Version classiqueVersion mobile

Les universités dans la ville

 | 
Thierry Amalou
, 
Boris Noguès

Deuxième partie. Place et fonctions de l’université dans la ville

Une Athènes du Nord ? L’université d’Édimbourg au miroir de la ville au XVIIIe siècle. Un bilan historiographique

Stéphane Van Damme

Texte intégral

  • 1 Communication inédite à la journée autour de Daniel Roche, Maison Française d’Oxford, 2007.
  • 2 Pour un panorama historiographique sur ces questions, voir Van Damme S., « Capitales européennes e (...)
  • 3 Sur la notion d’énoncé collectif, voir Boureau A., « L’Adage Vox Populi, Vox Dei et l’invention de (...)

1Récemment, l’historien britannique John Robertson, professeur à l’université de Cambridge, s’étonnait de la faible influence de l’histoire socio-culturelle à la française sur l’historiographie des Lumières écossaises1. Il remarquait cependant que cette trajectoire était liée à la place de l’université dans le milieu intellectuel écossais. Penser la relation entre l’université et la ville à Édimbourg dans un long XVIIIe siècle inviterait ainsi à prendre la mesure de cette singularité à la fois historique et historiographique2. Cette interprétation mérite examen et discussion. Du point de vue des contemporains, l’exceptionnalité écossaise est l’enjeu de constructions sociales et politiques complexes. Derrière l’expression stéréotypée et triomphante d’Athènes du Nord qui fleurit dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, se jouent bien des hésitations et des tensions sur le rôle à donner à l’université dans la formation d’une culture civique à Édimbourg. Si cette représentation fonctionne comme un « énoncé collectif3 » qui circule dans de nombreux discours, elle cache mal les tensions qui apparaissent dès qu’il s’agit de l’expliciter ou de lui donner un contenu. En effet, la ville de l’université longtemps s’oppose à la ville commerciale et à celle des sociabilités.

  • 4 Roche D., « Trois académies parisiennes et leur rôle dans les relations culturelles et sociales au (...)
  • 5 Robertson J., The case for the Enlightenment. Scotland and Naples, 1680-1760, New York, Cambridge (...)
  • 6 Allan D., Virtue, learning and the Scottish Enlightenment: ideas of scholarship in early modern hi (...)
  • 7 Kidd C., Subverting Scotland’s past: Scottish Whig historians and the creation of an Anglo-British (...)
  • 8 Sebastiani S., I limiti del progresso. Razza e genere nell’Illuminismo scozzese, Bologna, Il Mulin (...)
  • 9 Phillipson N., « The Scottish Enlightenment », in R. Porter and M. Teich (eds), The Enlightenment (...)

2Du point de vue historiographique, le constat de John Robertson doit être nuancé. Dans la lignée des travaux de Daniel Roche4 sur les milieux académiciens de province, de Robert Darnton ou de Roger Chartier sur la culture imprimée, une histoire socioculturelle s’est en effet intéressée à préciser le poids relatif de l’université d’Édimbourg dans la ville. Depuis les années 1970, les différents travaux de Charles Camic, de Richard Sher, de Roger Emerson, de Paul Wood sur la culture universitaire écossaise, les recherches en histoire des sciences de Jack Morrell, de John Christie ou de Steven Shapin ont ainsi permis de réinterroger la tension entre centres de savoirs et capitales culturelles. Et même temps, dans le cadre de l’histoire intellectuelle, et à la suite de John Robertson5, une nouvelle génération d’historiens (David Allan6, Colin Kidd7, Silvia Sebastiani8) a fait beaucoup pour réarticuler l’étude des Lumières écossaises avec celle des institutions universitaires. Enfin, l’histoire urbaine a utilisé l’exemple d’Édimbourg pour essayer de comprendre les effets de la mise en place d’un nouveau régime de production et de circulation des savoirs sur la définition d’une identité métropolitaine, et en particulier sur la vie civique. Ici, l’échelle nationale a été opposée à celle de la métropole provinciale (Nicholas Phillipson, Roy Porter9), voire à celle d’une « culture communale » (Dror Wahrman). Plus récemment enfin, le « tournant spatial » a aussi suggéré, avec Charles Whiters, de réinterpréter ce débat en termes de tensions intra-urbaines entre monde universitaire et espace public. Le moment est donc peut-être venu de se demander : de quoi l’université d’Édimbourg est-elle le centre ?

L’université d’Édimbourg, creuset des Lumières écossaises ? Un bilan historiographique

  • 10 Sher R. B. et Smitten J. R. (éd.), Scotland and America in the age of the Enlightenment, Édimbourg (...)

3Premier et fondamental constat de l’historiographie : l’université d’Édimbourg est le creuset des Lumières écossaises. Depuis une vingtaine d’années, avec les travaux de Roger Emerson, de Richard Sher10 ou encore de John Robertson, Édimbourg cesse d’incarner les marges des Lumières pour révéler, au contraire, sa capacité de connexion soit à d’autres capitales comme Naples, soit à d’autres villes de l’espace atlantique (Philadelphie, New York). L’histoire de l’université a été un des éléments centraux de cette révision historiographique, en restituant, au-delà des figures canoniques, l’affirmation d’une culture professorale comme lieu d’innovation intellectuelle.

Une réhabilitation de la culture professorale

  • 11 Report of the Royal Commission of Inquiry into the State of the Universities of Scotland, British (...)
  • 12 Ibid., p. 160.

4Si l’originalité des Lumières écossaises tient au poids des milieux universitaires, les historiens ont voulu réévaluer plus largement la culture professorale sur deux plans : les mutations institutionnelles et l’innovation intellectuelle. L’université d’Édimbourg expérimente au cours du XVIIIe siècle des transformations institutionnelles qui lui permettent de se différencier dans le monde universitaire britannique. En étudiant les créations de chaires universitaires à Édimbourg, Jack Morell a bien montré comment le système de nomination et de rémunération des professeurs était étroitement lié au patronage local : c’est le Town Council qui contrôlait les recrutements de la plupart des postes, la Couronne en ayant créé moins. Le profil sociologique des enseignants que découvre la commission parlementaire11 chargée d’examiner la situation de l’université d’Édimbourg en 1831 confirme plusieurs constantes : il n’y avait pas d’étranger dans l’université, il fallait être né écossais, d’une famille de la classe moyenne, et être undergraduate d’Édimbourg12. Les salaires étaient bas, et les principales sources de revenu venaient des examens et des droits d’entrée payés pour assister à un cours.

  • 13 Ibid., p. 166.
  • 14 Edinburgh University Library, MS Dc. 7. 1-40.
  • 15 Wood P., « Science, the Universities, and the Public Sphere in Eighteenth-Century Scotland », Hist (...)
  • 16 Wood P. « Introduction », inRobison J., A System of Mechanical Philosophy, vol. I, Thoemmes contin (...)

5La répartition du patronage selon les disciplines est intéressante aussi : si la rhétorique, l’histoire naturelle, l’astronomie, l’histoire ecclésiastique et le droit public sont soutenus par la Couronne, les chaires de mathématiques, de latin, de grec, de logique et métaphysique, de philosophie morale, de droit civil, de droit écossais, de médecine, d’anatomie, ont été créées par la ville. Seule la botanique est financée par les deux sources. La création de chaires est souvent discutée et disputée entre les deux systèmes de patronage, comme c’est le cas pour la chaire de chirurgie en 1777. Les deux chaires d’astronomie pratique et d’agriculture sont ainsi le résultat d’une initiative extérieure : la Couronne crée par exemple celle d’astronomie en 178513. On connaît de nombreuses batailles autour d’une création de chaire, comme celle que livre en vain Adam Ferguson pour devenir professeur. Cette multiplication de cours nouveaux permet à Édimbourg de proposer une offre d’enseignement plus variée qu’à Oxford et Cambridge, où l’on se concentre surtout sur les études classiques et les mathématiques. La diversification des enseignements tient sans doute aussi à la place centrale de la médecine, à laquelle la plupart des enseignements de sciences (anatomie, botanique, chimie) servent de propédeutique. Une étude partielle des contenus d’enseignement a porté sur l’usage ou non des philosophies nouvelles. Rares sont les analyses de pratiques ordinaires. Cependant, en ce qui concerne les cours de John Robison, qui enseigne la philosophie naturelle à l’université d’Édimbourg à partir de novembre 1774 et pour lequel on dispose de ses propres notes pour ses cours, ainsi que de ses cours publiés14, Paul Wood a montré que, si le contenu couvrait les matières habituelles (dynamique, astronomie, mécanique, hydrostatique, pneumatique, magnétisme, électricité et optique), les modalités d’enseignement étaient, en revanche, assez innovantes. Robison utilisait beaucoup les pratiques expérimentales, ainsi que les mathématiques, pour ses démonstrations. Wood affirme que l’originalité de son approche était de mêler des questions techniques à des interrogations philosophiques15. En raison de ce haut niveau d’exigence, ses classes demeuraient peu fréquentées16.

