Version classiqueVersion mobile

Les universités dans la ville

 | 
Thierry Amalou
, 
Boris Noguès

Deuxième partie. Place et fonctions de l’université dans la ville

Le poids de l’université dans la (petite) ville : un paradigme allemand. L’exemple d’Helmstedt 1576-1810

Jean-Luc Le Cam

Texte intégral

Introduction : le paradigme allemand de l’Universitätsstadt

Le lieu idéal pour fonder une université

  • 1 De recta reipublicae litterariae constitutione, qu’il ne put dans les faits prononcer en raison du (...)
  • 2 La première vague de créations universitaires dans l’Empire avait plutôt concerné des villes de pr (...)
  • 3 Sur ces généralités, voir Frijhoff W., « Grundlagen », Rüegg W. (dir.), Geschichte der Universität (...)

1Le 19 janvier 1598, un jeune prince allemand, Auguste de Dannenberg, cadet d'une branche secondaire de la famille des ducs de Lunebourg, s'apprêtait à prononcer, à l'occasion de son départ de l'université de Tübingen après trois ans d'études, un discours intitulé De la bonne organisation d'une université1. Dans la première de ses cinq parties, il expliquait qu'un tel établissement devait être situé dans un lieu sain, tranquille, de préférence au centre du pays, éloigné cependant des nuisances de la haute société, comprenez de la vie de cour, comme de celles des concentrations laborieuses, c'est-à-dire des centres supérieurs du commerce et de l'artisanat. Certes, il reprenait là un lieu commun de la littérature humaniste, mais il traçait de fait ainsi le portrait de bien des universités territoriales allemandes telles qu'elles se multipliaient depuis la fin du Moyen Âge et, plus encore, depuis le développement de la confessionnalisation à l’époque moderne2. Beaucoup d'entre elles, en effet, étaient installées dans des localités de moindre importance et, en tout cas, pas dans les capitales politiques ou économiques de leurs États respectifs. Cette tradition s'est encore conservée au XVIIe et XVIIIe siècle, comme le prouvent les fondations de Halle en 1694 en Saxe-Anhalt ou de Göttingen en 1732/37 dans le Hanovre3.

  • 4 Voir liste et illustration dans l’article « Universitätsstadt » de la version allemande de Wikiped (...)
  • 5 Lindner R., « Der Habitus der Stadt. Ein kulturgeographischer Versuch », Petermanns Geographische (...)
  • 6 Le baron Ernst Koch comparait ainsi en 1834 Göttingen, où soufflait le vent de la nouveauté et de (...)

2Il se dégage ainsi ce que je serais tenté d’appeler un paradigme allemand de la ville universitaire : il s'agit d'un organisme urbain d'importance secondaire, sans fonction politique ou économique notable dans la région considérée, dans lequel l'implantation de l'université entraîne une spécialisation fonctionnelle extrêmement forte, marginalisant les autres fonctions de la ville ou les subordonnant à celle-ci. Ainsi se crée progressivement le type idéal de l’Universitätsstadt, la véritable ville universitaire, dont on a de nombreux exemples en Allemagne : Ingolstadt, Tübingen, Dillingen, Iéna, Rinteln, Altorf, Giessen, Halle, Göttingen, Erlangen, pour citer les principales. On peut y rajouter les formes intermédiaires où, bien que la fonction de résidence princière ait cohabité au moins un moment avec l'université, la fonction universitaire a fini par l'emporter sur les autres, et évidemment plus encore après la perte de la fonction politique : c’est le cas de Heidelberg, Wittenberg et Marburg. Mais quel qu’ait été son processus de formation, la ville universitaire, c'est-à-dire à fonction essentiellement universitaire, se revendique ensuite comme telle et « se met en scène » à travers divers monuments, inscriptions commémoratives et discours, voire même de nos jours dans son panneau indicatif d’entrée d’agglomération4. Objet de fierté et de prestige participant à la construction d’une identité collective qui comprend une dimension esthétique et émotionnelle, instrumentalisée ensuite dans la communication promotionnelle, la possession d’une université en vient même à constituer, selon certains sociologues, un élément de l’habitus urbain5. Mais ceci est d’autant plus vrai que ce processus de construction d’image n’est perturbé par aucune autre fonction concurrente, à tel point qu’on a pu dire en Allemagne que telle ville « est » une université, tandis que telle autre « a » une université6.

  • 7 À défaut d’une monographie scientifique d’histoire urbaine, on dispose de la chronique érudite de (...)
  • 8 La cité retrouvera une certaine célébrité pendant la division de l’Allemagne de 1945 à 1989 comme (...)
  • 9 La thématique de la ville universitaire en tant que type urbain particulier a été paradoxalement a (...)

3Ce paradigme, nous pouvons le présenter dans ses grandes caractéristiques à travers le cas exemplaire de la ville d'Helmstedt, petite cité hanséatique, devenue en 1574 jusqu’à sa dissolution en 1810, le siège de l’université du duché de Brunswick-Wolfenbüttel7. Elle connut alors son heure de gloire grâce à l’attractivité exercée par ce nouvel établissement sur toute l’Allemagne du Nord-Ouest, avant de retourner ensuite à l’insignifiance8. Cet exemple illustre remarquablement le type idéal de la ville marquée par la prégnance et l'hypertrophie relative de la fonction universitaire9.

L'université d'Helmstedt comme exemple

  • 10 Sur ce prince savant et bibliophile cf. Herzog August zu Braunschweig und Lüneburg 1579-1666 : Sam (...)
  • 11 Baumgart P., « Die Gründung der Universität Helmstedt », Braunschweigisches Jahrbuch 57, 1976, p.  (...)
  • 12 Schäfer D., « Gründung und Einweihung des Paedagogium illustre zu Gandersheim (1569-1571) », Jahrb (...)
  • 13 Sur les motifs et l’importance pour le développement de l’université de ce choix judicieux d’impla (...)

4Ce prince qui dissertait ainsi en 1598 sur l'implantation idéale d'une université ne savait pas que le destin lui réservait de veiller lui-même avec un soin particulier, pendant trois décennies, au bon développement d'un établissement de ce genre. Devenu duc de Brunswick-Wolfenbüttel en 1635 par un jeu complexe de succession-partage entre les branches de la famille des Welf, il allait effectivement contribuer au second apogée de l’université d’Helmstedt, après la guerre de Trente Ans10. Cet établissement était la première université à avoir été fondée en Basse-Saxe et allait rester la seule jusqu’à l’ouverture de celle de Göttingen en 1737. Sa naissance était étroitement liée à l’introduction de la Réforme dans le duché par le duc Julius, consécutive à son accession au trône en 156811. Son père, le très catholique duc Henri le Jeune, caressait cependant déjà le rêve d’une fondation universitaire, comme le montre son testament de 1523, qui réservait 5 000 thalers pour l'érection d'une « haute école » dans le duché. Les diverses localisations successivement évoquées pour cette fondation illustrent déjà assez bien la thèse d'une prédilection de l'université allemande pour la petite ville. Henri le Jeune avait primitivement en vue pour cela Alfeld, l'une des plus petites villes hanséatiques, dans les territoires récemment conquis sur l'évêché d'Hildesheim (voir carte 1). Les affrontements religieux qui suivirent ne permirent pas l’exécution de ce plan. En 1569, dans l’ordonnance ecclésiastique réformant son duché, son fils et successeur Julius posa les bases de cette fondation en instituant un établissement propédeutique à l’université intitulé Paedagogium illustre. Mais il préféra le situer à Gandersheim, petite ville de la partie sud du pays et siège d’un château ducal, qui n’abritait pas moins de six fondations monastiques ou régulières12. La principale d’entre elles était une grande collégiale féminine fondée en 852 par les ottoniens, jouissant de l’immédiateté d’Empire et accueillant la fine fleur de la noblesse allemande. Le duc comptait puiser largement dans ces revenus et biens ecclésiastiques pour financer l’hébergement et le fonctionnement du nouvel établissement d’enseignement. Car pour le reste, la localité, extrêmement modeste, n’aurait su en soi fournir ni le public d’une université, ni l’attractivité d’une cité dynamique. L’établissement ouvrit bien ses portes en 1571, mais la transformation en université se heurta bientôt à divers obstacles, dont la résistance des chanoinesses, légitimement fondée sur leur statut d’exemption, ne fut pas le moindre. Une inondation menaçant les collections de livres au printemps 1574 acheva de lasser le prince, qui décida de transférer l’établissement à Helmstedt. Il fit d’une pierre deux coups en trouvant sur place une bonne part du financement nécessaire dans les biens du monastère cistercien voisin de Mariental et en situant l’établissement dans une position finalement plus favorable : à savoir dans le cœur urbanisé du duché, sur la voie de circulation dynamique reliant Hanovre à Berlin, à la frontière orientale du pays, à proximité de la clientèle potentielle des évêchés d’Halberstadt et de Magdebourg, bientôt possessions des électeurs de Brandebourg (voir carte 1). Le choix de la ville d’Helmstedt comme lieu d’implantation procédait donc d’un ajustement progressif qui tenait à la fois du hasard et de la nécessité, de la tactique et de la stratégie13.

Carte 1. Le duché de Brunswick au XVIIe siècle : carte de localisation

  • 14 Le duc fait citer pour cette raison les représentants du conseil municipal à son château voisin de (...)
  • 15 Baumgart P., « Universitätsautonomie und landesherrliche Gewalt im späten 16. Jahrhundert : Das Be (...)
  • 16 Les statuts prévoient une visite annuelle de l’université par des conseillers du prince et l’oblig (...)

5La décision de fondation et ses modalités sont restées entièrement dans les mains du prince territorial, assisté de ses conseillers : l’organisme urbain était réticent et n’a pas eu la possibilité de s’y opposer, sinon par quelques combats d’arrière-garde14. En ce sens, la création de l’université peut être interprétée ici comme une intrusion, une imposition, à la différence des cas où la ville, notamment la ville d’Empire, avait l’autonomie politique et le droit de patronage comme à Nuremberg/Altorf, Strasbourg, Cologne, Erfurt. Cette fondation correspond par ailleurs tout à fait au type des universités princières confessionnelles et territoriales, telles qu’elles se sont multipliées ou transformées après la Réforme. Elle est étroitement et chronologiquement liée à l’introduction du luthéranisme, dont elle se veut le fer de lance et le lieu de formation supérieure, avec ses conséquences sur le plan du personnel ecclésiastique et universitaire, désormais soumis au prince territorial en tant que summus episcopus. Cette soumission est même ici encore plus marquée qu’en d’autres lieux : contrairement à l’usage de nommer un recteur honorifique tournant pris parmi les hôtes de marques de l’université, le duc Julius insista, malgré l’avis de ses conseillers, pour que le rectorat soit perpétuellement attribué au souverain, un Vice Recteur élu parmi les professeurs à tour de rôle assurant la réalité de l’administration15. Cette insistance est révélatrice de la volonté de contrôle étroit de l’institution par le prince16, qui annihile ou du moins relativise les prétentions à l’autogestion de la corporation universitaire, celle-ci ne manquant d’ailleurs pas d’appeler le prince à la rescousse au moindre démêlé avec la ville.

  • 17 Baumgart P., « Die Anfänge der Universität Helmstedt im Spiegel ihrer Matrikel (1576-1600) », Brau (...)
  • 18 C’est un phénomène d’adaptation plus large, une vingtaine d’universités ayant dû fermer leurs port (...)

6La courbe des effectifs laisse apparaître deux époques fastes pour l’université d’Helmstedt, la première dans les deux décennies précédant la guerre de Trente Ans, où elle se hisse déjà au troisième rang des universités allemandes ; la seconde jusqu’en 1680 environ, après le repli momentané dû à cette catastrophe17. Ensuite commence un long déclin, qui s'accélère dans la seconde moitié du XVIIIe siècle quand se multiplient les concurrences extérieures. Elles s’étaient manifestées dès 1664 avec la fondation de Kiel, captant une part de la clientèle nordique, puis s’étaient aggravées avec la création d’établissements à la pointe de l’innovation du moment, à Halle en Saxe-Anhalt (1694) et surtout à Göttingen (1732, ouverture 1737), dans le Calenberg tout proche, relevant désormais du Hanovre (voir carte 2). Des concurrentes internes au pays étaient aussi apparues : la Ritterakademie de Wolfenbüttel entre 1687 et 1715, qui rafla la précieuse clientèle nobiliaire, et le Collegium Carolinum de Brunswick à partir de 1745, plus ouvert aux sciences modernes et bénéficiant de l’attractivité d’une plus grande ville, qui deviendra plus tard (1878) l’université technique du pays. Le roi de Westphalie Jérôme Bonaparte, en supprimant l’établissement ou plus exactement en le fusionnant avec l’université de Göttingen en 1810, ne fit donc que lui donner le coup de grâce après un long déclin touchant à l’agonie18. À cette date, Helmstedt n’avait sans doute plus guère les apparences d’une ville universitaire, du moins telle qu’on la concevait désormais. Et pourtant, pendant deux siècles et demi au moins, l’université avait exercé sur cet organisme urbain une emprise déterminante, sans doute parfois exclusive et étouffante.

Carte 2. Les universités en Allemagne du Nord et leurs dates de création ou de vie

7On peut en répartir les manifestations sous quatre grandes rubriques. La première réunit tout ce qui concerne le poids de l’université dans la population urbaine, dans ses dimensions démographiques, juridique et sociale. La seconde concerne le processus d’autonomisation et de distinction de ce groupe social vis-à-vis de la société environnante. La troisième permettra d'évoquer les retombées économiques de l'activité universitaire sur la ville, autant qu'on puisse les mesurer à l'époque moderne. Il convient d'insister plus particulièrement sur l'économie universitaire domestique et d’élargir le regard aux répercussions générales de la présence de l'université sur les fonctions urbaines, sur les métiers et les services. Enfin on envisagera l’emprise de l'université sur l'espace urbain, à la fois espace physique et bâti mais aussi espace social et symbolique. Tous ces axes ne peuvent évidemment être ici complètement développés à cause des limites imparties et parfois faute de sources, mais le fait de les lister systématiquement est nécessaire pour faire apparaître la combinatoire des interactions entre ville et université. Si certaines de ces interactions se retrouvent certes quel que soit le type de ville universitaire, il faut considérer qu'elles prennent une autre dimension et parfois même une autre nature dès lors qu'elles sont imposées à un organisme urbain particulièrement modeste.

Le poids des étudiants et des universitaires

Dans la population globale et le mouvement démographique

  • 19 Römer C., op. cit., p. 65, a exploité une enquête menée à la demande du duc cette année-là, NSAW 3 (...)
  • 20 Kopfsteuerbeschreibung, On part pour les estimations de l’hypothèse que les moins de 13 ans représ (...)
  • 21 Cf. note suivante.

8Ce qui frappe d'abord, c'est la proportion relativement importante de « citoyens académiques », pour reprendre l'expression de l'époque, qui réside dans la ville. Cela a évidemment varié en fonction des périodes. À la fin du XVIe siècle comme au sortir de la guerre de Trente Ans, la population urbaine reste encore modeste, tandis que les effectifs étudiants ont été d’emblée élevés. En 1582, on estime la population d'Helmstedt à 2 500 habitants « bourgeois », auxquels il faudrait sans doute ajouter les plus jeunes enfants, mais l’« université », étudiants et employés de l’Académie avec leurs familles, atteint les 700 membres, soit une proportion de 28 %19. Il y avait dans ces années-là environ 250 nouvelles inscriptions par an, ce qui pourrait correspondre à un effectif approximatif de 500 étudiants, compte tenu des différents mouvements de sortie des études et de la pérégrination académique. Le personnel académique, comprend, selon les périodes, 20 à 22 professeurs sur chaire ordinaire, mais aussi bon nombre d’enseignants à titre privé, docteurs ou non, chargés de cours dirait-on aujourd'hui, ce qui porte l’ensemble des enseignants à une quarantaine environ. À cela s’ajoutent les familles des professeurs, souvent nombreuses, et leur domesticité. À la veille de la guerre de Trente Ans, lorsque les inscriptions atteignent des sommets de 450 étudiants par an, on ne doit pas être loin du millier de bourgeois académiques, alors que la population « normale » peut approcher 3300-3500 habitants. En 1663-64, un relevé des redevables de la capitation de plus de 13 ans permet d’estimer la population non universitaire à 3 000 habitants au maximum, sachant que l’on a recensé 1 782 redevables20. La guerre de Trente Ans et la dépression qui l’a accompagnée se sont évidemment traduites par une baisse de la population, mais la courbe des baptêmes et des décès (qui, cette fois-ci, enregistre le mouvement naturel de l’ensemble) montre que l’on est revenu vers 1660 au niveau d’avant-guerre, soit une bonne centaine de baptêmes par an21. En 1774, la population est montée à 4 321 personnes, réparties dans 638 feux, mais le nombre d’étudiants est tombé à 300 puis sous les 200 à la fin. Le poids relatif de la population étudiante a donc régulièrement diminué après 1680. En revanche, la part des universitaires dans les élites de la ville n’a guère changé, comme nous le verrons plus loin.

Maisons intra-muros

569

Bourgeois avec leur famille

2500

Citoyens académiques

700

Professeurs ordinaires

22

dont propriétaires d’une maison

13

Soit environ en personnes avec familiers

80

Veuves de professeurs avec enfants

20

Docteurs, maîtres et "physiciens"

20

Dont résident au Konvikt

2

Chez les professeurs

4

À l'auberge l'Étoile d'or

3

Chez l'habitant

7

Propriétaire d'une maison

1

Étudiants

425

En pension chez les professeurs (13)

97

22,8 %

En pension chez d'autres personnes relevant de l'université

31

7,3 %

Dans des maisons appartenant au conseil municipal

6

1,4 %

À l'auberge l'Étoile d'or

6

1,4 %

Au cloître de Marienberg

2

0,5 %

Au cloître catholique St Ludger

1

0,2 %

Boursiers résidant au Konvikt

25

5,9 %

Chez l'habitant

272

64,0 %

Tabl. 1 : Répartition des membres de l’université dans la population en 1582

  • 22 Il n’y a malheureusement aucune étude de démographie historique sur la ville d’Helmstedt et les ét (...)
  • 23 Brüdermann S., « Studenten als Einwohner der Universitätsstadt Helmstedt », Braunschweigisches Jah (...)

9La présence d’une population étudiante proportionnellement aussi importante a des effets démographiques assez faciles à déduire logiquement mais malheureusement difficiles à quantifier exactement pour cette période22 : une pyramide des âges inhabituelle, avec un renflement entre 17 et 25-30 ans à droite, un taux de masculinité plus important, et par conséquent aussi un taux de fécondité amoindri de la population globale. Ceci est en outre renforcé, comme on le verra plus loin, par une présence accrue de personnel féminin de service, théoriquement voué au célibat. Toutefois la cohabitation de jeunes célibataires sans grande surveillance ni pression sociale et de personnel ancillaire a pour conséquence un certain nombre de naissances illégitimes, sans qu’il soit possible d’affirmer que ce taux est plus important que celui qui résulte ailleurs de la présence de nombreux compagnons des métiers ou de militaires. La juridiction de l’université a certes parfois à connaître de ces affaires en raison de « la règle de la réparation », qui implique non seulement la prise en charge des frais de l’enfant illégitime jusqu’à ses 14 ans mais aussi un dédommagement important (le Stuprum ou Satisfaktionsgeld) pour la perte de l’honneur virginal et de l’espérance d’un mariage honorable. Mais il est probable qu’une partie des victimes renonçait à tenter cette procédure où la femme était presque toujours présentée par la défense comme séductrice, voire comme prostituée, ce que la juridiction universitaire semblait assez souvent disposée à croire. L’université menaçait d’ailleurs de punition les bourgeois qui, en employant un personnel de mauvaise vie, donneraient l’occasion aux étudiants de sortir du droit chemin23.

Les effets perturbateurs d’une jeune population masculine

  • 24 Rasche U., « Aspekt studentischer Konflikt-und Erinnerungs Kultur im 17. Jahrhundert », Bruning J. (...)

10L’étudiant protestant allemand, libéré de la discipline du collège depuis la dissolution des bursae, protégé par les libertés académiques, pouvait en effet assez facilement s’adonner à la vie de bohème. La littérature et la gravure en ont constitué une figure archétypique dans le personnage de Cornelius relegatus, personnage éponyme d’un drame composé en 1600 par Albert Wichgrev, un maître de Rostock, qui met en scène la vie tumultueuse d'un étudiant sans-gêne. Elle fut rapidement illustrée en 1608 par un graveur de Nuremberg, Heinrich Ulrich, dans une gravure inlassablement recopiée. On y voit une chambre en grand désordre, avec par terre des jeux, une mandoline, une cruche de vin renversée, au mur un tableau de dettes, un étudiant au bras bandé et la tête pansée à la suite de ses bagarres, avec la fille de son logeur entrant un bébé sur le bras, visiblement né de leur union illégitime24.

  • 25 « Welcher Student von Wittenberg mit gesundem Leib,/von Leipzig und Tübingen ohne Weib,/von Jena u (...)
  • 26 « Helmstedt ist wohl die letzte, aber mit Sauffen und Balgen tut sie das beste », Rapport du 15.8. (...)
  • 27 Baumgart P., Anfänge, op. cit., p. 27.
  • 28 Ibid., p. 19. NSAHN Cal. Br. 21, Nr. 3907, f° 21-25.

11Cette surabondante jeunesse masculine a des effets perturbateurs sur la tranquillité publique. Ceci n’a évidemment rien de spécifique à Helmstedt. Un quatrain rapporte que l’étudiant qui revient de Wittenberg sain et sauf, de Leipzig et Tübingen sans femme, et de Iéna et Helmstedt sans être battu, peut dire avoir eu beaucoup de chance25. Mais il est frappant que le phénomène ait pris une dimension exceptionnelle à Helmstedt dès les premières années, puisque dès 1586, soit après seulement une décennie d’existence, les professeurs écrivaient dans un rapport au duc que « si l’université était la dernière créée [en Allemagne], elle était parmi les premières pour les beuveries et les bagarres », et les archives témoignent en effet déjà de sept homicides d’étudiants dans cette courte période26. Le port d’armes diverses, et notamment de dagues ou d’épées, à l’imitation des étudiants nobles assez nombreux à l’époque, y contribuait évidemment. Les interdictions réitérées, au moins des armes les plus dangereuses, s’émoussaient face à l’indulgence dont les autorités faisaient preuve dans la pratique vis-à-vis de la précieuse clientèle nobiliaire27. Les professeurs se plaignaient en 1588 que les étudiants « contrairement à tous les usages académiques se réunissent de nuit à quelques centaines munis de toutes sortes d'armes, piques, hallebardes, fusils comme s'ils voulaient courir sus à l'ennemi les armes à la main et parcouraient ainsi les rues28 ».

  • 29 Baumgart P., Statuten, op. cit., p. 145, § 448. Brüderman, p. 23. NSAW 40 Slg 2241, 2608 ; 37 Alt (...)
  • 30 Voir le récit de Christoph Schrader au duc Auguste d’un début de bagarre entre un aubergiste et un (...)
  • 31 Brüdermann, op. cit., p. 11. NSAW 37 Alt 563.
  • 32 Voir plan de 1726 dans le catalogue, Bruning J. et Gleixner U. (dir.), op. cit., p. 211, fig. 131.

12La nuit était en effet le moment où l'autorité avait le plus de mal à contrôler les débordements, l'alcool y ayant une forte part. Une clôture était pour cette raison théoriquement imposée, à partir de 21 ou 22 heures selon la saison, aux étudiants et aux tenanciers de débits de boisson. Les bourgeois aussi devaient alors tenir leur porte close et quiconque sortait devait porter une lanterne29. Afin d’éviter les excès collatéraux des réjouissances et compétitions, interdiction était faite aux logeurs et aubergistes de permettre aux étudiants de jouer à des jeux d’argent, ou d’organiser des soirées de danses privées, et aux musiciens municipaux de jouer pour les étudiants. Les contraventions étaient nombreuses, les moyens de répression réduits et compliqués à mettre en œuvre puisque les étudiants étaient sous la juridiction de l’université. Celle-ci était exercée par son Vice ou ProRecteur, tournant chaque semestre, s’appuyant pour les décisions les plus graves sur le « sénat académique », à savoir le conseil des professeurs. Mais il n’avait pour tout exécutant qu’un malheureux appariteur (Pedell), dont la tâche se réduisait à courir sur le lieu du trouble pour rapporter aux professeurs ce qu’il en était et/ou porter éventuellement un ordre du Vice Recteur30. Si les contrevenants refusaient de se soumettre, leur saisie au corps ne pouvait se faire que par le guet de la ville, qui faisait office de bras séculier, mais devait être requis dans les formes auprès de l’autorité municipale, laquelle pouvait avoir aussi des raisons de ne pas se précipiter dans des affaires où il y avait surtout des coups à prendre31. Un sergent du guet ne pouvait d’ailleurs appréhender un étudiant sans en rendre compte immédiatement au Vice Recteur. Toutefois, les bâtiments de l’université disposaient bien d’une prison, avec deux cellules à l’extrémité de l’aile orientale du collège, l’une qualifiée d’« ordinaire » à l’étage et l’autre, basse, dite « criminelle32 ». Une façon simple d’y échapper consistait à courir se mettre hors de portée de la juridiction universitaire et ducale dans le village voisin de Harbke, qui relevait de la puissance des électeurs de Brandebourg.

