité comme dimension constitutive de la société bourgeoise, Payot, Paris, 1997.

10 Voir sur ce thème Belhoste B., Paris savant. Parcours et rencontres au temps des Lumières, Paris, Armand Colin, 2011.

11 Ce coût moyen d’1 livre par leçon est estimé à partir des annonces de cours publics parus dans le Journal de Paris.

12 Perkins J., art. cit.

13 Sur la fréquentation des cours de chirurgie, voir W. Frijhoff, « L’École de chirurgie de Paris et les Pays-Bas : l’analyse d’un recrutement, 1752-1791 », Lias, t. 17, 1990, p. 185-239.

14 Weiner D. et Sauter M. J., « The City of Paris and the Rise of Clinical Medecine », Osiris, t. 18, 2003, p. 27, d’après Darcet J. et Parent-Duchâtelet A. J. B., « De l’influence et de l’assainissement des salles de dissection », Annales d’hygiène publique et de médecine légale, t. 5, 1831, p. 243-329.

15 Voir le Journal de Paris, 4 novembre 1779.

16 Hahn R., art. cit.

17 Voir Journal encyclopédique, janvier 1756, p. 100.

18 Belhoste B., « A Parisian Craftsman Among the Savants: The Joiner André-Jacob Roubo (1739-1791) and his Works », Annals of Science, t. 69, 2012, p. 395-411.

19 Il existe cependant un cours public d’arithmétique ouvert par Le Prince, expert écrivain juré au Châtelet, dans les années 1770.

20 Sur Baret de Villencour, voir Goodman D., Becoming a Woman in the Age of Letters, Cornell University Press, 2009, p. 115.

21 Sur les maîtres d’anglais, en particulier Thomas Berry, voir Sokalski A., art. cit.

22 Le Dividich A., « Afficher, distribuer : usages éphémères de l’imprimé dans l’enseignement des sciences mathématiques en France au XVIIe siècle », Revue de la Bibliothèque nationale de France, no 14, 2003, p. 56-63.

23 Voir par exemple le recueil d’affiches annonçant l’ouverture de cours particuliers de médecine, de chirurgie et de matière médical conservé à la BNF, fol. T6-719.

24 Voir les diverses éditions de l’Almanach du voyageur à Paris de Thiéry ainsi que son Guide des amateurs et étrangers à Paris.

25 Voir Jacques J., « Le “cours de chimie de G.-F. Rouelle recueilli par Diderot” », Revue d’histoire des sciences, vol. 38, 1985, p. 43-53 et C. Lehman, Le cours de chimie de Guillaume-François Rouelle, <http://www.inrp.fr/she/cours_magistral/expose_rouelle/expose_rouelle_complet.htm>.

26 L’histoire de cet établissement est assez bien connue. Outre l’étude de Dejob, voir surtout Taton R., « Condorcet et Sylvestre-François Lacroix », Revue d’histoire des sciences, 1959, vol. 12, p. 127-159.

27 L’histoire du Musée de Paris est moins connue que celle du Lycée. On pourra se reporter à une note d’Arthur Birembault restée malheureusement inédite et conservée dans ses papiers aux Archives nationales, 620AP34.

28 Vatin F., « Auguste Comte, les sciences d’application et la formation du peuple », Revue philosophique de la France et de l’étranger, t. 132, 2007, p. 421-435.

29 Voir les rééditions des cours de l’École normale de l’an III : Dhombres J. (dir.), L’École normale de l’An III. Leçons de mathématiques. Laplace, Lagrange, Monge, Paris, Dunod, 1992 ; Nordman D. (dir.), L’École normale de l’An III. Leçons d’histoire, de géographie, d’économie politique. Volney, Buache de Neuville, Mentelle, Vandermonde, Paris, Dunod, 1994, Guyon E. (dir.), L’École normale de l’An III. Leçons de physique, de chimie et d’histoire naturelle. Haüy – Berthollet – Daubenton, Paris, Éditions rue d’Ulm, 2006. On attend la publication prochaine du volume introductif de la série sous la direction de D. Julia. Sur les cours de l’École centrale de l’École des travaux publics et de l’École polytechnique, voir Belhoste B., La Formation d’une technocratie. L’École polytechnique et ses élèves de la Révolution au Second Empire, Paris, Belin, 2003.

30 Gaspard C., « Les Cours de Michelet au Collège de France (1838-1851) », Histoire de l’éducation, no 120, 2008, p. 99-112.

31 Sur le cours de Lamarck, voir l’étude dirigée par P. Corsi sur le site <http://www.lamarck.cnrs.fr/>. Sur le cours de Thenard, voir García Belmar A. et Bertomeu-Sánchez J. R., « Louis Jacques Thenard’s Chemistry Courses at the Collège de France, 1804– 1835 », Ambix, t. 57, 2010, p. 48-63. Sur le cours de Poncelet à la Sorbonne, voir Chatzis K., « Les Cours de mécanique appliquée de Jean-Victor Poncelet à l’École de l’Artillerie et du Génie et à la Sorbonne, 1825-1848 », Histoire de l’éducation, no 120, 2008, p. 113-138.

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540

Cerca su OpenEdition Search

Sarai reindirizzato su OpenEdition Search