6Le système de patronage a également des conséquences sur les pratiques d’enseignement. Contrairement à ce qui se passe à Oxford, ce système donne en effet, après la suppression de la régence, une importance accrue au cours magistral au nombre d’étudiants. Il entraîne une lourde charge d’enseignement durant l’année universitaire, qui dure six mois, de novembre à mai. Les professeurs donnent une heure de cours magistral pendant 35 semaines. Cette période d’enseignement fait ensuite place à six mois de vacances, idéales pour le travail scientifique.

  • 17 Gleig G., « Biographical Memoirs of Dr. Robison, of Edinburgh », Philosophical Magazine, vol. 13 ( (...)
  • 18 Voir Sher R., Church and University in the Scottish Enlightenment: The Moderate Literati of Edinbu (...)
  • 19 Voir l’histoire de cette édition dans Sher R., « Introduction », in Burton J. H. ed., The Autobiog (...)
  • 20 Parmi de nombreux exemples: Thomson J., An Account of the Life, Letters and Writings of William Cu (...)
  • 21 Black J., Lectures on the Elements of Chemistry, delivered in the University of Edinburgh, ed. Joh (...)
  • 22 Sher R., Church and University…, op. cit., p. xi.

7Du point de vue de l’histoire intellectuelle, les historiens des idées tels que Hugh Trevor-Ropper à Oxford ou Duncan Forbes à Cambridge ont relancé depuis les années 1960 les recherches sur les grandes figures professorales de l’université, comme Adam Smith, stimulant ainsi une tradition historiographique très active dans les années 1970 et 1980 avec Nicholas Phillipson, John B. Stewart, John Robertson ou Knud Haakonsen. Dans la première moitié du XVIIIe siècle, l’intégration rapide dans les enseignements des innovations philosophiques incarnées principalement par Descartes et Newton, la définition de corps de savoirs nouveaux (philosophie morale, histoire, etc.), et la reconnaissance internationale de l’école de médecine et de droit jouent à plein dans la représentation d’Édimbourg en Athènes du Nord. On doit au livre de Richard Sher, Church and University, publié en 1985, d’avoir proposé une lecture plus sociologique de ces mutations, en identifiant les Lumières écossaises à un milieu intellectuel ancré dans l’université d’Édimbourg et en montrant que les Lumières écossaises ont été puissamment portées par les gens d’Église. Cette interprétation permettait de nuancer l’idée que l’opposition entre Lumières et religion aurait été identique dans toute l’Europe. Ce secteur de la recherche a particulièrement éclairé la filiation entre la période des pré-Lumières et les figures canoniques de la seconde moitié du XVIIIe siècle : Francis Hutcheson, Adam Ferguson, William Robertson, John Millar, Thomas Reid, aux côtés de Hume et Smith. L’histoire des sciences leur a ajouté James Watt, Joseph Black, William Cullen, John Robison. Or, ce processus de canonisation universitaire est d’autant plus fort qu’il est porté dès le XVIIIe siècle par des pratiques de représentation et de publication de la réputation universitaire qui passent par les nécrologes dans les périodiques (le genre des « Memoirs ») et par les éloges académiques17. Par ailleurs, Silvia Sebastiani a souligné le rôle des biographies et des autobiographies comme éléments constitutifs d’une généalogie. David Hume, Alexander Carlyle of Inveresk ont ainsi écrit des autobiographies. Richard Sher a aussi mis en évidence le rôle joué par des figures secondaires comme Alexander Carlyle (1722-1805)18, qui fut un intime de William Robertson, Hugh Blair, John Home, Adam Ferguson, David Hume et Adam Smith, mais qui a peu publié : seulement une douzaine de pamphlets et de sermons occasionnels. Il doit sa position à l’écriture de mémoires sur ces hommes de lettres qui vont constituer plus tard les représentants des Lumières écossaises. Ces mémoires seront publiées après sa mort en 1805 comme une histoire de la vie culturelle écossaise19. La constitution d’archives intellectuelles qui rassemblent les papiers des principales figures de l’université est un phénomène important : papiers, notes de cours, correspondances ont été archivés au XIXe siècle20. John Robison, par exemple, se chargea d’éditer les cours de Joseph Black en 180321. La multiplication des portraits, des frontispices, contribue à cette dignité de la figure professorale. Ainsi, lorsque Joshua Reynolds fait le portrait de William Robertson avec sa toge, ses écrits, sa perruque symbole de l’engagement du groupe des « Modérés » dans la religion, la politesse et le savoir, le tableau est présenté à la Royal Academy pour la première fois en 1772 et montre le principal de l’université au sommet de sa puissance. Les portraits de John Home, d’Alexander Carlyle, d’Hugh Blair, de Ferguson, participent de cette reconnaissance sociale. Le portrait d’Adam Ferguson par William Millar en 1763 montre le professeur à l’âge de 40 ans, sous les traits de la respectabilité22.

Le rayonnement des universités écossaises au XVIIIe siècle

  • 23 Wood P., The Aberdeen Enlightenment : the arts curriculum in the eighteenth century, Aberdeen, Abe (...)

8L’histoire de l’université a, depuis les années 1990, cherché à diversifier son approche en situant l’essor d’Édimbourg par rapport aux autres villes universitaires que sont Glasgow ou Aberdeen23. Deux transformations se jouent dans ce changement d’échelle : la mesure de l’attractivité d’Édimbourg au-delà de l’espace britannique et, en particulier, ses connexions avec le continent et au-delà ; la dimension polycentrique, mais aussi hiérarchisée, de l’espace universitaire écossais.

  • 24 Emerson R., Essays on David Hume…, op. cit., p. 163-224.
  • 25 Cameron J., « Some Scottish Students and Teachers at the University of Leiden in the late Sixteent (...)
  • 26 Mijers E., « Scottish Students in the Netherlands, 1680-1730 », in Grojean A. et Murdoch S. (eds.) (...)
  • 27 Ibid., p. 303.

9La mesure de l’attractivité universitaire a été menée à partir de l’étude de certaines disciplines ou de populations précises comme celle des étudiants de médecine. Nicholas Hans dans un travail déjà ancien a étudié la démographie et les flux des étudiants en science des universités britanniques aux XVIIe et XVIIIe siècles : entre 1726-1745, on compte 26 étudiants (soit 20 % du total de tous les étudiants) ; entre 1746-1765 : 25 (soit 24 %) ; entre 1766-1785 : 15 (soit 17 %). La prééminence en sciences de l’université d’Édimbourg attire les étudiants, y compris étrangers. Sur les 343 anciens étudiants d’Édimbourg au XVIIIe siècle, 152 sont Anglais. Roger Emerson a calculé le nombre de médecins qui viennent se former à l’université d’Édimbourg. Celle-ci délivre un total de 1 156 diplômes en médecine (MD) entre 1705 et 1799 dont 238 donnés à des Écossais. L’université de Glasgow en délivre 280 et celle de Saint Andrews 802, sur un total de 2 667 diplômes délivrés dans toutes les universités écossaises. Les étudiants écossais ne sont que 1 124 de ce total. 120 d’entre eux vont aux Pays-Bas et 80 dans diverses universités étrangères. D’après Emerson, il est en revanche difficile d’estimer le nombre d’étudiants étrangers dans les universités écossaises, car ils n’étaient pas tous immatriculés. On dispose de chiffres partiels, comme ceux de l’assistance aux cours magistraux. On sait qu’entre 1720 et 1799, les cours d’anatomie d’Alexander Monro I, II et III furent suivis par 14 229 étudiants24. James Cameron25 et, plus récemment, Esther Mijers26 ont montré aussi le poids des communautés d’étudiants écossais sur le continent, en particulier dans les Provinces-Unies. Entre 1681 et 1730, la présence écossaise y atteint son point culminant avec 1 027 Écossais immatriculés officiellement dans les quatre universités néerlandaises : Leyde, Franeker, Groningue et Utrecht27. Pour Esther Mijers, si l’on compare ce nombre avec celui des immatriculations dans les cinq universités écossaises à la même époque, les universités hollandaises constituent bien la sixième. Par ailleurs, les Écossais représentent un groupe important numériquement parmi les étudiants étrangers : à Leiden, 13 % entre 1701 et 1725. Ils viennent principalement faire du droit et de la médecine.