  • 33 Les entrants étaient soumis à un bizutage au moment de leur première inscription à l’université : (...)
  • 34 Asche M., « Das Verhältnis der Helmstedter Bürger zu den Studenten der Universität im Spiegel herz (...)
  • 35 Le terme n’a rien à voir avec la racine « pénal » mais provient de l’argot Penne (bahut), Pennäler(...)

13Les débordements et la violence estudiantine ne sont pas seulement à mettre sur le compte de l’invariant que constituerait la fougue de la jeunesse masculine, notamment en réunion, et du mauvais exemple de l’insolence nobiliaire. Ils sont à rapporter aussi aux moyens de la population étudiante de s’affirmer dans un espace social urbain plutôt étranger, dans ses finalités comme dans ses règles, au petit monde universitaire. Ce groupe cherchait d’autant plus à se constituer rapidement une identité dans la confrontation, par des actes forts et des provocations, qu’il était lui-même sans cesse mouvant et renouvelé. Ainsi s’explique aussi la violence interne au groupe des étudiants, qui s’exprime dans différentes pratiques vexatoires et traumatisantes, telles ces cérémonies d'initiation et de « déposition des cornes » des béjaunes33, ou ces banquets ruineux imposés aux entrants et aux sortants (Acces-Schmaüse, Valet-Schmaüse) lors desquels, selon le témoignage d’un professeur en 1794, « il est presqu’insultant que celui qui invite donne moins de 3 ou 4 bouteilles de vin par personne34 ». Ces pratiques connues sous le nom de Pennalismus, régulièrement interdites par les autorités dans toutes les universités, étaient considérées comme un tel fléau que la diète d’Empire de Ratisbonne prit la peine de les proscrire par un édit de 165735. Ces manifestations folkloriques s’insèrent évidemment de façon très voyante dans la petite ville qui sert de cadre à l’université, opposant le groupe des étudiants au reste de la société.

  • 36 Rasche U., « Aspekte studentischer Konflikt-und Erinnerungskultur im 17. Jahrhundert », Bruning J. (...)

14Les incivilités étudiantes, pour reprendre cet euphémisme anachronique, pouvaient parfois tourner à l’affrontement avec d’autres groupes de la population ou avec l’autorité, ou prendre l’aspect de l’émotion populaire et de la rébellion collective. On peut y distinguer trois types de manifestations selon leur motif et leur objet : d’abord, mais ce n’est pas la plus courante, la révolte contre l’institution universitaire, motivée par une condition étudiante jugée insupportable ou indigne de son statut. C’est ce qui arrive en 1587, lorsque quelques pensionnaires du réfectoire (Konvikt), excédés par la mauvaise qualité et l’insuffisance de la nourriture servie, s'en prennent violemment au cuisinier et à l’économe36. Le meneur du mouvement ayant été mis en prison, une centaine d'étudiants se mutinèrent le soir même et se ruèrent masqués et armés dans la maison de l'économe, qu'ils mirent à sac. Ils se réunirent ensuite en masse sur la place du marché pour libérer par la force leur condisciple incarcéré, proclamant leur refus d’accepter désormais toute peine de prison ou de relégation pour les étudiants. La révolte continua les nuits suivantes, complotant un départ collectif d'Helmstedt et menaçant d'incendier quelques maisons. Seule une intervention militaire commandée par le souverain put mettre un terme à ce mouvement qui ébranlait une université qui n'avait pas onze ans. Une amnistie fut rapidement prononcée pour ramener tout le monde au calme des études. Ceci met en évidence la position de force que pouvait détenir la population étudiante coalisée et l’impuissance de la ville et de l’université à la réduire par leurs propres moyens.

  • 37 Voir les exemples analogues étudiés à Göttingen (Brüdermann S., infra n. 92), à Cologne et à Vienn (...)
  • 38 Le 6 juin 1753 le bourgmestre se plaint auprès de l’université d’étudiants qui non contents d’avoi (...)
  • 39 Brüdermann S., op. cit., p. 24-25.
  • 40 NSAW 37 Alt 3531. Brüdermann S., op. cit., p. 9.
  • 41 Deichert H., op. cit., p. 268-269.
  • 42 NSAW 37 Alt 563. Römer C., op. cit., p. 68. Ce qui sera repoussé par l’université comme facteur de (...)
  • 43 NSAW 37 Alt 58. Règlement du 13 avril 1761.
  • 44 NSAW 37 Alt 100. Ces conflits autour des droits à acquitter lors des funérailles sont nombreux au (...)

15Les affrontements du deuxième type, les plus courants, sont destinés à faire sentir aux autres groupes sociaux la cohésion et la supériorité de cette sorte d’ordre particulier que forment les étudiants37. Ce sont des bagarres avec les groupes de compagnons artisans, des intrusions dans des noces bourgeoises sur un mode provocant38, des expéditions punitives pour un regard ou un comportement jugé insultant39. En 1785 un compagnon imprimeur en provenance de Leipzig se voit menacé de l’épée sur la poitrine par un groupe d’étudiants rencontrés dans la rue parce qu’il n’avait pas ôté son chapeau devant eux, ce qui le stupéfie car il n’avait jamais entendu pareille prétention de leurs homologues à Leipzig40. C’est que les étudiants d’Helmstedt sont chatouilleux sur le respect de leur honneur et de leur statut particulier : une émotion les saisit en 1647 au motif qu’« on voudrait les traiter ici en écoliers41 ». C’est en raison de ces risques d’agression tournant autour du point d’honneur que le magistrat municipal demande en 1713 au duc l’autorisation pour les fils de bourgeois et compagnons artisans de porter l’épée afin de pouvoir se défendre contre les étudiants42. Dans leur argumentation, les premiers se plaignent que les étudiants aient l’habitude de les désigner sous le nom de « Philistins », traduisant ainsi dans la langue du Nouveau Testament le mépris des gens de culture pour ceux qui vivent du négoce. C’est pourquoi le règlement de l’université de 1761 rappelle la nécessité d’observer la politesse vis-à-vis des bourgeois, mais recommande, d’un autre côté, d’éviter les contacts entre ces deux mondes43. Mais dès qu’un étudiant apparaît lésé dans ses droits par un membre de la ville, il peut compter sur la solidarité démonstrative de ses congénères. Les étudiants investissent ainsi le cimetière l’épée à la main en 1730, pour faire pression sur les marguilliers qui refusent d’enterrer l’un des leurs faute de paiement des droits habituels44.

  • 45 En 1740, un professeur est accusé par la ville d’exciter les étudiants contre les bourgeois, NSAW (...)
  • 46 Monastère jouissant de l’immédiateté d’Empire et donc indépendant du duc et bien sûr de la ville, (...)
  • 47 NSAW 11 Alt Ludg. 29. Römer C., Helmstedt, op. cit., p. 73. Le duc Anton Ulrich, décédé deux ans p (...)

16Enfin, ces troubles étudiants peuvent prendre certains aspects de la manifestation « politique ». Ils accompagnent souvent les conflits entre l’université et la ville, par exemple autour d’un pilori propre à l’université ou lors de certaines querelles de préséances, nous en verrons plus loin un exemple. L’institution universitaire portée par les professeurs peut compter dans ces occasions sur la solidarité étudiante. En sens inverse, on dispose de quelques indices montrant que d’honorables professeurs ne désapprouvent pas vraiment les marques de mépris de leurs disciples vis-à-vis des « Philistins », voire que certains les encourageraient45. Exceptionnellement, le chahut peut s’en prendre à d’autres institutions que l’université et la ville. C’est le cas en 1716 où, sous prétexte de récupérer un fusil confisqué à l’un d’entre eux dans un champ relevant de la juridiction du monastère catholique de Saint-Ludger46, les étudiants armés s’attroupent à deux ou trois cents et pénètrent dans l’enceinte du monastère, au grand scandale du prieur, pour se livrer à une sorte de monôme d’une demi-heure autour de l’abbatiale avant de sortir de la clôture. Il faut y voir, au-delà du prétexte saisi de la défense d’un étudiant lésé, un signe de protestation contre une institution en grave tension à l’époque avec la ville et le duc, protestation que renforçait peut-être aussi, chez certains, une rancœur confessionnelle alimentée par les conversions dans la famille ducale lors du règne qui venait de s’achever47.

Les élites universitaires face aux autres élites

17Si les étudiants, par leur masse et leur vigueur, apparaissent comme les plus à même d’ébranler la société urbaine, il ne faudrait pas négliger pour autant le poids du corps professoral face aux élites bourgeoises d’une petite ville comme Helmstedt. Une revue rapide des autres élites permet de faire apparaître sa force relative. Sur le plan ecclésiastique, il n’y a guère de concurrence puisque le surintendant général et pasteur doyen (primarius) de l’église principale Sankt Stephani (Saint-Étienne) est ès qualité un professeur de théologie de l’université, auquel les deux pasteurs en second, archidiacre et diacre, sont forcément soumis

18 Kleinert R., St. Stephani-Kirche zu Helmstedt, 2e éd., Helmstedt, s.n., 1966. Seebass G. et Freist F.-W., Die Pastoren der Braunschweigischen evangelisch-lutherischen Landeskirche seit Einführung der Reformation, t. 1, Wolfenbüttel, Landeskirchenamt, 1969, p. 106-111. NSAW 37 Alt 1280-1286. Il existe une autre église intra-muros, St. Walpurgis, mais qui n’est à l’époque qu’une chapelle sans clergé titulaire ni registres paroissiaux.

48ee49
  • 50 Cela vient du fait que la ville était jusqu’en 1490 sous la seigneurie de l’Abbé de Verden, dont d (...)
  • 51 Römer C., op. cit., p. 61,72.
  • 52 Dettmer V., Das Konsistorium zu Wolfenbüttel, Braunschweig, Appelhans, 1922, p. 29-34.

19La puissance ducale n’a pas ici, contrairement à beaucoup d’autres villes du duché, d’ancrage administratif. Helmstedt n’est pas une ville à château princier50. L’Amtmann (sorte de bailli et d’administrateur des domaines ducaux) compétent pour la région, et titulaire de la haute justice pour la ville, est situé au château de Schöningen, à une vingtaine de kilomètres au sud. À la fin du XVIIe siècle, toutefois, un Gerichtsschultheiss (prévôt de justice) ducal coiffe la justice municipale comme partout ailleurs. Au début de l’histoire de l’université, de jeunes princes de la famille régnante ont été amenés à séjourner à Helmstedt pour leurs études, avec évidemment un train de vie et une suite supérieurs à ceux des autres étudiants. Ils résident dans différentes maisons rachetées à cet usage, dont la maison Röhr, une ancienne maison de marchand faisant fonction d’hôtel ducal51. Mais cette pratique se périma à partir de la guerre de Trente Ans, les incursions princières se limitant ensuite à quelques visites protocolaires. Enfin, une décennie après sa création et peu après celle de l’université, le consistoire, section du conseil princier chargée des affaires ecclésiastiques, fut délocalisé à Helmstedt de 1579 à 1589 à cause de ses interactions avec la faculté de théologie. L’expérience fut de courte durée car la séparation géographique de cet organe du reste du gouvernement, situé à Wolfenbüttel, se révéla incommode, d’autant plus que le consistoire comprenait aussi des membres laïques, dont le chancelier, et quelques ecclésiastiques dont la résidence près du duc était obligatoire52.

  • 53 Keyser E. (dir.), Niedersächsisches Städtebuch : Niedersachsen und Bremen, Stuttgart, Kohlhammer, (...)
  • 54 Römer C., op. cit., p. 71-72. Maaser M., op. cit., p. 84-86, 122-123.
  • 55 Christoph Schrader professeur de rhétorique (1648-1680), Paul Heigel (1680-1690), Johannes Fabrici (...)

20L’université s’est donc rapidement enfermée dans un tête à tête avec les seules autres élites urbaines, essentiellement marchandes et artisanales, qui composent le conseil municipal, à savoir seize conseillers municipaux, dont quatre bourgmestres et deux trésoriers qui siègent à tour de rôle, auxquels il faut ajouter deux employés supérieurs, le syndic et le médecin municipal (Stadtphysicus)53. La quarantaine d’enseignants officiant à l’université sont donc nettement plus nombreux que les élites urbaines, les ecclésiastiques leur étant en outre très proches. Dans ce groupe, la vingtaine de titulaires de chaire et, parmi eux, les professeurs les plus prestigieux sont de surcroît dans une position de supériorité sociale évidente sur les magistrats urbains. À leur domination liée au savoir s’ajoutent en effet, pour une demi‑douzaine d’entre d’eux, des charges honorifiques au service du prince : le premier théologien est abbé de Königslutter et membre, à ce titre, des États du pays, le second est surintendant général de la ville et de la région environnante, certains juristes siègent au conseil du prince ou interviennent dans les tribunaux supérieurs54, un ou deux médecins sont attachés au service particulier du prince, un inspecteur général des écoles du duché est nommé depuis 1648 parmi les philosophes ou les théologiens, etc.55. La supériorité numérique des élites universitaires se double donc d’une supériorité qualitative, qui trouve en outre des relais dans un statut privilégié et un exclusivisme social.

Autonomie juridique et distinction sociale des universitaires

21Ce qui fait de la ville universitaire une ville à part, c’est aussi la présence en son sein d’une population de statut juridique particulier, privilégiée, non seulement au niveau de la justice, mais aussi de la fiscalité et de l’exercice de certaines activités professionnelles. Ceci n’est pas nouveau mais prend encore plus de poids à l’époque moderne du fait de la capacité, voire de l’obligation pour les enseignants luthériens de se marier. Cette particularité crée par reproduction un groupe social tendant à l’exclusivisme.

Une population privilégiée

  • 56 Becker B., Die Privilegien der Universität Helmstedt und ihre Bekämpfung durch die Stadt 1576– 181 (...)

22Une des raisons de l'hostilité de la ville était en effet que la population universitaire et étudiante qui s'y installait échappait à sa juridiction et à sa fiscalité. La définition exacte de ces privilèges donna lieu dès le départ à un long conflit qui s'épuisa dans diverses négociations jusqu’à ce que le fils du fondateur, Heinrich Julius (1589-1613), décide de trancher la question. En février 1592, il octroya aux universitaires un « privilège particulier », qui fut confirmé une nouvelle fois en 1597 après un nouvel arbitrage, avec injonction faite aux deux corps « de vivre désormais en bonne harmonie56 ».

  • 57 L’Album Academiae Helmstadiensis, t. 1, p. 444-453 donne le détail de ces personnels et leur court (...)
  • 58 Les universitaires ne sont pas les seuls mais largement les plus nombreux dans ce compte (les fami (...)

23Outre la reconnaissance d’une juridiction séparée, ce statut bénéficie d’une exemption fiscale tant des impôts ducaux que municipaux, y compris des taxes à la consommation sur les vins et la bière. Les maisons, jardins et tous les biens mobiliers des universitaires sont également libres de toute redevance et impôt. Les membres de l'université peuvent en outre donner leur bétail à paître sur les communaux de la ville, en participant toutefois au salaire du berger municipal. Le décret précise que jouissent de ces privilèges les étudiants régulièrement immatriculés, les nobles et patriciens en séjour à l’université avec leur suite, les professeurs titulaires et les autres enseignants, lecteur de langue, maître d'armes, le personnel « administratif » (l’intendant, le cuisinier du Konvikt et ses aides, l’appariteur, le depositor enregistrant les immatriculations, le famulus communis ou garçon à tout faire) et certains offices ou métiers attachés à l’université (le notaire ou secrétaire, le pharmacien, un imprimeur et un relieur ainsi que leurs compagnons)57. Ceci vaut aussi pour la famille et la domesticité de ces privilégiés. En 1663, sur 1 501 habitants de plus de 13 ans intramuros (étudiants exclus), 177 soit 11,8 % sont exemptés de capitation en raison de leur statut juridique58.

  • 59 NSAW 37 Alt, 7, 111, 112, 115, 139, 1293, 1304. NSAHN Cal. Br. 21, Nr. 3837-3856, entre autres. Be (...)
  • 60 Ibid., p. 70-71. Römer C., op. cit., p. 71. NSAW 37 Alt 167.

24Cette intrication de statuts juridiques et fiscaux différents dans un même espace urbain est porteuse de tensions, qui s’expriment dans de nombreuses plaintes enregistrées de part et d’autre59. Les bourgeois se plaignent notamment de la concurrence indue des métiers ou services sous privilège universitaire. Ils protestent, par exemple, contre le fait que des professeurs engagent des tailleurs comme employés domestiques ou que l’université laisse des marchands déballer sur la place du collège et profiter ainsi de la franchise de taxe60. Le conseil municipal fait interdire en 1581 par son guet aux bourgeois de venir acheter de la bière à la « cave » de l’université, qui porte ombrage à leur propre Ratskeller, ce qui dégénère en bagarre car les servantes venant chercher à boire pour le compte des étudiants se font également refouler, jusqu’à ce que leurs commanditaires viennent rosser les gardes municipaux.

  • 61 C’est ce qu’on peut déduire du fait qu’on a dû la réactiver environ un siècle plus tard, cf. Becke (...)
  • 62 On trouvera une remarquable analyse de ces conflits symboliques entre ville et université dans Füs (...)
  • 63 NSAW 37 Alt 37. Kloth W., op. cit., p. 79-84.
  • 64 La municipalité doit s’adresser au recteur et à ses collègues ainsi : « Magnifico Domine Vice Rect (...)

25Ceci a contraint l’autorité ducale à intervenir régulièrement pour régler ces conflits et pour compléter ou préciser cette législation. Après la bataille des temps de la fondation, à la fin du XVIe siècle, la situation se normalisa à peu près au siècle suivant, quand l’université à son apogée pouvait sans doute plus facilement dicter sa loi à un magistrat appauvri par la guerre de Trente Ans. Une commission mixte fut d’ailleurs mise sur pied en 1650 pour essayer de régler les problèmes. Même si l’université en revendiquait la présidence, cette commission siégeait symboliquement, pour éviter de froisser les susceptibilités, à la pharmacie universitaire, Kybitzstraße, à mi-chemin entre le collège et l’hôtel de ville, mais elle n’eut guère d’efficacité ni même d’activité, semble-t-il61. Les querelles reprirent et se multiplièrent au début du XVIIIe siècle, marquant de part et d’autre une nouvelle crispation sur les statuts et les privilèges, comme l’indique cette suite d’incidents : en 1699, l’instauration d’un pilori propre à l’université place Julius, face au collège, provoqua l’indignation des magistrats urbains qui y voyaient une inadmissible emprise sur la justice urbaine ; en 1703 un pamphlet contre la ville fut arraché sur ce même pilori par un héraut municipal, ce qui fut décrit comme une violation irresponsable de leur juridiction par les universitaires ; en 1716 se déroula une lutte symbolique autour de scellés apposés sur les biens de l’économe universitaire, qui avait été mis en prison pour dettes, chaque autorité brisant ceux de l’instance concurrente pour mettre les siens ; en 1720 le conseil municipal renvoyait un courrier de l’université qui s’adressait à lui avec une titulature qu’il jugeait inappropriée et en 1723 se développa une longue querelle sur les règles de préséance dans les processions62. Cette guerre de position aboutit une fois de plus à un arbitrage ducal en 1727, appelé Burgdorfer Recess, du nom du conseiller l’ayant rédigé63. Il s’efforce d’établir avec clarté les normes régissant les rapports entre la ville et l’université et les règles de préséance et de cohabitation entre les deux types d’élites. Son premier point fixe la question très disputée des titres et des adresses ou formules de politesse que chaque autorité devait employer vis-à-vis de l’autre64. Suivent vingt et un paragraphes sur toutes sortes de matières juridiques et pratiques. Nous y reviendrons à propos de la gestion de l’espace.

La constitution de familles professorales et leurs pratiques de distinction

  • 65 Füssel M., Gelehrtenkultur, op. cit., p. 283-284.
  • 66 La bibliothèque de Wolfenbüttel développe actuellement un axe de recherche, conduit par Elisabeth (...)
  • 67 Voir l’exemple de Christoph Schrader, Le Cam J.-L., op. cit., p. 140-144, 200-210. Le logicien Cor (...)
  • 68 Sur le thème de la « familiarisation » de l’université et des dynasties de professeurs, cf. Euler (...)
  • 69 Asche M., « Helmstedter Professorenprofile 1576 bis 1810. Skizzen zur Kollektivbiografie einer mit (...)

26Il est à noter que, dans ces conflits, l’université revendique la préséance et le respect de la bourgeoisie eu égard à son savoir et à sa domination culturelle : elle voit les privilèges juridiques comme le simple instrument d’expression de cette domination65. Elle est confortée en cela par les possibilités d’affirmation sociale dans la durée que lui donnent le statut matrimonial des professeurs et les capacités de reproduction qui lui sont liées. Le mariage était, en effet, chez les professeurs luthériens, une étape obligatoire pour l'établissement dans l’état universitaire et d'une importance stratégique pour la suite de leur carrière et leur insertion dans la société locale66. Il intervenait pour cette raison au moment de la nomination sur un poste fixe, peu après le passage des grades nécessaires à cette nomination67. Très rapidement se sont donc constituées dans les universités protestantes de véritables dynasties de professeurs sur plusieurs générations68. Les Meibom, Hornejus, Calixt, Schrader, Fabricius, Schmidt, Engelbrecht, Eisenhart ont ainsi donné plusieurs représentants à l’Academia Julia, sans parler des autres universités69. Cette inscription dans la durée, qui constitue un critère de distinction et de noblesse pour tous les états honorables dans les anciennes sociétés, renforce encore la position sociale de ces familles professorales. Ce groupe révèle également une forte tendance à l’endogamie, seulement atténuée par des alliances avec des familles de l'élite ecclésiastique ou fonctionnaire du territoire. Même si l’on trouve à Helmstedt quelques exemples d’alliances avec la bourgeoisie municipale, ils restent trop peu nombreux pour fondre les deux types d’élite.

  • 70 La pratique des Leichenpredigten et poésies de circonstance est certes aussi attestée pour ces gro (...)
  • 71 Kirwan R., Empowerment and Representation at the University in Early Modern Germany: Helmstedt and (...)

27Ce qui soude aussi ce groupe et le distingue des autres élites urbaines, ce sont ses pratiques de représentation à l’occasion des événements forts de la vie mondaine, principalement les mariages, les baptêmes et les enterrements. L'usage d’accompagner ces événements de discours et de poésies, rédigés en latin et puisant dans le répertoire de la culture classique, livrés à l’imprimerie et aux collectionneurs pour laisser une trace durable, donne à ces élites un espace d’autoreprésentation où elles peuvent se démarquer de la bourgeoisie urbaine ordinaire mais aussi de la noblesse70. Ces occasions régulièrement renouvelées permettent de célébrer continûment la supériorité sociale et les valeurs du groupe tout autant que les qualités individuelles de ses membres. C’est pourquoi ces pratiques ont été particulièrement importantes pour la formation d'une culture de la sociabilité universitaire et pour la distinction de ce groupe social vis-à-vis des autres élites urbaines71.

  • 72 Meier G. T., Monumenta Julia: Memorias Professorum Helmstadiensium, qui diem suum obierunt, exhibe (...)