Université

Nombre d’étudiants immatriculés

Aberdeen colleges

2 230

Marischal and King’s

550

St Andrews

1 000

Édimbourg

6 500

Glasgow

5 000

Universités des Provinces-Unies

1 027

  • 28 Ibid., p. 304.

Tabl. 1. L’immatriculation des étudiants écossais (1680-1730)28

  • 29 Phillipson N., « Culture and society in the eighteenth-century province : the case of Edimburgh an (...)
  • 30 Inkster I. et Morrell J. (ed.), Metropolis and Province. Science in British culture, 1780-1850, Ph (...)
  • 31 C’est l’expression utilisée par Richard Sher dans son livre The Enlightenment and the Book…, op. c (...)

10Le rayonnement de l’université d’Édimbourg est d’autant plus fort qu’il s’inscrit dans une dynamique de concurrence avec les autres universités écossaises. La création de l’université d’Édimbourg en 1583 se fait après la Réformation presbytérienne et contre les fondations catholiques d’Aberdeen, de Glasgow et de St Andrews. On doit à Nicholas Phillipson, dans un article pionnier de 1974 dans l’ouvrage dirigé par Lawrence Stone sur University in society, d’avoir le premier cherché à interpréter les Lumières écossaises dans le cadre d’une tension entre Londres et la province29. Jack Morrell a, lui aussi, insisté sur cette inscription dans un horizon de la britishness qui convertit Édimbourg en capitale provinciale des sciences30. L’une des thèses développées par des historiens de l’université comme Paul Wood consiste à comparer le développement d’Édimbourg avec celui des autres centres universitaires écossais. Il s’agit de pluraliser les Lumières écossaises en situant Édimbourg par rapport à Glasgow ou à Aberdeen. La prise en compte de la situation d’Édimbourg s’accompagne dans l’historiographie d’une nouvelle géographie intellectuelle, qui montre que Londres est aussi l’un des centres des Lumières écossaises31, au même titre que certaines villes américaines où cette philosophie sera lue et reçue.

Une université dans la ville : « métropolisation » ou « académisation » des savoirs ?

11La définition d’Édimbourg comme « capitale universitaire » de premier plan ne repose pas uniquement sur la valorisation d’une culture professorale, mais renvoie aussi à sa capacité à sortir d’une fonction universitaire traditionnelle, tournée vers la production du savoir et l’enseignement, pour participer activement aux nouvelles dynamiques culturelles. Or, plusieurs indicateurs font de l’université un moteur du développement urbain et métropolitain.

Une université en ville : l’emprise urbaine

  • 32 Maxwell R., éd, Select Transactions of the Honourable the Society of Improvers in the Knowledge of (...)
  • 33 Risse G. B., Hospital life in Enlightenment Scotland: care and teaching at the Royal infirmary of (...)
  • 34 Logan Turner A., The Royal Infirmary of Edinburgh. Bicentenary Year, 1729-1929, Édimbourg, 1929.
  • 35 Nollie H. J., Indian botanical drawings 1793-1868: from the Royal Botanic Garden, Édimbourg, Royal (...)
  • 36 City of Edinburgh District Council Archives, Edinburgh Town Council Minutes, 10 June 1741; Bryden (...)

12En premier lieu, il faut s’interroger sur l’emprise urbaine des équipements universitaires. À sa création, l’université était située à l’extrême sud de la ville, près de Potterow Port. Dès la fin du XVIIe siècle, la ville n’était plus simplement une cité de marchands et d’artisans mais présentait les traits d’une capitale où dominaient les professions intellectuelles, avec plus de 200 juristes, 24 chirurgiens et 33 médecins en 1694. Le patronage du duc d’York permit la création du Royal College of Physicians ainsi que de la bibliothèque des avocats en 1681, alors que les coutumes et le droit écossais étaient établis par la publication la même année des Institutions of laws of Scotland par Stair. Dans un registre plus pratique, la Society of Improvers s’illustra dans la première moitié du XVIIIe siècle, avec l’aide de grands nobles propriétaires terriens : le duc d’Athole et le duc d’Hamilton32. Dès 1681, les membres du Royal College of Physicians of Edinburgh cultivèrent un jardin à des fins pédagogiques : le Physical Garden, qui permit l’introduction des plantes médicinales. À la fin du XVIIe siècle, l’incorporation des chirurgiens à l’école de médecine s’accompagna, de son côté, de l’ouverture d’un théâtre d’anatomie en 169733. Dans les premières décennies du XVIIIe siècle, de nombreuses institutions universitaires furent ainsi créées : l’école de médecine à Town College en 1726 ; l’infirmerie en 1729, affirmant le nouveau rôle d’Édimbourg comme centre de formation médicale. Aux côtés de l’université et des différentes institutions royales, les autres équipements scientifiques se multiplièrent, comme la Royal Infirmary34, le Royal Botanical Garden fondé en 167035. Loin d’être neutres, ces nouveaux bâtiments participent d’une volonté de voir le centre de gravité de la ville se déplacer de Old Town vers New Town. Mais certains de ces équipements donnèrent lieu à des discussions animées au sein du conseil de ville. Ainsi, Colin Maclaurin rédige un « Memorial of 1741 for the establishement of an observatory in Edinburgh » qui entend défendre non seulement l’avancement des sciences en général, mais aussi l’utilité de l’apprentissage de l’astronomie. MacLaurin mobilise deux registres d’arguments. Le premier renvoie au fait que l’astronomie caractérise les nations avancées en matière d’éducation. Le second ressort d’un travail de rassemblement des observations à l’échelle de l’Écosse toute entière36.

  • 37 Morrell J. B., « The University of Edinburgh in the Late Eighteenth Century : Its Scientific Emine (...)

13La force du modèle écossais est bien celui de l’université en ville. C’est en tout cas celui-là qui séduit et qui a été le plus influent dans les colonies américaines à la veille de l’indépendance, comme en témoigne la fascination qu’il exerce sur les savants voyageurs. Thomas Jefferson, après Benjamin Franklin, salue cette position : « no place in the world can pretend to a competition with Edinburgh ». Même si cette histoire reste à faire, on connaît de nombreux exemples de fondations universitaires américaines de la seconde moitié du XVIIIe siècle qui sont directement inspirées du modèle universitaire écossais, comme, par exemple, l’école de médecine du collège de Columbia. Il offre en effet un modèle alternatif au collège à la campagne ou hors les murs, du type Harvard College ou Yale. La proximité de la ville est un élément important dans le choix de l’implantation de Columbia. C’est aussi un élément essentiel de l’attractivité de ce genre d’établissement pour les étudiants qui sont hébergés en ville. L’université d’Édimbourg reste très cosmopolite et attire les étudiants irlandais et anglais et ceux des colonies. Contrairement à Oxford et Cambridge, elle incarne un esprit de liberté par rapport à l’encadrement des universités anglaises. Le critère de non-résidence joue ici un rôle très important. Cette force d’attraction de l’université tient, selon Jack Morrell, à plusieurs facteurs : « On doit saisir la crise de l’identité écossaise qui s’exprime dans le nationalisme éducatif, comme le résultat à la fois de la sécularisation du calvinisme écossais, par le poids dominant du parti “modéré” au sein de l’Église d’Écosse, par l’importance de l’alphabétisation dans les régions des Lowlands quadrillés par un système de paroisses et d’écoles de village, par le patronage culturel exercé par les propriétaires terriens, et enfin par l’attraction des capitales écossaises37. »

Une nouvelle urbanité

  • 38 Phillipson N., « The Scottish Enlightenment », in Porter R. et Teich M. (eds), The Enlightenment i (...)
  • 39 De manière surprenante, il y a très peu d’études qui envisagent la comparaison structurelle entre (...)
  • 40 Voir la présentation de Waszek N., L’Écosse des Lumières. Hume, Smith, Ferguson, Paris, PUF, 2003, (...)
  • 41 Hume D., « The more these refined arts advance, the more sociable men become; nor is it possible, (...)

14Les savants écossais sont au XVIIIe siècle les principaux artisans d’une réflexion sur l’urbanité. C’est un des concepts clefs de la philosophie morale écossaise. Nicholas Phillipson a pu ainsi avancer l’idée que les élites écossaises, privées après 1707 de leurs institutions politiques, n’avaient pas eu d’autre choix que d’adopter les valeurs de politesse et de sociabilité proposées par l’Angleterre (et en particulier par Joseph Addison) pour développer une vie publique38. Cette évolution est portée par la diffusion de la presse à Édimbourg, comme le Scots Magazine. Elle est aussi vivement encouragée par l’ouverture d’un enseignement de philosophie morale à l’université dès le début du siècle avec Francis Hutcheson39. Contre la théorie « égoïste » de Hobbes et de Mandeville, qui pense la société sur la base d’individus atomisés40, David Hume réaffirme que la nature humaine est mue par une « impulsion naturelle » à la société et se propose de montrer, à partir de sa doctrine de la sympathie (qui sera reprise par Adam Smith dans sa Théorie des sentiments moraux en 1759), que la « sociabilité naturelle » est au fondement de toute société humaine. Dans une dissertation consacrée au commerce, David Hume célèbre les vertus de la sociabilité urbaine41.

  • 42 Bender T., New York Intellect. A History of Intellectual Life in New York City, New York, 1987, p. (...)

15Cette conception de l’urbanité va trouver de multiples échos, en particulier dans le monde colonial. Abordant l’histoire intellectuelle de New York au XVIIIe siècle, Thomas Bender insiste sur cet élément : « Ce modèle de vie intellectuelle n’était pas simplement urbain par sa sociologie, mais s’efforçait aussi d’encourager l’urbanité comme style intellectuel42. » La structure du monde des élites fait d’Édimbourg un modèle comparable et transposable à New York, où les hommes de pouvoir et les savants sont socialement proches. Si Édimbourg, comme Genève, n’échappe pas à la querelle sur le théâtre et sa moralité avec la diatribe d’Adam Ferguson, The Morality of Stage Plays Seriously Considered (Édimbourg, 1757), la ville est aussi vue comme un lieu de raffinement.

  • 43 Gifford D. et Mcmillan D. (eds.), A History of Scottish Women’s Writing, Edinburgh, Edinburgh Univ (...)
  • 44 Jacob M. C., The origins of freemasonry. Facts and fictions, Philadelphia, University of Pennsylva (...)
  • 45 Andrews C., Literary Nationalism in Eighteenth-Century Scottish Club Poetry, New York, Lewiston, 2 (...)
  • 46 The Free masons pocket companion; containing the origin, progress and present state of that antien (...)

16Par ailleurs, une nouvelle histoire du genre est en train de prendre son essor en Écosse, comme en témoignent plusieurs livres collectifs qui tentent de resituer l’activité féminine dans cet espace culturel43. En 1742, Aaron Hill pouvait louer le fait que la multiplication des sociétés ne concernait pas simplement les gentlemen, mais aussi les dames d’Édimbourg. Parmi ces sociétés féminines, on peut mentionner le Fair Intellectual Club, fondé par trois femmes autour de 1717. De même, on peut regretter que les travaux sur la franc-maçonnerie restent souvent confinés à une discussion sur les origines44 et offrent peu de comparaisons avec les études continentales. R. Sher et Corey Andrews45 ont récemment montré le rôle joué par la Lodge Canongate d’Édimbourg, qui réunissait des professeurs, des juges, des médecins et des aristocrates, sans compter quelques libraires. Selon une brochure de 1761 présentant les loges d’Édimbourg46, la ville disposait de trois loges sur les 65 installées en Écosse.

  • 47 Pottle F.A. et Bennett C.H., eds, Boswell’s Journal of a Tour to the Hebrides with Samuel Johnson,(...)
  • 48 Walker J., An Economical History of the Hebrides and Highlands of Scotland, Edinburgh, 1808, vol. (...)
  • 49 Fry M., « Ferguson the Highlander », in Heath E. and Merolle V. (eds.), Adam Ferguson : History, P (...)

17Par contraste avec l’urbanité d’Édimbourg, quelques écrivains comme James Boswell47 et John Walker48 insistent sur la figure des « sauvages » du nord dans leurs recherches ou leurs récits de voyage sur les Hébrides. La question de la frontière linguistique, mais aussi culturelle et politique est saillante au XVIIIe siècle, après l’échec de deux rébellions jacobites en 1715 et 1745. Même si l’ancien système des clans et des « chieftaines » était déjà partiellement tombé en ruine, l’État britannique se chargea de lancer une offensive contre les vieilles institutions des Highlands. Des écrivains comme Adam Ferguson, qui sont nés à la frontière géographique et linguistique entre Highlands et Lowlands, furent ainsi particulièrement sensibles à ce processus de dévaluation et de relégation49, avant même l’affaire Ossian. La dimension linguistique complique encore l’affirmation d’une culture professorale écossaise, qui considère l’anglais comme une langue d’écriture et de publication. Les tensions entre oralité et écriture sont ainsi courantes dans le milieu des Moderate literati, et elles redoublent l’opposition entre les mœurs des anciens écossais et les nouvelles valeurs de politesse promues par la britishness.

  • 50 Pour l’instant, nous avons uniquement comparé ces deux versions: The Edinburgh Almanach, 1782 ; Th (...)
  • 51 Arnot H., The History of Edinburgh, from the earliest accounts to the present time, Edinburgh, Wil (...)
  • 52 Chap. III: Of the university of edinburgh, and other Seminaries of Learning. The College Library; (...)

18À la fin du XVIIIe siècle, la représentation d’Édimbourg en centre de savoirs semble néanmoins assurée et constitue même un élément d’attraction et de curiosité pour les voyageurs. Les almanachs50 incarnent bien cette vision monumentale de la cité écossaise qui matérialise la dépendance avec le centre londonien et la monarchie anglaise. La présence des équipements et des professeurs est suffisamment stable pour devenir une dimension centrale du genre des histoires urbaines, comme en témoigne par exemple l’ouvrage publié par Hugo Arnot51, qui consacre le chapitre III du livre III à décrire ces institutions52.

19168

L’université et la promotion d’une culture de l’imprimé

20Si l’université participe à une « académisation » de la vie culturelle, si elle a une influence sur la vie non seulement intellectuelle mais aussi mondaine des élites urbaines, c’est parce qu’elle constitue un vivier d’auteurs. Elle contribue, plus largement, à la promotion d’un espace du livre et du lire à Édimbourg.

  • 53 Sher R, The Enlightenment and the book. Scottish authors and theirs publishers in eighteenth-centu (...)
  • 54 Ibid., p. 61.
  • 55 Ibid., p. 62.
  • 56 Ibid., p. 99-100.
  • 57 Ibid., p. 103.
  • 58 Ibid., p. 104.