28Les poésies de mariage font classiquement l'éloge de l’état matrimonial comme le plus adapté à l'activité professorale et se servent de l'Antiquité et de son répertoire mythologique pour exalter la société universitaire en la comparant au siège des muses. Les discours funéraires insèrent la vie du défunt dans une société universitaire autocentrée et idéalisée, retraçant les étapes de son insertion dans ce milieu en insistant sur l’apport des maîtres et des puissants à cette carrière, célébrant enfin ses mérites professionnels, humains et religieux. Ils font, comme les biographies de sermons funèbres des autres élites, une place importante aux filiations et aux alliances, qu’il s’agisse des ascendants ou des descendants. Cette littérature érige progressivement un monument de papier exaltant, au-delà du destin des individus, l’université et le corps professoral de façon collective, dans un cycle dialectique où la réputation du collègue défunt est assumée par l'institution et où, en retour, cette réputation accroît celle de l'université et du groupe social. C'est ainsi que se construit une sorte de galerie, très tôt conservée dans des recueils, et reprise dès 1680 par Theodor Meyer dans ses Monumenta Julia pour faire une première histoire de l’université à travers les portraits idéalisés de ses représentants72.

  • 73 Gleixner U., op. cit., p. 134-135. Engelbrecht M., Programma In Funere Nobilissimae, ac omni virtu (...)

29Même les épouses et les filles de professeur ont droit à une semblable reconnaissance de l’institution, adaptée à leur fonction, ce qui révèle la signification sociale élargie et pas seulement corporative de cette pratique. Par exemple, Margarethe Schrader (1647-1680), fille du professeur de rhétorique Christoph Schrader, devenue en 1669 l'épouse du professeur de droit Georg Engelbrecht l'ancien (1638-1705), fut honorée, à l'occasion de son décès à 33 ans des suites d’un accouchement, par un discours latin du recteur de l'université, qui fut ensuite imprimé73. Au-delà de l’évocation sensible du chagrin de l’époux, il y rend hommage aux vertus de l'épouse décédée et présente leur relation conjugale comme un modèle pour la société universitaire.

30Si cette littérature exceptionnellement bien conservée nous donne une idée assez claire de la représentation de soi que pouvait véhiculer ce groupe social, on imagine que cette distinction vis-à-vis des autres élites urbaines se marquait aussi au quotidien par de nombreux petits signes ou gestes malheureusement non documentés.

Les implications économiques de l’implantation universitaire

  • 74 Fondé au IXe siècle par l’abbaye de Werden dans la Ruhr, Keyser E. (dir.), op. cit., p. 186-189. S (...)

31L’établissement d’une population universitaire proportionnellement aussi importante ne pouvait rester sans conséquence profonde sur les structures de l’économie urbaine. À l’origine, la ville, issue d’un bourg constitué près du monastère bénédictin de Saint-Ludger, s’était développée comme étape sur la route commerciale entre Brunswick et Magdebourg74. Agrandie aux XIIe-XIIIe siècles par l’adjonction de deux faubourgs, Neumark à l'ouest, devant le monastère féminin de Marienberg, et Ostendorf à l'est (voir plan, fig. 2), elle réussit à la fin du Moyen Âge à se détacher de son seigneur ecclésiastique et à renforcer sa fonction commerciale. L'artisanat et le commerce du drap, du cuir, de la bière et des céréales la mirent alors au second rang de la hiérarchie urbaine du duché, toutefois nettement derrière Brunswick, et elle fit même partie de la Hanse de 1426 à 1518. Elle s’était ensuite relativement assoupie au XVIe siècle jusqu’à ce que la venue du Paedagogium en 1574 puis sa transformation en université en 1576 lui apporte un nouveau moteur.

Réponse et adaptation de la structure des métiers et services à la demande universitaire

  • 75 Römer C., op. cit., p. 71. Deichert H., op. cit., p. 258. En 1584 les professeurs se plaignent des (...)
  • 76 Ordonnance du 22.2.1725, imitée à Göttingen en 1735. NSAW 37 Alt 57. Brüdermann S., op. cit., p. 1 (...)
  • 77 Asche M., « Das Konvikt an der Universität Helmstedt. » Braunschweigisches Jahrbuch 47, 1966, p. 5 (...)

32Dès le début de l’implantation de l’université se multiplient les plaintes sur le coût des pensions et des loyers, signe de l’inflation provoquée par la stimulation subite de la demande. Les bourgeois, certes d’abord réticents au bouleversement de leurs habitudes, ont rapidement compris le parti qu’ils pouvaient en tirer en procurant logement et nourriture aux étudiants, ou en leur vendant des fournitures à bon prix. Le duc, sollicité par les responsables de l’université, prit un certain nombre de mesures de réglementation des prix pour que l’avidité bourgeoise ne ruine pas son œuvre universitaire en faisant fuir la clientèle vers des lieux plus accueillants75. Au XVIIIe siècle, on eut l’idée de s’attaquer également au crédit, auquel devaient nécessairement recourir les jeunes gens en attente des envois d’argent de leur famille ou de leur rémunération dans des petits emplois alimentaires, par exemple de précepteurs. En 1725 un édit ducal limita la garantie judiciaire de recouvrement des créances sur les étudiants aux achats et redevances nécessaires à la subsistance ou aux études, les défauts pour des dépenses à crédit de loisir et de confort jugées superflues ne pouvant être portés devant les tribunaux76. C’était une façon de dissuader les marchands et tenanciers de pousser les étudiants à la consommation et de les faire succomber aux tentations à crédit, au risque de ne pouvoir recouvrer ces sommes si besoin par une action en justice. Une façon aussi de modérer la tension sur ces postes tout en aidant les étudiants les plus démunis a été de créer un Konvikt, un réfectoire où étaient admis prioritairement les étudiants boursiers. Il assurait jusqu’à neuf tablées de douze couverts au XVIIIe siècle et offrait en outre un certain nombre de chambres doubles77. Mais l’enquête faite en 1582 sur 425 étudiants montre qu’à l’époque seuls 6 % d’entre eux profitent de ce bienfait, du moins pour le logement, 30 % prenant pension chez des membres de l’université, le reste, soit donc les deux tiers, logeant chez l’habitant (tableau 1).

  • 78 Römer C., op. cit., p. 67. Ce nombre en 1729, NSAW 37 Alt 567.

33À côté de cette activité d’hébergement, qui ne requiert aucune spécialisation mais simplement des locaux suffisants pour l’exercer, certains métiers ont pu être favorisés par l’implantation de l’université. Les besoins de construction et de transformation des bâtiments universitaires comme des maisons de professeurs, mais aussi d’agrandissement des maisons bourgeoises pour s’adapter à ces fonctions d’hébergement, ont stimulé la demande en matériaux de construction et en métiers du bâtiment, surtout dans la phase de démarrage et de croissance rapide de l’université, de 1576 jusqu’à la guerre de Trente Ans, puis après celle-ci lors de la reconstruction de la ville et du second apogée universitaire. Le duc Julius intervint au début pour modérer les prix du calcaire provenant de Warberg et faire livrer également du bois de ses domaines du Harz78.

  • 79 Nous avons travaillé directement sur les archives de celle de 1663, NSAW 2 Alt 15810, f° 20-50. Ce (...)

34Il n’est possible d’avoir de vision un peu précise de la distribution de la population par type d’activité et d’emploi qu’à partir du XVIIe siècle, grâce aux relevés dressés alors pour établir l'assiette de la capitation (Kopfsteuerbeschreibung) en 1639, 1663 et 1678, ou aux documents émis dans le cadre de la réglementation ducale des métiers et des corporations79. En 1663, sur 479 chefs de ménage dont la profession ou l’activité est connue, 61,8 % sont des artisans, auxquels il faut aussi ajouter 8 % de ménages exerçant la brasserie, et la couture et le filage, soit en tout 70 %. Viennent nettement derrière : 11,3 % d’employés dans l’administration communale ou ecclésiale (exemptés exclus), 7,1 % de journaliers, 5,2 % de marchands ; 2,5 % sont dans les transports, 2,1 % dans l’agriculture ou l’exploitation de forêts, et 1,9 % dans les professions de service (hors administration, écoles municipales).

  • 80 Brunswick, encore indépendante jusqu’en 1671, n’est pas prise en compte dans ce classement mais le (...)
  • 81 Malheureusement non comprise dans l’étude détaillée des capitations d’U. Brohm. Cette statistique (...)

35Il est intéressant mais difficile de comparer cette structure de la population active et des métiers à celle des autres villes de la région, car elles sont rarement de même taille et l’exemption variable des employés de l’État, de l’Église et de la Cour fausse le résultat. Avec 1 782 habitants relevant de la capitation en 1663 faubourgs compris, Helmstedt se place en effet au second rang de la hiérarchie de la principauté, derrière Wolfenbüttel (1 982 imposés), mais elle la rejoint sans doute en réalité si l’on compte l’université80. La première ville du duché est évidemment marquée par ses fonctions de capitale politique et résidence princière : 25,6 % des ménages vivent de la cour ou de l’administration ducale et urbaine, contre 61 % des métiers artisanaux et 13,4 % du commerce et du transport81. Voisine d’Helmstedt, Schöningen pèse trois fois moins qu’elle (587 imposés) et se distingue par une économie de salines et la présence à certains moments d’une petite cour au château qu’occupent les duchesses douairières. Elle compte 66,5 % d’artisans, 18,8 % d’employés d’administration ou du château et 8 % de marchands et transporteurs. Gandersheim, dont on sait qu’elle faillit être siège de l'université, bénéficie aussi de la présence d’un château princier, résidence passagère de la famille ducale, et d’une population aristocratique à la collégiale, mais elle a été très appauvrie par la guerre et ne comporte alors plus que 417 redevables, parmi lesquels 68,5 % d’artisans, 16,2 % d’employés d’administration et 4,5 % de marchands et transporteurs. Helmstedt se distingue donc par une proportion d’artisans un peu plus élevée, la présence de journaliers, absents à Schöningen et Gandersheim, et la faiblesse relative du secteur « administratif » au sens large, mais qui serait ici largement compensé par les employés de l’université s’ils étaient décomptés.

  • 82 Brohm U., ibid., p. 44-46.
  • 83 Nous sommes ici prisonnier des regroupements peu pertinents pour notre point de vue de U. Brohm. T (...)
  • 84 Ces gens du livre sont une offre de service complémentaire à l’imprimeur et au relieur qui sont pr (...)
  • 85 Medefind H., op. cit., p. 68-90.

36Le détail des types d'artisanat révèle aussi quelques différences82. Comme un peu partout, les métiers de l'habillement, du textile et du cuir forment les effectifs les plus importants, avec notamment en tête les tailleurs et les tisseurs de lin. On retrouve ensuite aussi l’alimentation, dans lesquels les boulangers et les bouchers dominent. Suivent les métiers du métal et du bois, et bien après ceux qui touchent aux soins du corps et à la santé, avec ici une petite prime à Helmstedt. En fait le seul secteur sur lequel celle-ci fait nettement la différence est le dernier groupe, comprenant les métiers du livre, du papier et de la céramique, dans lesquels on compte même plus d'actifs que dans le travail du bois : 9,7 % des maîtres et 11,6 % des compagnons, alors qu'on ne dépasse guère 3 % pour les maîtres ailleurs. Ceci correspond certes logiquement à la forte position des gens du livre dans cette capitale intellectuelle, mais aussi à la présence de potiers dans le faubourg de Neumark, ce qui a sans doute peu à voir avec notre problématique si ce n’est peut-être par le biais de la restauration des étudiants83. Quant à l’avantage sur les villes voisines dans les métiers de santé et de soins du corps, il s’explique par la fréquentation d’une clientèle étudiante aisée, jeunes nobles et fils de riches bourgeois ou de fonctionnaires princiers, sans oublier les universitaires eux-mêmes. Pour illustrer ces particularités, on peut citer quelques exemples relevés dans la capitation de 1678 : on mentionne alors la présence de deux marchands libraires (Buchführer), Christian Gerlach, qui est aussi membre du conseil municipal, et Friedrich Lüderwaldt, de l’imprimeur Jacob Müller avec trois compagnons à domicile, mais aussi de deux compagnons imprimeurs en foyers indépendants, de deux maîtres relieurs84, d’un fondeur de caractères (Schriftgießer), d’un facteur d’orgue, d’un horloger, d’un maître d’armes (qui n’est visiblement pas sous juridiction universitaire) et d’un armurier-fourbisseur, d’un perruquier, de trois tricoteurs de bas, tous métiers tournés vers les besoins plus sophistiqués de la strate la plus aisée de cette population ; mais dans le faubourg de Neumark on repère aussi trois taverniers (Schenke) et deux musiciens (Spielleute) aptes à réjouir les compagnies étudiantes85.

  • 86 Nous reprenons ici la distinction classique de la géographie commerciale entre commerce banal et a (...)
  • 87 Nous avons calculé ces statistiques à partir des récapitulations de la capitation, NSAW 2 Alt 1051 (...)

37Ce sont donc plutôt quelques services ou commerces anomaux qui, sans avoir un impact numérique important sur la structure de la population active, créent une situation un peu exceptionnelle86. Sinon, c’est surtout la proportion de domestiques parmi les actifs qui fait apparaître la structure sociale et professionnelle de la ville d’Helmstedt comme nettement différente de celle des autres villes du duché : en 1663, sur un total de 1 720 redevables, on compte 477 domestiques, qui représentent 43,6 % de la population des adultes (hommes et femmes maîtres de maisons), alors que cette proportion est de 18 % en moyenne dans la population urbaine du duché et qu’à Wolfenbüttel, ville la plus populeuse et résidence princière attirant la bonne société, elle ne dépasse pas 27 %87. Or il faudrait y ajouter la domesticité employée au foyer des universitaires, malheureusement non décomptée du fait de leur privilège fiscal, et dont on verra plus loin qu’elle était forcément très fournie pour faire tourner l’économie domestique professorale. Ce qui fait qu’au total les servantes (car il s’agissait essentiellement de femmes) devaient être proportionnellement au moins deux fois plus nombreuses à Helmstedt qu’à Wolfenbüttel et représenter pas loin du triple de la moyenne de la domesticité dans les populations urbaines du duché.

  • 88 « Ich hawe vier Studenten und drei Schweine, mich chet es chanz chut », Saathoff A., Geschichte de (...)
  • 89 Cité par Römer C., op. cit., p. 71.
  • 90 NSAW 37 Alt 173, 553.
  • 91 NSAW 37 Alt 170. Behse A., « Der Auszug der Helmstedter Studenten nach Harbke i. J. 1791 », Alt-He (...)

38Tout ceci renvoie encore bien évidemment à la fonction d’hébergement et de restauration que nécessite cet afflux de jeunes gens sans possibilités d’établissement. C’est ce qui fait que, malgré toutes les frictions et les désagréments entraînés par cette cohabitation avec la jeunesse estudiantine, les récriminations aussi, qui encombrent les archives, les bourgeois sont au fond attachés au maintien d’une telle manne. Un dicton de Göttingen exprimé en patois dit plaisamment : « Tout va bien pour moi, j’ai quatre étudiants et trois cochons à la maison88. » Lors d’un des conflits les plus brûlants, en 1729, le gouvernement princier écrivait à la municipalité, pour calmer les bourgeois, de leur rappeler « qu’il était de notoriété publique qu’ils retiraient leur principale subsistance des étudiants89 ». D’ailleurs la ville a essayé à plusieurs reprises, à partir de 1708, d’obtenir du pouvoir princier une augmentation de leur nombre, en suggérant d’exiger que les sujets du pays fréquentent cette université avant toute autre, ce qui fut au moins une obligation théorique pour les candidats aux emplois publics et ecclésiastiques, et en premier lieu pour les boursiers du duc90. Sachant cela, l’arme la plus couramment brandie par les étudiants en cas d’émotion consiste à menacer de quitter la ville, voire de donner quelque vraisemblance à un début d’exécution en se retirant dans un village environnant, comme ils le firent à Harbke en 1791. Le bourgmestre Fein ravala alors sa fierté pour aller en personne les prier de revenir91.

39Certes, en contrepartie, il y a le manque à gagner que constitue le privilège fiscal des universitaires, mais il ne frappe que la communauté urbaine, pas les bourgeois dans leur économie domestique. Si la ville a des difficultés financières, surtout au XVIIe siècle où elle peine à se remettre de la guerre de Trente Ans, ses habitants, eux, sont assez bien portants économiquement. Au reste, la structure traditionnelle de la dépense municipale n’est guère touchée par l’implantation universitaire, qui s’est faite entièrement aux frais du duc et n’a pas entraîné de changement de périmètre de la ville et de ses remparts. L’université ne génère donc pas de charges supplémentaires pour la communauté urbaine. Au contraire, elle semble avoir eu pour conséquence une restriction relative des dépenses consacrées à l’enseignement public sous patronage municipal.

  • 92 Helmstedt forme le second chapitre de notre ouvrage en cours : Réseaux et paysages scolaires : les (...)
  • 93 Le Cam J.-L., Politique scolaire, op. cit., p. 750-761.
  • 94 Ce qui veut dire aussi que dans les 9 écoles précédentes, outre le recteur, 11 enseignants de rang (...)
  • 95 Knoch W., Geschichte des Schulwesens, besonders der lateinischen Stadtschule zu Helmstädt, Abt. 2, (...)
  • 96 Le Cam J.-L., op. cit., p. 855-865.

40Une étude approfondie du système scolaire urbain du duché au XVIIe siècle, fondée sur la source extrêmement précise et riche que constituent les rapports de l'inspection générale, révèle en effet que l'état de l'école latine municipale d’Helmstedt n'est pas en rapport avec la taille de la ville et sa qualité de capitale culturelle92. Si elle reste, pour son effectif total, au second rang du duché derrière l’école de la résidence ducale, ce n’est que parce qu’elle accueille beaucoup d’enfants dans les petites classes, qui regroupent après 1660 plus de trois quarts des inscrits. Car pour ses dernières classes, qui préparent à l’université, elle est de niveau et de taille inférieure non seulement à Wolfenbüttel mais aussi à Schöningen et Blankenburg93. Elle est surtout à la traîne en ce qui concerne le salaire de ses enseignants, puisque son recteur, avec 46 thalers par an, se trouve à la vingt et unième place de la hiérarchie salariale des postes d’écoles latines, derrière 10 écoles dont la plupart sont nettement plus modestes et situées dans de plus petites villes94. Par voie de conséquence, la plupart des enseignants sont recrutés dans un rayon géographique plus restreint qu’à Brunswick, Wolfenbüttel ou Schöningen. C’est le cas, par exemple, de Johann Hummel, un autochtone entré comme quatrième maître en 1660 et promu dès 1668 au rectorat, qu’il occupe jusqu’à sa mort en 171495. Il ne semble pas que le gouvernement ducal ait accordé une grande attention à ces recrutements, au contraire de ce qui se passait pour l'école de la résidence ducale. Enfin, les conditions matérielles relativement médiocres de l'école reflètent un certain désintérêt des édiles, alors qu'on voit dans des villes plus petites des conseils municipaux faire de réels efforts pour améliorer la situation du bâtiment scolaire et les salaires de leurs enseignants96.

  • 97 Le Cam J.-L., « Reproduktion, Ausdifferenzierung, Seitenwege. Bildungsgänge in ratsverwandten Fami (...)
  • 98 L’autobiographie du recteur d’école Cuno indique qu’il a été ainsi précepteur dans différentes mai (...)
  • 99 Le Cam J.-L., Politique scolaire, op. cit., p. 204-205. Christoph Cordes puis Christoph Pape, ceci (...)
  • 100 Ibid., p. 326-327. Pour comprendre ce paradoxe, on peut faire une analogie avec l’attitude ambival (...)

41L'explication n'est jamais donnée directement dans les sources mais elle peut se déduire en creux de certains silences ou de ce que nous lisons par ailleurs dans les biographies des sermons funèbres : le recours à des précepteurs privés logés à la maison était extrêmement répandu dans les élites urbaines et semble avoir été une règle absolue pour les familles d'universitaires97. Les bourgeois qui hébergeaient ces étudiants se faisaient rémunérer pour tout ou partie par des travaux de répétiteurs ou de précepteurs au profit de leurs enfants, et ils n’avaient pour cela que l’embarras du choix98. Quant aux professeurs de l'université, ils logeaient également à demeure des étudiants qui pouvaient remplir cette tâche, ou ils en recrutaient même exclusivement à cette fin. L'inspecteur général des écoles et professeur de rhétorique Christoph Schrader n'a jamais mis ses neuf garçons à l'école municipale mais les a fait entièrement instruire par deux précepteurs particuliers successifs99. Et il n’évoque jamais, dans ses rapports d’inspection à Helmstedt, la présence de fils de notabilités ou de collègues, alors qu’il a ordre de repérer nommément dans chaque école les élèves exceptionnels. Le professeur Konrad Hornejus (1590-1649), dans un mémoire sur l’amélioration des écoles remis en 1637 mais publié vingt ans plus tard, avait désigné cette pratique courante du préceptorat comme un des maux de l’époque, préjudiciable à l’instruction publique. Il était certainement bien placé à Helmstedt pour observer le phénomène, sans doute plus développé que partout ailleurs dans le pays, mais on peut parier qu’il y recourait lui-même pour ses enfants100

L’apport de la dépense publique

  • 101 La famille Schrader constitue sans doute un record avec ses 12 enfants survivants, qui sont d’aill (...)
  • 102 Baumgart P., « Zur wirtschaftlichen Situation der deutschen Universitätsprofessoren am Ausgang des (...)
  • 103 Ibid., p. 213, tableau 13.
  • 104 En 1574, le revenu affecté à la masse salariale est de 5 000 florins d’or contre 3 500 au Konvikt,(...)
  • 105 Christoph Schrader totalise par exemple 700 thlr de salaires publics alors que seuls 300 lui vienn (...)
  • 106 En 1660, les recettes des finances ducales se répartissent entre la Landrenterei (30 000 thlr), la (...)
  • 107 Voir le relevé de la capitation de 1663, NSAW 2 Alt 10511 avec le recensement des personnels de la (...)

42À côté de l’entretien des étudiants, les dépenses des foyers universitaires sont aussi un moteur de l’économie urbaine, d’autant plus qu’ils abritent des familles souvent nombreuses101. Ces dépenses sont assises en premier lieu sur le salaire public payé par la maison princière sur la caisse des États (Landrentei), avec un supplément pris sur la caisse des cloîtres (Klosterkasse) depuis 1637. Il est versé en deux termes annuels, souvent avec du retard, mais en fin de compte complètement, fût-ce aux héritiers102. Le duché passe pour avoir été relativement généreux, de façon à attirer des enseignants de valeur sur ce marché assez concurrentiel. Au milieu du XVIIe siècle, leurs émoluments varient de 200 à 500 thalers en fonction de la faculté et de la position de la chaire dans celle-ci : les cinq théologiens cumulent une masse salariale de 1 550 thalers, allant de 200 à 500 thalers, les quatre juristes 1 250 thalers (de 250 à 400), les trois médecins 900 thalers (de 250 à 350), enfin les huit philosophes 1 900 thalers (de 200 à 300)103 ; 230 thalers sont en outre affectés aux fonctions auxiliaires de secrétaire, d’appariteur, de lecteur de langues et de bibliothécaire, qui est en fait l’un des professeurs. À cette masse salariale totale de 5 830 thalers s’ajoute le budget de fonctionnement du Konvikt, qui couvre aussi, outre les achats de nourriture et de combustible, la rémunération de l’économe et du cuisinier, et l’indemnité du professeur jouant le rôle d’inspecteur. Le budget total de ce réfectoire représentait 70 % de ce que l’on versait aux professeurs au moment de la constitution de l’université mais il a décru ensuite faute de gestion rigoureuse des biens et rentes monastiques constituées au départ104. Les professeurs les plus réputés, principalement des facultés professionnelles, avaient en outre des revenus annexes non négligeables pour les autres activités, déjà évoquées, qu’ils exerçaient pour le compte du prince, financées généralement sur la caisse de la chambre (Kammerkasse) ou sur celle des cloîtres105. Tout cela mis ensemble peut représenter un ordre de grandeur de 10 000 thalers sur un budget total de l’État de 186 000 thalers en 1660, soit un peu plus de 5 %106. C’est loin d’être négligeable pour un État pré-moderne et c’est surtout un apport considérable du budget princier à l’économie locale, sans équivalent ailleurs dans cette petite principauté si ce n’est dans la résidence ducale. Mais, à Wolfenbüttel, les retombées viennent plus du nombre de personnels entretenus sur le budget princier que de leur qualité individuelle car il n’existe pas une telle concentration de serviteurs de l’État ou de l’Église rémunérés à un tel niveau107. La situation d’une ville universitaire est donc totalement atypique de ce point de vue.