21Par rapport à ses rivales écossaises, Édimbourg jouit, en effet, d’une position privilégiée dans le monde de l’édition, au point de devenir le centre éditorial des Lumières britanniques grâce à un dynamisme éditorial et commercial impressionnant, qui s’appuie sur le développement d’un réseau de succursales à Londres et en Amérique du Nord53. À partir d’une étude prosopographique des auteurs et des éditeurs, Richard Sher a esquissé cet espace de production et de circulation des livres entre Édimbourg, Londres, l’Irlande et les colonies américaines. Comme dans son étude du milieu des Moderate literati, il montre, statistiques à l’appui, que le poids des milieux universitaires et des professeurs dans le champ littéraire écossais est important dans la seconde moitié du XVIIIe siècle (sur ce point, un parallèle est possible avec les recherches de Boris Noguès sur les auteurs parisiens), et que ces nouveaux « praticiens » des lettres « commencent à se penser comme un corps unifié d’intellectuels54 ». Sher voit dans la mobilisation des hommes de lettres à l’occasion de la controverse autour de la tragédie Douglas, le moment d’émergence de cette prise de conscience collective55. Sur un total de 115 auteurs répertoriés et de 360 livres, 7 auteurs sont directement universitaires, 28 sont membres du clergé (mais, en fait, travaillent souvent dans des institutions scolaires), 12 viennent du milieu des propriétaires terriens, 13 sont fils de marchands. Sher isole ainsi 42 « academics », soit 37 % des auteurs, qui sont donc impliqués dans le système d’éducation. Géographiquement, 27 % viennent d’Édimbourg et, plus largement, des Lowlands, et leur éducation a été faite en anglais56. Le poids de l’université est plus manifeste encore si on considère leur mode de formation : sur les 113 auteurs masculins, 93 % sont passés par l’université et, quand on regarde les 97 cas où l’on peut identifier laquelle, on voit que c’est l’université d’Édimbourg pour les deux tiers d’entre eux. 25 % de ces auteurs ont un M. A57. De ces chiffres, Sher tire plusieurs conclusions importantes : les auteurs écossais n’ont pas été tentés par des études en Angleterre ou sur le Continent ; les « Lumières écossaises furent dominées par des professions intellectuelles bien intégrées aux infrastructures institutionnelles58 ». Une grande partie des livres publiés est en effet liée à l’activité enseignante ou aux spécificités de la culture locale de l’imprimé, liée aux sociétés savantes.

  • 59 Voir Freshwater P., « Books and universities », in Mandelbrote G. et Manley K.A. (éd.), The Cambri (...)
  • 60 Emmerson R., Essays on David Hume, Medical Men and the Scottish Enlightenment, Londres, Ashgate, 2 (...)

22Si l’université produit un nombre important d’auteurs, elle va aussi jouer un rôle dans la promotion de la lecture au-delà des grands équipements que sont les bibliothèques de faculté59. Comme l’indique Roger Emmerson dans un article récent60, les lectures des étudiants ont été stimulées par l’ouverture des clubs d’étudiants qui ont proposé des discussions dès le début du siècle, puis mis en place des bibliothèques. Ces clubs ont commencé par réunir les étudiants de théologie, tel le Edinburgh Rankenian Club, créé en 1716-1717, où l’on discute Lord Shafestbury, Berkeley, mais aussi les Anglais déistes comme John Toland et Robert, Lord Molesworth. Les premiers clubs séculiers apparaissent dans les années 1710 et 1720. James Thomson et David Mallet appartiennent à deux d’entre eux : le Grotesque Club et l’Athenian Society. Ces clubs étaient plutôt consacrés à la lecture des poètes et des essayistes. Dès le milieu du siècle, on constate un vif intérêt pour les belles-lettres, comme en témoigne la création en 1759 de la Edinburgh of Belles Lettres Society, qui va à son tour donner lieu à la création d’une chaire de rhétorique et belles-lettres à l’université en 1761. Celle-ci sera occupée en premier lieu par Hugh Blair en tant que Regius Professor of Rhetoric and Belles-lettres.

Édimbourg, « centre de savoirs » ou « capitale culturelle » ?

  • 61 Sur le thème historiographique des capitales culturelles, voir Donato M.-P., Lilti A. et Van Damme(...)

23Revenons, pour finir, sur cette tension entre ville universitaire et « ville sociable » (D. Poulot)61. À partir des années 1760, l’essor des lieux de sociabilité, le renouvellement du patronage, l’importance des pratiques de mobilité et de voyage, les transformations de l’espace urbain ouvrent une période d’interrogations sur le devenir d’Édimbourg et d’hésitations entre plusieurs modèles d’urbanité. L’aspiration à une identité métropolitaine ouvre une crise entre plusieurs représentations de la ville. Or, les recherches actuelles montrent que, derrière cette dispute, se jouent à Édimbourg des luttes de pouvoirs entre différents clans politiques de la ville.

Espace universitaire contre lieux de sociabilité ?

  • 62 Christie J. R., « The origins and development of the Scottish scientific community, 1680-1760 », H (...)
  • 63 Shapin S., « The audience for science in eighteenth-century Edinburgh », History of science, XII, (...)
  • 64 Shapin S., « Property, Patronage, and the Politics of Science: the Founding of the Royal Society o (...)

24L’étude monographique des principales institutions culturelles a permis de circonscrire le monde des philosophes écossais et de préciser le contexte de leur développement dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, après les dernières révoltes jacobites62. Considérées du point de vue français, ces formes de sociabilité constituent un monde à part, qui incarne la sociabilité urbaine. Pour l’historiographie anglophone, ces institutions sont au contraire identifiées à un « espace public de la science63 », alors même que leur fonctionnement et leur création restent souvent attachés à un patronage puissant64 et sont longtemps conçus comme le prolongement de l’université.

  • 65 Sher R, The Enlightenment and the Book, op. cit., p. 62.
  • 66 Emerson R. L., « The Scottish Enlightenment and the End of the Philosophical Society of Edinburgh  (...)

25Dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, on voit proliférer les lieux de sociabilité proche de l’université. Il en est ainsi des deux sociétés savantes les plus célèbres : la Medical Society, créée en 1731, qui va devenir en 1737 la Philosophical Society. D’autres sociétés comme l’Edinburgh Society of the Encouragement of Arts, Sciences, Manufactures, and Agriculture, sont quant à elles plus engagée dans le mouvement de réforme économique et technologique, tandis que la Society for Promoting the Reading and Speaking of the English Language in Scotland s’occupe des aspects linguistiques65. Ce n’est que dans un second temps que les sociétés savantes émanées de ces premiers cercles universitaires vont progressivement s’émanciper de ce modèle étudiant et professoral de sociabilité. Comme le montrent les travaux d’Emerson ou de Shapin, le désir de reconnaissance par le centre politique londonien pèse de plus en plus dans la mise en place des nouveaux lieux de sociabilité savante. L’obtention de la charte royale devient un enjeu majeur de rivalité entre la Royal Society et la Society of Antiquaries. Shapin voit donc dans le déclin de la Philosophical Society et dans son remplacement par la Royal Society en 1783 le résultat d’une lutte de pouvoir pour le contrôle des institutions de savoir, menée par Lord Buchan, mais aussi par John Walker, professeur d’histoire naturelle, William Cullen, William Smellie et Lord Kaimes (Henry Homes). Pour Emerson, cette lutte est le reflet d’une rivalité entre deux familles politiques puissantes : celle des Erskines (conduite par Buchan et ses frères) et celle des Dundas. Derrière les Dundas, on trouve Henry Scott, troisième duc de Buccleuch et chef du Parti modéré de Kirk, le principal Robertson, le professeur de rhétorique Hugh Blair, ainsi que d’autres hommes d’Église66. Ces rivalités se jouent localement, mais aussi à Londres. Deux clans s’opposent : celui du parti Tory avec les Dundas, qui vont avoir la mainmise sur les nominations administratives entre 1774 et 1806, et celui des Erskines, qui sont dans l’opposition soutenant les rebelles américains, la Révolution française, etc. La prolifération de nouvelles institutions et de nouvelles sociétés traduit ainsi des enjeux et des luttes politiques très importants.