L’économie universitaire domestique

  • 108 Gleixner U., op. cit., p. 130-143.

43Il ne faut toutefois pas limiter l’apport économique de l’implantation universitaire aux dépenses estudiantines, aux retombées des salaires professoraux et aux aides publiques aux étudiants. On aurait tort en effet de considérer que les universitaires sont seulement d’un côté du marché, parmi les consommateurs et donneurs d’ordre. Ils participent en fait à l’offre de l’économie locale en transformant leur maisonnée en structure privée d’hébergement et d’enseignement108.

  • 109 Ce n’est pas non plus une offre individuelle et anarchique puisque les horaires en sont savamment (...)
  • 110 Tholuck A., op. cit., p. 74-77. Klein B., « Leçons privées. À propos de l’importance et de la fonc (...)
  • 111 Koch W. op. cit., le détail est dans le manuscrit original (cf. supra note 99).
  • 112 Notamment en 1680, NSAW 37 Alt 19, f° 150, 166, 179 ; rappels analogues dans d’autres universités,(...)
  • 113 Le Cam, op. cit., p. 158-184. Voir aussi le témoignage d’un de ses élèves, que nous avons croisé a (...)
  • 114 Tholuck A., op. cit., p. 76.

44D’une part, ils tiennent chez eux une véritable entreprise de cours privés, reconnue certes et intégrée à l’activité de l’université dans les programmes publiés et les comptes rendus au gouvernement, mais qui reste entièrement de leur responsabilité et à leur bénéfice109. Il faut en souligner l’importance et le caractère généralisé : cela n’est pas un petit complément facultatif pour étudiants zélés, mais un passage obligé des études, qui constitue pour beaucoup au moins la moitié de l’enseignement suivi110. Johann Cuno, étudiant démuni devant vivre de ses places de précepteur, a pris la peine et la dépense de suivre 19 cours privés contre 13 cours publics lors de ses études de 1649 à 1654111. Les initiés se rient des béjaunes qui privilégient la fréquentation des leçons publiques et les visites d’inspection rappellent régulièrement aux professeurs d’organiser leur enseignement de sorte que sa partie privée ne se fasse pas au détriment de l’intérêt de sa partie publique112. Le professeur Schrader, dont j’ai reconstitué l’enseignement tout au long de sa carrière, n’a jamais cessé de donner des cours privés, qui ont attiré jusqu’à une cinquantaine d’élèves : il y consacre encore deux séances par semaine à plus de 70 ans113. On verra que les maisons professorales doivent adapter une vaste pièce à cet usage. C’est donc une source de rémunération importante et constante pour les enseignants, dont on a du mal cependant à mesurer exactement l’apport au revenu professoral, ne serait-ce parce que ces écolages variaient fortement en fonction des effectifs d’auditeurs. On cite au XVIIe siècle des sommes de 1 thaler par personne pour un cours semestriel de philosophie, 2 thalers pour un cours de théologie, le double pour un cours de droit (Pandectes)114.

  • 115 Ibid., p. 224. Réglementation reprise en 1662, voir le dossier note suivante.
  • 116 NSAW 37 Alt 966 et Herzog August Bibliothek Cod. Guelf. 264.18 Extrav. 4°.
  • 117 Ibid., f° 74 r. La proportion d’étudiants hébergés chez les professeurs par rapport à l’effectif t (...)

45D’autre part, les professeurs hébergent chez eux, comme les bourgeois, des étudiants moyennant finance, mais en leur procurant de surcroît l’avantage appréciable de profiter à la table du maître d’une conversation édifiante, occasion d’enrichissement personnel et d’initiation aux arcanes et réseaux universitaires. Ces hébergements sont donc extrêmement recherchés, selon une loi de l’attraction réciproque des « meilleurs » : seuls les étudiants les plus fortunés, mais aussi les plus chaudement recommandés pour leurs dons, ont la possibilité de devenir Professorenburschen ; et les enseignants les plus réputés sont les plus courtisés comme logeurs et donc les plus susceptibles d’améliorer leurs revenus par ce biais. Toutefois, pour éviter les excès, les récriminations de la bourgeoisie, et sans doute les dissensions internes au corps professoral qui résulteraient d’un développement anarchique de ces pratiques, l’administration ducale prit en 1656 une ordonnance limitant à 12 le nombre d'étudiants pouvant être hébergés par un professeur sous peine d’amende de 2 thalers par semaine d’infraction115. Les bribes éparses d’une enquête comportant les relevés nominatifs des étudiants hébergés chez les professeurs montrent que cette ordonnance était observée au moins dans les années 1660116. On compte alors plus d’une centaine d’étudiants concernés, les effectifs fluctuant d’une année à l’autre en fonction des arrivées jusqu’à un maximum de 168 en 1662. Ils se répartissent dans une petite vingtaine de maisons professorales, les mieux pourvus avec une douzaine d’étudiants à demeure étant les membres des facultés professionnelles les plus en vue mais aussi le très populaire rhéteur Christoph Schrader117.

  • 118 Wunder H., « Helmstedter Professorinnen. Zur Konstituierung des Professorenstandes », Bruning J. e (...)
  • 119 Moore C. N., « Mädchenbildung in Helmstedter Professorenfamilien », Bruning J. et Gleixner U. (dir (...)
  • 120 Tholuck A., op. cit., p. 80, 225, précision hélas non sourcée ni datée, or il faut tenir compte de (...)

46Les professeurs ne peuvent se livrer à cette activité d’hébergement que parce qu’ils sont mariés, avec une épouse dévouée et vouée à la direction de cette entreprise familiale. Elle doit savoir mener la maison, tenir un budget, commander les domestiques, ordonner le repas aux cuisines. Quand elles sont, comme souvent, elles-mêmes filles de professeurs, elles ont eu l’occasion dans la maison paternelle de se familiariser avec ces tâches et responsabilités118. Ce n’est donc pas un hasard si Maria-Sophia Conring (1634-1720), fille du célèbre professeur de droit et médecine Hermann Conring (1606-1681), mariée au médecin et botaniste Günther Christoph Schelhammer (1649-1716) a conçu elle-même un « livre de la cuisinière bien instruite » : elle avait observé auprès de sa mère Anna-Maria, elle-même fille du professeur de droit Johann Stucke (1587-1653), la nécessité de la maîtrise de ces matières pour une bonne épouse de professeur119. Au XVIIe siècle, un étudiant pouvait selon certaines sources payer jusqu’à un thaler par semaine pour la table et huit thalers par semestre pour la chambre120. Ce prix devait dépendre du niveau des prestations, elles-mêmes adaptées au niveau social de l’étudiant.

  • 121 Ibid., p. 77-79.
  • 122 Schrader obtient ainsi de racheter à l’université en 1646 pour 400 thlr seulement et à tempérament (...)
  • 123 Tholuck A., op. cit., p. 83-85, évoque la fortune de plusieurs théologiens au XVIIe siècle et le f (...)
  • 124 En l’absence d’étude de patrimoine d’un professeur, on dispose de l’inventaire des biens de la veu (...)

47Au-delà de ces deux principales sources de revenus complémentaires, il faut envisager aussi les accidentia et épices des promotions et des disputes solennelles, les rémunérations d’expertises et les gratifications pour dédicaces d’ouvrages121. On observe même parfois des faire-valoir et offres de services combinant économie domestique professorale et bourgeoise, par exemple quand un ménage de professeurs loue des chambres dans des maisons ou appartements séparés à des étudiants, qui n’ont pas alors le statut de véritables Professorenburschen puisqu’ils ne partagent pas la table du maître122. Mais ces maisons secondaires ne peuvent pas, a décidé l’administration face aux protestations bourgeoises, bénéficier de l’exemption fiscale universitaire, ce qui, au passage, nous rappelle que l’économie domestique professorale était d’autant plus rentable et concurrentielle qu’elle se déployait derrière ce rideau de l’exemption dont était privée la bourgeoisie urbaine. Tout cela permettait finalement à des professeurs réputés en fin de carrière d’être à la tête de véritables petites fortunes123, et ce d’autant plus que s’était produite au fur et à mesure de l’histoire de l’université, grâce à la filiation et aux intermariages, une accumulation de capital dans ces dynasties professorales124. Les « héritiers » du XVIIe et XVIIIe siècles, fils et gendres de professeurs, partaient dans la vie et la carrière avec un sérieux avantage par rapport à leurs prédécesseurs. L’héritage ou la récupération par dot ou donation d’une maison « de professeur » en était l’aspect le plus voyant.

L’université dans l’espace urbain : espace bâti, social et symbolique

L’université dans le plan et l’image urbaine

  • 125 Merian M., Topographia und eigentliche Beschreibung der vornembsten Stäte, Schlösser, auch anderer (...)
  • 126 Kloth W., op. cit., p. 69.

48Nous avons une image précise de la ville d'Helmstedt datant de la renaissance de l’université après la guerre de Trente Ans : c'est la gravure que fit Mattheus Merian pour sa description topographique du duché de Brunswick (fig. 1)125. La ville est vue du nord, du côté de son entrée ouest, mettant bien en valeur la porte de Brunswick (lettre Q sur la gravure), le faubourg de Neumark (T) et le monastère de Marienberg (V), dont le prieur n'est autre à l'époque que le professeur et inspecteur général Christoph Schrader. En contrepartie, cet angle de vue réduit en apparence l'importance du noyau originel à l'est, à savoir le monastère catholique de Saint-Ludger (A) et le faubourg d’Ostendorf (B) qui lui est rattaché. La modestie relative de la ville intra-muros, abritée derrière une fortification haute désormais dépassée, apparaît bien aussi. Il y avait 643 maisons recensées en 1620126, dont un certain nombre ont été désertées pendant la guerre et ne sont pas encore toutes reconstruites ou remplacées : la légende signale quelques bâtiments importants encore en ruines, tel l’ancien hôtel urbain de l’abbé de Saint-Ludger qu’avait racheté le juriste et chancelier Mynsinger (D), ou le cloître augustin abandonné (M), qui sera transformé au XVIIIe siècle en église universitaire. Si l'on excepte les tours des portes et des fortifications, les édifices les plus remarquables sont constitués par l'église Saint-Étienne (Sankt Stephani) à l’est (E), le collège universitaire à l’ouest (O), et entre les deux le Rathaus ou hôtel de ville (K) ; accessoirement, visible parce que sur un point haut, la maison du professeur Granefels (L).

Fig. 1. Helmstedt en 1654 vu par Merian

  • 127 Schéma réalisé par Marine Le Cam à partir du plan reconstitué de la ville en 1764 du Niedersächsis (...)

49Le plan reconstitué de la ville au XVIIIe siècle montre plus précisément la position des marqueurs principaux des deux communautés dans l’espace urbain127.

Fig. 2. Schéma de la ville d’Helmstedt au milieu du XVIIIe siècle

  • 128 Le surintendant est certes désormais de droit un professeur de théologie, mais les deux pasteurs a (...)
  • 129 Römer C., op. cit., p. 61-62, 74. Beuermann A., « Die Grundrißentwicklung der Innenstadt von Wolfe (...)

50Ceux de la communauté urbaine sont concentrés à l’est et sur la partie haute de la ville, contiguë à la franchise du monastère de Saint-Ludger à l’origine du premier noyau urbain : le Rathaus, la place du marché avec son pilori, l’église Saint-Étienne sous patronage municipal128, la place haute du Holzberg (lieu du marché au bois et aux bestiaux), et la grand rue (Neumärkerstraße) reliant les deux portes. L’université quant à elle domine la partie basse et occidentale de la ville, avec l’ensemble des bâtiments formant le collège universitaire et ses dépendances ramassés autour d’une cour, flanqués de la Juliusplatz à l’est où se trouve le pilori, signe extérieur de sa juridiction et objet de discorde avec la ville. L’établissement de l’université dans ce quartier est dû au fait que les autorités ducales ont pris le parti de l’économie et de la rapidité au moment de la fondation : elles ont récupéré le Grauer Hof, succursale urbaine du cloître cistercien de Mariental, qu’elles se sont contentées dans un premier temps de réhabiliter et d’adapter à un usage d’enseignement. Pour cette raison l’implantation de l’université n’a pas entraîné, comme l’a souligné Christof Römer, de redistribution ou de modification du système des rues dans le quartier mais simplement une densification de l’habitat dans un espace jusqu’alors plus lâchement urbanisé. La comparaison qu’il fait avec la spécialisation d’un quartier dans les villes de résidence princière est toutefois moins pertinente : en effet, il y a généralement dans ce cas une claire délimitation spatiale et juridique de ce secteur, comme par exemple à Wolfenbüttel pour la Schlossfreiheit, le Dammveste et l’Auguststadt129. Ici, le particularisme juridique est attaché aux personnes et aux biens, et non aux quartiers, d’où l’intrication des statuts dans l’espace dont nous avons déjà souligné les difficultés au quotidien. Elle se redouble en outre, nous le verrons, d’un éparpillement des bâtiments et lieux d’usages des universitaires.

  • 130 Römer C., op. cit., p. 62-64. Henze I., Helmstedt- ehemalige Universitätsstadt zwischen Elm und La (...)

51Le collège primitif, issu de la succursale monastique, consistait en deux ailes parallèles disposées face à face dans une cour close, portées de 1574 à 1576 à trois étages et aménagées pour offrir des salles de cours et des locaux pour l'administration de l'université, ainsi qu'un réfectoire, tandis que des logements pour les étudiants boursiers étaient abrités dans une maison fermant l’enceinte au sud130. Deux tours comportant des escaliers furent érigées pour faciliter la distribution et donner une plus grande monumentalité à ces bâtiments plutôt quelconques.

Fig. 3. La cour du collège universitaire en 1654 (Merian)

  • 131 Voir deux illustrations du tympan de l’aile ouest dans Henze I. Inschriften, op. cit., Nr. 77, www (...)
  • 132 Seeleke K., Paul Francke : ein fürstlicher Baumeister zu Wolfenbüttel, Braunschweig, Appelhans, 19 (...)

52Le sculpteur de la cour Adam Liquier les orna d'un décor prestigieux, comportant les armes de la maison de Brunswick131. La croissance rapide du public étudiant conduisit le duc Heinrich Julius à compléter ce complexe par le Novum Juleum, une aile nord à la fois plus monumentale et plus fastueuse, qui fermait visuellement la cour du collège tout en laissant libre l’accès vers les rues adjacentes et la place Julius. Les professeurs avaient tenu, en effet, à ce que ce bâtiment ne soit pas rattaché aux autres, afin de maximiser l’ouverture des locaux à l’air et à la lumière, ce qui eut aussi comme conséquence de bien individualiser ce joyau. Ce chantier fut principalement mené de 1592 à 1597 par l'architecte princier Paul Francke132. Le sculpteur Jacob Meierheine fut chargé d’orner le bâtiment de sculptures et de bas-reliefs dans un style typique de la renaissance tardive ou maniériste allemande, avec les armoiries de la famille ducale et diverses allégories de la science, de la sagesse et des quatre facultés.

Fig. 4. Le Juleum Novum : ensemble et détail de la porte principale

  • 133 Kirwan R., op. cit., p. 173-230, sur la représentation par l’architecture et sa célébration sur di (...)
  • 134 Schrader C., Historia Festi Secularis…, Helmstedt, Müller, 1678, version en ligne <http://diglib.hab.de/drucke/21-helmst-dr/start.htm>.

53À ce programme iconographique près, c'était clairement par son aspect luxueux un édifice princier avant d'être un bâtiment universitaire. On pourrait même considérer sa taille comme quelque peu hypertrophiée par rapport aux besoins réels de la communauté universitaire mais elle répondait au besoin d’exprimer la puissance princière, la munificence du mécène et la dignité de l'université133. Le bâtiment était d’ailleurs destiné principalement, dans un premier temps, à abriter la bibliothèque, trésor symbolique du savoir, et à recevoir les grandes assemblées et les cérémonies protocolaires dans une grande salle d’apparat (Aula), l’étage supérieur recevant les auditoriums des facultés les moins populeuses, droit et médecine, tandis que le sous-sol abritait la cave à vin et bière avec son débit de boisson chauffé. Le Juleum Novum devint désormais le symbole même de l’université, représenté sur plusieurs supports, à commencer par le frontispice du volume de commémoration du centenaire de l’académie134. Il en imposait évidemment, aucun autre bâtiment de la ville en dehors de l'église principale n’ayant son volume ni sa hauteur, et encore moins sa richesse d’ornementation. Si son implantation dans la partie basse de la ville, initialement aussi moins densément et richement lotie, ne le plaçait pas dans le cadre le plus flatteur, l'ensemble universitaire dominait cependant clairement Helmstedt par sa dimension, sa qualité architecturale et son éclat décoratif au point de la représenter avantageusement, telle une synecdoque de la ville universitaire.

  • 135 Sur tout ceci, cf. Sterly M., op. cit., p. 147-148.

54S'étant insérée dans un quartier urbain déjà constitué, sans droits d'expropriation, l’université n'avait en fait guère de possibilités d'extension horizontale sur place au-delà de l’emprise de l’ancienne ferme monastique. C’est pourquoi cet ensemble initial a évolué principalement par remaniements internes et surélévations : dans l'aile ouest la construction d’un théâtre anatomique de 1664 à 1668, puis l'installation d'une deuxième bibliothèque à partir de 1702 dans l'aile orientale, la réunion des deux amphithéâtres en une seule salle sous Charles Ier (1735-1773) pour agrandir la bibliothèque du Juleum Novum. Mais tout ceci se fit sans remettre en cause, pour l'essentiel, l'image initiale du collège et de ses bâtiments regroupés avec cohérence autour d'une cour, image conservée jusqu’à nos jours malgré les travaux successifs. Ce faisant, l’université a pu donner l’impression, quelque peu fallacieuse, d'une emprise au fond limitée sur la ville. En fait, elle a bien dû aller chercher plus loin les espaces ou les bâtiments nécessaires aux nouvelles fonctions requises par l’évolution des pratiques universitaires à partir de la fin du XVIIe siècle : dès le début, il avait fallu loger la pharmacie universitaire au numéro 13 puis 22 de la Kybizstraße, dans un quartier où résidaient plusieurs professeurs ; un jardin botanique pour la faculté de médecine fut installé rue Stoben en 1692 par le professeur Stiesser, puis transféré en 1743 par Lorenz Heister sur le terrain du premier théâtre anatomique, rue Walpurgis, contre les remparts au nord, où l’on construisit également une serre. Dès 1652 est attestée une salle d’escrime universitaire (Fechthaus) dans la rue qui porte depuis le nom de Fechtboden ; un manège universitaire couvert avec écurie (Reithaus) est construit en 1707 dans la Bauerstraße, puis un autre manège ouvert (Reitbahn) contre les remparts. Excepté la pharmacie, tous ces équipements étaient installés à une certaine distance de l’université et pour la moitié contre les remparts135.

55Mais cette image de resserrement sur le collège est surtout fallacieuse parce que les maisons de professeurs s'éparpillaient un peu partout dans la ville et que c’étaient en elles que vivait pour moitié l’université ; et aussi parce que les universitaires avaient progressivement phagocyté l’espace symbolique et sacral propre à la communauté urbaine.

Les maisons de professeurs

  • 136 Ibid., p. 148-151. Gleixner, op. cit., p. 137. Römer C. op. cit., p. 63-64. La plupart des dévelop (...)
  • 137 Sur le concept et sa discussion Brunner O., « Das „ ganze Haus“und die alteuropäische „ Ökonomik“  (...)
  • 138 Römer C. op. cit., p. 63.
  • 139 « Johann Eichel Docteur et sa maîtresse de maison et épouse Anna Sophia Hahn » (patronyme féminisé (...)

56Compte tenu de ce qui a été exposé sur l’économie domestique universitaire, on comprendra l’importance que revêt la maison de professeur136. Elle est tout autant que le collège le lieu de fonctionnement de l’université, lieu d’hébergement des Professorenburschen et d’enseignement des étudiants encore plus nombreux qui s’inscrivent aux cours privés. Elle n’est en ce sens guère différente de la maison d’artisan et de commerçant qui abrite cet ensemble, à la fois cellule familiale et lieu de l’activité économique, que les historiens allemands ont conceptualisé comme la « maisonnée » (ganzes Haus)137. Voilà pourquoi d’ailleurs son organisation s’en approche, mis à part le nombre important de chambres destinées au logement des étudiants, puisqu’elle nécessite également de consacrer une place non négligeable à l’espace de travail du professeur et de réception du public. Elle se compose donc, dans l’idéal, d’une grande entrée avec à la droite un auditorium ou salle de cours, à gauche une pièce à feu assez grande pour servir de bureau et de lieu de réception des visiteurs ; au premier étage une distribution en petites pièces pour accueillir les étudiants logés tandis que dans les étages supérieurs se déploie le logement du professeur et de sa famille, à moins que ce soit l’inverse (fig. 5a)138. C’est, par exemple, le cas de la maison construite en 1655 par un professeur de droit dans la rue du collège qui porte encore au fronton ses armes et l’inscription : « Johann Eichel. D (oktor) Anna Sophia Hahnin Sein Ehelich Hausf (rau)139. »

Fig. 5. Maisons de professeurs

  • 140 Il s’installe après son mariage dans la maison de son beau-père l’hébraïste Ernst Stisser, qui ven (...)
  • 141 Schrader W., op. cit., (29.11.1952).
  • 142 Le premier occupant est le professeur d’origine écossaise Owen Günther, premier doyen de la facult (...)

57Mais on ne saurait réduire la maison de professeur à cet archétype, ne serait-ce que parce que les enseignants sont bien obligés de composer avec le marché immobilier existant, beaucoup de maisons de professeurs ayant été construites d’abord pour un autre usage. C’est le cas notamment des enseignants n’ayant pas hérité d’une maison déjà aménagée pour un professeur, et qui doivent souvent à leurs débuts s’installer dans des maisons de location, voire même chez des collègues plus anciens et fortunés. Schrader commence ainsi sa carrière en habitant chez Georg Calixt, son maître en théologie chez qui il avait déjà résidé dans sa jeunesse comme étudiant avant de partir à Leyde140. Ou ces enseignants « nouveaux » se contentent de peu lorsqu'ils deviennent propriétaires : Heinrich Schaper, professeur de mathématiques, emménage en 1618 dans une petite maison à deux étages de la rue du Collège (no 6, fig. 5b) où il partage huit pièces avec sa femme, ses quatre enfants et quelques étudiants141. La maison fut ensuite convertie à un autre usage, alors que d'autres restent longtemps aux mains de professeurs, par exemple celle du 13 de la Kornstraße, occupée de 1574 à 1810 avec fort peu d’interruptions142, ou celles situées Kybitzstraße (no 8, 9, 23) à proximité du collège.

  • 143 NSAW 37 Alt 18.
  • 144 Schrader W., op. cit., (6.02.1954). Henze I., Inschriften, op. cit., Nr. 118, et www.inschriften.n (...)

58Il était courant de construire des maisons secondaires en fond de cour ou de jardin afin de loger des étudiants et d'en tirer un revenu complémentaire. En 1597, pour éviter la déperdition de l'assiette fiscale, il fut décidé que si les simples extensions bénéficiaient aussi de l’exemption, il ne pouvait en être de même dès lors qu’il y avait constitution de foyers séparés (Hausstätte)143. Exemple de ces conglomérats, la maison Calixt, au 21 du Papenberg, est formée en fait de trois maisons reliées entre elles, la principale ayant été construite en 1600 par le professeur Theodor Adamius. Le célèbre théologien Georg Calixt l'avait acquise en 1616, puis avait installé en 1629 dans la maison arrière une imprimerie particulière, qui fut plus tard reprise par un imprimeur indépendant144.

  • 145 Schrader W., op. cit., (28.03.1953). Henze I., Helmstedt, op. cit., p. 19.
  • 146 Ibid., p. 24.