26À quoi correspondent ces nouvelles formes de sociabilité ? Un nouveau patronage ? La formation de nouvelles élites ? La structure académique offre de nouvelles possibilités pour les élites savantes. En premier lieu, elle s’inscrit dans une stratégie d’internationalisation des relations savantes fondées sur les pratiques du voyage et celle de la correspondance. La liste des non-résidents de la Royal Society of Edinburgh souligne en 1783 une normalisation par rapport aux grandes académies européennes, avec l’intégration de savants prestigieux, mais révèle aussi un jeu à plusieurs échelles où l’on associe tout un réseau de villes écossaises de différentes tailles avec des représentants des colonies britanniques (Barbade, Jamaïque), avec les échanges avec le continent ou l’Empire, ou même avec les autres capitales régionales telles Manchester. En second lieu, ces sociétés savantes s’affirment comme des « tribunaux des savoirs » où on vient juger les expériences, les activités scientifiques. Elles sont à la fois juges et prescripteurs de nouvelles règles et de nouvelles pratiques. À Édimbourg, cette fonction judiciaire est parfaitement claire au sein de la Royal Society, mais aussi de l’Academy of Physics, qui reçoit de nombreux comptes rendus d’expériences dans les années 1790. En dernier lieu, ces sociétés scellent une alliance entre les élites sociales (les propriétaires terriens), les élites politiques et les professions universitaires.

Une Athènes du Nord ?

  • 67 Cité par Sher R, The Enlightenment and the Book…, op. cit., p. 67.
  • 68 Lynch M. (dir.), The Oxford Companion to Scottish History, Oxford, OUP, 2001.
  • 69 Pour plus d’informations, voir Van Damme S., « La grandeur d’Édimbourg. Savoirs et mobilisation id (...)

27En septembre 1761, un journal londonien, le St James’s Chronicle, évoque les progrès faits par l’apprentissage de l’anglais et de son élocution à Édimbourg : « Vous devez bientôt vous attendre à trouver en Écosse la norme de l’élocution et de la langue anglaise : et tandis que la Grande-Bretagne s’affirme comme la Grèce de l’Europe, l’Écosse peut se targuer d’être l’Athènes des Britanniques67. » Que veut dire cette expression si souvent répétée dans la seconde moitié du XVIIIe siècle ? La fabrication du motif de l’Athènes du nord dans la seconde moitié du XVIIIe siècle correspond, selon John Lowrey, à un projet de transformation de la ville universitaire en capitale culturelle. Le phénomène commença après 1750, avec l’érection de son acropole (i. e. la vieille ville) et de sa ville basse (i. e. New Town), de son théâtre royal, de son Temple de Minerve établi sur Carlton Hill68. L’architecture néo-classique de New Town, au pied de la colline où se situait la vieille ville, se chargeait d’incarner le nouvel Édimbourg. New Town devint le nouveau pôle urbain, accélérant le déclin de Old Town grâce à la multiplication de nouveaux équipements culturels : l’observatoire, la Royal High School, la Royal Scottish Academy ou encore la National Gallery of Scotland. Les principales figures des Lumières écossaises abandonnent alors les vieux quartiers pour les nouvelles rues, comme David Hume qui préfère s’installer en 1769 à St David Street. Ils s’épanouissent dans l’organisation de sociétés comme la Philosophical Society69.

  • 70 Withers C., Geography, Science and National Identity. Scotland since 1520, CUP, 2001, p. 119-121.
  • 71 Lowrey souligne le rôle joué par le récit de voyage de Hugh William Williams, un peintre d’Édimbou (...)

28Si Édimbourg est bien l’Athènes du Nord, ce n’est pas dû, selon ces auteurs, à une quelconque translatio studii. Tout au contraire, cette reconnaissance, la ville la doit davantage à sa nouvelle architecture néo-classique, à ses pratiques de sociabilité mondaine et nobiliaire, qu’à son université. Une tension se fait jour entre l’espace universitaire et un « espace public » façonné par la circulation large des savoirs et leur libre discussion. De nouvelles pratiques de dissémination sociale apparaissent dans la ville. Charles Withers a bien montré combien les savoirs géographiques, par exemple, doivent leur développement au XVIIIe siècle aux conférences publiques (lectures) hors de l’université. Ce type de savoir qui n’est pas enseigné à l’université s’inscrit dans de nouvelles pratiques éducatives et dans une vision utilitariste portée par les milieux marchands engagés dans le commerce maritime. Entre 1708 et 1830, Withers trouve sur la base du dépouillement des journaux écossais un total de 35 conférences à Édimbourg, contre 16 à Glasgow et 2 à Aberdeen. Ces conférences se tiennent parfois dans des cafés en ville mais, la plupart du temps, elles se font à domicile, comme celles de John MackGregory, actif à Édimbourg entre 1707 et 171570. Cette représentation d’une nouvelle urbanité tient aussi à une comparaison de plus en plus forte chez les voyageurs écossais entre les paysages de l’Écosse et ceux de la Grèce71.

29Ces nouvelles représentations qui fleurissent dans les récits de voyage et dans les correspondances mériteraient examen et discussion, ainsi qu’une étude approfondie du rayonnement de l’université d’Édimbourg dans les dernières décennies du XVIIIe siècle. Elles disent un transfert du centre de gravité de la vie intellectuelle de l’université vers la ville. Cette transformation est d’autant plus forte que les milieux universitaires, qui avaient été l’élément moteur de l’espace littéraire écossais, sont fragilisés à la fin du siècle par les nouvelles conditions de la librairie écossaise face aux réseaux londoniens, irlandais et atlantiques. Selon R. Sher, la position centrale d’Édimbourg s’émousse dans les dernières décennies du siècle. Dans la correspondance d’Henry MacKenzie, grande figure de la Royal Society of Edinburgh, on trouve cette description amère :

  • 72 National Library of Scotland, Acc. 10000/351, Correspondence, 1789-1827, Ms. 646 : Mackenzie, auto (...)

« Édimbourg en tant que capitale de l’Écosse sent les influences de ces changements à plus d’un titre ; et la communication avec Londres est maintenant si constante, que les mœurs de la ville sont un transfert de l’une à l’autre (un peu plus tard dans l’évolution et un plus faible dans la copie)72. »

  • 73 Letters containing a Comparative View of Edinburgh in the Years 1763 and 1783, Edinburgh, Creech, (...)
  • 74 Sur ce point voir Sher R, The Enlightenment and the Book…, op. cit., p. 76.

30La grande école historique écossaise semble désormais appartenir au passé. Ce jugement rendu par MacKenzie fait écho au pamphlet rédigé en 1784 par le libraire-imprimeur William Creech73, qui célébrait l’ascension de la littérature écossaise et faisait une liste des « grands auteurs » écossais, mais surtout excluait quelques personnalités notables comme Henry MacKenzie74.

31Pour scruter les relations de l’université et de la ville au XVIIIe siècle, le cas d’Édimbourg offre de nombreuses pistes de réflexion, tant du point de vue du modèle d’organisation d’une université dans la ville que de celui du rôle qu’elle joue dans la métropolisation de la vie savante. La sociabilité n’est pas un phénomène externe, elle est une manière de dynamiser le développement de la culture professorale en la faisant reconnaître comme un facteur de rayonnement et comme un vivier de la vie littéraire et culturelle. Cette représentation studieuse et savante n’est donc pas en contradiction avec l’image sociable et mondaine d’une Athènes du Nord. En mobilisant et en croisant l’histoire des institutions universitaires et celle de la culture urbaine, l’historiographie écossaise a mis au jour une vision ambivalente, à la fois positive et négative, de la culture universitaire vis-à-vis de la ville.

Notes

1 Communication inédite à la journée autour de Daniel Roche, Maison Française d’Oxford, 2007.

2 Pour un panorama historiographique sur ces questions, voir Van Damme S., « Capitales européennes et circulations intellectuelles », in Beaurepaire P.-Y. et Pourchasse P. (dir.), Les Circulations internationales en Europe, années 1680-années 1780, Rennes, PUR, 2010, p. 437-452.

3 Sur la notion d’énoncé collectif, voir Boureau A., « L’Adage Vox Populi, Vox Dei et l’invention de la nation anglaise (VIIIe-XIIe siècles) », Annales ESC, 47-4/5, 1992, p. 1071-1089. Voir aussi François Jacq, « Énoncé collectif et récit historique. La mobilisation autour de la politique scientifique dans la France de l’après-guerre (1945-1965) », in Maedel C. et Rabeharisoa V. (dir.), Représenter. Hybrider. Coordonner, Paris, Centre de sociologie de l’innovation, 1998, p. 111-119.