59Quand ils ne trouvaient pas maison assez grande à leur goût, les professeurs cherchaient un terrain ou plus exactement un emplacement avec une ou plusieurs maisons délabrées qu'ils faisaient abattre pour en construire une nouvelle. Les destructions et abandons de la guerre de Trente Ans furent de ce point de vue favorables à ces opérations immobilières donnant naissance à de grands bâtiments cohérents : ainsi au Ziegenmarkt 7, la maison Conring (fig. 5d), du nom du grand professeur de médecine et de politique Herman Conring, avait en fait été construite en 1630 par son beau-père, le professeur de droit Johann Stucke, à la place de cinq petites maisons. Ce bâtiment de trois étages comptait, selon une description de 1809, une salle de cours et 34 chambres ou pièces, des écuries et des logements pour les domestiques, ainsi qu'un jardin de 5 000 m2 (145. Autre grande maison, celle que le professeur de médecine Brandanus Meibom occupa après son mariage en 1715 avec Johanna Veronika Phronaeus au 29 de la Neumärkerstraße, la rue principale : elle avait été construite par son beau-père, l’Amtmann et intendant Johann Phronaeus et comportait 17 grandes pièces, 2 cuisines, 3 réserves, une salle, une remise et un grand jardin146.

  • 147 Sterly M., op. cit., p. 51 et fig. 86-87.
  • 148 Ibid., p. 148. Plus largement Werner A., « Universitätsbibliothek und Professorenbibliotheken », B (...)

60L’usage pour les professeurs de loger beaucoup d’étudiants reculant progressivement après 1700, ce sont plutôt les nécessités des nouvelles pratiques scientifiques ou le stockage de leur bibliothèque qui justifient encore l’acquisition ou la construction de tels bâtiments. Déjà au XVIIe siècle, Georg Calixt avait fait installer une imprimerie dans sa propre maison pour pouvoir travailler plus commodément à ses publications. Au début du XVIIIe siècle le professeur d'anatomie, de chirurgie et de botanique Lorenz Heister habitait au 13 de la Walpurgisstraße une maison qui possédait sa propre source, une serre chauffée et un grand jardin de plantes médicinales de 3 000 m ². Christoph Beireis, qui occupa à partir de 1770 une vaste maison, construite en 1710 au 18 de la Magdeburgerstraße, utilisait les nombreuses pièces de l'étage pour y entreposer ses vastes collections et ses instruments scientifiques147. Le théologien Ludwig Theodor Henke avait disposé 47 bibliothèques réunissant 14 000 ouvrages dans cinq pièces de la maison qu’il avait achetée en 1790 au 51 de la Bötticherstraße (fig. 5a)148.

  • 149 Römer C., op. cit., p. 63.

61La répartition de cet habitat dans la ville dépend en partie des opportunités du marché immobilier et aussi des héritages ou dotations lors du mariage et de l’installation dans la carrière, de sorte qu’il n’y pas stricto sensu de quartier « professoral ». Certes, on note logiquement une plus grande concentration des maisons de professeurs à proximité du Juleum et dans le quartier de Saint-Walpurgis, au nord du collège, non seulement en raison de sa proximité, mais aussi parce qu’il était moins densément peuplé et donc plus facilement accessible aux nouvelles constructions. Un autre noyau se trouve en partie haute et occidentale de la ville à proximité de l'église principale Saint-Étienne, autour de la Heinrich Platz ou du Papenberg, voire du Holzberg (fig. 5c). Conformément à la hiérarchie des facultés, les juristes et les médecins étaient mieux représentés à proximité du collège universitaire, tandis que les philosophes avaient plutôt tendance à habiter à proximité de la Heinrich Platz, de même que les théologiens qui se trouvaient là tout près de leur église149.

  • 150 Ibid. Schrader W., op. cit., (24/12/1953).
  • 151 Schönrock F., « Zur Entwicklung der Greifswalder Universitätsbauten bis zum Anfang des 19. Jahrhun (...)
  • 152 C’est accordé mais le bâtiment ne verra finalement jamais le jour et Wolffen sera réduit à rester (...)
  • 153 Müller H.-E., op. cit., p. 423-425. Triebs M., Die Medizinische Fakultät der Universität Helmstedt (...)

62C'est là, au no 9 de la place, que se situait la maison de l’helléniste Johannes Caselius, que le duc Heinrich Julius de Brunswick avait fait construire à ses frais150. Soulignons à ce propos que ça n’était pas l’usage à Helmstedt : cet avantage avait été concédé ici à titre tout à fait exceptionnel pour attirer ce grand humaniste de l'université de Rostock, qui se faisait prier. Dans d’autres universités, des maisons ont parfois été fournies aux professeurs : à Greifswald, elles sont attachées à des chaires et à des facultés, un peu comme des logements de fonction. Mais ce système s'était mis en place dès l’époque médiévale, sans doute sur le modèle des maisons prébendales151. Certains logements peuvent aussi être fournis en raison de sujétions spéciales : arrivant à Marburg, Christian Wolffdemande au Landgrave de Hesse qu’on lui procure un logement près de l’observatoire dont la construction est prévue, « comme c’est l’usage ailleurs » en raison des astreintes de l’observation de nuit152. À Helmstedt, le jardin médicinal et la serre attenants à la maison du professeur Heister avaient été financés par le duc et constituaient une extension d’un terrain appartenant déjà à l’université, emplacement du premier théâtre anatomique153.

  • 154 Sterly M., op. cit., p. 148.
  • 155 Ingrid Henze, ibid., p. 42-44, note que, contrairement à ce qu’on pourrait attendre, les maisons u (...)

63Sur un total de quelque 600 parcelles intramuros, les archivistes Schaper et Schrader n’en ont repéré que 77 sur lesquelles un professeur a habité à un moment donné, mais en n’identifiant ce faisant qu’un peu plus de la moitié des 400 universitaires ayant exercé à Helmstedt154. Ce difficile travail d’inventaire reste donc à continuer en croisant diverses sources, certaines périodes restant moins bien documentées que d’autres. Mais comme le rappelle fort justement Marita Sterly, il faut avoir présent à l’esprit qu’il ne peut malgré tout y avoir plus de 22 maisons de professeurs « actives » avec leurs annexes à un moment donné, sachant en outre que les enseignants les plus jeunes ou récemment arrivés peuvent rester provisoirement en location voire même en cohabitation chez un ancien maître, avant leur installation définitive. On peut toutefois y ajouter les maisons d’autres personnels relevant de l’université (pharmacien, notaire, imprimeur, relieur) et celles des veuves de professeurs qui gardent souvent des fonctions d’hébergement, bien utiles au maintien de leurs revenus, et conservent en tout cas l’image sociale et les privilèges attachés à la maison professorale. Compte tenu du caractère privilégié de la population habitant ces maisons et de l'activité qui s'y déroule, on peut enfin interpréter la dispersion de cet habitat dans la ville comme la pénétration d'une grande partie du tissu urbain par l’université, qui ne se remarque peut-être plus aujourd'hui de prime abord, mais qui était évidemment transparente pour les acteurs sociaux de l'époque155.

Le phagocytage des autres lieux publics par l’université

  • 156 Cf. supra n. 141.
  • 157 Cf. supra n. 52.
  • 158 Henze I., Inschriften, op. cit., Nr. 61, <urn:nbn:de:0238-di061g011k0006109> (ill.).
  • 159 Ahrens S., « Ein Gotteshaus mit vielen Namen – die ehemalige Universitätskirche in Helmstedt », Ge (...)
  • 160 Christoph Schrader donnait des exercices de « rhétorique sacrée » à restituer pour plus de réalism (...)
  • 161 Ahrens S., Universitätskirche, op. cit., p. 19. Füssel M., Gelehrtenkultur, op. cit., p. 281.

64Les bourgeois étaient donc d'une certaine façon assaillis de tous côtés par l’université, aucun espace public n’étant vraiment épargné : la place du Holzberg, qui servait de foirail, était également bordée ici et là de maisons d'universitaires, comme celle du professeur de rhétorique Christophe Schrader (fig. 5c)156. Même leur espace propre, à savoir la place du marché sur laquelle se tenait le Rathaus, leur était disputé d’une certaine façon sur le plan des symboles. S'y trouvait la maison dite Röhrsches Haus, dont le duc avait fait son Hoflager et où descendaient les membres de la famille princière quand ils résidaient à Helmstedt, en particulier les enfants princiers qu'on faisait fréquenter au moins symboliquement l’université, accompagnés de mentors et gouverneurs157. Or la décoration de cette maison était en soi un hommage à la fonction universitaire de la ville puisque l'on y trouvait représentés sous forme d'allégorie les arts libéraux sculptés sur les poutres principales des étages158. Donnant également sur cette place, et quasi riveraines de la maison de ville, les ruines de l'ancien cloître Augustin furent reprises au début du XVIIIe siècle pour y construire une église propre à l’université, la Collegienkirche159. De sorte que tous les jours passaient sous le nez de l’administration municipale les professeurs et étudiants allant faire leurs dévotions ou des exercices de prédication160. À l’intérieur de cette église, l’université était honorée par la représentation symbolique des facultés sous forme de quatre palmes dorées encadrant l’autel et la présence de trente pierres tombales ou monuments funéraires de professeurs décédés après 1704161.

  • 162 Le surintendant général et pasteur primarius est sous patronage princier direct, choisi parmi les (...)
  • 163 On ne sait ce qui poussait certains professeurs à continuer à choisir Saint-Étienne comme lieu de (...)
  • 164 Baumgart P., Statuten, op. cit., p. 204-205.
  • 165 Böhmer J. C., Inscriptiones sepulchrales Helmstadienses una cum monumentis caeteris, Helmstedt, Ge (...)
  • 166 Ibid., Nr. 365, <urn:nbn:de:0238-di061g011k0036502>.
  • 167 Ibid., Nr. 236, <urn:nbn:de:0238-di061g011k0023606>.
  • 168 Il n’en reste plus que 6. Élève de Melanchthon devenu orthodoxe, il termina sa carrière à Helmsted (...)
  • 169 Peint vers 1590 par Hans Vredmannn de Vries, no B58 et B72 de la collection de la Herzog August Bi (...)
  • 170 Henze I., Inschriften, op. cit., p. 559. Kleinert, R., op. cit., p. 28. Schumann S., Joachim Mynsi (...)
  • 171 Henze I., Inschriften, op. cit., Nr. 123, <urn:nbn:de:0238-di061g011k0012304> (ill.). C’est un fils de marchand de Rostock, (...)
  • 172 Hammerstein N., Deutsche Bildungsgeschichte, op. cit., t. I, p. 30-31.
  • 173 Voir à titre d’exemple l’épitaphe de Schrader, connue seulement par les relevés de Böhmer J. C., o (...)
  • 174 Sur ce phénomène de nécropoles universitaires imitant les usages nobiliaires pour affirmer la nobl (...)
  • 175 Noter toutefois que les bourgmestres et trésoriers et quelques notables reprennent par contaminati (...)

65Jusque-là, l'église principale Saint-Étienne (Sankt Stephani) avait de fait rempli ce rôle dès l'origine de l’université, faute de mieux, bien qu’elle fût sous patronage municipal162. Un espace particulier dans la nef nord était réservé aux chaises des professeurs, à côté mais séparément de celles où siégeait la municipalité. Devant ces élites réunies était dressé, sous la forme d’un vitrail dans la fenêtre centrale du flanc nord, une image de la remise par le chancelier de l’université Mynsinger von Frundeck de la charte de fondation impériale de l’académie au jeune Heinrich Julius, premier recteur princier. Le sanctuaire faisait en outre fonction de nécropole universitaire, ce qu’elle continua à faire partiellement même après la construction de la Collegienkirche163. Les statuts de 1592 le permettaient, tout en réservant cependant le chœur à la noblesse. Mais comme celle-ci était quasiment absente de Helmstedt, ce furent de fait aussi les stèles funéraires des professeurs qui l'envahirent, comme toute la nef et le cimetière environnant. Un tarif annuel avait été fixé en 1592 à cinq thalers pour un professeur, dix pour son épouse et trois pour ses enfants164. L’espace sacral de la communauté urbaine fut ainsi progressivement phagocyté par la communauté universitaire. Ces pierres tombales et monuments funéraires universitaires étaient si nombreux et dignes d’intérêt qu'ils firent l'objet d'un recueil au début du XIXe siècle, grâce auquel on garde encore la trace de nombreuses inscriptions aujourd'hui perdues165. On peut toujours admirer, cependant, sur le pilier nord de la croisée du transept, le monument funéraire du théologien le plus marquant de l’école iréniste d’Helmstedt, Georg Calixt, avec un ange portant son épitaphe, surmonté de son portrait peint166 ; ou bien, à l’extérieur, l’imposante chapelle funéraire de la famille de juristes Hahn/Eichel/Boeckellen167. Figure également en bonne place dans l’église, dans le même style que la chaire, un monument funéraire déployant une image idéale de la famille professorale luthérienne, semblant légitimer le statut matrimonial universitaire comme aimable à Dieu et exalter une dynastie en construction : il s’agit, présentée sous forme de statuettes en position d’orants, de la famille du théologien Tileman Heshusius ou Heshusen, avec sa femme et ses sept enfants168. On ne peut qu’être frappé par la ressemblance de ce dispositif avec celui de certains tombaux de la haute noblesse ou avec les représentations pieuses de familles princières, tel le diptyque épitaphe du retable de l’église Saint-Jean à Wolfenbüttel, qui donnait à voir dans la même position le duc Julius, son épouse Hedwige et 148 tous leurs enfants169. Seule sa taille plus modeste indique que ce n’est pas le tombeau d’un prince. Mais les plus beaux de ces monuments funéraires ou pierres tombales universitaires ne le cèdent en rien à ceux des plus hauts dignitaires de l’État et de l’Église, ou même de la noblesse ordinaire, et témoignent d’une conscience de soi très élevée. Le monument de la famille de Joachim Mynsinger von Frundeck (†1588), certes noble mais également juriste, qui fut le premier chancelier de l’université, présente des dispositions analogues, ici sous forme d’un bas-relief, la famille étant à genoux, hommes à gauche, femmes à droite, au pied du Calvaire170. Et la pierre tombale du mathématicien et médecin Franziscus Parcovius (†1611), qui n’est pourtant pas noble même s’il a le titre de médecin personnel du prince, le montre ceint d’une épée171. Dans cette sorte d’imitatio nobilitatis, il y avait évidemment sous-jacente l’affirmation de l’égale valeur de la noblesse d’esprit, thème cher aux humanistes172. Au XVIIe siècle, d’ailleurs, cette imitation par l’image ne semble plus nécessaire et fait place plutôt à un dispositif de distinction par le texte : de longues épitaphes latines exaltent les titres et les mérites du défunt173. Quoi qu’il en soit, l’effet de collection, sans égal sauf dans les nécropoles princières, donnait à ces représentations idéalisées une prégnance encore plus grande174. On imagine que le bourgeois ordinaire qui était obligé de se rendre dans cette église pour ses dévotions et ses devoirs religieux, ou de traverser le cimetière, en était impressionné, et qu’il avait quelque mal à voir dans ce sanctuaire l’expression de l’identité municipale, même si, bien sûr, les tombes et épitaphes de bourgmestres dialoguaient, mais un ton en dessous, avec celles des universitaires175.

Gestion dynamique et conflictuelle de l’espace social

  • 176 Sur les correspondances entre espace physique et espace social et leurs supports conceptuels, voir (...)
  • 177 Dessin en couleur daté du 28.8.1754 tiré du Stammbuch (livre d’or ou d’amis) de l’étudiant Friedri (...)
  • 178 Füssel M., Gelehrtenkultur, op. cit., p. 284.

66Tous ces espaces étaient donc partagés avec le reste de la population, mais aussi parfois conquis voire, aux yeux de certains, profanés par des abus d'usage176. La place du marché était par excellence le lieu de rencontres et donc de conflits éventuels entre la jeunesse urbaine et les étudiants. Ces derniers cherchaient à marquer leur suprématie en conquérant la place, le cas échéant de haute lutte. En témoigne l’illustration d'une fête au XVIIIe siècle qui pourrait bien correspondre à l’un de ces tumultes déjà évoqués et où, telle une armée victorieuse, un fort groupe d’étudiants en goguette tient la place symbolique de l’identité urbaine juste devant l’hôtel de ville en ayant déployé tous les éléments d’un festin arrosé (fig. 6)177. C'est, en effet, aussi dans l'espace urbain et son usage que s'inscrivaient les rivalités et les tensions entre les deux groupes sociaux. La force et le nombre l’emportaient souvent et, même au regard du droit, la population urbaine au sens strict n'était guère en position favorable. Les étudiants obtinrent par exemple, en 1761, qu’un rescrit ducal leur confirme le droit de tenir le haut du pavé face aux compagnons artisans (Gesellen), c'est-à-dire concrètement d’avoir la préséance sur les larges dalles (breiter Stein) qui permettaient de cheminer au sec dans les rues boueuses, laissant le caniveau aux « Philistins178 ».

Fig. 6. Assemblée festive d’étudiants sur la place du marché d’Helmstedt en 1754

  • 179 Füssel M., « Organisationsformen, Rituale und Rangstreitigkeiten », Bruning J., Gleixner U. (dir.) (...)
  • 180 Füssel M., Gelehrtenkultur, op. cit., p. 285.
  • 181 Ibid., p. 286. NSAW 37 Alt 38.
  • 182 Ibid., p. 283, 285.
  • 183 Becker B., Privilegien, op. cit., p. 62. Sur le fait que cet argument est de mauvaise foi, s’agiss (...)
  • 184 Ibid.

67Les conflits de rangs et de statuts dans la ville s’éprouvaient donc à travers la gestion dynamique de cet espace qu’on peut envisager comme un réseau topographique où s’exprimait la situation sociale sous forme symbolique179. L’occasion en était régulièrement donnée par l’usage pour chaque corps de s’inviter mutuellement aux cérémonies importantes : changements annuels de bourgmestres et de trésoriers du côté de la ville ; promotions doctorales ou à la maîtrise, déclamations ou disputes solennelles, changements semestriels de Vice Recteur du côté de l’université. Le recès de Burgdorf de 1727, dans un contexte de tension entre les deux institutions, avait voulu codifier plus précisément ces échanges dans son paragraphe 17 en obligeant les deux communautés à multiplier ces invitations réciproques « afin de restaurer et maintenir désormais autant qu’il est possible la bonne entente entre l’université et le conseil municipal180 ». Dès l’année suivante, toutefois, les magistrats urbains se plaignaient de n’avoir pas été invités à une cérémonie de promotion au doctorat en médecine, ce à quoi l’université répondait perfidement que la ville n’avait montré jusqu’ici guère d’intérêt pour les promotions et disputes solennelles181. Le recès fixait en outre très précisément les dispositions protocolaires de ces cérémoniaux, qui revenaient à attribuer aux invités une place d’honneur juste après le personnage le plus important de l’institution invitante. Lors des processions qui marquaient les cérémonies universitaires, les conseillers municipaux invités, bourgmestre en tête, devaient désormais marcher immédiatement après le Vice Recteur, alors qu’un précédent décret de 1637 ne faisait venir le bourgmestre le plus ancien qu’après le doyen de la faculté de philosophie, c'est-à-dire le dernier dans la hiérarchie universitaire182. L’université répliquait qu’il était impossible d’accorder cette place d’honneur « à des conseillers municipaux qui n’étaient pour la plupart que des bourgeois communs, brasseurs ou même artisans tels que des cordonniers183 ». L’administration ducale demandait en retour à la municipalité, « afin de cultiver une bonne entente, d’inviter également les membres de l’académie aux solennités urbaines » et de leur donner une place de choix « comme à des hôtes de marque et à des amis184 ».

  • 185 Sur ces formalités et leur cérémoniel, Füssel M., « Zeremoniell und Verfahren. Zur Wahl und Einset (...)
  • 186 NSAW 37 Alt 178, f° 8-12. Becker B., Privilegien, op. cit., p. 81-83. Voir l’analyse fine de ce co (...)
  • 187 La date exacte n’est pas connue mais le fait est attesté par la description de Zacharias Conrad vo (...)

68Mais, dès le 23 juin 1729, un scandale venait démentir cette vision idyllique projetée par l’autorité ducale sur les rapports entre ville et université. À l’occasion du changement de semestre, le nouveau Vice Recteur Hermann von der Hardt, professeur particulièrement ombrageux et imbu de son autorité académique, fit d’abord confiner le bourgmestre et ses collègues avec les simples maîtres dans une salle secondaire, refusa ensuite de les accueillir et de les laisser marcher à la suite des doyens puis, arrivés dans la salle d’apparat, il les fit, par l’entremise – horresco referens – du simple famulus communis, renvoyer au banc des « opposants », c'est-à-dire des étudiants et impétrants aux grades, au lieu de les admettre comme il était d’usage à côté des Honoratioren sur le banc des professeurs185. Une sorte de course pour se positionner honorablement dans le cortège s’était en outre déroulée d’un lieu à l’autre de l’enceinte universitaire, puis une sortie de la salle dans la plus grande confusion, au cours de laquelle les étudiants complices avaient humilié les représentants de la ville en les bloquant et les obligeant à passer dans la foule. Nous connaissons ces détails et plus encore car les conseillers ulcérés s’empressèrent de les énumérer au duc, le front encore rouge de l’affront subi par la « Prostitution » de leur dignité, révélant au passage l’importance et la savante signification de ces codes de l’affirmation sociale dans l’espace186. Ils remontraient que non seulement leurs personnes, mais aussi la ville, en tant qu’honorable membre des États du duché, avaient été gravement offensées. L’autorité ducale se fit encore une fois apaisante, édulcorant au passage la signification de ces gestes, reprenant à bon compte la thèse du chahut étudiant derrière laquelle s’étaient couverts un peu facilement les responsables de l’université. Elle pouvait difficilement désavouer un corps aussi important et une autorité, le vice rectorat, qui en fin de compte ne faisait que théoriquement la représenter, puisque c’était bien toujours le duc le recteur de l’université. Si les conflits se calmèrent ensuite sur ce plan de la symbolique pour migrer plutôt vers le front des privilèges juridiques et fiscaux, la distance entre ville et académie subsistait : pour signifier la barrière sociale qui les séparait du commun, l’université fit ériger, après cette affaire, une rambarde tout autour des bancs des professeurs, sans doute afin de bien marquer leur distinction et empêcher quiconque, en fait les élites urbaines, de prétendre les rejoindre sur leur Olympe187.

*

En guise d'épilogue

69Arrivé au terme de ce parcours, nous espérons avoir mis en lumière l’interconnexion des différents aspects qui caractérisent la ville universitaire allemande protestante d’époque moderne, tel un système dont tous les éléments se confortent. Les termes de l’échange ou du rapport entre université et (petite) ville sont tels qu’ils induisent une dynamique très particulière, s’appuyant sur le poids démographique et économique des étudiants et des élites académiques, prolongée par le statut matrimonial et les capacités de reproduction du corps professoral, protégée par le privilège juridico-fiscal et l’appui lointain mais efficace du pouvoir princier. Cette dynamique tend à conforter la domination sociale et culturelle des universitaires, qui s’exprime de différentes manières dans les rapports sociaux, les pratiques de représentation et l’usage de l’espace urbain. Elle aboutit aussi, ne l’oublions pas, à renforcer par capitalisation leur exploitation économique des avantages de cette situation. Face à cela la ville, vu sa taille, son faible poids politique et la modestie relative de ses élites, n’a guère le choix que de subir cette domination tout en profitant au moins de ses retombées matérielles, qui sont d’autant moins négligeables qu’elle n’a guère de ressources alternatives de même ampleur.

  • 188 Il ne faut cependant pas placer, dans une hâte téléologique, trop tôt ce déclin, au moins sur le p (...)
  • 189 Hammerstein N. et Herrmann U., op. cit., p. 18-26, 83-86, 512-515.
  • 190 Martin Albert Cherubim (1699-1734), un de ces bourgmestres qui affrontèrent l’université dans ces (...)

70Toutefois, le système que nous avons décrit n’a fonctionné dans toutes ses composantes que jusqu'au premier tiers du XVIIIe siècle. Par la suite, un certain nombre changements structurels et conjoncturels ont progressivement altéré les capacités de domination des universitaires et donc modifié les rapports entre la communauté urbaine et l'université. L’académie et la ville avaient perdu leur attractivité depuis que des universités concurrentes, surtout Göttingen, proposaient aux étudiants un enseignement plus moderne et des conditions de vie et de loisir plus conformes à leurs nouvelles aspirations188. Ceci entraîna d'abord la baisse progressive de la proportion des universitaires, au sens large, dans la population urbaine. Si le nombre de professeurs et d'employés de l'université resta au même niveau, les effectifs d'étudiants immatriculés ont fortement et durablement baissé dès la fin du XVIIe siècle, amenant progressivement un changement du rapport de force numérique : parti de quelque 25 %, il a chuté jusqu’à 3 % de la population à la fin. Dans le même temps, il semble que la bourgeoisie ait répugné à être aussi dépendante de l'université et qu’elle ait voulu s’affirmer face aux élites professorales. La multiplication des conflits de préséance à partir du premier tiers du XVIIIe siècle est sans doute l’un des premiers signes d’un refus de la soumission sociale habituelle de la bourgeoisie urbaine à la bourgeoisie académique et d’une volonté d’émancipation. Les mutations sociales et culturelles de ces milieux, conduisant à l’émergence de la notion de bourgeoisie cultivée sous les Lumières189, peut-être aussi certaines formes de rapprochement entre ces deux groupes190, ont pu amener les élites urbaines à développer une conscience de soi moins complexée vis-à-vis des universitaires.