4 Roche D., « Trois académies parisiennes et leur rôle dans les relations culturelles et sociales au XVIIIe siècle », Mélanges de l’École française de Rome. Italie et Méditerranée, 111-1, 1999, p. 395-414.

5 Robertson J., The case for the Enlightenment. Scotland and Naples, 1680-1760, New York, Cambridge University Press, 2005.

6 Allan D., Virtue, learning and the Scottish Enlightenment: ideas of scholarship in early modern history, Edinburgh, Edinburgh University Press, 1993.

7 Kidd C., Subverting Scotland’s past: Scottish Whig historians and the creation of an Anglo-British identity, 1689-c. 1830, Cambridge, Cambridge University Press, 1993

8 Sebastiani S., I limiti del progresso. Razza e genere nell’Illuminismo scozzese, Bologna, Il Mulino, 2008.

9 Phillipson N., « The Scottish Enlightenment », in R. Porter and M. Teich (eds), The Enlightenment in National Context, Cambrige, 1981.

10 Sher R. B. et Smitten J. R. (éd.), Scotland and America in the age of the Enlightenment, Édimbourg, Edinburgh University Press, 1990. Sher R. B., The Enlightenment and the book. Scottish authors and theirs publishers in eighteenth-century Britain, Ireland and America, Chicago et Londres, Chicago University Press, 2006.

11 Report of the Royal Commission of Inquiry into the State of the Universities of Scotland, British Parliamentary Parpers, 1831, p. 12, cité par Morrell J. B., « The University of Edinburgh in the Late Eighteenth Century: Its Scientific Eminence and Academic Structure », Isis, vol. 62, no 2, summer 1971, p. 160.

12 Ibid., p. 160.

13 Ibid., p. 166.

14 Edinburgh University Library, MS Dc. 7. 1-40.

15 Wood P., « Science, the Universities, and the Public Sphere in Eighteenth-Century Scotland », History of Universities, vol. 13, 1994, p. 99-135.

16 Wood P. « Introduction », inRobison J., A System of Mechanical Philosophy, vol. I, Thoemmes continuum, 2004, p. v-xxiii, citation p. xiv.

17 Gleig G., « Biographical Memoirs of Dr. Robison, of Edinburgh », Philosophical Magazine, vol. 13 (1802), p. 387-388. « Memoirs of the Late Professor Robison », The Scots Magazine and Edinburgh Literary Miscellany, vol. 67, May 1805, p. 333; et Playfair J., « Biographical Memoir of the Late John Robison, LL.D. F.R.S Edin. and Professor of Natural Philosophy in the University of Edinburgh », Transactions of the Royal Society of Edinburgh, vol. 7, 1815, p. 495-496.

18 Voir Sher R., Church and University in the Scottish Enlightenment: The Moderate Literati of Edinburgh, Princeton University Press, 1985, p. 331-333, le fonds Carlyle se trouve à la National Library of Scotland (NLS), MS 23 920.

19 Voir l’histoire de cette édition dans Sher R., « Introduction », in Burton J. H. ed., The Autobiography of Dr. Alexander Carlyle of Inveresk, 1722-1805, Bristol, Thoemmes, 1990.

20 Parmi de nombreux exemples: Thomson J., An Account of the Life, Letters and Writings of William Cullen, M.D., Edinburgh, 2vols., 1859; Kerr R., Memoirs of the Life, Writings and Correspondence of William Smellie, Edinburgh, 1811.

21 Black J., Lectures on the Elements of Chemistry, delivered in the University of Edinburgh, ed. John Robison, Edinburgh, 2 vols., Creech, 1803. Sur la biographie de Robison, voir l’introduction de Wood P., in Robison J., A System of Mechanical Philosophy, vol. I, Thoemmes continuum, 2004, p. v-xxiii.

22 Sher R., Church and University…, op. cit., p. xi.

23 Wood P., The Aberdeen Enlightenment : the arts curriculum in the eighteenth century, Aberdeen, Aberdeen University Press, 1993. Sher R, « Commerce, Religion and the Enlightenment in Eighteenth-Century Glasgow », in Devine T.M. et Jackson G. (eds), Glasgow volume 1 : Beginnings to 1830, Manchester, 1995, p. 312-359.

24 Emerson R., Essays on David Hume…, op. cit., p. 163-224.

25 Cameron J., « Some Scottish Students and Teachers at the University of Leiden in the late Sixteenth and Early Seventeenth Centuries », in Simpson G. G. ed., Scotland and the Low Countries, 1124-1994, East Linton, 1996, p. 122-136.

26 Mijers E., « Scottish Students in the Netherlands, 1680-1730 », in Grojean A. et Murdoch S. (eds.), Scottish Communities Abroad in the Early Modern Period, Leiden, Brill, 2005, p. 301-332.

27 Ibid., p. 303.

28 Ibid., p. 304.

29 Phillipson N., « Culture and society in the eighteenth-century province : the case of Edimburgh and the Scottish Enlightenment », in Stone L. (éd), The University in Society, Princeton, Princeton University Press, 1974, 2 vols.

30 Inkster I. et Morrell J. (ed.), Metropolis and Province. Science in British culture, 1780-1850, Philadelphie, Pennsylvania University Press, 1983.

31 C’est l’expression utilisée par Richard Sher dans son livre The Enlightenment and the Book…, op. cit.

32 Maxwell R., éd, Select Transactions of the Honourable the Society of Improvers in the Knowledge of Agriculture in Scotland, Edinburgh, 1743, p. 3-9.

33 Risse G. B., Hospital life in Enlightenment Scotland: care and teaching at the Royal infirmary of Edinburgh, Cambridge, Cambridge University Press, 1986.

34 Logan Turner A., The Royal Infirmary of Edinburgh. Bicentenary Year, 1729-1929, Édimbourg, 1929.

35 Nollie H. J., Indian botanical drawings 1793-1868: from the Royal Botanic Garden, Édimbourg, Royal Botanic Garden, 1999.

36 City of Edinburgh District Council Archives, Edinburgh Town Council Minutes, 10 June 1741; Bryden D., «The Edinburgh observatory 1736-1811: a story of failure», Annals of Science, 47, 1990, p. 445-474.

37 Morrell J. B., « The University of Edinburgh in the Late Eighteenth Century : Its Scientific Eminence and Academic Structure », Isis, vol. 62, no 2, summer 1971, p. 158-171, citation p. 159.

38 Phillipson N., « The Scottish Enlightenment », in Porter R. et Teich M. (eds), The Enlightenment in National Context, Cambrige, 1981.

39 De manière surprenante, il y a très peu d’études qui envisagent la comparaison structurelle entre Lumières écossaises et Lumières françaises en dehors du cadre d’une histoire des idées, voir par exemple Brumfitt J.H., « Scotland and the French Enlightenment », inBarber W.H. (dir.), The Age of Enlightenment, Édimbourg, 1967, p. 318-329. Dwyer J. et Sher R (dir.), Sociability and society in eighteenth-century Scotland, Édimbourg, Mercat, 1993.

40 Voir la présentation de Waszek N., L’Écosse des Lumières. Hume, Smith, Ferguson, Paris, PUF, 2003, p. 42-43. Jaffro L. (dir.), Le Sens moral. Une histoire de la philosophie morale de Locke à Kant, Paris, PUF, 2000. Sur la philosophie de la sociabilité, voir Brugere F., Théorie de l’art et philosophie de la sociabilité, Paris, H. Champion, 1999.

41 Hume D., « The more these refined arts advance, the more sociable men become; nor is it possible, that, when enriched with science, and possessed of a fund of conversation, they should be contented to remain in solitude, or livre with their fellow-citizens in that distant manner, which is peculiar to ignorant and barbarous nations. They flock into cities, love to receive and communicate knowledge; to show their wit or their breeding, their taste in conversation or living, in clothes or furniture. Curiosity allures the wise; vanity the foolish, and pleasure both. Particular clubs and societies are everywhere formed: Both sexes meet in an easy and sociable manner; and the tempers of men, as well as their behaviour, refine apace. So that, beside the improvements, which they receive from knowledge and the liberal arts, it is impossible but they must feel an encrease of humanity », in Hume D., Political Essays, edited by Haakonssen K., Cambridge, CUP, 1994, p. 98.