  • 191 Römer C. op. cit., p. 67.
  • 192 Tholuck A., op. cit., p. 76. Klein B., op. cit., p. 261-262.

71Certains traits caractéristiques de l’ancienne économie ont aussi pris des rides. Il devient, par exemple, de plus en plus difficile aux étudiants de trouver le couvert chez l’habitant, en particulier le soir, la bourgeoisie ne voulant plus se soumettre à ces fonctions de pourvoyeuse de repas191. De leur côté, les enseignants avaient perdu l'habitude de loger chez eux et d’entretenir à table un nombre important d'étudiants. Une certaine aisance, une modification des habitudes de logement, de la conception de la sphère privée et de l'intimité avaient amené les uns comme les autres à se décharger de ces fonctions hôtelières ou à les limiter à la location de chambres plus ou moins indépendantes. La pratique des cours privés heurtait aussi désormais les conceptions plus modernes de l’université et tendait à être remplacée par l’organisation de séminaires publics192. Tout cela affaiblissait donc sensiblement le poids de la maison professorale en tant qu’entreprise privée dans l’économie urbaine.

  • 193 Le condominium sur l’université d’Helmstedt, héritage de la succession partage de 1634 entre les W (...)
  • 194 Voir cependant Albrecht P., « Kaffee und Kaffeehäuser in der Universitätsstadt Helmstedt vom Ende (...)

72Or, pendant ce temps, la diminution des capacités de financement public, du fait du retrait du Hanovre de la codirection en 1745 et de la réorientation des priorités du duché vers le développement du Collegium Carolinum à Brunswick, ne permettait pas de mettre à jour les prestations de l’université ni d’attirer les meilleurs enseignants du moment par des conditions matérielles avantageuses193. En outre, les services offerts à la population estudiantine ne correspondaient plus aux standards désormais attendus, tels qu'on les trouvait par exemple à Iéna et plus encore à Göttingen où l’on cherchait à attirer la clientèle distinguée : théâtre, manèges, cafés à la mode, etc.194. Les visiteurs au fait de ces standards soulignent au contraire l'arriération et le provincialisme de la petite ville universitaire assoupie à la fin du XVIIIe siècle. Ainsi vers 1790, l’étudiant Carl Bénédict Hase en provenance de Iéna, dont le témoignage sur Helmstedt me servira de triste point de conclusion :

  • 195 Ahrens S., Die alte Universität, op. cit., p. 16. Eggeling O., « Ein Studiosus aus dem letzten Jah (...)

73« La ville est en soi un trou lamentable et pitoyable, certes si l'on considère le nombre de maisons plus grande que Iéna, mais sinon à tous points de vue inférieure195. » Suit une description à traits forcés des risques que l'on prend à parcourir les rues à cause du délabrement des maisons et de l'insolence des jeunes garçons qui traînent. Le scripteur insiste ensuite sur l'arriération et le provincialisme des habitants comme des étudiants : « À toutes les fenêtres sortent des visages curieux qui demandent, quand ils m'entendent parler, quel est ce Haut-Saxon au dialecte si étrange !…. Le ton des étudiants est tel qu'il est difficile de s'en faire une idée à la description. Ce sont en grande partie des gens […] simples d'esprit et ignorants au plus haut point et qui pourtant sont tellement imbus d’eux-mêmes qu'on ne sait pas si l'on doit en rire ou en pleurer. » Ce morceau choisi comporte en fait tous les lieux communs du récit de voyage condescendant, chargeant les autochtones des stigmates de l'arriération et de la barbarie. Certes la ville, à qui manque désormais un moteur économique dynamique, n'est sans doute pas dans le meilleur état, mais il s'agit aussi de signifier, à travers la peinture d’une idiosyncrasie des habitants conforme à leur environnement matériel, tout simplement le déclassement de l'université dans la dure concurrence qu’elles se livraient déjà. Il est vrai qu’un organisme urbain qui s’identifiait autant à l’université qu’elle abritait, autrement dit une « Universitätsstadt », ne pouvait qu’être entraîné vers le bas par la chute de celle-ci.

Notes

1 De recta reipublicae litterariae constitutione, qu’il ne put dans les faits prononcer en raison du décès de son père au dernier moment. Augusti Iunioris Brunsvicensium et Lunaeburgensium Ducis, Academiarum Rostochiensis et Tubingensis Rectoris, Orationes et edicta publice proposita, Tubingae, Gruppenbach, 1598. « Herzog August der Jüngere zu Braunschweig und Lüneburg : Über den zweckmäßigen Aufbau einer Hohen Schule (1598) », Aus dem Lateinischen übersetzt von Peter Mortzfeld und Maria von Katte, Wolfenbütteler Beiträge 3, 1978, p. 155-189.

2 La première vague de créations universitaires dans l’Empire avait plutôt concerné des villes de première importance : Prague, Vienne, Erfurt, Cologne, Leipzig. Sur la seconde vague, cf. Lorenz S., Auge O., Becker N. (dir), Attempto, oder wie stiftet man eine Universität : Die Universitätsgründungen der sogenannten zweiten Gründungswelle im Vergleich, Stuttgart : Steiner, 1999. Sur les incidences de la confessionnalisation, Baumgart P., « Die deutschen Universitäten im Zeichen des Konfessionalismus », Patschovsky A. et Rabe H. (dir.), Die Universität in Alteuropa, Konstanz, KUV, 1994, p. 147-168.

3 Sur ces généralités, voir Frijhoff W., « Grundlagen », Rüegg W. (dir.), Geschichte der Universität in Europa ; t. 2 : Von der Reformation zur Französischen Revolution (1500-1800), München, Beck, 1996, p. 53-102. Seifert A., « Das höhere Schulwesen », Hammerstein N. (dir.), Handbuch der deutschen Bildungsgeschichte, t. 1: 15. Bis 18. Jahrhundert. Von der Renaissance und der Reformation bis zum Ende der Glaubenskämpfe, München, Beck, 1996, p. 197-374. Hammerstein N. et Hermann U. (dir.), Handbuch der deutschen Bildungsgeschichte, t. 2: 18. Jahrhundert. Vom späten 17. Jahrhundert bis zur Neuordnung Deutschlands um 1800, München, Beck, 2005, p. 355-368, 369-400. Le Cam J-L., « L’Université allemande à l’époque moderne : problématiques, concepts, tendances historiographiques », Les Universités en Europe à l’époque moderne, Colloque de l’Ahmuf, Paris-Sorbonne, 21 janvier 2010, Bulletin de l’Association des Historiens Modernistes des Universités Françaises 36, Paris, PUPS, 2012, p. 265-345.

4 Voir liste et illustration dans l’article « Universitätsstadt » de la version allemande de Wikipedia. Sur ce concept de « mise en scène » (Inzenierung) appliqué à la ville voir Schmidt-Lauber B. (dir.), Mittelstadt : Urbanes Leben jenseits der Metropole, Frankfurt M./New York, NY Campus-Verl., 2010, p. 27, et plus particulièrement pour la ville universitaire Metz-Becker M., « Zum kulturellen Gedächtnis deutscher Universitätsstädte », ibid., p. 105-120.

5 Lindner R., « Der Habitus der Stadt. Ein kulturgeographischer Versuch », Petermanns Geographische Mitteilungen, 147, 2003, p. 46-53.

6 Le baron Ernst Koch comparait ainsi en 1834 Göttingen, où soufflait le vent de la nouveauté et de l’ouverture au monde, à Marburg totalement repliée sur elle-même et son passé, mettant ici plutôt l’accent sur l’absence d’autre activité ou attractivité de la ville : « Göttingen a une université, Marbourg en est une dans laquelle tout ici appartient à l’université, du Pro-Recteur jusqu’au cireur de chaussure », Metz-Becker M., op. cit., p. 105.

7 À défaut d’une monographie scientifique d’histoire urbaine, on dispose de la chronique érudite de Müller H.-E., Helmstedt : die Geschichte einer deutschen Stadt, 2e éd., Helmstedt, Stadt Helmstedt, 2004, en particulier p. 434-458 sur l’université et la ville. De même il manque encore un grand ouvrage de synthèse sur l’université d’Helmstedt mais plusieurs catalogues d’exposition y suppléent d’une certaine manière, surtout le dernier publié par la bibliothèque de Wolfenbüttel à l’occasion du bicentenaire de la fermeture l’université, qui comprend 28 contributions des meilleurs spécialistes de ces questions : Bruning J. et Gleixner U. (dir.), Das Athen der Welfen : die Reformuniversität Helmstedt 1576-1810. Ausstellung in der Herzog August Bibliothek Wolfenbüttel vom 7. Februar bis 29. August 2010, Wolfenbüttel, Herzog-August-Bibliothek, 2010. Voir sinon Haase H., Die Universität Helmstedt 1576-1810. Bilder aus ihrer Geschichte, Bremen/Wolfenbüttel, Jacobi, 1976. Ahrens S., Die alte Universität. Aus der Geschichte der Academia Julia zu Helmstedt, Ausstellungskatalog zur Sonderausstellung vom 4. Juni bis 31. Oktober 2000, Helmstedt, Landkreis Helmstedt, Kreismuseen Helmstedt, 2000 et Kloth W., Die Universität Helmstedt und ihre Bedeutung für die Stadt Helmstedt, Helmstedt, Landkreis Helmstedt, 2003. Par ailleurs Peter Baumgart a tout au long de sa carrière publié sur l’université d’Helmstedt (mais aussi Würzburg, Greifswald) plusieurs articles fondamentaux désormais réunis dans un recueil : Universitäten im konfessionellen Zeitalter : gesammelte Beiträge, Münster, Aschendorff, 2006. Les archives concernant la gestion de l’université par les princes tuteurs et leurs interventions dans les démêlés avec la ville sont bien conservées au Niedersächsisches Staatsarchiv de Wolfenbüttel (désormais abrégé NSAW) dans la série 37 Alt et au Niedersächsisches Hauptstaatsarchiv de Hanovre (NHSAH) dans la série Calenberg Brief 21.

8 La cité retrouvera une certaine célébrité pendant la division de l’Allemagne de 1945 à 1989 comme poste-frontière de l’axe routier et ferroviaire central entre Hanovre et Berlin (Helmstedt-Marienborn).

9 La thématique de la ville universitaire en tant que type urbain particulier a été paradoxalement assez peu travaillée en Allemagne pour la période moderne. Un colloque l’avait abordée essentiellement sous forme monographique et en lien avec le Moyen Âge, Maschke E. et Sydow J. (dir.), Stadt und Universität im Mittelalter und in der früheren Neuzeit Sigmaringen, Thorbecke, 1977. Le recueil dirigé par Duchhardt H. (dir.), Stadt und Universität, Weimar/Wien, Böhlau, 1993, au regard chronologique plus large, est surtout centré sur l’histoire institutionnelle ou, pour la période moderne, sur le rapport de certaines structures confessionnelles avec le réseau urbain : Menk G.,« Die kalvinistischen Hochschulen und ihre Städte im konfessionellen Zeitalter », ibid., p. 83-106 ; Müller R. A., « Jesuitenstudium und Stadt- Fallbeispiele München und Ingolstadt », ibid., p. 107-125. La première thèse à en faire son sujet principal, mais sur une durée limitée débordant sur la période contemporaine, est celle de Deinhardt K., Stapelstadt des Wissens : Jena als Universitätsstadt zwischen 1770 und 1830, Köln/Weimar, Böhlau, 2007. Son chapitre « Stadt und Universität » dans Bauer J. (dir.), Die Universität Jena in der Frühen Neuzeit, Heidelberg, Winter, 2008, p. 149-161, remonte en revanche à la période antérieure et présente bien des analogies avec notre exemple. Voir enfin le colloque faisant la rétrospective de six siècles de rapports entre l’université et la ville de Leipzig, Döring D. (dir.), Stadt und Universität Leipzig : Beiträge zu einer 600-jährigen wechselvollen Geschichte, Leipzig, Leipziger Universitätsverlag, 2010. Sur Helmstedt, l’article de Römer C., « Helmstedt als Typ der Universitätsstadt », Niedersächsisches Jahrbuch für Landesgeschichte 52, 1980, p. 59-74, a bien déblayé le terrain en puisant dans les archives et sur la base de l’historiographie des décennies précédentes. Celle-ci a été bien renouvelée depuis.

10 Sur ce prince savant et bibliophile cf. Herzog August zu Braunschweig und Lüneburg 1579-1666 : Sammler, Fürst, Gelehrter. Ausstellung der Herzog August Bibliothek in Wolfenbüttel, Wolfenbüttel, Herzog August Bibliothek, 1979. En français, voir Le Cam J.-L., La Politique scolaire d’Auguste le Jeune de Brunswick-Wolfenbüttel et l’inspecteur Christoph Schrader 1635– 1666/80, 2 t.,Wiesbaden, Harrassowitz, 1996, vol. I, p. 84-123 (= Politique, contrôle et réalité scolaire en Allemagne au sortir de la guerre de Trente Ans. t. I) [par défaut, le titre de cet ouvrage sera abrégé en op. cit. sans autre précision, les autres références du même auteur étant distinguées par un mot-clé du titre]. Sur le rôle particulier d’Auguste dans le renouveau de cette université et le relatif désintérêt de ses successeurs, cf. Bruning J., « Die Reformuniversität Helmstedt 1576-1810 », Bruning J. et Gleixner U. (dir.), op. cit., p. 24-37, ici 31.

11 Baumgart P., « Die Gründung der Universität Helmstedt », Braunschweigisches Jahrbuch 57, 1976, p. 31-48. Idem, « Die Gründung der Universität Helmstedt », Idem et Hammerstein N. (dir.), Beiträge zu Universitätsgründungen der Frühen Neuzeit, Nendeln (Liechtenstein), KTO Press, 1978, p. 217-241. Bei der Wieden B., « Was der Herzog erhoffte. Die Gründung der Universität Helmstedt », Bruning J. et Gleixner U. (dir.), op. cit., p. 38-45.

12 Schäfer D., « Gründung und Einweihung des Paedagogium illustre zu Gandersheim (1569-1571) », Jahrbuch der Gesellschaft für Niedersächsische Kirchengeschichte 64, 1966, p. 97-128; « Das Paedagogium illustre in Gandersheim bis zu seiner Verlegung nach Helmstedt (1571-1575) », ibid. 66, 1968, p. 107-140.

13 Sur les motifs et l’importance pour le développement de l’université de ce choix judicieux d’implantation, voir Maaser M., Humanismus und Landesherrschaft. Herzog Julius (1528-1589) und die Universität Helmstedt, Stuttgart, Steiner, 2010, p. 36, 43-44, 163.

14 Le duc fait citer pour cette raison les représentants du conseil municipal à son château voisin de Schöningen le 10 juillet 1575, cf. Baumgart P., « Gründung », op. cit., p. 39 et NSAHN Cal. Br. 21, D I, Nr. 6

15 Baumgart P., « Universitätsautonomie und landesherrliche Gewalt im späten 16. Jahrhundert : Das Beispiel Helmstedt », Idem, Universitäten, op. cit., p. 203-237, en part. 208-213. Le premier recteur ne fut cependant pas lui-même mais son fils Heinrich-Julius.

16 Les statuts prévoient une visite annuelle de l’université par des conseillers du prince et l’obligation pour les professeurs d’envoyer tous les trimestres un relevé précis de leurs cours ou les raisons éventuelles de leurs absences, Jüttner F. et Steyr K., « Professoren in der Pflicht. Vorlesungsverzeichnisse und Rechenschaftsberichte », Bruning J. et Gleixner U. (dir.), op. cit., p. 98-105. Voir l’exploitation que nous en avons faite pour Christoph Schrader, Le Cam J.-L, op. cit., p. 147-184.

17 Baumgart P., « Die Anfänge der Universität Helmstedt im Spiegel ihrer Matrikel (1576-1600) », Braunschweigisches Jahrbuch 50, 1969, p. 5-32. Alschner U., Universitätsbesuch in Helmstedt. Modell einer Matrikelanalyse am Beispiel einer norddeutschen Universität, Wolfenbüttel, Braunschweigisches Geschichtsverein, 1998. Album Academiae Helmstadiensis, t. 1 (1574-1636), établi par Zimmermann P., Hannover, Selbstverlag der Historischen Kommission für Hannover, Oldenburg, Braunschweig, Schaumburg-Lippe und Bremen, 1926. Die Matrikel der Universität Helmstedt, t. 2, 1636-1685, par Hillebrand W., Hildesheim, Lax, 1981 ; t. 3, 1685-1810, par Mundhenke H., Hildesheim, Lax, 1979.

18 C’est un phénomène d’adaptation plus large, une vingtaine d’universités ayant dû fermer leurs portes dans cette décennie, cf. Weiss D. J., « Das große Universitätssterben um 1800 », Bruning J. et Gleixner U. (dir.), op. cit., p. 78-85.

19 Römer C., op. cit., p. 65, a exploité une enquête menée à la demande du duc cette année-là, NSAW 37 Alt 3.

20 Kopfsteuerbeschreibung, On part pour les estimations de l’hypothèse que les moins de 13 ans représentent alors environ 40 % de la population. Voir une synthèse des différents relevés de population dans Kleinau H., Geschichtliches Ortsverzeichnis des Landes Braunschweig, 2 tomes, Hildesheim, 1967, p. 272.

21 Cf. note suivante.

22 Il n’y a malheureusement aucune étude de démographie historique sur la ville d’Helmstedt et les étudiants échappent en outre à la capitation. J’ai seulement pu reconstituer à partir des livres paroissiaux de l’église principale la courbe des baptêmes et sépultures au XVIIe siècle, cf. Le Cam J.-L., Politique scolaire, op. cit., p. 47-48.

23 Brüdermann S., « Studenten als Einwohner der Universitätsstadt Helmstedt », Braunschweigisches Jahrbuch für Landesgeschichte 81, 2000, p. 9-27, ici 24-25.

24 Rasche U., « Aspekt studentischer Konflikt-und Erinnerungs Kultur im 17. Jahrhundert », Bruning J. et Gleixner U. (dir.), op. cit., p. 58-67.

25 « Welcher Student von Wittenberg mit gesundem Leib,/von Leipzig und Tübingen ohne Weib,/von Jena und Helmstedt ungeschlagen,/der kann von großem Glücke sagen ». Deichert H., « Die akademische Freiheit in Helmstedt während des 16. und 17. Jahrhunderts », Hannoversche Geschichtsblätter 13, 1910, p. 257-277, ici 265.

26 « Helmstedt ist wohl die letzte, aber mit Sauffen und Balgen tut sie das beste », Rapport du 15.8.1586, NSAHN, Cal. Br. 21, Nr. 3910. Brüdermann S., op. cit., p. 9-10.

27 Baumgart P., Anfänge, op. cit., p. 27.

28 Ibid., p. 19. NSAHN Cal. Br. 21, Nr. 3907, f° 21-25.

29 Baumgart P., Statuten, op. cit., p. 145, § 448. Brüderman, p. 23. NSAW 40 Slg 2241, 2608 ; 37 Alt 57.

30 Voir le récit de Christoph Schrader au duc Auguste d’un début de bagarre entre un aubergiste et un étudiant le 2.8.1656, NSAW 45 Alt 1, f° 5r-6r, que nous publions dans notre édition de sources à venir. Les professeurs réunis en conseil plénier se tiennent au courant de la situation par le biais de leur appariteur. Les deux étudiants impliqués sont un noble et sans doute un parent du chancelier, ce qui explique ce compte-rendu détaillé au duc.

31 Brüdermann, op. cit., p. 11. NSAW 37 Alt 563.

32 Voir plan de 1726 dans le catalogue, Bruning J. et Gleixner U. (dir.), op. cit., p. 211, fig. 131.

33 Les entrants étaient soumis à un bizutage au moment de leur première inscription à l’université : on les obligeait à porter des cornes représentatives de leur état bestial car non académique, qu’on leur enlevait (déposait) au cours d’une cérémonie haute en couleur, pour signifier symboliquement leur passage à l’état de civilisation, voir une description contemporaine, Orationes duae, De ritu et modo depositionis beanorum, Straßburg, Dolhopff, 1580, (<www.uni-mannheim.de/mateo/desbillons/depo/seite1.html>). Rasche U., « Deposition », Jaeger F. (dir.), Enzyklopädie der Neuzeit, t. 2. Stuttgart/Weimar, Metzler, 2005, p. 924-927. Voir sinon en note 35 les travaux de M. Füssel.

34 Asche M., « Das Verhältnis der Helmstedter Bürger zu den Studenten der Universität im Spiegel herzoglicher Verordnungen des 18. Jahrhunderts », Braunschweigisches Jahrbuch 46, 1965, p. 104-124, ici 22-23.

35 Le terme n’a rien à voir avec la racine « pénal » mais provient de l’argot Penne (bahut), Pennäler (potache) et serait à comprendre comme l’esprit de bizutage et de tradition potache, puisque c’est un phénomène qui se déroule dans le temps. Sur ces traditions et leur contribution à une culture de la violence masculine, voir les travaux de Marian Füssel, « Studentenkultur als Ort hegemonialer Männlichkeit ? Überlegungen zum Wandel akademischer Habitusformen vom Ancien Régime zur Moderne », Dinges M. (dir.), Männer – Macht – Körper. Hegemoniale Männlichkeiten vom Mittelalter bis heute, Frankfurt a. M., Frankfurt/Main, Campus-Verl., 2005, p. 85-100 ; « Riten der Gewalt. Zur Geschichte der akademischen Deposition und des Pennalismus in der frühen Neuzeit », Zeitschrift für historische Forschung 32/4, 2005, p. 605-648; « Akademischer Sittenverfall? Studentenkultur vor, in und nach der Zeit des Dreißigjährigen Krieges », Militär und Gesellschaft in der Frühen Neuzeit 15/1, 2011, p. 124-146.

36 Rasche U., « Aspekte studentischer Konflikt-und Erinnerungskultur im 17. Jahrhundert », Bruning J. et Gleixner U. (dir.), op. cit., p. 58-67.

37 Voir les exemples analogues étudiés à Göttingen (Brüdermann S., infra n. 92), à Cologne et à Vienne : Füssel M., « Devianz als Norm ? Studentische Gewalt und akademische Freiheit in Köln im 17. und 18. Jahrhundert », Westfälische Forschungen 54, 2004, p. 145-166. Krug-Richter B., « Du Bachant, quid est grammatica? Konflikte zwischen Studenten und Bürger in Freiburg/Br. in der Frühen Neuzeit », Idem et Mohrmnn R.-E., Praktiken des Konfliktaustrags in der Frühen Neuzeit, Münster, Rhema, 2004, p. 79-104. Maisel T., « Der ‘Lateinische Krieg’. Eine studentische Revolte des frühen 16. Jahrhunderts in Wien », Historische Anthropologie 3, 1995, p. 389-411.

38 Le 6 juin 1753 le bourgmestre se plaint auprès de l’université d’étudiants qui non contents d’avoir troublé la noce du marchand Pfaffendorf en importunant les femmes dans leur danse, marchant sur les pieds d’un convive et tirant l’épée face aux hôtes, ont ensuite rameuté une centaine de congénères qui ont insulté la noce puis mis à sac la maison de celui qui s’était opposé à eux, NSAW37 Alt 3516, f° 2.

39 Brüdermann S., op. cit., p. 24-25.

40 NSAW 37 Alt 3531. Brüdermann S., op. cit., p. 9.

41 Deichert H., op. cit., p. 268-269.

42 NSAW 37 Alt 563. Römer C., op. cit., p. 68. Ce qui sera repoussé par l’université comme facteur de violence aggravée.

43 NSAW 37 Alt 58. Règlement du 13 avril 1761.

44 NSAW 37 Alt 100. Ces conflits autour des droits à acquitter lors des funérailles sont nombreux au début du XVIIIe siècle, cf. Römer C., op. cit., p. 69.