42 Bender T., New York Intellect. A History of Intellectual Life in New York City, New York, 1987, p. 10.

43 Gifford D. et Mcmillan D. (eds.), A History of Scottish Women’s Writing, Edinburgh, Edinburgh University Press, 1997 ; Ewan E. et Meikle M. M. (eds.), Women in Scotland c. 1100-c. 1750, East Linton, Tuckwell, 1999 ; Brotherstone T., Simonton D. et Walsh O. (eds.), Gendering Scottish History : An International Approach, Glasgow, Cruithne Press, 1999 et surtout, Abrams L., Gordon E., Simonton D et Yeo E.J. (dir.), Gender in Scottish History since 1700, Edinburgh, Edinburgh University Press, 2006. Abrams L., “Gendering Scottish history: an agenda for change”, Women’s history Magazine, 40, 2002, p. 11-14. Voir aussi Leneman L., Alienated Affections : The Scottish Experience of Divorce and Separation, 1684-1830, Edinburgh, Edinburgh University Press, 1998.

44 Jacob M. C., The origins of freemasonry. Facts and fictions, Philadelphia, University of Pennsylvania Press, 2006. Stevenson D., The origins of freemasonry: Scotland’s century, 1590-1710, Cambridge, Cambridge University Press, 1988. Id., The first freemasons: Scotland’s early lodges and their members, Aberdeen, Aberdeen University Press, 1988.

45 Andrews C., Literary Nationalism in Eighteenth-Century Scottish Club Poetry, New York, Lewiston, 2004, chapitre 3, et Sher R, The Enlightenment and the book…, op. cit., p. 108.

46 The Free masons pocket companion; containing the origin, progress and present state of that antient fraternity, Edinburgh, Ruddiman, Auld, and Company, 1761.

47 Pottle F.A. et Bennett C.H., eds, Boswell’s Journal of a Tour to the Hebrides with Samuel Johnson, London, 1936, p. 12.

48 Walker J., An Economical History of the Hebrides and Highlands of Scotland, Edinburgh, 1808, vol. II, p. 404-414.

49 Fry M., « Ferguson the Highlander », in Heath E. and Merolle V. (eds.), Adam Ferguson : History, Progress, and Human Nature, Brookfield-Londres, Pickering and Chatto, 2009, p. 9-24. Voir aussi Heath E. and Merolle V. (eds.), Adam Ferguson: History, Progress, and Human Nature, Brookfield-Londres, Pickering and Chatto, 2008.

50 Pour l’instant, nous avons uniquement comparé ces deux versions: The Edinburgh Almanach, 1782 ; The Edinburgh Almanach, 1790, printed by David Ramsay, at the Edinburgh Evening Courant Office.

51 Arnot H., The History of Edinburgh, from the earliest accounts to the present time, Edinburgh, William Creech, and sold by Messrs Robinson and Paternoster-Row, London, 1788.

52 Chap. III: Of the university of edinburgh, and other Seminaries of Learning. The College Library; the Observatory; Botanic Garden; High School; Academy of Drawing; Royal Academy; Society for Propagating Christian knowledge; Philosophical Society; Medical Society; Speculative Society.

53 Sher R, The Enlightenment and the book. Scottish authors and theirs publishers in eighteenth-century Britain, Ireland and America, Chicago et Londres, Chicago University Press, 2006.

54 Ibid., p. 61.

55 Ibid., p. 62.

56 Ibid., p. 99-100.

57 Ibid., p. 103.

58 Ibid., p. 104.

59 Voir Freshwater P., « Books and universities », in Mandelbrote G. et Manley K.A. (éd.), The Cambridge History of Libraries in Britain and Ireland, vol. II, 1640-1850, Cambridge, Cambridge University Press, 2006, p. 345-370. Simpsom S.M., « The history of the library 1837-1939 », in Guild J.R. et Law A. (éd.), Edinburgh University Library 1580-1980, Édimbourg, 1982, p. 95-114. Towsey, Mark R. M, Reading the Scottish Enlightenment. Books and their readers in provincial Scotland, 1750-1820, Leiden-Boston, Brills, 2010.

60 Emmerson R., Essays on David Hume, Medical Men and the Scottish Enlightenment, Londres, Ashgate, 2009, p. 63-67. Brown S. W. et McDougall W. (dir.), The Edinburgh History of the book in Scotland, vol. 2, Enlightenment and expansion, 1707-1800, Édimbourg, 2012.

61 Sur le thème historiographique des capitales culturelles, voir Donato M.-P., Lilti A. et Van Damme S., « La Sociabilité culturelle des capitales à l’âge moderne : Paris, Londres et Rome (1650-1820) », in Christophe Charle (dir.), Le Temps des capitales culturelles, XVIIIe-XXe siècles, Seyssel, Champ Vallon 2009, p. 29-65. Et sur le thème de la capitale savante, Romano A. et Van Damme S., « Paris – Rome, XVIIe-XVIIIe siècles », in Jacob C. (dir.), Les Lieux des savoirs, Paris, Albin Michel, 2007, p. 1 165-1 184.

62 Christie J. R., « The origins and development of the Scottish scientific community, 1680-1760 », History of Science, 1974, 12, p. 122-141; Emerson R. L., « The Philosophical Society of Edinburgh, 1748-1768 », British Journal for the history of Science, 1979, 12, p. 154-191 ; Emerson R. L., « The Philosophical Society of Edinburgh, 1748-1768 », British Journal for the history of Science, 14, 1981, p. 133-176 ; Emerson R. L., « The Philosophical Society of Edinburgh, 1768-1783 », British Journal for the history of Science, 18, 1985, p. 255-303; Emerson R. L., « The Scottish Enlightenment and the philosophical society of Edinburgh », British Journal for the history of Science, 21, 1988, p. 33-66. Emerson R. L., « Sir Robert Sibbald, Kt, the Royal Society of Scotland and the Origins of the Scottish Enlightenment », Annals of Science, 45, 1988, p. 42-72. Shapin S., The Royal Society of Edinburgh : A study of the social context of Hanoverian science, Ph. D, University of Pensylvania, 1971. Sur la Society of Antiquaries, voir Rosemary Sweet, Antiquaries : The Discovery of the Past in Eightenth-Century Britain, Londres, Hambledon, 2003.

63 Shapin S., « The audience for science in eighteenth-century Edinburgh », History of science, XII, 1974, p. 95-121.

64 Shapin S., « Property, Patronage, and the Politics of Science: the Founding of the Royal Society of Edinburgh », British Journal for the History of Science, 1974, p. 1-41.

65 Sher R, The Enlightenment and the Book, op. cit., p. 62.

66 Emerson R. L., « The Scottish Enlightenment and the End of the Philosophical Society of Edinburgh », British Journal of History of Science, 1988, 21, p. 33-66, p. 33.

67 Cité par Sher R, The Enlightenment and the Book…, op. cit., p. 67.

68 Lynch M. (dir.), The Oxford Companion to Scottish History, Oxford, OUP, 2001.

69 Pour plus d’informations, voir Van Damme S., « La grandeur d’Édimbourg. Savoirs et mobilisation identitaire au XVIIIe siècle », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 55-2, avril-juin 2008, p. 152-182.

70 Withers C., Geography, Science and National Identity. Scotland since 1520, CUP, 2001, p. 119-121.

71 Lowrey souligne le rôle joué par le récit de voyage de Hugh William Williams, un peintre d’Édimbourg, en Italie et en Grèce en 1817-1818, ibid., p. 137.

72 National Library of Scotland, Acc. 10000/351, Correspondence, 1789-1827, Ms. 646 : Mackenzie, autographs and letters, fol. 3-6.

73 Letters containing a Comparative View of Edinburgh in the Years 1763 and 1783, Edinburgh, Creech, 1784.

74 Sur ce point voir Sher R, The Enlightenment and the Book…, op. cit., p. 76.

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search