45 En 1740, un professeur est accusé par la ville d’exciter les étudiants contre les bourgeois, NSAW 37 Alt 597.

46 Monastère jouissant de l’immédiateté d’Empire et donc indépendant du duc et bien sûr de la ville, ce qui explique le maintien de cette enclave catholique dans un duché luthérien. Römer C., « Ein Reichskloster als Katholischer Stützpunkt in Niedersachsen : St. Ludgeri zu Helmstedt in der Barockzeit », Die Diözese Hildesheim in Vergangenheit und Gegenwart, Jahrbuch des Vereins für Geschichte und Kunst im Bistum Hildesheim 48, Hildesheim, Bernward, 1980, p. 49-63. Voir aussi infra n. 75.

47 NSAW 11 Alt Ludg. 29. Römer C., Helmstedt, op. cit., p. 73. Le duc Anton Ulrich, décédé deux ans plus tôt, avait forcé en 1707 sa fille Elisabeth Christine à se convertir avec l’appui d’un théologien d’Helmstedt (Fabricius), afin d’épouser l’archiduc d’Autriche, le futur empereur Charles VI. Sa propre conversion, officielle depuis 1710, avait provoqué l’inquiétude et le mécontentement de ses sujets protestants.

48 Voir l’exemple de Christoph Rittmeier, ancien étudiant d’Helmstedt, hôte puis gendre du professeur Christoph Schrader, qui devint diacre de Saint-Étienne en 1661 puis archidiacre en 1667 et en outre à partir de 1690 prieur de Marienberg jusqu’à sa mort en 1698. A Marienberg dans le faubourg officiait de 1653 à 1682 comme pasteur également un protégé du professeur Schrader chez qui il avait longtemps servi comme précepteur domestique (Christoph Cordes), cf. Seebass et Freist, ibid.

49 Voir infra n. 93 et sq.

50 Cela vient du fait que la ville était jusqu’en 1490 sous la seigneurie de l’Abbé de Verden, dont dépendait l’abbaye Saint-Ludger, qui la transféra ensuite aux ducs mais à titre de fief comme vassaux, cf. Römer C., op. cit., p. 61.

51 Römer C., op. cit., p. 61,72.

52 Dettmer V., Das Konsistorium zu Wolfenbüttel, Braunschweig, Appelhans, 1922, p. 29-34.

53 Keyser E. (dir.), Niedersächsisches Städtebuch : Niedersachsen und Bremen, Stuttgart, Kohlhammer, 1952, p. 186-189. Lockert M., Die niedersächsischen Stadtrechte zwischen Aller und Weser: Vorkommen und Verflechtungen; eine Bestandsaufnahme, Frankfurt am M./Bern/Las Vegas, Lang, 1979, p. 71-75.

54 Römer C., op. cit., p. 71-72. Maaser M., op. cit., p. 84-86, 122-123.

55 Christoph Schrader professeur de rhétorique (1648-1680), Paul Heigel (1680-1690), Johannes Fabricius (1709-1729) et Johann Lorenz von Mosheim (1733-1747) tous trois professeurs de théologie, Le Cam J.-L., op. cit., p. 498.

56 Becker B., Die Privilegien der Universität Helmstedt und ihre Bekämpfung durch die Stadt 1576– 1810, Braunschweig, Serger et Hempel, 1940. Baumgart P., Statuten, op. cit., p. 201-205.

57 L’Album Academiae Helmstadiensis, t. 1, p. 444-453 donne le détail de ces personnels et leur courte biographie pour la période 1576-1634 ; voir aussi p. 307, une liste de 18 résidents auxquels est étendue la juridiction universitaire en 1625, parmi lesquels 11 veuves de professeurs, 6 juristes et un ancien pasteur.

58 Les universitaires ne sont pas les seuls mais largement les plus nombreux dans ce compte (les familles des ecclésiastiques et des enseignants de l’école sont aussi concernées), Brohm U., Die Handwerkspolitik Herzog Augusts des Jüngeren von Braunschweig-Wolfenbüttel : (1635-1666), Stuttgart, Steiner, 1999, p. 245.

59 NSAW 37 Alt, 7, 111, 112, 115, 139, 1293, 1304. NSAHN Cal. Br. 21, Nr. 3837-3856, entre autres. Becker B., Privilegien, op. cit., passim.

60 Ibid., p. 70-71. Römer C., op. cit., p. 71. NSAW 37 Alt 167.

61 C’est ce qu’on peut déduire du fait qu’on a dû la réactiver environ un siècle plus tard, cf. Becker B., Privilegien, op. cit., p. 60.

62 On trouvera une remarquable analyse de ces conflits symboliques entre ville et université dans Füssel M., Gelehrtenkultur als symbolische Praxis. Rang, Ritual und Konflikt an der Universität der Frühen Neuzeit, Darmstadt, 2006, p. 278-331, plus spécialement pour Helmstedt ibid., p. 279-291 ; et Idem, « Umstrittene Grenzen. Zur symbolischen Konstitution sozialer Ordnung in einer frühneuzeitlichen Universitätsstadt am Beispiel Helmstedt », Hochmuth C. et Rau S., Machträume der frühneuzeitlichen Stadt, Konstanz, UVK Verlaggeselschaft, 2006, p. 171-191. Voir sinon le détail de ces affaires dans Becker B., Privilegien, op. cit., p. 57-61 et dans les dossiers d’archives NSAW 37 Alt 7, 35, 89, 139.

63 NSAW 37 Alt 37. Kloth W., op. cit., p. 79-84.

64 La municipalité doit s’adresser au recteur et à ses collègues ainsi : « Magnifico Domine Vice Rector, hochehrwürdige, hoch und wohl-edle, Veste, hoch und wohlgelarte, Hochgeehrte Herren » ; à quoi ceux-ci doivent répondre : « Wohl-Edle, Wohlweise und Wohlgelahrte Hochgeehrte Herren », ce qui constitue un degré inférieur dans la reconnaissance sociale, le « hoch » (haut, très) étant plus respectueux que le « wohl » (bien) et s’appliquant ici seulement à l’honneur des conseillers et non pas à leur noblesse ni à leur science, les universitaires ayant par ailleurs seuls les attributs de la dignité.

65 Füssel M., Gelehrtenkultur, op. cit., p. 283-284.

66 La bibliothèque de Wolfenbüttel développe actuellement un axe de recherche, conduit par Elisabeth Harding sous la direction d’Ulrike Gleixner, sur le thème du ménage professoral sous tous ses aspects, dont les premiers éléments ont été exposés dans le catalogue de l’exposition de 2010 sur l’université d’Helmstedt : Gleixner U., « Der Professorenhaushalt », Bruning J. et Gleixner U. (dir.), op. cit., p. 130-143 ; Wunder H., « Helmstedter Professorinnen. Zur Konstituierung des Professorenstandes », ibid., p. 152-159.

67 Voir l’exemple de Christoph Schrader, Le Cam J.-L., op. cit., p. 140-144, 200-210. Le logicien Cornelius Martini (1568-1621), un des rares professeurs à être resté célibataire, formait symptomatiquement ménage avec sa sœur et sa mère, comme le rappelle son épitaphe, Henze I., Inschriften, op. cit., Nr. 141.

68 Sur le thème de la « familiarisation » de l’université et des dynasties de professeurs, cf. Euler K. F. W., « Entstehung und Entwicklung deutscher Gelehrtengeschlechter », Rössler H. et Franz G. (dir.), Universität und Gelehrtenstand 1400-1800, Limburg, Starke, 1970, p. 183-231. Niebuhr H., Zur Sozialgeschichte der Marburger Professoren 1653-1806, Darmstadt/Marburg, Hessische Historische Kommission et alii, 1983, p. 122-149. Wolf H., Die Heidelberger Universitätsangehörigen im 18. Jahrhundert. Studien zu Herkunft, Werdegang und sozialem Beziehungsgeflecht, Heidelberg, Winter, 1991, p. 218-220. Asche M., « Über den Nutzen von Landesuniversitäten in der Frühen Neuzeit. Leistungen und Grenzen der protestantischen „ Familienuniversität“ », Herde P. et Schindling A. (dir.), Universität Würzburg und Wissenschaft in der Frühen Neuzeit, Würzburg, Schöningh, 1998, p. 133-149. Alvermann D., « Die frühneuzeitliche, Familienuniversität’im Spiegel der Greifswalder Professorenporträts », Idem et Dahlenberg B., Greifswalder Köpfe. Gelehrtenporträts und Lebensbilder des 16. bis 18. Jahrhunderts aus der pommerschen Landesbibliothek, Rostock, Hinstorff, 2006, p. 23-30. Kümmerle J., « Wissenschaft und Verwandtschaft. Protestantische Theologenausbildung im Zeichen der Familie vom 16. bis zum 18. Jahrhundert », Selderhuis H. J., Wriedt M. (dir.), Bildung und Konfession. Theologenausbildung im Zeitalter der Konfessionalisierung, Tübingen, Mohr Siebeck, 2006, p. 159-210; Idem, « Konfessionalität und Gelehrtenkultur im Generationenverband. Protestantische Theologen-und Juristenfamilien im Alten Reich, in Frankreich und der Schweiz », Kaufmann T. (dir.), Frühneuzeitliche Konfessionskulturen, Gütersloh, Gütersloher Verl.-Haus, 2008, p. 69-97; « „ Absinkendes Niveau, fehlende Kritik und geringe Leistung“? Familienuniversitäten und Universitätsfamilien im Alten Reich », Siebe D. (dir.), „ Orte der Gelahrtheit“. Personen, Prozesse und Reformen an protestantischen Universitäten des Alten Reiches, Stuttgart, Steiner, 2008, p. 143-157.

69 Asche M., « Helmstedter Professorenprofile 1576 bis 1810. Skizzen zur Kollektivbiografie einer mitteldeutschen Universität », Bruning J. et Gleixner U. (dir.), op. cit., p. 114-119, et ibid. le tableau p. 311-318. Voir aussi le répertoire de Ahrens S., Die Lehrkräfte der Universität Helmstedt (1576– 1810), Helmstedt, Landkreis Helmstedt/Kreismuseen, 2004.

70 La pratique des Leichenpredigten et poésies de circonstance est certes aussi attestée pour ces groupes sociaux mais se distingue par l’emploi de l’allemand et des références plus religieuses que classiques.

71 Kirwan R., Empowerment and Representation at the University in Early Modern Germany: Helmstedt and Würzburg, 1576-1634, Wiesbaden, Harrassowitz, 2009, p. 143-172, et notre compte rendu dans Francia Recensio 2010-4 en ligne sur www.perspectivia.net.

72 Meier G. T., Monumenta Julia: Memorias Professorum Helmstadiensium, qui diem suum obierunt, exhibentia Ad… Brunsvicensium et Lynæburgensium Ducum Illvstres Legatos Et Inclytorum Guelpherbytanæ Provinciæ Ordinum Delectos Proceres Visendæ Ordinandæque Academiæ Juliæ missos, Helmstedt, Müller, 1680. Comme l’indique le sous-titre, il s’agissait de démontrer la dignité de l’université lors d’une de ses inspections par les envoyés du prince et des États.

73 Gleixner U., op. cit., p. 134-135. Engelbrecht M., Programma In Funere Nobilissimae, ac omni virtutum genere ornatissimae Matronae Margaretae Schraderiae… Dn. Georgii Engelbrecht… Coniugis Desideratissimae P. P., Helmestadii, Mullerus, 1680, édition électronique : <http://diglib.hab.de/drucke/126-helmst-dr-40s/start.htm>.

74 Fondé au IXe siècle par l’abbaye de Werden dans la Ruhr, Keyser E. (dir.), op. cit., p. 186-189. Stubbendiek D., Stift und Stadt Helmstedt in ihren gegenseitigen Beziehungen, Göttingen, Diss., 1974. Römer C., « Helmstedt, St. Ludgeri » Faust Ulrich (dir.), Die Benediktinerklöster in Niedersachsen, Schleswig-Holstein und Bremen, Sankt Ottilien, EOS-Verlag, 1979, p. 163-199.

75 Römer C., op. cit., p. 71. Deichert H., op. cit., p. 258. En 1584 les professeurs se plaignent des prix de la viande, plus élevés qu’à Wittenberg, NSAHN Cal. Br. 21, Nr. 3907.

76 Ordonnance du 22.2.1725, imitée à Göttingen en 1735. NSAW 37 Alt 57. Brüdermann S., op. cit., p. 15-16.

77 Asche M., « Das Konvikt an der Universität Helmstedt. » Braunschweigisches Jahrbuch 47, 1966, p. 52-124; « Der Freitisch der Universität Helmstedt. » Der Convent 18, 1967, p. 1-8.

78 Römer C., op. cit., p. 67. Ce nombre en 1729, NSAW 37 Alt 567.

79 Nous avons travaillé directement sur les archives de celle de 1663, NSAW 2 Alt 15810, f° 20-50. Celle de 1678 a été publiée par Medefind H., Die Kopfsteuerbeschreibung des Fürstentums Braunschweig-Wolfenbüttel von 1678, Hannover, Hahn, 2000, p. 68-90. Brohm U., Die Handwerkspolitik Herzog Augusts des Jüngeren von Braunschweig-Wolfenbüttel : (1635-1666) ; zur Rolle von Fürstenstaat und Zünften im Wiederaufbau nach dem Dreißigjährigen Krieg, Stuttgart, Steiner, 1999 exploite aussi celle, incomplète, de 1639 et les relevés des métiers.

80 Brunswick, encore indépendante jusqu’en 1671, n’est pas prise en compte dans ce classement mais les dépasse nettement toutes les deux.

81 Malheureusement non comprise dans l’étude détaillée des capitations d’U. Brohm. Cette statistique a été établie par Busch S., Hannover, Wolfenbüttel und Celle : Stadtgründungen und Stadterweiterungen in drei welfischen Residenzen vom 16. bis zum 18. Jahrhundert, Hildesheim, Lax, 1969, p. 158-159. La comparaison est faussée par le fait que les employés de l’université ne sont pas décomptés car sinon la proportion du groupe des employés de l’administration au sens large devrait être assez proche.

82 Brohm U., ibid., p. 44-46.

83 Nous sommes ici prisonnier des regroupements peu pertinents pour notre point de vue de U. Brohm. Toutefois une pièce de vaisselle de « Mensa », c’est-à-dire de réfectoire, retrouvée lors de travaux dans la cour du Juleum permet de penser que ces potiers ont aussi travaillé pour le Konvikt, voir figure 88 du catalogue d’exposition, Bruning J. et Gleixner U. (dir.), op. cit., p. 151.

84 Ces gens du livre sont une offre de service complémentaire à l’imprimeur et au relieur qui sont privilégiés par l’université, n’apparaissent pas dans la capitation et doivent être rajoutés à cette énumération. Eule W., Helmstedter Universitäts-Buchdrucker, Helmstedt, Schmidt, 1921. Etzold Ute Maria, « Helmstedt im Druck. Universitätsbuchdrucker und Universitätsbuchbinder », Bruning J. et Gleixner U. (dir.), op. cit., p. 276-283.

85 Medefind H., op. cit., p. 68-90.

86 Nous reprenons ici la distinction classique de la géographie commerciale entre commerce banal et anomal, c’est-à-dire peu fréquent, qui distingue donc les organismes urbains spécialisés ou supérieurs, cf. Desse R.-P. et alii (dir.), Dictionnaire du Commerce et de l’Aménagement, PUR, Rennes, 2008, article « Anomal/banal ».

87 Nous avons calculé ces statistiques à partir des récapitulations de la capitation, NSAW 2 Alt 10510, f° 87-93.

88 « Ich hawe vier Studenten und drei Schweine, mich chet es chanz chut », Saathoff A., Geschichte der Stadt Göttingen seit der Gründung der Universität, Göttingen, Vandenhoeck et Ruprecht, 1940, p. 108.

89 Cité par Römer C., op. cit., p. 71.

90 NSAW 37 Alt 173, 553.

91 NSAW 37 Alt 170. Behse A., « Der Auszug der Helmstedter Studenten nach Harbke i. J. 1791 », Alt-Helmstedt, t. 1 (1914), 7, p. 49-54. En 1790, les étudiants de Göttingen avaient fait de même après un affrontement avec les compagnons artisans, Brüdermann S., Der Göttinger Studentenauszug 1790. Handwerkerehre und akademische Freiheit, Göttingen, Wallstein, 1991.

92 Helmstedt forme le second chapitre de notre ouvrage en cours : Réseaux et paysages scolaires : les écoles du duché de Brunswick-Wolfenbüttel, du comté de Blankenburg et du Dannenberg au XVIIe siècle, (Politique, contrôle et réalité scolaire en Allemagne au sortir de la guerre de Trente Ans. t. II), Wiesbaden, Otto Harrassowitz.

93 Le Cam J.-L., Politique scolaire, op. cit., p. 750-761.

94 Ce qui veut dire aussi que dans les 9 écoles précédentes, outre le recteur, 11 enseignants de rang secondaire le dépassent dans la hiérarchie salariale. Les recteurs de Wolfenbüttel et Schöningen, en tête du classement, touchent par comparaison 200 thlr ; devant lui à 50 thlr se trouve le recteur de Scheppenstedt, la bourgade d’Eulenspiegel ! Ibid., p. 860-869.

95 Knoch W., Geschichte des Schulwesens, besonders der lateinischen Stadtschule zu Helmstädt, Abt. 2, Braunschweig, Meinecke, 1861, p. 2-9.

96 Le Cam J.-L., op. cit., p. 855-865.

97 Le Cam J.-L., « Reproduktion, Ausdifferenzierung, Seitenwege. Bildungsgänge in ratsverwandten Familien im Spiegel von Leichenpredigten (1520-1720) », Jacobi J., Le Cam J.-L. et Musolff H.-U. (dir.), Vormoderne Bildungsgänge. Selbst-und Fremdbeschreibungen in der frühen Neuzeit, Köln, Weimar, Wien, Böhlau, 2010, p. 149-168 en part. p. 157-158.

98 L’autobiographie du recteur d’école Cuno indique qu’il a été ainsi précepteur dans différentes maisons pendant ses 5 ans d’études à Helmstedt, tout en obtenant une place au Konvikt pour laquelle il devait verser un Tischgeld de 5 Gutegroschen par semaine, Koch W. (éd.), « Aus dem Tagebuch des Conrectors und nachmaligen Bürgermeisters Johann Cuno, Haldensleben (1630-1684) », Jahresschrift des Kreismuseums Haldensleben 3, 1962, p. 32-45. Une copie plus complète de l’original, provenant d’archives privées, m’a été aimablement transmise par Benigna von Krusenstjern.

99 Le Cam J.-L., Politique scolaire, op. cit., p. 204-205. Christoph Cordes puis Christoph Pape, ceci est aussi évoqué dans leurs biographies funèbres.

100 Ibid., p. 326-327. Pour comprendre ce paradoxe, on peut faire une analogie avec l’attitude ambivalente des universitaires français de nos jours envers les classes préparatoires.

101 La famille Schrader constitue sans doute un record avec ses 12 enfants survivants, qui sont d’ailleurs un bon argument dans ses courriers au duc pour obtenir le paiement de son salaire en retard, cf. ibid., p. 218-219 mais Tholuck A., Vorgeschichte des Rationalismus. Erster Theil : Das akademische Leben des siebzehnten Jahrhunderts, Halle, Anton, 1853, p. 73, souligne aussi la prolificité des théologiens contemporains : Hülsemann a eu 10 enfants, Meisner 10, Martini 15, Calov 13, etc.

102 Baumgart P., « Zur wirtschaftlichen Situation der deutschen Universitätsprofessoren am Ausgang des 16. Jahrhundert. Das Beispiel Helmstedt », Idem, Beiträge, op. cit., p. 273-295. Tholuck A., op. cit., p. 71-72. Hofmeister H., « Die Universität Helmstedt zur Zeit des 30jährigen Kriegs », Zeitschrift des Historischen Vereins für Niedersachsen, 1907, p. 241-277, sur ce point p. 255-257, 274-277. Voir dans Le Cam J.-L., op. cit., p. 212-220, la reconstitution de tous les revenus du professeur Schrader et ses problèmes de recouvrement.

103 Ibid., p. 213, tableau 13.

104 En 1574, le revenu affecté à la masse salariale est de 5 000 florins d’or contre 3 500 au Konvikt, basés sur les monastères de Sainte-Marie devant Gandersheim et de Saint-Gilles à Brunswick, Hofmeister H., Die Gründung der Universität Helmstedt, Hannover, Jänecke, 1904, p. 189. Asche M., Konvikt, op. cit., p. 55-56 fait état d’une déperdition importante dans le temps due à diverses aliénations et usurpations, notamment pendant la guerre de Trente Ans. On serait passé de 2 679 à 1 104 thlr entre 1574 et 1707.

105 Christoph Schrader totalise par exemple 700 thlr de salaires publics alors que seuls 300 lui viennent de sa fonction de professeur et 60 de sa charge annexe de bibliothécaire, le reste lui est versé pour ses fonctions d’inspecteur général, Le Cam J.-L., op. cit., p. 220-221.

106 En 1660, les recettes des finances ducales se répartissent entre la Landrenterei (30 000 thlr), la caisse des domaines ducaux et celle des cloîtres (Kammerkasse, Klosterkasse) soit 100 000 thlr ensemble, et la caisse de la guerre (86 000 thlr). Ibid., p. 78-82. Achilles W., Die steuerliche Belastung der braunschweigischen Landwirtschaft und ihr Beitrag zu den Staatseinnahmen im 17. und 18. Jahrhundert, Hildesheim, Lax, 1972, p. 95, 115, 148-149.

107 Voir le relevé de la capitation de 1663, NSAW 2 Alt 10511 avec le recensement des personnels de la cour ducale et des maisons princières d’Anton Ulrich et Rudolf August, f° 55-64.

108 Gleixner U., op. cit., p. 130-143.

109 Ce n’est pas non plus une offre individuelle et anarchique puisque les horaires en sont savamment concertés au niveau d’une faculté pour permettre aux étudiants de suivre plusieurs de ces cours privés, voir le dossier NSAW 37 Alt 2495, dont nous publierons des extraits concernant les cours privés du professeur Schrader dans notre édition de sources à venir, Politique, contrôle et réalité scolaire en Allemagne au sortir de la guerre de Trente Ans. T. III : Sources : de la norme aux pratiques ; vol. 1 : Rapports et correspondance de l’inspecteur général Christoph Schrader aux ducs Auguste le J. et Rodolphe Auguste de Brunswick-Wolfenbüttel ; Edition critique annotée, Wiesbaden, Otto Harrassowitz.

110 Tholuck A., op. cit., p. 74-77. Klein B., « Leçons privées. À propos de l’importance et de la fonction des Privatvorlesungen au sein des universités allemandes au XVIIe siècle », Revue de synthèse 131, 6e série, no 2, 2010, p. 241-264.

111 Koch W. op. cit., le détail est dans le manuscrit original (cf. supra note 99).

112 Notamment en 1680, NSAW 37 Alt 19, f° 150, 166, 179 ; rappels analogues dans d’autres universités, Tholuck A., op. cit., p. 75-76. En général, les enseignants donnent autant de cours privés que leurs 4 heures hebdomadaires publiques. On cite ici et là quelques exemples de forcenés des heures privées mais cela ne semble pas être toléré à Helmstedt, ibid., p. 68.

113 Le Cam, op. cit., p. 158-184. Voir aussi le témoignage d’un de ses élèves, que nous avons croisé avec les comptes-rendus de cours, Le Cam J.-L., « Breithaupt als Schüler Christoph Schraders und des Helmstedter Späthumanismus », Lindner A. et Lindauer-Huber R. (dir.), Joachim Justus Breithaupt (1658-1732)- Aspekte von Leben, Wirken und Werk im Kontext, Stuttgart, Steiner, 2011, p. 79-112, en part. 96-100.

114 Tholuck A., op. cit., p. 76.

115 Ibid., p. 224. Réglementation reprise en 1662, voir le dossier note suivante.

116 NSAW 37 Alt 966 et Herzog August Bibliothek Cod. Guelf. 264.18 Extrav. 4°.

117 Ibid., f° 74 r. La proportion d’étudiants hébergés chez les professeurs par rapport à l’effectif total des étudiants inscrits n’est donc guère différente à cette date de celle relevée dans l’enquête de1582, de même que le nombre d’étudiant moyen par maison (cf. tableau 1).

118 Wunder H., « Helmstedter Professorinnen. Zur Konstituierung des Professorenstandes », Bruning J. et Gleixner U. (dir.), op. cit., p. 152-159.

119 Moore C. N., « Mädchenbildung in Helmstedter Professorenfamilien », Bruning J. et Gleixner U. (dir.), op. cit., p. 160-167, ici 164. Schellhammer, M. S., Die wol unterwiesene Köchinn/Oder Gründlicher/deutlicher und vollkommener Unterricht/Wie man alle die Speisen/so nur in Teutschland bekant sein mögen/auf füglicheste und beste zubereiten: das Fleisch/Fische/Gartenfrüchte/… wol einmachen/dürren oder sonst verwahren/… samt Vorstellung vieler Curieusen Sachen und der besten/… bekanten Griffe/so man in der Koch-Kunst… gebrauchen kann, Braunschweig, Gruber, 1692.

120 Tholuck A., op. cit., p. 80, 225, précision hélas non sourcée ni datée, or il faut tenir compte de l’inflation. Ce prix de pension semble élevé comparé à certains salaires, sans parler de ce qu’un étudiant modeste paye au Konvikt (cf. supra n. 99). Mais il est proche du montant des indemnités de repas versées aux maîtres en compensation de l’arrêt de la table gratuite, cf. Le Cam J.-L., op. cit., p. 832.

121 Ibid., p. 77-79.

122 Schrader obtient ainsi de racheter à l’université en 1646 pour 400 thlr seulement et à tempérament une maison en mauvais état à charge de l’entretenir. Sachant qu’il avait son logement ailleurs (cf. n. 141), c’était très vraisemblablement pour en faire une maison de rapport à louer à des étudiants. NSAW 37 Alt 1098, f° 39-41.

123 Tholuck A., op. cit., p. 83-85, évoque la fortune de plusieurs théologiens au XVIIe siècle et le fait que certains pratiquaient même l’usure.

124 En l’absence d’étude de patrimoine d’un professeur, on dispose de l’inventaire des biens de la veuve d’un professeur de théologie, Margareth Elisabeth Weise, qui possédait vers 1735 plusieurs petites maisons qu’elle louait, 19 armoires, 22 coffres, du bétail et 7774 thlr de capital placé, Gleixner U., op. cit., p. 139.

125 Merian M., Topographia und eigentliche Beschreibung der vornembsten Stäte, Schlösser, auch anderer Plaätze und Örter in denen Hertzogthümer Braunschweig und Lüneburg und denen dazu gehörenden Graffschafften, Herrschafften und Landen, Frankfurt am M., Merian, 1654, p. 112-115.

126 Kloth W., op. cit., p. 69.

127 Schéma réalisé par Marine Le Cam à partir du plan reconstitué de la ville en 1764 du Niedersächsischer Städteatlas, Abt. I : Die Braunschweigischen Städte, bearb. von Paul Jonas Meier, Braunschweig, Westermann, 1926.

128 Le surintendant est certes désormais de droit un professeur de théologie, mais les deux pasteurs adjoints sont toujours sous patronage municipal et les bourgmestres interdisent pour cette raison en 1734 à des représentants de l’université de participer au processus de recrutement après le prêche d’essai, NSAW 37 Alt 100.

129 Römer C., op. cit., p. 61-62, 74. Beuermann A., « Die Grundrißentwicklung der Innenstadt von Wolfenbüttel », Reuter H. G. (dir.), Zur Stadtgeschichte Wolfenbüttels, Wolfenbüttel, 1988, p. 35-50.

130 Römer C., op. cit., p. 62-64. Henze I., Helmstedt- ehemalige Universitätsstadt zwischen Elm und Lappwald. Éd. Landkreis Helmstedt/Braunschweig, Waisenhaus-Buchdruckerei, 1976. Henze I., Spuren der Universität im Stadtbild Helmstedts: eine Ausstellung des Kreisheimatmuseums vom 5. September bis 31. Oktober 1976, Helmstedt, Kreisheimatmuseum, 1976. Sterly M., « Die Universität im Helmstedter Stadtbild. Collegiengebäude, Universitätseinrichtungen und Professorenhäuser », Bruning J. et Gleixner U. (dir.), op. cit., p. 144-151.

131 Voir deux illustrations du tympan de l’aile ouest dans Henze I. Inschriften, op. cit., Nr. 77, www.inschriften.net,<urn:nbn:de:0238-di061g011k0007707>.

132 Seeleke K., Paul Francke : ein fürstlicher Baumeister zu Wolfenbüttel, Braunschweig, Appelhans, 1939. Idem, Braunschweigisches Jahrbuch 1940, p. 29-57. Thies H., Das Juleum Novum- Paul Francke, Helmstedt, Landkreis Helmstedt, 1997. Rückbrod K., Universität und Kollegium. Baugeschichte und Bautyp, Darmstadt, Wiss. Buchgesellschaft, 1977, p. 133-139.

133 Kirwan R., op. cit., p. 173-230, sur la représentation par l’architecture et sa célébration sur différents supports à Helmstedt et Würzburg.

134 Schrader C., Historia Festi Secularis…, Helmstedt, Müller, 1678, version en ligne <http://diglib.hab.de/drucke/21-helmst-dr/start.htm>.

135 Sur tout ceci, cf. Sterly M., op. cit., p. 147-148.

136 Ibid., p. 148-151. Gleixner, op. cit., p. 137. Römer C. op. cit., p. 63-64. La plupart des développements sur les maisons de professeurs d’Helmstedt reposent toujours sur les éléments compilés par l’archiviste municipal Schrader W., « Helmstedts Professorenhäuser. » Helmstedter Allgemeine Zeitung (à partir d’avril 1954), Kreisblatt für Helmstedt, Schöningen, Königslutter und Vorsfelde, dans les éditions du samedi 29. 11. 1952 au 31. 12. 1954. Et sur le travail de son successeur Schaper R., Das Helmstedter Häuserbuch, Teil 1, Die Altstadt, Heft 1-4, Helmstedt, (tapuscrit), Archiv der Stadt Helmstedt, 1974-75. Voir sinon Henze I., Helmstedt, op. cit., p. 11-27, et illustrations dans Haase H., op. cit., p. 97-99.

137 Sur le concept et sa discussion Brunner O., « Das „ ganze Haus“und die alteuropäische „ Ökonomik“ » Oetter F. (dir.), Familie und Gesellschaft, Tübingen, Mohr, 1966, p. 23-56. Richarz Irmintraut, « Das ökonomisch autarke « Ganze Haus »- eine Legende? », Ehlert T. (dir.), Haushalt und Familie in Mittelalter und früher Neuzeit, Sigmaringen, Thorbecke, 1991, p. 269-279. Trossbach W., « Das “ganze Haus”: Basiskategorie für das Verständnis der ländlichen Gesellschaft deutscher Territorien in der Frühen Neuzeit? », Blätter für deutsche Landesgeschichte 129, 1993, p. 277-314.

138 Römer C. op. cit., p. 63.

139 « Johann Eichel Docteur et sa maîtresse de maison et épouse Anna Sophia Hahn » (patronyme féminisé, c’est une fille du juriste Heinrich Hahn), Collegienstraße, actuellement Bötticherstr. 51, appelée aujourd’hui maison Krebs du nom du marchand qui l’acheta en 1920. Schrader W., op. cit., (10.01.1953). Henze I., Helmstedt, op. cit., p. 26-27. Henze I., Inschriften, op. cit., Nr. 213, et www.inschriften.net, <urn:nbn:de:0238-di061g011k0021303>.

140 Il s’installe après son mariage dans la maison de son beau-père l’hébraïste Ernst Stisser, qui venait opportunément de mourir en 1636, connue sous le nom de Armbrechthaus, au 31 de la place du Holzberg, Le Cam J.-L., op. cit., p. 219. Schrader W., op. cit., (7.11.1953). Schaper R., op. cit., t. 1, H. 2, p. 86-87.

141 Schrader W., op. cit., (29.11.1952).

142 Le premier occupant est le professeur d’origine écossaise Owen Günther, premier doyen de la faculté de philosophie, le dernier le médecin Wilhelm Reimer.

143 NSAW 37 Alt 18.

144 Schrader W., op. cit., (6.02.1954). Henze I., Inschriften, op. cit., Nr. 118, et www.inschriften.net, <urn:nbn:de:0238-di061g011k0011803>.

145 Schrader W., op. cit., (28.03.1953). Henze I., Helmstedt, op. cit., p. 19.

146 Ibid., p. 24.

147 Sterly M., op. cit., p. 51 et fig. 86-87.

148 Ibid., p. 148. Plus largement Werner A., « Universitätsbibliothek und Professorenbibliotheken », Bruning J. et Gleixner U. (dir.), op. cit., p. 270-275.

149 Römer C., op. cit., p. 63.

150 Ibid. Schrader W., op. cit., (24/12/1953).

151 Schönrock F., « Zur Entwicklung der Greifswalder Universitätsbauten bis zum Anfang des 19. Jahrhunderts », Alvermann D. et Spiess K.-H. (dir.), Universität und Gesellschaft: Festschrift zur 550-Jahrfeier der Universität Greifswald 1456-2006, Rostock, Hinstorff, 2006, p. 7-64, spécialement 20-27.

152 C’est accordé mais le bâtiment ne verra finalement jamais le jour et Wolffen sera réduit à rester dans 2 maisons contiguës, louées initialement ad interim, Eckhardt W. A., « Legende und Wirklichkeit. Christian Wolffs Wohnhaus in Marburg », Eckhardt W. A., Menk G. (dir.), Christian Wolffund die hessischen Universität, Marburg, Trautvetter et Fischer, 2004, p. 39-46.

153 Müller H.-E., op. cit., p. 423-425. Triebs M., Die Medizinische Fakultät der Universität Helmstedt (1576-1810): eine Studie zu ihrer Geschichte unter besonderer Berücksichtigung der Promotions-und Übungsdisputationen, Wiesbaden, Harrassowitz, 1995, p. 79-80. Henze I., Inschriften, op. cit., Nr. 474, <urn:nbn: de: 0238-di061g011k0047406>.

154 Sterly M., op. cit., p. 148.

155 Ingrid Henze, ibid., p. 42-44, note que, contrairement à ce qu’on pourrait attendre, les maisons universitaires portent rarement des inscriptions les distinguant, contrairement aux maisons bourgeoises, qui exhibent fièrement les noms de leurs fondateurs et leur foi luthérienne dans des dictons bibliques. Deux exceptions sont la maison du juriste Eichel, déjà citée et celle du poète Meibom qui porte un vers d’une épitre d’Horace sur la modestie (1673), ibid. Nr. 218. Les universitaires se rattrapent, comme nous les verrons, par une profusion d’inscriptions sur leur dernière demeure.

156 Cf. supra n. 141.

157 Cf. supra n. 52.

158 Henze I., Inschriften, op. cit., Nr. 61, <urn:nbn:de:0238-di061g011k0006109> (ill.).

159 Ahrens S., « Ein Gotteshaus mit vielen Namen – die ehemalige Universitätskirche in Helmstedt », Geschichte und Geschichten. Kreisbuch Helmstedt 2000, Helmstedt, Schul-u. Kulturamt d. Landkreises Helmstedt, 2000, p. 17-26. Henze I., Inschriften, op. cit., p. 22 et Nr. 73.

160 Christoph Schrader donnait des exercices de « rhétorique sacrée » à restituer pour plus de réalisme à l’église, sans préciser laquelle, Saint-Étienne, Marienberg ou la chapelle de Saint-Walpurgis, Le Cam J.-L, op. cit., p. 175.

161 Ahrens S., Universitätskirche, op. cit., p. 19. Füssel M., Gelehrtenkultur, op. cit., p. 281.

162 Le surintendant général et pasteur primarius est sous patronage princier direct, choisi parmi les professeurs de théologie. Kleinert R., op. cit., p. 16-18. NSAW 37 Alt 1280-1286. Mais les autorités municipales veillent bien à ne pas laisser les représentants de l’université participer aux formalités de nomination des pasteurs en second, ainsi en 1734, NSAW 37 Alt 100.

163 On ne sait ce qui poussait certains professeurs à continuer à choisir Saint-Étienne comme lieu de sépulture : le prestige plus grand de cette ancienne église où reposaient leurs plus anciens et illustres prédécesseurs, ou la présence d’autres sépultures familiales ? Voir par exemple les tombes des juristes Johann Werlhof (1711), Andreas Homborg (1714), Gottfried Ludwig Mencke (1762), des médecins Lorenz Heister (1758) et Johann Friedrich Crell (1747), Henze I., Inschriften, op. cit., Nr. 436, 444, 469, 482, 490

164 Baumgart P., Statuten, op. cit., p. 204-205.

165 Böhmer J. C., Inscriptiones sepulchrales Helmstadienses una cum monumentis caeteris, Helmstedt, Georg Wolfgang Hamm, 1710. Henze I., Inschriften, op. cit., p. 18-20.

166 Ibid., Nr. 365, <urn:nbn:de:0238-di061g011k0036502>.

167 Ibid., Nr. 236, <urn:nbn:de:0238-di061g011k0023606>.

168 Il n’en reste plus que 6. Élève de Melanchthon devenu orthodoxe, il termina sa carrière à Helmstedt de 1577 à sa mort en 1587. Cette épitaphe familiale monumentale en forme d’autel portant statuettes, et de retable en haut-relief représentant sur plusieurs étages Crucifixion, Résurrection, Jugement dernier, Pentecôte et Trinité, est l’œuvre de Georg Steyger, sculpteur sur bois et peintre de Quedlinburg, également auteur de la chaire de l’église. Kleinert R., op. cit., p. 29. Henze I., Inschriften, op. cit., Nr. 92,<urn:nbn:de:0238-di061g011k0009209> (ill.).

169 Peint vers 1590 par Hans Vredmannn de Vries, no B58 et B72 de la collection de la Herzog August Bibliothek, en exposition permanente au château de Wolfenbüttel. Sans parler des monuments de bronze réalisés par les Leoni père et fils pour Charles Quint et Philippe II à Saint-Laurent de l’Escorial. Ghermani N., Le Prince et son portrait. Incarner le pouvoir dans l’Allemagne du XVIe siècle, PUR, Rennes, 2009, p. 286 souligne que les princes protestants ont l’habitude d’employer des peintres des Pays-Bas espagnols qui ont été soumis par leurs séjours à Rome à l’influence de la Contre-réforme, ce qui conduit à l’importation de dispositifs qu’on n’attendrait pas forcément dans cette aire religieuse.

170 Henze I., Inschriften, op. cit., p. 559. Kleinert, R., op. cit., p. 28. Schumann S., Joachim Mynsinger von Frundeck (1514-1588). Herzoglicher Kanzler in Wolfenbüttel, Rechtsgelehrter, Humanist. Zur Biographie eines Juristen im 16. Jahrhundert, Wiesbaden, Harrassowitz, 1983.

171 Henze I., Inschriften, op. cit., Nr. 123, <urn:nbn:de:0238-di061g011k0012304> (ill.). C’est un fils de marchand de Rostock, Album Academiae Helmstadiensis, op. cit., t. I, p. 411. Une gravure le représente dans une pose très semblable, Braunschweigisches Landesmuseum, LMB Nr. 22040, reproduit dans Späthumanismus und Landeserneuerung. Die Gründungsepoche der Universität Helmstedt 1576-1613. Sonderausstellung des Braunschweigischen Landesmuseums für Geschichte und Volkstum, 4.9-28.11.1976, Braunschweig, Waisenhaus-Buchdr., 1976, p. 49.

172 Hammerstein N., Deutsche Bildungsgeschichte, op. cit., t. I, p. 30-31.

173 Voir à titre d’exemple l’épitaphe de Schrader, connue seulement par les relevés de Böhmer J. C., op. cit., p. 112, qui exalte aussi la taille de sa famille : « C[hristo] S[eruatori] s[acrum] christophorvs schradervs Praepositus Bergensis academiae Iuliae Professor scholarum Guelphicarum inspector generalis pietate prudentia doctrina candore Deo principibus orbi erudito et bonis omnibus quibus innotuit carus aestimatusque quum dicendi artem magnus ipse orator per xliv annos voce et scripto vltra vulgi conatum accurate excellenterque docuisset paedagogiis patriae vigili studio eximia dedisset incrementa et non minus rara numerosae sobolis felicitate quam suis meritis vbique celebraretur sanctitate senioque venerabilis satur vitae plenus gloriae fessus et fatiscens placide in Domino obdormiuit iix kal[endas] Maii anno mdclxxx aetat[is] lxxix Margaretha Stisseria vxor mar[ito] opt[imo] desideratiss[imo] lib[eri] x e xiii superstites patri incomparabili cum luctu et lacrimis p [osuerunt]. » Henze I., Inschriften, op. cit., Nr. 269.

174 Sur ce phénomène de nécropoles universitaires imitant les usages nobiliaires pour affirmer la noblesse de l’esprit, voire les travaux de Knöll S., Creating Academic Communities. Funeral Monuments to Professors at Oxford, Leiden and Tübingen 1580 – 1700, Oss, Equilibris Publ., 2003.

175 Noter toutefois que les bourgmestres et trésoriers et quelques notables reprennent par contamination ou émulation l’usage de faire inscrire leur épitaphe en latin, alors que les rares professeurs d’origine noble ou anoblis (Mynsinger von Frundeck, Hahn/Eichel/Boeckellen) se distinguent au contraire par l’usage de l’allemand. À cause de la présence de l’université, Helmstedt tranche fortement sur les autres villes de la région par son taux d’inscriptions en latin (86 %), se rapprochant en revanche sur ce point de Iéna, autre ville universitaire, Henze I., Inschriften, op. cit., p. 32-33.

176 Sur les correspondances entre espace physique et espace social et leurs supports conceptuels, voir l’introduction de Füssel M., Umstrittene Grenzen, op. cit., p. 172, qui s’appuie notamment sur les catégories de Pierre Bourdieu, « Physischer, sozialer und angeeigneter Raum », Wentz M. (dir.), Stadträume. Die Zukunft des Städtischen, Frankfurt/M, New York, Campus-Verlag, 1991, p. 25-34.

177 Dessin en couleur daté du 28.8.1754 tiré du Stammbuch (livre d’or ou d’amis) de l’étudiant Friedrich Christian Fricke, conservé à la Herzog August Bibliothek Cod. Guelf. Noviss 12°, f° 343r. La scène pourrait correspondre au détournement de la noce bourgeoise évoqué ci-dessus, n. 36. Noter à droite la Kollegienkirche ; au fond de part et d’autre de la Kornstrasse, le Rathaus à droite et le Hoflager à gauche près duquel on devine le départ du Papenberg qui mène à l’Église Saint-Étienne (voir fig. 2 pour orientation). Idem, « Geistesadel: Grabmonumente für Professoren in Oxford, Leiden und Tübingen im 17. Jahrhundert », Engerer M. (dir.), Macht und Memoria, Begräbniskultur europäischer Oberschichten in der Frühen Neuzeit, Köln, Weimar, Wien, Böhlau, 2005, p. 71-89. Idem, Die Grabmonumente der Stiftskirche in Tübingen, Stuttgart, Theiss, 2007. Idem, « Vom Ruhm des Geistesadels: Professorengrabmäler in Oxford, Leiden und Tübingen », Krug-Richter B. et Mohrmann R.-E. (dir.), Frühneuzeitliche Universitätskulturen: kulturhistorische Perspektiven auf die Hochschulen in Europa, Köln etc., Böhlau, 2009, p. 273-284.

178 Füssel M., Gelehrtenkultur, op. cit., p. 284.

179 Füssel M., « Organisationsformen, Rituale und Rangstreitigkeiten », Bruning J., Gleixner U. (dir.), op. cit., p. 88-97. Idem, Umstrittene Grenzen, op. cit., p. 171-191.

180 Füssel M., Gelehrtenkultur, op. cit., p. 285.

181 Ibid., p. 286. NSAW 37 Alt 38.

182 Ibid., p. 283, 285.

183 Becker B., Privilegien, op. cit., p. 62. Sur le fait que cet argument est de mauvaise foi, s’agissant au moins des bourgmestres, voir infra n. 191.

184 Ibid.

185 Sur ces formalités et leur cérémoniel, Füssel M., « Zeremoniell und Verfahren. Zur Wahl und Einsetzung des Rektors an der frühneuzeitlichen Universität », Siebe Daniela (dir.) „ Orte der Gelahrtheit“. Personen, Prozesse und Reformen an protestantischen Universitäten des Alten Reiches, Stuttgart, Steiner, 2008, p. 119-142.

186 NSAW 37 Alt 178, f° 8-12. Becker B., Privilegien, op. cit., p. 81-83. Voir l’analyse fine de ce conflit cérémoniel en terme de tactique et de stratégie sociale au sens de De Certeau qu’en fait Füssel M., Umstrittene Grenzen, op. cit., p. 183-190, repris dans Gelehrtenkultur, op. cit., p. 287-291.

187 La date exacte n’est pas connue mais le fait est attesté par la description de Zacharias Conrad von Uffenbach, Merkwürdige Reisen durch Niedersachen Holland und Engelland, 1. Theil, Ulm, Gaum, 1753, p. 185.

188 Il ne faut cependant pas placer, dans une hâte téléologique, trop tôt ce déclin, au moins sur le plan intellectuel, comme le montre la réhabilitation relative de cette période par Hammerstein Notker, « Tradition und Krise. Die Universität Helmstedt nach ihrer „ Glanzzeit“ », Academia Julia. Universität Helmstedt. Tradition – Zukunft, Helmstedt, Landkreis Helmstedt, 2002, p. 71-93.

189 Hammerstein N. et Herrmann U., op. cit., p. 18-26, 83-86, 512-515.

190 Martin Albert Cherubim (1699-1734), un de ces bourgmestres qui affrontèrent l’université dans ces conflits de préséance et avait été si mal traité par le Vice Recteur Von der Hardt en 1729, était fils du recteur de l’école de Hanovre, avait fait trois ans d’études à la faculté de philosophie et avait épousé en premier mariage la petite fille de du théologien Georg Calixt, avant de devenir conseiller municipal en 1701, trésorier en 1703 et bourgmestre à vie en 1714, Henze I., Inschriften, op. cit., Nr. 469. Un tel personnage n’était pas dans la même infériorité socioculturelle vis-à-vis des universitaires que ses prédécesseurs, et pas du niveau d’instruction d’un cordonnier comme le prétendaient en général les universitaires au gouvernement ducal.

191 Römer C. op. cit., p. 67.

192 Tholuck A., op. cit., p. 76. Klein B., op. cit., p. 261-262.

193 Le condominium sur l’université d’Helmstedt, héritage de la succession partage de 1634 entre les Welf, n’avait plus d’intérêt pour le Hanovre qui voulait réserver ses investissements dans ce domaine à sa nouvelle université de Göttingen. De la même façon, les ducs de Brunswick ayant transféré leur résidence et le siège du gouvernement dans leur ville éponyme en 1753 accordaient désormais toute leur attention au Collegium Carolinum.

194 Voir cependant Albrecht P., « Kaffee und Kaffeehäuser in der Universitätsstadt Helmstedt vom Ende des 17. bis zum Anfang des 19. Jahrhunderts », Braunschweigisches Jahrbuch 72, 1991, p. 95-118.

195 Ahrens S., Die alte Universität, op. cit., p. 16. Eggeling O., « Ein Studiosus aus dem letzten Jahrzehnt der Universität Helmstedt », Braunschweigisches Magazin 1, 1898, p. 1-5, ici 3.

Table des illustrations

Légende Carte 1. Le duché de Brunswick au XVIIe siècle : carte de localisation
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/137010/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 217k
Légende Carte 2. Les universités en Allemagne du Nord et leurs dates de création ou de vie
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/137010/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Fig. 1. Helmstedt en 1654 vu par Merian
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/137010/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 664k
Légende Fig. 2. Schéma de la ville d’Helmstedt au milieu du XVIIIe siècle
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/137010/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 181k
Légende Fig. 3. La cour du collège universitaire en 1654 (Merian)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/137010/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 263k
Légende Fig. 4. Le Juleum Novum : ensemble et détail de la porte principale
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/137010/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 235k
Légende Fig. 5. Maisons de professeurs
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/137010/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 254k
Légende Fig. 6. Assemblée festive d’étudiants sur la place du marché d’Helmstedt en 1754
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/137010/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 285k

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search